N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 771
Rang : C

Message(#) Sujet: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Mer 27 Avr 2016 - 15:46

Le Temple semblait être de ces constructions intemporelles, que le mal des âges n'effleurerait jamais que très légèrement, sans l'abîmer. Sans doute ce caractère éternel était-il dû à la présence de l'édifice dans la roche même d'une falaise. Ainsi protégé par le sein de pierre de Mère Nature, comment ce lieu de refuge et d'apprentissage aurait-il pu être dégradé ? Toutes les forces naturelles se conjuguaient pour faire de l'endroit un joyaux resplendissant de beauté, dans un paysage tout aussi formidable. Comme perdu sur un îlot flottant dans une mer de nuages et de cascades, le Temple se cachait derrière son voile de roc. Quels mystères attendaient le visiteur intrépide qui oserait s'aventurer à traverser le pont unique qui permettait de pénétrer en ce lieu sanctifié par la nature ? A quels étranges rencontres s'exposait celui qui croyait trouver ici un havre de paix ? Quelles créatures rôdaient dans les couloirs humides de l'antre ? Quels monstres, enfin, abritait la falaise ?

Seito se régalait toujours autant à parcourir les galeries du Temple, creusées à même la roche. C'était un véritable labyrinthe. Aucune loi ne semblait avoir régi la construction de ces couloirs, qui se contentaient de tournoyer à leur gré dans l'écorce de la montagne. Plus qu'un dédale, c'était peut être même un prodige d'architecture. En effet, dans quels autres lieu le visiteur peut-il se perdre avec l'assurance de déboucher quelque part, à un moment ou à un autre ? Ces corridors, aux yeux de Seito, étaient le lieu parfait pour la réflexion. Le corps en action permanente, par la marche, n'avait pas à se soucier de bouger, de trouver une position adéquate à la réflexion. Celle-ci, libérée de l'ancre charnelle, pouvait vagabonder dans tous les domaines possibles et imaginables. Rien ne pouvait arrêter la marche de celui qui se laissait aller à rêver dans les couloirs du Temple. Les boyaux continueraient toujours à le mener à quelque salle, à quelqu'autre chemin à suivre pour perpétuer le fil de sa pensée.

Aussi, c'était avec grand plaisir, depuis qu'il était arrivé au Temple, quelque jour plus tôt, que Seito se perdait dans ces merveilleux couloirs. Il retrouvait ses vieilles habitudes, du temps -très court, certes- où il avait habité ces murs. La méditation emplissait son emploi du temps, il s'y employait corps et âme. De nombreux problèmes l'assaillaient, sans qu'il n'ait pu, encore, y trouver de réponse satisfaisante. Tous, en tous cas, étaient en lien avec Itabei. Il n'avait pu que constater les lacunes de la ville, sans pouvoir mettre au point de solution pour y pallier. De plus, Van lui avait ajouté la charge de mettre en place un service militaire ainsi qu'un centre de commandement. Autant de soucis dont il fallait se préoccuper, et rapidement. Les exigences du Gouverneur passaient avant tout sur la liste des priorités de Seito. Mais celles-ci ne constituaient qu'une mince partie de ses préoccupations. Il était beaucoup plus aisé de faire construire ou aménager un bâtiment pour le rendre apte à accueillir des soldats que de résoudre un conflit religieux vieux de plusieurs années, et scindant une société en deux.

C'est au hasard de ces questionnements que Seito finit par déboucher dans une vaste salle, quasiment vide. Il ne l'aurait pas remarqué, s'il n'y avait eu cette jeune fille, attablée. Intrigué, il s'approcha de l'élève -ce ne pouvait être qu'une élève du Temple. Il ne put s'empêcher de remarquer sa tenue singulière. Elle portait un capuchon, et le teint de son visage contrastait étrangement avec celui du peu de peau qu'elle laissait entrapercevoir à travers ses vêtements. Il ne résista pas à la tentation d'engager la conversation avec un être si intrigant.

"Excuse-moi, tu es élève, ici ? C'est la première fois que je te croise."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Ven 29 Avr 2016 - 21:14

C’était une vraie fourmilière, abondante et appétissante, malgré le fait que son garde-manger était des mieux remplis, le plaisir du choix et de la traque de la chasse manquait à la bête. Il était vrai que dans ses souterrains encore trop vivant elle pouvait s’adonner à ce jeu, mais il manquait désormais quelque chose. Cette ignorance de la proie quand elle lorgnait dessus, dans le labyrinthe au accès clos, tous ceux qui se retrouvaient du mauvais côté de la porte savaient que la faucheuse que représentait la bête, leur volerait leurs vies. Le Maître les avait tous condamnés à ce sort. Les conditions de l’accord avec le Lumineux lui convenaient forcément, l’intelligence battait l’instinct à son plus grand damne, mais parfois, quand l’appelle était trop fort, il devenait plus que raisonnable de s’isoler. C’était ce qui avait conduit la silhouette sombre sous son manteau dans ce coin du temple là, c’était rare de voir âme qui vit par ici, avant qu’on la sorte de son enclos, elle se repliait ici pendant son quadrillage du temple. Aussi , le simple son de cette voix humaine amenait un flot de salive entre ses crocs acérés, elle baisait la tête pour ôter la capuche par courtoisie comme le Maître lui avait enseigné, et par le même biais, en toute subtilité, elle ravalait son gros plein de gourmandise.

~ Il parait oui. Elle esquissait un sourire malicieux, bien qu’un peu frustré. Moi non plus, et c’est fort probable que si je n’avais pas esquivé mes cours, ça ne serait jamais arrivé. Le Lumineux est absent aujourd'hui, alors j’en profite.

Personne ne viendrait la débusquer, bien au contraire. Concluait-elle dans une réponse franche, le Lumineux l’aurait averti s’il lui avait collé encore un nouveau professeur particulier… Par chance, ce dernier n’aimait ni exposer, ni sortir de son enclos trop longtemps sa créature. Les gens lui parlaient peu au temple, premièrement par crainte du gouverneur qui c’était bien fait entendre et comprendre à son sujet, il voulait la mêler aux humains, mais à juste mesure. Deuxièmement, parce qu’elle n’était au final, pas très ouverte aux échanges en général, pas dans l’établissement du moins, ce jeu, elle préférait le conserver pour ses quêtes de ravitaillements, ou elle pouvait se démontrer très charismatique. S’il lui demandait, c’était que personne encore ne l’avait mis au parfum sur leur élève « spéciale ». L’amabilité de la bête était à la hauteur de ses ambitions et le spécimen mâle était appétissant, à voir si le Maître ferait gronder sa colère ou non.

~ Et toi alors ? Tu ne ressembles pas à un étudiant du coin. Ah ça non, vu le temps qu’elle avait passé à tous les observer dans l’ombre de la grotte pour étudier le comportement de ces encas préférés. Puis il n’y a rien par ici, à part cette salle abandonné et le long couloir. Pourquoi faire une si longue marche qui ne mène nulle part, tu t’es perdu ?

A moins qu’il ne tente d’entrer au labo du maître, une aubaine dans ce cas pour la prédatrice, c’était son rôle de dévorer les intrus. Une grande déception s’il y était invité. L’idée de le pousser vers là la tentait, mais son esprit continuait de peser le pour et le contre. Sa réponse trancherait surement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 771
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Sam 30 Avr 2016 - 17:25

Une sécheuse de cours ? La situation de la jeune fille était très certainement répréhensible. Seito se garda cependant bien de lui faire la moindre remarque. Après tout, quel élève n'aimait pas désobéir à son professeur quand celui-ci était absent ? Lui-même croyait bien se rappeler avoir donner un peu de fil à retordre à ses instructeurs Yôgan, dans le temps. Oh, la discipline du clan avait bien fini par le dresser à une conduite plus adéquate à la vie d'ermite que menaient ces érudits-là, mais il se souvenait clairement avoir été un jeune apprenant réticent, dans les premières heures. Comment aurait-il pu se cantonner aux exercices qu'on lui imposait quand il avait toute la jungle de Ki no Kuni comme terrain de jeu ? Comment aurait-il pu répéter sans cesse les mêmes mouvements alors que tellement de choses l'attendaient hors des frontières du hameau du clan ?

"Méfie-toi, le Gouverneur a des yeux partout."

Cette phrase n'était pas un reproche, ni même un avertissement. Il ne menaçait pas l'inconnue, simplement il la mettait en garde. C'était sur un ton complice qu'il lui avait dit ces quelques mots, comme s'il se joignait à elle dans cette menue rébellion contre l'autorité qu'exerçait Van Hoheinheim sur le Temple et ses résidents.

"Non, je ne suis pas un étudiant du Temple, c'est vrai. Pas vraiment, en tous cas. Peut être que je l'ai été, à un moment ... Quoi que, c'est assez confus tout ça."

Maintenant qu'il y repensait, c'était en effet assez confus. la période dont il parlait était celle où il s'était retrouvé en dilettante au Temple, après avoir vaillamment servi pour la remise en état du Shozaichi. Miné par cette épreuve, il avait bien eu besoin de ce séjour dans les montagnes de Taki no Kuni pour se requinquer. Les fantômes de la capitale, enfouis sous des monceaux de roches brisées, flottaient encore, parfois, dans ses rêves les plus profonds. Mais, alors qu'il résidait au Temple, il ne savait pas vraiment s'il pouvait se considérer comme un élève. Il ne suivait pas de cours, simplement il y logeait. Mais il était l'élève de Van, l'administrateur du Temple. Tout ça était donc emmêlé, sans qu'il puisse y mettre lui-même de l'ordre.

"En fait, je suis un élève de Van, pas du Temple. Je suis déjà un soldat, entre autres fonctions ... Je m'appelle Yôgan Seito. Je suis le nouveau Shuhan d'Itabei, une petite ville un peu au Nord d'ici. Je viens en visiteur, disons, au Temple. Sans doute pour rencontrer les nouveaux membres de mon équipe."

Il resta silencieux après cette phrase. Il s'interrogeait toujours autant à propos de ces nouvelles partenaires. Comment étaient-elles ? Mamoru Kaya et Gekei Takoyaki. Si le nom de la première lui était familier, les Mamoru résidant à Taki et faisant l'objet d'une protection rapprochée de la part du Gouverneur, le nom de "Gekei" lui était tout à fait inconnu. Si c'était un clan, il n'était pas d'ici, ou en tous cas pas connu. Mais Seito n'avait rien contre les immigrés. Après tout, lui-même en était un. Le Shûkai n'était pas sa patrie d'origine, c'était simplement sa patrie de coeur. L'était-ce, d'ailleurs ?

"Non, j'me suis pas vraiment perdu. Je vagabondais, plutôt. Les couloirs sont agréables, quand il n'y a personne, non ? Je les aime bien."

Il jeta un nouveau regard satisfait sur la voûte rocheuse qui les surplombait. Il se sentait parfaitement en sécurité, sous cet arc de pierre. La nature l'entourait complètement, il s'en remettait à elle pour le protéger.

"Oui, on est bien, ici ..."

Soupir de soulagement ... Suivi d'une soudaine prise de conscience.

"Dis-donc, je te trouve bien curieuse pour une élève. Je sais même pas comment tu t'appelles. Hum ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Dim 1 Mai 2016 - 14:17

Le calme était plaisant, vrai, mais c’était être calme qui plaisait le plus à la bête qui aimait observer ce qui l’entourait.

~ Ils peuvent l’être même pleins à condition de ne pas être en vue et ainsi, ne pas être dérangé.

Elève ou non ? Quand il s’exprimait sur son lien avec son temple, Takoyaki aurait pu s’entendre penser elle-même. C’était confus, elle le croyait volontiers, tout ce qui touchait le Maître semblait l’être de toute façon, lui qui savait tout ou presque, encore une vérité qui c’était extirpé de la bouche de son interlocuteur. Son nom, quand il se présentait, faisait échos dans les oreilles de la Gekei qui ne pouvait plus retenir son expression désapprobatrice, mais cette dernière était envers elle-même, elle ne pourrait pas croquer dedans. Un élève du Lumineux, une denrée interdite. Le plus normal du lot, le « Gentil » qui plus est, le Lumineux avait parlé de lui, comme de Kaya, il avait supposé que la Mamoru serait plus conciliante concernant les habitudes de la bête que Seito aux mœurs plus honorables soi-disant. Le Maître avait bien insisté sur ce point-là, moins ses élèves en sauraient sur leur arrangement, mieux la cohabitation se passerait. Un point à la fois ceci dit. D’un regard expert, la bête examinait son coéquipier en quête de ce « plus » qui avait attiré le maître vers lui, sans pour autant laisser en suspend leur conversation.

~ Oh, je vois. Eh bien dans ce cas ta quête a été fructueuse, tu viens de mettre la main sur l’une d’entre elles. Je suis Takoyaki. Le hasard qui faisait bien les choses, la bête n’y croyait pas trop, comme en rien des logiques humaines en fait, mais elle ne cherchait pas plus loin, pure perte de temps inutile.

~ Van avait parlé de la visite prochaine de Kaya, mais pas de toi. Probablement parce qu’il espérait voir comment se passerait la collaboration de la Mamoru et la Gekei loin de lui avant. Ce qui rendait en fait, la rencontre encore plus intéressante. Le Shuhan tu as dit… Qu’est-ce que c’est ?

Voilà qui répondait au fait qu’elle était curieuse, effectivement, très. Elle n’était pas d’ici, mais en plus pas très assidue dans les études, on lui avait probablement parlé de ça, mais elle n’avait sans doute rien écouté pour ne pas changer. Au moins, elle semblait se rappeler qu’Itabei était une ville avant même qu’il le lui dise. Qui disait ville, disait terrain de jeux et nouvelles saveurs. Elle en salivait presque.

~Je ne connais cette ville encore que de nom, tu pourras être maintenant une raison pour la découvrir. Qu’est ce qu’il y a d’emblématique par là-bas ?

Attentive, elle esquissait un sourire presque doux et délicat qui n’avait rien de commun avec ses pensées profondes de massacres, avant de se rappeler que sa curiosité ne serait pas assouvie si elle parraissait insistante ou déplacée.

~ Tu l’as surement compris, mais je n’ai rejoint Taki que depuis peu, je ne connais pas grand-chose encore à votre monde.

Ou celui des humains aurait pu être plus exact. Avant sa rencontre avec le Lumineux, avant qu’elle s’égare aux cotes piégé par l’humain et son filet, c’était solitaire par instinct qu’elle parcourait les mers. Le maître lui avait dit que le savoir chez les hommes, serait sa meilleure arme de survie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 771
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Dim 1 Mai 2016 - 15:35

Bien qu'il fût d'accord avec la jeune fille, encore anonyme, quant au silence des couloirs, Seito ne put s'empêcher de remarquer ce ton étrange, inqualifiable. Quelque chose dans ses paroles sonnait faux, ou en tous cas dénotait complètement du reste de la phrase. Il ignorait quoi, et préféra laisser ce détail de côté, de crainte qu'il ne lui gâche le reste de la conversation.

Il fut cependant grandement étonné quand il apprit qu'il ne s'agissait de nulle autre qu'une de ses nouvelles coéquipières. Gekei Takoyaki, c'était elle.

"Eh bien, eh bien ... Ca c'est une surprise."

Son sourire se fit plus grand.

"Enchanté de la coïncidence !"

Et cette nouvelle camarade se révélait déjà être intéressante. Pourquoi était-elle une simple élève au Temple ? En temps qu'apprentie personnelle du Gouverneur, n'avait-elle pas droit à quelques privilèges ? Seito déduit à la vitesse de l'éclair des détails infimes dans son esprit. Si elle était tenue d'aller aux cours dispensés dans le Temple, ce devait certainement être une volonté de Van. Lui-même n'étant pas élève à proprement parler, pas au Temple, en tous cas, il comprenait qu'il ne s'agissait pas d'une condition par défaut pour les élèves de celui que Takoyaki appelait "le Lumineux". Pourquoi devait-elle suivre ces leçons, alors ? Qu'avait-elle à apprendre ici que le Gouverneur ne saurait lui enseigner ? Quelles connaissances ne pouvait-il dispenser ? Mystère.

En tous cas, elle était curieuse. Elle bombarda Seito de questions quant à Itabei et à son statut de Shuhan. Il sourit, à nouveau. Le curiosité, il l'expérimentait lui-même, était le meilleur des défauts, à son sens. Du moment qu'elle restait bienveillante, bien sûr.

"Une question à la fois, veux-tu ? Procédons avec méthode."

Une doctrine qu'il s'efforçait d'appliquer, ces derniers temps, tant l'administration d'une ville demandait d'organisation. Il sortit un kunaï d'une poche, et traça deux croix sur le bois de la table, puis une ligne ondulée au-dessus de la plus haute croix. En désignant la plus basse, il commença sa leçon improvisée:

"Disons que cette croix représente le Temple. Celle-ci, il montrait maintenant le poinçon le plus haut, correspond à Itabei. Elle est plus au Nord, mais elle n'a pas de contact avec la mer. Elle est entourée de montagnes et de rizières. Il n'y a pas grand chose de spécial, dans le coin, si ce n'est les montagnes, justement, et les nombreuses plantations de riz. Pour l'instant, il n'y a rien qui mérite vraiment d'être vu, à Itabei."

Il poussa un soupir en repensant à cette tâche immensément complexe qui l'attendait, à son retour dans ce nouveau chez lui.

"Le titre de Shuhan signifie que je suis chargé d'administrer la ville. C'est le Gouverneur, notre maître à tous les deux, qui m'a chargé de cette fonction. Ca ne fait pas longtemps que je le suis devenu, mais je perçois déjà toute la complexité d'une telle charge. Il s'agit, après tout, de contenter chacun. Et ça, c'est pas facile. Par exemple, deux religions se partagent la ville: une qui vénère une déesse unique, une autre qui croit en des esprits de la nature. En gros, c'est la base de leurs croyances. Eh bien, ces deux religions se disputent depuis des années un terrain sacré pour toutes les deux, afin d'y bâtir un lieu de culte. Cette controverse déchire véritablement la société. Aussi, il vaudrait mieux que j'y mette un terme rapidement si je veux éviter de voir les choses dégénérer."

Il se mordit nerveusement la lèvre inférieure. Le problème était épineux, plus qu'il ne semblait de prime abord, et il cherchait toujours une solution pouvant contenter les deux partis.

"Je crois que je commence à avoir une piste de solution, mais il faut encore que j'y réfléchisse. Enfin, c'est ce genre de choses que je dois gérer. Sans compter les travaux de rénovation et les constructions de bâtiments à mettre en place. Tout ça représente beaucoup de travail, mais ce serait avec plaisir que je t'accueillerai, si tu veux venir. Très franchement, je m'en fiche que tu connaisses peu de choses sur le Shûkai. L'important, c'est de vouloir en apprendre plus."

Il avait ponctué cette phrase d'un mouvement inquisiteur de l'index.

"Maintenant, à mon tour de poser des questions, hum ? D'où est-ce que tu viens, exactement ? "Gekei", c'est pas un nom qu'on entend par ici, ni nulle part dans le Shûkai. C'est une famille ou un clan étranger ? Et pourquoi tu es obligée de suivre des cours au Temple ? Oh, ça fait beaucoup d'un coup ... T'es pas obligée de répondre à toutes mes questions, hein !"

Il se tut, interrompu par une soudaine toux. Il avait presque oublié cette maladie, qui continuait mine de rien à le ronger. Cette fois-ci, pas de saignement de nez. Tant mieux. S'il pouvait éviter de donner une mauvaise image à un nouveau partenaire, il n'en était que plus content.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Dim 1 Mai 2016 - 22:41

Elle se montrait attentive, sincèrement, d’ordinaire, elle feintait l’être avec brio, mais curieusement, le sujet la happait au plus haut point, il lui enseignait un endroit calme, probablement isolé à la barrière naturelle et aux vertus de chasses insoupçonnées pour un spécimen dans son genre à elle. Les rizières étaient humides et les cachettes nombreuses. Précieusement, le « pour l’instant » se gardait dans un coin de sa mémoire, il était comme une invitation à découvrir quelque chose qu’il avait pour l’heure, préférer taire. Un projet important donc, son sourire malicieux aurait pu dénoncer son idée d’y mettre son nez de plus près, peut-être elle pourrait y trouver de l’intérêt comme auprès du Maître. Le soupir qu’il laissait s’échapper, renforçait sa conviction et son regard se plissait quand elle se focalisait sur la gestuelle de son coéquipier, la bête cherchait assurément quelque chose en se ravissant qu’il se montre si bavard. Il semblait patient et point avare d’explications, elle ne l’interrompait en aucun cas tant il était bien lancé, gardant ses raisonnements et nouvelles questions pour la fin, avant d’elle-même se prêter au jeu des explications.

~ Je ne suis pas d’accord avec ce que tu dis, toutes les montagnes ont leurs mystères, tu imagines quels réseaux semblables à cet endroit il pourrait y avoir autour de ta ville.

Une nouvelle antre à l’abri de l’indiscrétion du maître même qui sait. Qui disait rizières, disait nappe d’eau, elle y trouverait surement des grottes immergées par là-bas. Il était donc l’administrateur de cet endroit, le garant de sa sécurité. Une information qui plaisait terriblement avec les projets qui naissaient potentiellement dans l’esprit de la créature. Les conflits allaient de pairs avec les victimes, elle se promettait aussi d’aller rendre visite à ceux qu’il avait nommé « les religieux », la bête savait vaguement de quoi il s’agissait, ça se limitait à des groupes pour elle, un peu comme les nations que lui expliquait le Lumineux. Pour le moment, elle laissait cela en suspens, même s’il se montrait très ouvert, trop presser n’apporterait rien de bon. Son regard glissait vers le plafond rocheux et elle laissait en suspend la conversation un court instant pour s’accouder à la table et retenir son menton pendant sa toux, la bête perdait l'appétit auprès d'un spécimen à la santé louche, ça avait le don de lui rendre sa concentration. Un simple rhume suffisait à réveiller son instinct de sauvegarde. Ses questions aussi simples pouvaient elles être, relevaient bien des difficultés pour y répondre, pourtant, c’était un choix de réalité qui tranchait, même si elle mesurait chacun de ses mots dont elle userait. Elle rigolait enfin parce qu’il avait certifié qu’elle n’avait pas à répondre, vraiment ?...

~ Le Maître pourrait surement t’offrir des compléments à mes réponses, c’est lui qui a choisi de me nommer Takoyaki et qui m’a assuré aussi que j’étais une enfant du clan Gekei. Elle n’avait pas cherché plus d’explications à cela en vérité, ça n’avait pas d’importance à ces yeux à l’heure actuel. C’est les sons qui me désignent par ici il semblerait. Aussi loin que je m’en souvienne, je parcourais les océans au grès des courants marins, jusqu’à ce que la lumière me fasse échouer sur votre côte.

Et qu’elle y rencontre le Maître, la bête le jaugeait dès lors assez intelligent pour répondre par lui-même à son suivi au temple.

~ Tu as parlé de religions qui se disputent pour un endroit, il doit être assez spécial alors. Il y a bien plus de chose à découvrir que tu le prétends, à moins que tu ne veuilles tenir les visiteurs éloigner de là. Hum… Elle le fixait un air suspect, mal posé. Ton affaire n’a pas l’air facile. Et elle compatissait tant elle en avait fait partiellement elle-même l’expérience, plus sous les attraits d’un bourreau de l’esclavage, mais peu importait. Si tu es déjà aussi important, c’est que cela doit faire longtemps que tu suis le Maître non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 771
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Lun 2 Mai 2016 - 19:36

Des réseaux cachés dans les montagnes d'Itabei ? Seito n'avait absolument pas abordé cette éventualité qui, quoique fantaisiste par certains aspects, était tout à fait plausible. Après tout, pourquoi des grottes n'auraient-elles pas été aménagées, à l'instar du Temple ? D'autant plus que les montagnes à proximité de la ville devaient offrir un terrain de jeu particulièrement intéressant pour les spéléologues. Seito savait, d'une bien triste expérience, que les cavernes ne manquaient pas sous la croûte rocheuse des monts. Le souvenir du laboratoire qu'il avait dû détruire lui revint en mémoire. Il ne fallait en effet pas sous-estimer la capacité qu'offraient ces véritables maisons creusées dans la roche par l'érosion combinée à l'effort des hommes. Si elles étaient habitées par des personnes fomentant des complots contre le pouvoir, il faudrait les vider leurs résidents. Si elles étaient vides, elles pourraient tout à fait servir à accueillir ... quoi ? Quel organisme pouvait profiter de cet atout naturel ? Il s'agissait de ne pas gâcher cette opportunité. Mieux valait prendre le temps d'y réfléchir, voir de garder cette ressource comme un atout.

Seito tendit l'oreille, une oreille attentive et étonnée, quand Takoyaki lui évoqua sommairement sa propre histoire. Etrange ... Vraiment étrange. Pour le coup, c'était complètement inédit. Il pouvait, lui, se croire singulier du fait de ses origines extra-impériales. Cependant, son passif était véritablement de la pacotille comparé à celui de sa coéquipière.

Il aurait voulu poser une foule d'autres questions, approfondir le sujet, satisfaire sa curiosité. Tellement de mystères dansaient encore autour de cette jeune fille ... Elle n'avait fait que soulever de nouvelles interrogations en accédant à la première requête de Seito. Tout ce qu'elle avait raconté, en fait, n'était qu'un amas de mots qui ne faisaient pas sens dans la bouche d'une élève à priori quelconque du Temple. Van lui avait donné un nom ? Il l'avait identifiée ? Et elle, elle parcourait les océans avant d'échouer sur les côtes de l'Empire ? Quels phénomènes pouvaient expliquer de telles paroles ? Incroyable.

La conversation dériva à nouveau sur Itabei. Seito, troublé, eut un peu de mal à se focaliser à nouveau sur la discussion, tant ses neurones étaient occupés à déchiffrer l'énigme de cette jeune fille.

"Tenir à distance les visiteurs ? Mais ... Pourquoi ?"

Il était assez déconcerté de la question. Lui connaissait l'endroit dont il était question, et il savait qu'il n'y avait aucun intérêt à tenir qui que ce soit à l'écart de ce terrain.

"Tu ne l'as pas vu, mais l'endroit que ces gens se disputent, c'est un simple terrain vague. Un bout de terre nu, en plein centre-ville. Il n'y a rien à exploiter, là. Pourquoi interdire son accès ? Quel intérêt y aurait-il, sinon le mien -et encore- ?"

Il touchait à un point qu'il devinait sensible. Il n'aimait pas jouer les donneurs de leçons, mais pour cette fois il ferait une entorse à son règlement.

"Il faut que tu comprennes que, pour administrer une ville, il faut mettre ses intérêts propres de côté. C'est ce qu'a fait mon prédécesseur, et j'ai vu ce que ça a donné. Une ville florissante est devenue, au terme de quelques années, une vaste province en friche. Il n'y a plus rien d'intéressant, à Itabei ! Et ça, le produit de toutes ces erreurs, c'est ma responsabilité de le redresser. Pas question de mettre en compte mes propres intérêts, à quelque moment du procédé que ce soit. Ce n'est pas comme ça que j'en ferai une ville meilleure, crois-moi. Je ne ferais que remuer le couteau dans la plaie ..."

Il garda le silence un instant. Il aurait préféré ne pas aborder ce genre de sujet, ou alors avec plus de calme. Peut être était-il encore trop accablé par la foule des projets à mener à bien pour pouvoir prendre de la distance quant à la destinée d'Itabei ? Toujours est-il qu'il voulait passer à autre chose. Poursuivre une discussion sur ce terrain ne lui procurait aucun plaisir.

"Parlons d'autre chose ! C'est vrai, je suis devenu important, un peu. Et pourtant, ça ne fait pas longtemps que je suis sous les ordres de Van. Même pas un an."

Il jeta un regard complice à Takoyaki.

"Ecoute, si tu veux te faire bien voir de Van, il n'y a pas de secret. Sois toi-même. Pour le reste ... J'ai bien l'impression que tu lui as déjà suffisamment tapé dans l'oeil."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Jeu 5 Mai 2016 - 14:10

Un terrain nu vide ? Et ils se battaient pour ça. Encore une fois, preuve était faite que la logique humaine lui échappait totalement, pourtant, au fond, elle n’était pas convaincue que cela soit si simple que cela. Peut-être que tout simplement, le gérant de la ville ne faisant pas parti d’une des factions n’avait pas eu le fin mot de l’histoire.

~ Eh bien, si plus personne ne peut y aller à cause de leur discorde, peut-être que ça les ferait repenser à un accord.

Répondait-elle pour conclure sa pensée. Elle n’était pas du genre diplomate, une évidence, probablement que face à un cas pareil, elle choisirait de tous les exterminer, fin de l’histoire, mais le reste des explications de Seito démontrait à quel point il était à des années-lumière de ses méthodes.

~ Mais c’est l’intérêt de la ville de faire cesser le conflit, si j’ai bien compris… Tu vas bien te donner du travail en plus et inutile si tu tiens tant à satisfaire tout le monde.

Le serpent qui se mordait la queue, c’était à ça qu’il lui faisait penser en ce moment même et ce n’était pas de trop quand il décidait d’aborder un nouveau sujet, la bête avait bien senti à quel point cette histoire pour elle des plus banales lui tenait à cœur. C’était peut-être son défi, à lui et la créature n’en était que plus amusée quand il confiait que le secret de la réussite auprès du maître était le naturel. Un naturel que le Lumineux se voulait exclusif, Seito était un homme censé au moins, un bon point pour lui, qui la rassurait pour ses projets.

~ Je fais souvent cet effet là il semblerait… C’est arrangeant pour bien des cas.

Au tac au tac, elle dévoilait ses mots en accord avec son air malicieux, bien que le ton était plaisantant, elle le pensait dur comme fer.

~Il aime aussi que l’on satisfasse ses desseins.
Rajoutait-elle pour compléter la vérité concernant le Maître. Et ne pas être contrarié…

La meilleure des conclusions selon son expérience avec lui, la même qui la faisait s’interroger sur la particularité du jeune homme devant elle, bien que le Maître était un homme d’esprit, ce seul talent ne lui suffirait pas, alors elle rebondissait sur une information précédente de la conversation.

~ Tu as dit que tu étais un soldat. Alors tu manies des armes et tu formes d’autres soldats c’est bien ça ?


C’était très intéressant, la bête avait constaté les dégâts du tranchant de ces objets-là. Son ventre en gardait encore une longue cicatrice. Une conclusion logique, il ne pouvait pas répondre à des ordres en étant au sommet de la hiérarchie de sa citée, hormis envers le gouverneur, elle commençait ainsi grâce à leur discussion à mieux comprendre le fonctionnement qu’établissait le Lumineux à Taki. C’était très ingénieux de sa part d’utiliser ses élèves ainsi, elle supposait alors que Kaya aussi avait un rôle particuliers qui restait à découvrir.

~ Le Lumineux finira surement à un moment par m’expédier chez toi pour un stage alors.

Le rire s’en suivait, c’était une évidence, le Jisetsu commençait à perdre de son utilité, comme le temple qui finissait de lui apprendre le savoir vivre, le Maître lui était un homme occupé qui savait déléguer à la perfection les tâches. Qui plus est, à qui d’autre pourrait-il confier sa précieuse créature, elle aurait pu en mettre ses tentacules à couper tandis qu’en se redressant elle invitait d’un geste de la main son coéquipier à la suivre. Elle se dirigeait ainsi vers le fond de la pièce, ouvrant par la même occasion une porte dérobée.

~ Les avais-tu découvert durant ton séjour, ces couloires qui longent tous les plus grands du temple, de l’autre côté de la parois là où les filets d’eau s’écoulent, tu peux observer à l’abri de tout soupçon tout ce qui s’y passe. Elle s’engouffrait à l’intérieur du passage étroit. Ils sont naturels tu crois ? Le circuit mène partout. Même là où c’était interdit, et elle ouvrait la marche pour la visite par des pseudos escaliers qui les emmener vers les profondeurs de la grotte. Qu’est ce que tu sais du Lumineux exactement ? Elle pas grand-chose et c’était un peu troublant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 771
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Sam 7 Mai 2016 - 17:02

Chercher à satisfaire tout le monde était une perte de temps et un supplément de travail inutile ? Quelle partie des explications qu'il avait données n'avait-elle pas comprise ? Devait-il se répéter, et faire comprendre à la jeune fille que satisfaire tous les partis était justement le but qu'il recherchait, et qu'il ne s'y déroberait sous aucun prétexte ? A quoi cela rimerait-il de ne donner raison qu'à une moitié de la population, quand lui-même se voulait placer son mandat sous le signe de l'impartialité ? Il perdrait complètement la face après le discours qu'il avait prononcé devant les habitants d'Itabei le jour de son investiture. Certes, le conflit déchirait la population en deux, et méritait donc d'être résorbé au plus vite. Mais il était absolument hors de question de bâcler le travail. Dans cette situation, face à ce genre de problème, il était tout à fait improbable de raisonner comme ça. A son niveau, il ne pouvait pas se le permettre.

Comment Takoyaki pouvait-elle, alors, envisager ce qu'elle proposait comme une solution viable ? Ne se doutait-elle pas des répercussions ? Seito commençait à vaguement cerner le personnage, du moins il le pensait. En tous cas, il se doutait qu'elle devait avoir un contact plutôt compliqué avec les autres. Nul doute qu'elle était l'objet d'une certaine forme de discrimination, au sein du Temple, sans doute due à sa proximité envers le Gouverneur et à ce voile de mystère qui l'enveloppait à tel point qu'il était presque physiquement visible, autour d'elle. Elle disait venir des océans. N'avait-elle jamais croisé d'être humain avant d'échouer sur les côtes de Taki no Kuni ? Des doutes et une certaine suspicion s'installaient dans l'esprit de Seito. Si la seule compagnie qu'elle avait était celle de Van, il craignait qu'elle n'acquiert malgré elle une façon de penser très similaire à celle du Gouverneur. Elle était comme une enfant, à qui il fallait tout apprendre. Pouvait-elle seulement juger du pour et du contre par elle-même ?

Toutes ces réflexions, Seito les traduisit simplement par un froncement de sourcils. Inutile de réagir, pour l'instant. Il préférait laisser décanter ses impressions, et éventuellement décider d'une attitude à adopter envers cette nouvelle partenaire par la suite. Cependant, il savait déjà qu'il se chargerait lui aussi, autant que possible, d'éduquer Takoyaki, s'il était question de lui apprendre le monde dans lequel ils vivaient. Elle l'avait mentionné, elle l'évoqua à nouveau: il la ferait venir à Itabei pour la garder auprès de lui pendant un certain temps. Même si l'image qu'il avait de son maître s'était améliorée, une part de suspicion persistait dans son esprit. Il savait de quoi était capable Van, il s'en doutait. Il ne voulait pas que Takoyaki y soit trop largement exposée en restant au Temple. Il nota cette réflexion dans un coin de sa mémoire.

"Je suis un soldat, oui. Pour ce qui est des armes, disons qu'excepté les kunaïs et les shurikens, je les laisse plutôt de côté ... Ma manière de combattre est différente. Est-ce qu'on t'a initiée au Ninjutsu ? C'est le style de combat que j'utilise, principalement, même si je pense de plus en plus à le compléter par un apprentissage du Taïjutsu. Mais, trouver un maître de cette discipline au sein de l'Empire est assez compliqué. C'est une recherche de second plan, comparé à toutes celles que je dois mener dans le cadre de la gestion d'Itabei."

Pourquoi un soudain intérêt pour la fonction de soldat ? La curiosité de Takoyaki semblait l'attirer d'un sujet de réflexion à un autre sans grande logique. Peu importe, Seito se faisait un plaisir de répondre à ses questions.

"Former des soldats, c'est autre chose. C'est un projet qui m'a été confié par Van, dans l'optique de développer Itabei. Il veut y instaurer un service militaire, une initiation obligatoire des jeunes riverains aux arts de la guerre. L'idée est bonne, je dois dire. Elle va dans le sens de faire d'Itabei un pôle de Taki no Kuni sur le plan militaire. Et si ça peut dynamiser la population, c'est pas plus mal ..."

Le projet d'instauration d'un service militaire était sans doute le plus abouti et le plus urgent de tous ceux que Seito avait pour mission de mener à bien. Il était également le plus important sur le plan national. Il s'agissait de renforcer les frontières de l'Empire, de mettre en place un point de chute pour les soldats en poste à Taki no Kuni, un centre de commandement des opérations militaires centralisant les activités martiales du pays. L'idée de représenter une force de Taki plairait sans doute aux habitants d'Itabei, eux qui devaient se sentir bien oubliés dans leurs montagnes reculées ...

Seito se leva à la suite de Takoyaki, et la suivit dans le couloir étroit.

"Non, je ne les connaissais pas."

Etait-il jaloux de la découverte de la jeune fille ? Pas vraiment. Il n'avait pas passé assez de temps au Temple pour ça. Il s'intéressait autant qu'elle, sans doute, à ces tunnels secrets. Leur paroi humide, ruisselante de gouttelettes d'une eau calcaire exclusive au Temple, leur écho, qui portait les mots plus loin que de raison, la pénombre qui y régnait ... Tout semblait concorder pour faire de ces boyaux un lieu mystérieux.

"Qu'est-ce que je sais sur lui ? Je ne sais pas. Très sincèrement, je n'en n'ai aucune idée. Je ne sais pas, en fait, si ce que je crois savoir de lui est vrai ou non. C'est un homme intelligent, c'est certain. Est-ce que le visage qu'il me présente est son vrai visage ? Est-ce qu'une personne habituée à se parer de faux-semblants a seulement un vrai visage ? Est-ce qu'il se cache lui-même derrière des faux-semblants ? C'est tout ça, pour moi, Van. Un paquet de questions que je ne peux pas lui poser sans dévoiler mon interrogation."

Il sourit narquoisement à cette pensée. Finalement, il se trouvait lui aussi à jouer un jeu avec son maître: celui de l'ingénu portant une totale confiance en son mentor. Et pourtant, il savait comme les questions se bousculaient dans son esprit.

"Où est-ce que tu m'emmènes, exactement ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Mar 10 Mai 2016 - 21:37

Difficile pour elle de savoir si elle avait tout compris ou même si elle appréciait l’idée, former des « civils » comme les appelait le maître en «soldat », c’était ça son idée visiblement. Une note dans son esprit s’inscrivait, elle ne pourrait pas opérer si facilement dans cette ville là, à côté de ça, pourquoi un tel besoin de puissance ?

~ Le maître m’a suggéré de m’intéresser au ninjutsu, il dit que le suiton est une complémarité de premier choix pour moi. Ma question va surement te paraitre naïve, mais j’ai du mal à cerner les menaces potentielles de Taki.

Ou leur univers tout court en fait aurait été plus exact. Comme toujours, ce qu’elle ne comprenait pas finirait par devenir évident avec le temps, les morceaux manquants pointeraient le bout de leur nez, après tout, il n’y avait pas quelques mois, elle aurait été incapable même de poser ce genre de question. Elle commençait par la fin, si on pouvait dire cela ainsi, Takoyaki n’aimait pas faire durer le suspense, elle n’aimait pas non plus attendre, ou faire attendre, plus les choses se passaient de façon directes, mieux c’était. Dans un monde aussi simple que celui qui l’avait vu naître, il n’y avait pas besoin de complexité. Et pour poursuivre dans sa tâche de guide touristique…

~ C’est évident voyons, là où personne ne peut aller sans connaitre ce chemin dérobé.

Il faudrait éviter de dire comment elle l’avait découverte en faisant creuser les encas de son labyrinthe… Une caverne immergée… Ou presque en vrai, car il n’avait pas vraiment besoin de plonger pour la rejoindre, un jeu de stalagmite et stalactite permettait de la parcourir au sec. L’endroit était un phénomène de la nature bien étrange qui lui rappelait son berceau du fond des océans. Ces petites lumières vivantes, naissant de nulle part dans l’obscurité. Cette dernière ne la gênait en rien, elle l’appréciait même en toute vérité et combien la tentation était grande pour elle, elle se retenait de dévoiler ses tentacules pour se guider, cette fois, vu qu’elle était accompagnée, elle se servirait de ses mains pour longer les parois. Profitant du trajet qui venait de s’entamer, elle poursuivait la conversation pour rebondir sur les dires de son partenaire qui l’avait intriguée, mais pas de façon précipitée. Elle savait à quel point elle manquait d’habiliter avec ses mots.

~Je vois que notre ressenti est le même envers lui, ça consolide mon impression. Je rajouterai peut-être que le maître est seul, même très entouré…

Un sentiment qu’elle pouvait parfaitement comprendre. Nul doute de son intelligence, ni de ses faces multiples, au fur et à mesure des pas pensives, la bête s’interrogeait sur celles qui lui avait montré, plus ou moins qu’à Seito ? Différentes certainement selon ses ambitions. Après quoi courait donc le Lumineux ? C’était en vrai cette question-là qu’elle aurait voulu posée, mais qu’elle s’efforçait de retenir. Puis enfin, les petites lumières se reflétaient à la surface de l’eau, exposant ainsi les parois rocheuses au rythme de va et vient typique de l’eau, où les gouttes qui s’écoulaient, faisaient l’ambiance du son de la pièce. Enfin, leurs silhouettes réapparaissaient à peu près.

~ Voici mon tribus par avance, c’est un bel endroit n’est ce pas ? Il faudra qu’Itabei ou un de ses éléments le concurrence maintenant ! Concluait-elle un doigt élevé vers le plafond d’un sourire narquois, un air de défi. Cela allait être dur de concurrencer ça. C’est ce qui se rapproche le plus à ce que je considérais mon chez moi. Avant son aquarium dans le labo du Maître. Selon les pluies de la surface, elle se vide ou s’immerge complétement, mais sans jamais inondée le temple car plus loin là-bas, un autre tunnel plus bas que celui de notre arrivée évacue l’eau. Imagine ce qu’il arriverait au temple du Maître s’il se bouchait.


Voilà qui la faisait rire, il était difficile de dire ou non si elle avait une arrière-pensée, même elle l’ignorait, c’était juste un fait qu’elle avait constaté.

~C’est ici que j’essaie de jouer avec l’eau comme le Lumineux l’a suggéré, sans grand succès. Ou que je me terre quand je n’ai pas envie qu’il me trouve.

C’était ici aussi qu’elle voulait relier son aquarium pour agrandir son terrain de jeu. Elle était en pleine négociation avec le Maître à ce sujet, sans pour autant lui avoir parlé de sa découverte du lieu sous ses pieds. Preuve qu’il n’était pas nécessaire de tout dévoiler au Gouverneur, mais tout comme lui, elle n’était pas du genre à partager sans suite dans les idées.

~Voilà ce qui sera le premier de nos petits secrets.
Elle esquissait un sourire malicieux en harmonie avec son ton, c’était à bon entendeur. Combien de temps encore va tu rester par ici ? Rejoindre son aquarium se révélait maintenant un peu plus compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 771
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Jeu 12 Mai 2016 - 17:56

Seito connaissait déjà les merveilles de la nature. Il avait eu bien souvent l'occasion d'explorer la jungle de Ki no Kuni, quand il était encore parmi les siens. Là, il avait pu découvrir de véritables monuments naturels surgis des entrailles de la Terre. Arbres géants, praires couleur d'émeraude, montagnes grimpant dans le ciel jusqu'à percer la croûte des nuages ... Autant de phénomènes naturels qui sortaient de l'ordinaire et qu'il pensait exclusifs à son pays natal. Cependant, il avait déjà eu la surprise de trouver, à Taki, des lieux tout autant dignes d'intérêt. Le Temple relevait assez de ces endroits d'exception, à la seule différence qu'il alliait les savoirs si poussés des hommes et de la Nature. Les cascades de Taki régnaient en véritables souveraines sur le pays, martelant de leurs eaux une justice naturelle implacable et intemporelle. Non, vraiment, Seito en connaissait un brin sur le potentiel étonnant de la nature en matière d'esthétique.

Cependant, quelque chose comme cette grotte, il n'avait encore jamais vu. La pénombre empêchait de voir clairement, malgré les reflets lumineux sur la paroi de l'eau limpide, mais Seito pouvait affirmer sans trop douter de lui qu'il se trouvait dans un lieu d'une certaine superficie. Il prenait à témoin à la fois ce qu'il voyait, mais aussi l'écho, qui porta les paroles de Takoyaki loin, au coeur de la montagne. Un léger clapotis se faisait entendre, qui résonnait longtemps dans la matrice rocheuse avant de se perdre dans les méandres inconnus de l'obscurité. Avec précaution, il marchait lentement, autour d'une sorte de structure de stalagmites centrale. Ces dents rocheuses se reflétaient avec perfection dans l'eau claire. Seito s'agenouilla devant le bassin, et y plongea ses mains en creux. L'eau était fraîche, et il put voir l'onde provoquée par son irruption dans ce milieu si serein se propager à l'infini. Il but une gorgée de ce nectar de la montagne, et se délecta du goût de cette eau si spéciale. Elle était forte. C'était la nature vive, en pleine effervescence, qui se manifestait dans toute sa puissance. Le goût de la montagne était dans cette eau. Un goût de calcaire, de toutes les roches du sous-sol.

Seito se releva, et égoutta ses mains d'un geste du poignet.

"Oui, Itabei aura du mal à concurrencer ça. Enfin, pour l'instant."

Il ponctua cette phrase d'un sourire complice à l'égard de Takoyaki. Il se rendait compte qu'elle plaçait en lui une grande confiance, pour l'emmener dans ce lieu si personnel et si secret qu'elle n'avait même pas montré à Van. N'était-ce pas prématuré, comme confiance ? Etait-elle trop naïve ? Devait-elle se méfier plus des personnes qu'elle ne connaissait pas ? Sans doute était-elle un peu naïve, mais Seito appréciait ce lien qui, mine de rien, se créait petit à petit entre eux.

La question qu'elle lui avait posée sur le trajet lui revint soudain en tête.

"Oh, c'est une simple question de géographie. Taki est un pays frontalier avec Tetsu no Kuni, sous l'administration de Kumo. Et le Shukai et Kumo ne sont pas vraiment en bons termes ... On les soupçonne d'être à l'origine de l'attentat qui s'est produit contre le Shozaichi. Du coup, Taki est à la fois en danger et un point stratégique si jamais on devait en venir à attaquer Tetsu. C'est sans doute plus compliqué que ça, mais en gros on en est là."

Comment pourrait-elle jamais rattraper toutes les connaissances qu'elle n'avait pas sur la géopolitique du Shukai et des autres nations ? La réponse à cette dernière question était en fait assez simple: exactement comme Seito l'avait fait un peu moins d'un an auparavant. En voyageant, en étudiant, en rencontrant des personnes aptes à la renseigner.

"Un beau secret ... Merci."

Devait-il maintenant lui aussi, sous le fait de lois tacites, confier un secret à Takoyaki comme elle venait de le faire ? Il ne le ferait pas. Il était trop prudent pour ça, et ça le peinait.

"Je resterai aussi longtemps que nécessaire pour connaitre cette nouvelle équipe. Et puis, Van vient d'avoir des enfants, non ? Il faut rendre aux héritiers-Gouverneurs les hommages qui leur sont dus. Et puis ... Si je pouvais trouver des réponses aux problèmes d'Itabei, ce serait bien, aussi."

Le pourquoi de cette question restait un mystère aux yeux de Seito. Takoyaki s'attachait-elle à lui, ou était-ce simplement une manière d'être polie ?

"Si jamais tu as envie de voir du pays ... Tu pourrais repartir avec moi, à Itabei. Le Maître sera d'accord, j'en suis sûr. Si tu en as envie, ce serait un plaisir de t'avoir en ma compagnie. Tout est tellement ... inconnu, là-bas ... Pour ces gens, mon peuple, je ne suis qu'un étranger qui fait des belles promesses. J'apprécierais assez d'avoir un soutien extérieur, à vrai dire."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Lun 16 Mai 2016 - 1:04

Il lui parlait des relations entre deux bouts de terres, deux nations, et curieusement ça ressemblait pour elle à s’y m’éprendre à son conflit de terre sacré. De ce qu’elle avait appris, les humains se battaient souvent pour les bouts de territoires voisins, pour s’agrandir peut-être, pour des ressources était plus crédible pour la créature. Quoi qu’il en soit, la logique restait tout aussi tordue. Dans l’océan le seul territoire à préserver était le terrier, dans le reste de son monde aquatique, tous cohabités, se traquer, s’observer ou s’assister. Il était difficile de concevoir devoir se contenter comme elle le faisait maintenant d’un espace bien défini. Voilà relevait une fois de plus la complexité bien inutile qu’elle se devait d’apprendre.

~ En mauvais terme … Ils sont des hum… Elle raillait un peu pour étouffer le mot humain qu’elle avait failli prononcer avant de reprendre aussitôt par… shinobis tout comme vous non, qui obéissent et soutiennent celui qui les abrite...

Ca elle pouvait le comprendre. Eux aussi ils défendaient la grotte marine qu’on pouvait dire « sacrée » dans le langage des humains, celle vers qui il était attiré au moment de donner naissance, là où probablement tous ses congénères avaient vu le jour abrités par la génitrice jusqu’à ce qu’elle meurt d’épuisement dans la grande majorité des cas. Aucun système n’était parfait, mais le leur les rendaient aussi rares qu’autonomes , l’instinct et la connaissance transmise par une mère qui avait si peu de temps pour l’enseigner était un attrait génétique que même le maître ne savait expliquer par quel biais. Probablement ce qui le fasciner autant. Alors oui, quand Seito évoquait la progéniture du Maître, la bête restait perplexe. Des hommages dus ? Alors que leur survis était totalement assistée. Sa race ne prenait en compte que les survivants qui passaient à l’âge adulte et Takoyaki elle, n’avait pas le souvenir de parents. En y réfléchissant bien, le lumineux ne les mentionnait presque jamais, elle l’avait appris dans les couloirs du temple, mais en aucun cas il ne lui faisait part de sa vie privée, alors qu’il partageait avec elle des secrets bien plus confidentiels. En même temps, elle en faisait partie. L’évidence posait une grimace sur son visage qui très vite retrouvait son reflexe d’être souriant, la base comme lui avait dit le Lumineux, le fascié joyeux quoi qu’il arrive.

~ Et c’est quoi au juste des hommages dus ?

Question pertinente, face à une situation totalement inconnue, voilà qui n’était ni dans ses livres, ni dans les listes de bonnes manières qu’on lui faisait apprendre par cœur. Après tout, ce n’était encore que des larves humaines qui n’avaient encore rien fait… Seito était pour la Gekei un bien étrange spécimen de la race humaine, comme le Maître en fait, dans une variante quelque peu opposée. Mais sa perplexité ne restait pas longtemps, car déjà il avait enchaîné avec le point le plus intéressant de l’entrevue, c’est-à-dire : Quitter le temple. Restait à rassurer et convaincre le mentor de ce départ anticipé, encore que, pour le moment il n’avait plus vraiment besoin d’elle. C’était jouable Seito avait raison et la réponse ne faisait pas attendre.

~ Du soutient contre de la découverte, c’est un marché honnête, bien qu’à part une présence encore plus étrange pour eux que la tienne, tu n’obtiendras pas grand-chose !

Ca la faisait rire, forcément, malgré elle, elle avait le don d’attirer l’attention et cela de bien des façons et par bien des aspects. Elle ferait une diversion talentueuse pour sûr, au moins les premiers temps. C’était bien ce dont il semblait avoir besoin, faire relâcher la concentrer qui s’exerçait sur lui. La bête le fixait étrangement à la dernière phrase qu’il avait prononcé, il parlait lui-même comme d’un élément rajoutait, ce qui renforçait encore plus son impression. Le foyer qu’on avait dédié à Seito n’était pas vraiment le sien, il espérait le faire en devenir et probablement parce que son objectif à lui était louable, qu’il y mettait tant d’efforts. La bête n’avait pas encore trouvé l’intérêt de se faire accepter, ça n’avait aucune utilité pour elle, mais il venait de l’éclairer sur l’exercice que lui avait imposé le Maître au temple. C’était peut-être de l’empathie qu’elle avait ressentie.

~ Je suppose qu’il faudra nous armer de patience pour nos projets. Si je peux t’aider je le ferais en me tenant au mieux à tes principes, en échange de ton hospitalité.

Pour commencer, la bête n'était pas naïve en tous points, malheureusement. Il ne pourrait pas lui offrir les mêmes garantis que son aquarium certes, mais l’hospitalité lui suffisait amplement, tant que d’elle-même, elle concluait que les habitants d’Itabeï devaient répondre aux même critères que ceux d’ici pour finir comme ses diners. Des éléments perturbateurs. C’était radical et il ne comprendrait pas s’il le découvrait et c’était peut-être là tout le charme de la citée pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 771
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Jeu 19 Mai 2016 - 17:21

Seito enleva ses bottes, et retroussa le bas de son pantalon. Il plongea ses pieds jusqu'aux chevilles dans l'eau glacée de la grotte. Il sentit instantanément un froid d'hiver se répandre dans ses jambes, puis dans tout son corps, hérissant son échine d'un frisson de plaisir. Que pouvait-il demander de plus qu'un endroit comme celui-ci pour mener à bien les méditations auxquelles il avait pour habitude de se livrer ? Au sein même de la nature, prisonnier des bras bienfaiteurs de la roche-mère, il ne pouvait que s'imprégner de bonnes choses. Il sentait le positivisme affluer dans son esprit en étant simplement assis là, les pieds baignant dans l'eau calcaire. Un léger sourire passa sur son visage. Ce qu'il appréciait le plus, ce devait être le silence absolu qui régnait dans cette caverne obscure. Tous les sens étaient mis en veille pour ne favoriser que la réflexion et la méditation, c'était évident. Ce lieu avait été taillé dans la roche pour y accueillir les ermites en quête de réponses. Pour Seito, ça ne faisait aucun pli.

"Tous les shinobis ne s'entendent pas bien, tu sais. La guerre est quelque chose d'assez fréquent. D'ailleurs, pourquoi nous apprendrait-on à se battre si la guerre n'était qu'une illusion ? C'est une réalité, qu'il ne sert à rien de nier, malheureusement. Notre devoir, en tant que soldats, c'est d'aller combattre sur le front. Mais, à cette fonction je préfère celle de Shuhan. Ca me convient mieux. L'administration, la gestion d'un peuple ... Je m'sens plus à l'aise avec ces affaires-là qu'avec la gestion d'un conflit international."

Oui, Seito se prenait parfois à plaindre le Kamui. Cet homme devait assurer la pérennité de tout un empire, et assurer à lui seul la lourde tâche d'Empereur. Certes, il déléguait une partie de son immense pouvoir -pour ne pas dire total sur le sol du Shûkai- aux Seigneurs de Guerre et autres Gouverneurs. Mais c'était néanmoins sur lui que reposait l'image du leader impérial, celui qui avait mené le coup-d'état visant à instaurer une institution puissante et dominante. Sans doute avait-il voulu arriver à un tel niveau de pouvoir. Sinon, pourquoi ce coup-d'état ?

"Oh, les hommages ... C'est plus une façon de parler qu'une vrai tradition. Ce sont des nourrissons, ça doit leur être bien égal qu'on aille leur rendre une petite visite. Mais bon, c'est la coutume."

Il fronça les sourcils sur cette dernière phrase.

"Enfin, je crois. Dans mon clan, en tout cas, ça l'est. Mais ici ..."

C'était, à vrai dire, la première fois qu'il avait vent d'une naissance dans son entourage depuis son arrivée au Shûkai. Et, pour le coup, il ne connaissait pas du tout les us de l'Empire dans ce domaine. Y avait-il un rituel particulier à effectuer ?

"Mais bon, ce sont les enfants de notre maître. Passer leur faire un petit coucou sera une marque de politesse. Si ça se trouve, ils se retrouveront à notre place, un jour. Qui sait ?"

Oui, qui sait ? Qui sait quels plans Van avait mis en place dans son esprit calculateur ? Certainement pas Seito. Et Takoyaki, était-elle mise dans le secret de leur maître ? Après tout, elle semblait le rencontrer beaucoup plus souvent que Seito n'en n'avait jamais eu l'occasion. Dans ce cas, pourquoi ne se confierait-il pas à elle, innocente créature ?

Seito avait été ravi de constater que Takoyaki acceptait sa proposition de l'accompagner à Itabei au moment de son retour. Il se réjouissait d'avance de la présence de cette équipière à ses côtés.

"Bien ! ne t'en fais pas pour les habitants d'Itabei, ils sont trop préoccupés par leur misère pour reporter leur attention sur toi. Et puis, ils ont les yeux rivés sur la moindre de mes actions un tant soit peu importantes. Tu devrais pouvoir vivre une vie tranquille à Itabei. Et puis, de toute façon, je suis le Shuhan, non ? Le grand manitou. J'ai bien le droit d'inviter des amis à la maison."

Il ponctua cette phrase d'un nouveau sourire, à destination de la jeune fille cette fois. Il s'agissait avant tout d'une manœuvre visant à la rassurer. Autant lui épargner le soucis d'une paranoïa pour quand elle se trouverait à Itabei avec lui.

"Cette grotte est vraiment particulière ... Tu m'autorises à y revenir ? J'ai l'impression que je pourrais passer des heures à écouter seulement le bruit des gouttes. C'est simple comme plaisir, mais ça fait mon bonheur."

Il espérait pouvoir trouver dans les environs d'Itabei une grotte comme celle-là pour lui servir de refuge dans les situations désespérées.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Dim 29 Mai 2016 - 22:10

La bête imitait son invité en barbotant elle aussi elle aussi ses pieds dans l’eau. Elle était gelée, mais vu que la créature avait le sang-froid ça ne faisait pas beaucoup de différence pour elle. Comme le fait que les humains s'entre-tuer sans logique apparente pour elle, Seito soulevait un bon point en l'informant préférer s'occuper de son habitat. Elle ne pouvait qu'approuver, un hochement de tête et un sourire en coin, quant aux coutumes…. Est-ce que les enfants du maître deviendraient des soldats? Assurément.

~ Je pense t'avoir emmené ici pour cela. Pas tout le monde ne serait capable d'apprécier le lieu et le préserver à sa juste valeur. Fais comme tu voudras, mais méfie-toi de ce que pourrait abriter cette obscurité.

Elle l’avait dit joyeusement et c'était d'elle qu'elle parlait. La bête comptait bien relier cet endroit à son nid, agrandir son espace. Peut-être qu'elle avait décidé de confier son mystère à cette tête pensante qui serait sûrement plus coopérative que le maître pour les explications. Ou alors, était-il un encas des plus attrayant.

~ Je peux comprendre ça. J'affectionne aussi ce genre d'endroit, j'aime bien perdre du temps à explorer pour cette raison, qui sait peut-être qu'il y aura mieux vers chez toi.

Elle fixait le fond aquatique où des points fluorescents commençaient à rejoindre la surface.

~ Tes pieds seront chatouilleux bientôt. Ils adorent nos peaux mortes. Les seules prédatrices ici, sont les sangsues. Mais elles se tapissent au fond. Elle se redressait enfin, lui mettant une tape dans le dos. Mais es-tu bon plongeur Seito ? Je dois m’en assurer pour te laisse profiter de l'endroit à ta guise.

Elle s'extirpait dans une délicatesse propre à son espèce, si bien qu'aucun des petits poissons ne fuyaient, sûrement parce que contrairement à Seito, ils n’avaient pas osé s’approcher d’elle, un instinct qui sait. La bête était un peu jalouse de lui au fond, aussi sympathique qu’il avait pu paraitre, ça ne lui épargnait pas la suite, elle s’étirait sagement, avant de regarder par-dessus son épaule, où elle marmonnait alors un…

~ Vérifions.

Elle l’avait poussé dans l’eau tandis qu’il prenait sagement ses aises, pour l’aider évidemment, elle ne tardait d’ailleurs pas elle-même à le rejoindre, aussitôt en fait. Elle tirait un peu sur son bras pour lui indiquer le chemin, au vu de l’obscurité, l’hybride pouvait même s’offrir le luxe de laisser s’évader une ou deux tentacules. Elles lui servaient à ne pas le perdre, le maître ne lui pardonnerait pas, et ce n’était pas ce qu’elle voulait quand avec aisance elle l’entraînait dans l’obscurité entres les roches creusées et inondées. Néanmoins, le courant qui les happait se réchauffer de plus en plus alors qu’elle les ramenait vers une surface. Ici le ruissellement de l’eau s’amplifiait dans l’espace clos, on pouvait entendre des bulles d’airs qui éclataient en rejoignant la surface de l’eau, l’odeur était forte, chargée d’un air lourd et chaud. Le parfait contraire de l’autre côté, la source du désordre venait des profondeurs de la terre, c’était tout ce que la bête savait.

~ Voilà la face cachée de la grotte. Sa voix résonnait un peu. Il n’y a rien qui vit ici. Marmonnait-elle en le poussant vers un bord que ses tentacules avaient détecté. C’est un bien meilleur endroit pour méditer, mais encore faut-il être capable de s’y rendre. Je ferais ça pour toi en échange de ton hospitalité loin du temple.

A la fin de sa phrase, elle avait déjà quitté l’eau sans perdre son emprise sur Seito pour garder son efficacité de guide. La bête était joueuse ou imprudente, quoi qu’il en soit, elle avait bien compris la nécessité dans leur monde de disposer de plusieurs cartes.

~ Si tu arrives à donner de la lumière à ce lieu, tu pourras découvrir un des petits secrets du Maître.

Voilà quelque chose qu'elle ne savait pas faire, s'offrir de la lumière, la même qui l'avait attiré dans l'océan vers les problèmes. C'était comme un papillon, ça dépassait sa logique, elle savait le talent des humains pour la créer, un inconnu pour elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 771
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Mar 7 Juin 2016 - 17:51

Seito sentit ses poumons brûler sous le manque d'oxygène, alors que son étonnante coéquipière l'emmenait dans les profondeurs aquatiques de la grotte. C'était une sensation des plus désagréables, puisqu'elle s'accompagnait inévitablement d'une peur subite et incontrôlée de la mort, mais qui était masquée par la beauté de ce que Seito pouvait discerner dans l'eau claire. De petits points lumineux, se mouvant selon leur propre chef, qui s'écartaient bien vite sur le passage des deux explorateurs sous-marins. Etaient-ce des crustacés miniatures, dont le métabolisme s'adaptait seulement aux environnements complètement préservés, comme la grotte ? En tous les cas, ils éclairaient de leurs lueurs mouvantes l'eau cristalline, pour le plus grand enchantement de Seito. Après tout, était-il donné à tout le monde d'être témoin d'un spectacle comme celui-ci ? Il avait conscience de l'exclusivité d'une telle opportunité, et il en profitait pleinement, jusqu'à ignorer ses poumons qui lui criaient de reprendre une bouffée d'air.

C'est ce qu'il finit par faire, dans une grotte tout à fait différente de la précédente. Dans celle-ci régnait une chaleur d'étuve. L'eau elle-même bouillonnait. Seito s'extirpa bien vite du lac sous-terrain, pour reprendre une bouffée d'un air lourd et chargé de feu sur la roche tiède. L'obscurité était totale. Sa vision étant complètement bloquée, ses autres sens se voyaient exacerbés. Il entendait le bouillonnement de l'eau, et le son lourd d'un corps qui se déplace. Mais pouvait-ce être celui de Takoyaki ? Sous ses mains, il sentait la pierre non pas froide et humide, mais sèche. Une odeur de souffre flottait dans la caverne, et un écho prolongeait le grondement sourd de la terre jusqu'aux tréfonds de la grotte.

Cependant, Seito ne pouvait pas supporter d'être privé de sa vue. Il aimait, certes, juger par ses autres sens, mais il avait besoin de savoir dans quel enfer intra-terrestre sa coéquipière l'avait emmené. Il sortit d'une de ses poches un kunaï auquel, il le sentit au toucher, était attaché un morceau de papier. Il frotta le parchemin, et lança le coutelas vers le plafond rocheux. Le kunaï s'y planta, le papier s'enflamma, et la lumière fut faite sur l'un des mystères de Van Hoheinheim.

Seito vit, dans la lueur rougeâtre que projetait la petite flamme de son parchemin enflammé, Takoyaki. Simplement Takoyaki, dénudée de tous les fars qu'elle semblait s'être appliquée pour leur rencontre. Maintenant, c'était sans doute un "monstre" qu'il avait devant lui, mais qui lui paraissait trop familier pour l'effrayer. Il n'eut pas de réaction violente, se sursauta pas, ni même n'eut le moindre frisson. Simplement, il afficha une vague expression d'incompréhension.

"Oh ... Un secret de Van, hein ? Je vois ..."

Son maître avait caché la véritable nature de Takoyaki, c'était tout à fait plausible, et même évident, maintenant que la lumière était faite sur ce personnage énigmatique.

"Donc, là d'où tu viens ... C'est ... La mer ?"

Seito se souvenait de tous les détails étranges, insolites de leur conversation. Il les avait relevés, mais n'y avait pas prêté plus d'attention que ça. Tout prenait sens, maintenant. Devant cet être, à la fois humain et pieuvre, mais pourtant si beau dans sa bizarrerie, il comprenait tout.

"Et Van t'as caché, naturellement."

Il s'assit en tailleur, face à Takoyaki. Il observait son corps nouveau, à ses yeux, imprimant chaque détail de sa silhouette dans sa mémoire.

"Il a bien fait. Je n'ose pas imaginer la réaction des étudiants du Temple s'ils t'avaient vu sous cette forme. Ta vraie forme ? C'est comme ça que vous êtes les gens de ton clan ? Des métamorphes, mi-hommes mi-pieuvres ? Je trouverais sans doute ça effrayant si je crachai pas de la lave."

Non, il se réjouissait plutôt de cette singularité. Après tout, il en apprenait un peu plus, à la fois sur le monde qui l'entourait et sur Takoyaki. Les réserves qu'elle pouvait avoir, et toutes ses interrogations, toutes ces questions qu'elle n'avait cessé de lui poser venaient de là: elle ne connaissait tout simplement pas ce monde. Et elle avait besoin, désespérément besoin, d'être guidée et protégée.

Seito se leva, et alla se placer face à Takoyaki. Il sentit une goutte de sueur tomber le long de son épine dorsale. La chaleur était pesante.

"J'imagine que personne n'est au courant au Temple, à part Van et moi, maintenant. Il faut que ça reste un secret le plus longtemps possible. En tous cas jusqu'à ce que tu sois prête à appréhender la réaction des gens face à ta nature. C'est difficile à exprimer, mais les hommes ont peur de la différence, quand elle leur paraît agressive. Je sais que tu n'as pas de mauvaises intentions à leur égard, je l'espère, en tous cas, mais il vaut mieux garder ça caché dans cette grotte, tu ne crois pas ? En tous cas, ça ne remet en rien en question ton voyage à Itabei, si tu te poses la question. Au contraire, je suis sûr qu'on a plein de choses à s'apprendre l'un et l'autre. Qu'est-ce que tu en dis ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Sam 11 Juin 2016 - 23:54


Un léger bruit fendait l’air paisible de la grotte où le moindre son était amplifié et la tête de la bête s’était levé vers le plafond où son ouïe l’avait conduite. Une lumière s’en était venue subitement, l’aveuglant un peu sous la surprise et surtout parce qu’elle s’était habituée à l’obscurité. A ce moment-là, son sentiment joyeux pouvait rivaliser avec celui d’un enfant devant un tour de magie, sa petite voix instinctive avait eu bien raison, Seito se révélait bel et bien comme un individu hors de la norme humaine. Presque, ça lui passait le goût de croquer dedans. Presque…
Ses yeux se baissaient avec son menton pour l’observer enfin, il n’avait pas l’air traumatisé outre mesure, probablement parce qu’il était bien trop curieux et intelligent pour ça, mais aussi surtout parce que la bête avait su attisé sa culture de la découverte. Elle s’amusait toute seule face à sa réaction, c’était là tout l’art d’observation de ce genre de prédateurs, analysé pour comprendre et utiliser enfin sa recherche. Le Maître ou plutôt ses mystères semblait presque une fascination pour le jeune homme assis en tailleur qui jouait le jeu prédateur de la bête. Elle se laissait décrypter avec docilité avec une certaine hâte de se retrouver en présence des deux shinobis, gardant chacun un secret, qui n’en était plus un. Les subtilités de ce monde lui venaient peut-être plus qu’elle ne l’imaginait tout compte fait.

~ Exact, et avec le recul, je pense que oui, le rencontrer a été une aubaine pour moi. A la base, j’étais la prise d’un pêcheur…

Sa mâchoire se resserrait et serrait les dents ne suffisait pas à faire passer ce souvenir amer. Aucune chance que la bête s’étale davantage sur le sujet, si elle avait dévoilé la bride d’information, c’était justement pour avoir à éviter de donner trop d’accès aux détails à quelqu’un d’aussi habile. Même le Maître n’avait jamais rien su de son arrivée, hormis les cadavres de son imprudente laissés sur son passage. Pour lui, l’histoire avait commencé ici, comme pour tous d’ailleurs. Elle s’évertuait à décrisper son fascié, avec une aide précieuse certes, c’était cette aura délicieuse et agaçante à la fois qui avait attiré son attention. Perspicace, mais naïf à la fois, presque… Innocent. Un étrange spécimen, elle l’aimait déjà bien, à la hauteur qu’elle savait placer son appréciation ceci dit.

~ Oh ça, c’est bien la première chose que j’ai remarqué oui. Au pire des cas, je saurai me défendre je pense, c’est pour ça que le Gouverneur m’entraine non ? Je préfère me contenter de quelques personnes à fréquenter et d’un jeu éternel à jouer, plutôt qu’avoir à me mêler à la masse. Donc tout va bien ici. Pour le moment tout du moins. Pour la bête, ce n’était qu’une partie remise, une étape nécessaire et à son tour elle s’accroupissait, tendant une tentacule farceuse qui taquinait son partenaire pouvant la contempler de plus près. Tu es toi-même assez effrayant dans ton genre tu sais. Pour le Maître surtout, devant tant de droiture, il dévait probablement craindre qu’il le découvre un jour. Pas étonnant qu’il t’ait choisi. Le Maître aimait le risque, à l’inverse de la bête qui adulait la sécurité.

Difficile de dire si c’était la suite des paroles du jeune homme ou la facilité avec laquelle il les avait déclaré qui donnait cette envie irrésistible de sourire à la bête, en vrai, elle se moquait un peu de lui, mais sans réelle méchanceté. Encore une fois sa particularité ressortait, la bête n’avait pas encore découvert un humain de ce genre, ils étaient tous intéressés ou à l’esprit tordu, même un tout petit peu corrompu. Elle décidait de laisser le temps lui dire ce qu’elle devait en conclure, bien que une certitude lui était née. Si Seito aimait tant son Itabei, elle ne toucherait pas à ses habitants, le cœur n’y était plus, il avait réussi à la dissuader, sans même le savoir. La conscience qui s’en venait ? Qui sait.

~ Je suis ravie de l’entendre dire, même si, je n’étais pas vraiment inquiète, au pire des cas, je t’aurais dévoré ! Avait-elle annoncé sur un ton d’humour, alors qu’elle l’avait réellement pensé… Apprends-moi à faire de la lumière comme toi. Elle pointait du doigt leur source de lumière. Je te raconterai les mystères des hommes pieuvres comme tu dis, bien que l’on se côtoyait en réalité jamais, des territoriaux comprends-tu. Mais l’océan est si vaste que la lutte pour un bout de terrain est inutile, puis nous sommes bien moins nombreux, sans parler de la sélection naturelle...

Le sujet pouvait être très long, tant de choses à en dire, mais pour sûr qu’il apprécierait, elle plaçait ça en suspend pour des moments perdus avant d’annoncer un poil déçue….

~ Tu aurais pu au moins faire semblant de sursauter, au fond des mers je suis une prédatrice. C’est un peu vexant tu sais ! Si l’on trouve un moyen de te faire garder ta respiration assez longtemps dans l’eau, je le démontrerai. Là aujourd’hui ce n’était pas gagné…. Même le Lumineux fait mieux.

Elle se moquait à nouveau, il avait l’air en bout de vie un moment sous l’eau, l’idée qu’il fallait renouveler l’expérience pour rentrer la raviser, plus ouvertement cette fois elle ricanait.

~ Si tu t’améliores, ça sera mon tour de t’inviter dans mon monde, d’ici là, je ne ferais pas de vagues dans le tien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 771
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Dim 12 Juin 2016 - 16:01

Seito s'habitua difficilement au contact avec le tentacule mouillé. Les mouvements de cet appendice animal lui semblaient presque pernicieux, tant il était animé avec précision et délicatesse. Et sa texture, qu'il sentait quand le membre touchait sa peau, était des plus déplaisantes, à son goût. Visqueux, hérissé de ventouses, il donnait l'impression de pouvoir s'enrouler autour d'un cou et d'étouffer en une fraction de seconde, ou bien de briser les os de la nuque. Même si Seito avait depuis longtemps rejeté l'idée que Takoyaki lui veuille le moindre mal, il ne pouvait s'empêcher de frissonner. Il ne manifesta cependant pas son dégoût et son aversion, qui restaient modérés, autrement que par cette simple réaction corporelle. Il était trop délicat pour dire clairement à sa coéquipière que son contact le rebutait.

"Moi, je suis effrayant ? Ah bon ... Je dois avouer que c'est bien la première fois qu'on me le dit."

Il ne lui était jamais venu à l'esprit qu'il puisse inspirer la peur à qui que ce soit. Lui-même avait plutôt tendance à être effrayé par les autres plutôt que faire lui même peur. Qu'est-ce qui pouvait pousser la jeune femme à le désigner ainsi ? Qu'avait-il fait qui pouvait l'inquiéter ?

"Qu'est-ce qui te fait dire que je suis effrayant ? J'ai dit ou fait quelque chose qui ne t'a pas plu ? Si c'est le cas, j'en suis désolé, mais c'était involontairement, crois-moi."

Il se leva, et sortit de sa poche un autre kunaï auquel était attaché un parchemin du même genre que celui qu'il avait précédemment planté au plafond de la caverne.

"Ce n'est pas bien compliqué de faire ce genre de flamme. Il suffit d'avoir une arme comme celle-ci. Si tu regardes bien ce parchemin, tu peux y distinguer un sceau. Tu a déjà dû en voir, je suis sûr que Hoheinheim t'en a déjà montré quelques-uns. Celui-là permet simplement d'enflammer le papier. Généralement, on l'utilise en combat. C'est une arme commune pour un shinobi. Si tu veux t'en procurer, je pense que Hoheinheim t'en donnera quelques-uns. Il suffit de toucher le sceau pour l'activer."

Et il illustra sa parole par un exemple. D'une simple caresse sur la surface lisse du parchemin, il libéra le sceau et produisit une flamiche qui commença à consumer lentement le papier.

"Deux ne seront pas de trop pour nous éclairer."

Il lança le kunaï à la suite du précédent. La grotte était maintenant nimbée d'une lueur fantomatique, et assez inquiétante.

"J'aimerais beaucoup t'accompagner dans la mer. Je ne suis pas habitué aux grandes étendues d'eau. Je viens d'un pays où il n'y a que de la jungle, ou presque. J'ai découvert l'océan en arrivant au Shûkai. Tu pardonneras mon manque d'endurance dans l'eau ..."

Et pourtant, il aimait beaucoup le contact avec cet élément si inconnu, et pourtant si agréable et utile. Après tout, l'eau était le liquide de la vie, celui sans lequel on ne pouvait pas survivre. C'était le milieu d'habitat de milliers d'espèces marines, et ç'avait été celui de Takoyaki, avant qu'elle ne rejoigne le Temple. Finalement, son changement d'environnement ne se résumait qu'à un changement d'élément. Elle était passée de l'eau à la roche. Encore que, les falaises de Taki recèlent des trésors sous-terrains insoupçonnés, comme Seito le découvrait en ce moment même.

"Peut être qu'en demandant à Hoheiheim, il me fabriquera un truc pour respirer sous l'eau. C'est son domaine, les sciences, non ? Il devrait bien arriver à faire quelque chose comme ça. Mais, pour l'instant, j'aimerais qu'il ne sache pas que tu m'as montré ta véritable apparence. Ca n'a pas grande importance, mais s'il pouvait l'ignorer pendant un moment, je pense que ça serait mieux. Et puis, il ne peut pas tout savoir ..."

Même si, au sein du Temple, il semblait que le Seigneur de Guerre gardât un oeil sur chacun des résidents. C'était une sensation à la fois protectrice et terriblement inquiétante.

"Bon ! On a du temps devant nous, et un formidable lieu d'entraînement. Que dirais-tu qu'on s'apprenne quelques petits trucs ? Je suis sûr que tu as des mouvements en réserve que tu pourrais m'apprendre. De mon côté, je pense que je peux aussi te montrer des techniques tout à fait à ta portée. Comme par exemple ..."

Il ponctua sa phrase par le dit exemple. Avec une souplesse et une vivacité remarquables, il effectua un salto arrière magnifique, et atterrit cinq mètres plus loin que son point de départ. Le tout sans le moindre bruit. Seulement un souffle ...

"Qu'en dis-tu ? Je pense que tu pourrais faire aussi bien, sinon mieux que moi, avec tes tentacules."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Lun 20 Juin 2016 - 11:35


~ Oui dans ton genre tu l’es, peut-être parce que tu sembles un peu trop bien sous tous rapports, je n’ai pas l’habitude de constater des humains comme toi, mais du moins, je ne pense pas que l’on puisse avoir les mêmes critères à ce sujet. Ma remarque n’avait rien de méchante ne t’en fais pas.

De la naïveté ou une vraie nature ? La bête penchait pour la dernière et ce qui l’inquiétait tant avec celle-ci, c’était le jour où toute l’accumulation de ses frustrations pourrait venir changer la donne. De plus, ce que ça pouvait être agaçant de savoir que l’emprise sur lui ne serait jamais que modérer pour le Maître. C’était surement ce qui lui donnait autant d’intérêt, tout comme cette lumière qui se rajoutait au plafond et dont il lui expliquait le fonctionnement. Ainsi donc, un simple morceau de papier pouvait faire ça, elle avait bien vu dans les tunnels de son antre à quel point les pièges du Lumineux pouvait être élaboré à partir d’un simple symbole, mais ça la surprenait toujours autant.

~ Je vois, j’essaierais de voir avec lui alors, il acceptera surement tu as raison.

En échange de ? C’était une autre affaire et pour l’heure, c’était encore une autre qui voyait le jour sous l’initiative de Seito ? Tout d’abord, il se démontrait sur la même longueur d’onde que la bête, elle aussi elle se plaisait à penser qu’elle pourrait avoir quelques petits secrets envers le Hoheimhein, cette sensation qu’il contrôlait toujours tout était si oppressante. Alors oui, si simplement s’accordait ça suffisait à les ravir, pourquoi se priver ?

~ Tu lis dans mes pensées. Le maître préfèrerait que personne ne sache pour ma vraie nature, mais ce n’est pas vraiment de la mauvaise foi au fond, il cherche à me protéger.

Effectivement, même si plusieurs mois avaient passé depuis l’arrivée de la Gekei, dans son point d’arrivée, elle était loin d’avoir était oublié, son passage sanglant effrayait encore les esprits quelques peu traumatisés par son passage. Pour sûr que le lien avec la protégée du Gouverneur pourrait être vite fait, ça lui nuirait à lui aussi au final, il fallait prendre leur mal en patience et en définitive, à force de jouer la comédie humaine, elle pouvait presque dire qu’elle y prenait goût, surtout maintenant qu’à juste mesure, elle avait un nouveau complice. Pas sûr qu’il sache apprécier comme leur maître toutes les facettes de l’hybride. En commençant par le fait qu’il serait un encas très apprécié… Quoi que, avec la suite de ses idées, elle pouvait se rendre compte qu’il n’était pas aussi inoffensif qu’il l’avait fait croire.

Un salto sans bruit et très vif mettait une belle distance entre lui et sa coéquipière à qui il semblait vouloir apprendre quelques mouvements de ce type. Les mêmes qui lui convenaient parfaitement et tout de suite, la bête avait mis la main sur ce qui pourrait bien rendre leur jeu amusant. Il esquivait à la perfection à première vue, qu’en serait-il face à une vive charge, aurait-il un temps de réaction suffisant ? Si tel était le cas, non seulement il aiderait la Gekei à trouver la faille de son assaut, mais aussi à se défaire d’un adversaire similaire. Seito se présentait comme un bon élément pour évoluer et pour une fois, ce n’était pas une corvée pour la créature de participer.

~ D’accord, tu as l’air vif, vérifions !

Un puissant appui sur le sol et tout le corps de la bête se propulsait vers la direction de son partenaire, les cinq mètres se dévoraient aisément avec ce genre de technique au final assez basic, à la différence que chacun avait sa signature au moment de frapper. La bête elle, usait de ses tentacules, mais l’idée n’étant pas de blesser Seito, elle comptait bien n’user que du geste sans appuyer sur la puissance du coup. Après tout, pour l’apprendre, ils devraient mutuellement le répéter plusieurs fois non ? Autant ne pas gaspiller ses forces. Pour la première tentative elle s'effectuerait avec une de ses tentacules au moment de frapper, pour son amusement, il était à supposer donc qu'ils inverseraient les rôles à chaque tour ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 771
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Mar 21 Juin 2016 - 18:08

Seito se réjouissait de l'enthousiasme de Takoyaki. Il sentait déjà qu'ils allaient faire de la bonne besogne, tous les deux. Elle était plein de curiosité et d'entrain, c'était tout ce qu'il pouvait demander. Elle avait le monde entier à découvrir, et déjà il se pressait à sa porte. Ce serait bien évidemment un plaisir pour le jeune Shuhan de lui servir de guide dans cet univers encore inconnue, ou méconnu, pour elle. Il devait avouer être également intrigué par sa coéquipière. Son pouvoir de métamorphe, en particulier, attisait son intérêt. Quel clan pouvait bien se transmettre ainsi le don de transformation en pieuvre ? Peut être même que ce n'était pas simplement une métamorphose en poulpe, que pouvaient effectuer ces Gekei. Peut être que toute la palette du règne animal leur était ouverte ! Quel privilège ce devait être de pouvoir observer le fonctionnement d'une communauté de ces hommes au pouvoir extraordinaire. Est-ce que leur vie était régie par les mêmes règles que celles des animaux ? Takoyaki, en tous cas, semblait tenir autant du poulpe que de l'humain. Elle se situait dans une sorte de milieu entre ces deux espèces. Véritable hybride, elle ne manquait pas d'impressionner Seito par son potentiel.

Tant de talents, qui ne demandaient qu'à être découverts. Son aisance dans le milieu aquatique, comme Seito avait pu le constater au terme de leur voyage dans les profondeurs du Temple, faisait d'elle une combattante adaptée à tous les milieux, sauf peut être les airs. Que parviendrait-elle à faire si elle venait à maîtriser le Ninjutsu ? Si elle se découvrait une affinité Suiton, elle ferait une formidable guerrière des mers. Seito ne doutait déjà pas de ses talents de prédateurs aquatique. Mais ses capacités bestiales combinées aux arts des Shinobis ne pouvaient que donner un résultat impressionnant. Oui, bien entraînée, et au Temple elle était sûre de l'être, elle deviendrait forcément une arme indispensable pour Taki no Kuni. Restait à espérer que Hoheinheim n'en abuserait pas ...

En effet, Seito redoutait l'emprise que son maître pouvait avoir sur la jeune femme. Celle-ci ne semblait pas dupe, loin de là, mais elle avait de son côté l'ignorance et la candeur des enfants. Hoheinheim, lui, était malin, et déterminé à parvenir à ses desseins, quitte à sacrifier le facteur humain. Seito n'en n'avait encore jamais été témoin, mais il ne doutait pas que son maître soit capable de tuer simplement pour mener à bien une mission purement personnelle. Non, c'était en fait incorrect: Hoheinheim ne tuerait pas lui-même. Il serait plutôt du genre à faire appel à des mercenaires, des assassins, des personnes entraînées pour tuer sur commande. En un mot, des chasseurs de têtes. Or, au vu des capacités qu'elle avait et de son innocence, Takoyaki pouvait très bien devenir ce genre de Shinobi en étant exposée à une doctrine corrompue, comme Seito craignait que ne le soit celle du Seigneur de Guerre.

C'était à lui de rectifier le tir. Il se préoccuperait à l'avenir du sort de sa coéquipière, et veillerait à ce qu'elle ne soit pas embourbée trop vite dans une mauvaise voie. Pas avant qu'elle n'ait pu développer un certain esprit critique, en tous cas. Il était vital pour elle qu'elle parvienne à développer sa conscience des autres. Cela lui permettrait de s'ouvrir au monde, d'en appréhender les différentes facettes avec plus de facilité, mais aussi d'accepter sa différence, et, qui sait, de ne plus la cacher, à terme ? Quand elle aurait les moyens de se défendre autant pas les mots que par la force brute, elle pourrait arrêter de dissimuler sa double-nature. C'était une perspective assez utopique, certes, mais Seito avait bon espoir que Takoyaki parviendrait à s'élever autant moralement qu'en puissance.

Cet enthousiasme, sa coéquipière le manifesta en testant, vraisemblablement, l'efficacité de son esquive. Seito la vit s'élancer vers lui à une vitesse admirable, dégageant une aura de combat presque tangible. Il eut un sourire en coin. L'attaque était bien effectuée, mais il voyait clair dans les mouvements de la jeune femme. Alors qu'il allait recevoir le coup, porté à la gorge par un tentacule surgi de nulle part, il s'effaça vers l'arrière. Avec un salto pareil à celui qu'il avait déjà effectué, il recula d'une demi-douzaine de mètres supplémentaires, et se remit sur ses appuis.

"Pas mauvaise, ta technique. Si tu me permets, j'vais essayer de la copier ... Sans les tentacules, bien sûr."

Il avait en effet l'intention d'agrémenter son propre registre de techniques de celle-ci, qui lui semblait tout à fait intéressante. Elle offrait la possibilité de se rapprocher de la cible tout en l'attaquant avec une puissance qui semblait convenable.

Le schéma de l'entraînement qui semblait se mettre en place se dessina tout seul. Il s'agirait, pour Seito, d'arriver à maîtriser l'attaque de Takoyaki, et pour celle-ci d'utiliser l'esquive de Seito. Le jeune Shuhan se concentra, et se repassa mentalement les différents mouvements qu'avait effectués la Gekei. D'abord, il s'agissait d'une charge, qui impliquait une course. Ensuite, il y avait coup porté au niveau de la gorge. Comment pourrait-il adapter le principe d'un tentacule ? En enroulant son bras autour du cou de la cible, ou alors simplement en frappant la trachée du tranchant de la main ? C'est en essayant qu'on peut se faire une idée. Expérience passe science, comme dit le poète. Seito se rua sur Takoyaki, et visa son coup. Il allait essayer de l'atteindre en la frappant du pli de son coude. S'il y parvenait ce serait une variante amusante, mais peut être contraignante physiquement, de la technique de la Gekei.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Jeu 23 Juin 2016 - 14:04


Il l’esquivait avec un saut encore plus impressionnant que le premier. Seito se révélait souple et agile, mais aussi très vif, s’il savait garder ses mêmes facultés dans l’eau qui ralentissait ses mouvements, pas de toute qu’il ferait partie des prédateurs de son monde. Un bon point pour lui, dans l’océan, il était de coutume de partager ses techniques d’assaut, de capture ou d’assassinat. A force de toutes les tester et les récupérer, chacun améliorait son panel et ainsi augmentait sa durée de vie. La bête se ravissait d’avoir trouvé un partenaire de jeu.

~ Si le Maître est assez talentueux pour te permettre de respirer sur l’eau, on pourra mettre à l’épreuve plus tard ton talent à m’éviter dans cette dernière. Tu verras, le moindre effort est plus dense, même si on se sent léger à l’intérieur.

L’affaire ne serait pas aussi mince, c’était son élément à elle après tout, tout comme elle était moins à l’aise sur la terre qui la ralentissait. L’eau était un terrain d’entrainement hors pair, il durcissait les mouvements et le corps, travailler l’endurance, la bête pouvait presque affirmer qu’il offrait le même résultat en moins de temps que ses entrainements de surface. Mais comme le Maître lui avait dit, c’était probablement plus en surface qu’elle aurait à traiter avec ses ennemis, cela jusqu’à ce qu’elle soit capable de les emmener en immersion. Un jour, oui un jour. Quant à sa technique qu’elle avait elle-même emprunté au temple…

~ Dans ce cas, laisse-moi me faire à la tienne.

L’accord était pris, et trêve de bavardage, Seito poussait l’assaut et la bête se tenait prête sur ses appuis. Elle le voyait gagner du terrain avec une grande rapidité, restait que tout comme elle, il bénéficiait de l’élément de surprise au moment de frapper. De quoi allait-il se servir ? Sa main ? Un pied ? Oh non, voilà qui le ralentirait, alors quoi ? Trop curieuse, l’hybride se prenait à patienter au plus dernier des moments pour voir sa variante, celle qui manquait de lui couper le souffle par un coude qu’il la frôlait de trop près avant qu’elle n’esquive maladroitement sur un des côtés par un salto à peu près correct, puis un autre pour la remettre correctement sur ses pieds. Un petit instant pour racler sa gorge tout d’abord et une première constations.

~ Ton coude ? J’avais plutôt cru que cela serait le flanc de ta main. Tu m’as bien eu ! Reprenons !

Et cette fois, elle se montrerait bien plus concentrée, pas question de le guetter comme une proie savoureuse. La bête se mettait sérieuse, elle le voulait ce saut qui lui permettrait de s’amuser avec ses victimes qui tenterait des représailles… Ou se sauver d’un assaut de ses propres prédateurs. Il lui tardait même de tester ça en milieu aquatique, de beaux mouvements certes, mais pouvait-elle les rendre efficace ? Dans tous les cas ça ferait le bonheur de la musculature à travailler. Elle lui faisait signe de revenir chargé, tandis qu’elle repassait dans sa tête les appuis et le moment qu’il avait utilisé sans se laisser déconcentrer lui, pour l’esquiver.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 771
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Ven 24 Juin 2016 - 14:43

Respirer sous l'eau ... Ce devait être une capacité formidable. Aux yeux de Seito, en tous cas, c'était un don aussi rare que précieux. Pouvoir évoluer dans un monde aussi secret que passionnant, de par tous les trésors inviolés qu'il gardait cachés, était l'apanage des créatures marines. Takoyaki, se rapprochant de celles-là par sa nature de Gekei, bénéficiait de ce pouvoir merveilleux. Et elle voulait le partager avec Seito, maintenant. Il s'imaginait déjà, arpentant les profondeurs englouties du Temple, en compagnie de Takoyaki, affublé de quelque dispositif lui permettant de respirer sous l'eau. Si seulement leur maître, ou n'importe qui d'autre, avait les connaissances nécessaires pour fabriquer un tel mécanisme ... De nouvelles possibilités, insoupçonnées pour un homme habitué à vivre sur la terre ferme, et pas sur le plancher des poissons, se présentaient.

La densité de l'eau, comme l'évoquait Takoyaki, pourrait être un formidable moyen de renforcer l'entraînement physique. Depuis peu initié aux arts du Taïjutsu, Seito comprenait peu à peu la nécessité d'entretenir un corps avec soin. Le combat au corps-à-corps nécessitait l'harmonie entre le corps et l'esprit. Par celle-ci, le combattant devenait capable de percevoir le moindre de ses mouvements, d'éliminer les gestes parasites et de parfaire ses techniques en les basant sur une compréhension poussée de son organisme. Dans l'eau, où chaque mouvement avait son coût en énergie multiplié, selon les dires de Takoyaki, Seito pourrait facilement développer une méthode d'entraînement visant à s'exercer à la conscience de chaque mouvement. Sans compter sur le renforcement musculaire indéniable que pourrait lui apporter un tel milieu.

"J'aimerais bien pouvoir respirer sous l'eau ... Tu ne te rends sans doute pas compte de la chance que tu as de posséder cette capacité, mais c'est vraiment exceptionnel. Dès qu'on reverra Hoheinheim, je lui demanderai de me fabriquer quelque chose comme ça. Avec ce que j'ai fait à Itabei, il pourra pas me le refuser."

Il eu un sourire amusé. C'était donc ça le paiement auquel il aspirait pour son travail dans sa ville ? Une rétribution en invention ? Après tout, si ça pouvait lui permettre de découvrir un monde encore inconnu ... Il se fichait bien de l'argent. Il en avait largement assez à sa disposition à Itabei pour en être inquiété. Et puis, le Shûkai assurait une bonne situation à ses soldats. Nulle raison de demander une prime à Hoheinheim, donc. Alors, pourquoi pas lui préférer un salaire comme celui-ci ?

L'heure était à l'entraînement, Seito ne l'oubliait pas. Seulement, il avait tendance à laisser ses idées prendre possession de son esprit un peu vite. Dans ce cas précis, ce n'était pas un problème du tout. Seulement, il devait parfois prendre garde, en combat, à ne pas laisser son attention se focaliser sur une pensée complètement étrangère à l'affrontement. Bref, c'était le meilleur moyen possible pour perdre sa concentration, surtout quand l'adversaire était prêt à tuer pour ne pas être attrapé.

Là, Takoyaki n'avait aucune intention meurtrière à l'égard de Seito. Bien au contraire, elle se pliait au jeu. Le jeune Shuhan observa le mouvement qu'elle effectua dans le but d'esquiver son attaque. Ce n'était pas trop mal pour une première tentative, mais ... Il se permit, tout comme elle, un commentaire.

"Fais plus attention à l'adversaire. Là clé d'un mouvement comme celui-ci réside dans l'observation, pas dans le mouvement en lui-même, qui est plutôt simple. Il faut voir sous quel angle va attaquer l'ennemi, pour pouvoir mieux l'éviter."

Après un instant de réflexion, pendant lequel il s'efforça de réfléchir à sa prochaine tentative, il se remit sur ses appuis.

"Prête ou pas ... J'arrive !"

Et il s'élança à nouveau. Cette fois, il savait avec quelle partie du corps il allait frapper. Suivant les conseils de son équipière, il enduit sa main de chakra, et visa la gorge de Takoyaki du tranchant de sa dextre. Il était sûr d'avoir effectué un bon geste. En ferait-elle autant ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Ven 24 Juin 2016 - 16:24


Le Maître redevable, ça restait toujours un peu étrange pour la bête de se faire à cette idée-là, en général c’était elle qui était la plus endettée des deux quoi qu’il arrive. Comment faisait-il pour toujours tourner les situations à son avantage ? Il fallait dire, qu’elle n’était pas prête à mettre autant d’effort que Seito, quitte à administrer toute une ville en plus de sa tâche de Shinobi. Pas envisageable pour la bête, elle préférait de loin fuir leur monde. Un hochement de tête pour approuver les dires de son camarade…

~ Oui je suppose qu’il te doit bien ça. En plus, ça arrangerait ses affaires.

Elle se gardait de trop parler, mais il était vrai qu’avec tous ses souterrains immergés, respirer sous l’eau comme elle serait un plus considérable pour le Shuhan. A condition qu’on le met au parfum un jour de leur existence. C’était une autre affaire qui ne préoccupait pas plus que cela la Gekei, le Maître était bien suffisant pour manigancer, qui sait, si elle n’avait pas déjà commis une faute en l’emmenant ici. Bien sûr, la pensée ne l’effleurait même pas, d’autant plus qu’elle était bien concentrée à mettre en pratique les conseils de Seito. Tout résider dans l’observation de sa cible alors ? C’était amusant, car exactement comme cela que cela se passait dans les océans, la logique la plus parlante pour elle. C’était son jeu favori à la surface, les observer, aussi, tout de suite le tout se mettait en application, son adversaire lui annonçait son arrivé, charmante attention et la bête se concentrait sur ses mouvements à lui. Il avait raison quand il lui disait que les siens à elle devaient être instinctifs. Au fond la pirouette était un jeu d’enfant avec sa souplesse, mais si elle ne savait pas la timer, à quoi lui servirait-elle.

~ Très bien, viens !

Elle s’était mise en garde, son attention d’abord dans un premier temps sur les jambes du jeune homme histoire de tenter d’évaluer sa vitesse, puis elle remontait plus haut sur son corps avant la vue d’ensemble, lequel de ses membres se préparait à lui venir dessus. Elle savait déjà que sa cible serait sa gorge donc … ? Son bras tout comme sa main prenait un arc. Il l’avait prise au mot, ça tombait bien, elle aussi. Elle n’attendait pas qu’il la touchait pour réagir, ni même qu’il soit au point de la frôler, une pirouette sur le côté qui suivait la frappe de Seito et elle atterrissait sur son flanc bien décidé à lui montrer que ses deux talents additionnés formaient un bon combo. Si tôt son esquive faite et un appui sur ses pieds, ces derniers s’enfonçaient sur le sable humide quand elle partait sur sa charge. Est-ce que Seito aurait le réflexe de l’esquiver et la charger aussitôt ?
La réponse arrivait bientôt et l’exercice se pimentait un peu. Après tout, elle avait un partenaire au bon niveau pour s’exercer, dommage de ne pas en profiter pleinement. L’ayant chargé de côté, la bête ne perdait pas de temps pour élancer sa tentacule, un sourire plus que ravi s’affichant sur ses lèvres. Elle n’était pas aussi prévenante que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 771
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki] Sam 25 Juin 2016 - 16:14

L'exercice se compliquait. Takoyaki avait cette fois effectué une esquive parfaite. avec toute la grâce dont était capable une créature des profondeurs, sans doute, elle s'était projetée en arrière dans un mouvement d'une infinie maîtrise. Son geste n'avait plus rien à voir avec le précédent. Cette fois, elle avait observé correctement les mouvements de Seito, et avait pu adapter son esquive en conséquence. La vitesse à laquelle elle s'était nourrie des instructions du jeune Shuhan était assez impressionnante. Seito ne pouvait que rester admiratif devant son ardeur à la tâche, et devant le plaisir manifeste qu'elle prenait à s'entraîner de la sorte.

Ce devait être une forme d'apprentissage qui lui allait bien. L'enseignement dans un environnement proche d'une situation de combat réelle ... C'était le meilleur moyen d'appréhender l'action quand elle se présentait. Même si les adversaires de la Gekei ne seraient sans doute pas aussi prévenants que Seito avait pu l'être ... Elle avait en tous cas les réflexes adéquats pour un affrontement réel. Après avoir esquivé l'assaut du Shuhan, elle se lança elle même dans une nouvelle manœuvre offensive. Elle réitérait sa charge. Tous tentacules dehors, elle s'approchait dangereusement de sa cible ...

"Alors on contre-attaque, maintenant ? Très bien !"

Seito connaissait cependant maintenant bien le mouvement nécessaire au bon fonctionnement de cette attaque. L'ayant lui-même pratiqué, et assimilé dans les grandes lignes, il pouvait voir clairement à travers l'attaque de sa coéquipière. Alors qu'elle allait enrouler son appendice visqueux autour de sa gorge, il jeta sa tête en arrière. Pris dans son élan, il effectua un salto pour atterrir finalement quelques mètres plus loin.

Une idée lui vint à l'esprit. Il allait, lui aussi, se montrer un peu inventif. Il composa une série de mudras, et plaqua ses paumes au sol. Du sable émergèrent trois murs de pierre, qui encerclèrent complètement la Gekei, ne laissant que sa face libre. Seito se lança alors dans une nouvelle charge.

"On corse un peu les choses !"

Il prépara sa main droite, l'enduit de chakra ... Comment pourrait-elle esquiver ce coup-là, prisonnière qu'elle était de sa cellule de roche improvisée ? Seito était curieux de voir comment elle parviendrait à bloquer son coup. Elle pouvait toujours s'enfuir par le haut, mais en était-elle seulement capable ? De toute façon, il n'avait pas pour objectif de toucher, ni de blesser, la jeune femme. Il saurait arrêter son geste à temps pour lui épargner des dommages trop importants, si jamais elle ne parvenait pas à se soustraire à son attaque. Et puis, il lui restait toujours, comme solution, de briser le mur derrière elle pour pouvoir effectuer une nouvelle esquive. Avec ces huit tentacules, ne pouvait-elle pas faire au moins ça ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

La fille poulpe et le garçon en feu [Gekei Takoyaki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Taki no Kuni :: Temple Ao'-