N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Non-humains [ft. La]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 486
Rang : A

Message(#) Sujet: Non-humains [ft. La] Ven 22 Juil 2016 - 21:30

Mizuki avait visiblement pris une ancienne Sunajin sous son aile. Je ne savais pas pour quelle raison mais la connaissant ce n'était sûrement pas par simple altruisme : elle avait quelque chose en tête... Et cela était peut-être lié avec les tensions que Konoha possédait envers le village caché du sable.

Elle me paraissait étrange et appartenait au même clan sordide auquel l'amie de Tetsui faisait parti et qui l'avait soigné lors de l'attaque qui avait eu lieu lors de l'examen chuunin international... La savoir dans le village ne me ravissait pas vraiment car je me méfiais de ce qu'elle pourrait chercher à faire : elle avait après tout quitté son propre pays alors pourquoi ne pas trahir celui qui l'avait accueilli ? Mais malgré tout, je souhaitais lui laisser une chance en laissant mes a priori de côté car je ne savais que trop bien comme ils pouvaient être douloureux à encaisser pour la personne qui en faisait les frais.

Je la voyais se prélasser non loin d'un arbre dans la forêt qui bordait le village, m'approchant d'elle sans faire preuve de discrétion et tout naturellement pour tenter d'apprendre à la connaître. Mizuki sensei m'avait fait comprendre de garder un œil et même si je ne comptais pas jouer les nounous d'adolescente, je pouvais tout de même faire preuve de civisme en cherchant à en avoir un peu plus sur cette nouvelle venue depuis peu.

« Bonjour ! »

Clamais-je en arrivant à sa hauteur.

« Je m'appelle Yell et suis l'une des élève de Mizuki-sama. »

Pour l'aider à resituer.

« L'air est bien plus respirable à Konoha qu'à Suna pas vrai ?! »

Plaisantais-je. Après tout, si elle avait déserté c'était bien que le village caché du sable ne lui plaisait plus ou ne lui convenait plus.

« Pourquoi vouloir quitter ton village pour venir ici ? Tu connais des personnes à Konoha ? Tu penses avoir besoin d'assistance pour quelque chose ? »

Elle pouvait m'en parler librement. Je me servirais de ses réponses pour me faire ma propre opinion d'elle, bien loin des commérages.

« Tu as choisi le bon moment pour venir ici sans quoi tu serais devenue notre ennemie. Au lieu de cela tu peux te compter parmi nos alliés... »

Lui adressais-je avec sérieux et mine impassible.
J'espérais qu'elle était consciente qu'elle devrait aider l'un au détriment de l'autre et qu'il valait mieux pour elle qu'elle fasse le bon choix...

« Mizuki-sama est une personne exceptionnelle. »

J'étirais un sourire en songeant à son enseignement.

« Tu apprendras beaucoup d'elle tout comme je l'ai fait. D'ailleurs je pense qu'il y a certaine personne qui sont faites pour nous guider d'une manière ou d'une autre ! Parfois de manière claire et précise parfois de manière moins définie mais leur présence dans le courant de notre existence n'est jamais anodine. »


C'était le cas de ma sensei ou encore de Kihran : des personnes qui m'avaient fait prendre des choix et en affirmer d'autres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 367
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Non-humains [ft. La] Sam 23 Juil 2016 - 14:27

Finalement Konoha était comme Suna. Et elle en venait à conclure que tous les villages se ressemblaient, était-elle condamnée à rester aux basques de chaque dirigeant jusqu'à sa mort? De village en village, un CV qui commençait à parler pour elle. Elle avait désertée Suna, enfin aux vu des instances de Kaze c'était comme ça. Et personne ne comprendrait son point de vue, elle avait quittée le désert pour s'aventurer dans les forets et y rencontrer leurs autochtones. Mizuki était la seule qui sortait du lot, dans la rousse La s'y retrouvait sans trop savoir pourquoi. Elle avait l'impression de contempler un reflet d'elle à une autre époque, un chemin différent. Leurs ressemblances s'arrêtait au moment ou Mizuki avait finit par s'accepter et à rejoindre les autres moutons shinobis dans la vie de combat. Elle s'était faite assimilée, sa différence et son rejet de son clan tout ça n'existait plus. Mais La n'allait pas blâmer celle qui était Hokage maintenant. Elle avait assistée à sa manière à son intronisation, et s'était même réjouis un instant avant de réaliser son erreur.

Devenir l'animal de compagnie d'une secrétaire oui, mais celui d'un Kage non. Mizuki était certes agréable à vivre et au demeurant avec un caractère fort mais elle était aussi loin d'être conne. La craignait pour sa propre vie, allait-elle être utilisée? Manipulée par la feuille contre le sable? Les guerres ne l'intéressaient pas. Ce qui comptait c'était survivre, loin très loin de tout ça. Quitte à s'enfuir au bout du monde, seule. Elle claqua une allumette et la cigarette s'embrasa. On vint à sa rencontre, d'habitude personne ne venait dans la foret et elle aimait le calme et ses journées monotones à ne rien foutre. A voir Mizuki de temps en temps, beaucoup moins depuis sa promotion. Elle restait ici sans trop savoir pourquoi en étant toutefois très lucide sur sa situation. Un jour Konoha viendrait l'enfermer, la tuer ou la passer en lobotomie. Un jour le visage souriant de Mizuki deviendrait sinistre.

Yami s'était transformée comme ça, elle cendra sur les branches d'un arbre centenaire et haussa les épaules. Elle écoutait à moitié le discours et les propos de la femme avec une chevelure peu commune. Une élève de Mizuki? Elle esquissa un sourire et passa une main sur son front, cela commençait déjà on la mettait sous surveillance. Oh c'est sur il était plus facile d'envoyer une adolescente souriante qu'un vieux gangrené mais cela revenait au même. On lui rappelait la précarité de sa présence.

Mais à présent il fallait communiquer avec mademoiselle discours positif sur l'amitié et les vertu de Mizuki. A se demander si elle n'avait pas déjà été lobotomisé. Elle descendit de son perchoir et posa une main sur le front de l'autre Konohajin. Elle recula instantanément au cas ou la Konohajin voudrait l'attaquer. Logique elle aurait fait de même. Une fois le lien télépathique passé elle toussa mentalement et prit la parole.

-C'est le seul moyen pour communiquer.

Elle ouvrit la bouche y découvrant son absence de langue. Au moins cela donnerait un peu plus de réputation, la déserteur muette pour ne jamais raconter les secrets de Suna. Mais ce n'était pas ça l'histoire, mais c'était peut être celle qu'elle pourrait raconter. Personne ne lui interdirait, elle n'était plus avec Yami la seule qui connaissait la vérité. Elle était seule se forgeant sa propre réputation.

-Ketsueki La.

Sobrement et froidement déclinant son identité avant de reprendre avec une lassitude caractéristique. La flemme encore et toujours, elle prenait des couleurs au moins.

-La seule Konohajin que je connaisse c'est ta Mizuki-sama. J'ai quitté mon village parce que...

Elle laisse un temps d'absence. Oh et puis merde.

-Parce que je n'ai jamais aimé Suna. Pas plus que je m'y sentit à l'aise une fois. Maintenant ça me revient je connais un mec qui a des chiens comme animaux de compagnie. Un Konohajin, un Inuzukaka? Un truc comme ça.

Elle tire sur sa cigarette et tourne son attention vers l'horizon.

-Vous n'êtes pas mes alliés, je ne suis pas la votre. Au mieux je suis une réfugiée, au pire une potentiel prisonnière. Disons que c'était très aimable de la part de Mizuki de m'accueillir avant que tout ceci n'éclate.

Elle afficha une mine amusée.

-Tu portes beaucoup d'attention à cette femme, l'admiration aussi envers ton Kage? Elle a du beaucoup faire pour toi. Mais je n'ai pas ton opinion sur elle. Je reste pragmatique, elle m'a rendu service et moi aussi en donnant des informations sur Suna. Un marché commun, et si un jour j'abuse de son hospitalité notre prochaine rencontre ça sera en prison.

Elle éteint sa cigarette sous sa chaussure.

-Je n'ai pas besoin d'assistance, je ne suis pas en guerre et je ne rentrerais pas en guerre. Je déteste Suna mais plus que tout certains de ses membres. Malgré tout je ne participerais pas aux conflits. Ce n'est pas ce que je recherche, le calme être loin de tout et pouvoir être serein c'est plus vers ça que je m'oriente. Compliqué en cette période de conflit mais je ne perd pas espoir.

Elle reprend son sérieux un instant avant de hausser les épaules de nouveau.

-Je ne suis que de passage, il peut durer encore trois mois comme un jour qui sait. Un beau matin je serais envolé loin de ce pays à la recherche de quelqu'un ou quelque chose. Je suis une vagabonde et je suis très attaché à ma situation actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 486
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Non-humains [ft. La] Mer 27 Juil 2016 - 20:43

La voir s'approcher de moi la main tendue me faisait évidemment faire un mouvement de recul mais je la laissais néanmoins toucher mon front, à la fois curieuse et méfiante de la manigance. Si j'avais d'abord cru qu'elle souhaitait prendre ma température dans un geste sarcastique en rapport avec mes propos, il en était tout autre : elle m'avait plongé dans un genjutsu pour pouvoir communiquer comme elle me l'expliquait par des mots alors qu'elle me montrait sa langue sectionnée. J'eus un visage empli d'effroi en voyant ça tout en me demandant qui avait bien pu faire une chose pareille... Avait-elle été prisonnière à un moment donné pour subir un châtiment de ce genre ?!

Je ne m'y attardais pas plus même si j'étais encore perturbée par ce que je venais de voir et le gardais pour moi. Elle déclina son identité tout comme je l'avais fait : La … C'était son prénom ? C'était original... En fait cela sonnait presque poétique alors que le clan auquel appartenait ne semblait pas vraiment faire dans la poésie ce qui était assez contradictoire mais intéressant.

La ne connaissait que Mizuki-sensei à Konoha et m'expliquait être partie de Suna parce qu'elle n'aimait tout simplement pas ce village. J'étais surprise de l'entendre mais pouvais le comprendre. Même si cela ne me venait pas a l'esprit de détester mon village, j'avais moi même connu ce sentiment envers le Pays des Rivières où je suis née alors que mes parents et moi avions failli y être tués à cause de ce que j'étais. Peut-être que La avait connu ce genre de situation et de diffamation de part son nom ?

« Un Inuzuka. »

Reprenais-je tout en gardant mon sourire bienveillant.
Elle en connaissait donc un aussi.

« Je ne connais pas d'homme de ce clan mais je connais une certaine Fea qui le connaît sûrement. »

Je l'observais tirer nonchalamment sur sa cigarette comme si ce geste était devenu d'une banalité déconcertante dont elle ne pouvait pourtant plus se passer, comme pour calmer ses nerfs. Je ne fumais que de temps en temps et c'était bien pour cette raison que je le faisais, comme la plupart. Je me demandais par quoi elle était passé dans son existence car elle avait une apparence assez juvénile en tant qu'adolescente mais semblait pourtant porter un poids lourd sur ses maigres épaules. La vie ne semblait pas l'avoir épargné elle non plus.

Je l'écoutais clamer son discours clair et net qui se dépeignait sur la défensive. Nous n'étions pas ses alliés pour elle pas plus qu'elle était la notre, elle était simplement venue chercher l'asile à Konoha le temps de trouver mieux en quelque sorte, ne pouvant s'aventurer seule j'imagine.

Puis elle parlait de l'estime que je semblais avoir envers Mizuki et qui me faisait lui répondre.

« Elle a en effet fait beaucoup pour moi même si elle ne s'en rend pas compte. Elle m'a appris bon nombre de choses et notamment le fait de faire ce qui semble être sa faiblesse une force. Faire de sa différence un atout. J'ai toujours accepté ma condition mais je n'arrivais pas à supporter le regard des autres dessus. Cela m'empêchait d'avancer en quelque sorte. Aujourd'hui j'assume et affirme parfaitement ce que la nature a fait de moi. »

Mizuki-sensei m'avait fait prendre conscience de bien d'autres choses mais je m'en tenais là dans les détails me concernant.
Pour lui faire comprendre de quoi je parlais et dans son genjutsu, je tendais le bras vers elle et le dématérialisait sous sa forme aqueuse : laissant le membre translucide.

De ce que j'avais compris, La cherchait la quiétude, vivre loin de tout conflit – comme beaucoup de personnes – mais elle ne possédait pas vraiment d'objectif non plus, expliquant que du jour au lendemain elle pourrait repartir en quête de quelqu'un ou quelque chose comme si elle avait déjà quelques idées de qui ou quoi mais qu'il lui était impossible d'atteindre pour le moment et qu'elle patientait en attendant.

« Tu dis n'être que de passage à Konoha qui t'a accueilli mais alors pourquoi t'être orientée vers un autre village ? Tu n'aimais pas Suna et en le quittant tu aurais pu rester libre, traquée mais libre d'aller où bon te semble et vivre comme tu l'entends ! Tu préfères la sécurité d'un village à la vie en solitaire ? »

Ce n'était pas un reproche, loin de là, juste une question curieuse de sa démarche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 367
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Non-humains [ft. La] Ven 29 Juil 2016 - 14:36

-Je comprend.

Plus que comprendre elle avait une relation miroir avec la cheffe clan. Il fut un temps ou les deux entre deux prises de têtes arrivaient à communiquer, à s'aimer? Du moins à s'entendre, et aujourd'hui tout était parti en fumée et ne restait que les souvenirs. Regrettait-elle son comportement pour autant? Certainement pas, si elle devait revivre ça alors sans hésitation elle ne changerait rien. Si ce n'est l'époque, elle avait reprit des forces mais à quel prix? Combien de temps avant de retrouver sa superbe d'antan? Et à quel prix. Elle avait déjà payée, perdue la seule personne 'proche' d'elle. Et à présent, seule sur un chemin qui la menait vers un mur. Elle ne faisait rien de sa vie, comme toujours depuis son réveil. Elle passa une main dans sa chevelure sombre avant de se retourner vers Yell.

-Cultiver la différence, chaque village le fait. Ne jamais être comme les autres, être unique. Beaucoup y aspirent, d'autre veulent se fondre dans la masse au final c'est la même chose.

Elle crache un mélange de glaire et de sang. Une Gogyou? C'est sur que c'est pas commun. Ils sont peu nombreux les membres de ce clan, comme les Ketsuekis. Jamais tous ensemble au même endroit, jamais réunis. Une famille? Si seulement, mais Yell semblait heureuse. Avait-elle parents et amis? Surement. Le regard vague et vide La pensait, voyageait mentalement. Elle sortit d'une poche un joint finement roulé qu'elle renifla avant d'allumer. Elle retombait dans ses démons, sans garde fou pourquoi se contrôler? Rien ne lui donnait envie de le faire.

-Je ne suis pas venu quémander protection si c'est ce que tu penses. J'étais ici même et Mizuki est venue à moi. J'aurai très bien pu finir en prison, je n'étais pas destiné à rester ici mais disons que pourquoi se priver quand on vous donne ce que vous demandez? J'ai ce que je veux pour le moment. Mais un jour on viendra me demander compensation en guise d'échange. Je partirai avant ce jour là, je fais toujours ce qui me plait. Et il en sera toujours ainsi.

Solitaire?

-Même dans un village la vie est solitaire, la sécurité est un idéale. On t'envoie en mission, tu risques ta sécurité. On ne te protège pas c'est l'inverse. C'est que vous autre shinobis faites n'est ce pas? Protéger les civils et les autres incompétents. Risquer votre vie pour des idéaux et votre village.

Risible, elle le pensait toujours.

-Je n'appartiens à personne, je ne donnerais pas ma vie pour des inconnus. Et même pour des proches je ne me sacrifierais pas. Ma vie avant celle des autres, la liberté ce n'est pas seulement allez ou je veux. C'est vivre comme je l'entend, loin des codes et des obligations des ninjas. Et quand un d'entre eux meurt pour son village moi je reste en vie loin de tout. Suna n'a pas le temps de me traquer, ou alors ils en mettent du temps. Ils sont en guerre, et la guerre monopolise toutes les ressources. Finalement c'est une aubaine, les deux camps vont s'entre tuer et je resterais vivante même après la tempête.

Alors on pouvait la traiter d'égoïste elle s'en moquait. Yami lui avait amèrement donné ce constat. Vivre pour soit même, manipuler n'importe qui et arriver à ses fins. Et ses fins c'était de vivre encore un moment.

-Je suis débrouillarde, chacun ses aspirations j'imagine moi...moi je n'aspire pas à grand chose. Plus à grand chose, imaginer ma fin de vie dans une maison au fond d'une campagne perdue? On verra bien, je ne pense pas combattre est dans mes veine. Non voilà comment ça se passera, j'irais errer et combattre sur les routes. En somme c'est ça le quotidien des nukenins.

Un léger rire fin et cristallin. Elle avait perdue foi dans sa propre personne comme au début. Elle était redevenue la fille avec un regard sombre sur l'existence et qui ne croyait en rien. Seule devant l'adversité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 486
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Non-humains [ft. La] Jeu 4 Aoû 2016 - 21:00

Je ne pouvais pas comprendre sa situation, n'étant jamais passée par là, mais je l'écoutais néanmoins. Elle disait être la seule à même de décider pour elle même, sans attache, comme il lui plaisait et sans une quelconque forme de supériorité pour lui dicter sa conduite. J'imaginais que c'était l'espérance de beaucoup : être son propre chef sans être un simple pion sur l'échiquier et avancer selon sa propre volonté. Mais j'avais beau idéalisé la scène, il n'en ressortait qu'une chose : la solitude. Peut-être n'avait-elle pas d'attache lui empêchant ce genre de choix : je n'aurais personnellement pas pu...

 Tu n'as plus de famille ? »

La questionnais-je simplement, le ton bas alors que j'abordais quelque chose aussi délicat que personnel.

« Tu dis ne pas vouloir risquer ta vie même pour des proches... Le penses-tu vraiment ? N'as-tu pas dans ce monde au moins une personne qui a su te guider ou t'enseigner certaines choses et à laquelle tu tiens ? S'il y en a ne serait-ce qu'une seule, tu devrais te battre pour t'assurer de sa sécurité... »

Je soupirais, m'adossant contre le tronc d'arbre avant de reprendre.

« Je peux comprendre que l'on ne souhaite pas se mêler à des conflits qui ne nous regarde pas ni même emprunter la voie de shinobi. Je n'aime pas non plus le combat mais je me bats pour mes convictions : le pays, le village, mes proches et les autres Gogyou. Je ne peux pas les abandonner. »

C'était là ma raison d'avoir pris la décision de mettre mes capacités au service de mon village. Je n'avais certes pas poussé ma réflexion si loin à l'époque mais j'avais fait des rencontres qui n'avaient fait qu'ancré ce choix un peu plus profondément : je ne regrettais rien.

« C'est ton aspiration ? Vagabonder infiniment en ne combattant que pour ta survie et cela toute seule ? Le temps ne va-t-il pas paraître long sans d'autres objectifs ?

Je n'étais en revanche pas d'accord avec son discours sur la guerre qui opposait Konoha et Suna : c'était une aubaine ? Pour elle parce qu'elle n'était pas traquée pendant ce temps là mais ce n'était certainement pas le cas. Ce n'était profitable ni pour l'un ni pour l'autre. Le village caché du sable avait rompu ses engagements d'alliance avec le village de la feuille et il en payerait le prix ! J'avais longtemps redouté cette situation du fait de ma relation avec Tetsui, nous en avions même parlé entre nous deux et Kihran n'avait eu de cesse de montrer qu'il n'était pas d'accord avec notre couple à cause de cette éventualité déchirante mais maintenant nous y étions... 

Les peut-être n'étaient plus permis, Konoha et Suna allaient être en confrontation directe et j'avais beau terriblement apprécier plusieurs de ses habitants, je ne me détournais pas de mon objectif principal. Je savais désormais faire la part des choses grâce à Mizuki et connaissais mes priorités : je défendrais Konoha au péril de ma vie même si Tetsui venait à croiser ma route en temps qu'ennemi. Je l'aimais mais plus encore j'aimais ma Nation et il n'était pas question que je laisse les miens se faire décimer sans réagir : Kibo allait payer pour sa trahison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 367
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Non-humains [ft. La] Ven 5 Aoû 2016 - 16:22

-Je n'aspire à rien. Vivre me convient, et l'être encore pour un moment aussi. Je ne te demande pas de comprendre, ni même d'ailleurs d'être d'accord. Cette discussion sera aussi rapidement oubliée que ma présence sur ces lieux.

Le joint l'enivrait, l'arôme des herbes la relaxait. Son corps entier semblait se détendre sous l'effet du mélange, elle fermait un oeil et tirait sur le bout de papier à rythme régulier. Son estomac se mit aussitôt en mouvement, comme activé uniquement par cette substance psychoactive. La question sur la famille ne lui arracha guère qu'un amère sourire dévoilant sa dentition parfaite. Elle souffla, s'allongea et prit ses aises. On en avait encore pour un moment. Avec ce genre de caractère qui pointait dangereusement vers celui d'une donneuse de conseils, d'une femme qui s'invite dans votre vie et qui vous dit ce qu'il faut faire. Un plagiat en raté d'une soeur ou d'une forme de rattachement familiale qui vous éclaire vers le bon chemin.

-Le temps n'est long qu'à celui qui s'ennuie. Vagabonder n'est pas nécessairement un ennuie au contraire, je trouve plus de motivation à rien faire qu'à me lever et à marcher. Je laisse le temps passer, j'ai le temps plein de temps alors me presser je n'en vois pas l'intérêt. Pour le moment j'erre qui sait quand je changerais d'avis. Je trouve plus de discussion avec moi même qu'avec n'importe qui d'autre. Disons que c'est surement un trait de caractère Ketsueki.

Elle afficha un sourire cordiale mais indiquant clairement la limitation du questionnement de la Gogyou qui s'orientait vers un interrogatoire ce qui ne plaisait pas à La. Elle n'avait pas oubliée le pourquoi de la venue de Yell, pour la surveiller. Alors les informations qu'elle laissait filtrer étaient minutieusement choisies et concernant la famille il y aurait aucune information ou indication à donner. Elle esquiva simplement la question, et celle concernant la sécurité des proches la força à s'adosser contre le tronc de l'arbre, elle cracha puis reprit.

-Si tu veux courir après tous tes copains libre à toi, si tu veux suivre ta 'guide spirituel' et faire office de garde du corps comme tu veux. Si c'est ton rythme de vie et ton idéal c'pas mon soucis. Moi je considère tout ceci comme une perte de temps et d'intérêt, se ménager pour rien c'est passer à côté de sa vie hors la mienne je compte bien y faire ce que j'entend et pas courir après chaque personne que j'ai rencontré pour m'assurer de son bien être. Si la dite personne est compétente, elle le fera d'elle même pas besoin d'être en plus là pour en rajouter une couche. Les personnes, l'être humain est éphémère s'y attacher trop profondément c'est se coller une balle dans le pied de suite. Oui c'est autre chose que vos discours sur l'amitié et le pouvoir commun contre le mal mais bon. Deux écoles je suppose.

Elle avala la bouteille d'eau d'un trait, pour la forme. La vérité c'est qu'elle se demandait si de l'eau pouvait naître du sang, et si elle buvait de l'eau est-ce que cela impactait négativement la Gogyou? Pour répondre à ses interrogations elle en avala trois autres d'un coup. Bon le sujet dérivait, mais son état quelque peu enjoué et joyeux lui faisait commettre des approximations.

Les toilettes étaient ou déjà?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 486
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Non-humains [ft. La] Lun 8 Aoû 2016 - 22:05

Elle était d'un pessimiste... Dire que cette conversation serait rapidement oubliée tout comme sa présence... Je n'avais pas pour habitude d'oublier les personnes que j'avais rencontré et elle ne ferait sûrement pas exception tant elle était étrange sur bien des aspects ! Ça non il me serait impossible de l'oublier !

« Tu es bien la première personne que je croise qui me dit avoir tout le temps qu'elle veut devant lui... »

Les shinobis connaissaient en général une courte existence. Puisqu'elle ne voulait plus être une kunoichi c'était d'ailleurs peut-être pour cela qu'elle affirmait le contraire.

Elle n'avait pas l'air sociable et ne semblait se soucier que de sa petite personne mais malgré cela elle poursuivait la discussion avec moi : ce qui était assez contradictoire avec le genre qu'elle se donnait. Peut-être qu'elle jouait les asocial car elle ne savait pas faire autrement ? Elle ne semblait pas ressentir de mépris pour moi par exemple... Elle me faisait penser à une gamine agissant par manque d'amis.

« Ah oui ? Vous êtes tous centré sur vous même, vous les Ketsueki ? Les réunions de familles doivent être sympa... »

S'ils n'accordaient pas la moindre attention à quelqu'un d'autre qu'eux mêmes... C'était un clan sans doute voué à disparaître avec si peu de cohésion fraternelle.

« Une personne peut être capable de se défendre seule mais il est tout aussi possible que la situation soit à son désavantage et qu'elle ne cracherait pas sur une aide bienvenue. Je ne peux pas me résoudre a laisser mes proches dans ce genre de situation pour qu'ils se débrouillent par eux même au risque d'y perdre la vie. La mort est irréversible. Je ne veux pas que ma vie soit faites de regrets. »

Alors je tâchais de veiller sur eux tout comme eux le faisait pour moi : un attachement et une confiance mutuelle. Savait-elle seulement ce que c'était ?

Je la voyais engloutir bons nombre de bouteilles d'eau tout en me regardant du coin de l'oeil sans d'abord prêter attention à son geste puis en le faisant finalement lorsque je remarquais l'insistance de son regard... J'arquais un sourcil circonspecte en me demandant à quoi elle jouait avant d'en tirer la conclusion qu'elle pensait que la voir boire de l'eau m'atteindrais d'une façon ou d'une autre. Je me mis à esquisser un sourire amusé.

« Bois autant que tu le veux ! L'eau est mon élément, mon essence même, mais la planète en est recouverte tout comme les corps en sont constitués. Elle maintient la vie : bois pour garantir la tienne. »

Loin de moi l'idée de faire un discours philosophique mais son comportement était étrange alors je ne pouvais y répondre que de la même manière.
J'observais mon bras aqueux et attirais à moi l'eau de sa bouteille ouverte pour l'y assimiler.

« Les Ketsueki manipulent le sang : un fluide de vie mais aussi de mort. Je manipule l'eau qui est en corrélation avec la vie mais une personne qui en est privé est aussi vouée à mourir. 
En plus de ça tu n'aimes pas combattre... Nous ne sommes pas vraiment différentes. Hormis le fait que je vis pour protéger les autres et que tu ne vis que pour toi même. »

Elle avait fait son choix et j'avais fait le mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Non-humains [ft. La]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-