N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Un contrat scellé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2032
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Un contrat scellé Sam 4 Juin 2016 - 18:17

    J’avais quitté village et ma patrie. Mes amis et ma famille. Je n’étais plus l’Ombre respectée mais simplement le traître recherché. Malgré tout, je trouvais du réconfort dans mon exil : je n’avais plus de toit au-dessus de ma tête et mon horizon n’était plus obscurci par des murs. De retour à la nature, à la vie de nomade, comme avant, il y a bien longtemps. Trop longtemps sans doute. Mes pieds nus n’étaient plus habitués à fouler le sol sur de longues distances. A moins que ce ne soit lié à l’état du sol ? Après tout, entre du sable et de la terre, de l’herbe, ou des pierres, il y avait une différence notable.

    Seul le soleil demeurait, comme un repère inaliénable. Un gage d’espoir, une promesse de compagnie. Il s’agissait du symbole de mon clan. A la fois solitaire, là-haut dans le ciel, il fait profiter autrui de sa lumière. Il me guide sur mon chemin obscur, tel un flambeau chassant les ombres.

    Un nouveau village de traversé lors de mon périple, dans les montagnes au nord de Kawa no Kuni. Encore une fois, aucun renseignement sur Aare, ni sur Yami. Mais l’astre solaire ne tarderait pas à se coucher, et je devrais donc en faire de même. Mon voyage continuera le lendemain. Pour le moment, je m’installais dans la taverne, « à la croisée des chemins », et je commandais mon repas. Juste le diner, pas de chambre, car j’avais une tente dans mon sac.

    Dissimulé sous ma cape, tout comme ma lame et mon éventail, je sortis un bocal de sable que je posais sur la table. J’observais un instant le récipient, songeur. C’était du sable de ma patrie, de mon foyer. Il me rappelait d’où je venais, et où je me rendais. Il me rappelait le prix que j’avais payé surtout. J’en pris une poignée afin de ressentir le contact familier des grains contre ma peau. Sa chaleur me manquait, bien que je n’en ait jamais souffert.

    Voyant un homme s’installer à ma table, je rangeais le sable dans le bocal mais le laissai là. L’homme devait avoir la quarantaine et n’était sans doute pas le serveur, vu qu’il n’avait rien apporté. Venait-il de Suna ? Non, son visage ne m’était pas familier, et sa façon de se vêtir, bien que légère, ne venait pas de chez nous. Alors quoi ? Venait-il m’interroger à cause des questions que j’avais posées à divers villageois concernant Aare ou Yami ? Venait-il me demander l’aumône ? Il ne semblait pas être en reste pourtant. Peut-être m’avait-il simplement reconnu ? Et si c’était le cas, que me voudrait-il ? J’approchais lentement ma main du pommeau de ma lame, bien que je ne montre aucune hostilité. La méfiance était primordiale dans ce monde au-delà des grands murs d’un village caché.

    « Si tu t’es perdu, nous sommes deux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Héritier du Nord
Messages : 6594
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un contrat scellé Lun 6 Juin 2016 - 23:02

Cette chienne de Samui Yuki avait crevé, c’était une information qui avait été vérifiée. Mais même sans ça, ce n’était que la seule explication logique pour que Samui Kakeshuou eut repris les reines dans le Pays de la Neige. Cet homme allait un jour payer, se promettait une nouvelle fois l’Héritier. Mais force était de constater que ça ne serait pas pour tout de suite. Quelle ironie lorsqu’il y repensait : lui qui avait été emprisonné et torturé pendant des années à Kiri, il s’était placé l’idée dans la tête que jamais un groupe ne serait être plus fort que le village caché de la Brume. Et aujourd’hui, l’Empire avait pris sa place, et remplacé d’autres nations. L’envergure du Shûkai avait largement dépassé celle de l’ancien village de la Brume sanglante…

S’il avait réussi à se venger de Ryûzoji Yoru, l’objectif principal d’Hakyô avait toujours été de récupérer ses terres et ses hommes. En tant qu’héritier de la Montagne, c’était son devoir et son rêve le plus fou. Mais pour libérer Yuki no Kuni du joug impérial, il y avait autant de chemins possibles que de façons de se tromper et de tout perdre. Le jeu était dangereux, bien trop même pour laisser une once de hasard guider les pas du héros.

Lorsqu’il termina de soigner ses blessures, il passa à l’entraînement. Lorsqu’il termina le gros de son entraînement, il commença à voyager. Toujours accompagné de son ami pêcheur, Hakyô savait bien de quoi il avait besoin pour le moment : d’un second. Il savait qu’il ne pourrait jamais accomplir son objectif seul ou en tout cas, certaines étapes lui promettaient une défaite cuisante s’il agissait seul. Et si le vieillard était de très bon conseil, il n’était pas un ninja.

Quelqu’un de fort, de confiance, un allié important…

Je sais où je vais, et il me semble que toi aussi, mon ami.

L’utilisation du mot « ami » était courante dans le nord, c’était à la fois un compliment, une marque de sympathie mais également un avertissement. Et s’il s’était assis à la table de cet inconnu, ce n’était pas pour rien. Son regard…

Je vois dans tes yeux la même lueur que celle qui m’habitait… Tu veux accomplir quelque-chose de précis.

Une vengeance, comme celle que le Suzurane avait réussi à accomplir ? De son seul œil visible, Hakyô dévisagea son interlocuteur. Il semblait plus jeune, certes, mais ce n’était pas n’importe qui. Oh non… mais jusqu’à quel point le héros avait-il vu juste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.communicationlost.com
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2032
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un contrat scellé Mar 7 Juin 2016 - 9:54

    « La même lueur hein ? »

    C’était un homme avec un seul œil qui me parlait de ça ? A moins qu’il ne masque l’autre à cause d’une déformation ?

    « Je veux tuer d’une main, et sauver de l’autre. »

    Rien de bien héroïque en somme, car le héros sauverait uniquement en faisant preuve de clémence de l’autre côté. Une naïveté que j’avais abandonnée à Suna avec tout le reste. Pour le prix que j’ai dû payer, Aare ne méritait que la mort en récompense.

    Etait-ce cela que l’ami avait vécu ? Être à la fois héros et assassin ? L’héroïque criminel ?

    « Pourtant je n’ai qu’une main, comme tu peux le voir. »

    Elle devra donc tuer et sauver. A moins que je ne me trouve une nouvelle main ? Ma priorité était de retrouver Yami. Mais si Aare n’était plus, cette dernière serait alors hors de danger. Tuer pour sauver, finalement.

    « Est-ce bien de cette lueur dont tu parlais ? »

    Ou bien s’était-il totalement trompé, à la façon d’un devin arguant des propos suffisamment vagues pour englober tout et n’importe quoi. La lueur de celui qui souhaite accomplir quelque chose de précis… Oui, je souhaitais manger dans cette taverne, dormir dans ma tente ensuite, ne pas me faire tuer durant mon sommeil ni durant mon périple, retrouver et sauver Yami, retrouver et tuer Aare.

    « Moi je vois un guerrier à ta silhouette et expérimenté à ton visage et à ton calme. Peut-être un mercenaire ? En tout cas tu n’es pas d’ici. Tu ne te tiens ni te comportes comme les gens de ce village. Alors, étranger toi aussi, quelle est la chose précise que tu recherches dans ces contrées ? »

    Ma main se rapprochait encore davantage de ma lame dissimulée sous cape. Qui sait si je n’étais pas ce qu’il recherchait, avec cette même lueur dans le regard ? Un chasseur de prime peut-être ? Avais-je déjà une prime sur ma tête ? Si ça n’était pas le cas, ça ne saurait tarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Héritier du Nord
Messages : 6594
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un contrat scellé Mar 7 Juin 2016 - 17:38

A le regarder de plus près, nul doute que l’inconnu était bien plus jeune que le héros du nord. Pourtant, il ne se comportait pas comme quelqu’un qui manquait de maturité. Etait-ce simplement parce qu’il avait une grosse confiance en lui, ou parce qu’il était réellement conscient de sa place et de ce qu’il voulait accomplir en ce bas monde ? L’âge était une donnée qui avait tendance à baisser en crédit : on trouvait aujourd’hui des adolescents capables de devenir Mizukage, tandis que des trentenaires étaient encore Chûnins dans ces mêmes villages. Mais si l’art du combat n’avait plus de barrière en termes d’années, l’expérience et la sagesse restaient des valeurs rares pour les plus jeunes.

Et l’expérience du combat, nul doute qu’il en avait, vu la main qui lui manquait. Il n’avait d’ailleurs pas oublié de le mentionner, bien que le « détail » eut été plus évident qu’autre chose. Mais s’il était un combattant et sans doute un ninja, quelle réelle expérience cet homme possédait-il ?

Rassure-toi, je vois la main qui te fait défaut, aussi bien que celle qui s’hasarde près de ton fourreau.

Sans être une fine lame aussi experte qu’un des anciens Sabreurs de Kiri, l’art de l’épée n’avait plus énormément de secrets pour le guerrier. D’autant plus qu’il avait appris à déceler les mimiques de ses vis-à-vis au fil des années. Son combat contre le Sandaime lui avait beaucoup appris de ce côté-là, d’ailleurs.

Mais ce jeune homme, qu’importe les capacités qui lui étaient acquises, n’était pas un escrimeur. Cela se sentait. Etait-il de ceux qui préféraient matérialiser le pouvoir via le Ninjutsu, ou inspirer la peur via le Genjutsu ? Dans tous les cas, il semblait être à l’opposé de l’art du combat du Suzurane. Et tant que les deux hommes n’étaient pas ennemis, cela se rapprocherait davantage d’une complémentarité, toujours bonne à prendre.

Je ne peux rien faire pour ta main, mon ami. Néanmoins, sache que tuer permet parfois de sauver. Un main pourrait t'être suffisante, crois-en mon expérience…

Sur quoi il rajouta immédiatement le complément d’information au portrait qu’on avait dressé de lui.

Je cherche effectivement quelque-chose ici : des alliés. J’ai un objectif, sans doute tout aussi clair que le tien. J’aimerais t’en parler… Il laissa sa phrase en suspend, et profita de l’instant pour reposer son bras gauche sur le haut de sa chaise. … mais imagine que nos objectifs entrent en collision, il serait dommage que tu en viennes à avoir une raison de dégainer ton arme, n’est-ce pas ?

Il esquissa un sourire qui fut aussi court que timide. Sa main droite s’intéressa alors au breuvage qu’il avait ramené du comptoir. En en buvant une gorgée, son interlocuteur pouvait se rendre compte que la boisson semblait transparente. De l’eau, simplement ? Hakyô posa son verre.

Une suggestion ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.communicationlost.com
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2032
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un contrat scellé Mar 7 Juin 2016 - 19:03

    « Fort dommage en effet. »

    D’autant plus qu’il avait remarqué ma main méfiante. Mais avait-il remarqué que ça n’était pas ma lame la plus dangereuse chez moi ? Je possédais également un éventail aux étranges pouvoirs Futon dissimulé dans mon dos, mais je n’allais tout de même pas tout lui révéler. D’autant plus que j’ignorais toujours son nom, comme il ignorait le mien.

    « Si nos objectifs entrent en collision, je ne suis pas certain que tu me laisses le temps de dégainer mon arme… »

    Après tout, il avait perdu un œil. Ca ne signifiait pas que sa vue était affaiblie, mais qu’il faisait encore plus attention depuis ce jour. En perdant un membre, on prend pleinement conscience de notre qualité de mortel faillible, aussi on préférera à l’avenir une victoire éclaire plutôt que de laisser le temps à son adversaire de démontrer toutes ses facultés.

    L’homme buvait-il de l’eau, ou bien un alcool pur ? Dans mon cas, c’était de l’eau, boisson favorite de tout homme provenant du désert. Peut-être avions-nous un autre point en commun ? Mais peut-être étaient-ce les seuls également.

    « Nous savons tous deux qu’une arme n’est pas nécessaire pour faire du mal à autrui, donc déposer nos outils contre le mur ne serait pas une solution viable… Mais j’ai peut-être une idée. Ecrivons et déposons nos objectifs sur un parchemin aux deux entrées du village. Ensuite nous nous rendrons à la position de l’autre et lirons son message. Alors, s’il nous convient, nous nous retrouverons à cette table afin de partager, je l’espère, un succulent repas. Dans le cas contraire, nous pourrons continuer notre chemin chacun de son côté sans se soucier de l’autre. Qu’en dis-tu ? »

    Le vieil homme allait-il se prêter au jeu ? Peut-être le trouvera-t-il trop encombrant et se décidera simplement à parler pour gagner du temps ? Dans les deux cas, on saura les intentions de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Héritier du Nord
Messages : 6594
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un contrat scellé Mer 8 Juin 2016 - 11:07

Ha ! Ha ! En effet.

Au moins, le jeune inconnu avait de la répartie. Cela échappait à nombre de gens, mais l’éloquence était un point crucial dans la vie d’un homme. Sans le mettre à égalité avec le dur fer d’une lame ou la vivacité de l’esprit, la maîtrise des mots était une arme difficilement dispensable aujourd’hui. Et pour un potentiel allié, Hakyô ne pouvait qu’être satisfait de voir que son vis-à-vis la maîtrisait.

La suggestion que l’homme proposa ne fut pas ridicule au premier abord. Marquer de la distance entre les deux individus, afin qu’ils soient capables de fuir si cela s’avérait nécessaire et le tout en permettant à chacun de découvrir l’objectif de l’autre. Malin, mais le visage du Suzurane sembla trahir un peu de déception. Il attrapa son verre de la main gauche.

Ton idée est bonne, mais qui nous dit que l’un d’entre nous ne pourrait pas mentir sur son objectif, et possiblement revenir à cette table pour attaquer l’autre ? J’ai vu des gens si malhonnêtes que j’en viens à penser à ce genre de… bassesses. Mais tu as des qualités qui se font rares. De plus j’ai envie que tu m’accompagnes dans ma quête, et je n’ai pas peur de toi.

Son avant-bras se releva, ramenant la boisson du Suzurane à sa bouche. Il en but une, deux puis trois gorgées avant de reposer le verre vide à table. D’un signe de bras, accompagné d’un regard vers le comptoir, il fit comprendre qu’il voulait la même chose. Son œil revint s’intéresser à celui qui lui faisait face.

Je suis Suzurane Hakyô, fils et héritier de la Montagne, qui fut chef de mon clan et de tous les hommes et les femmes de Yuki no Kuni.

Sa tête bascula légèrement sur l’épaule qui reposait sur le coin haut de sa chaise.

Autrefois conquis par le village de Kirigakure no Satô, mes terres et mon peuple sont aujourd’hui sous le joug impérial, rajouta-t-il en ignorant qu’il parlait à l’ancien Kazekage et donc à un homme dont les connaissances internationales étaient nombreuses. Je cherche un allié qui sache bien se battre et qui me sois fidèle. Et lorsque je l’aurai trouvé, alors seulement j’irai reprendre ce qui me revient de droit.

Le fils de la Montagne ne parla intentionnellement de toutes les récompenses qu’il offrirait à son compagnon lorsqu’il aurait reconquis sont héritage. Terres, droits, fortune : des présents à la hauteur d’une entreprise qui, même si Hakyô n’y pouvait voir l’échec, restait aussi risquée qu’ardue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.communicationlost.com
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2032
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un contrat scellé Mer 8 Juin 2016 - 23:30

    S’il y avait une si grande faille dans mon idée, c’est qu’elle n’était pas aussi bonne qu’il le disait. Quoiqu’à quoi bon mentir sur nos objectifs ? A moins d’avoir menti dès le début. Si nous cherchions véritablement de l’aide, dissimuler la vérité serait le meilleur moyen de ne pas en obtenir, au final.

    L’inconnu buvait de la main gauche. Etait-ce l’un des rares gauchers foulant ce monde, ou bien était-ce pour garder l’autre main libre d’agir en cas de besoin ? Il indiqua ne pas avoir peur de moi. Etait-ce de l’assurance ou de l’arrogance ? Très bien. Je préférais être sous-estimé que surestimé. Peut-être aurais-je le loisir de le corriger un jour ?

    J’écoutais toutefois mon interlocuteur jusqu’au bout, sans l’interrompre malgré mes interrogations et sans en laisser une miette. Pourquoi m’avoir demandé une idée si c’était pour l’ignorer et m’exposer ses objectifs ? M’aurait-il testé ?

    « Et à présent, ton unique œil surveille si ma main s’approche davantage ou non de ma lame je suppose ? Tu mentionnes des qualités et tu t’empresses d’enrôler un inconnu dans ta quête ? Me serais-je trompé en pensant que tu ignores à qui tu parles, ou m’as-tu vraiment choisi par hasard ? Pourtant, si tu cherches un guerrier, ne devrais-tu pas choisir quelqu’un possédant encore ses deux bras ? »

    Je fis une pause durant laquelle ma main ne bougea pas, mais ne s’éloigna pas non plus, soutenant simplement le regard de l’homme qui se disait de haute naissance, afin de le jauger. Finalement, ma main se posa sur la table. C’était à l’Empire qu’il en voulait, et je n’allais pas risquer ma vie pour eux. Pas pour le moment du moins.

    « Et bien, prince de l’hiver, apprends que je suis un Yamada, et que nous ne connaissons pas les titres ni les lignées de rangs à hériter. Chez nous, c’est le partage et la famille qui priment. Ce n’est pas l’or ou le prestige qui nous intéresse. Mais pour ce qui est de la fidélité, partager un repas peut être un bon début… »

    Voyait-il où je voulais en venir ? Je repris la parole mais en faisant bien plus attention à ses faits et gestes à présent.

    « Il fût un temps où je combattis aux côtés du village de la Brume, et j’ai rencontré l’Empereur à quelques reprises déjà… »

    Allait-il m’attaquer sans même me laisser le temps de finir ? Ca ne serait pas très courtois vis-à-vis de la personne qui l’avait laissé terminer sans l’interrompre.

    « Mais tu désires une nation, alors que je ne réclame qu’une vie. Tue la deuxième Ombre du Vent, et tu obtiendras ma confiance. Aussi, je te serais redevable d’une vie. Après pourrais-je peut-être t’aider à mon tour, mais une seule vie ne vaut pas celle de milliers d’autres. »

    Mais peut-être avait-il un plan autre qu’une guerre ouverte et un génocide ? Surtout s’il ne cherchait qu’un allié, car aussi fort que j’étais, je crains ne pas pouvoir me mesurer à tout un Empire seul. Je me penchais par-dessus la table afin qu’Hakyô soit le seul à entendre la suite.

    « Prince de la montagne, mon nom tu l’as déjà. Du reste, je me prénomme Kioshi. »

    J’ai été chef de clan, mais surtout la sixième Ombre du Vent. En me capturant et en me vendant à Suna, il pourrait s’attirer les faveurs de tout un village plutôt que d’une unique personne. Alors l’héritier de la montagne, voyons voir que vaut ton honneur par rapport à tes désirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Héritier du Nord
Messages : 6594
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un contrat scellé Ven 10 Juin 2016 - 19:39

Au fur et à mesure que l'inconnu parlait, il révélait des facettes de sa personnalité intéressantes. En effet, il mentionna son nom par exemple, qui fit écho dans l'esprit du guerrier. En effet, la longue année de voyage qui l'avait conduit à sa vengeance lui avait fait récolter moult informations et l'avait même forcé à s'instruire de nombreuses notions et définitions appartenant au Grand Continent. Le clan des Yamada en était une. Un clan important du Pays du Vent, mais surtout, celui qui avait donné naissance à l'avant-dernier des Kazekage.

Et aussi incroyable que ç'eut pu paraître, c'était bel et bien ce dernier qui faisait face au Suzurane. Yamada Kioshi, ancienne Ombre de Suna, était à Kawa ni Kuni avait comme seule compagnie la haine. Et celle-ci semblait définitivement tournée vers l'un de ses prédécesseurs : le Nidaime. Mais Hakyô ne connaissait pas encore suffisamment l'Histoire du Yuukan pour connaître par cœur les noms et coutumes de tous les dirigeants de tous les pays et de tous les villages.

Les coutumes diffèrent selon les pays, c’est normal. Mais il y a deux choses qui sont universelles dans notre monde : la force et l’honneur. Si la première est implacable, la seconde est davantage subjective et pourtant tout le monde pense la connaître. Ton ancien titre, Kazekage, me réconforte dans l’idée que je me faisais de toi : tu es fort.

Le Prince du Nord s’interrompit, voyant l’arrivée du serveur. Ce dernier posa le verre près du coude du guerrier. De là, on pouvait désormais clairement voir quel breuvage s’était pris et même repris le Suzurane : de la simple eau fraîche. Quelque-chose qu’il n’était sans doute pas habitué à faire dans son pays natal.

Mais es-tu un homme d’honneur ? Permets-moi d’en douter.

Il but deux gorgées, puis reposa son verre. Ses épaules musclées se relevèrent, tandis qu’il s’approchait davantage du centre de la table et donc de celui qui s’y trouvait au bout. Sa voix ne faiblit qu’à peine, mais il ne chuchotait pas : il voulait que son interlocuteur soit plus attentif.

Comprends-moi bien, tuer un homme n’est pas un déshonneur, le faire assassiner par une main extérieure à ce qui te fait haïr cette personne l’est. Conquérir un pays par le sang alors qu’on veut le diriger est un déshonneur, mais le faire en se promettant d’éviter de se servir de la vie de ses frères et sœurs est tout l’inverse. Ce que je veux te dire par là, Yamada Kioshi, c’est que l’honneur est subjectif uniquement car il exclue toute action d’un simple fait. Il y a toujours une façon de vivre, et toujours des choix à faire.

L’Honneur avec un grand « H », quelque-chose que contrairement à l’Histoire, le Suzurane avait toujours tâché d’avoir. Et l’expliquer en détails à son vis-à-vis n’était qu’une preuve de l’intérêt qu’il lui portait. Et bien entendu, c’était l’introduction à une question très précise qu’il voulait lui poser.

L’honneur a plusieurs visages, mais il existe une constante. Il exclut toujours tout type de trahison. Mais toi, ancienne Ombre, tu as déserté ton village et tu cherches à tuer l’un de ses anciens chefs…

Son unique œil se fit plus insistant.

Explique-moi la raison de tout ceci, et je jugerai si elle est honorable.

On pourrait trouver ça ironique qu’un simple guerrier du nord eut parlé ainsi à un ancien Kage et par extension, à l’un des shinobis les plus puissants et réputés de tout le Yuukan. Mais lorsqu’on y réfléchissait, Suzurane Hakyô n’était pas n’importe qui non plus. En réalité, d’un côté comme de l’autre, les titres ne semblaient qu’avoir été rapidement écartés, au profit d’une simple discussion entre deux vrais hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.communicationlost.com
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2032
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un contrat scellé Lun 13 Juin 2016 - 14:45

    L’honneur semblait beaucoup importait pour le prince de la montagne. L’honneur était en effet une notion bien princière, bien que les samouraïs en partagent l’idéologie également, et parfois même à l’extrême. Ce serait l’un des deux préceptes régissant ce monde ? Il souhaitait donc recouvrer son pays en gardant cette idée en tête. Ne pas conquérir par le sang, et pourtant il cherche un allié doté de force. La force, en cas de conflit, sert-elle vraiment à ne pas faire couler le sang ? Certes, le prince n’usa pas de la vie de ses frères et sœurs. A la place, il cherchait un étranger.

    « Me juger ? Un pays entier l’a déjà fait. Ne devrais-tu pas simplement te fier à l’avis du plus grand nombre ? Après tout, je pourrais très bien te mentir, comme pour l’histoire des papiers… Si l’honneur exclut tout type de trahison, le fait de ne plus me trouver parmi les miens devrait suffire à me condamner, non ? »

    La désertion n’est-elle pas un type de trahison ? D’autant plus si j’avais fait annoncer à mon départ que j’avais assassiné l’Ombre m’ayant précédée, alors que nous formions un couple… Dès l’annonce de mon nom, Hakyô aurait dû avoir la réponse à sa question. Pourtant je lui souris. Mais il n’était ni narquois ni moqueur.

    « Pourtant nous avons là un désaccord. Si l’honneur implique une fidélité en toute circonstance, tout le monde l’a déjà bafoué au moins une fois. Qui n’a jamais manqué à sa parole au moins une fois ? De la petite à la grande trahison, du moindre détail à la promesse ? En arrivant en retard à la table du repas, nous décevons ou irritons nos parents. En refusant de tendre la main à quelqu’un, nous tournons le dos à l’entraide. En se trouvant dans un autre pays que le nôtre, nous manquons à notre peuple. Une Ombre ne se trouve pas dans son village, mais qu’en est-il d’un Prince loin de chez lui alors que sa nation est dirigée par d’autres ? Ca n’est pas une insulte, Suzurane Hakyô, comprends bien moi. Je ne crois pas à un honneur excluant tout type de trahison, car il y en a toujours. Dire oui à certains signifie en trahir d’autres, tout comme ce que j’ai fait. Et une trahison demeure une trahison, quelqu’en soit les circonstances. Tu pourrais très bien me proclamer avoir de l’honneur, je resterais un paria aux yeux des miens à présent. Mais si tu souhaites tant savoir, soit. »

    Je m’adossais au dossier de ma chaise, demandant le même verre au serveur avant qu’il ne s’en aille. J’étais moins droit qu’avant, moins alerte également. Visiblement, je pouvais intéresser le Suzurane, et il n’attentera donc pas à ma vie tant que je n’aurais pas fini mon explication. Aussi, j’étais las de cette explication, cette raison qui m’avait tant coûté pour aucun résultat jusqu’à présent. Chaque fois que je voyais un nouveau village, je priais pour qu’on ne m’apprenne pas sa mort.

    « On m’a volé le bien le plus précieux qu’un homme puisse avoir. On m’a dérobé mon cœur, précisant que seul mon départ pourrait garantir sa sécurité. J’avais donc le choix. Trahir mon peuple ou ma moitié. Dans les deux cas, j’aurais perdu une partie de moi. Dans les deux cas, il y a trahison. Je n’ai peut-être pas d’honneur, mais je ne cours pas après elle. J’inspire simplement à suivre ma vie en ayant le moins de regrets possible. Hélas, je ne suis pas un bon ninja, car mon moral et mes sentiments régentent mes décisions. Quant au voleur, tu connais déjà son identité. »

    Etait-ce ce qu’il souhaitait entendre ? Et pourtant, il ne pouvait savoir si c’était la vérité. Etait-il donc vraiment avancé ? Je n’étais pas certain que la chose soit présentée de la même façon à Suna, ou à Kaze. Mais je m’avançais au-dessus de la table à mon tour. Après tout, il n’y avait pas de raison qu’il soit le seul à jouer l’arbitre.

    « Ainsi donc, tu fonctionnes à l’honneur et moi au cœur. Tu as voulu me juger, Suzurane Hakyô, et il est donc naturel que je puisse en faire de même. A Yuki no Kuni, il y eut les Suruzane, le village de la Brume, et à présent l’Empire. Tu es prince, mais je crains que ta lignée ne fasse plus partie des lois de ta patrie. Alors, ce qui te revient de droit sèmera la graine d’un conflit, et probablement des victimes. Voici donc ma question : pour quelle raison serais-tu meilleur Roi que le Gouverneur actuel ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Héritier du Nord
Messages : 6594
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un contrat scellé Lun 13 Juin 2016 - 15:23

Il ne pensait pas avoir à entendre un tel discours. Yamada Kioshi était décidément un être bien particulier, de par son passé et surtout ses choix les plus récents. Abandonner son village pour avoir une chance de retrouver sa bien-aimée : quel chef aurait pu faire ça ? Forcément, Hakyô pensa à Ena. L’aurait-il abandonnée dans les mêmes conditions que celles de l’ancienne Ombre ? Probablement. Mais Kioshi avait-il fait une erreur ?

Du début à la fin il l’écouta parler, sans jamais l’interrompre. Il s’était finalement justifié en détails, et s’était de façon compréhensible attendu à ce que le Suzurane en fasse de même. Et ce fut ainsi qu’il lui posa une question aussi directe que pleine de sens.

Pourquoi le Roi Suzurane Hakyô serait-il meilleur dirigeant qu’un Samui sur les terres de Yuki no Kuni ? En raison du sang, des connaissances, de la voix du peuple, de l’attachement pour la patrie. Ne te fais pas moins intelligent que tu ne l’es, Kioshi : tu sais bien au fond de toi qui si chacun s’occupait des siens avant toute chose, le monde irait bien mieux. Et n’oublie pas : plus que la force, c’est sur l’honneur que je compte pour reprendre mon pays.

Il reprit le fil de sa réponse très rapidement.

Mais ne te trompes pas sur un point : les Suzurane ont toujours été à Yuki no Kuni. Kiri et le Shûkai les ont soumis, et uniquement pour des raisons politiques, militaires et économiques.

L’Héritier reprit une gorgée d’eau fraîche. La meilleure boisson pour l’homme, pensa-t-il comme souvent. Sans savoir pourquoi, il pensa à son ami le pêcheur. Etait-il revenu à l’auberge ou était-il toujours dehors, à vagabonder comme à l’accoutumée ? Après quelques courts instants de flottement, le Nukenin reporta son attention sur l’ancien Kazekage.

Je n’ai jamais trahi quiconque, et j’en suis fier. Mais je comprends ce que tu veux dire. Tout ce que je te demande, c’est d’appliquer mon code d’honneur à mon sujet. Si nous venons à collaborer, trahis ceux que tu veux, mais ne me trahis pas, ni mon objectif.

Il soupira. La raison était simple : il s’apprêtait à parler d’un passé qui n’était pas des plus délicats. Les souvenirs ne furent pas difficiles à retrouver pour le Suzurane.

J’ai eu une femme, Ena. Elle était malade, mais je l’aimais de tout mon être. Elle a été tuée par des Kirijins lorsqu’ils ont décidé de conquérir par le sang notre pays. J’ai vu la lueur de ses yeux la quitter, alors qu’elle râlait dans mes bras. Pourtant, je n’ai jamais cherché à tuer son meurtrier. Au contraire, je me suis occupé de celui qui donnait les ordres à l’époque. Et en cela, je suis sans différent de toi, comme je le suis de tous les autres.

Ses coudes s’appuyèrent à nouveau sur la table. En se redressant, il montrait un intérêt pour son interlocuteur qui avait mûri. Il devait bien écouter la suite.

Nous sommes tous différents, mais à la racine, nous avons les mêmes cicatrices. Et l’une d’entre elles s’appelle l’amour. En réalité, très peu de personnes sur cette terre peuvent ressentir le véritable amour. Et chaque amour a un nom, le tien porte celui de celle que tu aimes. Le mien a changé depuis que ma femme est morte… il s’appelle désormais Yuki no Kuni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.communicationlost.com
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2032
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un contrat scellé Lun 13 Juin 2016 - 18:31

    Il n’y avait aucune hostilité ni dans sa réponse ni dans ses gestes. Mon unique main s’éloigna pour la première fois de ma lame pour se poser sur mon cou qu’elle palpa doucement. Il y avait encore un pouls.

    « Ma survie signifie-t-elle que j’ai passé ton jugement, Suzurane Hakyô ? »

    Remerciant le serveur pour m’avoir apporté un verre identique à celui de mon interlocuteur, ma main se posa à présent sur la table. J’écoutais l’histoire de l’homme d’âge mûr. Une histoire touchante. Lui aussi avait perdu une femme. Sans doute cela a-t-il pesé dans la balance de mon jugement. Certainement est-ce cela qui m’a sauvé.

    « Si nous venons à collaborer, comme tu dis, je ne te trahirais pas tant que tes choix me paraîtront juste. Aussi, nous ne partageons pas le même amour, et le mien primera sur le tiens, à mes yeux. Alors, sache la vérité avant de te décider à mon sujet : je ne te trahirais point si tu en fais de même, et un homme prônant tant l’honneur ne me demandera probablement pas d’action pouvant jeter l’opprobre sur mon nom. Cependant, si ta mort peut permettre un jour la survie de mon aimée, je le ferais sans hésiter. Peut-être puis-je te proposer que l’on commence par mon objectif dans ce cas, afin d’éviter cette fâcheuse situation ? Aussi, j’espère que je n’aurais pas à jurer soumission et fidélité au Roi en devenir, car je ne suis le sujet que de mon âme. »

    Il avait parlé de collaboration et d’allié, et non d’homme de main. Mais de par son statut et son titre, je préférais vérifier que nous soyons bien sur la même longueur d’onde. Je fis une pause, profitant de l’instant pour mouiller un peu mes lèvres à l’aide de la boisson du serveur avant de reprendre de nouveau.

    « Détrompes toi, Suzurane Hakyô, je ne me fais pas moins intelligent que je ne le suis. Tu parles de la voix du peuple, mais de quelle voix parles-tu ? Celle d’aujourd’hui ou du passé ? Voilà dix ans que les Suzurane ne sont plus maître de la Montagne. Les temps ont changé, la nouvelle génération ignore sans doute jusqu’à ton nom, et il n’y a pas eu de soulèvement récent à ce que je sache. Aussi, nous sommes deux face à un Empire entier, la belle affaire. Ton peuple se battra-t-il à tes côtés, ou contre toi ? Honorable Prince de la Montagne, que feras-tu quand tu devras croiser le fer face à tes frères et sœurs ? Tu ne souhaites pas faire couler de sang, mais si tu te lances là-dedans, il y en aura forcément.
    Moi je souhaite une vie, chose accessible. Quelle garantie de succès pour ton projet ? Il y a plus à perdre qu’à y gagner… »


    Je me reculais une nouvelle fois sur ma chaise, lâchant le verre pour me gratter le front, pensif. Une nation en échange d’une vie. L’affaire était-elle vraiment équitable ? Ma main se laissa choir sur ma jambe alors que je soupirais. Je regardais alors de nouveau mon interlocuteur.

    « Tu as de la chance malgré tout, car je n’ai plus rien à perdre justement… »

    J’avais tout laissé derrière moi pour Yami. Alors si je devais monnayer ma vie pour elle, ça ne serait qu’un grain de plus sur l’autel de mes sacrifices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Héritier du Nord
Messages : 6594
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un contrat scellé Ven 17 Juin 2016 - 17:10

Il le laissa encore parler. Mais à la fin de la réponse de l’ancienne Ombre, le futur Roi s’esclaffa. Ses mains vinrent s’attribuer ses genoux, et il pointa son unique œil sur son interlocuteur. S’il avait fini de rire, il lui restait un léger sourire au visage.

Ta survie ? Même si la raison de ta désertion n’avait pas été honorable, jamais je n’aurais attenté à ta vie ! Décidément vous les shinobis des villages cachés et des « grands pays » êtes bien trop concentrés sur la force brute ! Je suis certes un homme d’honneur, mais l’Honneur c’est également de s’occuper de ce qui nous regarde. Le Nidaime, par exemple, a volé quelque-chose qui t’appartenait.

Le Guerrier du Nord prit une nouvelle gorgée de son eau fraîche, mais celle-ci dura bien plus longtemps. En effet, il avait vidé d’une traite tout ce qui restait dans son verre. Un verre qu’il posa d’ailleurs sur la table en guise de conclusion à ce dialogue.

Et c’est justement ça qui me donne envie de t’aider, mon ami. Voici comment nous allons procéder.

Ses imposants bras vinrent se croiser devant son buste. Si l’affaire semblait entendue entre les deux hommes, il était important de faire un récapitulatif. Et puis, en réalité, Hakyô avait rapidement compris de quel ordre des choses il avait besoin pour mettre le Yamada d’accord.

Je vais t’accompagner, et t’aiderai dans ta quête. Qu’importe le nombre de semaines ou de mois que cela nous prendra, je pourrai mettre à l’épreuve mon corps et mes capacités. Trouver et assassiner le Nidaime sera ta part, mais également un entraînement rigoureux et bienvenue pour moi, ainsi qu’un moyen de te montrer que tu as le seul Roi du Nord légitime avec toi.

D’un appui du pied droit, l’Héritier fit reculer son corps et par la même occasion sa chaise. Il en profita pour se relever, commençant à peine à décroiser les bras.

Une fois ta part du contrat réglée, ce sera à ton tour de me suivre… jusqu’à ce que je sois assis dans la salle principale à Gyamda. A ce moment-là, tu auras rempli ta part et tu feras ce que tu veux par la suite.

Sa main droite s’ouvrit et s’approcha du Yamada.

Avons-nous trouvé un accord, Kioshi du sud ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.communicationlost.com
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2032
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Un contrat scellé Ven 17 Juin 2016 - 17:44

    D’abord s’occuper de ma quête, ensuite de la sienne. Pourquoi pas ? Qu’avais-je à y perdre ? Au pire, il me rendait service gratuitement et il me suffirait de m’en aller ensuite. Après tout, j’avais déjà abandonné ma réputation. L’honneur ne se trouve qu’à un pas de là, si ce n’est la même chose.

    Je finis mon verre, l’écoutant résumer la situation afin de me donner un peu plus de temps à la réflexion. Mais finalement, ses derniers propos finirent par me persuader. Je me levais à mon tour, fixant sa main droite. Avait-il oublié qu’il ne me restait que l’autre ? Tant pis, je lui répondis de la gauche.

    « Nous avons un accord, Hakyô du nord. »

    Jusqu’à ce qu’il soit assis dans la salle principale à Gyamda… Voilà une tâche bien plus simple à accomplir que de le faire Roi de Yuki no Kuni. Il suffisait de trouver cette fameuse salle, s’arranger pour pouvoir y entrer, et trouver une chaise. Même pas, nul besoin de chaise. Le sol ferait l’affaire, il n’avait pas mentionné sur quoi il devait être assis. Je ne pourrais être déshonorant en faisant cela, vu qu’il s’agissait là de son souhait, n’est-ce pas ? La formulation, mon ami, la formulation.

    Je me réinstallais alors. De toute façon, nous devions d’abord nous occuper de la deuxième Ombre du Vent. Je fis signe à mon camarade d’en faire de même.

    « Avant toute chose, nous ne pouvons partir le ventre vide… Profitons du souper pour que je te dise ce que je sais. De biens maigres informations, hélas. Demain, nous prendrons la route vers Kawa no Kuni. Un tournoi y rassemble nombre de personnes non recommandables et où nous pourrons en apprendre davantage. Ensuite nous aviserons. »

    Dommage que nous avions deux verres vides pour trinquer à notre collaboration, mais le serveur ne tarda pas à venir régler ce souci. Le contrat était scellé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Un contrat scellé

Revenir en haut Aller en bas
 

Un contrat scellé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Kawa no Kuni-