N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Réunir les Ombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Dim 3 Jan 2016 - 5:46




Bien des évènements en si peu de temps.

Qu’est ce qui déclencha cette soudaine envie d’avancer chez l’Empereur ? Était-ce cette irritabilité qui grimpait sur son corps à fur et à mesure que cette conversation n’avançait … pas ? Fallait-il y voir un trace d’anxiété, suite à la nouvelle qu’il venait d’avoir ? Était-ce la surprise – et l’exaspération – de voir toujours ces mêmes jeux depuis le début de cette rencontre ? Notre homme, bien qu’il l’ait caché, avait obtenu la plupart des réponses qu’il attendait de cette rencontre. Il désirait maintenant accélérer les choses et rapidement passer à la suite. Outre un long voyage de retour, une sensation étrange lui remontait dans la colonne vertébrale. Il n’était pas à l’aise ; et ce n’était pas le fait d’être en présence de jeunes loups. Quelque chose venait perturber sa concentration.

Bien que les autres n’aient pas eu vent de ce qui se tramait au Shozaichi, le Kamui se devait de réagir en conséquence. L’espace d’un instant, il se coupa de toute interaction avec les autres et leurs opinions. La Capitale Impériale était sous attaque, et le Palais était partiellement détruit. De toute évidence, l’Ennemi avait pénétré profondément dans ces terres, afin d’y faire le maximum de dégats. Quels en seraient les conséquences réelles sur le terrain ? Et les troupes : où étaient-elles passées ? Cet ensemble de questions ne pouvait trouver sa réponse ici. Mais la question du Seigneur de Guerre demeurait … .

Se levant discrètement, l’homme laissait tomber son manteau qui lui couvrait encore les épaules, et tournait le dos à l’assistance. Gardant profil bas, son regard vers le sol, il susurrait quelques paroles pour son serviteur.

~ Nous restons sur place. Que les Eishi finissent leur Examen. De toute façon, nous sommes trop loin pour intervenir à temps. Si le Shozaichi tombe aussi facilement, alors l’Empire aura échoué. Et les faibles ne peuvent pas être éternellement protégés.

Ces derniers mots, prononcés avec une froideur sans pareille, s’étaient accompagnés d’un regard à transformer le Sahara en un désert arctique. Le Seigneur de Guerre était-il en cause ? Absolument pas. Mais c’est une chose d’être près de l’Empereur dans ses temps de colère ; c’en est une autre d’en être responsable. Dès lors, n’importe quel propos pourrait rapidement sortir notre homme de ses gongs. Il s’en retournait s’asseoir, le regard plus grave que jamais.

Hôritsu suivait la proposition du Hokage, et entendait bien créer une unité spéciale chargée d’identifier, de localiser et de mater les principaux représentants de cette nouvelle menace aujourd’hui clairement identifiée comme la « Corporation ». Nommant cette unité « Chûmon », la question était de savoir qui dirigerait cette Unité, et comment elle agirait.

L’intervention du Kazekage montrait cependant et encore une forte réticente à autant de civisme soudain et d’ententes sans garantie. Un manque de confiance sans doute ? Certainement pas mal placé. Tout comme son homologue, l’Empereur du Shukaï était prêt à entendre que la menace pouvait venir de cette table même où les Ombres se réunissaient. Que l’on soit déjà sous la menace ? On tournait en rond ! Et le moment était maintenant bien mal choisi !

~ Kazekage !


La voix tonnante du Kamui avait frappé les lieux, et plongé l’assemblée dans un inquiétant mutisme. Certains avaient porté machinalement la main à leurs armes, pendant que d’autres s’étaient mis sur le qui-vive. Seuls sans doute les quatre Ombres restaient à se fixer, attendant de voir quelle serait la prochaine insulte à plomber l’ambiance. Assis certes mais droit et fier, le visage de Kakeshuou Samui n’en démontrait pas moins un sérieux que peu lui connaissaient à ce point. Ses mains sur ses genoux, assis en seïza, il conservait un bref instant ce calme pour que les esprits redescendent. En intervenant ainsi, l’Empereur espérait ne pas relancer la confrontation entre Villages avec la dernière pique, et faire avancer une réunion qui ne semblait plus finir.

~ Pardonnez cette interruption quelque peu sèche, mais certains questions ne sont plus à l’ordre du jour. Pour commencer, je tiens à rappeler que cette réunion n’a pas lieu – et le regard du vieux briscard s’attardait sur chaque visage. Laisser s’ébruiter cette rencontre serait convenir que les Ninjas souhaitent leur indépendance et menaceraient ainsi l’emprise qu’auraient sur vous les Daimyos des différents Pays. Rien de ce qui a été décidé ici de doit ressortir au public. Deuxième point, Kazekage : vous avez raison, l’échiquier est déjà en place, et nous sommes déjà des pièces, que nous le voulions ou non. La question maintenant est de savoir si nous y agirons comme pion, comme fou, ou comme roi et reine !

Une remarque on ne peut plus ironique quand on connaît le statut du personnage sur ses terres.

~ Il pourrait y avoir des éléments dissidents dans nos rangs. Très bien ! Qu’il n’y ait aucune autorité, ni aucun lieu de rassemblement ! Si ce mouvement « Nation » souhaitait la création de cette Unité, nous la rendrons si imprévisible qu’il ne pourra pas en faire l’usage souhaité. Attacher « Chûmon » à un Village ou à un de ses représentants serait représenter une menace pour les autres ; l’Unité doit disposer d’une quasi-indépendance, et être en complète autarcie des autorités ninjas traditionnelles, bien que ses membres resteront dévoués à leur patrie. Qu'ils tiennent les hautes autorités au courant de leurs agissements régulièrement, sans en demander plus. De cette façon, nous pourrons éliminer les derniers Furyous, identifier les principaux adversaires de la « Nation » et la contrecarrer sans qu’elle ne puisse contrôler nos mouvements … .

Pour l’Empire, la messe était dite. Le Shukaï prendrait certes part à cette « unité spéciale », mais en contrepartie de n’y voir affilié aucune autorité pouvant lui échapper ou lui être imposé. Et notre homme avait déjà une idée de l’individu à intégrer dans ces rangs si particuliers.

Était-ce le meilleur moment pour dire ces mots ? Aucune idée en vérité, même en ce moment tardif – ou tôt – où je tape ces mots sur mon clavier. Néanmoins, l’Empereur ressentait l’envie de tirer les choses au clair.

~ Pour les raisons que j’ai citées, je n’apposerais pas mon sceau sur ce document ; mais ma contribution y sera active, soyez-en sûrs. L’Empire n’a pas les mêmes préoccupations que vous en ce qui concerne la « Nation » … mais il participera à l’élimination de l’Ennemi commun. Je ne peux en revanche me permettre de placer davantage de confiance dans nos entourages, nos institutions et cette réunion, alors que l’on vient de m’informer que notre Capitale Impériale était en ce moment-même sous le coup d’une attaque … menée par les membres de la « Corporation » ou autre, je l’ignore encore … .

Mais intérieurement, notre homme était bien conscient qu’il serait difficile de voir les choses aussi facilement. « Corporation » ou pas, on ne pouvait infiltrer aussi aisément un Empire territorial aussi bien équipé et aussi grand avec tant de facilité. Il y avait certainement des soutiens, des alliés dans l’Ombre … .
Qui devait être suspecté ? L’Hokage au ton acerbe ? Le Kazekage n’accordant sa confiance à personne ? Ou encore le seul Kage n’ayant pas donné suite à la demande de neutralité pendant la durée de cette rencontre … ?

Quoi qu’il en soit, les choses n’en resteraient pas là. S’étant déjà relevé pour initier son départ, Kakeshuou Samui annonçait clairement la fin de la réunion sur cette dernière décision. Tant pis pour Ki no Kuni et le reste ; et tout portait à croire que les choses ne s’achèveraient pas aussi tranquillement … .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Réunir les Ombres Jeu 7 Jan 2016 - 2:55

Ils n’en finiraient jamais. Cette réunion déjà bien détestable allait continuer encore et encore. C’était malheureusement un fait. Quand enfin elle avait pensé qu’un problème venait de se régler, surprise. Rien de concluant. Hôritsu non content de ridiculiser l’idée de l’unité anti-Furyou que tout le monde avait visiblement compris qu’il proposait, demandait maintenant une unité anti-Nation. Eh bien soit. L’unité reviendrait au même de toute façon à ses yeux : une tentative d’effort commun entre les différents grands villages dont elle soupçonnait fortement l’échec et le manque de résultat. Rien qu’à voir l’entente entre eux quatre, elle savait que même si leurs soldats seraient plus disciplinés, les tensions entre les différents pays feraient que cette unité risquait d’être un projet mort-né.

Poussant un long soupir intérieur, sa curiosité s’éveilla au nom de « Corporation ». Un nom qui lui disait vaguement quelque chose comme un écho lointain. Le temps de sa réflexion, Kioshi reprit la parole. Décidemment, l’ordre du tour de table était bel et bien instauré, au moins avaient-ils tous été civilisés sur ce point. Bilan ? Des accusations qui ne feraient qu’emballer le débat d’avantage. Ils tournaient en rond et tout cela lui portait doucement sur le système malgré son attitude neutre et posée. Hôritsu pas digne de confiance ? Oh elle en avait bien assez vu de chacun pour les juger à la même enseigne malgré les conditions en effet suspicieuse de l’arrivée sur le trône du Raikage. La condescendance de l’un, la naïveté de l’autre et la mégalomanie du troisième. Et elle ? Qu’avait-elle ? Agressivité, ennui, exaspération. Ah. Exaspération. Un mot qui lui allait comme un gant en cet instant précis.

Nouvelle mention de la « Corporation ». Un nom à surveiller. Une chef sunajin avait été kidnappée ici ? Mon dieu … Les fuites … Comment les Sunajins avaient-ils pu accepter d’héberger un examen chûnin international avec une sécurité aussi branlante ? Si ç’avait été dans le but de se faire de nouveaux amis ou de resserrer des liens existant c’était tout bonnement … raté. Accueillir un événement d’un tel acabit aurait normalement dû être pour Suna l’occasion de montrer l’étendue de toute sa puissance. Et pourtant. On ne cessait de lui ressasser ces derniers jours à quel point le village caché du Sable était exposé à une menace visiblement continue malgré le lourd passé que le peuple sunajin trainait derrière lui. Depuis le temps, n’avaient-ils pas pu faire le ménage correctement ? Kioshi avait laissé suggérer que non, plus d’une fois au cours de cette réunion.

Kioshi venait de terminer son monologue. À l’Empereur en toute logique. Bingo. Sa voix s’était faite plus sèche après le murmure à son assistant. Quel arbitre. Il devait possiblement se considérer comme le doyen légitime de cette assemblée de par son « statut supérieur » … quel humour, Miko … et son âge avancé. Écoutant sa réponse au Kazekage, elle approuva silencieusement. La quasi-autonomie semblait absurde mais rentrait dans son postulat de départ : l’unité risquait de se rater bien assez tôt et chacun aurait à gérer ses propres problèmes avec possiblement une entraide extérieure ponctuelle avec tel village ou tel pays.

Et allez, à nouveau la Corporation sur le tapis. Elle en devenait presque jalouse de pas frayer avec eux ou du moins de ne pas le savoir. Une raison pour convoquer ce freluquet imbu de lui-même affilié au Johoukokan à l’occasion. La Capitale du Shukai attaquée ? C’était ce qui s’appelait la poisse. Ça ou la vengeance d’une nation qui n’avait pas signé un accord de non-agression à l’image de Kaminari no Kuni.

    Bien, donnez-moi ce papier qu’on en finisse. Chûmon, un nom qui ira à merveille.


Ratifiant le traité -de toute façon, qu’on se le dise, ce genre de bout de papier ne valait rien pour eux, ninjas-, l’Aburame se leva elle aussi à l’image du Samui, faisant rentrer les insectes qui lui avaient servi de coussin jusqu’à présent.

    Sera initialement affilié à Chûmon pour ma part, Rakuzan Satochi, Jônin de Konoha. À voir si l’unité est amenée à évoluer et aura besoin de plus de personnes par la suite. Mais testons d’abord la capacité de cette unité à s’autogérer à petite échelle. Puisque je me doute que tout ceci a pour but de rester flou aux yeux de ces partisans de la Nation, je vous prierais d’inciter vos futures recrues à prendre en toute discrétion contact avec Satochi. Il assurera ainsi le rôle de première antenne relais afin qu’ils puissent possiblement tous se rencontrer et s’organiser en interne.


Satochi. Oui c’était lui qu’elle choisirait pour ce genre d’opération, elle montrerait ainsi qu’elle n’en avait pas totalement rien à faire en avançant quelqu’un d’aussi motivé pour ce genre de foutaises d’entente internationale. De plus, Satochi avait mûri depuis son époque niaise et utopique. Il n’était plus ce gamin arrogant et insupportable qu’elle avait rencontré en mission. Non pas que le changement était radical, loin de là, mais le retournement de veste de Zennosuke lui avait visiblement fait l’effet d’une claque, d’un retour à la réalité : non tout n’était pas amitié et chocolat. La vie et plus précisément celle du monde ninja était une belle crevarde pleine de désillusion et de mensonge. Quelle surprise.

Elle avait épluché le dossier du garçon à son investiture au moment où elle avait songé à le rétrograder. Son dévouement envers Konoha était un fait. Une force. Et elle avait laissé la porte ouverte dans l’espoir de voir pointer une amélioration dans sa réflexion, dans sa maturité. C’était chose faite et le résultat bien que loin d’être parfait était plus que suffisant pour qu’il se voit confier l’opportunité de rejoindre cette unité à double tranchant pour chaque village. Sa loyauté serait certainement mise à l’épreuve mais elle était sûre de son choix. Et puis au pire, un insecte pourrait l’y aider.

    Sur ce messieurs, je vais vous laisser et vous remercie pour ce sommet pour le moins instructif.


Faisant un signe de tête à Munemasa avec qui elle ne préférait pas s’entretenir immédiatement devant les autres pseudo caïds, elle souleva un pan de la tente, sortit et se recapuchonna. Il était temps de retourner à ses appartements. Plusieurs choses attendaient sur le feu : les ordres à donner, Satochi et Mizuki à informer, et Munemasa avec qui elle devait avoir une petite discussion …

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Réunir les Ombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni :: Temple d'Ichibi-