N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Le genre de convocation qui fait peur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Le genre de convocation qui fait peur Lun 11 Avr - 20:51




C’était l’effervescence depuis la destruction du Cœur de la Capitale. Tout le monde s’activait à la reconstruction, il fallait également maintenir les missions et s’activer sous l’œil inquisiteur d’un Empereur qui n’avait pas toléré ce dernier affront. Le Shozaichi était donc au top de sa forme ! et plusieurs escouades allaient et revenaient chaque jour, leurs missions accomplies, pour que cette mauvaise nouvelle ne ternisse pas trop la réputation de l’Empire.

Tout le monde savait également que c’était l’occasion rêvée ! L’attaque surprise avait fait des dégâts ; et le ménage dans le personnel. Même si c’est un point dont on parle peu, la destruction du bâtiment et de la place alentour avaient naturellement causés de nombreux décès, notamment parmi les soldats et le personnel administratif. Le remplacer était un impératif par lequel devait passer le Shukaï. Et en cette saison, tout le monde voyait dans ce dynamisme un moyen de faire émerger les têtes de la prochaine génération. Quiconque contribuerait activement pourrait alors prouver sa valeur et entrer dans les favoris du système méritocratique de l’Empire. Le premier à en faire plus serait le prochain à obtenir une promotion !

Et cela valait pour tous les services ! Aussi, certes les Ninjas étaient actifs pour faire régner l’ordre et la discipline ; mais aussi les employés et civils qui espéraient bien se rapprocher du sommet de l’administration, et voudraient se démarquer auprès de leur premier employeur. Les demandes de mutations n’avaient pas cessé ! Et déjà, certains léchaient les pompes en triant les archives, en retrouvant les documents et en classant les différentes missions.

A ce titre, certains noms étaient arrivés au sommet de cette fameuse liste ! Et il était important de savoir sur qui compter … . Car on ne pouvait pas se fier à n’importe qui, même au sein de l’Empire. La fidélité était un élément absolument nécessaire ! Il fallait donc un arbitre, un juge qui soit capable d’estimer à qui il pouvait faire confiance. Quelqu’un prêt à tout mettre en œuvre, tout sacrifier pour le maintien de l’Empire, sa défense et sa prospérité. Quelqu’un qui s’engagerait en tout point, et qui serait prêt à répondre des résultats, quitte à ce que ces derniers soient décevants à l’avenir.

Nouvellement arrivée à la Capitale, intégrée à l’administration post-destruction du Quartier Général, la jeune Akane Kayo faisait partie de cette liste. Forte de son âge et de son expérience, elle pouvait participer à cette compétition sans mauvaise prétention. Mais cette convocation ne serait-elle pas trop effrayante pour qu’elle s’y rende avec le sourire ?



Kayo Akane,


Aux vues de vos récentes capacités dans l’administration impériale, et étant donnés vos états de service, vous êtes convoqués pour un entretien afin de servir de secrétaire particulier pour l’Empereur Kakeshuou Samui.

Vous êtes donc priés de vous rendre au Palais Impérial à 5h30 ce mercredi, où vous passerez en Commissions d’Enquête. Le jury sera composé de pairs, de Ninjas de l’Empire et de l’Empereur en personne.

Cordialement,



Ca s’annonçait dur ! Un challenge à relever ! Notre administratrice en était-elle capable ?!


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Secrétaire de l'Empereur
Messages : 28
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Lun 11 Avr - 22:06

Incroyable, mais vrai, Akane avait été convoqué devant un Conseil de Shinobis, dont l'Empereur, qui désirait un entretien avec la jeune femme qui avait tant désiré accéder au poste proposé. Tous ces efforts payaient enfin, malgré les récents événements, ou grâce aux récents événements? Peu importait, elle était entrain d'atteindre le but de sa vie, servir directement l'Empereur.

Elle avait, si elle lisait le papier correctement, quelques jours pour se préparer à cet entretien, ce qu'elle fit avec le plus d'assiduité possible. Une opportunité d'une telle ampleur ne se représenterait pas de si tôt. Pour le moment, tous les éléments jouaient en sa faveur étant donné son expérience et sa dévotion pour l'Empire et son souverain. Tout ce qu'il restait à montrer, était sa ferveur et son authenticité. Pour le coup, faire bonne impression ne suffirait pas, il fallait qu'elle prouve à ses hommes qu'elle serait celle qui leur faudrait et dans laquelle ils pourraient mettre toute leur confiance.

Il s'agissait à présent de connaître la Constitution impériale sur le bout des doigts, ainsi que sur tout le monde Shinobi du Shukai. Cela ne serait pas d'une grande difficulté, exerçant son métier dans ce domaine depuis quelques années, mais il ne valait mieux pas jouer sa chance sur un orgueil mal placé.

- - -

Le jour arriva, Akane était déjà présente, attendant patiemment que l'on cite son nom afin d'entrer dans l'enceinte de la pièce où elle passerait ce fameux entretien. Bien qu'elle allait rencontrer l'Empereur, la jeune femme aux cheveux blancs n'avait absolument aucune crainte. Elle était sereine. C'était toutes ses années d'expériences et cet esprit qu'elle avait développé qui en faisait une personne solide, même lorsqu'elle s'apprêtait à passer un moment si crucial pour sa vie. Après tout, être maître de soi était une qualité indispensable dans ce métier.

Kayo Akane!

Son nom retentissait dans le couloir.
La jeune femme s'avança, suivant le garde qui la fit entrer dans la salle d'examen. Son cœur s'arrêta de battre dans sa poitrine à la vue de Samui Kakeshuou. Il imposait une telle force et dégageait un tel charisme, comme elle n'avait jamais vu ou senti. Elle avait eu raison de croire en cet homme. Cependant, elle continua son avancée jusqu'à se présenter devant les hommes réunis.

Kayo Akane, pour vous servir, Mes Seigneurs, Votre Majesté. dit-elle, solennelle, s'abaissant respectueusement.

Oui, elle y mettait les formes. Il le fallait bien, l'Empereur et ses hommes n'étaient pas n'importe qui. Tout le monde ne pouvait pas se vanter d'avoir survécu a des tentatives de meurtres et tout le monde ne pouvait prétendre avoir réussi un coup d'état afin de s'imposer et rétablir un nouveau dogme pour sauver une Nation entière.

S'asseyant ensuite, Akane, attendit avec une impatience presque palpable la suite des événements, son regard violet déviant de temps à autre dans celui de l'Empereur.


Dernière édition par Kayo Akane le Mar 12 Avr - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Mar 12 Avr - 14:31




La jeune femme se présentait et saluait l’assistance. Après quoi elle prenait place à l’endroit qui lui était réservé. Le tout dans un silence et sans véritable retour de la part de la tablée de grands pontes qui discutaient à voix basse entre eux, ou encore restaient silencieux en la scrutant du regard. Seul l’Empereur demeurait silencieux. Son regard s’était porté un instant sur l’invitée exceptionnelle, avant que ses pupilles ne se braquent de nouveau sur un rapport qu’il avait sous les yeux. En fait, n’importe quel spectateur à cette scène dirait qu’il se faisait royalement – même impérialement ! – chier ! C’était certes un administrateur, mais c’était un tort d’oublier la véritable nature du Maître du Shozaichi.

Bien sûr, nous restons dans le cadre d’un entretien officiel, qui déterminait qui pouvait aider au sommet de l’Empire ! Allez donc savoir pourquoi (mais en fait ce n’était guère surprenant), notre jeune secrétaire eut droit à la réflexion habituelle … .

« Heuu … c’t’une blague ? Pour quelle raison lui fait-on passer l’entretien ? »

Suivi de plusieurs bavardages dans l’ombre et la discrétion. La question était-elle déclarée comme ça intentionnellement ? Il faut se rappeler que la compétition était rude, et que plusieurs candidats espéraient obtenir ce poste ! En l’occurrence, pour une bonne partie des personnes présentes, une personne plus âgée était plus digne d’intérêt ! L’expérience primait avant tout, mais aussi éviter de recevoir des ordres d’une femme ! Hé oui, le Monde Ninja est tout aussi mysogyne que celui du football ! C’est un destin tragique qui poursuivait le sexe prétendument faible de la race humaine … .


Après avoir poireauté cinq bonne minutes sans véritablement prêter attention à la présence de la convoquée, les bustes se retournaient et se plaçaient droits, chacun ayant une copie du dossier de la dénommée Akane Kayo.Un premier homme, la soixantaine, les cheveux blancs plaqués, l’uniforme bien taillé, entreprit une première question.

« Bonjour à vous, Akane. Vous êtes candidate au poste de secrétariat particulier rattaché à l’Empereur, Kakeshuou Samui ici présent … . Vous avez effectué de nombreuses missions administratives ces dernières années, et avez profité d’une récente mutation qui vous a amené à la Capitale Impériale … . Avant de commencer un entretien plus approfondi, pourriez-vous faire savoir à cette Assemblée si vous avez des prédispositions et des compétences particulières vous destinant plus qu’un autre à ce poste ? Car il va de soi que si vous postulez, c’est que vous vous supposez meilleure qu’un autre, n’est-ce pas ? »

Ouach ! La question était directe et franche ! Était-ce une accusation en demi-teinte ? L’homme cherchait-il vraiment à savoir quelles étaient les capacités réelles de l’employée, ou voulait-il seulement la descendre publiquement devant cette Assemblée ?
Il était difficile de deviner les réelles intentions de ces personnes. Mais il fallait prier pour que la candidate ne parte pas déjà avec un a priori. Et ce genre de choses était hélas très classique dans ce contexte particulier. De nombreux pièges seraient tendus dans cet entretien, et seule une voie menait à l’accomplissement. La jeune femme serait-elle capable de desceller laquelle ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Secrétaire de l'Empereur
Messages : 28
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Mar 12 Avr - 21:14

Les remarques sur son sexe ne lui firent absolument rien. Ce n'était pas l'habitude, bien qu'elle avait eut à subir de nombreuses fois ce genre de paroles à son égard, mais elle voyait au-delà de ces choses. Qu'elle soit une femme ou un homme, les connaissances et les capacités qu'elle possédait ne changeraient pas, elle était une entité au service de son empereur, pas une poupée pour le divertir. La jeune femme resta droite, regardant devant elle, attendant que l'entretien commence. Après tout, si elle avait été conviée, il n'était pas seulement question d'insultes envers le beau sexe. L'enjeu était également de si oui ou non, la jeune femme était adaptée pour subvenir aux besoins de l'Empire, non?

Leur attention se tournait finalement sur la candidate qui n'avait pas flanchée devant leur incapacité à être productif. Oui, Akane émettait déjà des jugements à l'encontre de ces bonshommes. Si ils mettaient dix minutes pour se remettre de la candidature d'une femme à chaque nouvelle présentation, il était important qu'Akane se retrouve aux côtés de l'Empereur pour que l'administration soit plus compétente. Mais bien entendu, elle ne montrait rien de toutes ses pensées, la femme aux yeux violets était bien trop intéressée par ce poste pour émettre un quelconque jugement. Bien que si jugement elle avait émit, ils en auraient ris.

Secrétaire particulière de l'Empereur. Ce titre sonnait comme une récompense pour son dur travail. Alors que le nom de l'Empereur était prononcé, Akane lança à nouveau un regard vers lui. Son admiration pour une telle éminence ne faisait augmenter au fil des minutes qu'elle passait en sa compagnie. Néanmoins son attention était toujours centrée sur les paroles de l'homme à l'uniforme. La première question que le Conseil posa fut attendue par la jeune femme. Des talents particuliers qui pouvaient amener son dossier au-dessus de la pile. Le vieil homme avait fini son discours, c'était à Akane de jouer. Cette dernière se leva, abaissant légèrement la tête, leur montrant qu'elle était reconnaissante de l'attention qu'ils avaient porté à son encontre.

Bien entendu, je me considère apte à exercer auprès de l'Empereur, sinon je ne vous aurais pas fait perdre votre temps en m'imposant devant vous. Comme mon dossier le suggère, j'ai accédé à plusieurs emplois rapidement, jouant de compétences qui m'ont valu de finir devant vous. Je suis familière avec les coutumes et pratiques que requiert la diplomatie ainsi que les bases de la recherche de renseignements qui, si je puis me permettre, m'ont grandement aidés à gravir les échelons de l'administration. Je serai plus que ravie d'exercer ces talents pour son Éminence et l'Empire.

Il était question de se vendre, mais Akane ne désirait pas non plus attirer toute l'attention sur sa personne, afin de ne pas paraître égocentrique. Elle aurait voulu détailler les tactiques politiques et diplomatiques dont elle avait fait usage pour rallier deux sociétés et qui avait valu de remettre sur pieds l'industrie textile, mais tout cela ne valait rien face à ce qu'on allait lui demander à présent. Il était certain que la jeune femme se savait apte à assister l'Empereur. Elle n'avait peut-être pas l'étoffe d'une Kunoichi, mais elle avait tout autant de capacités pour supporter l'Empire grâce à la politique, la diplomatie et aux secrets qu'elle savait dénicher et garder, si nécessaire.

Désirez-vous plus d'informations sur ces dites compétences? Ou mon dossier fait foi de mes propos et vous suffit?

Bien que cela soit rédigé dans le dossier, il était peut-être utile qu'Akane rappelle ses faits devant la cour qui présidait la séance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Mer 13 Avr - 1:52




Ne se laissant pas démonter, la candidate se contentait de répondre franchement aux questions, sans oublier les marques de politesse, et sans tomber dans les pièges habituels. Elle restait sereine, ne prenait pas la mouche face aux piques évidentes, et se plaçait totalement en posture de soutien – tout ce qu’on peut attendre d’un(e) secrétaire compétent(e). Pour l’instant, Akane rentrait parfaitement dans le profil attendu.

Mais si l’entretien était aussi simple, cela ferait longtemps que ce poste ne serait plus à pourvoire ! Et si d’autres étaient passés avant elle, c’est qu’ils avaient tous échoués ! La jeune femme serait-elle capable de se faire sa place, là où les autres n’ont pas réussi ? et parviendrait-elle à intégrer un univers de violence fonctionnant principalement sur les actions les plus sombres du Monde Ninja ?

L’Empereur n’accordait toujours pas un seul regard envers la jeune femme. Visiblement, il avait bien mieux à faire. Quel pouvait être ce dossier sur lequel il était tant investi ? Peut-être cette jeune demoiselle devrait-elle tenter de se rapprocher pour apporter son aide ? Mouais … ne pas trop se mettre en avant, cela pourrait attiser des suspicions, ou pire ! des jalousies. Pour l’heure, mieux valait rester à sa place, sans rien demander à personne et en se contentant des questions posées.


Satisfait de cette première réponse, le membre du jury observait la réaction de ses collègues. Quelques hochements de têtes, des moues comme de l’indifférence à droite et à gauche. Continuons.

« Nous avons toutes les pièces dont nous aurions besoin concernant votre candidature et votre parcours. Nous allons maintenant passer à une évaluation classique de connaissances et de compétences, si vous le voulez bien. Dans un premier temps, puisque vous vous dites versée dans la diplomatie, pourriez-vous nous dire quelle est l’idéologie impériale portée dans les relations internationales ? Par la suite, quels sont les principaux acteurs porteurs de cette idéologie ; et quelle est la position du Shukaï à l’heure actuelle sur le plan diplomatique avec les autres Nations ?»

C’était des questions de base. Mais elles étaient toutes posées avec une certaine spontanéité. On ne lui laissait pas vraiment le temps de réfléchir. D’ailleurs, tout en se rasseyant, l’homme lui assénait une nouvelle liste interminable de questions. A croire qu’il faisait tout pour tester sa mémoire et sa capacité à retenir les informations pour apporter des réponses claires et directes.

« Nous voudrions aussi savoir ce qui, selon vous, serait la mission d’un secrétaire comme vous. Quelles sont les limites de ses fonctions, que peut-il se permettre ? Et en l’occurrence, quelle est votre pensée sur la politique menée actuellement par l’Empire des Nations Neutres ? D’ailleurs, comment vous positionnez-vous par rapport à ce régime politique nouveau, jusqu’à présent innovant dans notre monde et notre âge sombre ? Ha ! Et préférez-vous le thé ou le café ?»

Une véritable avalanche d’interrogations ! Sans vraiment savoir lesquelles avaient une véritable importance ! De toute évidence, l’objectif était de la mettre à bout, et de voir si elle serait capable de répondre de front, tout en gardant son sérieux, sa constance, et sa place ! Car parmi toutes ces interrogations, il demeurait un piège important … et à ce titre, un œil inquisiteur mais discret d’un bleu abyssal venait scruter la silhouette de la malheureuse assise sur sa chaise comme un condamné devant la guillotine.

L’Empereur te regarde, Kayo Akane. Vas-tu tomber dans son piège ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Secrétaire de l'Empereur
Messages : 28
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Mer 13 Avr - 11:29

La satisfaction semblait se lire sur le visage de l'homme. Akane n'en sourit pas, ne soupira pas non plus, elle resta droite et en attente de la suite. Il ne s'agissait pas d'un concours de popularité ou de compter les points pour les bonnes réponses. De plus, elle n'avait pas même encore été au cœur de l'interrogatoire, rien n'était joué.

D'ailleurs les questions s'enchaînèrent rapidement, mesurant la capacité de la jeune femme a mémorisé les demandes lui arrivant et de juger de leur intérêt. Pour autant, il semblait qu'autre chose venait s'ajouter à cette liste, ayant remarqué qu'à présent l'Empereur s'intéressait à la jeune femme. Une tentative de déstabilisation de sa part? Possible. Mais Akane ne se faisait pas déstabiliser si facilement. Si son admiration pour l'Empereur l'empêchait de faire son travail correctement, elle ne méritait absolument pas cette place.

L'Empereur et son Conseil tendent vers une Paix entre les Nations partageant la vision du Pays. L'Empire désire créer des relations saines basées sur la confiance, et un accord commun, avec les Shinobis des Grandes Nations. Ainsi leur politique de diplomatie est primordiale dans ses affaires internationales, car si ce procédé échoue, l'Empire n'aura d'autres choix que de se lancer dans un conflit visant à promouvoir cette Paix.
Votre Excellence ainsi que son Empire travaillent depuis deux ans sur cette idéologie, dans l'intérêt de l'Alliance et du monde Shinobi. Bien qu'il me semble que nos relations se soient détériorés avec Kumo depuis l'attaque, l'apparition du mouvement de la Nation et ainsi celui de l'Ordre, remet en question l'allégeance de nos alliances passées ou futures qui semble bien plus importante. Les Grandes Nations étant dirigées par les Seigneurs Daimyos, il serait sage de reconsidérer certaines relations. Sa Majesté met tout en oeuvre pour assurer la Paix et la sécurité dans notre Pays, je me tiens donc informée des événements récents, afin de lui être utile au mieux.


L'allure ferme et droite, la voix posée et calme, Akane restait à sa place, malgré les propos qu'elle venait de tenir. Bien qu'elle ne soit ni une Kunoichi, ni aux ordres de son Excellence pour l'instant, elle se tenait au courant des affaires militaires depuis quelques temps déjà. Peut-être que ces paroles pourraient offusquer plus d'un jurés, mais il était important que la demoiselle montre son intérêt pour les affaires du Pays, tout en illustrant son aptitude a recueillir des informations. Devant l'assemblée, elle venait d'émettre un jugement, cependant ce jugement était émis en faveur de l'Empire qui était le centre de l'intérêt de la jeune femme. La secrétaire de l'Empereur ne pouvait être une potiche, elle devait épauler son Éminence, bien que ce soit ce dernier qui avait le dernier mot.

La secrétaire de son Excellence est aux ordres de l'Empereur et de l'Empire. Les limites qui s'y attachent ne regardent que l'Empereur, tout comme ses fonctions.

Bien que la jeune femme aux yeux violets venaient d'éluder les fonctions du secrétaire, elle était consciente qu'elle ne pouvait rien se permettre si jamais elle était à ses ordres. L'Empereur était le Maître de ce Pays, et ainsi elle le traiterait comme tel. Une telle question semblait idiote venant de ses pairs.

Pour le reste, Akane ne répondit pas. Son intérêt pour l'Empereur et l'Empire était flagrant. Le reste n'avait que peu d'intérêts. Elle n'était pas ici pour satisfaire ses envies de sucres, ni pour se lier d'amitié avec le Conseil. Seules ses capacités à servir l'Empereur importaient à présent. La jeune femme baissa la tête en signe de remerciement de l'avoir écouté et également pour signifier aux hommes qu'elle avait terminé son discours, tout en sachant qu'elle avait éludé quelques questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Mer 13 Avr - 17:13




L’entretien allait bon train. Certaines choses étaient mises à plat, d’autres obtenaient les réponses attendues. La jeune femme ne se laissait pour l’instant pas abattre ; pas même par l’avalanche de questions qui devait la déstabiliser et la pousser à la faute. Quant à l’erreur ultime … elle passait à côté comme de l’eau glissant naturellement sur les plumes d’un canard ! Un membre de l’administration n’avait pas pour fonction de prendre des décisions, ou même de donner son avis. Son devoir était d’enregistrer, de codifier, d’annoter et de servir, sans chercher à laisser sa marque dans l’Histoire. Comme un Ninja. En se contentant de servir l’Empereur de la façon la plus fidèle possible, Akane se garantissait déjà un bon pied dans l’administration impériale !

Mais serait-ce suffisant pour devenir l’attachée attitrée de l’Empereur ?

L’homme qui avait tenu le discours jusqu’à présent hochait de la tête en direction de ses semblables. Elle n’était pas la seule à être allée aussi loin dans cette enquête, mais elle faisait désormais partie de la liste finale. Il était temps désormais de recentrer les questions, et de voir jusqu’où pouvaient s’étendre les connaissances de l’administratrice en matière de textes officiels et de connaissances historiques sur les fondements et les bases-même du Shukaï.

C’était un autre personnage qui se préparait à prendre le relais. Celui-ci semblait être un véritable Combattant. Un homme qui avait de l’expérience sur le terrain, et qui par son visage, son regard et ses traits, avait certainement un âge proche – voire plus elevé – que celui de l’Empereur lui-même ! Un simple kimono aux teintures vertes ombre, une large cicatrcice en travers du visage. Il n’était pas très connu du peuple et des effectifs, mais restait un pivot dans l’Ombre de l’Empire.


« Notre Empire n’est rien sans une discipline rigoureuse et une administration sans faille ! Les Ninjas sont ses principaux défenseurs, mais si l’administration envoie des informations capitales ne serait-ce que quelques heures trop tard, cela peut se conclure par des pertes incommensurables sur le champ de bataille !! Et on ne peut pas garder de tête de linotte au sommet de l’administration impériale ! »

Le ton était donné ! Celui-là, il faudrait lui faire preuve d’un peu plus que d’apprentissage de la leçon par cœur ! Car il ne satisferait certainement pas d’une réponse académique vide de conviction et de jugeotte !

« Quelle est la procédure à suivre lors de l’arrivée d’une délégation étrangère ! Comment nos forces doivent-elles réagir face à une demande de circulation libre sur nos territoires, et quelles sont les précautions à prendre pour garantir l’ordre et la sécurité de nos concitoyens comme de nos invités ! Et j’attends tous les scénarii possibles ! »

On passe à de l’administratif appliqué ! Et qui est loin d’être superflu ! Car l’entrée d’effectifs étrangers sans un minimum de contrôle peut amener à renouveler le fiasco de quelques semaines auparavant !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Secrétaire de l'Empereur
Messages : 28
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Mer 13 Avr - 19:08

Encore une fois, il semblait que la seule demoiselle de la pièce avait encore une fois réussit à convaincre l'assemblée. Mais toujours, ils n'étaient pas encore entrain de la questionner sur les choses les plus importantes. Elle savait que le pire n'était encore qu'à venir. Ce qui l'inquiétait le plus, serait l'intervention de l'Empereur en personne. Après tout, c'est lui qui jugerait de l'aptitude de la jeune femme à le servir ou non.

Pour le moment, Akane se contentait de répondre aux différentes questions qu'on lui posait. Un nouvel homme, encore plus âgée, prit la suite de l'entretien. Décidément, ils étaient tous vieux au Shukaï. Une Nation forte avec des hommes d'expériences, voilà ce qu'était cet Empire. Tant mieux, Akane n'avait pas le temps de s'entretenir avec des adolescents.

La partie la plus intéressante débutait. Le personnage qu'elle avait en face d'elle commençait à entrer dans le vif du sujet. En pratique, à quoi servait la secrétaire et la partie administrative lorsqu'elle s'entretenait et travaillait avec le monde militaire. Cet homme-là était encore plus dur et plus froid que le précédent. La jeune femme n'osait même pas s'imaginer comment l'Empereur serait, après tout, elle ne l'avait jamais entendu parler ou bouger. Peu importait, pour l'instant, elle se concentrait principalement sur les questions. Il avait raison des ses propos, en tout cas, Akane partageait cette vision des choses. Les questions qui suivirent ne perturba pas la demoiselle, au contraire.

Préparer leur arrivée dans un lieu précis et préalablement aménagé et les convier tout en les surveillants. M'enquérir de l'Empereur afin de faire surveiller militairement la délégation, ainsi que lui apporter ainsi qu'au Conseil toutes les informations récoltées sur eux... Noms, profils, activités récentes et inscrire ces résultats dans notre base de données afin de rechercher une correspondance avec d'anciens profils. Ma place sera bien évidemment aux côtés de l'Empereur, si nécessaire, afin de lui transmettre les informations directement. Bien entendu, mettre toujours à disposition un membre civil à leurs côtés afin de répondre à leurs moindres désires tout en gardant un œil discret sur eux.

L'idée était de les surveiller et d'en apprendre d'avantage sur eux tout en leur présentant un banquet en leur honneur.

Les forces militaires n'ont de compte à rendre qu'à l'Empereur, il me semble. Ainsi une demande de circulation libre passera forcément entre les mains de l'Empereur. Mais si Son Excellence donne son accord pour la demande de circulation, il faudra prendre toutes les informations possibles sur la ou les personne(s) désirant circuler librement et avertir chaque Seigneur et Gouverneur du Pays afin que ces derniers prennent leurs précautions. Notre administration passant les informations sur le personnage en question. Bien entendu, je fais confiance aux forces militaires pour surveiller cette ou ces personne(s). Nous ne sommes pas à l'abris d'une traîtrise. En plus de cela, faire un communiqué officiel aux civils sur l'arrivé d'un nouvel arrivant ou d'un groupe arrivant dans le Pays, afin que ces derniers soient avertis de la situation. L'idéal serait de garder un œil sur eux tout au long de leur séjour et même de les accompagner.

Akane n'aimait pas ce procédé de libre circulation. C'était bien la peine de se donner autant de mal pour sécuriser le Pays si l'on donnait accès librement à ce même Pays. Si ils veulent passer, qu'ils fassent le tour et contournent le Pays. Le Shukaï n'est pas un moulin où l'on rentre et sort si facilement. Si ça ne tenait qu'à elle, il n'y aurait pas de libre circulation, mais encore une fois, l'Empereur était le seul maître à bord.

L'organisation, la coordination et la communication entre les forces militaires et le cadre administratif doivent être parfaits. Nous sommes un tout au service de l'Empire. L'un doit épauler l'autre, sans quoi notre Pays ne peut avancer. Les apparences doivent leur faire comprendre que nous savons nous occuper d'eux et qu'ils sont les bienvenus, mais nous ne devons pas baisser notre garde pour autant.
Peu importe l'invité.


Akane finit sur cette note. La confiance était une chose fragile et difficile à obtenir, mêmes si les intentions sont louables, personne n'est à l'abris d'une trahison. Toujours droite et concentrée, la jeune femme attendait la suite des événements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Jeu 14 Avr - 1:26




La jeune femme tentait une réponse en fonction de ses connaissances et de ses suppositions. Ce genre de tactique était osé, mais répondait aux attentes de l’Ancien. Après tout, ce dernier voulait voir si elle savait se servir de sa tête ! Était-ce chose faite ?

A vrai dire, elle répondait de façon probablement trop vague, et pas assez centrée sur sa mission première : l’administration ! En tentant la carte « Coopération Ninjas-Administration » dans le cas d’une visite, elle ne voyait pas assez large, et ne recentrait pas assez ses exemples sur son cas bien particulier. La mission première de l’administration dans ce genre de cas était d’avoir et de mettre à disposition des documents officiels autorisant une circulation « libre » sur le territoire. Elle devait également gérer la communication des informations aux différentes unités, et s’assurer d’une surveillance modérée, pour contrôler ces éléments étrangers. A ce titre, Akane Kayo avait bien répondu. Mais c’était ommettre un autre type de visite ! à savoir celles indésirables, celles qui avaient frappés le Shukaï récemment ! Dans cette situation, il fallait alors tenir les équipes de surveillance le plus rapidement possible au courant des éléments transmis, jouer le rôle de relais d’urgence, et savoir agir prestement pour éviter le pire.


Le nouvel interrogateur croisait les bras en jouant avec sa longue barbe de ses doigts.

« Et voilà ! Dès qu’on demande à se servir de sa tête, seule la force militaire compte ! Et on en oublie que si les informations ne circulent pas, on n’arrivera à rien ! Et ca veut être secrétaire du Kamui ! »
« Ses premières réponses n’étaient pas mauvaises ; et elle a malgré tout ciblé l’essentiel … . »
« L’essentiel ne suffit pas ! En tant de guerre, il faut pouvoir tout prévoir ! Une autre mise à l’épreuve, dans ce cas ! Toi, là – supposons qu’une nouvelle contrée passe sous la juridiction de l’Empire afin que ce dernier lui apporte stabilité, ordre, sécurité et prospérité. Quels sont les premiers services administratifs qui doivent être mis en place dans le premier mois de présence sur les lieux ! »

Cette question se présentée une nouvelle fois comme un challenge. Mais qui avait des allures d’ultimatum ! Si la candidate ne trouvait pas de réponse appropriée, en se fiant avant tout à son domaine de prédilection, elle aurait bien du mal à convaincre cette assemblée. Ces vieux singes pensaient tous avoir assez d’expérience dans leur sac pour jouer cette partie d’échecs avec une novice. Parviendrait-elle à les prendre à leur propre jeu ?

Pendant ce temps, si son regard s’était un instant posé sur elle, le Lion des Neiges récupérait ses yeux couleur abysses océaniques pour le braquer sur une liste bien particulière. Tirée de son dossier, c’était cette liste qui méritait toute son attention. Que contenait-elle … .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Secrétaire de l'Empereur
Messages : 28
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Jeu 14 Avr - 16:13

Sa réponse n'avait pas plus à l'audience, enfin, pas à l'intéressé qui posait les questions. du moins Elle ne devait pas se contenter de cibler l'essentiel, elle devait rentrer dans les détails. Soit. Il était logique que l'homme réagisse de cette manière. Après tout, le poste auquel elle voulait accéder était tout à fait important, il était question de la sécurité du Pays et de sa gestion totale. Le candidat devait être un atout et non un boulet. Si il fallait encore le former sur les tâches les plus standards, cela n'en valait pas la peine. Akane abaissa sa tête légèrement, en signe d'excuses. Une nouvelle question posée par le vieil homme allait lui permettre de retenter sa chance.

Akane tenta d'être le plus précis dans sa réponse afin de satisfaire au mieux le vieil homme. Peu importait la suite, elle répondait calmement, maître de ses pensées et de ses actions. La jeune femme restait droite, imperturbable devant ce Conseil d'hommes.

Communication.

Il faut tout d'abord mettre en place un service de communication entre le Shozaichi et le nouveau territoire, afin que ces derniers établissent un contact permanent et sécurisé entre les deux centres administratifs. Faisant parti à présent de l'Empire, il faut également organiser un système de communication et d'information entre le Shukai et les habitants du nouveau Pays afin de les inclure rapidement dans le nouveau système.

Installation des complexes administratifs dans le Pays.

Centraliser l'administration dans de nouveaux complexes installés sur place. Tout cela étant géré par une équipe administrative basée sur place, efficace et compétente au service de l'Empire, qui monitorise toutes les transactions.

Organisation rapide des fonds et moyens pour stabiliser l'économie.

S'ensuit alors la mise en place d'un service de gestion des finances et de gestion des ressources qui ravitailleront le nouveau pays en nourritures et matériaux nécessaires à la stabilisation économique et à la sécurité de ce même pays. La nouvelle organisation entre le nouveau pays, ses habitants et l'administration de la Capitale doit se mettre en place rapidement, de ce fait les habitants se sentiront en sécurité et soutenus par l'Empire.

Prise de connaissances des nouvelles propriétés pour fluidifier et instaurer l'information plus rapidement dans le Pays.

Le nouveau lieu doit être soumis à une cartographie afin de récolter les nouvelles données topographiques qui aideront grandement l'administration à déployer plus efficacement ses ressources et ses fonds, et une reprise des anciens complexes administratifs afin de gérer les restructurations et la coordination des anciennes infrastructures du Pays avec les nouveautés implantées par l'Empire.

Avait-elle tout dit? S'était-elle bien expliquée? La décision revenait au jury, quant à l'Empereur, il semblait de nouveau pris dans ce dossier. Quelle chose pouvait entretenir l'attention de l'Empereur aussi longtemps?

La jeune femme resta plantée devant le groupe d'hommes, attendant patiemment leur avis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Sam 16 Avr - 20:46




Le silence se fit en salle. Il faut dire que, contre toute attente, la surprise était complète et bien formulée de surcroît ! Qui aurait cru qu’une jeune femme aurait cette conscience politique et administrative après avoir effectué quelques missions au sein de l’administration impériale ?!

La conquête d’une Nation requérait toujours des impératifs pour les troupes sur place. Garantir l’ordre et la sécurité des populations locales était une première étape, à la fois évidente et nécessaire. Car si un régime nouveau ne pouvait pas faire oublier les failles de l’ancien, il était voué au même destin funeste. Neutraliser les poches de résistance quand elles existaient, afin que la contestation ne soit ni trop virulente, ni ne cause de dommages à des civils. Enfin, le pays devait connaître une « continuité » dans son fonctionnement qui garantissait son maintien et sa bonne administration. De nombreuses nations nouvellement conquises restaient noyées dans la misère et l’immobilisme. Or, c’était ce genre de situation qui ruinait définitivement toute initiative porteuse de progrès.

Et pour cela, seule une administration bien organisée et préparée pouvait endiguer ces phénomènes. Les Ninjas n’étaient pas des magiciens, capables de régler tous les problèmes ! Il fallait pour cela un centre de commandement capable de répartir les priorités, d’organiser les équipes, de trouver les secteurs ayant le plus de besoins et d’agir rapidement. Pour structurer tout cela, un système postal et de long courrier était essentiel pour une méthode bien quadrillée et pensée. Et, naturellement et au grand damne des populations locales, le système économique du Pays devait rester intact, même si cela signifiait pour certains devoir payer les impôts auxquels ils espéraient bien échapper.

Bref. Cet instant de silence donna suite à quelques palabres et chuchoteries entre les principaux membres du jury. Mais le seul fait que l’Empereur en personne abandonne sa petite note, et se tourne pour faire clairement face à la candidate signifia aux autres qu’il prendrait la parole pour la fin de cet entretien. Ils n’avaient plus qu’à demeurer silencieux, et à constater de l’intérêt de ses questions, et de la justesse des réponses apportées par Akane.


~ Il y a deux ans de cela, j’ai fait éliminer les Daimyos de l’ensemble des Nations-membres de l’Alliance des Pays Neutres. Cette décision, j’ai été le seul à la prendre et à la faire appliquer. Dans les vingt-quatres heures qui ont suivi la déposition du Triumvirat, les Seigneuries de l’ensemble des Pays Neutres étaient passées par le fer. Pour quelles raisons leur sacrifice était-il nécessaire … .

C’était une question directe ! Et qui présentait l’un des faits majeurs de l’histoire de l’Empire ! Sa fondation-même ! Date critique où l’Alliance devenait Empire, et où le système féodal ancestral se trouvait littéralement renversé pour donner la primauté à l’Ordre Ninja en la personne d’un Empereur. A cette époque, la situation était extrêmement complexe, car les Daimyos n’étaient pas tous « disposés » pour les mêmes raisons ! Et c’était d’ailleurs là que le choix avait été le plus dur à faire pour Kakeshuou Samui !

Akane Kayo serait-elle en mesure de saisir toute la dimension et l’inconditionnel absolue de cette décision dramatique pour l’Histoire des Nations et de la Paix ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Secrétaire de l'Empereur
Messages : 28
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Lun 18 Avr - 16:36

Pas de chuchotements dans l'assemblée, au contraire. Il semblait qu'elle avait fait bonne impression et rattrapé sa coquille d'avant. Puis, tous les homme cessèrent de parler, pour laisser la place à l'Empereur qui avait à présent toute l'attention de chaque membre, ainsi que celle d'Akane. Cette dernière comprit que son entretien allait bon train et qu'elle l'avait presque terminé. Mais c'est à présent que tout se jouait. L'Empereur fixait toute son attention sur la candidate qui malgré cela, ne perdit pas sa concentration et faisait preuve de professionnalisme devant celui qu'elle admirait tant.

Cela faisait déjà deux ans que cet homme avait pris le pouvoir et ramené la paix et la cohésion dans l'Alliance. La question qui suivit ne mit pas mal à l'aise la jeune femme mais dû lui prendre quelques secondes de réflexion pour arriver à une réponse correcte, digne de l'Empereur. Akane baissa sa tête respectueusement devant le Samui, puis se permit de répondre.

Les divergences d'opinions et les actions des différents Seigneurs les uns envers les autres mettaient tous les Pays de l'Alliance en danger. La confiance n'était plus de mise et donc la sécurité et la stabilité des Nations neutres se dégradaient par leur manque de conscience professionnelle. Seuls leurs intérêts personnels comptaient, laissant au second plan l'intérêt du Pays entier et ainsi de ses habitants. Certains Daimyos, par contre, devaient être exécutés par nécessité, sous peine de représailles à l'encontre des Shinobis.

Akane se tut un instant. Sa dernière phrase était cruelle et froide, mais c'était ainsi.

Il fallait faire un choix pour le bien de l'Alliance et de ses habitants. La sécurité toute entière du Pays en dépendait.

Ce n'était pas un jugement, mais un fait. Si Samui Kakeshuou n'avait pas entrepris toutes ces actions à l'encontre des Daimyos, tout serait différent. La jeune femme ne cachait néanmoins pas son estime pour ses actes, qui quand bien même, étaient cruels, avaient eu le mérite de remettre sur pieds tout un pays. Elle s'inclina à nouveau devant son chef suprême, attendant une réaction du public. Là, c'était quitte ou double. Si la réponse ne lui plaisait pas, son entretien serait fichu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Mar 19 Avr - 15:54




La réponse, quasi chirurgicale, vint trancher le débat. Elle était claire, directe et sans détour. On eut presque dit une leçon apprise par cœur ! Cela signifiait-il un manque de sincérité, ou le début d’une procédure de lavage de cerveau dogmatique vouée à rallier tout le monde à l’Empire ? Voilà qui irait bien dans le sens des affaires de la Rébellion ! Si on pouvait prouver que les populations étaient soumises et contraintes au régime actuel, alors une Rébellion prendrait tout son sens … . Mais les faits étaient bien plus encourageants au contraire : le fait que l’administration ait intégré ces calculs et ait accepté de jouer le rôle qui devait être le sien sous ce modèle politique montrait que les civils se rattachaient progressivement à l’idéal impérial. Tant mieux.

Ceci étant dit, il n’y avait toujours aucune réponse émise par le Maître de l’Interrgatoire. Ce dernier, cachant le bas de son visage avec le dos de sa main, restait concentré et braquait son regard glacial sur la jeune femme. Et le silence durait. A tel point que, bientôt, des regards inquiets se tournèrent vers lui. Principalement de la part des autres membres du jury ! Le personnage, même après deux ans de contrôle absolu, restait insondable … . Était-il satisfait ? Quelque chose l’avait-il mis en colère ? Devait-on s’attendre à l’une des ces légendaires colères ?

~ Laissez-nous seuls avec la convoquée … .

La demande surprit l’assemblée entière ! mais on n’allait pas à l’encontre des décisions du Grand Patron. Un à un, les personnes autour de la tablée centrale se levait, se réunissaient en petits groupes pour se diriger vers la sortie. Moins de cinq minutes plus tard, les deux interlocuteurs étaient en face à face privée, avec toujours et comme seul invité admis ce silence pesant qui prenait forme physique. Le Kamui n’avait pas changé de posture. Il continuait à scruter la jeune femme … . Un bruit cristallin et craquelant vint rompre le mutisme ambiant – quelque chose de doux, mais à la tonalité agressive … .

~ Le soutien d’une administration compétente et dévouée est indispensable pour que ce régime fonctionne au maximum de son potentiel. Pour cela, j’exige une détermination sans faille. Une capacité à analyser les évènements de façon précise aussi élevée que possible. Et un caractère d’acier qui coupera tout sentiment d’une prise de décision décisive pour l’avenir de cette unité géopolitique … . Je ne donne pas de temps, je ne traine pas, et je ne donne pas de seconde chance … .

L’homme s’était levé, et s’était rapproché. Il avait fait le tour de la table, et des longues manches de son kimono, un bras de Glace avait fait son apparition pour venir récupérer la liste qu’il consultait un peu plus tôt. Cette liste finissait rapidement entre les mains de la candidate infortunée.

~ Choisis un nom.

Uterashi Kanda, Masaki Iroshi, Makka Choppu, Andaïshi Uwarashimara et Otoike Baïto. Ces noms n’évoquent rien. Et le choix du nom en devient d’autant plus incompréhensible. Sur qui se portera le choix d’Akane Kayo ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Secrétaire de l'Empereur
Messages : 28
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Mar 19 Avr - 23:05

La réponse se fit attendre. Akane resta toujours droite, patiente, mais commençait à redouter les conséquences de ses paroles. Avait-elle dit quelque chose de travers? Son avis tranché sur les actes de l'Empereur d'il y a deux ans avait peut-être refroidi l'audience voire l’Empereur en personne. Après tout, de quoi parlait-elle, elle n'était qu'une pauvre civil et ne connaissant rien à la guerre ou aux horreurs des massacres, sans doute que l'Empereur ne supportait pas qu'une quelconque personne donne son opinion sur cet événement.

Soudainement, le Samui ordonna à l'assemblée de sortir de la pièce, Akane en fut surprise, mais tenta de ne rien montrer. Les hommes sortirent un à un, obéissant malgré leur rang à Samui Kakeshuou. Elle se retrouva donc seul à seul devant cet homme si imposant... La jeune femme se sentit tout à coup insignifiante.

L'Empereur se mit alors à parler, donnant toute son attention à la jeune femme. Il semblait que son inquiétude suite aux paroles qu'elle avait prononcé n'avait plus lieu d'être. Kakeshuou donnait ses ordres et sa manière de gérer les choses autour de lui.

Je ne donne pas de temps, je ne traîne pas, et je ne donne pas de seconde chance … .

Un faux pas et la jeune fille dégagerait. Cela était tout à fait logique, partant du principe que l'Empire devait compter sur des sujets compétents et disponibles. Akane comprenait bien ces paroles et les intégrait rapidement.

Soudain, il se leva et s'approcha d'Akane. Bien que maître de ses sentiments et de sa stature, elle fut tout de même impressionnée de le voir dans toute sa grandeur. Il dégageait une aura de puissance mêlée à de la terreur. Fascinée, elle était tout de même concentrée sur ce qu'il se passait.

Finalement, le dossier sur lequel il s'était penché durant tout l'entretien fut présenté à Akane de manière plutôt mystérieuse. Choisir un nom sur une liste qui n'avait aucun contexte, soit. On ne défiait pas les ordres du Kamui.

Masaki Iroshi.

Répondit-elle, solennelle.
Aucun questionnement ne suivit. Si il voulait lui expliquer, il le ferait?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Mer 20 Avr - 3:21



N’importe qui se serait au moins posé quelques questions. Après tout, recevoir un ordre sans la moindre explication était pour le moins singulier ! Mais c’était justement là le message. Quand on travaille pour Kakeshuou Samui, on n’a guère de le temps de réfléchir ; ce n’est d’ailleurs pas toujours un critère prioritaire de recrutement. Quand un ordre est donné, on s’exécute sans poser de questions. On œuvre au plus vite, en sachant que votre employeur ne vous attendrait pas. La jeune femme, en choisissant rapidement un nom, faisait donc le bon choix de vie : elle suivrait les ordres, et se plierait aux exigences qui lui étaient posées. Sa vie serait ainsi, désormais. Le Maître de l’Empire l’avait déjà prévenu ; mais la bonne nouvelle était que le travail bien fait méritait également récompense. Système de méritocratie, comme il l’avait souligné !

Ayant entendu le nom, l’Empereur resta silencieux. Son visage restait de marbre, et son expression était toujours aussi grave. Après avoir une nouvelle fois porté son regard sur la liste, il fit quelques pas pour s’éloigner de la candidate. Son attention se reportait sur la porte qu’avaient empruntée les conseillers pour sortir. Deux coups pour avertir l’extérieur : la porte s’ouvrit brièvement.

~ Masaki Iroshi.
» Bien, Kamui-Sama.

La porte se referma presque immédiatement, sans violence, rendant cette intimité que nos deux protagonistes partageaient. Le vieux combattant revenait près de sa nouvelle secrétaire.

~ Lors de l’attentat, Masaki Iroshi a quitté son poste pour vérifier si sa famille était à l’abri. Pendant cette attaque, le Palais Impérial a été détruit et ses sentiments ont fait courir le risque au Shukaï entier que des documents compromettant notre sécurité et nos populations soient dérobés, détruits ou découverts ! Nos sentiments personnels ne peuvent nous permettre de telles erreurs de jugements ! Car si nous échouons à notre devoir, c’est la vie de milliers de civils qui est en jeu. Masaki ne fera plus jamais cette erreur ; et son cas sera un exemple pour tous ceux qui ne comprennent pas que le Devoir passe avant tout le reste ! …

Le personnage venait clairement de faire comprendre que la personne désignée par sa nouvelle secrétaire serait « éloignée » définitivement pour faute grave. Un signe on ne peut plus fort et annonciateur pour ceux qui déçoivent ses attentes, et trahissent ses espoirs. Il y a de quoi être inquiet pour sa vie … sauf si on se tenait fermement à son rôle. Tout le monde était capable de cela. Kakeshuou Samui suivait le sien depuis sa naissance.

Avançant vers la jeune femme, l’homme au corps rugueux et au regard perçant posait une main imposante et glaciale sur l’épaule de sa subordonnée. Il était glacial de corps comme d’esprit !! C’est un vampire ou quoi ?! Au simple contact physique on sent que l’individu devrait être mort ! Un brasier ne lui apporterait pas une once de chaleur !

~ Le poste est à toi. Suis-moi, nous avons déjà beaucoup à faire. Pour commencer, je veux que tu travailles avec deux ou trois Shinobis autour de la restructuration de nos archives dans la reconstruction du palais. Ensuite, tu te rendras au Complexe Scientifique en cours de construction. Je veux que tu rassembles des données sur les Villages étrangers, et que tu trouves quelles sont leurs forces et leurs faiblesses. Si tu te montres compétente, tu pourras alors prendre part à des interventions et des missions plus importantes, qui requièrent du tact et des manières … .

Dépêche-toi, Akane Kayo ! Le Kamui est déjà en train de partir, en supposant que tu le suis ! Il est 5h30 et la journée ne fait que commencer !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Secrétaire de l'Empereur
Messages : 28
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le genre de convocation qui fait peur Jeu 21 Avr - 20:31


Elle l'avait soupçonné, mais jamais elle ne se serait permis de remettre en cause la décision de remettre le sort du martyr entre les mains novices d'une femme qui choisissait par le hasard.

Masaki Iroshi, devenait l'une des premières victimes qu'Akane causait au service de l'Empire. Cela commençait bien. La jeune femme ne se permit aucune réaction. L'Empereur quant à lui, justifiait son choix après avoir fait part de ses ordres. En une seule explication, la femme aux yeux violets comprit l'immensité des paroles qu'il avait prononcé avant de lui demander de choisir un nom.

Je ne donne pas de temps, je ne traîne pas, et je ne donne pas de seconde chance … .

Un seul petit faux pas valait une mort certaine. Droite et stable, Akane n'en fut pas surprise, la réputation avait précédé la personne. Il était certaine que si elle avait remis en cause la demande du Samui, Akane n'aurait pas passé la prochaine et dernière étape. Elle faisait à présent partie du service administratif de l'Empire et était rattachée à l'Empereur personnellement. Le contact en touchant son épaule fit frémir la jeune femme qui ne s'attendait pas à ce que la main même de son supérieur absolu serait si glacial.

Baissant légèrement sa tête, respectueusement, elle était honorée d'être enfin à son service. Reprenant ses esprits après avoir découvert la fraîcheur du corps du Shinobi, celle-ci était déjà entrain de courir après l'Empereur qui cavalait déjà. Le travail commençait à peine, et elle en était toute excitée.

Le poste était à elle. C'était maintenant, et seulement maintenant, que le vrai entretien commençait. Tout son emploi était un entretien, si elle l'échouait, elle signait son arrêt de mort, n'est-ce pas. Allait-elle tenir, oui, il le fallait, sa vie et celle de l'Empire en dépendait.

La jeune femme le suivait, un calepin violet tout neuf en main, prenant des notes sur les paroles de l'Empereur. La mémoire, elle l'avait, elle désirait simplement apprendre le plus rapidement possible les ficelles du métier, pour être beaucoup plus utile au fur et à mesure du temps. Le mot clé, pour l'instant, était la reconstruction et la restructuration de l'Empire qui tenait à peine. Avec la rébellion et les attaques soudaines qu'avaient subis et que subissaient l'Empire, il fallait faire vite et bien les choses. Akane était là pour s'en charger, prête pour affronter l'administration d'un Empire entier aux côtés de l'homme le plus puissant qu'elle connaissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le genre de convocation qui fait peur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Ancien palais impérial-