AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Des courses et une Hayashi [PV Mahogani]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 234
Rang : B+

Message(#) Sujet: Des courses et une Hayashi [PV Mahogani] Sam 19 Mar 2016 - 14:54

On avait assisté il y a peu au retour de la délégation de Konoha partie à Suna pour l'examen. Parmi eux se trouvaient mon brun ténébreux de sensei, puis d'autres shinobis. Pour ce que les autres m'importaient... Je ne les connaissais pas, on avait pas bu le thé ensemble, ni manger des cacahuètes caramélisées eux et moi ! Ils n'étaient donc rien ! Si ce n'est des "collègues", ou encore des "gens" vivant dans un même village. Tout ça pour dire que les choses étaient revenues au temps présent ici à Konoha.

Mon père m'avait chargé aujourd'hui d'une mission très ennuyante. Il m'avait demandé de faire une course pour lui, je regardais donc la courte liste avec ce dont il avait besoin : sécateurs tout neufs pour remplacer les vieux qui ne coupaient plus, nouveaux tubes à essais brillants et transparents pour faire de belles expériences, 400 senbons... 4... 400 ? De quoi ??! Je m'évertuais à relire plusieurs fois et le nombre ne changeait pas, mon père avait bien besoin de quatre cent senbons. Il me faudrait donc aussi aller dans un magasin d'armement ninja pour les récupérer. Le truc était qu'en aussi grande quantité ça devait quand même peser son poids, alors je me décidais à procéder par ordre. J'achetais les sécateurs d'abord. Les tubes à essais en second : j'en avais pris trente. Puis enfin je me dirigeais d'un pas assuré, presque énervé, vers l'une des boutiques d'armement du village. Celle où mon père et moi avions l'habitude de nous équiper.
Là j'entrais assez vivement dedans, sous les yeux surpris du gérant.

- Bonjour ! déclarais-je.

Celui-ci répondit aussi simplement, par politesse. Il ne se permettait pas de jouer amis-amis avec ses clients. Et d'ailleurs, il avait la frousse à chaque fois que mon père venait le voir. Car papa était d'un naturel froid et on ressentait parfois son désintérêt pour les autres qu'il jugeait comme inférieurs à lui. Son inintérêt pour la vie aussi... Un peu de tout ça. Moi je m'en fichais, sûrement que plus tard je lui ressemblerai pour ça, mais les autres devaient avoir bien les chocottes !
Je passais donc commande, qu'il me prépare ces 400 senbons ! Ceux-ci étaient rangés dans des boîtes et par dizaines. C'était curieux l'industrie de l'armement, son packaging pour les différents produits et tout ça... Comment rendre aguicheuses à l'oeil du client des armes faites pour blesser ou tuer. Bien sûr tuer était parfois synonyme d'héroïsme et de sauver des vies, et ces valeurs étaient les plus utilisées pour gommer un peu l'image négative de ces instruments de mort.

- Et voilà, 400 senbons pour vous madame.
- Madame ?

Je devenais rouge comme une pivoine là, jamais on ne m'avait vieilli de la sorte ! Moi qui un jour aurait la jeunesse et la beauté éternelle ! Pour qui se prenait-il ce monsieur... Je pense qu'il était temps pour la famille Akizakura vivant à Konoha de changer de fournisseur d'armes.

- C'est mademoiselle d'abord. Papy...

Le papy était gratuit. Il me vieillissait, je le vieillissais. Mais comme je n'avais pas le temps de jouer, je lui donnais l'argent, puis embarquais le sac remplis de boîtes à senbons avec moi pour quitter cet endroit devenu malpropre à mes yeux. Je claquais presque la porte et quand j'avançais, un peu furieuse, pour m'aventurer dans la rue, je rentrais droit dans quelque chose, ou quelqu'un, et non sans brutalité. Je n'avais rien vu, et mes sacs de courses se retrouvaient par terre, tout comme moi. Même mes lunettes n'étaient plus sur mon nez. Je me mettais donc à quatre pattes pour tâter le sol et remettre la main dessus après quelques secondes de recherches. Je me relevais pour aviser mon persécuteur surprise et élevais la voix à son encontre.

- Vous pouviez pas faire attention où vous marchiez ?! Je dois tout ramasser maintenant...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 41
Rang : C


Message(#) Sujet: Re: Des courses et une Hayashi [PV Mahogani] Sam 19 Mar 2016 - 20:57

Ah, le doux parfum... Ai-je dit doux ? Exquis ! L'exquis parfum de la jeune Hayashi, cette même kunoichi que votre humble narrateur vous fait côtoyer quotidiennement, faisait faner les quelques fleurs présentes au village de jalousie. Le rouge et le noir, ce subtil mélange à la fois chaleureux et froid, faisait chavirer l'esprit des amateurs de mode; nous parlons d'habillement. Le symbole des Senju qu'arborait fièrement notre, votre protégée attirait le regard curieux des passants. Le pas lent et fier, Maho' venait rendre visite à la plèbe, crapuleuse plèbe. Mais ! Car oui il y a un "mais", la jeune était descendu de sa hauteur pour éviter de souffrir les vents qui la harassaient postée là-haut. Sa condition incertaine ne lui permettait pas d'afficher cet élitisme acerbe dont elle se prévalait souvent. Notons de fait une certaine simplicité dans la démarche.

Que pouvait-on faire sur les pavés -y'en avait-il vraiment?- de la Feuille ? Peu de choses, à vrai dire, une simple sortie pour tout dire. Arpenter les rues après des mois de douloureuse convalescence avait ce petit côté rafraichissant, ce côté simple qu'un rescapé de la mort savait savourer dans toute sa valeur, laissant son esprit embrasser toute la complexité, le paradoxe, même, des douceurs de la simplicité. Observer les terrasses, considérer la foule, s'asseoir et prendre du temps à ne penser à rien... Ah quelle belle journée, loin de ces sentiments obligeants, pesants, culpabilisants, peu enclins au bonheur en définitive.

C'est au détour d'une allée que l'Hayashi, emportée par une bref brise s'arrêta pour enfourner sa main dans l'une des grandes et profondes poches de son gilet noir nuancé de motifs bordeaux. De ce geste elle retira une sacoche contenant le précieux tabac, unique au monde et dont le seul clan Hayashi avait le secret. Quelques gestes machinales plus tard une allumette vint embraser le cylindre de nicotine. Peut-être se remettrait-elle à ses ouvrages, tiens. Ses recherches sur le feu clan Senju et l'héritage de la Volonté de Feu lui manquaient, son esprit était en manque. Toujours planté au beau milieu de l'intersection, elle esquissa les quelques lignes qui marqueraient le retour aux écrits. L'angle devait être différent, plus tranchant, plus violent. Violence ? C'est le bon mot pour qualifier la charge qui la soustraira bientôt à ses pensées.

Qui était l'impertinent qui osait ainsi troubler sa quiétude ? Oh, l'impertinent était en fait impertinente. Les quelques paroles qui échappèrent de sa bouche de foi mauvaise embruma le paysage mental de l'Hayashi. Sans même lui prêter oeil compréhensif, c'est sur un ton arrogant qu'elle répondit aux basses accusations de ce qui apparaissait comme une kunoichi.

-Vous ne faites pas dans la précision, vous. Lança-t-elle en désignant le nombre incalculable de senbons du doigt. L'esprit de l'Hayashi venait de pétiller. Le double sens doublement tranchant était une faculté intéressante. Elle riva son regard sur l'un des sécateurs tombés au sol et souleva un sourcil pour enchaîner sur le même ton. Vous devriez attendre un peu avant de vous mettre au sécateur, préférez plutôt l'arrosoir, on ne s'y noie que très rarement.

Sur ces quelques paroles, elle contourna poliment la maladroite et continua son chemin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 234
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Des courses et une Hayashi [PV Mahogani] Lun 21 Mar 2016 - 0:52

La personne dans laquelle j'étais rentrée non sans violence était une femme. Ou plutôt, c'était elle qui m'était rentrée dedans non ? Moi je n'étais jamais fautive. Jamais. Elle avait les cheveux rouge et des habits noirs et rouges qui la disaient appartenir au clan Hayashi. Ho ho ho ! Un clan qu'il fallait respecter si je ne m'abusais. Ces derniers possédaient l'un des ninjutsu le plus représentatif de Suna. Ils étaient des nobles au même titre que les Hyûga. Tandis que pour eux, mon clan n'était qu'un ramassis de pouilleux vivant dans la campagne. Non là je me faisais des films. Encore faudrait-il qu'ils aient connaissance du meilleur clan d'herboristes du pays du Feu.
En tombant à la renverse, il semblait que certaines boîtes de senbons s'étaient ouvertes et éparpillées sur le sol. Je les remarquais une fois ma vision nette avec mes lunettes. Fort heureusement, il n'y en avait pas de trop à ramasser. Je m'empressais de les regrouper en tas puis de les remettre dans le sac en vrac pendant que l'Hayashi réagissait. Disait-elle que je ne faisais pas dans la précision ? Que je devais attendre avant de me mettre au sécateur et préférer l'arrosoir ? Quelle garce ! Non mais. Les quatre sécateurs éparpillés, je m'empressais d'ailleurs de les récupérer pour les ranger eux aussi. Après quoi je me relevais au moment où elle me contournait pour tracer sa route.

« Ha. Ha. Ha. Quel humour. Digne des Hayashi je suppose ! Si seulement vous ne parliez pas sans savoir on vous écouterait certainement un peu plus ! »

Parce que pour dire que je devais ne pas utiliser un sécateur alors que j'en utilisais régulièrement pour couper des pousses utiles à mes poisons et mixtures... Elle ne savait vraiment pas de quel clan j'étais issue. Je ne lui en voulais pas. Mais je ne l'appréciais déjà pas. Oh que non.
L'ironie de la situation était que la direction qu'elle empruntait était la même que celle que je devais prendre pour rentrer chez moi avec mes sacs de courses. J'empoignais ces derniers pour rattraper l'inconnue à petites foulées.

« Hé ! On peut peut-être plutôt marcher et discuter plus calmement, entre kunoïchis ?... Je suis sortie un peu comme une furie de ce magasin je l'avoue. Maintenant c'est comme vous voulez ! Si c'est pour me lancer des piques à nouveau je passe mon chemin volontiers »

Sur quoi je poursuivais sans attendre en me présentant :

« Moi c'est Akizakura Misao. »

En souriant faussement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 41
Rang : C


Message(#) Sujet: Re: Des courses et une Hayashi [PV Mahogani] Mar 22 Mar 2016 - 17:02

La contre-offensive terminée, les troupes de l'Hayashi s'en allaient pacifier une autre zone. Entendons par là que la bêtise agaçait souvent Maho', et ce mal n'avait pas disparu durant sa convalescence, dur retour à la réalité. Avec le temps on apprend à ne pas ruminer les situations trop longtemps après leur conclusion, c'est une étape vers la sagesse; celle d'après voulant qu'on ne s'énerve plus. Quelque part, il y avait de quoi rire ! Le clan des arbres aimait toujours voir qu'on s'occupe de la nature sans appartenir à leur lignée, même si cela impliquait souvent que l'ouvrage ne soit pas de la meilleure qualité qui soit. Que dire ? Ils avaient le monopole du bon goût !

Le simple fait qu'on remarque son appartenance clanique au premier coup d'oeil avait de quoi gonfler d'orgueil les membres les plus élitistes de sa grande famille, au moins, leur nom ne s'était pas perdu dans le tourbillon de la médiocrité ravageant Konoha depuis quelques années. Un tourbillon qui, il faut bien le dire, s'en allait peu à peu, laissant les grandes familles Konohajins enfin retrouver la place qui leur appartenait. Aburame Miko était un exemple. Que les plus influents de ces jours soient pour la plupart issus des grands clans en était un autre. Mahogani n'était peut-être pas du genre à défendre la suprématie des familles que nous évoquons en ce moment-même, mais elle restait convaincue que la sienne avait encore quelque chose à faire avec l'héritage perdu des Senju. De ce postulat on saurait ériger une doctrine intéressante. Mais au fait ! C'est précisément ce sur quoi elle travaillait avant de sombrer dans les abysses de la maladie.

Mais oui ! La jeune allait s'y remettre ! Pardonnez votre humble narrateur... ces quelques évènements l'ont écarté de l'essentiel. Nous disions donc que... Mais attendez une seconde, ce n'est pas cette vulgaire kunoichi qui revient à la charge ? Akizakura Misao ? Un nom à coucher dehors, si vous voulez mon avis. Comme si sa compagnie importait Mahogani. Allez Mahogani, achève cette pauvre demeurée et va vers une marche meilleure !

-Mahogani du clan Hayashi. Répondit-elle avec calm.... Oh ! Non ce n'est pas comme ça qu'on est censé procéder ! Votre nom ne m'évoque rien, vous êtes originaire de Hi ?

Question qui paraissait aux premiers abords hautaine mais qui traduisait une volonté, une approche pacifique. S'intéresser à la personne de cette manière... Enfin moi narrateur, je préfère boycotter cette tournure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 234
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Des courses et une Hayashi [PV Mahogani] Lun 11 Avr 2016 - 20:04

J'avais insisté et elle avait daigné me répondre avec ses grands airs. Les femelles Hayashi étaient toutes comme ça ? Mon dieu ! Ça portait le roux, du maquillage et l'insigne du clan et ça agissait comme au dessus de tout ! Valait mieux porter le bleu/violet au niveau des cheveux, ça j'en étais convaincue.
Elle s'appelait donc Mahogani, le genre de prénom assez farfelue que je n'aurais pas voulu porter. Misao c'était court, concis, c'était très bien. J'allais lui dire « enchantée » et tout ce qui allait avec, mais elle poursuivit en disant que mon nom ne lui évoquait rien, demandant si j'étais bien originaire de Hi no Kuni. Quelle question !

« Bien sûr que oui, quelle question ! Mon clan est issu du Nord du Pays, au pieds des montagnes. »

Je continuais en en disant plus, histoire de voir si elle allait se rappeler quelque chose sur les Akizakura. Après tout le clan était connu pour ses talents de botanistes et ses produits de qualité dans la médecine des plantes : enduits, pilules, potions, drogues militaires, et poisons. Nous fournissions au village beaucoup de matériaux sans pour autant leur révéler les secrets les mieux gardés. Bien que tout ce partenariat ne soit pas vraiment de notoriété publique...

« Nous possédons une immense serre remplie de milliers de spécimens végétaux. Beaucoup de produits médicaux à base de plante viennent de chez nous ! »

Et puis voilà, je marchais tout au plus cinq minutes en sa compagnie, le feeling n'était pas vraiment là entre nos deux personnalités opposées. Dès que j'en eu l'occasion, je me séparais d'elle en empruntant une route différente pour rentrer chez moi avec tout ce que je venais d'acheter. Comme quoi il n'était pas toujours facile de faire connaissance avec les gens. Je venais d'en faire l'expérience, et l'image que j'avais des Hayashi devenait légèrement négative.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Des courses et une Hayashi [PV Mahogani]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-