N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 De l'importance de la famille [Yami]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 366
Rang : B

Message(#) Sujet: De l'importance de la famille [Yami] Ven 27 Nov 2015 - 1:15

-La est là dedans depuis six heures personne a pensé à s'inquiéter de son cas?

-Tu apprendras qu'on ne s'immisce pas dans l'intimité d'une Reine sans en payer les conséquences.

-Ce n'est pas une Reine, vous le savez aussi bien que moi et Yoko confirmera autant que Yami elle n'est...

-Qui es-tu pour juger? La force ne fait pas tout. Chaque chose en son temps.

Et dans la bibliothèque l'adolescente n'entendait rien de cette discussion. Elle retournait chaque rayon, ratissait les livres et les chapitres des codex à la recherche d'informations à son sujet. Elle ne trouvait pour le moment rien du tout, des tueurs et des tyrans le clan en avait connu. Certains avaient marqués l'histoire de leurs empruntes d'autres étaient morts dans l'anonymats. Mais La n'était pas morte, du moins avait-elle survécu en s'accrochant à la vie. Elle était radicalement différente de son ancienne version, partout dans les registres et la chronologie des Ketsuekis des taches de sang, des massacres et des guerres sans fin. On l'appelait Reine, et elle se savait suzeraine autrefois alors pourquoi diable son nom n'apparaissait nul part? Pourquoi elle ne voyait pas même une ligne à son sujet dans ces foutus bouquins. Elle n'avait pas apprit à lire pour rien, elle n'avait pas obéit à Yoko pour juste une futilité de plus.

Elle enrageait, contre elle même principalement. En ce moment ses colères se dirigeaient plus souvent à son encontre, elle marchait sur un fil comme une équilibriste. En bas? La mort et des démons encore pire que Chura. En haut? Un paradis qu'on lui refuserait, et devant elle? La vie éternelle. Rajeunir était une chose, rester jeune pour toute la vie en était une autre. Son corps vieillissait. Elle entrait dans la dernière période de l'adolescence. Ses formes étaient déjà installés et arrivaient à maturité, son corps aussi. Sa taille dépassait celle de Yoko, elle frôlait le mètre quatre-vingt. Une femme muette toujours, mais ce silence était d'autant plus pesant qu'elle avait finit par s'y habituer. Ses rares injonctions, ses grognements étaient synonymes de gravité de situation précaires ou urgentes.

-La? Tu vas bien?

-Vous perdez votre temps elle ne répondra pas.

Et Carmilia avait parfaitement raison. Elle envoya valdinguer un bouquin à l'autre bout de la pièce et souffla. Elle claqua une cigarette et en savoura longuement la première latte avant de se gratter l'arrière de la tête avec véhémence. Il devait bien exister des livres sur le passé le plus ancien du clan. Une époque ou les vampires vivaient en maisonnées, une époque ou le premier comte avait unit les différentes branches pour former un clan et avait tuer sans pitié ses opposants. Quand on y pense sa chute n'en fut que plus célèbre et pathétique. Se faire trahir par la chaire de sa chaire, par sa descendance. Risible, ils voulaient tous être des Dieux. Se satisfaire de ce qu'on possède est déjà important et l'adolescente muette le savait mieux que quiconque. En attendant elle fouillait encore et toujours à s'en abîmer les mains. Elle chercha ainsi pendant facilement une heure de plus avant de tomber sur un ouvrage pas spécialement poussiéreux mais fermé par un sceau ensanglanté. 'Mythes et récits des Drakul de Renoms par Ernest Alaxmi'

Intéressant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 366
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: De l'importance de la famille [Yami] Mar 1 Déc 2015 - 23:32

-Vous avez trouvée Ma Reine n'est ce pas? Je le devine à votre sang qui bouillonne. Malheureusement il semblerait que quelqu'un ait arraché des pages du livre. Vilain inconnu qui tourmente ma suzeraine~

Carmilia tu te trahis ouvertement, alors c'est bien ça l'ancienne conseillère a ses propres plans concernant l'adolescente réincarnée. Alors le sang trahira le sang, mais n'était-ce pas déjà prédestiné depuis le début? Et pourtant devant l'ouvrage ancien la petite rebelle du clan ne tremble pas. Elle le savait déjà, elle s'en doutait. On ne trompe pas mille fois la même personne, un dicton du genre. Les informations qu'elle glane en revanche feraient presque d'elle l'apothicaire du clan. Comme un scribe elle note sur une feuille les mots importants, à son sujet mais pas que. Parce noir sur blanc les excommuniés du clan Ketsueki sont notés. Et oui même chez les fous il y a des limites à ne pas franchir, mais quand on ne fixe aucune règle il est difficile d'imposer des limites. Et en cela Yami change les règles et en instaure.

Et il est plaisant et apaisant pour la femme en devenir de constater que maintenant ce n'est plus elle qu'on regarde de travers. Non maintenant les Ketsuekis sont plus nombreux, au risque d'avoir des affrontements et des guerillas contre d'autres clans. Au risque de voir des meurtres le soir dans le manoir. Qu'importe Carmilia à ses disciples, ses suivants. Une fraction d'une poignée de survivants du temps. Et le rôle de l'adolescente dans tout ceci? Il est encore indécis. Elle ne se voit pas à la tête d'un royaume quand elle ne sait pas encore faire une attaque puissante. Elle ne se contrôle pas alors comment pourrait-elle prétendre à diriger les siens?

Une tyrannie c'est exactement ce qui l'horrifie mais l'attire à fois, au moindre relâchement des ombres surgissent des assassins. Et diriger n'est pas chose aisée. Que t'arrive-il La? Deviendrais tu soudainement plus sage et propice à accepter l'autorité? Non bien sur que non tu te mets juste un instant à la place de quelqu'un avec des responsabilités. Et ce passé que tu découvres tu veux avidement connaître la suite. Car pour le moment ce que découvre l'adolescente ne correspond à rien de véritablement exploitable.

Des légendes sur une vampire vivant reclus en autarcie avec ses fidèles. Elle dirigeait bien un royaume et à son apogée elle aurait refuser de se joindre à la campagne du premier comte parce que comme tous les monarques d'autrefois elle se considérait comme inégalée et ne reconnaissait aucun autre égale. Et en relisant ça la muette esquisse un sourire, aujourd'hui encore plus faible que jamais elle ne reconnaît toujours pas ses supérieurs. Mais il est évident que l'ange de la mort qu'elle était n'a plus rien à voir avec l'adolescente feignante et enfantine qu'on lui oppose à présent.

Elle referme le livre et le range dans un sac en bandoulière. Quelqu'un approche et Carmilia ne se fait plus sentir. Qui est donc fou pour oser s'imposer à la baronne rouge? Ou alors quelqu'un qui possède une aura persuasive conséquente. Yami?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1345
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: De l'importance de la famille [Yami] Sam 5 Déc 2015 - 12:23

Le manoir n'avait jamais été aussi rempli. Bien sûr il l'était nettement moins que lors de ma cérémonie mais cela était prévisible. Je n'aurais d'ailleurs pas voulu que tous me suivent car après tout, je n'avais demandé que ceux qui partageaient mes idéaux et en cela je m'assurais de leur loyauté car certains, venus des confins du désert, avaient acceptés de se plier à la vie en communauté au sein d'un village Shinobi qu'ils avaient quitté précipitamment ou toujours renier. Plus que de suivre mes objectifs, ils s'imposaient la volonté du village caché du sable et son règlement pour pouvoir me suivre. Cette preuve de servitude me convenait mais pour autant je restais sur mes gardes. Je ne savais que trop bien que les miens étaient susceptible de vouloir me poignarder dans le dos à tout moment.

La route vers notre ère de puissance était encore longue mais nous ne ferions pas les mêmes erreurs que mes aïeux.
Depuis que je dirigeais officiellement la tête du clan, La se montrait des plus discrètes. Non pas que je me préoccupais de son sort, elle était assez grande pour savoir se gérer elle même, mais je me devais de connaître sa position vis à vis de tout ça pour savoir ce que elle espérait et si cela était en adéquation avec mes attentes ou si nous allions inévitablement droit vers un mur.

Je pénétrais donc dans la bibliothèque alors que je ne percevais plus la présence de Carmilia y rôdant. Les liens de sang possédaient cette particularité si pratique qui nous permettait de toujours savoir où se trouvaient plus ou moins les autres tout en pouvant du coup esquiver la confrontation.
La fouinait dans les étagères comprenant de nombreux ouvrages : tous en rapport avec les nôtres. Elle referma l'un d'eux qu'elle glissa dans son sac tandis que je m'approchais et que je la sentais méfiante.

« Tu cherches des réponses ? »

Peut-être était-elle en train de s'instruire sur son passé a moins que ce ne soit sur son avenir...

« J'ai lu une bonne partie de ces livres lorsque j'habitais encore seule ici, pour passer le temps. Si tu me dis ce que tu cherches je pourrais peut-être te recommander certains écrits. »

Lui disais-je en lui adressant un sourire belliqueux.

« Que comptes-tu faire maintenant ? »

Maintenant que j'étais cheffe de clan. Cela ne changeait pas vraiment grand chose pour elle car j'avais toujours été son autorité supérieure mais voir le manoir se remplir, cela ne lui plaisait sans doute pas à elle, si solitaire. Moi, au contraire, je détestais la solitude pour ne l'avoir que trop côtoyé.

Mon ton n'était pas avenant comme autrefois, il s'agissait là d'une simple question. Jamais je ne m'étais sentie aussi bien...



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 366
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: De l'importance de la famille [Yami] Dim 6 Déc 2015 - 13:56

Elle était là comme à son habitude en débarquant sans se soucier de l'intimité de l'adolescente. Elle voulait aider sa cadette, intention louable mais les échos des discours de la nouvelle comtesse avaient depuis longtemps étés entendus. Soit proche de tes amis et encore plus proche de tes ennemis, sans qu'aucune des deux s'en rendent compte la tension et leurs relations spéciale accentuait la méfiance de chacune des deux femmes. L'une se méfiait d'une rebelle qui semblait se calmer à la venue miraculeuse de son passé en personne et l'autre se méfiait du pouvoir et de la force de celle qui l'avait rendue muette. Sous le coup de la colère Yami pouvait tuer La et cette dernière n'avait aucunement envie de trépasser. Pas maintenant, pas proche de quelque chose de concret. Il fallait quand même répondre, ou prendre le risque de tout nouveau voir tout s'effriter. Pas cette fois, Yami paraissait calme il aurait été dommage de tout gâché.

Mon passé s'est matérialisé et joue à cache cache avec des détails.

Carmilia était directement visée par cette phrase écrite sur un bout de papier. La avait décider de se prêter au jeu du questionnaire de son aînée. Posant son derrière sur une chaise elle s'alluma une cigarette qu'elle cendra dans une petite excroissance de dôton. La seconde question de Yami en revanche provoqua un hochement d'épaule et une négation sur le visage de l'adolescente. Premièrement si Yami savait exactement ce qu'elle cherchait la muette doutait qu'elle continue de l'aider. Une surveillance accrue n'aurait comme résultat qu'une colère refoulée. Elle préférait garder secret ses objectifs.

Je m'instruisais. Après tout maintenant il est difficile de dormir tard le matin. Le calme est seulement présent ici et dans la cave.

Non pas que cela la dérangeait mais elle mettrait un moment à s'y acclimater. Un moment à accepter le fait de ne plus être la seule dans le champ de vision de Yami. La seule à bénéficier de son attention, de ses colères et de ses douceurs. Un moment à ne plus être unique et sombrer dans la solitude comme à son habitude. Elle était égoïste comme tous les enfants, la différence c'est qu'elle ne l'était plus depuis des dizaines d'années et qu'elle devait grandir même sous ce nouveau corps et cela passait par une maturité soudainement installé et un calme platonique.

Je ne sais pas. Je suppose que je vais de nouveau disparaître de ton quotidien, je suis désormais rien de plus qu'une Ketsueki parmi tant d'autre. Le commun de notre clan.

Elle aspirait pourtant à autre chose. Devenir le bras droit de Yami au sein des siens, mais pour cela il fallait qu'elle prenne son courage à deux mains. Qu'elle affronte et qu'elle aille au bout de ses idées. Mais c'était contradictoire avec ce que Carmilia voulait et que la muette ressentait. Revenir à ses origines pour des raisons obscures. Tout ceci était bien compliqué.

Et toi que vas-tu faire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1345
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: De l'importance de la famille [Yami] Lun 14 Déc 2015 - 14:30

La avait visiblement trouvé des réponses sur sa vie d'antan. Toutefois elle clamait que des détails se terraient de manière impromptues. La façon dont elle déclarait cela me laissait dire que ces détails étaient connus mais gardés secret par certaines personnes... Qui d'autre que Carmilia pourrait être au fait ?

Mon regard se fit plus dur, mes sourcils se froncèrent alors que je lui demandais :

« Tu veux que je m'assure que tu puisses y avoir accès ? »

Nous savions toutes les deux ce que sous entendaient mes propos. Si Carmilia avait des informations qu'elle ne voulait pas communiquer à La alors je me ferais un plaisir de lui faire cracher le morceau. Ce passé appartenait à ma cadette, elle avait dès lors un droit de regard dessus sans que personne ne puisse se permettre de lui ôter ce privilège.

Pourtant elle ne souhaitait pas que je l'aide en la renseignant sur des ouvrages qui auraient pu lui être utile clamant par la même occasion qu'elle avait perdu de sa tranquillité, ce qui me fit sourire.

« Il est vrai que le manoir n'a jamais été aussi plein de vies... »

Ce qui en faisait de nouvelles a abattre si jamais la dissidence venait à faire son apparition...
Son ton se montrait en revanche plus acerbe lorsqu'elle répondit à ma question sur ce qu'elle allait faire désormais. Elle ne savait pas vraiment mais elle supposait qu'elle deviendrait de nouveau invisible à mes yeux puisqu'elle était désormais une Ketsueki parmi les autres, rien de plus.
Je lui ébouriffais dès lors les cheveux tout en lui adressant un regard mesquin :

« Oh que non je ne risque pas de t'oublier ! Après tout il y aura bien une bêtise ou deux qui me le rappellera si d'aventure je te laissais vraiment à l'écart n'est-ce pas ? »

Elle avait beau avoir changé : chasser le naturel, il revient au galop. J'étais intimement persuadée qu'elle continuerait ses frasques ou à défaut, si elle craignait la sanction, elle trouverait autre chose pour se faire remarquer : elle en était spécialiste.

« Et puis tu auras toujours une place de choix dans mon cœur ma petite sœur adorée ! »

Cela sonnait un rien sarcastique mais allez savoir s'il y avait bien une once de sincérité dans cette phrase... ?

« Comptes-tu rester a Suna ou as-tu d'autres projets concernant la restauration de ton passé ? »

Il s'agissait là d'une simple question de curiosité. Comptait-elle partir ? Je pourrais très bien la couvrir pour que cela ne soit pas considéré comme une désertion mais en avais-je seulement envie ? Elle était celle qui me connaissait parmi les nôtres. Ceux ayant choisi de me rejoindre n'étaient que des inconnus pour moi tout comme je l'étais pour eux. Nous avions simplement des espoirs et desseins commun. Cela différait vraisemblablement entre moi et La. Pour autant elle demeurait celle la plus a même de me comprendre moi et mes choix. J'avais en quelque sorte besoin d'elle à mes côtés même si c'était peinant à admettre.

Nouvel instant de silence avec pour simple murmure le bruissement de la feuille de papier sous son crayon. Elle me retournait ma question.

« Ce que je vais faire ? Eh bien beaucoup de choses. Rassembler les nôtres était la première étape. La prochaine serait plus... sanglante. J'ai a cœur de restaurer notre puissance et cela ne pourra pas se faire sans quelques sacrifices... »

Pour contenter le Seigneur noir qui nous ferait grâce de son pouvoir et ôterait, à terme, la malédiction qui pesait sur nous : voilà ce que je comptais faire. Nous retirer toutes tares et accroître notre puissance : plus personne ne pourrait nous nuire et Suna serait défendu.

J'observais ma cadette en silence. Ses projets avaient-ils des dénominateurs communs aux miens ?

« Carmilia et ses sœurs sont de bons conseils j'imagine ? »

Lui demandais-je alors que je me rappelais de leur discours houleux lors de mon intronisation.

« C'est toi qui était Reine, non l'inverse. N'oublie pas qui commande. »

La conseillais-je. Ces harpies avaient l'air de beaucoup vouloir décider pour elle mais elle était la seule maîtresse de son jugement et de ses choix. Il ne fallait pas qu'elle se fasse manipuler par des momies peut scrupuleuses qui n'auraient comme plan que de se servir d'elle pour accomplir leur noir désir...




We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 366
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: De l'importance de la famille [Yami] Ven 15 Jan 2016 - 19:34

Une Reine n'est rien sans un entourage fiable et dévouée. Et toi qui mieux que quiconque devrait le comprendre.

Elle se lève écrase son mégot contre sa paume et s'en allume une autre, quelque chose a changé. Un lien brisé? La froideur s'installe sans raison apparentes, quelque chose que ne digère pas l'adolescente à la chevelure noire comme la nuit. Elle essaie pourtant de pardonner, elle se force même à s'avouer ses fautes mais rien n'y fait. Quelque chose a changé et c'est indéniable, l'ascension de Yami a provoqué une réaction en chaîne. Dans son coeur disait-elle? La sourit sans conviction.

Quel coeur? Le tient n'est plus, et celui de tes pairs ne se prête pas vraiment aux liens sentimentaux.

Quitter le village? C'était un sujet récurent mais en même temps c'était l'adolescente qui l'avait placé comme idéal dès les premiers échanges. Elle se rappelait encore sa fugue dans le désert de Suna, elle se rappelait aussi avec un brun de nostalgie les magasins. Qu'elle avait été sotte ce jour là, mais elle ne changeait pas aussi rapidement que pouvait espérer Yami. Elle avait évoluée, elle était devenue quelqu'un d'autre. Elle était sur de ne plus emprunter la même destinée que la Reine d'antan, elle était sur le chemin de l'opposé elle deviendrait une fillette se réfugiant et fuyant les affrontements dans sa vie? Comme était-ce possible? Le genre humain lui donnait de drôles d'allergies, des réactions que son corps produisait en chaîne jusqu'à ce que ses entrailles ne menacent d'exploser et qu'elle se force à fermer les yeux pour ne rien voir. Elle n'avait jamais rêvée et si c'était la prochaine étape alors l'humanité aurait propager en elle un terrible virus. Elle allait devenir comme les civils, s'attacher à des gens et craindre de les perdre? Pleurer les morts et maudire la vie? Elle allait être passive.

Voilà ce qui lui faisait peur, et en face d'elle un autre modèle lui montrait une terrible autre route. Elle avait reniée son humanité si chèrement gagnée elle avait enfouie en elle les vestiges de ses rencontres pour l'ambition. L'ambition de son géniteur et pour se sacrifier pour un groupe. La le savait, ça non plus elle en était pas capable. De changer du tout au tout. Elle resta un instant à plonger son regard dans celui de Yami comme souvent les deux le faisaient avant de souffler et de s'allumer une autre cigarette.

Je ne sais pas, je ne sais plus. Quelque chose change, et au loin j'entends déjà l'appel des fantômes du passé. L'ambition et la dévotion ne font jamais bon ménage. Les fanatiques attendent surement ton appel pour la guerre mais les autres te suivront-ils? Et moi? Que ferais-je alors. J'obéirais bien sur. Car la restauration de ce que nous avons été peut avoir des conséquences que tu penses bonne mais qui seront autrement terribles. Nous sommes peut être punis mais ce n'est pas à cause d'un Dieu. Nous sommes des solitaires et en meute nous ne sommes pas viable. Tu le remarqueras tôt ou tard quand ils te planteront dans le dos. Alors tu te relèveras encore plus forte et tu écraseras la rebellion, et tu deviendras ce qu'à été le premier 'comte'. Ils auront raison de t'appeler monstre et moi à cet instant que ferais-je?

Elle ne pleurait pas, elle parlait à l'écrit et si elle avait pu le faire avec sa voix alors l'intonation aurait été désabusée, le regard las elle écrivait à avoir des crampes. La mine se cassa elle continua quand même.

Les conseils n'engagent que ceux qui ont en besoin. Les conseillers n'existent que pour ceux qui sont prêts à être épaulé, déranger parfois dans leurs propre objectifs mais qui sont diplomate. Je ne le suis pas, je ne suis pas prête et toi non plus je pense. Car les liens du sang sont encore trop forts. Je ne peux partir sans penser à ce que je laisserais derrière moi.

Elle relève son visage et détourne la tête en écrivant la dernière phrase.

Et toi tu n'aurais plus de repère au sein du clan, et les vautours seraient légions, ils te caresseront dans le sens du poil sans que t'en rende compte. Tant que tu tueras ils seront content de trouver charpie et lorsque tes proches en tombant te feront voir la vérité et qu'il sera trop tard alors ils se jetteront sur toi cannibales horribles créatures de la nuit. Tu es une lumière dans la nuit qui attire non pas des lucioles mais des monstres qui se voient guider vers une route hors des ombres à la découverte d'un nouveau monde, un nouveau terrain de chasse. Tu nous guides mais pour combien de temps? Lorsque la bête se retournera contre son maître ta force seule suffira-elle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1345
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: De l'importance de la famille [Yami] Sam 23 Jan 2016 - 11:57

Les paroles de La étaient pour la plupart censées, pour une fois.

« Une Reine ne peut effectivement pas agir seule mais pour autant être entourée ne lui garantie pas sa sécurité. Mieux vaut se méfier de l'eau qui dort... Tu devrais aussi le savoir : les notre ne sont pas vraiment ce que l'on peut qualifier d'entourage fiable et dévoué. »

Si je risquais des coups de poignards dans le dos dont j'avais bien conscience, La aussi devrait rester sur ses gardes car elle serait une proie plus facile à atteindre et peut être même qu'ils chercheraient à me faire chanter pour garantir sa sécurité : la fourberie des Ketsueki était sans limite.

Un sourire apparaissait au coin de mes lèvres lorsqu'elle évoqua mon cœur.

« Il est vrai que ce n'est pas vraiment le modèle de paix et d'harmonie mais le cœur est différent de l'esprit. Je suis certaine d'être en mesure d'éprouver des sentiments si je m'en donne la peine. Après tout il s'agit là de ma grande faiblesse sur laquelle mes pairs n'ont pas lésiné à m'accabler... »

Pourtant leur soif sanguinaire sans pitié ni humanité n'avait que fini par précipité le clan au bord du précipice dont il se trouvait aujourd'hui. Les méthodes devaient restées fermes tout comme l'application mais les négociations ou les décisions devaient se prendre avec plus de recul sans se précipiter la tête basse.

J'étais différente, le rituel m'avait changé et jamais je ne redeviendrais celle d'autre fois, j'en étais convaincue. Toutefois une part de mon ancienne personnalité pourrait bien refaire surface un jour ou l'autre entre deux visions chaotique et cauchemardesque que je communiquerais mes aïeux, vestige de leurs propres batailles et leurs propres convictions.

La vision de La était intéressante et me poussait à la réflexion tout en faisant poser ma main sur sa tête en guise de bienveillance sans doute.

« Tous ne me suivront pas dans la bataille et c'est bien pour cela que je n'ai forcé personne à prendre part à celle-ci. Les forcer n'auraient qu'attisé leur haine et les complots auraient été plus nombreux encore pour me défaire pour oser imposer ma loi. Je sais que ces comportements perdurons tout de même, j'en ai conscience, et je suis prête à les accueillir. Si leur décision est la rébellion plutôt que l'ascension alors soit, je les attends. »

Je ne les craignais pas mais pour autant je savais remarquer la puissance de mes adversaires sans croire que j'étais toute puissante, comme me l'avait appris mon père. La surestimation de ses capacités était aussi ce qui avait précipité le clan vers un précipice sans fond. J'apprenais du comportement de mes pairs et savais ce qu'il était bon de reproduire ou non. Je me servais de leur expérience, littéralement ancrée en moi pour conduire et guider les notre vers un avenir plus prospère.

« Une meute n'est pas viable et pourtant tu disais toi même qu'une Reine se devait d'être entourée. C'est ce que j'ai dis plus tôt : entourée ne veut pas dire que ce soit de bonne compagnie. Ils me serviront à accomplir certaines choses et à atteindre notre objectif commun, ce que je ne pourrais pas réaliser seule ou alors bien moins rapidement. Il n'y a pas qu'eux qui ont le désir de se servir de moi, la réciproque est vraie... »

Je n'agissais pas par altruisme et était bien consciente des dangers qui arpentaient ma route. Toutefois, je prenais le risque d'utiliser ces dangers à mon avantage pour parvenir plus rapidement à mon idéal : choisissant donc la voie la plus sinueuse et ponctuée de défis.

« Nous sommes déjà des monstres aux yeux de ceux ne faisant pas partie de notre clan. Un monstre ne naît pas monstre, il est façonné. Si tel est le chemin qu'ils me font suivre alors ils ne devront s'en prendre qu'à eux mêmes. Je ne les laisserais pas ternir notre nom ni même salir ma branche. Etre responsable des nôtres est une tâche bien plus ardue que d'être responsable du peuple comme doit le faire un Kazekage par exemple. »

D'autant plus lorsque le notre se laissait, de façon éhontée, guidé par ses sentiments...

« Toi tu feras ce que bon te semble. Me suivre, Me poignarder ou t'en aller. Voilà les options qui s'offrent à toi petite sœur. »

Mon ton n'était pas mielleux sur cette marque d'attention, il était aussi froid et rigide qu'il l'était depuis le début de la conversation.

« Les liens du sang me guideront jusqu'à toi, même si tu te décides à t'enfuir. Sache bien cependant que je ne te retiendrais pas. Je ne te traquerais pas en tant que cheffe du Kakumeigun. Je me contenterais de percevoir ta présence lointaine en espérant que tu atteignes tes propres objectifs. En contrepartie, tu ne bénéficierais plus de mon soutien ni de ma protection. Le monde en dehors des murs de Suna est bien plus impitoyable qu'une sécurité qui te mine. »

Elle ne m'arrangeait pas moi non plus cela dit. La sécurité renforcée du village ne facilitait pas mes affaires personnelles. Cependant, je pouvais toujours agir sous le couvert de l'unité spéciale dont j'étais en charge. J'avais atteint un poste qui me le permettait : ce qui avait toujours été mon objectif. C'était également ce que je voulais pour redorer notre blason familial. Une Ketsueki haute placée dans la hiérarchie du village : c'était du jamais vu et c'était également tant mieux pour changer les mentalités. Je leur mangeais dans la main pour mieux les mordre au moment où ils s'y attendraient le moins... Un prédateur latent, gravissant les échelons dans un halo de confiance avec des tâches à hautes responsabilités confiées dans mes mains souillées par la mort et la désolation. Dire que tout cela se passait sous leur nez sans qu'ils n'y prêtent un quelconque regard... Cela m'arrangeait bien.

« Les guider hors de la nuit n'est pas mon but. Nous y serons toujours tapis. Mais vers de nouvelles terres nous appartenant oui. Je sais qu'ils se serviront de moi mais je me servirais avant tout d'eux et au moment où ils voudront se rebeller, alors que notre gloire sera à porter de main, alors ils découvriront la toute puissance de Jashin et ils mourront pour lui avoir désobéi et l'avoir trompé en usant de pouvoirs qu'il leur a confié mais dont ils se sont montrés indignes. Son courroux s'abattra et ces fidèles soldats serviteurs périront après leurs loyaux services... »

Mon regard luisait d'une intensité mauvaise et je me prenais à esquisser un sourire malsain. Ils pensaient m'avoir mais j'avais un coup d'avance... J'étais peut-être dévouée a mon clan mais je n'étais pas folle et avais prévu d'anticiper leur affront qui aurait indubitablement lieu.

« La confiance n'existe pas au sein des nôtres et je ne suis pas prête de la leur accorder... Tu n'as donc pas a t'inquiéter pour ma sécurité. »

Ma main fraîche s'était posée sur sa joue alors que je prononçais ces mots. Non, elle ne devait pas s'en faire...



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 366
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: De l'importance de la famille [Yami] Jeu 28 Jan 2016 - 16:10


Et moi ne je garantie pas ta sécurité?

Elle ne le voyait donc pas, elle le verrait jamais si La ne s'imposait pas. Son regard fustigeait l'aînée, elle tournait en rond et écrasa sa clope à peine entamée avec force. Yami ne pouvait pas comprendre, elle s’entêtait à rester sur des apprioris. Et La savait déjà ce qui allait se passer, elle allait s'isoler du clan et oublier la seule personne qui lui témoignait de l'affection. Elle allait oublier sa soeur, elle allait oublier les liens qu'elles avaient forger. L'oublie et être mise de côté cela La pouvait l'endurer mais l'obstination et la dévotion de Yami l'effrayait.

Alors c'est comme ça? Tu passes du rire aux larmes? Et c'est donc moi la plus dévouée des notre qui subit ton courroux? Crois-tu que j'irais te poignarder dans le dos? Ne peux-tu donc jamais dépasser ce stade primitif du manque de confiance? Tu penses que dernièrement tu as eu besoin de te soucier de moi? Tu retournes dans tes vieux travers, tu me blâmes mais tu veux faire la même chose. Tu veux partir mais tu ne le feras pas parce que l'orgueil et la vanité t'aveuglent et en vérité Yami ça a toujours été le cas.

La colère montait doucement et la tension aussi, et l'ancienne Reine pourtant n'avait pas prévu de donner des leçons à l'amante du Kage. Elle n'avait rien prévue mais comme à chaque fois ça tournait au vinaigre et ça lui pesait, si Yami voulait faire ce qui lui plaisait alors libre à elle. Elle s'en mordrait les doigts, elle payerait le prix cher et tant pis.

Tu veux guider un clan mais tu te méfies de chacun d'entre eux, ne trouves-tu pas ça un peu paradoxale? Tu te sers d'eux mais finalement tu veux rétablir une ancienne gloire. Mais même ton grand-père accordait d'avantage de confiance et savait faire au moins preuve d'un semblant de concessions. Il avait la force, il a massacré jusqu'à être défait mais la peur ne fait pas tout. Tu pars du principe que chacun d'entre eux veut se servir de toi pour des objectifs. Et si ce n'était pas le cas? Et même si c'était le cas, une telle mentalité reviendrait à achever ce qui reste du clan. Tu vas décimer le clan pour tes propres intérêts? Tu vas décimer le clan pour quoi? Une théorie fumeuse? Et quand tu nous tueras tous et que tu seras seule seras-tu seulement en paix? La prochaine étape sera quoi? Des massacres au nom de ce dieu et encore ta solitude mais si tu veux le faire alors commence maintenant.

Elle n'avait pas à donner des leçons seulement à obéir à sa supérieure et c'est ce qu'elle fait. Elle ouvre les bras et laisse Yami décider de ses actes, si cela doit lui apporter la raison et le salut alors est prête. Une vie pour une autre, disons qu'elle paye ses dettes. Ici et maintenant ça se joue.

La seule chose qui n'est pas viable c'est ta vision. Les liens du sang, as-tu oubliée leur sens? Seule tu n'auras plus de liens. Les sentiments ne sont pas quelque chose que tu peux sentir en te forçant, ça n'a jamais été comme ça sinon je ne serais pas ce que je suis aujourd'hui. Les sentiments ça se forge, ça s'apprend et la passion t'emporte. Tu étais la seule dont je n'ai jamais comprit la liaison avec des humains, tu es la seule envers qui j'éprouvais comme les autres du dédain parce que je ne comprenais pas qu'on puisse avoir quelque chose ici.

Elle cible son coeur.

Mais maintenant je comprend, et si le destin m'a donné une deuxième chance c'est surement pour découvrir les sentiments, tous. Toi tu ne connais que les défauts des humains alors que tu voulais apprendre leurs qualités. Et maintenant c'est quoi les rôles s'échangent? Tu te complais dans ce rôle de meneuse sanguinaire? Tu embrasses le passé et tu vis dedans. Tu veux construire un futur avec le passé.

L'adolescente se dresse droite devant l'aînée.

Ce n'est pas possible, et ça ne sera jamais possible et aujourd'hui je comprend pourquoi. Je ne serais jamais celle que j'ai été, je ne serais plus jamais celle qui me donnait des cauchemars. Suis je faible pour autant de m'attacher à des mortels? Ce n'est pas à eux de décider de mon état, je change mais jamais je ne remettrais un pas dans le passé. Ce n'est qu'illusion de croire que tout s'arrangera quand les Ketsuekis retrouveront un nom dans le sang de leurs adversaires. J'ai tué et je le referais mais pour autant je ne serais jamais soumise à un Dieu, à des fanatiques et pourquoi? Parce que la vie ce n'est pas courir après des souvenirs c'est s'en faire de nouveau. C'est sortir et affronter le regard des autres, leur en vouloir et puis s'en moquer. C'est faire les magasins et acheter des robes enfantines. Est-ce c'est une preuve de faiblesse? La seule faiblesse c'est de croire que seule et sans confiance on pourra arriver à ses fins. Alors oui il ne faut pas être dépendant de ses émotions mais il faut en avoir, pour ressentir celle qui sont bonnes. Et de temps en temps avoir des faiblesses qu'on règle devant tous en prouvant à un clan aussi vieux que condamné que le changement est la seule solution. Que de sortir d'un modèle décrépit et de ressentir la joie autre part que dans le sang, de ressentir des frissons autre part que dans la mort c'est possible. Parce qu'à vivre dans l'obscurité on s'y condamne et jamais on ne retrouve une once de lumière, cette lumière c'est ce qui te différencie des bêtes sauvages sans intelligence. La clairvoyance, c'est ce qui te donne de l'espoir et un brin d'humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1345
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: De l'importance de la famille [Yami] Lun 1 Fév 2016 - 12:52

Et moi ne je garantie pas ta sécurité?

« Je ne vois pas comment. Tu es aujourd'hui bien plus faible que ce que tu n'étais jadis. Quant au reste, je ne pense pas que tu oses un jour me poignarder dans le dos mais je ne peux toutefois pas l'affirmer non plus, surtout alors que tu es désormais entourée bien trop près par Carmilia et sa clique. »

Elles chercheraient indéniablement à la manipuler et possiblement à la retourner contre moi. Je ne pouvais donc pas exprimer une confiance totale.

« Tu me voues une confiance sans borne peut-être ? N'as-tu pas peur que je ne te trahisses un jour ? Après tout je t'ai bien contrainte à devoir communiquer par écrit... »

Alors me parler de confiance était vain.

« Comment veux-tu que j'agisse autrement ? Ils ont beau porter le nom de Ketsueki je ne les connais pas. Ce n'est pas la définition que je me fais de la famille. Nous sommes une communauté partageant les mêmes valeurs et le même sang pour autant nous ne sommes pas une famille, la confiance n'est pas permise. Crois tu seulement que je suis heureuse de les savoir entre nos murs ? Cela me donne du travail supplémentaire et une méfiance constante seulement il y a des choses que l'on ne peut accomplir seule. Parfois des alliés sont requis et les liens entre eux ne sont pas obligatoires pour agir de concert. Je suis prête à offrir une vie meilleure sur les plus hautes marches du podium à ceux d'entre nous qui seront loyaux mais je n'hésiterais pas à éliminer les autres. »

La loyauté serait récompensé et les missions effectuées au clair de Lune, me donnerait déjà une vague idée du nettoyage à réaliser...
Les propos de La m'agaçait parce qu'une part de moi savait qu'elle n'avait pas tord. Je serrais les poings , la toisant d'un regard plus dur.

« Cesse de me dicter ma conduite ! Qu'ils me suivent ou qu'ils périssent ! Si aucun d'entre eux n'est sincère dans son allégeance et bien soit je ferais en sorte de rester seule comme auparavant ! Mieux vaut être seule que mal accompagnée ! Tu l'as dit toi même : nous ne sommes pas fait pour vivre en groupe. Il y aura forcément des discordes et des coups bas , je ne peux me permettre de relâcher ma garde sous prétexte que nous portons le même nom ! »

Le ton montait, les choses s'envenimaient.

« J'apprends justement des erreurs de mes aïeux pour ne pas perpétrer les mêmes. Enma se pensait si puissant et invincible qu'il n'a pas imaginé pouvoir être défait par ses fils. Eien a sous estimer également ses adversaires au point où il s'est retrouvé au pied du mur lorsque ceux ci se sont révélés être bien plus forts que ce qu'il pensait. Il n'est pas question que je me départisses de ma méfiance ni même que je surestime nos capacités. Ce qui fait ma différence avec eux sont les émotions que je parviens à ressentir et la méfiance en fait parti. »

La ouvrait les bras sans que je n'en prenne considération. Que voulait-elle que je fasse ? La tuer ? Cela ne m'avait même pas effleurer l'esprit et j'avais tout à y perdre plutôt qu'à y gagner.

« Je connais les sentiments. Ou plutôt je les ais connu mais leur intensité s'est grandement réduite depuis l'implantation du Coeur tout comme leur signification à mes yeux. Ceux que je parviens aisément à ressentir sont la haine, le dédain, l'amusement perfide et la méfiance. »

Plus rien n'était positif, pas même les visions que m'octroyaient les anciens détenteurs du cœur qui me montraient leur précédent exploit dans le sang et la souffrance. C'était là ce que je devais reproduire tout en guidant les Ketsueki à ma manière pour ne pas perpétrer les fautes de nos aïeux.

« La solitude a toujours fait partie de mon quotidien, il n'est en soi pas étonnant que j'observe la compagnie avec une certaine curiosité et une méfiance non dissimulée. Je ne ressens plus la joie dans la mort ou dans le sang ou seulement en de rares occasions mais ce sont des sacrifices nécessaire pour faire perdurer notre ère et surtout notre maîtrise du sang. Nous devons rendre à Jashin ce qu'il nous a donné si nous ne sommes pas dignes de nous en servir. Nous sommes ce que nous sommes uniquement grâce à lui et nous devons lui témoigner notre gratitude pour continuer à pouvoir en bénéficier sans quoi des maladies claniques ne cesseront d'apparaître et de décimer les nôtres jusqu'à ce qu'il ne reste plus aucun représentant de son nom ou alors une seule et unique personne que Jashin veillera a guider pour poursuivre sa destinée, esclave et prisonnier de celui lui ayant octroyé sa puissance : lié pour l'éternité à sa compagnie comme une nouvelle malédiction sans partage et sans possibilité de changement, le porteur du Coeur Immortel... »

Autrement dit moi pour le moment. Avais-je envie de mener cette vie ? Pas vraiment. Si nous parvenions à le contenter suffisamment il restaurerait un clan sain dénué de toute affection clanique pour permettre une vie plus prospère à défaut de devoir se vanter d'être des survivants.

« Les sentiments conduisent sur une pente naïve où la mort t'attend à chaque tournant. Faire confiance, c'est signé avec la Faucheuse ! Je n'accorde ma confiance qu'aux personnes qui me sont proches et pour lesquelles je serais en mesure de me battre ! Les Ketsueki, hormis toi, n'en font pas partis. »

Mon ton s'était radoucit et je gratifiais même la joue de La d'une caresse en évoquant qu'elle était l'exception parmi les nôtres. Là était tout la perplexité de la chose : je guidais les Ketsueki sans leur porter la moindre considération ou la moindre confiance. Peut-être que j'apprendrais à connaître certains d'entre eux et réévaluer cela mais je n'y croyais pas trop : après tout il n'y avait pas plus fin manipulateur et stratège qu'une Ketsueki, jouer la comédie était l'un de nos passes temps favoris tout comme faire croire à notre sincérité...



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 366
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: De l'importance de la famille [Yami] Sam 19 Mar 2016 - 15:34

Ainsi soit il.

Elle ne comprenait pas et elle s'énervait pour rien, elle préférait s'arrêter là avant d'aller trop loin. Que Yami se comporte comme elle veuille après tout elle était assez grande pour se débrouiller toute seule et même si ce n'était pas le cas, elle n'avait pas envie d'avoir son propre miroir devant elle. Yami piquait une crise, autant la laisser se calmer toute seule, il était préférable de ne pas la contrarier, tant pis si elle s'enfermait dans son bloc d'inimitié et de parano au moins la conscience naissante de l'adolescente en serait peu allégé du moins c'est ce qu'elle croyait. Elle tenait à Yami mais pas au point de rentrer en conflit une fois de plus juste pour lui ouvrir les yeux. Non cela lui avait déjà trop coûté par le passé pour qu'elle recommence une nouvelle fois.

Libre à toi de jurer allégeance à une idole fictive et à un Dieu servant de prétexte pour décimer n'importe qui.

Elle signait ici sa rupture définitive avec la position et la vision de son aînée mais il était préférable d'être franc jusqu'au bout et d'en assumer les conséquences. Un moignon de plus ne l'affecterait pas, la folie et la violence de Yami lui avait déjà coûté un sens elle n'en perdrait pas deux par sa faute. La rancœur elle avait essayée de la muselée jusqu'à présent mais voir ce discours véhément et haineux l'affligeait autant que cela l'exaspérait.

Que tu me trahisses ou pas ne changera rien à ma vie. Ne l'as tu pas déjà fait par le passé? Me retirer la parole est autant une sanction qu'une trahison, aujourd'hui tu prononces le même discours que moi par le passé mais personne n'est là pour te dire le contraire, alors oui je trouve ça ironique que tu te permettes de refuser ce que j'ai à dire alors que tu as vu ce que cela a produit sur une autre personne. Parce que oui rien ne te distingue de moi si ce n'est ton grade et la puissance qui nous sépare, ton comportement est le même hors moi j'avais affaire à quelqu'un qui paradoxalement s'attachait au village mais voulait également s'en éloigner et aujourd'hui quoi? Une prêtresse qui sait que son peuple est divisé mais le réunit quand même. Ne trouves-tu pas cela ironique?

Elle allumait une autre cigarette en soufflant, son regard carmin se détournait du corps de Yami pour regarder la sortie. Cette discussion n'avait que trop durée pour rien finalement.

La seule chose par laquelle je suis entourée c'est l'indifférence et la tension à peine caché, si ce n'est pas Carmilia qui tente de le faire ce sera un autre. Mais non il n'en sera rien, fait ce que tu veux jusqu'au bout je n'ai aucune raison de mettre en travers de ton chemin, tu m'as avertit par le passé de certains dangers je fais exactement la même chose. Tu n'as pas fait plus alors je m'arrêterais également comme ça disons qu'on est quitte.

Elle cachait à peine sa colère et sa résignation, Yami refusait toute aide, toute vision externe et refusait d'accorder un minimum de reconnaissance et de confiance alors franchement elle se ruinerait pas la santé pour elle. Tiraillée par le sentiment d'avorter la discussion et de ne pas tenter tout ce qui était en son pouvoir et la colère elle se dirigea vers la sortie en pestant. Pour la première fois elle préférait donner raison à Yami plutôt que de s'entêter à lui tenir tête. Un signe qu'elle avait comprit ou était sa place? Plutôt qu'elle avait bien comprit que ça ne servirait à rien de s'épuiser, on ne peut pas faire retrouver la vue à une aveugle.

Tu ne me connaissais pas avant, j'avais espoir qu'aujourd'hui ce soit le cas et que tu fasses de même envers ton peuple. Mais visiblement nous sommes encore étrangères l'une à l'autre.

La porte s'ouvre.

Je t'obéirais par devoir et jusqu'au bout si c'est ce qui te tiens à cœur. Pas question de confiance, mais disons que sans avoir une dette te laisser seule me donnerait des cheveux blancs en avance, et j'ai pas envie de gâcher ma seconde jeunesse.

Rire jaune si elle le pouvait et la porte claque. Et ce mot accrochée à la porte, elle ferma les yeux réprima ses larmes et s'avança en jurant intérieurement. Une tête de mule pareil allait lui donner des problèmes inutiles.

Mais après tout rien n'était hors d'atteinte pour ce que visait Yami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1345
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: De l'importance de la famille [Yami] Sam 26 Mar 2016 - 12:24

La tenait des propos injurieux envers Jashin si bien que je m'apprêtais à la gifler, main tendue vers l'arrière et prête à frapper avant de me raviser et de la laisser retomber contre moi préférant le dialogue tendu à un acte de violence.

« Ne blasphème plus jamais son nom ! »

Ma voix était lourde et grave alors que je la fusillais du regard.

« Il est celui qui t'a offert ton don clanique ! C'est grâce à lui que tu possèdes la maîtrise du sang ! Ne le renie jamais où tu te verras châtiée par son courroux ! »

Est-ce là ce qu'elle voulait ? Encore et toujours s'attirer des problèmes ?!
Elle évoquait ensuite le côté paradoxal de mon choix en réunissant les nôtres. Je n'étais pas fière de les avoir emmené ici alors même que je n'éprouvais pas la moindre confiance envers eux mais...

« Si nous voulons construire un avenir à notre clan déchu il nous faut le faire tous ensemble entre membres de même sang. Le pouvoir ne s'obtiendra pas simplement par nos actions conjointes à toutes les deux : il nous faut des effectifs et des Ketsueki digne de rejoindre le projet de par l'allégeance qu'il me prête et l'acceptation de mes idéaux. Je n'ai que faire des autres qui ne veulent pas se démener pour mettre à profit leur héritage. Ceux-là ne sont pas digne d'être Ketsueki. »

La tension et l'indifférence voilà ce qui l'entourait ? Je n'étais pas des plus expressives concernant mes affects mais cela n'empêchait rien. Etait-ce de la déception que je lisais dans son regard ? Quémandait-elle de l'attention à travers cette demande à peine voilée ?! Je n'étais pas ainsi, elle devait le savoir depuis le temps désormais.

La voilà qui s'en allait même en pestant tandis que je levais les yeux au ciel devant ce témoignage puéril. Je possédais un lien de sang avec elle ce dont peu de personnes pouvaient se vanter : que lui fallait-il de plus pour affirmer mon affection à son égard ? Cela n'était déjà pas mal.

« Quand bien même cela part d'une bonne attention certaine, je n'ai pas besoin de ton aide et de tes conseils La. Je sais parfaitement ce que je fais. »

Cela ne signifiait pas non plus que cela me plaisait pour autant.

« La confiance se forge au fil du temps elle n'est pas immédiate. Si je suis parvenue à en éprouver à ton égard cela pourrait bien être le cas pour nos frères et sœurs de sang par la suite. Tout n'est qu'une question de temps. »

J'apprendrais à les connaître et à savoir qui se montre comme une menace et qui ne l'est pas. Mes véritables suivants et les menteurs profiteurs.

« Ne t'en fais pas pour cela. Ne t'en fais pas pour moi. »

Viendrait le temps des accomplissements et des choix. L'heure n'était pas encore venue de passer à l'action...



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

De l'importance de la famille [Yami]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Sunagakure no Satô :: Quartiers Résidentiels :: Manoir Ketsueki-