N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Chute ft. Mizu Ikumo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Message(#) Sujet: Chute ft. Mizu Ikumo Jeu 17 Mar 2016 - 1:17

Le soir approche calmement et, avec lui, un nouveau jeu. Les jouets, je les ai toujours brisés en mille morceaux au moment même où je les obtenais – ils ne servent à rien lorsqu’ils m’ennuient. J’espère que celui-là sera plus solide, un peu comme les montagnes de ce pays. Il suffit de les regarder pour comprendre – une force calme, non imprégnée de l’homme qui a, tout juste, réussi à aménager quelques routes pour les traverser. C’est… L’endroit parfait pour méditer, pour se cacher du monde – j’y viens souvent, à rester assise comme je le fais actuellement, à la limite d’une côte escarpée. Il suffirait que quelqu’un vienne et me pousse et ma vie sera finie – pas comme si elle servait à quoi que ce soit. Une simple pichenette suffisante pour me libérer de ma laisse, de mes souvenirs, de mes traumatismes, de tout. Je commence à penser comme Shigeru parle, c’est affligeant – tellement vrai que je devrais fermer ma gueule. N’y ai-je jamais pensé ? Mourir. Bien sûr que si. On y pense tous non ? C’est notre travail. Moi, j’aimerai le faire dans d’atroces souffrances.

Mizu Ikumo. J’ai récupéré ce que je pouvais d’informations à son sujet auprès de ce médecin de malheur, mais il a été extrêmement concis. Il faut croire qu’il n’apprécie pas que je prenne les choses en main. En même temps… Il s’attend déjà certainement à le voir débarquer régulièrement soigner des blessures plus improbables les unes que les autres. Il n’a pas vu le Genjutsu. Il n’a pas vu que ce petit risquait de devenir sa copie conforme si je ne m’y mettais pas de mon côté. « Sauver la jeunesse de la dépression » - putain, je suis devenue une psychothérapeute entre temps ou quoi ? Les gens me fatiguent. Ils sont lâches. Faibles. Homme ou femme, mon père avait tort. Tu m’entends ? Tu avais tort. TORT. Pas raison. Je peux être une femme forte. Je préfère ça à être un homme faible comme toi. Non ! Ne me frappe pas !! Je ne voulais pas… Papa… Sans réfléchir, je me lance dans le vide, seulement pour que mon corps m’arrête et se rattrape in extremis. J’ai encore des choses à faire. C’est vrai.

« Tu m’as trouvée. Parfait. »

Il est enfin arrivé – m’a-t-il vue ? Je me penche sur son petit corps, l’observe, le détaille. Je pourrais croquer dedans pas pur plaisir, mais il risque de fuir. Je ne veux pas qu’il fuit. Je veux m’amuser. Voir comment je peux le frapper et comment il réagira à chacun de mes coups. Voir… Comment il désire mourir lui aussi. Le contexte l’y a certainement fait penser. Je lui adresse un sourire charmeur, remettant discrètement une mèche de mes cheveux derrière mon oreille, puis mes yeux croisent les siens avant que je ne les ferme, forçant mon corps à rougir. Qu’il ne se doute pas que la seule envie que j’aie, c’est de le voir me tordre en deux avec la rage qui l’habite. Non. Ce serait trop simple.

« Que penses-tu qu’on va faire, toi et moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 315
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Chute ft. Mizu Ikumo Jeu 17 Mar 2016 - 23:44

Quel réveil. Un des plus mauvais qu'il avait eu.

Comme à son habitude Ikumo se leva très tôt, il lui était impossible de dormir plus de cinq heures, ce qui n'avait étonnamment pas de conséquences en journée. Il ouvrit les yeux, sa chambre miteuse qu'il avait louée s'offrant à lui, Eurk.

La vie en auberge ne lui déplaisait pas forcément - s'était toujours mieux que de vivre dans sa maison hantée par le souvenir de ses proches – mais il était désireux d'apprendre, de gagner en puissance, chose qu'il n'avait pas fait depuis maintenant 3 longues années.

L'avance qu'il possédait à l'époque par rapport aux autres genins n'est maintenant plus, réduite à néant par ses années d'inactivité. Il devait s'y remettre au plus vite, car il ne s'était pas rendu compte à quel point cela lui avait manqué.

Aussi il se rappela de son rendez-vous avec Hak, la jeune femme qu'il avait rencontré hier alors qu'il était en consultation. Il soupira longuement et se leva finalement de son lit. Arrivé dans la salle de bain, il observa son visage avec attention. Les cernes profondément creusées sous ses yeux n'avaient pas disparues depuis longtemps, elle s'étaient même approfondies depuis son arrivée au village.

Il n'était plus dans le même état qu'hier, il ne ressentait que de la tristesse brute, désormais la rage qu'il possédait était profondément enfouie, et il ne contait pas la sortit avant longtemps. Ce qui lui arrivait n'était pas une situation des plus communes, mais c'était comme ça, et il se devait d'affronter tout les problèmes comme un shinobi désormais.

Enfilant sa longue cape, il sortit finalement dans sa chambre les cheveux en bataille et l'air toujours aussi endormi. Sans prêter la moindre attention aux gens autours de lui, il poussa les portes de l'auberge et s'aventura dans la brume matinale. Le soleil montrait ses premières lueurs là-bas.

Il prit la direction de la montagne avec rapidité, c'était sa façon de se dégourdir les jambes. Sauter d'arbres en arbres, sentir l'air frais sur son visage. Interagir avec la faune tel un parfait membre de la COP21 c'te grosse connerie. Aussi, il fut assez près d'une personne pour ressentir son chakra, surement Hak.

Il l’aperçut d'ailleurs en haut d'un sommet, gigotant dans tout les sens jusqu’à... Se jeter de la falaise ?! Mais elle était encore moins sainte d'esprit qu'il ne le croyait ? Était-elle simplement inconsciente ?

Son corps avait désormais entamé sa descente. Nouveau soupir, et Ikumo sprinta en direction de Hak. Très vite il tendit le bras et une plate-forme d'eau vint se former là ou elle devrait finir sa chute, sauf que... Elle s'était déjà rattrapée depuis longtemps, s'agrippant à la paroi d'un seul bras.

Légèrement irrité, Ikumo arrêta sa technique, laissant l'eau se déverser sur le sol. Il y avait du mouvement du côté de la dégénérée, madame descendait la falaise pour le rejoindre sûrement. Bien vite, elle fut juste en face de lui.

Aussitôt elle commença à le scruter lui adressant un sourire. Impossible de savoir ce qu'elle pensait, en tout cas, elle réfléchissait.

« Que penses-tu qu’on va faire, toi et moi ? » .


Ce qu'ils allaient faire ? Il n'y avait pas spécialement réfléchis, elle était si difficile à comprendre, et il ne se connaissaient pas, aussi il tenta une réponse en accord avec ce qu'il avait vu hier.
Rentrant de son jeu, il prit une voix séduisante et lui adressa un sourire qui se voulait ravageur :

"Et si on... laissait ton côté spontané faire le travail ?"


Désormais sur ses gardes, Le jeune Mizu ne comptait pas se laisser surprendre comme la dernière fois.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Chute ft. Mizu Ikumo Ven 18 Mar 2016 - 1:15

Sans réfléchir plus que ça, je lui assène une violente claque qui résonne dans la montagne, laissant mon sourire s’effacer pendant un bref instant. Pour qui se prend-il, ce petit impertinent, à essayer de se jouer de moi, imiter mon ton enjoliveur et essayer de me cajoler. Parce qu’il est un homme il se croit supérieur, malgré son jeune âge... Il veut que je sois spontanée ? Il va être servi jusqu’à ne plus pouvoir le supporter, et alors je le gaverai plus encore. J’inspire profondément et hésite à le soulever le lancer à travers la montagne avec le maximum de force possible, juste histoire de pouvoir compter le nombre d’os qui vont se briser – de toute façon, il est iryo-nin non ? Il peut se soigner tout seul, peu importe à quel point je le détruis.

« Mauvaise réponse. »

Douce ironie. La hiérarchie, j’en ai que faire seulement si je me trouve en dessous de quelqu’un – je suis alors sa chienne. Devant un inférieur, qu’il me frappe ou m’insulte ne me gêne pas, et j’ai horreur des appellations respectueuses. Rien que pour ça, je me suis contentée de le frapper une bonne fois sèche et non pas massacrer son corps en le ruant de coups tous plus fort les uns que les autres dans le seul but de voir son corps céder – non, je ne suis pas là pour m’acharner sur lui. C’est lui qui doit s’acharner sur moi. Il doit apprendre. Il doit s’énerver. Oui. La colère. Il doit libérer la rage que je sens s’effacer en lui. Hier, il était mieux. Sous le choc. Excité. Le sang coulait vite et la moindre entaille pouvait le tuer. Aujourd’hui, j’ai l’impression d’être devant le flasque Shigeru. Qu’est-ce que ce médecinede malheur lui a fait pendant mon absence ? J’inspire calmement et, corrigeant mon sourire sot en quelque chose de plus chaleureux, fermant les yeux à moitié et croisant mes mains dans mon dos, je le fixe.

« Lorsqu’on te pose une question à laquelle tu n’as pas de réponse, tu as trois solutions avec moi. »

Je lève un doigt, puis un deuxième et enfin un troisième, énumérant mes propos.

« Te taire. Inventer une réponse. Admettre que tu ne sais pas. »

Bien sûr, il arrive qu'aucune des trois ne fonctionne. Ou plutôt, chacune risque de fonctionner selon le contexte, mais moi-même je suis incapable de savoir à l’avance ce que je voudrais qu’on me dise – la vie est plus drôle quand on la vit au moment présent. D’ailleurs, voilà ce qu’on va faire tiens. Je suis certaine qu’il va apprécier, et j’ai besoin de gagner sa confiance avant de l’entraîner dans le gouffre que je lui réserve. D’un geste précis et minutieux, je dégaine ma lame et m’entaille le bras droit sur la longueur ne me souciant même pas d’éviter mes artères principales – le sourire austère que j’ai signe peut-être un peu trop que j’apprécie la douce souffrance qui se répand dans mon corps, le contact du métal contre ma peau. Lorsque je termine mon geste, je range mon Tantô sans même le nettoyer et lui tend mon bras blessé

« Si tu ne me soignes pas, je vais me vider de mon sang en moins d’une heure. »

Aujourd’hui, pas d’illusion. Nous allons nous entraîner qu’il le veuille ou non, et par ce simple geste je lui montre que je suis prête à mettre ma vie en jeu durant cet entraînement – c’est le seul moyen qu’il soit vrai. Le seul moyen qu’il fasse souffrir. Le seul moyen qu’il s’inscrive dans son corps. Le seul moyen que ça devienne un automatisme. Le seul moyen de… Mère ? Comment ça « mes blessures » ? Catin !! Dégage ! Sors de là ! Non il ne m’a rien fait. De toute façon pour toi, il ne me fait jamais rien. SORS ! Pourquoi… Pourquoi… Pourquoi… Non. Je le fixe, incrédule. Il compte bouger son cul ou il veut une invitation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 315
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Chute ft. Mizu Ikumo Dim 20 Mar 2016 - 1:00

La douleur était plutôt vive. Ikumo n'était pas du genre nerveux, mais il avait tendance à s'exprimer crûment, quand il était en forme. Ceci étant, il avait une grande envie de lui renvoyer l'ascenseur, mais si cette gifle était de la provocation, elle n'attendait que cela, il ne lui accorderais pas ce plaisir, donc.

« Mauvaise réponse. »

Oui, bizarrement il avait deviné.

« Lorsqu’on te pose une question à laquelle tu n’as pas de réponse, tu as trois solutions avec moi. Te taire. Inventer une réponse. Admettre que tu ne sais pas. »

Alors... Hak mode d'emploi, chapitre 1 : Un être complexe. Tout en restant silencieux, il força son visage à rester neutre, elle avait réussi à l'énerver en un seul geste. Aussi, il fut vite abstraction de cet acte et reporta toute son attention sur elle. Hak n'était visiblement pas le genre de fille pour laquelle elle se faisait passer. Déjà la femme violente et agressive prenait le dessus sur le jeune fille délicate et naïve, cela était un fait. Elle ne l'avait pas amené ici pour jouer ou discuter, c'était sûr, elle souhaitait surement le tester ou le mettre à l'épreuve. Peut-être était-elle simplement curieuse, et voulait réellement faire connaissance ? Bah, il finirait bien par le comprendre.

Il eu un court silence, pendant lequel les deux shinobis se fixèrent, une légère tension dans le regard d'Ikumo. Puis, elle dégaina son arme. Encore sur ses gardes, il effectua un petit bond en arrière, plus par réflexe que par réelle méfiance. D'un geste, elle s'entailla le bras, se mutilant littéralement le membre. Le sang arriva très vite, la blessure était grave, mortelle si aucuns soins n'était prodigués.

« Si tu ne me soignes pas, je vais me vider de mon sang en moins d’une heure. »


Pourquoi mettait-elle sa vie entre ses mains de cette façon ? Elle était vraiment étrange. Ikumo ne savait pas comment réagir.

"Tu t'en remet entièrement à moi. Si je refuses, tu devras trouver de l'aide ailleurs, mais il semble que tu es bien trop de fierté pour ça."

En suivant ce résonnement, il était sûr qu'Hak ne s’attendait pas à recevoir des soins immédiats, peut-être allait-elle se défendre pendant qu'il tenterais de lui porter secours ? Il ne voulait pas prendre ce risque.

Doucement il s'avança, retroussa ses manches et composa quelques mudras : Buffle → Singe → Lièvre → Rat → Sanglier → Coq → Buffle → Cheval → Coq → Rat → Tigre → Chien → Tigre...
Très vite, elle allait se rendre compte qu'il ne préparait pas une technique de soin, mais bien... :

"Suiton : Suiryûdan no Jutsu "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Chute ft. Mizu Ikumo Lun 21 Mar 2016 - 21:09

De la fierté ? Encore un gosse totalement con dans ce village garderie. C’est frustrant à force – surtout qu’il n’a aucune expérience du combat. Faire des mudras. Au corps à corps. De quelqu’un qui manie le Taijutsu. C’est comme essayer de faire traverser une route sinueuse à une grand-mère en la soulevant et la lançant de l’autre côté – stupide, et surtout voué à l’échec. Sans réfléchir le moindre instant, j’arrête ses mains avec mon bras intacte et je le fixe droit dans les yeux. Le petit merdeux comment vraiment à me chercher, alors que je voulais juste me montrer un peu amicale – si toute l’équipe prépubère du village commence à me craindre, il n’y aura plus personne avec qui je vais pouvoir m’amuser. J’ai envie de rire devant lui. De lui cracher dessus. De barbouiller son corps de mon sang, faire croire qu’il m’a agressé et le poignardé à répétition en faisant passer le tout pour de la défense légitime. Il rejoindra sa famille de morts merdeux dans un monde de merde avec de la merde dans les yeux quand je lui aurais chié dessus, et il n’aura d’autre choix que de s’y soumettre. Il est faible. Il est peut-être temps qu’il le réalise. Je lui adresse un sourire chaleureux devant son étonnement et lui serre légèrement le bras, de façon insuffisante pour le blesser.

« Je fréquente Shigeru depuis trop longtemps pour qu’on puisse me faire croire qu’un médecin a besoin de composer des mudras pour soigner. Tu es soit vraiment pathétique, soit vraiment stupide. »

Je dégaine ma lame une fois de plus, la pointant sous sa gorge jusqu’à le faire avancer au bord du ravin inférieur à celui sur lequel j’étais avant. Sa route se termine progressivement et il suffit que j’éternue pour faire passer sa mort comme un vulgaire accident. Vulgaire. C’est ce qu’il est. Insultant. Impoli. Cruel. Téméraire. IDIOT. Je pourrais l’apprécier un petit peu s’il utilise son caractère à d’autres escients que me frustrer. Mon sourire croit quelque peu, devenant tellement chaleureux que presque maternel. Ma main blessée se lève, faisant gicler un peu de mon sang sur lui, alors que je remets une mèche de cheveux en arrière de mon oreille avec. Mon visage est également couvert de mon sang maintenant, et je commence à me sentir quelque peu légère – les débuts de l’hémorragie intensive commencent à se faire ressentir. Tant mieux.

« Tu es heureux désormais ? Notre vie à tous les deux est à la limite. S’entraîner sans mettre sa vie en jeu, c’est comme manger de la salade seule – fade et ça n’apporte pas grand-chose au corps. J’ai voulu être sympathique et mettre juste ma vie à la frontière, en te laissant me montrer ce dont tu étais capable. »

Sans baisser ma lame, je soulève mon bras entaillé et l’attrape au niveau du col, laissant tomber en bas du ravin sa ridicule cape. Il se prend pour un héros, c’est quoi l’histoire ? Ou alors il est faible. Comme une vraie grand-mère. Coincée au bord de la rue trop mouvementée par les gens pour pouvoir aller jusqu’au magasin et choisissant de crever de faim plutôt que de demander de l’aide ou d’essayer d’aller vers le magasin. Pourquoi choisissent-ils toujours tous de mourir ? Je les hais. Je les méprise. S’ils veulent tant la mort, qu’ils viennent me chercher – la donner je ne cherche que ça. Les faibles. Les rats. Les déchets. Les parasites de la société. Il a intérêt à me prouver qu’il n’est pas l’un d’entre eux, ou alors la société pourra me remercier. D’un mouvement brusque de ma lame, je le force à tomber dans le ravin, le rattrapant in extremis avec le bras que j’ai tailladé.

« Si tu n’en étais pas capable avant, j’aurais fait un garrot et je serais allé voir Shigeru. Mais comme tu es décidé à faire valoir ma « fierté » comme tu le dis si bien, voici mon marché : soit tu soignes mon bras, soit tu acceptes de mourir avec moi. Et pas de mouvements brusques ou suspects, je te fais tomber au moindre doute. Dix minutes. »

Mourir au décours d’un entraînement à cause d’un jeunot irresponsable. Ce serait tellement drôle. L’ennui dans le village cesserait d’exister pour quelques instants, le temps que je m’éteigne pour de bon et que les journaux rédigent un article sur moi. Je suis sûre que Shigeru s’en maudirait plus encore que de la mort de son élève – alors qu’Otoke considérerait que je l’avais bien cherché et hausserait les épaules. Être à la frontière de la liberté, y a-t-il quelque chose de plus amusant dans cette vie de chienne ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 315
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Chute ft. Mizu Ikumo Mar 22 Mar 2016 - 19:48

Elle avait arrêter ses mudras en un seul geste. Il était peu surpris à vrai dire, malgré la rapidité remarquable avec laquelle Hak avait deviner sa petite fourberie.

« Je fréquente Shigeru depuis trop longtemps pour qu’on puisse me faire croire qu’un médecin a besoin de composer des mudras pour soigner. Tu es soit vraiment pathétique, soit vraiment stupide. »


Ah, tout s'explique. Ikumo avait oublier ce médecin qu'elle connaissait. Avec rapidité, elle dégaina son arme, ne laissant aucun temps de réaction au genin. Elle était étonnamment lucide pour quelqu'un qui était en train de mourir.

Toujours dans son objectif de menace, elle posa sa lame sur sa gorge et le fit reculer jusqu'au bord de la montagne. Jusqu'à qu'il soit à quelques centimètres du bord. D'un mouvement brusque, elle le poussa.

Il allait devoir user très habilement dans son Suiton si il voudrait s'en sortir vivant. Il réfléchissait à toute vitesse quand un bras le rattrapa, celui d'Hak.

Le visage toujours impassible, il la regarda droit dans les yeux. Cette femme était animée par une flamme que nul autre possédait, et à vrai dire, il adorait ça.

« Tu es heureux désormais ? Notre vie à tous les deux est à la limite. S’entraîner sans mettre sa vie en jeu, c’est comme manger de la salade seule – fade et ça n’apporte pas grand-chose au corps. J’ai voulu être sympathique et mettre juste ma vie à la frontière, en te laissant me montrer ce dont tu étais capable. »

C'était juste, même si ils semblaient avoir atteins le point de non retour. Un large sourire se dessina enfin sur le visage d'Ikumo. Quoi de mieux que de frôler la mort de si près pour se sentir vivant ? C'était comme cracher au visage de la grande faucheuse. Hak était impulsive, imprévisible, agressive. Il avait besoin de ce genre de personne à ses côtés, pour ne pas perdre la tête. Il fera bien attention à son comportement, il ne faudrait pas la vexer à l'avenir.

"Très bien. Si tu sens un chakra étranger, ne le repousse pas, je vais voir à quel point ta blessure est grave grâce à cela, puisque je ne peux pas l'observer de plus près."


Aussi, il déposa sa main libre sur le bras de Hak, et utilisa sa technique de diagnostic. Une simple hémorragie, l'hypoderme était évidemment bien amoché. Un travail minutieux l'attendait.

Sans plus de paroles, il entama le processus de soin, dans la position la plus délicate où il eu à faire du ninjutsu médical.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Chute ft. Mizu Ikumo Mer 23 Mar 2016 - 0:55

Si je ressens du chakra étranger ? Mais il me prend pour quoi lui ? Shigeru me soigne tellement régulièrement que je suis habituée à ce genre de choses, je viens de le lui dire. Faudrait que je le renvoi à monsieur le médecin, il a de sacré problème de mémoire on dirait. Ou alors, je ne dis rien. Je le frappe. Je blesse. Le massacre. Encore et encore. De toute façon, il peut se soigner et risque de ne pas s’en rappeler. C’est génial en fait ! Je pourrais faire de lui… Ta gueule salope. Tu te prends pour qui, hein ? Prends ça ! Et ça ! Et encore ça ! Tu ne sers à rien ! Tu comprends ? A rien ! Si t’es toujours en vie, c’est seulement parce que je peux pas te tuer dans les illusions. Ou plutôt, je peux te tuer autant que je veux. Et si tu sautais d’un pont ? Et si tu te plantais une épée dans la gorge ? Je veux te voir mourir. Apprends à mourir. Encore. Encore. Encore. Il n’y a pas de vérité. Il n’y a pas de joie. Crève. Crève. Crève ! Oui. Oui. D’une façon différente, il représente ce que j’ai représenté pour mon père. Je… Non. D’un mouvement brusque alors qu’il me soigne le bras je le soulève et le remets sur le sol, provoquant une surpression sanguine qui fait gicler mon sang avec force. Je détourne mes yeux.

« Ne t’arrête pas. »

Mon corps ne trahit rien. Mon visage non plus. Pourtant, je me rends compte. Je suis presque devenue le bourreau que j’ai toujours redouté. Ses pensées. Elles s’enchaînent tellement vite dans mon esprit. J’ai peut-être besoin d’aide ? Non. Je ne serais qu’une faible. Une pauvre faible parmi les faibles, incapable de se débrouiller soi-même avec son présent, son passé et son futur. Une faible qu’on ne peut que haïr devant son incompétence. Non. Je suis là pour obéir au village. Obéir à l’autorité. Être la chienne que je suis. Il n’y a rien d’autre. Je ne suis rien d’autre. Je dois… Non. Qu’est-ce que je pense ! Je deviens totalement sénile. Cet entraînement… C’est grâce à ça que je peux prétendre sortir de la cours des faibles. C’est grâce à ça que je suis là où je suis aujourd’hui. C’est grâce à ça que je peux prétendre à un peu plus de liberté. Une prison. C’est une prison non ? NON ! C’est le pouvoir. Je hais. Je déteste. Pourquoi ces pensées reviennent-elles là ? Petit con. Tout ça à cause de ton comportement déplorable. J’ai envie de le frapper. Fort. De le blesser lui maintenant pour qu’il se soigne. Il m’aurait désobéit, je l’aurais planté avec ma lame. Je ne comptais pas spécialement le laisser tomber et laisser à la montagne ce peu de plaisir. Il est maladroit. Je sens brûler, piquer, tirer – ma peau se reforme maladroitement. On sent qu’il n’a pas pratiquer depuis longtemps. Horrible. Mais toujours mieux que de me prendre encore un sermon par l’autre.

« Tu dois t’entraîner plus. »

Je cache mes doutes devant mon visage doux, chaleureux et souriant. Il a un peu de potentiel. Même si son comportement est stupide, je pense pouvoir faire quelque chose de lui. A défaut – le tuer. Pourquoi déjà… Oui. Il est en deuil. Il doit encore être dans le déni sans s’en rendre compte – ou une autre connerie psychologique du genre. La folie. La rage. La vengeance. Il a tout ça en lui. Son comportement lui vaudra la mort s’il n’apprend pas à se tempérer. Il me ressemble. Plus qu’il ne le croit. Ce qui lui manque, c’est la vie. La torture. La douleur. La souffrance. La méthode. Tout ce que j’ai subi pendant trop longtemps dans ma jeunesse. Il ne tiendra pas si je lui impose tout d’un coup. Il craquera. Pourtant… On pourrait tellement s’amuser tous les deux ! Moi blessant les gens, lui les soignant pour qu’ils souffrent encore et encore. Shigeru n’a jamais voulu le faire. Trop immoral selon lui. Mais Ikumo, où est sa morale ? Je vais le découvrir.

« Tu manques de pouvoir. Tu manques de pratique. Tu manques de trop de choses pour aspirer à une quelconque vengeance. A ce rythme-là, tu ne feras que mourir. Que penses-tu que tu dois faire ? J’écoute. Tu as jusqu’à finir de soigner mon bras pour me répondre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 315
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Chute ft. Mizu Ikumo Mer 23 Mar 2016 - 13:17

Je me demande comment j'ai fais pour en arriver là. Faudrait peut-être que j’apprenne à me la fermer de temps en temps. Toujours est-il que je suis toujours suspendu dans le vide, en train de soigner une plaie très profonde. Cette Hak... j'adore son caractère.

Alors que je m'acharnais sur sa blessure, elle me tira et me fit voler jusqu'au sol. Je la regarde avec des yeux légèrement écarquillés. Elle en a eu marre ? Le sang avait gicler, et sa plaie s'était réouverte, me rajoutant une nouvelle charge de travail.

« Ne t’arrête pas. »


Toujours aussi silencieux, je me pencha sur elle, et disposa cette fois mes deux mains sur son bras, le flux de chakra verdâtre reprit de plus belle.

Au fur et à mesure que la guérison évoluait, je m'interrogeait sur cette femme. Quelle était son histoire ? Avait-elle de la famille ici ? Commençant à la connaître, je resta silencieux, elle ne me répondrait pas.

Le tranchant de la lame n'avait rien épargné, aussi j'entamais la phase finale des soins quand elle finit par rompre le silence.

« Tu dois t’entraîner plus. »

Qu'est ce que cela signifiait ? Mes soins étaient imparfaits ? Assurément, je n'ai pas pratiqué depuis quelques années tout de même !

"Si tu parles de mes soins, je sais qu'ils sont imparfaits, ils l'étaient déjà à l'époque."

Son visage inspire la sympathie à nouveau. Je ne comprend pas à quoi elle joue, personne ne peut croire à ce petit numéro. Jour, nuit. Jour, nuit. Elle ne faisait que ça.

A moins que cela soit de la pitié... ? Nan, pas possible.

« Tu manques de pouvoir. Tu manques de pratique. Tu manques de trop de choses pour aspirer à une quelconque vengeance. A ce rythme-là, tu ne feras que mourir. Que penses-tu que tu dois faire ? J’écoute. Tu as jusqu’à finir de soigner mon bras pour me répondre. »

Les soins prenaient fin, je n'avait plus qu'à restaurer l'épiderme de la peau. Etape facultative, mais je voulait faire les choses bien.

"Ce que je dois faire ?"

Je marqua une courte pause, histoire de passer en position assise.

Un sourire se dessina à nouveau sur mon visage. Je venait de me rappeler des paroles qu'elle avait prononcées plus tôt.

"Je n'en est strictement aucune idée. Je pensais à servir le village, avoir une vie monotone de ninja médecin, et crever comme une merde sur le champs de bataille. Après tout peu importe.


Dernière édition par Mizu Ikumo le Jeu 24 Mar 2016 - 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Chute ft. Mizu Ikumo Jeu 24 Mar 2016 - 0:46

Je me tourne brusquement vers lui et lui adresse un énorme sourire, lui donnant quelques petites tapes sur le visage. Comme à un chien. C’est peut-être imparfait, mais il arrive à soigner. C’est toujours ça de pris. Il apprendra. On ne devient pas maître en l’espace d’un jour. Il va s’exercer – j’en toucherai deux mots à Shigeru pour qu’il l’aide un peu là-dessus, moi je peux tout au plus fournir mon corps. Je lui adresse un sourire de plus.

« C’était un bon début, mais une vie monotone... Tu veux donc devenir comme Shigeru ? »

Bien que ce connard fera plus vite de décéder d’une intoxication ou qui sait avec ses jeux chez les cadavres – mais cet avis ne regarde que moi. L’envie de le trancher en deux pour voir jusqu’où il peut se soigner me traverse l’esprit, mais ce serait dommage de le voir mourir – il est faible.

« Je t’ai proposé un pari, n’est-ce pas ? Alors le voilà. Reste sain d’esprit en me suivant. Si tu réussis, tu obtiendras tout ce que tu peux de mon expérience sans arrière coup. Si tu échoues… Je saurais quoi faire de toi. »

Libère ta rage. Crache. Maudit. Déteste. Choisi de vivre jusqu’à accomplir ton objectif. Je te donnerai la mort une fois que ce sera fait – à l’emporte-pièce, morceau par morceau. Ton âme pure et ton comportement rationnel me donnent une seule envie : celle de vomir. C’est comme si j’étais enceinte, mais cet idiot de gosse était déjà dehors. Je te porterai dans mes entrailles, et je libérerai tout ce que tu enfermes. Je prouverai que tu es malsain, et que l’être te donne du pouvoir. Enfin, quand tu auras sombré dans la folie – j’aurais un partenaire de jeu supplémentaire. Oui. Ce sera tellement amusant. Tellement… Nouveau. Vous voyez père ? Vous voyez ?! Je vais obtenir la même chose avec lui que celle que vous avez obtenue avec moi. A ma manière. Avec ma force. Je trouverai votre tombe et le ferait pisser dessus, seulement pour le plaisir de vous voir y retourner. Je le laisserai porter sa haine vers vous. Je le laisserai saccager ce qui reste de vous. Rien. Rien. Rien. Je vais me libérer de votre laisse. Pourquoi ? Pourquoi ? POURQUOI m’avoir fait souffrir ? Je ne veux pas être faible. Pitié. Pas être faible. Je n’oserai pas m’opposer à vous. Non ! Pitié ! Pitié ! Tout sauf ça ! NON ! Laissez-moi ! Mes habits ! Mère ! A l’aide. Aide-moi. Maman… Pourquoi… Pourquoi laisses-tu…

Mes yeux continuent à fixer les siens. J’ai envie de les voir s’éteindre. D’attraper son corps d’insecte et de me jeter avec dans la falaise. Voir comment il réagira. Pourquoi pas après tout ? Il veut bien mourir non ? Alors qu’on meurt. Tous les deux. Et avec ça mes souvenirs. Non ! Il est l’arme contre mon père. Je vais… Je vais… Assez. Mes pensées s’emballent, m’empêchant de rester cohérente.

« Fini pour aujourd’hui. »

D’un rapide geste, je l’agrippe et bouscule son corps, le laissant allègrement chuter de la falaise en lui souriant ouvertement – tout aussi rapidement, je m’élance en bas prête à atterrir sur mes pieds. Il ne m’arrivera rien, mais lui tombe la tête en avant. Au pire, je le rattrape. Si j’en ai envie. Au mieux – je vois ses capacités à réagir à la surprise et il gagne un point positif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 315
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Chute ft. Mizu Ikumo Jeu 24 Mar 2016 - 23:43

Mais qu'avait-elle dans la tête ? Voilà que je volais, maintenant. Madame avait cru bon de me jeter par dessus la falaise. Elle était plus que dangereuse, c'est sûr. D'un autre côté c'est assez fun, l'air est si frais. Eh ! Si je réagissais quand même ? Ce serrait stupide de mourir comme ça, pas avant de lui avoir dit à quel point elle était tarée. J'ai presque oublié d'avoir peur tiens !

Sans pouvoir me retenir, je hurle du plus fort que je peux :

"Mais t'es pas bien dans ta têêêête !"

Tentant de stabiliser ma position, je joue avec mon poids, afin de me retrouver face au sol. L'heure de mon atterrissage était encore loin, mais j'avais peu de temps pour réagir. L'autre avait entreprit un saut, je la maudis du regard.

Je voulais être sur de m'en tirer, même si la technique que j'utilise est un peu grossière, elle m'évitera la mort. Quelques mudras et une main dirigée vers le sol, et un geyser jaillit de nulle part, j’imbiba tout les membres de mon corps de chakra, pour être sur de bien m'accrocher à l'eau.

Finalement, j'ai réussi. Je suis même sur mes deux pieds. J'avoue que j'ai eu pas mal de chance, je m'en tire sans aucune blessures, et me paie même le luxe de descendre tout doucement, assis sur mon geyser.

C'était une solution désespérée, mais ça à marcher. J'espère que cela ne se voit pas trop que mon rattrapage était totalement hasardeux. Bon, au moins je savais de quoi elle était vraiment capable, même si je n'étais pas au bout de mes surprises.

Me voilà maintenant au sol, à côté de la vipère. J'avais envie de lui hurler dessus, de lui sauter au cou, de remplir ses poumons d'eau, jusqu’à qu'ils explosent. J'étais légèrement irrité, cela devait se voir sur mon visage. Mais, au lieu de tout ça, je me contenta simplement de :

"Pour répondre à ta question, j'accepte ton pari, bien que j'y risque beaucoup. "

Je ramassai ma cape, tombée plus tôt depuis le sommet de la montagne et la remis à sa place. Sans un regard, je quittai les lieux. La curiosité me poussera surement à reprendre contact avec elle.


Dernière édition par Mizu Ikumo le Ven 25 Mar 2016 - 0:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Chute ft. Mizu Ikumo Ven 25 Mar 2016 - 0:26

Du Ninjutsu. Je m’y attendais quelque peu, tout en espérant qu’il soit un peu moins banal sur ce côté-là – ce n’est pas comme s’il pouvait y faire quelque chose d’être une pauvre victime de toute façon. J’atterris calmement sur mes pieds, ayant préparé ma chute contrairement à lui. Nous nous sommes pas mal rapprochés du village, ce qui réduira le trajet inutile en slalomant autour des montagnes. Un grand sourire, c’est tout ce qui l’accueil. Il n’est pas mort et n’a pas à se soigner, donc il garde un peu d’estime finalement : sa réactivité n’est pas la pire, même s’il faudra que l’on travaille encore un peu dessus. Quelque chose me dit qu’il le prend bien, de toute façon – mieux que si je l’avais empalé sur ma lame jusqu’à l’anus en tout cas. Je garde ce tour pour une prochaine fois. Il accepte mon offre, ce qui est une réponse stupide – comme s’il s’attendait vraiment à ce que je lui laisse le choix de faire. Un larbin. J’ai gagné un… Non. Si je présente les choses comme ça, Shigeru va me trucider. Un disciple ? Ca me vieilli. Un élève ? Trop scolaire. Pourtant, c’est ce qu’il est. Un élève. Le premier qui ne meurt pas de mort accidentelle alors que je tente une approche potentielle.

« Je te contacterai pour la suite. En attendant, transmets moi toutes les informations que tu juges intéressantes qui arrivent à tes oreilles. On va bien s'amuser tu vas voir. »

Je lui susurre ces derniers mots à l’oreille alors qu’il est sur le départ, et je suis de mon côté également un retour vers le village, quelque peu différent cependant. J’ai encore un peu de méditation à faire pour faire mes pensées – elles s’affolent une fois de plus. J’ai toujours rêvé de dire quelque chose de ce genre à quelqu’un, de lui demander de me rapporter ce qu’il entend. Après tout, je fais partie de ces gens qui considèrent que l’information est le meilleur pouvoir, et comme il est mon élève… Je m’assois en tailleur et ferme les yeux, m’apprêtant à capter les sons environnants dans le but de calmer le flot d’excitation qui grimpe en moi, encore et encore. Lorsque je l’aurais approché de Shigeru, il aura des informations potentiellement capitales – et je n’ai rien à faire du secret médical. Oui. Ca va être amusant. Pour moi, certainement. Pour lui… Seulement s’il répond à mes attentes.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Chute ft. Mizu Ikumo

Revenir en haut Aller en bas
 

Chute ft. Mizu Ikumo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Montagnes de Kaminari no Kuni-