N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Une surveillance rapprochée.. très rapprochée. ⌈Ketsueki Yami⌋

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Aspirant Ninja
Messages : 1901
Rang : C

Message(#) Sujet: Une surveillance rapprochée.. très rapprochée. ⌈Ketsueki Yami⌋ Jeu 18 Fév 2016 - 15:51



Comment pouvait-on mettre notre Cheffe du Kakumeigun sous surveillance, nous ne pouvions donc décidément pas faire confiance aux personnes qui nous était proche ou Kioshi avait ça dans le but de montrer son impartialité dans l'affaire - complètement absurde aux yeux de Kib_ - des suspects/complices concernant l'assassinat de la Godaime Kazekage ? Le Yamada avait chargé son élève de s'occuper de cette affaire, de connaître et espionner les deux jeunes femmes. Le Chasseur de Chimères s'étaient exécuté sans oser contredire les ordres de son supérieur. Il fallait dire qu'il ne l'avait pas vu depuis la publication de ces affiches, il avait reçu l'ordre de mission de la part d'un ninja lambda.

Le bras droit du Kazekage avait mis son élève sur le coup, ce dernier se chargeait de la surveillance de la Saibogu alors que lui s'occuperait de la Ketsueki. Cela faisait quelques temps que les deux amies de notre jeune héros étaient suivis, mais bien que cela devait se faire dans la plus grande discrétion, Kib_ savait pertinemment que les demoiselles s'en étaient rendu compte et lui, il ne pouvait plus supporter cette situation, il avait l'impression de trahir Yami et Oniri. Ne trouvant pas le sommeil suite à plusieurs réflexions sur toute cette histoire, le second du village décida de quitter sa demeure pour se rendre au Manoir des Ketsueki.

Déambulant dans les rues du village, main dans les poches, le Shinobi à la crinière argentée marcha en direction du repère des vampires. Sa présence n'allait certainement pas être apprécié en ce lieu, les membres de ce clan étaient plutôt renfermés et il n'aimait pas spécialement les étrangers. Kib_ pénétra dans le quartier avant de continuer son chemin jusqu'au palier du Manoir, qui ressemblait plus à un château hanté. Cependant, il ne voulait pas que sa rencontre soit mise sous écoute et pour cela, il communiqua aux ninjas envoyés par ses soins de quitter lieux.
      - Je me charge personnellement de sa surveillance pour cette nuit, vous pouvez disposer.
Dit-il en ayant déporté sa voix à chaque emplacement des gardes. Désormais, Yami n'allait plus ressentir toutes ces auras autour de son bâtiment, mais une seule, celle du bras droit de Kioshi. Kib_ frappa à l'aide de l'heurtoir présent sur la porte avant de s'appuyer sur le cadre de la porte à l'aide de son épaule. Le Chasseur de Chimères croisa les bras et attendit qu'on vienne lui ouvrir, pour autant que l'on vienne…

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1302
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Une surveillance rapprochée.. très rapprochée. ⌈Ketsueki Yami⌋ Mar 23 Fév 2016 - 11:46

Je ne trouvais pas le sommeil. Je ne le trouvais plus. Depuis mon obtention du cœur immortel pour ma rédemption je ne parvenais que difficilement à dormir. En effet, mes aïeux n'avaient de cesse de me rappeler à l'ordre et de me faire percevoir leurs batailles réussies et tout ce que cela avait impliqué... Dormir en voyant des images d'antan montrant des membres déchiquetés n'était pas encore ce qui m'aidait à faire de beaux rêves. Il fallait croire que j'avais encore un peu de marge de manœuvre dans ma propre folie.

Le minois étirant un sourire carnassier de mon félidé Méphisto, ainsi penché au dessus de moi, était presque plus rassurant que le reste. Allongée la tête reposant sur mon oreiller, j'observais le faciès famélique de mon félin dont les yeux jaunâtres luisaient dans la nuit éthérée.

« Que veux tu ? »

Lui demandais-je.
Méphisto ne se manifestait en effet jamais sans une bonne raison. Il préférait errer sous son camouflage parfaitement invisible même si je percevais parfaitement sa présence.

« Le Chasseur souhaite être chassé... »

Se contentait-il de me répondre.
Je l'observais sans grand intérêt avant de me lever tout en le gratifiant d'une caresse sur la tête, laissant résonner dans la pièce l'écho de ses ronronnements funestes.

Je n'avais pas vraiment compris ce qu'il voulait me dire mais une chose était certaine, quelqu'un voulait me voir et au vue de l'heure tardive, je me demandais bien qui cela pouvait-être... Vu la description de mon chat cela n'était pas Oniri...

J'attrapais ma robe de chambre de velours rouge et la nouait de façon désinvolte après l'avoir enfilé, laissant entrevoir quelque pan de ma nuisette noire faisant office de pyjama et ne laissant que peu de place à l'imagination. Après quoi je déambulais dans le couloir partiellement carbonisé par Kioshi. Ce dernier était d'ailleurs reparti dormir dans « ses quartiers » depuis l'affaire d'accusation pour l'éclaircir sans faute de jugement, parait-il.

Le manoir était calme. Peut-être trop. Tous mes Ketsueki se reposaient ou se taisaient dans un mutisme indicible. J'atteignais le haut de la volée de l'escalier lorsque l'on frappa a la porte à l'aide du heurtoir, laissant un son sinistre résonner dans tout le grand hall duquel, n'émergeait pour seule lumière, que la luminosité de l'astre nocturne se reflétant dans le vitrail présent au dessus de la porte, dessinant au sol le symbole de mon clan : un calice doré remplit d'un liquide écarlate , le tout dans sa mosaïque caractéristique digne d'une fenêtre d'église. La religion avait désormais sa place entre mes murs même si l'école n'était pas la même...

J'allais ouvrir la grande porte dans ma « tenue de soirée » pour découvrir avec surprise Kibo. J'adressais à ce dernier un sourire tout en l'avisant de mes yeux écarlates.

« Que me vaut l'honneur de la présence du cher Bras Droit de mon aimé ? »

Commençais-je, un brin ironique mais souhaitant réellement savoir ce qu'il faisait là.

« Décidément, il n'y a plus moyen de dormir à Suna... »

Poursuivais-je.

« Mais entre, je t'en prie. »

Je n'avais plus souvenir d'avoir déjà vu Kibo pénétrer mon manoir mais il était sûr qu'il ne manquerait pas de remarquer la noblesse qui s'en dégageait et qu'il ne louperait pas non plus des yeux l'imposante statue de cristal bleuté représentant un oiseau aux ailes déployées flanqué d'un « Y » sur le buste disposé non loin de mon piano à queue.

Je le guidais dans une pièce adjacente se trouvant être le salon duquel on pouvait également apercevoir la salle a manger et son imposante table ainsi que les portraits de nos anciens Comtes et Comtesses sur le mur. Les canapés des salons étaient déjà occupés par quelques uns de mes nouveaux protégés, étalés avec nonchalance sur le canapé et nous dévisageant de leurs yeux tout aussi écarlates que les miens et leurs cheveux d'ébènes. Mon invité semblait les intriguer notamment parce qu'ils devaient connaître la position de Kibo au sein du village et ne voyaient pas cette visite d'un très bon œil. D'un signe de tête je leur faisais comprendre que tout allait bien et qu'ils pouvaient disposer. Ce qu'ils firent sans un mot et dans un dernier regard pour l'homme aux cheveux blancs.

« Assieds toi je te prie. »

Lui proposais-je en désignant les canapés de velours rouge.

« De quoi voulais-tu me parler ? »

Il n'y avait plus qu'à entrer dans la confidence...



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Aspirant Ninja
Messages : 1901
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Une surveillance rapprochée.. très rapprochée. ⌈Ketsueki Yami⌋ Mar 23 Fév 2016 - 17:56



La porte s’ouvrit et heureusement pour Kibō, Yami était celle qui se trouvait derrière. Un sourire suivit d’une phrase enjouée percutèrent notre jeune héros qui fut pour le coup surpris par l’accueil « chaleureux » de la demoiselle. Lui, qui s’attendait à être froidement reçu dans le domaine des Ketsueki, le voilà pris à contrepied.

Effectivement, on ne pouvait plus dormir à Suna, surtout en ces temps troubles. L’élève de Kioshi lâcha un soupir après la déclaration de la demoiselle.
      - À qui le dis-tu…
Le Chasseur de Chimères se détacha du cadre de porte et pénétra à l’intérieur de la bâtisse de Yami pour la première fois de sa vie.
      - Tu vas bien ?
Ajouta-t-il tout en contempla avec ébahissement l’intérieur du manoir. La classe. Une décoration et un style qui s’apprêtait à notre jeune héros. Le vitrail, la statue, les nobles meubles et tapisseries, Kibō n’avait rien loupé.
      - Ton château hanté est vraiment beau.
Déclara-t-il tout en lançant une petite boutade à l’encontre de la petite amie de son maître. Le second du village suivit la Cheffe de Clan dans le séjour et à sa plus grande surprise, il y avait encore des personnes debout. Les Ketsueki étaient également surpris de voir le bras droit du Kazekage dans leur demeure à une heure pareille et ils ne se privèrent pas de lancer des regards méfiants à notre jeune héros.

Yami les congédia d’un simple signe de tête. Les mains dans les poches, l’élève du Yamada accompagna la sortie des vampires à l’aide de son regard. Ensuite, il se posa sur le canapé désigné par son amie et là, il fut agréablement surpris par la commodité du divan. Était-ce possible de séjourner ici ? Kibō aurait peut-être dû choisir Yami au lieu d’Ema… Trêve de baliverne, la Ketsueki ne passa pas par quatre chemins et demanda à son invité de cracher le morceau quant à la raison de sa visite nocturne.
      - Qui te dis que je suis venu ici pour te parler ? Je suis simplement de garde, c’est à moi de te surveiller cette nuit.
Annonça-t-il tout en gardant un air sérieux. Le bras droit du Rokudaime examina la réaction de la Cheffe de Clan avant de poursuivre et lui avouer la véritable raison de sa présence.
      - Je suis ici pour m’excuser d’avoir monter un réseau de surveillance autour de ta personne, bien que tu sois au courant, je voulais t’annoncer que c’est moi qui me charge cette mission.
Elle était son amie et on n’épiait pas ses camarades de la sorte, surtout à leur insu.
      - Personnellement, ce n’est pas la méthode que j’aurais adoptée, mais je ne fais que suivre les ordres de mon supérieur.
Il parlait de son maître et petit-ami de Yami.
      - Sinon, je voulais savoir comment tu te sentais vis-à-vis de cette histoire. Ton image en a pris un coup…
Kibō connaissait que trop bien cette sensation. Au retour de son voyage, il avait été traité de traitre alors qu’il n’avait rien fait. Yami et Oniri étaient jugé pour des actes qu’elles n’avaient pas commis… ou pas. Cependant, aucune preuve n’était là pour soutenir les propos de Tsukiko et les villageois – pas tous – avaient perdu confiance en ces deux demoiselles qui représentaient Suna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1302
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Une surveillance rapprochée.. très rapprochée. ⌈Ketsueki Yami⌋ Lun 29 Fév 2016 - 22:22

« Si je vais bien ? Je suis démunie de mes fonctions et en surveillance constante. Comment penses-tu que je vais ? »

L'interrogeais-je en arquant un sourcil dans un ton condescendant. A question bête réponse idiote.
Au moins trouvait-il la décoration de mon « château hanté » belle, ce qui eut le don de me faire esquisser un léger sourire. Il était vrai qu'il n'y avait encore jamais mis les pieds.

Il m'annonçait d'ailleurs qu'il n'était pas ici pour me faire la conversation mais parce qu'il était chargé de ma surveillance en cette nuit, me faisant une nouvelle fois hausser un sourcil.

« Oh. Je vois. Et tu trouves judicieux de réveiller la personne que tu es en charge de surveiller alors que cette dernière tâchais de calmement dormir ? Décidément, tu as beaucoup perdu de ton apprentissage au sein du Kakumeigun depuis que tu l'as quitté... »

Déclarais-je.
Qui était assez idiot pour aller prévenir la personne dont la surveillance lui était assigné ? Kibo en faisait partie vraisemblablement... Heureusement pour lui qu'il n'était plus au sein de l'unité spéciale sans quoi il subirait un petit rappel à l'ordre quand aux procédures et la discrétion. Toutefois, il explicitait son argument par le fait qu'il en était désolé et souhaitait personnellement me prévenir des ordres qu'il avait reçu.

« Tu n'es pas a blâmé. Tu ne fais que ton devoir. Kioshi est ainsi et cela ne saurait tarder qu'il vienne me trouver pour me demander de quoi il retourne. J'aimerais simplement qu'il ne tarde pas que je puisse reprendre le cours de mon existence. Le Kakumeigun n'a jamais été aussi sollicité qu'en ces temps de troubles. J'ai beau avoir pleinement confiance en Ogami, il ne pourra pas faire tourner pleinement la boutique à lui seul. D'autant plus que j'imagine par déduction que si tu es là pour moi il doit en faire de même vis à vis d'Oniri. »

Le Toshiro ne pourrait pas tout gérer à la fois et il était finalement normal que mon petit frère de cœur ne soit pas à la charge de ma surveillance qui aurait pu être interprétée comme faussé de part la nature de notre relation. L'inverse était vrai entre Kibo et Oniri.

La conversation prenait un tournant que je n'appréciais pas vraiment et ne me faisait pas prier pour librement retranscrire a travers le regard noir que je lui jetais. Mon « image » en avait pris un sacré coup... Cela était vrai mais inutile de remuer le couteau dans la plaie a moins qu'il veuille vraiment me voir sortir de mes gonds sur mon propre territoire ?

« Tu n'es pas sans savoir que j’œuvre dans l'intérêt de redorer le blason des miens et cela depuis quelques années déjà. Alors oui, en effet cette accusation infondée corrobore quelques peu tous mes efforts durement atteints.. »

Je laissais planer un silence avant de reprendre, la voix pleine d'amertume comme si je lui crachais ces mots :

« Ma surveillance devrait être surtout mise en place lorsque toute cette affaire sera terminée si tu veux mon avis... Je n'ai pas vraiment envie de laisser des inepties détruire tout ce que j'ai façonné si tu vois ce que je veux dire... »

J’espérais pour la cheffe des manieurs du sable qu'elle savait se terrer sous le désert sans quoi il pourrait arriver quelques incidents bien regrettables... Au moins les autres auraient-ils une raison de colporter à mon sujet...



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Aspirant Ninja
Messages : 1901
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Une surveillance rapprochée.. très rapprochée. ⌈Ketsueki Yami⌋ Jeu 3 Mar 2016 - 18:18



Yami allait bien. Au vu de ses réponses, elle était en bonne santé, malgré les rumeur et les accusations lancé contre sa personne et c'était ce que voulait savoir Kibō.
      - Parce que tu dormais ?
Demanda-t-il sachant pertinemment la réponse et son visage la contredisait, elle n'avait pas le faciès d'une femme qui venait d'être réveillé au milieu de la nuit. Enfin bref, il n'était pas venu pour embêter la Ketsueki - si ce n'était pas déjà fait - mais bel et bien pour discuter de tout ce qui se produisait actuellement dans le village. La Cheffe du Kakumeigun avait vu juste, Ogami surveillait Oniri et cela ne lui plaisait pas car cela affaiblissait son groupe, en plus de ne plus avoir de leader.
      - Oui, j'ai demandé à Ogami de s'occuper d'Oniri, mais je te rassure, il ne néglige pas le Kakumeigun.
Il marqua une pause avant de reprendre.
      - Je sais que tu en as bavé pour changer l'image de ton clan et cette accusation vient détruire tout ton travail, mais ne fais rien d'insensé après le verdict final, tu ne feras que détruire ton image et celle de ton clan et je doute que ce soit ce que tu souhaites.
Ajouta-t-il tout en zieutant les différentes décorations du séjour, mobiliers, bougies, tableaux, portraits, etc. D'ailleurs en parlant de portrait… L'élève de Kioshi se leva et s'approcha de l'une des parois et examina l'image d'un homme, vraisemblablement un membre important du clan, avec une tenue ô combien attirante.
      - Vous avez des accoutrements vraiment originaux et gracieux.
Les vêtements étaient de cuire, moulants et séduisants. Le Chasseur de Chimères continua son petit tour et observa les portraits les uns après les autres. Une fois le tour de la pièce terminée, il revint s'asseoir comme si de rien n'était, mais en fait, il réfléchissait à une solution pour éviter que la Ketsueki fasse un massacre, car connaissant la Kunoichi, elle ne se priverait pas de s'ôter un tel plaisir.
      - Je te propose un deal. Je m'occuperai personnellement des Kawaguchi à votre place une fois l'affaire aux oubliettes, pour autant que tu sois innocente bien sûr.
Conclut-il avec cette petite boutade à l'encontre de son amie.
      - Par contre, en échange, j'aimerai un de vos uniformes.
Kibō se pencha légèrement et tendit sa main à l'encontre de la demoiselle pour conclure le pacte. Son regard de glace dans celui de sang de la Ketsueki, notre jeune héros était prêt à se « sacrifier » pour punir les accusations de Tsukiko si jamais elles n'étaient pas réelles, cela sauvera l'image des vampires, même si Yami aurait aimé s'occuper en personne de la Cheffe de Clan des manipulateurs de sable. Par contre, si la Cheffe du Kakumeigun était coupable, alors l'élève de Kioshi se chargera de son cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1302
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Une surveillance rapprochée.. très rapprochée. ⌈Ketsueki Yami⌋ Ven 11 Mar 2016 - 10:38

Ogami s'occupait bel et bien de la surveillance d'Oniri sans délaisser pour autant le Kakumeigun. Le pauvre devait être exténué et connaîtrait sans doute lui aussi les longues nuits blanches à rester devant son bureau pour traiter des rapports en attente...

Kibo tenait le même discours que Tetsui ou Oniri : je ne devais rien tenter qui pourrait me retomber dessus après l'éclaircissement de cette affaire. Etaient-ils sérieux ? Plaçaient-ils une si grande estime en la justice ? Je doutais que la décision soit à la hauteur de mes espérances mais soit j'aviserais en fonction même si je n'y croyais pas vraiment.

Mon invité du soir se levait finalement pour contempler le portrait de mon grand-père Enma : premier Ketsueki du nom nous ayant lui même désignés comme tel. Outre son sourire à en faire des cauchemars comme le dépeignait le tableau, Kibo trouvait ses apparats classieux en étendant cela à une généralité.

« Nous sommes une famille noble alors nous ne pouvons guère nous contenter de friperies standard. Tant pis pour le confort mais bonjour l'esthétisme. »

Les corsets que je portais beaucoup par exemple n'était pas un modèle de confort et avaient même tendance à entraver quelque peu les mouvements. Cela dit je n'étais pas assez folle pour les porter en dehors de mes journées de repos.

Venait alors un moment inattendu... Il se proposait d'agir à l'encontre des Kawaguchi si j'étais innocente à ma place et en échange je lui offrais une tenue de mon clan... Pardon ?!

« Quel est ce « deal » ? Nuire a quelques personnes en échange d'une tenue ? Es-tu sérieux ? »

Il était tard et je ne savais plus vraiment déceler le sarcasme.

« Quand bien même te connaissant tu resterais aussi poli et mesuré que la justice elle même alors à quoi bon ? »

C'était stupide comme marché.

« Pourquoi tiens-tu tant que cela à revêtir l'une de nos tenues ? Tu n'es pas sans savoir que je n'ai que peu d'héritage des miens et tu voudrais que je concède à te donner des vêtements ayant appartenu à la lignée de Comtes ? »

Il en était hors de question ! En revanche une friperie d'un Ketsueki lambda... si cela lui faisait plaisir... J'esquissais un sourire de fourberie.

« Je veux bien t'offrir ce que tu souhaites à la condition que ce pour quoi tu œuvreras pour moi se fera selon mon plan. Sans quoi j'aurais le regret de ne pas pouvoir accéder a ta demande... »

Accentuais-je pour le côté mélo-dramatique qui me sied tant.

« Et je te prierais de ne pas croire accepter puis de te jouer de moi le moment venu... J'ai horreur des menteurs... Demande a La... »

Il n'était pas sans savoir que l'adolescente s'était vue séparée de sa langue par mes soins. Avait-il une préférence ? …



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Aspirant Ninja
Messages : 1901
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Une surveillance rapprochée.. très rapprochée. ⌈Ketsueki Yami⌋ Lun 14 Mar 2016 - 18:04



Kibō se retint de rire face à l’expression de Yami face à cet échange ô combien étrange. Cependant, notre jeune héros n’était nouveau pour ce type de deal, il avait des idées bien à lui tout comme ça façon de commercer. Malheureusement pour lui, la Ketsueki ne lui serra pas la main, curieuse d’en savoir plus sur cette volonté de l’élève de son bien aimé d’obtenir une tenue typique des suceurs de sang. Cependant, avant de répondre à cette question sur son envie étrange de porter les vêtements des Ketsueki, le Chasseur de Chimères avait besoin de réponses sur certaines répliques de la Cheffe du Kakumeigun.
      - Quelques personnes ? Tu ne comptais pas te venger uniquement sur Tsukiko ? Pourquoi t’en prendre aux autres Kawaguchi ?
S’était-elle trompé dans la formulation de sa phrase ou voulait-elle réellement punir tout le clan pour l’erreur d’une seule et unique personne, même si cette dernière était la Cheffe de Clan et donc représentait tout son clan.
      - Je vois que tu ne me connais pas encore très bien, mais je te l’accorde, ma façon d’opérer est souvent très soft comparé à d’autres. Cependant, sache que je peux exécuter tout type de mission et j’insiste sur le « tout ».
Dit-il tout en plongeant son regard de glace dans celui de la demoiselle. Le second du village pouvait désormais révéler pourquoi il désirait tant cette tenue, même si les raisons étaient plutôt minces.
      - Je ne possède pas de tenue digne d’un haut gradé et j’ai envie de soigner mon image. La tenue des Ketsueki m’a toujours attiré et en voyant ces portraits, mon envie d’en porter une ne cesse d’augmenter. Je ne te demande pas la tenue d’un Compte, mais une qui n’a pas ou peu d’importance à tes yeux.
Le marché semblait finalement lui plaire, aussi bien qu’elle l’accepta, mais elle ne se priva pas de menacer le Chasseur de Chimères. En même temps, Kibō n’avait pas le choix, s’il ne prenait pas la place de Yami pour cette vengeance, une guerre entre les Ketsueki et Kawaguchi éclaterait et Suna serait pris dedans. Il valait mieux que le clan de Sableux déteste une seule personne, que de voir le village scindé en deux. Kioshi n’allait probablement pas apprécier l’initiative, mais c’était pour le bien de Suna.
      - Puis-je voir la tenue et connaître ton plan ?
Demanda-t-il. Cette question voulait dire qu’il acceptait d’opérer selon les plans de Yami et il savait déjà qu’il allait devoir mettre de côté ses valeurs et ses sentiments pour accomplir cette mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Une surveillance rapprochée.. très rapprochée. ⌈Ketsueki Yami⌋

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Sunagakure no Satô :: Quartiers Résidentiels :: Manoir Ketsueki-