N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Heureux retour ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Heureux retour ? Sam 2 Avr 2016 - 20:18




La petite troupe était lancée au galop. D’ordinaire on aurait arrêté le groupe aux Portes de la Capitale. Mais à la vue de celui qui menait cette chevauchée, les responsables de la sécurité préférèrent s’écarter et laisser place nette. S’enfonçant dans le Shozaichi, suivant sans s’arrêter le tracé de l’avenue centrale en cercle, le petit groupe de cinq cavaliers continuait au même rythme, sur sa progression, avec une seule ligne d’arrivée en tête : le Palais Impérial. Ce dernier avait été détruit par l’assaut récent d’un Kumojin suicidaire. Mais il n’en demeurait pas moins le cœur même du pouvoir de l’Empire. Ce serait donc l’étape définitive de ce long voyage qu’avait réalisé l’Empereur, afin de rentrer de son périple au Pays du Vent.

L’équipage s’arrêta vivement, formant un cercle parfait à partir des montures, incitant la foule à laisser un peu de place. L’homme aurait pu en profiter pour saisir l’occasion d’un bain de popularité, mais ce n’était pas la priorité. Il parvenait à voir sur les visages que sa réputation avait grandie. Certains étaient soulagés de constater son retour, d’autres se permettaient même des signes de tête. Quelques vieux combattants, soutiens éternels de ce régime encore neuf, accordaient des sourires cachés au Maître des lieux. N’oublions pas la dernière tripotée qui voit là avant tout le retour d’un tyran, et non de celui qui a rétabli un semblant d’ordre et de stabilité depuis la conclusion du Triumvirat. Le Kamui n’en avait cure. Ce qui explique pourquoi il tournait déjà ses talons, confiant sa monture à un de ses acolytes, et marchant à grands pas vers les nouveaux quartiers installés le temps de la construction.

Mais l’homme à la crinière de lion des neiges n’eut même pas le temps de quitter la place centrale.

– Alors, le Kirijin, on a fait bonne balade ?
~ … Karamatsu !



Le vieux vétéran de l’ancienne Kiri, reconnaissant la voix, faisait volte-face pour tomber face à une montagne de muscles, surplombée d’un sourire vainqueur et d’une chevelure blanche lui tombant sur les épaules. L’homme, torse nu et kimono lourdement posé sur les épaules, se montrait extrêmement familier envers celui que tout le monde voyait comme un Empereur plus que comme un homme.

– Hé bin mon gars ! Ca fait un sacré bout de temps que tu t’es absenté ! Et visiblement, ton absence fait tomber les murs, kakakakaaa !!
~ Ca me fait plaisir de te revoir, mon vieil ami-attention ne me casse pas de côtes !
– Kakakaaa tu es plus gelé que la banquise, ca réveille !!


Les deux hommes s’étaient pris dans les bras l’un de l’autre, le plus massif se lançant soudainement dans un concours de poigne et d’écrasement du corps. Malgré le contact avec la peau glaciale du Kamui, l’invididu ne grelotait pas ! Et … ô miracle ! Quelle étrangeté pour ceux qui assistent de loin à la scène de voir le Kamui sourire pour la première fois depuis longtemps ! Cet étranger n’était pas un simple visiteur : c’était un ami ! Chose que l’on n’aurait soupçonné venant d’un homme au tempérament plus froid que la glace des hautes montagnes !

– Ca fait un moment qu’on t’attendait, Kake’ ! Au moins, tu rentres sain et sauf !
~ Vous êtes venus à plusieurs ?
« – C’est qu’il y a longtemps que nous ne nous étions pas vus, Kakeshuou Samui. »
~ … Seijiro-dono !



La présence de cet Ancien, membre du Conseil, était malgré tout un soulagement et un plaisir pour celui qui s’était fait bannir de son Clan quelques mois auparavant. De nombreux évènements avaient eu lieu depuis ; mais c’était un honneur et avec le sourire que Kakeshuou prenait cet autre membre du Clan Samui dans ses bras, en guise de bienvenue. Ces deux hommes ne s’étaient pas reparlés depuis le procès à l’encontre de Kakeshuou Samui. Lors de cet évènement, Seijiro s’était montré indulgent. Bien que n’étant pas membre du parti de Kakeshuou Samui au sein de sa Race, il restait un ami proche et l’avait défendu contre toute mise à mort ou exclusion définitive des Siens. Pour cet unique fait, il resterait toujours proche du cœur de son hôte d’aujourd’hui.

~ C’est un véritable honneur de vous accueillir tous les deux ici. J’avais envoyé une lettre à mes contacts dans le Clan pour que les plus proches de mon parti me rejoignent. Mais je n’aurais jamais imaginé que vous seriez du voyage, Seijiro-dono !
« – Ne vois pas ma présence comme un ralliement à tes idées ou à tes actes, Kakeshuou. Mais je suis toujours prêt à voyager pour voir un ami. »
~ Alors c’est en ami que je vous accueille, et comme un ami de longue date.
– Allez, vous vous embrasserez plus tard ! Rejoignons les autres !


Le trio marchait quelques pas ensemble, discutant du voyage et de leurs présences communes. Leurs pas les menaient naturellement vers des appartements préparés dans la précipitation des évènements récents. De toute évidence, rapidement aménagés pour accueillir du monde, ils seraient presque aussitôt abandonnés pour retourner à la splendeur, au confort et à l’encadrement bureaucratique du nouveau Palais Impérial. Mais pour l’heure, le baraqué en puissance tirait une porte coulissante, et ouvrait ainsi à un nouveau spectacle.


A l’entrée du trio, les six personnages déjà présentes dans la pièce se redressèrent presque automatiquement, chacun à sa vitesse, pour se pencher en avant en guise de salut. Le plus âgé, un homme puissant à la chevelure explosive et blonde comme du blé, prenait les devants de sa voix sombre.

|Kakeshuou-dono … Empereur … bon retour chez vous.
~ Atsuhiko … . Quel plaisir de t’accueillir dans ces murs … navré du désordre causé par l’ennemi … et nous sommes du même Sang. Pas de protocole entre nous.
|Le plaisir est partagé, Kakeshuou-dono.


Après s’être pris dans les bras l’un de l’autre, le Vétéran de mille champs de bataille et de décennies de combat faisait le tour, afin de saluer chaque personne ayant fait le déplacement pour le voir. Ces membres précieux de sa Race ; ceux qui partageaient son idéal et ses rêves ; ses ambitions et sa détermination.
Ses pas le menaient naturellement vers le visage suivant, qu’il reconnaîtrait entre mille … .

~ Masayuki-dono …
|Je ne suis plus chef de Clan, Kakeshuou-Nii … . Je suis contente d’être venue à toi.


Une embrassade. Le procès était loin désormais. Et le fait que les Siens aient fait le voyage était d’une grande valeur pour lui qui s’était senti parfois abandonné après ce fâcheux incident de parcours. Incompris dans ses intentions, rejeté par sa petite-fille et par les plus anciens du Clan, il était ravi de voir que son Parti avait survécu et qu’il restait quelqu’un d’important et d’apprécié au sein de sa Race.
Ses pas et son regard le menèrent vers cette double tignasse rousse et blonde. Eiko et Hikaru avaient à peu près le même âge : mais on ne pouvait trouver de personnalités aussi opposées ! L’un suivait aveuglément les ordres de son aîné ; l’autre se laissait porter par les évènements, raffolant du silence et des friandises sans chercher à communiquer avec les autres. Bref, deux antagonistes de premier ordre qui se toléraient de présence mais guère de compagnie. Kakeshuou ne put s’empêcher de penser que son entrée tombait à point nommé pour éviter une nouvelle dispute stérile entre les deux jeunes gens.

~ Eiko … Haruki …
|Bon retour, Kakeshuou-Sama.
| ‘Lut …


Un petit rictus d’amusement. Cet Haruki était vraiment un cas à part … . Mais passons. Le duo suivant qui finissait cette réunion en petit comité était des plus étranges ! Non pas sur leur physique, mais bien parce que leur présence n’était pas attendue ! Clope au bec comme à son habitude, le jeune Yachiru observait depuis le début celui qui était connu comme l’Empereur du Shukaï, suivant chacun de ses pas. Voyant ce dernier se rapprocher, il avait soulevé le pied pour écraser son mégot de cigarette, et se tenait droit, bien que débrayé, face à son supérieur et aîné.

|Kakeshuou-Sama …
~ Je ne m’attendais pas à te voir ici, Yachiru. Envie de voir le monde ?
|Pas vraiment … je me demande encore ce que je fais ici …
| Raaah Yachiru, t’es vraiment qu’un crétin !
|Hé ! J’te permets pas, Pan’koko !
~ Tous les deux, arrêtez de vous bisbiller … . Panakko, je suis ravi de te voir parmi nous.
|Merci, Kakeshuou-Sama. Bon retour à vous.


L’hôte désormais arrivé, et ayant salué tout le monde, achevait son cercle de salutations pour se replacer face à tous ses visiteurs. Un sourire sur les lèvres. Une petite assemblée de Samui. Ne manquerait que sa petite-fille. Peut-être viendra-t-elle une fois informée, qui sait. Pour l’heure, pourquoi ne pas discuter tous ensemble et se retrouver, comme au bon vieux temps.

~ Asseyez-vous, je vous en prie ! … J’ai hâte d’entendre des nouvelles des Nôtres au Pays … .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 742
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Mar 5 Avr 2016 - 20:54


Je courrai à vive allure pour me rendre là où se tenait une réunion du clan auquel j'appartenais. C'est en revenant de mission avec le garde du corps de ma sensei nouvellement attitrée que je rencontrai Père qui, après un bête accident de travail sur la maison que nous étions en train d'achever à Yuki no Kuni, m'avait demandé de me rendre là où les ruines du palais impérial reposaient. Notre empereur y revenait, et c'était pour moi la chance de le voir pour la première fois. Bien que je fus loin de mes semblables toute ma jeunesse durant et même encore aujourd'hui, je ne pouvais que réaliser que depuis cette rencontre avec la cheffe des nôtres, Samui Yuki, tout commençait enfin à se mettre en place.

Moi qui fut écarté du reste des Samui lors de leur départ de Kiri, devant accomplir un serment et un devoir qui devait me garder éloigné des nôtres, venais enfin à la rencontre de celui qui avait su amené notre nom à des sommets encore inégalés. Empereur du Shukai, maitre du Shozaiji...et seigneur des Samui. Bien que je ne l'eus jamais vu encore, Arashi m'en avait parler à de nombreuses reprises. Père, pour qui la tradition et l'honneur du clan se devait d'être transmise de génération en génération, avait toujours été l'un des fidèles de Kakeshuou. De mon côté, j'étais tous simplement de nature patriotique...fière de mes ancêtres, fière de ce que j'étais et fière de ce que je serai. C'est probablement l'une des raisons pour laquelle j'accomplissais mon devoir sans poser de questions, que je subissais les conséquences de ma destiné sans broncher et que, malgré mon désaccord avec le monde de conflit dans lequel nous vivions, je n'avais jamais dérogé de la route que l'on m'avait tracée depuis l'enfance.

C'était avec fierté que j'avais accepté d'être offert par le clan à Kirigakure no sato pour y devenir un Sabreur, avant que les Kaguyas n'en prennent le contrôle et donc avant la destruction du village. Malheureusement, le serment qu'avaient pris les Samui en m'offrant comme gage de protection ne pouvait plus être accomplis à présent et je me retrouvai sans repère. Néanmoins, je gardai la conviction que Akuma Kudaku, le démon brisé, n'avait pas atterrit dans mes mains sans raisons. Le village caché de la brume étant détruit, il me semblait logique de continuer de respecter le serrement auquel j'avais donné ma parole à Kiri, en me présentant à cette réunion en tant que soldat de l'empire, membre de l'équipe Tsukimi, membre de sang des Samui...mais aussi comme sabreur à la solde de l'empereur.

Je passai donc l'entrée principale peu après l'arrivée de la cavalerie de l'empereur. Les nuages de poussières qui avaient dû s'élever à la suite du martèlement des sabots de ses chevaux flottaient encore dans l'air, m'annonçant ainsi que je n'allais pas être trop en retard. Je pouvais encore entendre le hennissement de ces bêtes rapide et endurante se dispersé dans l'écho de la ville. Si j'étais assez rapide, je ne manquerais que les salutations, je n'aurais alors qu'à faire les miennes en arrivant et m'excuser du retard. Certains auraient préférés se montrer discret, mais jamais je n'avais été un adepte de cette voie. Je préférais être honnête qu'hypocrite.

Lorsque j'arrivai enfin près des ruines du palais, je ne pu que m'émerveiller bien qu'il ne fut pas dans l'état de ses jours de gloire. Une attaque y avait eu lieu et la reconstruction n'était pas achevée. Malgré tout, c'était un sentiment fort que d'être à l'endroit où les grandes décisions de l'empire se prenaient, là où les grands esprits se rencontraient et discutaient. C'est d'ailleurs non loin de là qu'avaient été aménagés les quartiers temporaires remplaçant l'illustre demeure. Pour l'instant, plusieurs personnes s'y étaient regroupés à l'extérieur afin d'y accueillir l'empereur controversé. Certains par admirations, d'autre pas mépris. Quelques soldats impériaux avaient été déployer pour stopper l'avancée de la foule et ils réussissaient à les contenir, voir même les encourager à reprendre leurs activités quotidiennes. C'est donc sans hésitation que l'un d'eux vint se présenter à moi alors que je me frayai un chemin à travers de ces citoyens. Arrivé là où ils avaient établis les limites du périmètre à ne pas franchir, ils stoppèrent mon avancée en demandant rapidement de m'identifier. Le soldat avait vu le symbole des forces du Shukai qui était gravé à même mon cache-oeil en cuire.


"Halte-là! Une identification est requise si vous voulez assister au regroupement. Votre nom, votre grade et votre affectation jeune homme."


Je pris donc le temps de souffler un peu, mon coeur battant à vive allure après cette course effrénée. Je passai une main dans mes cheveux, de l'avant vers l'arrière, geste qui symbolisait toujours mon agacement et un certain manque de patience chez moi. Bien que je comprenais le protocole, je ne pu m'empêcher de penser que cet homme devait être bien aveugle pour ne pas voir que, de ma simple apparence, je ne pouvais être d'autre sang que de celui du clan dont faisait partie l'empereur lui-même. C'est donc avec une certaine condescendance que je répondis au garde qui, pourtant, ne faisait que son travail après tout.

"Samui Ketsuen, heishi du Shukai, Membre de l'équipe Tsukimi dirigée par la cheffe du clan et seigneure de guerre Samui Yuki, cette identité devrait faire l'affaire j'imagine?"
"Tss.."

Inutile de préciser ô combien mon attitude avait laissé un air de mépris sur le visage de l'homme qui me laissa néanmoins passer sans attendre plus longtemps. Je m'avançai donc en le remerciement malgré tout, tout en prenant bien soin de m'assurer que mon énorme épée restait bien accrochée sur son support dorsal. L'on me demanda, en chemin, de bien vouloir m'en séparer, mais lorsque j'expliquai à ces curieux de quelle épée il s'agissait et de la raison pour laquelle je la gardais en permanence près de moi, on me laissa tranquille. Le seigneur était assez puissant pour ne pas se laisser incommodé par un simple Heishi après tout...non?

C'est lorsque j'arrivai enfin devant la porte coulissante que je sentis alors le traque me prendre. Une nervosité comme je ne ressentais que rarement noua mon estomac. Je tendis tranquillement la main, respira profondément et la poussai doucement pour enfin apparaître devant l'assemblée. Je vis d'abord un cercle quasi exclusif de têtes blondes et blanches dont une seule d'entre elles arborait une chevelure plus foncée. Je ne pouvais donc pas m'être trompé d'endroit. Ensuite, je croisai le regard du seigneur des lieux, mon unique oeil laissant ses paupières s'écarquillées et sa pupille se dilater. C'est sans attendre que je m'inclinai pour saluer mes le groupe et que j'entendis aussi quelqu'un refermer la porte que je venais de franchir. Lorsque je relevai la tête, je pris la parole, voyant qu'aucun d'eux ne me connaissaient encore, mais qu'ils attendaient tous une présentation en bonne et dû forme.


"Désolé de mon retard. Je suis Samui Ketsuen, Fils de Samui Arashi...Heishi du Shukai et membre de l'équipe Tsukimi dirigée par notre cheffe Samui Yuki. Je viens à la demande de mon père, mais avec fierté d'être ici. Puis-je?"

Je désignai alors l'un des siège libre, demandant mon droit de prendre place. Participant pour la première fois à une assemblée du genre, je ne savais pas si je pouvais me permettre de simplement m'avancer et m'asseoir, ainsi je préférai en demander la permission. Je balayai rapidement chacune des têtes présentes, parfois curieux, d'autre fois impressionnés. C'est d'ailleurs en observant l'empereur que je me rendis compte qu'il y avait en ce monde une personne dont la peau semblait encore plus brûlée par le froid que la mienne, ce que je croyais tout bonnement impossible. Souvent, l'on s'attardait sur cette couleur blanche-grisâtre qu'avait la mienne dû aux étranges symptômes dont je souffris durant mon enfance, mais la sienne semblait tout simplement...froide. J'haussai donc un sourcil, curieux, mais ne laissa rien transparaître de plus de ce questionnement interne. Je repris mes esprits en hochant la tête et en écoutant la réponse qui me venait suite à mes présentations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 324
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Mer 6 Avr 2016 - 17:05

Une réunion du clan ? J'en avais été informé que tardivement, mais ma présence au pays de la Neige avait été primordiale pour me transmettre cette information. Je n'étais pas un membre important du clan Samui, cependant ma voix devait compter malgré tout. Mon retour à Yuki no kuni fut donc bref, puisque je m'en allais rapidement au Shozaichi pour me rendre à la dite réunion. J'avais quelques jours pour marcher avant d'y arriver, et il fallait donc que je m'empresse d'y aller. Il ne fallait pas du tout que je sois en retard, sinon je ne serai jamais pris au sérieux. Il fallait que je sois cent pour cent crédible surtout si je comptais être le futur chef du clan, à la place de mon professeur et actuel chef de clan : Samui Yuki.

Le trajet se passa sans encombres jusqu'à Tsuchi no Kuni, où se trouver donc le fameux Shozaichi. On pouvait voir le Palais Impérial, qui, malgré qu'il soit ruines, restait imposant ! J'aimais fortement cet endroit, bien que je préférais de loin ma terre natale, le pays où j'étais né : le pays de la neige. Le soleil au plus haut du ciel m'indiquait que la réunion avait déjà commencé, et il fallait que je fasse vite. Courant dans les rues, j'arrivais rapidement au lieu indiqué d'où se passerait la fameuse réunion de clan. La foule était ahurissante pour accueillir notre empereur, et j'eus du mal à me frayer un chemin. Un garde m'arrêta le passage, mais je lui expliquais la raison de ma venue après avoir décliner mon identité comme il me le demandait.

L'entrée me fut accorder, et c'était somme toute normal. Courant dans les couloirs maintenant, j'arrivais devant la porte coulissante pour assister et participer à la réunion. Apparemment, elle avait déjà commencer. J'ouvris la porte, et je pus constater la présence de quelques personnes déjà notamment de l'empereur. Il y avait également Ketsuen, debout. Je l'avais vu à mon arrivée, et il était un membre de mon équipe.

Veuillez me pardonner de mon retard. Ketsuen, Kamui.

Disais-je seulement, saluant par la même occasion les deux seules personnes que je connaissais.

Samui Kirito, Heishi de l'Empire.

Une présentation très simple pour me présenter au reste du clan que je ne connaissais pas du tout, mis à part de vue pour certains au pays de la Neige.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Dim 10 Avr 2016 - 19:47




La discussion prenait une bonne tournure. Les invités jouaient les hôtes, et informaient l’Empereur de la situation au Pays. Pour l’instant, rien d’alarmant. Il faudrait certainement revoir certaines activités, et les relations avec les pays avoisinants méritaient bien un peu plus d’attention. Mais le Clan se portait à merveille. De nouvelles naissances, de nouvelles recrues … . Aucun conflit majeur avec les Suzurane, autre Clan majeur du pays insulaire et gelé. Une grande nouvelle ! car rien ne garantissait le maintien de ce peuple dans les rangs de l’Empire. En particulier une fois celui-ci dirigé par un Samui … .

L’entrée de deux nouvelles têtes mit une halte aux discussions. Les regards se tournaient, se posaient, se braquaient sur ceux qui se pensaient invités dans ces retrouvailles. On parlait ici bel et bien du Parti Conservateur ! Celui qui aspirait à un Clan puissant, n’hésitant pas à défier les évènements et les éléments pour préserver l’Honneur de la Race Samui ! Un respect inconditionnel des vieilles traditions, dont seul un Glaçon pur et dur pouvait être le Chef. Le regard du vieux Samui accompagnait donc celui de ses camarades en direction de ce nouveau duo qui semblait bien trop jeune pour prendre part aux intrigues et à la politique clanique.

Le premier à parler fut Karamatsu …

– Allez, à une prochaine fois, les enfants ! C’est une réunion privée pour cette fois !
« – Tu es intraitable, Karamatsu. Ce sont des enfants de notre Clan, qu’ils s’intéressent aussi tôt à nos discussions est un bon signe, non ? »
~ … Tu es le fils d’Arashi, c’est ça ? … et Kirito et moi avons déjà accompli une mission ensemble … . Asseyez-vous.


L’Assemblée garde sous silence les premières minutes, afin de laisser les nouveaux arrivants s’installer. Tous étaient prêts à reprendre les sujets qui devaient être abordés en urgence. Dès que les deux nouveaux participants furent installés, ce fut à Atsuhiko de relancer le premier sujet de discussion.

| A l’heure actuelle, notre Parti a pu récupérer ceux qui ont « fui » à cause du Hikaïjuu. Tu peux considérer que tous sont au courant, et de ce fait, un micro-groupe s’est formé avec la ferme intention de te faire connaître ce que tous ceux ayant abrité cette … « chose », ont connu. Il faudra redoubler de prudence, Kakeshuou-dono … .
| Mais notre Clan a renforcé ses rangs, et beaucoup sont ceux qui sont attirés par cette nouvelle politique de l’Empire, et par votre prestige, Kakeshuou-Sama.
| Mais Tora a quitté nos rangs … et te voit véritablement comme une menace, Papy ! …
| Crétin !! Ne l’appelle pas comme ça !!


Cette réflexion était l’une des plus dures. Tora Samui était un véritable combattant d’élite, qui avait longuement servi le Clan. Sa fougue et son art dans le maniement de la Lance en faisait un guerrier redoutable, et de surcroît un soutien de choix dans le Parti Conservateur. Qu’il passe aux rangs d’en face était plus qu’une mauvaise nouvelle : c’était un mauvais augure. A voir maintenant s’il ne serait pas possible de le persuader de revenir.

| Comptes-tu reprendre les rennes du Clan, Kakeshuou-Nii ?

La question venait de Masayuki Samui, précédente Chef du Clan Samui. En effet, on avait de quoi se poser la question ! La chefferie de Yuki Samui avait mal commencé. Annoncée comme la petite-fille du dernier banni du Clan, et se présentant dans un contexte très particulier, son statut de Seigneur de Guerre ne lui avait pas donné beaucoup d’autorité dans la situation présente. En résultat de quoi, les partis de part et d’autre s’étaient renforcés, et attendaient sans savoir s’ils incitaient à un changement de gouvernance.

L’Ancien restait silencieux. Les autres se permettaient de donner un avis.

– Après s’être laissé prendre par le Hikaïjuu, il détruit sa propre famille ! Ca m’étonnerait que ca fasse du meilleur effet sur son CV, Kakakaaa !
« – Je ne suis pas sûr sur ce soit un sujet dont on puisse rire. Kakeshuou n’a à l’heure actuelle aucune légitimité. »
| Donc on doit attendre et aiguiser nos crocs pour le jour où nous nous battrons au sein même du Clan … ?
| Ne sois pas ridicule, Haruki-baka ! L’autre camp n’aura de toute façon pas ce qu’il faut pour nous tenir tête !
| Et ce n’est pas le style de Kakeshuou-Sama de livrer bataille contre les Siens. En particulier contre sa petite-fille.
| Tu en es bien certain, Eiko ?
| Arrêtez de vous quereller comme des gamins ! Il s’agit de choix importants pour l’avenir du Clan ? Et qu’en pensent nos jeunes pousses, hein ?


La dernière réflexion d’Atsuhiko tournait tous les regards vers Kirito et Ketsuen. S’ils voulaient avancer dans le Clan et y trouver une place un jour, c’était lors de ce genre de meeting qu’il était urgent de se distinguer à l’avenir !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 742
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Lun 11 Avr 2016 - 6:00



La porte qui s'ouvrit derrière moi, tout juste après mon arrivée et mes présentations, me fit stopper le salut traditionnelle que je portai à l'assemblé. Faisant un pas vers la gauche, puis un second, je laissai le nouvel invité entrer et prendre place à l'endroit où je m'étais arrêté quelques secondes avant lui. J'haussai un sourcil et j'eus un sourire discret en y voyant la tête blonde de mon co-équipier dont je n'attendis que ses salutations pour lui tendre une poignée de main guerrière et fraternelle en lui serrant l'avant-bras de ma
main droite, chose qui me fut retourner avec la même vigueur.

Notre sympathique salutation fut cependant coupée par une voix forte, pleine d'assurance, mais aussi empreinte d'une pointe de moquerie à notre égard. Il n'était pas bien difficile de se rendre compte que ce n'était pas toutes les personnes présentes dans la salle qui avaient à coeur de voir de nouveaux visages au sein de discutions politiques. J'imaginai, de toute façon, qu'il s'agissait simplement de quelque chose d'habituel dans toutes les familles, tout les clans...les vieux voyaient une relève inexpérimentée s'asseoir avec eux, et souvent il leur était plus facile de tourner le dos que de simplement prendre le temps de les accueillir...ils en oubliaient probablement à quel point ils étaient inexpérimentés eux aussi à cet âge.

Je décidai simplement de ne pas m'attarder trop longtemps sur cette remarque, d'autant plus qu'il ne fallu que quelques secondes pour qu'un autre homme, beaucoup plus sage à première vue, ne lui corrige sa mauvaise conduite envers ceux qui représentaient la nouvelle génération...et donc l'avenir des Samui. Puis vint la voix de l'empereur, me demandant de confirmer le nom de mon père.


"Oui, c'est ça. Samui Arashi, un ami de longue date du regretté Shodaime Mizukage, Samui Mahan."



J'acquiesça donc d'un simple "oui" de la tête suite à cette précision, me demandant si cette information supplémentaire allait permettre à Kakeshuou de raviver sa mémoire. Mon père ne m'avait jamais mentionné avoir rencontrer le suzerain du Shukai en personne, mais j'imaginai que deux shinobi ayant vécu au sein du même
clan pour plus d'une trentaine d'années devaient forcément s'être rencontrés un jour ou l'autre.

Je ne pu cependant me perdre très longtemps dans ces divagations car, aussitôt eus-je été invité à m'asseoir, tout comme Kirito à son tour, les discussions reprirent de plus belles. Étant arrivé à Yuki no kuni que depuis peu et n'ayant eut que peu de temps pour m'intéresser aux changements et
événements qui se tramaient dans le
monde entre la destruction de kiri, la construction de notre maison et les missions incessantes de Père, suivre le fil de la discussion était très difficile. Je compris d'abord que le clan était divisé en ce qui concernait le règne de notre dirigeant actuel. Si c'était le cas, Arashi ne m'en avait pas parlé directement. De nature très patriotique, il m'avait transmit les valeurs et les traditions du clan en m'affirmant que nous, les Samui, étions un clan respectable et honorable et qu'il était de notre devoir de veiller à ce que nos traditions ne se perdent pas. Que toutes personnes qui naissaient Samui le restaient jusque dans sa mort et l'au-delà et qu'ainsi...l'on se devait d'être à l'écoute et de prêter main forte à tous ceux d'entre-nous qui se faisaient entendre...et de prendre la parole pour ceux qui ne le pouvaient pas ou plus.

Et c'est d'ailleurs ce que je pensais également. À quoi bon porter un nom commun, si ce n'était pour trouver un appuie dans l'unisson et dans les voies de la tradition qui formaient cette même unisson. C'est d'ailleurs ce que je tentai d'expliquer lorsque l'on demanda, à Kirito et moi, ce que nous en pensions. Je le fis en restant honnête sur ma compréhension de la situation d'ailleurs. Compréhension qui était limité par ce que je savais et ce que je ne savais pas sur le clan et son état.



"Eh bien...pour être franc je n'en connais que très peu sur notre propre clan. Père et moi sommes restés à Kiri jusqu'au jour de sa destruction et pour ma part je dû continuer de suivre une voie différente de celle de bien des Samui. S'il y a une chose cependant qu'Arashi n'a pas oublié de m'enseigner, ce sont les valeurs et les traditions de ce clan qui me semblait lointain, mais auquel je me savais appartenir.

Je ne sais ce qu'est réellement le Hikaïjuu et le problème qu'il peut représenter pour notre empereur actuellement ou pour ceux qui sont dans le doute ou la confrontation face à l'idée de l'avoir à la tête du Shukai. Cependant, mon père m'a dit une chose un jour: Que tous ceux qui naissaient Samui, restaient Samui. Que si un ou plusieurs d'entre nous n'avaient plus la force ou la conviction de se prononcer, qu'il était de notre devoir de prendre la parole en leur nom et c'est ce que j'ai l'impression que notre empereur, Kakeshuou, essais de faire.

Certains d'entre-nous auraient quitter les rangs? Alors laissez les partir, si c'est ce que leur coeur leur dicte. Je sais que je suis jeune et peut-être n'ai-je pas encore assez souffert de la cruauté du monde pour avoir raison...mais j'ai à croire que c'est dans l'adversité que nous trouvons qui nous sommes, à quelle famille l'on appartient. Ce Tora...même s'il considère notre empereur comme une menace, ne le considérez pas comme tel...car vous ne ferez que lui prouver que sa famille est ailleurs. En tant que Samui, nous avons le devoir de ne jamais abandonner les nôtres. Mais attention...je ne veux pas dire là que tout peut se faire sans sacrifices, je reste réaliste.

Pour ce qui est de la chefferie, je ne peux me prononcer réellement. Yuki...m'a très bien accueillit et m'a offert une place dans son équipe. Je ne peux avoir que sympathie pour elle...mais si le clan devait voir sa chefferie changer, je resterai loyal envers celui ou celle qui représenterait alors la voix et l'âme des Samui car pour moi, rien n'est plus important que la valeur des notres...avant toute chose. Et la personne qui devrait être à la tête de notre sang devrait avoir le même idéal...selon moi.

J'ai moi-même continué de servir les intérêts et le serrement que le clan m'avait demander de servir en restant à Kiri jusqu'à la toute fin et ce, alors même de la première exode des notre jusqu'à Yuki no kuni. Oui, j'étais jeune, trop jeune pour prendre la décision moi-même, mais eut-il été à refaire aujourd'hui que je prendrais la même décision en restant fidèle aux engagements prêtés. Je continuerai de servir et de représenter nos frères et nos soeurs de la même manière que je le faisais...et en ayant en tête que notre empereur, Kakeshuou, fait de même. Il a déjà fait énormément pour les siens, et je crois en sa volonté de porter le flambeau des notres à un avenir de paix, de prospérité et d'union entre nous.


Suite à ce bombardement de paroles, je restai un instant sans réellement regarder quiconque dans la salle. Je ne savais trop moi même si c'était le genre de réponses que l'on attendait de moi ou s'il m'était simplement permis de livrer le fond de ma pensée ainsi, sur ce que je croyais avoir compris. En toute honnêtetée, j'étais stressé...énormément et j'avais peur de m'être emporté. Ce n'est que lorsque j'entendis quelqu'un d'autre prendre la parole que je décidai de croiser le regard dur reste de l'assemblé. Moi qui avait pourtant garder mon sang froid, même après la perte d'un oeil, me trouvais maintenant à trembler comme une feuille lorsqur l'on me demandait de prendre la parole et de m'exprimer en publique. C'était tout simplement ridicule...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 324
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Mar 12 Avr 2016 - 17:18

L'accueil de ce monsieur ne fut pas le plus agréable accueil que j'eusses connu dans ma vie, mais je le comprenais. En effet, Ketsuen et moi étions de jeunes gens comparé à ceux présents et nous rentrions seulement dans la vie du Clan. Cependant, il fallait un début à tout et je savais (ou je me doutais fortement plutôt) que ces gens là avaient eu également un début. Certes, nos voix n'allaient pas être pris au sérieux ou comptés mais il était toujours bon de savoir que l'on était écouté. Un plus sage était plutôt satisfait de notre venue ici, j'avais déjà vu l'empereur et il nous ordonnait de nous asseoir. Chose rapidement faite, je savais que le Kamui n'était pas très... humour.

J'écoutais donc la conversation des anciens, sans vraiment m'imposer dans la discussion. Je ne prenais pas la parole, ayant peur de me faire incendier par ce Karamatsu. L'écoute était très importante dans ce cas là, puisque je pouvais savoir ce qu'il se passait actuellement mon clan. Ils venaient à parler de l'Hikaijuu et de la situation politique actuel du clan. Donc... De ce que je savais, l'Hikaijuu avait été scellé dans l'empereur et le clan était divisé en deux parties : le clan Conservateur, auquel j'appartenais, et celui des Modérés, auquel ma sensei en faisait parti. Apparemment, il y avait également un troisième parti qui émergeait : ceux qui pensaient que Kakeshuou était une menace à éliminer. Le Kamui n'était donc pas épargné autant dans son propre clan que à l'international.

Jusqu'à celui qui se prénommait Atsuhiko demande ce que nous en pensions, Ketsuen et moi. Les regards se posèrent sur nous, et il y avait une terrible gène désormais. Ce fut Ketsuen qui prit la parole en premier, et je l'écoutais attentivement. Je savais que Ketsuen avait été longtemps éloigné du clan, mais il en connaissait assez pour s'affirmer devant les Anciens. Après sa longue tirade, c'était maintenant à mon tour. Tout ces regards posés sur moi, j'avais envie de me défiler mais je ne pouvais pas. Maintenant que j'étais là, je devais prendre la parole.

Bien... Mon avis est d'ordre que nous devrions garder nos traditions et coutumes tels qu'elles l'ont toujours été. L'Hikaïjuu... Il est vrai que je comprends les deux parties. Kakeshuou-sama peut être un danger pour le Clan, comme il peut être une Force. Concernant le futur du clan... Il est difficile de se prononcer. Comme Ketsuen, Yuki-sensei est mon professeur et je comprends parfaitement son idéal de paix. Mais, nous ne pouvons pas effacer une partie de notre Histoire. Pour moi, il serait difficile à ce que l'empereur soit également chef de clan, cela pourrait être malheureusement un conflit d'intérêts.

Je pris une légère pause, posant mon regard sur chaque personne se trouvant dans la pièce avant de reprendre.

Yuki est toujours la chef de notre clan, et je ne pense pas qu'elle abandonnera si facilement ce rôle. Dans tout les cas, qui pourrait prétendre cette place si elle... le quittait ?

Mon avis était simple, mais je préférais ne pas m'avancer trop sur tout ce qu'il se passait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Mer 13 Avr 2016 - 15:12




L’intervention des deux jeunes gens s’était suivie d’un silence. Pesant et lourd. Ils venaient de faire leurs premiers pas dans la cour des Grands ! Et vu l’accueil qu’on leur avait réservé à l’entrée, autant dire que chaque mot serait maintenant d’une grande importance. La différence d’âge n’était pas nécessairement flagrante ; elle l’était entre tous les participants. Si certains comme l’Empereur reposaient sur une bonne cinquantaine, voire soixantaine d’années, d’autres sortaient tout juste de l’adolescence, ou y nageaient encore ! Bref, ce n’était pas par le physique ou l’âge que Kirito et Ketsuen seraient jugés ; mais bien par leurs propos, leurs arguments et leur capacité de réflexion.

Ketsuen jouait la carte de la sûreté. Étant donné son histoire et son passé, il mettait en priorité la stabilité du Clan, l’importance des liens au sein de l’Illustre assemblée et ne portait aucun avantage pour le Kamui ou pour la Chef de Clan qui l’avait accueillie jusqu’à présent. C’était un geste prudent, dont les paroles montraient une profonde hésitation. Balancer d’un côté et de l’autre … . Autant se dire qu’il ne prenait pas parti pour l’heure. Il était encore bien jeune, et avait droit à un temps de maturité et de réflexion approprié.
De son côté, Kirito – même s’il se rapprochait de la même analyse que son benjamin – se montrait plus direct et n’hésitait pas à répondre à la question qui lui était posé. Élever Kakeshuou au rang de Maître du Clan serait une erreur, aussi bien parce que Yuki Samui n’avait commis aucune faute qu’à cause de la Malédiction Clanique qui pesait sur lui. Au moins, il n’hésitait pas à se placer ouvertement dans ce débat. Maintenant que les deux avis étaient donnés, restait la réaction du Clan.

~ … Je ne compte pas prendre la tête du Clan, quoi qu’il arrive. Une accumulation des pouvoirs ne pourrait que nuire à mon image et à celle de notre Parti. Par ailleurs, le Clan regorge de nombreuses figures capables de prendre le relais au besoin. Nous devons juste nous assurer d’être au plus proche des décisions, afin qu’elles aillent dans notre sens … .
| Yuki n’est pas des plus actives, mais au moins, elle maintient le Clan en bon ordre, et ce malgré la réputation de sa famille ! Pas vrai, Kakeshuou !
| En revanche, nous devons nous méfier que certains s’opposant trop aux partis majoritaires actuellement ne se décident pas à quitter le Clan et à aller fonder une nouvelle branche ailleurs !
| Ce serait de la trahison. Ils n’oseraient pas !
| Moi, j’aime bien prendre des vacances …
| Hikaru … tu ne comprends vraiment rien à rien …


Au moins, avec ce micro-débat, la question posée par Masayuki trouvait sa réponse. Personne n’avait vraiment douté qu’il tenterait de prendre le pouvoir. Son éviction temporaire du Clan et le rôle qu’il jouait déjà à l’échelle internationale étaient trop importantes pour qu’il puisse s’accabler d’une nouvelle charge. Tant qu’il parvenait à garder un certain contrôle sur les décisions du Clan, l’homme s’en avouait pleinement satisfait.

Mais d’autres questions restaient en débat, et certains se faisaient de bon ton de les rappeler.

« – Néanmoins, d’autres questions doivent être abordés. Kakeshuou … depuis la fondation de l’Empire, les relations entre les Suzurane et les Samui n’ont jamais été aussi sombres … . Le fait qu’un Samui se trouve à leur tête rend les choses considérablement compliquées, et ils craignent une guerre de vengeance sur fond de notre histoire commune … . »
| Et ils ont bien raison ! Nous devrions profiter de notre position de force pour les écraser ! Ces sauvages représentent un danger pour tout être humain ! …
~ On ne gagne pas les cœurs avec le Fer, Yachiru. Les Suzurane doivent rester dans nos rangs, ou ils iront voir ailleurs … .
| On devrait les intégrer à nos décisions concernant le Pays ? Alors qu’ils ont été soumis par la force par Kiri ?
| Même si elle est tardive, la Paix est rarement rejetée, c’est peut-être une occasion inespérée, non ?
| Kakeshuou-Sama … vous avez nommé votre petite-fille Seigneur de Guerre de Yuki. Mais sa position actuelle ne lui permet pas une bonne assise sur ce genre d’affaire … . Ne faudrait-il pas revoir le fonctionnement politique de notre terre natale ?


Les regards se posaient de nouveau sur le chef du Parti.
Ce dernier allait révéler une nouvelle information, connue seulement de deux ou trois personnes au sein du Clan. Et que seule Masayuki Samui, ancienne Chef du Clan, et Seijirô Samui, membre du Haut Conseil, portaient en connaissance.

~ Lors du Coup d’État et de l’élimination des Daimyos … la Daimyo du Pays des Neiges, Akeko Oge, a été intercepté et mise en exil. L’incendie du Palais Seigneurial devait faire croire à sa mort, afin que l’empire ne soit pas pris par des révoltes et un sentiment anti-Ninja qui nous aurait coûté cher. Jusqu’à maintenant, elle a été exilé, sous garde secrète, au Nord du Pays. Aujourd’hui, avec la Constitution Impériale qui permet une grande diversité de systèmes sur nos terres … nous pourrions lui restaurer ses pouvoirs, comme figure d’unité au sein de son Pays … .

Cette fin appelait à l’avis des autres membres de cette réunion. Mais la nouvelle – cette supercherie vieille de deux ans maintenant – serait-elle bien prise par les hommes les plus proches de l’Ancien ?



Dernière édition par Samui Kakeshuou le Dim 24 Avr 2016 - 16:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 742
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Ven 15 Avr 2016 - 21:04


Ainsi donc, Kakeshuou n'avait pas l'intention de se présenter à la chefferie du clan, ce qui était totalement compréhensible vu son actuel poste. Bien que j'avais le droit de me prononcer sur cette question, je préféré m'abstenir puisque le règne qu'avait eut notre dirigeante actuelle m'était presque inconnu. Ce que j'avais entendu dire, c'est qu'elle n'était pas nécessairement très présente, que son attention était tourné ailleurs, comme celle de beaucoup de personnes en fait. Il était vrai que depuis notre arrivée à Père et moi, il fallu attendre près de deux ans avant que l'on sache finalement ce que l'on attendrait de moi après la destruction de Kiri. Ce fut une décision prise par le conseil, après tout, que de m'envoyer suivre la formation des sabreurs légendaires...bien qu'elle n'eut le temps de réellement aboutir et que je me trouvais maintenant à devoir me débrouiller avec Akuma Kudaku, le quatrième sabre de la brume. Je m'en sortais plutôt bien néanmoins, je n'avais donc pas tant à me plaindre sur ce point là...ce que je déplorais personnellement était la situation dans laquelle j'étais actuellement. L'on m'avait promis une équipe et le début de mon entraînement, et aussitôt je fus laissé derrière sans réelle nouvelle officielle du départ de ma Sensei et cheffe de clan pour une mission jugée prioritaire.

Bien que je pouvais comprendre que nous vivions dans l'imprévus et bien que je vouais une profonde sympathie pour celle qui m'avait enfin accueillis parmi les nôtres, je ne pouvais qu'avouer qu'il y avait là un manque d'organisation qui pourrait...peut-être...se justifier par les intérêts divergeant de ma sensei. Cela ne voulait pas dire qu'elle n'était pas une bonne cheffe, mais que si un nouvel arrivant comme moi avait remarqué cette petite faiblesse dans la volonté de vouloir amener le clan plus loin et d'élaborer de nouveaux projets, peut-être que de plus anciens que moi pouvaient se sentir agacés en inquiets de cette inaction. Ainsi, je pris donc un papier et pris le temps d'y noter le fil de ma pensée et mon opinion sur le sujet, histoire de ne pas l'oublier et de mettre de l'ordre dans mes idées. Malgré tout, Kirito avait soulevé un bon point: Qui pourrait donc remplacer la cheffe actuelle? Bonne question...peut-être était-ce finalement le moment de prendre la parole et de faire part de ma pensée, réalisant du même coup que d'écrire mes idées était peut-être superflux à en voir à quelle vitesse les sujets étaient abordés et à laquelle les gens répondaient. J'en avais l'impression de m'y perdre un peu parfois.


"Alors le prochain chef de clan, si changement il y a, devra se montrer plus intéressé à développer des projets pour l'ensemble des nôtres tout en étant capable de se montrer apte à garder l'équilibre entre les différentes écoles de pensées qui s'y sont installés comme elle le fait présentement, voir même être capable de ramener une majorité conservatrice pour nous assurés que, même s'il y a un mouvement progressiste...que la préservation de nos traditions et de nos coutumes doit être non seulement respectée...mais encouragée!"

Je suivis ensuite le tournant que pris le débat en incluant les Suzurane. Ces barbares, pour qui la liberté semblait encore plus importante que la vie elle même, avaient effectivement prouvés par le passé qu'ils étaient des individus puissants et combatifs et qu'il valait mieux ne pas se frotter à leur tempérament explosif. Chaque fois que j'entendais parler de ces guerriers de la rage, je ne pouvais qu'avoir en tête l'image d'un animal sauvage...une véritable bête qui valait mieux laissée tranquille. Ce genre d'individus avaient souvent une fierté démesurée et il était dangereux de jouer dans leur cours. Il fallait être capable de leur donner assez d'attention et de pouvoir pour qu'ils se sentent satisfait de leur rôle, tout en leur laissant la discrétion de vivre à leur guise...sans trop se mêler de leurs affaires sans quoi ils sentaient, bien souvent plus à tort que par bonne raison, que l'on tentait de les mettre en cage, de les étouffer par des règles qu'ils ne comprenaient pas. C'était un sujet délicat...même moi je pouvais le voir.

"À mon humble avis de novice...je crois qu'écarter les Suzurane seraient une erreur, autant que d'essayer de les écraser. Nous ne sommes pas dans les temps ni dans une situation qui nous permets d'essayer d'asseoir notre autorité sur ce clan. Il y a des événements plus important à gérer, notamment ce qui s'est passé à Suna, pour que nous puissions nous aventurer sur ce terrain. Les Suzurane sont reconnus pour n'avoir de loyauté qu'envers les leurs et que seul leur sentiment de liberté puisse avoir un poids sur cette même loyauté.

Si j'ai bien compris ce qu'est la Nation, j'ai l'impression que les Suzurane pourraient facilement se laisser manipuler par la propagande de cette organisation...de ce mouvement. Ils verraient peut-être là un moyen d'enfin se débarrasser des chaînes qui les relient au reste des clans...d'un système "d'ordre" auquel ils ont probablement déjà un peu de difficulté à comprendre les réels bien faits...à moins que je ne me trompe totalement sur le cas.

Notre but devrait être de les rallier à notre cause, à l'ordre, avant qu'ils ne voient cette "Nation" comme un outil pouvant leur apporter encore plus d'indépendance qu'il serait bon de leur donner. Ils sont à l'image de ce qu'ils représentent après tout: Des animaux enragés. Laissez leur la liberté de faire ce que bon leur semble...et il créeront des problèmes partout où ils iront. Il faut leur donner une cage assez grande pour qu'ils n'en voient jamais les barreaux...mais qui nous assureraient qu'ils restent à leur place. Je propose donc de réintégré un des leurs aux commandes, mais sous bonne surveillance, en positionnant quelqu'un de confiance dans l'enceinte de leur conseil et qui nous permettrait de garder un pied, des yeux et des oreilles chez eux...ou toute autre alternative semblable. Faites ensuite travailler nos deux clans de concert sur certains événements, donnez leur une raison de se sentir chez-eux et libre de paroles et d'actions et je suis sur qu'ils sauront nous reconnaître comme frères de patrie. Ce ne sera pas facile...mais c'est réalisable...on pourrait même tenter de joindre certains Heishi de notre race à d'autre des leurs. En grandissant et en accomplissant des travaux ensemble, le respect mutuel se développera de lui-même."

Je terminai ma phrase en remarquant que je m'étais avancé à la limite de mon siège, le dos bien droit et une main ferme sur la table. Un peu gêné de m'être emporté dans un élan d'affirmation, ce qui était pourtant tout à fait normal dans ce genre de débat, je me recalai au fond de ma chaise en croisant tranquillement les bras, croyant m'avoir assez fait entendre sur ce point. Je remarquai aussi que, malgré ma nature solitaire et indépendante, je devenais un véritable moulin à parole lorsqu'il était temps pour moi de m'afficher...comme si le fait d'avoir la possibilité d'être sous les projecteurs me donnait une nervosité à la fois incontrôlable, mais tout juste suffisante pour étaler à jour mes pensées...mes idées.

Enfin, fut prononcé ce qui semblait être un secret qui pouvait s'avérer lourd de conséquences. Une personne de renom et de grande influence avait été faussement déclarée morte, pour assuré l'avancement de l'empire, allait avoir l'opportunité de revenir à son poste d'origine. Je ne pouvais comprendre tout le sens que cela pouvait cacher ou encore tout le ressentiment que pourrait susciter une telle nouvelle.Néanmoins, un lien se fit dans ma tête. N'y avait-il pas une rébellion de l'empire? Cette rébellion ne pourrait-elle pas jouir de ce genre d'information pour rallier plus de gens qui pourraient se sentir trahis suite à une telle mascarade? Non? J'ai de la difficulté à comprendre tout les sens de cette information.


"Je ne sais pas si je devrais m'en mêler mais...avec la rebellions...de la ramener des morts comme ça...ça ne risquerait pas d'alimenter le feu au sein des citoyens? J'imagine qu'énormément d'entre eux pourraient se sentir trahis d'apprendre qu'elle n'était pas morte et que cette rebellions pourrait facilement se servir de cette annonce pour renforcé leur mouvement. Et la Daimyos elle même ne risque t'elle pas énormément en reprenant du service après qu'elle fut déclaré...eh ben...morte?"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 324
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Lun 18 Avr 2016 - 11:10

J'avais donné mon avis à la question posée, et voulant être dans le débat le plus possible, je n'étais pas tourné autour du pot. Kakeshuou ne devait pas se présenter aux commandes du clan Samui, pour le bien de l'Empire et pour éviter tout conflits d'intérêts. De plus, notre actuel chef de clan n'avait pas commis de fautes graves. Il fallait donc penser à autre chose, être plus proche des décisions. A nouveau, Ketsuen prit la parole et je ne pouvais pas être plus d'accord que lui, alors je ne rajoutais rien d'autre, continuant d'observer ce qu'il se passait.

La discussion se rapporta à la relation entre Suzurane et Samui... Les deux clans du pays de la Neige n'avaient jamais entretenus de bon termes dans le passé, et actuellement, la relation était dès plus sombre et froide. Quiconque l'avait déjà remarqué, je n'en faisais pas l'exception. L'un des membres du Parti Conservateur avait dans l'idée de les écraser, mais ce n'était pas du tout la meilleur solution qui soit. Ce fut au tour de Ketsuen d'affirmer sa position et ses idéaux, et il voyait sûrement le monde un peu trop pacifiste. Avait-il déjà vu ses Suzurane ? Ces personnes utilisaient la souffrance et la douleur dans leurs techniques et même leurs vies quotidiennes ! C'était incroyable... Vraiment.

Il est compliqué d'avoir un avis sur les Suzurane... Je n'en ai côtoyé que trop peu, mais je sais qu'ils sont différents et trop libres. Sûrement même imprévisibles, il est difficile de savoir ce qu'ils pensent. La vérité est qu'ils détestent les Samui, et allez savoir pourquoi. Dans tout les cas, qu'une Samui soit seigneur de guerre de notre pays et un autre Samui, empereur, ne rend nos relations aucunement meilleures.

Il serait évidemment temps de faire comprendre au Suzurane qu'ils doivent se soumettre. Cependant, il est important de ne pas les brusquer, on perdrait sinon une force dans nos effectifs.


Au final, je n'apportais aucune solution mais je donnais au moins mon avis. L'empereur prit de nouveau la parole lorsque tous les regards s'étaient posés sur lui, et l'annonce de la nouvelle qu'il apporta me déstabilisa légèrement. Les Damyos avaient étés tous tués, mais Kakeshuou nous indiqua que la Damyo de Yuki no kuni était encore en vie, secrètement et il proposait de la restaurer à son siège.

Je ne pense pas qu'il soit si bon de restaurer la Damyo. En effet, par rapport à la Résistance, mais également parce que nous ne pouvons savoir comment réagiront les autres pays sous le joug de l'Empire ! Comment faire comprendre aux autres populations qu'ils resteront sous les ordres d'un Seigneur de Guerre alors que notre pays sera sous celui d'un Damyo ?


Toujours calé dans ma chaise, j'avais planté mon regard azuré dans celui glacial de l'Empereur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Dim 24 Avr 2016 - 16:35




Suite à la déclaration, le silence s’était installé dans les rangs Samui. Personne ne savait vraiment comment prendre cette nouvelle. C’était une nouvelle supercherie de l’Ancien ; mais fallait-il l’accepter aussi facilement ? Inutile de dire que l’illustre Clan Samui avait partiellement pâti de cette décision sanguinaire de la part du Kamui. Annoncer aujourd’hui que toutes ces années de réprimande et de calomnie se soldaient par un mensonge ; étaient-ils vraiment prêts à l’apprendre ?

A la surprise générale, ce furent les deux jeunes invités qui réagirent les premiers. De son côté, Ketsuen abordait chaque point avec minutie. La question de la future chefferie du Clan. Ce n’était pas une absolue priorité, Yuki Samui étant toujours en poste ! Cependant, la question restait entière. Elle devrait être relayée à des décisions ultérieures. En ce qui concernait la gestion de Yuki no Kuni, et le retour éventuel de l’ancienne Daimyo, de nombreuses questions restaient en suspend. Il faut dire que cette nouvelle arrivait comme un marteau sur l’enclume. A une heure aussi avancée, où la Rébellion s’agitait dans tous les sens comme si elle recherchait désespéremment de l’oxygène, fallait-il leur donner encore plus de grains à moudre … ?

Kirito, plus expérimenté et plus impliqué sur le terrain, restait méfiant sur ces deux affaires. Il était d’avis d’encadrer les Suzurane, et de rester distants vis-à-vis de leurs implications. Il était clair que les évènements récents ne jouaient pas en leur faveur, et les désaccords ou rixes étaient fréquentes … . Il faudrait certainement un avis neuf dans ces relations complexes. Quant à la Daimyo, c’était pour lui une mauvaise idée. Cela ferait de l’engrais pour le mouvement contestataire qui verrait alors en elle un nouveau moyen pour alimenter son opposition.
En vérité, le plus inquiétant était que les autres ne disent rien. Mais cela ne devait pas durer.

|Et comment vous avez pu laisser faire ça, tous les deux ?!
|Cette stratégie est mauvaise en tout point, Kakeshuou-dono! … Assassiner les Daimyos vous faisait passer pour un assassin, mais au moins pour quelqu’un de déterminé et d’indomptable ! Avec un Daimyo survivant, même nos alliés les plus proches nous verront affaiblis !
« – Vous auriez préféré l’assassin de sang froid à l’homme de réflexion ?! »
|J’aurais préféré que le Clan sache ce genre de choses pour que les divisions désormais existantes ne soient pas !
|Quoi qu’il en soit, la situation actuelle est ce qu’elle est ! Maintenant, nous devons savoir quoi faire de cette nouvelle information !


Les plus jeunes restaient en retrait. Cette nouvelle restait dure à intégrer, et l’image de l’Empereur changeait à chaque seconde à leurs yeux. Qui était-il ? Cet homme qui avait renversé le jeu politique de l’Alliance pour créer un système gravitant autour des Ninjas et se débarrassant du système féodal universel dans le Yuukan … . Et maintenant il revenait sur ses décisions ?!
Un seul prit le risque de poser la question. C’était son unique disciple de longue date – il aurait certainement plus de chances d’avoir son avis.

|Kakeshuou-sama … qu’espérez-vous faire en restaurant son pouvoir à Akeko Oge ? Au mieux, elle récupèrera son autorité et acceptera de garder ses prérogatives dans un système plus global qu’est l’Empire, jouant le rôle qu’elle a toujours joué. Au pire, elle gardera une opinion très tranchée contre l’Empire qui l’a ouvertement menacée et destituée, et elle deviendra un symbole indétrônable pour la Rébellion … .

La question était très bien posée, et tous les regards se portaient désormais sur l’Homme des Glaces.
Le temps passa, comme pour lui accorder un délai pour rassembler ses idées et ses arguments.

~ Mon projet est d’établir un système semblable au Triumvirat qui a échoué pour l’Alliance. Akeko Oge retrouvera son autorité et son statut perdu lors de la création de l’Empire. Mais les décisions resteront prises au sein d’un Conseil National du Pays des Neiges. Ce Conseil sera composé d’un représentant du Clan Samui et du Clan Suzurane, ainsi que des principales instances du Pays, notamment pour les grandes Villes. Ce sera un nouveau modèle politique qui démontrera ou non l’efficacité du modèle triumvirale. Akeko Oge … est une femme d’honneur ; droite et intelligente. Elle a beaucoup de ressentiment envers moi, mais elle a trop d’attachement pour son Pays, et pour la Paix pour jouer les rebelles, en tout cas je l’espère. Si nous lui prouvons par les faits que l’Empire offre paix et stabilité face à ses ennemis extérieurs comme intérieurs, elle se révèlera être bien plus qu’un atout pour nous. … Qu’en pensez-vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 742
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Sam 30 Avr 2016 - 21:18



La nouvelle avait réellement créée une vague de protestation d'une part et de la grogne de l'autre. Les différents membres de l'assemblée restèrent estomaqués par cette annonce qui, en fait, semblait n'avoir que du mauvais à première vu et aux yeux de ceux qui répondaient à l'annonce. Après avoir ennoncé mon point de vu, écouter celui du Samui à peine plus âgé que moi et assisté aux multiples commentaires de ceux qui avaient suivis l'évolution du Kamui depuis plus longtemps que d'autres, je me trouvai une nouvelle fois perdus dans le fil de la discussion jusqu'à ce que l'empereur décide de poursuivre son idée en élaborant un peu plus les détails de la restitution de l'ancienne. Je fus donc, comme à mon habitude, attentif. Le premier point apporter fut le retour d'un Triumvirat ou plutôt quelque chose de semblable, mais en tenant compte des probables lacunes que le dernier en place avait dû faire face.

Ensuite, je compris que la restitution de Oge allait lui permettre de retrouver la totalité de son autorité d'antant...mais en étant contrainte aux decisions finale du conseil national représentant les deux clans majoritaire de Yuki no kuni. Ce qui semblait logique et équitable à première vue...mais cela nous menait au troisième point et le plus délicat probablement: les Suzuranes. Le silence s'installa de nouveau alors que tous semblaient réfléchir, comme la première fois que fut emmené ce nom à la table.

De mon côté, je restais persuadé qu'une entente pourrait être menée à bien avec ces barbares de l'île. Bien que j'en eus jamais rencontré personnellement, je restais convaincu que tout hommes pouvaient être ammené à raisonné dans un bien commun pour peu qu'il y trouvait son compte. Leur donner de l'importance dans les décision diplomatique de Yuki no kuni pouvait leur offrir une nouvelle autorité sur ces mêmes décisions...ainsi leur offrir un semblant de liberté d'action diplomatique. Le fait d'être soumis à un conseil établissait donc une "frontière" à cette liberté...frontière invisible, mais belle et bien présente. Cela se rapprochait de l'idée que j'avais suggérée et imaginée. Cependant, les Suzuranes étaient loin d'être le genre de clan à se laisser convaincre par des lettres ou de lointains mots de l'empereur. Ils vivaient, selon ce que mon père m'avait déjà raconté à leur sujet, selon des principes et des valeura encore tribales et ce genre de structure demandait beaucoup plus d'actions physiques et de contactes visuels pour adhéré à une idée que de simples promesses...aussi veritables et véridique s pourraient-elles être.


Malheureusement, je ne crois pas que les Suzuranes se laisseront aussi facilement influencés dans toutes vos idées présentées ici. Il faudrait d'abord créer des liens avec eux...entre Samui et Suzuranes, mais aussi entre l'empire et le clan. Cependant si un tel ordre venait à être lancé, je m'y porterais volontaire. Je crois que d'envoyer un jeune soldat, en plus d'être un jeune Samui, porterait le message d'un accord à long terme, la pensée et le souhait de voir que la prochaine génération peut surmonter les différents du passés...qu'elle reconnait en fait que ce sont là les querelles des vieux et non des jeunes, sans vouloir offenser personne ici présent.

Ne travaillons-nous pas, tous autant que nous sommes, pour promettre un avenir meilleur que le nôtre pour ceux qui viendront ensuite? Yuki no kuni ne peut être une terre équitable et complètement solidaire si les deux clans qui y habitent ne sont pas "égaux" sur les décisions prises pour le futur de cette même terre et, c'est chez les jeunes pousses que cette égalité et que ce respect doit commencer. Et peut-être est-ce mieux d'envoyer une personne qui n'a jamais été influencé contre ces Suzuranes et qui reste impartiale quand à ce qu'ils sont ou ce qu'ils ont pu faire...


Mon idée avait été lancée, cette fois-ci, sans la moindre hésitation ni aucune nervositée. Encore une fois, beaucoup pourraient pensés que j'avais une vision du monde simpliste et que mon manque d'expérience parlait de lui-même, mais j'aimais à croire que les idées que l'on appelait "simplistes" restaient en fait le plus difficiles à accomplir. Non pas parce qu'elles étaient réellement difficile à mener à termes, mais parceque personne ne voulaient admettre qu'elles étaient souvent la solution à des maux d'apparences incurable. Pour arrêter d'avoir mal au pied, il ne fallait parfois que changer ses souliers pour des nouveaux.

Pour ce qui est de Oge, je n'ai malheureusement que très peu de connaissance sur elle ou encore sur ce qu'était le Triumvirat pour me prononcer. J'imagine que si son sentiment de patriotisme est aussi grand...peut-être sera t'elle réellement encline à se ranger du côté de l'empire. Si elle sait reconnaître le bien pour le peuple du Shukai...elle le fera...j'espère.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 324
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Mar 10 Mai 2016 - 12:37

La réunion du clan était spéciale, surtout avec la nouvelle que venait d’apporter l’Empereur. J’avais donné clairement mon avis pour le coup, parlant franchement et sans honte. Il était temps que ma voix se fasse entendre parmi les ténors du clan, il était temps que je prenne du poids dans les décisions du clan et de l’Empire. Il était juste temps pour moi de me montrer. Concernant, la nouvelle de la Damyo du pays des Neiges, je mettais montrer plus en retrait, n’acceptant pas très bien cette nouvelle. L’Empereur avait assassiné tous les autres, et laissé donc celle de notre Pays vivant. Favoritisme ? Ou pas, je n’avais pas d’avis sur la question… Quoique, j’étais en désaccord avec le fait de sortir cette nouvelle. Je préférai véritablement que l’on reste sur le système qui était le nôtre pour l’instant.

Laissant la voix aux plus anciens, ce fut un homme qui prit la parole, posant une question directe à l’Empereur. Il lui demandait ce qu’il espérait en faisant revenir Akeko Oge, la Damyo. Mon regard se posait sur l’homme pâle, attendant une réponse de sa part. En gros, Kakeshuou espérait instaurer un nouveau système au pays de la Neige, celui du Triumvirat. C’était une bonne idée… Mais, parce qu’il y a toujours un mais… Laissant la parole à Ketsuen, je décidais à mon tour de prendre la voix.

« Et si votre plan ne marche pas ? Et si rien ne se passe comme vous l’avez prévu ? Je veux dire que nous ne sommes sûrs de rien, et je reste camper sur la position que l’on doit rester comme tel. Du moins, pour l’instant »

J’étais resté assis en parlant, ne doutant pas que donner mon avis ouvertement allait me causer quelques problèmes. Mais, tous les avis devaient être pris en compte à l’heure actuelle, n’est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Mar 10 Mai 2016 - 20:38




La suggestion du Kamui était osée. Beaucoup ne la comprenaient d’ailleurs pas. Il avait de ses propres mains mis fin à ce système de partage de pouvoirs, qu’il avait jugé trop disparate, trop idéaliste et sans avenir. En éloignant ses concurrents et collègues Capitaines, mais aussi en se débarrassant des Seigneurs féodaux des Nations neutres, le personnage froid comme glace avait clairement marqué sa différence et son rejet de l’ancien temps pour une nouvelle conception du monde. Alors quelle était cette nouvelle décision ? Une preuve d’hésitation, voire même de remord ? L’homme prétendait vouloir faire une expérience politique – expérience qui aurait le meilleur effet dans un pays aussi diversifié et organisé comme celui des Neiges. Était-ce là ses véritables intentions ?

Le silence se fit quand les deux jeunes membres du Clan Samui apportèrent leur part à la discussion. L’un d’eux voyait avant tout le risque que pouvaient représenter les Suzurane. Peuple barbare, adonné dans la souffrance et la sauvagerie la plus insatiable, pendant longtemps en conflit avec les Samui – que ce soit avant la création du Village Caché du Brouillard, ou lors de la fuite de Mizu – rien ne les mettait en accord, même plusieurs générations plus tard. Les faire entrer aussi clairement dans les institutions, était-ce la meilleure stratégie ? Ketsuen préssentait que cette étape était nécessaire pour établir une relation de confiance, et les bases d’une construction commune. Le genre de réflexion qu’attendait le Kamui. Reconnaissant ses propres défauts en matière de connaissance sur le cas « Oge Akeko », il se portait cependant volontaire pour ouvrir la voie à ce projet et aller à la rencontre des Suzurane ! Une proposition bien téméraire !

Kirito, de son côté, s’interrogeait sur le côté sombre de cette affaire. N’allait-on pas au devant d’un danger, un retournement de situation que le Shukaï, mais avant tout le Clan ne serait pas capable de gérer convenablement ? C’était en effet un danger probable, qui pourrait alors se répandre et enflammer l’ensemble de l’Empire, persuadant les autres Nations de se révolter contre le nouvel ordre établi ? A ce titre, il annonçait clairement camper sur ses positions, et ne pas vouloir de changements dans l’état actuel des choses.
Bref, un duo de réponses qui prit de court les plus anciens et les plongea dans un songe temporaire. Tant et si bien qu’à la fin de l’intervention de chacun, personne ne prit la parole.


|Pour des nouveaux, ils savent parler …
|Des jeunes membres du Clan capables de s’affirmer ainsi et de s’exprimer aussi librement ; je crois que le dernier en date au sein du Clan était Kake-Nii en personne !
|Kakaka, des gamins qui ont de la poigne et des trippes ! C’est ça qu’il nous faut, pas vrai !


Surprise générale ! Cette double intervention a élevé les arguments nécessaires, et a plu aux plus anciens qui y ont vu de la réflexion, un avis clair et posé et un véritable sens de l’observation ! Ce genre de réflexion était donc particulièrement apprécié, même si cela revenait à dire non ! La Race des Samui était faite d’esprits forts, de convictions durement sculptées dans la glace et d’une force propre à la montagne enneigée ! Quiconque ne rentrait pas dans ce cadre était rapidement perçu comme inutile, et relayé à des activités secondaires pour le Clan ! Ces deux jeunes gens ne rentraient pas dans cette catégorie – grand bien leur fasse !


« – Je suis d’avis que l’on envoie une délégation vers les Suzurane, afin de connaître leur position sur l’Empire et sur cette idée de façon définitive. Et si le jeune Ketsuen est volontaire, pourquoi ne pas jouer cette carte ! – »
|Je me range plutôt du côté de Kirito, Kakeshuou-Sama ! Les Suzurane sont brutaux, et ne cherchent pas de consensus !
|Les Suzurane aiment la douleur ; et les ours … .
|Raaaaah mais on s’en fout de ça, Haruki !!
|Je trouve l’idée séduisante. Et au moins, nous saurons quelles sont leurs véritables intentions vis-à-vis de l’Empire ! Bon courage, Ketsuen, tâche de revenir avec la tête sur les épaules ! huhuhu …


Cette dernière blague-remarque d’Eiko ne lui ressemblait pas ! Lui qui gardait les yeux fermés, ayant condamnés ses pupilles pour mieux capter les sensations qui l’entouraient et pour parfaire son art de l’escrime, qui aurait cru qu’il se laisserait porter par l’humeur de la pièce et l’humour de la situation ?! L’assistance était partagée, mais le débat était lancé. Certains estimaient que la décision était prise, mais qu’il fallait envoyer plus de monde. D’autres remettaient encore en question la nécessité de cette intervention. Il fallait quelqu’un pour rétablir le calme ou pour briser cette ambiance.

|De toute façon, il n’y a pas manière à discuter, si ? C’est notre tyran fait maison qui va prendre la décision finale, pas vrai ?


Cette remarque désobligeante vint de Yachiru, jamais volontaire pour s’intégrer et toujours apte à critiquer à piquer au vif. Sa moquerie a coupé court à toutes les conversations, et les différents participants présents braquent leur regard sur celui qui ose voir dans cette discussion une dictature. Il était vrai que le jeune Yachiru ne s’était jamais véritablement intégré au parti. Il préférait suivre ceux avec qui il s’entendait généralement bien, mais ne respectait ni l’autorité de ses aînés, ni celle de ses supérieurs. C’était un mouton noir, qui se complaisait presque dans l’isolement et le regard méfiant et mécontent de ceux qui l’entouraient au quotidien. D’ailleurs, il a trouvé dans Panakko la petite teigne qu’il rêvait de titiller au quotidien. Celle-ci n’hésita d’ailleurs pas à se lever et fut prête à brandir le poing. Geste qui fut stoppé net par Atsuhiko Samui.


|Yachiru, si tu ne trouves pas ta place ici, rien ne t’oblige à rester … .
|On est sensé être un Clan, non ? Je peux me rendre où je veux, à priori !
|Mais pas nécessairement pour provoquer à tout bout de champ, et déclencher des querelles entre nous, pas vrai ?
|Vous faites les fiers à échanger vos avis, mais dites moi que ce n’est pas le Vieux qui va décider pour nous tous !
|YACHIRU !!


Cette fois-ci, ce fut Eiko qui bondit et était prêt à sortir les armes ! L’unité au sein du Clan n’était plus celle d’antan. De toute évidence, il y avait un véritable problème de respect entre certains des membres, principalement les plus jeunes ! Les premiers à se laisser guider par la fougue, quoi de plus normal ! En plus, leurs deux caractères s’opposaient de A à Z ! Eiko, ancien élève personnel de l’Empereur, était un combattant zélé prêt à tout pour servir le Clan et le Kamui ; de son côté, Yachiru appartenait à une lignée importante, mais n’en faisait qu’à sa tête. Le combait était imminent … .


~ Arrêtez immédiatement. Tous les deux.

Le ton est calme, mais le froid qui se dégage de Possédé fait clairement comprendre que s’il doit intégrer la bagarre pour calmer les esprits, celui habité par l’Hikaijuu n’hésitera pas un instant et sera sans pitié ! Son dernier élève comprit rapidement cette situation, et préféra se rasseoir en silence. Yachiru, un instant hésitant, accepta de capituler et de retrouver son rang et son silence.
Bien qu’ayant interrompu la dispute par un regard endiablé, le Lion des Neiges rendit son aura moins agressive, et reprit un regard plus attentif et ouvert.

~ Yachiru, tu seras toujours le bienvenu à ces discussions. Le but est avant d’échanger et de trouver un terrain d’entente, des idées et des solutions. Vous imposer mon avis n’aurait de sens que si je boycottais ces réunions. C’est justement l’avis de chacun qui est intéressant à prendre en compte, afin de trouver la meilleure opportunité. Tu le comprends ?
| …
~ Bien. Je suis pour que nous envoyions une délégation Samui auprès du Clan Suzurane, dont Ketsuen pourrait être chargé. Tu feras attention, les Suzurane sont très impulsifs. Ils chercheront certainement à te mettre à l’épreuve. Surtout fais preuve de sang froid, de réflexion et de résolution.
|Et pour l’ancienne Daimyo de Yuki ?
~ … Kirito, tu semblais inquiet à ce sujet. Que penserais-tu d’aller à sa rencontre et de juger par toi-même si elle est fiable et volontaire dans ce projet, sans être opposée frontalement à l’Empire ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 742
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Mer 18 Mai 2016 - 23:34



Il faut bien savoir parler si l'on veut se faire entendre. Comme m'a toujours enseigné Père; Celui qui se couche devant l'opinion publique se fera marcher dessus, alors que celui qui parle en son nom et qui reste debout pour ses convictions, même s'il se fait haïr...on l'appellera Monsieur!


Lancées avec une pointe d'humour, je tentai d'apporter une certaine légèreté à cette longue discussion lourde, chargée de projets et de "Si". Je regardai chacun de mes homologues avec beaucoup plus d'aisance qu'à mon arrivée et j'en profitai pour remercier l'assemblé pour les compliments. Ils avaient raisons, peu de jeunes Samui se prononçaient depuis quelques temps et à en voir la totalité des membres de cette réunion, seul Kirito et moi semblions être réellement nouveau. Était-ce parce que le clan était déchiré entre les conservateurs et l'autre groupe? Cela restait dommage de voir qu'aussi peu de jeunes voulaient suivre le chemin pavé par nos ancêtres afin d'y ajouter de nouvelles dalles à leurs tours.

Cependant, la légèreté de mes propos n'aura été que de courte durée puisque l'un des attablés décida de mettre son grain de sel en défiant l'autorité du Kamui par une remarque cinglante et sarcastique. Les réactions furent vives et rapides, tout autant que la mienne. Ma tête se retourna brusquement vers celui qui s'était prononcé et mon oeil capta l'image de son visage afin d'en s'imprégner ma mémoire à tout jamais. Le jeune homme aux yeux vairons portant le nom de Yashiru venait de perdre toute estime de ma part en deux seules phrases. L'indiscipline et la moquerie gratuite dont il avait fait preuve avait eu don d'attiser un feu brûlant sur ma langue et mes doigts me démangèrent...mais un autre fut plus rapide que moi. L'escrimeur aveugle se montra hostile à l'égard de l'autre moins sage et pris une position offensive qui fut stoppée nette par l'intervention de l'empereur. Sa voix se voulait calme, mais autoritaire et annonciatrice de représaille si le tout venait à dégénérer. Aussi, je me rassis à mon tour et je laissai le Kamui reprendre la parole. Ses mots furent donc une approbation pour m'envoyer chez les Suzuranes...j'avais donc su me montrer convainquant et digne d'être envoyé pour accomplir cette tâche...et elle allait être menée à bien.



Alors puisque ma requête est acceptée, je demande à quitter l'audience afin de me préparer à un long voyage, car c'est à la marche que je traverserai les steppes enneigés et les pics glacés de Yuki no kuni. Pour gagner leur respect, je devrai comprendre ce qu'est la douleur d'un peuple vivant dans des terres qui leurs sont hostiles car tous n'ont pas eu la chance de naître sous la bénédiction de la dame des neiges et de la glace.


Je saluai donc le reste de l'assemblé après avoir entendu ce que tous avait à ajouter et je me levai de mon siège. La route allait être longue...mieux valait être bien préparé...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 324
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Sam 21 Mai 2016 - 11:43

J'étais de l'avis de mon équiper et ami, Ketsuen. Pour se faire entendre, il fallait savoir parler et exprimer librement son avis. La comparaison avec l'Empereur à ses débuts ne fut pas du tout de trop, et c'était une chose que je pouvais clairement apprécier. Nous étions l'avenir des Samui, et apparemment, nous avions réussi à bien nous intégrer parmi ce parti conservateur. C'était une voie sur laquelle il fallait continuer d'avancer, donner son avis le plus clairement possible et surtout se faire comprendre parmi ces grosses têtes du clan. Surtout que j'avais secrètement l'ambition de m'affirmer au maximum parmi les miens, et de devenir chef de clan après Yuki. Non pas que je pensais qu'elle était incompétente au sein du clan, mais surtout que les affaires du clan stagnaient plus qu'autre choses. Je voulais apporter du sang neuf, innover un minimum pour montrer que les Samui n'étaient pas mort, au contraire.

Un des membres, plutôt jeunes comme nous, prit la parole d'une insolence assez rare auprès du Kamui. Mon regard se portait sur chacun de nous, mais je vis que Ketsuen semblait irrité par lui. Pour moi, je pouvais clairement comprendre l'avis de Yachiru. Le Kamui était celui qui prenait les décisions, et malgré nos avis, il ne nous écoutait pas forcément. Il faisait le meilleur selon lui, dans ce cas là, ces réunions ne servaient pas à grand chose pour lui. Ce que je ne tolérais pas était son impolitesse vis à vis de l'Empereur, personne qu'on devait un minimum de respect même si on ne l'appréciait guère.

L'Empereur calma les choses et prit la parole, il envoya Ketsuen chez les Suzurane et décida de m'envoyer voir la Damyo. Les deux points cités durant cette réunion. Je souriais, content de la mission que l'on m'accordait.

J'accepte volontiers, Kamui-sama. Je vais, tout comme Ketsuen, partir de ce pas me préparer pour cette mission alors. Messieurs, mesdames. Au plaisir.

Toujours resté courtois, je quittais également la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Heureux retour ? Sam 28 Mai 2016 - 2:09




Les deux jeunes gens se montraient honorés et déterminés dans cette nouvelle mission qui leur était confiées. Chacun à leur tour, ils saluaient ce Conseil, et prenaient congé pour s’engager au plus tôt dans ces délicates opérations dont ils auraient la charge. Un point bien délicat ! Après tout, il ne s’agissait ni plus ni moins que de restaurer l’équilibre d’un Pays et garantir sa cohésion et son efficacité ! Prier ne serait pas superflu pour ce nouveau pari mené par l’Empereur … .

A ce départ, les membres encore présents se permettaient un signe de tête et un bref sourire en guise d’accord. Le tout ponctué d’un « Bon courage à vous » de la part de l’ancienne Chef de Clan, et d’un signe de tête très significatif de la part du Kamui. Voilà les deux jeunes combattants partis, laissant le Conseil dans le silence. C’était bien évidemment un homme bourru et confiant qui devait relancer cette conversation. Pas étonnant en soi que Karamatsu pour briser ce mutisme pesant.

|De sacrés gosses ! Espérons qu’ils sachent faire preuve d’autant de diplomatie devant leurs adversaires que devant leurs aînés kakaka !
|Ce n’est pas une tâche simple. Sans doute faudra-t-il couvrir les actions du jeune Ketsuen. Les Suzurane ne sont pas commodes … .
« – Si ce Conseil doute lui-même de la réussite de cette mission, pourquoi vouloir faire cette tentative … ! – »
|Parce que si cet entretien échoue, nous pourrons alors clairement statuer que les Suzurane sont contre l’Empire, et agir contre eux …
|Haruki ! Tu pourrais arrêter de raconter n’importe quoi !?
~ … A défaut d’être toutes douées de bon sens, certaines réflexions de Haruki restent toujours d’une incroyable logique …


Les regards se braquèrent soudainement vers l’hôte de cette réunion du Parti. Cette déclaration provoquante venait de l’Empereur en personne ?? Si certains en doutaient un instant, le fin sourire qui glissait subtilement sur les lèvres du Maître du Shukaï finit de conforter ceux qui ne croyaient pas en une telle théorie. Tous restaient muets. C’était très clairement un message militaire, et même autoritaire, que celui que Kakeshuou Samui venait de prononcer.
Ce dernier ne regrettait pourtant pas un seul de ses mots. Il savait que Hiraku était un gars mystérieux : l’air bête, versatile et dans les nuages, il n’en demeurait pas moins quelqu’un au raisonnement fûté et rapide, capable de discerner les propos les plus fins et les plans les plus secrets. C’était certainement pour cela qu’il aimait à venir à ce genre de réunion où il paraissait plus comme un figurant que comme un acteur de premier plan.

Kakeshuou Samui devait maintenant des explications. Qu’il ne tardait pas à livrer.

~ L’Empire peut souffrir de divergences de points de vue et d’oppositions. Si un Pays tout entier venait à réclamer son indépendance, nous ne pourrions que céder. Mais si cela vient d’un simple groupe d’individus idéalistes et individualistes, mettant en péril l’équilibre de notre État, nous nous devons d’agir avec la plus grande sévérité. Et frapper les premiers. Peu importe que nous passions pour des dictateurs ou non … .
|Mouais … je reste assez d’accord, même si je n’aime pas l’idée …
|Pourtant, nous n’avons pas le choix ! C’est aux forts de manger, non pas aux insectes de dévorer nos cadavres !
« – Je ne suis pas sûr d’approuver ce procédé, Kakeshuou … – »
|Et moi non plus, Kake’-Nii …


Encore une fois, des avis partagés. Quoi de plus normal, même au sein du Clan, les divergences pouvaient exister. Et même s’il s’agissait là du parti Conservateur sous l’appui de l’Empereur, cela ne signifiait pas que son opinion ne pouvait pas être contestée ! …
Pourtant, le Vétéran rendait la chose on ne peut plus claire.

~ … Et pourtant, c’est le chemin que nous suivrons à l’avenir ! Attendons déjà de connaître la réaction et la réponse de ces partis. De mon côté, je compte bien mener l’enquête sur ce qu’il est advenu de Yuki, ma petite-fille … Je vous tiendrais informé, mais je dois m’affairer au reste du Shozaichi et à sa reconstruction … . N’hésitez pas à rester un temps, vous êtes toujours les bienvenus parmi nous. Et nous aurons l'occasion de nous retrouver encore une fois.

L’ensemble de l’Assemblée se dressait doucement, se saluant les uns les autres, avant de se quitter.
Les Samui entraient eux aussi dans le jeu de la reconstruction et de la stabilité impériale.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Heureux retour ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Quartiers Résidentiels-