N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 [Mission Konoha] Etat de siège

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1499

Message(#) Sujet: [Mission Konoha] Etat de siège Ven 8 Avr 2016 - 23:36



Etat de siège


Contexte du groupe

Partis tard la nuit précédente, vous arrivez rapidement aux abords de la ville de Kaizoku, entourée de grandes murailles. Selon vos informations, la ville est prise en otage par des pirates : vous ignorez leur nombre ainsi que leurs capacités.

De premier abord, rien ne semble étrange : Kaizoku semble être une forteresse comme les autres. Devant vous se dresse la porte principale de la ville, gardée par six ou sept « gardes » avec de grandes épées. Tout est calme et paisible.

Règles générales
    Ø Résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide. N'hésitez pas à exporter le code de vos techniques via votre Fiche Technique dynamique.
    Ø Vous n’avez pas de délai de réponse obligatoire : veillez cependant à ne pas abuser de ce temps libre pour ne bloquer personne.
    Ø N'hésitez pas à utiliser le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.
    Ø En cas de soucis, vous pouvez contacter @Aburame Mizuki. Notez qu’elle n’est pas spécialement le narrateur de votre groupe mais c’est elle qui centralise le tout.

Indications particulières

Participants (sans ordre particulier)

@Rakuzan Satochi
@Yôgan Yusei
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Sam 9 Avr 2016 - 1:28


La vie à Konoha avait définitivement repris son cours, la délégation konohajine était rentrée de Suna et les troupes menée par la Nanadaime envoyées à Nami no Kuni pour une conquête éclair en avaient fait de même quelques jours plus tard.
Bilan des derniers évènements ? Des morts, des blessés, des nouveaux ennemis, des potentiels alliés et surtout un nouveau pays à redresser.


La vie au pays des vagues avait été très difficile pendant de longues années. Aujourd’hui placés sous la juridiction de Konoha, les Namijins aspiraient à une vie meilleure. Le village de la feuille devait donc respecter les engagements qu’avaient été les siens lors de la récente conquête.
Le cas contraire entraînerait inévitablement une perte d’estime, et pire encore une rébellion. De sur-plus, c’est à l’échelle mondiale que Konoha verrait sa réputation réduite à l’état de village désirant simplement à agrandir sa zone d’influence sans un geste en retour.
Konoha n’avait donc pas le droit à l’erreur.


C’est ainsi que dans l’optique de redresser le pays des vagues qu’Aburame Mizuki qui avait reçu récemment le titre de Bras-droit de Miko organisa une suite de missions auquelles de nombreux konohajins allaient participer. Le Chef du clan Rakuzan n’allait pas faire exception à la règle. Faisant partie des rares personnes pratiquement pas touchées par les combats, le Jônin n’était pas surpris de voir cette lettre de convocation déposée sur son bureau lors de son retour de son entraînement personnel.

Comme le suggérait la convocation, Satochi se présenta à l’heure indiquée dans la salle du palais elle aussi indiquée et retrouva un shinobi de la feuille qu’il connaissait bien puisqu’il s’agissait de Yusei.
Tout deux pénétrèrent dans la pièce et s’installèrent. L’Aburame leur confia alors leur dossier de mission et commença son explication.


Les récents rapports étaient inquiétants, une importante ville du pays semblait être contrôlée des criminels en tous genre.
La mission était simple. Libérer la ville et sauver les civils.
Intérieurement, Satochi avait déjà le cœur en flamme. Le combat qu’il avait livré à Suna avait laissé un goût d’inachevé et de frustration.
Les fous qui avaient osé prendre en otage une ville tout entière allaient subir l’enfer. Cependant, un doute persistait dans l’esprit de Satochi. Un doute remontant à l’époque où la base du Shoraizen avait été détruite. Ce jour-là, il avait été incapable de sauver moins d’une dizaine de personnes. Aujourd’hui, c’était des centaines de vies qu’il devait secourir. L’enjeu était de taille, mais le brun avait évolué depuis cette époque et surtout, il ne serait pas seul. Le Rakuzan avait confiance en Yusei et les deux équipes que les deux Jônins allaient devoir élaborer seront déterminantes.
Après tout, en réfléchissant bien, les pouvoirs respectifs de Yusei et Sato' ne collaient pas forcément avec un opération où la protection primait sur l’extermination pure et simple, les compléments devraient donc offrir d’autres alternatives.

Les détails furent bouclés, à présent Satochi avait du pain sur la planche et quitta la pièce l’esprit déjà tourné vers a composition d’équipe.
Il était urgent de trouver des shinobis de qualités et disponibles et après quelques heures de réflexion Satochi tenait quelques choses.
Il chargea trois pigeons messagers de livrer trois lettres dans lesquelles, le lieu, l’heure, la date et le contexte du départ était indiquées. Puis il prépara simplement ses affaires en attendant impatiemment le départ imminent.


Quelques heures plus tard, Satochi attendait patiemment devant les portes du village lorsque son escouade arriva enfin.
Un sourire sur ses lèvres se dessina sur son visage.


- Sabakyô Gosu, Ioshi Kea, Hyûga Byakuya ...



Sabakyô Gosu -- Ioshi Kea -- Hyûga Byakuya

- Merci d’avoir répondu à ma requête. La deuxième équipe ne devrait plus tarder à présent.

L’équipe de Yusei arriva ensuite et les troupes purent donc se mettre en route.
Le voyage se déroula sans encombre et fut l’occasion pour le Rakuzan de féliciter Yusei pour sa promotion au rang de Jônin et les différents membres de la troupe apprirent à se connaître.


Ils arrivèrent finalement près des portes de la ville de Kaizoku. Tout semblait se dérouler dans le calme et rien ne laissait présager que le chaos régnait derrière cette immense forteresse. Les portes avaient l’air fièrement gardées par des hommes portant l’épée.
Vêtu d’une logique tunique à capuche recouvrant leurs visages, l’escouade de Satochi s’arrêta à plus dizaines de mètres des hommes.
Ils y étaient…
Son regard se plongea alors dans celui de Yusei, Sato' était prêt et il était désormais impératif de choisir l’alternative la plus adéquate entre toutes celles qui avaient été évoquées sur le chemin.
Foncer et préconiser une attaque rapide ? Où bien la jouer subtile avec les talents qui avaient également fait le déplacement.
Sato' avait un penchant pour la deuxième solution préférant la collecte d’informations à l’attaque brutale.
Yusei serait-il du même avis ? C’est ce que le Chef de clan découvrirait bien assez tôt.



PNJ:
 



Dernière édition par Rakuzan Satochi le Lun 11 Avr 2016 - 9:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 942
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Dim 10 Avr 2016 - 15:11

Après quelques jours à être resté allongé sur un lit d’hôpital, n’en étant sorti que pour répondre à une convocation exceptionnelle venant de l’Hokage, et les rares fois où j’essayais de sortir discrètement me dégourdir les jambes, j’étais enfin remis sur pied. Enfin, sur pieds, mes blessures n’étaient pas si dramatiques. En effet, l’opération au pays des vagues ne m’avait pas laissé sans séquelles, puisque je m’étais pris plusieurs brûlures le long du corps, suite à mon affrontement avec un groupe de pirate. Cependant, il n’y avait rien de sérieux, quelques bandages sur l’entièreté de mon corps à maintenir et c’était bon. Cependant, cela ne semblait pas être l’idée du « repos » que se faisait mon médecin. Elle était plutôt du genre à vouloir me mettre une camisole et m’attacher au lit, si cela signifiait que je n’allais prendre aucun risque pour aggraver mon cas. Et pour ceux qui se demandent si elle allait vraiment aller jusqu’à cette extrémité, ne me posez pas la question.

Toujours était-il qu’alors que je pensais reprendre le train-train quotidien de ma vie, maintenant que ma vie était avec moins de bandelettes, il semblait que mon devoir allait devoir me demander de retourner à nouveau au pays des Vagues. Je fus convoqué par Mizuki, le bras droit du Hokage et nouvellement Jônin, comme moi d’ailleurs, qui voulait me voir en priorité pour une vague de missions qui semblait être lancée pour un grand nombre d’unités à Konoha, puisque j’ai eu l’occasion d’entendre des échos comme quoi, mes élèves allaient y participer. Arrivé sur place, je fus ainsi mis en face de la rousse et d’un autre Jônin que je connaissais, Rakuzan Satochi. Je me disais qu’avec nos compétences respectives, il s’agissait sans doute d’une mission qui n’allait pas faire appel à la subtilité, mais c’était loin d’être le cas. En effet, la ville de Kaizoku à Nami semblait être encore sous la juridiction des pirates (assez ironique vu le nom de la ville…), et nous avions été choisis pour diriger deux escouades afin de libérer la ville. Vu nos compétences respectives, cela devait dire qu’ils faisaient sans doute confiance surtout à nos capacités de commandement. Elle ponctua en disant qu’il s’agissait d’une mission de rang S, et que c’était à nous de former une équipe prête à partir pour ce soir. Avant qu’elle ne nous laisse partir, je restai en arrière pour lui poser une question.


« - Connaissez-vous un Aburame expert en camouflage et repérage ? »

Ma réponse obtenue, il ne me restait plus qu’à aller chercher les personnes que j’avais en tête. Créant trois clones, chacun partit à l’endroit où j’étais le plus sûr de trouver la personne que je voulais trouver, alors que moi-même, je retournai chez moi préparer mes propres affaires. Je n’étais pas sûr qu’ils acceptent dès le début de venir me rejoindre, mais je comptai sur mes capacités de négociation (enfin, celles de mes clones) afin de les convaincre de me suivre.
Le premier s’était rendu à l’hôpital, à nouveau, alors que je venais à peine d’en sortir. Si j’y étais revenu, c’est parce que je tenais à avoir quelqu’un avec une compétence particulière : la médecine. Je pensais que dans le pire des cas, si nous devions secourir des civils sur place, un médecin nous serait nécessaire, et bien que je sois au courant de ses méthodes peu orthodoxes, je savais que la personne que je voulais voir était compétente. Restait plus qu’à savoir si elle n’allait pas m’étriper dès l’annonce que je repartais déjà en mission… Et bien non. Heureusement, son éthique de médecin l’empêcher de m’infliger une blessure sévère, et elle se contenta d’accepter de rejoindre la mission, me disant que si elle n’était pas là, elle savait que je pourrais me retrouver dans un pire état.
Le second était la personne que m’avait recommandée Mizuki. Il était assez Jeune Chûnin, mais il avait montré de bonnes compétences depuis son plus jeune âge dans la communication avec ses insectes afin d’explorer son environnement et s’en cacher. Après avoir parcouru le quartier Aburame, je réussis à atteindre la maison dans laquelle résidait mon homme. Il ne semblait pas être en déplacement, ce qui était à mon avantage. Mais il semblait un peu… Ailleurs ? Quand je lui parlai de la mission, il faisait surtout en sorte de regarder un peu au tour de lui, sans vraiment me prêter attention, et il était en train de fredonner. Mais bon, alors que je me demandai si je n’allai pas voir quelqu’un d’autre, il me fit un résumé de ce que je lui demandé et commença à préparer ses affaires, confirmant ainsi qu’il avait bien pris en note sa mission. Jugeant qu’il était inutile d’aller plus loin, le clone disparu pour me confirmer la présence de la personne.
Enfin, le dernier se rendit au quartier Yamanaka, afin de chercher quelqu’un que j’avais l’habitude de côtoyer. Non, je ne parlai pas de Yukine, il n’avait pas les compétences nécessaires pour mener à bien une mission d’une telle importance, et je savais qu’il n’était pas encore prêt pour une mission qui était aussi dangereuse et surtout, qui montrait un visage bien sombre de la mission des Shinobis. Non, cette fois, j’allais voir un ami à moi, avec qui j’avais eu l’occasion de travailler. Reiji était un personnage assez à part, puisqu’il ne communiquait que très peu, jugeant que son aura seule suffisait à se faire comprendre. Et le pire… C’est que c’était le cas. Il fallait croire que l’homme était doué pour la communication, et c’était pourquoi il était un membre assez important de l’unité des interrogatoires, et surtout, pour mon unité.



Akimichi Chôbi - Aburame Kuroba - Yamanaka Reiji

Quelques heures plus tard, nous étions enfin réunis aux portes du village, avec l’autre équipe présente, sous le commandement de Satochi. Un Sabakyo, un Hyuga, et une inconnue, l’équipe devrait assez bien compléter la mienne. Sans autres modalités, nous nous mîmes en route en direction du pays des vagues et de la ville des pirates. Chacun faisait en sorte ainsi de communiquer avec les autres, afin qu’ils puissent se coordonner à l’avenir pour les opérations de notre équipe, voire même de faire une grosse coopération avec l’autre escouade. Le Rakuzan en profita pour me féliciter de ma promotion, mais je voulais qu’il laisse la chose de côté, cela n’avait rien d’exceptionnel, il restait mon Senpai après tout. Je lui répondis donc en le remerciant une nouvelle fois pour le temps qu’il m’avait accordé afin de m’initier au Yôton, car sans ça, mes mois au sein du clan Yôgan n’auraient pas pu se faire. Je lui parlai en même temps de la culture Yôgan, histoire d’essayer d’avoir un comparatif avec le clan de Satochi, qui semblait lui aussi se spécialiser dans l’art de manipuler la lave.

Nous étions enfin arrivés en vue de la fameuse ville assiégée, du moins, en vue grâce à des jumelles. Je demandai à ce moment à Kuroba d’envoyer déjà des insectes afin d’inspecter l’entrée, de nous donner de premières informations sur le premier obstacle. Quelques minutes plus tard, ses insectes revinrent et le brun nous informa qu’il y avait une grosse demi-douzaine d’hommes armés, comme il fallait s’y attendre. Nous commençâmes à nous rapprocher afin de pouvoir voir les hommes directement, afin de nous mettre d’accord sur une stratégie à adopter. Il y avait deux voie que nous pouvions prendre : la directe et rapide, consistant à une attaque surprise frontale, mais qui laissait un taux de victimes important, et la seconde, plus subtile et minutieuse, où l’on remonterait jusqu’à la tête du groupe pour les éliminer quand ils seraient tous regroupés, ou libérer les civils discrètement avant de commencer la neutralisation des bandits. Voyant que Satochi attendait ma réponse, je pris la parole.


« - Nous sommes deux équipes, donc pour moi, la solution idéale serait qu’une s’occupe de faire diversion, pendant que l’autre essaye de retrouver les civils et de les mettre en sécurité, avant de rejoindre la première pour rendre l’attaque efficace. Pour le moment, il nous faut avant tout trouver un moyen de pénétrer dans l’enceinte de la ville, afin d’agir une fois à l’intérieur. »


Après quelques minutes à observer notre groupe, je me dis qu’un groupe de 8 personnes ne serait pas discret à arriver d’un coup. Et essayer de passer par les murailles n’était pas forcément mieux, il pourrait y avoir des observateurs au sommet. Non, il nous fallait rentrer par la grande porte, mais en faisant usage de la comédie…

« - Nous devrions passer par la grande porte. Une des escouades se Henge en pirates afin de pouvoir prétendre qu’ils ont réussi à capturer des Shinobis de Konoha, et qu’ils veulent voir le chef pour une récompense. Les « prisonniers » seront peut-être emmenés ensuite où se trouvent les civils en captivité, et nous pourrions intervenir. »


C’était le meilleur plan pour pénétrer dans la forteresse sans qu’ils ne se doutent de quelque chose. Quant à savoir qui allait jouer le rôle des prisonniers ou des bandits, cela restait encore à voir. Vu les compétences de mon groupe, il serait préférable que je sois celui qui entre en contact avec les prisonniers en premier, mais rien n’était moins sûr. Je laissais la décision à Satochi, avant que nous ne passions à l’attaque.

HRP:
 


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Lun 11 Avr 2016 - 1:27


La fine escouade de Konoha avait finalement terminé son voyage vers Kaizoku, une ville qui semblait malgré la libération organisée par Konoha sous la domination de nombreux criminels et pirate en tous genre.
C’était donc dans le but de purifier la ville de toutes ces sous-races que Yusei et Satochi avaient été conviés à confectionner deux équipes et le moins que ce que l’on pouvait dire, c’étaient qu’elles avaient de la gueule.
Yusei avait composé une belle brochette à base d’Akimichi, Yamanaka et Aburame.
Les pouvoirs rassemblés étaient puissants et avaient une bonne alchimie.
De son côté Sato’ avait manifesté le besoin d’avoir une grande spécialiste médicale entourée d’un jeune maître des gaz et d’un homme à la vue perçante.
De beaux noms de clans étaient présents au sein de cette mission et Satochi avait des bons pressentiments quant à la suite des évènements.


Le premier obstacle se présenta alors, cachée derrière sa forteresse, la ville semblait difficile d’accès et la présence de nombreux gardes armés n’allait pas aider les konohajins à mettre les pieds en zone ennemi.
Bien évidemment les solutions n’étaient pas illimitées, forcer l’entrée ? Ou être subtile.
La réponse se montra néanmoins évidente aux yeux des deux Jônin de Konoha.
Yusei apporta la première pièce de l’édifice incarnant le plan des konohajins.
Il proposa la solution simple de la diversion, misant sur le fait que deux équipes avaient été formées pour cette mission. Mais avant de faire cela… Il fallait entrer, et la solution la plus crédible était d’entrer par la grande porte.


Le nouveau Jônin eu alors une excellente idée de mise en scène. La première équipe devait se transformer en pirate et l’autre équipe devait jouer les prisonniers.
C’était une tentative risquée et l’issue ne pouvait être prévue. Mais à l’heure actuelle, c’était sans doute la meilleure solution. Réfléchissant brièvement, Satochi prit alors la parole.


- Ok, j’imagine que vous êtes chaud pour jouer le rôle des prisonniers ?

Il attendit une réponse avant de reprendre.

- On ne peut pas prévoir où les prisonniers seront amenés. Mais j’imagine que l’on a suffisamment confiance les uns envers les autres pour s’adapter. D’ailleurs, il serait intéressant durant les prochaines minutes que nous soyons tous connectés via les pouvoirs Yamanaka de Reiji.
Cela nous permettra de prendre une décision une fois les portes passées. Continuer le plan ou bien l’adapter en fonction de ce que l’on découvrira.

En agissant ainsi, les konohajins limitaient les mauvaises surprises une fois en terre inconnue.
Si tout le monde était d’accord avec ce plan, la mise en scène allait pouvoir débuter.
Le Rakuzan commença sa métamorphose en premier et il fut ensuite accompagné de ses coéquipiers d’escouade.
Rapidement quatre des huit konohajins se transformèrent en un vrai équipage de pirate dès lors le spectacle était prêt à être lancé.


L'équipage :
 

- Bon et bien que le spectacle commence ! Yusei … Ton bandeau s’il te plaît.

Le réalisme était le but recherché et c’est pourquoi il attrapa Yusei par les bras avec force. Avant de lancer le cortège en direction de la porte. Chaque membre de l’équipe de Satochi s’occupait d’un membre de la team à Yusei. La manière était, sans nul doute, rude, mais il fallait jouer le jeu.
Enfin, le groupe sortit de l’obscurité.


- Avances ! s’écria-t-il d'une voix nazillarde. Qu’est-ce que vous pensiez foutre près de chez nous ?! Gardes !! Venez voir ce que j’ai attrapé un peu plus loin.

Satochi le pirate apportait une belle surprise, il apportait Yogan Yusei et ses copains konohajin sur un plateau. La suite promettait d’être intéressante et le Chef du clan Rakuzan était déjà à fond dans son personnage.
En guise preuve, il tendit le bandeau de Konoha de Yusei attendant une réaction des hommes postés aux portes de la ville.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 942
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Lun 11 Avr 2016 - 15:51

Le plan était annoncé pour la suite des évènements. Comparé à la dernière fois, lors de notre opération de sauvetage du chef Gekei, je me trouvai sur un pied d’égalité avec lui. Si la dernière fois, je m’étais tus après notre discussion de la stratégie à adopter à cause du rapport d’importance des grades, cette fois-ci, je comptais bien lui faire comprendre l’utilité de passer par la grande porte. Premièrement, ils seront moins sur leur garde, car ils sauraient que l’ennemi est à l’intérieur, certes, mais à l’abri. Et deuxièmement, nous arriverions à attirer l’attention des gens, afin de concentrer nos cibles en un point et les éliminer toutes d’un coup. Restait plus qu’à savoir si l’autre brun était d’accord avec ce plan… Et heureusement, ce fut le cas. La pression était retombée d’un coup quand il m’annonça son accord, en posant directement la question de qui devait jouer les prisonniers, ce à quoi je répondis aussitôt.

« - Si ceux qui se sont échappés lors de la bataille de l’autre jour sont là… Il y a fort à parier qu’ils me reconnaissent, et je doute qu’ils veuillent passer sur la chance de me donner une correction. De plus, les insectes de Kuroba seront plus à même de se propager dans leur base pour faire du repérage de manière plus discrète que le Byakugan de Byakuya. »

Il enchaîna en me disant que nous n’étions pas sûrs que les prisonniers soient emmenés quelque part en particulier en attendant de décider de leur sort, et j’en étais bien conscient. Cependant, nous n’avions pas d’autre piste à explorer, donc il nous fallait miser sur cette chance. Reiji servirait bien évidemment d’intermédiaire pour nous permettre de communiquer entre nous par télépathie, c’était la raison pour laquelle je l’avais choisi de toute façon. De plus, Kuroba laisserait un insecte sur chacun d’entre nous afin de pouvoir nous repérer, peu importait notre position dans la cité, c’était une autre assurance pour éviter de perdre contact entre nous. Alors que l’équipe de Satochi faisait ses propres préparations, je demandais à mon équipe d’en faire de même. Si nous arrivions trop propres, cela paraîtrait louche. Nous recouvrant de terre, et faisant des déchirures légères sur nos vêtements, malgré les contestations de certains, nous étions prêts à jouer les prisonniers, à un détail prêt.

« - Chôbi-sensei, si vous pouviez…
- … Demander à ton médecin de te frapper, c’est assez masochiste, Yusei-kun.
- Qu’on en finisse, s’il-vo-Peuh ! »

Avant que je n’eus le temps de terminer la phrase, l’Akimichi utilisa son poing pour me frapper au visage, et me mettre au sol. Me relevant en me frottant la joue, je crachais un léger filet de sang avant de dessiner une trace le long de mes lèvres. On pouvait dire ce que l’on voulait, je voulais pousser le réalisme à son maximum, et donc, m’infliger une blessure même légère pour paraître crédible. Je pouvais sentir ma joue bien endolorie, suffisant pour montrer des traces de lutte. Notre couverture devait se terminer par notre ligotage (ce ne serait pas un problème pour la suite, après tout, tout shinobi est entrainé à se libérer de ce genre de liens). Nos mains ainsi attachées dans nos dos, Satochi me demanda de récupérer mon bandeau de Shinobi afin de montrer une preuve de notre appartenance à Konoha. Lui indiquant de la tête mon bras gauche, je le laissais l’enlever, avant que nous nous dirigeâmes vers l’entrée. Une fois qu’ils étaient capables de nous voir, je fis jeu d’essayer de lutter contre la force de Satochi, comme si je refusai d’avancer. Une fois devant eux, l’autre Jônin me jeta au sol, me forçant à terminer sur mes genoux, avant de se présenter comme un membre de leur groupe, et que lui et son équipe avaient capturé mon unité. Une fois sa parole prise, je relevai la tête, feintant un sourire dédaigneux à l’égard des gardes.

« - Hmpf… Moi qui pensais vous avoir tous éradiqué l’autre jour… Faut croire que des rats ont réussi à quitter le navire, Gee Hee. »

Je misai sur le fait que la bataille s’étant passée le jour de la poursuite du Daimyo avait fait du bruit, et était remontée jusqu’aux oreilles des membres de Kaizoku. Enfin, sur ça… Et le fait que les fuyards se rappellent de la tête du leader des troupes. J’avais fait en sorte de me montrer plutôt imposant pour la bataille, dans le but de montrer la supériorité évidente de Konoha par rapport aux civils. Mais si ma présence avait tant marqué que ça, peut-être que ça allait nous aider aujourd’hui après tout. Et puis, il me fallait porter l’attention sur moi, qu’ils évitent de trop s’interroger sur la légitimité de Satochi. Ils ne se connaissaient peut-être pas tous entre eux, mais cela valait mieux que de prendre un risque.

« - Qu’est-ce qu’il y a ? On se chie dessus alors que je suis attaché ? Pathétique… »

HRP:
 


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1499

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Dim 17 Avr 2016 - 9:28

Les six gardes se tournèrent de concert vers l’origine des cris, dégainant par la même leurs épées. Ils ne les rangèrent pas lorsqu’on leur annonça que des Konohajins avaient été attrapés près de la ville. L’un, semblant être le chef de cette garde, s’approcha lentement et s’accroupit à niveau de Yusei, l’écoutant sans broncher, impassible, avant de lui mettre un coup monumental qui imprima la marque de sa chevalière sur la joue droite du Yôgan.

    - Ne fais pas trop le malin, petit. Tu n’es pas en territoire conquis, ici.

Sa grosse voix sombre faisait frissonner, mais il se releva, époussetant ses genoux et rangeant son épée. Il se tourna vers les pirates de fortune, un sourire carnassier aux lèvres.

    - Si j’en crois ce que cet idiot dit, il était présent lorsque nos troupes ont pris une dérouillé lors de la fuite de Kurama. Ne l’amenez pas à Buichi, amenez-le plutôt à Reon. Il était présent lors de cette attaque, il se fera un plaisir de dépecer ce petit merdeux centimètre par centimètre.

S’écartant, et ouvrant la porte, il laissa le groupe de huit entrer sans problème, et refermèrent derrière eux, laissant les Konohajins aux portes de la ville… sinistrée. Des cris se firent entendre, d’hommes, de femmes, d’enfants. L’odeur de sang et de sueur dominait l’air ambiant. Au premier coup d’œil, on pouvait voir des cadavres, des corps mutilés respirant à peine, des pirates rire aux éclats une pinte à la main… Une vision d’horreur, en somme. Et ce n’était que la première rue…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Lun 18 Avr 2016 - 14:42


Le moins que l’on pouvait dire, c’était que Yusei prenait son rôle très au sérieux. Le coup-de-poing qui se laissa s’infliger l’attestait.
Le coup-de-poing qui se laissa s’infliger l’attestait.
Comme les konohajins l’avaient prévu, le bruit qu’ils firent alertèrent les gardes. L’un d’un s’avança et corrigea le récent Jônin d’une nouvelle droite monumentale.
À cet instant, Sato’ appréciait avec beaucoup de satisfaction son rôle de faux pirate.


Le présumé Chef de la garde invita le Rakuzan a livrer Yusei à un certain Reon.
Sans mot, Satochi accepta d’un signe de tête et se laissa inviter à entrer dans la ville en compagnie de son équipage de fortune et de ses prisonniers imaginaires.


Un spectacle accablant s’offrit alors aux yeux du Jônin de la feuille. Une vision d’horreur dans laquelle se mélangeait hurlements, cadavres et pirates en pleine partie de beuverie.
Cette vision était inadmissible. Le sang du Chef de clan chauffa et la colère s’installa dans son esprit.
Pourtant, il ne devait pas perdre de vue l’objectif de cette mission.
Beaucoup de civils avaient déjà été exécutés et ces derniers seraient vengés. Mais les survivants devaient être sauvés. Une raison suffisante pour garder son sang-froid et continuer le plan sans faire d’écart.


C’est donc non sans peine, que l’équipage du Rakuzan démarra sa marche à travers les odeurs de sueur, de sang et d’alcool.
D’un air assuré et digne d’un pirate, il s’approcha d’un pirate tenant un pinte et s’adressa à ce dernier.


- À la tienne mon brave, J’ai un cadeau pour Reon dit-il en désignant ses prisonniers, sais-tu où est-ce qu’il se trouve ?

Il obtint une réponse et c’est en remerciant le fumier qu’il ordonna à sa troupe de reprendre sa marche.
Une marche qui dura plusieurs minutes et qui mena l’équipage sur une large place entourée de taverne où l’alcool semblait couler à flots.
Au loin, tout au bout du chemin se dessinait une taverne qui surplombait toutes les autres. Elle était située sur le sommet d’une petite colline et c’était cette taverne que le pirate avait désignée comme le lieu où se trouvait le fameux Reon.


L’analyse des lieux n’était pas glorieuse. À première vue les konohajins étaient cernées de toutes part et une potentielle stratégie d’évacuation semblait difficilement envisageable. Mais par chance, Byakuya le Hyûga était présent et sa vision presque parfaite pourrait peut-être apportait la lumière que le brun attendait avec impatience.

Ils arrivèrent finalement devant la taverne en question et Satochi poussa la porte avant de s’y engouffrer. Yusei à un bras et l’Akimichi dans l’autre.
Byakuya lui resta hors de la taverne dos appuyé contre la porte et dissimula son visage sous une capuche sombre.


* Byakuya, scan la zone avec ton Byakugan, trouves-moi une issue, une passage secret, où bien une brèche pour pourrait nous permettre d’évacuer les civils de cet endroit.*

Le spectacle à l’intérieur allait reprendre et toute la mission allait se jouer sur le jeu d’acteur des Konohajins. Beaucoup de vie était en jeu. Les ninjas de la feuille n’avaient pas le droit à l’erreur.

- Bonsoir Camarade ! dit-il a fermeté, J’ai attrapé un Konohajin et son équipe non loin des portes de la ville. Les gardes m’ont dit que ce cadeau pourrait faire plaisir à Reon. Le fumier de shinobi à évoquer le massacre d’un équipage tout entier lors de la chute de Kurama.

Telle une offrande, il poussa Yusei vers l’avant, et observa ce qui allait ensuite se passer.
À l’extérieur du bâtiment. Dissimulé derrière sa capuche, Byakuya fit usage de son Byakugan conformément à l’ordre que Satochi lui avait donné grâce au lien télépathique que le Yamanaka avait instauré.



Action:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 942
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Mer 20 Avr 2016 - 16:24

Le moins que l’on puisse dire, c’est que notre stratagème semblait avoir fonctionné, puisque notre ennemi avait semble-t-il mordu à l’action… Mais que c’était moi, qui avais subi la morsure. En effet, alors que nous nous étions approché des gardes qui étaient postés à l’entrée de la cité, je craignais le fait que malgré le grand nombre qui composait la faction des pirates, la plupart arriveraient à se reconnaître entre eux. De ce fait, je devais impérativement éviter qu’ils ne reconnaissent l’autre escouade déguisée. Pour ça, rien de telle qu’une petite provocation qui permettrait à la fois de concentrer l’attention sur moi, mais aussi de bien montrer aux hommes que je ne m’étais pas laissé arrêter, pour retirer toute suspicion. Cependant, ma langue bien pendue m’avait coûté une nouvelle miche au visage, saupoudrée d’une chevalière, j’en avais de la chance... Le coup m’avait fait basculer le haut du corps, mais pas tombé.

Me redressant, j’écoutai sa phrase en laissant partir de ma bouche un crachat de sang. Si avant je devais simuler une colère de m’être fait capturer, là, le garde m’avait donné une bonne raison de m’énerver. Serrant les dents, je le regardai en silence alors qu’il indiquait deux noms de possibles chefs parmi les pirates : Buichi et Réon. Après quoi, il nous laissa passer, tous les six, prétendant que mon sort n’allait pas s’arranger. Je faisais une note mentale de me réserver ce garde lorsque je balancerai ma couverture aux oubliettes. Une fois à l’intérieur, nous pouvions voir l’influence de l’invasion pirate dans la cité. Mort, torture et dépravation. Voilà à quoi se livraient les pirates ici. Ne m’attardant pas sur l’état des civils, sachant que je ne pouvais rien faire immédiatement, et profitant que personne ne faisait attention à nous, je faisais signe Reiji d’ouvrir une connexion mentale pour nous tous, de sorte à ce que chacun puisse communiquer avec les autres sans pour autant éveiller les soupçons.

Après avoir appris la position du chef de cette bande de demeurés, nous reprîmes notre marche afin de pouvoir rejoindre une certaine auberge. La marche fut longue, quelques minutes en vrai, mais quand l’on était dans le rôle des prisonniers au lieu de celui de gardien, cela se passait autrement. Les insultes, les regards dans notre direction, et les projectiles d’infortunes volant ici et là n’aidaient pas à rendre la traversée des plus agréables. Mais bon, cela ne faisait que m’aider à oublier l’ambiance dans laquelle je me trouvai, à savoir en territoire ennemi, où la violence et la décadence primaient sur le savoir vivre. Nous étions enfin arrivés devant les portes de l’Auberge, et avant que Satochi n’ait le temps de demander à son ami Hyûga, je donnais moi-même mes ordres à ceux de mon unité.

« Kuroba, essaye de répandre un bon nombre d’insectes. Je veux savoir l’ensemble des effectifs se trouvant à l’intérieur et autour de l’auberge dans un rayon de cinquante mètres. Reiji, une fois qu’on saura qui est Réon, concentre-toi sur lui, il détient sans doute le plus grand nombre d’informations. Chôbi-sensei, restez en Standby. »

D’un triple accord de la part de mes confrères, nous entrâmes dans le lieu des festivités, « trainés » par Satochi et sa bande. La taverne était remplie, le monde se donnant à autant de festivité que dans le reste de la ville, voire plus. Cependant, l’entrée du groupe de sept personnes ne se fit pas inaperçue, puisque notre présence interrompit rapidement l’ambiance. Avançant dans le semblant de calme instauré par notre présence, Satochi annonça haut les cœurs que j’étais un « cadeau » pour Réon, avant de dénoncer notre mission. En soit, il ne mentait pas, et on s’en fichait qu’ils savent pourquoi j’étais là. Ce qui comptait, c’était qu’ils ignoraient notre nombre. Comme pour souligner ses propos, Satochi me lança en avant, me faisant chuter au sol. J’aurais aimé dire que c’était volontaire ma chute, mais… Je ne m’étais pas préparé. Prenant quelques secondes, le temps de m’appuyer sur ma tête afin de me remettre à genoux, je relevai la tête afin de regarder tout autour de moi, pesant chacun des regards sur moi pour essayer de trouver lequel de ces dégénérés était leur chef. Pour encore une fois éviter que l’attention ne soit trop portée sur le reste de notre unité, surtout Kuroba qui commençait à répandre ses insectes tout autour, doucement, un par un, je refis une autre provocation ouverte, n’ayant pas réellement de destinataire, voulant à la fois provoquer les gens autour et faire sortir le Réon de sa cachette.


« - Alors… Lequel de ces trous d'ucl est le roi des bâtards ? Que je sache qui est le fuyard qui a échappé à la mort… »

En parlant, je pouvais de nouveau sentir la douleur de la chevalière sur ma joue. Bouger la mâchoire me faisait bien mal, mais ce n’était pas ça qui allait me faire peur, j’en avais vu bien d’autres…

Actions:
 


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1499

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Lun 25 Avr 2016 - 11:50

Reon:
 

L’espèce d’auberge servait de quartier général à Reon depuis leur arrivée dans la ville. Le bras droit du Capitaine, ou le « Fléau des Mers » comme il était surnommé par ses pairs, s’était presqu’isolé dans sa chambre depuis plusieurs jours, faisant les cent pas, intimant à se subordonnés de ne jamais le déranger sauf urgence. Pourquoi était-il si discret ? Nul ne le sait, mais Reon était un homme puissant dont la réputation le précédait : inutile de chercher à savoir. Il ordonnait, on obéissait, et c’était tout.

Pourtant, en ce jour, l’une des pirates sous son commandement vint le trouver dans sa chambre pour le prévenir que trois de leurs semblables avaient trouvé quatre Konohajins et les avaient capturés. Il écarquilla de grands yeux, son cœur battant la chamade : ses congénères étaient-ils tous aussi stupides ? Il soupira, informant sa subalterne qu’il arrivait dans quelques secondes. Regardant une nouvelle fois par la fenêtre, mélancolique, il finit par mettre son chapeau, et se dirigea vers la salle principale où se trouvaient les nouveaux arrivants. Les trois sauveurs de Kaizoku se trouvaient devant les quatre Konohajins apparemment capturés : mais à qui faisaient-ils illusions ? Reon regarda autour de lui : apparemment à tout le monde. Très bien, mieux valait que cela se passe comme ça. Peut-être que finalement… Mais avant tout, il fallait jouer prudemment. Il écouta les paroles de l’homme à terre, observant l’hématome à sa joue, preuve qu’il avait déjà été malmené par d’autres. Reon sourit, s’agenouillant au niveau du Yôgan, sortant un couteau de sa poche. L’homme nerveux et paniqué qu’il avait été avait totalement disparu. Dans ses yeux, que de la haine et de la cruauté.

    - Quel gâchis… Tu aurais fait un magnifique mignon. Dommage qu’il faille t’apprendre les bonnes manières. Konoha n’a donc pas appris à ses chiens à rester en laisse ?

Il fit passer la lame de son couteau sur la joue de Yusei, lui ouvrant une légère plaie qui le fit saigner. Les pirates alentour qui écoutaient le vice-Capitaine eurent un rictus. Reon se releva, s’adressant aux trois nouveaux pirates.

    - Amenez les trois autres dans une chambre à part, et amusez-vous un peu pendant que je m’occuperai de votre… Ami. Je viendrais vous voir un peu plus tard. L’un de vous quatre m’accompagne, je veux entendre l’histoire de sa capture avant de lui enlever chaque parcelle de sa peau douce.

Aussitôt dit, aussitôt fait : ils se retrouvèrent à trois dans la plus spacieuse des chambres de l’auberge. A peine la porte fut-elle fermée que Reon s’assit dans un grand fauteuil face aux deux protagonistes, un bureau les séparant.

    - Arrêtez votre comédie, vous n’êtes plus surveillés. Konoha vous envoie pour libérer la ville, je suppose ? Un bon point pour vous de ne pas avoir fait d’émules. Expliquez-moi votre plan, demandez-moi ce que vous avez besoin de savoir, et nous pourrons peut-être coopérer.

Reon était connu pour son œil de lynx, son talent dans l’observation, son expertise dans la déduction : au premier coup d’œil, il avait remarqué le stratagème. Mais cette entrevue était-elle un nouveau coup du Vice-Capitaine ou alors une réelle proposition d’alliance ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Lun 25 Avr 2016 - 23:35


Les Konohajins jouaient un jeu dangereux. Dissimulés derrière, leurs petites mises en scène, ils étaient au centre de la base ennemie à l’intérieur d’une auberge pleine de pirate.
C’était un coup de poker qui tentait de réaliser les shinobis de la feuille.
Livrer Yusei en se faisant passer pour des pirates faisait partie du plan. Et le fameux Reon ne tarda pas à se pointer.
Un pirate blondinet qui n’avait pas l’air d’avoir froid aux yeux puisqu’il n’hésita pas un seul instant à scarifier le visage du Yusei le tout. Après avoir lâché des insultes sur les ninjas de la feuille.


Pourtant, il fallait garder son sang-froid et ne pas perdre l’objectif de la mission.
Finalement, Reon invita les faux pirates à prendre un peu de plaisir en attendant que ce dernier s’occupe de Yusei qu’il caractérisa comme “Ami”. Cette réflexion était étrange, mais Satochi alias Capitaine Rampage resta de marbre et invita son équipage à saisir les le Yamanaka, l’Akimichi et l’Aburame pour les conduire vers une autre pièce de l’auberge.


- Zugo, va avec lui. J’ai besoin de me rincer le gosier d’une bonne bière après notre long voyage.

Zugo, c’était le surnom de Sabakyô Gosu lors de cette infiltration. Il était celui que Satochi avait choisi pour accompagner et garder un œil sur Reon dans ses actions envers Yusei. Tuer était un ordre qu’il avait reçu en cas de dérapage bien trop flagrant.
Pendant ce temps-là. L’équipage de Sato’ tenterait d’en apprendre d’avantage sur cette auberge.


Byakuya communiqua d’ailleurs le résultat de ses recherches et informa le groupe d’un large réseau souterrain de cachot accessible depuis plusieurs endroits en ville. C’était sans doute le lieu de séquestration des civils de la ville...
Le Rakuzan demanda au Hyûga d’arrêter son observation et d’entrer dans l’auberge afin d’éviter d’éveiller les soupçons. Ce qu’il fit quelques instants après que Reon, Gosu et Yusei aient quitté la pièce principale.
Il avait naturellement arrêté l’utilisation de son dojutsu et sa capuche reposait désormais sur sa nuque.
Il allait pouvoir aider Satochi et Fea à conduire l’équipe de Yusei dans une autre pièce, ce qu’ils firent sur-le-champ.


Ne sachant pas trop s’il était escorté ou non, Satochi préféra jouer à carte de la sécurité et demande à Byakuya de rester avec les trois konohajins. Pour faire semblant de les surveiller d’une part, mais également pour éviter qu’ils soient maltraités par ces enfoirés de pirates.

Satochi et Fea retournèrent ensuite dans la salle et Sato’ n’hésita pas à communiquer de nouveaux ordres à la kunoichi de la feuille par voie psychique.

* - Fea, essayes de récupérer des infos auprès des plus à l'ouest, n’hésites pas à utiliser des drogues ou autres si ton charme ne marche pas *.

C’était une possibilité, et les pirates étaient tellement occupés à boire comme des trous qu’il serait sans doute possible pour une jeune femme d’obtenir des réponses sur ce qui se tramait dans cette foutue ville.

Toujours dans son personnage, le Jônin s’approcha du bar et s’adressa à l’homme installé derrière le comptoir.

- J’ai besoin de vidanger mon ami, tu peux me dire où se trouvent les toilettes ?

Une fois l’information reçue, il s’y dirigea et s’installa dans les toilettes permettant une fermeture complète de la porte.
Le Chef de clan prit plusieurs instants pour réfléchir. Tant qu’il n’avait pas de nouvelle de Yusei, il était coincé, mais cela ne voulait pas dire qu’il devait rester inactif.
Cette auberge méritait d’être fouillée et c’était dans ce but qu’il fit apparaître un clone d’ombre de sa personne.


- Essaye de trouver l’accès aux caves et d'y accéder, montre toi sous aucun prétexte et si tu sens que la situation se complique détruit toi instantanément.

Le clone disparu de la vision de son créateur dissimulé par une technique de camouflage. Le Capitaine Rampage poussa alors la porte et sortit des toilettes afin de retourner dans la pièce principale afin de superviser ce qui s’y déroulait. Il n’avait plus qu’à attendre patiemment les différents retours.

Actions:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 942
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Lun 2 Mai 2016 - 12:45

Une situation des plus hasardeuse et surtout dangereuse dans laquelle je me trouvai. En plein milieu du territoire ennemi, attaché, je ne faisais qu’attendre que le chef montre le bout de son nez afin de pouvoir déterminer le meilleur moyen de l’éliminer, ou du moins, en tirer quelque chose pour nous aider. L’attente ne fut pas longue, puisqu’alors que je scannai la pièce, en l’attente d’une réponse de l’Aburame, je pus voir quelqu’un qui semblait se démarquer des autres. Un tricorne sur la tête, une chevelure d’or et des yeux de jade, le gars semblait ainsi imposer un peu plus de présence que le pécore moyen. Alors que j’étudiais l’homme, qui semblait faire de même avec moi, il s’agenouilla avec un couteau de sorti. La menace était réelle de par son expression, alors qu’il me demanda, comme beaucoup d’ailleurs, comment sont dressés les « chiens » de Konoha. J’aurais bien aimé répondre qu’on nous apprenait surtout à mordre, mais après le passage de couteau sur mon autre joue, m’ajoutant une nouvelle cicatrice, dans ma tête, ça donnait plutôt…

In my head:
 

Extérieurement, je n’affichai que la légère douleur de la nouvelle plaie sur mon visage, mais pas l’appréhension de ce qu’il sous-entendait. Je ne comptai pas me laisser torturer ou quoi qu’il pensait faire, mais il me fallait faire en sorte de garder ma couverture, et je sentais bien que j’allais morfler violemment. Donc autant dire, si depuis le début, je faisais en sorte de jouer la provocation, là, je me la pétai beaucoup moins. Se relevant, il demanda à ce que je sois emmené par un du groupe de Satochi afin d’entendre comment s’était passée ma capture. Sur le coup, je jurais pour deux raisons. La première était que nous ne nous étions pas mis d’accord sur une histoire commune, donc si on se faisait interrogeait séparément, ça allait être la merde. La seconde, c’était que moi et celui qui allait m’accompagner seraient séparés du lien télépathique de Reiji. Alors que Satochi choisit d’envoyer le Sabakyô avec moi, je profitai de mes derniers moments dans la conversation mentale pour avoir un rapport.

« Kuroba, que disent tes insectes ?
Trente dedans, dix dehors, le reste c’est des civils.
Très bien, qu'ils te suivent pour t'aider à repérer les possibles issues. Chôbi-Sensei, pas de gestes brusques. Si des blessés avec vous, soignez les discrètement.
C’est toi le chef.
Reiji ? »

Et la conversation se termina sans qu’il ait besoin de lui donner l’ordre. Décidément, Reiji était vraiment habitué à comprendre le fil d’une conversation. Si c’était comme je voulais lui demander, Gosu et moi-même serions coupés de la connexion, alors que nous suivîmes le pirate dans son bureau, non sans montrer une légère résistance, toujours dans le but de paraître crédible. Une fois à l’intérieur de son bureau, je me mis immédiatement à regarder autour afin de voir s’il y avait une quelconque porte de sortie ou point d’observation. Je n’étais pas le meilleur en observation, mais cela ne coûtait rien d’essayer. Cependant, je fus interrompu dans mes pensées par les paroles de Réon. Il avait… Compris derrière notre plan ? Un instant de surprise, faible, mais tout de même présent sur mon visage. Cependant, je ne devais pas me laisser avoir, il bluffait peut-être. Le voilà ensuite à parler d’alliance, mais était-il vraiment dans cette optique, ou voulait-il juste me soutirer des infos ? Pour le moment, j’espérais que Gosu avait choisi de faire comme moi, et de rester silencieux sur toute cette histoire. Ce que j’allais révéler, ils allaient l’apprendre tôt ou tard. Mais pour le moment, j’allais juste omettre le fait que notre équipe était composée de huit, et non quatre personnes…


« - Je suppose qu’en cas de refus de réponses, je n’aurais pas qu’une balafre supplémentaire sur le corps ? Très bien… »

Un instant de silence, je me redressai afin de me remettre droit. Puis, dans un geste simple qu’on nous apprenait à l’académie des Ninja, je me libérai de mes liens avant de tenir mes poignets, essayant de soulager la douleur de l’étreinte. Je pensais qu’il avait en effet compris que tout ceci n’était qu’une mascarade, mais seulement sur le fait que je m’étais laissé capturer, pas sur l’ensemble de notre groupe. Si en effet, il était présent lors de notre attaque, il avait pu témoigner de ma puissance, normal qu’il se dise que de simples pirates ne pouvaient arrêter des shinobis comme nous. Une fois la douleur passée, je laissais tomber mes bras le long de mon corps et échangea à nouveau mon regard rubis avec les yeux jade du blond.

« - Le but de ma mission était d’infiltrer la ville afin de libérer les civils sur place, et éradiquer toute menace s’offrant à nous… »

Le ton devenait plus grave à la fin de ma phrase, pour montrer que je le comprenais dans les menaces potentielles. Maintenant que j’étais détaché, j’avais beau penser de manière arrogante, je pensais avoir toute mes chances pour me défendre. Enfin bon, gardant un ton calme, je repris la parole.

« - Pour cela, moi et mes trois coéquipiers ont choisi de faire croire à notre capture pour vous rencontrer, afin de vous soutirer les informations dont nous aurions besoin. Et puisque vous semblez si ouvert à nous aider, la méthode forte ne semble plus utile… »

Durant mon discours, j’essayai d’observer le moindre changement important dans l’expression de l’homme. Comparé à précédemment, alors que le dénommé Réon semblait se montrer plus le genre à aimer, faire crier ses victimes, il était beaucoup plus calme et posé. Un cérébral donc, voilà bien quelqu’un de capable de mener la troupe de brutes dans la ville. Essuyant le sang sur ma joue du passage de mon pouce, après le souvenir de l’entrevue précédente, je repris la parole.

« - On recherche ainsi un moyen à localiser et évacuer les civils le plus rapidement et discrètement possible, avant de procéder à une éradication de masse. Mais je dois avouer qu’au-delà de tout ceci, j’ai deux autres interrogations. Tout d’abord, « Buichi »… À en croire les gardes, ça serait votre égale, voir supérieur. Où se trouve-t-il ? Et enfin, la question qui vous sera le plus facile à répondre. »

Pour souligner mon propos, et essayer de me rapprocher de lui afin d’avoir une meilleure vue sur son visage et voir s’il mentait, je me rapprochai du bureau et m’appuyai des deux mains dessus, ne quittant jamais du regard Réon.

« - En quoi tout ceci vous serait profitable ? Si c'était "sauver votre peau", nous tuer maintenant aurait été plus simple, et je ne crois pas en votre prise de conscience ou altruisme, alors expliquez-moi pourquoi le succès de notre opération vous arrangerait ? »

Actions du tour:
 


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1499

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Lun 16 Mai 2016 - 23:05

    - T’es pas si bête, en fait !

Réon se leva, regardant par la fenêtre l’homme capuchonné qui finit par rentrer dans l’auberge. Deux hommes le pointèrent du doigt, mais il faut croire que la réaction de Satochi fut assez rapide puisqu’ils passèrent leur chemin sans réellement demander leur reste. Le blondinet eut un léger soupire, buvant les paroles de Yusei, n’en ratant absolument aucune miette. Bien sûr, il savait tout ça. Mais il y avait un mais.

    - Sauver ma peau serait aisé s’il ne s’agissait que de vous. Huit ninjas, et vous avez déjà pu vous infiltrer si loin sans que personne ne se doute de quoique ce soit. Effectivement, vous tuer serait simple : mais après ? J’ai mes sources à la capitale : vos émissaires sont déjà en train de travailler avec le Régent pour remettre Nami sur pied. Vous croyez qu’une bande de pirates pourra survivre aux étincelles que produit déjà le Pays du Feu ? S’il vous plaît : ne vous sous-estimez pas, et surtout ne nous surestimez pas. Vous avez croisé des tas des nôtres en venant jusqu’ici : comment les décririez-vous ? Ne vous donnez pas la peine de répondre : la plupart ne sont que des poivrots, qui sont devenus pirates juste parce qu’ils n’étaient pas assez doués pour faire autre chose, et trop fainéants pour pouvoir s’en sortir. Je suis devenu pirate par facilité : regardez où j’en suis aujourd’hui. Riche, certes. Puissant, à moindre mesure. Acculé, surtout.

Il sourit, commençant à faire les cent pas.

    - Je vous aiderai, mais je veux qu’on me promette la vie sauve, de l’argent et un bateau pour m’en aller. Recommencez une nouvelle vie, en somme : mais sans devenir pour autant un mendiant. Les caves de Kaizoku regorgent de richesse et de trésors : une infime partie de ce butin me permettra de vivre comme un roi le reste de ma vie. C’est tout ce que je demande. Alors, marché conclu ?


Spoiler:
 

    - Pour ce qui concerne les civils, ils sont déjà regroupés. Le peloton d’exécution est rassemblé entièrement dans les cachots de la ville, entassés comme de la volaille. De temps en temps, on va y chercher une femme ou deux pour… Enfin, vous voyez. Il existe plusieurs entrées pour ces cachots dans la ville. Quatre en réalité, situées aux quatre points cardinaux. Toutes sont gardées par généralement trois ou quatre gardes, et il faut des autorisations spéciales pour s’y rendre. Je peux vous en fournir. Le problème ne sera pas de rentrer dans ces cachots, ce sera d’y sortir avec les civils.

Réon s’était rassis, tapotant son bureau avec sa main droite, réfléchissant, sans succès, à un moyen de réaliser la demande du Konohajin de sauver les civils.

    - Buichi est bel et bien mon supérieur. Il est le capitaine ici. Seul lui peut ordonner la libération des civils qu’il a fait enfermer… C’est un homme cruel, sans merci, égoïste et franchement intelligent. Il se trouve dans la mairie de Kaizoku. Mais il est très gardé… A vous de voir ce que vous voulez faire : je suis à votre disposition.


***

    - Hm ? T’es qui toi ? Bouge de là, j’ai pas besoin de salopes dans ton genre pour me satisfaire !

Eméché, le pirate que la jeune Konohajine a tenté d’aborder ne semble pas enclin à céder à son charme : pire, il commence à hurler et tous les regards se posent sur eux. Consciente du danger, Fea n’utilise pas de drogue douce et retourne auprès de son chef d’équipe.

Quant au clone de Satochi, il se balade en ville et tombe sur l’accès Nord dont parlait Réon, gardé par trois gardes lourdement armés…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 942
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Ven 27 Mai 2016 - 10:36

Il semblerait que je me sois trompé dans l’estimation des informations qu’il avait réussi à déterminer, ce Réon. Je pensais bien qu’il avait deviné que nos capacités de Shinobi nous permettaient d’éviter une capture ridicule comme celle-ci, mais il fallait croire qu’il était beaucoup trop malin pour voir à travers notre subterfuge. Alors qu’il venait de me lâcher un « compliment », il annonça le nombre de notre groupe, huit. Il avait sans doute vu que j’étais plus tendu face à ce chiffre, mais continuai son explication sans prêter la moindre attention. Il continua en nous disant qu’il savait pertinemment que m’exécuter sur-le-champ serait la solution la plus rapide, mais aussi seulement à court terme.

Le pirate était déjà au courant de notre grande opération à travers Nami, ce qui laissait préserver qu’il savait aussi dans quelle situation il allait se trouver. Oui, nous pouvions les écraser d’une force pure et simple, rien qu’à nous huit. Mais le problème des Civils présents restait à prendre en compte… Il termina alors en me proposant un marché. Sa liberté, ainsi qu’une partie du butin récolté, contre sa coopération et son assistance pour nous aider. Le gars avait un certain culot de proposer ceci, mais hélas, je ne pouvais pas essayer de l’éliminer et prendre sa place. Je ne sais pas ce que vaut ce dénommé Buichi, mais si le blond avait su percevoir à travers mon déguisement, je doutais que l’autre ne puisse me démasquer si je prenais son apparence. Pesant le pour et le contre mentalement, coopérer avec lui serait la meilleure solution en effet, même si ça allait contre l’éthique du feu. Arrivant à un compromis, j’éclaircis ma voix pour lui répondre.


« - Vous pourrez prendre une partie négociable avec mes supérieurs, et partir pour votre « retraite ». Mais souvenez-vous qu’il ne s’agira que d’un exil. Si nous vous revoyons traîner sur le territoire de l’Alliance des Pays du feu, nous n’hésiterons pas à vous mettre sous fer. »

Ma voix ne laissait pas la moindre possibilité de négociation, car je n’avais ni le temps, ni l’envie de m’éterniser à perdre du temps avec ses réponses. Heureusement, l’homme compris que le temps pressait, et qu’il devait accepter ce compromis plus qu’avantageux pour lui. Une fois l’accord formulé, il était temps de voir ce qu’il avait pour m’aider. Il expliqua ainsi que tous les civils étaient déjà rassemblés dans des cachots souterrains, ce qui était bien pour m’arranger, car nous pourrions frapper d’un coup. Cependant, pour faire évacuer autant de personnes, il nous fallait une bonne diversion, et réussir à se rapprocher d’eux. De plus, il m’informa que, comme je le pensais, Buichi était bien son supérieur hiérarchique, et qu’il n’avait que peu de chose à envier à Réon, de quoi nous arranger. Évidement, il était protégé par une armée d’hommes, donc impossible d’y aller face frontale.

Soupirant, je me mis à prendre machinalement une pose de réflexion, la main droite attrapant mon menton et la gauche supportant mon coude, fixant le bureau. Tel que je concevais l’ensemble de la chose, la meilleure chance pour nous d’éviter le massacre des civils était d’intervenir avant l’exécution générale. Cependant, y aller à l’arrache dans les geôles, sans savoir par où s’échapper, n’était pas la meilleure solution. Il nous fallait donc gagner un peu de temps pour trouver une solution viable. Et à l’heure actuelle, je ne voyais qu’une seule autre chose que Buichi tenait à éliminer plus que les civils : les Shinobis de Konoha qui ont participé à la déchéance de Nami.


« - Je doutes que vous pensiez différemment, mais si je devais deviner quelque chose que Buichi rêverait d’éliminer, plus que les civils, ça serait nous. De ce fait, nous allons utiliser ça à notre avantage. Vous allez m’emmener vers lui, après m’avoir encore attaché, afin de le convaincre d’organiser un évènement avant l’exécution. Comment dire… Je crois qu’ils appelaient ça des « combats de gladiateurs » dans le livre que j’ai lu… »

Je commençai à divaguer un peu, mais je me rappelai surtout des histoires que j’avais vues dans certains romans, où l’on envoyait un homme seul affronté guerriers, bêtes et autres atrocités. Je me disais que piquer l’idée là-dedans ne ferait pas de mal pour nous permettre d’avancer. Revenant sur le sujet principal, je toussais un peu pour reprendre mon raisonnement.

« - Bref. Si cela marche comme prévu, ils devraient laisser les civils avec moins de surveillance, et avec l’ensemble des hommes autour du lieu. Nous en profiterons ainsi pour guider les civils rapidement vers la sortie la plus proche, et une fois cela-fait… Nous débarrasser des indésirables. »

Une légère pause dans ma narration se marquait, avec un silence lourd. Ce n’était pas vraiment des plus joyeux que de parler de la mort. Enfin, avant que cela ne reparte pour un long silence gêné, je me tournai vers le Sabakyô afin de lui demander de m’attacher à nouveau les mains dans le dos.

« - Pour justifier le fait que vous y alliez seul, vous aurez qu’à dire que vous m’avez drogué, je doutes que vous n’aillait aucune substance de ce genre avec vous… Zugo, rejoins Carnage et informe le de tout ce que vient de nous dire Réon, en précisant qu’il est de notre côté. Dis-lui également d’attendre le signal de Sensei pour agir, il comprendra. »

Une fois que le Sabakyô s’en est allé, je me tournai cette fois vers Réon pour lui donner la suite du plan. J’avais fait exprès d’utiliser les pseudonymes de l’autre équipe, étant donné que je ne savais pas encore si je pouvais entièrement lui faire confiance. C’était un détail insignifiant, certes, mais les protocoles de Konoha étaient clairs. Jusqu’à contre-ordre ou fin de la mission, nous devions continuer d’utiliser les Alias coûte que coûte. Enfin bref, attendant qu’il me suive, je l’observai, une nouvelle fois pour essayer de juger s’il était prêt à suivre mon plan ou non, et surtout, s’il n’était pas en train de me mener à un nouveau guet-a-pan.

HRP:
 


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Ven 27 Mai 2016 - 14:16


Cela faisait désormais plusieurs dizaines de minutes que Reon avait embarqué Yusei dans son bureau. Appuyé sur le comptoir du bar, Satochi songeait à ce que pouvait bien être en train de vivre son frère de village.
Il songeait également à son clone qu’il avait envoyé inspecter la ville sous couverture sensorielle.
Bref, un flux inimaginable de pensée traversait son esprit lorsque sa camarade féminine vint le retrouver après qu’elle se soit fait jeter par l’un des poltrons de cette auberge.


Installés côte à côte, les deux Konohajin restaient silencieux. C’est à cet instant que Gosu arriva et murmura à l’oreille du Rakuzan.
Ce dernier avait à parler. Hochant la tête, les trois faux pirates se levèrent et profitèrent du brouhaha régnant dans la salle pour s'éclipser.
Ils retrouvèrent Byakuya devant la chambre où était gardée l’escouade de Yusei. D’autres pirates étaient présents, mais ce n’était qu’un détail que le Capitaine Rampage allait se charger de balayer.


- Prenez une pause, mon équipage et moi souhaite contempler et savourer notre capture encore une fois. Je vous offre une pinte à chacun, régalez-vous le gosier.

Une fois débarrassé des pirates. Il referma la porte de la chambre et s’approcha des six autres Konohajin.

- Bien, Gosu, on t’écoute, c’est quoi le plan ?

Le Sabakyô prit alors le temps d’expliquer en détail ce qui s’était déroulé lors de l’entretien entre Yusei et Reon.
D’après les dires du membre de l’escouade Satochi, Reon était de notre côté et ce dernier était prêt à nous aider sous certaines conditions.
Cela ne plaisait pas au Jônin de la feuille, mais si coopérer avec ce pirate était un moyen d’aider les civils alors il n’y avait pas lieu à hésiter.


Yusei avait prit les devants, il désirait détourner l’attention des pirates, et pour cela, il comptait se battre dans l’arène en compagnie de ses trois camarades d’escouade.
C’était une idée dangereuse, mais les ninjas de la feuille avaient-ils réellement le choix ?
Ainsi, les choses furent décidées, l’escouade de Yusei allait détourner l’attention, pendant que celle de Satochi libérerait la ville.


- Très bien, nous suivrons ce plan. Nous allons avoir besoin de frapper vite et fort afin de libérer les civils. Nous n’aurons pas le droit à l’erreur, ainsi, et malgré le risque que ça représente, nous allons devoir nous séparer. Gosu et Fea, vous vous occuperez de l’Est. Byakuya de l’Ouest et je me chargerai du reste à l’aide de mes clones.

Le Jônin profita alors de cet instant pour souhaiter bonne chance aux trois autres et l’escouade de Satochi sortit de la pièce.
Ils repassèrent par la salle principale et s'éclipsèrent de l’auberge discrètement.
Une fois à l’extérieur, Satochi donna les dernières indications et lança l’opération.


- N’oubliez pas, nous sommes observateurs jusqu’au signal de Chobi-san. Je me dirige vers le Sud. Bonne chance à tous.

Plusieurs minutes plus tard, chacun était à son poste et en embuscade. L’heure approchait, et tous attendaient le signal libérateur.
De son côté, le clone du Chef du clan Rakuzan conscient de sa trouvaille tout en ignorait les données exact demeura en position observant les gardes tout en étant dissimulé dans l’ombre.


Actions:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1499

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Ven 3 Juin 2016 - 14:09

    - Marché conclu.

Soulagé, il enchaîna avec ce qu’il savait et ce que le Konohajin voulait savoir, et écoutant son plan avec attention, écarquillant les yeux à cette idée. Oh elle fonctionnerait sans doute, Buichi est une brute épaisse sans foi ni loi, mais les chances qu’ils réussissent à s’en sortir vivant au terme de cette escapade ? Quasiment aucune… Surtout que… Réon connaissait les exigences de son supérieur, surtout en terme de ninjas. Et il allait devoir handicaper un peu plus cette escouade.

    - Je suis désolé, c’est le seul moyen que Buichi accepte ne serait-ce que de vous voir sans vous tuer sur place ou sans se douter de quelque chose. Les gardes qui ont accepté de vous faire entrer auraient déjà dû se douter que quelque chose clochait.

Les pirates étaient, pour la grande majorité d’entre eux, de simples mercenaires sans aucun talent particulier, et encore moins dans les arts shinobi. Dès lors, l’intrusion de quatre ninjas, même « juste » attachés, pouvait sembler étrange. Certes, les mûdras ne pourraient être faits, mais l’Histoire leur avait appris que certains shinobis s’en sortaient très bien sans.

    - Buichi ne vous laissera jamais faire quoique ce soit si vous êtes capable de vous défendre avec vos techniques.

Allant appeler une de ses connaissances, Yusei et son groupe furent scellés en plein milieu du dos… Incapables d’utiliser le moindre chakra.

    - Faites moi confiance. Vous n’avez plus le choix, de toute façon.




Réon fut le seul à entrer dans le « bureau » de Buichi. Et quelques minutes suffirent au blondinet pour convaincre le pirate du bien-fondé de cette idée. Il sortit d’ailleurs à sa suite, venant faire face aux quatre Konohajins. Quiconque ne le connaissait pas aurait su dire qu’il était le plus puissant. Grand, fort, il dégageait quelque chose d’incroyablement effrayant. Son regard noir, son absence de sourire, ses muscles, sa barbe noire comme les ténèbres, le cliquetis de ses chaînes quand il marchait : Buichi respirait le cauchemar. Et il allait exécuter les quatre ninjas, face à toute sa ville : plus personne ne se moquerait de leur puissance à Nami.

Ils furent agglutinés dans une espèce de placard, attendant patiemment l’heure de leur combat de gladiateur improvisé, dans une arène de la ville de Kaizoku accueillant habituellement des spectacles bien moins barbares. L’invitation avait été donnée : à la nuit tombée, tous les pirates étaient invités à venir apprécier la mort de leurs bourreaux, à venir voir le sang gicler. Les quatre shinbobis avaient été mis en sous-vêtements, leurs mains attachées dans le dos : ils furent trainés de force au milieu d’une arène odorante et poussiéreuse, autour de laquelle se trouvaient des centaines de pirates hurlant, leur verre à la main, leur arme à la ceinture, à la mort de ces hérétiques. En léger surélevé, on pouvait apercevoir Buichi, le colosse, à côté de Réon, bien plus frêle et qu’étrangement, personne n’avait vu si inquiet depuis des lustres. Mais personne ne s’en souciait. D’un lever de bras, une dizaine de pirates entrèrent dans l’arène. Aux pieds des quatre shinobis, on lança quatre épées de fortune, à peine capables de trancher un bout de viande hachée. L’un des dix pirates vint couper les liens retenant les mains des quatre ninjas, puis repartit à sa place dans le cercle entourant les Konohajins. Le sang allait couler…

… Mais une chose avait fonctionné. Seule les entrées Est et Ouest avaient conservé des « gardes » : les entrées Nord et Sud des cachots avaient été totalement libérées.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 942
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Dim 5 Juin 2016 - 23:38

L’échange s’était passé beaucoup plus facilement que ce que j’aurais cru. En effet, Réon semblait suffisamment intelligent pour comprendre que tenter de négocier plus que ce que je lui offrais était sans doute à la fois une perte de temps, mais également un risque inconsidéré vu que j’aurais très bien pu trouver un autre plan plutôt que d’accepter son aide. Enfin, il était inutile de rester dessus. Alors que j’étais de nouveau attaché, Réon me guida auprès du reste de mon unité afin qu’il puisse nous emmener devant celui qui se faisait appeler Buichi. Cependant, avant que nous partions, il nous demanda de faire une dernière précaution : sceller notre chakra. Observant le reste de mon unité, je soupirai en acceptant qu’il nous fasse cette action. Nous n’avions pas le temps de débattre encore, et je me savais suffisamment doué pour me battre sans utiliser la moindre technique Ninpo. Le problème résidait surtout dans la suite de mon plan qui risquait de ne point se produire…

Arrivés au palais, nous fûmes obligés de rester assis à attendre que notre agent double ait fini de négocier les conditions que je lui avais demandé de transmettre. Je pouvais voir qu’il y avait énormément de gardes, et que la moindre mauvaise manœuvre nous coûterait très certainement la vie, en plus de l’échec de la mission. Nous ne pouvions nous permettre d’aller à l’encontre de leur volonté tant que nous n’avions pas mis en place toutes les pièces de notre échiquier. Le plus gros souci que j’avais avec cette solution était le fait que Satochi , ce qui m’empêchait de l’informer du reste de la situation, ce qui faisait que j’étais complètement à leur merci. Quelques temps plus tard, Réon apparu à côté d’un autre homme qui était beaucoup plus impressionnant que Réon la première fois que je l’ai vu, mais je ne franchissais pas, pas tant que je n’avais trouvé de solutions. Nous fûrent ensuite emmenés dans une geôle de fortune, dans laquelle nous attendions notre sort. Vérifiant que plus personne ne nous écoutait, je soupirai avant de prendre la parole.


« - Bon… Je vais pas mentir, là, on est dans la merde. Sans chakra, les chances que notre plan réussisse viennent de chuter drastiquement. Cependant, nous ne devons pas perdre espoir. La volonté de la feuille nous habite et guide nos pas, et c’est grâce à cette dernière et sans notre chakra que nous allons réussir, ou mourir en esse-
- Chef, fis l’Aburame qui m’interrompit à ma gauche, c’est pas pour interrompre votre « discours poignant », mais je peux aisément défaire le sceau.
- A vrai dire, fis l’Akimichi, nous pouvons tous le faire avec nos dons en maîtrise de sceau et de sensorialité, termina-t-elle alors que le Yamanaka ne fit qu’acquiescer, en se retenant de rire.
- … Si je n’étais pas attaché, je vous en collerais tous les trois une pour ne pas m’avoir donné l’information avant. Bon… Voilà comment nous allons donc procéder. »

Quelques heures plus tard, nous nous retrouvions au centre d’une arène improvisée, attachés à des poteaux et quasiment à poil. Les sceaux étaient toujours en place dans notre dos, puisque je voulais éviter qu’ils soient suspicieux jusqu’au début des festivités. Une dizaine d’hommes vint alors nous rejoindre, sabres en main, et nous libérèrent afin de nous demander de nous battre. Le signal de leur chef lancé, sous les acclamations de la foule, je fis signe aux autres de se libérer de leur sceau. De mon côté, j’attrapai deux des sabres rouillés et me jetai dans la bataille. Sans trop grande difficulté, j’arrivai à gérer les différents adversaires devant nous, essayant de les occuper le temps que chacun de mon groupe puisse faire ses propres affaires. Réussissant à repousser de plusieurs coups de sabre trois des adversaires, je reculai afin de me mettre dos à l’Akimichi.

« - Bientôt terminé ? A peine-je fini ma phrase que je sentis une de ses mains dans mon dos.
- Plus que toi et… Voilà, tout est prêt !
- Dans ce cas… A vous l’honneur. »

Souriant à grandes dents, l’Akimichi fit grandir un de ses bras et repoussa d’un revers la moitié du groupe d’ennemis. À la suite de cela, elle eut comme une explosion de chakra qui fit que dans son dos poussèrent… Des ailes de papillons ? Je n’avais entendu parler que des histoires de Genji, mais il s’agissait bien d’une des techniques les plus puissantes du clan. Et surtout… Elle avait maigri, énormément ! Me rendant compte soudain qu’en plus de ça, elle était en sous-vêtement, je décidai de me tourner pour terminer le travail au sol. Au même moment, Chôbi-sensei se mit à grandir à vitesse grand V, devenant ainsi une géante de plus d’une trentaine de mètres de haut, permettant ainsi à Satochi de voir le signal, et commençant ainsi à faire un véritable carnage dans la zone où se trouvait le public.

Spoiler:
 
« - Je suis la mort et la destruction ! Craignez-moi, Pirates ! »

Trouvant qu’elle en fit un peu trop, je décidai de transmettre mes ordres au reste de l’unité. Je le prévins ainsi d’essayer de trouver une route qui nous assurerait une fuite sans embûches, ainsi que de me prévenir de tout potentiel ennemi qui pourrait arriver dans notre direction. De mon côté, je choisis de prévenir l’Akimichi de descendre sa main à notre niveau. Pendant ce temps, j’invoquai deux clones de moi-même qui montèrent sur la main de la géante, alors qu’elle se remit droit pour les emmener à une bonne vingtaine de mètres du sol. Une fois en hauteur, les deux se mirent à sauter dans des direction opposées, et crachèrent de leurs bouches de puissants jets de lave qui s’en prirent à toute forme de vie pirate se trouvant dans le public, avant de disparaître en atterrissant dans les sources de magma créées. De mon côté, je restai au sol, près de Reiji et Kuroba, afin de me débarrasser au corps-à-corps des potentiels ennemis nous approchant. Jetant mon travail tout autour de nous, je repérai ainsi l’endroit dans lequel se trouvaient Réon et Buichi, et m’y précipita afin d’essayer d’en finir avec la tête de ce groupe rapidement.

Nous avions l’avantage de notre côté, espérons que Satochi soit aussi chanceux que nous…

HRP:
 


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Mer 8 Juin 2016 - 15:27


Fidèles à leurs paroles, les membres de l’escouade Satochi campèrent sur ses positions plusieurs heures durant. Habillement dissimulés aux quatre entrées des cachots souterrains de Kaizoku, les shinobis de la feuille patientèrent.
Le jour s’écoula et la situation primordiale de cette mission ne tarda pas à pointer le bout de son nez.
Yusei jouait gros avec ce deal organisé avec le Pirate Réon. Il jouait sa vie et en cas d’échec celles des civils et de l’escouade du Rakuzan.
Dans cette mission de rang S. Il n’y avait aucune place pour l’erreur. C’est pourquoi la prudence était de mise et la rigueur indispensable. Les choses ne devaient se contenter d’être faites, elles devaient être bien faites.


Mais parfois, les choses pouvaient tendre à son avantage et c’est ce que le Rakuzan constata lorsque les gardes des entrées Nord et Sud quittèrent leurs positions sans la venue de la relève.

Enfin, le signal tant attendu apparu dans le ciel lorsque Chobi-san sembla toucher les nuages. Les combats dans l’arène venaient de commencer et c’était désormais à Satochi et à son équipe de passer à l’action.
D’un bond, le Rakuzan sortit de sa cachette et s’engouffra dans l’entrée des cachots, il se retrouva rapidement sous terre et l’odeur pestilentielle qui y régnait n’était pas des plus agréable. Un Inuzuka aurait sans doute trouver la mort dans ces tunnels, mais cela n’arrêta pas le Jônin déterminé.


Sans jamais s’arrêter, il continua sa course jusqu’à trouver les différentes cellules où étaient gardés captifs des civils de Kaizoku.
Ils avaient l’air apeurés et voir des personnes innocentes dans un état si lamentable renforça la détermination du Chef de clan.


- Bonjour à tous, s’exclama-t-il. Je suis un shinobi de Konoha, nous avons été envoyé ici pour libérer votre ville. Vous serez bientôt tiré d’affaire, je vais vous demandez de tous reculer jusqu’au fond de vos cellules. Je ne voudrais pas vous blesser inutilement.

Aussitôt dit, aussitôt fait et Satochi pu enfin passer à l’action.
Il concentra de grandes quantités de chakra Yôton dans ses mains et se mit en tête de faire fondre chaque verrou de chaque cellule avant de briser chaque porte entachant la liberté des citoyens de Kaizoku.
Le Jônin eut alors à faire face à un nouveau mouvement. En effet, plusieurs civils s'élancèrent à toute vitesse sans prêter attention aux autres. Le désir d’air pur était palpable. Mais ce n’était pas la solution optimale.


- Veuillez rester calme. Je vous escorterai moi-même vers la sortie et m’occuperai de vous sortir de cette ville, mais vous devez impérativement rester calme. Mes camarades s’occupent actuellement de libérer les entrées Nord, Ouest et Est tandis que d’autre capte l’attention des Pirates… N’ayez aucun craintes, le chaos a finit de sévir dans cette ville.

D’un ton ferme et décidé, ces paroles semblèrent faire mouche et il pu, une fois tout les civils libérés, escorter l’ensemble du groupe à l’air libre. Pendant ce temps-là, le clone du Konohajin effectua les mêmes actions et tenta de libérer les cachots situés sous l’entrée Nord. Bien que pas au courant du plan de Yusei, le clone de Satochi comprit à l’apparition d’une Akimichi géante que l’attention des pirates serait plutôt centralisée sur cette dernière plutôt que sur sa personne ce qui motiva son initiative d’entrée par la porte laissée sans surveillance par les pirates.

De leurs côtés, le duo des moins gradés de l’équipe n’eut pas la chance de voir leurs portes laissées sans surveillance, ainsi lorsque l’Akimichi s’éleva dans le ciel. Fea et Gosu n’eurent pas d’autres choix que de mettre les gardes hors service. C’est Gosu qui s’en chargea en générant un nuage de gaz toxique qui les plongea dans les vapes. Après cela, les konajins purent pénétrer les cachots et s’élancer à la recherche des civils présents.
Tout comme leurs Chef d’escouade Gosu inutile ici expliqua rapidement la situation pendant que Fea à l’aide de ses capacités Dôton, souleva le sol sous les portes afin d’engendrer un écart suffisamment conséquent pour faire plier les verrous et ainsi rendre leurs libertés aux civils que les deux konohajins escortèrent ensuite vers la sortie des cachots.


Enfin, Byakuya, expert en infiltration n’eut aucun mal à se débarrasser des gardes bloquant l’entrée Ouest des cachots. Une fois à l’intérieur, c’est son Byakugan qui le porta jusqu’aux civils sans grandes difficultés. Ne disposant pas d’aptitude en ninjutsu ou autre, il ne compta que sur son excellente maîtrise du Taijutsu pour venir à bout des cellules entravant son but. La force brute combinée à l’ouverture de la deuxième porte céleste suffit à libérer les prisonniers qu’il escorta ensuite comme ses compagnons de Konoha vers l’extérieur des cachots Ouest.

Si tout, c’était bien déroulé, les civils seraient sans doute tiré d’affaire et l’escouade de Satochi pourrait porter assistance à la Team Yusei.
Cependant, il restait à mettre en place l’évacuation de Kaizoku et ceci allait sans doute être le point le plus délicat de la mission… L’avenir nous dirait la tournure que les événements prendraient.



Actions:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1499

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Ven 10 Juin 2016 - 1:00

En l’espace d’une minute, le spectacle vira au cauchemar. Quand l’Akimichi doubla de volume, les pirates comprirent : et d’un seul homme, ils se levèrent. Les plus courageux foncèrent dans l’arène pour prêter main forte, les plus couards quittaient déjà l’arène en courant comme ils n’avaient jamais couru. Un regard en arrière accéléra leur cœur : une géante, des torrents de lave, du sang, des morts, par dizaines, par centaine même. Réon, quant à lui, avait senti qu’ils pourraient se sortir sans mal du sceau qu’il leur avait mis : il avait été sincère lorsqu’il parlait de repenti. Bloquer leur chakra, ça avait été fait. De manière à ce que ce soit irréversible ? Absolument pas : il savait bien que Konoha n’enverrait pas les premiers péquenauds venus pour une mission de cette importance. Un regard à sa droite lui permit de voit Buichi, les yeux exorbités, mais toujours immobile : habituellement, il était le premier à agir, mais pas cette fois.

Il finit tout de même pas réagir : devant le chaos ambiant, le chef des pirates se leva, son long manteau volant derrière lui. Puis il ria à gorge déployée. De sa poche il sortit une arme de poing. De son autre poche il sortit des munitions. Puis il se tourna pour tirer dans l’épaule de son bras droit : il avait deviné que ce spectacle imprévu ne pouvait être fomenté que par celui en qui il avait eu confiance. Le laissant baigner dans son sang, Buichi escalada les gradins, un large sourire carnassier aux lèvres, pour se positionner sur le plus haut rempart de l’arène. Puis, il posa ses mains au sol. Buichi Saibogu n’était plus depuis longtemps un ninja de Suna, mais il n’avait rien perdu de sa superbe : certains se spécialisaient en assassinat, lui avait choisi un tout autre chemin. La destruction. Sous ses pieds se leva une tourelle immense, qui tira en rafale vers tout ce qui bougeait dans l’arène : pirates et ninjas. Puis, dans une autre succession de mûdras, deux grenades se matérialisèrent dans ses mains. Arrachant les goupilles avec les dents, il les jeta aux pieds de la géante. S’il devait mourir ici, alors il emporterait ces chiens avec lui. Mais il avait plus d’un tour dans son sac. Et la tourelle ne cessait de tirer.

***

La sortie des cachots se fit sans problème : rapidement et efficacement, le Jônin avait parfaitement géré la situation, réussissant à calmer et à rassurer les civils apeurés. Sortant dans les rues fraîches de la nuit noire, la quiétude dans laquelle il avait laissé la ville en s’enfonçant dans les cachots avait totalement disparu. A la place, il était ressorti dans une atmosphère nauséabonde, infernale, remplie de hurlements, de cris et de sang. Il se dépêchait pour emmener les civils en dehors de la ville : trois des quatre cachots furent évacués sans souci. Restait un souci majeur pour le Rakuzan lui-même : la panique qu’avait créée Yusei arrivait jusqu’à lui. Et alors que les civils se dirigeaient, de base, calmement vers la sortie, un mouvement de panique commença, et pour cause : les lâches ayant abandonné l’arène arrivaient par centaine, en courant, arme aux poings, vers les civils. Oh ils ne cherchaient pas à arrêter qui que ce soit : ils cherchaient juste la fuite. Mais entre eux et la sortie, la foule était amassée : et ils fonçaient tête baissée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 942
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Jeu 16 Juin 2016 - 23:00

« De la merde, c’est de la merde ! J’appelle à la merde ! Mission de merde ! Scénario de merde ! Pirates de merde ! Chroniqueur de merde ! … »

Comme vous pouvez le voir, à ce moment de mon récit, j’étais un tant soit peu énervé par la situation à laquelle je m’étais exposé. Alors que j’avais réussi à éliminer une bonne partie des pirates grâce à mes techniques de zone de lave, il semblerait que cela fut insuffisant. En effet, plusieurs d’entre eux avaient réussi à s’enfuir de l’arène pour sauver leur vie, alors que d’autres étaient en train de se jeter sur nous. Je décidai de laisser derrière eux mes coéquipiers afin de me concentrer sur l’homme à abattre : Buichi.

Esquivant les attaques qui venaient de tous les côtés, les bandits restants qui voulaient me faire la peau pour la panique occasionnée, je me rendis compte que l’homme avait quitté le lieu dans lequel il séjournait. En effet, alors qu’il devait se trouver dans une tribune, il avait disparu du lieu. Cherchant du regard, je vis qu’il était monté en hauteur. Si Réon ne l’avait pas suivi, je supposai donc qu’il était vraiment de notre côté, et qu’il s’était fait punir pour ça. Hélas, je n’avais pas le temps de m’inquiéter de son sort, puisque je vis de la fumée apparaître sur le toit, avant que d’elle n’en sorte… Une sulfateuse.

« C’est officiel… Je déteste les pirates. »

Le son de l’engin se mit à démarrer, et la panique se causait dans l’arène. Ne faisant aucune différence entre alliés et ennemis, elle abattait ses munitions dans l’ensemble de l’arène, moi comprit. Voyant l’arme pointée dans ma direction, je concentrai une forte dose de chakra dans mes jambes et me mis à courir rapidement pour esquiver les tirs. La difficulté était d’affronter la foule, mais je me permis de contourner cela en me mettant à grimper sur les murs. La sulfateuse ayant arrêté de me suivre, je pris une pause afin de regarder en direction de l’homme. Mais alors, je le vis faire un geste bien trop inquiétant, alors qu’il jetait deux objets en direction de la Kunoichi Médecin.


« - SENSEI ! GRENADE ! »

Je ne savais pas si elle m’avait entendu, mais en tout cas, elle avait réagi. Se tournant en direction des grenades, elle prit l’initiative et fit un puissant bon en l’air, tout en se rétrécissant d’elle-même, afin d’échapper le plus possible à l’explosion. Je ne pouvais dire si elle avait utilisé une autre protection de là où j’étais, mais je n’avais pas le temps de me concentrer dessus. Naturellement, étant donné le changement de taille en l’air, elle risquait de faire une chute violente, mais c’était sans compter l’intervention de Kuroba, qui avait utilisé ses insectes afin de créer un nuage flottant pour le soulever lui et Reiji, ainsi que rattraper Chôbi-sensei. Une fois les trois à l’abri, le nuage se déplaça à forte vitesse afin d’esquiver les tirs de sulfateuse, me rappelant ainsi que je devais me débarrasser de Buichi. Voyant les tirs me revenir, je repris ma course en essayant de m’approcher au maximum de la machine.

Arrivé sur les toits, près de la position de la tourelle et du capitaine, je composai rapidement une série de Müdras et posai les mains au sol. Cette action fit sortir un pilier de roche du sol, qui vint empaler la tourelle, la détruisant par la même occasion. La menace de la tourelle était éliminée, et je ne me trouvai plus dans l’arène pour devoir me préoccuper des péons en dessous. Mentalement, en espérant que le lien avec Reiji était encore maintenu, je lui demandai d’essayer d’immobiliser Buichi avec une technique Yamanaka. Je ne pouvais me permettre de quitter mon regard de lui, et décidai de reprendre une posture de combat, attendant ses prochains mouvements.


« - C’est Fini, Buichi ! Vous êtes plus nombreux, mais nous sommes plus puissants ! Laisses-nous nous en aller, ou meurt en essayant de nous arrêter ! »


HRP:
 


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Ven 17 Juin 2016 - 15:21


L’opération dans les cachots de Kaizoku s’était admirablement déroulée. Les civils retenus au Nord, au Sud, à l’Est et à l’Ouest avaient été brillamment évacués par l’unité de Satochi.
Cependant, la situation était loin d’être clarifiée puisque la tranquillité régnante sur la ville avant le début des opérations avait laissé place à la folie et le désordre.
De partout à travers la ville la puanteur était omniprésente et les hurlements de frayeur firent frissonner les civils inquiets.


L’heure n’était pas à l’observation. L’évacuation devait continuer, car dans ce cadre chaotique la sécurité des civils étaient mise à rude épreuve.
Suivant avec attention, leurs différents sauveurs. La grande majorité purent quitter la ville sans encombre pour se réfugier de l’autre côté des remparts.


Le seul point critique persistant encore dans cette affaire planait ou plutôt fonçait à toute vitesse en direction des civils escortés par le Rakuzan qui n’avaient pas encore trouvé de chemin vers la sortie.

En effet, alors que le groupe arpentait les rues nauséabondes de Kaizoku, une horde de pirates fit éruption et détala à toute vitesse armes en main dans la direction du groupe. La situation était critique et la panique engendrée désorganisa le groupe et un mouvement de panique débuta.
Satochi devait tuer ce mouvement dans l’œuf et reprendre l’évacuation.


Il ne pouvait pas vraiment se concentrer sur chaque civil apeuré qui déformait le rang.
La meilleure option pour lui était la pure et simple éradication de la menace. Point positif, depuis son arrivé à Kaizoku il avait contenu ce désir mortel de mettre en pièces chaque misérable et les voilà qu’à présent, ils s’avançaient d’eux même dans sa direction.
Le Jônin de Konoha n’avait plus qu’à se mettre d’accord sur la manière de procéder à l’extinction des pirates et après une rapide réflexion, il décida de ne pas utiliser du Yoton. Bien trop destructeur, ce dernier aurait certainement démolit les habitations des environs.


Il composa une rapide chaîne de mudra et prit une grande inspiration puis il décida d’expulser un terrifiant nuage de cendre sur les pirates en fuite.
Un nuage destructeur qui aurait pour simple but d’anéantir de l’intérieur la vie de ces misérables. Le règne de terreur des pirates sur Kaizoku allait prendre fin, ce n'était plus qu'une question de minutes.


Après coup, le brun attendit la dissipation du nuage et se mit en quête d’achever sa part de la mission.
Il était cependant très inquiet pour Yusei. Une grande quantité de chakra avait fait son apparition, le Jônin espérait que le Yogan s’en sortirait, car le brun ne pouvait quitter les civils avant de les avoir conduits dans un lieu sécurisé.


Parallèlement, les autres unités d'évacuation s'étaient mise en quête de retrouver les autres, L'Unité Ouest marcha vers le Nord en longeant les rempart et finit par découvrir le clone de Satochi accompagné des civils. Il en fut de même pour Byakuya qui marcha vers l'entrée Sud où il attendit l'arrivé de son Chef d'escouade retenu à l'intérieur de la ville par une horde de pirate apeuré.
Le chaos touchait petit à petit à sa fin. Mais il était encore trop tôt pour crier victoire et les Konohajin devaient veiller à ne pas commettre une erreur stupide remettant en cause tout le travail effectué jusqu'à présent.



Actions:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1499

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Mar 5 Juil 2016 - 16:13

Pour Yusei : la tourelle est mise hors service et toute ton escouade a pu s’en sortir. Buichi est entravé par le Yamanaka. Félicitations !



Un bip sonore se fait entendre. Vous comprenez rapidement que le corps de Buichi est piégé, et que dans dix secondes, une énorme explosion (rang S de nouveau, donc dégâts rang A de zone) va faire exploser tout le périmètre.

Pour Satochi : toutes les évacuations exceptées la tienne se font sans problème. 95% des pirates s’écroulent devant ta technique, sauf deux ou trois qui sortent leur sabre et chargent sur toi et ton groupe.
Trois charges rang A avec dégâts donc rang B dus à la lame qui vous atteint.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Mar 5 Juil 2016 - 18:11


Satochi avait envoyé la purée - comme on dit dans le milieu - afin de se débarrasser de la horde de pirates et d'offrir enfin un repos mérité et sécurisé à ces pauvres habitants de Kaizoku.
C'est pourquoi il fut extrêmement surpris de voir trois téméraires sortirent du nappage de cendre.
Le Konohajin espérait le voir, s'écrouler subitement et ainsi lui épargner de nouveaux efforts pour des êtres si pathétiques. Mais cela ne se passa pas complètement comme prévu.
Il s'attendait à les voir tituber, victimes du carnage cendré. Mais une fois encore cela ne se passa pas réellement comme le brun l'aurait souhaité.


Bien au contraire ! Ils semblaient vouloir en découdre, les visages carnassiers et vengeurs qu'ils affichaient le témoignaient à la perfection.
Et ce fut lorsqu'ils mirent leurs mains assurément dégoûtantes sur le manche de leurs épées que Sato' comprit qu'il allait une fois de plus faire usage de la force pour calmer définitivement ces moins-que-rien.
Le Jônin de Konoha avait la chance de pouvoir conter sur sa faculté à utiliser ses sens, la vue faisait d'ailleurs partie de ses grandes capacités, c'est pourquoi il n'hésita pas un seul instant à faire apparaître un clone de lave d'un simple mudra en lui ordonnant l'ordre de se jeter à grande vitesse vers les trois pirates.


- Reculez tous s'il vous plaît !

Il avait reçu la mission de protéger les civils et il était tout à fait logique de penser que les chances de survie augmentaient en fonction de la distance séparant les cibles des assaillants en optant pour cette approche, il conservait la distance entre les pirates et les villageois et se rapprochait inversement des trois sous-races qui venaient de lancer impétueusement leurs assauts. Ils furent extrêmement rapides, plus rapides que le brun aurait pu l'imaginer. Mais Satochi n'avait pas lancé ce clone de magma pour rien. Il n'avait pas non plus pris le risque de se jeter lui-même tête baissé face à cette charge de la dernière chance. Il se refusait de se voir infliger une blessure pas des êtres aussi faibles et mesquins que ces pirates.

Le clone n'était rien d'autre qu'un kamikaze. Une Kamikaze qui allait laisser des traces, se déplaçant lui-même à grande vitesse et les trois autres tellement préoccupés par leur assaut de vengeance ne trouveraient sans doute pas la lucidité nécessaire pour stopper leurs courses. Le choc fut inévitable.

Au premier coup de sabre, le clone se découpa et implosa laissant jaillir une grande quantité de lave qui emporta les cibles les plus proches dans un cauchemar qu'elles auraient sans doute jamais imaginé.
Dès cet instant, le brun s'assura d'une chose, il devait rapidement sortir de la ville accompagné des civils. Ils étaient un fardeau et l'empêchaient de se battre à plein régime. En cas de nouvelle attaque de pirate, le brun aurait peut-être beaucoup moins de chance que précédemment. Il n'y avait donc pas une minute à perdre.


- Allons-y, dirigeons-nous vers la porte du village la plus proche !


Actions:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 942
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Mer 6 Juil 2016 - 13:05

Je pouvais sentir que j'arrivai à la fin de mes réserves d'énergie, tant physiques que mentales. L'énergie physique était pour des raisons évidentes, puisque je n'avais pas arrêté de courir dans tous les sens afin d'esquiver les nombreuses attaques à mon encontre. Pour le mental, la raison restait pour autant des plus simplistes : je commençais à en avoir ras le cul. Ces pirates allaient réussir à me faire perdre mon calme avec l'accumulation des conneries que j'avais pu voir aujourd'hui, que ce soit parce que j'avais provoqué l'apparition de ces dernières ou non. J'avais signé pour participer à une mission capitale d'infiltration de rang S, pas pour la fanfare de "qui a la plus grosse" entre mon équipe qui montrait minutes après minutes que je les avais bien choisi, ou alors le chef pirate qui aimait bien nous canarder avec ses petits jouets. Mais bon, au final, nous avions réussi à l'immobiliser grâce aux compétences de Reiji. Il avait fait en sorte de l'empêcher d'utiliser le moindre jutsu dés à présent, et à moins qu'il n'ait quelque chose qui agisse après ce genre de possibilité, notre mission était un-

*Beep beep*
« - ... Tu te fous de ma putain de gueule... »

Sans essayer d'analyse plus la situation, je vis ainsi quelque chose en train de faire plusieurs bruits au niveau de sa poitrine, alors qu'il affichait un sourire narquois. Inutile de chercher à comprendre plus, c'était forcément quelque chose de mauvais. À mon dernier mot prononcé, j'invoquai un clone qui concentra rapidement son chakra afin de pouvoir effectuer une charge pour ce que je m'apprêtai à faire. Composant moi-même quelques müdras, j'invoquai une nouvelle fois un pilier du sol qui apparus devant Buichi pour le propulser dans les airs. Suite à cela, mon clone fonça ainsi sur le pirate paralysé dans l'air, et lui décocha un violent coup de pied afin d'essayer de l'éloigner encore plus de notre position et de la ville. La dixième seconde depuis le premier son passé, une puissante explosion se fit devant nous, alors que le corps de Buichi et celui de mon clone disparurent dans la déferlante. Bien que la force du souffle fût suffisante pour nous faire ressentir le vent provoqué, nous fûmes à l'abri de tout dégâts potentiels. Après confirmation de notre état indemne, je pouvais lâcher un soupir, relâcher mes muscles, pour enfin dire que nous avions réussi à nous en sortir. Le Chakra se faisant absent dans mon corps, je pouvais encore tenir de bout, mais loin de là courir à vive allure, surtout après tout ce bordel qui avait été des plus éprouvant. Prenant une légère inspiration pour me relever, je me tournai vers le reste de l'équipe pour leur annoncer notre départ immédiat.

« - Bien. Nous n'avons plus rien à faire ici, nous pouvons partir.
- Hum, chef, ils nous reste des trucs à faire.
- ... Comment ça ?
- En effet, nous devons encore-
- ENCORE FAIRE QUOI ?! Dans l'ordre : J'ai du me laisser frapper, DEUX FOIS; afin que nous puissions pénétrer dans la ville, complétement attaché. J'ai du ensuite me retrouver en plein milieu d'une arène, sans chakra, à devoir frapper quiconque voulait nous approcher. Ce fut ensuite la mélée absolue alors que notre cible s'éloignait, à bouger dans tout les sens. Cette même cible trouva aussi amusant de lancer, non pas de simples jutsu, mais une PUTAIN DE SULFATEUSE vers nous, prête à nous changer en gruyère, avant de se faire exploser pour essayer de raser la ville ! Alors dis-moi, il nous reste quoi à prendre ?!

- ... Nos fringues. »

Après ce moment où j'avais pu relâcher tout ce que j'avais sur le cœur lors de cette mission, je me rendis compte avec la remarque de Kuroba que nous étions dans le même état que dans lequel nous avions été lâchés dans l'arène : en sous-vêtements. Je laissais balader mon regard entre mon propre caleçon sur les habits de nuits de mes collègues, avant de lâcher un puissant soupire tout en couvrant mon visage de honte et d'exaspération.

« - Je... Je... Récupérons juste nos vêtements et retrouvons Satochi pour partir... »

Après un accord silencieux entre nous de ne plus JAMAIS reparler de ce qui venait de se passer, nous nous sommes hâtés de nous rendre en direction de l'endroit où nous avions été faits prisonniers. Cependant, nous fîmes tout de même un détour afin de régler un détail : Réon. Nous avions promis qu'en l'échange de son aide, il aurait le droit de ne pas subir le même traitement que le reste des pirates. Mais hélas, comme je le craignais, le coup de feu qu'il s'était pris précédemment par Buichi avait eu raison de sa vie. Nous n'avions pas pu intervenir plus tôt, et il avait très certainement succombé de ses blessures. Le seul geste que je pouvais faire était de prévenir l'armée d'enterrer son corps comparé aux autres, car même s'il avait agi par cupidité, il nous avait permis d'accomplir notre mission. Nos observations faîtes, nous nous rendîmes rapidement dans l'entrepôt dans lequel ils avaient rangé nos affaires. Et c'était effectivement, lorsque je vis ma propre tenue, que je me rendis compte de l'absence de chaleur autour de mon corps. Quelques minutes plus tard, nous étions enfin tous de nouveau équipés, prêts à rejoindre Satochi et le reste de son unité. Il ne me restait pas beaucoup de chakra, mais j'en avais suffisamment pour être d'une aide, même minime, à mon collègue. Après plusieurs minutes de courses, grâce au repérage des insectes de l'Aburame, nous réussîmes à rejoindre Satochi, au piège face à plusieurs pirates. Il réussissait cependant à les tenir en respect grâce à ses techniques, ce qui rendait notre soutien inutile. Comprenant que cela arrivait à la fin de notre épopée, notre équipe descendit afin de rejoindre l'autre brun pour que nous puissions en finir.

Notre groupe était sorti de la ville. De ce que j'avais pu voir, Satochi avait réussi à faire sortir un grand nombre de civils. Très vite, je demandais à Chobi-sensei de commencer les premiers soins, de voir dans quel état seraient les civils, avant de demander à Keiji de contacter les forces Shinobis se trouvant à Nami pour nous rejoindre, avec vivres et rations, et à Kuroba de retourner dans l'enceinte des murs pour repérer s'il ne manquait pas du monde. Sentant que la mission était enfin finie, je me laissais m'écrouler sur le sol, fatigué autant physiquement que psychologiquement, tout en me tournant vers Satochi.


« - La prochaine fois qu'on nous demande de nous occuper de pirates, demande à l'Hokage de m'oublier dans les effectifs... »

HRP:
 


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège Ven 19 Aoû 2016 - 16:08


Une fois son action aboutit, il ne restait plus rien des assaillants qui s'étaient présentés face à Satochi. Le plus dur était maintenant dernière lui et une dernière labeur l'attendait toutefois. Le calme avait regagné le ville de Kaizoku qui laissait néanmoins apparaître les dommages de la bataille. Néanmoins, les civils avaient pu être sauvé et le retour de Yusei accompagné de son escouade laissait présager que le job avait été également fait de son côté.
Ils avaient l'air exténué, la lutte avait du être féroce au cœur de l'arène. Mais par miracle, aucune perte Konohajine était à déplorer.


C'est donc accompagné de l'équipe de Yusei que Satochi escorta les civils hors de la ville.
Ils furent ensuite rejoins par les autres membres de la Team Satochi également accompagnés par leurs lots de civils sauvés.
Ayant le sentiment que leur mission était accompli, les membres de Konoha purent enfin se détendre. Satochi annula en le remerciant de son aide et félicita ensuite ses trois coéquipiers.


- Beau boulot. Vous pouvez être fier de ce que vous avez accompli aujourd'hui dit-il d'un air enjoué. Bravo à vous également lança-t-il à Yusei et ses acolytes. Notre mission est un succès et c'est grâce en grande partie grâce à vous.

La phase de soin commença alors, elle était la dernière phase de cette mission et elle était entre les mains de l'Akimichi et et Fea.
Pendant ce temps là, les autres eurent pas grand chose à faire à par de s'assurer que tout les civils étaient prêt à retourner dans leur ville.
La mission n'ayant pas prévu une phase de reconstruction. Ils allaient certainement avoir besoin de beaucoup de temps pour reconstruire ce qui avait été détruit c'est pourquoi ils devaient regagner leurs demeures en parfaite santé.


Ressentant le contre-coup de la mission, Satochi s'écarta un peu du groupe afin de refaire le plein d'énergie sur le chemin il croisa Yusei qui avait l'air tout autant exténué. Ce dernier s'adressa à lui, lui demandant de faire part à l'Hokage de l'oublier en cas de nouvelle mission contre des Pirates. Le Rakuzan ne pu s'empêcher de sourire.

- Compte sur moi, sans pouvoir mais drôlement coriace ces connards là.

La suite des événements fut assez simple. les Konohajins terminèrent ce qu'ils étaient en train de faire puis il décidèrent de rentrer au village, l'esprit serein et avec le sentiment du devoir accompli.


THE END:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: [Mission Konoha] Etat de siège

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission Konoha] Etat de siège

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Nami no Kuni-