N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Rapport d'enquête sur Gogyou Raigetsu dit l'Éclair Noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Rapport d'enquête sur Gogyou Raigetsu dit l'Éclair Noir Dim 22 Nov 2015 - 18:29


    Van-sama,


Je boucle aujourd'hui ma troisième semaine d'enquête en les terres de Kaminari. Voici le topo de ce que j'ai pu apprendre sur le fondateur du clan Yorurai :

Pour commencer, chercher à partir de cette dénomination n'a rien donné de très concret. Les bibliothèques ne contiennent pas vraiment d'informations sur les clans de shinobi et mon contact au centre officiel des archives n'a rien pu me donner. Il y a bien un dossier intitulé "Yorurai" mais aucun contenu. Ce n'est que quand j'ai recentré mes critères sur le surnom de Kurorai que j'ai pu obtenir des informations, assez floues, mais qui selon moi en valent la peine. La suite sera plus intéressante.

J'ai d'abord été conduit chez un antiquaire en littérature qui m'a ouvert un bouquin poussiéreux avec pour titre « Mythes et Légendes du pays de la foudre ». Un chapitre parlait de l'Esprit Ténébreux de l'Orage, une dénomination populaire riche en émotion pour mettre un nom sur la descendance d'un démon - et c'est là que ça nous intéresse - qui frapperait ces cibles les nuits d'orages, d'un éclair noir qui ne laisserait que misère et dévastation dans un cratère jonché de corps et gravas. Rien n'est précisé sur les cibles mais le champs lexical de la cruauté est fortement marqué sur chacune des lignes. En revanche, aucun nom ni pseudonyme. Quand j'ai questionné le vieil homme sur ce "démon", il m'a fait signe de le suivre avec un sourire en coin.

Dans l'arrière boutique il a attrapé ce qu'il restait d'un livre plus ancien, dont chacune des pages restantes était soigneusement enveloppée dans des feuillets protecteurs et transparents. Il n'a pu me citer l'auteur, mais m'a fait comprendre que peu de monde à l'époque avait les moyens d'éditer ce genre de recueil. En d'autres termes ces histoires étaient écrites par la haute bourgeoisie et pour la haute bourgeoisie. Vous n'allez pas tarder à comprendre l'importance de ce point.
Une des histoires parle de tantôt un démon, tantôt une bête féroce qui aurait pris forme humaine. Descendant d'une lignée maudite - les Gogyou je suppose - il était l'incarnation du mal et des ténèbres, mais aussi de la sanction qui frappait ceux dont le comportement ne convenait pas. Facile pour instrumentaliser une jeune génération de futurs gouvernants, l'antiquaire m'a avoué durant notre entretien que ces récits étaient destinés à la lecture infantile. Vous savez celle que nos parents racontent à notre chevet alors que nous nous apprêtons à sombrer dans le royaume des rêves et des cauchemars.

Une phrase dit « De son énergie ténébreuse il foudroiera votre foyer, emportant toit et murs comme père et mère. » Nous en avons discuté. Nous étions d'accord sur le fait que cette "énergie ténébreuse" étaient ces éclairs noirs qui étaient au centre de nos recherches, ainsi que les appellations de démon et bête féroce étaient des façons de dramatiser ces histoires. Ceci dit, et ce dans tous les ouvrages, le terme de démon était particulièrement récurrent. D'autres bouquins parlent d'histoires similaires mais n'apportent pas grand chose. J'ai eu du regret à devoir tuer cet homme, puis je me suis dit qu'il pourrait encore être utile. Je pourrais le ramener si vous voulez, mais je me demande si déraciner ce genre de vieille branche n'aurait pas raison de lui... À votre guise mon seigneur.

Sur le chemin du retour, en recoupant ces informations avec celles que vous m'aviez données, j'ai fini par comprendre que toutes ses histoires relevant du fantastiques étaient les déformations d'évènements ayant réellement eu lieu. Le lendemain je décidais de creuser la piste sur les morts de daimyo à travers l'histoire. C'est ici que mon contact aux archives m'a été utile. Je pense que votre Mikami n'avait pas conscience de ce concept d'éclairs noirs quand il a fait ses recherches car cet élément a déverrouillé des pistes qui étaient jusque là inaccessibles. Il faut aussi avouer qu'avoir mon carnet d'adresse facilite grandement les choses.

J'ai passé la journée entière à retracer les morts de générations de seigneur féodaux (même si certaines étaient regrettables et révoltantes, je dois avouer que la plupart ont encré un certain sourire sur mon visage). Ce n'est que la nuit tombée, alors que la majorité des parchemins étaient entassés derrière moi que j'ai eu ce qui m'intéressait. Il était dit, en résumé : « Le seigneur a trouvé la mort dans sa demeure au terme d'une bataille épique à laquelle la quasi-totalité de son armée a participé. Alors que celle-ci allait reprendre le dessus sur ses assaillants qui fuyaient, un éclair d'une couleur se fondant dans la nuit noire s’abattit sur le palais en ne laissant que poussière derrière lui. » Ce sont les quelques cavaliers qui prenaient ces assaillants en chasse qui ont pu raconter les faits.

Est-ce que vous vous rendez compte... Tous le palais a été détruit ! Les descriptions disent que plus un seul mur de la structure ne tenait debout !! Vous réalisez ?! Cette histoire est si ancienne qu'elle remonte à l'époque de l'esclavage et de la totale suprématie des seigneurs ! Leurs moyens étaient illimités et leurs forteresse pouvaient bien accueillir plusieurs villages ! Ça n'avait rien à voir avec l'époque actuelle où même l'ancien seigneur de Tori fait pâle figure à côté les tyrans qui régnaient à l'époque. Cette attaque a fait froid dans le dos à toute une génération de daimyo, je pense que ça explique la perpétuation de ce récit sur une si longue période et toutes ces déformations.

Les responsables sont depuis connus sous le nom de Quintet Yorurai et sont comptés parmi les pires meurtriers de l'histoire de Kaminari, même si le temps semble avoir effacé leur souvenir. Les plus froids et les plus cruels dit-on. Mais il n'y a plus aucune information sur eux à partir de ce marqueur historique. C'est comme s'ils s'étaient retirés du monde... Mais il y a une incohérence sur ce point là, dont je n'arrive pas à discerner le vrai du faux : d'après ce que vous m'aviez dit, c'est Raigetsu qui a eu raison du daimyo. Pourtant les archives ne parlent que de ce quintet. Peut-être que ces histoires de démon sont la personnification de la force de tout un groupe. Aussi, ça me parait plus logique que cette destruction soit l'œuvre de cinq personnes et non pas d'une seule.

C'est ce que j'ai considéré comme vrai avant que je ne poursuive mes recherches, malgré la difficulté de remettre en cause les dires de l'esprit durant votre entretien avec lui. J'ai concentré mes recherches sur la période historique aux alentours de ce changement de seigneur pour y retirer quelques éléments. Un « répertoire de naissance dangereuses » créé en fait pour contrôler les Gogyou et mettre à mort ceux ayant eu raison de leur mère (ils en tiraient une certaine gloire, à l'époque) fait bel et bien mention de la naissance d'un Raigetsu. Quelques faits d'armes font mention d'un homme surnommé Éclair Noir. Il y a aussi cette histoire d'orage qui dura plusieurs jours et réduit la taille du sommet de la plus haute montagne du massif au Nord de Kaminari. Les témoignages parlent d'un trou béant qui donnerait sur les enfers, rien que ça. Le nom de Yorurai finit par revenir avec la rumeur d'un groupuscule vivant dans ces montagnes, les témoignages viennent des civils et des populations aux plus bas niveaux de la société.

Voilà où j'en suis à l'heure d'aujourd'hui. Si vous avez besoin de moi sur une autre affaire, je peux rentrer au pays des cascades ou me rendre autre part. Mais j'ai le sentiment que je peux en apprendre plus... J'attends de vos nouvelles et continue de creuser.


Mes respects.




Aucun nom ne fut apposé, son utilité étant ici inexistante. À la lueur d'une bougie mise en valeur par la pénombre omniprésente de la pièce, la parchemin fut soigneusement enroulé. Un second fut ouvert et descellé pour qu'un scorpion de la taille d'une main n'en sorte. Ce messager prêté pour l'occasion se vit apposé un sceau sur le dos dans lequel fut enfermé le rapport. Ceci fait, il glissa en ondulant sur le bois du bureau et disparut dans l'ombre pour retrouver le chemin de son maître.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Juunin d'Iwa
Messages : 1136
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Rapport d'enquête sur Gogyou Raigetsu dit l'Éclair Noir Mer 2 Déc 2015 - 18:24

Il était tard lorsque le petit scorpion s'aventura à passer les barrières ensablées du village de Suna. Bien discrètement la bête usa de ses talents naturels pour se frayer un passage à l'abri des regards. Frôlant murs et points obscurs celle-ci se fondait avec aisance parmi les ténèbres de cette nuit bien fraîche...
Finalement le Kuchyose finit par rejoindre son Maitre. Délivrant le message si mystérieux de cet indic particulièrement discret au Trentenaire qui ne tarda pas à en découvrir le contenu.

Les informations fournies étaient plus que satisfaisantes. Le quintet dont parla l'indicateur paraissait correspondre aux nombres de petits enfants qu'avait eut Raigetsu. Il s'agirait donc du même quintet fondateurs du clan Yorurai qui serait à l'origine responsable de la destruction du Palais du Daimyo de Kaminari.

Van ~ " Mikami serait donc peut-être l'un d'entre eux... "

L'intuition du Hoheinheim était rarement erronée. D'autant plus que Raigetsu en disparaissant mentionna Mikami comme étant sa plus précieuse descendance... Quel intérêt du moins avait-il à imposer à Mikami deux Fuinjutsus dont l'un afin de lui retirer la mémoire ?
Muni d'une plume et d'un morceau de parchemin, Van commença à écrire la réponse. Raigetsu avait parlé d'une femme, peut-être que l'homme parviendrait à en apprendre plus à son sujet.

~ ~
~


Je suis heureux d'avoir enfin de vos nouvelles.
Mon séjour à Suna semble plus long que je ne l'aurais cru...
Aussi je pense qu'en attendant mon retour il serait plus bénéfique pour nous que vous restiez à Kaminari.
Raigetsu durant sa brève apparition m'a parlé d'une femme qui serait d'après lui
à l'origine des sceaux placés sur Mikami.
Tentez d'en apprendre plus à son sujet et contactez moi si vous parvenez à la retrouver.
Il pourrait très certainement s'agir d'une des sœurs de Mikami
où d'une autre descendante directe de Raigetsu encore en vie.
Cette montage qui abrite les membres restants du clan Yorurai devrait nous permettre
d'en apprendre davantage.
Même si il ne s'agit que de rumeurs, un cratère comme
celui que vous me décrivez n'apparait pas du jour au lendemain sans raison.
Je compte sur votre discrétion pour que cette affaire ne s'ébruite pas.
Nous reprendrons bientôt contact.

Hoheinheim. V ~

~ ~
~

Lorsqu'il en eut terminé, Van attrapa le petit scorpion qu'il chargea du nouveau message. Un sceau sur son dos apparut dans lequel le Trentenaire pu y glisser la lettre...
Puis Le scorpion quitta la chambre afin de se remettre en route. Un long voyage l'attendait jusqu'à Kumo ce qui laisserait encore le temps au Hoheinheim de peaufiner son apprentissage du Kugutsu. Tant qu'il serait loin du Shukai, tenter d'en apprendre plus sur le passé de Mikami ne serait pas pleinement envisageable. Beaucoup d'affaires ici retenaient l'attention du Seigneur de Guerre à qui il restait encore toute la gestion du Pays des Cascades à s'occuper. L'indicateur était donc parfait pour tenir informer le Lumineux sur le sujet. Une enquête d'investigation comme celle-ci nécessitait après tout beaucoup de temps... Une denrée rare chez le Trentenaire dont l'agenda était overbooké...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Rapport d'enquête sur Gogyou Raigetsu dit l'Éclair Noir Mar 8 Déc 2015 - 10:22

Quelques courtes semaines s'étaient écoulées depuis l'envoi du premier rapport au Seigneur de guerre, et entre l'odeur du bois humide et de la cire brûlante se mêlaient le dur parfum de l'impasse, particulièrement aigre aux papilles d'un informateur de ce calibre. Les recherches sur le clan Yorurai n'avaient été fructueuses seulement lorsqu'elles concernaient cette époque antique et reculée, quand il était question de Raigetsu et du Quintet. Mais lorsqu'il s'agissait de fouiller des époques contemporaines... Ne serait-ce que d'y repenser et il transcrivait son agacement en de multiples points nerveux encrés par de nombreux a-coups au coin de la feuille, un mauvais toc qui trahissait l'échec dont il s'accablait. Pourtant il avait retrouvé des lieux importants, et ce bien plus rapidement que ce que Mikami n'avait pu le faire l'année précédente. Avait-il vraiment réussi à atteindre ce temple ? Ce ne serait pas illogique que lui ait pu y arriver, mais tout de même... ce n'était pas un cratère tout ce qu'il y a de plus banal. Van-sama comprendrait sûrement... Voici ce que son espion écrivait quand les cliquetis annonçant la venue du scorpion messager retentirent :

Van-sama

J'ai pu me rendre au sommet de la montagne où ces jours consécutifs d'orages sont censés avoir eu lieu. Et si par le passé il y avait eu un unique sommet ici... il est clair qu'il n'y est plus. Même si le temps a gercé les falaises, il faudrait des dizaines de millénaires d'éboulement pour reboucher cet abysse. Car c'est un trou béant qui se trouve ici au cœur de la montagne ; et veuillez me croire sur parole, je comprends qu'aucun alpiniste depuis l'époque qui a suivi la chute du daimyo n'ait osé s'en approcher d'aussi près. L'atmosphère qui nous parcourt les os en s'approchant du sommet est bien plus froide que la plus sombre caverne des Mamoru du pays des cascades. Je ne dis pas que je les ai toutes visitées... mais une force qui dépasse le monde des vivants est à l'œuvre là-bas.

J'avoue avoir hésité à pénétrer plus profond l'ombre qui enveloppe petit à petit l'artère de la roche. J'y ai envoyé un clone éclaireur, qui a sauté pour que je puisse estimer la profondeur. La vitesse atteinte pendant la chute l'a fait explosé avant même qu'il n'atteigne une surface. D'autre ont suivi, forcément à l'aide du kinobori. De longues attentes témoignant de descentes vertigineuses ont marqué cette journée. Aucun n'a atteint le fond. Tous, à peu près dans la même échelle de temps, ont fini par glisser et exploser. J'en ai vidé ma réserve de chakra et ait été contraint de rebrousser chemin. Néanmoins, j'ai pu noté une forte présence d'humidité dans les plus basses profondeurs du gouffre. Lorsque je le surplombais, j'avais la ferme impression qu'une main fantomatique allait surgir pour m'y emmener à jamais. Je me suis convaincu que c'était l'œuvre de mon imagination, puis j'ai commencé à en douter.

Le lendemain, un autre clone est descendu pendant que j'attendais d'une position plus éloignée que la veille ; il avait avec lui tout un équipement lui permettant de descendre en rappel. J'ai pu découvrir que d'épaisses couches de mousse avaient provoqué la chute de mes clones. Je ne pouvais pas y planter l'ancrage du cordage, et aucune corde n'était asse longue pour que j'atteigne le fond. J'ai du sauté, rebondissant sur la mousse en me dirigeant vers un atterrissage qui me paraissait à chaque fois un peu plus voué à l'échec. Mais mon clone a atterrit dans une étendue d'eau. Le fait de rebondir de paroi en paroi m'a finalement permit de ralentir ma chute. Ceci dit, il a vite fait d'avoir été électrocuté. Mais j'avais atteint le fond pour la première fois. J'ai encore une fois vidé mes réserves de chakra et voici ce que j'ai pu recueillir de mes divers clones.
- Il y a un îlot au centre de l'étendue d'eau.
- Cette étendue est entourée de cascades qui précipitent sûrement dans les entrailles de la terre
- Il y a une bâtisse sur l'îlot. Ça ressemble à un temple.
- Toutes les décharges électriques qui ont détruit mes clones provenaient de cette bâtisse.
- Deux torches flambaient encore à l'entrée malgré l'humidité ambiante.
- Une analyse sensorielle n'a révélé aucune présence.

Ce lieu reste un mystère pour moi. S'il n'est pas occupé alors il est autonome. Mais depuis combien de temps ? Il a très bien pu être créé après la formation du cratère, il y a des siècles, par des hommes. Sûrement ce Quintet. Mais si c'est le cas... alors ça veut dire que ce n'est ni un esprit vengeur, ni une catastrophe naturelle qui ont créé ce "cratère", mais bien des shinobi. Peut-être est-ce un peu de ces trois cas. Mais quoi qu'il en soit, je ne veux pas avoir affaire à l'intérieur de ce supposé temple.

Le reste de mon enquête a porté sur le village où était installé le quartier du clan Yorurai. Sa position a pu être déterminé en croisant certains détails sur de nombreux témoignages. Mais je n'ai trouvé qu'un quartier vide et désolé, qu'aucun des habitants n'ose occuper. Tous sont très réticents à s'étendre sur ce sujet là, et la fouille d'aucune des demeures n'a révélé de point important, ce n'est pas étonnant. Mais je suis sûr que c'était bel et bien le quartier du clan Yorurai, tous m'ont confirmé qu'ils habitaient ici depuis le début, et ce jusqu'à il y a peu. Voici le dessin de la reconstitution de leur symbole, la visite du foyer m'a confirmé que ce n'était pas le fruit d'une autre invention populaire et générationnelle.

Dessin:
 

Mes investigations semblent s'arrêter ici. Aucune affaire personnelle à un shinobi n'est restée, et ce n'est pas étonnant... Il n'y a plus que vêtements, meubles, et tous types d'ustensiles utiles à l'entretien d'un ménage. Tant d'objets qu'il convient de laisser derrière soit lorsqu'on tourne le dos à sa terre natale, et rien qui ne soit empli d'une valeur autre que matérielle qui me permettrait d'en apprendre plus. Je crains d'avoir fait le tour. Tout ce que nous savons se résume aux mythes ayant traversé l'histoire et aux évènements les ayant nourris. À savoir la destruction du shogunat de Kaminari et de son palais, par le Quintet ou Raigetsu, peut-être les deux. Je pourrai vous ramener des copies de ces récits. Et cet endroit à l'intérieur de la montagne qui nécessite une préparation bien particulière.



Et tout un nuage de pointillés nerveux reprenait à la suite de ces mots, précédents une signature anonyme réticente à venir. Avant de terminer, l'informateur lut le message que le Hoheinheim lui avait adressé. Ceci fait, il apposa une signature pleine de vigueur et d'assurance, dans un « Mes respects. » dont la tournure des courbes soulignait l'élan apporté par ces nouvelles informations. Pauvres en surface, mais des plus riches pour un expert en fouille et investigations. Voici la deuxième lettre écrite après avoir creusé la piste induite par la seule et infime expression "femme à l'origine des sceaux" :

Van-Sama,

Suite à votre réponse, j'ai renoué le contact avec mon camarade à Kumogakure. Il a été le premier à relancer les informations : si le dossier sur le clan Yorurai était vide, il a entre-temps jeter un coup d'œil dans celui des équipes qui n'étaient plus d'actualité. Il y a bien des Yorurai qui ont œuvré à Kumo, et ils étaient deux. Yorurai Hanaryû... et Mikami. Leur équipe a été formée alors qu'il n'avait pas encore 10 ans, puis a été étoffé quelques années plus tard. Hanaryû, le sensei, s'est vu confier la formation de Taiyu Kadoria et Yume Hoshizorano. Le Kadoria était un membre prometteur de son clan, tandis que la jeune fille était une kunoichi très studieuse. Elle excellait dans tous les domaines dans lesquelles elles s'engageaient et elle pourrait très bien être la femme que nous cherchons. Son dossier stipule qu'elle était une experte aussi bien en sensorialité qu'en techniques de scellement. La pauvreté du dossier de cette équipe me laisse penser qu'ils ont accomplis un bon nombre de devoir dans l'ombre et qu'ils ont vécu bien plus de choses ensemble que ce que ces quelques lignes ne veulent nous faire croire.

Et puis... Les trois membres de l'équipe ont disparu il y a de cela quatre ans, la même nuit. Le Kadoria était apparemment affecté à la protection de l'endroit où ils gardent toutes les données sensibles - je n'ai pu obtenir le vrai nom du lieu, bien évidemment. Aucune nouvelle, d'aucun des trois, depuis cette nuit là. Hanaryû quittait Kumo sur un accord mutuel quelques jours après, après être rentré de mission.

Je n'ai rien pu obtenir d'autre à ce jour sur cette Yume. Mon informateur à Kumo et moi nous devons de limiter nos contacts. En établir deux dans le même mois était déjà très risqué. J'espère que vous verrez le plus grand intérêt à ce que j'ai pu obtenir jusqu'ici, et reste à votre entière disposition pour une nouvelle mission ou la poursuite de celle-ci.


Mes respects.


Ainsi il glissa cette lettre à côté la première, les enroulèrent et scella les deux parchemins d'abord à l'aide de la cire coulant de la bougie à son chevet, puis sur le dos du mini-scorpion qui à nouveau disparut dans l'ombre, lui rappelant son clone qui s'engouffrait dans les montagnes, provoquant un sombre frisson courant son échine comme l’arachnide courait le bois de la fenêtre avant de se jeter dans le vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rapport d'enquête sur Gogyou Raigetsu dit l'Éclair Noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Passé & Lettres :: Lettres-