AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Sur la trace des morts [Mission rang B - Gekei Senwashi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Jônin - Anbu - Chef du clan Inuzuka
Messages : 763
Rang : A+


Message(#) Sujet: Sur la trace des morts [Mission rang B - Gekei Senwashi] Mer 11 Nov 2015 - 20:56

Ordre de mission:
 

Dure, dure, la vie d’un shinobi en hiver! En plus de la neige qui entrave beaucoup les mouvements, il fait d’un froid qui ne donne le goût que de rester à l’intérieur. Et pourtant, malgré tout ça, nous sommes toujours aussi diligents et ne refusons jamais une mission qui nous ait donnée. Cela m’incluait aussi, même avec ma paresse notoire. Cette fois-ci, toutefois, je ne reçus pas l’ordre de mission de la même façon que les autres fois. Nous avions profité du beau temps d’aujourd’hui –avec un gros soleil et aucun nuage pour le troubler – pour faire une petite promenade de santé dans le village. Après tout, rien de mieux qu’une bonne bouffée d’air frais pour ressaisir les esprits qui s’alourdissent à rester à l’intérieur. Nous étions sur notre retour et je devais avouer que j’accélérais un peu plus le pas que pour notre aller, mon nez et mes joues rougis par le froid avaient hâte de retrouver la chaleur de l’appartement. Dans mon empressement, je faillis manquer la note apposée sur ma porte. Croyant qu’il s’agissait d’une convocation à une mission, j’attendis d’être à l’intérieur afin de la lire. Mon sang se glaça dans mes veines lorsque je lus le contenu de la missive et ce n’était pas à cause du froid. Mes ninkens n’étaient même pas complètement entrés dans la maison que j’en ressortais aussitôt en trombe. Il n’y avait qu’une personne à aller voir.

* * *

- Motari-sama!

- Bonjour à toi… Takeo, c’est bien cela? En quoi puis-je t’être utile?

- Oui, c’est bien cela. Malheureusement, je suis ici pour vous apporter de mauvaises nouvelles. Regardez par vous-même.


Sans plus de cérémonie, je lui tendis le papier que j’avais trouvé chez moi en lui expliquant les circonstances entourant l’acquisition du message. L’expression du vieillard changea du tout au fur et à mesure qu’il lisait les mêmes lignes que j’avais parcourues quelques minutes plus tôt. Quand finalement son regard se porta de nouveau vers moi, il n’y avait plus de la lueur espiègle qui était souvent dans ses yeux et j’avais devant moi l’Inuzuka qui avait mérité le titre de chef de meute. Je ne fus pas surpris lorsqu’il me commanda au nom du clan Inuzuka d’aller voir ce qui en retournait de ce diner des morts et de tirer cette histoire au clair. Je m’inclinai devant Motari-sama.

- Il en sera fait selon votre volonté.

Je me redressai et quittai prestement les lieux, sentant que j’avais beaucoup à faire devant moi. La première était de me trouver un coéquipier pour m’assister dans cette mission. Le chef de meute ne l’avait pas implicitement dit, mais je savais que j’avais tous les moyens nécessaires à ma disposition et cela incluait impliquer une personne extérieure au clan si besoin était. Vu les circonstances, le besoin était là donc je me mis en quête du candidat parfait. Plusieurs noms me passèrent par la tête, tous aussi valables les uns que les autres – Satochi, Yusei, Kaku, Tenshi – mais finalement mon choix reposa sur Senwashi-san. Même s’il n’était pas le plus puissant des shinobis de Konoha que je connaissais, je reconnaissais toutes les autres qualités qui faisaient de lui un bon shinobi, tout à fait apte à me suivre pour cette mission. Mon choix étant maintenant fait, je devais le trouver et voir s’il était disponible pour m’accompagner en espérant qu’il n’était pas parti dans l’une de ses chasses. Heureusement pour moi, le Gekei n’avait sans doute plus grand proie en cette période de l’année, aussi était-il simplement chez lui. Traversant l’ancien quartier Hyô qui avait été converti lors de l’arrivée des Gekei avec Pô-san, je me rendis jusque devant sa porte et cognai trois coups secs et puissants.

- Senwashi? Tu es là? Qu’est-ce que je dis là, bien sûr que tu es là. Allez, ouvre-moi s’il-te-plait.

Quelle question idiote à poser alors que j’étais venu jusqu’ici en me fiant à son odeur. Je me gardai toutefois une petite gêne et attendis au moins que l’homme-oiseau vienne m’ouvrir avant d’entrer chez lui. Une fois à l'intérieur, il me conduisit jusqu'à une table autour de laquelle nous nous assîmes. Lorsqu'il me demanda la raison de ma venue, mon expression s'assombrit. Je lui racontai ma mission précédente, ce que j'avais découvert et comment elle s'était terminée. Ensuite, je me contentai de lui remettre le papier comme je l'avais avec Motari-sama, laissant le temps à Senwashi de le lire et d'en comprendre le sens. Avec ça, sûrement comprendra-t-il pourquoi je suis venu le voir.


Let the hunt begin

Ninkens:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Ninja Gardien
Messages : 615
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sur la trace des morts [Mission rang B - Gekei Senwashi] Jeu 12 Nov 2015 - 3:37

L’hiver était maintenant tombé sur Konoha. Le paysage était couvert en majorité de blanc, les rues principales étant les seules épargnées par le flux constant de piétons. Les toits ne faisaient pas exception à la règle, même qu’au contraire c’était où il y en avait habituellement le plus. Je devais alors m’occuper de celui-ci régulièrement et le déblayer pour pouvoir utiliser la trappe si le besoin se présentait. J’étais donc ce matin habillé d’une veste verte ressemblant en tout point à ma veste habituelle excepté la fourrure qui y était ajouté pour la saison hivernale. Le temps de la veste grande ouverte étant révolu, ma veste était fermé sur mon torse seulement, laissant mon cou ainsi que le bas de mon corps libres. Je portais également un caleçon long pour l’hiver sous mon pantalon et une paire de botte elle aussi rembourrée de fourrure. J’avais la traditionnelle paire de mitaine qui était de saison, s’agissant plutôt d’une paire de gants rembourrés avec de la matière isolante. Les mains ses chauffaient avec leur propre chaleur, car chaleur il fallait pour que ces gants soit vraiment efficace.

J’étais donc sur mon toit, pelletant la neige de sur celui-ci en formant un amas que je dirigeai vers l’arrière de mon appartement. Je n’étais tout de même pas pour faire tomber la neige sur les passants qui se risquaient à sortir l’hiver. Je m’attelai à ma tâche pendant une bonne partie de la matinée puis me préparai un bon café une fois celle-ci terminé. J’étais en train de préparer ma boisson chaude lorsque trois coups à ma porte se firent entendre dans l’appartement. L’interlocuteur semblait me connaître, marmonnant quelque chose avant de reprendre à voix haute de bien vouloir lui ouvrir. Je laissai la tasse sur le comptoir puis me dirigeai rapidement vers la porte, ne voulant pas laissé mon visiteur dans le froid. Lorsque j’ouvris la porte, je tombai sur Takeo-kun, accompagné à ma grande surprise d’un deuxième ninken, du moins ça en avait tout l’air. J’allais l’accueillir sympathiquement mais lorsque je vu l’expression sur son visage, je laissai tombai le fioriture puis repris immédiatement contenance.


- Entrez, vite.

Je me tassai et leur laissai le champ libre pour entrer, Takeo se dirigeant vers le salon où il s’assit dans l’un des fauteuils, un chien à chacun de ses pieds. Je refermai la porte puis, me dirigeant rapidement vers la cuisine saisir mon café, je me rendis dans le salon puis m’installai dans un fauteuil à mon tour. Je soufflai doucement sur ma tasse puis j’en pris une petite gorgée, lui laissant le temps de formuler ses pensées qui semblait se bousculer dans sa tête, ne sachant probablement pas par où commencer. Il m’expliqua alors la mission qu’il avait rempli il y avait quelques mois de cela, une mission qui lui était intimement lié de par son appartenance au clan Inuzuka. Il m’expliqua comment il avait découvert l’existence de braconniers qui maltraitaient des ninkens pour ensuite leur faire commettre toutes sortes d’atrocités. J’étais bouleversé d’entendre de telles horreurs, alors je n’osais pas imaginer la réaction de l’Inuzuka lorsqu’il avait exposé le tout au grand jour. Il avait apparemment libéré une bonne partie des ninkens, mais il serait trop optimiste de croire qu’il s’agissait de la seule. C’est ce qui suivit que ne fit plus aucun sens. Il me parla alors de la lettre qu’il avait reçu ce matin, une lettre écrite dans le sang qui l’invitait au « dîner des morts » comme le disait la lettre. Il avait donc reçu l’ordre de son chef de clan d’intervenir et de se présenter à ce fameux dîner et il m’invitait avec lui en quelque sorte. Il était convaincu du lien avec les braconniers rencontrés autrefois et il va réglé leur compte une bonne fois pour toute. S’il venait me chercher moi, alors il ne faisait nul doute qu’il voulait faire le plus rapidement possible. J’adressai alors un sourir espiègle et arrogant à la fois.

- J’espère que ton dernier toutou saura maintenir la cadence.

L’Inuzuka sourit à pleine dent, tirant des grognements du dernier venu. Je me dirigeai vers ma chambre où je saisi mes outils ninja ainsi que mon accoutrement d’hivers puis, tous les quatre, nous quittâmes mon domicile à toute vitesses pour remplir les papiers aux Remparts. Une fois la Grande Porte franchie, nous filâmes vers le Nord, où se situait le village qu’il avait visité autrefois. Il comptait donc remonter le fil de son enquête précédente et poursuivre là où il avait laissé. Je devais toutefois posé une question avant que nous arrivions à destination et que nous tombions dans le feu de l’action.

- Pardonnes-moi, Takeo, mais il y a quelque chose qui m'échappe encore. Quel lien y a-t-il exactement entre ton ancienne enquête et ce « dîner des morts » auquel tu as été invité?

N’ayant pas participé à l’investigation elle-même, il y avait sûrement des détails dont Takeo n’avait sûrement pas fait mention dans son résumé de tout à l’heure. Nous filions toujours vers vers le Nord, laissant l’Inuzuka prendre les devants évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Jônin - Anbu - Chef du clan Inuzuka
Messages : 763
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sur la trace des morts [Mission rang B - Gekei Senwashi] Sam 14 Nov 2015 - 0:23

Une fois mon récit terminé et la lettre lue, le Gekei resta silencieux quelques instants. Sûrement était-il encore en train de traiter l’information. Je ne l’avais pas spécifiquement précisé, mais Senwashi-san serait sans doute assez perceptif pour se rendre compte que je ne bavardais pas de ça avec lui sur le ton de la conversation; en gros, je lui demandais de m’accompagner pour cette mission. Je m’en étais plutôt bien tiré seul la dernière fois malgré les problèmes qu’avait rencontrés l’Hayashi, mais j’avais la très nette impression que le danger venait de monter de plusieurs crans. Pour qu’on prenne la peine de m’inviter personnellement… Après quelques minutes de réflexion, mon hôte me donna finalement sa réponse sous forme d’une petite pique dirigé vers Seimori. Maintenant que j’y pensais, c’était la première fois que Senwashi-san rencontrait le ninken et m’empressai aussitôt de faire les présentations sous les grognements du principal concerné. Je donnai à l’homme-oiseau quelques minutes afin de rassembler ses affaires et nous partîmes sans plus tarder.

Prenant le même chemin que ma première fois, le changement de saison faillit me faire perdre mes repères à quelques occasions, mais avec l’aide du Gekei nous nous rendîmes encore plus vite en ne prenant qu’une journée de voyage. Pendant le trajet, nous discutâmes de plusieurs choses, dont la fameuse question que je m’attendais à entendre à n’importe quel instant. En fait, j’étais surpris qu’il ne me l’ait pas demandé plus tôt, qu’il ait attendu aussi longtemps avant de me poser la question. Je me rappelai alors qu’il était un homme de peu de mots et qu’il avait sûrement attendu pour ne pas me presser ou me pousser à parler. Pour avoir été là-bas et avoir vu les choses de mes propres yeux, le sens de ses phrases se faisait d’eux-mêmes, mais il en était différent pour mon coéquipier, auquel je n’avais résumé que les grandes lignes de la mission.


- C’est vrai que je ne suis pas allé dans les détails, excuse-moi. La première chose qui m’a mis la puce à l’oreille c’est l’encre de la lettre. Il ne s’agit pas d’encre, mais bien de sang. Mon nez l’a tout de suite perçu sauf qu’il est encore trop tôt pour le relier à ma récente mission. Je savais toutefois que quelque chose clochait. Ensuite j’ai lu le contenu de la lettre et bien que subtil j’y voyais sans cesse des allusions à cette mission. Que ce soit le passage parlant de morts se levant ainsi que la fin de la lettre – le mot tombe – font évidemment référence au massacre de l’équipe Konohajin que j’étais initialement venu enquêté.

Je m’arrêtai et pris une pause, même si je n’avais pas encore terminé. Ce qui venait était la pièce de résistance, ce qui m’avait fait tout de suite pensé à cette horrible histoire que j’aurais préféré mettre derrière moi.

- La dernière chose, c’est la place que j’ai retrouvé cette lettre : accroché sur ma porte, comme n’importe quel autre ordre de mission. Peu importe qui sont impliqués dans cette histoire, l’un d’entre eux est entre les murs de Konoha et sait où je réside. Je ne suis pas connu au point qu’on sache où j’habite, les seuls personnes qui pourraient avoir mon adresse auxquels je pense sont les personnes de mon clan. Que ça soit lié à une histoire de trafic de ninken est plus qu’une coïncidence selon moi et ne peut vouloir qu’une chose : un membre de mon clan est impliqué dans cette magouille.

Lorsque je terminai, ma voix tremblait de colère et respirai plusieurs fois pour retrouver mon calme. Le seul fait de penser qu’un membre de mon propre clan pouvait avoir trempé dans cette affaire me faisait voir rouge. Plus que quiconque, il devrait savoir que les ninkens ne sont pas des créatures ordinaires et que nous leurs devons respect? Ce sont bien eux qui ont secourus et élevé le premier Inuzuka, jamais nous devons l’oublier. Pourtant, le voilà en train de les enlever et les encagés pour en faire de la chair à canon. Pense à autre chose, Takeo, tu ne fais que t’enrager toi-même, exactement ce qu’ils veulent. Reprend contrôle de tes émotions et empêches ces malfrats de se jouer de toi. Quand arrivâmes au village, je ne pus m’empêcher de penser qu’à l’heure qu’il était cela devait bientôt être l’heure du dîner. Je fus alors frapper par ce que je venais tout juste de penser. Je me retournai aussitôt vers Senwashi-san, nos plans de se reposer pendant la soirée complètement envolés.

- Seigneur, Senwashi! Le dîner des morts, cela pourrait très bien être ce soir! Nous devons nous dépêcher, vite!

Rebroussant chemin, nous quittâmes prestement le village pour prendre la direction de la forêt. S’il y avait bien un endroit où ce dîner des morts pouvait avoir lieu, c’était sur le champ de bataille où notre équipe s’était faite éliminée. Allant plus vite que jamais, je remerciai les cieux que j’aie choisi le Gekei pour cette mission. Avec personne d’autre n’aurais-je pu me rendre jusqu’au village aussi rapidement, ce qui nous aurait fait retarder notre fameux dîner si cela ne l’aurait pas complètement annulé. Après tout, peut-être n’avions qu’une seule chance d’assister à cette réception et c’était ce soir. Alors que je sentais que nous nous rapprochions, je ralentis la cadence afin d’avancer un peu plus prudemment alors que nous nous rapprochions toujours plus de nos ennemis. Cette fois-ci, nul besoin de cacher notre odeur; nous savions que nous étions attendu.


Let the hunt begin

Ninkens:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Ninja Gardien
Messages : 615
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sur la trace des morts [Mission rang B - Gekei Senwashi] Mer 18 Nov 2015 - 22:45

Je brisai le silence qui régnait jusqu’à présent lorsque je demandai comment exactement il avait relié les deux affaires. Il s’excusa tout d’abord de ne pas avoir approfondi sur le sujet et il se rattrapa en m’expliquant les différents liens qu’il voyait entre la lettre qu’il avait reçu et sa mission d’il y avait quelques mois déjà. Ce fut toutefois la dernière information qui était la plus inquiétante. S’il disait vrai, cela voudrait dire que non seulement cela venait de l’intérieur du Village, mais de l’intérieur du clan lui-même. L’Inuzuka avait peine à retenir sa colère, qui transparaissait systématiquement à ses ninkens que je pouvais entendre grogner. Nous passâmes les quelques heures qui restaient en silence pour enfin atteindre le village. Le Soleil avait pratiquement disparut complètement de l’horizon, offrant quelques maigres rayons de soleil sur le pays qui sombrait dans la nuit froide d’hivers. Je ne fus point déçu d’arriver à destination, pour ce qui devait être l’heure du dîner. Nous ne nous étions à peine arrêter de tout le voyage, encore moins pour manger. J’avais maintenant l’estomac dans les talons et attendais maintenant le repas avec impatience. Takeo me brisa toutefois tout espoir lorsqu’il réalisait que le fameux dîner des morts pouvait très bien être ce soir. Nous ne prîmes alors pas le temps d’arriver que nous étions déjà repartit.

Je suivi Takeo qui rebroussa chemin pour s’enfoncer dans la forêt. Il ne ménagea pas la vitesse, qui heureusement pour moi était mon domaine d’expertise. Nous filâmes donc à toutes vitesses à travers les branches. Puis, il ralentit tranquillement la cadence pour atteindre un rythme plus raisonnable, m’indiquant par le fait même que nous ne tarderions pas à arriver à destination. Nous arrivâmes finalement face à un endroit plutôt dégagés parmi les arbres entassés. Quelques troncs était étalé sur le sol alors que les autres encore debout portait encore les marques d’un combat. Je ne pouvais imaginé comment l’Inuzuka se sentait en ce moment, alors je lui posai simplement la mains sur l’épaule, le tirant de ses pensées pour se retourner vers moi.


- Nous allons trouver qui est derrière tout ça., lui dis-je d’un hochement de tête optimiste.

Il perdit toute trace de colère dans son visage et il redevint l’Inuzuka un peu insouciant du village de la Feuille avec un large sourire qui lui plissait même les yeux. Il reprit toutefois rapidement contenance puis m’informa de rester aux aguets. C’était d’ici que nous commencions notre enquête. Signalant alors à Takeo que je montais, je décollai puis me rendit à une quinzaine de mètre dans les airs. De là-haut, je fouillais la forêt autour de nous à travers les branches qui étaient maintenant vides de feuilles. Je ne vis toutefois rien, je rebroussai donc chemin puis redescendis auprès de mon équipe. Je lui signalai que je n’avais rien vue, mais il me recommanda tout de même de ne pas baisser ma garde. C’était vrai qu’une équipe avant nous c’était fait décimer en ces même lieux. Je pris alors mon œil d’aigle puis je scrutai plus attentivement les environs, à la recherche de la moindre anomalie. Ce fut toutefois l’Inuzuka qui attira mon attention, en me signalant qu’il sentait quelque chose arrivé. Il était seul, et c’était humain. De la façon dont il parla, je me préparai au combat, me campant aux côtés de l’Inuzuka et de ses ninkens. Peu importe ce qui venait à nous, j’étais prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Jônin - Anbu - Chef du clan Inuzuka
Messages : 763
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sur la trace des morts [Mission rang B - Gekei Senwashi] Lun 23 Nov 2015 - 18:16

Sans perdre un instant, nous rebroussâmes chemin et prîmes la direction de l’ancien champ de bataille, dans la forêt tout juste à côté du village. Si je ne me trompais pas, nous allions devoir attendre encore un peu avant de pouvoir mériter un bon repas chaud. Merde, juste y penser me donnais faim; espérons que je me trompais sur ce coup-là. Toutefois, mon instinct me disait que j’avais visé juste. Il y avait quelque chose dans le timing et dans la façon dans les choses s’étaient déroulés qui me faisait penser que c’était plus que le simple fruit du hasard. Maintenant que l’hiver était arrivé et que les feuilles étaient tombées, il nous était beaucoup plus simple de nous rendre jusqu’à la clairière, mais en même temps beaucoup plus à découvert. Même si ne nous n’avions pas à nous cacher pour venir – nous avions été après tout invités – cela me rendait mal à l’aise de savoir qu’on pouvait nous voir arriver sur plusieurs mètre à la ronde. Comme pour renforcer mon malaise, j’eus soudainement l’impression d’avoir plusieurs regards rivés sur mon dos et malgré m’être rassuré avec mon nez que personne ne nous suivait, cette impression ne me quitta pas jusqu’à ce que j’arrive à la fameuse clairière.

Une fois sur les lieux, j’eu immédiatement un flashback de ma dernière mission et même avec la neige qui couvrait maintenant le sol d’un tapis blanc, mon esprit voyait encore les traces de sang qui avait depuis été lavées par la pluie et la neige. Marchant lentement, je longeai le bord de la clairière pour atteindre un des arbres où des marques de griffes étaient encore gravées dans le bois. J’effleurai les entailles du bout des doigts, repensant au shinobis de Konoha qui étaient tombés sous la fureur des ninkens et ne pus m’empêcher de frissonner à une telle pensée. Cela devait tellement être terrible comme souffrance. Le Gekei me sortit alors de mes pensées et me fit légèrement tressaillir lorsqu’il mit sa main sur mon épaule, ne m’attendant pas à ce qu’il soit aussi près de moi, mais je compris qu’il avait bien voulu faire et avait voulu me réconforter en entendant les paroles qui suivirent. Sans doute mon visage avait-il trahi mes préoccupations et mes tracas, je retournai mon regard vers lui et hochai la tête à mon tour.


- Tu peux être certain là-dessus, c’est justement pourquoi je suis ici.

Peut-être y avait-il un peu trop de hargne dans mes paroles, mais avec les circonstances j’avais de la difficulté à la mettre de côté. J’étais pleinement conscient que dans mes actes je devrai faire preuve de discernement et devrai penser avant d’agir, mais dans mes paroles je pouvais déverser autant de colère que je le voulais. Même que cela avait un effet bénéfique, car en faisant cela je relâchais toute la tension dans mon corps et me préparait à l’affrontement qui s’en venait. Son but avait probablement été de me remonter le moral et cela avait marché, mais dans un même temps cela n’avait que renforcir ma volonté de retrouver ces êtres abjects qui avaient osé faire ça et les ramener à la justice de Konoha. J’avais toujours mes soupçons quant à l’implication potentielle d’un membre de la meute, donc en tant que Konohajin il devra avoir affaire avec la justice Konohajin. Il était clair pour moi que le souper n’était qu’un prétexte, mais jouer le jeu le plus longtemps possible était à notre avantage puisque nous aurions un élément de surprise le moment venu. Il nous faudrait qu’un instant – un tout petit moment d’inattention après les avoir leurrés dans la confiance – pour frapper et mettre un terme à tout cela.

Ma concentration étant de retour sur la mission, mon premier réflexe fut de prendre quelques inspirations afin d’identifier les odeurs environnantes. Il n’y en avait pas beaucoup – la neige cachant la plupart des feuilles, herbes et plantes qui donnent leur odeur à la forêt et l’hiver envoyant plusieurs animaux en hibernations – je pus facilement sentir des présences humaines dans les parages. Je ne pouvais pas dire avec certitude où ils étaient, mais je sentais leur odeur autour de nous, autour de la clairière. Peu importe qui était derrière cela, ils étaient maintenant tous autour de nous.


- Ils sont là, Senwashi, je les sens. Tiens-toi prêt, lui chuchotai-je, profitant du fait qu’il se soit rapproché de moi.

Au même instant, mes ninkens réagirent comme une seule personne et se campèrent sur leur position, les crocs bien en vue et un grognement sourds du fond de leur gorge. Eux aussi avaient senti la menace et leur faisait clairement savoir qu’ils avaient été découverts. Le petit jeu de cachette pouvait s’arrêter là. Comme s’il avait aussitôt compris le message – renforçant encore plus mes doutes que nous avions devant nous un Inuzuka – l’une des personnes brisa le silence, sans toutefois se montrer.


- Bonjour – ou plutôt bonsoir – messieurs et bienvenu au dîner des morts! Son entrée en jeu fut suivi de quelques applaudissements. Comme vous pouvez le voir, nous sommes nombreux pour l’occasion et nous avons tous de grandes attentes pour le repas de ce soir. C’est donc sans plus attendre que nous vous souhaitons… bon appétit!

Quand l’homme termina de parler, le sol se mit à trembler sous nos pieds. Alarmé, je jetai un regard vers mes ninkens puis vers Senwashi et y lut la même surprise que moi. Ce dernier réagit toutefois plus vite et s’éleva aussitôt de quelques pieds. J’aimerais tellement avoir des ailes, parfois! Nous n’étions toutefois pas aux bouts de nos surprises puisque après les tremblements je commençai à voir des buttes se former sur le terrain. Je n’eus pas le temps de me demander de quoi il s’agissait que les buttes explosèrent et laissèrent apparaître une vision cauchemardesque : une demi-douzaine de cadavres de ninken ranimés sortait de la neige comme s’ils sortaient des enfers eux-mêmes et nous dardaient de leurs yeux vides et laiteux. Malgré l’état de décomposition avancé des revenants je ne doutais pas que le pouvoir les ayant ramenés à la vie leur donnait une vitesse et une force qui n’était pas naturelle. Nous nous regardions tous en chiens de faïence –sans vouloir faire de mauvais jeux de mots – et sûrement était-ce un bref moment de lucidité avant l’affrontement, car je réalisai soudainement que le dîner des morts, en fait, c’était nous!


Let the hunt begin

Ninkens:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Ninja Gardien
Messages : 615
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sur la trace des morts [Mission rang B - Gekei Senwashi] Mer 9 Déc 2015 - 17:38

Me tenant aux cotés des Inuzuka, Je me tenais en position défensive, les bras fléchit devant moi, les poings serrés au niveau des yeux. Les deux ninken baissèrent leur centre de gravité, laissant tous les deux échappés un grognement sourd du fond de leur gorge. Les crocs bien en vues, leur regard était meurtrier. Tous les sens aux aguets, je ne voyais toutefois toujours personne. Je tournais la tête d’un côté puis de l’autre, ne pouvant me fier qu’à mes yeux. Puis, venu de nulle part, une voix brisa le silence de la nuit pour nous souhaiter la bienvenue tout en nous applaudissant. Il ne trompait personne avec sa voix amicale et joviale. De ce que je savais de la mission précédente en plus de mes propres déductions, je me doutais que les choses allaient bientôt changer. Il nous fit alors remarquer le nombre de personne qui assistait avec nous au repas de ce soir, mais je ne voyais personne d’autre. Nous étions toujours tous les quatre dans la petite clairière. Maintenant c’était évident, ça allait éclater sous peu. Ce fut lorsqu’il souhaita finalement bon appétit que le sol se mit à trembler. Je m’envolai alors d’environ un mètre dans les airs, par simple réflexe. Puis, des petites buttes se formèrent rapidement pour aussitôt voler en éclats, révélant un terrible spectacle probablement plus terrible aux yeux de l’Inuzuka. Six ninkens revenu des morts qui nous entouraient, me faisant réalisé au même moment que Takeo que le dîner, c’était nous. Le dîner des morts, les dîner pour les morts plutôt, les ninkens mort-vivants, tout se plaçait.

Personne ne bougea, chacun gaugeant l’adversaire. Je doutais toutefois que c’était les intentions des ninken-zombies. L’homme réitéra son ordre en souhaitant de nouveaux bon appétit à ses chiens puis ceux-ci foncèrent rapidement sur nous, où plutôt sur Takeo et ses ninkens. Ils semblaient être la cible principale du nécromancien s’il envoyait toutes ses bêtes sur Takeo. J’allais lui apprendre bien vite à ne pas me sous-estimer. Je pris de l’altitude de quelques battements puis je piquai droit vers les mort-vivants. Transformant mes pieds en serres, je fi un 180 sur moi-même au dernier moment pour atterrir avec toute ma force sur le ninken le plus près de l’Inuzuka. N’attendant pas une seconde de plus, je transformai mes mains en serres elles aussi puis j’attrapai le ninkens qui me sautait dessus juste à temps. Utilisant son élan, je pivotai sur moi-même puis je l’envoyai le plus loin possible. Je ne fus toutefois pas assez rapide pour réagir au deuxième ninken qui avait suivi le premier. Celui-ci me plaqua au sol, mettant tout son poids pour me maintenir au sol.


- Dégages, sale bête!, pestai-je en me battant avec le ninken.

Je réussi à l’éloigner un tout petit peu de mon visage avec mes bras, mais sa gueule demeurait tout de même trop près de moi à mon goût. Ce fut Seimori qui vint à ma rescousse, se jetant à son tour sur le ninken-zombie. Je me relevai aussitôt puis m’envolai de nouveau de quelques mètres. De là, je transformai mes mains pour faire mes mudras, faisant apparaître cinq clones que j’envoyai aussitôt à l’attaque. Je savais bien qu’il ne consistait pas d’une force de frappe en elle-même, mais ils serviraient sûrement de diversion pour nous permettre de mieux les abattre. Tous étaient tombés sur eux comme je l’avais moi-même précédemment fait, sauf un qui avait quant à lui envoyé un
Fuusoku Tori sur deux des ninkens. Je ne laissai toutefois pas tout le travail à mes clones et je rejoignis de nouveau la mêlée. Cette fois, j’avais piqué vers le sol sans me retourner puis, transformant à nouveau mes mains en serres, j’attrapai le plus petites des ninken et m’envolai avec lui. Gardant toujours la même vitesse, je fis demi-tour puis je lançai le ninken sur un autre des siens. Je vis alors Aka pris dans la même position que moi, prisonnier d’un gros ninken bien plus lourd que lui. Je piquai vers le ninken orangé puis je plaquai à toute vitesse le ninken en décomposition, libérant ainsi mon ami. Celui-ci ne laissa aucune chance au zombie puis bondit sur lui, les crocs bien en vue. Je reportai mon attention au combat pour voir un ninken qui s’élançait vers moi. On ne m’aurait pas deux fois avec le même truc. Je le laissai me sauter dessus, seulement pour l’attraper en suspend pour aller l’écraser de toute mes forces sur le sol. Le maintenant du mieux que je le pouvais avec une serres, je lui labourai frénétiquement le corps avec la seconde jusqu’à ce qu’il ne cesse de bouger. Je le laissai alors sur place puis je cherchai ma prochaine cible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Jônin - Anbu - Chef du clan Inuzuka
Messages : 763
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sur la trace des morts [Mission rang B - Gekei Senwashi] Dim 27 Déc 2015 - 19:12

Je peux vous assurer que le chaos s’en suivi très rapidement. Me remettant tranquillement du fait que j’étais sur le point d’affronter une meute de ninkens zombies, je me contentais de les regarder sans rien dire. Tel le calme avant la tempête, personne n’avait osé faire le premier mouvement pendant plusieurs secondes puis la tempête avait fini par éclater. D’un seul mouvement, les bêtes s’étaient toutes élancées vers nous, même si j’avais la très nette impression qu’ils se dirigeaient particulièrement vers moi. Tout c’était passé très rapidement et je devais remercier Senwashi-san pour avoir réagi aussi rapidement, fauchant le premier ninken qui autrement me serait tombé dessus. Il devait sûrement y avoir une partie de moi qui répugnait tout de même à s’en prendre à des ninkens, mais voir l’homme-oiseau me sortit de ma transe et soudainement c’était comme si un voile se levait de sur ma conscience : ce n’était pas des ninkens, plus maintenant du moins. C’était tout ce que j’avais eu besoin pour reprendre mon aplomb, je m’élançai à mon tour dans la mêlée afin d’aller apporter assistance au Gekei qui serait rapidement surpassé.

Passant à côté de lui pour aller m’occuper du restant de ces monstres, Seimori en profita également pour porter assistance à Senwashi sûrement pour le remercier. Sans le savoir, le Gekei venait de se faire un très bon ami. Reportant mon attention sur mes adversaires, je commençai aussitôt à tourner sur moi-même et devins rapidement une tornade qui percuta de plein fouet l’un des cadavres animés. Sous la force et l’intensité de mes coups de griffes, je sentis la créature se défaire alors que l’énergie du nécromancien la quittait. Je poursuivis mon chemin sur quelques mètres avant de m’arrêter, sans toucher personne toutefois. Je repris rapidement mes sens – cette technique me laissait toujours un peu étourdie – puis réalisai que je n’avais que Seimori à mes côtés; nous avions sûrement été séparés d’Aka pendant le combat. Ne m’inquiétant pas outre mesure pour lui, je lançai un bref coup d’œil à Sei qui comprit immédiatement. Prenant un peu plus de vitesse, il me dépassa et se jeta agressivement sur un des zombies alors que je m’élançais dans les airs. L’autre ninken n’eut aucune chance et ce malgré les pouvoirs qui l’avaient ramené à la vie, puis se fit prendre par la gorge avant d’être balancé dans les airs. Il fut accueilli par nul autre que moi-même qui l’attendais de pied ferme et je m’acharnai alors sur lui avec toute la haine combinée de Seimori et moi que nous portions envers son maître qui osait profaner des cadavres de créatures mortes au combat. Sous de tels coups, il fut prestement renvoyé au sol d’où il ne se releva pas, mes ninkens s’occupant de l’achever. Tiens, Aka était de retour.


- Tiens, tu es là toi.

Ce dernier se contenta d’un grognement qui voulait dire que c’était une longue histoire. Mais maintenant que nous étions tous réunis, c’était le moment de vraiment leur montrer de quoi nous étions capables. Sauf qu’il ne restait plus personne. Regardant autour de moi, je ne voyais que Senwashi, un peu plus loin, et plein d’ossements éparpillés au sol. Sans même nous en rendre compte, nous étions venus à bout des six ninkens revenus d’entre les morts. Cela me laissait avec une impression mitigée, un mélange de fierté mais également de honte. Encore plus qu’avant, je devais mettre le grappin sur celui qui était derrière tout ça. Mais avant, nous méritions bien de reprendre notre souffle un peu. Nous devions également se mettre à jour sur nos blessures. Il m’arrivait souvent de me rendre compte que j’étais blessé qu’une fois le combat terminé, lorsque l’adrénaline s’estompait. Du moins pour les petites blessures, les blessures importantes se faisaient très bien sentir, croyez-moi. Au final, je n’avais que quelques égratignures. Certaines plus importantes que d’autres, mais rien que je n’avais pas déjà vu et que je n’avais pas déjà survécu. Lorsque vint le temps de reprendre la route, je sus immédiatement quelle direction prendre. Peu après, nous débouchions sur une grande clairière – encore plus grande que la précédente – qui avait été là où j’avais trouvé l’arène et les cages. Le nez à l’aguet, je restais préparé à la moindre intrusion, au moindre changement d’odeur trahissant des problèmes.

- Je vois que vous avez survécu, très bien! Mais vous devez savoir que ma haine envers Konoha et spécialement envers ton clan, misérable sauvage, est bien plus grande que cela. Pour vous montrer son étendue, cette petite entrée n’était clairement pas assez. Voici maintenant… le plat de résistance!

- Oh non, pas encore! Senwashi, tiens-toi prêt; je sens que les choses vont se corser.


Comme de fait, le plat de résistance arrivait : une douzaine de ninkens commençait à éclore du sol avec pour seule intention de nous grignoter jusqu’à l’os. Les voyant apparaître les uns après les autres devant nous, je compris aussitôt qu’il s’agissait cette fois-ci de ceux qui avaient succombé aux combats de chiens que j’avais découverts plus tôt cette année. Et misère, un autre combat qui s’annonçaient des plus satisfaisants. La plupart du temps, j’étais heureux d’avoir vaincu mon adversaire, mais cette fois-ci cela me laisserait définitivement un goût amer.


Let the hunt begin

Ninkens:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Ninja Gardien
Messages : 615
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sur la trace des morts [Mission rang B - Gekei Senwashi] Jeu 4 Fév 2016 - 4:24

Le combat faisait rage entre autour de nous. Des ninkens-zombies nous assaillaient de tous les sens et ne nous laissait aucun répit. Malgré leur légère supériorité en nombre, nos capacités nous donnaient largement de quoi équilibrer les forces. Le combat ne fut pas des plus reposants, mais nous vînmes finalement à bout des chiens réanimés. Lorsque je m’arrêtai finalement, j’avais encore les mains en serres, des ossements autour de moi ainsi que partout sur le champ de bataille. Tout comme Takeo et ses ninkens, je reprenais mon souffle après l’escarmouche. Trois de mes bunshins se posèrent à mes côtés, attendant leurs instructions. Je les fis tous disparaitre puis, après quelques minutes de repos mérité, Takeo reprit finalement la route. Nous nous déplaçâmes pendant quelques minutes avant de finalement tomber sur une deuxième clairière, encore plus grande que la première que nous venions de quitter. J’ignorais quel était cet endroit mais, à en juger par les réactions d’Aka et de Seimori, il ne me laissait rien présager de bon. La voix de toute à l’heure se fit alors de nouveau entendre, nous félicitant sarcastiquement d’avoir survécu. Il déblatéra encore sur sa haine envers Konoha et les Inuzukas jusqu’à finalement nous présenter le «plat de résistance », comme il l’appelait. Je n’avais pas besoin de Takeo pour savoir que les choses allaient se corser.

Le même scénario se déroula alors, à l’exception de leur nombre qui avait maintenant doublé. Une douzaine de ninken revenu des morts refaisait surface pour fort probablement nous manger. Selon les légendes, les zombies humains raffolaient de chaires humaines, alors il en était sûrement de même pour les zombie-ninken. Je regrettai un peu d’avoir si rapidement disposé de mes clones, mais en même temps il valait mieux conserver tout mon chakra si je voulais judicieusement le dépenser. Faisant alors craquer mes doigts, je m’adressai à l’Inuzuka.


- Finissons-en vite ici et trouvons ce lâche.

Mon ton était sec et laissait transparaitre ma colère. Cette personne, peu importe qui elle était, n’avait absolument aucun respect ni pour les vivant, ni pour les morts. Seul lui et son plan de destruction importait et cela me fâchait comme peu de chose le faisait. Transformant alors mes mains en serres, je pliai mes doigts les uns après les autres dans chacune de mes mains, prêt à en découdre. Comme il l’avait lui-même dit, tout à l’heure avait été que l’entrée, un échauffement. On passait maintenant aux choses sérieuses. Les ninkens étant tous sorties de la terre, ils fondirent tous sur nous à l’unisson. Je les laissai s’approcher quelque peu avant de passer à l’action. Je m’élançai à toute vitesse sur un ninken de taille moyenne, quoiqu’un tout petit peu plus petit qu’Akamori. Je le survolai puis l’agrippai de mes deux serres, profitant de mon élan pour le lever de terre. Je montai avec lui sur deux mètres avant de le lancer de toutes mes forces vers le sol, ne pouvant toutefois pas l’empêcher de me mordre sur le bras avant de le lancer. Je ne laissai toutefois pas ma blessure me ralentir puis je me retournai dans la mêler.

L’un de mes coups classiques était de tomber sur mon adversaire d’une certaine hauteur avec mes pieds et serres et ce fut exactement ce que je fis. Je tombai sur un ninken des quatre ninkens qui avaient encerclés Seimori, probablement intimidé par sa carrure. Non seulement était-il plus grand et plus costaud que la majorité des ninkens ressuscités, mais il avait aussi une certaine prestance qui devait certainement intimer un certain respect de ses semblables. Du moins en temps normal. Je relâchai l’étreinte que j’avais sur la chose puis je bondis rapidement aux cotés de Seimori. Cela équilibrait un peu la chose, mais nous étions toujours dans une mauvaise posture. Le ninken que j’avais écrasé se remettait avec peine sur pied alors qu’un autre brisa soudainement la formation pour foncer sur le ninken encore en vie. Je ne le laissai toutefois pas faire puis lui envoyai une bourrasque de vent, alimenté par mes ailes, qui l’envoya sur le ninken déjà blessés pour l’achever. Les deux autres suivirent aussitôt la charge avec toujours la même cible. Cette fois, Seimori fonça à leur rencontre sans la moindre once d’hésitation, grognant avec férocité. Je suivi le ninken après son cris de guerre et ensemble, nous nous occupâmes de chacun un mort-vivant. J’entrai en pleine collision avec mon adversaire, évitant de justesse un coup de mâchoire qui était dirigé à ma jugulaire. Avec mes mains griffues, j’essayai de bien agripper le ninken pour le lancer efficacement au sol, mais celui-ci ne cessait de se débattre et de mordre dans tous les sens. À défaut de pouvoir raffermir mon étreinte, je pouvais au moins dire que je le blessais avec mes griffes. Ce fut probablement celle-ci qui eurent raison de sa concentration puisque je réussi finalement à l’agripper, le lançant aussitôt sur le sol de toute mes forces. N’attendant pas une seconde de plus, je me laissai tomber avec mes pieds en serres sur le ninken affaibli, l’achevant à son tour.

Je rapportai mon attention à mes alentours, cherchant du regard le ninken cadet. Je le trouvai au-dessus de son adversaire en train de mettre celui-ci en pièces avec ces immenses pattes. Je vis alors dans mon champ de vision un autre ninken foncer à toute allure sur Seimori. Un grognement derrière me retint au dernier moment de rejoindre mon partenaire, me faisant plutôt opté par un mouvement d’esquive alors que je prenais ma forme d’aigle. J’avais vu juste, puisqu’à l’endroit même où je me tenais il y avait à peine quelque secondes se tenait le ninken que j’avais amené dans les airs au début du combat. Il était mal en point, lui aussi, mais il avait survécu. Il s’agissait d’un ninken-zombie après tout, il ne ressentait ni la douleur, ni la fatigue. Reprenant alors ma forme humaine, je constatai à quel point mes membres étaient lourds et que mes ailes forçaient pour me faire voler. Je n’aurais pas mis autant d’énergie sur les six premiers ninkens si j’avais su que nous nous mesurerions au double quelques minutes plus tard. Le ninken ennemi leva les yeux, à la recherche de sa proie, pour finalement me repérer dans les airs. Profitant alors de son attention et de son immobilité, j’effectuai une série de mudra qui fit naître un petit cyclone en dessous de lui, l’amenant moi cette fois au lieu de foncer sur lui. L’effet de surprise me donnait une grande marge de manœuvre pour achever cette chose. J’effectuai une deuxième série de mudras, pratiquement aussi courte que la précédente, pour faire apparaître mes fameux oiseaux de vent, qui filèrent tous vers le ninken en suspens pour le réduire en lambeaux. Le combat étant loin d’être terminé, je retournai à nouveau dans la mêlée avec l’intention de venir à bout de ces monstruosités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Jônin - Anbu - Chef du clan Inuzuka
Messages : 763
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sur la trace des morts [Mission rang B - Gekei Senwashi] Lun 29 Fév 2016 - 21:41

Sans même avoir à se le dire, nous nous resserrâmes tous un peu plus les uns des autres face à un tel nombre d’ennemi. J’avais déjà trouvé ça éprouvant la première fois, voilà qu’il nous en balançait le double! Jusqu’à combien pouvait-il en invoquer? Aussi importante cette question était-elle, je dus me résoudre à y songer un peu plus tard face au danger que j’avais devant moi à l’instant même et grâce aux paroles du Gekei qui me ramenèrent les pieds sur terre. J’hochai simplement la tête pour acquiescer afin de ne pas perdre ma concentration sur les ninkens revenus d’entre les morts. Déjà, le combat du regard avait commencé entre eux et moi; ce combat que se livraient deux rivaux se toisant avant l’affrontement. Peu importe qui baissait le regard en premier perdait l’avantage. Mon compagnon craqua alors ses doigts et le bruit fit tressaillir les bêtes qui s’élancèrent aussitôt vers nous. Malgré la horde morbide qui se lançait sur nous, j’eus un sourire en coin; pas une seconde n’avais-je flanché.

Mon coéquipier et moi eûmes le même réflexe, soit d’attendre que l’ennemi avance avant de planifier notre premier coup. Ayant vu son opportunité, le Gekei s’élança vers les ninkens tandis que je commençais à pivoter sur moi-même, griffes tendues vers les côtés. Je n’attendis que quelques secondes avant de sentir la présence de l’un des ninkens exactement là où je le voulais et j’utilisai toute la vitesse que j’avais accumulée pour fondre sur lui et le déchiqueter de mes griffes. Sans doute d’un ninken normal n’aurait pas eu la force de se relever après une attaque comme celle-ci, mais j’avais affaire à des ninkens revenants qui ne connaissaient donc pas la douleur. Je dus ainsi mettre le double d’efforts que je ne l’aurais habituellement fait afin de neutraliser mes opposants et qui dit plus d’efforts dit plus de temps, plus de temps plus de blessures.

Quelques coups de ce côté, un peu de l’autre, des coups de pieds enflammés passant à travers la cage thoracique de l’un d’eux – j’avais trouvé que le feu était diablement efficace contre les créatures d’outre-tombe – tellement que je vais être honnête avec vous et vous avouer que pendant le feu de l’action je ne ressentis pas la moindre blessure. Je n’avais qu’un objectif en tête et c’était de retourner tous ces esprits au repos même si cela impliquait les tuer à nouveau. Ce ne fut qu’une fois les tas d’os et de chairs décomposées autour de nous redevenus inanimés que je réalisai l’étendu de mes blessures et que je grimaçai sous la douleur. Il y avait toutefois quelque chose au fond de moi qui atténuait la douleur et qui me donnait l’énergie de poursuivre malgré l’étant dans lequel j’étais : une haine qui avait grandie à chaque fois que j’avais eu a frappé ces ninkens. Lever la main contre un ninken était l’un des interdits du clan, rare étaient les occasions où on pouvait passer outre cette loi fondamentale. Affronter une meute de ninken-zombies devait certainement en faire partie, mais cela n’avait pas rendu la chose moins difficile. Peu importe qui était derrière tout cela, il regretterait de m’avoir forcé à me résoudre à une telle solution. Me demandant pourquoi je n’y avais pas pensé plus tôt, j’ouvris mes narines et cherchai la trace de la moindre odeur humaine que je ne reconnaîtrais pas comme celle de l’un d’entre nous. Quelques secondes plus tard et j’avais ce que je cherchais. Au lieu de foncer la tête baissée, nous allions prendre le temps de nous préparer.


- J’ai trouvé sa trace, il se dirige vers le Nord-Ouest. Essaies de le trouver depuis les airs, nous nous occuperons de lui au sol. Attaquons-le sur deux fronts. Évites de le tuer, j’aimerais lui poser quelques questions, ajoutai-je à la dernière minute alors que nous allions prendre nos chemins respectifs.

Ce n’était pas l’envie qui manquait, croyez-moi, mais il fallait que j’aille des réponses. Que ce soit pour Motari-sama ou pour moi, je ne pouvais pas simplement le laisser sombrer avec tout ce qu’il savait. Il n’y avait aucun doute pour moi qu’il était relié aux activités qu’il y avait ici auparavant et il était ma seule piste à ce sujet. Nous nous séparâmes donc pour mieux nous retrouver et ainsi profiter d’un petit effet de surprise. Aka, Sei et moi ferons en sorte d’avoir toute son attention pour que Senwashi n’ait qu’à lui tomber dessus sans même qu’il ne sache ce qu’il lui arrivait. N’attendant pas une seconde de plus, je m’élançai vers ma cible. J’allais sans doute plus vite que lui puisque malgré le temps que nous avions mis à combattre ses créatures, je prenais du terrain à chaque seconde. Je rendis toutefois bien vite compte que mon avancée était anormale et, flairant aussitôt un nouveau piège, j’ordonnai alors à mes ninkens de se séparer et de rester discret. Ils disparurent chacun d’un côté, se cachant dans les feuillages, alors que je continuais à avancer jusqu’à ce que je vois soudainement une silhouette devant moi. Devinant de qui il s’agissait, je continuai d’avancer jusqu’à ce que je puisse le détailler. Maigrichon, cheveux noirs et une frange cachant l’un de ses yeux, ce dernier brûlait de colère et son port avait quelque chose d’hautain.


- Ah ha, je me demandais bien lorsque vous alliez me rattraper. Mais où sont tes… ninkens?

Il avait eu une hésitation à la fin, comme s’il voulait éviter de dire ce mot. À peine avait-il posé cette question que les deux bêtes apparaissaient à ses côtés tout en gardant une distance respectable de l’homme, crocs bien en vue.

- Si j’étais toi je ne préoccuperais pas trop d’eux. Au lieu, je me concentrerais plus sur toi et ce qui va t’arriver.

À ceci il commença premièrement à ricaner puis cela escalada jusqu’à un rire hystérique.

- Me concentrer sur moi? Sérieusement!? Huhuhu… Tu n’as pas vu ne serait-ce que le quart de ce que je suis capable de faire. Ton misérable clan et toi, vous pensez que les chiens-ninjas ce n’est qu’arc-en-ciel et joli toutou, mais vous vous trompez. Ooooh que oui, vous êtes aveugles. Quand un ninken devient récalcitrant ou commence à changer, on préfère fermer les yeux et faire comme si rien n’était. Je vais vous montrer ce que ça fait, quand on n’agit pas!

Je l’écoutais déverser sa hargne, profitant de ses fortes émotions pour le laisser révéler le plus d’informations possibles sur cette affaire, mais cela ne faisait aucun sens. Ce n’était que des bouts décousus qui devait toutefois faire une logique implacable dans l’esprit de l’homme. Je n’eus toutefois pas le temps d’analyser ce que j’avais appris puisqu’une odeur très forte de pourriture envahit alors mes narines. Du feuillage au-dessus de l’homme descendit alors une créature comme je n’en avais jamais vue. C’était un ninken-zombie, pas de doute là-dessus – et oui, un autre – mais ce dernier n’avait rien à voir avec les créatures foireuses de plus tôt. Jute à vue d’œil, il avait l’air mieux reconstruit, plus en chair. Il y avait aussi quelque chose dans son regard qui n’était pas comme les autres. C’est alors que je compris tout à son discours et une fois remis de mon illumination je me dis que ça serait le moment parfait pour que Senwashi-san intervienne. Ne pouvait-il pas voir que nous avions quelque chose de taille ici?


Let the hunt begin

Ninkens:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Jônin - Anbu - Chef du clan Inuzuka
Messages : 763
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sur la trace des morts [Mission rang B - Gekei Senwashi] Sam 16 Avr 2016 - 1:10

Clairement, il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond chez le mec alors qu’il continuait de déblatérer son charabia. N’empêches, je ne m’en plaignais pas puisqu’il me faisait gagner un temps précieux afin de mettre notre plan à exécution. Si mon coéquipier Gekei n’était pas venu nous rejoindre, cela devait être qu’il devait attendre l’opportunité idéale pour faire son entrée en jeu. Je devais avouer que s’il entrait tout de suite nous perdrions le moindre effet de surprise que nous voulions avoir. Je le laissais donc parler alors que tranquillement les différentes pièces du puzzle commençaient à faire surface, ne demandant qu’à être replacées. La dernière pièce du puzzle et celle qui me fit comprendre tout de ce qui s’était passé fut l’arrivée d’un ninken d’outre-tombe, mais pas n’importe lequel. Au lieu d’être un ramassis d’os et de chair sans intelligence, celui-ci était beaucoup plus… travaillé. C’est écoeurant d’utiliser ce terme sans ces circonstances, mais la réanimation avait été fait avec beaucoup plus de soin pour ce ninken, cela se voyait. C’est lorsque je vis la petite étincelle d’intelligence dans les yeux de la créature que je me rendis réellement compte de ce qui se passait.

Pour ceux qui ne l’avaient pas encore compris, cette monstruosité devant moi avait autrefois un ninken aussi vivant qu’Aka ou Sei. Toutefois, selon des circonstances que j’ignorais encore, il était mort et le maniaque devant moi avait utilisé des arts nécromantiques afin de le faire revenir parmi nous. J’ignorais combien de temps cela lui avait pris, mais il avait fini par réussir, mais à quel prix. Le pauvre ne devait être que l’ombre de ce qu’il était, toujours en vie mais destiné à vivre dans un corps putréfié. Alors que toutes ces réalisations me frappaient en même temps, je me demandai pourquoi il n’en avait pas profité pour se jeter sur moi et remarquait alors un torrent de plumes devant moi. Senwashi-san! Ayant vu un adversaire beaucoup plus menaçant que les autres apparaître, il avait sûrement attendu le bon moment pour plonger sur le ninken. C’était ce qu’il me fallait pour me faire reprendre mes sens me joindre au Gekei. Laissant mes ninkens sur l’homme pour ne pas qu’il essaie de s’enfuir à nouveau – j’en avais marre de jouer au chat et à la souris avec lui – je me jetai sur le ninken en compagnie de l’homme ailé. Plusieurs lacérations de ses serres étaient visibles, mais revenu d’entre les morts il lui faudrait plus que de simples blessures physiques pour le mettre à terre.

Heureusement, nous étions deux contre lui. Alors qu’il essayait d’attaquer l’un, ce dernier évitait habilement tandis que l’autre en profitait pour frapper le revenant. Encore une fois, mon chakra katon me fut d’une grande aide – faisant non seulement des dégâts considérables, mais causait une peur viscérale chez le ninken comme s’il savait qu’il s’agissait-là de l’un de ses points faibles – mais j’étais bien placé pour connaître la puissance de ces bêtes, encore plus lorsque celles-ci étaient acculées. Sur le coup que je ne les ressentis pas, mais je viendrais par la suite à ressentir l’étendue de la douleur causée par les différentes blessures qui venaient avec une combat contre un ninken : morsures, griffures, lacérations; je me comptais heureux d’en être sortis sans fractures avec des mâchoires aussi puissantes que les siennes. Le combat dura ce qui me sembla une éternité, passant mon temps entre essayer d’éviter ses coups et frapper quelques coups enflammés dans une région moins solide de sa carcasse. Néanmoins, nous vînmes finalement à bout de la créature, qui se coucha faiblement au sol, respirant avec difficulté. Elle ne risquait plus de nous attaquer, elle n’avait plus assez de force pour se défendre, c’était l’occasion idéale de donner le coup de grâce et d’achever le calvaire de ce ninken. Je levais le poing et m’apprêtais à en finir lorsqu’une voix perça le silence.


- Attendez! Je vous en supplie, ne me l’enlevez pas! Pas de nouveau…

Se taisant de lui-même, il plongea dans ses pensées et sembla oublier que nous existions. Sauf que désespoir que j’avais perçu dans sa voix m’empêchait de terminer mon geste comme j’entendais le faire quelques secondes plus tôt. Même dans mes pires cauchemars j’essayais d’éviter de penser ce que cela serait de perdre mes ninkens alors imaginez le perdre pour la deuxième fois. Malgré tout, cela restait une abomination; je ne pouvais le laisser en vie. Qui plus est, cet homme était responsable de la mort de plusieurs Konohajins en plus d’un nombre incalculable de chiens-ninjas, méritait-il vraiment de la miséricorde? C’est alors qu’une idée germa dans mon esprit, un plan qui me permettrait de lever le voile sur toute cette histoire et d’avoir ma revanche. Me tournant vers l’homme, je demandai à Senwashi de garder un œil sur le ninken-zombie puis m’approchai de lui.

- Je promets de ne rien faire à ton ninken si tu m’expliques tout. Et depuis le début.

Évidemment, je ne m’attendais pas à ce qu’il accepte dès le début, mais le simple fait d’enflammer mon poing fit jaillir une vague de peur chez lui et je sus nous avions un marché. De toute évidence, il semblait traumatisé par la perte de son ninken – avec cause – et voulait à tout prix ne pas s’en séparer. À contrecoeur, il accepta mon offre et commença par expliquer qu’il n’était qu’en bas de l’échelle et qu’il n’avait pas tous les détails. Ceux qu’il avait ferait l’affaire pour aujourd’hui, en autant que j’aille quelque chose à donner à Motari-sama. Je l’écoutai donc m’expliquer avant tout, tel comme dans les histoires, comment il en était venu à tomber aussi bas jusqu’à aller contre les tabous de notre clan. Au final, me rendis-je compte, il n’était qu’une victime dans tout cela : son ninken atteint d’une maladie inconnue et incurable, le clan l’avait écarté pour se concentrer sur de plus importants problèmes. Je trouvais cela difficile à croire, mais il était tout de même devant moi; il devait bien lui était être arrivé quelque chose pour qu’il déchoie à ce point. Cela méritait investigation autant du côté des malfaiteurs que du clan.

Les choses devinrent subitement intéressantes quand son récit arriva au moment où il rejoignit ce mouvement, cette cause comme il disait. Il parlait en termes évasifs, mais je finis finalement par comprendre qu’il s’agissait en fait d’un groupe dissident du clan qui en voulait particulièrement au chef actuel après quelques décisions qu’il aurait pris. Lesdites décisions restaient floues et demanderaient elles aussi investigation, mais je le laissai parler pour ne pas couper son fil. Les opérations que j’avais découvertes et ruinées quelques mois plus tôt n’étaient que la pointe de l’iceberg. C’était pour eux une façon de détériorer les relations entre humains et ninkens, ce qui au final mènerait tôt au tard à destruction du clan; c’était-là leur objectif de fin s’il n’arrivait pas à bouger Motari-sama. Malheureusement pour nous, il avait été affecté à cette opération et n’en savait donc pas plus que cela sur le restant des autres plans. Une fois certain que je ne pourrais plus rien retiré de lui, je me tournai vers Senwashi et d’un coup de tête commun il donna un puissant coup d’ aile sur le ninken pour le faire tomber de la branche sur laquelle nous nous étions battus tout en effectuant plusieurs mudras et envoyant une volée d’oiseau de vent vers le monstre.


- NOOOOOON! POURQUOI!? Vous aviez dit que vous n’alliez rien lui faire. Vous aviez promis! Je vous hais! Je vous hais! JE VOUS HAIS!

Dans un effort futile ce dernier essaya de se jeter sur moi, mais avant même qu’il n’ait fait deux pas mes ninkens l’avaient immobilisés avec leurs crocs. Le moindre mouvement causerait sa perte.

-J’ai dit que JE ne lui ferais rien; je n’ai jamais rien garantie de la part de mon collègue. Et puis sérieusement, pensais-tu vraiment que nous allions être cléments après les torts que tu as causé à Konoha? Même la mort serait trop douce pour ce que tu as fait, non seulement pour tous ces Konohajins, mais également pour tous ces ninkens. Tu n’as pas honte après ce qu’ils ont fait pour Yoshiro? C’est pourquoi en plus de retourner ton ninken au repos qu’il mérite, nous t’amenons avec nous afin que nos hommes puissent soutirer jusqu’à la dernière goutte d’information à propos de cette "cause". Allez debout, on y va.

D’un coup de tête, je fis savoir à mes ninkens de relâcher la pression, mais de toujours garder un œil sur lui si jamais il tentait quoi que ce soit. D’un cas où il décidait finalement de vouloir rejoindre son ninken dans la mort. Heureusement pour nous, il n’était pas stupide à ce point et nous pûmes l’amener sans trop de misère jusqu’aux prisons de Konoha, là où les services correctionnels et les unités d’interrogatoire feraient leur boulot. Saluant le Gekei, lui assurant que je m’occuperais de la paperasse, je pris toutefois un petit détour lorsque vint le temps de retourner à la maison. J’avais un petit arrêt à faire avant de pouvoir finalement me reposer dans mon appartement pour de bon, j’avais quelques questions à poser histoire d’avoir la conscience tranquille. Certaines informations que j’avais apprises durant cette mission me laissaient perplexe et je devais besoin d’avoir des réponses si je devais m’occuper du restant de cette affaire, chose que je comptais bien faire.


Let the hunt begin

Ninkens:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Sur la trace des morts [Mission rang B - Gekei Senwashi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-