N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Cette nuit là [Flash-back - Background]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Cette nuit là [Flash-back - Background] Jeu 28 Jan 2016 - 1:18

Spoiler:
 


    Début du mois de Mars, an 10.


Dans un sous-bois aux abords du village caché des nuages, en pleine nuit. Les branches dénudées ont l'air de bras surmontés de grande griffes, grinçant en deux temps sous l'effet de la brise hivernale. Un voile brumeux enlace les jambes des deux shinobis qui se tiennent là, mettant une halte à leur marche. L'un a tout juste une trentaine d'année, alors que le second atteint tout juste la majorité. Ce sont des sabreurs qui arborent tous deux un bandeau gravé de nuages. Mais avant tout, ils ont le teint naturellement pâle, des cheveux de jais, des pupilles jaunes dont la teinte se confond avec la pénombre.


    - Mikami, l'ordre a été donné. C'est ce soir que tu devras le faire.


Le jeune homme resta un instant silencieux avant de rétorquer d'un ton marqué du flegme qui voilait son visage.

    - C'est pourtant Taiyu qui a été affecté à la protection des archives ce soir.
    - Oui, c'est pour cette raison que le moment est bien choisi.
    - … Bien, sensei.


Avant d'être son sensei, Hanaryû était son cousin, et le fils du chef du clan Yorurai. Ceci étant, cette filiation n'avait rien à voir avec le respect que le clan lui vouait. Il était bien assez fort pour s'occuper seul de la mission à laquelle les deux jônin avaient été affectés. Ainsi, sans en dire plus, il se séparèrent. Alors que le plus vieux continuait sa route, l'autre rebroussait chemin… en direction du village caché des nuages. Toutes les archives concernant le clan Yorurai et leur passage à Kumo, de l'information la plus sensible au détail le plus insignifiant, devaient disparaître.

* * *

    - C'est étrangement calme ce soir…


Marmonna le jeune homme aux cheveux argentés assis à côté de la porte, sur le coin d'une roche. De plus, il était rare qu'un seul homme soit affecté à ce poste, mais le Kadoria le prit comme une preuve de confiance. Non peu fier de sa mission... il se faisait tout de même royalement chier, comme il aimait si bien le dire.

Plus haut, au creux d'un flan de montagne déjà sombre en pleine journée, Mikami atterrit souplement. S'enfonçant dans le manteau d'ombre nocturne que lui offrait cet emplacement surélevé, il regardait son équipier qui l'était depuis maintenant six ans. Bien que Taiyu et Yume l'aient rejoins dans l'équipe Hanaryû à la sortie de l'académie, celle-ci œuvrait déjà pour Kumo depuis sa création et le Yorurai pouvait compter sur huit années de formation supplémentaires pour diriger l'équipe lorsqu'ils avaient à se séparer.

Mais par-dessus cette situation de supériorité, c'était la froideur et l'impassibilité permanente dont le jeune sabreur faisait preuve qui mettait le manieur de gravité hors de lui. Leur relation avait toujours été conflictuelle, bien qu'elle ait évoluée avec le temps. Pour témoin ce défi commun qui avait perduré à travers les âges. Ayant vite compris que le caractère naturel des Yorurai ne pourrait être changé - et que si Mikami était insupportable, Hanaryû était effrayant – le Kadoria avait redoublé, triplé, quintuplé le rythme de ses entrainements pour réduire puis inverser l'écart qui les séparait, pour enfin prendre sa revanche sur son équipier. « Une revanche absurde. » lui avait maintes fois balancé sèchement son rival alors qu'elle n'avait jamais été déclarée. De son côté et malgré son avantage clair, il était loin de rester passif. En réalité, le brun était conscient du leitmotiv que cette relation constituait pour son équipier. Pour le bien de l'équipe, il l'avait entretenue.

Ce défi ? Souvent, convaincu des fruits portés par l'entrainement de la veille, Taiyu attaquait Mikami par surprise. Bien sûr, il mit des mois et des mois avant de sentir la moindre étincelle de chance de pouvoir ne serait-ce que lui ôter un cheveu. Il prenait un coup sur la tête ou dans les jambes, se retrouvait au sol et se voyait affublé d'un « T'es faible. » qui avait le don de le mettre hors de lui. Pire encore, il arrivait qu'il ne le calcule seulement pour le défaire. Et bien sûr, quelques fois, sans prévenir, les rôles s'inversaient. Mais le vainqueur restait le même, et la plupart du temps s'en allait en se contentant de lâcher un souffle méprisant.

C'était un entrainement parallèle qui finit par devenir une habitude. Petit à petit, Taiyu voyait ses chances augmenter, Yume et Hanaryû voyaient ce dernier progresser à une vitesse folle. L'une relevait la tête de son livre, la secouait ou soupirait, et s'y replongeait. L'autre se contentait d'observer sans rien dire. Ces scènes pouvaient survenir à tout moment. Alors que l'un rentrait chez lui, que l'autre mangeait paisiblement, ou même avant que le sensei n'ait donné le top départ de l'entrainement. Finalement, tous savaient que c'était une manière de maintenir une attention permanente. Même si leur maître était un senseur, il était déjà arrivé qu'il ne réagisse pas à l'arrivée d'ennemis alors que tous trois dormaient. Parce qu'ils n'avaient pas à compter sur lui, et parce qu'il savait qu'entre eux deux se trouvait Yume. La jeune fille était, en plus d'être le cerveau et la charnière stratégique de leur trinôme, une véritable pierre précieuse qu'ils préservaient.

Avec le temps, les confrontations permanentes auxquelles se livraient Taiyu et Mikami étaient aussi devenu pour le premier comme le second un moyen de s'assurer que l'autre ne meurt jamais d'une erreur d'inattention, lorsqu'ils avaient à être séparés. Car peu importe les larges différences qui les opposaient, tous trois veillaient les uns sur les autres en permanence, chacun à leur manière.
Cette nuit-là, du haut de son perchoir, Mikami dégaina doucement son sabre puis plongea. La tête en avant, la pointe la première, il visait la nuque, la colonne vertébrale, son système respiratoire, son estomac, la jugulaire au niveau des adducteurs.

Il attaquait pour tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Cette nuit là [Flash-back - Background] Jeu 28 Jan 2016 - 1:27

Pas le moindre bruit, la chute se faisait silencieusement et rien ne pouvait l'interrompre. D'entre les feuillages d'un buisson sur la falaise d'en face, un oisillon s'envola. Taiyu roula en avant, se retourna aussitôt, attrapa le bras armé de son agresseur alors que ce dernier se servait du second pour amortir son atterrissage, puis l'envoya valdinguer contre le sol, loin de la porte qu'il protégeait. Mikami rebondit au sol avec fluidité et se laissa glisser en position de garde.

    - Raté. Mais dis-moi, Mikami… tu n'étais pas censé être parti en mission avec sensei ?


Aucune réponse. Mais justement, il était censé être parti en mission, et un officier confirmé et de confiance pourrait l'approuver si jamais il venait à y avoir un problème. Le sensei en personne... Seulement voilà, cet oisillon était parfaitement caché et difficilement repérable, même en plein jour.

    - Qu'est-ce que tu croyais faire avec cette descente du coude ? Cette époque où tu avais le dessus sur moi est révolue, tu le sais bien.


Oui, descente du coude. Car il avait finit par se dire que de cette hauteur, à cette vitesse, l'assommer était largement suffisant. Oui, ç'aurait été suffisant, s'il n'y avait pas eu cet oiseau de malheur. L'assommer aurait été suffisant… Mikami s'était convaincu que l'assommer aurait été suffisant.


    - Je te manquais c'est ça ? Si tu veux te battre, il va falloir attendre demain, je suis en mission l…
    - Laisse-moi passer.
    - Quoi, c'est dans cette salle que tu veux aller ?


Lui demanda-t-il ironiquement en la montrant d'un pouce surplombant son épaule et les deux shuriken fuuma qui s'y trouvaient. Encore une fois, le Yorurai ne lui répondit pas. En revanche, d'une inclinaison du poignet il donna un quart de tour à son katana, plaçant sa tranche en position de combat et laissa l'aura oppressante de Raigetsu se déverser sur le sol de la place. Le Kadoria fléchit les jambes, plaça une main dans l'anneau du premier shuriken, fronça les sourcils d'un air sérieusement dubitatif.

    - Autant j'ai toujours dit que t'étais un mec louche, autant ce soir je te trouve vraiment bizarre.


Une fraction de seconde suffit pour que les deux shinobi ne se retrouvent l'un au contact de l'autre, se fusillant du regard à bout portant. Après le choc de leurs fers respectifs souffla un violent courant d'air qui balaya toute poussière, toute feuille morte se trouvant au sol, dégageant ainsi toute la surface de la place pour que ne puisse avoir lieu un fratricide.

* * *

Quelques jours plus tôt, Hanaryû avait entrainé son jeune cousin seul, pour la première fois depuis bien longtemps. Ceci explique cela. Les deux jeunes hommes se connaissaient parfaitement. Le Yorurai savait parfaitement que le moindre sceau que le Kadoria pourrait lui apposer lui serait fatal, tandis qu'à inversement Taiyu savait que lorsqu'il était en mission, chaque coup que Mikami portait était destiné à tuer. Et il en était pratiquement sûr, Mikami était lui aussi en mission. Néanmoins leur affrontement ne laissait aucune place au doute et à la réflexion, seuls les constats les plus graves étaient de mises alors que le silence était le seul témoin du déchirement qui faisait rage plus bas sur les pavés.

Cependant, il manquait un petit quelque chose. Un léger détail, qui ferait toute la différence. Ce tout petit plus, ce dernier pas en avant, l’annihilation de cette infime lueur restante, qui, absents, faisaient qu'aucun d'eux ne pouvait l'emporter tant que les choses restaient ainsi. Si le brun glissait et flottait entre les sphères gravitationnelles, le blond maniait les éclairs de son adversaire en les détournant grâce à de soudaine augmentations de masse de ces armes métalliques. Des associations qui avaient fait souffrir bien des ennemis jusqu'ici, et qui dès lors faisait qu'ils ne s'étaient toujours pas départagés. Après un énième entrechoc, ils se repoussèrent mutuellement.


    - T'en as pas assez ?! Qu'est-ce qui te pousse à mettre ta détermination dans la pénétration de ces lieux ?! Tu sais très bien qu'y entrer sans autorisation constitue un acte de haute trahison ! Pourtant… tu as toujours été fidèle au village. Il est toujours passé en priorité, même avant nous. À part ton cl… … Non, les salops…
    - Dégage.


Une brise froide souffla, secouant les cheveux des deux shinobis, découvrant un visage empli d'une froideur si forte que celui du Kadoria en fut décontenancé. Même si ce dernier connaissait très bien ce trait de caractère, il ne l'avait jamais observé de cette manière. À ce niveau là, pour tous les deux, il était trop tard pour aller en arrière. Tout était en train de s'effondrer tout autour d'eux et chacun avait sa réaction. La vent se leva à nouveau, soufflant bien plus puissamment.

Un courant électrique noir vint envelopper la lame du katana, remontant jusqu'au coude du Yorurai et s'éparpillait dans son dos en de multiples branches. Deux sphères tout aussi noires apparurent au creux des anneaux des deux shuriken fûma dont le Kadoria s'était emparé, croisant les bras devant un visage ravagé par la colère. Mikami fendit en avant, Taiyu lança les shuriken. Il se croisèrent sans s'entre-choquer. S'en suivirent d'innombrables passes d'armes où les deux jônin disparaissaient entre éclairs noirs et cratères apparaissant subitement au sol. Le katana finit par s'envoler, dans la direction opposée où le blond avait été repoussé.

Si jusque là il n'avait pu lui apposer le moindre sceau, il activa celui qu'il avait préparé au centre de la place alors qu'il y avait amené son adversaire. Les étoiles ninjas revinrent subitement et se mirent à graviter autour de l'écriture lumineuse, tournant à la fois sur elles-mêmes, à la fois autour du centre à une vitesse si folle que le sabreur dut arrêter sa course. Il était comme Saturne, coincé au milieu d'un anneau qui se rapprochait comme les murs d'un étau qui s'apprêtait à le découper. Un kunai dans chaque main, un instant de flottement, un coup d'œil porté de chaque côté et il les lança tous deux. L'un se planta violemment dans le sol et l'autre fusa dans le ciel sans jamais réapparaître. Les deux shuriken glissèrent au sol, coupés en deux. Mikami bondit en arrière et récupéra son sabre.


    - Les nuages sur ce bandeau représentent ce qui nous lie, tu ne peux aller à l'encontre de ça sur une simple demande !


Entre deux halètements, la tension comme le drame qui se jouait étaient physiquement palpables et n'avaient de cesse de grandir sous le croissant de lune, les flammes brûlant dans le cœur de chacun d'eux et les échos des champs de bataille résonnant dans chacun de leurs mots. Ils avaient fait énormément de route ensemble, s'étaient confrontés un nombre de fois incalculable et avaient affrontés bien des dilemmes. Mais jamais ils n'avaient eu à faire face aux deux en même temps.

    - Ce n'est pas une simple demande, je te rappelle que je suis un Yorurai avant même d'être un membre de ce village.


Son ton avait été des plus froids, comme souvent il l'avait été avec lui et la dernière membre de leur équipe, mais sec et frappant comme jamais il ne l'avait été avec le seul de ses amis.

    - Tu sais ce qu'un prochain pas en avant va impliquer, Mikami-kun. Rengaine ! Maintenant !


Sûrement était-il le dernier à espérer pouvoir trouver une autre issue à ce problème cornélien. Taiyu était encore prêt à fermer les yeux, personne n'avait été attiré par les bruits. Ce n'était pas le genre de quartier à être résidentiel… Son regard le lui disait : il était prêt à tout, même à mentir à son clan, à son village aussi, pourvu que cette folie ne cesse et que chacun retourne dans son coin. Pour Mikami, bien qu'ils auraient à avoir une grave discussion après ceci, il était prêt à faire ce sacrifice. Malgré leurs innombrables différents. Ce car un frère d'arme, avec qui l'on panse les mêmes blessures, vient à bout des mêmes difficultés, partage les mêmes faibles repas crus car allumer un feu serait trop imprudent, devient un véritable frère.

    - Tu me connais assez pour savoir que je ne reculerai pas. Taiyu... Renonce.


Et cette nuit là, le temps était au fratricide.

    - Alors ce sera sûrement notre seul et unique combat sérieux, Yorurai-san.


La scission, la poursuite, et des affrontements perpétuels au-delà même de leurs personnes jusqu'à extinction d'un des deux sangs, d'une de leur partie. Les Yorurai, ou Kumo. Tels auraient été les conséquences d'actes accomplis qu'à moitié pour deux shinobi qui ne démordraient pas de leur Devoir. Taiyu venait de comprendre que comme son homologue, il n'avait plus qu'à s'y plier.

    - Kadoria-san, il semblerait que nous n'ayons pas le choix.


Effectivement, même sans en avoir le don, tous deux avait senti que quelqu'un était en route vers leur position. Personne ne leur enlèverait l'occasion de se départager une bonne fois pour toute. Peut-être auraient-ils préférer l'éviter, mais c'était le peu de chose auquel ils pouvaient se raccrocher en l'absence de choix.

D'une des branches d'un des shuriken scindé qui se trouvait derrière Mikami s'éleva un sceau qui se dressa à la verticale. De son dos, au niveau de la ceinture, Taiyu sortit le fameux tantô qu'il avait hérité de son père. Raigetsu fut pointé en sa direction comme le croc d'un démon qui ne demande qu'à se nourrir. Ce duel serait mené dans les règles et la tradition. Chacun énoncerait le nom de sa technique, et tous deux fendraient l'un sur l'autre pour qu'un seul ne reste debout. Comme d'habitude et pour la dernière fois, « Honneur au plus faible. »


    - Arcanes Kadoria, attraction maximale… Tranche du croissant de lune.
    - Course du jaguar…


La foudre noire tremblait sous ses semelles, alors que le sceau semblait se frustrer de ne pas se voir réuni avec son autre partie, emmagasinant ainsi bien plus d'énergie que nécessaire pour que l'attraction ne soit plus rapide. Tous deux savaient que Mikami finissait toujours d'énoncer sa technique après avoir remporté la victoire, car il avait cette prétention, cette assurance, de pouvoir toujours être en mesure de la citer à la fin du duel. Cette fois-ci, Taiyu ne lui laisserait pas la possibilité de terminer sa phrase.

Comme deux balles de revolvers ils sifflèrent en se croisant sans ralentir d'un iota. Autant dire qu'ils avaient échangé de place simultanément, étaient passé tous deux d'une position de garde à une position de tranche accomplie là où se trouvait l'autre la seconde auparavant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Cette nuit là [Flash-back - Background] Jeu 28 Jan 2016 - 1:34

Plus tôt dans la journée, appartement de Hoshizorano Yume.


    - Allez quoi ! Je vais être tout seul pour garder une porte dont tout le monde se fout ! Viens me tenir compagnie !
    - Non, j'ai une technique à peaufiner ce soir, j'en aurais sûrement pour la nuit.
    - Tu as bientôt achevé le sceau de l'Oubli ?
    - Tu rigoles ! Ça fait deux jours qu'il est fin prêt et que le modèle est scellé… dans ma tête.


Elle lui avait annoncé avec un clin d'œil si fière d'elle qu'il en craqua d'autant plus pour sa co-équipière qui avait toujours refusé ses avances. Yume le remarqua et dut aussitôt inverser la balance pour ne pas qu'il se fasse d'autant plus de faux espoirs. Son affirmation fut lancée comme si Taiyu était la personne qu'elle menaçait.

    - Et je peux te dire que je plains celui ou celle qui en sera la victime !
    - Pfff… Avoue-le, c'est avec Mikami que tu es allée au point de vue hier.
    - Voyons, ce n'est pas la première fois. Sois pas si naïf.


Son cœur se brisa et tout son monde sembla s'effondrer tout autour de lui. Cela faisait bien longtemps qu'il avait senti le rapprochement entre ses deux autres co-équipiers, mais ne se le seraient jamais avouer à moins de tomber sur une preuve irréfutable face à laquelle il aurait toujours fermé les yeux. La belle et talentueuse kunoichi venait de le poignarder en plein cœur.

    - Quand il revient, je lui fais la peau. Je le déteste !
    - Tu dis ça depuis le tout premier jour, et tu sais bien comment ça se termine à chaque fois. Vous êtes comme chien et chat tous les deux. Mais vous vous adorerez. Elle lui sourit sincèrement. Et essaie pas de nier, tu sais très bien que tu peux rien me cacher.


Taiyu sourit en coin pour approuver, elle avait parfaitement raison. Yume avait toujours été douée pour percer les carapaces dans lesquels les gens s'enfermaient. Même les plus solides. Un jour il arriverait à décrocher son cœur. Il avait eu le coup de foudre, à l'académie, mais ne s'était pas plus investi dans un rapprochement. Pourtant, depuis qu'ils faisaient équipe, il avait redoublé, triplé, quintuplé d'effort pour essayer de la séduire. Mais trop tard, il avait bien vu la façon dont elle regardait le Yorurai. Peut-être était-ce une énième façon d'exprimer leur rivalité après tout. Au final, tant qu'ils resteraient tous les trois, tout irait bien. Tous trois le savaient.

    - Du coup, quelle est cette technique que tu dois travailler ce soir ? Tu comptes me faire la surprise en venant à l'improviste hein, avoue !
    - Je compte mêler mes travaux sur la malléabilité des souvenirs avec la maîtrise du genjutsu ! Alors ne me tente pas de t'utiliser comme cobaye.
    - ...Il déglutit. T'es vraiment incroyable quand même. Avec Mikami, on a beau être les fer sde lance et sans cesse se servir de l'autre pour se surpasser, je crois que c'est toi qui surpasse tout le monde dans cette équipe. Tu excelles déjà dans deux spécialités, accomplis des travaux que les meilleurs et les plus timbrés des scientifiques osent à peine toucher du doigt… et te voilà déjà en train de les mêler avec un domaine dont tu ne connais rien.
    - J'ai beaucoup lu sur le genjutsu. Je t'apprendrai si tu veux.


Et elle lui sourit, avec cette expression qui lui disait qu'elle le savait capable de le faire. Celle qui l'avait toujours apaisé et soutenu là où il commençait à baisser les bras. Mouui… peut-être qu'il en pinçait quand même un peu pour elle après tout. Boah… l'important était qu'ils restent tous les trois ensemble.

    - Ok, on commence ce soir alors ! Oublie pas, t'es assignée avec moi à la protection des archives ! À tout à l'heure !


Il claqua la porte alors que Yume secouait la tête, les yeux fermés comme à chaque fois qu'elle constatait une de leur idiotie, puis immédiatement se plongea dans ses sceaux et dans ses livres.

* * *

La nuit était tombée depuis longtemps quand elle releva les yeux. Se dirigeant dans la cuisine pour aller faire bouillir de l'eau, elle remarqua que Taiyu avait laissé son kunai sur la commode près de l'entrée. Sûrement attendait-il d'elle qu'elle ne le rejoigne aux archives pour le lui rendre. Elle secoua la tête en exprimant un sourire à la fois attendrie et désespérée tandis qu'elle ramassait ce kunai, plus léger, plus fin, plus allongé. Gravé aussi. Ils en avaient tous trois un comme celui-ci. Leur particularité était que quand deux étaient placés proches l'un de l'autre, comme l'aiguille d'une boussole, ils indiquaient de concert la position du troisième. Un stratagème qui leur avait maintes fois servies, mis en place en mettant leurs pouvoirs respectifs en commun. Naturellement, quand elle passa à côté du sien qui était pendu au mur, ils entrèrent en résonance. Mais chose étrange, au lieu d'indiquer le Nord, la direction vers laquelle Mikami était parti en mission avec Hanaryû-sensei… il indiquait le centre du village.

Le mauvais pressentiment qu'elle eut n'avait jamais connu de pareil. Deux mudras, en un instant elle sondait la totalité des sources de chakra en Kumo. Très vite elle repéra les leurs…


    * Mais qu'est-ce qu'ils font ensemble ? Est-ce qu'ils sont… en train de se battre ? *


Elle n'enfila qu'un chaperon, qu'elle, sans le savoir à cet instant précis, garderait sur elle bien au-delà de cette nuit. Puis elle se précipita dehors, fusant à travers les falaises et les bâtisses y étant encastrées, un inquiétant pincement au cœur. Quand elle arriva sur les lieux, à une centaine de mètre environ, la kunoichi resta figée, stupéfaite.

Sur la place devant la salle des archives, Taiyu et Mikami s'apprêtaient à se livrer à leur dernier duel. Yume sentie l'énergie emmagasinée à la fois dans le sceau du Kadoria et dans les jambes du Yorurai… Ses bras en tombaient alors que quelques mèches qu'elle ne chercha même pas à dégager s'effondrèrent devant ses yeux écarquillés à leur maximum.


    * C-C'est… C'est de la folie… *


Désemparée, elle se releva en trébuchant, des larmes ruisselant déjà le long des joues. Titubant alors qu'elle cherchait à accélérer, rester paralysée lui était hors de question. Mais tout autour d'elle, le sol semblait trembler et s'affaisser, alors que la seul chose tremblotante et instable... c'était elle. À son tour, le monde entier s'effondrait tout autour d'elle.

    - Arrêtez…
    - Arcanes Kadoria, attraction maximale… Tranche du croissant de lune.
    - Arrê...tez…
    - Course du Jaguar…
    - ARRÊ…


Trop tard. Les deux shinobis avaient changé de place. Cette fois, elle était paralysée pour de bon, ne pouvant bouger de peur que l'un d'eux ne s'effondre. Elle avait clairement entendue l'imperceptible tintement d'une parade qui avait été exécutée… ainsi que le glissement d'une lame qui passe à travers une chaire tout juste tranchée.

Taiyu fut le premier à bouger. Il se redressa...

...avança d'un pas… Deux pas…

    - Finalement…


Trois pas.

    - … rien ne change.
    - Yahazu… giri.


La plaie dans son abdomen s'ouvrit largement et de cette coupure jaillit assez de sang pour que le Kadoria ne s'effondre sur le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Cette nuit là [Flash-back - Background] Jeu 28 Jan 2016 - 1:38

Usuellement, Mikami mettait un terme à cette technique en rengainant son sabre. Cette nuit là, il tomba à genoux et le katana roula à ses côtés. Pourtant ses yeux ne lâchait pas la porte des archives, qui dorénavant lui tendait les bras. La voie était dégagée pour qu'il en finisse avec cette dernière mission sous le bandeau kumojin, teinté du sang de son camarade. Mais… il avait dépensé bien trop de chakra pour pouvoir se lever. Ceci dit il ne s'effondrait pas et restait plutôt droit, bien que vacillant légèrement… ce qui était loin d'être suffisant pour consoler Yume.

    - POUUURQUOOOI ??!!!


Elle accourut. Nul n'aurait pu dire si elle était folle de rage ou complètement perdue. Toujours est-il qu'elle adressa à Mikami le plus puissant coup de poing qu'elle ne donna jamais à qui que ce soit. La kunoichi le rattrapa par le col pour ne pas qu'il ne s'éloigne, le saisit par les épaules et lui enfonça les doigts dans la chair en le secouant. Son visage blême se laissa aller au gré des secousses alors que de son côté, ses joues étaient submergées de larmes et qu'elle se noyait dans la confusion la plus totale.

    - P-Pourquoi ?! Pourquoi vous avez fait ça ?! Qu'est-ce qui vous a poussé à en arriver là… ?! Votre rivalité méritait-elle que vous sacrifiez notre équi…


Alors que sa voix avait perdu toute la douce harmonie qui la caractérisait et n'était plus que la témoin de la tristesse de l'univers tout entier, elle s'arrêta net quand un faible son, fébrile, s'échappa d'entre les lèvres entrouvertes de Mikami.

    - D'abord la mission… Après le reste…


Elle ne put en dire plus. Ses pleurs n'étaient plus que de violents soubresauts tandis que son regard sembla rester bloqué. Cette phrase là, « D'abord la mission, après le reste. » Hanaryû la leur répétait à chaque fois qu'il sentait qu'ils perdaient le sens des priorités, et tous trois acquiesçait en cœur en se disant que s'ils survivaient à cette mission, ils auraient ensuite tout le temps pour profiter d'être ensembles. Cette nuit, le sens du devoir les avaient séparés à jamais.

Yume prit le Yorurai dans ses bras, tous deux assis impuissamment sur leurs jambes alors que le corps de leur seul véritable ami se vidait de son sang trois mètres plus loin. Mikami ne bougeait plus, mais il était toujours conscient. Plus pour longtemps… La tête de la jeune femme vint s'effondrer sur l'épaule du shinobi. Elle glissa une main dans son dos, sous ses vêtements, se mit à caresser son échine du bout du doigts.

Était-elle vraiment en train de lui accorder un dernier câlin ? Était-ce des papouilles ? Un sceau venait d'être tracé. Elle reprit ses caresses… Deux sceaux. L'un pour le lier le second au chakra des Yorurai, l'autre pour couper tout souvenir y étant rattaché. Sa main se figea, son chakra s'échappait doucement du col du sabreur.

    - … … … …


C'était impossible à dire. Sans doute ne réaliserait-elle pas qu'elle serait sa vie après ça. Peu importe. Elle avait tout perdu. Désormais, toute tentative désespérée était la bienvenue. Alors elle se mordit la lèvre inférieure à en faire couler le sang, et puis...

    - … k… … kai…


À son tour Mikami s'effondra sur le côté, et Yume ne fit aucun effort pour le retenir. Qu'allait-elle faire maintenant ? Ce que ferait tout bon shinobi, un vrai. Tout Shinobi, comme Kunoichi, se doit de mener sa mission jusqu'au bout, avec le meilleur des discernements, sans oublier l'amour des siens qui est à la base de la moindre de ses motivations.

Dans un premier sceau, elle scella le katana. Dans un second sceau, faisant parti des plus complexes de son répertoire, elle scella le premier sceau. Dans un troisième elle enferma Mikami pour un temps. Puis elle se releva, regarda autour d'elle. La totalité de sa joie de vivre avait disparu, et ses yeux ne pleuraient plus. Elle venait déjà de verser toutes les larmes de son corps.

Un mudra, deux mudra, trois mudra… Un soubresaut. Elle se mit une claque, se mordit la lèvre supérieure à en faire couler le sang, et puis… Un mudra, deux mudra, trois mudra… quatre mudra. Des lignes bleutées s'éparpillèrent sur la place. Toutes les traces du combat furent aspirées, Taiyu y compris, dans un quatrième et dernier sceau. Plus une goutte de sang, pas le moindre morceau de chair, ni la plus infime des miettes de fer. Seuls restaient les fissures dans le sol.

Yume rentra chez elle, scella la totalité de ses livres et le strict minimum. Elle eut un dernier regard pour son appartement, et dans un excès de rage en vint à tout ravager. Puis elle déserta, enterra le Kadoria avec les morceaux de ses armes au Point-de-vue. Son dernier geste fut d'étaler son bandeau kumojin devant elle, puis de sortir un kunai. Elle y concentra le nécessaire de chakra…

...puis le poignarda. Encore, encore, et encore. Chaque coup était accompagné d'un cri de rage, de colère, et de haine. Encore encore et encore… jusqu'à ce qu'elle ne massacre plus que de la terre à laquelle était mêlée des débris de fer et de tissu impossibles à reconstituer. ¹


Hanaryû revint de mission le surlendemain. On lui annonça la disparition de ses deux élèves. Aucune trace n'avait été laissée, mais les quelques restes de luttes sur la place des archives et dans l'appartement de Yume Hoshizorano laissaient penser à deux enlèvements. Alors qu'il n'avait pas eu de nouvelles de Mikami non plus, il annonça qu'il disparut aussi lors de la mission, même si cette dernière avait pu être accomplie. Étant le seul à sembler être en possession d'éléments tangibles sur la disparition de l'équipe Hanaryû, l'enquête lui fut confiée. Néanmoins, privé de son équipe et envoyé sur une mission si obscure qu'elle lui prendrait énormément de son temps, les responsables de Kumogakure acceptèrent sa démission, ainsi que la promesse d'être tenu au courant de toute avancée dans l'affaire. Ils n'eurent plus aucune nouvelle. Il quitta le village le lendemain et avait accompli la mission que son cousin avait échoué dans la nuit, sans faire la moindre victime, ni laisser la moindre trace de son passage aux archives, ni la moindre trace du passage des Yorurai au village caché des nuages... tandis que leur dossier venait d'être bouclé avec son départ.




______________________
¹ À savoir que la vison du parchemin lancé à Van s'arrêta là. Les deux premiers posts sont vues à travers le regard de Mikami, les deux autres à travers celui de Yume.

J'espère que c'était cool !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Cette nuit là [Flash-back - Background]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Satô-