N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Une ronde pas comme les autres [PV Shigo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 818
Rang : A

Message(#) Sujet: Une ronde pas comme les autres [PV Shigo] Ven 17 Juin 2016 - 17:58

M’habillant en toute hâte, je secouai énergiquement mes deux ninkens puis filai vers la cuisine pour attraper un fruit. Cela ferait l’affaire pour aujourd’hui, de toute façon je n’avais pas le temps de me préparer quoi que ce soit. Revenant dans ma chambre alors que je serrai ma ceinture à ma taille pour venir quelques outils – on ne savait jamais ce qui pouvait arriver – je les secouai de nouveau pour les forcer à se réveiller. Nous étions déjà assez en retard comme ça, je ne pouvais pas me permettre de l’être encore plus à cause de mes deux feignasses de ninkens. J’étais tout aussi mécontent qu’eux d’aller faire notre ronde avec cette pluie affreuse, mais il fallait bien que l’un de nous trois assume ses responsabilités et j’avais de gros doutes que l’un ou l’autre ne le fasse. Qui plus est, le village n’allait pas se défendre de lui-même; il fallait bien des gens pour surveiller le périmètre du village. Je secouai mes ninkens une troisième fois tandis que j’étais totalement prêt et cette fois-ci je ne pus cacher la petite pointe de colère dans ma voix.

- Bon, c’est assez, vous vous levez tout de suite. Nous avons une ronde, il pleut, nous sommes en retard ET je ne mange qu’une pomme pour petit-dèj, ne rendez pas ma journée encore plus merdique qu’elle ne l’est déjà.

Je ne sus jamais si c’était mes paroles, le ton que j’avais utilisé qui les avait convaincus ou bien mon humeur massacrante, mais tout ça pour dire qu’Akamori et Seimori finirent par se lever et nous quittâmes aussitôt pour les Remparts. S’ils avaient voulu manger, ils n’avaient qu’à se lever du premier coup; encore là ils n’auraient qu’eus une chance. Mon humeur n’alla pas en s’améliorant une fois que je mis le pied dehors alors que je devais finalement faire face au torrent qui tombait devant mes yeux. Si c’était quelque chose se plaindre de la météo de l’intérieur, c’était encore pire lorsqu’on avait à se rendre à l’extérieur. C’était là que nous nous rendions compte de la réelle intensité de l’averse. Prenant mon courage à deux mains, réajustant mon imperméable sur mes épaules et remontant le capuchon sur ma tête, je filai vers les Remparts à toute vitesse, j’avais déjà assez perdu de temps ainsi.

À ma décharge, je n’étais jamais retard ou presque jamais, je pouvais le nombre de fois sur une main. C’est pourquoi une fois rendu aux Remparts je reçus quelques boutades sur le sujet de la part d’autres Konohajins, mais personne ne me réprimanda vraiment. De toute façon j’étais l’un des plus hauts gradés, il n’y avait pas grand-monde pour me réprimander. Je les saluai brièvement avant d’immédiatement prendre le chemin de la forêt. Aujourd’hui j’étais responsable de faire le tour de la section Nord de la forêt du Feu. La Feuille était bien située dans le fait qu’elle séparait la forêt en deux parties presque égales; cela rendait les itinéraires de ronde beaucoup plus simples à planifier. Je commençai en premier lieu par faire un tour non loin du village Inuzuka. Vous n’aurez pas de difficulté à me croire lorsque je vous dis que je prenais toujours un soin particulier de faire un tour non loin d’où j’avais grandi afin de m’assurer de sa sécurité. Alors que les effluves familières du village parvenait à mes narines, des vagues de souvenirs des journées pluvieuses passées en famille me revenait en tête, mais je les chassai rapidement non parce que je ne les voulais pas mais bien parce que je ne pouvais pas me laisser distraire alors que j’étais ici pour la sécurité du village. Je reviendrais faire un tour une fois ma ronde terminée et nous passerions l’une de ses journées tous ensemble comme avant.

J’étais en train de longer l’Anshin dans la petite partie où elle coulait dans la forêt lorsque, à travers toutes les odeurs de la forêt qui semblaient amplifiées par la pluie, je sentis une odeur étrangère. Pas que je n’étais pas capable de l’identifier, mais elle n’avait tout simplement pas lieu d’être ici. Avec un temps pareil, quel fou aurait l’idée d’aller se promener en forêt? Quel fou qui n’est pas obligé d’être là pour une ronde, je veux dire. D’instinct, je pensai aussitôt à une possible menace pour le village. Bon d’accord nous étions encore loin de Konoha, mais la pluie pouvait souvent être la couverture idéale. Le bruit couvrait celui de vos pas, elle réduisait notre visibilité et camouflait les odeurs. Ça c’était pour la plupart des gens, pas pour un Inuzuka. Mes ninkens avaient sentis la même chose que moi et nous nous élançâmes en direction de la source de l’odeur. Celle-ci se révéla être, comme je l’avais suspecté, celle d’une personne. Me faisant dos, j’étais incapable de voir s’il s’agissait de quelqu’un que je connaissais mais à première vue il ne me disait rien. Je ne connaissais personne qui aimait se balader nu-pieds.


- Bonjour à vous! Je peux savoir ce que vous faites dehors par un temps pareil?

Tout en douceur, cela ne servait à rien d’être agressif dès le début. Il valait toujours mieux ne rien assumer d’avance, c’était pourquoi j’avais commencé par lui demander ce qu’il faisait ici. Il n’y avait rien d’intimidant dans le fait de savoir ce qu’il faisait là alors qu’il pourrait très bien être dans le confort de sa demeure, non? J’avais essayé de le demander de la façon la plus anodine possible, dans l’espoir de cacher les suspicions que j’avais déjà à son égard. Espérons que les choses ne s’envenimeront pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 575
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Une ronde pas comme les autres [PV Shigo] Ven 17 Juin 2016 - 18:47

    Dès que la pluie avait commencé, l’homme au masque s’était aventuré dans la grande forêt masquant le village en son sein. De toute façon, quelque fusse la météo, Shigo n’aimait pas rester trop longtemps dans une maison, car c’était ce genre de lieux que l’on pillait et que l’on brûlait dans le pays de la Cendre. Par contre, celui qui vit dehors, dans la rue, ne possède pas grand-chose, et cela ne vaut pas le coût de prendre le risque de le voler pour le peu qu’il puisse avoir. Il n’y avait que les fous ou les hauts gradés pour habiter derrière des murs, les croyants suffisamment solides pour les protéger de ce qu’il y a dehors.

    Mais ils finissent tous par comprendre qu’ils ont tort. Même Makka finit par le comprendre. Son armée n’était plus, et Shigo arborait de nouvelles couleurs. Il avait eu le choix entre suivre le Yamanaka qui l’avait trouvé ou rester dans le camp des perdants… La décision avait donc été facile à prendre. Mais bien qu’il en porte le nom, il ne se sentait pas chez lui, chez les siens. Et eux non plus ne le prenaient pas totalement pour l’un des leurs. Un nom, c’était tout ce qu’il avait en commun avec eux. Rien de plus. Il n’était qu’un bâtard qui avait servi sous les ordres de Makka après tout.

    Le va-nu-pieds finit de rassembler du bois qu’il entassa devant un arbre dont le feuillage les protégerait de la pluie. Une fois cela fait, il réajusta sa ceinture sur laquelle se trouvait kunaïs et canif. Il était temps. Mais on l’interrompit. Shigo se retourna lentement vers son interlocuteur et devina sans mal qu’il venait du village. Ne l’avait-il pas reconnu ? Pourtant il portait cette tenue constamment, même à Konoha.

    « C’est un temps pour chasser. Alors je chasse. »

    Du moins c’était ainsi là d’où il venait. Et il voulait également profiter de la pluie. Elle n’était désagréable que pour ceux qui y sont accoutumés. Mais lorsque l’on a vécu la majeure partie de sa vie dans un lieu où l’eau potable était denrée rare, la pluie était un prétexte à célébration. Les vêtements du Yamanaka étaient d’ailleurs entièrement trempés, mais il ne semblait pas s’en plaindre. Son regard se posa sur les deux animaux accompagnants l’homme, mais ce dernier ne put voir le sourire qui se dessinait sous son masque en forme de crâne.

    « Ils sont à vous ? Inuzuka ? Dommage, ils auraient fait un bon festin… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 818
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Une ronde pas comme les autres [PV Shigo] Sam 18 Juin 2016 - 21:17

S’il y avait une réponse que je ne m’attendais pas, c’était bien celle-là. Bon d’accord il pouvait y avoir une tonne de différentes raisons auxquelles je ne m’aurais jamais attendu, mais la réponse que l’homme me donna me laissa quelque peu perplexe. En partant, il ramassait du bois – sans doute avec l’idée d’éventuellement faire un feu – en pleine averse, mais selon ses dires il était également à la chasse. Je devais avouer qu’une météo comme celle-ci était favorable pour la chasse, entre autres pour des raisons que j’ai énumérées un peu plus tôt. Visibilité réduite, odeurs et bruit camouflés, tout ça. Pourtant, un paradoxe commençait à se profiler : aussi idéales cela rendaient les conditions pour la chasse, cela n’enlevait en rien que c’était tellement désagréable de chasser sous la pluie! L’homme ne semblait pas s’en formaliser et ce ne fut que lorsqu’il se retourna pour me répondre que je le reconnus. Après tout, ce n’était pas tous les Konohajins qui portaient des masques. Je me suis mal exprimé, ce ne sont pas tous les Konohajins qui portaient des masques aussi sinistres; voilà c’est mieux.

Il s’agissait de Yamanaka Shigo, un Yamanaka issu du pays de la Cendre. Cela faisait plusieurs années qu’il habitait dans l’enceinte de Konoha, depuis l’adolescence en fait, mais même après presque dix ans il était toujours aussi reclus. Vous devez vous dire que j’en savais beaucoup sur son compte, eh bien c’était incroyable tout ce qu’on pouvait ramasser juste avec des commérages et des ouï-dire. En tant que membre des Forces Spéciales, c’était toujours une bonne chose de se tenir au courant des rumeurs de l’heure puisqu’elles pouvaient parfois cacher un fond de vérité. Vous pensiez que j’étais aussi sociable sans aucune raison? Je blague, bien sûr, mais je ne pouvais dénier qu’être aussi jacasseur et complice avec Monsieur et Madame Tout-le-monde pouvait avoir ses avantages. Je pouvais aussi émettre l’hypothèse qu’il cherchait à mettre de la distance entre les gens et lui avec l’aide de ce masque qu’il portait en permanence, mais je n’avais rien d’autre que mon instinct pour le prouver. Ses paroles me ramenèrent à la réalité lorsqu’il me questionna sur mes ninkens.


- Effectivement, ils sont à moi. Ils pourraient effectivement faire un bon festin… à condition de pouvoir les chasser.

Je ne donnai pas de suite à mes paroles, bien que le sous-entendu était clair. Pas que je ne doutais de ses capacités de chasseur, mais on ne chassait pas un ninken aussi facilement qu’on chassait un loup ou même un ours. Dans tous les cas je serais le premier étonné si je voyais quelqu’un revenir de la chasse avec comme prix un ninken sauvage. Je serais étonné et ensuite je m’attellerais à la tâche de lui donner la correction de sa vie, mais je m’égarais. Ne voulant pas nécessairement passer pour le jeune prétentieux qui regarde tous les autres de haut, je me rattrapai en nous présentant. C’était fou le chemin que nous pouvions faire simplement avec de bonnes manières.

- Je te présente donc Akamori et son plus jeune frère, Seimori. Je faisais maintenant la distinction étant donné que leur taille pouvait porter à confusion, Sei étant beaucoup plus gros qu’Aka. Au fait, moi c’est Takeo.

Je m’approchai un peu du Yamanaka et tendis la main. Contrairement à moi, je le savais pas très sociable, mais j’espérais tout de même qu’il réponde à ma poignée seulement pour ne pas que j’ai l’air idiot à tendre ma main dans le vide. Je croisais intérieurement les doigts pour que ma remarque de plus tôt ne l’ait pas froissé. Les formalités passées, un silence malaisant s’installa entre nous deux. Aucun de nous deux parlait et j’étais assez certain que cela n’allait pas être lui qui allait entamer la conversation. Lorsque je n’en fus plus capable, je lançai une question anodine simplement pour remplir le silence.

- Alors, comment va la chasse? Ou comment allait? Je m’arrêtai quelques secondes avant de reprendre. On pourrait dire que je suis également à la chasse, même si nous ne chassons pas le même gibier.

Non, mon gibier était un peu plus coriace, un peu plus sournois. Il se faisait aussi plus rare que celui que Shigo chassait, depuis que nous avions resserrés les mesures de défenses du village et que nous avions réorganisés notre surveillance sur le territoire d’Hi no Kuni. Néanmoins, ce n’était pas une raison pour ne pas rester vigilant puisque nous ne savions jamais quand l’ennemi profiterait d’un petit instant de faiblesse pour tenter sa chance. Lorsqu’il la tentait, nous devions être là pour l’intercepter. C’était pourquoi même si je discutais tranquillement avec le Yamanaka, je ne perdais pas de mon focus et gardais toujours un peu de mon attention rivé sur mes alentours, prêt à réagir à la moindre odeur qui pouvait être signe de danger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 575
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Une ronde pas comme les autres [PV Shigo] Dim 19 Juin 2016 - 0:37

    « Est-ce un défi ? »

    La condition de pouvoir les chasser. Des animaux seraient plus dangereux que l’homme ? Après avoir vu ce dont l’humain était capable, Shigo en doutait. Il observa un à un chacun des deux chiens. Ils avaient même des noms, que c’est mignon. Deux… Les plus faibles des Inuzuka n’en ont pas autant. Le Yamanaka n’avait donc pas n’importe qui en face. Un Chûnin ou un Jonin sans doute. Probablement en partance pour une mission, ou en tour de garde ?

    Le Yamanaka observa longuement cette main qui lui était tendue, comme s’il cherchait une aiguille, un piège, une arme qu’il ne parvenait à discerner, malgré qu’ils soient tous deux dans le même camp. Une vieille habitude que Shigo avait gardée : ne jamais faire confiance. Tout le monde possède une intention cachée, et cette dernière est rarement altruiste, à moins que cela ne soit dans l’intérêt de la personne concernée.

    Finalement, à contre cœur, le jeune homme serra la main de son interlocuteur. Il valait mieux ne pas irriter quelqu’un de potentiellement plus dangereux que soi. Mais il ne fit pas durer ce contact très longtemps, préférant savoir ses mains près de ses armes.

    « Yamanaka Shigo. »

    Mais l’Inuzuka semblait déjà le savoir, vu qu’il était passé au tutoiement avant même que le jeune homme ne se présente. Ca n’était pas très étonnant du fait de son choix de tenue quotidien. Par contre, sa question suivante retint quelque peu l’attention du Yamanaka. Comment allait la chasse ? Voyait-il la dépouille d’un animal dans les parages ? Voyait-il des pièges posés quelque part ?

    Pour toute réponse, Shigo écarta simplement les bras, invitant l’Inuzuka à regarder autour de lui. Pourtant, ne s’agissait-il pas d’un clan aux sens aiguisés ? A moins qu’il ne s’agissait d’une façon maladroite de faire la conversation ? Un haut gradé qui s’exerce à la palabre.

    « Du moment que je ne suis pas le gibier que vous cherchez. Dites, vos… camarades. Peuvent-ils m’indiquer la direction dans laquelle j’aurais le plus de chance de trouver de la viande sur patte ? Ou bien me faire une démonstration de leur talent ? »

    Histoire de montrer les dons de chasse du clan Inuzuka tout en profitant au Yamanaka.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 818
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Une ronde pas comme les autres [PV Shigo] Lun 27 Juin 2016 - 23:40

Et merde. Je savais que j’aurais dû réfléchir avant de parler. J’avais parlé de travers et voilà qu’il nous dévisageait, mes ninkens et moi, alors que je tendais ma main dans le vide. C’était à croire qu’il ne daignait même pas retourner la politesse. J’étais plus ou moins au courant de son historique, j’en savais du moins les grandes lignes, je savais donc pourquoi il agissait ainsi, mais je ne pouvais m’empêcher de me sentir légèrement froissé. Pensait-il vraiment que je lui tendais un piège? Je ne sais pas s’il avait senti la tension monter en moi ou bien s’il avait simplement conclu qu’aucun piège ne l’attendait, mais le Yamanaka finit par tendre la main et ce fut d’un accord tacite que nous écourtâmes cette poignée de main le plus possible. Rendu à ce point, je n’étais même plus certain si je voulais vraiment lui serrer la pince à ce type. Il déclina rapidement son nom en même temps, bien que je fusse déjà au courant de son identité. Après tout, il n’y en avait pas des tonnes comme lui.

Après un silence embarrassant pendant lequel je cherchai furieusement un sujet de conversation afin de briser le silence qui n’était perturbé que par le martellement de la pluie autour de nous. Heureusement pour nous, le couvert des feuilles nous interceptait la majorité de l’averse, nous laissant que légèrement mouillés. En guise de réponse à ma question – pas des plus poussés, je vous l’accorde – ce dernier haussa les épaules en ouvrant les bras, comme s’il m’invitait à regarder autour de nous. Bon d’accord, il n’avait rien ramassé, mais cela ne voulait pas dire qu’il n’était pas occupé. Il aurait pu me parler de… je ne sais pas moi… des différents leurres qu’il a mis en place, des raisons qui expliquent son manque de succès ou bien il aurait simplement put me dire qu’il venait tout juste de commencer, mais Yamanaka-san s’était contenté d’un seul geste pour transmettre ce message. Je savais qu’il n’avait pas la jasette facile, mais tout de même.

Réagissant rapidement sur mes pieds, j’y allais d’une autre petite remarque qui était sûre de faire poursuivre la conversation. Comme de fait, ce dernier y alla d’un commentaire qui me fit sourire. Bien sûr que non je n’en étais pas après lui, même si au début je pensais qu’il s’agissait peut-être d’une menace. Maintenant que je savais de qui il s’agissait, c’était différent. Il me posa ensuite une question – enfin plutôt à Aka et à Sei – de l’aider en lui disant la direction dans laquelle il pourrait trouver du gibier ou encore de leur montrer carrément de quoi ils étaient capables. Comme si mes ninkens avaient à prouver quoi que ce soit! J'étais toutefois prêt à admettre qu’il y avait peut-être plus de la curiosité que de défi derrière tout cela. Je ne voyais rien de mal à montrer à un confrère konohajin curieux des capacités des fameux chiens-ninjas en action. Qui plus est, ma ronde était plus ou moins finie puisqu’il ne me restait qu’à descendre jusqu’au lac Tetsu avant de retourne à Konoha. Tout en chassant pour le Yamanaka, nous resteront aux aguets pour la moindre odeur dangereuse; nous pouvions bien faire l’un et l’autre.


- Très bien, nous allons t’aider. Enfin, ils vont t’aider; peu importe ce que je vais pouvoir dire ce sont eux qui ont le meilleur nez. Vous êtes prêts, les gars?

Ces derniers, qui n’avaient pas manqué un mot de la discussion, aboyèrent avec entrain. Malgré la température peu clémente, ils étaient partants pour une petite chasse. Sans attendre plus longtemps, Aka et Sei se mirent aussitôt au boulot et commencèrent à faire le tour du petit campement que le Yamanaka s’était fait le museau en l’air, reniflant à la recherche de la moindre odeur d’animal. Mon nez était expérimenté, certes, mais jamais comme le leur, surtout lorsque venait le temps de traquer des petites bêtes. Au bout de quelques secondes – pour leur défense la pluie brouillait les odeurs – ils finirent par trouver une piste et lancèrent un cri avant de s’élancer en direction de leur proie nouvellement trouvé. Pas même le temps de nous avertir, il n’y avait pas de doute dans mon esprit que nous les retrouverions qu’une fois l’action terminé. Avant l’avance qu’ils avaient, vous pouviez êtes certains que cela leur laisserait amplement le temps de lui régler son sort.

- Je crains qu’ils n’aient pris de l’avance sur nous. Essayons de les retrouver.

Maintenant qu’ils étaient hors de portée, le Yamanaka n’avait d’autre moyen de les retrouver que de me suivre jusqu’à eux. En effet, si cela pouvait paraître impossible pour lui de retrouver mes chiens-ninjas dans l’immensité de la forêt de Hi no Kuni, mais de mon côté je pouvais sentir leur odeur plusieurs mètres à la ronde. Si cela voulait dire qu’il était forcé de me suivre, cela voulait également dire que je ne devais pas m’emporter et me dépêcher à les rejoindre; il ne fallait pas que je perde Shigo-san non plus. J’étais son guide jusqu’à ce que nous retrouvions Aka et Sei en compagnie de leur proie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 575
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Une ronde pas comme les autres [PV Shigo] Mar 28 Juin 2016 - 10:58

    Ainsi donc, le haut gradé pouvait prendre sur son tour de garde afin de s’adonner à la chasse ? Au pays de la Cendre, certains se permettaient aussi quelques distractions. Mais si l’on se rendait compte qu’on n’appliquait pas minutieusement les ordres reçus, on y perdait un doigt ou un orteil. Et au bout de trois avertissements de la sorte, la vie.

    Que se passerait-il si le Yamanaka dénonçait l’Inuzuka ? Aurait-il des problèmes ? Les chiens s’en étaient déjà allés, le filet était posé et ne restait plus qu’à vérifier son contenu.

    « Cela ne pose-t-il pas souci que vous fassiez une halte ainsi dans votre devoir pour m’aider ? »

    Selon sa réponse, le jeune homme obtiendrait peut-être un point de pression avec lequel il pourrait jouer. Que pourrait-il bien demander à l’Inuzuka ? Il l’ignorait encore. Mais la faveur d’un haut gradé pourrait toujours se révéler utile un jour.

    Takeo suggéra ensuite de retrouver ses compagnons. Shigo fut surpris, bien qu’il ne le montrait pas. A quoi bon ? Soit le chasseur court seul après son gibier pour le capturer, soit il doit courir après les chiens jusqu’à son gibier ? Quelle différence y avait-il alors ? Cette forêt était bien plus abondante en chair que celle de la Cendre. En prenant une direction au hasard, il finirait forcément par tomber sur une bête tôt ou tard.

    « Ne peuvent-ils pas rapporter le gibier sans qu’on ait à leur courir après ? »

    Shigo avait déjà vu des enfants s’amuser à lancer un bâton qu’un chien leur rapportait. Ils étaient donc aptes à ramener quelque chose à leur propriétaire. Pourquoi pas leur proie ? Mais à la vérité, le Yamanaka avait simplement quelques appréhensions à suivre l’Inuzuka, à se laisser guider sans aucun contrôle là-dessus, sans maîtrise sur son destin. Il avait vécu si longtemps en solitaire par le passé et il ne voulait pas tomber dans un piège à cause du faux pas d’une autre personne. Certes il n’y avait aucune raison pour que l’Inuzuka le mène dans une embuscade, mais il haïssait ce sentiment d’impuissance, de non contrôle. Le Yamanaka expira longuement, comme pour expulser cette frustration.

    « Allons-y… Mais il faudra me guider jusqu’ici ensuite, car je n’ai pas amassé tout ce bois pour rien non plus. »

    Le tas à l’abri du feuillage derrière lui, à n’attendre qu’une bonne chair pour être enflammé. Le Yamanaka entreprit donc de suivre l’Inuzuka. Malgré ses vêtements trempés, il semblait plutôt à l’aise, si l’on omettait ses appréhensions du lâcher prise, de laisser les rennes de sa vie à autrui. A Konoha, ils avaient plutôt tendance à se mettre à l’abri quand la pluie frappait, alors que Shigo agissait à l’inverse, étrangement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 818
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Une ronde pas comme les autres [PV Shigo] Lun 4 Juil 2016 - 18:33

Cela faisait quelques secondes déjà qu’Akamori et Seimori avaient disparus pour aller chercher un peu de gibier pour le Yamanaka et nous étions depuis resté dans un silence couvert par le bruit de la pluie. Pas des plus bavards, celui-là. Tout ça pour lui montrer de quoi était réellement capable un ninken, ce dernier semblant intrigué – ou sceptique, je n’avais pas encore choisi. C’est alors que j’eus soudain la réalisation que le Yamanaka s’était bien joué de nous, profitant de ma fierté à propos de mes chiens-ninjas pour qu’on fasse la chasse à sa place. Enfin, qu’ils fassent la chasse, mais le point restait le même. Réalisant maintenant ses intentions, je ne pus m’empêcher de lui adresser un regard en coin dans sa direction et l’espace de quelques secondes je me demandai s’il n’était en train de lire dans mes pensées en ce moment même. Je vous jure, ce masque n’aidait vraiment pas à essayer de se faire une bonne image de lui.

À ma grande surprise, ce fut Yamanaka-san qui brisa le silence, me demandant subitement si cela posait le moindre problème de m’arrêter ainsi pour chasser. Était-ce moi où j’entendais une petite pointe de reproche dans sa question? En me demandant cela, essayait-il de me faire comprendre qu’en tant que shinobi c’était honteux de déroger à ses responsabilités de la sorte? Si, je devais lui accorder, cela avait tout l’air d’être le cas en ce moment, on ne pouvait pas être aussi loin de la réalité. En vérité, j’avais pratiquement complété ma ronde, il me fallait seulement que je prenne la direction de Konoha; une dernière petite ligne droite et c’était fini. J’étais justement en train de dans ce point de mon itinéraire lorsque j’avais senti son odeur. Évidemment, mes quelques minutes passées avec lui m’avaient apprises qu’il n’était pas un grand jaseur donc je me contentai de lui donner la version courte.


- Pas besoin de s’inquiéter, Yamanaka-san! J’avais pratiquement terminé lorsque j’ai été attiré par ton odeur. Aussitôt mes paroles sorties de ma bouche que je réalisais à quel point cela pouvait sonner étrange et me rattrapai sans plus attendre. Jamais je n’aurais cru sentir quelqu’un à une température pareille.

J’eus un petit rire et me tus, jugeant que j’avais donné une réponse convenable et que je m’étais assez bien sorti de mon embarras. Le Yamanaka ne pipait mot non plus, sans doute qu’il avait été satisfait de ma réponse. Je ne voulais avoir l’air de celui qui bâcle son travail alors que je ne me permettais de me relaxer qu’une fois mon travail terminé. J’étais peut-être une feignasse, mais une fois que je commençais quelque chose je le terminais. En fait, c’était plus que je me devais de le terminer sans quoi cela me trottait sans cesse en tête jusqu’à ce que je finisse par le faire. Pour ma ronde, toutefois, c’était différent puisque non seulement je ne sentais rien d’ici, mais j’avais également été attentif et avais remarqué que mes ninkens avaient suivis une piste qui menait vers Konoha. Après tout, il aurait été illogique pour eux de traverser l’Anshin, mais je m’égare. Cela faisait quelques temps qu’ils étaient partis et demandai finalement à mon compagnon de chasse s’il désirait aller rejoindre mes ninkens. Après tout, cela ne servait à rien de démontrer les talents de chasse de mes ninkens si nous manquions tout de l’action. Je n’aurais rien su de son trouble s’il ne m’avait pas posé une simple question qui me fit réaliser que nous ne voyions pas du tout les choses de la même façon. En effet, ce dernier semblait plus intéressé par le résultat, à savoir si les ninkens étaient capable de ramener du gibier, que par la démarche, à savoir comment les ninkens fonctionnaient pour traquer et chasser leur proie. Je tâchai de mieux que je le pouvais de lui expliquer ma façon de voir les choses.

- Oh oui, ils en sont capables, mais où est le plaisir à attendre après eux? Ne préfères-tu pas faire partie de l’action?

Ne voulait pas sentir le plaisir de la chasse? Peut-être étais-je trop près de mes ninkens, mais il y avait quelque chose dans la traque, dans la poursuite de sa proie, de totalement exaltant. Courir à en perdre haleine, mettant toute l’énergie possible à rattraper notre cible, donner le maximum de soi-même – et même parfois plus – il n’y avait vraiment rien de comparable. Pourtant, je n’avais l’impression qu’il voyait la chasse de la même façon. Non, il y avait quelque chose de plus… primordial dans l’énergie que je ressentais du jeune homme lorsqu’il était question de la chasse. Finalement, après quelques minutes de silence où il dut peser le pour et le contre, il expira bruyamment et consentit à aller rejoindre Aka et Sei. Pas trop d’enthousiasme, je vous prie. M’enfin, j’étais juste content qu’il ait bien voulu. Nous devions toutefois revenir jusqu’ici une fois le gibier retrouver, mais cela allait de soi.

- Évidemment. Allez, ils sont par là.

Je jetai un dernier regard sur la place pour être certain de la garder en mémoire pour le retour, mais je n’avais pas de doute que mon odorat m’aiderait à retrouver le chemin du retour. Sans attendre un instant de plus, nous partîmes à la course en direction de mes ninkens, me fiant à la trace olfactive qu’ils avaient laissée derrière eux. Nous n’eûmes toutefois pas à voyager très loin avant de retrouver mes deux compagnons, les deux en train de chiquer sur la biche qui avait eu la malchance de se trouver non loin de notre position. Nous entendant arriver, ils levèrent les yeux vers nous et prirent aussitôt cet air de celui qui s’était fait prendre en train de faire un mauvais coup. Et ils avaient bien raison de faire cet air.

- Aka! Sei! Franchement, vous n’avez pas honte!? Cette prise était pour Shigo-san, pour lui montrer de quoi vous étiez capables. Maintenant, tout ce qu’il voit c’est que vous êtes deux gros gloutons!

J’essayais d’être en colère après eux, mais c’était rudement difficile quand ils faisaient cet air-là. Non, je devais rester de marbre et leur faire comprendre qu’ils ne pouvaient pas simplement se goinfrer sur les prises des autres. Bon d’accord, c’était eux qui l’avaient chassé, mais cela avait été avant tout pour le Yamanaka et pour lui montrer leur valeur à la chasse. Malheureusement pour moi, ceux-ci laissaient une piètre image. Je me tournai vers celui que j’avais guidé jusqu’ici et me grattai derrière la tête, un peu gêné.

- Excuses-les, c’est que des fois ils s’emballent un peu trop lorsqu’ils chassent… Si tu veux on peut t’en trouver une autre?

J’ignorais s’il s’en offusquerait que mes ninkens aient pigés un peu dans son gibier, c’était pourquoi je ne prenais pas de chance et lui proposais même de lui trouver une autre prise. Je ne savais pas pour lui, mais cela m’intéressait toujours un peu moins lorsque je savais que quelqu’un d’autre avant moi en avait déjà pris. D’un autre côté, peut-être lui avions-nous fait perdre assez de son temps qu’il ne voudrait même plus continuer de chasser avec nous, mais je souhaitais que cela ne soit pas le cas. Il ne pouvait pas nier qu’il y avait un petit quelque chose de grisant dans la chasse avec des ninkens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 575
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Une ronde pas comme les autres [PV Shigo] Mar 5 Juil 2016 - 17:26

    « Le plaisir à attendre après eux ? Vous chassez pour le plaisir ? Vos chiens, eux, connaissent la vraie raison de la chasse. »

    Le Yamanaka qui avait suivi le Jonin s’était arrêté net en voyant les animaux déchiqueter la chair de leur proie. Il n’avait même pas tourné la tête vers l’Inuzuka quand il avait pris la parole et s’était immobilisé subitement, comme s’il avait été paralysé ou frappé d’un vieux souvenir enfui.

    La chasse n’était pas un jeu où l’on s’amusait à ôter la vie et à faire couler le sang. Il s’agissait d’une nécessité : celle de se nourrir. On mettait notre propre vie en jeu, partant sans l’assurance de revenir entier, à la recherche d’une chair qui combattra jusqu’à sa mort. Personne ne savait à l’avance qui finira dans le ventre de l’autre. Un instinct primaire, un besoin primordial, voilà ce que c’était.

    Deux gros gloutons ? Non, ils récupéraient simplement leur dû. Ils avaient beau être domestiqués par l’homme, ils gardaient leurs pulsions au fond d’eux. Au pays de la Cendre, quand l’une des rares biches de la forêt tombait, toutes les mâchoires fondaient sur son cadavre, ne prenant parfois pas la peine de chauffer la viande. Un met si rare que l’on craignait qu’il ne disparaisse tandis qu’on allumait un feu. C’était la scène qui se déroulait sous les yeux du jeune homme.

    Shigo prit son canif en main tout en continuant à fixer les trois bêtes. L’Inuzuka semblait prendre plaisir à tuer. Il n’avait donc pas connu la famine ou la pénurie. Il ne connaissait pas l’importance, non pas de la vie car Shigo lui-même n’hésitait pas à tuer pour ses intérêts, mais de la nourriture. Ne jamais gaspiller pour ne pas le regretter un jour.

    Le Yamanaka, silencieux derrière son masque, s’avança vers les trois animaux. Il s’agenouilla à leur hauteur, faisant fi de la boue, et leva son canif bien haut. Shigo l’abattit ensuite sur la carcasse de la biche, là où les chiens s’étaient attaqués, et il en retira plusieurs côtes. Lentement, avec minutie, il arracha toute la chair et les muscles accrochés à ces os qui restaient malgré les assauts des deux autres bêtes. Enfin, il tendit les morceaux aux canidés en les regardant tour à tour.

    « Ca n’est pas pour le plaisir que l’on chasse. Celui qui fait ça n’est qu’un banal meurtrier. Vous l’avez bien compris, dit-il en caressant la tête du chien le plus proche. Surtout n’écoutez pas votre maître s’il vous dit le contraire. Les chiens ne sont pas des prédateurs naturels, ils sont des protecteurs solidaires de ceux qu’ils trouvent dignes. »

    Shigo se tourna alors vers l’Inuzuka, mais l’on ne pouvait toujours pas deviner ses traits dissimulés derrière le demi-crâne.

    « Si vous les respectez eux, vous vous devez de respecter les biches tout autant. Vous pouvez prendre du plaisir à chasser, mais pas chasser pour le plaisir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 818
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Une ronde pas comme les autres [PV Shigo] Lun 18 Juil 2016 - 21:03

Décidémment, nous ne voyions vraiment pas la chasse comme la même chose. Ou peut-être que si, mais que quelque part le message se perdait; comment pouvais-je le savoir? Avec ce masque, il était diablement difficile de saisir de quel humeur était l’homme, même si son odeur me donnait une bonne indication. De toute évidence, il semblait avoir tiqué sur l’une de mes paroles, lorsque j’avais mention de plaisir. Même avec ce masque, je sentis la puanteur du dédain dans ses mots comme s’il s’agissait de son haleine. Celle-ci me prit de court, ne m’attendant pas à une réaction aussi forte. Une petite partie de moi – la partie impulsive – réagit fortement et, devant la menace, se campa aussitôt. Tout de suite le dédain sans même penser un seul instant qu’il pourrait peut-être se tromper? Pour un Yamanaka, il n’avait pas l’esprit très aiguisé. Je vais le remettre à sa place, vous allez voir! Résultat de cet enflammement intérieur : mes sourcils se froncèrent. Si j’avais une partie impulsive, j’avais également une partie rationnelle qui m’empêchait d’être aussi rapidement agressif envers le Yamanaka que sa contrepartie le souhaiterait.

Son antipathie envers moi devint de plus en plus évidente lorsque, ignorant complètement mes excuses pour leur comportement – de ce que je pouvais en conclure il ne semblait pas s’être offusqué de leur comportement – il alla rejoindre mes ninkens et commença à dépecer la biche en leur compagnie pour ensuite le leur donner. Je les regardai réduire la biche en morceau, ne voulant même pas faire un geste pour ne pas recevoir une nouvelle remarque acerbe. Malheureusement pour moi, je n'eus même pas besoin de faire le moindre geste pour recevoir encore pire. Pour doubler ses torts d’un affront, il commença à faire la leçon à mes ninkens sur comment chasser et assez fort pour que je l'entende d’où j’étais. Sérieusement? Si je ne pouvais pas voir ses traits derrière son masque lorsqu'il se retourna vers moi, ce dernier pouvait très clairement voir l’irritation dans la mienne.


- Je ne sais pas d’où vous tirer cette idée que je suis un meurtrier qui prend plaisir à tuer n’importe quoi, mais je crois qu’il y a eu un malentendu. Le plaisir dans la chasse n’est pas dans l’acte de tuer, mais bien dans celui de la traque. C’est courir à en prendre haleine, c’est sentir les moindres odeurs de la nature, c’est ne faire qu’un avec la meute et agir comme une seule personne, voilà ce qui est si palpitant à propos de la chasse. Et si j’ai autant de plaisir lors de la chasse, cela n’en fait pas ma raison première : je chasse quand cela est nécessaire et seulement cela. Mon nez me dit que nous ne sommes peut-être pas d’accord sur ce point, mais c’est la façon dont mes parents et leurs parents avant eux ont été élevé alors je te prierais de ne pas leurs dire comment doivent agir et être.

J’avais laissé glisser lorsqu’il avait sous-entendu que je ne savais pas chasser, mais que mes ninkens le savaient, mais qu’il dise à mes ninkens de ne pas m’écouter alors que je suivais les enseignements qui étaient transmis de générations en génération et ce depuis Yoshiro, le premier à vivre avec les ninkens, cela éveillait quelque chose en moi que même ma partie rationnelle ne pouvait contenir. J’étais normalement quelqu’un de sociable et de conciliant, mais lorsqu’on poussait le bouchon trop loin et qu’on s’en prenait à ma meute – deux choses qu’il avait fait – je pouvais très bien commencer à montrer les dents. Faisant un petit signe de la tête, c’était le signal pour mes ninkens de revenir vers moi.

-Si vous en avez assez vu, je vais vous reconduire à votre campement et irai donnai mon rapport à Konoha. Je peux me permettre un petit détour, mais je ne peux pas me détourner de mon devoir trop longtemps.

Même si je lui laissais le choix, mon ton ne laissait place à aucune contre-proposition. N'ayant étrangement plus autant envie de lui montrer leur talent que plus tôt, je n’avais maintenant plus qu’une envie et c’était de le reconduire à son petit campement où il avait amassé son feu et reprendre mon chemin vers Konoha. Soudainement, le devoir devenait très important et c’était le moyen parfait de quitter la compagnie de l’homme masqué. Ce Yamanaka était de toute évidence un homme qui ne se faisait pas facilement d’ami et en repensant à son passé au pays de la Cendre on voyait pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 575
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Une ronde pas comme les autres [PV Shigo] Mar 19 Juil 2016 - 18:17

    Oh, l’Inuzuka passa au tutoiement uniquement pour lui donner un avertissement. Une menace voilée ? Son sang-froid serait-il en train de chauffer ?

    « Vous chassez quand cela est nécessaire… »

    Le Yamanaka se redressa pour faire face au maître qui rappela sa meute à lui, le canif ensanglanté toujours en main.

    « Vous ordonnez à deux chiens, signe d’une certaine force appelant par conséquent un grade adéquat et un salaire plus que suffisant… Assez pour la nourriture et des fourrures. Dans cette situation, où se trouve la nécessité de chasser, si ce n’est le fait de tuer ? »

    Non, Shigo n’avait pas sa langue dans sa poche. Probablement parce que leurs opinions concernant la chasse divergeait ? Takeo aimait la traque, la poursuite et la recherche. Shigo abhorrait ça. C’était une étape où l’on ignorait si on allait trouver une proie, et si la proie ne risquait pas de devenir chasseur à son tour. L’Inuzuka n’avait probablement pas connu cela, lui qui n’était jamais seul. Mais il y avait bien un plaisir dans la chasse, Shigo devait l’avouer : le moment où l’animal se retrouvait acculé, à la merci du chasseur ayant le pouvoir de vie et de mort entre ses mains, et surtout l’instant où il savait que son ventre trouvera son dû dans les minutes à venir.

    « J’en ai vu assez, en effet. »

    Le Yamanaka tourna le dos à l’Inuzuka et se baissa vers la dépouille de la biche pour essuyer sa courte lame sur sa fourrure tout en continuant :

    « Mais vous pouvez disposer sans faire de détour, je trouverais mon chemin. Retournez donc chasser par nécessité. »

    Le jeune homme masqué faisait ainsi comprendre qu’il pouvait s’en aller. Lui non plus ne semblait pas vouloir rester plus longtemps en si mauvaise compagnie, mais non sans lui lancer une dernière pique exprimant ce qu’il pensait de lui. Il lui tournait le dos et était donc vulnérable à une réponse quelconque de la part de l’Inuzuka ou l’une de ses bêtes. Mais un si haut gradé saurait sans doute se retenir poliment et retourner à son devoir comme tout bon soldat, ou devrait-on dire tout bon chien chien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une ronde pas comme les autres [PV Shigo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-