N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Intrigue clanique II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Informations

Message(#) Sujet: Intrigue clanique II Ven 18 Mar 2016 - 21:49

En cette quatorzième année le renouveau printanier, symbole traditionnel de la revitalisation du monde animal et végétal, ne s’appliquait malheureusement pas à la situation actuelle du Monde Shinobi. Car si dans un premier temps l'Examen Chûnin International avait été une franche réussite, dans un second il ne fut que le théâtre d'un énième bain de sang sans nom. L'heure fatidique du soulèvement de la Nation contre l'Ordre shinobi était arrivée. Un évènement qui ne manqua pas de remettre au goût du jour les funestes paroles de Tenbatsu Kurasa, le fanatique qu’il tortura sur ordre directe du Godaime Raikage. .

Un shinobi de l’ombre qui lui avait prophétisé le retour imminent des flammes de la destruction. Ainsi si à l’époque il avait pris ces menaces morbides comme les prémices d’une attaque dont la cible serait le Pays de la Foudre, il prenait désormais conscience de l’extrême gravité de la situation. En effet les rapports et les rumeurs décrivaient des ennemis aux pouvoirs surhumains, à tel point qu’il serait même question d’un adversaire capable de revenir d’entre les morts.

Et malgré tout le fardeau que représentaient déjà ces calamités, les Dieux avaient jugé bon de pimenter davantage le quotidien de l’actuel leader des Kadoria. Non pas en mettant en péril sa santé mais bien la récente quiétude des siens. En effet d’après la version officielle, le Raikage sixième du nom aurait été fauché par la mort en plein cœur de la tumulte qui agita Sunagakure. La suite étant la nomination de son Bras-droit au poste de Régent par Yoshihiro Tetsugaku en personne.

Faisant ainsi de cette annonce une décision indiscutable, le respecté Seigneur de la Foudre se moquait sans doute de savoir qu’il courrait le risque d’alimenter d’anciennes tensions internes. Car oui le spectre de l’affaire Kadoria Chumwoo hantait toujours le paysage politique du village. Et il en serait toujours ainsi tant que le conflit silencieux opposant les Bakusho à son clan perdurait.

Se fut donc avec une voix ferme que Kadoria Koüga condamna tous ceux qui avaient dans l’idée de faire faire perdurer l’héritage de cet homme. Car tout comme dans l’affaire Kadoria Sho, l’intérêt de tous résidait clairement dans la conciliation et non dans l’opposition. Si les siens se sentaient écraser au fur et à mesure des époques par leur ennemi viscéral, il existait bien d’autres moyens que la violence armée pour se faire entendre.

Tout du moins c’est ce qu’il pensait encore aujourd’hui, lui dont les jeunes âgées furent marquées par son engouement pour le mouvement révolutionnaire, il avait depuis lors bien grandit. Désormais il espérait avoir le pouvoir d’assurer en symbiose le bien des siens et par extension celui de leur foyer. Et il c’est bien dans cet état d’esprit qu’il prit contact avec le Doyen des Kadoria afin qu'il préside un Grand Conseil exceptionnel.

Un évènement d'importance qui eut lieu au sein de la demeure familiale de Koüga, le lieu-même où il fut proclamé chef clanique l'été dernier. A l'époque Kumo déplorait également la perte d'un Raikage tandis qu'un autre venait le remplacer. Néanmoins ce dernier bien que relativement éloigné des manipulateurs de la gravité n'en restait pas moins le frère cadet d'Urio le Fondateur. Contrairement à cet Aomine qui allait bien évidemment être le principal sujet de conversation du jour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Informations

Message(#) Sujet: Re: Intrigue clanique II Ven 18 Mar 2016 - 23:11


« Je déclare solennellement l’ouverture de ce Grand Conseil que je me chargerai de présider ! »

L’homme qui venait de prendre la parole d’une voix forte, malgré ses traits ridés et fatigués, n’était autre que le vénérable Kadoria Serizawa. A la fois le doyen et le principal pilier de ce Conseil, il était avant tout l’homme de tous les âges.

« Il y a peu nous avons tous été meurtri par l’annonce du décès de notre ancien Raikage, ainsi que celui de nombreux compatriotes, tous tombés au champ d’honneur. »

Plus précisément dans des circonstances extrêmement inquiétantes, mais l’idée n’étant pas de relancer aujourd’hui un débat sur les circonstances de la destruction de Suna, le vieil homme se contenta de relever l’aspect dramatique de la situation avant d’enchainer sur un sujet encore plus houleux pour certains.

« Et bien qu’il n’ait pas encore prononcé de discours officiel, notre noble Daimyo a d’ores et déjà confié les rênes du village à un certain Bakusho Aomine. »

Un nom qui résonna dans les oreilles de chacun avant qu’une nuée de chuchotements ne viennent parasiter la fluidité du discours. Une scène finement observée par l’instigateur de la réunion avant que le doyen ne rétablisse le règne de sa voix.

« Si d’ordinaire ! Il est de rigueur de procéder dans un premier temps à la lecture du cahier des charges, cette fois-ci le noble Koüga-sama va immédiatement s’exprimer devant cette vénérable assemblée. »

Un léger regard entre les deux hommes, et il n’en fallut pas plus au chef clanique pour prendre la parole dans une pièce à la fois illuminé par le feu de bois et la lumière des astres qui traversait la grande baie vitrée.

« Serizawa-Chama, honorables conseillers. »

Une rapide introduction accompagné d’un hochement de tête respectueux pour ne pas dire solennel, et le voilà lancé.

« Si mon avis sur la question est certainement déjà connu par la plupart d'entre vous, je tiens à rappeler qu’aucune opposition directe à la décision du Daimyo ne sera tolérée. »

Ses yeux croisant alors brièvement ceux de tous les hommes d’âges mûrs qui formaient cette petite caste dirigeante, tous avaient clairement compris qu’il ne s’agissait pas là de paroles en l’air.

«Il n'y a aucune raison que les esprits s’échauffent, et pour que cela continue dans ce sens, j'ai fait en sorte d'obtenir une entrevue avec le Régent cette nuit.»

En prononçant ces mots pas si anodins que cela, l’air de rien l’ancien Satoru espérait que communiquer avec lui serait plus simple qu’avec son défunt prédécesseur. Et alors qu’il était brièvement fixé sur cette idée, le fil de sa pensée fut perturbé par une voix qui lui était toujours aussi désagréable.



« Et bien qu’il en soit ainsi… »

Car cette femme qui venait d'intervenir discrètement n'était nul autre que sa cousine directe Kadoria Ayame. Une partenaire de jeu, d'entrainement, que le temps et ses aléas avaient transformé en une redoutable opposante politique au sein du Conseil. En effet si Koüga représentait la jeunesse progressiste du clan, cette femme aux traits faussement doux était la plus éminente conservatrice de leur génération.

De ce fait Koüga ne lui concéda qu'un regard la défiant de s'imposer face à lui. Une peine perdue d'avance puisqu'elle restait aussi perfide que lucide. Par conséquent elle savait pertinemment que son heure n'était pas encore arrivée. Un fait que son cousin gardait bien en tête à chaque fois que son esprit se penchait sur son cas. Tout comme il n'oubliait pas que sa fameuse audience se déroulait le soir-même, l'exhortant ainsi à mettre un terme à cette réunion dans le respect de la tradition et de ses aînés. Une tâche alors réservée au doyen auprès duquel il se pencha brièvement afin de l'en informer verbalement.


"La séance est levée ! Tous les conseillers sont invités à revenir après-demain pour tirer les conclusions de cette rencontre."

Ainsi le sort était jeté et tous sauraient très bientôt si les deux clans ennemis continueraient de cohabiter dans la paix.
Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue clanique II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Montagnes de Kaminari no Kuni-