N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Devoir et sentiments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 734
Rang : A

Message(#) Sujet: Devoir et sentiments Mar 9 Aoû 2016 - 18:52

Debout, les yeux rivés vers la mer, la Natsumi était en pleine confusion. Elle était au port, s’apprêtant à prendre un bateau pour Mizu no kuni, seulement elle hésitait à partir à cause de la raison de son départ qui n’était autre qu’un homme. Son premier et unique amour à ce jour même si elle n’était pas certaine que ses sentiments étaient partagés. Ce dernier était d’ailleurs la source de son hésitation. Pourquoi donc se rendre auprès d’un être qui ne vous aimait peut-être pas en retour ?

Elle pensait pouvoir l’oublier mais depuis qu’elle s’était échappée du Pays du Soleil, elle ne cessait de penser à lui. Où était-il ? Que faisait-il ? Durant tout ce temps qui les avait séparés, avait-il pensé à elle au moins une seule fois ? Tant de questions bien futiles lui hantaient l’esprit au point que la jeune femme avait parfois envie de s’arracher la cervelle. Elle aimerait tant pouvoir l’oublier. Elle désirait pouvoir tourner la page et passer à autre chose. Entamer une nouvelle vie sans contrainte d’attachement maintenant qu’elle était de nouveau libre de faire ce qu’elle désirait. Savourer sa vie d’une vagabonde solitaire qui ne devait rien à personne, voilà ce qu’elle souhaitait. Du moins, c’était ce que sa conscience lui dictait de faire mais son cœur l’orientait vers une autre direction : celle de se rendre auprès de cet homme qu’elle n’arrivait pas à oublier mais pourquoi faire exactement ? Elle désirait être auprès de lui mais lui ne voudra peut-être pas d’elle, même maintenant qu’elle ne représentait plus un fardeau car elle était de nouveau capable de se défendre malgré l’absence de chakra.

Elle devait quelque chose à cet homme. Elle lui devait la vie qu’il lui avait sauvée par le passé. Une dette dont elle ne s’était pas encore acquittée mais la Natsumi savait pertinemment qu’il n’attendait aucun remboursement de sa part. Il lui avait déjà fait comprendre à l’époque. Mairu ne pouvait donc pas avancer qu’elle désirait être auprès de lui afin de payer sa dette. Ce serait mentir à elle-même. La véritable raison qui la poussait à aller le voir était donc purement sentimentale. Seulement, son attachement, lui n’en voudrait peut-être pas.

La nuit finit par tomber mais la Natsumi n’arrivait pas à se décider. Elle finit par retourner à l’auberge où elle avait fait une halte la veille pour une nuit supplémentaire.

Suite à une longue nuit de tourment sentimental, le lendemain matin la samuraï finit par prendre le premier navire pour le Pays de l’eau avec son sanglier dont elle avait dû payer la place le double du prix pour son propre passage.

***

Debout dans la pièce qui la ramena à plus d’un an et demi dans le passé, la Natsumi ne savait pas quoi faire alors qu’elle se trouvait enfin à cet endroit où elle avait tant désiré se rendre. Elle était revenue dans l’espoir de le revoir mais elle ne savait même pas ce qui était devenu celui qu’elle cherchait à retrouver. Elle avait toujours eu le pressentiment qu’elle le retrouverait à cet endroit mais si ça se trouvait, il n’était même pas à Mizu no kuni.

La petite cabane perdue dans la Forêt de la brume où il l’avait laissé après lui avoir extirpé d’une mort certaine, était comme leur refuge secret. Ce lieu avait été autrefois le domicile de la Natsumi et ce pendant plusieurs mois. Elle avait failli y mourir mais elle préférait se remémorer plutôt les beaux souvenirs qu’elle s’y était forgé. Des bons souvenirs qui lui arrachèrent un sourire mais qui s’évapora rapidement alors que la samuraï se sentait bien idiote de se réjouir toute seule et dans le vide.

Après s’être délestée de son bâton de combat qu’elle reposa sur la table, la jeune femme s’installa sur une chaise poussiéreuse à l’attente d’une personne qui ne viendra peut-être jamais mais n’étant pas décidée à repartir, Mairu finit par s’endormir sur la table bien sale, la tête reposée sur ses bras. L'épuisement et les nuits blanches accumulées avaient eu raison d’elle. D’autant plus que sa blessure, mauvais souvenir de sa fuite du Pays du Soleil et refermée à la médecine de brousse par un inconnu croisé en chemin, la lacérait toujours ...


Dernière édition par Natsumi Mairu le Jeu 8 Déc 2016 - 12:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1870
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Jeu 18 Aoû 2016 - 18:37

Il n’y avait pas eu besoin de rapport d’un sous-fifre pour alerter le Shinda de la nouvelle. Il s’était mis en route, s’éclipsant du palais sans pour autant avoir besoin d’apporter une justification. Les règlementations qu’il avait lui-même mis en place le dégageaient de bons nombres de prérogatives de ce genre. Il n’était pas au-delà des lois pour tout non plus mais ce genre de déplacements ne faisait pas partie des « cas à parts ». Il pouvait encore se permettre une balade nocturne sans rendre un rapport et demander un contre-avis à un conseil de politiciens bornés et véreux.

Il avait donc franchi les murs, ainsi que les Longs Tunnels, pour quitter l’enceinte de son village. Il ne put s’empêcher un petit regard en arrière vers cette structure qu’il était voué à protéger et qu’il avait ardemment désiré. Un pâle sourire s’esquissa avant de disparaître lorsque sa tête pivota vers l’inconnu devant lui. Façon de parler sur ces terres que le Shinda ne connaissait que trop bien depuis l’enfance. Il avait imprimé mentalement chaque chemin de cette brousse embrumée. Il pourrait effectuer certains trajets les yeux fermés sans avoir recours à la sensorialité. Un luxe qu’il ne se payerait pas cependant. Le monde n’était pas si rose, et encore moins à Mizu.

L’ère de banditisme ayant marqué l’absence de Kiri était certes révolue mais elle existait partout dans le monde. Sans compter les ennemis de l’Empire désireux de s’en prendre à une province aussi importante. Ainsi que les anciens adversaires avides de voir la Sanglante replonger dans l’oubli. Ces derniers étaient vivement attendus par le Shinda qui se ferait une joie de les recevoir pour leur présenter l’hospitalité façon Kirijin.

Ce n’était pas le but de sa marche silencieuse en cette nuit brumeuse. Ses pas le menaient jusqu’à la cabane du vieux Ryûku lui ayant enseigné une bonne partie de ses connaissances morbides. Un lieu déserté de son ancien propriétaire et transmis il y a de cela plusieurs mois à une jeune femme. Une membre de la lignée du Nukenin Natsumi Haru. Sa jeune sœur en l’occurrence. Mairu avait été sauvée par le Shinda suite à une rencontre hasardeuse. Les deux êtres s’étaient ensuite…liés. Une manière plus ou moins poétique de caractériser cette relation qui avait finalement basculé du côté charnel. Ce n’était pas dans les habitudes du Fossoyeur en effet. Voire pas du tout son style. Mais il avait eu bien autre chose en tête. Son esprit restait affuté malgré tout ce qui pouvait lui arriver.

Ses pas le menèrent en bordure de la clairière accueillant le cabanon où il ressentit la présence discrète de la jeune femme. Il avait truffé l’endroit d’un mouchard discret en la personne d’un cadavre de mouche dans la cabane. La jeune femme était seule et immobile. Sûrement assoupie vu l’heure. Il franchit la porte paisiblement et retrouva sa compagne face contre table, le dos entrecoupée de respirations régulières. Tel qu’il le soupçonnait. Il s’approcha d’elle et déposa une main sur les omoplates de l’ex kunoichi. Il remarqua une imperfection au niveau de son dos en la caressant. En appuyant légèrement, il jugea qu’il devait s’agir d’une blessure. Quelques signes lui suffirent à invoquer l’un de ses plus fidèles compagnons.

Yakushi Hojo venait de faire son apparition à ses côtés. Le médecin de la Brume se dirigea instinctivement vers Mairu. L’ordre mental de son maître était clair. Pendant que le toubib s’attelait à sa tâche, Michiki fit un rapide tour des lieux. Il s’étonna de voir un bâton de combat sur la table qu’il jugea être celui de sa dame. Il lui accorda un regard et sourit alors que les scalpels de chakra avaient légèrement entaillés la tenue de la Natsumi à des endroits stratégiques pour découvrir son dos nu. Le médecin appliqua alors ses paumes pour entamer les premiers soins. Il y en avait déjà eu mais ils étaient rudimentaires. L’opération lui prit quelques minutes avant que la peau ne soit marquée d’un léger trait témoignant d’une blessure. S’attelant alors à un véritable travail de couturier, Michiki venait de terminer son petit tour rapide des lieux.

Le contrôle spirituel sur l’Edo Tenseï l’empêcha de protester d’une telle besogne. Il avait recousu du mieux qu’il le put la tenue de la jeune femme que le Shinda vint porter dans ses bras pour l’allonger sur le lit. Ceci fait, il en revint à son ancien compagnon qui profita d’un relâchement du contrôle psychique pour s’exprimer librement.

- On fait dans le romantisme maintenant ?!

Le nécromancien ne lui accorda aucune attention, son regard ayant croisé une imperfection dans la tenue écarlate. Sans bouger, l'ordre mental fusa dans l'esprit sous contrôle de l'ancien médecin Kirijin qui vint inspecter de nouveau le corps de la plantureuse jeune femme. Les légers scalpels de chakra découpèrent le tissu et laissèrent échapper la poitrine de la femme dont le côté avait été blessé. Une profonde entaille recousu à la va-vite avec des objets curieux. L'Edo ne se préoccupa pas de ses détails lorsqu'il les retira progressivement en appliquant sa deuxième main sur la blessure pour contenir une hémorragie. Les soins reprirent mais durèrent plus longtemps cette fois-ci. Michiki resta au chevet de la Natsumi à veiller au bon déroulement de l'opération qui ne tarda pas à s'achever. L'ancien Kirijin se redressa l'air satisfait, sa conscience ayant été brièvement libérée.

- Une vrai aventurière ta petite amie Mich. Soignée et recousue avec des têtes de fourmis !

Michiki le regarda, l’air impassible, et assista à sa disparition. Le corps s’en était retourné à son rouleau d’invocation et serait rappelé en temps voulu. Mais pour l’heure, le Fossoyeur avait prévu autre chose. Il ramena la couverture sur Mairu et la laissa ainsi. Les scalpels avaient entamés sa tenue malheureusement et les compétences de couturier d'Hojo n'en faisaient pas une machine à coudre. C'est pourquoi le Shinda avait laissé en évidence à côté du lit une tenue de rechange, laissé il y a de cela quelques temps par cette même demoiselle qui se reposait de ses mésaventures.

Il sortit ensuite et prit la place de la dame à table où il observa plus attentivement son arme. Il resta alors songeur en pensant au moyen qu’elle avait mis en place pour le récupérer, même s’il se doutait que l’aube apporterait son lot de réponses. Ses questions ne tinrent pas longtemps puisqu’il fut rattrapé par un ennemi redoutable qui le cloua sur place. Le sommeil. Ayant tiré sa douce de ce mauvais pas, il se retrouvait maintenant lui-même pris dans cette torpeur soporifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 734
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Dim 21 Aoû 2016 - 20:32

Depuis son évasion du Pays du Soleil qui avait failli lui coûter la vie, la Natsumi ne s’était pas reposée avant d’avoir atteint la ville côtière où elle s'était mise en quête d'un navire pour la mener à l’archipel de Mizu no kuni. Elle avait fait une halte de deux nuits dans une auberge mais trop anxieuse elle n’avait pas réussi à dormir une seule fois. À présent qu’elle était enfin arrivée à cet endroit qu’elle avait longuement hésité à atteindre, son corps et ses nerfs s’étaient complètement relâchés. C'était comme si la corde qu'elle n'avait cessé de tirer depuis le Pays du Soleil avait fini par se casser. L'épuisement mental et physique l’avait plongé dans un profond sommeil ; tant qu'on pouvait même l'assassiner à cet instant qu'elle n'entendrait rien.

Connaissant trop bien la cruauté de ce monde - ayant y été baignée dès son plus jeune page - la Natsumi savait pourtant qu'il était négligent de baisser toutes ses gardes même durant son sommeil et surtout sur un terroir comme la Forêt de la Brume où des shinobi mal intentionnés et des brigands rodaient mais son intense harassement avait eu raison de sa vigilance. Son corps s'était mis totalement en arrêt afin de mieux récupérer de son profond éreintement.

Lorsqu'elle ouvrit les yeux, Mairu fixa un bref instant le plafond avant de se redressa brusquement se rendant compte qu'elle n'était plus là où elle s'était installée avant de s'assoupir. Son appréhension prit de l'ampleur lorsqu'elle remarqua que son vêtement avait été coupé. Elle se questionna sur ce qui s'était passé et elle trouva rapidement la réponse voyant que la blessure en dessous de sa poitrine gauche - celle qui avait failli la vider de son sang - avait été soignée et correctement cette fois-ci.

Est-ce lui ? Demanda la samuraï puis son regard se posa sur des vêtements posés sur le lit à son attention vraisemblablement. Ceux-ci faisaient partie des nombreuses affaires qui lui appartenaient mais qu'elle n'avait pas pu emporter dans son précipitamment lorsqu'elle avait fui cet endroit suite à un incident qui avait failli lui couter la vie pour la énième fois.

N'ayant aucun doute sur l'identité de celui qui l'avait soigné et allongé dans le lit, la jeune femme se précipita dans l'autre pièce sans perdre de temps de se changer. Dès qu'elle put l'identifier, la Natsumi s'arrêta pour contempler le Shinda qu'elle avait dû réveiller par sa présence. Plantée au pas de la porte qui reliait la chambre et la pièce où ils se trouvaient, la samouraï resta là, à plusieurs mètres du nécromancien qu'elle se contentait de fixer comme s'il n'était qu'un songe qu'elle avait peur de dissiper si elle se rapprochait trop. Son cœur qui tambourinait à lui faire mal était comme une douce souffrance lui murmurant qu'elle était toujours aussi éprise de cet homme qu'elle avait pourtant souhaité oublier. Malgré son désir brulant de se précipiter vers Michiki pour l'étreindre et lui réclamer un baiser, Mairu se retint de le rejoindre. Depuis qu'il était parti après qu'ils s'étaient "liés", la jeune femme avait toujours eu le sentiment de lui avoir imposé ce qu'elle ressentait pour lui. Même si elle ne regrettait rien, une partie d'elle se culpabilisait d'avoir précipité les choses sans avoir pris le temps de prendre plus en considération ce que pouvait réellement ressentir le Shinda.

- Je vais me changer, finit par lâcher Mairu avant de s'éclipser dans la chambre.

Au lieu de se déshabiller, la jeune femme se laissa choir sur le lit. Elle reposa ses coudes sur ses jambes puis son dos se fléchit alors que ses doigts s'insinuèrent dans ses cheveux. De nouveau, elle était en proie à la confusion. Elle était revenue ici dans l'espoir de revoir Michiki mais maintenant qu'il était là, elle se demandait si ce n'était pas finalement une mauvaise idée. La Natsumi pensait pouvoir étouffer ses sentiments et ainsi se comporter normalement avec le Shinda mais il se révélait qu'elle en était incapable.

Sachant qu'on l'attendait juste à côté mais surtout ne tenant pas à ce que Michiki la surprenne dans cet état, Mairu se releva puis se changea rapidement. Sans oublier de remettre son daisho et son sabre tanto ainsi que le support de son bâton de combat à leur place habituelle sur elle, la samurai revint ensuite dans l'autre pièce. Étouffant les réclamations de son cœur, cette fois-ci elle se tint tout près du nécromancien. Elle se cala contre la table, les bras croisés sous son opulente poitrine.

- Une fois de plus, vous avez pris soin de moi et je vous en remercie beaucoup. Sachez cependant que ce n'est pas de cette façon que vous allez m'aider à vous oublier !

Une bouffée de chaleur envahit soudain la Natsumi se rendant compte qu'elle avait finalement sorti une partie de ce qu'elle avait sur le cœur mais elle tenta de ne rien laisser transparaitre à l'extérieur.

- Je suis contente de vous revoir, poursuivit-elle sur un ton qui avait perdu en volume. Je suis revenue pour récupérer les affaires que j'ai laissées, mentit-elle avant d'attraper son bâton de combat qui était resté sur la table qu'elle accrocha à son support dans son dos tout en s'éloignant vers le côté cuisine pour voir s'il y avait de quoi préparer un breuvage. Vous en êtes où dans votre projet ?


Dernière édition par Natsumi Mairu le Jeu 8 Déc 2016 - 12:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1870
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Lun 22 Aoû 2016 - 23:40

Le réveil ne s’était pas fait sans mal. La table offrait un maigre confort et son bois noueux avait laissé des traces filandreuses sur les avant-bras du Shinda. Ne sachant trop ce qui l’avait réveillé, il déduisit que cela avait à voir avec le mouvement qui commençait à doucement se ressentir de l’autre côté du mur se trouvant derrière lui. La jeune femme devait être réveillée et ne tarderait pas à le rejoindre. Le matin venait d’arriver et la brume éternelle devait envelopper l’extérieur d’un linceul quasi hivernal où la fraîcheur mordait la peau. S’étant arrêté au seuil de la porte de la chambre, la jeune femme fit demi-tour pour se changer. Profitant de l’instant, Michiki se leva pour sortir brièvement.

Il ne lui fallut guères plus d’une minute pour se rendre au point d’eau le plus proche et prendre un peu du liquide vital dans un récipient qu’il avait pris soin d’emporter en sortant. La température extérieure était basse mais pas désagréable. Elle venait saisir le moindre centimètre carré d’épiderme et le revigorait. Rien de tel après un sommeil léger et agité. Rentrant dans la demeure, il déposa l’eau près de l’espace cuisine en rejoignant la table. Mairu était encore dans la chambre. Il en profita pour sortir quelques rouleaux d’où il fit apparaître un nécessaire à thé. La cabane ayant été désertée pendant quelques temps, elle ne contenait plus l’essentiel de vie. Puis la demoiselle rejoignit le Shinda dans la pièce à vivre.

Elle se pencha légèrement de côté pour prendre appui sur la table et fixer son sauveur de ses iris rouges si singulières et attirantes. Elle le remercia mais lui reprocha de l’avoir fait tellement bien qu’elle ne pourrait l’oublier. Une remarque qui lui arracha un haussement de sourcil avec un léger sourire marquant son incompréhension. La situation était déjà assez particulière au vu de leur dernière rencontre et il ne comprenait pas tout à fait son comportement. Il était novice en la matière il faut dire au vu de son passif de parfait psychopathe sociopathe. Les sentiments des vivants, c’était une chose avec laquelle il avait encore quelques difficultés. Il la laissa s’éloigner vers la cuisine. Il l’observa alors qu’elle se mit à lui demander où en était-il de ses projets. Il resta sur sa chaise les bras croisés avant de finalement répondre :

- Je suis également ravi de « vous » revoir. Mais si mon souvenir est si désastreux je tâcherais de vous ignorer la prochaine fois, plaisanta-t-il. Et puis pas besoin de justification pour venir ici, vous êtes ici chez vous.

En même temps qu’il avait proféré ses quelques paroles, il s’était rapproché d’elle jusqu’à venir à son côté. Il lui déposa une main sur l’épaule, ayant déjà croisé des gens ayant ce genre de comportement cela lui semblait de coutume dans une telle situation, et présenta sa deuxième dextre où il tenait les sachets de thé et la théière. Il tâcha de capter le regard de la Natsumi en se positionnant contre le plan de travail et en adoptant la même posture qu’elle quelques secondes auparavant, bras croisés sur le torse, les lunettes légèrement tombantes sur l’arrête de son nez pour mieux l’observer.

- Mon projet a enfin abouti à vrai dire. Kiri est de nouveau sur pied avec un chef à sa tête. Et quant à vous, où étiez-vous partie pendant tout ce temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 734
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Mar 23 Aoû 2016 - 19:44

L’accentuation du « vous » par la Shinda sonna aux oreilles de la Natsumi comme un reproche de continuer à le vouvoyer alors que lui avait entrepris de la tutoyer lors de leur dernière rencontre. Malgré l’intimité qui s’était créée entre eux, la jeune femme n’arrivait pas à le tutoyer. Un jour elle y parviendrait peut-être mais pour l’heure elle s’en sentait incapable et ce, malgré son désir ardent de se rapprocher de cet homme qu’elle aimait. Son respect sans doute trop haut placé envers Michiki était certainement le frein à cette étape qu’elle espérait réussir à franchir un jour.

Bien qu’elle lui tournait le dos, Mairu sentait nettement la présence de Michiki. Elle pressentait son regard posé sur elle et ce simple fait suffisait à éveiller son désir charnel envers lui au point qu’elle pria intérieurement qu’il reste loin d’elle par peur de lui imposer son envie comme la première fois. Seulement sa prière ne fut pas entendue car le Shinda se leva et alla jusqu’à lui effleurer une épaule. Un geste qui ne signifiait peut-être rien pour le nécromancien mais pour la samuraï c’était comme s'il venait d’agiter devant elle une pomme qu’elle ne pouvait croquer alors qu’elle était affamée.

Se contrôlant de toutes ses forces pour ne pas lui sauter dessus, Mairu saisit la théière et le thé que Michiki lui tendait, se dérobant du regard azuré qui guettait le sien. Après un remerciement, la jeune femme s’attela à préparer le thé, se forçant d’éteindre le feu qui l'embrassait rien que par la simple présence de l’homme qui se tenait à ses côtés.

- Le Mizukage en personne m’honore donc de sa présence. J’espère que mon thé sera digne du grand homme que vous êtes devenu, tenta d’ironiser la Natsumi.

Bien qu’elle était contente pour Michiki, Mairu aurait préféré cependant qu’il ne se trouve pas à la tête d’un village shinoni. D’une part parce que l’écart de leur position sociale pourrait très bien les éloigner l’un de l’autre et d’autre part, elle n’affectionnait toujours pas les villages cachés qui pour elle étaient les sources des maux de ce monde. Malgré ces faits, la samouraï était pourtant prête à suivre le Shinda s’il le lui réclamait. Elle-même avait du mal à l’admettre mais elle se sentait même capable de le suivre en enfer.

- L’homme qui a scellé mon chakra avant de me vendre à un bordel autrefois avait réussi à retrouver ma trace alors j’ai fui cet endroit où je ne me sentais plus en sécurité. J’ai élu domicile dans une grotte à Yu no kuni tout en travaillant dans un centre thermal pour subvenir à mes besoins. Puis un jour, j’ai reçu une lettre d’un inconnu. Cet individu voulait me confier une mission dont il disait que j'étais la plus apte à accomplir à cause de mon absence de chakra et de mes expériences en tant qu'une ancienne kunoïchi. Désirant savoir si j’étais encore capable d'accomplir quelque chose, j’ai alors accédé à sa requête. Celle-ci m’a fait alors atterrir au Pays du Soleil d’où je reviens tout juste, après avoir failli laisser ma vie en chemin.

La Natsumi s’était contentée de relater les grandes lignes de ses aventures et mésaventures de la dernière année écoulée. Elle doutait bien que le Shinda n'était pas contre le fait d'en savoir plus mais bien qu'elle avait changé, Mairu détestait toujours relater sa vie et parler sans s'interrompre l'épuisait toujours autant. Pourtant, s'il lui demandait, elle ferait l'effort de fournir les détails à Michiki qui était bien le seul être à qui elle tenait à ne rien cacher.

- Enfin, je suis de nouveau capable de défendre ma vie toute seule alors vous n’avez plus à vous soucier de moi ... "Mizukage", poursuivit Mairu tout en tendant une tasse de thé à son compagnon. J'aimerais savoir une chose ... Qu'est-ce que je suis pour vous exactement ?

Après une grande hésitation, la Natsumi avait enfin réussi à sortir cette question qui lui brulait les lèvres depuis leur "union" charnelle. Elle craignait la réponse du Shinda mais elle voulait savoir ce qu'elle représentait pour lui. Elle désirait connaître la nature de leur relation qui pour elle était plutôt ambiguë, du moins dans un sens, de son côté vers elle car dans l'autre direction, tout était clair comme de l’eau de roche ....


Dernière édition par Natsumi Mairu le Jeu 8 Déc 2016 - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1870
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Mar 6 Sep 2016 - 23:13

Une remarque ironique sur la nouvelle situation du Shinda ponctuait les actes de la Natsumi qui s’affairait à son thé. Elle se mit ensuite à lui raconter ce qui l’avait occupé pendant tout ce temps passé loin de l’autre. Alors qu’elle parlait, Michiki ne cessait de l’observer, perturbé par son attitude qui semblait peu naturelle. Il s’était attendu à d’autres retrouvailles au vu de leur relation. Il n’était pas expert en la matière mais il avait cru tomber sur quelqu’un d’autre que la jeune femme lui faisant face. Il ne pouvait lui ôter son charme toujours présent, renforcé par la présence de ses armes qui marquaient son nouveau statut de femme capable de se battre et de se défendre.

Elle avait éludé une part de son récit pour ne pas entrer dans les détails, préférant s’intéresser à autre chose. Ce que le Shinda ne tarda pas à découvrir à vrai dire puisqu’il ne comprit pas sur le coup de quoi il s’agissait. Lorsqu’elle reprit la parole en lui tendant sa tasse, il se retrouva bloqué. Le breuvage était un prétexte et la tasse un moyen de symboliser que la balle était dans son camp suite à cette interrogation piégeuse. Là aussi, il n’était pas expert mais il savait qu’il devait bien choisir ses mots. Redevenu sérieux tout à coup, il accepta son offrande et se désaltéra d’une gorgée calmement. Il s’humecta les lèvres et plongea ses saphirs dans les rubis de Mairu :

- A vrai dire je ne sais pas, je comptais aussi sur toi pour y répondre, car cela nous concerne tous les deux. Te voilà revenue après un sacré périple sans laisser de nouvelles et tu réapparais en agissant comme si j’étais un parfait inconnu. Je suis loin d’être la référence en matière de relations sociales mais quelque chose me dit qu’il y a un truc qui te chagrine. Rien que dans le fait de me vouvoyer.

Sans le savoir, le Shinda réalisait là le meilleur des exercices que les hommes savaient faire à la perfection depuis des générations : détourner l’attention. Même si dans son cas, c’était parfaitement innocent, il se montrait seulement sincère et parlait sans filtre, comme il le faisait souvent. Il reprit rapidement la parole pour apporter de plus amples explications à la demoiselle :

- J’ose imaginer que nous sommes au moins amants vu ce que nous avons « partagé ». Mais si cette relation t’incommode, nous pouvons tout aussi bien la laisser de côté. Comme tu auras pu l’expérimenter, je ne suis pas ce qu’il y a de plus facile socialement. Mais je pourrais tout aussi bien te retourner la question ceci dit. Que suis-je pour toi ?

Lui qui aimait se tenir informé, il paraissait évident qu’il demande cela. Ce n’était pas le genre à garder un non-dit. Il préférait en avoir le cœur net. Si cette jeune femme s’était entichée de lui, il pouvait très bien lui offrir une part de ce qu’elle souhaitait selon les circonstances de leur relation. Au vu de sa nouvelle fonction, cette relation pouvait causer beaucoup de torts à la Natsumi qui avait traversé déjà bien des conflits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 734
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Ven 9 Sep 2016 - 20:55

La façon dont le Shinda avait réussi à détourner subtilement la question de la Natsumi à son avantage, arracha un sourire en coin à la jeune femme. Il n’y avait pas à dire, c’était un homme intelligent et très réfléchi. Des prédispositions qui feront de lui un grand kage. Mairu en était convaincue et ce n’était pas parce qu’elle était éprise de lui mais là était une certitude qui lui aurait effleuré l’esprit même si pour elle il n’avait été qu’un simple étranger. Si elle n’était pas de son côté, elle se méfierait du nécromancien comme la peste. Il ne serait pas incorrect d’avancer que la samouraï était presque soulagée de ne pas faire partie des ennemis du nouveau Mizukage.

Le considérer comme un parfait inconnu ? Si seulement il savait à quel point elle se retenait pour ne pas "le dévorer tout cru".

Après avoir descendu quelque gorgées de son thé, la jeune femme capta le regard du Mizukage à travers ses verres teintés.

- Amants … C’est exactement ce que je pense mais ... as-tu vraiment besoin d'une telle relation ? ... Pour moi tu es l'homme dont je suis tombée amoureuse. L'être auprès … non avec qui je voudrais être mais ... y a-t-il une place pour moi dans ta vie ? Voilà la question que je me pose ... Avec du recul, je me rends compte que je t’ai peut-être forcé à te lancer dans cette relation qui ne te convient sans doute pas. Ce qu'il y a entre nous ne m'incommode aucunement, bien au contraire. Je ne te cacherais pas qu'elle est la seule motivation de mon retour ici mais je me demande si mon désir est réciproque … Sache que mes sentiments pour toi n'ont pas changé mais je suis prête à les laisser de côté s’ils te dérangent. La samouraï marqua un bref silence avant de reprendre d'une voix teintée d'une légère tristesse. Un jour je parviendrais peut-être à les enterrer même si j’en doute fort car si je n’ai pas réussi à t’oublier durant ce un an de séparation, je ne vois pas comment j’y arriverais maintenant ! La jeune femme prit le temps de prendre un peu de son breuvage avant de poursuivre sur un ton plus serein. Je suis prête à mettre mes lames à ton service en tant qu’une combattante dans ton rang ou être plus qu'une simple arme pour toi. Si tu préfères, je pourrais aussi disparaitre définitivement de ta vie.

La jeune femme aux prunelles sanguines avait réussi à exprimer tout ce qu'elle avait sur le cœur sans se dérober une seule fois. Signe qu'elle avait bien changé par rapport à la dernière fois où elle n'avait cessé de chercher à fuir le regard de l'homme qu'elle aimait. La timide Mairu semblait s'être évaporée pour céder sa place à une femme plus sûre d'elle. Toutes les épreuves qu'elle avait endurées ces derniers mois semblaient l'avoir fait gagner en maturité.

Si le Shinda optait pour la dernière option qu'elle avait proposée, la Natsumi en souffrirait, là était une certitude, mais la jeune femme ne tenait pas à étouffer ni à imposer sa présence au Shinda. Par amour pour lui, elle était prête à se sacrifier afin de respecter son choix …


Dernière édition par Natsumi Mairu le Jeu 8 Déc 2016 - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1870
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Lun 12 Sep 2016 - 22:57

Michiki écouta attentivement cette femme qui lui parlait à cœur ouvert. Elle s’était offerte corps et âme à lui depuis qu’il la connaissait. Un comportement qu’il avait encore du mal à comprendre. Il ne serait sans doute jamais fait pour réellement réaliser ce qu’était ce fameux Amour que tout le monde traquait désespérement. En évitant sa route, le Shinda était pourtant tombé dessus. Ou plutôt avait-il fait une victime en la personne de la Natsumi qui s’était épris de lui. Cette ex kunoichi qu’il avait libéré des griffes de vulgaires bandits avait bien changé depuis leur première rencontre. Elle était différente. Plus forte. Une énergie nouvelle semblait l’habiter. Pas exactement comme du chakra mais en quantité à peu près égale. Il n’y avait qu’une autre énergie en ce monde capable de s’apparenter au chakra des shinobis. Mais cette force nouvelle conférait à la Natsumi une certaine prestance et un certain…charme.

En tant que guerrier, le Shinda ne pouvait réellement s’intéresser à quelqu’un s’il n’était pas doté d’une grande force. Lorsqu’il l’avait rencontré, elle l’avait impressionné de par sa force de caractère pour surmonter ses tourments. Une détermination et un esprit allant à l’encontre des comportements préétablis. Elle aurait eu toutes les raisons d’abandonner et de se laisser partir. Elle ne l’avait pas fait. Le doute avait dû suivre sa route mais elle l’avait rejeté et c’était ce qui avait poussé le nécromancien à l’aider. Sauf que dans cette entreprise salvatrice, il s’était retrouvé liée à elle malgré lui. Ce lien si puissant pour elle pouvait paraître dérisoire chez le Fossoyeur qui se retrouvait interrogé sur la véritable nature de ses sentiments. Il ne perdait pas une miette de son discours. Elle parlait simplement et de manière assurée. Très différent de leurs précédents entretiens.

Difficile de savoir ce qu’elle avait traversé pendant cette année d’absence. Sûrement beaucoup de choses. Une chose était sûre c’était que ce périple l’avait amené à se renforcer et à s’affirmer. Michiki ne pouvait qu’imaginer que c’était ainsi qu’elle devait se comporter et se tenir en tant que kunoichi. Aujourd’hui elle retrouvait cette assurance qui remua quelque chose à l’intérieur des entrailles du Kirijin. Un attachement se développait. Revoir son visage et entendre sa voix lui auraient donc manqués ? Cet état d’esprit nouveau dans lequel elle se retrouvait la rendait encore plus attirante. Ce qui avait été physique la dernière fois semblait dépasser ce stade ici-même. Il ne le réalisait pourtant pas. Son esprit rationaliste résumait chaque acte et chaque pensée à des faits, cherchant raison à ce qui n’en avait pas. Il ne pouvait s’en empêcher mais son état d’être humain prendrait tôt ou tard le dessus pour laisser la vérité lui éclater à la figure. Pour l’heure il n’était pas parfaitement conscient de ce qu’il pouvait ressentir et tenta tant bien que mal de s’exprimer :

- Peut-on dire qu’on a besoin de telle ou telle relation ? Ce qui s’est passé est passé. Je serais bien hypocrite de te dire aujourd’hui que tout ça n’était que du cinéma. J’ignore moi-même ce qui m’a pris mais le cœur a parlé. Je ne souhaite pas spécialement que tu partes, d’autant plus maintenant que tu sembles avoir repris du poil de la bête, dit-il en désignant les armes qu’elle avait. Ton soutien me serait d’une grande aide, et non pas en tant qu’arme. Je n’ai cure d’armes. J’ai surtout besoin de recrues volontaires prêtes à servir mon village renaissant. Si tu trouves motivation à rejoindre Kiri, je ne peux que t’accueillir à bras ouverts. Je ne souhaite cependant pas te l’imposer. Il s’agit de l’ancien ennemi du village que tu défendais autrefois. Je comprendrais tes réticences à ne pas rejoindre mes idéaux personnels.

Il était resté à sa place, n’osant faire le premier pas pour ne pas l’incommoder. Elle qui avait parlé si ouvertement, devait déjà bien avoir assez fait pour supporter une trop forte émotion. Il avait déposé la tasse à côté de lui et se tenait contre le meuble, bras croisés en attendant la réaction de la jeune femme aux yeux flamboyants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 734
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Mar 13 Sep 2016 - 20:15

N’avait-il pas réellement compris le « être plus qu’une simple arme pour toi » ou bien le Shinda avait-il fait exprès de ne pas en saisir le sens ? Par ces mots, la Natsumi voulait savoir si elle pouvait espérer être plus qu'une simple femme à son service. Elle désirait savoir si elle pouvait prétendre au moins être sa « compagne » officieuse.

Au vu de la réponse du Mizukage, elle ne serait donc qu’une simple volontaire qui servirait ses causes. Chose qui serra le cœur de la jeune femme bien qu’elle s’était préparée à mettre une croix sur ce qui s’était passé entre eux. La déception voila le regard de la Natsumi qui se déroba un instant pour fixer le sol avant de plonger de nouveau dans celui du Shinda.

L’instant de trouble fut bien bref mais le nécromancien qui n’avait cessé de la fixer l’avait certainement remarqué. Mairu se ressaisit pourtant rapidement avant de reposer sa tasse à son tour.

Une main sur le pommeau de son katana comme se donner du courage, elle entreprit de prendre la parole d’une voix pleine d’assurance.

- Je t’avouerais que servir de nouveau un village caché ne me réjouit pas particulièrement et cela n’a rien à voir avec le fait que Kiri avait été autrefois ennemi de Kumo. Je n’ai pas servi Kumo par plaisir mais disons plutôt par désespoir. Jugeant qu’elle lui devait un peu plus de détails, la jeune femme poursuivit. C’est la mort de Haru qui m’a conduit dans ce village alors que je ne savais plus quoi faire de ma vie que j’avais consacrée jusque-là à la recherche de mon grand frère. J’ai eu vent comme quoi il était sorti avec une kunoïchi de ce village caché et qu’il aurait eu même un enfant avec. Je voulais rencontrer cette femme et son enfant. Seulement à mon arrivée, ils n’étaient plus à Kumo mais je ne suis pas partie à leur recherche. Il faut croire que je ne tenais pas tant que ça à les rencontrer au final. Le temps avait fini par couler et sans que je m'en suis rendu compte, j'étais devenue une kunoïchi presque dévouée de Kumogakure no Satô. Je ne prenais pas du plaisir à servir le village mais cela ne me rendait pas triste non plus. Il faut avouer aussi qu'à cette époque, à cause de la mort de mon frère, j'étais devenue une sorte de patin incapable de ressentir la moindre émotion. Surement par peur de souffrir de nouveau, mon cœur s'était complètement refermé. Je ne ressentais plus de tristesse, ni de la colère, pas même de l'envie donc naturellement je n'avais aucune ambition non plus. J'étais là mais je me demande si je vivais vraiment. Lorsque tu m'as rencontré j'avais déjà beaucoup changé et aujourd'hui je suis complètement différente de la kunoïchi que j'ai été. Mairu marqua un léger silence pour préparer la conclusion de son long discours. Je te suivrais non pas parce que je désire servir Kiri mais parce que je veux plutôt t'être utile ! N'y vois pas là du tout une contrainte mais plutôt un souhait de ma part. Son envie de le toucher finit par pousser la jeune femme à tendre une main dont la paume échoua chaleureusement contre la joue du Mizukage. Je veux être auprès de toi même si ce n'est qu'en tant que simple "recrue volontaire" pour servir ton village. Pour toi, il n'y a peut-être pas de différence entre servir ce village que tu chéris et servir toi personnellement mais pour moi, si. Ajouta la jeune femme d'une voix plus douce alors que dans ses yeux se reflétaient toute l'amour qu'elle éprouvait pour l'homme qui se tenait devant elle.

Son pouce finit par effleurer les lèvres du Shinda dont les siennes avaient ardemment envie de gouter. Son corps entier désirait cet homme mais elle avait décidé de ne plus lui imposer son appétence.

À regret, la samouraï finit par retirer sa main audacieuse alors que peu à peu elle sentait perdre le contrôle de son corps. Ailleurs, elle regarda pour mieux refouler son désir éveillé alors que de nouveau sa main s'était refermée sur le pommeau de son sabre.

- Je suppose que tes devoirs ne te permettent pas de t'éterniser ici alors accorde-moi juste le temps d'aller chercher mon animal et nous pourrons alors partir d'ici !

Sur ces derniers mots, Mairu se dirigea vers la sortie pour aller chercher son sanglier en vadrouille mais aussi pour fuir l'être que son âme et son corps réclamaient bien trop violemment.

Dos à Michiki, la tristesse voila de nouveau le regard de la Natsumi.

Retiens-moi ! Serre-moi dans tes bras ! Embrasse-moi ! Aime-moi ! Ces mots résonnaient dans l'esprit de la jeune femme alors que lentement elle s'éloignait …


Dernière édition par Natsumi Mairu le Jeu 8 Déc 2016 - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1870
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Dim 18 Sep 2016 - 23:35

Son regard capta ce qui devait être une réaction de déception face à la réponse du nécromancien. Un regard vers le bas avant qu’il ne revienne se figer dans le sien, Michiki ne pouvait faire mieux. Il ne comptait pas revenir en arrière ou mentir dans le seul but de faire plaisir. Il préférait être parfaitement sincère et honnête avec cette femme auquel il tenait tout de même. Il ignorait cependant ce qu’elle avait pu mal prendre dans cette situation. Mais elle avait vite repris du poil de la bête et sa voix vint de nouveau se lover dans les tympans du Shinda.

Elle lui raconta alors son expérience de kunoichi en détail lorsqu’elle s’était retrouvée sous la protection Kumojine. Une shinobi au cœur froid qui ne faisait qu’accomplir les ordres et qui devait remplir cette tâche afin de ne pas ressasser le passé. Un moyen de rejeter ses fantômes et de pouvoir avancer. A mesure qu’il en savait plus sur elle, elle l’intriguait. Sa force de volonté l’impressionnait au plus haut point. Elle avait parcouru tant de choses et elle se tenait là devant lui, arme à la main comme pour défier le monde qui l’avait tant mise à l’épreuve. Il comprenait alors mieux cet attachement qu’elle avait pu avoir pour lui qui l’avait secouru et aidé dans ses moments difficiles. Un concours de circonstances qui avait mené à cette relation si particulière et que Michiki n’avait pas su comprendre dans un premier temps. Il cernait un peu mieux la Natsumi et ne s’en trouvait que plus lié à elle. Cette dernière déposa alors sa main sur une de ses joues. Ils ne se quittaient pas des yeux.

Ce qu’elle lui avoua alors ne manqua pas de le toucher. Jamais encore il n’avait reçu pareil sermon de fidélité. C’était très particulier mais il sentait rien qu’à travers son regard de braise qu’elle était parfaitement sérieuse et qu’elle serait prête à tout pour lui. Une émotion à laquelle il n’était pas habitué. Lorsque les gens le suivaient ainsi, c’était plutôt par crainte ou respect. Deux sentiments qu’il savait distribuer à bon escient. Mais jamais il ne se serait attendu à ce qu’il puisse provoquer pareille chose un jour. Il allait garder la main de Mairu dans la sienne mais elle l’ôta après avoir passé un doigt sur ses lèvres. Ses mots marquaient alors son envie de quitter ce lieu et de prendre congé. Elle se tenait dos à lui dans l’embrasure de la porte, prête à partir lorsqu’il fut à ses côtés.

Sa main se déposa doucement sur une de ses hanches afin de l’arrêter. Un contact destiné à la faire se retourner pour qu’il puisse de nouveau la regarder droit dans les yeux. D’un côté, il n’était pas lassé de cet éclat rubis. C’était une couleur peu commune et c’était en soit ce qui lui plaisait. Il n’y avait aucun charme à se complaire dans la normalité. Il avait toujours fait dans l’original. Tout comme l’était ce lien si spécial qui les unissait. Sa seconde main vint attraper le menton de l’ex kunoichi alors qu’il lui sussurra quelques mots.

- Comprends bien que ce n’est pas par rejet que je te considère ainsi. Je ne réalisai seulement pas que tu serais prête à me servir. D’habitude, les gens poursuivent leurs propres idéaux et s’allient à moi dans ce but. Je promets un échange de services et notre relation s’arrête là. D’un côté, j’ai toujours manqué de ce lien plus particulier. De quelqu’un prêt à me suivre plutôt qu’à se conforter de mes ambitions pour pouvoir réaliser les siennes. Si c’est ce qui te motive, je ne peux qu’en être flatté. Mais il y aura quand même un échange. Si c’est là ce que tu veux, je ne t’abandonnerai pas non plus à ton sort, quel qu’il soit. Je l’ai déjà fait et je recommencerai si cela s’avère nécessaire.

Puis il conclut son discours par un tendre baiser. Ayant fermé instinctivement les yeux, il les rouvrit alors que sa douce se retrouvait elle aussi aveuglée par cette marque de tendresse. Son œil s’alluma alors d’un éclat qu’elle ne put voir. Une étincelle qui fit naître une flamme qui n’avait jamais encore éclos en ses pupilles. Puis elles redisparurent alors qu’il se perdait dans cette étreinte chaleureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 734
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Dim 25 Sep 2016 - 22:21

Sa prière fut exhaussée car le Shinda vint l’arrêter et lui accorda même un baiser. Un baiser que la Natsumi savoura les yeux fermés tout en se retenant de ne pas réclamer plus. Combien de fois, avait-elle rêvé de cet instant ? Bien trop souvent.

Lorsque leurs lèvres se séparèrent, inassouvie, Mairu resta un instant accrochée sur son petit nuage puis, revenant à la réalité, elle plongea ses yeux rubis dans ceux turquoises voilés par les verres teintés du Shinda.

- On dirait bien que je suis toujours aussi peu ambitieuse. Le seul but que j'avais eu dans la vie était celui de retrouver mon frère mais il n'est plus de ce monde et depuis, je n'ai toujours pas réussi à trouver un nouvel objectif personnel à atteindre. Un jour cela viendra certainement mais en attendant j'aimerais contribuer à l'accomplissement du tien ! Lascivement, la Natsumi accrocha ses bras autour du cou de son "amant". Toi auprès de qui j'aimerais être et à qui j'aimerais être utile … Si tu veux chercher une raison à mon total désintéressement, tu n'as qu'à dire que c'est pour payer les nombreuses dettes que j'ai envers toi si le simple fait de vouloir être utile à celui que j'aime ne te suffit pas. Mairu vola un baiser furtif au nécromancien avant de se détacher tout doucement de celui-ci. Sache cependant que je n'ai aucune envie d'aller à l'encontre de mes principes alors j'espère que tes idéaux ne me pousseraient pas à les enfreindre !

La Natsumi était certes prête à suivre le nouveau Mizukage mais elle ne lui était pas soumise au point de vouloir le faire aveuglément. Si l'ambition du Shinda se révèlerait être en total désaccord avec sa propre vision des choses alors elle préfèrerait lui désobéir. Ce qui pourrait très bien les amener à s'éloigner. Une possibilité qui la ferait certainement beaucoup souffrir mais la samouraï n'était pas prête à piétiner son amour-propre pour le rêve d'un autre, même s'il s'agissait de celui de l'homme dont elle était totalement éprise.

- Je file cherche mon animal.

La jeune femme s'éloigna de nouveau et des pas quelque peu pressés cette fois-ci. Elle disparut dans la forêt puis revint une dizaine de minutes plus tard avec son sanglier. En voyant Michiki, la bête s'arrêta mais sa maitresse ne lui prêta pas attention et poursuivit son chemin jusqu'à se retrouver face au nécromancien.

- Je te présente Gouik, mon animal de compagnie et la monture qui m'a permis de m'enfuir du Pays du soleil. Il est originaire de cette forêt. J'espère que tu ne vois pas d'inconvénient à ce que je l'amène avec moi . Il est toujours un peu sauvage mais il s'est beaucoup habitué à la présence des humains. Il se méfie juste des inconnus et il faut éviter de se montrer brusque avec lui !


Dernière édition par Natsumi Mairu le Jeu 8 Déc 2016 - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1870
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Lun 3 Oct 2016 - 23:14

Un sourire accueillit la mise en garde de la Natsumi sur les possibles directives que lui donneraient Michiki maintenant qu’elle avait décidé de rejoindre les forces Kirijins. Une marque de contentement et d’amusement qu’il n’avait pas caché. Après cette étreinte et ce baiser volatile elle s’éclipsa pour aller chercher son animal de compagnie indiqua-t-elle. Maintenant qu’elle semblait avoir le pas moins brusque et prompt à se dérober à son contact, Michiki put retourner à sa place pour profiter de son thé. Après quelques gorgées, la douce Mairu revint accompagné d’un invité inhabituel.

Un sanglier la suivait tel un chien suivant son maître. Une compagnie plutôt originale mais qui ne surprenait pas plus que ça le nécromancien étant donné les quelques excentricités dont la Natsumi avait déjà pu faire preuve par le passé. L’animal ne semblait néanmoins pas aussi insensible à la vue du Fossoyeur. Une réaction que sa maîtresse expliqua rapidement comme étant de la gêne vis-à-vis d’inconnus. Etant donné qu’il avait l’air tétanisé face au Shinda, ce dernier avait décidé de ne pas s’en approcher pour le moment, préférant le laisser s’habituer au lieu avant d’en faire de même avec sa personne. Toujours assis, il contempla l’ex kunoichi avant de finalement briser le léger silence qui s’était installé :

- Si tu m’expliquais un peu ce qui t’es arrivé là-bas. Tu m’as l’air d’avoir subi de folles aventures si je ne m’abuse.

Il avait pointé du doigt la blessure qu’Hojo avait soigné lorsqu’il avait retrouvé Mairu affalée à la même place où il se tenait maintenant. Comme pour l’inviter à raconter son histoire, il était parti chercher la tasse pour la déposer à ses côtés, l’incitant à s’approcher pour qu’ils puissent converser librement. Après tout, il devait bien s’attendre à plus de proximité entre eux. Même si à vrai dire, il n’en userait que lors de moments en tête à tête. Il ne souhaitait pas que cette relation soit dévoilée au grand jour. Non pas pour son image car tout homme avait le droit à compagne. Il en allait plus de la sécurité de la Natsumi. Son rang et son grade pouvaient attiser la haine et le complot. Souvent les proches étaient les premiers visés pour atteindre les grosses têtes. Une décision qui ne l’affectait pas tant que ça mais qui ne le réjouissait pas non plus. Il serait amusant d’observer les réactions au passage d’un Shinda Michiki se promenant main dans la main avec une demoiselle. Kiri la Sanglante en aurait été détruite de l’intérieur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 734
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Sam 15 Oct 2016 - 22:00

Finalement le Shinda ne semblait pas presser de regagner le village qu'il gouvernait alors que la Natsumi s'était apprêtée pour ne pas le tarder. Sa mésaventure, la samouraï pourrait très bien la raconter au Mizukage une fois qu'ils auraient rejoint Kirigakure no Sato mais ce dernier l'avait invité à s'installer à ses côtés. Ne cherchant pas à comprendre la raison de la décision de Michiki, Mairu reposa son séant. Cette proximité avec son amant ne lui déplaisait guère de toute façon. Au contraire, si cela ne tenait qu'à elle, elle le garderait ici auprès d'elle éternellement car elle savait pertinemment qu'une fois qu'ils auraient rejoint Kiri, les devoirs de Michiki l'éclipseraient rapidement. La Natsumi appréhendait même que le Mizukage ne finirait par la délaisser complètement. Une éventualité que la samouraï se préparait cependant à encaisser dès à présent car elle n'était plus une enfant mais une adulte qui avait pleinement conscience des responsabilités qui incombaient un kage.

Ne désirant pas s'attarder sur cette perspective qui n'était que source de torture bien futile présentement, la samouraï chassa vite celle-ci de son esprit en descendant quelques gorgées du thé encore chaud que le nécromancien lui avait servi. Gardant ses mains autour de sa tasse agréablement chaude, la Natsumi se tourna vers son interlocuteur dont elle frôlait presque le bras qui se trouvait de son côté avec le sien.

- Tu dois savoir que Taiyô no Kuni est un pays très difficile à violer mais il est encore plus difficile d'en ressortir. Cette blessure est le prix de mon évasion. J'ai dû forcer le passage de l'unique porte qui permet de sortir de la haute muraille qui isole le pays. Après une légère hésitation à confier ce qu'elle avait découvert au sein de cette Nation qui était source de bien d'inquiétudes des grands de ce monde dont faisait à présent partie Michiki, la Natsumi poursuivit, fixant un point droit devant elle cette fois-ci. Un homme dont je n'ai pas cherché à savoir la véritable identité m'a envoyé là-bas afin d'élucider le mystère qui fait priver de son chakra tout shinobi s'approchant du mur ou ayant franchi celui-ci. Au début, m'étant assez bien intégrée après avoir été bien accueillie - pour une raison que cherche encore à comprendre aujourd'hui - je pensais m'installer définitivement dans ce pays mais beaucoup des choses m'ont fait réaliser que ce n'était pas la patrie que je cherchai. J'ai alors décidé d'endosser mon rôle d'espionne et ce que j'ai fini par découvrir pourrait très bien bouleverser ce monde.

Après un silence plus marquant, la Natsumi révéla les mystères de Taiyô no Kuni au Mizukage. Des informations qui avaient failli lui couter la vie et que l'homme qui l'avait envoyé en mission avait payé avec l'équivalent d'un an de salaire d'un shinobi de haut rang. Un jour ou l'autre, le Mizukage aurait appris toute la vérité et il pourrait alors l'accuser d'une rétention d'informations capitales pour l'avenir de ce monde.

- Voilà, tu connais tout sur ma petite escapade d'un an, conclut la Natsumi avec ironie avant de siroter son thé mais qu'elle délaissa rapidement car celui-ci s'était attiédi durant sa longue tirade …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1870
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Mar 20 Déc 2016 - 22:52

Le Fossoyeur écoutait avec une grande attention le récit de cette femme qu’il avait sauvé et « recueillie » il y a déjà plus d’un an de ça. Une année les séparant durant laquelle ils n’avaient échangés aucune nouvelle malgré leur lien si particulier et si…intime. Le Shinda avait gardé les bras croisés sur sa poitrine alors que défilait oralement les mésaventures de la Natsumi. Alors qu’il l’écoutait, il ne pouvait s’empêcher de songer à certaines choses, notamment leur première rencontre.

Un agneau en plein désarroi, abandonné, faible et perdu. Il s’agissait plus ou moins de ça. Un agneau tentant de fuir le loup et cherchant la protection d’un berger. L’on aurait tendance à dire que le fameux loup était l’incarnation même du Shinda. Pourtant cette fois-là il n’en fut rien et Michiki endossa l’autre rôle protecteur de l’éleveur de moutons. Le loup s’en était allé sous ses coups et les deux derniers protagonistes s’étaient suivis un brin de temps. Face à la situation de la jeune femme, le Shinda n’avait pas pu la laisser à son sort. Il l’avait hébergé dans l’ancien foyer de celui qui lui avait enseigné l’art obscur de la Nécromancie. Il avait également été très attentif à son bien-être.

Autant d’attentions qui avaient mené le duo à s’unir de manière charnelle un soir où ils s’étaient retrouvés dans ce même lieu où ils discutaient des évènements passés lors de l’année précédente. Le regard plus affirmé, des mouvements sûrs et une force émanait aujourd’hui de cette femme qu’il avait connu dans la plus grande misère. Ses péripéties l’avaient changée pour en faire d’elle une dame adaptée à ce monde de guerre. Maintenant capable de se défendre par ses propres moyens, il était heureux d’entrevoir les prémices d’une guerrière forcenée prête à défendre ses idéaux. Une pensée qui lui fit réaliser que malgré tout le trouble l’habitant quant à sa relation avec elle, il ne pouvait cacher un attachement profond à cette dernière. De là à qualifier ça d’amour, il n’en était pas sûr.

Alors qu’elle terminait son discours, elle voulut se désaltérer du breuvage chaud lui faisant face. Michiki remarqua qu’elle repoussa la tasse après une timide gorgée. Lorsqu’il se saisit du petit récipient en porcelaine, il put se rendre compte que sa température avait baissé. Il se dirigea vers le feu où il changea le contenu de la tasse pour lui ramener par la suite. Au passage, il eut un mouvement auquel lui-même ne s’attendit pas. Anodin mais anormal chez lui. Il déposa une main sur son épaule alors qu’il passait à côté d’elle pour déposer la tasse et de nouveau s’installer face à elle, se calant contre la table. Ne cherchant pas à expliquer ou justifier son geste, il alla chercher la main délicate de l’ex-kunoichi qu’il tint dans la sienne alors qu’il lui accorda quelques mots :

- Je suis à la fois profondément attristé de ces malheurs et ravi que tu aies pu les traverser de la sorte. Cette expérience semble avoir forgé une nouvelle Mairu ayant retrouvé foi et goût de vivre, je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 734
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Lun 26 Déc 2016 - 19:13

La Natsumi se contenta un moment de fixer le Shinda qui s'était installé de l'autre côté de la table après lui avoir servi de nouveau du thé.

De ses prunelles sanguines, la jeune femme tenta de lire dans le regard azuré de cet homme qu'elle aimait de tout son être mais qu'elle connaissait pourtant si peu. Elle lui avait révélé tant de choses sur elle et elle était prête à lui apporter sans détour des réponses aux questions qu'il lui poserait mais elle avait le sentiment qu'elle ne pouvait pas attendre autant de la part de Michiki. Pour Mairu, le nécromancien était un mystère et le restera sans doute à jamais malgré ce qu'ils avaient vécu et ce qu'ils vivront certainement ensemble. La samouraï avait tant envie de le connaitre mais une partie d'elle lui murmurait d'éviter de lui poser trop de questions pour deux raisons. La première était qu'elle courrait le risque d'éveiller la suspicion du Shinda alors que son intention n'était point de chercher à le nuire - bien au contraire - et la seconde était que les réponses que Michiki lui fourniraient pourraient très bien la décevoir.

Suis-je donc devenue une femme si soumise ? Se demanda Mairu intérieurement, se retenant de rigoler de sa situation qu'elle trouvait personnellement de plus pathétique. À une époque, elle aurait craché sur un être qui suivrait un autre aveuglement comme elle s'apprêtait à le faire actuellement.

Où était donc passée cette Sauvageonne indomptable qu'elle avait été ? À cet instant, Mairu se maudissait d'être tombée amoureuse mais pouvait-on prédire ce genre de chose ? La jeune femme en doutait fort. Comme une infortune, l'amour vous tombait dessus sans crier gare. Si c'était une chose qu'on pouvait arranger, elle n'aurait certainement pas choisi un homme si mystérieux au point qu'elle se sentait comme une étrangère en sa présence malgré ce qu'ils avaient partagé.

- Retrouvé foi et gout de vivre … Tu as surement raison parce que je n'ai plus envie de mettre un terme à ma vie alors qu'avant cette idée m'effleurait souvent l'esprit … Mais je me demande si je suis vraiment épanouie, ajouta la jeune femme d'une voix teintée de mélancolie alors qu'elle fixait la main du Shinda qui tenait la sienne.

Le vide que Mairu ressentait en son for intérieur était une réponse évidente à la question qu'elle venait de poser. Non, elle n'était pas pleinement épanouie et ne le sera sans doute jamais tant que ce vide en elle n'était pas comblé. Un gouffre que seul l'élu de son cœur pourrait obstruer mais c'était certainement lui en demander trop, cependant, après une grande hésitation, la jeune femme décida de se jeter à l'eau quitte à finir noyer.

Délicatement elle entrelaça ses doigts avec ceux de Michiki avant de captiver de nouveau le regard de ce dernier.

- J'aimerais tant te connaitre. Tu sais presque tout de moi mais je ne sais quasiment rien de toi. Je ne te demande pas de tout me dire car je juge que chacun a droit à ses secrets mais puis-je espérer au moins quelques confidences de la part de l'homme dont je suis éprise et que je m'apprête à suivre … presque aveuglement ? …


Dernière édition par Natsumi Mairu le Jeu 2 Fév 2017 - 10:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1870
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Lun 23 Jan 2017 - 23:34

Malgré le second souffle qui semblait habiter la Natsumi depuis son périple, elle avait l’air d’être encore perturbée sur certains points. Son regard absent sur leurs mains jointes en disait plus long que ses mots restant assez vagues au demeurant. Un léger instant de silence s’établit, bientôt rompu par la voix quelque peu hésitante de la samouraï. Une demande à laquelle le Shinda s’était attendu bien évidemment mais qu’il aurait cru arriver plus tôt.

Leurs rapports étaient particuliers. Au-delà de leurs plaisirs charnels, Mairu s’était énormément confié au nécromancien à l’écoute de ses histoires. Il s’était en même temps montré curieux là où une certaine gêne semblait paralyser la Natsumi qui ne lui retournait toutes les questions qu’il pouvait poser. Il faut dire que des rares qu’elle lui retournait, il ne savait jamais véritablement répondre. Ce fut à ce moment qu’il réalisa que quelque part au fond de son être résidait un sentiment qu’il n’avait éprouvé depuis longtemps : la peur.

La peur d’être jugé pour ce qu’il était et pour ce qu’il avait fait ou était prêt à faire. Une peur qui l’avait restreint lors de ses débuts prometteurs au sein de Kiri. Une peur rapidement envolée suite à sa rencontre avec Pô qui lui avait alors enseigné un principe simple mais qui le forgea jusqu’à ce jour. Ignorer l’avis des autres pour se surpasser. C’est ce qui l’avait mené jusqu’ici aujourd’hui. C’était dans cette cabane familière qu’il réalisa que cette impression oubliée était encore bien présente. Après ce qu’ils avaient partagés tous les deux, Michiki ressentait une certaine crainte à l’idée d’être tel un livre ouvert face à cette femme qu’il appréciait particulièrement.

Il passa sa main libre sur sa poitrine brièvement, répondant à l’étreinte de doigts de sa partenaire. Il ne lâcha pas son regard et expira doucement de l’air. Il finit par légèrement abaisser sa tête comme signe de capitulation.

- Je te le dois bien oui. Mais ce n’est guère reluisant. Aussi ai-je préféré te préserver de tout ceci pour que tu ne me vois pas comme chacun peut le faire. Ce qui est chose faite maintenant ceci dit…

Oui là-dessus on pouvait dire qu’il avait réussi. Mais à quel prix ? La réaction de Mairu était difficile à prévoir mais cela ne l’empêcha pas de continuer sur sa lancée :

- Je suis né sur ces terres dans une famille de brillants médecins. Des parents aimants qui m’ont transmis leur goût pour la science. J’ai rapidement commencé dissections et expériences sur des cadavres de tout type d’animaux. Des actes qui me valurent quelques remords par la suite. Un sentiment que mes parents ne comprirent pas sur le coup et d’un certain sens…c’est ce qui les as tués.

Il parlait rarement de cette histoire. Les plus proches de son entourage connaissait son passé. Et autant dire que ces personnes se comptaient sur les doigts d’une seule main dépourvue de quatre d’entre eux.

- Suite à ça j’ai été hébergé par une femme vivant non loin d’ici. Elle m’a recueilli et m’a donné une raison de vivre. Elle m’enseigna le Ninjutsu avant de me faire rencontrer celui qui fit de moi un nécromancien. L’ancien propriétaire de ce lieu. Suite à ces formations improvisées, j’ai intégré les rangs de la Brume où j’ai appris auprès d’un mentor, rapidement devenu un ami. Mes actes m’ont élevés à un rang différent de celui de simple gamin flippant qui s’amuse avec des défunts. Je suis alors devenu un des membres éminents de mon village. Jusqu’à ce que Makka décide d’attaquer. Suite à sa défection j’ai quitté Kiri car je ne parvenais pas à allier entraînement et responsabilités. J’ai entamé un voyage initiatique pour me perfectionner. Trois années ont passé avant que je ne retrouve ma patrie. Mais il était trop tard et j’ai été témoin du passage des Furyous. Depuis ce jour je n’ai cessé d’agir que dans un seul but : reconstruire Kiri.

Depuis qu’il avait pris la parole, il avait laissé aller son pouce à un ballet régulier sur sa main entrelacée. Un mouvement répété qui s’atténua pour disparaître en même temps que le silence s’installa.

- Aujourd’hui ce rêve est réalité et je me battrais jusqu’au bout pour le défendre. Voici ce pour quoi je me bats et voici ce dans quoi je t’entraîne si tu souhaites justement me suivre.

Puis il relâcha la main pour s’éloigner un peu vers la fenêtre. Il fixa l’extérieur d’un air absent alors qu’il continua :

- Rien de bien glorieux comme tu peux le constater. Un simple rêve de revoir son foyer debout. Une bien maigre excuse pour t’engager dans cette voie avec moi. Je ne t’en voudrais pas de partir aujourd’hui. Je serais prêt à préserver notre lien, peu importe ton choix. Je ne te demande pas de me suivre. Qui sait où m’attireras ce chemin. Si je dois y laisser la vie, je ne souhaite y entraîner personne d’autre que mon assassin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 734
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Dim 19 Mar 2017 - 14:26

Elle qui s'attendait à ce que le Shinda refuserait de se confier à elle car après tout malgré la relation qu'ils entretenaient ils ne se s'étaient pas fréquentés tant que ça jusqu'à présent, à la grande surprise de la Natsumi le nécromancien se dévoila pourtant à elle.

Avec toute l'attention qu'elle pouvait accorder, la jeune femme écouta l'homme qu'il aimait sans le quitter une seule fois des yeux. Ainsi, elle put déceler en lui, pour la première, un certain trouble. Mairu ne saurait décrire exactement le sentiment qui pourrait bien animer Michiki présentement mais ce dernier n'était plus l'être si serein que rien ne semblait pouvoir émouvoir, la seule facette qu'elle connaissait du nécromancien jusqu'à présent.

Étrangement la samouraï se retrouva à admirer le Mizukage au lieu de compatir complètement à son état. Bien sûr, le voir ainsi vulnérable ne la ravissait pas au plus haut point mais elle le trouvait si attendrissant qu'elle n'arrivait pas éprouver de la compassion à son égard. Ce qu'elle voyait ravivait plutôt les flammes qu'elle entretenait envers cet homme qu'elle dévorait du regard au fond duquel on pouvait voir danser la lueur de la passion.

La Natsumi finit par se relever pour rejoindre le Shinda alors que celui-ci venait de terminer sa confession. Tout doucement, Mairu posa une main sur l'épaule de son amant, l'invitant à se tourner vers elle. Elle plongea ensuite son regard sanguin étrangement attendri dans celui du Fossoyeur.

- Rien de bien glorieux ? Tu plaisantes j'espère !? Vouloir protéger sa patrie n'est pas un mal. Au contraire, c'est un souhait de plus louable.

La jeune femme marqua un silence tout en croisant les bras alors qu'elle se tourna pour regarder ailleurs, offrant son flanc droit à son interlocuteur.

- Si j'avais une patrie, je pense que je ferais tout pour le défendre … Après la mort de mes parents, j'ai quitté le foyer dans lequel je me suis retrouvée seule pour partir à la recherche de mon grand frère mais jamais je n'ai réussi à le retrouver. Et quand j'ai appris sa mort, j'ai échoué à Kumo où je suis restée non pas par désir mais perce que je ne savais pas où aller. À présent, j'aimerais trouver un endroit où je pourrais enfin me sentir comme chez moi. Un lieu qui m'adopterait au point que je sentirais l'envie d'y rester définitivement et de vouloir le protéger au péril de ma vie.

Mairu marqua de nouveau un silence le temps de se tourner de nouveau vers Michiki.

- Peut-être que cet endroit est celui que tu chéris, reprit ensuite la jeune femme alors que la paume de sa main droite avait échoué délicatement contre la joue gauche du Shinda. Je veux t'aider à protéger ce foyer qui te tient tant à cœur et qui j'espère deviendra aussi le mien.

La jeune femme se contenta de fixer le Rokudaime Mizukage un moment, une main toujours contre la joue de celui-ci.

- Bon, si on se rendait à Kiri ? Je m'en voudrais qu'un incident y lieu pendant que je t'accapare ici … Monsieur le Mizukage, lâcha la Natsumi sur un ton plaisantin avant de voler un baiser à son amant dont elle délaissa ensuite la joue …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1870
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Mar 18 Avr 2017 - 22:16

Comme souvent lorsqu’il se confessait à cette femme, la Natsumi n’apporta aucun jugement négatif à son égard. Une rareté en ce monde où son pouvoir était vu comme l’un des plus macabres. Non sais raison certes mais le dégoût avait été remplacé par le respect, car très puissant, mais une peur, voire même une haine, subsistait chez tous ceux qui côtoyaient le Fossoyeur. Ce dernier s’y était fait sans plus de cérémonie. Il ne se justifiait jamais de ses actes plus que discutables et répréhensibles par la morale. Et une nouvelle fois, cette femme semblait le comprendre. Encore plus étonnant, le Shinda pouvait déceler une lueur au fond du regard rubis de sa douce. Une sorte d’admiration ou de fierté, il ne saurait le dire. Mais c’était un visage qui lui apportait du réconfort. Bras croisés sur la poitrine, il put sentir un battement de cœur plus haut que les autres au moment où il eut cette pensée.

De par cette discussion, Michiki comprenait mieux les motivations de Mairu à le suivre et à se lier à lui. Au-delà de leur relation bien sûr, la jeune femme était à la recherche d’un foyer à défendre. Si cet homme qu’elle aimait pouvait lui apporter, elle se battrait bec et ongles pour préserver cette nouvelle maison qu’il lui offrait. Des mots qui firent légèrement sourire le nécromancien alors que la demoiselle lui faisait de nouveau face, une main posée sur sa joue.

- Je ferais mon possible pour que tu t’y sentes comme chez toi dans ce cas, promit-il.

Il était rare qu’il fasse des promesses. Il avait toujours perçu ces choses comme un lien immuable ne pouvant se briser entre deux êtres. Au vu de son caractère changeant selon ses ambitions, Michiki ne s’empêtrait pas de ces fadaises. Un bon moyen de ne rien briser et de ne pas mentir. Or ici c’était avec une sincérité déconcertante qu’il avait proféré ces mots. Il savait que la Natsumi s’en rendrait compte. Alors qu’ils échangèrent un baiser, un sentiment de bien-être s’immisça en lui. Lorsqu’il rouvrit les yeux sur elle, il garda un léger sourire suite aux propos que son interlocutrice avait eu avant qu’ils ne s’embrassent.

- Kiri se remet de ses blessures passées. La priorité va à sa sécurité. Aussi je pense que le village saura se passer de son Mizukage pour quelques heures, conclut-il avec un baiser furtif.

Il relâcha le menton de sa Dulcinée pour retourner vers la table centrale. Il y déposa ses lunettes afin de se masser rapidement les yeux de ses doigts. Une soudaine fatigue le tiraillait. A l’idée de retourner de suite au village, il fut pris d’un sentiment de flemme. D’où sa décision de retarder la chose. Pourquoi quitter un lieu et une présence qui l’apaisait ? C’était si rare chez lui. Il comptait donc profiter de ces retrouvailles pour s’octroyer un temps libre plus que mérité. Il reprit ses verres qu’il enfila alors qu’il disparaissait dans la chambre d’à côté. Il en revint avec deux serviettes. Il passa près de la demoiselle avec un sourire espiègle, prenant la direction de la sortie sans prendre la peine de s’arrêter.

Quelques pas plus tard, il se retrouvait au bord de la rivière où ils s’étaient autrefois découverts, si l’on peut dire ainsi. Laissant là les serviettes, Michiki déposa ses affaires sur la berge et se plongea dans l’eau fraîche. Un léger frisson parcourut son échine alors qu’il se laissa lentement couler et ainsi profiter un instant du silence aquatique. Avant de reprendre une brande bouffée d’air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 734
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Mer 26 Avr 2017 - 20:45

La Natsumi disait vouloir aider l’homme qu’elle aimait à protéger le foyer que celui-ci chérissait mais en réalité la jeune femme désirait juste être auprès du Shinda. La décision de la samouraï n’était donc pas purement désintéressée et était totalement sentimentale. Celle-ci n’avait rien à voir avec le serment d’un soldat envers un seigneur. Mairu espérait fortement que Michiki l’avait compris. Qu’en échange de ses lames qu’elle mettait au service de son village, le Mizukage allait devoir lui donner ce qu’elle convoitait en retour : son attention à défaut de ne pas avoir son amour.

Jusqu’à présent, le Shinda semblait répondre aux attentes de la Natsumi. Sans doute, le Mizukage faisait cela naturellement ou bien cherchait-il juste à satisfaire la samouraï pour mieux resserrer l’emprise qu’il avait déjà sur elle. Peu importait la motivation du nécromancien, aveuglée par son amour ou plutôt ne désirant pas savoir sa réelle motivation, Mairu se laissait attendrir.

Alors que le Shinda disparut de la petite cabane, la Natsumi alla déposer ses propres lunettes aux côtés de celles du son amant avant de se mettre à le suivre. Michiki ne lui avait pas informé de sa destination mais les serviettes qu’il avait amenées avec lui étaient des indices évidentes sur le lieu où il allait se rendre. Le sourire complice qu’il avait adressé à la jeune femme avant de disparaître était aussi une indication que Mairu avait réussi à déchiffrer avec facilité.

Quelques minutes de marche tranquille, la samouraï arriva au bord de la rivière alors que son sanglier, qui l’avait suivi au début, s’était éclipsé en chemin pour aller chercher de quoi descendre dans son estomac insatiable.

L'endroit où le Shinda les avait amené rappelait tant de souvenirs à la brune aux yeux rubis et dont certains l’embarrassaient un tantinet à présent qu’elle n’était plus cette vierge intimidée par la découverte de l’amour pour la première fois. C’était en ce lieu qu’elle s’était rendu compte de son changement intérieur et bien radicale. C'était ici que son cœur s’était remis à battre après s’être « figé » pendant presque dix ans. Une histoire qui remontait à présent à plus d’un an mais qui ne semblait pas si lointaine à la Natsumi.

Sans se presser, la jeune se déshabilla. Vêtue des simples sous-vêtements, elle reposa son mini-panda - qui avait l’habitude de faire le mort sur sa tête - au milieu de tas de ses propres affaires qui trainaient juste à côté de celles du Shinda - pour pas que le petit animal n’attrapât pas froid. Puis, la jeune femme s’attela à enlever le peu de vêtements qui lui restaient. Entièrement nue, la Natsumi glissa ensuite dans l’eau bien glaciale malgré la saison estivale à cause de la brume constante qui voilait entièrement le paysage.

Tout doucement, Mairu s’avança vers Michiki puis elle plongea à mi-chemin dans l'eau pour ressortir dans le dos de son amant qu’elle enlaça sans la moindre hésitation par-derrière. Son opulente poitrine écrasée contre le dos nu du Rokudaime, la jeune femme reposa sa joue contre le haut du corps de l'homme dont elle était éprise.

- Je t’aime.

Les mots s’étaient échappés naturellement des lèvres de la samouraï et résonnèrent dans le silence bercé par le son de la nature qui entourait les amants de la Brume ...


Dernière édition par Natsumi Mairu le Mer 24 Mai 2017 - 11:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1870
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Mar 23 Mai 2017 - 23:51

La jeune femme ne se fit pas prier pour rejoindre son amant jusqu’au bord de l’eau. Il s’était éloigné de la berge pour rejoindre le flot rafraîchissant. Ayant pivoté en direction de la Natsumi, il l’observa se déshabiller méticuleusement, prenant son temps. La volupté de ses courbes offrait un spectacle ravissant aux yeux azurés du Shinda qui d’un côté comprenait que certains pourraient jalouser cette relation. Prenant un peu de recul sur sa condition de shinobi et d’homme de science insensible, cette femme avait réussi à lui apporter le plaisir de la chair. Il devait donc bien avouer que la plastique de son amante était des plus attirantes.

Cessant de le faire languir elle rejoignit l’eau glaciale. Michiki crut déceler un frisson chez la jeune femme qui ne se laissait pour autant pas impressionner par la température hivernale de l’eau. Malgré ses origines, il semblerait qu’elle s’adaptait de plus en plus à ce nouveau foyer. Fort heureusement pour elle d’ailleurs. Cela devait la changer de ses anciennes contrées il est vrai mais elle ne semblait pas trop souffrir du mal du pays. En compagnie du Shinda elle semblait bien plus à l’aise. Son amour était donc puissant.

Une fois la moitié de la distance parcourue entre les deux amants, Mairu plongea sous l’eau. Lorsqu’elle refit surface, ce fut dans le dos du nécromancien qui ne fut guère surpris par ce mouvement après avoir ressenti quelques vibrations sous l’eau lors de son passage. Les bras de la samouraï vinrent entourer amoureusement le torse du Shinda qui déposa une main sur celles de sa douce. Puis d’une voix plus assurée que jamais, Mairu prononça les quelques mots si significatifs aux yeux de beaucoup. Même Michiki savait que cela n’était pas anodin.

Face à cet aveu à cœur ouvert, il se retourna, sans briser l’étreinte chaleureuse qui lui apportait un certain réconfort. Les yeux des amants de la Brume se firent face. Les saphirs opposés aux rubis. Ou plutôt en parfaite communion. L’harmonie du calme paisible du Shinda et de l’impulsivité passionnelle de la Natsumi. Ce regard ne dura qu’une seconde. Pour Michiki il sembla durer plus longtemps. Mais ce fut aux termes de cette fameuse seconde que le Shinda finit par mettre fin à ce qui devait être un calvaire pour sa compagne.

- Moi aussi, répondit-il tout simplement.

Puis ils échangèrent un baiser passionné. Une étreinte torride qui amena le Fossoyeur à ramener ses mains au niveau des cuisses de sa Dulcinée pour la soulever du sol. La ramenant au maximum contre lui, il se mit à sourire suite aux contacts de leurs corps. Il ne tarda pas apporter une explication à cela :

- Ça faisait longtemps, déclara-t-il d’un regard plein de sous-entendus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 734
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Devoir et sentiments Dim 28 Mai 2017 - 19:18

"Moi aussi". Deux mots qui résonnèrent en écho dans la tête de la Natsumi qui ne s'attendait point à une telle réponse de la part du Shinda face à sa déclaration.

La réalité était que malgré tous les actes du Shinda qui tendaient pourtant à montrer qu'il tenait à la Natsumi, la jeune femme ne croyait pas que son amour était réellement partagé. Selon l'éprise, le Fossoyeur se laissait tout simplement réconforter sans éprouver des réels sentiments pour celle qui avait réussi à lui faire découvrir une facette plus douce de la vie, lui qui jusqu'à présent ne connaissait que violence, manipulation et trahison.

Même présentement, alors qu'échangeant un baiser passionné avec son amant, la samouraï se demandait si elle n'était pas en train de rêver. Ce "moi aussi" était réellement sorti de la bouche de Michiki ou bien l'avait-elle simplement imaginé tant elle tenait à ce que son amour soit réciproque .

L'étreinte chaleureuse qui réchauffait le corps de la Natsumi malgré la fraicheur de l'eau dans laquelle ils se trouvaient, lui faisait pourtant comprendre qu'elle vivait bien la réalité. Comme pour s'en assurer, la jeune femme aux yeux rubis resserra ses bras autour de son amant alors que ses jambes vinrent le ceinturer au niveau de la taille et ce, tout en prolongeant le baiser qui réchauffait son cœur et son corps. Baiser qui fut interrompu plusieurs secondes plus tard.

- Oui, cela faisait longtemps en effet, lâcha Mairu son regard sanguin plongé dans celui azuré de son amant.

Loin de greloter, malgré l'environnement propice pour, la Natsumi rayonnait de bonheur mêlé à un désir prêt à exploser. État qui se lisait sur son faciès qui habituellement était pourtant d'une placidité qui faisait d'elle une femme difficilement accessible. À cet instant, elle avait entièrement ouvert la porte de son cœur qui était à la merci du nécromancien.

- J'espère que tu m'aimes réellement car jamais plus je ne te quitterai. Tu vas devoir me supporter le restant de ta vie !

Tout en exprimant ces quelques mots qui montraient la profondeur de sa possessivité, la Natsumi avait saisi délicatement le visage du nouveau Mizukage entre ses mains.

Maintenant qu'elle savait que son amour était partagé, la samouraï se berçait d’une nouvelle illusion : celle de devenir la compagne officielle, celle qui portera la descendance du Shinda. Désir bien utopique dans le monde si cruel dans lequel tous deux évoluaient. Mairu elle-même ne croyait pas qu’un shinobi ou une combattante comme elle pourrait avoir une vie familiale ; à moins de se retirer de leur monde rythmé de conflits en tous genres et des devoirs qui les poussaient à mettre en jeu leur vie. Pourtant, à cet instant, la Natsumi ne pouvait s'empêcher de rêver de fonder une famille avec l'homme qu'elle aimait …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Devoir et sentiments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Mizu no Kuni :: Forêt de la Brume-