N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Un nuage de cendre [Kumojin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1762
Rang : S

Message(#) Sujet: Un nuage de cendre [Kumojin] Lun 18 Juil 2016 - 15:57

La brise marine me caressait les narines. L'odeur du sel glissait à l'intérieur. Appuyée sur la coque du navire, je gardais le visage tourné en direction du soleil levant à la douceur chaleureuse. Mes lunettes de soleil aux verres rouges posées sur le nez, je demeurais sereine tout en fumant ma cigarette. Nous voguions depuis quelques jours déjà en partance du pays des cendre pour se rendre au port de Senun au pays de la foudre. La rencontre à venir promettait d'être assurément passionnante et ce quel qu'en fut l'issue. Pour ainsi dire je n'éprouvai aucune impatience, aucune crainte, aucune excitation à cette idée. A mes yeux il ne s'agissait que d'une étape obligatoire parmi tant d'autres. Ce qui devait être fait, devait être fait, tout simplement. Et ce fut avec perspective à l'esprit que j'approchai du rivage.

L’atmosphère changeait progressivement devenant moins chaud et plus humide. Je n'avais encore jamais eu le privilège de me rendre à Kaminari, mais je devinais d'avance que ce pays ne me plairait pas car trop différent de ce à quoi j'étais accoutumée. Il ne restait plus que quelques centaines de mètres à parcourir sur l'eau avant d'accoster. Je pouvais déjà entendre les tumultes relatif à l'agitation portuaire. Odeur de sel, de poissons, de sueur et d'alcool me parvenaient à outrance. Mes facultés sensorielles me permettaient déjà de quadriller la ville. Je ressentais les présence de chaque individu présent à l'intérieur notamment les shinobi et pouvait suivre chacun de leur déplacement. Je m’essayai déjà à deviner laquelle se trouvait être mon hôte.

Nous finîmes par arriver à destination après un bon quart-heure. Je me redressai en m’étirant de tout mon long. Mes mains glissèrent le long de ma chevelure pour aller rabattre mon capuchon par-dessus. Les marins qui m'accompagnaient, et travaillantt pour mon compte, s'occupaient d’amarrer le navire et de garder ce dernier jusqu'à mon retour. De mon côté je ne perdis pas de temps pour descendre le long de la passerelle. Aucune arme n'était visible sur ma tenue qui, malgré son aspect anodin, trahissait aux yeux experts son adaptabilité pour l'infiltration et le combat. Continuant mon avancée j'envoyai d'un geste évasif le mégot de ma cigarette nourrir les poissons puis, avec une aisance qui se voulait naturelle me glissai à travers la foule abondante. Nombreux marins et pêcheurs étaient attelés à décharger les navires à quais. Le son des caisses s'entrechoquant et le craquement du bois humide s'accordaient avec les exclamations des marchands ventant, à la criée, les mérites de leurs produits locaux. Les piaillements des mouettes et autres goéland achevaient de renforcer l'archétype qui définissait l'état des lieux.. Un groupe de ces chasseurs marins fondirent sur ce qui devait être une carcasse de poisson décomposée pour qe la disputer. Je passai calmement à côté pour m'enfoncer un peu plus dans le port. Mon hôte n'était plus très loin.

De toutes les sources de chakra Shinobi présente dans la ville, l'une d'elle de distinguait par son statisme ce qui laissait présentement comprendre qu'elle attendait quelqu'un au point de rendez-vous. Je marchai le long des quais jusqu'à déboucher sur une petite place marchande. Les quelques sifflements d'eaux égarés aux milieu du tumulte ambiant me firent comprendre qu'une fontaine se trouvait en son centre. Mon hôte m'y attendait. D'autres Shinobi étaient présent dans les environs, mais semblaient d’avantages occupés à vaquer à leur tour de garde. La sécurité avait effectivement été relâchée en fonction de mon heure d'arrivée et de mon itinéraire. J'arrivais finalement devant le dit kumojin.

-Vous semblez être mon guide. Je gardai brièvement le silence le temps qu'il approuve mes dires et inclinais la tête en guise de salue. Je suis ici comme convenue à présent conduisez-moi à votre supérieur. Nous avons fort à échanger dans l'intérêt de l'un comme dans celui de l'autre.

J'attendis alors qu'il ouvre la marche afin de le succéder. Méthodiquement, j'accentuai une nouvelle fois ma sensorialité pour tenter de desceller une source de chakra supérieur celles présentes dans les environs passant y trouver parmi l'homme que je cherchais. Néanmoins je devinais cette tâche vaine. Si le Raikage avait refusé notre rencontre à la capitale ce n'était pas sans raison. Et il en serait de même à Senun. Les lieux publiques n'étaient guère propice aux rencontres, notamment quand ces derniers pouvaient potentiellement se terminer dans un bain de sang.


Dernière édition par Aozora S. Oniri le Ven 23 Sep 2016 - 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 539
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Jeu 21 Juil 2016 - 11:15

En ce jour, je faisais partie de la garde rapprochée du Raikage. J'avais été au préalable convoqué par la septième ombre en raison de mon intérêt pour les attentats qui avaient eu lieu sur les terres Shukaijin, en effet, ces faits ont grandement attiré mon attention et j'étais décidé à en trouver les responsables, cependant, il se trouve que je fus réaffecté à une autre mission. Une Nukenin nous a approchés pour effectuer un rapprochement lié à nos intérêts communs afin que nous puissions signer un accord nous permettant de mener, conjointement, la guerre contre notre ennemi commun.

Il se trouve que ce fait pouvait être lié avec les attentats orchestrés à l'encontre du Shukai. Le responsable aurait daigné se présenter à nous après avoir attaqué le Shukai, soit parce que la personne a besoin du soutien de Kumo pour mener ses actions, soit parce qu'elle a finalement minimisé les conséquences de tels actes et souhaite trouver refuge auprès de nous. Il se peut que ce rapprochement soit l'objectif initial de cette personne qui ait utilisé ses attentats pour s'approcher de nos hautes instances et ainsi, faire ce que le Rokudaime avait déjà fait, c'est-à-dire, s'approprier le pouvoir.

Ou peut-être qu'il s'agissait d'une opportuniste, se servant de ce qu'elle n'a pas commis pour bénéficier d'une aide Kumojin, auquel cas, nous aurions besoin d'une preuve avérée pour prouver que cette personne est bel et bien l'auteur de ces actions. Il peut également s'agir d'autres choses ; ces faits peuvent être radicalement différents, mais compte tenu du contexte, il se pourrait qu'il y ait un lien solide. Le tout était d'en savoir plus sur cette personne.

Avant de partir, j'eus pris soin d'éplucher nos archives et nos documents du bingo book et ainsi recherches des informations sur un éventuel groupe Nukenin allié au village ou autre, mon regard se posa sur le Zen'ryou où j'avais notamment rencontré son chef ainsi que le Samourai Taku qui en faisait partie. Cette organisation n'a ensuite plus donné aucune nouvelle, cependant, un détail ne collait pas. L'organisation prônait la paix et seulement la paix, en d'autre terme, elle ne pourrait jamais effectuer de tels attentats. Cependant, les gens changent, le monde change, il n'est certainement pas celui qu'il était il y a une ou deux décennies en arrière ; tout est possible dans le Yuukan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 907
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Jeu 21 Juil 2016 - 15:14

Debout fermement sur mes deux jambes, j’attends sereinement notre invité de marque. De tous les ninjas du village, le Raikage a choisi deux personnes bien spécifiques pour l’accompagner. Shirudo et moi, les deux prunelles de ce village. Putain, j’en ai presque la nausée à force d’être considérée comme ça. Dire que Kamikaz, Otoke et Dai doivent s’amuser à détruire Kusa et que je suis là… Non. Je n’ai pas le droit de me plaindre. Absolument pas le droit. Si tout se passe selon les pensées de Manzo, cette réunion pourra potentiellement avoir le même impact, sinon quelque chose de plus important encore. De tous les dirigeants qui se sont succédés dans ce village d’idiots, il est bien le premier à avoir réussi à gagner assez de ma confiance pour que je lui avoue être capable de lire à travers les mensonges des gens. Dire qu’il n’hésite absolument pas à faire de moi sa chose, à m’utiliser si froidement pour les intérêts des siens. J’en ai presque des frissons devant tant de calculs et de réalisme – allègrement de mon niveau. Cependant, je suis bien plus cruelle, mais qu’importe. Dans le feu de la vie de Senun, les passants avancent et continuent de me croiser sans réellement prêter attention à ma personne. Mon spectre sans visage me permet de ne pas rester dans leurs mémoires – je compte bien en abuser aujourd’hui pour rencontrer l’autre pétasse. Honnêtement, j’espère qu’elle va apprécier les efforts qu’on met en place pour elle sinon…

Rapidement, je remarque quelqu’un se rapprocher de moi et profite du momentum pour soupirer lourdement, de façon à ce qu’elle m’entende – le tout en paraissant légèrement agacée d’attendre depuis trop longtemps, mais loin d’être en colère. Savants mélanges de caractères et de mensonges dont j’ai le secret. Lorsqu’elle me demande, sans banalités moindres, si je suis bien son guide, je lui adresse un sourire discret et amical. Paraît-il que ce n’est pas quelqu’un avec qui plaisanter : je lui montrerai bien de ne pas plaisanter avec Kumo.

« En effet c’est bien moi. »

Féminine. Sage. Chaleureuse. Obéissante. C’est tout ce qu’elle doit pouvoir percevoir de ma personne si elle n’a pas le don de lire à travers les mensonges – moi, je compte bien analyser avec soin les moindres de ses réactions pour prévenir le Raikage de n’importe quelle chose douteuse. Un soupir de travers et sa tête risque de tomber. N’est-ce pas excitant comme approche ? Discrètement, je fais passer ma langue contre mes dents et hoche la tête devant la suite de sa brève introduction. Attendre ne sert à rien, aussi je m’empresse de partir vers le lieu qui m’a été indiqué, m’assurant qu’elle me suive. Elle n’a pas l’air si conne que ça quand même, elle va bien comprendre qu’il faut me suivre non ?

Une demi-heure de silence plus tard, nous arrivons enfin dans la fameuse clairière. Le lieu, isolé des regards et oreilles indiscrètes, est un excellent compromis selon moi. Suffisamment confortable pour qu’un combat puisse avoir lieu et suffisamment serein pour ne pas appeler d’office à ce dernier. Rapidement, je croise le regard des deux utilisateurs du Hiraishin. Les festivités peuvent commencer – pourront-elles avoir lieu sans que je n’aie ma graine de problèmes à rajouter ? Je m’abstiens de rire amèrement. Ce n’est pas mon objectif aujourd’hui. Un autre jour, peut-être ?

« Raikage-sama, nous voici. »

Rapidement, je fausse compagnie à notre invité et me range du côté des deux autres Kumojin, établissant un lien télépathique entre nous trois. Elle a demandé à venir nous rencontrer chez nous – j’espère pour elle qu’elle compte bien comprendre que nous lui montrons le respect adéquat tout en lui faisant comprendre qu’elle n’est rien d’autre qu’une invité. Une invité à qui nous pouvons faire subir les pires sévices fussent-ils nécessaires.

*Tout est en place de mon côté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 2072
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Jeu 21 Juil 2016 - 19:52


Anauma, anciennement Monjara Shinji

Un vent fort soufflait sur le village caché des nuages, consumant, peu à peu, la cigarette que le Nanadaime tenait entre ses doigts. Le regard plongeait dans l'horizon, ce dernier prenait une bouffée avant de la libérer et la laisser s'enfuir, portée par les rafales. La tête brune contemplait, comme à son habitude, la vue que l'on pouvait observer sur le toit du palais. Tout Kumo se dessinait devant ses yeux admirateurs. Il avait, pourtant, l'habitude de venir ici plusieurs fois par jour, mais il était toujours autant subjugué par ce tableau. Le silence régnait dans le village permettant seulement d'entendre le vent puissant et le crépitement de la cigarette. Tout était calme, trop calme même. Comme si le village en entier retenait sa respiration. Manzo ne pouvait pas vraiment s'expliquer ce qu'il ressentait, mais il décida de laisser par son esprit plutôt que ses émotions.

La rencontre avec la cheffe de l'organisation Kyoumu était programmée pour aujourd'hui. L'instigatrice de l'attaque contre l'Empire allait fouler les terres de la foudre et quoi qu'on l'en pense, ce n'était pas anodin. Seul un fou sous-estimerait la jeune femme qui a défié l'Empire et a réussi à frapper là où cela fait mal. Une chose que Kumo n'a pas su faire. Cette kunoichi représente une menace importante, mais aussi un potentiel espoir. Dans ce contexte précis, les deux entités ont un ennemi commun. Malgré les dégâts infligés, un Empire ne se détruit pas du jour au lendemain et c'est bien pour cela qu'une rencontre de ce genre émerge. Néanmoins, les deux principaux concernés de cette rencontre ne se connaissent que de réputation. Personne ne sait réellement comment l'autre va réagir, ce qui rend, par voie de conséquence, cette entrevue délicate et épineuse. Un simple mot peut déclencher une réaction en chaîne fatale.

Malgré tout cela, le Kadoria était confiant. La situation était favorable à un échange amical sans animosité et c'était ce que désirait l'Ombre de la foudre. Néanmoins, ce n'est pas pour autant que le nécromant allait être intrépide. La prudence était de mise et pour cela, il faisait appel à deux shinobis de choix. Senritsu Hak avec ses capacités à lire les gestes et les paroles d'autrui et Shirudo, une force de frappe rapide et efficace. Une association dévastatrice qui trouve son utilité avant tout dans la dissuasion et le soutien. Qui plus est, imposer une situation de surnombre avant même d'entamer le débat permet de cadrer ce dernier et d'éviter tout comportement dissident amenant à de regrettables représailles.

L'heure tournait rapidement et le manipulateur de la gravité semblait persisté dans son attitude statique. Il enchaînait les cigarettes fixant toujours l'horizon avec insistance. C'était assez inhabituel pour lui, mais il voulait sûrement faire le vide dans son esprit avant d'entamer une sérieuse discussion. Après un grand nombre de cigarettes consommées, l'homme fort de Kumo regagna son bureau et demanda à sa secrétaire d'alerter Shirudo et Hak pour qu'il se prépare. S'évaporant d'un coup grâce à son Hiraishin, il arriva dans son laboratoire afin de mettre au point quelques détails.

« Je vais aller à la rencontre de cette Saibogu Red. Je ne peux prédire ce que cette rencontre impliquera, alors tu dois te tenir prêt. Je te confie ma carte. Si tu vois un sceau s’activer vers Senun, ne perd pas de temps. Alerte tout de suite les hautes instances de Kumo qui réagiront selon le protocole mit en place. Une fois cela fait, tu rejoindras immédiatement le sceau en question. Ne t’occupe pas des cadavres pour l’instant, j’ai besoin de toute ta concentration. »

Anauma acquiesça et Manzo disparu de nouveau pour se trouver aux portes de son village où les deux shinobis l'attendaient. Le voyage fut rapide et sans encombre. Hak quitta le groupe pour se diriger vers Senun et les deux experts dans l'art des sceaux restèrent dans la clairière que le Nanadaime avait choisie. Après quelques dizaines de minutes, la Senritsu regagna ses homologues Kumojins avec à ses côtés, Saibogu Red. Rapidement, la manipulatrice du son se rangea aux côtés de ses frères d'armes et mit en place un lien télépathique très utile. Avant même de prendre la parole, la septième Ombre donna ses dernières directives servant plus de piqûre de rappel qu'autre chose.

* Restez calme, la tête froide et sur vos gardes. Vous me laissez parler et si vous voulez intervenir, indiquez-le-moi d'abord grâce au lien télépathique. Ne faites pas de geste brusque et agissez seulement si vous jugez que la situation l'oblige. *

Raclant brièvement sa gorge, le Nanadaime entama la conversation.

« Mes hommages Saibogu Red. Bienvenue à Kaminari no Kuni. »

Game on !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1762
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Ven 22 Juil 2016 - 1:18

Je suivais ce qui semblait être une jeune Kunoichi appartenant à Kumo. Naturellement je ne fus guère surprise de quitter la ville. Nous marchâmes durant une bonne demi-heure, chacune murée dans notre silence. Depuis le départ je gardai mon chakra masqué de sorte à ne rien dégager. Le soleil continuait son ascension progressive sur Kaminari, profilant une aube naissante sur la mer dont le spectacle devait mériter le détour si l'on prenait la peine de s'y attarder dessus. Seulement nous nous enfoncions de plus en plus dans les terres jusqu'à déboucher sur une zone assez dégagée embaumé par l'odeur de la rosée du matin et de l'herbe humide. Deux autre personne nous y attendait et à l'estimation de leur réserve de chakra je devinais qui étais le Raikage. L'homme avait donc décidé de bien s'entourer pour cette rencontre.

« Cet homme est prudent... » Pensais-je.

Ainsi nous nous trouvâmes tous les quatre ou plutôt était-ce à trois contre un. Jusqu'ici tout se passait comme prévu et correspondait à mes attentes. Quelques secondes s'étaient écoulés et ne nous étions pas entre-tuer. Cette clairière méritait encore d'exister sur une carte. Je pouvais donc partir du principe qu'il en serait ainsi à moins d'un faux pas de la part d'un des deux parti. Le Raikage en personne me souhaita la bienvenue. J'écoutai sa réponse tout en rabattant lentement mon capuchon. Je retirai ensuite mes lunettes avec une certaine grâce avant de les coincer dans mon col.

-Je vous remercie Raikage-sama. Vous me voyez également flattée par le fait d'être venu en personne à ma rencontre.Dis-je d'un ton neutre en plantant mon regard d'émeraude dans le sien.

Le respect. Sans doute était-ce une part de mon éducation que je ne pourrais jamais renier, essentiellement dans ce genre de contexte où une rencontre de la plus haute importance avait lieu. Un tel savoir être ne m'empêchait pas pour autant de rester sur mes aguets. En effet le fait que le chakra présent dans l’acéphale des trois Kumojin se soit soudainement mit en branle ne m'avait pas échappé. Tel était le caractéristique typique des personnes en proie à des genjutsu. La personne à l'origine de tout ceci n'était autre que mon accompagnatrice dont le chakra était davantage en effervescence. Pour avoir déjà eu affaire à ce genre de procédé je compris que tous trois se trouvaient en connexion mental ou quelque chose se rapprochant.

« Oui, ils sont vraiment prudent. Voilà qui est plutôt bon signe. »

Car cela signifiait que j'avais affaire à des personnes qui savait exactement ce qu'elles faisaient. Bien qu'ignorante de ce qui se tramait dans la tête de chacun je continuai de surveiller les deux autres Kumojin tout en soutenant le regard de leur supérieur. Après tout, voici bien longtemps que mes yeux ne m'étaient plus nécessaire pour voir.

-Si vous le permettez nous n'irons droit au but. Nous souhaitons tous les deux la chute de l'Empire. C'est pourquoi je me tiens devant-vous aujourd'hui. Afin de voir s'il serait possible de collaborer ensemble afin d'atteindre cet objectif commun. Comme je vous disais dans ma lettre : Le Shukai possède sa propre réserve d'homme qu'est Kiri. Je propose qu'il en soit de même entre Kumo et mon organisation, le Kyomu. Le contexte politique place Kaminari dans une position assez.. délicate. Pris en tenaille qu'il est entre Tsuchi et Yuki. Je ne doute points de la qualité de votre force et de votre savoir faire militaire. Mais je ne doute pas non plus de celui de l'Empire.

Le ton de ma voix relatait indirectement le professionnalisme allant de pair avec la conversation. En soit je ne faisais qu'énoncer l'évidence. Nul doute que le conseil militaire du Kaminari avait déjà étudié la question. Ce faisant, je ne doutai pas un seul instant que l'homme à qui je m'adressai puisse mesurer la teneur de mes propos.

-Vous l'avez bien compris. Mon organisation est prête à vous soulager d'une part de ce fardeau en tenant le front sur Yuki. Nous n'aurez alors plus qu'à concentrer vos forces sur Tsuchi.

Une proposition alléchante en tout point et que l'on ne pouvait, par conséquent, qu'accueillir avec méfiance. Mon but dans cette conversation étant naturellement de réussir à l'apaiser. Je penchai légèrement la tête sur le côté le tout en arborant un imperceptible sourire. Mes yeux inutiles lancèrent un regard brûlant à chacun des protagonistes, marquant la pause dans mon discours qui reprit de plus belle quelques secondes plus tard. Nous entrions à présent dans le sujet le plus délicat.

-Je suis prête à vous donner beaucoup de choses, mais tout dépendra de ce que vous serez prêt à nous donner en retour. Comme vous le savez on ne peut détruire un Empire en jour. Comme on ne peut créer une organisation capable de le faire dans le même temps. La mienne est en plein essor. Naturellement nous pourrions, certes, nous en sortir seuls et sans aide. Mais également devenir bien plus efficace si l'on nous en donne les moyens...

Je marquais une nouvelle pause affichant cette fois-ci un sourire énigmatique.

-Vous voyez où je veux en venir... Oui nous parlions bien de négociation. A partir de-là tout va dépendre de l'implication que vous serez prêt à donner à cette alliance. Accepteriez vous de la rendre officiel si nécessaire ou non ? Quoi que vous choisissiez cette guerre se poursuivra. Mais si cette alliance devait se conclure... Son efficacité serait entièrement relative à vos engagements...

La vérité était-là. Le Kyomu était encore jeune. Je disposai déjà de la force de frappe pour mettre à mal les fondations de l'Empire. Mais je cherchais pas la victoire contre ce dernier. Je cherchais son anéantissement total.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 907
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Ven 22 Juil 2016 - 18:27

Fixée aux côtés du Raikage et de Shirudo, je ne manque de regarder, fixement et droit devant comme le pire des piquets – je refuse de perdre la moindre expression de sa part. A croire qu’on m’a enfoncé quelque chose là où je pense pour que je me tienne si sage, mais qu’y faire. A la regarder, cette Red – ou qu’importe la façon dont elle veut être appelée – était loin d’être moche, jouant des atouts de son corps avec ses lunettes sans même être aguicheuse. Tout au plus, elle semble aussi sérieuse et respectueuse que nous envers le Raikage – j’espère qu’elle va mentir, ne serait-ce qu’à un moment ! La moindre petite chose qui suffise à éveiller ma curiosité, mon intérêt – quoi que ce soit pour ajouter sa tête à ma collection. Même si d’un autre côté, les Saibogu sont réputés pour leur technologie et leur appartenance à Suna. Il y a tellement d’option que je ne sais moi-même pas où donner de la tête pour m’amuser le plus, entre la voir mourir comme une vulgaire petite merde face à nous trois ou chercher à m’approcher d’elle pour une contrepartie quelconque. Lequel sera le plus amusant ? Et puis, écoutez-le l’autre là, à nous rappeler ce que nous devons faire. Comme s’il y avait un risque que je m’expose de la sorte. Je lui dois une trop grande faveur pour lui désobéir ou aller à l’encontre de sa direction actuellement.

*Elle ne paraît pas hostile. Elle vous porte en estime je dirais également. Néanmoins, elle a eu une réaction simultanée à la mise en place du lien télépathique… Et je ne crois pas aux coïncidences.*

C’était bien la première chose que j’ai recherché, et ce depuis que nous sommes là. Le moindre signe d’hostilité. Pourtant, rien. C’est presque ennuyant en réalité merde ! Elle est là, tout respect, toute gentillesse – malgré la neutralité du ton de sa voix, son corps ne peut trahir mon expérience, à moins qu’elle ne mente même mieux que moi. Alors qu’elle continue son blabla, j’essaye de m’imaginer de mon côté comment doit être sa vie. Recherchée. Criminelle après l’attaque sur le Shukai. Est-ce si excitant que cela ne paraît ? Peut-elle se lever le matin et décider qu’aujourd’hui, ce sera lui qui ira mourir et le tuer de sang-froid ? Elle n’a aucune laisse. Aucune limite. Aucune contrainte – sinon une éventuelle envie de survivre. Et en l’espace de quelques paroles mensongères de mon côté, je pourrais la finir. Tout simplement. Ou alors, m’assurer qu’elle puisse finir Kumo un jour – tout dépend du sens dans lequel je choisi de jouer à la petite garce.

*Elle est sûre d’elle et dit la vérité d’après moi.*

Je hais les négociations. C’est les histoires de Daï – moi, je préfère me contenter de mentir et rire des gens qui tombent dans mes pièges, et m’abstenir est tellement difficile. Il n’y a que la promesse de cadavres empilés du Shukai qui me garde bien sage. Rien qu’à l’écouter, elle énonce certaines choses qui paraissent tellement évidente que même Shirudo doit le savoir. Pourtant il est loin d’être futé. C’est quoi la prochaine étape ? Manzo qui rappelle oh combien Kumo est en guerre avec le Shukai, et oh combien nous sommes prêts à collaborer ? Le simple fait que cette réunion ait lieu signe pour moi le fait que cette coopération risque d’avoir lieu, à moins que les deux ne se montrent trop têtus et idiots, à chercher de comparer qui a la plus grosse : et la réponse est évidente pour des raisons tout aussi évidentes. Sans déchanter pour le moins au monde, je persiste à fixer l’invitée d’honneur pour étudier ses réactions quant à la réponse de l’Ombre. Pitié, que les choses prennent un tournant plus intéressant que ça – je me sens déjà vieillir dans ma résolution de rester honnête, et trop d'idées s'enchaînent dans ma tête. Confrontée à tellement d'opportunités diverses et se refuser de les exploiter. J'ai l'impression d'être une grosse conne trop déterminée au régime devant une pâtisserie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 2072
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Sam 23 Juil 2016 - 1:22

La tension était palpable. Les deux camps se regardaient dans les yeux attendant que l'un ou l'autre démarre les hostilités. C'était le Raïkage qui avait pris l'initiative de commencer la discussion par de simples banalités respectueuses. Même dans des situations épineuses, l'Ombre des nuages restait protocolaire pour éviter de froisser son interlocuteur. Dans ce genre d'échange, il suffit de quelques secondes pour que tout dérape. Un mot, un geste et c'est terminé. C'est ce qu'il avait rappelé à ses Kumojins, même s'il savait pertinemment que ces deux shinobis ne feraient pas de faux pas. Un proverbe dit qu'il vaut mieux prévenir que guérir et ce dernier s'applique parfaitement à la situation actuelle. Ce n'était pas par manque de confiance, mais simplement pour que tout soit clair. Manzo était un habitué de ce genre de situation. Il savait gérer les émotions qui parcouraient son esprit et son cœur. Donner ces dernières consignes représentait la voix d'un père qui voulait protéger ses enfants des événements à venir. C'était indispensable pour lui, car qui sait comment un être humain peut réagir dans ce genre de contexte.

Le regard du nécromant se focalisa sur les yeux émeraude de la jeune femme qui se dressait seul face à trois Kumojins. La cheffe était confiante dans ses capacités et dans la conclusion de cette entrevue pour ne pas avoir avec elle quelques bras supplémentaires. Arrogance ou risque calculé ? Seul l'avenir nous le dira. Pour l'heure, le maître de la gravité se tenait droit, les mains dans son long manteau noir, attendant patiemment les premiers mots de la Saibogu. La tête brune affichait un air décontracté et confiant, même si l'appel du tabac se faisait ressentir dans son esprit. Sa main venait effleurer le paquet qui se trouvait dans sa poche comme si le Kadoria voulait s'assurer que ses cigarettes étaient belles et bien-là. Ce n'était, bien entendu, pas le moment d'enfumée cette verdoyante clairière, mais il savait pertinemment qu'à la fin de cette rencontre, ce paquet qu'il caressait du bout des doigts ne durera que très peu de temps.

La jeune femme aux cheveux rouges remercia notre protagoniste en ajoutant qu’elle était flattée. L’homme fort de Kumo esquissa un bref sourire en regardant la kunoichi.

« C’est tout à fait normal. Je me devais de venir en personne pour rencontrer la cheffe de l’organisation qui a attaqué l’Empire. »

Juste après ces quelques paroles, la voix de la Senritsu résonna dans la tête du maître de la gravité. Ce lien télépathique était un outil très puissant qui faisait de Hak un élément indispensable dans cette situation et pour Kumo de façon générale. Les indications de l’Annonceur du Satoru étaient, pour l’instant, positives excepté un détail que Manzo nota dans un coin de sa tête. Restant silencieux pour l’instant, le Nanadaime attendait la suite de la conversation que Red semblait vouloir amorcer. Direct comme dans ses lettres, la puissante Nukenin ne tourna pas autour du pot. Jusque-là, elle ne faisait qu’annoncer des évidences et des propos qu’elle avait déjà tenus par écrit. Une intervention n’étant pas nécessaire, la septième Ombre ne fit que hocher légèrement la tête pour indiquer à son interlocuteur que ses propos étaient pris en compte et qu’elle pouvait procéder à la suite de sa tirade.

La suite se démarqua avec une réelle proposition. Combattre sur deux fronts en même temps. Kumo se tournant vers Tsuchi et le Kyomu vers Yuki no Kuni. Une idée somme toute correcte qui pouvait avoir son impact sur la guerre. Néanmoins, c'était presque trop simple et pour un homme calculateur et pragmatique comme le Kadoria, cela allait se compliquer. C'était une certitude indiscutable. Affichant un sourire presque envoûtant de la part de la jeune femme, le nécromant ne pouvait s'empêcher de répondre avec un sourire discret et un peu forcé. Tant que les complications n'arrivaient pas, il ne pouvait guerre faire grand-chose. C'est alors que la Saibogu entra dans le vif du sujet. Comme tout échange équivalent de bons procédés, l'ambitieuse cheffe attendait un geste de la part de Kumo, en assistant sur un point particulier, son organisation. Cette dernière était relativement récente à l'échelle du Yuukan et en développement et sur cela qu'elle appuya ses propos. L'ultime tirade de la jeune demoiselle se termina sur les potentiels termes de leur alliance et les conséquences de ces derniers. Sans attendre, Hak était au rapport en indiquant que d'après elle, elle ne mentait pas. Soit.

* Très bien. *

Orientant son regard sur les glorieux yeux d’émeraude, le Raïkage prit la parole.

« En effet, votre proposition est très intéressante pour Kumo. Notre contexte géographique nous oblige à diviser un effectif déjà moins conséquent que celui de l'Empire afin de protéger Tetsu no Kuni, mais aussi de protéger Kaminari des attaques venant des mers. Je ne remets pas en question vos doutes, bien au contraire, je les considère dans mes raisonnements. Vous ne faites que vous basez sur des faits et ces derniers sont clairs et précis. Le dernier affrontement direct entre Kumo et l'Empire s'est résulté sur une victoire de l'Empire, c'est indéniable. Récemment, vous vous êtes confronté aux forces impériales sur leur terre. Nous savons très bien que le Shûkai n'est pas à prendre à la légère et c'est pour cela qu'attaquer sur deux fronts en même temps est quelque chose que nous ne pouvons pas négliger. »

Reprenant légèrement son souffle, le nécromant continua, tout en restant stoïque.

« Naturellement, une alliance se base sur des compromis et Kumo est prêt à en faire, tout comme vous, j'imagine. Sachez déjà que si alliance il y a, Kumo pourra vous aider financièrement sur le développement de votre organisation. Je suppose qu'il qu'un endroit où résider sera nécessaire et là-dessus, nous pourrons aussi vous épauler. »

Manzo n'ajouta rien de plus sur ce sujet, car il savait pertinemmentqu'étant l'instigatrice de cette rencontre, la Saibogu avait sûrement d'autres cartes à poser sur la table. Optant pour la prudence, la tête brune attendait que Red dévoile son jeu avant de lui montrer les cartes qu'il garde dans sa manche.

« Je ne veux qu'une seule chose. Que cette guerre se termine avec l'annihilation de l'Empire. Si nos deux entités forment une alliance, mon implication sera totale. Néanmoins, je pense qu'il serait plus judicieux de ne pas rendre notre potentielle association officielle. En procédant dans l'ombre, le Shûkai serait pris par surprise et aura déjà un coup de retard sur cette guerre - nous permettant ainsi de prendre une avance non-négligeable. »

Craquant silencieusement un à un ses doigts dans ses poches, le manipulateur de la gravité reprit.

« Cependant, j’attends aussi des membres de votre organisation une collaboration totale avec les forces Kumojines. Sachant que certains de vos membres sont des criminels reconnus et de ce fait, peuvent avoir un comportement dissident, je compte sur vous pour calmer les ardeurs des plus téméraires de vos camarades. Je ne tiens pas à me retrouver dans une situation où vos hommes et les miens en viennent aux mains. Qui plus est, avant de parler plus en détails sur les termes de notre possible alliance, j’aimerais savoir quelque chose. »

Laissant le mystère planer pendant quelques secondes, le nécromancien s’empressa de reprendre.

« Pourquoi voulez-vous la destruction de l'Empire ? Ne voyez rien d'irrespectueux dans ma question personnelle, mais comprenez ma position. J'aimerais savoir ce qui vous pousse et vous motive à attaquer l'Empire des pays neutres, puis à vous allier avec leur ennemi. »

Un regard et des traits bien plus sérieux se dessinaient lentement sur le visage de l’Ombre. Les négociations venaient réellement de commencer.


Dernière édition par Kadoria Manzo le Ven 29 Juil 2016 - 17:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1762
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Dim 24 Juil 2016 - 21:36

Le Raikage se montrait clairement avisé dans ses pensées comme dans ses paroles. Ses idées n'étaient pas non plus en reste. Le fait qu'il ne veuille pas encore officialiser cette collaboration était un point important car la discrétion risquait de freiner nos marges de manœuvres. Son choix n'en restait pas moins pertinent.

-Dans ce cas cela nous fait un point commun supplémentaire. Je cherche également l’annihilation totale de l'Empire. Ou plutôt de ce qui le définit en tant que tel.

Jusqu'à présent tout se passait comme prévu. L'ombre de la foudre émit cependant quelques doutes naturelles quant à l'éventuelle cohésion de nos troupes en missions. Chose que je m'empressai de faire taire.

-N'ayez crainte Raikage-sama je puis me porter garant du comportement de chacun de mes hommes. Auquel-cas je puis vous assurer que je me chargerai personnellement de les remettre à leur place. Dis-je tout en faisant craquer mes phalanges traduisant par ce message implicite l'attention toute particulière que je réservai aux dissidents.

On ne gérait pas une organisation criminelle comme l'on gérait un village shinobi. La suprême autorité d'un supérieur hiérarchique ne faisait pas état de loi divine dans un groupe de malfrats. Non, seuls fonctionnaient : le respect, la peur et l'appât du gain. C'était en jouant habilement avec ces trois aspects que j'en étais arrivée ici aujourd'hui. A savoir, être en mesure de négocier avec le dirigeant d'une des plus grandes puissances militaires du continent. Et cela ne faisait que commencer. Je ne comptais pas m'arrêter-là.

L'éternelle question que me posa le Kadoria m'aurait presque poussé à sourire de nouveau si elle n'avait pas été posée avec autant de sérieux. Depuis le départ de mes investigations cette question revenaient à chaque fois. A se demander ce qui les intéressaient tant dans mes motivations alors que l'évidence parlait d'elle-même. Aussi ma réponse fut-elle la même. Comme à chaque fois.

-Pourquoi ne le voudrais-je pas ? Je laissai à mon tour planer le silence et son aura de mystère durant quelques secondes avant de reprendre. Vous êtes certainement mieux placé que moi pour savoir qu'une structure tel qu'un Empire n'a pas sa place sur le continent, d'autant plus si ce dernier fait assassiner ses seigneurs.

Sans chercher à m'avancer j'estimai que toutes les personnes ici présente étaient d'accord sur ce point. Cependant, pour ne pas laisser mon interlocuteur avec ce goût amer de phrases toutes faites dans la gorge j'apportais une note plus personnelle à ma réponse.

-Et si en plus de parvenir ces fins je réussissais par la même occasion à me faire un nom ainsi qu'une renommée, alors ce serait parfait. Je ne suis pas une âme charitable, mais une âme juste et opportuniste.

Et nous en revenions toujours au même point. Le monde tournait autour de cette notion bien réelle que l'on appelait « pouvoir ». Un grand pouvoir permettait de réaliser de grande ambition et dieu savait que j'en avais. L'heure n'était cependant pas aux débats philosophique mais bel et bien aux négociations. Ce détail ainsi réglé, elles pouvaient désormais reprendre de plus belle.

Cependant depuis le début de cet entretien quelque chose m'agaçait fortement. Je l'avais en effet remarqué... De tous les regards vissé sur-moi que ce soit celui du Raikage, ou de l'homme l'accompagnement, celui de la Kunoichi était certainement le plus attentif. Elle me fixait comme si sa vie en dépendait. Je ne pouvais la voir, mais le sentais très distinctement. Il m'était possible de suivre les mouvements de ses yeux. Au-delà de la méfiance inhérente à un tel contexte son attitude n'était pas naturelle. La coïncidence voulant qu'elle soit également à l'origine de la connexion mentale entre les différents protagonistes me faisant face. Ne comprenant pas encore qu'elles étaient ses intentions je me contentai de lui adresser un bref regard dénonciateur, plus taquin que réprobateur, le tout accompagnée d'une douce pointe de mièvrerie servit avec l'art et la manière.

-Pour en revenir au sujet initial. Je venais délicatement reporter mon attention sur le Raikage. Sachez que nous projetons d'étendre notre influence sur les mer du sud et de l'est. A cet effet il faudrait que les ressources que vous mettrez à notre disposition aillent dans ce sens. De part la configuration géopolitique actuel du continent. Il est fort probable que l'issue de cette guerre se joue sur la mer. C'est pourquoi je tiens à ce que nous prenions les devants. L'idéal étant d'isoler l'Empire de ses ressources que son Yuki et Mizu.

Tant de chose à accomplir en si peu de temps...

-Voici qui devrait être fait dans en premier lieu. Nous débuterons nos investigations à l'encontre de Yuki dès l'instant où nous serons prêt, le tout en nous assurant qu'aucun lien ne puis être fait entre Kaminari et le Kyomu. En second lieu je souhaiterai vous parler d'un projet sur le plus long terme qui éveillera certainement votre intérêt. Vous n'êtes pas s'en ignorer le nom que je porte. Il n'est pas en reste et attire les convoitises. Néanmoins il est toujours difficile de pouvoir pleinement exploiter le potentiel Saibogu. De tous les clans existants, celui-ci étant le plus à même de changer la face du monde, mais il est également celui nécessitant le plus de ressources. Des ressources que vous n'êtes pas encore en mesure de me fournir.

Sans avoir à le suggérer explicitement je laissai l'idée germer dans l'esprit de mon interlocuteur. J'étais loin d'être une grande scientifique parmi les miens, mais j'aimais à suivre ce principe d'équivalence. Comme certains chimistes aimaient à dire « Rien ne se perd tout se transforme ». Autrement dit c'était donnant-donnant. Et le simple fait que je parle de tout ceci au Raikage lui suffisait pour comprendre qu'il allait en tirer un intérêt certain.

-Shimo... Repris-je après un court instant. Il s'y trouve ce clan d'individus capables de synthétiser et façonner le métal selon leur bon vouloir et qui m'intéresse tant.

A ces mots je levais les mains tout en les écartant, lentement, très lentement avec une élégance telle qu'elle trahissait son côté théâtral. Ceci dans l'unique but d'éviter toute réaction excessif quant à ce qui allait suivre. Je claquai des doigts, activant le sceau qui libéra l'arme à feu dans ma main. Sitôt fait je suspendais cette dernière par la cross entre mon pouce et mon index pour montrer que je ne comptais pas m'en servir. La tention venait certainement de monter d'un cran autour de nous. Hors je demeurai toujours aussi détendue et maîtresse de moi. Je m’accroupis alors pour poser l'arme au sol et l'envoyer glisser d'un coup de pied jusqu'à mi-chemin vers les Kumojin de manière à ce qu'ils puissent la détailler.

-Voyez cela comme un cadeau Raikage-sama. N'ayez crainte. Vous pouvez le prendre. Il n'est pas piégé. Dis-je d'une voix qui se voulait empreinte de confiance. Je ne suis pas sans ignorer que des conflits internes tendent à ébranler le pays du givre. Ce que j'ignore cependant, c'est votre implication dans ces dernières. Pour faire simple, vous avez les moyens de leur prendre ce dont j'ai besoin.

Cette fois-ci il n'était plus question de non-dit ou de sous-entendu. Ce que je demandai était on ne peut plus claire.

-Ce que vous avez sous les yeux n'est rien comparé à l'immensité du potentiel Saibogu que ce soit sur le plan militaire ou économique. J'ai en ma possession des connaissances qui permettraient de sublimer bien des aspects de ce monde, mais elles ne demandent qu'à pouvoir s'exprimer une fois libérée de cette contrainte qu'est le manque de ressource. En cela les Kinzoku sont le moyens de remédier à se problème sous bien des aspects.

C'était que ce mon père souhaitait depuis toujours. Il m'avait pour ainsi dire suggéré cette proposition. Car nous continuions d’œuvrer de concert malgré ma désertion. Depuis mon départ de Suna toutes mes actions allaient dans ce sens. Qu'il soit question de la pérennité de Kaze, de la chute de l'Empire ou encore de ce projet d'envergure...

-Naturellement, il serait sot de vouloir autant s'avancer. Mais si une telle chose devait arriver... Ne voudriez-vous pas être les premiers à en profiter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 907
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Mar 26 Juil 2016 - 0:41

Avec une patience dont je fais rarement preuve, j’écoute la réponse de Raikage, me concentrant davantage sur la lecture des intentions et réactions de la Nukenin en face de nous plutôt que sur la sincérité de ce dernier. D’une analyse vulgaire de la seule intonation de sa voix, je serais favorable à dire qu’il ne mentait pas – mais le ton d’une voix était une chose relativement simple à modifier et imprécis sans le reste des indicateurs que j’avais en quelqu’un. Et puis, il faut que je sois honnête avec moi-même : il pourrait être en train de lui proposer de coucher avec des chèvres en plein milieu de Hi no Kuni que cela ne me ferait ni chaud ni froid. S’il a envie de mentir et de prendre la rousse renarde à l’envers, qu’il fasse ce qu’il lui plait au niveau de son lit. Je suis là pour lui obéir – et putain que j’aimerai qu’il se passe quelque chose de vrai. Quelque chose qui fasse monter la tension à un point phénoménal plutôt que ces discussions de personnes coincées de là où je pense… Oh, tiens tiens. Elle a légèrement sourcillé lorsqu’il a été avancé le fait d’annihiler l’empire et de garder l’alliance secrète. Serait-elle du genre à vouloir le détruire pour en reprendre le pouvoir derrière ? Très rapidement, son corps redevient le neutre d’une personne écoutant et ne souhaitant rien perdre à la discussion. Même connerie qu’avant putain. Je m’abstiens de soupirer alors que l’Ombre termine ses tirades, on ne peut plus consciente à quel point la confiance a gonflé les poumons de la rousse. Elle au moins ne bande pas sa poitrine pour la contenir et la faire paraître plus petite…

Alors qu’elle commence à répondre, deux et deux s’enchaînent dans ma tête pour réaliser quatre. Elle est sincère lorsqu’elle dit vouloir annihiler l’empire, donc…

*Elle a eu une réaction différente lorsque vous avez parlé de garder l’alliance secrète. Je ne suis pas sûre que ce soit exactement ce qu’elle veuille, mais je suis incapable de dire si elle s’y tiendra. Plutôt oui vu le déroulement jusqu’ici. Mais ce n’est pas une certitude.*

Je ne suis pas un devin non plus, et mes limites sont très bien tracées par mon expérience. Une mauvaise interprétation de ma part peut être tout bonnement fatale pour le futur qu’annonce cette entrevue, et je n’ai pas envie d’être la pauvre conne qui aura fait UNE ERREUR. Si quelque chose doit arriver, ce sera parce que je le voudrais à un moment précis. Ah, cette ardeur lorsqu’elle parle de ses hommes. Cette assurance ! Elle en transpire tellement que je pourrais m’approcher d’elle et lécher sa sueur, je suis sûr que je retrouverai exactement la même chose rien que dans le goût de celle-ci. La petite est à des lieux d’être n’importe qui.

*Elle est très confiante quant à l’obéissance de ses hommes. C’est… Edifiant.*

En l’espace de quelques mouvements, elle me regarde et m’adresse ce petit je ne sais qui transpire en elle. A croire que si combat il y aura, c’est ma tête qui va tomber en premier – je crois que la garce a clairement compris que mon rôle ici ne se limiter pas seulement à être la garde du corps du Raikage, et toute cette taquinerie qu’elle exprime… Si j’étais une femme plus sensible, je pourrais même en tomber sous le charme – mais là, j’ai seulement envie de lui sauter dessus et de l’égorger comme un vulgaire animal à l’abattoir. Pourtant, je suis sereine quant à ma posture et mes mensonges, même si l’attention que je lui porte ne doit pas échapper. Mais de là à le remarquer en pleine discussion… Elle a certainement été en contact avec des gens de mon espèce dans le passé.

*Elle a compris que je ne suis pas là uniquement pour être votre garde du corps et que je lui porte beaucoup d’attention. Voulez-vous que je lui mente pour tromper sa vigilance ?*

Ah, voilà qu’elle continue comme si de rien n’était. Quelle femme ! Je m’empêche de toutes mes forces de rigoler calmement. J’aime les gens de cette espèce. Hagard, déterminé, perspicace. A des lieux de la quantité faramineuse de pauvres débiles qui peuplent notre village. La voilà qui, calmement alors que sa tirade avance, se conforte dans sa position, discrètement mais de façon perceptible tout de même. Quoi que ce soit qu’elle propose, elle le veut. Vraiment. Ressources, ressources, ressources – elle ne fait qu’utiliser ce mot depuis le début, y portant une attention particulière. Comme une mère qui caresserait son bébé ? Enfin, j’imagine que c’est le cas – la mienne n’avait que faire de moi et laissait mon père me battre avec aisance. Et donc c’est Shimo qu’elle souhaite ? Non. Les Kinzoku. Pauvre folle – sait-elle seulement dans quelle merde elle essaye de mettre les mains ?

*Elle n’est pas hostile dans ces gestes. Elle est aussi sereine et détendue que pendant toute la conversation, sans la moindre approche offensive ou changement dans sa posture. Sans compter ce surplus de confiance. Elle ne ment pas concernant son cadeau non plus. Et je suis sûre de moi.*

Et cette assurance, à nouveau – comme si elle s’attendait à ce que le monde entier jette tout ce qu’il est en train de faire pour aller lui baiser les pieds pour les oh combien généreux présents qu’elle fait. Une vraie négociatrice. Une négociatrice qui ne reculera certainement devant rien, même si je la sens à priori peu incline à réaliser le moindre compromis sur cette histoire. Ah là là.

*Elle semble… Très déterminée à obtenir le pouvoir des Kinzoku. L’espèce de motivation qui me fait dire que même si on refuse, elle trouvera bien un moyen de son propre côté pour l’obtenir de toute façon. Néanmoins ! Je tiens à vous rappeler que les Kinzoku sont une denrée rare à Shimo no Kuni pour y avoir été l’an dernier. Tous ou presque ont eu l’idée de fuir les problèmes du pays et nombre d’entre eux est à Kumo actuellement. J’ignore cependant si Kinzoku Oni a réussi à en faire revenir en jouant de notre alliance. Une chose est sûre, elle ne ment pas quant à nous laisser exploiter le pouvoir des Saibogu, même si j’ai l’intime conviction vu sa confiance qu’elle se considérera comme gagnante au change.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 2072
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Ven 29 Juil 2016 - 17:58

Toujours les mains dans son long manteau, le Nanadaime observait la jeune femme à la crinière rousse. Beaucoup de questions s'entremêlaient autour de ce personnage aux yeux d'émeraudes. Avant son attaque contre le Shûkai, personne à Kumo ne connaissait son identité. Lorsque la tête brune avait reçu le message provenant de la cheffe du Kyoumu, il s'était rendu instantanément aux archives pour y passer de longues heures, à la recherche d'une personne correspondant à cette Red. Le résultat se solda par un échec. Rien. Aucune correspondance trouvée. Une personne de cette puissance ne peut pas apparaitre du jour au lendemain ainsi. Peu de solutions s'offraient alors au dirigeant des nuages. Kumo a bâclé son travail d'archivage, cette Saibogu Red avait une autre identité avant ou, elle a tout simplement attendu patiemment son heure… Beaucoup de mystère entourait cette jeune femme, mais il serait bien impétueux d'en parler ouvertement pendant les négociations. C'est un point que la septième Ombre mettra au clair plus tard.

La représentante de l’organisation ayant attaqué l’Empire indiqua une précision très importante. Le but des deux entités était l’annihilation de l’Empire, certes, mais surtout de ce qui le définit. Suite à cela, la voix de Hak résonna instantanément dans la tête de Manzo qui écouta en restant stoïque. Il prenait chaque mot de la Senritsu en compte avant de réfléchir à une réponse.

« C'est, en effet, un point important que vous soulevez. L'Alliance des Pays Neutres telle qu'elle était avant ne posait pas le problème que l'Empire pose. Qui plus est, nous savons pertinemment qu'un Empire sans Empereur est voué à tomber dans les abysses de ce monde. Si Samui Kakeshuou tombe, l'Empire tombera avec lui. »

La demoiselle enchaîna rapidement sur le point de ses hommes. Une attente légitime du Raïkage, car on sait très rapidement ce que peut donner un échange un peu belliqueux entre un shinobi d'un village et un criminel.

« Vous m’en voyez ravie. De mon côté, je m’engage aussi au bon comportement de mes hommes lors d’interactions avec les vôtres. »

Le nécromant scrutait les mouvements et expressions de Red pour y déceler quelque chose. Même si ce n'était clairement pas son fort, cela ne coûtait rien d'essayer. Il regardait du coin de l'œil les deux shinobis qui l'accompagnaient dans ses négociations. Hak était diablement active et efficace. Ce n'était pas une surprise pour le Nanadaime, mais il était toujours autant satisfait de voir cette génération aussi puissante. La jeune femme était un kunoichi redoutable et un atout de poids dans ses négociations. Ses raisonnements et ses observations semblaient toujours juste et le Kadoria soupirait intérieurement de ne pas être aussi efficace qu'elle dans ce domaine. Cependant, Shirudo semblait bien plus en retrait. Pourtant, c'était lui qui était venu voir en personne l'Ombre de Kumo pour de lancer une enquête risquée sur les terres impériales afin de retrouver cette organisation. Maintenant qu'il se trouve face à la cheffe de cette dernière, pas un mot. Rien ne résonner dans l'esprit du nécromant. Une situation bien particulière qu'il décida de laisser de côté pour l'instant, car ce n'était pas le plus important.

Le pourquoi du comment tomba. L’interlocutrice déclara ses intentions suite à la question du maître la gravité. Le pouvoir, la renommée et l’opportunité d’éradiquer un mal du Yuukan. Des raisons louables que le mortuaire invocateur commenta.

« Chacun peut avoir un point de vue différent sur l'Empire que l'on désire le détruire ou non. Je trouve intéressant de connaître les motivations de quelqu'un qui est prêt à beaucoup de choses pour engendrer la chute du Kamui. Qui plus est, lorsque cette personne vient à moi dans le but de fonder une alliance. Je ne suis pas là pour juger vos intentions, n'ayez crainte. Je voulais simplement avoir une réponse à titre purement informatif. Après tout, comment pourrions-nous approuver un homme ayant évincé par la menace et la forces ses égaux, ayant profité du chaos pour s'autoproclamer Empereur et ayant pris, comme première mesure, d'assassiner tous les Daimyos des pays de son Empire ? Ce qui compte, c'est ce que nous voulons accomplir, pas pourquoi nous le faisons. Et vous, comme moi, ce que nous voulons, c'est la tête de l'Empereur. »

Le visage du manipulateur de la gravité était devenu bien plus sérieux. Il s'était rappelé de ce que Shinji lui avait dit sur le jeune Hiko et c'était ce souvenir qui avait motivé les paroles de Manzo. Ce jeune Shûkaijin qui devait escorter Anauma, lorsque celui-ci était un prisonnier de l'Empire. Son échec lui avait valu une rétrogradation et la situation était assez cocasse lorsque les deux hommes se sont retrouvés pendant l'Examen des Chûnin à Suna. Cependant, malgré le contexte tendu, les deux shinobis ont discuté longuement, ayant alors une conversation très intéressante. Anauma portait le jeune garçon dans son cœur, parlant souvent de lui comme un enfant prodige. Ce Hiko n'aimait pas l'Empereur, mais le Monjara avait le sentiment que le bambin essayait de changer l'Empire de l'intérieur. Un objectif louable, mais complexe. Tout ceci rappelait à Manzo, que même parmi les impériaux, certains voulaient se défaire de leur condition en brisant l'entrave que le Kamui a placé sur eux. Même si ce n'était pas les raisons qui poussaient le Nanadaime à détruire l'Empire, il ne pouvait nier que cela produirait une conséquence positive, même pour les Shûkaijins.

Perdu dans ses pensées, le Raïkage cligna des yeux pour se remettre dans la conversation. Un bref regard sur Red pour observer que ses yeux d'émeraudes n'étaient pas pointé sur lui, mais bien sur celle qui possède le gène de la Foi. Le regard était un peu trop insistant au goût du Kage, mais là encore, ce n'était qu'une supposition. L'art de lire sur les visages n'était pas le don qu'avait reçu le Nanadaime. Néanmoins, très rapidement, la voix de Hak se fit entendre dans l'esprit de Manzo, confirmant ses craintes.

*Si cela te semble nécessaire, fais-le*

Écoutant attentivement les paroles de l’ambitieuse jeune femme, le Nanadaime rétorqua.

« Un contrôle accru des mers semble être incontournable. Kumo n'est pas à la pointe de ce domaine, mais nous vous prêterons main forte. Nous possédons un assez grand nombre de navires pour s'étendre dans les mers et prendre position. De ce fait, un embargo serait intéressant à mettre en place afin de réellement couper toutes liaisons avec Iwa et ainsi, vous laisser le champ libre pour agir tout en privant des ressources précieuses à l'Empire. De notre côté, un assaut est prévu dans les contrés de Taki no Kuni. Si rien ne change, nous engagerons les hostilités de notre côté d'ici peu de temps, vous laissant, de ce fait, un peu de répit pour préparer votre offensive. »

Le Raïkage marqua une pause avant de reprendre. Il était un peu surpris de voir Red parlait déjà de projet à long terme.

« Votre clan est, en effet, très connu que ce soit à Kumo, ou dans le monde de façon plus globale. Nul ne peut ignorer le potentiel des Saibogu. Vous le dites très bien vous-même, c'est le clan capable de changer le Yuukan grâce aux talents et à l'intelligence de ses membres. Votre chef, il me semble, avait déjà visité Kumo pour justement proposer un accès à votre technologie. Il serait bien idiot de ma part de passer à côté d'une telle opportunité, mais vous connaissez bien mieux votre clan que moi et vous semblez être convaincu que Kumo ne possède pas les ressources pour vous aider. »

Un silence quasi-monacal suivi, la dernière phrase du Kage. Il attendait un peu, car il savait pertinemment que la jeune femme avait une idée derrière la tête en parlant de tout cela. Néanmoins, qu'importe son idée, Kumo pouvait en ressortir grandit de bien des façons. Obtenir le savoir des Saibogu pourrait renforcer de manières considérables tous les aspects du village. Restant stoïque, Red arriva sur le terrain glissant de Shimo no Kuni, parlant plus particulièrement du clan qui y réside. Les Kinzoku… Kumo et le Raïkage les connaissent bien. Bon nombre d'entre eux ont rejoint le village à cause de la guerre civile. La jeune femme ne doit pas forcément connaître l'implication du village des nuages dans cette guerre, mais vu qu'elle intervient sur le pays du givre, elle doit s'attendre à obtenir l'information. Sa tirade se termina par un geste inattendu. Ses mains s'élevèrent lentement vers le ciel, comme pris dans une transe. D'un claquement de doigts, une arme à l'aspect original et particulier apparut dans la douce main de la Saibogu. Mon visage resta neutre, même si mes mains se crispèrent, attendant de voir la suite. Une attaque aussi soudaine et surprenante semblait invraisemblable. Attendant patiemment, Red afficha sa création en la suspendant à son pouce pour la mettre en évidence et surtout, indiquer qu'elle n'allait pas l'utiliser. La demoiselle mit l'arme à terre pour l'envoyer dans la direction de la septième ombre via un coup de pied bien placé. Elle enchaîna sur quelques paroles indiquant que c'était une sorte de cadeau au Raïkage pour qu'il observe l'étendue du pouvoir des Saibogu. Elle ajouta qu'elle avait connaissant des conflits habitant le pays du givre, mais qu'elle aimerait connaître la position de Kumo concernant ces derniers, ajoutant que Kumo a les moyens d'obtenir ce dont elle a besoin. La voix de Hak retentit dans l’esprit de l’Ombre afin de lui indiquer qu’il pouvait prendre l’arme. Esquissant un sourire, le manipulateur de la gravité fit parler son don en utilisant un sceau posé sur son poignet pour attirer l’arme vers lui. Enlevant sa main droite de sa poche, l’arme arriva à une vitesse impressionnante dans la paume de sa main. Tournant l’arme dans tous les sens, il observa attentivement le travail méticuleux et impressionnant de la cheffe du Kyomu. Il n’avait jamais eu l’occasion d’observer une telle création et on pouvait voir la fascination du scientifique dans ses yeux.

« C’est une pièce d’équipement très impressionnante. Votre clan et vous-même êtes capables de faire des choses remarquables. »

S’arrêtant quelques secondes, Manzo reprit avec un ton plus léger.

« Je vois que vous avez fait vos devoirs avant de venir. Shimo est, en effet, tiraillé par une guerre civile qui dure déjà depuis bien trop longtemps. De par sa proximité, nombreux sont les Kinzoku à avoir trouvé refuge dans l'enceinte du village des nuages. Toutes ces raisons ont amené Kumo à s'intéresser de près aux pays du givre. Nous avons pris contact avec la cheffe de la rébellion qui se trouve être une Kinzoku. Suite cela, nous avons établi une alliance. Nous épaulons la Kinzoku dans son combat afin de l'amener au rang de Daimyô et en échange, elle rallie Shimo no Kuni à Kumo. »

La tête brune écouta attentivement les dernières paroles de la Saibogu avant d’y répondre.

« Je me doute que ce que j'ai entre les mains n'est qu'un fragment de ce que votre clan peut faire, si on lui donne les ressources nécessaires, cela va de soi. Je ne peux nier que votre technologie serait plus que bénéfique pour Kumo. Cependant, si je vous indique les relations entre Shimo et Kumo si ouvertement, vous vous doutez qu'il y a une raison. Lorsque Kumo entamera un mouvement militaire vers Shimo, les autres nations en seront rapidement informées provoquant ainsi, une potentielle défense de la part de l'Empire, par exemple. De ce fait, il est dans votre intérêt de m'épauler dans la conquête de Shimo pour, par la suite, obtenir toutes les ressources qu'il vous faut pour développer votre clan à son paroxysme. »

Tout était clair dans l’esprit du Kadoria, mais il désirait ajouter une dernière chose avant d’entre la réponse de la Saibogu.

« Permettez-moi d’amener dans notre discussion, un point qui peut-être important. Comme vous me l’avez signalé, je suis familier avec le nom que vous portez, mais je suppose que Suna aussi. Je ne veux pas empiéter sur votre passé ou votre vie privée, mais je dois savoir si vous étiez lié de près ou de loin avec Suna. Simple mesure de précaution afin de me préparer à un potentiel ennemi supplémentaire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1762
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Lun 1 Aoû 2016 - 13:01

Je ne pus réprimer un sourire à l'annonce de cette évidence comparant le Samui au pilier central de l'Empire. Il était plaisant de constater que nous avions les mêmes idées. Ainsi donc je savais qu'il me serait désormais possible de compter sur le soutien de Kumo dans mon projet pour l'assassiner. Le ton de la conversation s'était allégé. La tension inhérente à un éventuel coup d'éclat s'était légèrement relâchée bien que l'atmosphère demeurait toujours aussi dense. Nul n'osait relâcher sa vigilance, moi la première, tout en ayant l'intime conviction qu'à ce stade il ne pouvait plus y avoir d'hostilité. J'observai du coin de l'esprit la Kunoichi effectuer son rapport à son supérieur. Son chakra s'agitait davantage lorsqu'elle essayait de communiquer.

J'avais désormais l'intime conviction qu'elle analysait chacun de mes gestes et mimiques afin de récolter un maximum d'informations sur-moi quelles qu'elles furent. J'avais déjà eu à faire à ce genre de personne notamment de part mon ancien poste de conseillère à la défense. Kioshi était également doué dans ce domaine. La grande différence étant que lui avait toujours su faire preuve de discrétion lorsqu'il se prêtait à ce jeu contrairement à la jeune femme qui manquait de naturel. Aussi allais-je jusqu'à lui adresser un nouveau sourire enjôleur lorsqu'elle eut finit de transmettre son message et ce afin de l'encourager à s'améliorer. Le Raikage quant à lui eu droit à une attention plus estimée, plus sérieuse.

-En ce qui concerne l'Empereur j'ai le regret de vous annoncer que cela sera encore plus difficile que prévu. Je l'ai affronté à plusieurs reprises et outre son titre de vétéran de guerre cet homme n'a plus rien d'humain, au sens littéral. On pourrait l'assimiler à un Gogyou de glace. De part ce fait son corps est quasiment impénétrable par la plupart des attaques tout comme le poison et la maladie n'ont aucun effet sur-lui. Si Samui Kakeshuou est l'élément central de l'empire, il est également le plus solide de tous. Seulement il possède une grande faiblesse, un trait de caractère qui le mènera à sa perte.

Le ton de ma voix était empreint d'une certaine sévérité qui traduisait mon professionnalisme et toute l'expérience inhérente à ce dernier. Éliminer l'empereur faisait parti de mes projets depuis le départ. Seulement lorsque je désirai tuer quelqu'un je m'y préparai avec méthodisme. Après tout, il n'existait pas meilleur chasseur que celui connaissant parfaitement sa proie.

-Avant d'être un empereur. Il est avant tout un guerrier. Sa place ne sera jamais à labris derrières des remparts fortifier, mais sur un champs de bataille. Ainsi les opportunités de prendre sa tête ne manqueront pas dans l'avenir. Néanmoins la mort du Kamui est un cas très spécifique méritant que l'on s'y attarde ultérieurement.

Le fait que je leur transmette de telles informations étaient en soit une preuve de la confiance que j'étais prête à leur porter, mais également des attentes que je plaçai en eux. Pour en revenir à la situation présente. En soit, même si elle était loin de m'être indispensable j'attendais beaucoup de cette alliance avec Kumo qui, à n'en point douter, servirait de marche pieds à mon ascension. J'abordai cependant la nouvelle de leur coopération quant au clan Kinzoku avec davantage de tact. C'était bien. Ils comprenaient qu'au-delà de remporter une guerre contre un empire, nous étions également en train de préparer l'avenir de ce monde.

-Je vous avouerai que je ne m'attendais pas à ce que vous requériez notre aide pour pacifier cette contrée, Raikage-sama. Cependant j'admets comprendre votre demande qui est somme toute légitime. C'est pourquoi le Kyomu sera tiendra prêt à vous fournir le soutien logistique et militaire nécessaire à vos investigations à Shimo.

Au risque de compromettre la couverture de notre alliance. Mais en soit cela ne me dérangeait guère. Même si j'étais prête à respecter le souhait de garder tout ceci secret, il était dans mes intérêts que le Shukai finisse par apprendre la vérité. Hors chaque chose devait avoir en lieu en temps venu et pour l'heure, je préférai concentrer nos intérêts afin d'optimiser nos ressources pour nous préparer à accueillir l'empire le jour venu.

-Pour en revenir au soutien que vous pourriez apporter à notre organisation, voici nos exigences. Comme vous l'avez si bien compris, elles concerne essentiellement des ressources navales.

D'un geste cette fois-ci plus naturel, je sorti d'une enveloppe de ma sacoche. Je m'approchai alors du Raikage en faisant preuve de toujours autant d'égard. Arrivé à moins d'un mètre je lui tendis la lettre tout en lui adressant un regard dans lequel se mêlait respect et envoûtement.

-Vous trouverez tout le détail à l'intérieur. J'y ai également ajouté le descriptif de codage fuinjutsu pour nous permettre de communiquer en toute impunité. Si tout se passe comme prévu nous devrions être en mesure de mener nos premières investigations sur Yuki no Kuni vers le milieu de l'hiver, ce qui, pour autant, ne nous empêchera pas d'intervenir à Shimo le moment venu.

Lui tournant le dos j'allais reprendre place face à cette petite assemblée au milieu de la clairière. Je pouvais sentir le soleil poursuivre son ascension au-dessus de nos têtes. La matinée avançait paisiblement. La chaleur continuait de grimper se rapprochant des températures tropicale propres au pays mais dont l'intensité ne pouvait être comparée à celui de mes origines. L'air était toujours aussi lourd et son humidité imprégnaient la généreuse flore de la clairière. Durant une poignée de secondes je pus suivre les déplacements d'un petit félin certainement parti en chasse à plus d'une centaine de mètre de-là. Je m'étonnais moi-même de l'amplitude de mes capacités sensorielles qui s'étaient considérablement accrue depuis mon affrontement contre le Kamui. Au moins cela me donnait la certitude que nous étions les seules présences humaines dans les environs bien que je doutais que l'on puisse encore me considérer comme tel de part ma condition. Sorti de son contexte, l'idée que Kaminari en vienne à pactiser avec une démone avait quelque chose d'amusant. Et les paroles du Raikage firent en quelque sorte écho à mes pensées. Lui qui craignait un éventuel retour de bâton quant à mes origines Kazejin eu rapidement sa réponse.

-En tant que Saibogu je suis naturellement originaire de Kaze et ai déjà eu affaire à Suna. Je me suis cependant assurée qu'aucun de ces deux partis ne me porte attention. Pour ainsi dire, c'est comme si je n'avais jamais vraiment existé à leurs yeux. Vous n'avez donc rien à craindre de leur part, qui plus cela étant, ceux-ci semblent déjà avoir leur propre guerre à gérer...

Le déluge d'incompétences des hauts représentants de Kaze avait une fois de plus frappé au point de s'embourber dans une guerre qu'ils ne semblaient pas capable de pouvoir gérer. C'était ce manque flagrant de conscience professionnalisme et de nombrilisme averti qui m'avait poussé à quitter ma nation afin d'adopter des mesures beaucoup plus radicale en dehors du cadre de toute loi. Je comptais faire en sorte que Kaze continue d'avancer, que ce soit de gré ou de force. Et Kaminari m'y aiderait sans même s'en rendre compte.

-Tout comme nous avons la notre... Repris-je après un court silence. Mizu et l'ascension de Kiri risque de représenter un problème de taille dans l'avenir, renforçant d'autant plus l'importance pour nous de posséder une puissance navale conséquente. A partir de là, nous pourrions entrer en contact avec le Johoukokan qui détient une grande part du marché maritime des mers du continuent. Une de mes connaissances travail pour eux. Avec l'appuie de Kaminari je pourrais être en mesure de négocier des contrats plus qu'avantageux pour nous.

Quand je disais que je ne faisais rien au hasard.

-Si cela vous intéresse, je pourrais organiser une rencontre avec la Grande Grue. Vous ou l'on de vos hommes pourrait y assister.

Dans l'immédiat il s'agissait de ma dernière requête. Il y avait encore fort à faire, mais rien que nous ne pouvions mettre en place par correspondance. En soit si tout continuait de se passer comme prévu, j'estimai que cette guerre commençait plutôt bien, en plus d'être tombée à pic.


Dernière édition par Aozora S. Oniri le Mer 3 Aoû 2016 - 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 907
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Mer 3 Aoû 2016 - 12:44

Une fois de plus, un flot de paroles aussi inutiles qu’insensées commença à émaner. Si je suis particulièrement attentive à tout ce qui se produit sur le corps de la Saibogu – certainement un excès de zèle de ma part mais qu’importe – je ne peux m’empêcher de penser qu’avec le rythme auquel avance la conversation je suis condamnée pour rester ici jusqu’à au moins la nuit – si ce n’est que le Raikage commençait tout bonnement à déblatérer des parties de sa stratégie qui, jusque-là, m’étaient inconnues. Une attaque à Taki no Kuni ? Voilà qui risque d’être une louable occasion pour moi de dégourdir mes os, et je sais déjà que je vais me démener pour y participer. Dai, Kamikaze et Otoke s’amusent à Kusa à l’heure qu’il est, et rien qu’à m’imaginer la quantité de pauvres personnes n’ayant rien demandé à personne se faire emporter par le souffle des explosions du Bakushô… Rien qu’à imaginer la quantité de sang, de pièces de corps détachées et la folie ambiante devant leur intervention. Tout cela m’est largement suffisant pour pouvoir atteindre l’extase et des frissons de plaisir réel, mais je ne sais que trop bien qu’actuellement, l’heure n’est pas au fantasme militaire. Lorsque la pétasse rousse se tourne vers moi pour m’envoyer un sourire de plus – la certitude transpirant tellement dans son comportement que ça m’en donne la nausée – je me décide enfin de faire un léger pas dans son petit jeu et, pliant mon genou droit vers ma jambe gauche, je couvre délicatement ma bouche avec ma main gauche en lui adressant un magnifique sourire également, et forçant le rouge à monter à mes joues pour ne faire que jouer à la petite conne qui tomberait sous son charme. Mes jeux d’acteurs doivent être largement suffisamment pour lui insinuer ne serait-ce que le doute, même si je suppose sincèrement qu’elle a exactement compris ce que j’étais dans cette petite entrevue – et ça n’a pas l’air de la déranger plus que ça.

L’empereur, un Gogyou de glace ? Voilà qui va rendre la tâche bien plus amusante – et qui, à mon avis personnel, rajoute une touche de charme et de mystère à cette femme. Pour avoir ce genre d’informations et la sincérité jointe à la conviction en les avançant, c’est qu’elle y a été directement confrontée. Ce qui veut dire que…

*Elle ne ment pas sur les capacités de l’Empereur. Plus encore, avec la conviction qu’elle met dans ces propos j’ai envie de prendre le risque et supposer qu’elle l’a vu se battre, ou l’a combattu elle-même. On pourrait peut-être obtenir plus d’informations à ce sujet ?*

Qu’il le fasse maintenant, plus tard, qu’il me laisse m’en charger – qu’importe. S’il n’est pas totalement débile, et j’ai bien envie de croire que ce n’est pas le cas, il ne laissera pas cette occasion d’en savoir plus sur la cible prioritaire à abattre. N’est-ce pas ? Surtout qu’elle continue à donner des informations tout aussi véridique – du moins y croit-elle, donc pourquoi ne pas attraper l’hameçon qu’elle nous tend si soigneusement et l’entraîner au fond de l’eau, avec nous ? Il ne faut pas non plus qu’elle se considère comme la maîtresse en ces terres, il ne manquerait que ça à son égo. Déjà qu’elle accepte de nous aider à Shimo, le mélange d’émotions qui traversent son corps est bien aigre. Une pointe de sarcasme, un peu de soulagement, du sérieux… C’en est presque à me faire regretter de ne pas pouvoir lui ouvrir sa tête à coup de griffes pour voir ce qu’il s’y passe.

*Elle continue toujours de dire la vérité concernant l’Empereur. Elle semble d’ailleurs porter un réel intérêt à la mort de ce dernier, presque comme… Un fanatisme. Cependant, elle reste sincère quant à l’aide qui pourra être apportée à Shimo. De toute façon, elle ne peut que y gagner.*

Lorsqu’elle s’approche avec sa lettre, je signale calmement l’absence de la moindre hostilité dans ses mouvements. Je pourrais relâcher de mon zèle et paraître quelque peu plus naturelle, mais je trouve un certain comique au fait qu’elle sache pertinemment qu’au moindre faux pas, elle risque de se retrouver en trois contre un. L’Hiver me semble bien loin personnellement, mais n’étant pas une stratège militaire… Je me dis que j’en parlerai certainement avec Daï. Tiens ? Elle semble sereine au retour à sa place, et s’étonne même un bref instant sans qu’il n’y ait de vraie raison selon moi. Et un rapport de plus.

*Elle s’est quelque peu concentrée en retournant à sa place, et tout à coup a eu un bref instant où l’étonnement a pris le dessus. Se passe-t-il quelque chose dans les environs, Raikage-sama ?*

Calmement, elle répond finalement à la question concernant ses origines. Sachant pertinemment l’importance de la réponse à cette question, j’inspire calmement avant de tout décortiquer, comme si j’analysais un vulgaire débile profond de ce pays sur lequel je serai en train de tester un nouveau Genjutsu. La moindre erreur, la moindre sensation – tout compte dans ce genre de situations, et c’est l’essence même de mon talent. Être plus efficace. Egalement, il est important que je prenne en compte le fait qu’elle sait probablement exactement ce que je fais ici, donc le choix de ces mots n’est plus lié à la conversation simple – passer outre une partie de la vérité ou d’un mensonge en omettant d’en parler n’est pas compliqué à faire, et comme ce n’est pas moi qui pose les questions…

*Je ne distingue pas particulièrement de mensonge dans sa réponse, mais ça reste évasif et je doute qu’elle ne veuille parler plus compte tenue du choix de ses mots. Néanmoins, la façon dont elle parle de Kaze… Même si elle ne manque pas d’amertume à son égard, j'ai l'impression qu'il y a plus. Sans être capable de dire quoi, désolé.*

Et c’est tellement romantique que je pourrais m’approcher d’elle et lui vomir droit sur le visage. Ces sentiments de patriotisme, de je ne sais quoi qui me dépasse tant. Il n’y a rien de bien à être attaché à un bout de terre. Rien de bien à être attaché à un tas d’inconnus. Ce ne sont que des pions, que des jouets que l’on peut manipuler comme bon semble. Et voilà qu’elle propose un acteur de plus dans ces discussions, comme si nous n’étions pas déjà assez. D’un message simple et bref, je confirme au Raikage qu’elle dit la vérité sur cette entreprise et ses liens avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 2072
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Lun 12 Sep 2016 - 20:32

Une légère brise venait bousculer soigneusement les cheveux un peu ébouriffé de l’homme fort de Kumo. Face à ce vent, le Raïkage ferma de quelques millimètres ses yeux meurtris par le manque de sommeil évident. Ces derniers mois étaient tout sauf aisée. Il en venait presque à regretter les jours où sa seule mission était de vagabonder dans le monde et trouver des informations. Il pouvait se la couler douce sans personne pour lui rappeler ses responsabilité. C’était une époque plus facile, certes, mais moins prestigieuse. Maintenant, Manzo était l’Ombre de Kumo. Un titre que peu de personnes ont la chance de porter dans le Yuukan et il devait s’en montrer digne. C’est ce qu’il essayait de faire chaque jour, donnant le maximum de lui-même, quitte à se détruire à petit feu. Son corps lui envoyait constamment des signaux indiquant que la boutique avait du mal à tourner, mais la volonté de l’homme en question dépassait tout cela pour les ignorer.

La conversation arrivait doucement vers la fin, même s’il restait encore beaucoup de choses à dire et à voir. Néanmoins, l’incroyable jeune femme mit en exergue un point important. L’Empereur était devenu, au fil du temps, un ennemi encore plus redoutable, ayant perdu toute son humanité pour se rapprocher d’une sorte d’assimilateur de glace. Une nouvelle inquiétante que le Kadoria encaissa en restant stoïque. La Saibogu détailla l’impénétrabilité de son corps, notamment au niveau des poisons, ce qui contraria légèrement Manzo. Néanmoins, la cheffe du Kyomu apporta une faiblesse exploitable. La demoiselle au regard perçant devint plus sérieuse qu’elle ne l’était déjà en marquant une pause dans son récit qui installa un effroyable silence. Ne quittant pas ses yeux, je me plongeai dans ses derniers, attendant qu’une parole me ramène à la surface. Red ne perdit pas de temps en expliquant méticuleusement que l’Empereur est avant tout un guerrier. Il a toujours été sur le champ de bataille lors que le combat s’amorcer. Ainsi, les adversaires du Kamui auront plus occasions de l’atteindre et de le terrasser et c’est bien tout ce que le Kadoria demande.

« Vos informations nous sont très utiles et je vous remercie de les partager avec nous. Qui plus est, vous avez eu l’opportunité d’affronter, plusieurs fois, l’Empereur en personne, chose que je ne peux prétendre. Votre expérience sera indispensable pour notre alliance, car si nous possédons bon nombre de techniques du Kamui, nous serons plus à même d’anticiper et de réagir à ses assauts. »

La suite de la conversation dériva sur le cas de Shimo no Kuni et il est vrai que le maître de la gravité n’avait pas dévoilé l’entièreté de son stratagème à l’ambitieuse demoiselle. Son but était d’avant tout jaugée la réponse et les réactions de la Saibogu, tout en écoutant attentivement ce que Hak pouvait lui dire. Le Kyomu était prêt à soutenir Kumo pour Shimo et c’était nouvelle intéressante. Le nécromant ne fit qu’un simple signe de la tête et attendit le développement final des paroles du génie de la technologie. Celle-ci expliqua les exigences de son soutien via une enveloppe qu’elle tendit au Raïkage en s’approchant lentement de lui. Les deux se fixèrent pendant quelques secondes, alors que le Nanadaime prit l’enveloppe tout en continuant de regarder Red. Après quelques secondes, la jeune femme ajouta quelques mots à ses regards, indiquant qu’en plus des exigences, il y avait aussi un codage via Fuinjutsu pour communiquer à l’abri de toutes perturbations. Elle termina sa tirade en indiquant que son organisation serait en mesure de lancer les premières investigations sur Yuki no Kuni vers le milieu de l’hiver. Un rictus de plaisir s’afficha sur le visage du Raïkage.

« Votre soutien sera, en effet, le bienvenue, mais sachez qu’il ne sera pas nécessaire à Shimo no Kuni. Les forces rebelles combinées aux forces Kumojins écraseront rapidement les forces Shimojins si jamais le Daimyô désire combattre. Ma seule hantise était une potentielle intervention du Shûkai, mais lorsque votre organisation se concentrera vers Yuki no Kuni, l’Empereur ne perdra pas une occasion de se venger de ceux qui ont endommagé son Empire. Les yeux du Shûkai seront braqués sur vous, alors que nous entamerons la conquête de Shimo. Par la suite, nos troupes seront bien plus avancées pour une attaque rapide vers Taki no Kuni notamment. Nous pourrons donc vous rendre la pareille en forçant une attaque sur le flanc Ouest de l’Empire, vous offrant alors le champ libre pour Yuki. »

La résidait toute la stratégie du manipulateur de la gravité. Le sujet se déplaça de nouveau sur l’ultime question que le Kadoria lui avait posée. Elle est, en effet, originaire de Kaze et a déjà eu affaire à Suna, mais elle m’assura avec conviction que Kumo n’avait rien à craindre de leur part. Hak était persuadé qu’il y avait quelque chose de plus dans cette histoire avec Suna, mais Manzo ne voulait pas insister sur cet aspect sûrement trop personnel pour une rencontre de ce type. L’homme fort ne Kumo se contenta d’un hochement de tête pour affirmer les propos de la cheffe du Kyomu. Ne s’arrêtant pas, elle enchaîna sur Mizu et Kiri et leur ascension. Ce problème renforçait l’importance pour notre alliance d’obtenir une flotte conséquente et puissante. Ainsi, Red était capable de nous mettre en relation avec le Johoukokan, grande organisation commerciale que Manzo connaissait bien via Shinji. Rapidement, le Raïkage prit la parole.

« C’est un problèmes que nous devons traiter rapidement et efficacement. Je vais moi-même rencontrer rapidement le nouveau Mizukage via un de mes contacts. Je ne garantis pas ce qui ressortira de cette entrevue, mais je posséderais quelques éléments de réponses. Pour ce qui est du Johoukokan, Kumo avait négocié un contrat avec eux et je serais ravi qu’une rencontre soit organisée afin d’augmenter notre puissance militaire. »

L’Ombre de Kumo reprit son souffle avant de continuer.

« Je pense que pour une première entrevue, nous avons fait le tour. Tous les détails se régleront par le biais de votre codage sans le moindre souci, je l’espère. Scellons donc notre alliance officiellement. »

Le maître de la gravité s’avança alors à mi-distance, tendant une main ouvert à la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1762
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Ven 16 Sep 2016 - 19:04

Un sourire de satisfaction fendit le visage de l'Ombre de la Foudre. J'ignorai s'il était simulé, mais je me plaisait à croire que nous étions sur la même longueur d'onde. Si mon soutien pour Shimo ne lui était pas nécessaire dans l'immédiat, la désormais certaine future attaque du Kyomu sur Yuki no Kuni quant à elle pourrait se révéler décisive.

-Votre suggestion est on ne peut plus avisée. Nous pourrions effectivement faire en sorte de coordonner l'attaque du Kyomu sur Yuki de manière à ce qu'elle concorde avec vos investigations à Shimo le tout sans éveiller le moindre soupçon quant à notre collaboration. En ce qui concerne le Johoukokan je me chargerai dans ce cas de les contacter afin d'y organiser une rencontre.

Finalement tout s'était passé comme prévu et cette discussion ne s'était pas terminer dans un bain de sang. Nous étions tous en un seul morceau, moi la première, j'estimai donc être dans une belle journée. La discussion touchant à son terme, je ne tenais pas à m'éterniser davantage en cette contrée qui ne m'était point familière.

-S'il vous en est gré je vous prierai de me tenir au courant du résultat de votre entretien avec le Mizukage. Des rapports qui m'ont été transmit, j'ai cru comprendre qu'il n'était pas un fiers partisans de l'Empire. Il se soumet à ce dernier dans l'unique but de redorer le blason de Kiri et aspire certainement à lui rendre son autonomie. Pour autant je doute qu'il en vienne à mordre la main qui le nourrit notamment par les temps qui courent a moins de lui offrir un repas plus goûteux à se mettre sous la dent. En somme tout est affaire d'intérêt avec cet homme. Je vous conseillerai donc de trouver son prix.

Il était probable que je sois moi-même menée à rencontrer ce fameux Shinda Michiki suite à son entretien pour le moins houleux avec Milly. La diplomatie n'était pas le fort de la Kaguya, mais par chance elle était parvenue à me fournir des informations pour le moins significative qui me permettaient de cerner le Mizukage avant d'avoir eu l'occasion de m'entretenir avec lui. Je ne pensais certainement pas devoir un jour négocier avec des nécromancien. Cette idée était assez... dérangeante... Mais comme toujours je me laissai porter par cet adage disant que la fin justifiait les moyens. Et en somme l'ironie voulait que ce Kadoria Manzo savait étonnement bien se tenir en plus de faire preuve de civisme et ce malgré qu'il empestait la mort. Cette odeur dont l'on ne pouvait se débarrasser si facilement n'avaient effectivement pas échappé à mes sens aiguisés.

Néanmoins je n'hésitai pas un seul instant à répondre à son invitation à lui serrer la main. Depuis le début de notre conversation je n'avais eu de cesse d'analyser son corps en boucle pour y desceller toute éventuelle émanation de chakra alternative et ce de façon presque instinctive. Je ne le craignais pas, c'était mon métier qui voulait cela. Et ce fut ce qui me permit de répondre positivement à cette convention social qui scella nos accords.

-Ce fut un plaisir Raikage-sama. J'ose espérer que d'avenir nos interactions se révéleront tout aussi productive, mais aussi dans un cadre plus privé.

Dis-je d'un ton neutre en tournant les yeux en directions de Kunoichi qui jusqu'à présent n'avait eux de cesse de décortiquer chacun de mes faits et geste. Si elle avait été sous mes ordres je ne me serais certainement pas faite prier pour lui prodiguer quelques conseils, seulement la décence du contexte actuel me l'interdit.

-Bien si vous le permettez je pense qu'il à présent temps pour moi de partir. J'imagine qu'un membre de votre escorte va m'accompagner jusqu'au port.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 2072
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Lun 19 Sep 2016 - 3:29

Tout semblait presque irréel. La cheffe d'une organisation regroupant des Nukenins ayant commis, pour la plupart, d'odieux crimes et le dirigeant des nuages se trouvant face à face pour parler d'une alliance. Cette histoire ressemble plus à une rumeur qu'un vieil ivrogne lancerait après sa quatorzième chope de bière et pourtant, c'est bien tout le contraire. C'était réel, concret. Les deux entités qui se faisaient face terminaient peu à peu leur conversation sur ce qui était, au départ, une potentielle coalition. Chacun était venu avec des idées reçues et préparé au pire. Les deux camps s'étaient armés afin de prévoir toutes les situations possibles et inimaginables, en espérant que toute se passe bien, même si cela relevait de l'idylle. Finalement, l'espoir n'était pas vain. Le chef des nuages n'était pas forcément plus surpris que ça. Après tout, il avait confiance en ses qualités de diplomates et si une kunoichi a réussi à rallier de nombreux hommes, dont des criminels, ces talents en diplomatie doivent être aiguisés. Cependant, il devait profiter de l'avantage du terrain pour amener avec lui ses shinobis les plus brillants. Deux possesseurs de gênes afin de s'assurer un filet de sauvetage. Le nécromant était rassuré de ne pas avoir à utiliser cette carte, mais il se devait de la garder sous sa manche.

L’idée d’une opération simultanée semblait être appréciée par Red qui n’y voyait que des avantages. Elle affirma qu’elle s’occupait de la communication avec le Johoukokan, laissant ainsi la possibilité à Manzo de s’occuper d’autre chose. Qui plus est, il aurait dû envoyer le Monjara pour gérer ceci et ainsi donner une information capitale à cette entreprise qui en a déjà, beaucoup trop. La question du Mizukage avait suscité un intérêt prévisible chez la Saibogu. Écoutant patiemment ses paroles, le Raïkage y répondit rapidement.

« Il va de soi que je vous informerai de mon entrevue avec l’Ombre de l’Eau dans nos prochaines correspondances. Je vois que nous avons entendu la même chose sur cet homme. Mon informateur m’a donné beaucoup d’information sur ce qui alimente le Mizukage. Son désir d’emmener Kiri de nouveau au sommet est un point intéressant que j’essayerais d’exploiter, même si la tâche ne sera pas aisée au vu du passé de nos nations respectives. »

Les deux protagonistes se serrèrent la main fermement afin de conclure toute cette discussion. Leur alliance était officiellement scellée, même s’il n’était qu’officieuse aux yeux du monde. De nombreuses personnes verront cette coalition d’un mauvais œil, mais un ennemi comme l’Empire ne peut s’abattre tout seul. La demoiselle remercia le Kadoria avant de demander la permission de partir en direction du port.

« Le plaisir est partagé, Red-san. Je vous rassure, nos futures rencontres ne seront pas aussi protocolaires que celles-ci. Si vos futurs voyages vous amènent vers nos terres, n'hésitez pas à faire une halte à Kumo. »

Terminant sa phrase, le maître de la gravité tourna son regard vers Hak.

« Je te laisse raccompagner notre invité à bon port. »

Le nécromancien s'inclina légèrement pour saluer et remercier la jeune femme avant de partir en direction de Kumo. Profitant du lien mental encore présent, le Nanadaime s'exprima.

* Shirudo, je veux la rédaction d'un rapport sur tout ce qui a été dit dans cette conversation. Amène-le-moi dès que possible. Nous avons peut-être gagné un allié aujourd'hui, mais la guerre ne fait que commencer. Hak, lorsque tu as fini, reviens immédiatement à Kumo et viens me voir dans mon bureau. Nous débrieferons tous les deux. *

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 539
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un nuage de cendre [Kumojin] Sam 24 Sep 2016 - 2:27

Et bien, et bien... La situation était, comment dire, atypique. Nous étions trois face à une Kunoichi visiblement très intéressante, trop intéressante à mon goût. Le plus impressionnant, c'est qu'elle avait réussi à voir que nous avions conçu un lien mental grâce aux aptitudes de l'illusionniste du groupe, Hak. Selon les dires de cette dernière, la Nukenin avait repéré ce fameux lien mental dès sa conception, cela laissait donc plusieurs hypothèses : soit elle parvenait à voir le genjutsu conçu par Hak et elle s'était peut-être incrustée dans notre lien télépathique, cependant, pour se faire, la Saibogu devait avoir une maîtrise poussée du Genjutsu ou soit elle avait tout simplement des capacités sensorielles.

La deuxième solution était la plus probable, car je n'avais vu et je n'avais jamais entendu quelqu'un se vantait d'avoir pu espionner une conversation télépathique, mais sait-on jamais, tout est possible. Genjutsu ou Sensorialité ? Telle est la question, mais peu m'importe, les faits sont là. Par prudence, je n'eus pas prononcé le moindre mot, j'étais comme inexistant. Craignant qu'elle fût capable d'écouter notre conversation, je préférais garder ce que j'avais à dire pour moi. Impassible, attentif, je n'eus rien dit, rien fait : seulement écouté.

Plusieurs points me dérangeaient, mais par-dessus tout, je n'avais aucune confiance en elle. Le plus étonnant en fait, c'est qu'elle avait l'art de négocier. Ses offres étaient intéressantes, mais beaucoup trop intéressantes, car elle était "libre". Elle ne se restreignait pas par une idéologie pacifique, par des principes moraux ou autre, bien au contraire. Elle souhaitait seulement gagner en pouvoir et en renommée. Elle avait donc une marge de manoeuvre conséquente, elle pouvait s'allier avec nous et nous poignarder dans le dos le lendemain suivant ce qui s'offrait à elle.

C'était une opportuniste, ça se sentait et elle ne le cachait pas, elle nous l'a même avoué. Elle savait ce que nous cherchions, elle savait ce qu'elle pouvait nous offrir et ce que nous pouvions lui offrir. La renégate s'était extrêmement bien préparée et on ne pouvait refuser cette offre et c'est là tout le problème. Il s'agissait peut-être d'une sorte de démagogie, face à son offre alléchante, nous étions peut-être devenus aveugles. Tout cela cachait quelque chose, elle ne mentait pas, ou alors elle mentait bien, c'est pour cela que Hak n'eut rien vu. J'avais l'intime conviction qu'elle ne nous a pas tout dit, elle n'a pas dit ce qui la discréditerait, sans pour autant mentir. Tant que je n'en savais pas plus sur elle, je ne pouvais réellement avoir confiance en elle.

Très vite, la conversation arriva à son terme, elle avait eu recours à une démonstration de puissance, un tour de passe-passe faisant apparaître une arme étrange que je n'avais jamais vue. En fait, la jeune femme cherchait à séduire, elle nous vendait son organisation, son clan, ses capacités en espérant quelque chose d'aussi grand en échange. Elle ne tarda pas à nous le révéler en parlant de Shimo no Kuni qui regorgeait de ressources qui l'intéressaient. Tout cela s'est conclu par l'échange d'une poignée de main et une simple lettre. Lettre étrange que nous devions scanner à tout prix, le plus rapidement possible, sans quoi, nous étions peut-être en train de ramener une bombe au village. Dès qu'Hak partit avec la Saibogu, lorsque le lien mental s'était rompu, j'en profitais pour adresser quelques mots au Raikage.

    "Elle détient quelque chose que nous voulons et c'est là le problème. C'est une opportuniste, autrement dit, si demain, elle voit une opportunité en s'alliant avec le Shukai, elle n'hésitera pas à le faire, car rien ne la retiendra. Qui plus est, on ne sait rien de son passé, elle est peut-être considérée comme une terroriste chez les Sunajins pour avoir commis des crimes plus ou moins atroces, des attentats... Je ne la connais pas, je ne fais que supposer, mais ce n'est pas impossible et si jamais Suna l'apprenait, cela créerait un incident diplomatique et pas seulement, cela serait mauvais pour nous vis-à-vis de l'opinion publique et notamment par rapport à Shimo."

    "Je rentrerais plus dans le détail à la maison, en sécurité, car cette lettre ne m'inspire pas confiance."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un nuage de cendre [Kumojin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni-