N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 La ballade des gens heureux [Mission rang D avec Kinzoku Sorolla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Message(#) Sujet: La ballade des gens heureux [Mission rang D avec Kinzoku Sorolla] Jeu 18 Fév 2016 - 21:33





Kumo, printemps 14.


Densha dort paisiblement en dessous de son arbre fétiche. Il ne le sait pas encore mais il s'apprête à recevoir sa première mission en tant que ninja. Un coursier s'approche rapidement.


« Jeune genin Densha ! Réveillez-vous bon sang ! »


J'ouvris lentement mes yeux agressés par la lumière du soleil levant. Mmh oui d'ailleurs, quelle heure est-il ? Huit heures? Neuf heures ? Ça fait bien longtemps que je ne me réveille plus avant tard l’après-midi...


« E-e-excusez moi, j'aimerai finir ma nuit tranquillement. Je n'ai pas le temps pour vous écouter essayer de me vendre des tapis. »


« Dépêchez vous, vous allez être en retard ! Votre pre... miss.. ce mat... Raïk...»


J'allais me laisser emporter dans les bras de Morphée une seconde fois avant d'avoir eu LE déclic ! C'est vrai ! Je suis ninja maintenant ! Ça devait être un coursier pour ma première mission ! Je fit sortir une colonne de fils de mon sac à dos pour m'aider à me relever en vitesse.


« OH ATTENDEZ, REVENEZ ICI ! POUVEZ-VOUS ME REPETER ÇA ?»


Le coursier revint l'air furieux toujours avec mon ordre de mission dans la main. Qu'est ce que je suis bête, j'aurai dû me douter que ce n'était pas un vendeur de tapis !


« Nous n'avons plus le temps, tenez lisez ça sur la route et soyez dans dix minutes dans le palais du Raikage, ceci est votre première mission en tant que ninja de Kumo. Au revoir !»


Dix minutes ? Je ferai bien mieux de lire ça en courant jusqu'au palais ! Alors, qu'est ce que ça dit ?


« Un riche marchand, sa femme et ses deux enfants viennent pour la première fois à Kumo. Votre rôle sera de leur faire visiter le village tout en vous assurant qu'ils en garderont un bon souvenir. L'homme est très influent et l'échec de cette mission pourrait impacter l'économie du village, ce qui serait intolérable. Attention, cette famille est également connue pour être très exigeante. Venez dans le palais du Raïkage bureau 2B au premier étage pour sept heures pour connaître votre équipier. »


C'est bon j'ai compris, il devait être six heures et demi quand le coursier m'a réveillé. C'est pour ça que je suis fatigué, j'ai encore une fois fait une micro sieste à la place d'avoir dormi une nuit complète. Mais plus important, un équipier ?! Je n'ai pas signé pour ça moi, qu'est ce que je peux bien dire ? Je ne sais pas me comporter avec des inconnus à côté de moi et en plus de ça à côté d'un riche marchand ? Je suis désolé mais ça risque d'être compliqué !


Bref, je suis arrivé. Me voilà devant la porte de ce fameux bureau, mon équipier est sûrement déjà arrivé en avance. J'ai peur, mais c'est moi qui ai voulu ça, je me doit de l'ouvrir !


Densha ouvrit la porte très lentement ce qui eu pour conséquence d'énerver Miharu, le bureaucrate.


«Densha ! Dépêchez-vous vous d'ouvrir cette porte et venez devant moi ! EN. VITESSE.»


Aaah, coup de pression supplémentaire ! J'ai peur j'ai peur !


Dans cette pièce il n'y avait que Miharu et moi. Aucune trace de mon équipier pour le moment, et c'est tant mieux.


« Vous avez sûrement déjà lu l'ordre de mission que je vous ai envoyé, pour être de parfaits guides vous allez devoir porter cette tenue. Enfilez ça par dessus vos habits. »


L'homme tendit un gros sac à l'aspect étrange au jeune genin.


Dans ce sac, une vision d'horreur y est installée. Une tenue de guide de safari entièrement couleur kaki : une chemise avec des coutures mal achevées, un short avec des poches léopard et un chapeau d'aventurier poussiéreux.
J'enfile le tout en vitesse, après tout je ne suis plus à un sacrifice près.


« Bien, j'aimerai vous présenter maintenant. Sorolla pouvez-vous arrêter de vous cacher derrière cette porte s'il vous plaît ? »


Sorolla avança timidement jusqu'au bureau rempli de paperasse de Miharu.


Mon équipier est en réalité une équipière, je dois sûrement rêver ! C'est la première fois que je vais devoir faire équipe avec quelqu'un et en plus c'est une fille ? Je n'ai pas parlé à une seule personne de la gente féminine depuis des années, et encore, c'était ma mère. La voir arriver toute timidement m'a fait totalement disjoncter la tête, je suis devenu tout rouge, mon cœur bat à une vitesse folle et j'ai les mains moites. Ça doit être le stress couplé à la fatigue, j'espère que ça ne se remarquera pas.


« Calmez vous tous les deux, pourquoi êtes vous si nerveux dés le matin ? Bref, passons. Il est désormais sept heures quinze, le marchand devrait arriver avec sa femme et ses deux enfants dans moins d'un quart d'heure. Vous devriez l'attendre à l'entrée du village. Bonne chance !»





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://densha.tk
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Lieutenant du Satoru
Messages : 126
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La ballade des gens heureux [Mission rang D avec Kinzoku Sorolla] Ven 19 Fév 2016 - 1:21

La nuit régnait encore sur le village quand le réveil sonna. Il fut très mal accueilli par Sorolla qui le jeta par terre d’un revers de la main. Elle se rendit ensuite compte de son acte et se leva pour le ramasser. Il n’avait rien, heureusement ! Elle avait gardé ce petit réveil du temps où elle vivait encore avec sa mère, ces objets étaient rares pour elle car elle n’avait pu en récupérer que 5 ou 6 tous au plus. Et pourtant voilà comment elle les traitait ! Certes, ce geste était certainement incontrôlé vu la puissante tonalité de la petite chose, mais il fallait tout de même faire attention, elle serait bien triste de le casser. Bref, elle se leva avec peine de son lit et commença à se préparer tranquillement. Il fallait la comprendre, une mission peu excitante lui était imposée aujourd’hui.

Ordre de mission:
 

Après tout elle ne connaissait elle-même pas très bien le village, et avait peur de ne pas être à la hauteur pour cette tâche. Bien entendu, elle se donnera à fond jusqu’au bout pour sa mission, autant que pour n’importe quelle autre. Ce n’était pas son genre d’abandonner, elle s’est engagée pour son village et comptait bien être des plus utiles et efficaces ! À peine sortie, elle sentait que la journée allait être très chaude, ce qui était en soi une bonne nouvelle. Elle était partie en direction du palais même si elle ne comprenait pas trop la raison de son rendez-vous là-bas. C’était inhabituel, en effet les missions étaient simplement écrites puis elle se devait de rejoindre son partenaire, ce n’était pas le cas aujourd’hui, peut-être que des précisions étaient nécessaires d’être donnés.

Arrivée dans le bon bureau, elle hésita à entrer car deux personnes étaient déjà en train de discuter. Mais elle se sentit bien vite concernée par cette conversation :

« Bien, j'aimerai vous présenter maintenant. Sorolla pouvez-vous arrêter de vous cacher derrière cette porte s'il vous plaît ? »

C’est très gênant, elle n’était pas en train de se cacher mais plutôt d’attendre poliment son tour. Elle entra donc en jetant un coup d’œil autour d’elle, un bureau élégant mais simple avec rien de particulier à relever, je n’aimais pas le monsieur derrière, que ce soit son physique ou son attitude, il m’a immédiatement déplu ! C’est peut-être de la pure gaminerie, mais je n’aimais pas qu’on traite Sorolla de la sorte, elle était certes nouvelle et un peu perdue, mais ce n’est plus une enfant depuis bien longtemps. Elle posa ensuite son regard sur son partenaire, Monjara Densha, c’était un..un.. GOSSE !? Attendez mais il a qu’elle âge celui-là, 8 ans ? Je croulais sous le pessimisme pendant que Sorolla lui fit un léger sourire. Elle ne savait même pas communiquer avec des gens de son âge, comment allait-elle bien pouvoir travailler avec un enfant ?

Miharu nous avaient presque poussés dehors avec un pied aux fesses, nous n’étions pourtant pas en retard, c’est fou ce qu’ils peuvent être pressés ces bureaucrates ! Sorolla pris la route en direction du début du village au côté du jeune garçon. Le silence régnait quand il tendit le bras timidement vers Sorolla, il lui donna une tenue de safari complètement ridicule avant de bredouiller qu’elle devait la porter pour la mission. Sa voix était presque inaudible, il avait l’air très gêné et embêtés par la situation. Je ne savais pas qu’ils prenaient des ninjas si jeunes, mais je n’oserais jamais sous-estimer un membre du clan Monjara, il devait cacher une certaine puissance. Sorolla s’arrêta pour accepter la tenue du petit garçon en soupirant.

« Merci, au moins on se soutiendra mutuellement dans cette ignoble tenue ! » dit-elle, terminant sa phrase d’un grand sourire.

Finalement, la situation était plutôt drôle, et Soro préférait positiver plutôt que de s’abattre sur son sort ! Elle leva très légèrement sa jupe pour enfiler le short en dessous puis la retira, continuant ensuite par boutonner la chemise kaki au-dessus de son habituel débardeur. Elle souffla sur le chapeau avant tout étant donné qu’il était très poussiéreux mais rien ne partait, cette chose avait dû rester une bonne trentaine d’années dans un vieux grenier. Bien décidés à aller jusqu’au bout, elle le posa tout de même sur sa tête. Les deux jeunes gens attiraient les rires de ceux qu’ils croisaient, ce qui avait don de l’agaçer au plus haut point ! Elle les aurait bien transformés en chair à saucisse s’ils n’étaient pas aussi pressés ! Sorolla regarda le petit garçon à plusieurs reprises, il n’avait vraiment pas l’air rassuré ! Elle décida alors d’engager la conversation dans le seul but de mettre ce pauvre garçon plus à l’aise, malheureusement elle n’était elle-même pas bien douée !

« On est bientôt arrivés, ça va aller ? Notre rôle est de rester serviable et polis en toutes circonstances, ce n’est pas bien difficile et je suis sûr que la journée va passer incroyablement vite ! »

Au loin, on pouvait apercevoir l’entrée de la ville, tout à fait vide. C’était bon signe, cela n’aurait pas été convenable de laisser attendre cette pauvre famille. Ils ne devraient plus tarder à arriver, et Sorolla était prête à affronter cette très longue journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La ballade des gens heureux [Mission rang D avec Kinzoku Sorolla] Ven 26 Fév 2016 - 23:08






Une fois à l'extérieur du palais du Raïkage, Densha dégaina son fameux carnet orange ainsi qu'un crayon qu'il avait volé à Miharu et démarra son écriture.

« Ça y est, nous démarrons. J'ai réussi a reprendre un peu mes esprits mais je suis loin d'être capable de me battre en cas d'urgence. J'ai déjà chaud alors que le soleil n'a pas terminé de se lever, j'appréhende vraiment pour cette après-midi. Mon équipière, Sorolla je crois, n'a pas l'air très dégourdie non plus, je commence à croire que le fait d'être en équipe avec est loin d'être le fruit du hasard.
Cela dit, même si elle arrive à rester belle dans cette horrible tenue, nous restons dévisagés de toute part par une grande majorité des villageois, certains ne se privent pas de rigoler ouvertement. Personnellement, cela ne me fait plus plus rien, j'ai tenu des années comme ça, j'ai l'habitude. Mais ça n'a pas l'air d'être le cas pour mon associée. Elle a l'air à cran et sur le point de craquer. »

Le silence plombant de l'équipe fut brisé par une tentative d'encouragement de Sorolla :

« On est bientôt arrivés, ça va aller ? Notre rôle est de rester serviable et polis en toutes circonstances, ce n’est pas bien difficile et je suis sûr que la journée va passer incroyablement vite ! » 

Complètement surprit, je bafouillai quelques mots avant de replonger tête baissée dans son journal.

« N-n-e t' t'inqui-qui.... A-Avance. » 

«  Que m'arrive-t-il ? Ai-je été empoisonné ? Serait-ce un jutsu de Sorolla ? Oui ! Ça doit être ça ! Je suis sûr et certain que c'est de sa faute, depuis qu'elle est à côté de moi j'ai très chaud et suis extrêmement tendu et maintenant je me rend compte que je n'arrive même pas à aligner deux mots, elle doit bien se marrer ! Il faut dire aussi que son sort a dû être bien amélioré si l'on prend en compte que je n'ai pas dormi de la nuit et le stress de ma première mission..
Nous sommes arrivés, j’aperçois le marchand et sa famille au loin. Je reviendrai écrire plus tard, je me doit d'être poli et de lancer les présentations.»

Le marchand arriva main dans la main avec sa femme. Si je devais le décrire, je dirai qu'il est assez gros et chauve. L'attribut principal le caractérisant serait sa grosse moustache rousse, elle est assez ridicule à première vue. Sa femme quand à elle est plutôt mince, sa corpulence reste tout de même normale mais ses joues creusées rendent son visage triste.
Derrière eux se trouvaient deux enfants, d'une dizaine d'années aussi. Un garçon brun, aux cheveux courts, habillé simplement mais restant classe, tout ce qu'il y a de plus basique. La fille, quant à elle, est très coquette, elle possède de longs cheveux roux qu'elle habille d'un précieux nœud rouge.

« B-b-bonjour et b-b-bienvenue à K-k-k-ku-kumo ! J-je suis.. »

Le marchand me coupa la parole :

« C'est une blague ? On va vraiment se faire guider par un enfant ? En plus de ça il ne sait même pas aligner 3 mots. Passons les présentations et dépêchons nous d'en finir ou ramenez nous de vrais guides. »



« Excusez le, il est un peu à cran ces temps-ci. » répliqua son épouse.


Je n'ai pas réussi à aligner trois mots, le marchand est exigeant comme nous indiquait l'ordre de mission, désagréable et je suppose que Sorolla bouille de rage. Ça commence bien...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://densha.tk
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Lieutenant du Satoru
Messages : 126
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La ballade des gens heureux [Mission rang D avec Kinzoku Sorolla] Jeu 3 Mar 2016 - 10:06

Le jeune Densha fit le premier pas auprès de la famille pour le saluer et se présenter. Malheureusement, il fut bien vite rejeté par un homme anxieux et énervé. Comment pouvait-on être aussi impoli ? Cet enfant comme il l’a si bien dit est un shinobi, il ne devrait pas se permettre de le mépriser simplement grâce à sa fortune. Une minute déjà depuis le commencement de la mission et Sorolla était déjà écœurée, avec la profonde envie de rentrer chez elle. Heureusement, sa femme intervenue pour s’excuser à la place de son odieux mari et nous expliqua qu’il était un peu à cran ces temps-ci. Ce n’était clairement pas une raison valable, Sorolla n’y cru pas un mot. Il devait être tous les jours comme ça, à cracher sur sa famille et ses employés ! Peut-être jugeait-elle un peu vite, mais un mauvais pressentiment se faisait sentir, elle n’avait pas du tout confiance en cet homme.
Suite à la gaffe de son coéquipier, et malgré sa mauvaise humeur, Sorolla prit les devants pour rattraper la situation. Elle s’avança et passa devant et prit la parole :

« Bonjour, je suis Kinzoku Sorolla et voici mon coéquipier Monjara Densha. Nous vous souhaitons la bienvenue à Kumo ! Nous sommes chargés de vous faire visiter notre magnifique village durant cette journée, ne faites pas attention au jeune âge de mon partenaire, il est tout à fait capable de mener à bien cette mission comme n’importe qui d’autre. Suivez-nous je vous prie. »

Son manque de sincérité sur ses sentiments ne laissait rien paraître grâce au ton abordé par la jeune fille. Elle montrait un aspect très serein, poli et gentil, en espérant qu’elle puisse rester comme ça toute la journée. La seule réponse du marchand fut un hochement de tête suivit d’un long soupir d’agacement. Qu’est-ce qu’il pouvait être énervant, et je ne pense pas que son comportement s’arrange au fil de la journée quand fatigue et chaleur se mêleront à la partie. Elle partit en direction du village, suivit du marchand et de sa petite famille. Bien vite, ou alors elle ne voyait pas le temps passer tant elle aimait marcher, ils atteignirent les terrains d’entrainement. Les enfants qui voyaient ça comme des terrains de jeux géants se mirent à courir en direction des différents obstacles et cibles et s’amusaient à les escalader. Elle lança un regard de secours à Densha, mais savait très bien que lui non plus ne pouvait rien faire. Ils risquaient de casser quelque chose, et bien sûr c’est nous les shinobis qui allons en pâtir. Mais que pouvaient-ils bien faire dans cette situation ? Ils ne pouvaient pas se permettre de rappeler les gosses eux-mêmes et ils n’obéiraient d’ailleurs surement pas. Et ils pouvaient encore moins donner des ordres aux parents, pourquoi ne réagissent-ils pas d’ailleurs, sont-ils aveugles ? Soudain, j’eus une idée que je transmis à Sorolla, elle devait la trouver bonne car elle prit immédiatement la parole :

« Vous devriez faire attention, des shinobis distraits peuvent laisser trainer des kunaïs, des shurikens ou même des parchemins explosifs, cela peut être dangereux pour les enfants. »

Elle s’adressa en particulier à la mère qui donnait l’impression d’être plus impliqué. Avec une grimace de stupeur elle courra chercher ses enfants qui mirent un temps fou pour lui obéir et rebrousser chemin parmi nous. Je riais intérieurement, j’aurais certainement préféré qu’un des gosses se prenne vraiment un parchemin explosif, cela aurait pimenté un peu la situation au moins mais Sorolla n’avait pas l’air de mon avis malheureusement. Après une courte explication sur le nombre de terrains et leurs utilités, nous continuâmes notre route. Bah oui, pourquoi une famille comme celle-ci s’intéresserait autant aux terrains d’entrainement des shinobis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La ballade des gens heureux [Mission rang D avec Kinzoku Sorolla] Jeu 3 Mar 2016 - 19:58





« Bonjour, je suis Kinzoku Sorolla et voici mon coéquipier Monjara Densha. Nous vous souhaitons la bienvenue à Kumo ! Nous sommes chargés de vous faire visiter notre magnifique village durant cette journée, ne faites pas attention au jeune âge de mon partenaire, il est tout à fait capable de mener à bien cette mission comme n’importe qui d’autre. Suivez-nous je vous prie. »

Sorolla m'a sauvé. Heureusement qu'elle était là pour reprendre la situation en main. Malgré les apparences, elle avait l'air d'avoir une aisance orale très développée et c'est tant mieux pour nous.
La visite commence, la journée s'emballe.
Arrivés aux terrains d’entraînement les enfants surexcités de voir un parc de jeux géant ont couru partout. Ces petits vauriens sont passés à deux doigts d'une mort lente et douloureuse, quatorze fois.

Il commence à faire vraiment chaud et mes vêtements me collent au corps. À vue d’œil, je peux voir que ma coéquipière croule sous cette canicule aussi, elle est toute courbée et ses lèvres sont aussi sèches que le désert. Même si je suis atteint d'un sortilège de sa part,je suis bien chaud ( et c'est le cas de le dire ) pour un petit concours d'endurance, après tout la marche sans fin ça me connaît ! Je sais déjà comment je vais m'y prendre !

Alors qu'on allait reprendre la route je m'arrêta pour lancer les hostilités :

« Hey marchand, on peut savoir pourquoi tu es venu à Kumo au fait ? »
 
« Tu as retrouvé l'usage de la parole on dirait ! Mais on ne t'apprend pas la politesse dans ton pays ? Les grandes personnes tu te dois de les vouvoyer ! »
 
« Excusez-le... Nous vendons toutes sortes d'armes, allant du simple kunaï au parchemin le plus complexe. Nous voulions voir l'utilisation que vous en faisiez et éventuellement si l'immobilier n'est pas trop cher, emménager ici. »

« Oh je vois, suivez-moi alors ! Nous allons faire un petit tour plus approfondi sur les terrains d’entraînement, avec vos guides devant vous n'avez rien à craindre. »

Le plan était lancé : Sorolla me fusilla du regard comme si elle avait lu dans mon esprit.
Nous avons fait deux heures de marche sous le soleil de plomb dans les montagnes et forêts. Le ciel était bleu azur, c'est marrant c'était exactement le même le jour où j'ai décidé de m'engager en tant que shinobi.
Il devait être environ midi, j’eus pitié du marchand en voyant ses jambes de bœuf trembler et sa grosse moustache dégoulinant de sueur. «  Sale temps pour les gros » pensais-je.
Sa femme, déjà sèche comme un coup de trique était sur le point de mourir de fatigue, tout comme ses enfants. Nous marchions désormais en direction du palais du Raïkage.
« Traitre de Sorolla, ton sort ne me fait plus rien, la rage intérieure me fait parler normalement et je suis très bien capable de marcher encore plus longtemps que toi qui est en bonne santé. » lui murmurais-je à l'oreille.

Arrivés au palais le marchand nous supplia de prendre une pause au frais et à l'ombre à l'intérieur du palais. Cette requête fût acceptée rapidement puisque c'est dans le palais que se trouve les nouvelles annonces de vente immobilières. Sentant la haine de la famille marchande envers moi suite à ce détour, je décidais de m'écarter un peu du groupe.


« Je vais vous chercher des boissons, on se retrouve tout à l'heure devant le panneau immobilier. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://densha.tk
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Lieutenant du Satoru
Messages : 126
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La ballade des gens heureux [Mission rang D avec Kinzoku Sorolla] Dim 6 Mar 2016 - 1:05

La chaleur se faisait incroyablement ressentir, c’est quoi le délire ? Manque plus que les déserts de sable et on se croirait à Suna ! Elle sentait des gouttelettes couler le long de son dos, et ça n’avait rien de bien sexy... En espérant que ça n’allait pas empirer jusqu’à mouiller son visage déjà rougi. Densha prit la parole pour s’adresser familièrement à notre précieux invité. Il le tutoya ce qui avait pour conséquence de choquer Sorolla. Elle voulut répondre pour excuser son attitude, mais la femme du marchand la devança. Il avait de la chance qu’elle soit bien plus tolérante, à quoi jouait-t-il ? Dans un cas comme celui-ci, on pouvait clairement voir l’immaturité évidente d’un enfant de 10 ans. Quand il prononça ‘’un petit tour plus approfondi des terrains d’entrainement’’, Sorolla avait deviné qu’il se passait un truc louche. Il n’y avait rien de plus à voir par ici, ce n’était pas du tout le programme qu’elle avait prévu dans sa tête et une simple chose comme ça lui suffisait pour être chamboulée. Elle ne put s’empêcher de le fusiller du regard, il n’avait pas apprécié le caractère de leur invité et avait certainement décidé de lui faire payer. Elle suivit tout de même le jeune Monjara sans un mot, peut-être avait-il tout de même une idée moins puérile et plus pertinente que les fatiguer bêtement.

Après deux heures de marches intensives, ses pensées étaient confirmées. Il avait fait un énorme détour des plus inutiles dans les différents paysages du village. Certes c’était très sympa à voir, depuis le temps qu’elle rêvait de marcher en montagne et en forêt et qu’elle était bloquée par son ignorance des lieux, elle était gâtée aujourd’hui. Bien décidée à ne laisser rien d’autre paraître que son faux mécontentement, elle regardait souvent Densha avec des yeux d’assassins. Les alentours se clarifiaient pour Sorolla, elle reconnut le chemin qui menait au palais du Raïkage, il les emmenait surement là-bas pour constater les dernières offres immobilières car à part ça, le palais était bien plus beau à regarder de l’extérieur. L’état de la famille était déplorable, et si les gosses hurlaient littéralement de désespoir, les parents ne disaient rien. Ils ne voulaient certainement pas avouer par fierté qu’une si petite balade les avait anéantis. Ahlala, qu’ils étaient ridicules, des gens si hideux ne méritaient pas de vivre à mon humble avis. Qui les regretterait une fois dans le cercueil ? Sorolla balaya mes pensées sordides à l’aide d’un long soupir d’agacement, c’est bon, c’est bon, je me tais ! Elle fut très surprise quand Densha lui chuchota quelque chose dans l’oreille :

« Traitre de Sorolla, ton sort ne me fait plus rien, la rage intérieure me fait parler normalement et je suis très bien capable de marcher encore plus longtemps que toi qui est en bonne santé. »

Un sort ? Qu’est-ce qu’il racontait ? En tout cas elle remarquait bien vite qu’il parlait sans aucune gêne, sans aucun bégayement. Génial, il était alors aussi fou et schizophrène que Sorolla, on va aller loin avec cette équipe de bras cassés. Elle n’avait pas compris ces accusations qu’il lui portait, je ne crois pas qu’un sort psychologique en or sois physiquement possible, m’enfin, c’est un gosse ! Par ailleurs il y a une chose qu’elle a très bien entendu et comprise, il se pensait supérieur d’un point de vue physique et pensait pouvoir marcher plus longtemps qu’elle. Elle n’était pas d’accord et comptait bien lui montrer à l’avenir ! Un regard de défi était lancé à son camarade, en espérant qu’il comprenne qu’elle n’oubliera pas et qu’ils auraient l’occasion de le constater plus tard. Elle trouvait ça amusant, et elle ne ratait jamais une occasion de s’amuser encore moins si une preuve de supériorité était à la clef ! Il partit chercher des boissons fraîches et laissa Sorolla seule avec la petite famille. Ils avaient l’air très énervés à cause de la marche, et elle savait qu’elle devrait faire très attention à l’avenir. Elle ne pouvait pas risquer son avenir de kunoïchi à cause d’un caprice de gamin, et comptait bien faire attention pour que ça ne se reproduise plus. Elle pourrait certainement faire baisser un peu la tension et positiver les avis durant le reste de la journée, surtout en gardant son jeune camarade à l’œil. Les parents ont longuement regardé les annonces, tout en prenant des notes sur tel et tel bien. Une fois fini et Densha revenu parmi eux, la troupe partit en direction du centre-ville, bondée de monde à l’heure du midi. Ils traversèrent quelque rues passantes avant de s’arrêter à un endroit précis où Sorolla prit la parole :

« Je vous propose de nous arrêter manger ici, c’est un très bon restaurant bien réputé du centre-ville de Kumo. Après nous pourrons reprendre notre visite, il y aura moins de monde et ce sera certainement bien plus agréable. »

Les avis quand à cette proposition étaient tous positifs, le marchand, heureux de pouvoir à nouveau engraisser son corps de lâche entra sans hésiter une seule seconde dans l’établissement. À table, le marchand monopolisa toute la conversation pour vanter les mérites de ses nombreuses ventes. Il ne s’arrêtait plus de parler, seulement Sorolla et sa femme faisaient mine de s’intéresser à ses dires. Densha montrait grossièrement son ennui, ce qui força à nouveau Sorolla à lui lancer un regard sévère, de façon à ce qu’il reste tranquille, enfin bon elle ne croyait pas vraiment à son obéissance. Quand les plats arrivèrent sur la table, la tranquillité se réinstallait peu à peu. Elle avait commandé des pâtes au saumon et aux crevettes, et c’était vraiment délicieux. La longue balade leur avait creusé l’appétit à tous, enfin surtout au gros sac qui mangeait en faisant de gros bruits disgracieux avec sa bouche... Ils avaient encore quelques endroits à visiter, et le soleil n’avait pas l’air de vouloir les laisser tranquilles pour le moment. L’après-midi risquait d’être longue, et il fallait vraiment qu’elle essaie de se détendre pour ne pas sombrer dans le désespoir ! Contre toute attente, elle tira la langue à Densha dans la plus grande discrétion, ce qui laissa le jeune garçon perplexe, et moi aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La ballade des gens heureux [Mission rang D avec Kinzoku Sorolla] Lun 7 Mar 2016 - 21:08






Je revins avec des boissons fraîches pour tous. Limonade de kumo pour les enfants et moi-même, bière pour le marchand et de l'eau clair pour sa femme.
Pour Sorolla ? Oh, rien de plus qu'une petite mixture spéciale qui a le goût et l'apparence du vin rouge avec un petit effet assez puissant qui se déclenchera lorsque son repas de midi sera ingurgité, j'ai hâte.

Le marchand faisait exprès de traîner au niveau des annonces immobilières, ça se voyait gros comme une maison ( ou plutôt gros comme son ventre graisseux ) qu'il était a bout et qu'il ne voulait plus marcher. Le plan s'est déroulé à merveille et la phase deux allait pouvoir débuter très prochainement. Je jetai ma boisson dans la poubelle de l'entrée du palais après avoir absorbé ma dernière gorgée de limonade et la route fut démarrée.

Après quelques minutes de marche dans les rues de Kumo, ma coéquipière prit les devant et proposa à tous d'aller manger. C'est vrai qu'il commençait à faire faim ! Nous acceptions tous avec joie et sommes rentrés dans un restaurant assez particulier. Le repas avait l'air de se dérouler à merveille pour Sorolla qui affichait un grand sourire devant les histoires marchande du lard assis en face de moi. Il s'empifrait comme un porc, ça me répugnait tellement ! Je ne pus m'empêcher de le regarder avec un regard de dégoût et d'ennui intense.
« C'est looong » pensais-je.
Je crois l'avoir pensé tellement fort que ça s'est lu sur ma tête. Sorolla me jeta un regard sévère, ben quoi ? Je n'ai pas le droit de m'ennuyer ? Je ne te dis rien moi, ce n'est pas de ma faute si toi tu es intéressé par tout ce blabla.

Le repas terminé nous sortîmes du restaurant, à ma grande stupeur c'est Sorolla qui a qui a payé pour tout le monde, peut être n'était elle pas si traitre que ça. Elle me tira discrètement la langue, qu'essayait elle de me faire passer comme message ?

Nous visitions le centre ville sous la chaleur étouffante du midi et l'effet du breuvage que je lui ai offert commença à se faire sentir. On voyait qu'elle commençait à tituber et avait du mal à parler correctement. Ses propos étaient confus et elle parlait avec une telle force qu'on était capable de l'entendre jusqu'à l'autre bout du centre ville. C'est ça ! L'homme qui m'a vendu ça ne m'a pas menti et l'effet recherché est bien réel, ajoutez à ça la fatigue et le soleil agressif et en voilà le résultat : Ma coéquipière était devenue totalement saoule !


Pour mon petit bonheur personnel et une vengeance bien méritée, je la regardais divaguer quelques temps sous les yeux interrogatifs de la famille marchande et des passants puis je pris les choses en main : 


« Votre guide ne se sent pas très bien actuellement, sûrement à cause d'un repas trop copieux. Elle continuera de nous suivre mais vous seriez bien braves de l'ignorer. Continuons notre tour de la ville je vous prie. »


Toute la gloire allait être à moi désormais ! Voilà ce qui en coûte de se moquer d'un digne représentant de la nouvelle génération du clan Monjara !
La phase deux de mon plan diabolique étant terminée, je décidais de terminer rapidement la visite du centre ville. Après tout, je peux me venger mais il y a quand même des limites. La voir totalement saoule faire le singe devant tous ses voisins et connaissances en tenue de safari horriblement affreuse relevait beaucoup plus de méchanceté que je ne pouvais offrir.



Arrivés avec difficulté a l'entrée de la ville l'heure des au revoir avec l'horrible famille était venue. Je tendis ma main au marchand :

« Monsieur, ce fût un plaisir de partager cette merveilleuse journée à vos côtés, j'espère vous revoir une prochaine fois en tant qu'habitant de Kumo ! »

Il ne répondit pas mais me serra la main avec un air hautain. Sa femme, comme toujours, était là pour rattraper la situation :

« Oui bien sûr soyez rassurés vous avez fait un superbe travail ! Nous garderons précieusement sur nous les notes que nous avons prises à propos des offres immobilières de Kumo ! »

A mon grand étonnement, la petite fille s'adressa à moi pour la première fois : 

« La madame était vraiment très rigolote cette après midi merci pour le spectacle monsieur le guide ! La prochaine fois on veux rejouer avec elle !! »

La pauvre Sorolla, qu'à t-elle bien pu subir de la part de ces deux garnements ? Je me le demande... L'effet du sérum ne devrait pas tarder à se dissiper de toutes manières, je ferai mieux de la raccompagner jusqu'aux quartiers résidentiels. Je ne sais même pas où elle habite.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://densha.tk
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Lieutenant du Satoru
Messages : 126
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La ballade des gens heureux [Mission rang D avec Kinzoku Sorolla] Mar 15 Mar 2016 - 15:57


Le goût étrange du verre de jus de raisin offert par Densha ne l’avait pas vraiment frappé sur le moment. La soif dominait grandement et son insouciance face à la générosité du gamin ne lui avait pas été d’une grande aide. Mais après quelques minutes passées à marcher en direction du centre-ville, Sorolla avait commencé à ne plus se sentir bien. Ses yeux se floutaient peu à peu, exactement comme quand la fatigue se faisait trop sentir. Son ventre était dans un état bien pire, il criait des bruits extrêmement bizarres mais elle ne paniquait pas, en pensant que c’était juste la faim qui se faisait sentir. Malheureusement, le restaurant et les pâtes au saumon qu’elle avait ingurgité n’avaient rien changé à la situation. Elle avait bien du mal à rester concentré sur les paroles du marchand, comme si les syllabes se prenaient par la main pour danser autour d’un feu. Plus le temps passait, et plus la situation empirait. Elle ne s’entendait presque plus parler, tout bougeait autour d’elle d’une vitesse affolante. Sa première réaction a toute suite été une forte envie de pleurer, elle était terrifiée. Qu’est-ce qu’elle pouvait être faible celle-là, elle veut devenir forte et ne supporte même pas d’avoir le tournis cinq pauvres minutes. C’était cette sensation de ne rien pouvoir contrôler qu’elle appréhendait, et c’était le cas maintenant. C’est quand on ne peut pas s’occuper de soi-même que les ignobles autres personnes qui habitent ce monde en profitent pour abuser de toi et te faire du mal, je crois bien que ça elle ne l’a pas oublié. Elle était consciente que son état empirait mais ne voulait alerter personne, elle avait une mission importante à accomplir et comptait bien la réussir. Elle ravala ses larmes, respira un bon coup et tenta de rester calme. Mais après quelque temps, son comportement devenait étrange et je surpris même une langue moqueuse en direction de Densha. Tout ça était ridicule, et en plus elle avait l’air de ne plus du tout m’entendre, qu’est-ce que c’est agaçant de représenter qu’un vulgaire spectateur de la scène !

On avait repris la route, et toujours rien de sensé n’était sorti de la bouche de Sorolla. Assez loin derrière le groupe, elle avait tenté de me parler sans grand succès. A vrai dire je n’avais absolument rien compris, elle bredouillait des mots presque incompréhensibles sans aucun lien logique entre eux. Agacée de ne pas pouvoir produire une phrase, elle se faisait toute suite moins discrète et hurlait en pleine rue. Mais qu’est-ce qu’elle fout ? Si elle voulait se débarrasser de la famille et échouer à sa mission il y avait des moyens bien plus efficaces pour y parvenir, histoire de ne pas créer de nouveaux problèmes au village et surtout de ne pas commencer sa carrière de Kunoïchi avec une mauvaise réputation ! La famille la regardait d’un air choqué, évidemment puisqu’elle se ridiculisait devant tout le monde ! Je ne comprends plus rien, est-elle en train de faire une espèce de crise de folie ? Son camarade avait l’air d’avoir pris la situation en main, absolument pas inquiété ou même surpris par le comportement soudain de Sorolla. J’en déduis donc qu’il est derrière tout ça, pourquoi suis-je étonnée ? Son attitude est tellement suspecte depuis le début de la matinée. Quel imbécile, Sorolla n’est peut-être pas en état de quoi que ce soit, mais moi je vois tout et je tâcherai de la mettre au courant. En fin de compte cela m’arrange plutôt bien, j’aurais enfin une excuse valable pour la pousser à torturer quelqu’un, ça s’annonçait très amusant. Au loin, j’apercevais les enfants chuchoter et rire tout en regardant Sorolla d’une discrétion qui laissait à désirer. Qu’est-ce qu’ils voulaient ces mioches ? Ils s’approchaient doucement d’elle sans montrer leurs intentions aux parents qui ne les surveillaient d’ailleurs pas du tout. Bien entendu, ça n’avait pas échappé à Densha qui échappait un grand sourire de satisfaction. Je vais me le faire ce petit con, je vais me le faire ! Il était là, fier de sa connerie à observer ma Soro du coin de l’œil, pour qui il se prend ? Dire qu’elle avait essayé d’être gentille, faisant abstraction de sa peur des autres pour le rassurer. Ça lui apprendra à être trop gentille, je vais lui apprendre à s’endurcir moi, on va voir !

Les gosses se plaçaient de chaque côté de Sorolla et lui prit ses mains pour la faire danser, sauter et courir. Cette conne riait aux éclats en harmonie avec les deux petits diables. Je n’arrive vraiment pas à comprendre ce qui se passe, qu’avait-il bien pu mettre dans son verre pour la rendre dans un état pareil ? Après lui avoir piqué son chapeau (Dieu merci au passage, personne ne le regrettera celui-là), ils lui demandèrent d’utiliser ses pouvoirs magiques. Ses pouvoirs magiques ? Apparemment elle n’eut aucune difficulté à comprendre et créa toutes sortes d’objets en or comme un petit papillon, une toute petite poupée ou une boule qui pouvait facilement servir à la pétanque. C’était étonnant qu’elle puisse tout de même se servir de son pouvoir malgré son état, mais il pouvait tout de même se ressentir vu la forme des objets finalisés. Ils étaient cabossés pour certains, avec énormément d’imperfections. Les enfants avaient l’air d’être satisfait et s’amusaient vivement avec leurs nouveaux jouets fait maison. Elle chanta à plusieurs reprises toutes sortes de chansons avec eux, et s’amusaient tous les trois comme des petits fous. Malgré mon agacement, l’après-midi était passé extrêmement vite et l’heure de raccompagner la famille était déjà arrivée. Elle ne se mêlait pas à l’au revoir et restait un peu à l’écart en riant d’un escargot qui grimpait difficilement sur un mur. Densha s’approchait d’elle et essaya de la tenir pour l’aider à rentrer chez elle. Je lui hurlais de ne pas la toucher, qu’elle pouvait très bien se débrouiller seule et qu’elle n’avait pas besoin de la moindre aide de sa part, mais bien sûr, personne ne m’entendait, même pas Soro... Le petit garçon avait beaucoup de mal à la soutenir, elle faisait quand même pas mal de kilo de plus que lui alors ça ne devait pas être facile. Au fil de la route, Sorolla reprenait peu à peu ses esprits et ne comprenait pas ce qu’elle faisait ici. Elle ne se souvenait plus de rien et à ce moment précis, j’aurais pu lui raconter n’importe quoi. C’était intéressant, or je n’étais pas d’humeur à me moquer d’elle et encore moins de trahir sa confiance. Je lui racontais tout ce qu’elle avait fait durant cette après-midi, ainsi que ma version sur la raison de toute cette histoire. J’étais persuadée que c’était ce verre qui cachait quelque chose et je voulais qu’elle le croie aussi. Arrivé devant son appartement, elle se détacha de Densha d’une rapidité incroyable et le souleva pour le plaquer violemment au mur à l’aide de son avant-bras qu’elle maintenait à son cou. Yeahhhhhh, c’est bien Soro te laisse pas faire, il mérite une bonne raclée cette enflure ! A ma plus grande déception, elle se contenta de le regarder droit dans yeux méchamment. Ca faisait bien longtemps que je n’avais pas vu ce regard, ce regard rempli de haine qui ne demande qu’à se venger de la plus horrible des façons, qu’est-ce que j’aimais ça...

« Si tu m’approches à nouveau, n’imagines pas repartir vivant comme aujourd’hui. »

Elle ouvrit ensuite sa porte d’entrée et la referma d’un coup sec derrière elle, faisant retentir un bruit sourd dans tout le quartier. Elle n’avait pas sous-estimé le Monjara, mais elle était à cet instant complètement aveuglée par la peur et la colère. Heureusement pour elle, il avait décidé de se laisser faire et ne pas répliquer. A peine rentrée, elle arracha son déguisement et s’allongea dans son lit, en espérant qu’il allait sagement et intelligemment rentrer chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La ballade des gens heureux [Mission rang D avec Kinzoku Sorolla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Satô-