N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 La vérité (Kioshi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1573
Rang : S

Message(#) Sujet: La vérité (Kioshi) Dim 20 Mar 2016 - 23:54




C'est très difficile pour-moi. J'ai longtemps souhaité pouvoir t'écrire ces lignes, mais à présent que je me retrouve devant cette feuille je me sens totalement désemparée. C'est pourquoi je vais faire simple. En commençant par te raconter toute la vérité depuis le début.

Il y a plus d'un an de cela. Zanshi m'a convoquée afin de me faire part de ses troubles. Tu étais certainement au courant. Il se nommait Akuraï, cet esprit essayait de posséder son corps. Elle m'expliqua qu'il n'y avait qu'une seule solution pour s'en débarrasser, à savoir la mort, sans quoi elle finirait par indéniablement se retourner contre son village. Au moment de sa mort elle avait prévu d'utiliser un sceau pour transférer son âme dans un autre réceptacle et me donna pour mission d'être l'instigatrice de son assassina.

L'objectif était de faire d'une pierre deux coups. Se débarrasser d'Akuraï pour permettre à Zanshi de revenir sous une nouvelle forme, mais également de faire table rase du système politique en place pour permettre l'avènement du conseil.

Naïve que j'étais, je n'eus que brièvement hésité avant d'accepter cette mission. Non pas parce qu'elle était ma Kazekage, ni ma Sensei, mais parce que je nourrissais et continue encore à ce jour une profonde dévotion envers elle. Elle était la mère que je n'avais jamais eux, ou plutôt celle que j'aurais aimé avoir. J'ai donc décidé de lui faire aveuglément confiance quoi qu'il en coûte.

Le jour venu j'ai pris cela comme une mission parmi tant d'autres, me concentrant sur ce qui devait être fait, mais aussi sur les projets avenirs que nous avions mises toutes les deux en place. Malgré-tout cela me brisa le cœur d'appuyer sur la détente. Les remous qui s'ensuivirent me plongèrent dans le doute, mais je restai éloignée de tous notamment durant les premières semaines, attendant que la nouvelle Zanshi entre en contact avec moi. Seulement les jours se sont écoulés sans aucune nouvelle ni signe de sa part. Et la réalité mes apparut telles quelles. Elle s'était jouée de moi, m'avait menti pour me pousser à agir, sans quoi jamais ô grand jamais n'aurais-je osée attenté à sa vie.

Alors je me retrouvais empreinte de ce fardeau : celui d'avoir tué celle que j'aimais, celle qui représentait tout pour moi, mon icône, mon point de repère dans ce monde obscure. Mais cette souffrance n'était rien comparée à celle que je découvris en te rendant finalement visite dans ta tente. Encore aujourd'hui l'expression de ton visage reste ancrée en moi et les remords demeurent intacts. Si tu savais le nombre de fois où j'ai souhaité tout te raconter. Te dire la vérité afin de ne plus avoir à supporter ce fardeau, mais je ne le pouvais pas, par respect pour Zanshi, sans quoi sa mort aurait été veine. Piégée, il m'était désormais impossible de revenir en arrière.

Et au comble de l'ironie ce fut toi qui m'aida à redresser la pente. Tu as toujours été là pour m'apporter espoir et réconfort et ce depuis notre première rencontre. Tu m'as tant apporté et je t'en serais éternellement reconnaissante. La honte est d'autant plus grande, que je ne suis jamais rien parvenue à t'apporter en retour si ce ne fut davantage de chagrin. J'aurais voulu qu'il en soit autrement, mais la vie nous a conférée des obligations propres à chacun nous interdisant le bonheur. J'ai finis par l'accepter et ai continué d’œuvrer pour Suna sa mémoire, mais également pour protéger ce que j'aime. Et dans un sens je suis heureuse de pouvoir dire que tu en fais parti.

Cette sombre histoire aurait-pu s'arrêter là, mais ce n'est malheureusement pas le cas. Il y a quelque-mois. J'ai reçu une lettre de menace d'un inconnu. J'ignore comment, mais il semblait être au courant de toute l'affaire concernant Zanshi et me demandait de tuer Yami sans quoi toute l'histoire serait dévoilé au grand jour. J'ai mené ma propre enquête qui ma permis de remonter jusqu'à un dénommé Kawaguchi Kira qui s'est effectivement révélé être le chanteur. J'ai alors tenté un coup de bluff en lui faisant croire que Yami (qui n'a jamais rien eu avoir avec toutes ces histoires) et moi étions derrière la disparition de Tsukiko. Celui-ci à tout prit au mot et à certainement tout raconté à cette dernière lors de son retour.

La suite, tu la connais, la distributions de ces tracts qui ont mises à mal à la sécurité du village et permis cette attaque à grande échelle. Je n'irais pas jusqu'à accuser Tsukiko de quoi que ce soit sans preuve, mais le timing concorde trop bien pour qu'il ne s'agisse que d'une simple coïncidence, tout en sachant qu'elle était au courant pour l'histoire avec Zanshi, bien que j'ignore toujours comment. Cela me fait mal de devoir te dire cela mais... Méfie toi d'elle. Je ne suis pas certaine qu'elle recherche le bien du village ni même de notre nation. Nous ignorons par ailleurs ce qui s'est réellement passé durant ce soit-disant enlèvement.

A présent j'en viens au raison de ma disparition. Comme tu l'auras compris j'ai effectivement quitté le village. Plus que pour réchapper à ce fameux procès, c'est pour ne pas faire déshonneur à Suna, mais avant tout pour continuer de protéger Kaze en n'étant plus retenue par ses lois. Tu l'auras compris. J'ai fais ce choix-là depuis longtemps et tu es l'une des raisons qui m'y a posusé. Plus que tout, je désire vous protéger. Toi, Yami, ainsi que tous les autres et si le prix à payer et celui de vous perdre alors je suis prête à l'accepter. Tel sera ma punition pour mes péchés. Sache qu'il n'y a aucune justice en ce monde en dehors de celle que l'on fait soit-même. J'ignore combien de temps cela prendra, ni même si je survivrai. Mais si tel est le cas, soit assuré que je viendrais vous retrouver le moment venu. Les mots me manque pour m'exprimer. J'aimerais tant pouvoir te remercier et m'excuser, car aujourd'hui encore je continue de te faire souffrir. J'en ai pleinement conscience. Mais sache que quand bien même la distance nous sépare, je serais toujours là pour vous. S'il te plaît laisse Yami en dehors de cela.

Je sais que tu n'es pas le meilleur Kage qui soit. Je sais qu'il s'agit avant-tout d'un fardeau pour toi, mais que ton amour pour ton prochain t'oblige à rester ce post. J'aimerais pouvoir t'y arracher afin de te rendre cette vie simple en laquelle tu aspires tant. C'est exactement la même chose pour moi. J'aurais tant souhaité pouvoir rester à vos côtés, mais il en va à présent de mon devoir. Alors s'il te plaît, si tu tiens vraiment à moi, s'il te reste encore un peu d'amour à m'accorder laisse moi partir. Car quand bien même, je ne serais jamais bien loin. Je veillerai toujours sur ma famille. Zanshi était ma mère. Yami reste mon âme sœur. Et toi... Le grand frère que j'ai toujours rêvé d'avoir. Alors soit fort, soit fort face à l'adversité dans l'attente de cet avenir radieux pour lequel nous œuvrons tous. Et n’oublie pas. Tant que nous serons là. Tu ne seras jamais seul.

Je te recontacterai dès que possible.

Courage Kioshi. Ne te laisse pas abattre. J'ai confiance en toi. Nous t'aimons.

Aozora S. Oniri


Après avoir scellé en main propre je le confiais à ces messagers de l'instant.

-Le code pour le desceller et son plat préféré. Essayez de lui remettre en main propre si possible.

Je m'inclinai respectueusement.

-Prenez-soin de votre fils. C'est... Quelqu'un de bien...

Une larme glissa que je ne pris pas la peine d'essuyer avant d'enfourcher ma moto et de partir sur le champs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 1871
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: La vérité (Kioshi) Mar 22 Mar 2016 - 20:22


    Mon plat préféré pour déverrouiller un lettre ? Mon père ne voulut me dire l’auteur de la missive. Intéressant tout de même. Me reste plus qu’à trouver des scorpions et à les griller… Tiens, ça fonctionne vraiment.



    Mes yeux parcoururent ces lignes une première fois, puis une seconde fois. Je ne pouvais m’empêcher de lire et relire ces mots, comme si je ne parvenais pas à y croire. Etait-ce un rêve ? Plutôt un cauchemar.



    Que penser ? Que ressentir ? J’étais moi-même perdu. Dans une pièce sombre du sous-sol du palais en ruine, la faible lueur vacillante d’une bougie éclairait un homme dont la tête était enfuie dans son unique main. La coiffe de l’Ombre du vent était posée à côté d’une lettre au sceau original. La moitié d’un scorpion grillé gisait là, sur le sol, bon à jeter à présent. Peut-être comme ce reste d’homme, perdu dans ses pensées ?



    La feuille avait été froissée dans un premier temps, presque déchirée par endroit avant d’avoir été correctement aplatie de nouveau. Ensuite quelques gouttes vinrent la parsemer. Quelques sanglots convulsifs. Et enfin, toute énergie évacuée, ça n’était plus qu’un regard vide qui fixait les mots immobiles. Personne ne pouvait savoir ce qu’il pensait.

    Ce que je ressentais.

    Oniri avait porté seule cet immense fardeau, et je ne m’en étais même pas rendu compte. Elle souffrait tant, et moi qui la côtoyais je ne l’avais même pas remarqué. Enfin si, mais j’ignorais le nom que portait ses péchés. Puis-je vraiment être considéré comme un ami, voire un grand-frère dans pareille circonstance ?

    Si j’étais comme un frère pour elle, pourquoi ne pas m’avoir mis dans la confidence ? N’étais-je donc pas digne de confiance ? Après tout ce que j’avais fait pour elle ? Je l’avais aidée à surmonter le deuil qu’elle avait elle-même provoqué. J’avais sacrifié mon bras pour la sauver, condamnant mon corps à souffrir d’un membre fantôme éternellement pour la retrouver ! Même ça ne lui suffisait pas ?

    Qu’avait-elle fait pour moi, elle ? Hein ? Savait-elle le lien qui me liait à Zanshi ? Tout ce que j’avais vécu avec elle ? L’enfer sur terre, mais un rêve dans un cauchemar. Elle était à la fois mon remède et mon poison. Elle était celle qui changeait mon quotidien en jour particulier. Et sa disparition m’ôta toute lumière, me plongeant dans un abyme sans fond. Elle aurait pu me tendre une main, me sortir de ce puit, de ce précipice dans lequel je continuais encore à creuser. Elle aurait pu me dire pourquoi cela s’était produit. Pourquoi j’avais eu à contempler, impuissant, Zanshi expirer son dernier souffle de vie dans le creux de mes bras. Un seul mot de sa part, et elle aurait pu me guérir. Qu’a-t-elle fait pour moi ? Qu’a-t-elle fait pour moi !?

    Une lettre. Un simple bout de papier. Aveu et confession dictés par une main, et non sa bouche. Ne méritais-je pas une explication entre quatre yeux ? Toujours des lettres, toujours des excuses sans paroles. J’avais donné mon bras pour toi ! C’est comme ça que tu me remercies ?



    Cet homme perdu passera toute la nuit-là, à continuer de contempler ces mots et à acheminer sa pensée à la recherche de ce qu’il ressent vraiment. A la fin, la seule réponse qu’il trouvera sera une question. Une question qu’il commence à se poser de plus en plus souvent.

    « Qu’ai-je fait pour mériter ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La vérité (Kioshi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Passé & Lettres :: Lettres-