N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 L'Eveil. (Solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 235
Rang : A

Message(#) Sujet: L'Eveil. (Solo) Ven 15 Avr 2016 - 1:13


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Heureux, en ce monde, d'assister sa mère
Heureux aussi d'assister son père
Heureux d'assister les ascètes
Heureux aussi d'assister les Purs.

Verset 23, paragraphe 332.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

La mort, quelque chose de tellement présent dans la vie d’un Shinobi que chacun d’entre eux devrait être habitué à vivre avec. La vérité n’est pas ainsi. N’est-ce donc pas ce que les Quatre Vérités des Aryas nous enseignent ? La Première Vérité nous l’enseigne. La vie toute entière est une souffrance, la naissance, la maladie, la rupture avec un être qu’on aime, être avec quelqu’un que l’on n’aime pas et puis pour finir, la mort. Tout est souffrance.

D’ailleurs la cause la plus évidente de toute cette souffrance, ce qui nous amènes à la Seconde Vérité, c’est la soif et l’avidité qui conduit un humain à vouloir se reproduire. Ainsi né un nouvel habitant de ce monde, destiné à souffrir toute sa vie. C'est la soif et l'ignorance qui engendrent les trois racines du mal : la convoitise, la haine et l'erreur ; tout acte (de la parole, du corps, ou de l'esprit), bon ou mauvais produit un fruit positif ou négatif pour son auteur. Quant au reste des Vérités, ce n’est pas le sujet présent, mais plutôt quelque chose de bien plus intense.

Hashiru se trouvait devant le petit temple qu’il entretenait chaque matin depuis son retour à Kumo et avant son départ en mission à Tsuchi no Kuni, il y a déjà tant d’années. Pour ne pas changer ses habitudes quotidiennes, il se retrouvait au pied du Cerisier afin de méditer sur les derniers évènements. Son entretient avec le nouveau Régent, ancien bras-droit d’un ami du moine, le Rokudaime Raikage lui avait fait prendre du Galon au sein de Kumo. Moine fidèle au sein du village, autant à l’académie avec les Aspirants que pour tout autre ninja voulant peaufiner sa connaissance sur le Chakra, le ninjutsu, le Taijutsu. Ses voyages et son expérience ont grandement contribués à la connaissance sur la médecine, le corps, l’être matériel et immatériel, le physique tout comme le psychisme. A tel point, que ses capacités se sont accrus d’une manière intéressante dont il n’a pas tout à fait conscience.

Soudain, ce fut un violent coup de vent qui fit voler une branche déjà affaiblie d’un arbre un peut plus loin en plein vers le temple du Dieu local. Sa porte d’entrée fut entièrement abimée. Curieux et intrigué par cette situation, ne croyant pas aux coïncidences, le vieux moine se leva doucement et se dirigea, les deux yeux ouverts vers cet endroit dont il n’avait au grand jamais ouvert les portes et dont les scellés étaient si anciennes quelles étaient là au moins depuis plusieurs siècles. Malgré le temps passé d’ailleurs et les années d’absences du moine, seul la partie habitable fut délabrée, c’était pareil lorsqu’on lui parla de l’emplacement de ce temple et qu’il le trouva en parfait état malgré son ancienneté extérieur. Passant outre les cordages tout en récitant des passages du Dhammapada.

Soudain, une puissante pression s’échappa de l’intérieur du petit bâtiment et vint transporter la conscience du moine dans un autre lieu. Cet endroit étrange et pourtant apaisant était blanc à perte de vue, sauf l’endroit où se tenait le moine, un lac dont le reflet ne laissé s’échapper que l’apparence du moine et de deux rochers. Une fleur rouge était pourtant située juste devant lui sur le deuxième rocher. L’ombre d’un arbre si loin et paraissant si près tellement il devait être grand, majestueux, reflétant sans aucun doute l’arbre de la vie. Une voix résonant dans tout le lieu, jusqu’à l’infini prit enfin la parole. Une voix masculine et pourtant si apaisante et si grave.


    « De même que sur un tas d'ordures, jeté sur la grand route, un lotus charmant au doux parfum peut croître, de même parmi le rebut des êtres, un disciple du Pleinement Éveillé éclipse par sa sagesse les mondains aveugles. »


    « Dhammapada, verset des fleurs. »


Comme une réponse instinctive, la bouche du moine c’était ouverte bien malgré lui. Un silence total dura quelques secondes avant que la voix ne reprenne la parole.

    « Tu ne sauras point qui je suis, tu ne te demanderas point où nous sommes. Tu ne sauras juste qu’une chose, récupères ce qui se trouve au dessus de la Relique Sacré du temple. Considères ceci comme un présent. Comme étant la véritable Volonté. »


Peut importe ses paroles, Hashiru n’en comprenait que la moitié. Cependant, ni inquiétude, ni anxiété, ni interrogation n’embrouillés son esprit. Qui que ce soit et peut importe l’endroit de leur entretien, cet être qui s’adressait à Hashiru n’était ni vivant, ni mort. Sans outre forme de procès et sans aucune question de la part du moine, un flash lumineux gênant laissa place à la réalité. La porte n’était pas abîmée mais elle se trouvait désormais ouverte. L’esprit complètement ouvert à ce qu’il vivait, bien plus que précédemment, de manière bien plus pur et bien plus d’acceptations. Ne laissant pas place à ses pensées, il se dirigea vers l’intérieur où la voix lui avait indiqué de s’y rendre.

Un collier de taille imposante se trouvait au dessus d’un établi jonché d’une nappe blanche à bordure dorée sur laquelle se trouvait comme figée par le temps, un très ancien livre qui devait sans aucun doute être le fameux présent. Sans un seul doute de la part du moine, il s’empara délicatement du collier qui lui aussi semblait dégager une apparence stoppée par le temps. L’aura de ce collier par contre était étrange et lorsqu’il l’enfila un déclenchement eu lieu en lui, comme si une porte venait de s’ouvrir. Déjà conscient de chaque être vivant en ce moment et de l’importance de la survie de tout à chacun, cela changea légèrement lorsqu’il sentit réellement tout cela. Plus ou moins de manière intense, surtout vu sa position lointaine de la population du village. Sortant du petit temple tout en refermant la porte délicatement, il chevaucha de nouveau les cordages scellés et observa le paysage qui lui semblait jusqu’alors si familier mais qui venait de complètement changer. Le moindre oiseau, insecte, même les plantes semblaient plus que jamais vivantes autour de lui. Plus que de la vision, un ressentiment se dégageait de tous ces êtres vivants. Ce que l’on pourrait clairement appeler, Aura.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

L'Eveil. (Solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Montagnes de Kaminari no Kuni-