N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Il était une Foi [OgadelaPlayaGrande]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Message(#) Sujet: Il était une Foi [OgadelaPlayaGrande] Ven 18 Mar 2016 - 10:03


La dernière fois que j'ai mis les pieds ici c'était à peine quelques jours avant l'examen de Suna. Et je pouvais alors lire de la dévotion dans le regard des gens. Ils venaient au Temple brûler un bâton d'encens pour obtenir bonheur, succès ou richesses. Leurs prières étaient adressées à la gigantesque statue de Shukaku trônant au centre du bâtiment et l'atmosphère du lieu était chargée de spiritualité et d'apaisement. Aujourd'hui... Les larmes ont remplacé les sourires et l'espoir a cédé la place à la peur. Ces personnes ne se recueillent plus pour un avenir radieux mais simplement pour un futur exempt de souffrances. Je serais sûrement l'une d'entre elles aujourd'hui si je n'avais pas ouvert les yeux.

Imbéciles! Shukaku n'entends pas la moindre de vos prières. Et quand même bien il s'y intéresserait ce serait pour savourer vos peines. Certainement pas les effacer! J'ai envie de crier. Mais je sais que ce serait inutile. Voir dangereux. Une foule sans autre repaire que la tristesse peut se révéler aussi traître que les sables mouvants. Leur dire que le... dieu qu'ils vénèrent se trouvent en ce moment-même au plus profond de ma chair? Qu'il est la cause de leurs souffrances et non leur remède? Autant parler dans le vent...
*Qu'est-ce que t'en penses, toi?* ma question ne trouve évidemment pas de réponses. *Ho oui j'oubliais... tu boudes!*
Ce silence est pesant. À supposer que l'on puisse parler de silence dans le cas ou vous attendez une réponse provenant du plus profond de votre être. Je sais qu'Ichibi peut interagir avec moi. Il l'a fait peu après qu'il ait été scellé. Mais depuis le Bijuu se contente de me rappeler sa présence. Comme pour s'assurer que je ne l'oublie pas. Ce n'est pas le dialogue qu'Il recherche. C'est la liberté. Et comme je représente les barreaux qui le confinent au rang de... d'animal domestique? Le terme est tentant mais sans doute peu approprié...
*On pari combien que j'arrive à convaincre Tsukiko de raser ton Temple?* un léger sourire se dessine au coin de mes lèvres. *Ça te ferait chier, ça, hein?*
Ho que oui! J'ai l'impression qu'une lame chauffée à blanc tente de se frayer un chemin entre mes côtes. Ce qui me fait tomber à genoux et pousser un cri de douleur. J'essaie de me relever mais une seconde attaque m'en empêche. L'avantage c'est qu'entre les pleurs et les autres cris des blessés qui s'élèvent de la foule, je n'attire pas vraiment l'attention. Ce qui a le don de m'irriter! Tous ces imbéciles devraient se tourner vers les Kawaguchi. Nous sommes les véritables dieux de ce désert. Un avis auquel mon colocataire ne goûte que très peu malheureusement. Cette fois-ci c'est du sang qui quitte mes lèvres et se répand sur le sol.

Mon regard sur pose sur le fluide vitale en train de se faire absorber par le sol poussiéreux puis sur une paire de pieds en face de moi. Et lorsque mes yeux se fixent finalement sur le visage en train de m'observer je ne peux m'empêcher de lâcher un rire nerveux. Rire qui s'abîme bien vite dans les multiples échos des voix alentours. Il me faut encore quelques secondes pour me redresser et décocher l'un de mes habituels regards hautains à Ogami.
"Tiens, tu as survécu!?"
Le ton est partagé entre la surprise et l'irritation. Enfin... ne dit-on pas que les mauvaises herbes ont la vie dure? Je hoche la tête négativement en lâchant un soupire agacé puis me laisse choir sur un bloc de pierre. On ne peut pas dire que je connaisse vraiment ce shinobi. Mais pour ce que j'ai pu en voir il est plutôt du genre fidèle à Kioshi. Ce qui me fait penser...
"T'es pas en train d'aider ton merveilleux Kazekage à déblayer sa merde?" je marque une pause pour m'allumer une clope et en prendre quelques bouffées. "Maintenant que tu as pu constater par toi-même l'étendue de son incompétence c'est bien moins facile de le suivre les yeux fermés hein?"
Je ne prends même pas la peine de déguiser mes propos en allusions. Le temps des subtilités est révolu. Nous étions peu à nous élever contre ce clochard de Yamada. Qui peut nous donner tort aujourd'hui alors que Suna est en ruine? Bon ben sûr j'en suis en partie responsable. Mais les histoires sont faites pour être modifiées à son avantage. Quel serait leur intérêt sans ça?

J'aspire une bouffée de fumée que je recrache avec nonchalance sur un gosse qui passe entre nous, guettant sa réaction. D'ordinaire parler avec des êtres inférieurs est d'un ennui mortel. C'est à peu près aussi gratifiant que de parler philosophie avec son chameau. Mais en l'occurrence je suis prêt à discuter de n'importe quoi avec à peu près n'importe qui plutôt que d'être confronté au silence menaçant d'Ichibi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1348
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Il était une Foi [OgadelaPlayaGrande] Mar 22 Mar 2016 - 1:06


Prier n'était pas une mauvaise chose en ces temps difficile, il fallait s'en remettre à nos dieux et espérer leurs miséricordes. Depuis tout petit, on m'avait appris à les prier, à prier les divinités et nos ancêtres. Malheureusement, je n'avais plus accès au temple Toshiro pour prier mon père et ses prédécesseurs. Cela dit, je pouvais tout de même perpétuer la traditions à travers tous les temples de Kaze no Kuni. Comme les pays voisins, le pays du vent comportait beaucoup de lieux religieux paisibles et libres ; On pouvait y avoir accès facilement et faire des offrandes pour faire entendre nos prières. Certains choisissaient de pousseur leur foi jusqu'à devenir moine, ce n'était pas fait pour moi et même si j'étais un croyant, je n'étais pas pour autant fou. Ma vie était dédiée à Suna et tout ce le village impliquait, je protégeais les miens et je ne pouvais le faire qu'avec de la force. Force que j'avais acquise grâce à des années d'entraînement, aujourd'hui j'étais parvenu à un niveau correct, je pouvais en user pour parvenir à mes fins. Je servais le Kakumeigun et Suna à l'heure actuelle, nous œuvrions pour réparer le mal causé.

Je profitai d'un voyage dans le désert pour me rendre au temple d'Ichibi. Initialement, je devais rejoindre un avant-poste situé à quelques kilomètres du temple. Je devais motiver les troupes et même en débaucher pour sécuriser Suna, avec nos pertes nos avions du répartir nos forces armées stratégiquement. Les points sensibles étaient couvert et la sécurité était à son maximum.

Pour en revenir au temple, je l'avais rejoint en chameau aux côtés de quelques membres du Kakumeigun. N'étant pas des croyants, je leur avais proposé de rejoindre notre destination en avance, ils avaient acceptés. Je pouvais donc facilement prier Ichibi et offrir une petite offrande, j'avais quelques heures devant moi. Le temple n'était contrairement pas à ce qu'on pouvait penser si vide, il était même rempli. Les offrandes débordaient, les plaquettes en bois se trouvaient être posées sur le sol comme si elles n'étaient rien. La statue s'en trouvait toujours magnifique, elle était somptueuse et imposante. Après avoir abaissé le haut de mon corps face à elle, je marchai pour observer les fresques quelques instants.

Un fois terminé, je m'assis pour prier, tout simplement. Je priais pour Suna, je priais pour mon entourage, je priais pour les morts. Étrangement, je pouvais paraître comme un pratiquant exemplaire mais j'étais loin de suivre les règles les plus fondamentales. Je prenais des vies quand il le fallait et je pensais même à en prendre juste pour parvenir à mes fins, quelle ironie. Même dans la quiétude de la prière, mon esprit était tourmenté. Le Henka Akuma n'appréciait pas les lieux de prières, il n'appréciait d'ailleurs pas tout ce qui s'approchait de près ou de loin à des dieux. Il se considérait lui même comme une divinité alors-.. Il essayait tant bien que mal de me perturber l'esprit mais n'y parvenait guère, j'avais appris durant des mois à le contrer, il pouvait y arriver mais pour ça je devais être aux portes de la mort ; Jusqu'à là, il serait terré en moi jusqu'à que je trouve le moyen de l'exploiter.

Alors que j'étais concentré, je sentis quelque chose sur mes pieds. J'ouvris doucement les yeux pour voir que mes pieds étaient de couleur rougeâtre, pour en avoir vu beaucoup je pouvais affirmer que c'était du sang. Lorsque je relevai les yeux, je pus voir un ancien élève. Il prit d'ailleurs la parole en premier et comme à son habitude, il prenait de haut les autres et était même ironique. Je profitais de sa bêtise pour m'essuyer avec un petit mouchoir.

Je me levai face à lui sans dire un mot, il parlait alors du Kazekage et de son incompétence. Il avait beau ne pas avoir totalement tort, il était ici dans un lieu sacré et des paroles comme les siennes n'avaient pas à être prononcées.

«  Tu as survécu aussi à ce que je vois, sûrement grâce à mon enseignement ? Peut-être pas ? Dis moi, on avait dit un an n'est-ce pas avant de nous retrouver pour me prouver ta force ? »

Je marquai une pause de quelques secondes avant de remettre mes sandales et me diriger vers la sortie, naturellement j’espérai pouvoir parler avec lui.

« J'ai pu constater certaines choses en effet, son incompétence a été prouvée à de nombreuses reprises, je ne vais pas le nier ! Par contre toi, tu parles de cette façon dans un temple? Modère tes paroles. »

J'étais tout à fait sérieux et en même temps, il avait beau avoir ce langage qu'il ne disait pas de mensonge. Comme partagé entre deux, je décidai de continuer la discussion. Après tout je n'étais pas pressé et nous nous trouvions tous les deux devant le temple, un endroit plus propice à la discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Il était une Foi [OgadelaPlayaGrande] Mar 22 Mar 2016 - 7:09


Modérer mes paroles? Cela fait trop longtemps que je le fais. Beaucoup trop longtemps. J'ai gardé le silence alors que les actes de Kioshi étaient en train de saper peu à peu le prestige de ce pays. Je suis resté silencieux lorsque les autorités de Suna perdaient de vue leur devoir et troquaient leurs responsabilités contre la suffisance et la médiocrité. Les conséquences de cette politique enfantine éclaboussent à présent les citoyens de toute la nation. Ce temple n'a sûrement jamais été aussi rempli qu'en ces temps troublés. Les gens ne peuvent plus croire en leur Kazekage. Alors ils se rabattent sur les divinités. J'étais comme eux autrefois. Et je sais aujourd'hui qu'ils ont autant à attendre de Shukaku que de Kioshi. C'est à dire absolument rien!

Toutefois Ogami a raison sur un point: ce n'est pas l'endroit pour ce genre de discussions. Si le dieu que ces gens viennent prier n'est qu'un imposteur, ces terres, elles, restent sacrées. Et ça a encore une valeur à mes yeux... Je suis donc le shinobi jusqu'à l'extérieur ou nous prenons place. Je suis réellement surpris par les paroles du Toshiro. Je l'ai volontairement provoqué tout à l'heure mais je n'avais pas imaginé qu'il se rangerait à mon point de vue. A-t'il réellement ouvert les yeux? Il faut croire que de temps à autre les efforts finissent par être récompensés...
"Ton enseignement m'a été utile, c'est vrai. Mais c'est surtout ce que j'en ai fais qui m'a permis de survivre sans vouloir te vexer!" croyez-le ou non, cette fois-ci c'est vrai. "Quant au respect qu'on doit témoigner en ces lieux..."
Je laisse ma phrase en suspens et le laisse l'interpréter à sa convenance. Je ne sais pas moi-même pourquoi je suis ici. Pas pour prier, c'est une évidence. Pourtant mes pas m'ont tout de même menés au Temple. Plus que de l'espoir, c'est avant tout des solutions que je recherche. Et peut-être que quelque part au fond de moi je crois qu'elles se trouvent ici. Où d'autre, sinon? Mon estomac commence à nouveau à me brûler et j'y porte une main par réflexe. Le mouvement n'a pas pu échapper à mon interlocuteur.
"Je n'arrive pas à me rappeler quand j'ai mangé pour la dernière fois. Je t'offre un morceau?" Voyez ça comme un investissement. "Il y a une auberge un peu plus loin. J'avais l'habitude d'y séjourner lors de mes pèlerinages au Temple. Vu l'affluence de ces derniers jours elle doit être complète mais nous arriverons à trouver une table de libre, fais-moi confiance."
Et pour cause... Dès que nous arrivons sur place une légère tempête de sable surgit du désert et chasse rapidement les occupants de la terrasse ainsi que leurs différents plats. Certains s'en amusent et d'autres râlent dans le vide. Mais tous ne tardent pas à quitter les lieux et à se réfugier à l'intérieur. Nous n'avons plus que l'embarras du choix et je suppose qu'il est inutile de stipuler que le sable ne tarde pas à se dissiper aussi vite qu'il est apparu. Quelques minutes plus tard tout est rentré dans l'ordre et nous avons pu passer commande. Maintenant il convient d'avoir une discussion susceptible de nous ouvrir l'appétit dignement...
"J'avoue que je suis curieux au sujet de ce que tu m'as dis sur Kioshi... C'est la destruction partielle de Suna qui t'a ouvert les yeux? Ou tu as d'autres raisons de lui en vouloir?" je t'en prie Ogami, tu as tout mon intérêt. "Quoi qu'il en soit le pays ne sort pas totalement perdant de cette catastrophe. Je suppose que tu as appris pour Tsukiko?"
Le service brise quelque peu la fluidité de la conversation tandis qu'une jeune femme dépose des amuse-gueules entre nous. J'en déguste un puis reporte mon attention sur le shinobi. Je me demande: est-ce la providence ou l'ennemi qui l'a mis sur mon chemin aujourd'hui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1348
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Il était une Foi [OgadelaPlayaGrande] Mar 22 Mar 2016 - 21:32


Si mon enseignement lui avait été utile, c'était une bonne chose. Par contre il ne semblait pas vraiment respecter ce lieu sacré et pourtant il était venu jusqu'ici, c'était très étrange. Enfin plus rien ne m'étonnait venant de l'être humain, par contre ce qui m'étonnait c'était bien d'avoir essuyé du sang. Pour en revenir à ce fluide vital, il l'avait craché sur moi non sans raison. Il ne s'était pas sorti indemne des affrontements ou était-il malade ? Une question que je me posais, j'étais même intrigué mais la discussion se poursuivait. Sans même m'y attendre, mon interlocuteur me proposa de rejoindre l'auberge la plus proche. Lors de ses pèlerinages, il y séjournait souvent d'après ses dires, j'étais encore plus perturbé d'entendre cela, qu'est-ce qui avait pu bien changer entre temps ? Ne croyait-il plus en nos dieux ?

Je n'en serai pas choqué si c'était vraiment le cas, il ne devait pas être le seul à renier les divinités en ces temps difficiles. Certains s'y accrochaient tandis que d'autres s'en détachaient, c'était presque compréhensible. Pour ma part, mon entourage s'en était sorti, je m'estimais heureux. Ce n'était pas le cas de tout le monde, certaines familles étaient brisées, détruites et il était normal de voir les plus fervents croyants se détourner de la religion qui les avait tant bercée. J'appréciais la proposition et c'était sûrement l'occasion de faire plus ample connaissance avec ce genin que j'avais essayé d'entraîner du mieux possible. D'après lui, il allait réussir à nous trouver une table malgré l'affluence, je le regardais en esquissant un sourire. Il devait sûrement avoir une connaissance à l'auberge-..

«  Allons-y. »

Dis-je simplement avoir de voir une tempête de sable se lever, petite mais bel et bien présente. La terrasse fut vidée très rapidement, Kira avait sûrement pressenti la tempête de sable ; Après tout il se trouvait être un des descendants des Kawaguchi, il avait la possibilité de manier le sable à sa guise et ça ne me choquait guère de voir ça. Il avait sûrement anticipé ce changement, ce clan m’impressionnait. Leurs capacités étaient intéressantes mais au-delà de ça, c'était surtout le fait de manier le sable que je trouvais impressionnant. Quelques minutes plus tard, le désert se calma et nous laissa la liberté de prendre place sur la terrasse. Je m'assis face à lui pour ensuite commander le plat du jour, je n'avais aucune préférence. Concernant la boisson, rien ne pouvait être plus que revigorant que l'eau dans le désert.

Il revint alors sur un sujet sensible, le Kazekage actuel. J'avais en parti ouvert les yeux et ce n'était pas d'aujourd'hui, si je le considérais comme un bon homme dirigeant moyennement Suna, je ne le considérais aujourd'hui plus de la sorte. L'acte qui m'avait réellement ouvert les yeux était une attaque qu'il avait osé diriger vers Yami, ma sœur. Quand je l'avais appris, je n'en étais pas revenu, j'étais même choqué et à la fois énervé. Je m'étais reclu dans mon appartement le temps de me calmer, mon Akuma profitait de chaque instant de faiblesse pour se manifester et cette soirée m'avait fait presque perdre espoir quant à ma retenue.

J'avais aussi eu connaissance de la récente nomination de Kawaguchi Tsukiko, une partenaire qui avait bien plus évoluée que ça. J'avais été à ses côtés, il me semblait bien mais aujourd'hui ce n'était plus le cas. Je la respectais et la vouvoyais, comme je pouvais le faire avec celui qui était sensé être le pilier du village, le dirigeant des Nomades. Si je la respectais, elle était quand même en tort sur un point et j'en étais sûr : L'accusation qu'elle avait portée sur Yami. Cette histoire aussi m'avait contrarié, j'avais eu envie de m'imposer dans le quartier Kawaguchi afin de faire entendre mes pensées, encore une fois c'était l'Akuma.

Il me dérangeait encore et encore, habituellement je n'avais pas de problème mais dés que ça touchait à mes proches, j'avais du mal à garder mon calme.

«  Il faut être honnête, il n'est pas le seul responsable de la destruction de Suna. C'est aussi la faute de ceux qui protégeaient le village, ceux qui avaient mis tout en œuvre pour augmenter la sécurité. J'en fais parti, j'ai très récemment pris un rôle important au Kakumeigun et je n'ai pas assurer sur tous les fronts. Le plus étrange est que je ne m'en veux pas à mourir, je suis juste frustré. Mais tu as raison, il n'est pas le plus compétent Kage que nous avons pu avoir.  »

Au fond de moi, je savais que ce n'était pas réellement ma faute mais j'étais sûrement lié de près ou de loin à une des causes de la destruction partielle de Suna, comme il le disait si bien.

«  J'ai aussi appris la récente nomination de ta dirigeante ou plutôt « notre » dirigeante dorénavant. Sur le plan politique, je pense qu'elle parviendra à aider Kaze no Kuni. J'ai tout de même à reprocher une chose, le fait d'avoir accusé Ketsueki Yami ouvertement. Elle s'est fourvoyée et la justice le prouvera. »

Je marquai une pause de quelques secondes pour porter mon verre à ma bouche et boire quelques gorgées d'eau.

« Et toi, qu'est-ce que tu penses de tout ça ? Je te parle honnêtement, à toi maintenant. »

Après tout, j'avais l'impression d'avoir un autre homme face à moi. Il ne retenait ni ses mots, ni ses pensées, c'était une bonne chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Il était une Foi [OgadelaPlayaGrande] Mer 23 Mar 2016 - 16:59


J'aurais voulu percevoir davantage de ressentiment dans le ton employé par Ogami. Mes ses propos restent mesurés et il est plutôt enclin à décharger Kioshi d'une partie de ses erreurs. A-t-il tort? Après tout imputer toute la responsabilité des derniers événements au Kazekage relève de la facilité. Mais l'homme est une cible qui me convient parfaitement. Il personnifie la faiblesse et ma rancœur. On ne peut pas punir tout un village - Même le Tanuki n'y est pas parvenu - alors il faut se rabattre sur un bouc émissaire. Et il se trouve par ailleurs que le bouc en question n'est de loin pas exempts de fautes...

Son avis est toutefois bien plus mesuré lorsque la discussion s'oriente vers Tsukiko. L'erreur de pronoms qu'il a faite - volontairement ou non - semble aller dans ce sens. Mais ça ne m'étonne pas dans le fond. La nomination de ma cousine m'a moi-même surpris. Alors comment imaginer ne serait-ce qu'une seconde que le petit peuple puisse comprendre? La blonde devra faire ses preuves. Et si je suis certain qu'elle les fera il reste en revanche toute une partie de la population qui ne demande qu'à être convaincue. Toutefois ce n'est pas vraiment le jeune âge de Tsukiko ou son expérience qui sont mis en cause. Plutôt le tract qui a créé la polémique dans le village quelques jours avant l'attaque de Shukaku. Je pensais qu'au vu des événements il serait tombé dans l'oubli. Force est de constater que ce n'est pas le cas pour tout le monde...
"Je vois..."
J'essuie mes lèvres avec ma serviette puis les trempe à nouveau dans l'eau et reporte mon attention sur le shinobi. Je reste silencieux en le jaugeant du regard. Je ne sais pas si je peux me satisfaire de ce qu'il vient de me dire ou si au contraire je dois me révolter. Je n'ai guère l'habitude de me mettre à la place des autres, vous vous en doutez. Mais c'est pourtant ce que j'essaie de faire en cet instant. Je finis par hocher la tête en signe d'approbation.
"Tu es très attaché à cette Yami n'est-ce pas?" dis-je en jaugeant sa réaction. "Malheureusement - et c'est bien connu - les sentiments ont tendance à flouter la vision qu'on peut avoir d'autrui. Je comprends que tu sois attaché à elle. Mais ça t'empêche de voir la vérité en face. Cette Ketsueki est coupable, c'est évident. Reste à savoir s'il s'agit de trahison ou d'incompétence. Dans les deux cas elle a prouvé qu'elle était non seulement indigne de la confiance que le Kazekage lui accordait mais qu'elle ne méritait pas non plus... l'honneur qu'il lui a été fait en devenant la responsable du Kakumeigun!"
À vrai dire ça ne m'étonnerait pas que Kioshi soit toujours éperdument convaincu qu'elle est la bonne personne pour occuper ce poste. Il commets erreurs sur erreurs et ne semble pas se remettre en question. Pourquoi changerait-il aujourd'hui? Si j'avais encore de l'espoir je porterais sûrement encore le bandeau de Suna. Et l'espoir de faire changer les choses de l'intérieur.
"J'ai entendu dire qu'on n'avait pas de nouvelles d'Oniri. Trouves-tu normal qu'elle ait réussi à s'échapper alors même qu'elle était accusée publiquement d'avoir tué Zanshi? Je ne sais pas si Yami a été chargée de l'enquête mais elle savait ce qu'on reprochait à son ancienne partenaire. En tant que cheffe du Kakumeigun elle aurait du prendre les dispositions nécessaires pour s'assurer qu'elle ne puisse pas fuir. Que ce soit sur ordre ou simplement par conscience professionnelle. Résultat?" je hausse les épaules. "Pouf, envolée la Saibogu! Tu reproches à Tsukiko d'avoir porté des accusations envers Yami et je peux le comprendre. Qu'elles soient fondées ou non, j'aurais aussi mal pris qu'on s'en prenne à ma cousine de cette façon. Mais est-ce que ça doit t'empêcher de te poser les bonnes questions? Ou du moins de juger la situation dans sa globalité?"
Je m'allume une nouvelle cigarette en changeant de position. Ces coussins sont confortables mais j'ai des fourmis dans les jambes. Nos accusations envers Suna ne sont pas responsables de sa destruction partielle ou des graves manquements au devoir qui ont été régulièrement observés. Elles ont juste mis en valeur un système voué à sa casser la gueule un jour ou l'autre. Les signes étaient clairs. Je regrette simplement que plus de gens n'aient pas réussi à les voir avant qu'il ne soit trop tard...
"Aujourd'hui nous avons Suna en ruine, une traîtresse qui a vraisemblablement pu s'enfuir d'un village militaire et un Kazekage qui s'excuse auprès de son peuple. Oui, j'ai entendu parler de son pathétique discours..." un sourire amusé se dessine sur mes lèvres. "Je pourrais encore ajouter bien d'autres choses. L'image que les autres pays ramèneront de notre nation chez eux, l'échec retentissant de l'examen ou encore la mort de notre Daimyo par exemple. Mais ai-je vraiment besoin d'étoffer cette liste?"
Je crois que non! Les faits parlent d'eux-mêmes. De bons exemples valent bien mieux que les plus longs discours. Ogami a entrouvert les yeux. Et je me plais à croire que je peux l'aider à les ouvrir complètement. Le pays aura besoin de gens comme lui. Et malgré nos différences d'opinions j'ai pu voir Ogami à l'oeuvre. Il est compétent et courageux. Kaze ne peut pas se priver de forces vives en des temps si troublés. Là encore à qui la faute?
"J'ai deux questions pour toi. J'aimerais que tu y répondes aussi honnêtement que tu l'as fait jusqu'à présent." je marque une pause. "Peux-tu me citer un seul point positif qui résulte du règne de Kioshi? Et que comptes-tu faire maintenant que tu t'es rendu compte que ton Kage n'est pas digne de son titre?"
Retourner à Suna? Ou s'en affranchir pour faire ce qui doit être vraiment fait pour que ce pays retrouve sa gloire d'antan?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1348
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Il était une Foi [OgadelaPlayaGrande] Jeu 24 Mar 2016 - 20:01


J'étais en effet attachée à elle et je ne le cachais pas, je n'avais pas à le faire et ce, devant quiconque. Cela dit, ma vision n'était pas floutée et j'étais convaincu de son innocence. Bien sûr, je croyais en elle alors j'avais légèrement plus confiance mais il était impossible qu'elle soit coupable. Elle avait tant travaillée pour redorer le blason de sa famille qu'il m'apparaissait invraisemblable d'avoir agi de la sorte. Pour mon interlocuteur, c'était soit une question de trahison, soit une question d'incompétence. Mon regard se faisait plus sérieux, je lâchai ma fourchette pour joindre mes mains et poser mon menton dessus. Mes yeux azurs étaient plantés dans ceux du Kawaguchi, comment osait-il ? Il s'était attaqué à un point sensible et quelques mois auparavant, je l'aurais sûrement explosé dans le sable qu'il chérit tant.

Il y avait un fond de vérité dans ce qu'il disait mais il manquait tout de même d'informations, je le sentais. Ses préjugés devaient largement orienter son discours, je découvrais alors le vrai Kira. Oniri était en effet manquante à l'appel et rien n'indiquait son décès lors de l'attaque. Le jugement ne pouvant être plus tôt, elle avait sûrement profité de l'occasion pour trouver un moyen de s'enfuir. J'étais aussi en charge de m'occuper d'elle mais ce fut impossible avec l'offensive ennemi. Pouvait-on encore m'imputer cet échec ? Je ne le pensais pas mais il était certain que j'allai en entendre parler par la suite. D'après mon interlocuteur, je ne me posais pas les bonnes questions du à mon lien avec la Ketsueki. Il n'avait pas totalement tort mais j'étais lucide, je clamais même son innocence.

Toujours le regard sérieux et d'une voix presque froide, je pris la parole.

«  Tu te fourvoies j'ai l'impression, Yami n'était plus dirigeante dés lors que les tracts ont apparus. Elle ne pouvait prendre aucune disposition, j'étais le remplaçant et j'étais chargé de m'occuper d'Oniri. Peut-être est-ce mon incompétence ? Je ne sais pas à vrai dire. Dans tous les cas, je ne pouvais pas être sur tous les fronts. »

Je marquai une pause de quelques secondes, j'avais sauvé un hôpital au détriment de la surveillance de la Saibogu. Pour moi c'était un bon compris et ce, même si elle était la meurtrière de la Godaime Kazekage. Notre défunte Habashi prônait la paix et je pense qu'elle aurait été d'accord avec mon choix, qui pouvait être contre ? Sa vie n'était pas plus importante qu'une autre, alors à défaut j'avais choisi d'en sauver des dizaines. Il fallait donc prendre des dispositions concernant le cas de la Saibogu, savoir comment on allait procéder pour débuter la traque. Yami devait déjà être sur cette opération malgré les récents événements. Pour ma part, je n'avais qu'à attendre et me concentrer sur Suna. Des failles de sécurité étaient encore présentes et on devait reconstruire, secourir les Sunajins ayant survécu. Dans un premier temps, les villageois se trouvaient être ma priorité et dans un second, je tuerai quinconce ayant un lien avec cette attaque.

Kira revint sur le discours du Kazekage qui avait été pathétique, il s'était excusé et ça semblait choquer mon interlocuteur. Pour moi, je trouvais ça normal et même bienvenue. Si un dirigeant devait faire attention à ses paroles, il devait aussi faire attention à ses actes ; Aujourd'hui il n'avait qu'assumé ses erreurs. L'homme derrière cette coiffe était loin d'être mauvais, il était même quelqu'un de bien mais sûrement pas fait pour diriger Suna. À mon humble avis, le Kazekage actuel ne se trouvait pas être la meilleure personne pour nous guider.

«  Son discours était en effet pathétique, les nations connaissent dorénavant nos faiblesses et je ne sais ce qu'elles mijotent à l'heure actuelle. Aujourd'hui nous sommes faibles mais demain on sera plus fort-.. Je l’espère. »

J'avais l'impression de dire ces mots pour me rassurer, j'y croyais mais ça me semblait bien utopique. Pour changer Suna, il fallait changer de ligne directrice et rattraper les erreurs des précédents dirigeants. Pour l'heure, je n'avais aucune solution à soumettre. Je ne faisais qu'accomplir mon devoir en dirigeant le Kakumeigun, c'était la chose chose étant à ma portée. Le Kawaguchi posa à nouveau des questions et il voulait que j'y réponde honnêtement, je comptais de toute façon le faire.

«  Un point positif.. Dans tous les cas, aujourd'hui je ne peux qu'aider Suna en tant qu'intendant au Kakumeigun. Je fais au mieux. Son incompétence ne changera pas ma façon de penser, je ferai toujours ce qui est bien pour mon village. »

Je marquai une pause de quelques secondes, la discussion était quelque peu dangereuse.

« Aujourd'hui, j'accomplis seulement mon devoir. Demain, si Suna ne peut se relever alors je ferai le nécessaire pour l'épauler et peu importe la façon dont je dois m'y prendre. Un homme n'est pas plus important qu'une institution entière. »

Et c'était le cas, la vie d'un seul homme n'était rien comparé à ce que pouvait représenter notre village. Même si je n'en évoquais qu'un seul, je ne pensais pas valoir plus que lui comparé à Suna, c'était un fait. Ce qui me paraissait étrange était l'attitude de mon interlocuteur, il s'exprimait comme si ça faisait des mois qu'il observait ce système défaillant et qu'avait-il fait ? Avait-il seulement essayé quelque chose ?

«  Tu sembles être au courant de son incompétence depuis un petit moment mais dis moi.. Qu'as-tu fait pour changer ça ? Peut-être l'es-tu tout autant ?  Tu as évoqué Yami mais niveau compétences, tu es loin de l'égaler. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Il était une Foi [OgadelaPlayaGrande] Mar 29 Mar 2016 - 13:10


Yami n'était pas aux commandes? Ogami ne pouvait pas être partout. Il a raison. Les responsabilités imposées au responsable du Kakumeigun sont légions. Et c'est précisément pour cette raison qu'on met à sa disposition une équipe composée des meilleurs shinobis du village. Les moyens sont là. Le problème, dans le fond, est ce qu'on en fait. Les priorités sont celles qu'on veut bien se donner. Et les événements, l'excuse dont on a parfois besoin pour justifier ses erreurs. Je fais signe à la serveuse de nous rejoindre et commande un nouveau verre d'eau en glissant quelques pièces sur la table pour accélérer le service. Je n'ai pas le moindre problème avec l'idée de dépenser l'argent de Tsukiko...
"Peu importe le dirigeant, peu importent les circonstances... Suna est - ou était - un village militaire. Et le Kakumeigun est sensé regrouper l'élite de ses shinobis. L'attaque de Shukaku ou des partisans de la nation n'a pas facilité les choses, c'est certain. Et j'imagine sans peine que la majorité des effectifs étaient engagés sur le front..." je hausse un sourcil. "Mais si une base militaire n'arrive même pas à garder sous contrôle une cible identifiée, encadrée et dont les capacités sont connues... Peut-elle encore répondre à ce nom? Et mérite-t-elle les ressources qu'on y alloue?"
J'ai bien entendu une petite idée sur la question. Et Ogami n'est sûrement pas dupe. Mais la dialectique est, je crois, un choix tout à fait avisé. Le shinobi du Kakumeigun s'est déjà rendu compte par lui-même des dysfonctionnements du village. Il ne reste qu'à s'assurer qu'il poursuivre sur cette voix. Il pourrait très bien changer d'avis après tout. Son affection pour la Ketsueki est un danger. Et comme tout danger, il s'agit de l'anticiper...
"Si Suna est le bouclier de Kaze alors force est de constater qu'il est de bien piètre qualité. Et que Yamada Kioshi l'a affaibli bien avant l'attaque sur le village. Avec une efficacité qui ferait pâlir le plus puissant des ennemis du Vent par ailleurs..." c'est pourtant un sourire qui s'affiche sur mes lèvres. "Mais pour être honnête je ne suis pas vraiment étonné que cette traîtresse d'Oniri ait pu prendre la fuite. Ce n'était qu'une question de temps avant que l'incompétence du Clochard déteigne sur ses subordonnés. Ce type présente décidément de fortes similitudes avec la gangrène..."
Et pour préserver un corps - ou en l'occurrence une nation - de la gangrène, la solution est plutôt simple dans le fond: l'amputation. Le tout est de ne pas attendre trop longtemps avant de faire ce qui doit être fait. Et si je me fie à mon instinct ou tout simplement à ce que mes yeux ont pu voir, je dirais que Kaze n'a guère le luxe d'attendre. Le temps joue contre le pays...
"D'un autre côté ce n'est pas plus mal que tu sois le nouveau responsable du Kakumeigun. Même si c'est par intérim." je soupire. "Au moins je suis certain que ce n'est pas parce que tu as écarté les cuisses que tu occupes cette fonction. Et dans tous les cas tu ne peux pas faire pire que la Ketsueki..."
L'avantage quand on a touché le fond c'est qu'on ne peut rien faire d'autre que remonter. Oniri s'est enfuie comme la lâche qu'elle est, ne faisant que confirmer l'impression que j'ai eu sur elle dès notre première rencontre. Yami est déchue et en attente de son procès. Quant à Kioshi, ce n'est qu'une question de temps avant qu'il soit relevé de ses fonctions. Ou tué. L'un dans l'autre, la purification du village semble bien engagée.

Le sujet s'oriente vers ma personne. Ce que j'ai fais, mes compétences... J'hésite. Dois-je me montrer parfaitement honnête? J'en ai envie. Maintenant que je n'ai plus de liens avec le village je ne vois pas pourquoi je devrais continuer à garder ce masque pesant. Je saisis une brochette d'iguane et mords goulûment dedans histoire de me donner quelques secondes de réflexion supplémentaires. Après tout elle m'a laissé libre de faire ce que je souhaitais des informations qu'elle m'a confiées.
"Changer les choses? Un simple genin? Allons... toi et moi savons très bien que la volonté ne fait pas tout. Pourtant ce n'est pas faute d'avoir essayé, tu peux me croire! Pour commencer j'ai eu une discussion avec Kioshi lui-même lors d'un entraînement. Je lui ai fait part de mes craintes et il a tenté d'éclaircir ce qu'il devait prendre pour de l'incompréhension. Autrement dit, j'ai parlé dans le vide. Puis je lui ai écrit une missive pour l'avertir qu'Oniri avait tué Zanshi. Là encore, les résultats parlent d'eux-même..." j'écarte un pan de ma tenue et dévoile une partie du sceau sur mon ventre. "Et il y a... ça! Si Suna est encore debout aujourd'hui c'est parce que j'ai offert mon corps pour la préserver. Et qu'un Daimyo a sacrifié sa vie pour palier aux erreurs de cet abruti de Yamada!"
Mon ego m'a finalement poussé à révéler ce que Tsukiko aurait préféré garder caché. Mais pourquoi garder sous silence ce qui devrait être connu de tous? Quitte à modifier un peu l'histoire, pourquoi ne serais-je pas l'un des deux héros ayant protégé le village du Tanuki? Je cache à nouveau mon ventre et jette un regard alentours. Puis je lâche un soupire d'exaspération quand je reporte mon attention sur Ogami.
"Tu vois? J'ai donné bien plus qu'à mon tour pour le bien de Kaze, de Suna ou de son peuple. Bien plus que Kioshi et toute sa clique réunis..."
Mon sourire est caché par le verre d'eau que je porte à nouveau à mes lettres. J'ai conscience que j'ai sûrement soulevé plus de questions que de réponses. Mais se faire passer pour un sauveur n'est pas la plus désagréable des sensations...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1348
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Il était une Foi [OgadelaPlayaGrande] Sam 9 Avr 2016 - 22:28


Il n'avait pas tort, je ne pouvais le nier. Suna n'était plus vraiment Suna après la mort de la Godaime Kazekage. Le Kazekage actuel ne se trouvait pas être à un seul pour cent de son talent, son mandat était lamentable et pourtant je me devais toujours de le protéger. Je m'étais promis, j'avais promis à mon village une loyauté sans faille et pourtant aujourd'hui je me perdais.. Plus le temps passait et plus je comprenais qu'il n'était pas fait pour être Kazekage. L'homme était bon, gentil et c'était justement ce qui fautait. Trop gentil, trop sensible ? Ses affaires personnelles passaient avant celles du village, la preuve avec Seki Azar. Je l'avais même accompagné pour sa « vengeance ». La base militaire n'était plus qu'un centre de vacances délabrés, l'ennemi avait pénétré notre enceinte comme si rien n'était, c'était tout simplement déplorable. Le Kakumeigun n'était pas totalement en faute non plus, c'était seulement du à une mauvaise gestion de toute l'organisation. Si celui qui était sensé soutenir Suna sur ses épaules faiblissait.. alors que faire du reste ? Je comprenais tout à fait où il voulait en venir.

Kaze no Kuni nous octroyait des subventions et des moyens afin de veiller sur le pays. Ils n'étaient tout de même pas le centre de l'économie ; Suna savait aussi se financer à l'aide des missions réalisées. C'était même une de nos sources de revenues la plus élevée. Cela dit, il fallait être honnête, sans eux nous ne pouvions arriver à quoi que ce soit. Et puis notre devoir était-il seulement de protéger Suna ? Bien sûr que non, nous sommes un village appartenant à une patrie. Un village ayant promis de protéger son pays au prix de sa vie, je l'avais fait comme tous les autres Shinobis présent dans l'enceinte.

«  Tu as entièrement raison, actuellement on ne peut même pas se qualifier de bouclier. Nous avons promis de défendre Kaze no Kuni et nous peinons à défendre notre propre village alors.. imagine un pays. »

Je laissai en suspend les remarques sur la gangrène, il aimait en rajouter. Je commençai à voir Kira sous son vrai jour, je voyais le vrai Kira et non celui que j'avais entraîné ou celui qui avait été mon coéquipier durant une mission. Ironique, insultant, honnête, voici ce qui le définissait actuellement selon moi. Il nommait « Clochard » notre dirigeant actuel, j'osai imaginer que c'était dû aux habitations Yamada. Il était vrai que les tentes ne se trouvaient pas être de très bonnes demeures, Nomade ou pas, l'hygiène et le confort ne pouvaient être similaire à une habitation actuelle. C'était cela dit une de leurs caractéristiques, je n'avais rien à redire sur cela ; Si c'était une tradition qu'il souhaitait respecter, ils n'avaient qu'à le faire. Je respectais ce clan si j'ôtai l'incompétent tout comme je pouvais respecter celui des Kawaguchi. Ils avaient été pendant longtemps les piliers de notre village.

Vint alors le sujet de mon intendance au Kakumeigun, j'entendis comme un compliment. Il disait que mon nouveau rôle était une bonne chose mais comme je commençai à cerner le personnage, j'attendais le contre-coup. Si je comprenais ses mots, il disait que ma sœur n'était autre qu'une traînée ? Le regard sérieux, je posai ma tête sur une de mes mains. Je me demandais comment je devais réagir à cette remarque. Ma première idée, lui ôter un bras pour lui faire comprendre la leçon, idée qui n'était pas en accord avec mes principes et mon devoir. La deuxième était de garder ça pour plus tard, à un moment ou à un autre, je lui rendrai cette attaque.

En effet, en tant que genin il ne pouvait réellement agir sur la hiérarchie, il n'avait pas tort. En plus de cela, vu son niveau il ne pouvait même pas parvenir à faire couler une seule goutte de sang à notre Kazekage, c'était certain. Il me disait avoir écrit une missive pour dénoncer la détentrice de Heyle, Oniri. J'écarquillai les yeux, était-ce vrai ? Je me posais de plus en plus de question concernant la légitimité du Rokudaime. Si j'avais du répondant et des questions à lui poser, je fus coupé par son action. Il me dévoilait son ventre et je vis un sceau de grande taille sur celui-ci. J'écarquillai les yeux, il disait avoir donné son corps ? Je m'étais même levé de mon siège pour voir de plus près la bête.

Après quelques secondes, je me repris avant de m’asseoir à nouveau sur ma chaise.

«  Je vais être clair et honnête avec toi. J'ai promis de protéger ce village, aujourd'hui il défend des valeurs démocratiques imposées par notre précédente Kazekage. Le peuple a nommé Yamada Kioshi, ce fut une des plus grandes erreurs mais on se doit de respecter les villageois. Jusqu'à qu'ils se rendent tous compte de son incompétence et ensuite, il sera destitué. D'une façon ou d'une autre, il sera écarté du pouvoir et si je dois avoir un rôle à jouer dans cela, je le ferai avec plaisir. »

Je marquai une pause de quelques secondes avant de reprendre la parole.

«  Ne mélange pas le Kazekage et son entourage, surtout pas devant moi. Tu ne sais rien de Yami par exemple alors veille à rester à ta place-... Mais pour en revenir à quelque chose de plus important, qu'est-ce que ce sceau ? Tu as donné ton corps pour protéger Suna mais comment ? Le Daimyo a quelque chose à voir avec ça ? Je me pose plein de questions, je n'ai jamais vu ça auparavent. »

J'avais été honnête avec lui, j'attendais que ça soit réciproque bien qu'il m'avait déjà dévoilé ses pensées et idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Il était une Foi [OgadelaPlayaGrande]

Revenir en haut Aller en bas
 

Il était une Foi [OgadelaPlayaGrande]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni :: Temple d'Ichibi-