AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Sonner le glas tempête [Attaque Kumo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 865
Rang : A


Message(#) Sujet: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Jeu 28 Juil 2016 - 17:54

Sans embuche – c’est la meilleure façon dont tu peux décrire votre traversée du pays du Feu. Le front avec Suna doit les occuper suffisamment pour qu’un groupe de trois individus, haut dans le ciel, échappe à leur surveillance. Puisse seulement cette situation durer jusqu’à ce que vous rentriez, évitant ainsi d’utiliser les petites grenouilles que chacun possède. Ne serait-ce point pour toi un signe de défaite ? D’abandon ? Tu ne veux que la suprématie de Kumo, et cette dernière ne peut être atteinte si vous êtes encadrés en permanence par un plan de secours – même si tu es bien trop imbu de toi-même pour te permettre de mourir avec cette carte en main. Si tu hésites à allumer une cigarette, tu préfères éviter les moindres signes qui puissent être révélateur de votre présence alors que vous pénétrez dans l’espace aérien de Kusa no Kuni. La différence de paysage, en comparaison aux terres montagneuses et hostiles aux étrangers de ton pays natal, est plus que frappante. D’immenses forêts, verdure à perte de vue, inonde ta vision et t’obliges à inspirer profondément pour te bercer dans ce doux parfum de fraîcheur. Malgré ton altitude exagérée, tu restes conscient de la douceur de la région et, plus que tout, du plaisir infâme qui sera tien lorsqu’il te viendra à tout détruire.

Obstinés, vous continuez votre route tous les trois jusqu’à arriver dans les environs de la zone où le repos a été décidé et déjà Kamikaze commence à réduire discrètement son altitude. Vos sens aiguisés à tous les trois ne révèlent rien d’abject, aussi continuez-vous votre descente jusqu’à, terminalement, poser le pied au sol. Sourire serein au visage, tu échanges un bref regard avec les deux Jônins avant de porter tes deux mains sur ta monture et recycler l’argile qui s’y trouve. La moindre once de la précieuse matière risque d’être utile aujourd’hui, et tu sais mieux que quiconque que cette espèce particulière de terre n’est pas une denrée si commune que ça. Sans allumer le moindre feu, sans établir la moindre tente, vous décidez de vous reposer ici, l’espace de quelques heures. L’aube semble encore lointaine dans le ciel du printemps. En relais, l’un montera la garde pour que les deux autres se reposent, permettant ainsi de reprendre les forces et le Chakra nécessaire pour mener cette mission si spéciale à bien. Le palais impérial, qu’à cela ne tienne, ne tiendras pas longtemps à tes assauts.

Rester, prévoir, anticiper. Comme tu as la plus faible réserve de Chakra, c’est toi qui commence la garde de nuit – tu as besoin le plus de récupérer avant de te lancer en mission. Devoir donner l’alerte au moindre problème te rappelle ton enfance à être un réel ninja, loin de toute la politique. Qui eut cru qu’une fois la trentaine passée, tu te retrouverais à faire la même chose à nouveau ?

*****

Le reste de la nuit se passe sans embuche, vous permettant soigneusement de vous reposer. Si le réveil te semble rude, alimenté par une nuit de rêves où la question de savoir si porter le premier coup en guise de vendetta est la meilleure solution, tu l’ignores soigneusement devant ta détermination. A la guerre comme à la guerre, ce n’est pas la propreté des actions mais leurs résultats qui ont une incidence. D’un simple regard, tu interroges les deux Jônins. Sont-ils prêts à commencer ? Toi oui.

HRP:
 


mondes en guerre
La forêt étouffera les cris de mes ennemis le jour où je les apporterai comme offrande à sa puissance. ▬ derrière vous+ crédits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 1733
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Jeu 28 Juil 2016 - 19:25

Kamikaze s’était élevé dans les airs sans aucun artifice démontrant par le même temps une très grande maîtrise de l’affinité vent. Cependant, ce n’est pas avec l’apparence d’un homme volant qu’il allait se permettre de traverser le pays des barbares konohajins. Un henge, l’apparence d’un grand aigle, le Jonin trouva le stratagème qui allait lui permettre de passer plus ou moins inaperçu. Le mot est probablement inapproprié compte tenu des capacités hallucinantes des shinobis du pays du Feu en matière de détection. Mais si leur seul système repose sur les capacités de celle qui fut leur Kage et qui se trouve être aujourd’hui Daimyo, alors peut-être que le trio aurait sa chance. La probabilité de trouver un insecte -aussi invisible puisse-t-il être -à grande altitude était faible. Dès lors la seule faiblesse du stratagème reposerait sur ce que les konohajins verraient dans le ciel : trois aigles très hauts dans le ciel traversant une contrée arborée en direction de l’ouest. En feraient-ils seulement cas, eux qui étaient en plein affrontements avec le pays du Sable…

Le trajet s’était portant passé sans encombre. La forêt d’Umaretsuki fut atteinte en quelques heures. La rapidité des volatiles était presque aussi grande que la taille de leurs ailes. Pour sa part, le Kamikaze n’avait pas eu besoin de s’y employer plus que nécessaire. Flirter avec la voie des airs était aussi naturel pour lui que pour un poisson de nager dans les profondeurs d’un lac. L’arrivée dans la forêt d’Umaretsuki se fit plusieurs heures après avoir traversé la frontière. Ici aussi, aucun signe que le trio avait été repéré. C’est donc peu avant l’aube que le trio amorça sa descente. Une fois à terre, les trois hommes se trouvèrent un endroit stratégique où récupérer un peu avant d’amorcer la suite de leur périple. Ils trouvèrent leur petit bonheur au sud de la forêt à quelques heures de marche du Temple Zen’Dera. A tour de rôle chacun prit son tour de garde, Daï en premier et Kamikaze entre Otoke et lui. Même si tous ne profiteraient pas de cette halte pour dormir, le fait de rester allongé, au repos, permettrait de recharger les batteries avant que les choses sérieuses ne démarrent.

C’est aux alentours de 10h que le trio prit la route en sortant des bois pour entrer dans de nouveaux. Il faut dire que quasiment l’ensemble de ce pays est constitué de forêt aussi bizarre ou paradoxal que cela puisse paraître. Quelques heures de marche, plus ou moins tranquille, le trio était parvenu aux ruines de ce qui constituait jadis le palais impérial de ce pays. Kamikaze eut dans un premier temps énormément de mal à croire qu’il ne s’était pas gouré ou que la carte n’était pas fausse. Mais après moult inspection des lieux, il dû s’y résoudre : Kumo s’était trompé leur cible n’en était pas une ; le palais qu’ils étaient censés détruire l’était déjà.

_ C’est à ça que ça sert de disposer d’espions un peu partout. Au moins les cartes et les informations sont actualisées !

Ton acerbe, le Kamikaze laissa exprimer sa déception. Après tout, ils avaient pris une foule de risques pour trois fois rien au final… Du moins s'ils devaient se cantonner strictement à l'objectif leur ayant été énoncé. Allaient-ils se limiter à ce qu'on leur avait demandé et rentrer ou devaient-ils aller plus loin et faire jusqu'au bout la volonté du Raïkage. Se relevant de la brique usée et aux 2/3 détruite par la végétation sur laquelle il avait posé son postérieur, le Jonin héla le duo.

_ Il va nous falloir une nouvelle cible. Je doute que Manzo Sama se satisfasse d’un palais n’ayant pas été détruit de nos mains. Son objectif réel, pour cette mission, au fond est au-delà de la simple destruction de ce lieu…Un regard vers chacun des membres du trio, puis le Jonin déroulait à nouveau la carte qu’il tenait entre ses mains. Il l’observa quelques secondes d’un air absorbé tandis que, sous les arbres protecteurs, les rayons du soleïl traversaient la zone éclairant un peu l’endroit. Un signe de main en direction des deux hommes, le Jonin leur désigna du doigt l’endroit où il estimait qu’ils pourraient aller.

_ Ici, nous pourrions avoir des informations sur l’endroit où vit le Seigneur Yanosa.

Repliant la carte, le Kamikaze porta son regard vers le sud-ouest. Pas très loin se trouvait le temple Zen’Dera. Là le trio pourrait probablement obtenir quelques informations intéressantes qui leur permettraient de pouvoir donner suite à leur mission.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Membre du Satoru
Messages : 877
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Jeu 28 Juil 2016 - 23:04

Le reste du voyage aux côtés du Bakushô ne fut pas réellement différent. Voir notre petit groupe voler dans les airs devait pourtant être assez amusant en soit. Entre Karyuudo et moi, Dai et sa monture d’argile et Kamikaze et sa maîtrise parfaite du futon, nous étions des voyageurs plutôt originaux. Nous finîmes par nous poser dans la forêt d’Umaretsuki pour y faire une pause. À vrai dire, avec ce long voyage, j’étais le seul à n’avoir fait aucun effort. Les deux shinobis avaient dû utiliser leur chakra pour se déplacer tandis que Karyuudo avait supporter mon poids tout du long. Pendant ce temps, je n’avais fais que me reposer tranquillement, gardant mes forces pour la suite. Lorsque fut venu le temps de dormir, je pris même le luxe de ne participer qu’au dernier tour de garde, me permettant ainsi de terminer mon repos jusqu’au bout avant de m’échauffer pour la suite.

Enseveli sous l’aile immense de mon compagnon, je bénéficiais d’un confort qu’aucun autre shinobi en voyage ne pourrait jamais connaître. Je fus toutefois réveillé par un énième cauchemar induit par l’esprit démoniaque tentant à chaque instant de prendre contrôle sur mon esprit. Si cela s’était plutôt calmé ces derniers temps, le départ en mission l’avait quelque peu boosté. Mon réveil sortit également Karyuudo de son sommeil qui partit se nourrir un peu plus loin tandis que j’invitai Kamikaze à terminer sa nuit.

Au bout d’un peu plus d’une heure, il revint, m’apportant affectueusement une part de son butin nocturne. Cela me permit de me remplir un peu le ventre, puisque j’étais forcément le seul à n’avoir pas pensé à apporter de provision.

Ce fut au final assez tard dans la matinée que le groupe reprit sa course en direction du palais. La déception fut grande lorsque nous n’en trouvâmes que ses ruines. Nous ne savions pas par qui il avait été détruit, mais cela faisait indéniablement bien longtemps qu’il était dans cet état là. Je ne pouvais qu’admettre que les services de renseignement du village n’avaient pas été très efficace sur ce coup-là.

Le chef d’équipe réussit néanmoins à rebondir en proposant un autre plan d’attaque. Une improvisation n’était pas plus mal et puis, au pire, notre mission officielle était déjà réussie. Nous partîmes alors en direction du temple Zen’Dera. Malgré mes voyages précédents dans ce pays, je n’eus jamais l’occasion d’en entendre parler, ce qui était plutôt logique considérant mes préoccupations de l’époque.

Tandis que nous étions tous concentrés sur le trajet, je détectai la présence au loin d’un homme. Celui-ci n’avait rien d’extraordinaire, son chakra n’indiquait pas le moindre signe de puissance. Si je savais que c’était plus simple comme cela, une voix dans ma tête était un peu déçue de ne pas tomber sur quelqu’un de vraiment intéressant. Sans dire un mot, je fis signe au reste du groupe qui l’avait peut-être également repéré, puis au bout de quelques secondes, Karyuudo et moi fondîmes sur lui sans lui laisser la moindre chance. En l’espace d’un instant, la marche du simple voyageur fut stoppée par la présence de la lame de mon ninjato collée à sa gorge. D’un mouvement rapide de la jambe, je fauchai les siennes avant de le balancer contre un arbre environ. C’était violent et démonstratif, mais nous n’avions pas le temps d’être plus diplomate. L’homme blessé et déboussolé se releva avec difficulté avant de marmonner quelques mots inaudibles.

*Tu aimes ça ? Frapper des innocents ? Tu ne voudrais pas le tuer aussi ?*


Je m’approchai alors de lui pour lui demander les informations que nous voulions. J’avais été clair, il savait qu’il n’avait pas d’autres choix que de répondre ou de mourir.

*Tu veux le tuer, je le sais, je suis dans ta tête*


Il n’avait pas tord, mais ce n’était pas le bon moment. Je ne pouvais pas me permettre de perdre du temps ainsi.


Je n'accepte pas les Actions Cachées dans les combats et j'accepte la mort dans tous mes RPs, donc ne me combattez pas si vous n'êtes pas prêt à mourir également.

Amen:
 
Dentô Raito:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 865
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Ven 29 Juil 2016 - 0:45

A l’instar de tes compagnons de voyage, tu ne caches guère ton désarroi lorsque c’est un palais en ruines que vous trouvez. Visiblement, les renseignements de Kumo laissent à désirer, en accord avec la conclusion du précédent. Si cela est bien dommage, tu conçois que vous avez réalisé un énorme bout de chemin en un temps proche du record et qu’il serait tout bonnement stupide de gaspiller cet exploit. Se rabattre sur autre chose semble une position sage et tu ne fais qu’accepter l’idée. Tu es bien trop plein d’entrain à l’idée de pouvoir utiliser des adorables explosifs pour accepter de te limiter à quoi que ce soit – tel un rebours tu ne fais qu’attendre le moment où tu pourras exploser. Littéralement. Léger sourire au visage, presque sarcastique te connaissant, tu suis tes coéquipiers jusqu’à observer, avec une patience gênée, le spectacle d’Otoke. Dès lors qu’il a fendu sur le pauvre inconnu, tu t’es précipité pour voir – peut-être est-ce ta diplomatie, mais son comportement te paraît abjecte. Soupirant calmement, tu te diriges vers l’homme coincé sous la lame du Dôbutsu, portant ta main à ton argile.

« Il faut excuser mon ami. Il a quelques… Problèmes lorsqu’il s’agit des approches humaines. »

Tu adresses un sourire niais à votre pauvre victime, qu’elle te rend devant l’adrénaline et la peur. Pauvre idiot, si seulement il avait la moindre idée des problèmes dans lesquels il venait de se trouver. Avant même qu’il ne puisse faire autre chose que sourire – et surtout, avant la moindre réaction du garçon au cheveux blanc – tu continues sans quitter ton sourire ni ton particulièrement amical, déplacé presque.

« Néanmoins il n’a pas tort. Nous ne sommes pas là pour perdre notre temps, et il serait préférable pour vous que vous répondiez à ses questions. »

Soupirant calmement une fois de plus devant le mutisme de l’inconnu, tu t’agenouilles devant lui et pose ta main sur son épaule, l’obligeait à croiser ton regard qui en l’espace d’un instant a perdu tout l’amical et niais pour n’afficher que du sérieux.

« Je vous garantis personnellement qu’il ne vous arrivera rien si vous nous répondez. Nous aurons le temps de faire ce que nous voulons avant même que vous ne puissiez sonner l’alarme et nous repartirons. Votre vie contre ces quelques banalités que quelqu’un finira forcément par nous donner – n’est-ce pas un marché honnête ? »

Craintivement, il acquiesce et commence à chanter le peu d’informations que vous désirez. La population se regrouperait donc en l’espace de Quatre forums au niveau du Pays depuis que le palais a été rasé. Grossièrement, il vous donne également la position lorsque vous demandez sagement. Plus ne vous intéresse guère et d’un signe de la tête, tu indiques à Otoke qu’il peut le finir sans perdre ton approche rassurante – prenant seulement garde à ne pas être tâché par le sang qui gicle lors de l’exécution. Tu es trop gentil. Trop honnête. Dans ton apparence au moins. Dire que les gens tombent si facilement dans tes petits jeux, c’est presque cruel. Pour eux. Toujours est-il que vous êtes riches d’une nouvelle information et, sans surprise, tu t’attends à ce que vous preniez la direction du plus proche. Avant de démarrer cependant, tu t’interromps et souris aux deux Jônins.

« Si vous le permettez… »

En l’espace de quelques instants, tu réalises de l’argile consommé précédemment une petite araignée, équipée d’un œil d’argile. L’activant en un mudra, tu clos ton œil gauche et la pose délicatement par terre, lui faisant faire trois pas seulement.

« Je vois exactement ce qu’elle voit avec cet œil. Aller sur une place publique risque d’être remarqué d’office, alors que grâce à ce stratagème… Je pourrais prévenir si quelque chose d’indésirable doit se produire. Sans compter que je peux la détonner pour des dégâts tout de mêmes conséquents, et ce à distance de sécurité. Mais je ne suis pas le chef – je ne fais que montrer mes capacités pour que vous preniez la décision, Kamikaze-san. »

Un sourire de plus que tu adresses directement au Jônin. Avec cette approche, et s’ils te rechargent éventuellement en Chakra, tu pourras ravager ce pays entier en un rien de temps. Si tel est l’ordre, bien sûr.

HRP:
 


mondes en guerre
La forêt étouffera les cris de mes ennemis le jour où je les apporterai comme offrande à sa puissance. ▬ derrière vous+ crédits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 1733
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Ven 29 Juil 2016 - 14:22

Le trio s’était donc déplacé jusqu’au temple Zen’Dera. Depuis qu’ils avaient quitté les bois à l’est du pays, à l’endroit où ils s’étaient réfugiés pour récupérer de leur long périple, plusieurs heures avaient passées. De ce point ils avaient migré vers l’ancienne position du palais impérial aujourd’hui détruit, puis ils s’étaient déplacés vers le temple Zen’Dera. Une bonne partie de la matinée et de l’après-midi s’était écoulée jusqu’à ce moment. C’est aux alentours de 13h30 que le trio parvint aux alentours du temple. Une bâtisse pour le moins imposante visiblement pas mal fréquentée. En retrait, le trio avec l’aide d’Otoke et de son imposant aigle, débusqua un individu susceptible d’éclairer leur lanterne. Un ninja évidemment. Un homme esseulé (dédicace Oto’) que le Dobutsu prit rapidement à partie d’une manière aussi brusque qu’efficace. Ne pas laisser le temps à la cible de comprendre ce qui lui arrive, lui faire subir une pression maximale et le pousser à livrer des informations dans ces conditions pour le moins difficiles d’un point de vue psychologique. Kamikaze, en retrait observa les méthodes du Dobutsu et du Bakushô. Ils se débrouillaient bien tous les deux. Sans se coordonner, ils se complétaient parfaitement. L’un jouant le rôle du méchant abruti qui cogne avant de poser des questions et l’autre du gars compréhensif. Excellent ! Savourant ce moment, le Kamikaze demeurait aux aguets. Un vent de faible puissance parcourait les environs renseignant le Jonin sur les moindres sources de chakra actives.

L’indic’ rapidement livra des informations pour le moins intéressantes. Et après qu’il eut parlé de forums, sortes de bâtiments importants où vraisemblablement le Seigneur de ces terres procédait à un entrainement intensif de ses troupes doublées de métissage et d’échange interculturel, le Jonin demanda au Dobutsu la carte qu’il lui avait remise. Il fallait des précisions claires sur la position de ces forums. Chose obtenue. Quatre croix indiquaient désormais approximativement la position des forums. Une information à valider, à vérifier même si vraisemblablement, à en juger par les réactions du quidam capturé, la vérité et elle seule avait été dite. Une fois que le Jonin en eut terminé et que le Bakusho aussi, ce dernier laissa le pauvre bonhomme aux mains du Dobutsu. Sa fin était proche et malgré les promesses du Bakusho, son voyage à lui sous ces cieux étaient bel et bien terminé.

Sans plus s’intéresser au sort du quidam, le Jonin écouta le Bakusho qui déjà réalisait une technique pour le moins intéressante. Un insecte fait d’argile. Un insecte à travers lequel le Bakusho pourrait voir et observer les environs autour duquel il se trouvait. Oui, ce serait un bel atout lorsque le trio parviendra aux portes du forum le plus proche.

_ On utilisera ta technique Mister.

Montrant la carte qu’il tenait entre ses mains, le Jonin poursuivit :

_ Nous allons nous approcher du forum au nord-est de notre position. Notre nouvel objectif sera de le détruire et de faire évidemment le maximum de dégâts. Un regard vers le duo. Otoke avait vraisemblablement déjà liquidé le prisonnier. C'est à lui particulièrement que s'adressa le Jonin : Si ton rapace a faim, demande-lui donc de faire disparaître ce corps. Sais-t’on jamais… Un regard au Dobutsu avant de poursuivre.

_ Il est probable que je me rende seul vers l’autre forum ou que je m’attelle à une tâche spécifique ici. Tout dépendra des informations que nous recueillerons... En ce cas l’Aigle il pointa du doigt le Dobutsu sera le chef d’équipe il devra rester en support. Et toi le Parchemin tu seras l’artificier principal. Je serai l'Invisible. En cas de séparation, retrouvons nous au point d’entrée dans 10h. Des questions ?

Après la partie questions – réponses, le trio évolua en direction du forum au nord-est du temple Zen’Dera pour le coup épargné de la furie de la Foudre.

C’est aux alentours de 17h30 que le trio parvint à 1 km du forum. A partir de là Daï envoya ses araignées en observation tandis que le Kamikaze faisait souffler un petit vent sur le versant opposé de l’endroit où se rendait l’insecte fait d’argile. Obtenir le maximum d’information sur les ninjas en place et éventuellement se faire une idée de leur niveau. Mais à cette distance la chose était ardue. L’information récoltée permettrait essentiellement de se faire une idée des individus, civils ou ninjas, présents dans la zone. Quelques minutes encore et Daï pourrait bientôt informer le duo de ce qu’il a pu observer sur place. Après cela, le trio avisera.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1912
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Ven 29 Juil 2016 - 15:54

Dans un bruissement de particules soulevées et balayées d'un seul coup, Asuka et son mentor apparurent à l'entrée du nord du tout premier Forum à avoir été construit, symbole de la réussite tant idéologique que pratique des enseignements apportés par le guerrier rouge au fil des années. Un « calme » tout relatif régnait comme d'habitude aux alentours: les coups pleuvaient à l'intérieur, signe que les entraînements et le perfectionnement n'avaient pas perdu de leur primeur, et les membres de différents clans aussi variés que Tôhatsu ou Jisetsu par exemple se mélangeaient pour partager nourriture, connaissances et coups de tatane. Jetant un coup d'oeil aux alentours, Asuka ne remarqua rien d'anormal pas plus que l'Oterashi qui, bien que dénué de vrai foyer, se sentit immédiatement comme chez lui et commença à saluer des têtes connues. Il était devenu tellement fréquent de le voir arriver de cette façon que plus personne ou presque ne restait surpris très longtemps, passée la surprise initiale.

« Ahem, oué, et du coup on fait quoi là... on vient de manger en plus donc je vois moyennement l'intérêt de se remettre à table. En milieu d'après-midi qui plus est...

- Bah ! Vois ça comme une petite pause dans notre voyage vers Bukeyashiki ! Ce n'est pas donné à n'importe qui tu sais, de pouvoir s'octroyer « ce » genre de pause.

- Nan mais... vous êtes sérieux ? Vous la prenez au sérieux au moins cette « menace » dont vous m'avez parlé ? Y avait vraiment écrit quelque chose au moins sur votre parchemin ?

- Tu penses bien que oui, je ne fais pas ce genre de déplacement par hasard... N'en reste pas moins que... pour l'instant.. je ne sens rien qui sorte de l'ordinaire. Il va peut-être falloir s'armer d'un peu de patience avant de voir venir quelque chose, ou quelqu'un. Quoi que ce soit, en fait. Je vais aller voir comment s'en sortent les tuteurs: si tu veux rester aux aguets à l'extérieur pendant ce temps...

- Je vais faire ça oué, pourquoi pas... Et vous voulez pas non plus que je vous apporte une côte de sanglier pendant qu'on y est ? J'irai où je me sens d'aller, mais je vous préviens ! On ne passe pas la nuit ici à glander ou à bouffer !

- A vos ordres, général...! Hahaha ! »

Sur quoi, les deux guerriers se séparèrent pour prendre des nouvelles de différentes sections du Forum et saluer davantage de personnes connues, prenant plaisir malgré tous les mots échangés à repasser par cet endroit chargé de souvenirs et d'une forme de nostalgie avant l'heure. C'était en effet ici que tout avait pu commencer, mais pour Asuka et Yanosa de savoir que, désormais, tout ça ne représenterait plus qu'une mémoire déclinante, une étincelle dans la nuit noire, les emplissait tout deux d'une sourde tristesse.


Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Membre du Satoru
Messages : 877
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Sam 30 Juil 2016 - 21:33

Désormais l’homme avait trop peur de moi pour me répondre, ce qui était parfaitement logique vu la situation. Ce n’était pas réellement mon intention, mais ce n’était pas non plus dérangeant, le prêteur me remplaça alors pour la suite. Avec une méthode plus douce et plus malhonnête, il obtint ce qu’il fallait. Il y avait donc des forums à travers le pays désormais, cela me semblait être une cible suffisante pour ne pas avoir l’impression de faire le voyage pour rien.

*Bon alors, tu peux le tuer maintenant ! Fais toi plaisir !*


Malgré mes méthodes brutales, j’avais réussi à garder une apparence calme et sereine, mais il tentait de s’exprimer avec plus d’autant plus d’ardeur. J’étais partagé entre mon envie d’abattre cet individu et l’envie de ne pas succomber à la tentation.

- Tu n’as plus vraiment le choix humain.


Il avait raison, ce n’était pas comme si je pouvais me permettre de laisser un témoin en vie. Sans dire un mot, j’expirai doucement pour calmer mes pulsions tout en découpant la gorge de l’homme d’un coup d’épée. Je restai immobile le temps d’une seconde, attendant la remarque de mon hôte, mais il n’en fut rien. Je me tournai alors vers Karyuudo qui secoua la tête discrètement, cela voulait dire que mon oeil n’avait pas encore changé de couleur, tout allait bien.

Ensuite vint le temps de rétablir une stratégie en prenant compte les nouvelles informations. Lorsque Kamikaze me demanda de demander à Karyuudo de manger le cadavre, je n’osai pas le faire. En tout cas, si cela inaperçue pour tout le monde, cela me fit sourire. L’idée de voir Karyuudo manger un humain en entier en quelques minutes était plus drôle qu’ils ne l’imaginaient.

- Même si nous mangions sa chair, il resterait ses os, le faire disparaître risque d’être plus compliqué que ça. Et puis nous n’avons pas le temps pour ça.


Il donna alors des noms de codes à chacun d’entre nous. Était-ce nécessaire ? Probablement pas, mais si cela l’amusait. Il me surnomma "L’aigle", c’était d’une originalité dépassant mon entendement…

Nous repartîmes alors en direction de notre objectif. Une fois arrivés à proximité, nous firent une pause pour laisser Dai envoyer son invocation espion récolter des informations. En attendant, Karyuudo me transmettait ce qu’il voyait et je traduisais au reste de l’équipe. S’il n’avait pas la capacité de s’infiltrer à l’intérieur d’un bâtiment à distance, sa vue était largement suffisante pour distinguer avec précision ce qu’il se passer d’aussi loin. Quant à moi, je restais aux aguets, j’étais capable de repérer les chakra avec précision, mais les personnes présentes dans ce forum étaient bien loin…

Soudain, je ressentis un chakra qui se démarquait des autres par sa puissance. Il m’était impossible d’en savoir plus à cette distance. Je me tournai alors vers le duo pour voir ce qu’ils en pensaient.


Je n'accepte pas les Actions Cachées dans les combats et j'accepte la mort dans tous mes RPs, donc ne me combattez pas si vous n'êtes pas prêt à mourir également.

Amen:
 
Dentô Raito:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 865
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Lun 1 Aoû 2016 - 22:02

Tu acquiesces patiemment lorsqu’on t’annonce que ton astuce de l’araignée sera utilisée, heureux de savoir que tes petits tours de passe-passe peuvent encore trouver leur utilité dans des moments si névralgiques et cruciaux que celui-ci. Attentif, tu écoutes les ordres en étant conscient que tu n’auras aucunement le droit à l’erreur. Tout ce qui s’écroule. Tout ce qui tombe. Tout viendra certainement de toi. Pas après pas, tu avances en suivant tes deux frères d’armes jusqu’à arriver à une distance raisonnable du fameux Forum, uniquement pour faire descendre ton araignée de ta paume et la diriger, silencieusement, vers l’endroit.

Avoue-le, cela te fait étrange. Œil fermé, tu vois tout ce que vois la petite bête à l’instar de tes sentinelles, mais tu ressens également dans le moindre des mouvements la fragilité de la construction et la possibilité, si simple et éphémère soit-elle, de pouvoir exploser pour des dégâts tout bonnement massifs. En l’espace de quelques minutes, l’intégralité de votre objectif se dessine calmement. De l’activité. De la population. Tu n’as pas encore pénétré l’enceinte de la structure que tu sais déjà qu’il y aura certainement du monde, rien qu’à voir la quantité de gens qui se situent à l’extérieur. De ton œil ouvert, tu te tournes vers les deux Jônins en arrêtant la course de ton araignée sous la racine d’un arbre qui dépasse, de sorte à pouvoir voir en restant discret au maximum. Calmement, tu commences à chuchoter ton rapport.

« C’est très animé vers le forum, je ne suis pas encore entré dans son enceinte qu’il y a déjà énormément de monde. Ma création a beau être petite, je pense qu’il sera compliqué de se faufiler entre ce monde sans être remarqué. »

Sans attendre plus de leurs instructions – tu connais le métier, après tout – tu commences à contourner calmement la chose pour ne faire que voir que l’activité au niveau de ce dernier est une chose réellement conséquente. Les fondations semblent inexistantes à ta distance, et combien même seraient-elles présentes, tu ne te doutes que trop bien que pour soutenir une population de la sorte, elles doivent être suffisamment solides pour qu’il soit difficile de les prendre d’un simple assaut. Tu ne peux pas sacrifier ton deuxième œil pour devenir vulnérable, et tu ne le regrettes que trop. Pas après pas sur les petites pattes de ton jouet, tu continues ta course effrénée dans les abords du forum, gardant un œil attentif sur ta direction et inspectant les alentours ça et là.

« Arriver aux fondations sera impossible. Je propose de faire un maximum de dégâts humains à distance de notre position pour vous laisser une ouverture. »

Calmement restant sur ta déclaration, tu continues de faire le tour tout en observant les structures, et lorsque tu ressens enfin que la distance commence à être dans les limites de ta portée, tu inspires sereinement. La première offensive. La décision de ce qui adviendra plus tard. Tout ceci t’appartient là sur le moment précis. N’en serait-ce que ton bon vouloir, tu pourrais prendre la décision de ne rien faire. Mais voyons donc, tu es loin d’être si paresseux. Travailler. Suer. Prendre des risques. Gagner. Tu n’admets que ça dans ta routine, et tu ne sais que trop bien à quel point elle a été fonctionnelle jusque-là. Pourquoi donc changer ?

Doucement, tu commences à slalomer entre les personnes présentent en dehors du forum, évitant soigneusement les regards trop appuyés et les pieds qui risqueraient accidentellement détruire ton art avant que tu ne puisses montrer à quel point ce dernier est éphémère. Encore et encore tu avances vers ce qui semble être l’une des portes de votre cible et, profitant d’un amas de population… Tu composes ton mudra. D’un coup simple, tout s’envole et la foudre venu droit des cieux frappe en l’espace de ton explosion. Ce n’est pas une petite chose qui sort de ton petit animal, mais bien un souffle puissant. Vague infâme, tu en entends le retenti vague à ta position encore. Les jeux sont finis, et tu regardes tes deux alliés.

« Nous y allons ? »

Le sourire sur tes lèvres ne laisse aucunement présager l’effet de ton art. Ne l’as-tu pas déjà dit ? Personne ne peut se cacher devant l’orage – aujourd’hui, tu comptes bien démontrer la force de cet adage à ce pays.

HRP:
 


mondes en guerre
La forêt étouffera les cris de mes ennemis le jour où je les apporterai comme offrande à sa puissance. ▬ derrière vous+ crédits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 1733
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Mer 3 Aoû 2016 - 11:25

Kamikaze porta son regard vers son frère d’arme du clan Dobutsu. Ils avaient ressenti la même chose. Cette grande puissance apparue sur un des côtés du forum. Otoke ne laissait transparaître aucune émotion particulière, ni étonnement, ni crainte. Pourtant le Kamikaze, su lire entre les lignes de cette réaction. Son compagnon d’arme était plus proche de l’étonnement qu’autre chose. Un chakra de ce niveau… Très peu d’hommes en sont pourvus. Bien trop peu pour qu’automatiquement, le Jonin ne pense au maître de ces terres nommés par l’Empereur du Shukai. Oterashi Yanosa avait-il pu revenir sur ses pas si vite après avoir été signalé à Tetsu ? Évaluant le temps de réaction kumojin ainsi que l’endroit où l’escouade mobilisée par le Raïkage provenait, le Jonin se fit une raison. Ce pouvait bel et bien être le Seigneur de Guerre de Kusa qui était de retour sur ses terres. Ce pouvait également être un ninja de l’Empire d’un niveau très élevé. La prudence devrait être de mise quoi qu’il en soit.

Écoutant les propos du Bakusho, le Jonin réfléchissait sur les options à prendre. Le fait que cette grande puissance se soit révélée en ce lieu n’était peut-être pas anodin. Quand bien même ce serait le cas, dès lors que l’intrusion de Daï serait terminée, dès lors que la première explosion se ferait ressentir, ce grand chakra indéniablement viendrait à s’opposer au trio en plus du soutien potentiel de quelques guerriers indemnes. Le Bakushô de son côté faisait un résumé pour le moins intéressant de la situation sur le terrain. Il y avait beaucoup de monde dans le forum. De guerriers qui s’entraînaient sans relâche. Oui, c’est bel et bien là qu’il faudrait frapper.

_ Humpf. Essaye de frapper au cœur du forum. Là où en effet le carnage sera le plus important.

Une voix calme. Regard porté vers ce forum au loin. Le Jonin le voyait déjà en proie aux flammes et à la panique. Il faudrait profiter de ce moment de faiblesse pour faire ses œuvres.

_ Je vais m’avancer vers ce chakra que nous avons découvert et peut être profiter de la panique suite à ton attaque. L’aigle. Protège le Parchemin. Et n’appelez pas le Maître inutilement…

La carte qu’il tenait encore jetée vers le Dobutsu, sans un bruit, le Jonin prit une impulsion. Il filait désormais vers la cible qu’il s’était choisie. Celle au chakra énorme. Pour quelle raison ferait-il autre chose ? Il était probablement le seul à disposer d’une puissance égale sur le papier par rapport à ce qu’il avait ressenti. Le vent faisait son œuvre s’exerçant sur la zone où la signature s’était révélée. Au fur et à mesure que le Jonin se rapprochait, le chakra de sa cible se faisait de plus en plus précis. Oui, il aurait affaire à un gros morceau. Un gros client comme on dit. Mais c’est bien pour cela qu’il avait été entraîné pendant de si longues années. Combattre ne lui fait pas peur, surtout pas lorsqu’il part à armes égales peut-être, mais sur un terrain où il est largement défavorisé. Le genre de mission que beaucoup appellent mission impossible.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1912
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Mer 3 Aoû 2016 - 17:09

« Ça a le mérite d'être clair au moins... »

Yanosa venait d'arriver non loin du lieu de l'explosion en sortant en trombe du Forum, faisant le tour par la petite clairière pour constater l'ampleur des dégâts de l'extérieur. Il fut très rapidement rejoint par Asuka, qui arriva par le côté opposé en portant sur ses épaules l'un des blessés rescapés de la déflagration. Celui-ci avait une jambe broyée, mais survivrait avec les soins adéquats, ce qui n'était pas le cas de bien d'autres kusajins dont le coeur de beaucoup avait déjà cessé de battre, soufflés par l'explosion ou encore plus simplement réduits à l'état de molécules flottant désormais dans l'air. Le guerrier rouge, peut avant la détonation, avait pressenti l'impulsion de chakra et le déplacement d'une petite entité artificielle, sans trop avoir le temps de la repérer précisément ou de mettre sa nature au clair. Il regrettait désormais amèrement son relâchement, mais demeurait malgré tout stoïque face au spectacle de destruction: les hommes et femmes peu ou pas touchés par l'attaque oeuvraient déjà activement au secours de leurs paires, exprimant toutes leurs forces et leur détermination en soulevant rapidement d'énormes blocs de pierre pour dégager des corps encore pleins de vie et soutenant des pans de la structure prêts à s'effondrer pour laisser le temps à d'autres de passer en dessous.

Déposant l'homme qu'elle avait sur les épaules à l'écart de la zone sinistrée dans la clairière, où commençait à s'organiser une zone de repli locale de fortune, Asuka se dirigea ensuite immédiatement vers son mentor.

« Bordel je déteste quand vous avez raison !

- Ils sont finalement arrivés, ces oisillons... Et manifestement, ils comptent un Bakushô dans leurs rangs.

- Un Bakushô ?

- Un clan affilié à Kumo, spécialisé dans l'usage d'argile explosive. Des dé-bâtisseurs, si tu préfères... Et je viens de remonter l'odeur de notre client.

- Kumo, hein... On attend quoi alors ? »

L'Oterashi ne pipa mot, le regard et les sens tournés vers la dense forêt et les adversaires qui l'y attendaient. Pendant cette poignée d'heures à faire le tour des résidents de ce Forum Prime, il avait intérieurement fait monter sa propre anticipation de ce qui allait se passer, de ce qui se passait à présent de façon bien tangible, et était à présent fin prêt. Il était autant conscient du fait qu'un affrontement contre des shinobis pouvait toujours et à tout moment tourner de façon frustrante et définitive, que du fait que contre ce genre d'adversaire, il n'avait strictement aucune retenue à avoir ni aucun principe à appliquer. Plus maintenant, en tout cas. Quelque chose en lui depuis son éveil à la noire vérité était devenu tout aussi obscur, le poussant à chercher l'anéantissement et l'oblitération là où il n'aurait par le passé éprouvé qu'un vague mépris voire même une forme de respect. Ses valeurs étaient intrinsèquement chamboulées, sans que lui-même ne sache pourquoi alors que la réponse se trouvait bel et bien là, sous ses yeux. Ou plutôt, sous sa peau.

Yanosa s'élança d'un grand bond dans la végétation suivi de prêt par la Jisetsu aux cheveux roses, toujours fixé sur l'odeur d'argile caractéristique qu'il avait flairé. Ses sens, d'ailleurs, étaient tellement obnubilés par cette seule odeur qu'il en faillit passer complètement à côté de celle, inconnue, d'un autre des assaillants apparemment venus tout droit de Kumo. Infléchissant sa course au dernier moment pour ne pas croiser bêtement et laisser passer dans son dos l'étranger, il se figea momentanément face à celui-ci, Asuka se déportant sur le côté pour former un semi-périmètre bloquant l'avancée de celui qui arborait les armoiries de Kumo. Taillé pour le combat, un bandeau noir sur le crâne et un senbon dépassant de la commissure des lèvres, le shinobi était paré d'une tenue de combat classique et efficace.

« Hm, alors vous divisez vos effectifs ? Tant pis... nous allons devoir faire de même. Tu peux... ? dit-il en se tournant partiellement vers Asuka.

- Ce sera réglé très vite vous en faites pas. Je vous rejoins. »

Sur ces mots, la valkyrie de lilas fit apparaître dans chacune de ses mains une arme différente en manipulant avec grâce le Kinton dont elle était maîtresse. Une épée courbée assez large mais courte apparut dans l'une, tandis qu'une longue lance en partie dorée darda de son autre main. Son regard, quand à lui, changea littéralement de couleur en passant du bleu au doré, ses sourcils légèrement froncés sous l'effet de la concentration extrême dans laquelle elle venait de se plonger. Ses muscles en éveil mais souples, ses appuis fermes mais agiles, la Jisetsu était, pour ainsi dire, prête à en découdre. Fixant ainsi son adversaire désigné sur place, elle permit à son mentor de reprendre aussitôt sa course sur le côté : il aurait en effet été totalement suicidaire, à un contre deux, de tourner ouvertement le dos à l'un des deux membres du duo, le plus dangereusement armé qui plus est. Tout était désormais pour la Jisetsu une affaire de timing, comme toujours, alors que le guerrier rouge lui n'avait pas encore pu mettre la main sur ses adversaires.

Cela ne tarda toutefois pas beaucoup : ouvrant la première des huits Portes du Hachimon pour terminer de clore la distance entre lui et la source de l'explosion ressentie plus tôt au plus vite, il conclut sa course en ralentissant et en se présentant nonchalamment, à une trentaine de mètres de ce qui semblait être... un trio ? Le Bakushô, quel qu'il ait été, se trouvait dans ce petit groupe hétéroclite, mais son sort ne lui serait de toute façon pas exclusif. Yanosa détaillait en effet déjà ses adversaires et se préparait sereinement quoi que violemment à l'affrontement.

« Bien... Voici le reste des soldats venus faire leur petit numéro. Kumo a décidément les dents longues, très longues... Mais même un rongeur sait quand il doit laisser les siennes s'user s'il ne veut pas mourir d'orgueil. Cela, votre Kage doit sûrement le savoir, en tout cas... »

Ses jambes fléchies, Yanosa propulsa une déperdition de chakra brut en excès autours de lui en faisant vibrer la terre et les feuillages, écartant les bras et se préparant à plonger, corps et âme, dans les profondeurs insondables du combat.




Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Membre du Satoru
Messages : 877
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Ven 5 Aoû 2016 - 0:24

Un échange de regard entre Kamikaze et moi nous suffit à nous convaincre de la présence que nous ressentions. Il y avait ici une personne qui dépassait ma quantité de chakra, et conséquemment. Une autre personne présente devait avoir un haut niveau également. Tout cela ne me rassurait pas, mais je sentais l’excitation de la chasse augmenter petit à petit. Le Bakushô continua alors son infiltration avec son invocation jusqu’à ce qu’il décidât de la faire exploser. La détonation retentit suffisament pour attirer l’attention de la zone environnante.

Kamikaze nous donna alors un ordre avant de nous quitter pour partir à la rencontre de la proie intéressante. J’étais un peu déçu de le voir y aller seul ainsi, mais il avait raison, je devais protéger le Bakushô qui n’avait pas vraiment notre niveau. Sans perdre de temps, je me positionnai sur Karyuudo et je sortis mon arme de son fourreau.

- Cette fois-ci, je sens que ça va être sérieux.


- Au contraire, je suis sûr qu’on va bien s’amuser.

Je devais bien avouer qu’une part de moi n’attendait qu’un combat violent. Cette part de moi avait bien l’intention de s’amuser et je savais pertinemment que je n’allais pas avoir d’autres choix que la laisser faire. Pris dans quelques préparations mentales et physiques pendant quelques secondes à peine, je fus sortis de ce rituel par l’arrivée rapide sur notre position de celui qui devait être éliminé par le Jonin.

- Préparez vous ! Il arrive.


*EEEEEENNNNFFFFIIIIIIINNNNNNNN*


Ressentant la source de chakra s’approchait, le démon se réveilla à nouveau. D’un coup, j’eus une sensation chaude dans l’oeil gauche, puis ma vision changea légèrement. Tout était subitement plus lumineux. Je savais ce que cela signifiait, mon oeil venait de changer de couleur, la transformation avait commencée.

Lorsque l’adversaire du jour arriva, je compris qui c’était. Si j’avais eu des doutes sur son identité, je pus les confirmer en le voyant. Il s’agissait donc bien du Seigneur du Pays de Kusa, Oterashi Yanosa. Son niveau dépassait le nôtre, mon instinct de survie me criait d’éviter le combat, mais mon démon n’allait pas se rendormir sans avoir gouté au sang. Je jetai un coup d’oeil à Dai, si je ne le portais pas dans mon coeur, je n’avais rien à lui reprocher, j’espérais que cela allait toujours être le cas à l’insu de ce combat.

Joignant mes mains pour effectuer un mudra, je concentrai mon chakra pour augmenter mes réflexes et anticiper ses prochains mouvements, la suite allait être capitale.

Spoiler:
 


Je n'accepte pas les Actions Cachées dans les combats et j'accepte la mort dans tous mes RPs, donc ne me combattez pas si vous n'êtes pas prêt à mourir également.

Amen:
 
Dentô Raito:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 865
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Ven 5 Aoû 2016 - 13:04

Dès que tu ressens que la masse de Chakr arrive vers vous et que tu vois Otoke s’agiter, tu ne réfléchis pas et créer ton oiseau d’argile. Ce combat ne va pas se jouer à la propreté et tu n’as pas envie d’être dans le groupe des perdants. Cela blesserait trop ton orgueil. Pourtant, à le voir arriver, tu inspires profondément. Le Seigneur en personne. N’était-il pas censé se trouver à Tetsu ? Tu n’as pas envie de croire qu’il a pu en finir si vite, et vos sensations résonnent encore. Un Hiraishin ? Tu ne vois pas quoi d’autre pourrait permettre un retour si rapide à travers deux pays, et les compétences du rat rouge sont bien connues de ton Bingo Book. Calmement, tu portes ta main à tes cheveux, l’y passant rapidement avant que ta langue ne décide de faire des siennes et les lécher ou pire. Sourire aux lèvres, tu inclines gentiment la tête vers ton adversaire, révérence presque théâtrale mais oh combien juste.

« Oterashi Yanosa, permettez-moi de dire que c’est un honneur de vous rencontrer en personne. »

Alors que tu prononces ces paroles, tu concentres brièvement ton chakra et en l’espace de quelques mudras, c’est cinq clones de toi, identique à ton apparence, qui se retrouvent en plus sur le terrain de combat. Avant même que le temps ne passe, l’un de vous six commence à continuer le récit tandis que vous commencez à vous mélanger, l’air gai.

« Comprenez bien que, du peu que j’ai vu sur votre Forum – c’est bien ça le nom ? – vous semblez être un Seigneur particulièrement talentueux pour assurer la prospérité de votre population. Dans d’autres circonstances, le Politicien que je suis aurait adoré tergiverser avec vous à ce sujet afin d’échanger quelques points de vus ou autres astuces. »

L’un après l’autre, vous continuez votre petit récit en vous déplaçant légèrement, si bien qu’il devient rapidement impossible de distinguer le vrai parmi les clones. Six. Comme si un seul n’était pas suffisant. Soudain, vous vous arrêtez tous et fixez la crinière flamboyante devant vous. Dans vos douze yeux, le feu du combat. La folie des guerriers. Libre. Vous êtes libres.

« Hélas, nous sommes en guerre et vous êtes allé jusqu’à Tetsu pour combattre. Vous attendiez-vous à ce que nos alliés… Non. Nous ne sommes pas là pour vous faire la morale. Notre châtiment sera bien moins diplomatique. »

Brusquement, l’un de vous six éclate dans un ricanement harcelant les oreilles de toutes les personnes présentes, diantre – va-t-il jusqu’à poser sa main sur son visage pour essayer de se contenir. Le dévisageant rapidement, l’un de vous monte sur l’oiseau d’argile et prend son envol tandis que le rieur, se calmant aussi vite que son fou rire est survenu, affiche désormais le plus sadique des rictus possibles. Oh que oui. La liberté. La fin de la politique.

« Dites-moi : combien d’autres bombes pensez-vous qu’il y a, prêtes à exploser en votre nom ? Combien de vie cesseront d’être le temps que vous terminiez votre lutte ? Combien d'autres bombes réussirais-je à glisser ? Voici l’offre que je vous fais. Capitulez pour les sauver. Rentrez… Chez vous. A Kumo. »

Les presque spasmes qui le traversent à chacun de ces mots tordus, de ces idées et de ce bluff convainquant… Tout donne l’allure d’un fou. D’un animal que l’on aurait affamé pendant des temps inespérés sans le voir mourir et qui arriverait, finalement, au plus beau des gibiers. Tu n’es plus toi-même. Vous n’êtes plus ce que vous devriez être. Le gentil diplomate est allé se faire foutre en profondeur. Libère le guerrier en toi. Lutte pour ta vie. Oublie la beauté du monde et prie la beauté de la Foudre. Tu n’es que ça. Un pion. Discrètement, celui des toi qui se trouve dans les airs créer une petite araignée d’argile, identique à la précédente bien que dénué de son œil, et passant au-dessus d’Otoke, la fait tomber et ramper sur ce dernier. Sur les cinq restants fidèlement au sol, deux de vous font également un petit animal que vous dirigez vers le Seigneur… Ou plutôt les innocents qui se trouvent derrière.

HRP:
 


mondes en guerre
La forêt étouffera les cris de mes ennemis le jour où je les apporterai comme offrande à sa puissance. ▬ derrière vous+ crédits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 1733
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Mer 10 Aoû 2016 - 21:04


Le Kamikaze était parvenu à débusquer sa cible. Celle-ci en mouvement filait droit en direction de l’endroit où avait lieu la première détonation déclenchée par la création de Bakushô Daï. Arrivé à sa hauteur et pourtant demeurant caché, le ninja n’eut aucun mal à reconnaître celui qu’il pistait. Le Seigneur des céans : Oterashi Yanosa. Il l’avait prévu et ces prédictions s’étaient réalisées. Quel autre ninja en ce lieu pouvait disposer d’une si grande réserve de chakra ? A distance respectable, le Jonin se contenta de suivre cet homme accompagné d’une jeune femme. Au moment où le Gouverneur de Kusa s’arrêta, conscient du danger, le Jonin compris que lui aussi avait finalement été débusqué. Le regard des deux hommes se croisa après que Kamikaze se manifesta pleinement –physiquement bien entendu. Son énergie et donc son niveau demeurait cachée pour le commun des mortels, pour ceux qui n’entendaient rien à la maîtrise de la sensorialité. Toisant son vis-à-vis ainsi que son accompagnatrice, le kumojin répondit immédiatement à la kusajin qui venait s’interposer entre l’Oterashi et lui. Il ne put s’empêcher de tenter de l’ignorer après avoir eu, suite à un coup de vent, une idée de son niveau. Non, c’était bien le guerrier à la chevelure rouge qui l’intéressait. Il était des deux le plus dangereux. C’est lui sa proie. Et pourtant, visiblement, ni l’Oterashi, ni la kusajin ne l’entendaient visiblement de cette oreille. Le premier s’en alla du côté du duo composé de Daï et d’Otoke tandis que la kusajin révélait des dons qui obligeaient le Jonin à la prendre en considération. Une utilisatrice du kinton doublée d’une Jisetsu. Un sourire se dessina sur le visage rayonnant de bonté du kumojin. Un mouvement de manche, le ninja porta sa main à sa bouche. Il sembla croquer quelque chose.

_ Ce sera très rapide en effet…

Un sourire toujours affiché sur ce visage innocent. Le ninja prit pourtant une posture de combat tandis que sa main retirait de sa sacoche un kunai et quelque chose de caché dans la paume de sa main.

Un bras en avant, celui de droite, le bras gauche en retrait presque au niveau de la poitrine. C’est ce bras qui tenait le kunai. Le pied droit était avancé faisant que le kumojin se présentait à la Jisetsu de profil. Sa jambe gauche lui servant de jambe d’appui. Gardant les distances, le bonhomme était prêt à toute attaque venue de nulle part. Dans sa longue vie de combattant, il en avait déjà croisé des Jisetsu et il sait à peu près à quoi s’en tenir à ceci près que chaque combat apporte son lot de nouveautés et de surprises. Les Jisetsu justement, sur ce plan sont passés maîtres. Il lui faudrait demeurer concentré du début à la fin de cet affrontement pour ne pas se faire avoir comme un bleu. A en juger par les quelques informations qu’elle venait de livrer, une de ses caractéristique est son savoir-faire au corps à corps. Une autre qui coule de source est lié à sa capacité à combattre à mi-distance. Les coups pouvaient provenir de partout.

_ A toi l’honneur Jisetsu…

Un sourire amical, le ninja mâchouillait ce qui semblait en tous points de vue à une simple brindille inoffensive –non ce n’est pas un senbon ostensiblement affiché ! Et peut-être serait-ce cette arme caché qui ferait la différence ?



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1912
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Jeu 11 Aoû 2016 - 13:06

Un long frisson langoureux parcourut la peau du guerrier rouge, tandis que tous ses muscles trépignaient comme autant d'enfants devant lesquels s'agitaient des friandises. Deux, friandises, pour être précis. L'un, aux cheveux cendreux, avait rapidement pris un peu de distance avec son nouvel adversaire, sautant sur le dos d'un aigle anormalement large et pour autant majestueux avec lequel il semblait partager une relation toute particulière. Une invocation ? Sans doute, pensa Yanosa. La distance que ce genre d'allié pouvait mettre entre lui et sa proie était problématique, mais il disposait fort heureusement d'un autre larron sur lequel porter son « dévolu ». Et cela tombait même plutôt bien, au fond, puisque c'était de ce second lascar que provenaient les effluves d'argile explosive qui l'avaient mené jusqu'ici. C'était lui, le Bakushô responsable de la destruction et des morts un petit kilomètre en amont, au Forum Prime. Et malgré ses talents en matière de « déconstruction », celui-ci présentait également, du duo, la plus forte propension à entamer un dialogue quoique futile avec son ennemi.

Immobile, et pourtant excité comme une puce, l'Oterashi observa patiemment celui de ses adversaires resté au sol, recevant ses « honneurs » avec une dose extravagante de cynisme, lui qui n'avait cure de la renommée et de ses atours. Il le regarda, lui et ses clones, se succéder dans leur discours, en faisant aller et venir son regard de l'un à l'autre en ne sachant apparemment plus auquel se fier. Il l'écouta, vanter entre les lignes une société dont il n'avait pu qu'observer la surface avant de lui porter un coup au coeur sous la forme d'une gigantesque explosion, notant mentalement le nom qu'il s'était lui-même donné: le Politicien. De sa vie, pensa-t-il, Yanosa n'avait jamais eu l'occasion de croiser un politicien aussi peu doué.

« Un homme de mots sur un champ de bataille... Voilà qui est original ! Mais autant que je suis conscient de leur force, je sais aussi qu'ils n'ont pas leur place ici... »

Le guerrier rouge repensa aux Samouraïs qu'il avait affronté à Tetsu, avant même que son interlocuteur et adversaire ne mentionne ces mêmes guerriers dans son discours. Il repensa à la vie sauve, dont il les avait tous gratifié, y compris cette Rukia, Conseillère du Daimiyo et Politicienne aussi, de par le fait. Il ressassa un instant ses doutes, ses envies de combat et de meurtre s'entremêlant jusqu'à ne plus être distinguables l'une de l'autre. Où était la limite ? Y avait-il encore un quelconque intérêt à s'en imposer, dans un monde de toute façon condamné à l'obscurité ? Épargner les vie un tant soit peu dignes de la force qui les animait, était-ce là ce à quoi il allait devoir se cantonner à l'avenir ? La question, ici et maintenant, n'avait pas lieu d'être, mais la pensée restait vivace, comme murmurée en continue à son oreille par un petit être sombre et aux desseins erratiques.

Yanosa fut toutefois arraché de ces obscures rêveries par le rire, a demi étouffé, de l'un des clones -ou de l'original ?- qui se pavanaient devant lui, légèrement sur sa droite. Tetsu, oui... Un adversaire de taille les attendait là bas, lui et Asuka. Et tandis que l'un des « politiciens » devant lui créait et grimpait sur un oiseau d'argile géant, Yanosa ne put s'empêcher de fixer son regard sur lui, presque impérial sur sa monture artificielle. Il était un shinobi. Un agent de pure mort, et l'assumait tout autant que sa pseudo-qualité de Politicien. Le mélange de ces deux facettes, toutefois, donnèrent au guerrier rouge l'occasion d'être témoin d'une offre assez inédite, à la fois totalement sortie de la réalité, sournoise, mais aussi saugrenue. A son tour, Yanosa afficha donc un rictus, qui se transforma bien vite en sourire dentelé destiné au Bakushô perché sur son oiseau d'argile.

« Ha..Hahaha ! Hahahaha ! Kumo, Oui !! J'y retournerai un jour, ça c'est une certitude ! Mais vous n'aurez, tous, pas besoin d'attendre que Kusa capitule pour ça. Jamais elle ne tombera ni ne sera plus sous le joug de qui que ce soit avant la Fin. Si j'en suis aujourd'hui bel et bien le défenseur... je ne suis qu'une partie d'un Tout que vous ne pourrez jamais espérer égratigner, peu importe le nombre de bombes ou d'artifices grandiloquents que vous brandirez, dit-il en joignant ses deux mains lentement et en continuant à fixer l'artificier juché sur sa monture.

Aujourd'hui, je suis surtout là pour le plaisir... »

Le regard incandescent de Yanosa se braqua alors immédiatement sur l'un des supposés « clones », restés au sol pour combattre. La densité de son chakra venait de le trahir, lui comme son stratagème d'ailleurs : celui qui était monté sur la création d'argile n'était qu'un leurre, très probant et efficace, mais un leurre malgré tout. Et, dans son orgueil, le véritable Bakushô était resté là, parmi les autres « lui ». Une erreur que le guerrier rouge s'employa dans la seconde suivante à faire payer au prix fort : ignorant les deux araignées qui entamaient leur route vers le Forum Prime, il jaillit d'un seul coup sur le flanc du Politicien dans un mouvement de rotation invisible à l'oeil nu, projetant violemment son coude gauche dans la tempe de l'artificier. Assommé et neutralisé sur le coup, le corps de ce dernier fut propulsé sur le sol où il dérapa sur plusieurs mètres, ses clones et ses créations périclitant sur place sans autre forme de procès. Son sourire désormais disparu, l'Oterashi fixait désormais avec dureté le jeune homme aux cheveux cendrés, perché sur son aigle géant.

« Et toi alors, tu ne parles pas ? »

~------------~




Dans la forêt qui entourait le Forum Prime, un autre duel annoncé était sur le point de commencer. Asuka avait soigneusement attendu que son mentor s'éloigne pour commencer à malaxer d'importantes quantités de chakra, bien consciente qu'il ne s'agissait pas là d'un duel ordinaire. Cet homme au sourire faux et ses acolytes, dont Yanosa devait s'occuper, étaient venus ici pour tuer et détruire, pas pour faire du tourisme ou pour défier honorablement des guerriers kusajins en duel à l'image de ce qu'avaient fait la valkyrie et le guerrier rouge à Tetsu. Faisant quelques moulinets avec ses armes pour s'échauffer, Asuka savait qu'en réalité si rien ne venait entraver la nouvelle routine de défense mise en place autours des quatre Forums du pays, elle n'aurait besoin que de ses yeux pour terrasser son vis-à-vis. Ce dernier d'ailleurs, après avoir esquissé un mouvement vers l'arrière pour faire mine de suivre l'Oterashi, s'était rapidement ravisé et se préparait lui aussi au combat. Un combat qui n'aurait, en définitive, jamais vraiment lieu.

Portant une main à la bouche dans un mouvement suspect, sans doute pour ingérer quelque chose ou préparer un projectile quelconque, il se mit ensuite en position d'attente, un kunai paré à la contre-attaque dans le plus pur esprit shinobi. Asuka, elle, venait de planter sa lance dans le sol, envoyant la garde de son épée courbe étincelante d'une main à l'autre comme pour jauger et apprécier encore davantage son poids et son équilibre.

« Rapide en fait, ça dépendra pour qui... Vous doutez quand même de rien, vous les soldats de Kumo. Vous venez là, avec le sourire, tenter de souiller et de tuer des personnes dont vous ne connaissez rien, sans doute sur les ordres du dernier fou furieux qui s'est arrangé pour avoir le pouvoir sur votre village... Des guerriers de l'ombre, qui ne sont en réalité que l'ombre de véritables guerriers...

J'espère simplement pour vous que c'est pas la galanterie qui vous aura poussé à me donner la main. Mourir par galanterie, y a mieux.
 »

Sur ces mots, la valkyrie de lilas reprit prestement sa lance dans sa main libre en empoignant fermement son manche et l'envoya tel un javelot en direction du soldat de Kumo avec une précision redoutable, visant ostensiblement le cœur. Dans sa main désormais dénuée d'arme apparut une seconde lame, plus droite que celle qu'elle avait toujours dans la main gauche, dont elle serra également le manche particulièrement fort pour y imprimer sa volonté d'éliminer l'assaillant étranger aussi promptement que possible. Mais en lieu et place d'une attaque en bonne et due forme, Asuka se contenta de se camper sur ses jambes en faisant tourner ses lames entres ses doigts habiles, ajoutant simplement :

« Dernière chance pour tenter de t'enfuir. Quoi que même si tu décidais de le faire... »

Laissant sa phrase en suspend, la Jisetsu fit darder son regard doré vers son vis-à-vis.



Spoiler:
 






Dernière édition par Oterashi Yanosa le Mer 24 Aoû 2016 - 19:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Membre du Satoru
Messages : 877
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Lun 15 Aoû 2016 - 23:17

Lorsque je compris que Dai n'allait pas se contenter de combattre, je réalisai qu’il était vraiment stupide. Il disait lui-même qu'il était capable de faire la part des choses entre sa "politique" et cette mission, pourtant il décida de parler avec l’ennemi. Je n'en revenais pas, mais le pire fut lorsqu’il lui fit une menace. L’adversaire avait l’air sûr de lui et il n’avait pas vraiment tort, je ressentais bien que sa puissance était supérieure à la nôtre. Le Bakushô eut néanmoins la présence d’esprit de se préparer au combat entre deux tirades. Il fit des clones et une monture ailée. S’il était probable que l’ennemi était dotés de don en sensorialité, puisqu’il avait réussi à nous repérer, c’était un pari risqué que de compter sur le clonage pour l’arrêter.

Le Seigneur de Kusa lui répondit avec tout autant d’arrogance, cependant, il ne s’en contenta pas. À peine après avoir terminé de parler, il se propulsa à très grande vitesse dans la direction du Prêteur. Je sus immédiatement que celui-ci n’était pas préparé à recevoir un tel assaut. Kamikaze m’avait demandé de le protéger, mais il avait également quitté la formation pour s’occuper de cette proie. Il me fallut choisir rapidement, quasiment instinctivement à cette attaque. Je savais qu’il était préférable d’intervenir pour éviter de voir nos effectifs réduits, mais je n’étais plus vraiment maître de moi-même et mon hôte n’avait pas l’intention de risquer notre sécurité pour une tentative de sauvetage.

Je concentrai alors aussitôt une grande quantité de chakra dans le corps de Karyuudo qui comprit immédiatement ce qu’il avait à faire. D’un battement d’aile, il nous propulsa en direction du Bakushô. Je tirai alors mon ninjato de son fourreau avant de l’orienter vers ma cible. Mon objectif était simple, mais je l’espérais efficace. Je comptais atteindre l’ennemi juste après son assaut, ne lui laissant ainsi pas la moindre chance de résister.

Tout se passa alors très vite, je vis mon équipier se faire projeter sur plusieurs mètres par un violent coup à la tête. Sans prendre le temps de regarder s’il était encore en vie, je vins frapper de mon arme le cou de mon adversaire avant de continuer mon chemin sur quelques mètres. Au même moment, j’eus une sensation qui commençait à devenir habituelle pour moi. Je sentis alors deux tentacules pousser du bas de mon dos et je vis l’exosquelette de ma forme démoniaque recouvrir mon corps.

*C’est quand même plus plaisant que de protéger ton "équipier" !*


- Fais attention avec ça, t’es encore sur mon dos je te rappelle !


Karyuudo avait raison, mais c’était plus fort que moi. Je me retournai alors en direction de mon adversaire pour voir dans quel était il se trouvait.

Spoiler:
 


Je n'accepte pas les Actions Cachées dans les combats et j'accepte la mort dans tous mes RPs, donc ne me combattez pas si vous n'êtes pas prêt à mourir également.

Amen:
 
Dentô Raito:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 865
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Mer 17 Aoû 2016 - 15:40

Tu regardes avec amertume le jeune garçon s’envoler, te disant qu’il est bien stupide et, comme tu l’avais pensé, incapable de suivre des ordres. Te protéger. C’est pourtant simple, non ? Hélas, c’est sa propre offensive et sa propre folie qu’il choisit, et malgré le feu du combat tu ne peux t’empêcher d’ignorer la folie qui est sienne. Un rapport sur son comportement. C’est certainement ce que tu feras. Un de plus pour rejoindre la pile de ceux qui existent. Un de plus pour décrire l’abjecte, l’inutile et le dangereux qu’il représente. Si son grade est égal à celui de l’autre Jônin, il a été clair dès le début pourtant que c’était ce dernier qui était votre chef, et te voilà trahit et laissé presque à l’abandon par un connard. Oui. Tu ne l’as jamais apprécié. Malgré toutes ces fois où tu t’es dit qu’une relation saine était possible, il ne faisait à tes yeux que représenter la peste et la vermine dont tu veux te débarrasser pour la grandeur de ta nation. Et tu comprends. Bien vite. Bien amèrement. Tu ressens cette once de Chakra. Tu alignes un et un pour parvenir à deux. C’est ta fin.

En l’espace d’un mouvement tellement rapide que tes yeux ne peuvent le suivre, le Déserteur t’arrive dessus et tu as à peine le temps de sentir son coup contre ton crâne que tu t’envoles, tel un vulgaire objet jeté contre le sol. Tes clones flétrissent, tout comme tes invocations – et tu ne regrettes vraiment qu’une seule chose : de ne pas avoir pu porter plus loin de courroux de la Foudre. De ne pas avoir eu le temps de faire une détonation de plus. Noirceur. Tu ne vois que la noirceur. Rien de plus. Rien de moi. Un éclat de lumière ? Impossible. Tu essayes de bouger ton corps, comme pour te débattre des chaînes de la mort qui commencent déjà à t’embrasser pleinement – rien y faire, tu es inconscient. Seul ton esprit essaye de se débattre, encore ne serait-ce qu’un peu. Ne serait-ce que ces quelques secondes. Regrettes-tu ta vie ? Non. Tu ne connais pas ce genre de choses. Tu as avancé avec assurance et certitude. Tu as pris les dispositions nécessaires, fait les bonnes alliances et trouver les bons ennemis. Si ton orgueil te perd, ce jour, tu espères au moins que l’autre débile aura l’intelligence de faire quelque chose d’utile et d’attaquer, de profiter de l’ouverture que tu lui laisses. De toute façon, pouvais-tu faire grand-chose de plus ? Non.

Un spaspme parcours ton corps et tu la ressens. La chaleur. Est-ce l’au-delà ? Le plaisir d’aller vers un endroit où tu la retrouveras Elle parmi tous ? Le plaisir de… Non. C’est localisé au niveau de ton visage. Du sang. C’est du sang. La douleur. Elle doit être horrible. Tu es bien heureux de ne même pas être en état de la ressentir. Chacun des maigres battements de ton cœur qui ne font que faiblir semblent te frapper à la tête et tu ne sais que trop bien que les dégâts sont étendus. Trop étendus pour que tu puisses rentrer ou récupérer de toi-même. N’est-ce pas laid, d’être dépendant des autres ainsi ? Toi qui voulais qu’ils le soient de toi, cette inversion des rôles doit être loin de te plaire. Profitant de tes dernières secondes de lucidité avant les ténèbres, tu imagines ta vie dans un monde où ta femme et toi ne soyez que civils. Un monde où la mort, de l’un comme potentiellement de l’autre, n’avait point lieu d’être. Un monde où… Mal. Tu te fais du mal à imaginer ceci. Vous avez vécu tous les deux dans votre amour et votre dignité. Vous ne pouvez vous refuser de… Un spasme de plus. Trauma crânien avec fracture de l’os pariétal et temporal, associé à une hémorragie méningée et une pneumocéphalie sur foyer ouvert. Les mots que Shigeru pourra rédiger sur son rapport d’autopsie te frappent avec violence. Si seulement il est capable de récupérer ton corps. Tu passes définitivement trop de temps avec le médecin, et si chance t’es donnée de t’en sortir… Tu officialiseras la chose. 1

Sur un troisième spasme, tu la ressens enfin. Cette douleur sidérante et transfixiante, comme si l’on t’arrachait les cheveux, la peau, les os, les méninges et enfin le cerveau par étape. Comme si l’on t’enfonçait un objet chauffe à blanc dans le seul but de te faire mal. Oui. C’est une douleur qui est pire que la mort et soudain… Tu tombes inconscient. A attendre que quelqu’un ne te sauve.

HRP:
 


mondes en guerre
La forêt étouffera les cris de mes ennemis le jour où je les apporterai comme offrande à sa puissance. ▬ derrière vous+ crédits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 1733
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Ven 26 Aoû 2016 - 23:52

Le kumojin avait suivi l’ensemble des gestes de son adversaire. Et dès qu’elle avait porté à sa bouche sa main. A ce même instant le kumojin se décala sur sa gauche par pur instinct par petits mouvements comme le ferait un guerrier armé jusqu’aux dents sur le point de bondir sur sa cible. Mais il n’en était rien évidemment. Aucun de ses mouvements ne pouvait paraître suspect contrairement à la manœuvre de son adversaire. Toujours par simple précaution, le Jonin tenta d’évaluer s’il venait de faire l’objet d’une technique d’illusions quand bien même ces paroles prononcées par la Jisetsu pouvaient indiquer qu’il n’en était rien. Tout en se déplaçant, à petits pas latéraux, commençant à décrire un arc de cercle autour de sa cible, le Jonin constata ce petit jeu de main tout en gardant à l’esprit cette lance plantée au sol. Rien n’est jamais anodin dans la gestuelle d’un ninja. Et dans la mesure où il avait affaire à l’un des clans les plus réputés du monde, il se devait d’être particulièrement attentif aux détails. Un vent souffla devant le Jonin.

Se contentant d’un sourire aux paroles de la Jisetsu, le Jonin effectua un salto arrière sur le côté droit, partant dans le sens contraire à celui qu’il empruntait jusqu’ici. D’un geste précis et sec, le kunai qu’il tenait dans sa main vint heurter la pointe de la lance qui sifflait dans l’air vers ce qui se trouvait être sa position une seconde plus tôt, infléchissant la course de l’arme létale et la forçant à se ficher au sol. La lance se trouvait désormais tout près de l’ancienne position du Jonin, plantée au sol, sur sa gauche à quelques mètres. Il ne s’y intéressait déjà plus. Le Jonin ne voulait perdre aucune miette de ce que faisait son adversaire quand bien même il pouvait déjà s’imaginer que la lance au sol pouvait contenir quelques désagréables surprises. Un parchemin explosif ? Peut-être mais les dégâts seraient importants et la kunoichi ne semble avoir préparé aucune défense digne de ce nom. Qui sait ? Peut-être aussi pouvait-elle avoir été marquée d’un sceau fuinjutsu. Un art bien connu des Jisetsu… Quoi qu’il en soit cette femme venait de faire apparaître une nouvelle arme dans sa main. Et lui aussi venait de faire sortir un nouveau kunai.

_ Je sais faire pareil tu sais ?

Une nouvelle poussée de vent devant lui. Effectuant un nouveau mouvement en arrière et sur sa droite, la Jonin lâcha son arme en direction de la kunoichi. Le projectile fila droit en direction du cœur faisant siffler le vent dans les airs y pénétrant avec tant de force et de vitesse que la chose semblait visible à l’œil nu. Et pendant que l’arme filait en direction de la Jisetsu, le kumojin lui venait de laisser tomber au sol une bombe fumigène. Si cette jeune femme ne voulait pas se livrer et dévoiler concrètement son jeu, alors lui, le ferait. A son prochain mouvement elle serait foutue. Concrètement mise hors-jeu par une attaque qu’elle aurait probablement pas eu le loisir de voir. A moins qu’il ne tombe lui-même dans un piège suscité par l’écran de fumée qu’il venait de susciter. Tactique dangereuse face à une Jisetsu, certes, mais qui ne tente rien n’a rien dit-on…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1912
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Dim 28 Aoû 2016 - 8:39

« Et toi alors, tu ne parles pas ? »

C'est ce qu'était parti pour dire le guerrier rouge, après s'être immédiatement repositionné en direction du soldat kumojin aux cheveux de cendres dans le même mouvement qui venait de lui servir à envoyer l'artificier au tapis. Mais il n'eut point le temps de prononcer le moindre mot, le soldat et son aigle chargeant à une vitesse ahurissante vers lui, une lame au clair et dardant vers son cou dénudé. Yanosa ne tenta pas d'esquisser le moindre mouvement: inutile, à cette portée et avec le « temps » dont il disposait, c'est à dire aucun. Son aura fort heureusement pour lui s'était densifiée et renforcée dans l'instant, la deuxième Porte de chakra rompant ses gonds d'elle même et avec un naturel qui défiait le simple entraînement ou l'habitude. Le ninjato frappa et trancha, sans retenue, suivant la course de son porteur qui alla directement finir son mouvement plusieurs mètres plus loin en reprenant un peu d'altitude sur son familier.

Le corps du guerrier rouge avait été projeté vers l'arrière sous la force de l'impact tranchant, Yanosa ayant reporté son pied gauche derrière lui pour se caler et éviter la chute. Juste au dessus de ses épaules, en bas de son cou, une fine trace rouge commença à se dessiner, une ligne d'où perlèrent plusieurs fines gouttelettes de son sang. Terminant de pivoter sur lui-même pour se trouver à nouveau face au soldat de Kumo, il remarqua dans la foulée l'étrange carapace noire qui avait commencé à le recouvrir, semblable à celle de certains prédateurs alpha des forêts sauvages qu'avait pu affronter Yanosa par le passé. Deux excroissances flexibles se laissaient également deviner dans le dos du soldat indirectement ailé, preuve qu'une métamorphose était à l'œuvre dans et sur le corps du soldat. A sa façon, Yanosa aussi se transformait: une aura désormais bien visible de chakra rouge l'englobait désormais, ce même chakra qui avait permis au guerrier de se prémunir d'une décapitation dans les règles. Une différence de taille existait toutefois manifestement entre les deux combattants: l'un ne comptait que sur ses propres ressources pour se battre, tandis que l'autre... recelait en lui une sombre entité, une entité qui tendait à prendre le dessus sur son hôte.

« Très bel assaut...! L'angle, la vitesse... L'opportunité aussi. Tu n'as pas prévu de te défausser après ça, j'espère, hm..? »

Yanosa n'espérait en vérité à ce stade aucune forme de réponse de la part de ce soldat-ci, pas plus que de l'autre au demeurant étant donné son état léthargique. Mais il ne pouvait s'empêcher d'appréhender sa frustration dans le cas où son adversaire restant venait à récupérer son collègue pour simplement s'enfuir par la voie des airs ensuite. Juché sur son aigle géant, le shinobi aux cheveux cendrés demeurait en effet dans une position avantageuse, et si Yanosa n'avait aucun doute en sa capacité à sauter haut, très haut même, il ne sous-estimait pas non plus les réflexes de ce duo homme-animal, qui venait de prouver son efficacité et sa rapidité. Attrapant prestement plusieurs kunais accrochés à son ceinturon, le guerrier rouge en lança un trio, l'un visant directement le soldat tandis que les deux autres partaient de part et d'autre du premier pour viser d'éventuelles positions de replis pour le duo aérien.

Mais avant même que le kunai central ne puisse réellement atteindre sa cible, Yanosa lui fit interrompre sa course d'un simple mudra, déclenchant le sceau explosif apposé sur son manche et laissant la force de la détonation souffler au devant du kumojin. Dans le même mouvement, l'Onshi décrocha les deux derniers kunais accrochés à sa ceinture pour les faire onduler entre ses doigts. Le corps inerte de l'artificier ne se trouvait qu'à quelques mètres de son « camarade » des Nuages, et il demeurait possible, malgré les pulsions animales que Yanosa percevait chez son adversaire volant, que son seul objectif ait été de se rapprocher dudit corps afin de le mettre en sureté avant de se replier. Une manoeuvre qu'il entendait bien interrompre.

« Allez, descend donc de là que l'on puisse continuer... », lança-t-il à la volée pour faire passer ses jets de projectiles précédents pour de simples appels du pied.

Le guerrier rouge ne pouvait à présent plus espérer qu'une chose: que son adversaire, aussi muet qu'il était, serait prompt à réagir à son invitation teintée de provocation. Car peu de choses pouvaient s'avérer aussi intrépides et dangereuses que de se lancer à l'attaque d'un ennemi qui avait l'avantage de la hauteur...

~---------~

De son côté, Asuka « prenait son temps », comme elle avait coutume de le dire elle-même, avec son adversaire. Le tempo brisé, depuis le départ de Yanosa, n'avait été que vaguement entretenu par un lancé qui aurait pu sembler téméraire, et qui avait été dûment bloqué par le soldat des Nuages et son kunai placé en garde. Le shinobi se déplaçait bien, telle une anguille, et Asuka ne perdit rien de son jeu de jambe lorsqu'il se replia en arrière, s'éloignant ostensiblement de la lance qui s'était plantée en biais dans le sol suite à la parade. Et elle sut, au moment où le kunai fusa de la main du soldat et où un nuage de fumée opaque commença à poindre autours de lui, l'embrassant presque comme un linceul, que le moment était venu de changer radicalement de tempo.

Laissant négligemment tomber sa lame droite au sol derrière elle, la valkyrie insuffla une grande bouffée d'air, gorgeant ses poumons et ses muscles au maximum avant de bloquer sa respiration, et en un éclair doré à peine perceptible dans ses yeux, disparut tout à fait de la trajectoire du kunai pour réapparaître plus loin, au delà de l'épicentre du nuage de fumée et supposément à plusieurs mètres de distance dans le dos du soldat de Kumo. Sa seconde lame était déjà plantée dans le sol, sa main tendue en arrière en tenant encore le manche, et sa main libre affichait déjà le mudra qui allait sceller le sort du shinobi. Entre les deux épées préalablement marquées et la lance, une cage triangulaire et quasiment invisible se forma: en son sein, rien ne semblait plus bouger, y compris la fumée en suspension et le soldat qui se trouvait à l'intérieur. Asuka, dont le corps oscilla un instant sous la contrainte appliquée par les deux effets contradictoires gérés par ses pupilles, se stabilisa une poignée de secondes plus tard, alors qu'elle marchait à travers le brouillard artificiel en retenant son souffle.

Après un rapide examen du terrain rendu peu visible sous l'effet de la fumée immobile, la Jisetsu retrouva sans peine son adversaire. L'acier coula un instant entre ses doigts avant de prendre à nouveau une forme aiguisée et effilée, dont la pointe laissait peu de doutes quant à sa vocation et son utilisation. Contournant le shinobi des Nuages pour se retrouver face à lui, Asuka ne perdit pas plus de temps: elle enfonça la lame dans le coeur de celui qui avait osé participer à l'attentat dirigé contre Kusa, la faisant pivoter d'un coup sec dans le buste transpercé avant de la retirer. Puis, elle se replia, aussi loin que ses ressources lui permirent et jusqu'à l'extérieur de la cage triangulaire sur le côté, avant de finalement se retourner pour désactiver d'un coup d'un seul les deux techniques extrêmement coûteuses en énergie qu'elle venait d'utiliser. Son genou gauche ploya sous l'effort, touchant terre, tandis que la fumée autours du shinobi de Kumo, restée jusque là figée, se remettait à onduler dans l'air...


Spoiler:
 









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Membre du Satoru
Messages : 877
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Sam 3 Sep 2016 - 14:08

Je l’avais touché, j’en étais sûr. Cependant, lorsque je me retournai, je remarquai que mon attaque n’avait pas eu l’effet escompté. Au lieu d’une blessure mortelle immédiate, je devais me contenter d’une large entaille sur le haut du torse. Ce n’était clairement pas suffisant pour mettre un terme au combat et ma proie semblait vouloir me le confirmer. Je ne connaissais pas le pouvoir qui lui permettait d’obtenir cette force, mais s’il voulait la confronter à celle que j’étais capable de déployer, il était le bienvenue. Je ressentais sa puissance colossale et si mon instinct de survie m’hurlait de reporter cet affrontement, il n’était pas d’accord avec cela. Je ne lui avais pas encore confié le contrôle, mais son influence m’empêchait d’interrompre ce combat.

*TU VAS LE TUER, TU LES TUERAS TOUS*

Ce serait plaisant, c’était sûr. Je doutais toujours de mes capacités à y arriver, mais je pouvais me contenter du plaisir d’essayer.

- N’en fais pas trop humain !


- Reste à ta place Karyuudo, c’est mon combat !

Tandis que je prononçai ces mots, le seigneur de guerre reprit l’affrontement avec un lancer de trois Kunai dans ma direction. Mes sens à l’affut me permirent de m’apercevoir que l’un d’entre eux portait un parchemin explosif. C’était l’occasion idéale pour m’enlever un poids sur la conscience. Si ce n’était vraiment pas dans mes habitudes, je savais la situation trop désespérée pour faire quoi que ce soit d’autre.

- Éloigne le Bakushô, j’ai besoin d’être seul.

Sans lui laisser le temps de répondre, je concentrai mon chakra dans mes jambes tout en me relevant du dos de Karyuudo. Tandis que les projectiles arrivaient, je me propulsai sur le côté, le projetant de l’autre, où se trouvait le corps inepte de mon équipier du jour. L’instant d’après, l’explosion du parchemin rompit ma perception de ses mouvements. Cependant, je n’eus pas le temps d’y réfléchir, mes pensées étaient focalisées sur ma proie. Il voulait un beau combat, j’allais lui donner tout ce que j’avais.

Prenant le contrôle de mes nouveaux tentacules, je commençai tout d’abord par en projeter un sur son flanc pour l’entourer et le saisir. J’envoyai alors le deuxième sans plus attendre. Celui-là n’avait qu’un seul objectif, lui traverser le corps et l’éliminer sur le coup.

Spoiler:
 


Je n'accepte pas les Actions Cachées dans les combats et j'accepte la mort dans tous mes RPs, donc ne me combattez pas si vous n'êtes pas prêt à mourir également.

Amen:
 
Dentô Raito:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 1733
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Lun 5 Sep 2016 - 11:42

Alors que le nuage de fumée commençait à se propager, le kumojin lui demeurait attentif à tout moment autour de lui. Il se déplaça à l’intérieur du nuage de fumée tout en attendant le signal ou le bruit significatif qui ne devait plus tarder. Ce devait être rapide à priori. Et déjà il aurait dû entendre ne serait-ce qu’un râle de son adversaire. Le retour d’information qu’il obtint en vérifiant d'un coup de vent la position de son adversaire le laissa pessimiste. Sourcils froncés, le kumojin entama un salto pour définitivement sortir de sa position tout en effectuant une technique au cas où. Il avait pris déjà un énorme risque en demeurant dans le nuage de fumée face à un adversaire manipulant le temps. Et dans la mesure où cette dernière s'était déplacée et se trouvait désormais derrière lui... Tout ceci n'augurait rien de bon. Et comme il l’avait pressenti, le piège qu’il avait créé se refermait vraisemblablement sur lui. Tout commença à se figer autour de lui. Tout et lui-même y compris. Et c’est bien en plein saut que le kumojin se retrouva bloqué dans son mouvement. La tête en bas, les jambes en l’air comme s’il exécutait une roue dont la trajectoire se poursuivait pourtant, mais bien trop lentement pour être significative. Le pouvoir des des Jisetsu était en marche. Un pouvoir si incroyable et si… effroyable. Sans pouvoir rien faire si ce n’est prier que son adversaire soit prise d’un mouvement de faiblesse au bon moment, le kumojin dû stoïquement souffrir d’assister à sa potentielle mort en direct. Il l’a sentait, il la voyait ses jambes et plus haut… Ce beau visage pourtant si dur et si ferme. En d’autres circonstances, en d’autres lieux peut-être tous deux auraient pu être amis ? Cette idée s’éclipsa au même moment où le kumojin remarqua qu’une lame venait d’apparaître dans la main de son adversaire. La lame qui allait certainement mettre fin à ses jours. Que penser d’autre dans une position aussi inconfortable ? Il n’y a que la mort qui nous pend au nez, aussi douce et glaciale qu’un bain matinal…

Sans une once d’hésitation et probablement avec une pointe de cruauté ou au moins avec une froideur salutaire, la kunoichi planta sans ménagement sa lame dans le buste du kumojin. Un râle ! Une douleur fulgurante tandis que son adversaire faisait tourner la lame dans son corps probablement en voulant bien s’assurer que le travail avait été bien fait. La douleur fut tout aussi grande lorsque la Jisetsu retira son arme d’un coup sec avant de s’en aller bien plus vite qu’elle n’était arrivée. Il ne fallut attendre que peu de temps avant que tout ce cauchemar ne prenne fin ; avant que cette technique démoniaque ne soit supprimée. Dès lors que cela fut fait, le corps du Kamikaze poursuivit sa trajectoire d’une curieuse façon, dans les airs avant qu'il ne se retrouve au sol, face contre terre. Les contrecoups de l’attaque de la Jisetsu. Il se trouvait désormais entre le nuage de fumée, qui continuait de s’étendre, et la Jisetsu.

Pourtant tout n’était pas fini. Du moins pas forcément pour celui qui vient d’avoir la poitrine transpercée en un point vital de part en part. Posant la main au sol, le kumojin commença à se relever. Il en avait vu d’autres, il avait déjà vécu pire que ce que venait de lui faire subir la Jisetsu d’autant plus qu’en réalité, il avait eu le temps de protéger certaines parties de son corps qui lui sont vitales lorsqu’il demeure enfermé dans cette enveloppe corporelle, dans ce corps d’humain. Alors que son genou gauche se posait à terre et que sa main droite s’appuyait sur sa jambe droite, le kumojin porta son regard au-delà du nuage de fumée. Même s’il ne voyait rien pour l'instant, il sentait sa présence… ainsi que la sienne.

_ Elle est à moi…

Un regard en sa direction, le ninja indiquait d’un regard reflétant une détermination sans faille qu’il allait en finir lui-même avec celle qui avait voulu le tuer. Cependant, son doigt indiquait une direction contraire. Une zone où, il le savait, combattaient certainement le duo kumojin. C’est vers eux que le Seigneur Yanosa s’en était allé, le laissant aux prises de cette redoutable combattante.

Se dirigeant vers la lance initialement plantée au sol, le kumojin s’en saisit avant de la lancer à travers le nuage de fumée, à présent quasi disparu, en direction de la Jisetsu. Non, il ne tentait pas tuer son adversaire de la sorte. Bien au contraire. Il souhaitait simplement éviter d’être à nouveau sous l’emprise d’un sceau ralentissant le temps, même si, il s’en doutait bien, après avoir déployé pareilles énergies, la kunoichi devait probablement avoir perdu une quantité énorme de chakra… Peut-être même tout son chakra. Sa posture et vraisemblablement son regard en disaient long sur cette situation. A bonne distance de la kunoichi, le kumojin s’arrêta. Regard neutre, visage sans expression particulière il lâchait tandis que sa main gauche masquait une poitrine sanguinolente et une blessure bien visible :

_ Vous faîtes une combattante redoutable… Il me semble cependant que vous m’ayez sous-estimé. Ce combat fut somme toute rapide comme nous l'avions prédit… Sayonara Kunoichi !

Une lame de vent se créa dans la main du kumojin. Ce serait la lame qui probablement mettrait fin à l’existence d’une kunoichi particulièrement talentueuse sauf retournement de situation improbable. Et c’est le cœur qui fut visé sans ménagement aussi rapidement et soudainement que son geste qui quelques instants plus tôt lui avaient transpercé la poitrine.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1912
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Mar 6 Sep 2016 - 15:25

Tout en parlant, le guerrier rouge faisait tourner entre ses doigts les attaches de ses kunais marqués, les yeux froncés vers l'épicentre de l'action là où son adversaire devait, logiquement, tenter d'échapper aux kunais qu'il lui avait lancé. De la trajectoire qu'il emprunterait au sortir de l'explosion dépendrait celles que devraient prendre ses deux projectiles, afin de piéger tous les protagonistes de cette petite joute non-amicale sur place. Toutefois, en lieu et place d'un unique mouvement, ce furent deux échappées distinctes qu'il aperçut, une de chaque côté. Des clones ? Non, il s'agissait, ni plus ni moins, que de l'aigle du soldat des Nuages et du soldat lui-même, les deux membres du duo apparemment décidés à séparer leurs efforts. Et Yanosa n'eut pas longtemps à attendre pour savoir pourquoi. A gauche gisait en effet l'artificier, toujours inconscient et animé de rares spasmes inquiétants : c'était la direction prise par l'oiseau géant. Ils voulaient le secourir, comme l'avait supposé l'Onshi, mais ce qu'il n'avait pas prévu, c'est que l'homme et l'animal se sépareraient pour y parvenir.

Et bien aise d'avoir compris leur manège, l'attention du guerrier rouge fut tout autant divisée que les trajectoires de ses ennemis : devant lui légèrement déporté sur la droite, le soldat faisait déjà darder ses tentacules, qui s'étaient jusque là contenté de reposer dans son dos, l'une après l'autre. D'une main, Yanosa envoya un premier kunai loin sur le côté gauche, entamant un léger mouvement dans le sens inverse. Mais alors que son autre bras allait faire de même dans la direction opposée, le premier tentacule parvint jusqu'à son épaule en commençant à s'enrouler autours de lui et autours de sa taille. Le second kunai tomba au sol, s'y plantant mollement, tandis que le deuxième tentacule du soldat monstrueusement orné filait droit comme une lance vers le buste en apparence vulnérable du guerrier rouge. Faiblissante dans les derniers instants, l'aura brute et déchaînée de Yanosa se revigora immédiatement, propulsant hors de lui de grandes quantités d'énergie mêlées de chakra. Sous l'impact, son corps recula, le tentacule le heurtant de plein fouet en se frayant d'un seul coup un chemin à travers presque la totalité de ses énergies.

Lorsque ses pieds se stabilisèrent à nouveau et que la force de l'attaque fut dissipée, l'extrémité du membre offensant s'était enfoncée de presque deux centimètres dans son abdomen. La main droite serrée autours de l'appendice pour l'empêcher d'avancer davantage, Yanosa ne put qu'observer son échec : l'oiseau et l'artificier, pas encore hors de vue, venaient de dépasser les deux kunais lancés plus tôt, et qui s'étaient plantés dans le tronc de deux arbres un peu trop proches. Délogeant l'appendice de son corps, il ne put s'empêcher de jurer intérieurement.

« Tshh... »

Le guerrier devait bien se faire une raison, il ne verrait pas la couleur du sang de cet expert en démolition. Son sang à lui, en tout cas, pulsait de plus belle et à en rompre ses artères, sous le flux dense et qui s'amplifiait à chaque instant de ses énergies. Les Portes Célestes s'égrenaient, et avec elles, l'insatiabilité de leur propriétaire allait en grandissant de façon exponentielle. Son adversaire était bon, et était vraisemblablement doté d'un pouvoir teinté de ténèbres, ce qui ne faisait qu'accentuer encore son appétit, déjà exacerbé ces dernières semaines. Sa raison, sa motivation, elles semblaient à ce moment bien peu de choses en comparaison des plaisirs qu'il éprouvait.

« Nous ne sommes vraiment faits que pour nous détruire... pas vrai ? »

Ces mots étaient sortis tout seuls de sa bouche, comme une vérité à laquelle il avait du forcer l'accès durant ces derniers mois. Une révélation autonome et anodine, qui mettait à bas toute forme de raisonnement ou de questionnement. Un voile noir passa momentanément devant les yeux du jashiniste en perdition spirituelle... Puis son chakra hurla de plus belle. Semblable à une tempête, distordant les traits de son visage et effaçant ses pupilles, distordant ses muscles et faisant s'échapper des volutes tangibles d'énergie superflue à foison, son corps avait atteint un point de non retour autant physique que mental. Une pulsation plus forte que les autres jaillit, desserrant l'étreinte du tentacule sur le coup et, un sourire simple sur les lèvres, le guerrier auréolé de rouge s'élança à pleine vitesse vers le soldat de Kumo. Une attaque simple et brutale, son poing serré à l'extrême prêt à frapper dans l'abdomen de son adversaire.

~--------~




Le souffle court, son corps transi par l'épreuve physique qu'il venait de traverser, Asuka observait non sans une certaine confiance les restes du nuages de fumée se dissiper. Au milieu, elle le savait, gisait très certainement le corps de son adversaire attitré, qu'elle avait pourfendu avec les honneurs. Et malgré tout, elle ne pouvait s'empêcher d'éprouver une forme de regret teinté d'incompréhension. Il était loin, le temps de l'académie, le temps de l'adaptation et de l'entraînement. Aujourd'hui, sans qu'elle s'en soit même rendu compte, elle était devenue une tueuse redoutable et redoutée, et rien ni personne ne semblait plus pouvoir se mettre en travers de ses, somme toute, maigres ambitions. Voilà ce qui la caractérisait, à présent. Elle était une arme indépendante, qui éprouvait sentiments et douleurs, et qui avait toujours peine à trouver une place dans le monde en dépit de ses responsabilités indéniables envers son clan et envers son sensei historique. Elle savait qui elle était, et comment elle en était arrivé là... Mais la quête de connaissance qui l'animait encore semblait bien pauvre, en comparaison de ses capacités, qui demeuraient un atout essentiel dans l'accomplissement de la quête en quesiton.

La valkyrie fut tirée de ses pensées par une apparition, dans son champ de vision encore légèrement troublé. Un trou, dans le nuage de fumée, et sortie de ce trou... sa lance ?! Les implications de la présence de sa propre arme dans les airs et fusant vers elle ne la frappèrent qu'après coup, après que sa main soit parvenue non sans peine à se tendre vers l'avant en faisant infléchir la course de l'arme, dont le manche vint frapper la paume de la jeune femme. La lance tomba sur le sol : accroupie, cherchant à la reprendre en main, Asuka ne put nier l'évidence plus longtemps lorsqu'une silhouette sortit de ce qui restait du nuage de fumée. Balbutiant, se tenant le buste d'une main ensanglantée, le soldat de Kumo était encore bien là, vivant, et apparemment encore capable de se tenir debout. Les yeux bleus écarquillés de la Jisetsu ne durent pas lui échapper, même à cette distance, et les mots du kumojin semblèrent voler au dessus d'elle tant elle demeurait dans l'incompréhension.

« Mais... tu n'as pas de cœur !? »

La question semblait rhétorique, teintée aussi d'une pointe d'ironie lorsque l'on repensait aux mots qu'elle avait prononcé plus tôt. Mais l'ironie, le soldat kumojin en semblait totalement dépourvue, une lame de vent filant droit vers le buste de la Jisetsu : mettant par réflexe sa lance en opposition en remettant un pied à terre, Asuka fut propulsée vers l'arrière, une entaille partielle courant sur le côté de son abdomen là où la lame avait dévié. Le manche de sa lance, a demi tranché, céda l'instant suivant, ne lui laissant dans chaque main que deux morceaux de métal dont l'un encore doté d'une extrémité perforante. La jeune femme, un bras au sol l'empêchant de tomber tout à fait en arrière, se remit d'aplomb pour faire à nouveau face à son adversaire revenu d'outre-tombe.

« Ça... je dois avouer que c'est la meilleure... C'est pas.. un peu handicapant... ? Pour le relationnel, tout ça... Enfin... ça ne t'empêche pas de faire ton boulot apparemment... au contraire... »

Elle n'avait plus de chakra, et ne pouvait plus compter que sur deux choses : sa combativité naturelle, et la gravité inconnue des blessures que le soldat avait encaissé. Car tout aussi vivant qu'il était, il était loin, très loin, de faire bonne figure... Mais même ainsi, elle le savait, ses chances étaient très minces. D'un complexe de quasi toute puissance, la jeune femme en était rapidement retourné à un état de détresse rare. Pouvait-elle compter sur l'intervention des guerriers de Kusa qui avait du commencé à se déployer ? Pouvait-elle admettre qu'elle aurait besoin d'eux, admettre que sa vie ou sa mort dépendait de leur réactivité ? Son esprit, brumeux, ne voulait pas apporter de réponses à ces questions...



Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Membre du Satoru
Messages : 877
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Sam 10 Sep 2016 - 20:20

Tandis que mon premier tentacule réussissait à se saisir de ma proie, le deuxième continua sa course jusqu’à son torse dans le but de l’empaler et de terminer le combat. Si je savais que mes attaques étaient puissantes et auraient eu raison de grand nombre de shinobis, je me doutais bien que cela n’allait pas être suffisant contre un adversaire comme lui. Encore une fois, il déploya une grande quantité de chakra à l’intérieur de son corps pour se protéger de mon attaque. Je sentis mon tentacule s’enfoncer trop peu profondément pour mettre sa vie en danger ou même l’handicaper sérieusement.

C’était un peu dommage, si j’étais encore en état de combattre, je savais que ces attaques avaient puisé dans mes dernières réserves de chakra. Je le tenais encore dans mon tentacule, mais ses réserves semblaient être illimitées. Pour se libérer de mon emprise, il déploya une force phénoménale. Ce fut à ce moment que je compris d’où il tirait cette force. Maintenant qu’il avait atteint un tel niveau, c’était plutôt évident. Il maitrisait les portes célestes et il semblait déterminé à sacrifier son intégrité physique pour m’anéantir. Karyuudo était déjà parti avec le Bakushô et si cela me permettait de limiter les dégâts, je ne voulais pas mourrir en l’absence de mon compagnon.

Soudain, son énergie fut suffisante pour se libérer de mon emprise. Je n’eus pas réellement le temps de réagir qu’il avait déjà traversé la distance qui nous séparait. J’étais à sa merci, mon corps ne pouvait plus aller suffisament rapidement pour contrer son attaque. Je la pris alors de plein fouet, ma carapace ne me protégeant que partiellement. Il possédait une vitesse et une puissance décuplée et s’il n’allait pas s’en tirer indemne, ma survie semblait bien moins probable que la sienne.

Sous la force de son coup, je fus projeté en arrière. Cette projection était partiellement volontaire de ma part, ayant rompu ma posture de jambe pour la favoriser. Il fallait que je fus vraiment en mauvaise situation pour utiliser un coup adverse pour mettre de la distance entre nous. Celui-ci me blessa légèrement, provoquant probablement un hématome et une vive douleur abdominale.

- Tu réussis enfin à me toucher, pourtant ce combat touche à sa fin.


La soif de sang de mon hôte commençait étrangement à se tarir tout comme son énergie. Si mon apparence ne changeait pas encore, son influence disparaissait petit à petit. Je ne savais pas si c’était due à ma défaite imminente ou au fait que je ne l’avais pas encore nourri. Au point où j’en étais, ma survie ne tenait qu’à un fil ou alors un évènement inattendu allait me sortir de mon triste sort.

Spoiler:
 


Je n'accepte pas les Actions Cachées dans les combats et j'accepte la mort dans tous mes RPs, donc ne me combattez pas si vous n'êtes pas prêt à mourir également.

Amen:
 
Dentô Raito:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 1733
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Dim 11 Sep 2016 - 20:34

[font=Trebuchet MS]Se tenant devant elle, le kumojin pu constater à quel point la personne qu’il gardait en visuel se trouvait être exceptionnelle. Quelqu’un d’autre de son niveau serait à l’heure actuelle hors combat, incapable de pouvoir même s’imaginer bouger le petit doigt. Au mieux quelqu'un d'autre dans son cas aurait dû se retrouver à deux doigts de tomber dans les vapes, et pourtant elle tenait bon. Son esprit combatif la maintenait encore vivante, encore éveillé alors qu’il ne lui restait plus que d’infimes traces de chakra dans son corps, à peine de quoi cligner des yeux normalement… et pourtant ! Elle avait réussi à agir sur l’arme qu’elle avait créée de ses mains. Tout bonnement incroyable. Le Jonin reconsidéra son adversaire. Devant lui, de multiples possibilités s’offraient à son esprit et bien qu’il les envisagea calmement, aucune ne lui paraissait pertinente sinon celle qui s’imposait à lui : finir le boulot.

Un vent souffla tout autour de la zone où se trouvaient les deux protagonistes les épargnants cependant. Une prise d’information allant bien au-delà de cet endroit où la shukaijin et le kumojin s’étaient affrontés. A travers l’élément du vent, le Jonin souhaitait savoir et garder ses sens en alerte quant à la venue d’une ou plusieurs personnes en ce lieu. Les plus proches semblaient en proie à de sévère difficultés, à en juger par leur chakra fluctuant. Probablement les quelques rescapés de l’assaut de Bakushô Daï. Quant aux autres… Avant qu’elles n’aient le temps d’arriver, lui, aurait bien avancé dans sa besogne. La Jisetsu et lui termineraient seuls leur affrontement comme ils l’avaient commencé.

Exécutant des mudra, le Jonin plaça sa main sur sa poitrine transpercée. La douleur était importante, mais supportable. Il avait vécu pire par le passé. Bien pire. Et quoi qu’il advienne il était encore loin de l’état où se trouvait son adversaire proche de tomber dans les vapes à mesure que le temps avancerait. Mais le temps, notre kumojin n’en disposait pas de beaucoup. Son regard se porta sur cette jeune femme. Ces quelques mots furent à son intention :

« Dommage que nous soyons de camps opposés. A en juger par ta combativité, tu aurais fait une excellente kumojine. Néanmoins si tu as les mêmes défauts que mes frères d’armes obstinés, tel que tu l’es, tu n’envisageras probablement aucune autre issue que celle de poursuivre ta vie d’impériale… Si tenté est que je t’avais laissé la vie sauve... »

L’homme marqua un temps d’arrêt. Sa main venait de quitter sa poitrine transpercée à l’intérieur de laquelle l’on pouvait deviner des muscles derrière le sang immaculé. Et même si tout avait semblé fonctionner comme il se l'était imaginé, quelque chose clochait. On aurait dit un flottement. Une sensation de vide par moments dans sa poitrine, au niveau de son cœur. Il n'osa y porter son regard, même si les sensations qu'il commençait à recevoir laissaient clairement indiquer qu'il allait perdre conscience dans moins d'une minute. Des bouffées d'airs pénétraient désormais difficilement son organisme. Est-ce possible pour un Gogyou ? Le comble !

Bien malgré lui, Kamikaze posa un genou à terre, puis tout de suite après un autre. Sa vue s'altérait et il avait du mal désormais à voir au delà de quelques malheureux mètres. Ses oreilles commencèrent à bourdonner. Sa main se porta à nouveau sur sa poitrine d'où coulait un nouveau filet de sang. De son autre main il sorti un parchemin sur lequel il inscrivit de son sang, directement avec ses doigts et avec toute la peine du monde, en faisant de son mieux pour résister à l'appel des vapes et de la douce mort : "Ji set su YN"

Ses mains ne lui permirent pas de mettre à exécution la suite de ses idées. Il s'affala au sol. Parchemin à la main et une grenouille qui sortait de sa veste par une ouverture à partir de laquelle elle pouvait se glisser aisément... Kamikaze, lui, n'était déjà plus de ce monde. Son corps n'allait pas tarder à se dématérialiser. Arrivé au monde comme le vent et s'en allant telle la brise.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1912
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Mar 20 Sep 2016 - 23:29

Sous son poing serré et gorgé d'énergie, Yanosa sentit les os craqueler. Non, ce n'étaient pas des os en réalité, mais plutôt la carapace chiniteuse noire qu'avait fait apparaître le soldat de Kumo sur son épiderme, et surtout à partir de son épiderme, qui était en train de se disloquer et de s'émietter. Tout son corps projeté sans retenue dans son attaque, le guerrier rouges aux appétits insatiables exultait. Pas tant parce qu'il prenait le dessus sur l'adversaire qui lui restait, mais plutôt simplement parce qu'il trouvait en lui un ennemi à abattre bien plus résilient et résistant que la moyenne à laquelle il s'était habitué ces derniers temps. Durant le temps de sa frappe, directe, entre les instants imperceptibles qui séparaient un assaut de ses conséquences, il sentit instinctivement le corps du soldat résister tout en souplesse, se laissant aller dans le mouvement et tentant d'amortir la force restante du coup en y opposant le moins de forces contraires possibles. Le jeune homme aux cheveux argentés fut néanmoins projeté violemment en arrière, ne reprenant ses appuis que de justesse, tandis que Yanosa terminait son élan en creusant un énorme sillon dans la végétation abondante au sol.

« Oui... Tu as sans doute raison... Et c'est bien dommage, répondit l'Onshi, d'une voix caverneuse déformée par l'afflux de chakra qui débordait littéralement de son corps, en prenant la forme d'une aura rougeoyante toujours grandissante.

Je suis maudit d'avoir une passion aussi éphémère que celle-ci, et toi de devoir te plier sans broncher aux ordres... Mais, nos noms ne signifient déjà plus rien... Le Monde, ne signifie déjà plus rien. Tout ce qu'il reste... »

Le guerrier rouge serra les poings, si fort que ses ongles lui ouvrirent les paumes pour en libérer des traînées de sang qui entrèrent presque immédiatement en ébullition. Son aura dense et intimidante se condensa à nouveau dans ses muscles, signe bien visible de l'extérieur qu'il allait repasser à l'attaque.

« …C'est ce Purgatoiiire !!! »

Son hurlement rauque fut accompagnée par une nouvelle charge, exécutée à pleine vitesse vers son adversaire légèrement affaibli. Ses pieds enchaînèrent les appuis multiples et puissants, le propulsant finalement sur le flanc du soldat des Nuages. Sa jambe, totalement déployée, frappa de plein fouet ce qui aurait du être le bassin sans défense du kumojin, mais dans un rictus qui mêlait la joie et la douleur incommensurable qui commençait à envahir tous ses muscles -pour son plus grand plaisir-, Yanosa réalisa que son adversaire avait eu le temps de former une nouvelle couche de protection à même sa peau. Son corps n'en restait pas moins tel un fétu de paille entre les mains du guerrier rouge, placé dans un état de transe rare. Le coup au bassin fit perdre ses appuis au soldat, qui se retrouva presque parallèle au sol dans les airs pendant une fraction de seconde: repliant rapidement sa jambe gauche qui avait servi à porter ce premier coup, Yanosa propulsa littéralement son poing droit dans les côtes de son adversaire dans un mouvement d'uppercut, sentant cette fois distinctement les os céder sous ses phalanges, et à travers la couche de chitine noire. Un muscle du bras sembla se tétaniser, pris d'un violent spasme, tandis que le corps violenté du kumojin était projeté dans les airs sur une certaine distance avant de retomber au niveau du sol. Dans sa cuisse et son mollet droits, qui avaient encaissé d'énormes contraintes mécaniques durant son dernier mouvement, Yanosa pouvait sentir l'intense douleur qui se répandait, encore quelque peu contenue par l'afflux de chakra qui continuait à inonder tout son corps.

S'il n'était pas encore mort, ce qui témoignerait une fois de plus de son incroyable résistance, le soldat des Nuages, anonyme, se doutait certainement dans sa position qu'il ne ferait pas long feu. Yanosa, de son côté, savait également que son temps était compté, tout comme ses énergies, s'il voulait espérer en finir une bonne fois pour toute. En marchant d'un pas lourd et soutenu, il se dirigea vers le point de chute du kumojin, concentrant ses forces et ce qui lui restait de lucidité afin de maintenir son aura.

~-----~

Épuisée, au bord de l'évanouissement, Asuka n'en revenait toujours pas de ce qu'elle était en train d'observer. Un homme, qui aurait du être mort, et qui marchait résolument vers elle avec la ferme intention de la tuer. En dépit du sang qui coulait abondamment de sa large plaie ouverte, le bougre trouva la force d'énoncer les derniers honneurs, à l'égard de la Jisetsu, reconnaissant sa hardiesse et regrettant cette situation de conflit qu'il décrivait comme immuable et inévitable.

« Ma vie... d'impériale...? Comment pourrais-tu savoir... de quoi est faite ma vie... Comment pourrais-tu...- »

La valkyrie se tut, lorsqu'elle remarqua que son adversaire et futur bourreau ne l'écoutait vraisemblablement plus, subitement trop absorbé par sa blessure, de laquelle venait de ressortir sa main chargée de chakra médical. Fronçant les yeux pour s'assurer qu'elle voyait correctement ce qui était en train de se passer, elle vit la silhouette encore lointaine du shinobi tomber d'un cran, puis d'un autre. Ses morceaux de métal fermement serrés entre ses doigts, n'osant plus relâcher ce qui lui restait de concentration, elle resta muette, comme interdite face aux derniers gestes du kumojin, qui semblait avoir sorti un parchemin de sa veste pour y noter quelque chose. La vue d'Asuka se troubla davantage encore, mais elle vit clairement le corps de l'homme tomber à la renverse vers l'avant.

« Ah...Ah... Finalement... tu avais bien un coeur... »

Encore une fois, ses mots parurent bien lourds et chargés de sens. Le soldat était en train de mourir, si il n'était pas déjà complètement parti, mais il n'en restait pas moins une âme qui quittait ce monde. Plus qu'un adversaire ou qu'un ennemi à abattre, comme toutes les autres personnes qu'elle avait tué au cours de ces années de service et de labeur, il restait un humain, un passager transitoire, comme le tout à chacun. Elle aussi, songea-t-elle, devrait un jour terminer son voyage. Mais ce jour, apparemment, n'était finalement pas arrivé...


Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Membre du Satoru
Messages : 877
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Sonner le glas tempête [Attaque Kumo] Mer 21 Sep 2016 - 20:01

Tandis que je sentais que mon corps commençait à souffrir des conséquences de ce combat éprouvant, je pouvais bien voir chez mon adversaire que sa capacité à le poursuivre n’était pas aussi fébrile. Je ne savais pas beaucoup de chose sur ces portes célestes qu’il utilisait manifestement, mais c’était impressionnant. Je savais que ce pouvoir ne suffisait pas pour expliquer notre différence de niveau, mais il y contribuait assurément. Je commençais à comprendre que le mien n’était pas aussi puissant que ce que j’avais pu imaginé. Cette leçon d’humilité arrivait malheureusement un peu tard. Tandis que je récupérais du coup précédent et qu’il terminait de parler, je le vis me charger à nouveau.

Je n’étais pas prêt, c’était évident, mes sens ne fonctionnaient qu’à moitié. Dans un ultime élan provoqué par mon instinct de survie, je vidais mes réserves de chakra dans ma carapace qui s’était faite détruire par l’assaut précédent. Celle-ci devint alors bien plus résistante que précédemment, suffisant pour arrêter une attaque mortelle. Je savais que cela n’allait pas me sauver, mais j’étais prêt à tout pour retarder l’inévitable, je le devais bien à Karyuudo. Soudain, le Seigneur local disparut de mon champ de vision pour apparaître sur mon flanc, son coup fut bien trop rapide pour me permettre de réagir. Si mon armure me permit d’encaisser l’attaque sans y perdre l’intégrité de la moitié des os de mon corps, mes jambes n’avaient pas l’énergie nécessaire pour me permettre de garder mes appuis. Je fus donc violemment décollé du sol, mon armure partiellement brisée, totalement à sa merci.

Cela ne passa inaperçu aux yeux de mon adversaire qui profita de ma faiblesse pour enchaîner avec un autre coup, bien plus violent, porté directement dans mes côtes. Je sentis alors qu’une bonne partie d’entre elles se brisèrent à l’impact. Mon armure ne fut pas suffisante pour encaisser l’attaque et je sentis mon corps se faire éjecter quelques mètres plus loin. Je saignais, mais j’étais encore en vie, vidé de mon énergie. La douleur qui parcourait tout mon corps n’était pas agréable, mais j’avais connu pire. Quand j’ouvris mes yeux, avec peine, je vis alors que mon adversaire n’avait pas l’intention d’en rester là.

J’étais incapable de bouger vraiment, Karyuudo n’était pas encore revenu et je ne pouvais plus compter sur personne pour me sauver. Tandis que je cherchais désespérément un moyen de m’en sortir, l’esprit toujours embrouillé par la fatigue, les blessures et le démon, je sombrai peu à peu dans l’inconscience.

Spoiler:
 


Je n'accepte pas les Actions Cachées dans les combats et j'accepte la mort dans tous mes RPs, donc ne me combattez pas si vous n'êtes pas prêt à mourir également.

Amen:
 
Dentô Raito:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Sonner le glas tempête [Attaque Kumo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays de la Roche :: Kusa no Kuni-