N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Après la chute [Feat Kaguya Milly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1336
Rang : S

Message(#) Sujet: Après la chute [Feat Kaguya Milly] Jeu 17 Mar 2016 - 11:56

Assis à mon bureau de la clinique Takamagara, j’observais attentivement les dossiers des patients que j’avais eus depuis mon arrivé dans le service “Psychiatrie”. Bien que le travail fût amplement facilité par mon pouvoir de Yamanaka et que la rémunération était plutôt non négligeable, je n’avais pas choisi cette clinique Mondialement réputée pour rien.

Le premier point positif de la longue liste d’avantage était qu’elle se situait dans la mégalopole ou ma Némésis fut vue pour la dernière fois. Le second point, c’était que j’étais libre de pouvoir soigner un grand nombre d’Anomalies psychiatrique affectant le monde Ninja, tout en perfectionnant mes connaissances pour contrecarrer ce fameux Kinjutsu.

Tournant avec lassitude les feuilles, mes pensées dévièrent sur la rumeur d’une femme “En armure d’Os” se promenant librement dans la ville, un tatouage sur la poitrine. Non sans me rappeler Kaguya Milly, un membre du Shôraizen qui s’était fait remarquer lors de la chute de l’organisation. Que faisait-elle à Kawa ? Était-elle toujours affectée par la perte du Shôraizen qui s’était éteint il y a maintenant presque deux ans ?

C’était de bonnes questions. L’attachement dont elle avait fait preuve à l’organisation n’était pas passé inaperçu. Mais le fait qu’elle entretienne une relation avec l’un de nos Aizuyake non plus, et c’était probablement un des facteurs qui avait énormément joué sur son attache à notre famille. En tous les cas, avoir une alliée dans cette immense mégalopole était un atout non-négligeable pour la suite des évènements.

Levant mon regard sur la fenêtre, j’observais attentivement l’oiseau poser sur le rebord. Je pouvais le reconnaître entre milles : il s’agissait de celui que j’avais placé sous Genjutsu, et auquel j’avais ordonné de retrouver cette fameuse femme d’os. M’avançant d’un pas calme, j’ouvrais ensuite la fenêtre avant de lui tendre ma main. Sans perdre un instant, il se posa sur cette dernière. L’approchant de mon visage, je récupérais l’information avant de le laisser repartir, sans aucune autre forme de procès.

    « Merci à toi jeune ami. »


Fermant la fenêtre à la suite de son départ, je déposais sur ma chaise ma blouse blanche avant de prendre la direction de la sortie. Marchant en suivant les indications géographiques que l’oiseau m’avait transmises, je me retrouvai rapidement devant une sorte d’hôtel miteux, dont les règles d’hygiène devaient clairement laisser à désirer. Sous camouflage constant à mon habitude, afin d’éviter que mes émanations de chakra ou mes déplacements n’alertent un quelconque ninja Sensoriel, j’observais la bâtisse avec attention.

Il fallait dire que l’infiltration ne semblait pas réellement être compliquée, mais que le camouflage était astucieux, même si terriblement irréfléchi. Après tout, qui paierai réellement pour un hôtel en cet état avec quelque chose de beaucoup mieux quelques rues plus loin ? Toutefois, il ne fallait pas négliger la possibilité de voir un voyageur épuisé prendre la première chambre de disponible. Il s’agissait ici soit d’un coup de génie, soit le résultat d’une profonde stupidité.

Me concentrant afin de me rendre sensible au chakra, je pouvais distinguer très clairement plusieurs sources d’émanation, dont celui de Milly. Elle était donc ici ? Sans perdre plus de temps, j’outrepassais les défenses grâce à un camouflage sophistiqué et me faufilais directement dans la salle.

Suivant, sans aucun bruit et invisible, la Kaguya, j’attendais simplement qu’elle se pose dans une pièce, seule. Et une fois ceci fait, je reparaissais derrière elle en laissant entendre qu’un simple.

    « Vous êtes bien imprudente pour une ancienne membre du Shôraizen. »


Vivace, elle se retourna avant de faire sortir des os de son corps pour me frapper. Sauf que son corps refusa simplement de bouger, n’obéissant désormais plus qu’à mes ordres.

    « J’espère que vous ne m’en voudrez pas d’avoir pris la disposition de paralyser votre corps afin de ne pas alerter vos amis avec la fluctuation de votre chakra. »


Me déplaçant devant elle, je lui fis un sourire amical avant de la libérer de mon entrave.

    « Cela faisait longtemps, Kaguya Milly. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1563
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Après la chute [Feat Kaguya Milly] Jeu 17 Mar 2016 - 17:07

Voilà, ça c’est fait. Y a pas à dire, ça fait du bien de pouvoir à nouveau parler et bouger sans soucis. Kiseki n’est pas au niveau de Nozomi en terme de soin, ce qui explique les quelques engourdissements qui restaient après la séance, mais c’était tout de même très satisfaisant. Encore quelques heurs de repos et je serais de nouveau prête et en pleine possession de mes capacités. Hey mine de rien, c’est sacrément douloureux de se faire brûler de l’intérieur à coup de lave ! Ne croyez surtout pas que je fais des histoires pour des broutilles …

Bon, après tout ça je m’éclipsai dans une chambre vide, prétextant vouloir me reposer, et être enfin seule avec mes pensées. Quelle journée de merde franchement. D’abord ce bordel après les débats du type masqué qui s’est cru au théâtre en apparaissant au milieu de l’arène shinobi de Suna, et y déclarer la guerre à tous les villages cachés. Ça aurait pu être un pote à Kurasa d’ailleurs tellement il y avait d’inconscience dans ses mots. Puis il y a eu les deux ninjas de Konoha qui refusaient de nous donner la moindre information sur Miko. D’accord la façon de demander n’était sans doute pas la meilleure mais bon, quand même quoi. Le petit sunajin avec eux a été plus là en touriste qu’autre chose d’ailleurs. Par contre Hebi, ce putin de Gekei de mes deux. Arrogante petite merde, toujours à me chercher des poux alors que je ne lui ai quasiment jamais adressée la parole ! Un gosse qu’il va falloir remettre à sa place un jour ou l’autre. Et il y a de très fortes chances pour que nous nous rencontrions à nouveau un jour ou l’autre. Cette fois-là je lui ferais réellement la peau. Un sac en peau de serpent, ce sera parfait.
Puis Satochi qui refuse mon marché. Il me proposait de m’amener jusqu’à l’Hokage, avec plusieurs soldats en guise de surveillant et un sceau qui m’empêchera d’utiliser mon chakra. Forcement que j’allais refuser ! Arriver en tant que prisonnière de guerre devant celle qui a assassiné Seito, ça ne le faisait pas du tout. Je voulais savoir ce qui s’était réellement passé ce jour-là, essayer de comprendre plutôt que me lancer bêtement dans une quête vengeresse stupide, et certainement pas demander pitié ou chercher la rédemption.
Du coup il m’a brulé les organes internes et nous voilà après une fuite éreintante dans le désert …

Je m’allongeai dans le lit de fortune, les yeux fixés au plafond de ce soi-disant hôtel. Miteux et dégueulasse, comme le reste de cette ville, visiblement. Seulement, quand je m’apprêtai à piquer un somme, une impression très étrange me remit debout. Une sensation, une présence que j’avais déjà connue dans mes souvenirs, il y a très longtemps. Mais qui ? Et où ? Aller concentres-toi Milly, t’as aucun don en sensorité mais tu devrais quand même pouvoir savoir si ce n’est que ton imagination ou non.

« Vous êtes bien imprudente pour une ancienne membre du Shoraizen. »

Cette voix ! Dans mon dos ! Bah, pourquoi je ne peux pas me retourner ? Qu’est-ce c’est que cette merde encore ? La voix retentit à nouveau ensuite pour s’excuser de la paralysie momentanée, ne voulant pas alerter les autres par une malaxation de chakra inutile. Bah voyons. Pendant ce temps je fouillai dans ma mémoire afin de remettre un nom ou un visage sur ce timbre vocal.
La réponse vint toute seule quand le responsable se plaça face à moi. Lui ! Yamanaka Hiriko ! Ptin sa tête blonde et son air satisfait ! C’est lui qui m’avait posé le tatouage de l’organisation à l’époque, ça remonte facilement deux ans maintenant !

« Toi ! » Lui criai-je sitôt la paralysie dissipée. « Mais qu’est-ce que tu branles ici ? Tu … toi aussi tu nous as abandonné ! » Je le repoussai violemment en arrière, contre le mur. « Toi comme tous les autres ! Vous nous avez tous lâcher sitôt que Seito est mort ! On n’était plus que trois pour tenir face à Konoha bordel ! Espèce de lâche ! T’étais où bordel ? Hein ! Viens pas jouer les puissants et satisfaits maintenant ! »

J’étais folle de rage. Une colère très difficilement contrôlable et c’est encore un miracle s’il n’a pas reçu la table de chevet dans la figure. Plusieurs expirations furent d’ailleurs nécessaires pour garder la maitrise de la situation.

« T’étais le bras droit de Seito … T’étais quasiment son ombre si je me souviens bien … Pourquoi ne pas l’avoir défendu ? Pourquoi avoir fuit ? On était une famille bordel ! Vous tous, vous nous avez tous abandonner. Toi, Kohei, Nozomi, Shiwoon et tous les autres ! Vous vous êtes tous barré ! » Les poings serrés, l’envie de lui en coller une était réellement présente, et ça devait certainement se voir. « Et maintenant quoi ? Tu réapparais devant la plus violente des trois dernières personnes à ne pas avoir quitté le navire, et t’espère un câlin ?! Tu te fous de ma gueule ? »

Les phalanges qui craquent, les pointes osseuses qui ne demandent à sortir, je préférai croiser les bras. Libérer tout ce que j’avais sur le cœur maintenant, ça n’apporterait que des problèmes, avec Kurasa et Kiseki encore à proximité, et mon état qui est encore en phase de réparation.

« Expliques-toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1336
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Après la chute [Feat Kaguya Milly] Ven 18 Mar 2016 - 15:29



La colère. La haine. La déception. La surprise. L’incompréhension. Il était difficile de pouvoir saisir tout le déferlement d’émotions qu’elle pouvait ressentir à ce moment-là. Mais je pouvais la comprendre, et c’était pourquoi je l’avais laissé me plaquer contre le mur. Même après deux ans, la douleur était toujours aussi vive pour elle, comme pour moi.

Mais je pouvais la comprendre, et c’était pourquoi je l’avais laissé me plaquer contre le mur. J’avais simplement refusé de voir mourir mes frères et soeurs d’arme. Après la mort de Seitô, tout fut différent. Il n’y avait personne d’assez fort, d’assez convaincu pour reprendre ses idéaux. Pour tous, il y avait eu un avant et… Un après.

La rage en elle était palpable. Oui, j’avais été le bras droit de Seitô. Son fantôme. Mais je n’avais pas fui. J’avais pu observer, de très près, toutes les désertions du Shôraizen. L’une des trois dernières ? Non, il restait encore moi et Azumi, pour des raisons peut-être aussi personnelles et évidentes que difficilement compréhensible.

    « Je n’espère ni câlin, ni pitié de ta part. Mais tu te trompes, je n’ai pas abandonné. Si tu fais appel à ta mémoire, j’étais là jusqu’à la fin.Toutefois, entre voir mes frères et sœurs mourir pour un idéal qui n’avais plus d’espoir de voir le jour n’étais pas raisonnable, ni même souhaitable. »


J’ouvrais enfin les yeux, affichant deux pupilles d’un vert émeraude et teinté d’une tristesse palpable.

    « Tu peux penser que tu es la seule qui est encore affectée, mais c’est totalement faux. Seitô comptait plus pour moi que ma propre vie. Il pouvait parfois sembler cruel envers ses ennemis, mais il acceptait cette part d’ombre en lui. C’était justement parce qu’il était aussi sombre que l’on pouvait croire à une seconde chance. Mais lorsqu’il est mort, tu sais ce qu’il s’est passé ? »


Mon regard se fixa dans le sien.

    « Les désertions ont commencé. La première fut Myouga Nozomi. Le fait qu’un Aizuyake, un des généraux, quitte le navire engendra la confusion et le chaos parmi les Silencieux. La mort était déjà largement troublante, mais la désertion marqua le début de la fin. Surtout qu’il s’agissait de la femme et de l’élève de Seitô. »


Je m’avançais vers elle, dans un pas décidé.

    « Qu’aurais-tu fait ? Tu aurais sacrifié pour ton orgueil tes sœurs et frères d’armes ? Tu aurais agi à l’instar des villages Shinobi ? Je doute que tu aies suivi Seitô s’il était comme cela. Il se sentait responsable de chaque personne sous son aile. C’est sur un idéal de choix et de liberté que le Shôraizen se basait. Je n’allais pas sacrifier des milliers de vies pour satisfaire mon propre orgueil. »


J’arrivais juste devant elle, puis fermait les yeux, accentuant le ton neutre que je prenais.

    « Est-ce que mon explication est suffisante à tes yeux, Kaguya Milly ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1563
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Après la chute [Feat Kaguya Milly] Ven 18 Mar 2016 - 17:20

De son point de vue, il refusait tout signe d’affection ou de pitié, mais annonça que je me trompais. Qu’il était resté jusqu’à la fin, qu’il n’était pas partit. Pourtant, face à Miko son absence accentuait un peu plus le gouffre dans lequel l’organisation était tombée. D’après ses mots, il n’avait simplement pas voulu accepter de voir ses frères et sœurs mourir pour un idéal perdu … Pourtant mec, si on avait été tous unis, on aurait très certainement pu tous tenir debout malgré la mort de Seito ! Mais nan, tout le monde a voulu se la jouer solo, et on connait maintenant le résultat. Tss tu parles d’une famille.

Cependant, dans son regard je pouvais sans problème y lire la tristesse que ces souvenirs remuaient, du regret peut-être aussi. Difficile de vraiment différencier ces deux sentiments tant qu’ils sont proches. Seito comptait plus pour lui que sa propre vie ? Ça c’est une sacrée déclaration. Pourtant il était avec Nozomi. Oh, il aurait souffert en secret devant cette union ? Nan attendez on s’égare là ! Rien à foutre du triangle amoureux !
Voilà que maintenant il m’accusait presque de ne pas avoir su faire quelque chose. Presque oui, en demandant si j’aurais sacrifiée mon orgueil, si j’aurais agis comme les villages shinobi. Mais comment ça ? Pourquoi ? Hein ? Punaise je comprends pas. De quoi il parle bon sang ?

« Att-attend, de quoi ? Bien sûr que non ton explication ne me convient pas oh ! Ça n’a aucun sens. Si ce que tu racontes est vrai, alors c’est plutôt ce que nous aurions tous dû faire. Tous ! J’ai fais ce que j’ai pu pour maintenir l’organisation à flot. Mais je suis loin d’avoir la prestance de Seito. Je … je ne suis pas du tout le genre de fille qui peut remplacer le berger dans un troupeau ! Mais agissant tous ensemble on aurait pu surmonter tout ça ! Tu le connaissais mieux que quiconque, ou presque. Sans Kohei, sans Nozomi c’était à toi de reprendre le flambeau ! »

Je tremblais sur place malgré qu’il ne fasse pas froid. Des larmes perlaient même au bord de mes paupières. Trop d’émotion soudainement, trop de souvenirs difficilement enfouies qui refont surface.

« Tu étais peut-être là, mais tu n’as rien fais. Ça revient au même résultat … Maintenant le Shoraizen n’est plus qu’un tas de ruine dans l’océan, en lisière de Yu no Kuni. » Je baissai les yeux un moment. « Maintenant Tsubaki et moi, on s’est refugiée à Mizu, parmi les Kaguya. La vie continue, je refuse de rester coincée dans le passée, même si j’ai toujours le tatouage … »

Deux doigts pour tirer sur le col du tee-shirt et montrer le sommet du symbole sur mon sein gauche, légèrement embrumé par le temps et la pigmentation de ma peau. C’était bien suffisant, de toute manière les femmes ne lui font aucun effet.
Un autre souvenir me revint cependant en mémoire, un détail qui a tout de même une grande importance.

« Tiens, vu que tu suivais Seito partout. Tu vas pouvoir me répondre, est-ce qu’il a réellement essayé de tuer Nozomi ? Est-ce qu’il a vraiment attaqué sa propre petite amie dans le but de l’assassiner, et c’est Miko qui l’aurait défendue ? Réponds-moi très franchement. Pas de blabla inutile. Regarde-moi. » Les yeux dans les yeux. « Est-ce que Seito a vraiment fait ça, et pourquoi ? Est-ce que c’est pour ça que Miko l’a tuée ensuite ? » Marquant une courte pause, je cherchais déjà à trouver une réponse à travers son regard. « Je ne suis pas aussi stupide, je me doute bien que peu d’information étaient partagées dans le Shoraizen, même si nous formions une famille et qu’il n’y avait pas à proprement parlé de chef … Ta réponse influera sur "est-ce que je te casse le nez ou non" … On a un toubib ici de toute manière. »

Le poing serré, le bras légèrement en retrait, j’étais prête à lui faire bouffer mes phalanges de toutes mes forces. A lui envoyer à la figure tout ce que j’avais sur le cœur depuis deux ans. Une fois libérée, on pourra sans doute repartir sur de bonnes bases, reconstruire quelque chose, je pourrais même lui parler de mes fiançailles avec Tsubaki, de mon passage en tant que chef de clan Kaguya, mais pour le moment il faut évacuer toute cette colère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1336
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Après la chute [Feat Kaguya Milly] Dim 20 Mar 2016 - 12:42

Ou presque. C’était difficile de le réaliser, mais il est vrai que je n’avais pas eu la chance d’obtenir la place que je souhaitais dans son cœur. Ma relation avec Seitô était à la fois complexe, ambiguë, dont les barrières entre l’amitié et l’amour semblait quasiment disparue. Mais elle était aussi extrêmement simple, et authentique, laissant un arrière-goût d’autan plus désagréable à ce qui était pour moi la “Trahison” de Nozomi.

Était-ce à moi de reprendre le flambeau ? À ce moment-là, je n’en avais pas la force. Porter sur mes frêles épaules les idéaux d’un monde libéré des Shinobi était pour moi bien trop lourd. Pour tous, en vérité. J’étais peut-être son bras droit, mais je n’étais pas comme lui. Il était animé par la volonté de changer les choses, alors que seul la mélancolie résonnait en moi. Il était Celui-Qui-Dirige, j’étais Celui-Qui-Ecoute.

Et il est vrai que le sacrifice de Seitô fut en vain. Désormais, nous n’étions plus qu’une poignée. L’Histoire maudite du Shôraizen, dans un monde maudit, semblait dessiner une boucle éternelle. Effectivement la vie continue. Mais cela n’empêchait pas qu’il y eût un avant, et un après…

La suite des questions me surprit. Une des histoires les plus secrètes et tabou du Shôraizen fut mis à la lumière de notre conversation. Attendant qu’elle finisse, j’instillais dans une grande discrétion mon esprit en elle, afin de parer à tout assaut irréfléchi de sa part.

    « Ce n’est pas aussi simple que cela. Mais si tu veux des explications, laisse-moi t’expliquer tout depuis le début. »


Mon regard s’ouvrit sur le sien, avant que je ne reprenne.

    « Avant d’être un manipulateur de l’Onkyôton, Seitô était un maître du Hiraishin, mais aussi de la Nécromancie. Il est l’héritier même des arts des deux plus grands nécromanciens de l’histoire : le Nidaime Kazekage et le Yondaime Hokage. C’est grâce à un Shinobi de Konoha, un certain Aku, qu’il a obtenu des connaissances sur la réincarnation des âmes : l’Edo Tensei. Lors de l’attaque de Kumo, il réveilla cinq corps et me demanda d’instiller un fragment de son âme dans chacun des cadavres. Cette technique est normalement interdite et très dangereuse, seul un Yamanaka étant capable de résister à une telle coupure de l’esprit. Mais, pour libérer les Shinobi du joug de Kumo, Seitô insista. »


Je marquai une pause, avant de reprendre.

    « Jouer avec l’âme, des vivants comme des morts, est un art très complexe et plein de mystères. Savais-tu que Seitô avait une sœur jumelle, et qu’il conservait son cadavre avec un dérivé de l’Edo Tensei ? Et bien lorsqu’il fut à court de chakra, et que les fragments d’âme revinrent directement à leur propriétaire, une partie de l’âme de Saya, sa sœur jumelle, fusionna avec la sienne. Assez surprenant, mais moins lorsqu’on sait que l’âme de Jumeaux sont extrêmement proche, voir complémentaire. »


Reprenant mon souffle, je continuais.

    « Généralement, lorsque l’on suit l’évolution de deux jumeaux, il y a un dominant et un dominé mais leurs destins sont pour toujours liés. Saya était une jeune fille colérique, et cruelle. Un caractère bien plus instable que celui de Seitô, et il semble normal qu’elle est prise la position de dominante dans leurs relations. Ils avaient appris à haïr leurs ennemies et à ne devenir qu’une arme de destruction massive pour eux, vu qu’on les traitaient comme tels. Mais lors de leur capture, elle fut tuée. »


M’appuyant contre le mur, la fixant toujours en vérifiant qu’elle ne perdait pas le fil, je continuais.

    « Sais-tu ce qui arrive lorsqu’une âme fusionne avec une autre ? Il s’opère quelques… Changements. Seitô perdit son pouvoir de nécromancie et développa de nouvelles capacités. Lorsque le pic de cette fusion se fit ressentir, Saya récupéra le contrôle du corps de Seitô. C’est à ce moment-là qu’elle décida de tuer ces “étrangers” que nous étions pour elle. La dévastation que provoquerait cette perte à Seitô lui assurait une victoire sur son esprit, et confirmerait son emprise. C’est pourquoi le corps de Seitô, sous contrôle de sa sœur jumelle, attaqua Nozomi et le reste du Shôraizen, avant que j’effectue le nécessaire pour le voir récupérer le contrôle de son corps. »


Reprenant une nouvelle fois ma respiration, je continuais.

    « Mais malgré tout mes pouvoirs, il était impossible de séparer définitivement l’âme de deux jumeaux. Elles n’ont que très peu de différences, et ces différences sont d’autant plus infimes sur le plan spirituel lorsqu’elles sont fusionnées. Seitô a donc continué malgré tout. Il fallait simplement attendre un autre “pic” de la part de Seitô pour que je puisse sceller définitivement l’âme de sa soeur tout en conservant l’équilibre qu’il avait obtenu pour ses pouvoirs de Sabakyô. »


Pausant ma voix, les souvenirs qui affluaient étaient bien trop nombreux et violents. Me concentrant, je mis en sourdine l’émotion, avant de reprendre.

    « Seitô se pensait condamner. Il savait qu’il construisait un monde où il n’aurait pas sa place. Un jour, pour nous laisser vivre, il aurait dû être tué par l’un d’entre nous pour nous permettre de regagner une confiance international et nous permettre de vivre en paix. C’était lui l’ennemi aux yeux du monde, pas nous. Mais avant qu’il n’accomplisse son rôle, Miko lui offrit une mort prématurée. Elle ne savait rien, et elle l’a quand même fait. Elle nous a tous trompés. Et c’est dans la trahison qu’elle est devenue une héroïne de ce monde. Qu’il est étrange monde dans lequel nous vivons. »


Je levais ma tête, avant de pousser un soupir.

    « Maintenant que tu sais tout, qu’est-ce que cela change ? Rien. Absolument rien. Mis à part le conseil que je puis te donner, d’égal à égal aujourd’hui. De Paria à Paria. Veille bien sûr ceux que tu aimes, car un jour, cela te sera arraché. Et quand cela arrive, il ne reste plus que le désir de vengeance et de mélancolie qui t’anime. Bienvenue dans le monde complexe, cruel, et destructeur des Shinobi de haut-niveau, Kaguya Milly. »


J’avais fini. Je n’attendais plus que sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1563
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Après la chute [Feat Kaguya Milly] Lun 21 Mar 2016 - 17:54

Hiriko devait sentir les tensions grandir, la situation s’envenimer s’il laissait tout ainsi et s’il s’obstinait. Il raconta alors la totalité de l’histoire, ou du moins ce qu’il pensait être la totalité. Comment lui faire pleinement confiance de toute manière ? Ce sera moi, et moi seule, qui jugera au fil de mes interrogations si cette explication est complète ou s’il n’a jugé bon que de raconter ce que je devais entendre.
Silencieuse, je fis silence, la respiration longue dans le but de me calmer, et l’écouta.
Cela commençait bien avant le Shoraizen. Seito aurait été un disciple de la nécromancie, héritier du Kazekage et de l’Hokage de l’époque. Et bé, sacrée lignée. Il aurait ainsi apprit à utiliser l’Edo Tensei ; et là les souvenirs de Michiki qui exhibe fièrement les cadavres de ses propres parents tenant debout comme des zombies me revint en mémoire. Quelle horreur, jouer avec la mort et fouler au sol le repos des défunts, tu m’étonnes que ce soit une technique interdite … Mais bref, Seito avait insérer des bouts de son âme dans cinq macchabés pour libérer des shinobis du joug de Kumo. Pourquoi ? Il s’est passé un truc à Kumo ? Une dictature ou une autre guerre ? Aucune idée, laissons cela de côté et écoutons la suite. De toute manière dans tous les grands discours, il y a toujours des bouts qui nous échappent.

« … Savais-tu que Seitô avait une sœur jumelle, et qu’il conservait son cadavre avec un dérivé de l’Edo Tensei ? » Demanda Hiriko.

Les sourcils sautant sur place, les yeux ronds, je fis non d’un mouvement de tête, le dégout remplaçant rapidement la surprise. C’est vraiment une sale manie ça, d’empêcher les morts de se reposer ! Et après on s’étonne de pourquoi il y en a qui tourne mal, forcement hein ! Faites comme tout le monde bordel ! Faites votre deuil et passer à autre chose, punaise …
Les explications poursuivirent et deviner quoi, il y a eu des problèmes. Forcement ! Bah bien fait Seitô ! Bien fait ! T’avais qu’à laisser ta sœur tranquille !
Bref, il semble qu’au cours des bidouillages inhumains, l’âme de sa frangine est venue à fusionner avec la sienne. Du fait qu’ils étaient jumeaux en plus, les liens étaient de base très étroit, et Hiriko utilisa cet aspect pour s’excuser de ne pas avoir été capable d’annuler ce phénomène. T’es Yamanaka pourtant mec ! Si toi, t’en es pas capable, alors personne ne le peut ! Tss, t’es juste un incapable en fait hein ? A cause de toi, tout est partit en cacahouète.
En plus du détail comme quoi cette fusion transforma le pouvoir nécromancien de Seitô en Sabakyo ; Saya, la sœur en question, prit le contrôle du corps de son frère et attaqua Nozomi. La jugeant étrangère et nuisible. Et elle aurait fait de même avec tout le Shoraizen jusqu’à ce que Miko l’arrête. D’accord, donc c’est bien ça, Miko a sauver Nozomi et toute l’organisation d’une folle dangereuse dans un corps hautement toxique ! Car oui, rappelons que les Sabakyo produisent un poison extrêmement virulent non-stop.

Merde alors, est-ce que ça veut dire que j’ai une dette envers elle ? Nan, pas possible je ne l’ai jamais vu moi, cette scène, ce combat autodestructeur. Ça s’est passé quand ? Forcement à un moment où je n’étais pas au QG, c’est obligé. Il ne peut pas en être autrement, surtout si ça a été autant le bordel qu’il le sous-entend. Oui ça doit être ça, je n’étais pas sur place donc je ne dois rien à cette manipulatrice d’insecte. Tant mieux, pouah quelle horrible sensation, devoir lui être redevable … Nan vraiment ça n’aurait pas été bon.
Hikiro termina son monologue en demandant qu’est-ce que ça changeait, maintenant que je savais toute l’histoire. Il était persuadé que toutes ces explications avaient été inutiles, que tout ce blabla n’était que de la poudre aux yeux. Naïf que tu es.

« Mis à part le conseil que je puis te donner, d’égal à égal aujourd’hui. De Paria à Paria. Veille bien sûr ceux que tu aimes, car un jour, cela te sera arraché. Et quand cela arrive, il ne reste plus que le désir de vengeance et de mélancolie qui t’anime. Bienvenue dans le monde complexe, cruel, et destructeur des Shinobi de haut-niveau, Kaguya Milly. »

J’haussai les épaules, soupirant et fixant mes ongles d’un air faussement intéressé. Au moins tout cela m’avait plutôt calmée. Provocante peut-être, irrespectueuse certainement.

« Le monde est complexe et cruel hein ? La seule personne qui compte plus que tout au monde encore à mes yeux, c’est Tsubaki. Et personne d’autre, ok ? Et en ce moment, elle est protégée par toute une armée de Kaguya, alors ça devrait aller. Et puis je ne suis pas une timbrée non plus au point d’apprendre l’Edo Tensei pour la faire renaitre si jamais quelqu’un me l’enlève ! Seitô a fait le con avec ça. Les morts doivent rester morts, c’est le mieux pour tout le monde. Ils ont droit au repos éternel après en avoir chié dans ce monde que tu juges toi-même très cruel. Les faire revivre, c’est pire encore que leur cracher au visage ! »

Marquant un petite pause, j’avais conscience que mes mots pouvaient être très dur, sans que forcement je ne m’en rends compte. Et si Hiriko était réellement amoureux du leader du Shoraizen, alors je risquerais retourner toute sa haine contre moi, chose stratégiquement fort peu enviable.

« Ouais j’ai une dent contre les nécromanciens … Bref c’est notre boulot, à nous les vivants, de faire notre deuil, de laisser les morts en paix et de continuer à avancer. D’accord ? Rester bloquer dans le passé en ressuscitant des cadavres, ça n’arrangera jamais rien. Alors Hiriko, passe à autre chose et continue ta route. »

Je lui souris en posant une main sur son épaule. Le ton amical et chaleureux était là pour apaiser les tensions, calmer les esprits. Tiens, peut-être qu’une blague fera meilleur effet :

« Tiens un nouveau but dans la vie, tu vas devoir voyager à travers le monde entier et trouver quelqu’un d’assez charismatique, intelligent et mature pour remplacer Seitô ! Ahah ! Ça marche ? Un leader comme on en trouve peu dans ce monde tout pourrit. Oh et puis tiens, ça c’est pour avoir été trop faible pour arranger toute cette histoire avant qu’elle ne dégénère. »

Le poing alors serré, je lui collai une petite frappe dans cette même épaule. Sans y mettre trop de force hein, même si justement je ne sens trop souvent pas ma force, normalement il ne devrait pas avoir le bras déboité. Quoi que, Kaguya et spécialiste de taïjutsu, même sans le vouloir des fois ça peut faire des dégâts.

« Tiens au fait, tu sais quoi ? On s’est mariée, avec Tsubaki ! Devant une cascade à Mizu no Kuni, c’était magnifique. » Je lui montrai mon alliance, toute contente, avant de mettre mes mains sur mes hanches et bomber le torse. « Et je suis devenue chef du clan Kaguya aussi, héhé. Badass hein ? Ce ne fut pas de tout repos, ils sont plutôt agressif et violent mais ça va, suffit de réussir à les comprendre. Et toi, t’as fais quoi depuis tout ce temps ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1336
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Après la chute [Feat Kaguya Milly] Sam 26 Mar 2016 - 1:29



Elle ne comprenait pas. C’était triste à dire, mais ce n’était que la vérité. La vie d’un Shinobi dans ce bas monde n’était pas seulement cruelle, elle était injuste, imprévisible, et détruisait tout ce qui pouvait compter à vos yeux. Aujourd’hui, tout cela me semblait dérisoire, et la seule chose circulant dans mon cœur froid n’était que le venin de la vengeance.

Pourtant, j’étais conscient que cela ne servait à rien. La vengeance n’était qu’une arme à double tranchant, qui n’avait aucun but que l’accomplissement d’une basse pulsion. En soi, cela consistait à chercher la fin pour la fin, et non pas pour construire autre chose. Et je savais qu’une fois vengeance accomplis, une longue errance m’attendait.

Continuer ma route ? C’était ce que je faisais. À ma façon. Je n’avais pas le pouvoir de ressusciter Seitô, et je n’en aurais probablement jamais le pouvoir. C’était un rêve utopique que de le voir revenir pour continuer à exercer son rôle de guide. Car c’était dans les ténèbres les plus profondes que le Sabakyô venait nous récupérer, afin de nous guider vers une nouvelle voie, vers une nouvelle vie. Mais aujourd’hui, tout cela n’avait plus d’importance.

Là où elle se trompait, c’était de penser qu’il y avait quelqu’un d’autre comme notre Tsugurike dans le monde. C’était faux. Seitô était quelqu’un d’unique, comme chacun d’entre nous sur cette terre. Et même si je trouvais ce leader charismatique, tout serait bien différent d’avant. Ce schisme entre l'avant et l'après ne pouvait être comblé.

Milly m’annonça, à la suite d’une petite tape dans l’épaule, une série de bonne nouvelles qui m’arracha un sourire mélancolique. Fraîchement mariée avec sa femme Tsubaki, et devenue chef d’un des clans les plus prestigieux de la brume. Un parcours brillant en somme, ce qui était loin d’être mon cas.

    « Un parcours brillant en somme. J’aurais été fiers de t’avoir en tant qu’Aizuyake du Shôraizen ayant le signe de l’Oushi à mes côtés. Hélas, je me contenterai du fait de t’avoir eu comme soeur d’arme. »


Je lui adressais un sourire, avant de continuer

    « Après la fin du Shôraizen et mon jugement, j’ai entamé quelques recherches sur un… Secret de mon clan. Connais-tu Yamanaka Natsumi ? »


Je prenais une pause. Mon sourire se perdit, et mon regard devint rapidement glacial.

    « Cette femme a usé d’un Kinjutsu, extrêmement puissant mais dangereux d’utilisation. Si les Yamanaka se concentrent sur le transfert d’esprit, il existe aussi un côté pervers et prohibé. Il s’agit d’un transfert à sens inverse, sur une large population. En d’autres termes… »


Repensant à cette nuit-là, je repris après un silence.

    « Absorber l’esprit d’autrui et son essence vitale dans le but de devenir immortel. Et lorsqu’elle revint à Konoha, elle prit la vie des miens. Soit 90% du clan Yamanaka. Mon petit frère fait parti des victimes. Avec Seitô et un vieil ami, ils étaient tout ce qui comptait pour moi. »


La fixant de mon regard vide et lugubre, je continuais.

    « Cela fait presque un an et demi que je travaille en tant que Psychiatre dans des hôpitaux et cliniques de Kawa no Kuni sur les anomalies touchant l’esprit. J’erre sans réel but dans un monde qui semble déstructuré. J’attends une vieille amie pour qu’elle vienne me prendre. C'est tout. »


Avant que je ne succombe à mes pulsions vengeresses…

    « Soit prudente, Milly. Seitô possédait une armée, et on a réussi à mettre fin à sa vie, à ses rêves et à tout ce qu’il avait accomplis. »


L’amertume était palpable dans ma voix. Au fond de moi, je me sentais coupable. Une culpabilité si forte que je n’arriverais jamais à me pardonner.

    « Mais aujourd’hui, tout cela n’a aucune importance… »


Car sans toi, plus rien à de sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1563
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Après la chute [Feat Kaguya Milly] Mar 29 Mar 2016 - 20:55

De bonne humeur, vivace, avec me joie de vivre habituelle j’attendis la réponse, et si possible un petit sourire mais rien. Hiriko garda inlassablement cet air morne, déprimé, presque abattu. Le genre à vouloir se lancer dans une quête perdue d’avance, voyez-vous ? Ou aller se suicider dans un combat où la victoire n’est guère plus qu’un mirage. Enfin c’est dans le même délire. Il disait être fier de m’avoir pour sœur d’arme, à défaut d’avoir pu m’avoir en Aizuyake à l’époque, sous le signe de l’Oushi. Le bœuf ? Le signe du bœuf ? Je veux bien croire que c’est celui qui représente le mieux la solidité et la ténacité du Shoraizen, m’enfin c’est pas super classe à dire : « Salut chui le bœuf de l’équipe. » … Clairement non c’est pas classe. À côté de ça Tsubaki était le cochon, Nozomi était le cheval et Seito le serpent. Nan je me serais plus vue en tigre ou en dragon. Ça, ça en jette, ça en impose.

Oh ! Il sourit ! Mince Hiriko sourit ! Bon ça manque cruellement de joie de vivre mais c’est déjà un bon début. Héhé, tout n’est peut-être pas perdu et ça c’est cool. Lui souriant à mon tour, je secouai négativement la tête quand il demanda si je connaissais une certaine Yamanaka Natsumi. Certainement une femme de konoha, si j’en crois son nom de famille – et de clan – mais non, pas plus d’info. Sans doute que Yuseï en saura d’avantage, mais pour ça il faudrait déjà le revoir … Depuis la dissolution du Shoraizen par le village de la feuille je n’ai plus aucune nouvelle de lui, et ça commence à faire un moment.
Le jeune blond retrouva cependant rapidement sa morosité et son regard glacial, en expliquant le sujet concernant cette Natsumi. Elle aurait utilisé une technique interdite et aurait par ce biais absorbé à la fois l’esprit et l’essence vitale de quasiment tous les membres de son clan, dans le but de devenir immortel. Ce clan qu’Hiriko et elle ont en commun.

« Woah, c’est … moche … » commentai-je en essayant d’imaginer l’ampleur du massacre.

Son petit frère faisait aussi partit des victimes, ce qui noircissait encore le tableau. Heureusement que depuis il avait trouvé une occupation. Psychiatre dans les hôpitaux de ce pays, c’est chouette ça ! Encore plus pour un Yamanaka, tout ce qui touche au cerveau, aux pensées et aux blessures mentales, c’est son dada. Seulement avant que j’eusse le temps de le féliciter, il repartait encore dans sa mélancolie, à me dire de faire attention et presque de ne faire confiance à personne.
Je soupirai et lui frappai à nouveau l’épaule, mais avec plus de force cette fois, suffisamment pour le faire reculer d’un petit pas au moins :

« T’as fini oh ? Pleurnicher, regretter de n’avoir rien pu faire, et nya nya nya et nya nya nya. Woh ! Ça va hein, c’est du passé ! Relève la tête et bombe le torse ! »

Les sourcils froncés, je le regardai droit dans les yeux. Je savais parfaitement ce qu’il fallait faire, et si je laissais couler il allait faire une connerie. Il allait partir au suicide ou pire encore, et ça c’est hors de question. Tant pis si je prends le rôle de la mère chiante et autoritaire. S’il a besoin que quelqu’un le pousse et le guide, je serais cette personne. On a déjà perdu suffisamment d’ami dans cette aventure, pas besoin d’allonger la liste en laissant les moins solides aller se faire charcuter.

« T’es un homme nan, alors redresses-toi ! Tu crois franchement que Seitô aurait aimé qu’on gémisse dans notre coin indéfiniment ? Je ne l’ai pas connue, c’est con mais je doute franchement qu’il apprécie ce comportement ! Alors tu vas me faire le plaisir de reprendre du poil de la bête et arrêter immédiatement ces jérémiades ! Oui tu as été faible, oui il est mort alors qu’il avait une armée sous ses ordres, et alors ?! C’est fini, c’est du passé ! Ça va faire deux ans maintenant, t’as eu le temps de faire ton deuil. »

Les mains sur les hanches maintenant, je ne lui laissais volontairement pas en placer une. Quitte à lui couper la parole sitôt qu’il allait ouvrir la bouche. Je m’imposais même en m’approchant de lui, détournant la tête une seconde pour quelques toux et revenir ensuite sur lui.

« T’as perdu ta famille également, c’est tragique mais avec cette attitude mon cher, tu ne leur feras pas honneur. Si tu veux les venger, si tu veux faire payer à cette Natsumi ses actes immondes, il falloir que tu te ressaisisses. Ok ? Tu es très fort, je peux le sentir même en n’ayant aucun talent sensoriel. Mais avec ce mode de pensée tu ne feras rien de plus qu’un gosse ! »

Cherchant un moment dans ses yeux une réaction, je réduisis enfin un peu le ton et reculai d’un pas.

« J’ai déjà perdu trop d’ami et de compagnon. Alors ne compte pas sur moi pour te laisser partir en mission suicide, ce n’est même pas envisageable. Suis-je clair ? Bombe le torse, sourit à la vie et affronte tes ennemis sur le même air conquérant qu’avait Seitô parfois ! D’accord ? Vas-y montre. »

Je lui souris, lui montrant un peu l’exemple et attendis un résultat satisfaisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1336
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Après la chute [Feat Kaguya Milly] Dim 15 Mai 2016 - 16:07


Milly. Ce que je pouvais dire sur toi, c’était que tu étais une drôle de personnage. Une shinobi qui avait du caractère, mais aussi énormément à apprendre. Le monde n’était pas aussi rose que ce que tu essayais de me faire croire. Bien au contraire. Bomber le torse et faire le fier ? Non, je laissais cela aux autres. J’étais et je demeurais un homme de l’Ombre. Peu connaissait mon nom, et c’était bien mieux comme ça.

Mais j’allais écouter son message jusqu’au bout. C’était ce que j’étais au fond, un écoutant. Une personne traversant, de murmure en murmure, dans le monde Shinobi. Aujourd’hui, à la retraite. J’avais laissé tomber les affaires du monde, pour me concentrer sur autre chose, et attendre simplement que les Shinobi le mènent à sa perte. La course folle du pouvoir était une chose universelle, mais totalement dénuée de sens.

Me venger ? Voilà une autre thématique du monde Shinobi : la vengeance. Détruire ce qui nous a fait du mal, vouloir rendre “Justice”. La “Justice” n’était qu’une simple forme de vengeance camouflée. Si l’on faisait mal, on allait nous faire du “mal”... En nous privant de liberté, par exemple. Mais la “Justice” était une formalité du bien, aujourd’hui. Pour moi, ce n’était qu’une vaste mascarade pour anoblir la soif de sang animant les Hommes après qu’on leur est porté du tort. Oui, nous n’étions que des animaux. Du moins, jusqu’à que l’on se rende compte de notre propre bestialité.

Je soupirais dans un sourire, avant de reprendre derrière elle.

    « La vie n’est pas une mission suicide en soi, Milly ? On naît, l’on vit, et on meurt. C’est ainsi que cela fonctionne. Vivre est en soit, une mission suicide. C’est simplement à nous de faire le nécessaire qu’elle soit la plus longue possible. »


Je me posais ensuite contre un mur, avant de continuer tout en affichant un sourire.

    « Tu penses que parce que c’est du passé que tout est terminé ? C’est notre passé qui forge la personne que nous sommes, notre morale, nos goûts et nos convictions. Même notre personne est imprégnée de la génétique de nos descendants, et donc, de la personne qu’étaient nos ancêtres. Nous vivons dans un continuum qui forme l’histoire de notre monde. Tu ne peux pas le diviser. Et si tu en veux une preuve... »


Je m’approchais d’elle, avant de caresser sa joue et de la fixer de mes yeux émeraude. Mon chakra se concentra, tandis que je pénétrais son esprit. Je pouvais voir qu’elle revenait de Suna… Et m’empressa de lui demander.

    « Alors dis-moi, que c’est-il passé à Suna ? À moins que tu ne m’autorises au fait que je puisse le voir directement, de mes propres yeux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1563
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Après la chute [Feat Kaguya Milly] Mer 18 Mai 2016 - 17:31

Seulement il n’en fit rien. Juste un soupire, comme si mon cinéma ne lui avait apporté que de la pitié. Woh ça va ? Je ne suis pas non plus un petit toutou qu’il faut tapoter sur le haut du crâne pour le calmer et le récompenser. Au lieu d’une réponse forte, puissante et prête à affronter l’avenir, j’eus droit à de nouvelles jérémiades, des plaintes sur le passé, sur ce que nous avons vécu pour en arriver là et blablabla.

« Punaise, mais justement ! C’est du passé ! Du pa-ssé. C’est déjà fait, c’était avant, c’est fini … » Soupirai-je en levant les yeux au plafond.

Il s’approcha alors et vint me caresser une joue. Naturellement je fronçai les sourcils, essayant de voir dans ses yeux s’il se foutait de moi ou non. Je pouvais sentir son chakra chercher à insinuer le mien, jusqu’à ce qu’il demande ce qui s’était passé à Suna et si je l’autorisai à entrer dans mon esprit pour le voir par lui-même.

« Comme si je pouvais t’en empêcher … Mais tu n’y trouveras pas grand-chose d’intéressant, beaucoup de vide et de courant d’air. » Un petit rictus s’afficha sur mon visage avant que je ne continue. « Ce qui s’est passé à Suna, à partir de quand ? Il y a eu des matchs de l’examen chunin, puis un abruti masqué est apparu et à déclarer la guerre à tous les villages cachés. S’en est suivit un bordel sans nom, avec destruction très importante du village des sables. Des innocents qui meurent, des orphelins miraculés et tous les organismes qui se rejettent la faute … »

J’haussai les épaules et reculai d’un pas, me détachant d’Hiriko parce que bon, c’est déstabilisant ses caresses. Au lieu de ça j’allais m’assoir sur la commode, après avoir écarté les quelques trucs qui y trônerait, et m’adossai au mur. Le regard à nouveau fixé sur les poutres usées du hangar.

« Après j’ai retrouvé Kurasa et ensemble on voulait retrouver Miko. J’avais énormément de questions à lui poser, notamment en ce qui concerne le Shoraizen. Et là on retombe dans ce que je te disais ! C’est du passé, au début je voulais sa peau, sa tête pour ce qu’elle avait fait à notre famille. Et puis petit à petit, au lieu d’une vengeance aussi aveugle que stupide, je voulais comprendre ses actes et juger par moi-même si c’était légitime ou non … Tu vois, c’est du passé, il faut savoir avancer sans regarder en arrière. Ce que toi tu as énormément de mal à faire justement … » Je reportai mon attention sur lui. « T’as raison sur un point, c’est ce qu’on a vécu qui a fait ce que nous sommes maintenant mais continuer à vivre dans le passé ça n’arrangera rien. Et tu emporteras tous ceux qui t’entourent dans ta chute … »

Un long soupire s’en suivit. Mine de rien ce n’est vraiment pas facile de jouer les psys, surtout quand cela concerne quelqu’un comme lui, qui a beaucoup trop l’habitude de réfléchir.

« C’est ça en fait ton problème. Tu réfléchis trop, tu penses trop. Faut pas que ce qu’on a vécu occupe une telle place dans ta petite tête. T’as un avenir gigantesque à découvrir et à façonner, alors tourne la page réjouis-toi de ce que tu réserves les jours à venir. » Je lui adressai un nouveau avant de terminer ce monologue sur un ton plus rapide et monotone. « Enfin bref, on voulait retrouver Miko mais des Konohajin et un Sunajin nous en ont empêché. Du coup baston, match nul et voilà. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Après la chute [Feat Kaguya Milly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Kawa no Kuni-