N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Rencontre forcée [PV Sendaï]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 355
Rang : C

Message(#) Sujet: Rencontre forcée [PV Sendaï] Ven 3 Fév 2012 - 3:08

    Cet entretien avec le Raikage s’était avéré être très bénéfique pour mon Organisation, le Kakumeigun. Ce Kadoria, maitrisant par hérédité la Gravité, avait éprouvé un immédiat intérêt concernant la requête que je venais lui faire aujourd’hui. La remise de sa fille adoptive entre ses mains, qui comptait énormément à ses yeux d’après ce que j’vais pu constater, avait été l’une des cartes maitresses du jeu, sans pour autant être l’aspect principal de ma demande. Disons plutôt qu’il s’agissait de l’élément déclencheur, l’évènement qui eut permis la suite en notre faveur. De la longue discussion qui s’annonçait au départ plutôt mal s’en découla une certaine affinité entre le dénommé Uriô et moi, une complicité de laquelle en est née une Alliance précieuse pour les deux camps. Le Kakumeigun possédait désormais une véritable Association, qui lui permettrait de gagner de l’ampleur au niveau mondial. Le Village caché du Pays du Vent approchait drastiquement, nous venions d’exécuter un pas énorme en direction de notre objectif commun.

    Nishimura, nous devrions peut-être rentrer à Kaze no Kuni. Cela fait déjà plusieurs jours que nous trainons au sein du Pays de la Foudre alors que nous devions déjà être à destination. Le Balafré doit nous attendre et je doute que sa patience ne s’étire davantage…
    Mmmh… J’ai promis au Kadoria de veiller sur la Foudre comme si elle était la prunelle de mes yeux. Nous sommes désormais alliés et enfin je peux profiter du Paysage sans avoir à me soucier de surveiller mes arrières. Retourne au Désert, Yami, et informe-les de l’Alliance. Qu’ils agissent avec les Kumojins comme s’ils étaient leurs frères. Quant à moi je rejoindrai le Vent dans deux jours.


    Le regard d’une ambre couleur du jeune homme croisa le miens pendant une fraction de seconde, puis il inclina la tête et se retira en disparaissant dans un nuage de fumée noire. Le Kurama s’avérait être un allié de choix, un homme digne de confiance, son recrutement au sein du Kakumeigun était probablement la meilleure chose que j’avais fait jusqu’ici. Bien que ce dernier ne fasse toujours pas totalement confiance aux autres membres de l’Organisation, notre relation s’était toutefois améliorée depuis quelques jours. Nos discussions étaient moins haineuses, plus amicales.

    A peine Yami hors de vue que je ressentis une présence, un chakra d’une puissance intéressante. La proximité entre celle-ci et la mienne se rapprochait dangereusement. Me fonçait-il dessus ? Mes sourcils se froncèrent. Combattons le feu avec le feu. Sans trop savoir s’il se dirigeait réellement vers moi, j’allai à la rencontre de cette source d’énergie spirituelle, confrontais littéralement l’individu dont l’identité m’était actuellement inconnue. Nos êtres se rapprochaient, jusqu’à être l’un en face de l’autre, silencieux.

    Qui était-il ? Le jeune homme ne portait aucun bandeau à l’effigie d’une quelconque force Ninja, ne possédait rien pouvant m’indiquer ses origines et sous quel dirigeant il combattait. Son regard cramoisi, sa chevelure sombre, mi- longue, ainsi que cette étrange beauté dont le garçon était animé me laissèrent sans mot. Mais je n’avais pas de temps à perdre avec ces détails, ou plutôt je me devais d’orienter mon attention sur autre chose.

    Que fais-tu ici ? Daigne me faire part de ton identité et de tes intentions ou disparait.

    Je resserrai mon bandeau à l’effigie du Kakumeigun autour de ma hanche droite, par-dessus ma combinaison d’un rouge éclatant s’harmonisant parfaitement bien avec mes courbes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Rencontre forcée [PV Sendaï] Ven 3 Fév 2012 - 16:02


Encore quelques jours, quelques semaines, quelques mois d'errance. La compagnie de Senzo trompait au moins la solitude avec plus ou moins de rebondissement. Cependant, le pauvre commençait à s'impatienter. Il voulait rencontrer d'autres humain, alors quemoi dans ma frayeur et par le souvenir d'un passé aussi peu glorieux que dramatique je m'employais à les fuir. Mon sens de l'orientation légendaire fit que je ne savais vers ou je marchais. Me contentant d'avancer, suivant par instinct les routes et les chemins qui me parraissaient les plus adéquate et les plus aimable.
C'est dans cette optique, où le destin fut seul maître de notre voie, que nous pénétrâmes sans en avoir conscience dans le pays de la foudre. Par de gigantesques montagnes aux allures plus titanesque et éternelle qu'acceuillante.


Le sentier où nous débouchâmes se trouvait étroit, laissant peu de place à la dambulation dont faisions habituellement si preuve. C'était l'endroit idéal pour tendre une embuscade à une personne. Senzo me le fit remarquer à plusieurs reprises, mais je m'en moquais éperdument. Quelle gloire aurait un Shinobi à tuer un Ninja errant et anonyme aux yeux de tous... Absolument aucune. C'était bien là l'avantage de n'être sans valeur ni honneur. Puis à mesure des pas, je pressentis, par instinct entre autre l'arrivée d'une personne. Senzo le compris évidément tout comme moi et m'exorta à rester surle chemin pour qu'il puisse enfin rencontrer un humain autre que moi. Scorpion de malheur se nourissant de mon être, nous avions beau être des amis lié à la vie et à la mort, il me tapait parfois sur le sytème plus que de raison. Cependant cette fois, je m'accordais à lui. Décidant de ne pas rebrousser chemin et de faire face.

  • -Tes yeux peuvent-il déjà le voir ?
    -Non... Et qui te dit qu'il s'agit d'un homme d'ailleurs ?
    -Rien du tout. Je ne fais que suggérer.
    -Evitons de sombrer toi comme moi un jour dans l'hypothèse, cela embrumerait notre esprit.
    -Tu as raison, fait de l'humour. Tu n'en auras peut-être bientôt plus le temps.


Mes yeux entrevirent alors une tache de chaleur qu s'approchait à grand pas. Je décidais de m'arrêter et de simplement attendre. Je l'acceuillis d'une posture non-chalante, non dépourvu d'arrogance et de miséricorde si j'ose dire. Mon regard ne croisa pas de suite le sien. Je n'avais pas besoin de cela pour la voir hélas.... Bien que je ne pouvais voir tous les détails de son apparence, elle m'apparu comme une belle femme d'âge mure. Elle aussi non dépourvu de toute fierté bien au contraire. Il n 'y avait rien de menaçant dans ma tenu. Pourtant elle ne se cacha pas de ses menaces. Senzo ne put alors s'empêcher de faire une remarque. C'était facile pour lui, qui était caché derrière ma nuque. Je lui répondis d'abord sans relever le visage, pour enfin dégner répondre à cette femme d'un timbre aussi maussade qu'exempt de sympatie.

  • -Elle est aussi impétueuse que l'orsque je t'ai connu...
    -Beaucoup d'humains sont ainsi... D'ailleurs je souligne qu'il ne s'agissait pas d'un homme.
    -Tu m'agaces à toujours faire remarquer tes bons instincts. Réponds-lui au lieu de regarder tes pieds.
    -Fait silence alors...


Je reressais donc mon regard écarlate lui offrant ainsi une oeillade sondeuse et téméraire. Ma tête s'inclina légèrement vers l'arrière permettant à mes yeux de s'ourvrir totalement sur ellle. J'attendis quelques secondes avant de répondre. Je voulais par cette approche lui montrer que je n'étais aucunement impressionné où me considérant en facheuse posture. Peut-êre lui dévoilais-je aussi un brin d'insolence, mais cela faisait partis "du jeu" en quelque sorte. Ma voix aussi se fit aussi douce que lente. Presque un peu trop pour s'agir de la voix d'un Shinobi. Pourtant j'y maintenais ce quelque chose d'affrimé en vu de voir comment réagirait-elle face à une personne de mon accabit.


  • -La politesse exige que l'on donne son propre nom avant de demander celui de son interlocuteur. C'est d'un manque de savoir vivre... Même pour moi qui suit sauvage...Et tu n gagneras rien à me menacer... Je ne dispraitrais que si je l'entends ainsi... Après ais-je l'air d'être une menace ?
    -Tu es encore moins doué avec les humains que les animaux en fin de compte... Les femelles de chez sont plus hargneuse qu'il n'y parait.
    -Les humains ont l'avantage, pour certains du moins, d'être moins primaire et de ne pas se laisser systémathiquement envouté par la beautée féminine, si glorieuse soit-elle.
    -Voyons déjà ce qu'elle va te répondre. J'espère qu'on aura pas à se battre. Je suis pas d'humeur.
    -Moi non plus à vrai dire. Mais hélas on a pas toujours le choix.



Je n'avais donc daigner ni offrir mon nom, ni m'enfuir ou disparaitre comme elle le suggérait. Senzo le Scorpion aggripé à ma nuque et moi-même nous contentant d'observer cette femme. Nous étions comme deux bêtes redécouvrant les facettes d'une race que nous avions trop longtemps laissé derrière nous. Mon regard devint moins inquisiteur quand je finis de parler. Il perdit de son insolence pour redevenir plus las et inexpressif. C'est à elle par mon silence de parler désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 355
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Rencontre forcée [PV Sendaï] Ven 3 Fév 2012 - 23:08

    Ses yeux… Jamais je n’avais perçu deux pupilles de ce genre. Elles étaient si… étranges. Rouges comme le Rubis, ornées de rubans noirs difformes pour se terminer par un centre d’un bleu éclatant, voire électrisant. Mon regard Marron, totalement peu original comparativement au sien, se fixa à ces prunelles fantastiques, comme accrochées définitivement. Le sourire qui s’était affiché sur mes lèvres quelques instants auparavant s’effaça, hâtivement remplacé par une expression inspirant légèrement plus le sérieux. D’où sortait-il ? Ce jeune homme m’intriguait, avait gagné ma curiosité grâce à ce regard des plus singuliers, des plus inhabituels. Ses paroles vinrent à moi, prononcée par une voix douce, presque séduisante de par le calme qui s’accaparait de celle-ci. Tellement douce que j’en perdais presque littéralement mes moyens. Je me ressaisis, tentant d’oublier ces yeux qui m’épiaient et cette voix qui exerçaient cette mélodie enivrante.

    Il avait raison, j’avais réagis de manière excessive à son apparition. Une certaine crainte, peut-être ? Le désir de vouloir se prouver à soi-même que tout est sur contrôle ? Probablement en était-ce. Encore cette vilaine impulsivité qui s’emparait de mon être, mêlé à cet amer sentiment d’outrecuidance… Mes défauts les plus importants. Lentement, je m’approchai de lui, franchissant quelques pas sur les dizaines de mètres qui nous séparaient. Je n’en n’étais cependant pas moins méfiante envers lui.

    Pardonne ma réaction impulsive, inconnu. Mes frères vivent sur ces terres et pour eux j’ai promis de me méfier de vagabonds dans ton genre afin d’éviter que le pire ne survienne. Depuis ces séries d’incendies, on n’est jamais suffisamment prudent. Mon nom est Kusanagi.

    Une seconde voix parvint jusqu’à moi, néanmoins je ne voyais personne d’autre aux alentours. Était-ce mon imagination qui me jouait des tours ? Non… Certainement pas.

    Tu… Tu es accompagné ? Peut-être ne parais-tu pas comme une menace, néanmoins ta présence sur les terres de la Foudre n’est toujours pas justifiée. Parfois les apparences sont trompeuses… Que viens-tu chercher ? Ou plutôt, que cherches-tu ?

    J’approchai derechef, déambulant à travers le peu de chemin qui demeurait entre nous. Une poignée de mètre nous séparait désormais, je pouvais presque sentir son odeur. Ses vêtements étaient tout aussi particuliers que son regard, n’appartenaient pas à un homme qui s’attendait à combattre. Un Vagabond, rien de plus. Mais comment se faisait-il qu’il possède une source de chakra aussi intense et des pupilles aussi particulières ?

    Ton regard est si… Attrayant. Il ne me semble pas en avoir croisé un comme celui-là tout au long de mon périple à travers l’Univers Shinobi. Si ce n’est pas trop indiscret, te proviens-t-il d’une quelconque hérédité ? Ça éveille en moi une curiosité intense…

    Je penchai lentement la tête sur le côté, observant d’un autre angle ces pupilles colorées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Rencontre forcée [PV Sendaï] Lun 6 Fév 2012 - 15:50


Me voici congratulé alors de fameux compliments et de nouvelles questions. Annoncé avec plus de politesse néanmoins. Dans la mesure du possible je vis la jeune femme faire preuve de plus de magnanimité bien que ne cachant point sa méfiance. Il fallait pourtant souligner cette honnêteté soudaine, car les raisons de cette méfiance pouvaient être justifiés selon un point de vue purement nationaliste. Chose qui pour moi n'avait pas le moindre échos. Je me devais malgré tout de tenter de comprendre cet état d'esprit protectionniste dont elle fit preuve.
Je l'écoutais donc, sous l'impulsivité d'un faciès représentatif d'attention. En revanche jamais je ne montrais plus que de raison d'attention à son apparence, comme imperturbable et immuable. Plus par soucis d’apparences que de vérité, il fallait se l'avouer, mais pouvait-elle le comprendre ?
Son regard en revanche me mettait mal à l'aise. Je n'avais pas pour habitude d'apprécier l'oeil d'autrui sur moi, surtout quand celui-ci semblait plus insistant qu'il ne devrait l'être. Aussi je m'en cachais, mais devait sans doute être trahis par quelques froncements d'arcades, tandis que son regard se fixait au mien. Senzo s'en amusa un peu et me rappela à l'ordre quand je lui fis une réponse en bon et du forme. J'avais alors brisé cette arrogance et cette indifférence qu'elle ne méritait pas.
Je restais bien entendu sur mes gardes, après tout comment pouvais-je être sur de ne rien craindre d'elle. Heureusement qu'elle était seule d'ailleurs sinon je me serais sans doute dévoilé beaucoup plus agressif. Hors, mon sonar ne me fit découvrir aucune machination, aucun Shinobi dissimulé autour de nous. J’arquais donc un sourcil devant la masse de question, puis lâchait l’esquisse d'un fugace sourire.


  • -Kagami Sendaï. Enchanté Kusanagi. Voilà un nom des plus intrigant. Trancheuse d'herbe. Les personnes qui t'on nommé avaient de l'humour.


Senzo s'offusqua alors. Mer rappelant à l'ordre sans retenir son ton acerbe. Comme à son habitude, il se faisait plus grand par la voix qu'il ne l'était par la taille. Certain pouvait apprécier cela, d'autre beaucoup moins. C'est la deuxième catégorie d'ailleurs qui nous posait souvent bien des problèmes. J’espérais alors qu'elle ne fasse pas partis de celle-ci. Avant d'accorder crédit à ses paroles, je ne pu retenir un long soupire. Chose plutôt inutile car il savait d'avance qu'il aurait le dernier mot.

  • -Hooyyy. Et moi tu m'oublies ? Ce que tu peux être égoïste décidément !
    -Si tu me laissais le temps au lieu de râler tout de suite. J'aurais pu le faire.
    -Ne fait pas semblant je te connais tu m'aurais oublié.
    -Etant donné que je t'entends toutes les cinq minutes brailler comme un goret, cela me serait difficile...
    -Tu me présentes ou tu t'engueules ? Faudrait choisir non ?
    -Oui oui ça va !


Je me voûtais sur moi même, jusqu'à ce que ma nuque et que le scorpion qui en avait pris possession puisse être entrevu par la Kusanagi. Je pointais alors du doigt le scorpion qui agita la pince pour la saluer. Voilà une situation bien peu commune me suis-je dis en me revoyant agir... Heureusement que mon visage tourné vers le sol ne fut pas visible à ce moment là... Quelque chose en nous se réveilla tout de même, bien que nous le cachions, la pauvre l'ignorait également, mais ce contact fut le seul qui soit un temps soit peu attrayant depuis des mois... Sa curiosité ne nous plaisait ni à l'un ni à l'autre, cependant nous savions que c'était la façon d'agir de la plus part des hommes. En conséquence, il n'aurait pas été convenable ou surtout objectif de lui en tenir rigueur. Je décidais alors une fois que Senzo s'était présenté de le lui faire remarqué le plus poliment possible.

  • -Et moi c'est Senzo ! Enchanté ! Je suis surtout ravis de rencontrer un autre humain que lui !
    -Si c'est pour dire des choses aussi stupide tu ferais mieux de rester caché dans mes cheveux sale parasite.
    -Tsss.
    -Excusez-le, il est encore moins doué que moi pour les relations humaine.


C'est donc en me redressant que je lui offris un regard très légèrement plus inquisiteur. Sa déferlante de question n'était donc pas, je le répète, pour nous plaire. Je ne me montrais pas agressif pour autant. Juste un peu plus ferme et indifférent. Mais à aucun moment, mes gestes furent brusques. Ma main vint seulement se reposer sur le pommeau de mon épée, non pas pour la dégainer, mais seulement pour la poser. Cela pouvait être pris autrement, mais cela ne concordait vraiment pas avec ma posture indolente et mon timbre un tantinet aguicheur. Senzo, ne put s'empêcher de mettre son grain de sel à nouveau. Nous lui offrîmes donc une petite séance d'engueulade comme nous avons le secret. Chose qui pour nous était routinier autant que de marcher.

  • -Une question à la fois s'il vous plait. Là j'ai le sentiment d'être face à un juge... Je sais que ce n'est pas le cas. Mais les animaux sont facilement froissés. Désolé.
    -Et d'où tu es un animal toi ?
    -La ferme
    -Non, sa question sur tes yeux au moins c'est intéressant. Tu m'en a jamais parlé.
    -Tu m'as jamais demandé.
    -Ce que tu peux être agaçant des fois.
    -Tu me laisses répondre oui ?
    -Nous ne cherchons rien. Nous allons et venons là où le vent nous pousse. Là où l'herbe est verte et où les routes n'ont pas l'air dangereuse. Je ne savais pas que j'étais au pays de la foudre. Mon sens de l'orientation est disons quelque peu en manque de perspective.... Nous ne faisons que marcher et vivre selon les jours et les saisons. Nous errons... Avec aucun autre but que celui de vivre. Aussi simplement que surement. Je ne suis donc pas plus une menace que les oiseaux qui passent et s'en vont. Du moins, temps qu'on ne brandit pas une arme devant moi.
    -J'aurais pas dis mieux...
    -On se doute.


Sa dernière question me rendit bien plus sombre. Bien plus froid. Mes yeux se fixèrent dans les siens ne privant point de sonder son faciès. Un brin de méfiance me prit l'être et je me redressais aussi fièrement que surement, penchant un peu la tête sur le côté comme un daim aux aguets. Ma voix aussi plus grave. Comme si le sujet évoqué ne se satisfaisant point de me mettre dans l'embarra me faisait en plus tomber dans une curiosité aussi malsaine qu’addictive. Pour une fois, Senzo se tue, comprenant aisément que sur ce sujet il ne s'agissait pas de s'imposer sans réfléchir.

  • -Il n'est pas héréditaire ou en tout je ne l'ai pas hérité. Je l'ai volé sur le cadavre d'un shinobi du pays de l'eau pendant la grande guerre. Vu ce qu'il m'avait pris lui, ce n'était pas cher payé, je puis l'affirmer. Je cherche à savoir d'où il vient, mais nul ne le connait. J'ai appris qu'un Shinobi de Konoha le possédait aussi et c'est tout. Mais ne sachant pas ou est Konoha. Je peux difficilement aller lui demander quoi que ce soit.... J'espère un jour en comprendre toutes les attribution et sa raison. Mais ce n'est pas pour aujourd'hui.


Quand je terminais ce petit interstice je redevins plus doux et indolent. Ma voix se fit alors tout aussi ferme, mais perdant son emprunte de douleur et mélancolie. Maintenant c'est à moi de prendre le contrôle de la conversation, après-tout elle-seule s'était permis alors de poser des questions comme si je devais prouver mon pacifisme pour droit de passage. Ce que je ne trouvais pas très égalitaire.

  • -Et Vous jeune femme. Pourquoi vouer votre vie à un village qui n'a surement cure de votre vie. Les belle fleur devrait être tenu loin des conflit, sous le risque de les voir faner. Ne pensez-vous pas ? Après tout, les hommes qui mènent les guerres, ne sont jamais ceux qui l'a font. Je ne vois pas la gloire à obéir à un homme ou une femme, à mourir parfois pour lui, alors qu'on ne l'a même jamais rencontré...
    -Même moi je peux le comprendre.
    -Toi tu n'y a jamais été confronté.
    -Peut-être, mais toi tu l'as trop été.
    -L'équilibre c'est une justesse qu'on peut recherché tout une vie sans jamais la trouver...
    -Commence pas, écoute la plutôt.
    -Oui tu as raison. Qu'en dites-vous ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rencontre forcée [PV Sendaï]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Montagnes de Kaminari no Kuni-