N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 3 - Le feu au Paradis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spécial
avatar
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

Message(#) Sujet: 3 - Le feu au Paradis Lun 6 Juin 2016 - 2:46


LE FEU AU PARADIS

CONTEXTE

    Personne n'irait soupçonner que des rizicultures dans l'arrière-pays du Shukaï seraient prises pour cible. Sur place, les paysans prospèrent dans leurs modestes cultures et ne s'intéressent que peu ou prou à la politique. Bien que le régime ait changé, la situation n'a pas énormément changé. Il y a moins d'impôt, mais c'est le même train-train quotidien, le même réveil pour le même travail avant de retrouver le même lit. Tout le jour, le dos courbé, à planter, ramasser, cueillir et stocker. Qui se soucierait d'un lieu aussi tranquille et paisible ?
    C'est hélas ce décor presque paradisiaque qui attire les deux guerriers de l'ombre. Car pour imposer le tourment et la peur, rien de mieux que de mettre le Paradis à feu et à sang ... . Ozaï et Kurasa Tenbatsu ont déjà repéré les principales structures de cette grande plantation de riz. On peut donc compter le hangar à grain, l'entrepôt pour la production achevée, le bâtiment pour le matériel et les engrais, la tour d'observation avec son carillon d'alerte, et la plantation elle-même gigantesque étendue d'eau et de pousses vertes ... .
    S'en prendre à ces pécores est on ne peut plus aisé. La garde arrivera-t-elle à temps pour empêcher un massacre ... ?


RÈGLES
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    Ø Ordre initial : Nukes-Nin, puisq Shukaîjins.
    Ø Vous avez 36h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, vous aurez une seule et unique fois 12h supplémentaires (le Maître du Jeu ne viendra pas poster cela dit). Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu du groupe.
    Ø Chaque personnage a droit à un seul délai de 24h s'il le demande dans le Bureau de SNH.
    Ø Pas d’intervention du narrateur, faites parler votre imagination.
    Ø Il est impératif de connaître les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] avant de commencer !
    Ø Si combat il y a, résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide.
    Ø N'hésitez pas à utiliser les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour vous aider en cas de combat.

PARTICIPANTS
    Ozaï
    Tebatsu Kurasa

    Sairyo Hiko
    Taisa Fuka


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 303
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Mar 7 Juin 2016 - 20:30

Un pas. Le sol éleva un léger nuage de poussière. Au-dessus des sandales de bois, deux pieds magnifiques quoique craquelés vers l’arrière. Le signe des hommes qui marchent sur des kilomètres sans relâche. Ces pieds laissaient apparaître des nerfs qui irriguaient l’ensemble de ces membres. En continuant à remonter, une espèce de robe ou plutôt un ensemble sombre apparaît au-dessus de l’ourlet, cousu de fil fin de couleur blanche, annonçant le bout de l'habit. Cet ensemble est taillé pour le combat. Il s’agit d’une sorte kimono couleur sombre. Deux armes pendent à ma ceinture. Deux sabres à la façon des samouraïs. Des sacoches quelque peu garnies d’utilitaires sont également accrochées à ma ceinture. Mes manches sont longues et mes mains sont couvertes de gantelets dont le versant apparaissant au-dessus de la paume est surmonté d’une fine plaque de fer. De quoi contrer les assauts au corps à corps. Un kusa de paille est posé sur ma tête cachant jusqu’à mon regard. Seule ma bouche est réellement visible, du moins quand je le désire. Je dispose d’une longue chevelure. Fine et quelque peu grasse. A vrai dire, au vu de ma mise, je pourrais aisément être pris pour un samouraï. Je pourrais également être directement identifié comme un samouraï.

C'est trop grand !!!:
 

_ Nous y sommes...

Devant nous s’étale une énorme plantation de riz. Probablement un des endroits phares permettant d’alimenter une bonne partie des populations de la zone. Frapper en ce lieu causerait certainement des dommages importants à l’Empire. Oh, pas seulement parce qu’une vile plantation aura été saccagée. Plutôt à cause d’autres aspects pas souvent très bien pris en compte. Décidément cette Red avait pris le temps de bien mûrir son plan.

Quelle heure faisait-il ? Bien plus tard que l’heure du crime. Aux environs de 3h du matin. Au plus profond de la nuit. Pourtant je décelais les formes des bâtiments les plus importants. Deux grands bâtiments qui à en juger par tout ce qui pouvait se trouver en ce lieu ne pouvait être que des endroits où étaient stockés des éléments nécessaires à la production ou alors des produits de l’activité de cette plantation tout simplement. Des tonnes et des tonnes de riz ? Allez savoir ! Au loin se trouvait la plantation en elle-même et ci et là des constructions de petite ou moyenne taille. Des maisons ? Ca y ressemblait fort. Un élément reçut toute mon attention cependant. Cette tour… Une tour d’observation ! L’Empire avait donc déployé des hommes dans le périmètre. Un élément à prendre en compte dans notre démarche.

Nous connaissions tous deux nos cibles principales et c’est donc sans trop échanger que nos pas nous menèrent vers ce qui le premier bâtiment. Dans la pénombre de la nuit, je tâtais les quatre coins du premier bâtiment imposant, comme si j’essayais d’en deviner la structure interne ou comme si je souhaitais trouver une issue. Rien de bien intéressant jusque-là. Aucune alerte. Nos pas nous menèrent jusqu’à mi-chemin de l’imposant bâtiment suivant. Une tour se trouvait là à quelques pas de nous. A priori il ne s’agissait guère de la tour de garde car le haut de la bâtisse était ferme sans aucune issue visible. Se pourrait-il qu’il s’agisse d’un château d’eau ? Si oui que ferait un tel style de bâtiment ici ? Posant une main assurée sur l’un des piliers, je regardais vers le haut de la structure de l’édifice. Aucune ouverture par le bas non plus. Curieuse chose que voilà.

Aucun intérêt réel cependant, nous devions continuer notre reconnaissance et visiter l’énorme bâtiment suivant. Les habitations se trouvaient un peu plus loin à priori. Ce devait être l’ensemble des petits édifices construits sur le côté. Pour sûr les habitants de ce lieu étaient endormis. Leur réveil serait brutal.

Flashback :
Je m'étais finalement résolu à faire fonctionner la bague que l'on m'avait remise. Désormais mon sang avait permis à cette bague jusque là sans grand intérêt à fonctionner concrètement. Même si nous étions séparés, nous pourrions, j'en étais certain, échanger sans difficultés.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Jeu 9 Juin 2016 - 13:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a 12H pour poster ou il sera exclu du groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de Rang A
Messages : 388
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Jeu 9 Juin 2016 - 16:56

Un souffle froid, silencieux et laissant une sensation funeste sur son passage. Deux silhouettes finissaient de bondir à travers un des grands pays composant l’Empire dirigé par Samui Kakeshuou. À leur atterrissage s’élevait un nuage de poussière. Le binôme était arrivé à la destination qui leur avait été indiquée à travers les informations fournies par l’instigatrice principale de ce terrible plan. Si l’un d’eux avait troqué sa tenue de noble ninja pour ressembler à un samouraï, l’autre ne s’était contenté que de remettre sur sa tête, l’espace d’une nuit, son fidèle sugegasa. Aucun des deux ne disait mot, il savait pourquoi ils étaient là et ce qui devait être fait. Leur ordre de mission était on ne peut plus clair, Tenbatsu Kurasa et Ozaï devaient mettre ces rizicultures à feu et à sang par tous les moyens ! Son camarade brisa ensuite ce silence relaxant comme pour indiquer que les choses sérieuses allaient bientôt commencer. L’homme aux yeux rouge observa alors une dernière fois l’étendue de la future scène de crime, avant de reprendre sa lente marche...

« Oui. »

Les cibles avaient clairement été définies par Saibogu Red. Ses airs à la limite de l’hypocrisie et sa posture de chef au sein de cette fraiche organisation de Nukenin avaient beau agacer le Tenbatsu, il pouvait tout de même lui reconnaître qu’elle avait bien travaillée son sujet. Jusqu’à présent, tout se déroulait comme l’avait dit cette mystérieuse femme aux cheveux écarlates. C’est pourquoi, Kurasa et Ozaï parcouraient les lieux et tentaient d’identifier les différentes structures qu’il leur faudra bientôt descendre. S’il préférait la méthode brutale et fonceuse, le Kyomu avait décidé, par le simple désir de sa créatrice, d’user de méthodes plus rusées. Le Shukai devait être blessé mortellement, certes. Cependant, à la place de faire décompter aux autorités de l’Empire le bilan humain, il allait plutôt voir leur économie souffrir. Cette puissance allait s’écrouler sur elle-même grâce à un plan de bataille était à des années-lumières de ce que le Tenbatsu avait déjà tenté de faire, lorsque ce dernier était accompagné de Daisanji et Aedran…

Le binôme devait s’activer. Ils avaient beau se trouver au milieu de la nuit, les récents événements qui avaient secoués le monde shinobi, la quasi-destruction du Shozaichi et l’attaque d’un groupuscule inattendu au cœur de Suna, avait poussé Kakeshuou et ses troupes à renforcer leur système de sécurité. Quoi qu’il en soit, le duo qui faisait autrefois les beaux jours du Youhei no Sekai devait agir intelligemment et selon un plan bien ficelé, sans quoi ils se dirigeaient tous deux vers un échec. Si une idée était toute tracée, il restait encore à la réaliser en prenant le soin d’éviter le maximum de contraintes qui pouvaient s’inviter au cours de la nuit. Il ne fallait pas oublier les maîtres-mots de l’organisation, la discrétion et l’efficacité. Cela passait sans aucun doute par une bonne communication. C’est là que les bagues confectionnées par la Saibogu et deux autres acolytes du Kyomu entrent en scène…

Ainsi, après avoir fait le tour du premier bâtiment, Kurasa repartit en direction de l’entrée de ce dernier afin d’y voir un peu plus clair. Ses yeux parcouraient l’immense structure. Nul doute que c’était un bâtiment important et une de ses cibles. Le hangar où les grains étaient conservés, ou peut-être l’entrepôt où se trouve la production récemment achevée. Si seulement il pouvait trouver un moyen de pénétrer à l’intérieur. Avec un peu de réussite, le sombre ciel de la nuit revêtira un voile rouge d’ici peu, tandis que les flammes grignoteront le paysage. À moins que des anges gardiens viennent empêcher un tel désastre de se produire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1141
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Jeu 9 Juin 2016 - 21:17

La nuit était tombée et le sommeil s’était abattu sur tous les villageois… Tous ? Non… Car quelques irréductibles résistaient encore et toujours à la tentation.

« On fait un dernier tour, et on va se coucher hein ! »

Une petite voix enfantine venait de troubler le silence paisible que la nuit avait apporté avec elle. Car oui, certains ne dormaient pas et étaient en charge de la sécurité de quelques villageois démunis. Une mission peu payée, et d’un rang très faible. Mais vu les pertes que le Shûkai avait subies, même les plus hauts gradés devaient s’acquitter de ce genre de tâches désormais.

Ce fut donc la raison pour laquelle Hiko et Fuka se retrouvèrent dans l’arrière pays du Shûkai, faisant le tour des environs, assurant par la même occasion la protection des quelques villageois ayant déjà fermé l’œil.

Le cadran de la montre en plastique de l’enfant indiquait qu’il était presque trois heures du matin lorsque ce dernier s’arrêta net alors que Fuka était juste derrière lui. Quelque chose venait de le frapper. Non, ce n’était pas Fuka même si ça aurait pu. C’était autre chose… Deux chakras de forte puissance venaient de rentrer dans son périmètre. Il s’était arrêté pour tenter de reconnaître l’empreinte chakratique, mais il ne le put. Méfiance donc.


« Deux forts chakras, à 500 mètres au Nord. Suis moi ! »

La cadence s’accéléra. Hiko menait la danse et emmenait Fuka dans son sillage. Le pas était léger, et les deux avançaient vite. Cependant, Hiko s’arrêta un peu avant leur position et il décida de passer par les toits de façon subtile. Il put alors voir deux individus se déplacer sans bruit. L’un d’eux appuya sa main contre la paroi de la tour à proximité. Que lui voulait-il donc ? Hiko préféra rester silencieux, mais Fuka avait sûrement compris… Le comportement des deux hommes était des plus suspects.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les deux portaient des chapeaux de paille, l’un avait des habits de shinobis tandis que l’autre portait un kimono laissant penser à voir un samouraï. Etonnant, ce genre d’individu n’était pas censé se trouver dans l’arrière pays du Shûkai. D’un regard entendu, les deux shukaijins attendirent que les individus soient hors de porté puis ils descendirent et allèrent au niveau de l’endroit où se trouvaient quelques instants auparavant les deux futurs ennemis du Shûkai. Si quelque chose s’y trouvait, comme une inscription ou un parchemin explosif par exemple, Hiko l’arracherait sans hésiter. Il avait senti que quelque chose de bizarre se tramait, aller jeter un coup d’œil n’était donc pas illogique.

Une fois cela fait, le duo de shûkaijins composé du senseï et de son élève se rua à la poursuite des deux individus qui ne les avaient pas encore repérés. Hiko menait la danse, repérant le chakra des inconnus parmi les ruelles sombres du village. Ils les rattrapèrent vite, et une fois cela fait, Hiko les interpella avec une voix claire mais enfantine.


« Hey vous ! Vous êtes qui ? Et surtout… Vous faites quoi à inspecter les bâtiments comme ça ?! »

Un petit sourire, une interpellation qui était des plus directes. Hiko n’y était pas allé par quatre chemins, et comme cela il saurait pourquoi les individus se trouvaient dans cet endroit si improbable. Et alors qu’il attendait toujours la réponse, un gros coup de tonnerre retentit ce qui eut pour effet de lui donner un frisson qui lui parcourut tout le corps. Un orage s’annonçait, introduisant une rencontre qui s’annonçait explosive… Hiko était prêt à bouger s’il était nécessaire. Sur ses gardes, à bonne distance de ses potentiels ennemis, Hiko se cachait légèrement Fuka. Son aspect enfantin ferait sûrement baisser la garde des deux individus, qui révéleront peut être leurs réelles intentions.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin d'Iwa
Messages : 546
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Jeu 9 Juin 2016 - 23:12

Le duo formé par Hiko et Fuka avait été désigné pour se charger de la surveillance d’un village fermier du pays où étaient stockés bon nombre de provisions impériales. Rien de plus normal pour le Pays du Riz de servir de garde-manger pour l’Empire. Etant donné les récents évènements, les gardes et les mesures de sécurité s’étaient renforcées. Ce qui avait poussé les initiatives d’envoyer des patrouilles dans les différentes contrées pour s’assurer de la pérennité des ressources et effectifs du Kamui.

Pour l’occasion donc, le Taisa se retrouvait affublé de son senseï enfantin pour la tâche. Les quelques personnes qu’ils croisaient devaient le prendre pour un haut gradé alors que le Sairyo passait pour l’aspirant ninja de base. Mais il en était tout autre. Une stratégie pour duper qui pouvait porter ses fruits dans une situation donnée. Il n’y en avait jamais eu une seule depuis que le bretteur fréquentait le gamin. Jusqu’à ce fameux soir.

Alors que leur tour de ronde allait s’achever, un élément sembla alerter l’Onshi. Fuka était resté en retrait à attendre les indications de son supérieur. Il connaissait un peu son mode de fonctionnement, aussi ne s’entacha-t-il pas de paroles inutiles, préférant attendre les directives. Apparemment, il y avait deux invités dans la partie. De quoi mettre un peu de piment à cette sortie nocturne ? Cela ne ferait pas de mal en soit vu la morosité de cette mission.

Suivant les traces de son collègue, ils contournèrent un bâtiment pour se rendre quelque part près d’une tour. Inspectant la muraille, le Taisa prit légèrement les devants pour couvrir son senseï et ainsi prendre connaissance du terrain. Ayant terminé son inspection, ils progressèrent sur les indications du Sairyo jusqu’à tomber sur les deux énergumènes à l’origine de ce petit manège. Ils avaient dû passer par la tour juste avant, d’où le passage d’Hiko là-bas pour s’assurer d’aucune mauvaise surprise. Les deux hommes étaient affublés de manières totalement différentes. De larges chapeaux couvraient leurs têtes, empêchant d’être ainsi identifiés. Des voyageurs éreintés ou des mercenaires en quête de grabuge ? Là commençait la mission du Taisa et du Sairyo.

Ce dernier ne manqua pas de se manifester de sa voix fluette pour demander au duo opposé de se présenter et se signaler surtout. Restant en retrait, Fuka comprit alors le stratagème. Cette relation élève-senseï si particulière allait pouvoir porter ses fruits aujourd’hui-même. Hiko restait en retrait pour tromper ces hommes sur son réel grade. Si l’un d’eux était senseur, la supercherie serait vite découverte. Mais cela donnerait un précieux renseignement aux Shukajins qui pourraient prendre en compte cet élément par la suite. Toujours est-il que le Sabreur prit la peine de jouer le jeu initié par Hiko :

- Bonsoir messieurs. Comme mon second essayait de vous le signaler, votre présence ici n’a rien d’habituel et étant donné qu’il s’agit d’une terre impériale nous aurions besoin que vous nous décliniez vos identités et motifs de votre visite.

Samehada était prête à l’emploi, une main sur la garde par prévention, Fuka prévoyait le coup et il ne lâchait pas du regard ses opposants aux intentions mystérieuses. Se pointer ici en pleine nuit dans un coin reculé n’envisageait rien de bon pour eux ou pour l’Empire. Tous les sens en alerte, le bretteur se préparait à toute éventualité.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 303
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Sam 11 Juin 2016 - 12:54

Nous avions quitté la tour que j’inspectais quelques secondes plus tôt et nous étions tournés vers le second grand bâtiment en ce lieu. D’après nos objectifs, il s’agissait soit de l’entrepôt soit du hangar. Dans tous les cas, le piéger comme nous avions fait pour le précédent bâtiment allait forcément nous permettre d’atteindre une grande partie de nos objectifs. Car qui détruit les lieux où sont stockés le grain pour les productions futures ainsi que les récoltes, bousille littéralement l’activité de cette plantation où nous nous trouvions. C’est donc avec une certaine avidité, que je me dirigeais vers la cible suivante. Seulement, malgré toutes les précautions prises, malgré le fait que nous n’avions ressenti la présence d’aucun garde dans les environs, nous venions de nous faire aborder par deux quidams. Je me retournais. Le kusa de paille que je portais sur la tête en cette nuit sombre cachait mon visage si bien que je pouvais voir ceux de mes adversaires sans crainte. Deux hommes. Ou plutôt un homme et un enfant. En apparence du moins. Le gamin portait une cape sombre sur la tête et sa voix était si fluette que je doute que je l’aurais pris au sérieux sans la présence de son compère. Ce dernier quant à lui présentait du combattant fini. Une lourde arme sur lui, un corps assez bien sculpté, je n’avais guère de doutes sur de possibles aptitudes poussées en taïjutsu et visiblement en maniement d’armes. Dans la mesure où mes dons sensoriels, aussi infimes qu’ils soient ne me permettaient guère de jauger leur niveau, j’en déduisais qu’il était déjà meilleurs que moi en la matière. De potentiels senseurs donc. Logique dans la mesure où ils ont su nous retrouver aisément.

Je leur faisais face désormais. Regard hautain, comme de coutume –mais ça, ils ne pouvaient pas le savoir- je me tus un instant avant de daigner répondre. Il me semblait que Kurasa, de son côté n’avait guère envie de s’appesantir en paroles. Peut-être avais-je tort. Quoi qu’il en soit, je fus le premier à répondre. Mes paroles étaient instinctives. Et je dois vous dire, jusqu’à ce jour je ne sais guère pourquoi j’ai répondu ainsi :

_ Nous avons été recruté par l’Empereur pour vérifier l’état de veille des troupes impériales. Il faut des gens pour défendre le territoire : vous ; et des gens pour contrôler sur le terrain que tout se passe pour le mieux : nous. A priori tout va pour le mieux ici vu que vous avez pu remarquer notre présence. Vos noms et prénoms s’il vous plait ? L’Empereur sera heureux d’apprendre vos agissements.

Quelle était cette connerie sans nom que je venais de débiter ? Allez savoir. Je n’avais aucune autre idée lumineuse en tête de toutes façons. La seule chose qui m’était venu en tête, c’était cette idée des plus saugrenues. Il va sans dire que les chances étaient faibles pour qu’ils me croient. Enfin qui sait ? Peut-être que le gamin était aussi innocent qu’il n’y parait et que l’autre mec se trouvait être un gros bêta ? Avec un peu de chance oui… Allez Kurasa, on croise les doigts ! Ça passe ou ça casse !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de Rang A
Messages : 388
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Dim 12 Juin 2016 - 21:03

Ils n’avaient pas encore eu le temps de faire retentir le bruit d’une explosion, ni même d’allumer la première mèche d’un brasier meurtrier, au beau milieu de cette douce nuit silencieuse, que les deux criminels s’étaient déjà fait repérer. Visiblement, les rumeurs ayant fait état d’un renforcement des défenses du Shukai était avérées. Cela avait de quoi compromettre les plans du troisième duo du Kyomu, si jamais l’obstacle se présentait comme étant difficile à surmonter. Plus que de mettre en péril les plans du nouveau groupuscule né parmi les Nukenins, c’était surtout leur image qui allait en pâtir. L’un prétendait devoir être considéré comme étant un chef potentiel dans le cadre d’un groupuscule qui lui permettrait d’atteindre ses objectifs, l’autre mettait peut-être son honneur et sa qualité de mercenaire en jeu. Avec ces enjeux dans la tête, il n’y avait aucun doute que les deux shinobis excluaient toute possibilité d’échec !

Ainsi, une première voix retentit dans le dos des deux Nukenins. Celle d’un enfant certainement, néanmoins cela n’empêcha pas les mots prononcés d’avoir un arrière-goût de mise en garde. Aussitôt, Kurasa cessa d’inspecter le grand immeuble et tourna légèrement son visage, de sorte à pouvoir poser, d'un regard noir, ses yeux couleur sang sur l’individu qui venait de faire son apparition. En effet, il y avait bien un gamin, les cheveux argentés et enveloppés dans une combinaison de vêtements propice à la discrétion. Mais ce n’était pas tout. Il était accompagné d’un autre bonhomme, qui devait avoir quelques années de plus que lui, mais restait malgré tout un gosse aux yeux du Tenbatsu. Lui aussi prit la parole et se permit de mettre en cause la présence des deux individus chapeautés. Personne ne pouvait lui donner tort d’ailleurs. Voilà qu’il leur demandait même de décliner leurs identités ! Le début des hostilités certainement…

Kurasa se retournait alors pour faire face aux deux shinobis de l’Empire, tandis que son camarade Ozaï le rejoignait pour faire de même. L’ancien ninja de Kiri se préparait d’ores et déjà à toute éventualité, jetant un coup d’œil vers son premier allié, mais c’est celui-ci qui eut la réaction la plus étonnante. Un mensonge. Pourquoi pas. Par ce biais, ils contournaient tous deux la question, faisaient perdre un peu de temps et peut-être de patience à leurs interlocuteurs. Cependant, il y avait peu de chances que ces derniers tombent dans le panneau. Le combat semblait inévitable !
Il ne restait plus qu’au duo de bien observer leurs potentiels adversaires, déterminer leurs puissances et prendre par la suite la meilleure décision. Se battre en voulant tuer ou en tentant la fuite ? Pour celui qui ambitionnait de détruire les villages, il était clair que leurs vies étaient bien plus importantes que la réalisation de cet attentat…

En attendant, loin d’être le plus doué pour faire le comédien, Kurasa demeura silencieux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1141
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Lun 13 Juin 2016 - 9:12

Les deux duos se retrouvaient maintenant face à face, personne n’osant prendre l’initiative tant qu’il n’était pas sûr des intentions de l’autre équipe. Hiko s’était mis en retrait derrière Fuka, il feintait ainsi le fait d’être le plus faible du groupe et pouvait ainsi surprendre ses adversaires avec une plus grande facilité. Aujourd’hui, son physique gringalet ainsi que son âge seraient un atout indéniable.

Fuka avait très bien joué son rôle, et s’était présenté comme le plus gradé auprès des deux personnes à l’air suspect. Il leur avait demandé de décliner leurs identités, ainsi que les raisons qui les poussaient à se trouver dans cet endroit. Parfaitement joué ça ! Pour une fois qu’il ne se laissait pas déborder par les envies meurtrières de Samehada, Hiko ne pouvait en être que ravi. Et il ne manquerait pas de le lui signifier une fois cette petite altercation reléguée au rang de souvenir. Mais avant cela, une situation chaude les attendait, et l’homme aux habits de samouraï prit une première fois la parole, tandis que l’homme se trouvant à ses côtés resta muet comme une carpe.

Alors comme ça ils avaient été recrutés afin de vérifier que tout se passait pour le mieux au sein du Shozaichi… Intéressant, mais quelque peu troublant. Car oui, ce type de mission était principalement du ressort de l’Unité Spéciale Sasayaki. Unité dirigée par le plus jeune des shinobis que recensait le Shûkai… Et qui se trouvait actuellement juste devant les deux imposteurs. Cette supercherie aurait très bien pu fonctionner, mais là, il fallait avouer qu’ils étaient vraiment mal tombés. Cependant, il ne fallait pas leur rentrer dedans sans explication, et ce fut donc pourquoi Hiko mit à contribution ses talents d’innocent aux mains pleines.

Lorsqu’il entendit les paroles de l’inconnu, qui ne s’était toujours pas présenté d’ailleurs, il avait saisi un petit objet de sa sacoche de shinobi, le tout sans se faire remarquer car toujours dissimulé derrière son prétendu supérieur. Se dégageant de derrière Fuka, il afficha une mine rassurée et s’autorisa même un sourire à l’encontre des deux hommes. Il regarda alors celui qui venait de prendre la parole et lui répondit avec des yeux rieurs.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ah d’accord ! Je pensais que vous étiez des… »

Jouant sur la baisse d’attention que les deux ennemis auraient pu avoir en voyant un enfant aux airs si innocent leur parler, ils seraient sûrement surpris de voir arriver sur eux une bombe fumigène qui créa un écran de fumée entre le groupe des Shûkaijins et celui des Nukenins.

« IMPOSTEURS ! »

Alors même que la fumée se propageait, cachant la vue des différents intervenants, Hiko composa rapidement des mudras. Fuka devait sûrement avoir compris que les deux bougres n’étaient pas ceux qu’ils prétendaient être, et il fallait donc agir. Composant avec finesse et expertise, l’enfant créa alors rapidement 5 répliques de lui-même.

Une fois cela fait, il ne s’arrêta pas et alors que la fumée commençait à se dissiper, il fit une nouvelle technique. Son corps commença alors à disparaître et il se rendit invisible aux yeux de tous. Dans le même temps, ses clones avaient effectué une technique des plus rudimentaires permettant de changer leur apparence aux yeux des autres. Ainsi, quatre clones prirent l’apparence de Fuka, alors que le dernier garda l’apparence de l’enfant aux cheveux blancs.

Le Taisa devait sûrement avoir compris, il fallait qu’ils croient que l’enfant n’était qu’un shinobi sans valeur, pas plus fort qu’un enfant lambda. C’était pour cela que ses clones avaient pris l’apparence de Fuka. Alors que les cinq clones et Fuka étaient maintenant visibles aux yeux des Nukenins, ces derniers ne savaient pas où se trouvait le véritable sabreur, et ils ignoraient encore plus qu’Hiko s’était dissimulé à leur vision.

Les quatre clones ressemblant à Fuka se dispersèrent alors, venant former un arc de cercle en face de leurs adversaires. Pour tromper définitivement la surveillance des ennemis, le clone ressemblant à Hiko suivit l’un des clones ressemblant à Fuka. Ainsi, il n’y avait qu’un groupe de deux, et les deux étaient des clones.

Pour finir, l’un des clones ressemblant à Fuka composa rapidement quelques mudras et fit apparaître cinq boules composées d’électricité qui commencèrent alors à virevolter tout autour des différents protagonistes du combat. Tantôt très haut dans le ciel, tantôt à ras de terre, les boules électriques adoptaient des mouvements aléatoires et ne semblaient pas viser qui que ce soit. Elles étaient inoffensives, mais il ne fallait pas les prendre à la légère…

Le combat était maintenant engagé, et il ne s’arrêterait que lorsque les deux criminels seraient en prison. La fuite n’était pas une option.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin d'Iwa
Messages : 546
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Mer 15 Juin 2016 - 0:03

Des éminents agents de l’Empire envoyés pour s’assurer du bon déroulement de la procédure de sécurité engagée sur les provinces du Kamui. Un sourcil légèrement haussé, Fuka avait beaucoup de mal à gober ces salades. Il y avait un gros problème de logique là-dessous. Pour que l’Empereur prenne la peine d’envoyer des agents en mission secrète sans informer ses autres troupes, il aurait au moins précisé l’identité des hommes qu’ils seraient susceptibles de rencontrer là-bas. Or ici, l’homme ressemblant à un samouraï demandait aux Shukajins de décliner leur identité. Un jeu du « Non toi d’abord ».

Ensuite, il n’était absolument pas logique et stratégique de la part de l’Empereur d’envoyer deux équipes au même endroit en ces temps troublés. Hiko était un Onshi ayant fait ses preuves et Fuka avait été directement envoyé comme candidat potentiel pour intégrer l’unité spéciale du Sengoku. Deux recrues en qui l’administration impériale avait déjà fondé des espoirs. Pas le genre de personnes que l’on fait suivre par deux autres bonhommes pour surveiller qu’ils faisaient bien leur travail. Aussi la poigne du bretteur se renforça sur la garde écailleuse de Samehada susurrant déjà dans son esprit :

- Allez butons les qu’on en parle plus !

Cette affaire n’augurait rien de bon mais il ne fallait pas s’emporter. Le jeu engagé par le Sairyo et le Sabreur pouvait les aider mais ils pouvaient être découverts aussi rapidement que ces deux gus leur faisant face. Aussi Fuka préféra attendre une quelconque réaction de la part de son « senseï » relégué au rang de Heishi pour duper les opposants. Mais il ne tarda pas à beugler le signal qu’attendait Fuka. Si le responsable de cette mission avait déterminer qu’il s’agissait là d’imposteurs, il ne restait plus qu’à agir en tant que tel pour le Taisa. Peau-de-Requin était déjà fièrement brandie et sa douce voix mielleuse emplissait l’esprit du garçon peu à peu :

- Pour une fois que ce gamin dit quelque chose de sensé. A table !

Des répliques du bretteur étaient apparus à ses côtés peu après que le Sairyo ait balancé un fumigène. Un excellent stratagème encore une fois. L’original avait même disparu tandis qu’un faux Fuka envoyait des boules Raïton sillonnant la zone pour tournoyer un peu partout autour de cette sinistre compagnie. Les différents Fuka observaient le duo qui faisait face à un arc de cercle.

- Il se trouve qu’une telle mission existe en effet mais le sort a fait que c’est à nous qu’elle a été confiée. Permettez-moi donc d’insister de nouveau mais : qui êtes-vous ? L’Empereur sera heureux d’apprendre votre trépas…

Ses mots furent rapidement suivis d’un double crachat Suiton consistant en une mare d’eau collante qui précéda un projectile. Ainsi la marre vint s’étendre au pied du duo alors qu’un premier projectile fonçait sur leur position. D’abord rectiligne, il serait ensuite dévié selon la situation par une manipulation mentale du sabreur toujours à l’affût de la suite.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 303
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Jeu 16 Juin 2016 - 21:58

A priori le stratagème que j’avais décidé d’utiliser n’avait guère fonctionné. Je le constatais rapidement à mes dépens lorsque le gamin, d’abord caché derrière l’homme à la carrure de combattant, prit un air innocent avant de nous lancer une boule que j’imaginais être une bombe fumigène. Il faut dire cependant que je n’en étais guère certain compte tenu des circonstances du combat. Nous combattions en pleine nuit, à des heures où l’on dit que la "nuit est noire". C’est probablement pour cela que j’avais sauté en arrière tout en gardant le visuel sur le duo avant qu’il ne disparaisse de ma vue à cause du nuage de fumée généré par la bombe fumigène. D’habitude ce genre d’outil était utilisé pour se ménager une porte de sortie ou de fuite. Il arrive cependant qu’il soit utilisé pour préparer une action que l’on veut dissimuler.

Dès que j’ai remarqué que la fumée s’épaississait, je détalais après avoir lancé à tout hasard, vers l’arrière, droit sur la position du duo, ou plutôt du gamin, à hauteur de sa tête, un kunai. Kurasa me suivait. A priori il avait eu la même réflexion que moi. Rester à cet endroit serait tout simplement combattre en situation défavorable car nous ne pouvions imaginer ce qu’ils nous préparaient comme sale coup. Et à voir les agissements du gamin, il va sans dire qu’il est espiègle. Probablement un petit gars intelligent avec plus d’un tour dans sa poche, à défaut peut-être de disposer de la puissance brute de son acolyte. C'est probablement ce qui justifiais cette idée de la bombe fumigène. Jetant de temps à autres un regard vers l’arrière, nous voyions se matérialiser des sources de chakra (les boules électriques) dans la fumée qui progressivement se dissipait.

Je venais de bifurquer derrière un bâtiment, histoire de sortir du champ de vision du duo. Je sortais un nouveau parchemin explosif de ma sacoche et l’apposais sur le mur. Sans attendre, je prenais un autre dans la main, tandis que je filais vers un autre bâtiment en prenant soin d’éviter l’axe sur lequel devait se trouver le duo. La fumée devait être dissipée maintenant. Pour ma part, je courrais toujours. Je me trouvais désormais derrière un second bâtiment. Je plaçais également un parchemin explosif sur le mur, à l'abri des regards indiscrets. Dans la pénombre environnante qui pouvait le remarquer ? C'est après coup que je me permettais une pause afin de réfléchir rapidement à la situation. Les deux derniers parchemins explosifs que j’avais placés ne seraient pas d’une réelle utilité si d’aventure je venais à les faire exploser. Je veux dire par là, ce n’est pas cette action qui ferait que les deux bâtiments minés soient totalement détruits. Il en fallait plus, un peu comme sur le tout premier bâtiment que j’avais visité. Seulement, avant de penser à cette éventualité, il serait préférable de parvenir à éviter ces deux-là. S’ils étaient senseurs, comme nous pouvions le craindre, il va s’en dire que nous avions du pain sur la planche.

Faisant un signe à Kurasa, je lui suggérais de rester de prendre sa voie, tandis que je monterais en hauteur. Se séparer n'était peut être pas la meilleure solution. Quoi qu'il en soit, je constaterais rapidement de par moi-même quelle décision il prendrait. Il pourrait éventuellement continuer à miner les lieux, rester près de moi histoire que l'on combatte ensemble ou tout simplement fuir. A lui de voir. Quoi qu’il en soit, je décidais de rester et de tenter de remplir ma mission. Après tout, on m'avait grassement payé pour prendre un minimum de risques.

Ma courte pause terminée, à peine une vingtaine de secondes, je me devais d’avoir le cœur net sur la situation. Et alors que je me montrais, au duo devenu visiblement multiple. Je remarquais in extrémis une boule d'eau qui fusait droit sur moi. Peut-être était-ce parce que je n’étais pas préparé physiquement du moins à être reçu de la sorte que cette arme aquatique me heurta après que j’eus tenté de l’esquiver par une roulade sur le toit de ce bâtiment où je me trouvais. C’est bien dans cette posture de roulade que la technique vint heurter, mon épaule gauche, laissant une couche d'eau ruisseler sur mon bras. Je m'essuyais instinctivement l'avant bras et le dos de la main d'un geste emprunt de dégoût.

*Une technique suiton…*

Je le pressentais, nous n’étions pas au bout de nos peines. Quoi qu’il en soit, je ne devais plus me faire avoir de la sorte. Car même les techniques aquatiques pourraient s'avérer dangereuses surtout si l'un des deux serait capable de raïton. Il m’apparaissait urgent désormais de demeurer vigilant d'autant plus que les lumières que j'avais vu... Je me redressais. Un pas en arrière, je retirais deux kunais reliés entre eux par une chaîne. J’étais décidé à vendre chèrement ma peau désormais.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de Rang A
Messages : 388
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Dim 19 Juin 2016 - 19:40

Si l’idée était bonne, le coup de bluff tenté par Ozaï se révéla être un cuisant échec ! Son objectif était de faire passer leur binôme pour des agents engagés de manière secrète par l’Empereur, lui-même ! La raison ? Mettre à contribution les troupes Shukaijins et s’assurer de leur sérieux, ainsi que de la bonne application des consignes de sécurité. Seulement, le duo de Nukenins ne pouvait pas se douter qu’une unité remplissant spécialement ce rôle existait déjà au sein de l’Empire ! Et comme par un malheureux hasard, leurs probables futurs adversaires appartenaient justement à cette unité ! Tant pis, cela valait le coup d’essayer. Grâce à cela, le binôme avait gagné quelques précieuses secondes pour atténuer l’effet de surprise d’avoir été découvert. La tension, elle, continuait de grimer. Que ce soit le ninja qui arborait une tenue de samouraï cette nuit ou le Tenbatsu, ils étaient maintenant tous les deux sur leur garde. Comme le pensait ce dernier, le combat se faisait inévitable…

Et celui-ci démarra dès lors qu’une bombe fumigène fut balancée aux pieds des deux membres du Kyomu ! Par réflexe, Kurasa bondit rapidement, en même temps que son camarade, et atterrit sur le bâtiment qui se trouvait dans son dos, le grimpant tout aussi vite. Ses yeux, qui arboraient la couleur de sang, se tournèrent en direction d’Ozaï qui détalait de son côté. Il avait la possibilité de le suivre, mais était-ce vraiment la bonne solution ? Il se devait de choisir rapidement ! Au vu du spectacle que leur avait offert le gamin aux cheveux d’argents et son acolyte, il était aisé de déduire que les deux shinobis du Shukai n’avait pas de mal à combiner entre eux. Serait-il plus intelligent de les séparer alors ? L’idée était à creuser, mais pour cela le Tenbatsu devait lui-même se séparer de son allié. Peut-être était-ce trop tôt… Hormis les techniques Suiton, Raiton et les clones que le Nukenin pouvait observer de sa hauteur, il ne savait rien de toute l’étendue des capacités de ses ennemis !

Bien. Son choix était fait. Attrapant du bout des doigts son sugegasa, il l’ôta de son crâne et laissa s’envoler dans l’obscurité de la nuit. Il était temps de riposter ! Il était temps de laisser parler les pulsions qui lui faisaient tant aimer le combat ! Des pulsions endormies depuis son difficile combat contre Rakuzan Satochi, au cœur de Suna. Kurasa s’attela donc à enchaîner rapidement une série de mûdra, pencha légèrement son corps vers l’arrière, laissa ses joues se gonfler en un instant, avant de rebasculer vers l’avant. D’une manière surprenante, son chakra explosa d’activité, tandis qu’il crachait un torrent d’eau en direction de ses adversaires ! Oui, il avait décidé de frapper fort et peut-être se débarrasser de plusieurs problèmes en une seule fois ! Les vagues continuaient à déferler le long du bâtiment où se tenait le criminel, s’écrasant sur le sol et continuant leur fracas en direction des deux Shukaijins. Voilà qui devrait les occuper pendant un petit instant…

Cependant, le ninja aux sombres intentions n’avait pas le temps pour apprécier le spectacle qu’il espérait devenir douloureux pour ses opposants. Si tôt qu’il eut fini de cracher sa déferlante aqueuse, le Tenbatsu sauta du bâtiment sur lequel il se tenait depuis quelques secondes et bondît rapidement vers son camarade Ozaï. Se tenant de nouveau à ses côtés, il pouvait attendre tranquillement le prochain assaut. Sa bague s’activa de nouveau…

*N’oublions pas de vue notre objectif.*

Au beau milieu de cette nuit s’annonçant tumultueuse, les anciens membres du Youhei no Sekai s’était jeté dans un assaut où leurs vies étaient mises en jeu ! Que l’affrontement continue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1141
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Dim 19 Juin 2016 - 20:37

Les deux assaillants avaient pris la poudre d’escampette, profitant pleinement de l’écran de fumée qui était apparu grâce à la bombe fumigène. Hiko avait pris en compte ce paramètre, mais il était nécessaire pour pouvoir disparaître le plus rapidement possible et pouvoir prendre à revers ses adversaires du jour rapidement. Ce fut donc sans surprise qu’il les vit un peu plus loin quelques temps après, ils avaient pris du recul et c’était relativement bien joué de leur part. Hiko, quant à lui, s’était rendu invisible pour mieux pouvoir tromper ses adversaires du jour.

Et alors qu’il s’apprêtait à réagir, il vit l’un des deux lancer un kunai sur son ancienne position. N’ayant pas le temps de réagir, le Hiko se trouvant près de Fuka se le prit directement en plein milieu du front… Disparaissant ainsi dans un nuage de fumée, leurs adversaires n’avaient maintenant le choix que sur 4 Hiko visibles, et un dernier étant tapis dans l’ombre. Fuka avait aussi décidé de prendre l’initiative dans ce combat et il attaqua leurs adversaires avec une technique téléguidée. Elle fit mouche apparemment car l’homme avec la tenue de Samouraï se le prit dans l’épaule. Bien.

Dans le même temps, l’autre shinobi adversaire avait commencé à composer des mudras. Une technique meurtrière semblait se préparer et l’enfant aux cheveux blancs le sentait bien. Ses clones aussi. L’un d’eux composa alors des mudras afin de contrer un possible assaut voire de tout dévaster sur son passage, afin d’emporter avec lui les autres shinobis. Cependant, lorsqu’il vit l’attaque de son adversaire, il fut grandement surpris car elles semblaient similaires en tout point.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En effet, le clone du jeune garçon le plus avancé vers ses ennemis venait de finir ses mudras lorsque leur adversaire venait de lancer une attaque suiton de grande ampleur censée tout dévaster sur son passage. Pas de chance pour ce dernier, la technique utilisée par l’enfant était semblable et une énorme vague vint alors faire face à la vague de Kurasa… Les deux techniques s’entrechoquèrent alors dans un fracas énorme, montrant toute la puissance qui avait été déployée pour effectuer ces jutsus. Hiko, qui était toujours dissimulé avait été sauvé par la technique de son clone, cependant il ne comptait pas en rester là, il était temps de contre attaquer !

Pour ce faire, un de ses clones composa rapidement des mudras pendant qu’un autre des deux clones n’ayant pas encore agi lançait un kunai sur l’homme à la tenue de Samouraï. Simple diversion, qui pouvait s’avérer dangereuse s’il n’évitait pas l’attaque du kunai. Mais alors même que le kunai arrivait dans la direction d’Ozaï, le clone avait fini sa composition et une barrière d’eau d’une forte densité se dressa entre leurs deux adversaires. L’idée ici, était d’isoler les deux shinobis, car une attaque monstrueuse s’était préparée de l’autre côté.

Profitant de toute la diversion que pouvaient apporter ses clones, Hiko avait réussi à concentrer assez de chakra et il était temps de mettre en application une de ses techniques les plus dévastatrices. Profitant de l’orage qui les surplombait depuis le début de leur entrevue (cf. dernier post), il camoufla alors sa technique de façon à la rendre imperceptible… Sans au dernier moment.

En effet, un éclair d’une puissance inégalable vint alors s’abattre sur celui qui venait d’utiliser une technique suiton de haut niveau. Ce shinobi était d’un niveau trop élevé pour que l’on le laisse continuer à attaquer, il fallait le neutraliser, et cela, le plus rapidement possible. Ce fut donc pourquoi Hiko avait rajouté du chakra à sa dernière attaque afin de la rendre encore plus dévastatrice. Les deux adversaires avaient été séparés par la barrière aqueuse quelques instants auparavant par le clone d’Hiko, Kurasa était donc voué à lui même… Voué à une défaite qui semblait inéluctable.



Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin d'Iwa
Messages : 546
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Lun 20 Juin 2016 - 22:47

Une opposition de forces égales qui avaient secoués les environs de manière assez conséquente. Il faut dire que les deux vagues créées mutuellement par l’un des intrus et le Sairyo n’avaient rien à voir avec la modeste boule d’eau du Taichou qu’il avait précédemment lancé. Malgré toute l’agitation et les mouvements incessants de leurs adversaires, Fuka n’avait pas perdu de vue une de ses cibles. Son projectile aqueux avait voltigé de long en large avant de finalement trouver un port d’attache en la personne de M.Samouraï sur son bâtiment perché qui tenait dans sa main un kunaï. Enfin c’était avant qu’il ne le lance sur l’une des répliques du jeune garçon. Un mouvement qui lui avait valu la déconcentration nécessaire pour permettre au Taisa d’achever son assaut sur une réussite.

Touché à l’épaule, cela allait sûrement l’handicaper légèrement pour la suite. Ce n’était pas un assaut terrible mais au moins de quoi calmer les ardeurs de ce jeune baratineur un peu culotté. En y repensant, son coup de bluff était vraiment osé. Dommage qu’il se soit retrouvé face au duo Shukajin qui ne s’était pas laissé berner par une si grossière supercherie. Même si Fuka n’avait eu qu’un bref doute, Hiko lui avait su percer à jour son petit jeu. Impossible de dire comment à l’heure actuelle mais il y était parvenu et c’est tout ce qui comptait. D’un coup, le bretteur fut pris d’un affreux doute. Il espérait que le jugement du gamin n’avait pas été vicié. S’ils connaissaient ces hommes et qu’ils s’étaient juste rencontrés auparavant. Et s’ils lui avaient volés ses bonbons. Serait-ce une raison justifiant tout ceci ?

Alors que le Hiko originel s’était camouflé, un de ses clones disparut après avoir reçu en plein front le kunaï jeté par le samouraï. Il profita alors de sa position privilégiée pour lancer l’assaut. Un mur s’érigea entre les deux hommes leur faisant face. Ils avaient eu la bonne idée de se rejoindre. Aussi le rempart d’eau entre les deux marquait une séparation pouvant leur être fort utile pour la suite. D’ailleurs l’Onshi n’avait pas perdu de temps pour enchaîner. Un clone avait déjà lancé un kunaï avant que la barrière se forme et un éclair plus puissant que les autres grondant au-dessus d’eux s’abbattit violemment sur le champ de bataille. Une telle force et une telle précision ne pouvait être qu’une technique shinobi. Et au vu de la cible, l’enfant en était à l’origine. En comptant donc toutes ces actions et la mentalité du Sairyo, il y avait en effet de quoi justifier un vol caractérisé de bonbons. S’ils se connaissaient d’avant, en tout cas les deux individus ne se risqueraient plus à chaparder des friandises.

Mais Fuka n’était pas resté les bras croisés à regarder le feu d’artifice. Il avait lui-même saisi l’occasion offert par son acolyte pour intervenir également. Un premier kunaï lancé depuis sa position avait pris pour cible le samouraï qui s’était ensuite retrouvé à l’écart. Face à l’assaut conséquent que son senseï menait sur l’autre intrus, Fuka décida d’en rester à sa cible originale qu’il arrosa d’une nouvelle salve de projectiles au nombre de deux, téléguidés comme le précédent qui avait fait mouche, sans pour autant baisser sa garde et en restant à l'affût de la moindre réplique. Il dénicherait le corbeau de son perchoir !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 303
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Mar 21 Juin 2016 - 21:19

Le nuage de fumée avait disparu et l’ensemble des protagonistes étaient visible. C’est du moins ce que je pensais. J’étais à mille lieux de m’imaginer que l’un des deux filous se trouvait caché, devenu invisible par une botte secrète bien à lui. Quoi qu’il en soit, sens en éveil, je comptais désormais 5 sosies. Tous ressemblaient au grand mec baraqué. L’aîné du petit chenapan. D’ailleurs ce dernier se trouvait là au sol presque inoffensif. Toute la zone de combat s’était retrouvée inondée suite à l’entrechoquement de deux puissantes techniques suiton générées par mon compère et par l’une des répliques du mec baraqué. La suite s’enchaina rapidement. Tour à tour, le gamin puis les répliques –je ne saurai dire lequel était le vrai – s’activèrent. Le gamin lança un kunai qui m’était vraisemblablement destiné. Nous nous trouvions assez loin l’un de l’autre, j’avais le temps de voir venir l’objet létal, puis j’étais physiquement prêt aux plus grandes prouesses dont j’étais capable. D’un geste impérial, avec l’un des kunai relié via une chaîne que tenais à la main, j’envoyais valser sur le côté cette arme à mes yeux inoffensive. Si ces gens là voulaient m’avoir, il faudrait qu’ils en fassent plus. Mon regard attentif s’était immédiatement posé sur la réplique qui exécutait des mudras histoire d’envoyer la sauce. Instinctivement je sautais sur le côté, même si la technique n’était pas réellement dirigée sur moi. Avais-je bien fait ? Je n’avais guère le temps de trop m’interroger. Mon mouvement m’avait permis d’éviter cette colonne d’eau qui, tout comme le premier lancé de kunai, servait probablement essentiellement à tromper ma vigilance. La preuve à cette réflexion est évidemment l’attaque de cette réplique du mec Barraqué qui m’envoyait l’une après l’autre, deux boules d’eau parfaitement identiques à celle qui m’avait heurté tantôt malgré ma roulade. Je plissais des yeux tout en courant vers l’avant ; vers ces boules. Un éclair déchira le ciel, mais je n’y pris gare, dans le feu de l’action, j’enregistrais uniquement que je ne pouvais être touché par cette attaque ou ce fait naturel. Un salto avant, mes mains exécutaient des mudra, en l’air, alors je voyais la première boule pile en dessous de moi, je lâchais une technique Katon destinée à la contrer. Maintenant la technique j’expulsais à nouveau du feu sur la boule suivante à peine mes pieds au sol. De fines gouttelettes tombèrent au sol loin de moi, tandis que mon regard se maintenait sur le quintet devant moi.

Ces boules raiton circulant là bas de façon aléatoire en dessous du bâtiment où je me trouvais, toute la zone pleine de flaques d’eau, le quintet des impériaux, les techniques utilisées, le ciel qui menaçait… Puis cet éclair. Toutes ces informations s’imprimaient dans mon esprit alors que je voulais m’exprimer à leur intention, lorsqu’un dernier fait me revint en tête. L’éclair ! Un regard vers Kurasa ! Se pourrait-il que ? Non impossible. Lançant la chaine de kunai que je tenais à la main, en direction du quintet je décidais de faire retentir les premières salves, les premières détonations.

BOOM ! Une première explosion lorsque les deux kunais, reliés par une chaine de métal enveloppée de parchemins explosifs, vint fendre l’air au-dessus du quintet impérial. Mais ce n’était pas tout.

Trop gros !:
 

KABOOM ! Le sol trembla, les quatre kunai explosifs posés initialement sur l’un des bâtiments contenant le grain des récoltes ou les semences venait d’être soufflé. Si tous les produits contenus à l’intérieur n’étaient pas détruits sur le coup, l’explosion avait eu le mérite de faire voler en éclat –avec tout ce que ça implique – le mur tout en brulant quelques produits. Un départ de feu timide pour le moment se créa. Peut-être la pluie qui menaçait allait éteindre l’incendie, si incendie il devait y avoir car les nuages qui s’accumulaient laisser présager le pire.

Un mouvement vers Kurasa, tous deux profitaient du bordel ambiant pour fuir en direction de l’énorme bâtiment suivant. Si Kurasa était capable de se déplacer seul, alors je le porterais. Aucun de nous ne devrait perdre la vie ou se faire capturer ici.

*Je ne sais pas d’où vient cet éclair mais je doute qu’il provienne des cinq qui nous faisaient face. Aucun d’eux n’a exécuté les mudra ayant généré cette technique…*

Nos bagues nous aidaient à maintenir le contact par la pensée. Bien conscient des dangers, j’évitais soigneusement toute zone humide pour le moment. Avec les techniques Raiton dans les environs, il valait mieux rester sur ses gardes.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de Rang A
Messages : 388
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Jeu 23 Juin 2016 - 15:22

Les deux acolytes étaient de nouveau côte à côte. Devaient-ils attendre le prochain assaut de leurs adversaires ou devaient-ils être les premiers à agir ? Le Tenbatsu avait bien rappelé à son fidèle camarade que tous les deux n’étaient pas venu là, ou plutôt, n’avaient pas été envoyés ici pour se battre contre des shinobis du Shukai. Encore une fois, l’objectif n’était pas de faire des dégâts humains. Ils avaient déjà placé quelques parchemins explosifs tout autour d’un des grands bâtiments dont la contenance leur était encore inconnue, il leur en restait un autre à viser, puis ce serait au tour de ses immenses rizières. La tâche n’était pas difficile, seule leur opposition la rendait ainsi. D’ailleurs, le duo de Nukenins n’était visiblement pas tombé sur des petits morceaux, vu la facilité avec laquelle le torrent de vague précédemment craché par Kurasa fut contré. Ce n’était pas tout…

Avant même que Kurasa ou Ozaï puissent échanger quelques mots de plus par le biais de leurs bagues, un mur d’eau vint se dresser entre les deux camarades ! Cela n’annonçait clairement rien de bon, à la fois pour l’homme aux yeux rouges, que pour celui aux pupilles dorées ! Cette séparation soudaine poussait les deux hommes dans une situation où ils ne devaient penser qu’à leur propre survie. C’est presque instinctivement que l’ancien ninja de Kiri se mit à concentrer son chakra, attendant le moment opportun pour porter sa riposte. Après les insectes de Konoha, ceux du Shukai se montraient tout aussi embêtants et téméraires ! Il venait à peine de se remettre de sa grave blessure au bras gauche qu’il devait déjà s’employer dans un combat mettant sa vie en jeu. Finalement, peut-être bien qu’il devait se mettre dans l’idée de leur ôter la vie, avant qu’il ne se fasse arracher la sienne ! Si seulement l’occasion se présentait de nouveau…

Puis, dans un énième rugissement du ciel, la foudre s’abattu ! La lumière avait frappé et visiblement, sa cible n’avait pas été choisie au hasard. Le visage levé vers les cieux, les yeux de Kurasa s’écarquillaient de surprise. Pouvait-il vraiment faire quelque chose pour esquiver cet éclair ? Non, sa vitesse semblait bien trop rapide. Alors était-ce la fin ? S’il ne parvenait pas à le bloquer d’une quelconque manière, sûrement. Et cette fois-ci, sa volonté de vivre et de changer le monde à sa manière, sombre et chaotique, ne le sauverait certainement pas ! Il fallait bien tenter l’impossible. Ses mains s’étaient donc rejointes et son chakra se déployait de nouveau, bien plus que lors de l’utilisation de sa technique torrentielle. L’eau était quasi-omniprésente dans cette zone de combat et seule elle était en mesure de le sauver du courroux céleste. L’ancien ninja de Kiri se lança dans un rugissement qui lui était peu commun…

Dès lors, s’élevait dans le ciel un immense mur d’eau, qui vint se courber juste au-dessus de son utilisateur et rentra directement en contact avec l’éclair, juste avant que celui-ci ne foudroie sa cible ! Voilà, la défense maximum que pouvait produire le Tenbatsu ! Puis après la lumière, vint un nuage de poussière, comme né d’une explosion. Voilà quel fruit pouvait donner un affrontement de techniques entre deux ninjas maîtrisant parfaitement l’art du Ninjutsu. La fumée se dissipa presque aussi vite qu’elle apparut, laissant la silhouette de Kurasa en sortir et entamer une série de bonds sur les traces de son camarade. Ce dernier venait d’ailleurs de lui parler par la pensée alors qu’ils avançaient vers leur prochaine cible…

*Ces insectes vont nous poser un problème. Faisons vite notre travail et partons. Inutile de rester ici plus longtemps.*

Arrivé à proximité de l’immeuble, le Nukenin ne perdit pas de temps pour poser à son tour un parchemin explosif. Ce dernier fut activé aussitôt, créant alors une ouverture suffisamment grande pour que le binôme pénètre à l’intérieur du bâtiment. Si leurs adversaires voulaient poursuivre le combat dans un de leur entrepôt, bien à eux, ils en paieront les conséquences…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1141
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Ven 24 Juin 2016 - 10:29

Son stratagème avait semble-t-il fonctionné. Car oui, les deux adversaires avaient été temporairement isolés par la barrière d’eau utilisée par l’enfant aux cheveux blancs, les rendant ainsi plus vulnérables. Cependant, une chose inouïe se passa lorsque le jeune garçon utilisa une de ses techniques les plus meurtrières qui soient, l’éclair de foudre s’était bien abattu sur la bonne cible… Cependant cette dernière avait joint ses mains au dernier moment, créant alors un mur d’eau juste au-dessus de lui. Pas grave me direz-vous, l’eau conduisait aisément l’électricité après tout.

Bon… Apparemment ce ne fut pas le cas ici, car l’éclair stoppa sa course effrénée directement au-dessus de la tête de celui qui avait été visé. Il avait dû employer une technique de très haut niveau car l’attaque était dévastatrice, et il s’en sortait sans aucun dommage… Impressionnant. Hiko n’en revenait pas, mais il n’avait pas le temps d’être impressionné, car le combat battait son plein et le tempo était vif et sans répit. Dans le même temps, celui à l’allure d’un samouraï avait lancé une chaîne qui reliait deux kunais. Les clones d’Hiko et Fuka étaient visés, cependant ils n’allaient pas se laisser faire. Se saisissant de kunais à leur tour, les clones visèrent les kunais pour stopper leur route. Cela fonctionna, mais le samouraï enclencha un jutsu qui vint alors détruire l’un des clones à l’allure de Fuka. Au moins, la casse était évitée et il restait maintenant uniquement 3 clones à l’enfant. Et alors qu’il s’apprêtait à répliquer en chargeant ses adversaires, un grosse explosion se fit entendre et retint alors l’attention d’Hiko. Il vit alors l’un des bâtiments s’écrouler et un début d’incident se déclarer suite à cet attentat.

Le sentiment de haine monta alors progressivement chez l’enfant qui se rendait bien compte qu’il fallait mettre les moyens pour neutraliser ces deux individus. La rigolade était terminée, et il ne fallait pas leur laisser le temps de faire d’autres dégâts plus importants. L’un des clones l’avait bien compris, mais il fallait d’abord stopper cet incendie qui démarrait pour ne pas risquer de voir les rizières se faire détruire littéralement par les flammes. Une grosse averse commença donc à tomber sur la zone de combat, ce qui eut pour effet de limiter les flammes, et à terme, cela permettrait de les faire disparaître.

Pendant ce temps, le vrai Hiko avait retrouvé son aspect physique alors même qu’Ozaï et Kurasa étaient en train de fuir vers un bâtiment. Il s’était alors approché du vrai Fuka et lui avait glissé quelques mots avant de se remettre en mouvement.

« J’ai besoin que tu me crées une ouverture pour ma dernière attaque ! »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

C’était concis, mais Hiko était sûr que son élève comprendrait. Ils n’avaient pas le temps de blablater inutilement, et il fallait agir vite pour arrêter ces terroristes. Et alors qu’ils les virent rentrer dans l’un des entrepôts en détruisant une partie des murs, les Shûkaijins se mirent en mouvement. Les clones d’Hiko se placèrent aux quatre coins de l’entrepôt, rendant la fuite des inconnus impossible. Quant à Hiko et Fuka, ils se placèrent sur le toit de l’entrepôt en discrétion. Dans le même temps, de très gros nuages noirs s’étaient regroupés au-dessus de l’entrepôt alors même que l’averse battait son plein.

C’est le moment où Fuka décida d’agir et fit une ouverture dans le toit du bâtiment… Il n’en fallait pas plus au jeune garçon qui avait déjà malaxé son chakra en grimpant sur le toit. Sa dernière attaque serait d’un tout autre niveau, jamais il n’avait concentré autant de chakra dans une attaque et elle serait dangereuse… Une simple barrière d’eau ne suffirait pas à la contrer cette fois-ci, d’autant plus que l’eau était un parfait conducteur de l’électricité… Juste après que la brèche ait été créée par son élève, l’enfant Sairyo utilisa ce qu’il lui restait comme chakra pour lancer un dernier assaut. Son attaque était terrible, et elle serait dévastatrice. Aidée par la pluie qui tombait à grosse gouttes désormais dans l’entrepôt, l’attaque toucherait les deux adversaires des shukaijins et l’éclair ravageur s’occupera de leurs cas, les mettant ainsi hors d’état de nuire…

Juste après son ultime attaque, l’enfant tomba genoux à terre, il était allé au bout de ses forces pour ce dernier assaut. Il restait cependant éveillé encore quelques instants, juste le temps de glisser ces derniers mots à Fuka.


« Je te laisse la main… »

Si par miracle Ozaï et Kurasa s’en sortaient, ils auraient alors affaire à Fuka et Samehada… Priez pour eux.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin d'Iwa
Messages : 546
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Sam 25 Juin 2016 - 2:08

Un lancer de kunaïs de la part du Samouraï valut à une des répliques d’Hiko de disparaître alors que Fuka leva énergiquement Samehada pour se protéger d’éventuelles répliques. Mais les copies du Taisa et du Sairyo étaient déjà intervenus sur les ordres de leur invocateur pour pouvoir contrer cet assaut mineur par d’autres kunaïs. L’explosion engendrée, restant mineure, n’eut pas l’occasion de faire plus de dégâts. Serrant les dents, le bretteur observa le duo de nouveau réuni. Celui au chapeau large avait réussi à se tirer de l’attaque surnaturelle du jeune Hiko.

C’était donc le plus puissant du duo. Au vu de l’amplitude de cet assaut, il fallait au moins un niveau équivalent au blondinet pour pouvoir s’en sortir à si bon compte. Il fallait donc se méfier de ce bougre-là alors que son acolyte venait de faire exploser un nouveau bâtiment. Les intrus en profitèrent alors pour se terrer dans un des hangars où une brèche avait été créée. A peine eurent-ils l’occasion de disparaître à l’intérieur que déjà le duo Shukajin prévoyait une contre-attaque. Quelques mots suffirent au Sairyo pour se faire comprendre de son subalterne. D’un geste souple et discret, ils se hissèrent sur le toit les séparant. Suivant alors les directives précédemment données, le Taisa avait préparé en main ses kunaïs marqués de sceau explosif. Il en jeta à quatre endroits pour former un carré sur le dessus de la structure. A leur activation immédiate, ils laissèrent donc un gros trou. Les débris tombèrent en bas sur leurs adversaires qui étaient encerclés puisque le reste des clones avait cerné l’immeuble. Profitant de ce bref instant et de sa position privilégiée, Fuka cracha une nouvelle flaque d’eau collante pour engluer ses adversaires en contrebas et ainsi les gêner dans leur réplique.

La pluie qui s’était mise à tomber fut accompagnée de nouveaux éclairs. Puis une quantité importante de chakra déchira l’air sous la forme d’un éclair. Elle s’écrasa sur la position des deux opposants qui risquaient d’avoir bien du mal à se tirer de ce mauvais pas. L’humidité présente dans le bâtiment n’allait pas arranger leurs affaires. Avec une telle force et toute cette eau, ils seraient tous les deux touchés. Mais cette attaque épuisa les dernières réserves d’Hiko qui posa un genou à terre. Fuka le retint d’un bras sur le rebord où ils étaient posés. Quelques derniers mots, l’enfant tomba inconscient. Il fallait s’y attendre vu les ressources employées par le garçon dans ce combat. Maintenant, le Taisa se retrouvait seul face à deux adversaires. S’ils avaient réussis à s’en sortir, la suite serait compliquée pour lui mais il se devait de tenir le coup.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 303
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Mar 28 Juin 2016 - 2:18

Nous étions entré tous les deux dans le bâtiment après l’avoir fait exploser en partie histoire d’avoir une issue. Nous disposions d’un certain temps d’avance sur nos adversaires en principe d’autant plus que nous nous étions octroyé un petit répit en principe après avoir fait exploser un des grands bâtiments. Pour une couverture, nous devions être largement servis. Peut-être de quoi nous laisser au moins quelques poignées de secondes d’avance avant d’être à nouveau repérés par ces adversaires aussi collants que stratèges à leur manière. L’intérieur de la bâtisse nous laissa rapidement prendre conscience de l’endroit que nous venions de découvrir. Il ne s’agissait ni plus ni moins que du bâtiment dans lequel était entreposé les productions de la plantation. D’énormes sacs étaient entreposés les uns sur les autres du sol jusqu’au plafond laissant qu’une espèce d’espace vide au centre de la pièce. Bien entendu, les espaces proches des fenêtres étaient aménagés de sorte que la production puisse être un peu aérée. De l’entrée jusqu’à l’espace au centre de la pièce, une petite allée d’environ deux mètres.

Sourire aux lèvres, je courrais droit vers l’espace au centre. A cet endroit, je me trouvais dorénavant au cœur de la pièce. Tout autour de moi, les sacs de riz empilés les uns sur les autres. Largement de quoi ravitailler une garnison entière pour plusieurs mois. Deux kunais, sur lesquels étaient enroulés des parchemins explosifs allèrent se ficher sur les deux extrémités à ma droite et à ma gauche tandis qu’à la suite de mudra rapidement exécutés, je brûlais les sacs devant moi avec une lueur sadique dans les yeux. En peu de temps, ces lieux ne seraient plus qu’un vieux souvenir ; vieux souvenir emporté dans les flammes et la cendre. Comme pris par un soudain accès de folie je me découvrais des amours pyromanes. Bras levés au ciel, ou plutôt vers le toit, je ricanais en manifestant tout mon contentement. Prêt à faire sauter les deux extrémités piégées par un kunai explosif, je constatais l’avancée des flammes lorsque subitement une soudaine explosion me fit sortir de ma doux accès de folie. Le toit venait d’être pété, entraînant un mini éboulement qui me poussa à sauter vers l’arrière pour éviter de me faire prendre au piège. L’eau de pluie – ou peut être l’eau créé par ces shukaijins –pénétrait dans l’entrepôt tandis que je voyais la silhouette de ninja à la carrure de guerrier. Il ne me fallut pas une poignée de seconde pour faire le lien entre l’eau qui pénétrait en ce lieu, le feu que j’avais allumé et l’attaque sortie de nulle part qu’avait subi mon compère.

D’une impulsion je sautais en direction de la paroi me faisant face ; paroi en réalité composé des amas de sacs de riz. Ce saut me faisait passer par-dessous l’endroit que venaient d’ouvrir les shukaijins ; certainement pas sans raison ! Pupilles dorées, prêt à les accueillir mon impulsion m’avait permis de me rapprocher de la paroi où je comptais me poser. Mais quelque chose m’avait comme retenu au moment du saut ce qui eut pour résultante de ne pas me permettre de sauter haut. Du moins pas aussi haut que je ne l’aurai souhaité. Était-ce ce qui m’avait permis de bénéficier d’une chance aussi infime soit-elle ?

Un éclair était à nouveau sorti de nulle part. Rapide et probablement plus puissant que jamais. Je ne du mon salut qu’à ma réactivité et à un don héréditaire sans qui à l’heure où je vous parle, j’aurai rejoint mes ancêtres. L’espace juste après l’ouverture faite par les shukaijin voyait tout élément qui y pénétrait, être vivant comme chose inanimée être ralentie drastiquement.

*Kurasa !!!*

Je comptais sur la rapidité de Kurasa à présent que les choses se passaient au ralenti au-dessus de nous pour nous permettre de nous en sortir tous les deux. Il me semble qu’il avait fait de son mieux et qu’il avait pu réagir au quart de tour. Seulement, les résidus de la technique adverse, après avoir passé ma technique de ralentissement vinrent me heurter de plein fouet alors que je n’avais plus que pour seule défense mes deux bras en forme de croix protégeant le haut de mon crâne. Je tombais lourdement au sol, sans avoir pu me réceptionner autrement que par le dos. Cette technique était puissante, quand bien même ses effets étaient grandement altérés par l'action de mon alter ego. Mon regard vira au sombre tandis que chancelant je me redressais. Il me semble que j’étais grandement brûlé, en atteste les manches de mon habit désormais inexistantes. Mes bras feraient mal à chaque fois que je tenterai un mouvement. C'était certain. J’étais dans de beaux draps tiens ! Il me faudrait tout miser sur mes membres encore intacts : mes jambes.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Ven 1 Juil 2016 - 23:46



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] est éliminé de cet Event. Son destin sera déterminé par les organisateurs de l'affrontement et avec le principal concerné si possible.
Au tour de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1141
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Jeu 28 Juil 2016 - 10:27

L’enfant, toujours à la limite de l’inconscience venait de voir son terrible éclair fissurer le paysage pour venir frôler les mèches rebelles formées par quelques épis sur le sommet de son crâne. Il se trouvait sur le toit de l’entrepôt où se déroulerait sûrement la fin de ce combat intense. Ils n’y étaient pas allés de main morte, et l’enfant aux cheveux blancs s’était vraiment donné. Il ne voulait pas voir de nouveaux innocents perdre la vie à cause de l’acte inconsidéré de quelques malfrats sans cervelle.

Et apparemment, il était de nouveau sur le chemin de tueurs sans pitié. Ces derniers n’avaient pas hésité à mettre à sac toutes les récoltes durement acquises par les travailleurs du Shûkai. Ils s’étaient plus déchaînés contre les installations que les humains fort heureusement, mais détruire aussi facilement le travail d’une vie… Hiko ne l’acceptait. Il avait des valeurs, lui. Ce fut pourquoi il avait pris la décision, Fuka dans son sillage, de se mettre en travers de ces shinobis assoiffés de sang. Le combat ne fut pas très long car ils tentèrent de fuir, mais malheureusement pour eux… Hiko n’allait pas accepter cela.

En effet, ces deux individus devaient répondre de leurs actes, et pour cela, il fallait qu’ils soient capturés. Le jeune manieur de Samehada et l’enfant aux cheveux blancs s’étaient donc lancés à leur poursuite. Faisant preuve d’un bel esprit d’équipe, les deux shukaijins avaient finalement réussi à créer une ouverture afin de permettre à l’adolescent de lancer sa dernière attaque. Un éclair digne des plus grands orages, une attaque d’une force inimaginable venait de s’abattre sur leurs adversaires. Bien aidée par la pluie battante, la foudre se répandit alors dans l’entrepôt dont le toit s’était maintenant abattu sur les deux meurtriers… Mettant ainsi fin à un combat qu’ils n’auraient jamais du commencer.

Cependant, l’enfant aux cheveux blancs n’eut pas vraiment le temps de profiter de leur petite victoire. Ils avaient en effet arrêté les deux assaillants, mais la suite appartenait à Fuka. Seul lui disposait d’encore assez de force pour permettre au Shûkai une victoire totale, lui seul pouvait encore s’occuper de ramener les deux nukenins au Shûkai pour les interroger et surtout, il fallait qu’il sauve son sensei. Car oui, notre jeune Hiko gisait maintenant inconscient au niveau du toit de l’entrepôt, il n’avait plus une seule goutte de chakra et cela avait eu raison de sa conscience. Jamais il ne s’était autant donné lors d’un combat, et aujourd’hui il avait atteint sa limite.

Ce combat lui servirait, car l’expérience gagnée était importante. Cependant, malgré la victoire, Hiko venait de recevoir un avertissement… Il devait apprendre à mieux gérer sa réserve de chakra.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Chuunin d'Iwa
Messages : 546
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis Sam 3 Sep 2016 - 17:41

Le Sairyo n’avait pas lésiné sur les moyens. Lorsque les éclairs fendirent le ciel pour venir s’abattre sur les adversaires, Fuka observa ce déluge céleste d’un œil à la fois émerveillé et rassuré. Un tel assaut serait fatal pour les deux hommes en contrebas qui encaissèrent l’attaque avec quelques complications. Ils avaient cependant réussis l’exploit de ne pas finir carboniser sous le courroux de l’éclair les ayant frappé. Ce qui était une prouesse à saluer. Mais avant même de s’occuper d’eux, le Taisa dut soutenir son senseï pour l’empêcher de basculer dans le vide. Le retenant d’un bras, il descendit ensuite en un saut pour déposer le garçon contre la façade d’un mur encore intact.

Il ne s’attarda pas sur son cas, ayant ressenti qu’il respirait toujours. La consommation de chakra qu’il avait effectué lors de cette rencontre l’avait épuisé et il s’était assoupi. Rien de plus normal. Le bretteur s’était donc rendu dans les ruines du bâtiment pour s’assurer que leurs opposants n’avaient pas profités de son absence d’une demi-seconde pour s’enfuir. Mais l’offensive de l’Onshi avait suffi à les neutraliser. Aussi ils étaient dans le même état que ce dernier. Vivants mais inconscients. C’est en se retrouvant ainsi proches de leurs corps qu’une voix vint tirer le Taisa de son œuvre :

- Ils sont à ta merci maintenant.

- Hors de question, répliqua-t-il mentalement.

- Qui pourrait témoigner ? susurra Samehada. Tout le monde te considère déjà comme un traître. Seul survivant d’une rencontre avec Kumo ? Les gens se méfient de toi maintenant. Ils pensent que tu es un complice des Nuages.

- Et ils ont torts. Je ne ferais que leur donner raison en allant à l'encontre des ordres en éliminant ces deux-là. L'Empereur souhaitera qu'ils subissent un interrogatoire pour obtenir des réponses.

- Qui t’as dit que je parlais seulement d’eux ?

- Hiko ?! Non mais ça va pas !

- Ce gamin m’insupporte mais il est d’un niveau satisfaisant. Je me régalerais du chakra de ces trois-là.

- C’est parfaitement idiot. Ça ne te servirait à rien de toute façon.

- A part à devenir plus fort et te permettre d’accomplir tes objectifs. Tu crois vraiment que je peux me contenter d’avaler du chakra et t’offrir certains de mes attributs ?! Je suis capable de bien plus. Mais si tu t’obstines à m’utiliser comme tu le fais, tu resteras à ce niveau médiocre. Ensemble nous pourrions arriver à bien plus que ça.

Le Taisa ne comprenait pas ce brusque élan de bavardage de la part de sa compagne. Elle qui s’était tenu pendant l’affrontement, elle avait la langue bien pendue. Cela faisait un moment qu’elle ne s’était ainsi exprimée. Et comme à son habitude, elle tentait de semer le doute. Sa soif de pouvoir était inégalée. Elle ne différenciait pas allié d’ennemi. Tous les moyens étaient bons pour elle. Resserrant sa prise sur la garde de son arme, Fuka resta ainsi un moment à discuter silencieusement avec sa compagne de guerre. Un temps qu’il fallut pour que les autorités Shukajines ne rejoignent le duo sur place. Un Taichou vint trouver Fuka au milieu des ruines, ce dernier lui tournant le dos.

- Qu’est-ce qui s’est passé ici ?! Compagnon au rapport !

Le regard grisâtre du Sabreur se déposa sur l’homme qui l’avait interpellé. Une étincelle malsaine embrasait son regard et fit tressaillir légèrement le garde. Puis il fit totalement volte-face pour s’approcher de lui. Une fois à quelques centimètres de lui, un teint plus serein sembla gagner le Taisa dont la voix vint rompre le silence jusque-là établi depuis l’irruption du Taichou :

- Ces hommes ont tentés de se faire passer pour des Shukajins en mission de vérification des dispositifs de sécurité. Cela ne nous a pas pris beaucoup de temps à comprendre qu’il s’agissait d’imposteurs cherchant à nuire aux récoltes et bâtiments de l’Empire. Sairyo Hiko était également avec moi mais il a dépensé énormément de chakra pour les neutraliser. Vous le trouverez sur la façade Ouest de l’entrepôt voisin.

- Inutile. Nous venons déjà de le récupérer, il est en route pour l’unité médicale. Nous nous chargeons de ces deux-là. Retournez au camp pour faire votre rapport. Quelque chose me dit que l’Empereur attendra des nouvelles de votre part d’ici peu.

Sans un mot, le Taisa prit congé et quitta le lieu. Les alentours en flamme commençaient à être maîtriser par les renforts qui étaient arrivés. La tâche du duo atypique prenait fin et ils pouvaient s’estimer heureux d’une telle finalité. Mais Fuka se retrouvait maintenant tourmenté par une discussion qu’il avait eue avec son épée. En effet, ses mots avaient beau être du poison tentant de corrompre l’esprit, ils étaient bien souvent inspirés de la réalité. Et si Samehada était encore capable de grandes choses ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: 3 - Le feu au Paradis

Revenir en haut Aller en bas
 

3 - Le feu au Paradis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Chapitre : Et que l'Aube soit rouge ...-