N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 858
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Jeu 6 Oct 2016 - 23:34


Sans alcool... La fête était clairement moins folle, et sans cheval aussi. Sans ces créatures qui nous avaient menés jusqu'ici, le voyage me sembla bien long et fastidieux; sans parler de la fatigue. Quelques jours après les précédents événements, nous rentrâmes sur notre route, à plusieurs reprises, des soldats du pays, des pelotons complets. On nous contrôla à chaque fois, pour voir si nous n'étions pas des rebelles et ce fut à chaque fois assez compliqué pour Luka de faire comprendre à tout ces hommes maille et en plaques qu'il ne fallait pas toucher Laya, oué pas drôle tout ça. Maintenant, les montagnes avaient pris forme devant nous, au loin. La frontière était à portée de main, ou presque.

Nous croisâmes un nouveau groupe de soldats, moins nombreux cette fois, et d'ailleurs ils ne ressemblaient pas vraiment aux premières classes que nous avions vu plus tôt dans la journée. Ceux-ci ne cherchaient pas des rebelles et expliquèrent qu'ils étaient à la poursuite de l'animal qui avait fait un carnage en aval. Ce qu'il décrivit, le lieu, proche de Lac; ne laissait aucune place au doute. C'était bien moi qu'ils cherchaient. Mais ça... Il étaient loin de pouvoir se l'imaginer. Un bref instant, l'un d'entre eux posa son regard sur Raki. Je le soupçonnais d'être en train de penser que l'auteur de ces meurtres pouvait être lui. Aussitôt, afin de détourner son attention, je lui posai une question.
    "Qui étaient les victimes ?"
    "Une famille qui tentait d'échapper à des criminels... Vous avez des informations ?"
    "Ah... Non, aucunes; navrée pour ces pauvres gens."
    "Ouais, il faut croire qu'ils ont été rattrapés... Mais vu le car..."
    "Itabei, tais-toi!"
    "A vos ordres capitaine!"
    "Vous, vous venez d'où ? Il est à vous ce loup ?"
    "Nous venons de... Yu. Oui, il est avec moi."
    "Vous venez faire quoi par ici ?"
    "De passage! On est en voyage, pour Kaminari! Répondit Luka."
    "Hum... Vous ne viendriez pas du pays du feu plutôt, non ?"
    "Non mon gars, mais on a croisé des soldats avant. Ils cherchaient des rebelles."
    "Ha... Ah bon... Bon. Merci pour l'information. Vous pouvez y aller, faites attention."

Ainsi la discussion s'acheva. Je devais sur ce coup dire merci à Gondo et Luka qui m'avait tiré d'un bien mauvais pas. Je leur aurais certainement répondu que je venais de Konoha et que nous étions en mission, sans me préoccuper de ce qu'ils allaient faire, étant donné que je les aurais battu sans difficulté. Ce qui m'aurait valu plus de problèmes par la suite, à coup sûr, lorsque je serai pour retourner à Konoha. Alors, avant de reprendre notre route vers les montagnes de Kaminari, je devais bien leur rendre ça.
    "Merci."
    "De ? s'interrogea Gondo."
    "Disons que... Je n'aurais sans doute pas aussi bien répondu."

Après un bref échange, nous reprîmes notre route vers Kaminari. Cette courte interaction eut un effet bénéfique et notre marche n'en fut que plus sereine. Et jusqu'à ce que nous attenions le refuge au pied des grandes montagnes nous ne rencontrâmes quasiment personne si ce ne fut quelques paysans avec leurs charrettes, transportant foin et autres produits issus der dernières récoltes. Leur présence prouvait une chose, que par ici la situation était bien plus calme que dans la moitié du pays proche de Yu. Finalement, il me semblait que le plus difficile était maintenant, véritablement, derrière nous. Dans le fond notre voyage fut plutôt tranquille et la seule menace ne résidait qu'en ma personne.

Il nous fallut deux jours pour traverser la montagne. En fait, ce ne fut pas très compliqué. Les sentiers qui la parcouraient étaient tous très bien balisés, très simple d'accès, sans obstacles. La traversée de ces monts fut bien plus cool que celle des deux pays d'avant. Une promenade de santé pour tout dire, accompagné d'un air pur, d'un magnifique ciel bleu et de quelques brises rendant le tout respirable.

Enfin, la lumière était au bout du chemin... plus qu'une poignée d'heures et nous y serons..
    "Alors, où doit on aller maintenant ?"
    "Ah... Ben.. Je ne sais pas, je n'ai pas d'autres informations. Je sais que votre commanditaire est à Kaminari... Mais où..."
    "Je ne peux pas rester longtemps dans ce pays, les konohajin n'y sont pas les bienvenus..."



Dernière édition par Inuzuka Reiichi le Dim 16 Oct 2016 - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Ven 7 Oct 2016 - 0:07

PNJ:
 


Couleur dialogue Snow
Couleur dialogue Batz
Couleur dialogue Laya
Couleur dialogue Luka
Couleur dialogue Gondo

Snow avait envoyé il y a déjà pas mal de temps une lettre au Raïkage, mais une relation qui avait un peu plus de jugeote que lui concernant le problème, lui avait conseillé d'être plus subtil. Snow considérait qu'il était en effet tant de réunir sa "petite famille", cependant il y avait un problème de taille, se rendre à Hi no Kuni, le mettait en péril lui, ceux qu'il emmènerait et ceux qu'il ramènerait. Cela lui fit mal de devoir admettre que cette fois, il ne pouvait régler ce problème seul, mais c'était la vérité, il n'avait pas les moyens de ramener Laya, Luka et Gondo de Hi no Kuni à Kaminari lui-même sous peine de déclencher une nouvelle guerre dont le village de Kumo n'avait pas forcément envie dans sa situation. Il avait alors trouvé la parade, employer un Konhajin pour les escorter jusqu'à lui ? Quel meilleur alibi que son propre ennemi ? En simple anonyme cependant, il était certes affilié à Kumo, mais il était aussi un samouraï sans domaine et c'était en tant que tel qu'il avait engagé la mission, sans prévenir ses proches cachés au temple du feu ni son propre village pour plus discrétion.

Il ignorait cependant absolument tout de la personne qui serait employée à cette tâche, mais celui lui importait peu tant que la mission était une réussite. Il payerait, remercierait, et pourquoi pas peut-être envisager de comprendre un peu mieux les tensions entre Konoha et Kumo que personne n'avait été fichu de lui expliquer. Ce n'était pas cependant à l'ordre du jour, selon ses calculs de trajets, Snow savait que la petite troupe ne devrait pas tarder à atteindre la frontière de Kaminari. Restait une chose importante à faire, prévenir Batz que cela arrivait. Les filles n'étaient pas un un problème, Pic-pic serait ravis de retrouver Laya, Gondo et Luka, Sasha de les rencontrer enfin. Il avait même décidé d'emmener Akane à leur retrouvailles. Mais Batz, c'était une autre histoire.

L'ambiance entre les deux hommes s'était adoucie fort heureusement, mais le sujet de Laya était toujours très difficile. Ce matin-là Snow sortit dehors rejoindre Batz qui était comme souvent à l'exercice. Il fendait l'air avec son épée, comme à son habitude quand Snow arrivait à lui. Snow n'était pas tellement effrayé, et il savait que Batz ne deviendrait pas fou lorsqu'il lui en parlerait, c'était d'ailleurs sans doute ce qu'il attendait de lui depuis longtemps, depuis le jour même de son arrivée à Kumo. Batz ne s'arrêtait pas de frapper le vent malgré la présence de Snow, il pouvait tout de même discuter ainsi. Snow n'était pas vraiment offensé, ils avaient leurs habitudes. Ce fut Batz qui entamait la conversation, car il connaissait bien son ami et savait qu'il avait quelque chose d'important à lui dire rien qu'à sa seule présence à ce moment. Cependant, comme toujours, c'était de façon détournée. Ces deux hommes très fiers se parlaient à chaque fois de façon détournée, avec des sous-entendus. Les choses les plus simples sont souvent les plus difficiles à dire. La simplicité était toujours, ce qu'il y avait de complexe à trouver.


-Quand je tranche... c'est comme si je pleure. C'est comme effacer sa douleur en pourfendant quelque chose, le vent, la chair, le bois, l'eau... un coup, une larme.
-La vengeance n 'aiguise une épée qu 'en la cachant sous encore plus de sang. La douleur c'est comme tenter de réparer la lame émoussée de ton cœur sous encore plus de sang, plus tu l'aiguises plus elle rouille et il faut encore l 'aiguiser et tout ce qui en restera à la fin c'est de la poussière rouillée.

Batz à ce moment mit un coup si puissant quand il se stoppait qu'il en dégageait un léger vent tout autour de lui. Snow ne fut pas surprit, ni impressionné, il en savait seulement la signification profonde et il ne fut pas plus distrait quand Batz se retournait pour lui faire face et reprendre la conversation, l'épée désormais posée sur l'épaule.
-Mais notre vengeance nous a été volée.
-Notre quête est plus noble que ça. Sauvez la femme que nous aimons.
-Est-ce vraiment ta quête a toi...

Cette franchise fit détourner le regard de Batz. Laya était bien entendu en cause, la sauver oui, mais de quoi, et surtout comment... Snow avait choisit sa propre méthode et Batz la sienne, mais il avait toujours l'impression que Snow lui cachait quelque chose concernant la maladie de Laya, depuis la destruction de Kiri beaucoup de chemin avait été parcouru. Beaucoup de chemin qui paraissait être sans résultat aux yeux du guerrier noir. Le mal dont elle souffrait, Snow en souffrait lui aussi, même si de façon moindre. Le problème était que ces hommes n'avaient pas réellement d'ennemi à haïr, Snow alors, ne haïssait rien, et Batz, haïssait tout. Batz relevait alors le visage sur le samouraï aux cheveux blancs et reprenait.
-S'ils savaient de quoi tu es marqué ils te chasseraient comme un animal.
-L'être humain est lâche par nature. Il jalouse celui qui n'a ne serait-ce qu'un peu plus que lui, et au contraire méprise celui qui possède moins. Pour une légère différence, il craint et il hait. Et c'est dur à admettre, mais spécialement lorsqu'il s'agit de parias comme nous. Un homme face à un homme qu'il craint n'a que deux réponses, il se soumet ou veut le détruire.
-Ou il fuit.
-Là où tu fuis, il n'y a pas de paradis. La fuite est une soumission. Tu le sais aussi bien que moi. Sinon pourquoi tu n'aurais pas fuis ? Pourquoi tu n'aurais pas rangé ton épée ?
-Mon esprit n'est lié qu'à mon épée, pas d'émotion..pas de question... pas de réponse.
-J'ai fais venir Laya, Luka et Gondo ici, au pays de la foudre.
-Je m'en doutais. La situation devait changer de toute façon.
-Nous partirons demain.

Snow allait se retourner, et il l'avait presque fait jusqu'à ce que Batz l'interpellait de nouveau. Si Snow le regardait du coin de l'oeil, lui, le regardait fixement et gravement.
-L'homme au masque m'a dit que tu étais une lumière. La plus grande des lumières. Si tu éclaires ? Pourquoi le monde est si sombre.
-Plus la lumière est forte, plus les ténèbres se doivent d’être épaisses. Et ce qu'il dit, lui seul le dit. Moi je ne fais qu'avancer vers mon rêve, et peu m'importe d'éclairer les ombres du monde.

Snow repartit définitivement chez lui, et la soirée fut des plus silencieuse. Il ordonnait à ses filles de se préparer et comme il l'avait prédit Pic-pic était en joie et Sasha était intriguée. Il avait également envoyé un message à Akane pour lui donner la date du départ, ainsi, il estimait qu'avec sa propre personne, Batz et elle, il y avait assez de sécurité au cas où des Konohajins seraient présent. Il avait en effet prit un énorme risque et ses supérieurs n'apprécieraient peut-être pas de n'avoir jamais été prévenu, il ouvrait en quelque sorte une porte d'un pays qui n'était pas le sien à des étrangers qui n'étaient pas les bienvenues. La nature de Snow le poussait à la méfiance et à envisager toujours les choses sur le pire, pourtant la chance était bien souvent de son côté à bien y regarder...

Le voyage avait été plutôt tendu, les raisons étaient simples, il n'était pas dit que Luka accueille les deux hommes à bras ouvert et on verrait vite pourquoi. Snow avait préféré laisser ses filles chez lui au dernier moment malgré leurs mécontentements et Akane avait été obligée cette fois de prendre le cheval, sachant que Snow n'était pas certain que Luka, Laya et Gondo arriveraient eux-aussi à dos de chevaux, il fallait s'y préparer. C'est durant le trajet, que Snow en disait plus à Akane, alors que Batz était tout à fait silencieux. Les deux hommes fiers étaient en réalité très inquiets, si Snow leur avait déjà rendu visite avec Pic-pic, ce n'était pas le cas de Batz qui ne les avait pas vu depuis plus de cinq ans...

-Ma femme est très malade. Elle souffre d'un mal particulier que personne ne sait guérir. C'est arrivé lors de la destruction de Kiri. Le Furyou Zo, en fut la cause. Batz et moi nous efforçons de trouver le moyen de la guérir pourtant.

C'est tout ce qu'aura daigné dire Snow de la situation à Akane. Le sujet était véritablement difficile pour les deux hommes et la tension palpable entre eux rien qu'en évoquant l'épisode laissait présager qu'il ne valait mieux pas insister sous peine de les voir perdre leur sang-froid. Le regard de Snow était fixe, droit devant lui, alors que celui de Batz était fuyant et oblique.
En approchant de la frontière de Shimo, Snow savait qu'il arrivait également bientôt à porté de ceux qu'il attendait. La frontière, jamais un Konohajin n'irait plus loin que là et il le savait, ce fut dans des sentiers escarpés et étroits qu'il s'évertuait avec Batz et Akane à tenter de ressentir le moindre chakra, le moindre mouvement, la moindre chose susceptible de leur donner la position de la troupe mais cela ne donnait rien pendant plusieurs jours. De toute façon, les chemins dans la montagne n'étaient pas nombreux et Batz conseillait de simplement suivre les sentiers jusqu'à leur tomber dessus, ce qui serait le plus simple étant donné la topographie des lieux. Jamais Batz ne se plaignait, il savait parfaitement pourquoi Snow avait opté pour cette solution. Si les deux hommes avaient une relation difficile depuis Kiri, il restait incroyablement soudés et intime et cela jouait en leur faveur.

C'est à l'horizon, que Snow de ses yeux bleu perçant apercevait enfin une petite troupe à pieds. Même à cette distance il reconnaissait les silhouettes et Batz le rejoignait rapidement pour regarder. Les deux hommes se tenaient alors dans leurs armures, sur leur cheval, hésitant étrangement à se rendre à leur rencontre. Batz s'adressait alors à Snow, sans le regarder d'une voix basse, et Snow lui répondit aussi sans le regarder, d'une voix douce, avant de reprendre vers Akane.
-Tu vas bien ?
-Je vais toujours bien.
-Bien sûr...
-Fais attention Akane, je ne sais pas qui est la personne qui les a escorté. Alors reste sur tes gardes.
-Ça fait plus de cinq ans que je ne l'ai pas vu.
-Dans ses bandages tu ne verras pas grand chose. Allons y...


Le galop vers eux était lancé et le retour en arrière impossible, ils laissèrent la fumée derrière eux pour atteindre la troupe tant attendue et recherchée. Snow regardait d'abord, sans l'étonnement de Batz, la Konohajin qui les avait tous menés jusqu'ici. Il levait la main en signe de salut et la jaugea quelque peu du haut de sa monture. Il tombait sur un garçon manqué qui possédait les attribut d'une femme aux airs francs, ce qui ne lui déplaisait pas. Batz se tenait alors à côté de lui, tranquillement, mais lui ne pouvait décoller son regard de Laya qui était.... Toujours, aussi différente...

Gondo avait l'air rude, mais il comprenait la situation, ce vieil homme forgeron de métier et ami de longue date accueillait Snow et Batz certes, d'un ton paternel et rugueux, mais venant de lui, ils savaient de quoi il s'agissait, ni plus ni moins d'une preuve d'affection.
-Alors ! C'est comme ça que tu nous fais venir ! Heureusement que tu as de l'argent ! Je suis certain que Batz avait besoin d'un forgeron !
-Il n'y aura pas que lui pour tout te dire, mon vieil ami, répondit Snow de sa voix tendre alors que Batz ne pouvait toujours pas répondre.

Luka elle aussi restait silencieuse jusqu'à ce Snow et Batz descendent de cheval pour s'avancer vers eux. Tous les deux au pas lent, Snow allait d'abord voir la Konohajin et s'adressait à elle le plus aimablement possible en retirant son heaume.
-Je suis Snow, votre employeur. C'est un long voyage que vous avez dû faire, j'espère qu'il ne fut pas difficile. En tous les cas vous me voyez heureux que vous soyez arrivé ici. J'imagine que vous savez maintenant pourquoi vous avez été engagée pour cette escorte. Des Kumojins sur vos terres aurait été trop dangereux, même si nos intentions n'avaient rien de belliqueuse. J'ai donc préféré engager quelqu'un de chez vous pour assurer la sécurité de ma famille.

C'est alors que Luka intervenait, elle avait jusque-là Laya près d'elle, qui se cachait en fait plutôt derrière elle en voyant les hommes en armure, comme si elle en était effrayée, elle grognait presque comme un petit animal apeuré.
-Grrr !
-Du calme du calme ma belle. Dit-elle en tapotant un peu sa tête.

Batz semblait durement l'éprouver alors que Snow restait d'une tempérance inouï face à la situation tandis qu'il tournait le regard vers Laya et surtout Luka qui lui adressait enfin la parole.
-Vous vous attendez à ce qu'on vous tombe dans les bras tous les deux ? Dit-elle menaçante.
-Tu nous glisseras tes mots d'amour un peu plus tard, répondit très simplement Snow.

Batz tentait alors de s'approcher de Luka et Laya, en souriant, il venait de retirer son casque, il levait la main vers elle avec un "Ça va ma belle ?", mais le ton sonnait faux et Laya paniquait, elle criait de peur en se cachant et s'agrippant aux vêtements de Luka qui portait un regard glacial à Batz.
-Vous disparaissez pendant plusieurs années et vous imaginez qu'elle aura moins peur d'être approchée d'un homme ? Bande d'imbéciles !


Snow portait alors un regard à Luka, un regard d'une violence comme rarement il en était capable et cela suffisait à lui couper la parole. Il ne voulait pas qu'il y est de scène de ménage devant une étrangère. Quand Luka se tue le visage de Snow redevenait immédiatement doux et il reportait son attention sur la Konohajin.
-Voici Batz et Akane. J'imagine que vous avez faim et que vous êtes fatiguée. Je dois de toute façon vous payer. Nous pourrions nous rendre à l'auberge la plus proche pour cela. Nous mangerons tous et auront le temps de discuter.

Batz n'écoutait simplement pas, il regardait Laya qui était déjà passé à autre chose, elle poursuivait un petit papillon, en poussant des cris d'étonnement comme un enfant qui s'émerveillerait de rien... C'était tout ce qu'elle pouvait faire, pousser quelques cris... Luka allait veiller sur elle, ou plutôt qu'elle ne fasse rien de dangereux et jouer pour l'occuper, pendant que Gondo et Snow continuait la conversation avec la Konohajin.
-Tu lui demandes pas son nom Snow ?
-J'ai présumé qu'elle me le donnerait sans ton aval.
-Elle a bien bossée. Elle mérite un bonus tu peux me croire.
-Si le grand Gondo le dit, répondit Snow avec amusement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 637
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Ven 7 Oct 2016 - 18:06

Akane reçut alors une lettre comme quoi Snow lui demandait de venir avec lui pour récupérer sa famille à la frontière du pays. Elle fut assez étonnée de la manière dont il demandait, mais il précisa justement qu’il avait l’autorisation du grand chef pour elle. En effet, si elle sortait sans cette autorisation, cela pourrait être pris comme de la trahison ou de la désertion. Elle connaissait parfaitement les règles des villages cachés. Elle se rappelait de tout ce qu’elle avait appris à demi-mot sur la famille de Snow, les relations tumultueuses avec Batz. Cela allait être d’ailleurs un bon indice si jamais Batz allait être présent et la manière dont il allait réagit.

« Je peux bien cela à Snow … »

Se contenta de dire toute seule devant la lettre. Elle la rangea dans une de ses sacoches, et s’excusa auprès de la mère de son frère d’adoption. Elle allait être absente plusieurs jours, alors elle se devait d’au moins prévenir. Elle prépara ses affaires comme pour se battre, comme à chaque mission. Elle ne savait pas trop ce qui allait se passer, mais si Konoha était dans l’histoire, on ne savait jamais comment cela pourrait tourner. Elle portait sa tenue noire avec ses lacets rouges, des sacoches à la ceinture ainsi que son bandeau autour de la taille. Elle portait son wakizashi dans le dos, elle n’avait besoin de rien d’autre. A la date et à l’heure dite, elle arriva avec quinze minutes d’avance. Elle baissa la tête légèrement en croisant les bras en essayant d’imaginer ce qui allait pouvoir se passer. Voir la famille de Snow, cela allait être intéressant. Elle en avait assez entendu parler, et elle trouvait cela normal qu’une famille soit réunie. Elle trouvait tout de même la situation un peu tendancieuse quelque part, il allait falloir jouer d’une manière forte subtile.

Akane préférait largement que les filles de Snow ne soit pas venus, elle ne voulait pas les avoir dans les pattes si la situation dégénérait. Elle avait dû prendre un cheval malgré ses réticences, cela ne lui servait à rien, mais Snow avança le fait que sa petite famille pouvait en avoir besoin. Cela restait logique car si Snow et Batz étaient des bêtes de guerre et Akane une ninja, la famille de Snow restait des civiles. Elle écouta avec soin Snow parler que sa femme était très malade, elle plissa les yeux en se demandant si ce n’était pas sous le choc qu’elle était devenue malade. Elle avait déjà vu ce genre de choses se produire.

« J’ai entendu parlé des furious, mais je ne vois pas comment il aurait pu rendre malade votre femme, mais je comprends la nature spéciale de ce mal du coup. Il s’agirait de voir les specialistes en médecine ninjas. »

Pour Akane, c’était une évidence que le mal venait des arts ninjas, et pas d’ailleurs, mais elle n’était pas une specialiste de ces furious. Elle regarda l’un puis l’autre, mais visiblement, il y avait un désaccord. Elle soupira légèrement en baissant le regard pendant l’espace d’un instant, cela n’allait pas être facile. Le voyage se passa assez bien jusqu'à la frontière avec Shimo sans qu'il y ait réellement de discussion entre les différents protagonistes de cette sombre histoire. Elle n'avait jamais été si loin de son village depuis qu'elle avait rejoint les forces de Kumo, bien entendu, elle avait déjà voyagé avec sa mère alors qu'elle était petite, mais ce n'était pas pareille. Si ceux de Konoha irait plus loin, ils se feraient certainement détecté par les patrouilles aériennes ou autre. Plus les jours passaient à chercher dans les montagnes, plus elle était inquiète de ce qu'elle pouvait trouver à l'avenir le long d'une falaise ou d'un chemin escarpé. Elle ne préféra rien dire, mais elle regarda Snow un bref instant avec une mine renfrognée.

« On devrait peut-être aller voir non ? »

Demanda alors Akane en voyant l'hésitation de Snow à la vue d'un groupe. Cela faisait des jours qu'ils tournaient pour rien, alors quand elle vit enfin quelqu'un, il fallait bien aller voir.

« Très bien... »

Se contenta de dire alors Akane, mais elle fut étonnée de ne voir qu'une personne pour accompagner un groupe jusqu'en terre supposément hostiles. Cette personne devait être particulièrement forte pour que son village l'autorise à partir si loin. Elle observa alors cette femme en avançant le visage neutre. Il y avait tout de même une bonne nouvelle, elle allait pouvoir abandonner ce fichu chevalpour la terre ferme. Elle ne cachait pas du tout son bandeau à sa ceinture en tout cas. Elle laissa alors Snow faire la première approche en restant en retrait derrière le samouraï. Elle écouta un vieil homme parler, et Snow lui répondre, mais elle garda ses commentaires pour elle n'ayant yeux que pour la shinobi. Elle s'accroupit sur le dos du cheval en s'accrochant à l'aide de son chakra. Elle était ainsi prête à agir à tout moment si cette femme de Konoha tentait quelque chose. Ce ne fut guère les effusions de joie entre le mari et la femme, mais elle se concentra ainsi sur celle de Konoha.

J'ai donc préféré engager quelqu'un de chez vous pour assurer la sécurité de ma famille. Elle leva un sourcil quand elle remarqua la petite phrase assassine de l'un d'eux. Cela risquait d'être amusant si cela continuait ainsi, à se demander si c'était les bonnes personnes. Elle fut à nouveau étonnée alors que lorsque Batz tenta une e plus douce ce qui denotait fortement avec son attitude habituelle. Elle fronça les sourcils en regardant Snow comme si elle lui reprochait ce qui était en train de se passer. Elle trouvait ces deux hommes comme deux grands idiots incapables de la moindre communication devant des personnes qu'ils n'avaient pas bu depuis des années. Elle leva les yeux en l'air en descendant du cheval d'un petit saut trop heureuse de se débarrasser eu canasson. Elle décida de couper court à la scène de ménage, mais au moins ils se connaissaient bien, c'était les bonnes personnes.

« Je m’appelle Akane Otoshi, genin de Kumo, je vous souhaites la bienvenue dans le pays de la foudre. Sachez que toute l’aide possible vous sera apportée pour vos divers besoins. »

S’avança alors à dire la jeune ninja. Elle s’inclina légèrement par politesse non sans quitter du regard la shinobi de Konoha. Elle était un petit peu étonnée de voir la façon de réagir la fameuse Laya. Il était une évidence qu’elle n’allait pas bien psychiquement, ce n’était pas qu’une maladie qui affaiblissait le porteur. Ce genre de choses dépassait de loin la compréhension de la genin. Elle laissa alors les grandes personnes discuter entre elles, alors qu’elle croisa les bras et se contenta d’écouter pour l’instant. Elle ne comprenait pas trop alors pourquoi faire trainer les choses, c’étaient des tensions inutiles pour celle de Konoha, comme ceux de Kumo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 858
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Mar 11 Oct 2016 - 22:53

Cela faisait une poignée d'heures que nous étions arrivés au pays de la foudre sans croiser qui que ce soit, des habitants ou d'un hypothétique commanditaire, personne. Mais d'un coup, je vis arriver au loin un petit groupe, à cheval, étrangement. Et plus ils approchaient plus je comprenais dans quoi j'avais mis les pieds. Malgré tout nous continuâmes notre progression, enfin... Je suivais le mouvement pour le coup, il fallait bien être payé. Puis soudainement, Raki marqua l'arrêt et ses oreilles pointues se dressèrent et quelques premiers grognements se firent audiblement entendre. Je fixai alors les trois arrivants, et vis, comme si j'avais pris un coup de poing en pleine face, le reflet d'un objet métallique, malheureusement caché par l'encolure du cheval. Mais il ne me fallut pas longtemps pour reconnaître l'objet dont il était question. Voici donc le fin mot de l'histoire, la résolution du mystère qui entourait cette étrange mission. Avant que nous les rencontrâmes -car il semblait bel et bien nous approcher- j'adressai quelques mots à Luka.
    "Je comprends mieux pourquoi tu ne m'as pas dévoilé l'identité de ton commanditaire... Un comité d'accueil Kumojin."
    "Je te jure que je ne savais pas, mais t'inquiètes, ce n'est pas le genre de la personne de tendre un piège..."
    "Mouais..."

Achevais-je brièvement l'échange alors que la distance qui nous séparait d'eux me permettait maintenant de les décrire avec précision. Une jeune femme, deux hommes. L'une ressemblant bien à l'archétype du shinobi et les deux autres... Plus originaux et leur allure me laissait penser qu'ils n'étaient pas vraiment des ninjas. Mais bon, l'habit ne faisait pas le moine; j'en étais certainement la meilleure preuve. Je fis signe à Raki de se calmer, je n'allais pas les agresser à peine rencontré non plus. Néanmoins je reconnaissais bien là instinct du loup qui l'habitait, aussi bien que moi. Avec de la chance tout se passerait bien, après tout nos deux pays n'étaient pas -encore- en guerre, même si quelques tensions planaient, notamment à Shimo. Je restai malgré tout très attentive au comportement des trois individus. Lorsque nous fûmes assez proche, il coula de source que les trois que j'accompagnais, et ceux-là se connaissaient. Et même plutôt bien, je dus même assister à une scène étrange, et une autre de ménage. Je soupirai. Au moins l'un d'entre eux, Gondo, gardait bien la raison de ma présence à l'esprit : l'argent.

Celui qui semblait dominer les autres, Snow d'après le vieux; était vraisemblablement raisonnable, autant que sa subordonnée -elle même avait dit qu'elle était genin et je doutais que tous ici l'étaient- qui ne fut pas avare d'informations. Contrairement à ce que je m'attendais, ils restèrent très courtois et ne me firent aucune remarque quant au fait que je venais de Konoha. Maintenant que tous s'étaient tus et plus ou moins présentés, je pus finalement en placer une.. pas trop tôt. Et il me proposait de venir me restaurer avec eux ?? 9a pourrait être de drôle, de vois qui de moi ou Raki succomberait en premier à la saoulerie qui se profilait...
    "Hem... C'est bien... Lui c'est Raki, et moi c'est Reiichi. De Konoha."

Dis-je avec un certain agacement. Je serrai le poing à m'en faire craquer les phalanges et pris une profonde respiration afin de calmer ce pic de colère que je sentais poindre dans cœur, et consenti à accepter sa proposition mais...
    "Avoir faim... pas spécialement, on a pas eu le temps d'avoir faim. Mais, je veux bien vous accompagner, j'suis jamais contre un morceau de viande et un peu... d'eau. Si vous payez, bien sûr."

Et ça me donnerait l'occasion d'observer les us et coutumes des Kumojin. Je posai le regard sur la kunochi et ajoutai :
    "Tu devrais pas te mettre comme ça sur un cheval, gamine."

Quelques secondes après, nous partîmes pour cette auberge. J'espérais qu'on ne m'accuserait pas de fraternisation avec l'ennemi, ce qui serait un comble quand...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Mer 12 Oct 2016 - 0:43

PNJ:
 

Couleur dialogue Snow
Couleur dialogue Batz
Couleur dialogue Luka
Couleur dialogue Gondo
(les participants Akane et Reiichi peuvent jouer ces PNJ à leur guise)



Snow

J'avais l'air tout à fait assuré de moi-même, le visage aimable, j'étais calme d'apparence et paisible, et pourtant à l'intérieur j'étais tourmenté plus que d'habitude. Je m’efforçais depuis longtemps de toujours paraître meilleur que je l'étais en réalité, parce que c'est ce qu'exige le monde d'un homme, qu'il soit sans faille, toujours, qu'il soit fort, érudit, stratège, aimable, qu'il soit au plus près de l'image que nous nous ferions d'un quelconque Dieu "unique", une perfection que n'existerait que dans un songe lointain et flouté. Pourtant je n'étais pas si bien à l'intérieur, j'étais passablement déstabilisé, je regardais de temps à autre Laya, qui était mise sur mon cheval par Luka, car c'est ce que j'avais ordonné. Elle ne nous reconnaissait toujours pas, elle ne parlait toujours pas non plus, et ces affreux bandages qui cachaient son ancienne beauté sauvage me gâchait mon plaisir de la retrouver. Nous ne pouvions apprécier que ses yeux, ses lèvres et ses cheveux. Batz en était encore plus troublé, il n'avait jamais su se cacher, il n'était pas un menteur et je l'aimais autant que je m'en attendrissais bien souvent à cause de cela.
Batz d'ailleurs, quand il vit que Laya n'avait toujours pas perdue cette manie de repousser les hommes au moindre contact, baissait le regard et s'en allait à son cheval silencieusement, il en prit les reines et se préparait à marcher à côté pour se rendre à une auberge. Nous ne savions d'ailleurs pas encore laquelle... Akane était comme toujours parfaite, presque trop, elle savait déjà pas mal de choses sur nous, notre passé, mais si peu dans les faits qu'elle devait être plus curieuse qu'à son habitude. Cette Konohajin me paraissait méfiante, mais elle avait un bon contact avec Luka et Gondo, et si Luka était très facile à vivre, que Gondo me dise qu'elle méritait un bonus était assez exceptionnel, connaissant ses manies avec l'argent. Je remarquais par ailleurs ce loup, du moins je pense que s'en était un, semblable à ceux que j'avais vu autrefois. Inuzuka ? Venant de Konoha c'était très probable mais rien n'était absolument certain. Toujours est-il qu'elle paraissait surprise de notre façon de la recevoir, nous les Kumojins.


Je ne le montrais pas, mais je tiltais quand elle disait à Akane de ne pas se tenir de sa façon sur son cheval, Louvière et cavalière ? Voilà qui pouvait m'intéresser en sachant que les Shinobis se moquaient la plupart du temps de nous les samouraïs, où des cavaliers plus généralement, mais je n'allais pas l'ennuyer tout de suite avec ça. Pendant que nous avancions vers la direction du premier village qu'un panneau nous indiquait, je me plaçais à côté d'elle et osait plutôt parler de la méfiance et de l'étonnement qu'elle semblait avoir quand au traitement que nous avions à son égare. Je m'adressais à elle avec déférence, sans pour autant forcément la regarder, je regardais en effet plutôt droit devant moi, comme si je ne lui voyais pas le moindre danger.
-Il m'a semblé lire en vous que vous n'espériez pas bon accueil venant de kumojins. Vous savez, quand je tue un homme, c'est l'homme que je vise, pas son état ou sa nation, tant qu'il n'y a pas de guerre, ni aucun ordre contre vous, je n'ai aucun intérêt à me montrer désagréable. Par ailleurs vous avez fait un excellent travail, la courtoisie est donc de mise. Si nos nations venaient à se faire la guerre d'ailleurs, entre vous et moi, je ne connaîtrais même pas les raisons, je ne sais déjà pas vraiment pourquoi elles sont en tensions pour être honnête. Je ne vise pas la popularité au sein de mon pays, aujourd'hui, je voulais seulement prendre soin de ma famille dans un moment où il m'était difficile de me rendre moi-même au temple du feu. Avec nous, ici, vous ne serez pas mal accueillie.

Pendant ce temps, Luka faisait surtout connaissance avec Akane. Luka était étonnée de trouver une jeune fille avec Batz et moi. Elle connaissait déjà Pic-pic, puisqu'elle en avait été la nourrice, mais n'avait encore aucune connaissance de Sasha, et connaissant ma manie d'adopter toutes les âmes en peines ou perdues prêtes à me suivre, elle croyait déjà Akane ma fille adoptive, la pauvre shinobi était donc harcelée de questions. Elle tenait les rênes du cheval sur lequel était posée Laya, qui avait l'air toujours ailleurs en s'émerveillant de tout et de n'importe quoi, elle cherchait à goûter et attraper la moindre chose qui lui passait devant, alors de temps à autre, elle devait y faire attention tout en marchant à côté et conversant avec Akane, en se montrant pleine de vie et gentillesse.
-Tu es sa nouvelle fille adoptive ? Je ne pensais pas trouver une Shinobi avec eux, je t'avoue. Tu as quel âge ? Tu viens d'où ? Et comment ça se fait que Snow t'emmène avec lui ? C'est curieux ! Moi c'est Luka, le vieux barbu, c'est Gondo, je suis en quelque sorte la grande sœur de Snow et de Batz.

Gondo était plutôt avec Batz, le vieux forgeron aimait cet homme qui comprenait la passion de l'acier et se trouvait surtout intéressé par l'énorme épée dans son dos qu'il ne reconnaissait pas. Batz se tenait à côté de son cheval lui aussi, l'air taciturne, alors quand il lui répondait, c'était bien tristement sans le vouloir.
-Mais elle est encore plus grosse que celle que je connaissais ! Tu l'as sors d'où celle-la ?
-Je l'ai repêché aux abords des côtes de Mizu no Kuni. Non loin d'une ancienne tombe. Il faudra que tu y jettes un œil d'ailleurs.
-Je te ferais ça quand on sera arrivé. Je compte bien ouvrir une petite boutique à Kumo puisque Snow compte nous y faire vivre. C'est une bonne ville ?
-C'est un village Shinobi, ils ont beau faire genre avec leurs couleurs et leurs clans, ils se ressemblent tous pour moi. Mais tu auras de l'argent à te faire.
-Haaa tant mieux.

Lorsque nous arrivions vers le premier village, rapidement, nous atteignîmes l'auberge. Chacun s'installait à la plus grande table que l'aubergiste aura pu nous trouver et nous pouvions passer commande. Il y avait bien quelques regards tournés vers nous, sans doute de voir un bandeau Kumojin à côté d'un bandeau Konohajin, mais encore une fois, nous n'étions pas en guerre, je stipulais à chacun que c'était moi qui régalais avec joie, car c'était un jour de fête. Même le loup avait le droit à prendre ce que sa maîtresse lui réclamait. Batz se mettait en coin de table, pour pouvoir poser son énorme épée à côté de lui contre le mur, alors que j'étais à l'autre bout pour pouvoir discuter avec la konohajins.
Luka était, bien entendu, proche de Laya pour l'aider à manger, parce que la jeune fille ne savait hélas pour elle-même plus tenir une fourchette depuis longtemps. L'auberge avait l'air accueillante et bien tenue, c'était une chance comparativement à ce que j'étais pour ma part le plus souvent habitué. Mais avant même que les repas nous soit servit, je savais qu'il fallait en venir à une chose importante pour la Konhajin. Je la regardais donc, droit dans le yeux, sans ménagement mais le timbre doux je lui annonçais la couleur.
-Combien réclamez-vous pour cette mission un peu spéciale ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 637
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Mer 12 Oct 2016 - 12:07

Akane malgré qu'elle avait tentée de calmer le jeu, n'avait pas remarqué la présence du gros loup. Elle pencha la tête légèrement dure le côté en le regardant de haut en bas. À Kumo, il y avait bien des adeptes du combat avec des bêtes, mais elle n'en était pas familière outre mesure. S'il était là, c'était que soit il servait au combat, soit cette femme de Konoha ne pouvait pas se passer de sa présence pendant une mission. C'était tout de même improbable, car une ninja allant sur un territoire potentiellement hostile, il fallait que son loup puisse se défendre envers des adversaires délicats à gérer. Le fait que cette femme était seule disait qu'elle était au moins du rang de chunin, et à moins que la mission soit considéré comme du C, elle devait être plus forte encore car envoyé seule dans les terres de la foudre. Elle regarda un bref instant Snow en se demandant si jamais elle était plus forte que Snow, qui l'avait impressionné avec son sabre, mais que ferait-il face à une shinobi expérimentée ? Enfin, le moment n'était pas au conflit, loin de là, mais elle ne pouvait pas s'empêcher de se demander, une déformation professionnelle sans doute. Elle regarda alors cette femme de Konoha de haut en bas lentement comme pour en apprendre davantage, c'était la première fois qu'elle rencontrait quelqu'un d'étranger à son village.

L'adolescente imaginait bien que tout à chacun observait l'autre avec méfiance en se demandant à quelle sauce ils allaient être mangés. Il était alors nécessaire de faire profil bas et être calme au possible. Elle n'aurait sans doute aucune chance si un combat devait y être mené dans ces conditions, alors elle n’avait pas tellement de raison de s'en inquiéter finalement. Elle verrait bien e qui arriverait et advienne que pourra. Elle était gênée de la scène qui se déroulait, et visiblement, la konohajin également. Elle n'avait pas tellement caché son grade, et cela n'avait pas réellement d'importance. Elle n'était qu'une adolescente inexpérimentée et cela devait se voir d'ailleurs du premier regard. Heureusement que son réel nom ne l'était pas par contre, car elle n'aimait pas à avoir à l'utiliser. C'était une façon de se protéger, ce clan maudit à ses yeux, mais c'était une toute autre histoire. Elle n'avait pas de réelles sentiments envers les autres villages cachés, pire, elle savait à peine en quoi ils pouvaient bien être en tension. Elle était très loin de la politique et se contentait de suivre les ordres. C'était sans doute trop simple comme manière de faire, mais comprenez bien qu'elle manquait d'informations, mais pas de volonté et d'amour propre. Elle regarda le loup et sourit avec politesse.

« Et bien heureuse de vous rencontrer Hmm monsieur Raki, dame Reiichi.  »

Finit alors de saluer poliment en s'inclinant une nouvelle fois, mais d'une manière moins prononcée sans doute. Elle avait salué le loup en premier vu que celle de Konoha l'avait nommé en premier, ce qui en disait long sur la façon de voir ce compagnon à quatre pattes. Il devait être particulièrement important aux yeux de celle de Konoha, cette Reiichi. Elle observa la main de cette femme se serrer un bref instant à en faire devenir les phalanges blancs tant ils étaient serrés. Elle était assez dubitative, mais elle ne changea pas de position avec ses bras le long du corps. Elle ne comprenait pas soudainement, à moins que c'était en réponse à la mention de son propre village ? C'était une information à noter dans sa tête pour plus tard. Plus étonnant à son goût alors qu'elle avait imaginé la konohajin refusée l'invitation pour partir rapidement, elle accepta l'offre de Snow. C'était sans doute là que l'on voyait qu'il n'était pas un ninja, mais bien un samurai, il avait d'autres façons de faire. Elle sourit doucement à Reiichi à son commentaire à propos du cheval, ne prenant pas mal du tout de se faire appeler gamine par une femme de Konoha. Après tout, elle n'avait que dix-sept ans et elle devait bien être encore une enfant innocente dans un monde sombre et mortel. Elle se frotta ses longs cheveux réunis en une queue de cheval unique.

«  Ho et bien, je n'aime pas trop obliger un animal à lui monter sur le dos, je préfère courir par moi-même, mais bon ce n'est pas comme si j'avais eu le choix...    »

Avoua alors la genin en tournant son regard un bref moment dans la direction de Snow. Elle n'était pas une cavalière et cela se voyait aisément. Elle avait été totalement honnête dur sa façon de voir des animaux, ce cheval n'avait rien demandé, alors elle ne voyait pas pourquoi elle lui monterait dessus. Ce n'était en aucun cas une manipulation, car elle se doutait bien que Reiichi devait aimer les animaux ou du moins les respecter ce qui était bien différent des autres humains. Snow tentait de rien laisser paraître suite au regroupement familial après cinq années, mais elle se doutait que cela ne devait pas le laisser insensible. Elle sourit légèrement au coin du visage malgré elle, car elle tentait toujours de montrer un visage inexpressif. C'était ce qu'elle avait appris à l'académie après tout, mais au contact avec Snow, elle s'ouvrait sans doute de plus en plus. Elle avait du mal à imaginer Snow pleuré de joie aux retrouvailles de toutes les façons, les hommes et leurs egos. Elle surprit les regards de Snow envers Laya, sans doute moins discret ceux de Batz. Elle se dit que cela allait être long avant qu'ils soient une réelle familles réunie. En même temps quelqu'un qui avait l'habitude de ramasser toutes les âmes blessées féminins de la région, elle ne pouvait s'attendre à autre chose. Elle savait cette Laya malade, mais elle ne s'était pas imaginée à ce point et de ce type-là. On aurait dit une maladie mentale, mais elle se garda bien de tout commentaire. Elle se doutait que Batz devait être blessé à le voir réagir ainsi, mais il n'était pas du genre très communicatif de toutes façons.
 
Akane était une personne très polie et respectueuse quel que soit la personne en face. Elle voulait savoir ce qui se tramait derrière pareille situation, ce n’était guère commun, c’était une évidence, mais il fallait le temps gardé comme on disait. Tout le petit groupe avançait dans la direction du village le plus proche. Par habitude, elle regarda derrière s’ils n’étaient pas suivie. Elle était toujours étonnée que cette femme soit arrivée seule, si on ne prenait pas en compte la présence du loup en tout cas. Elle écouta sans intervenir la discussion entre Snow et Reiichi, mais elle n’eut pas tellement le loisir de suivre leurs discussion, alors que je sentais les regards appuyés de Luka à son égard et le flot de questions. Elle restait aimable et polie, mais on pouvait sentir une certaine distance malgré la douceur de ses réponses.
 
« Non pas du tout, je suis une ninja de Kumo. Je suis venue ici pour rendre service à Snow, qui m’a demandé de venir, mais je ne suis pas sa fille, même si je n’ai plus mes parents.   »      


Dit alors comme pour simplifier les choses la shinobi. Elle était consciente du genre de personnes qui tournaient autour de Snow, mais elle n’estimait pas d’être autant dans la tourmente que Sasha par exemple.
 
« Je pense être assez indépendante malgré mon jeune âge. J’ai dix-sept ans. D’où je viens …. C’est compliqué, mais disons que Kumo m’a adopté quand j’avais sept ans, et depuis je suis restée dans ce qui est mon village. J’ai une dette d’honneur à rembourser en somme pour tout ce que j’y ai gagné.    »
 
Akane croisa les bras dans son dos, assez détendue et amusée de la curiosité de Luka.
 
«  On a fait beaucoup de missions ensembles avec Snow, on commence à bien se connaitre et je pense s’apprécier, c’est sans doute pour cela que je suis ici. En quoi c’est curieux ? Snow est un solitaire maladif ?   »
 
Akane sourit poliment en s’inclinant légèrement tout en marchant.
 
« Enchantée Luko, monsieur Gondo. La grande sœur de Snow ? Tu peux lui donner des ordres alors.    »
 
Dit avec un léger sourire l’adolescente, alors qu’elle essayait d’estimer l’âge de cette fameuse Luka, mais elle imaginait bien qu’elle n’était pas du même sang. Le village semblait être calme et petit, le seul bâtiment digne d’intérêt et où il y avait de l’activité était belle et bien l’auberge comme souvent. Il n’y avait pas grand monde, mais elle observa avec soin chaque personne afin de discerner s’il y avait des ninjas parmi eux ou des hommes en armes. Elle s’installa ensuite au milieu de la table après son examen rapide à la première place disponible. Elle nota que c’était Snow qui régalait, mais elle n’était pas du genre à profiter de la sorte. Elle commanda alors un simple thé par principe afin d’accompagner le groupe, encore une preuve de politesse si cela était nécessaire, mais en générale en mission, elle ne consommait rien de l’extérieur.  Elle regarda Batz un bref instant qui se callait dans le coin le plus sombre et à l’écart possible, et elle tenta de lui sourire légèrement avant de reprendre son visage inexpressif. Elle se retrouvait alors pas loin de Luka, et elle jetait des regards de temps à autres en direction de Laya. Un peu étonnée d’entendre la question de Snow, elle ne put rester sans rien dire.
 
«  Le prix de la mission n’a pas été convenu au départ ? Ce serait quelque peu incongru et inhabituel. Sinon le voyage c’est bien passé ? J’imagine que vous avez hâte de rentrer à votre village ?    »   
 
Demanda alors la genin à la Konohajin avec autant d’innocence que possible, mais la question était peut-être plus intéresser qu’en apparence. Elle avait eu l’impression de deviner quelque chose dans les réflexions et les mots choisis par Reiichi. C’était une manière de tenter de la faire parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 858
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Sam 15 Oct 2016 - 23:26


    "Akane, c'est ça ? Pas besoin de madame avec moi, Reiichi sera bien suffisant."

Lui dis-je simplement en souriant avant que nous quittâmes cet endroit pour rejoindre l'auberge. Sur le chemin qui me mènerait vers mon salaire, je restai étonnamment silencieuse, ne répondant même pas aux quelques mots que m'avait adressé le commanditaire. Je n'avais fait qu'acquiescer. J'étais malgré l'accueil chaleureux qu'ils m'avaient, non, nous avaient réservé; encore très... Dubitative. Effectivement, je ne prêtais aucune confiance aux étrangers, c'est à dire toutes personnes ne venant pas de Konoha. Je me méfiais même des habitants de Hi no Kuni, pour dire. Oui, on pouvait parler de paranoïa, ceci-dit ce n'était pas grâce à l’insouciance que j'avais survécu à ma longue mission dans le Yuukan, donc...

Et finalement nous arrivâmes dans une auberge. Elle n'avait rien de différent de celles qu'on pouvait trouver au pays du feu et même peu mieux que celle où j'avais l'habitude d'aller à Konoha. Carrément mieux même. Rien à voir avec un bouche limite crasseux et pas forcément famé des meilleurs éléments de Konoha, en dehors de moi -huhu. Bref, nous nous installâmes à une grande table et le sujet fâcheux -pour lui tout au moins- tomba. Combien je demandais ? Question étonnante, je pensais qu'il avait déjà un prix en tête, après j'étais un peu la cliente dans tout ça et lui le vendeur. Enfin, l'histoire de l'offre et la demande. Akane avait bien raison, c'était incongru et si je laissais écouter Gondo, je pouvais facilement repartir avec une petite fortune, de quoi rembourser quelques unes de mes dettes ?
    "Vous savez, ce n'était pas si difficile que ça, vos... gens n'ont pas été... gênants. Ceci-dit puisque vous n'avez pas d'idée précise, je dirai, cent-milles ryos ?? Je sais, je sais. C'est un peu excessif. Mais, j'ai l'impression que vous y tenez vraiment. L'aspect sentimental des choses n'a pas vraiment de prix dans le fond, si ?"

Ma proposition était elle aussi incongrue, complétement ridicule. J'en avais conscience. De plus, elle eut le don de jeter comme un froid. Mais le seul qui dans ce groupe comprit que je plaisantais, même si le ton que j'avais employé n'avait rien de la plaisanterie, fut Gondo qui éclata de rire en tapant du poing sur la table. J'esquissai un sourire qui confirmait la blague et qui eut pour effet de détendre instantanément l'atmosphère. S'il savait qu'il suffisait d'un bon repas et quelques verres de sake pour me payer; il aurait fait une sacrée économie... Dommage.
    "Non, je plaisante. Donnez moi ce que vous voulez, je m'en contenterai. Par contre, vous payez mes consommations, hein... 'Fin bref, en tout cas c'est tout à votre honneur de prendre soin d'votre famille comme ça."

Ajoutais-je en posant la main sur la tête de Raki posée à mes pieds -étant donné que le loup était vraiment plus gros que la moyenne, je pouvais aisément le toucher, même couché- alors qu'approchait ce qui semblait être un employé de l'auberge. Avec des cartes. Des cartes ? Pour choisir ce qu'on veut manger ? Ce fut pour moi comme si on me présentait la plus belle chose du monde. Je pointai plusieurs du doigt, en le montrant à l'homme debout à côté de Snow et secouai la tête de haut en bas pour confirmer. Donnant de moi l'image d'une enfant devant une vitrine de jouet. C'est à cet instant que je me rendis compte que j'avais un problème avec tout ce qui concernait la bouffe. Ou alors peut-être avais-je vraiment faim...

Une fois la commande prise auprès de tout le monde, le serveur s'éloigna.
    "C'est vraiment généreux de votre part de m'inviter... Hum.. Alors comme ça vous venez tous de Kaminari ?? Et de Kumo ?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1280
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Dim 16 Oct 2016 - 11:37

Les livres d’histoire commençaient déjà à se mettre à jour ; les premières versions de l’ère de la Huitième étaient déjà en librairie. La guerre contre Suna, l’arrivée des Yôgan, la tentative d’assassinat sur Miko mais surtout ce qu’on retenait comme étant « La Purge ». Des opérations de petite et grande envergure visant à purger – justement – Hi no Kuni. Aux côtés de personnes de confiance, l’Hachidaime avait fait en sorte de récupérer totalement le contrôle des institutions. Mizuki et Natsuki s’étaient chargés du Palais, Kihran de l’Académie, Satochi de l’ANBU, Nozomi de l’hôpital et Miko de la capitale. Des centaines de personnes s’étaient vus condamnés à la suite d’investigations longues et complexes.

Ainsi, et malgré tout ce qu’on pourrait dire ou toutes les plaintes qu’on pourra émettre quant à la difficulté de, Konoha avait un parfait contrôle sur ce qu’il se passait à l’intérieur de ses terres. Aucune personne ne pouvait franchir la frontière sans que le village n’en soit informé, aucun coup monté ne pouvait être établi sans que le Palais soit au courant, aucun trafic d’aucune sorte ne pouvait être établi sans que Konoha n’intervienne dans la seconde. Ainsi, vous comprendrez facilement que le plus élémentaire des fonctionnements du village était scruté au peigne fin, et qu’on pouvait tout à fait admettre que les missions étaient en première ligne. Après tout, c’était la base du fonctionnement d’un village ninja, ainsi que les moyens de revenus principaux et la façon de fonctionner. Chaque mission était vérifiée et certifiée par un bureau d’experts en renseignements, et quelle ne fut pas ma surprise quand on vint me trouver pour me dire (comme quoi, tout remonte, je vous l’avais dit – redondance de « dire » là) qu’une mission avait réussi à passer les mailles du filet – sans doute une mauvaise nuit pour Mr Tout-le-Monde qui avait pris deux papiers en même temps et qui avait envoyé au bureau des missions cette étrange missive (ou pas, mais on va dire que ça arrange la narration ce genre de ficelle scénaristique). Parce que, qu’on se le dise, jamais – je dis bien JAMAIS – Konoha donnera une mission qui dit, en substance « Salut ! Vas à cet endroit obscur pour rencontrer des gens obscurs qui te diront de les escorter (peut-être) dans un endroit obscur ». Pire encore : Konoha ne donnerait jamais ça à une kunoïchi aussi importante que Reiichi.

Comme je suis quelqu’un de plutôt sympathique, et que j’aurais mal au cœur de me dire qu’un voyage en trois étapes pour escorter cette étrange famille comme par magie à l’extérieur de Hi no Kuni (alors que, qu’on se le dise hein : normalement, non) vers Kaminari, disons que Monsieur Tout-le-Monde va en prendre pour son grade (bravo, vous venez de détruire la vie d’un père de famille, vous êtes fiers ?). Mais, interloquée et inquiète pour ma brave Inuzuka, j’allai sur mon balcon et tendit un bras. Trois oiseaux communs se posèrent sur ce dernier, et après quelques murmures à leurs oreilles (du moins, ce qui semblait être leurs oreilles) ils s’envolèrent en direction du Temple de Kyûbi… Pour retrouver facilement Reiichi.

Séparés, ils espionnèrent le voyage de Reiichi, alternant leurs tours de garde pour n’éveiller aucun soupçon (même si, qu’on se le dise, personne sauf Miko et vaguement Satochi ne sont au courant de mon contrôle sur la faune). Jusqu’à réception du « colis familial » par des shinobis de Kumo. Posés sur différentes branches, les oiseaux attendirent, regardant et écoutant avec attention ce qu’il se déroulait sous leur bec.


Spoiler:
 




Bien sûr que ça se passe dans ta tête... Mais pourquoi donc faudrait il en conclure que ce n'est pas réel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Dim 16 Oct 2016 - 15:09

Spoiler:
 


Couleur dialogue Snow
Couleur dialogue Batz
Couleur dialogue Luka
Couleur dialogue Gondo


spéciale dédicace

Snow

Outre la commande faramineuse de nourriture que Reiichi s'autorisait et qui, je ne le cache pas, me laissait perplexe, bien que je ne le montrasse pas, quand elle m'annonçait la note du bonus de cette mission, je restais dubitatif, silencieux, c'était une blague où elle était bien sérieuse ? Une telle somme... Comme si j'en disposais ici-même, comme si j'en disposais tout court d'ailleurs... Batz dans le fond de sa table écarquillait les yeux et commençait à grogner sa remarque que j'attendais avant même qu'il ne la prononce.
-Elle se touche pas un peu la jeunette ? Si on avait cette somme, c'est une armée qu'on s'achèterait, pas une konohajin...

Luka lui lançait des regards fustigeant dès qu'il eut finit, elle n'appréciait jamais les langages un peu trop "relâchés" et avait à cœur de tenter d'éduquer Batz depuis qu'ils se connaissaient, en vain bien sûr. Comble de l'humour, Laya crachait une sorte de bouchon sur la table alors que le silence régnait. Sûrement l'avait-elle mit dans la bouche alors que Luka ne l'observait pas. Chacun observait ça sans savoir vraiment que dire... S'occuper de Laya c'était comme s'occuper d'un bébé de trois ans, plus simplement dit, c'était crevant. Et mon épouse, qui ne comprenait pas pourquoi les regards étaient tournés vers elle, riait légèrement comme une petite fille prise en train de faire une bêtise.

Gondo éclatait soudain de rire, il avait compris là une plaisanterie, je pouvais remarquer ainsi qu'il avait dû fortement sympathiser avec elle durant le voyage. Pour que quelqu'un fasse rire Gondo, il fallait que cette personne soit au moins quelqu'un d'authentique. Cela ne fit que m'intriguer, voir que Luka et Gondo l'appréciaient, était remarquable et me donnais envie de la connaître un peu plus. Je lui lançais un petit regard perçant sur le moment, comme si je désirais la sonder, savoir quelles émotions la traversaient entre autres, tout ceci pourvut d'un sourire se voulant presque séducteur. Je tentais effectivement d'user de charme, en ignorant la remarque de Batz ou les regards insistants de Luka. Gondo qui me connaissait, savait que ce regard-là ne trompait pas, que je cherchais à vérifier quelque chose, et je crois qu'il aura alors craint que Reiichi s'en sente offusquée, et c'est pour cette raison qu'il intervenait avant que je réponde.
-Non mais 600 ryos ce serait déjà pas mal hein.
-1000.
-Ha ouais quand même, tu es d'humeur généreuse.
-Elle a dit que l'aspect sentimental n'a pas de prix n'est-ce pas ? Finissais-je avec un petit sourire en coin.

Ma voix se faisait suave, confiante, presque trop en fait, comme si un je ne sais quoi dans l’atmosphère me donnait envie de rire et d'être moi aussi à la plaisanterie. Il ne fallait pas trop pousser non plus, entre son loup énorme et cette sensation d'avoir quelqu'un d'aussi expérimenté, si ce n'était pas au moins plus que moi et de parfaitement en confiance, je ne pouvais qu'imaginer avoir une espèce de "force de la nature" devant les yeux. Elle me faisait en réalité un peu le même effet que Batz à notre première rencontre. Une sorte d'animal indompté, qui ne fait qu'ajouter à sa propre attractivité. Batz, ne manquait pas lui aussi de remarquer cela, mais il n'en fit aucun commentaire.

Tout à mon honneur de prendre soin de ma famille disait-elle, je n'allais pas vraiment répondre à ça, je payais peut-être plus qu'une dette qu'autre chose, et je les considérais bien souvent comme un poids, sur lequel, selon une connaissance, se jucherait mon destin... Je plissais le regard à ce moment sur elle, comme si je n'avais pu retenir le trouble en moi qui naquit à cette simple allusion. Je me reprenais certes rapidement, mais je n'aimais décidément pas montrer le moindre signe de faiblesse et cela dus se sentir malgré moi. Heureusement, elle en venait à une toute autre question, une question plus judicieuse sans doute qu'elle ne l'aurait imaginé. J'étais alors relâché, et je lui répondis du même timbre que précédemment.

-Hormis Akane, aucun de nous ne vient du pays de la foudre. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai pu cacher partiellement mon identité en proposant cette mission à votre pays. Je viens de Tsuchi no Kuni, et j'ai vécu longtemps au pays du fer avant de venir à Kumo. Batz est de Tetsu, Laya aussi, Gondo est de chez-moi et Luka, enfin, vient de Hi no Kuni. C'est un peu compliqué, vous voyez. Et vous ? Inuzuka je présume vu le compagnon qui se tient à vos côtés. J'ai eu par le passé le privilège de connaître un invocateur de la tribu des loups et d'être à leurs côtés durant la bataille. Je suis heureux de payer vos consommations, du moment que vous ne videz pas ma bourse... Peut-être voudriez-vous passer la nuit ici d'ailleurs ? Car je ne compte pas repartir dès aujourd'hui pour ma part.

Elle était toujours méfiante, elle aurait pu prendre ça pour une tentative de guet à pan, je le savais bien, alors quand j'inclinais un peu le visage sur le côté avec le regard tout à fait innocent, j'ajoutais sans détour.

-Ce n'est pas un piège, je vous le promets.
-Tu n'avais pas besoin de le préciser Snow hein... Intervenait Luka.


Je ne répondis pas, je ne délogeais simplement pas mon regard de celui de Reiichi, un regard étrange que je lui laissais interpréter, tout à fait innocent et en même temps, peut-être pas si innocent que ça... Batz en était soudain troublé, il était difficile de dire si c'était de la jalousie ou si c'était parce qu’il aurait préféré que mon attention se tourne vers Laya. Mais les regards insistants qu'il me lançait et que j'ignorais ne trompaient personne, comme ceux qui se tournaient ensuite vers Reiichi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 637
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Dim 16 Oct 2016 - 19:51

« Très bien hmm … Reiichi, un plaisir de vous rencontrer. Oui, je m’appelle Akane Otoshi. »

Akane ne cherchait pas à s’imposer d’une quelconque manière, elle connaissait son rang, et elle n’agissait ainsi que par politesse. Elle n’était présente ici aux côtés de Snow pour l’unique raison de l’aider à ramener sa famille, ni plus ni moins. Celle venant de Konoha n’était présente ici que dans l’unique but de remplir sa mission, c’était ainsi qu’elle voyait les choses. Elle remarqua que la fameuse Reiichi restait très silencieuse, peut-être trouvait-elle la situation incongru, peut-être se méfiait-elle de deux personnes des forces du village caché de Kumo. Ils n’étaient pas en conflit direct, mais les tentions aux frontières des pays séparant Konoha et Kumo étaient palpables.

La jeune fille était une shinobi, entraînée à la fourberie, aux traquenards et à la manipulation, mais ce n’était que contre ceux qui se dressaient sur son chemin. Elle n’était pas vraiment là en tant que force armée, presque en vacance, mais comment Reiichi pouvait le savoir. Sans doute qu’après avoir vécu tant de choses, avoir vu tant de meurtres et de trahisons, il était difficile de croire à son prochain. Ils s’installèrent tranquillement à la table et les discussions fusèrent un peu dans tous les sens. Elle prêtait une oreille discrète à l’échange entre Snow et Reiichi, un peu comme si elle se méfiait quand même un peu de la tournure des évènements. Si Snow était protecteur pour d’obscures raisons à son encontre, elle pouvait l’être également dans sa direction pour de simples bons sentiments cordiaux. Elle s’étouffa en ravalant sa chique alors qu’elle entendit le prix de cent-milles ryos, c’était une véritable fortune digne d’un prince. Elle se frappa la poitrine comme si elle essayait de faire passer cela.

« Et bien heureusement que c’était une mission facile d’amener la famille de Snow ici, qu’est-ce que ce serait sinon votre prix ! »

Ne put alors n’empêcher de dire Akane avec une voix légèrement enrouée. Cela manquait sans doute d’un petit peu de décence, mais il fallait bien avouer que si elle trouvait un pigeon pour payer pareil somme, cela aurait été idiot d’y manquer. C’était sans doute un moyen plutôt que d’indiquer à Snow de choisir à quel point la prime pour bon et loyaux service valait envers la konohajin. Lorsque Gondo rit aux éclats en frappant la table, elle se détendit un petit peu davantage, alors qu’elle regardait Batz et sa finesse légendaire réagir à sa façon. Elle regarda le bouchon volé et rebondir sur la table un peu perplexe, mais elle se contenta de sourire. Elle se pencha et prit le bouchon afin de le poser pas loin de Laya en faisant un clin d’œil. Ce n’était pas bien méchant après tout. Elle haussa les épaules alors qu’elle laissa Snow être davantage généreux que le présentait Gondo, après tout, c’était son argent et il avait une meilleure paye que la sienne humble genin.

« Vous avez de la famille ? »

Demanda alors Akane à nouveau à Reiichi, qui se mêlait peut-être de ce qui ne la regardait pas, mais la réflexion de la ninja de Konoha au sujet de la façon de traiter la famille l’intrigua. Elle était plutôt bien placée pour parler de problèmes de famille, mais elle était surtout curieuse. Une déformation professionnelle sans doute de part sa spécialité au village de Kumo, mais on était loin d’un interrogatoire, mais plutôt une discussion aimable. La Reiichi commanda plusieurs plats, visiblement, elle était partie pour se faire plaisir, mais la kumojin resta sage de son côté. Elle se frotta les cheveux doucement.

« Si je viens de Kaminari et de Kumo ? hmm … c’est sans doute un petit peu plus compliqué que cela pour ma part. Je suis davantage une personne adoptée de Kumo plus ou moins littéralement, mais je m’y sens bien et en sécurité, c’est le principal. C’est mon nouveau pays, ma maison et je me dois de le défendre avec les armes qu’ils m’ont donnés. »

Répondit alors la jeune fille assez sûre de ce qu’elle disait, ce n’était pas simplement des mots répétés tel une perroquet, mais de véritables sentiments. Elle ne cachait pas tellement ses sentiments à quiconque qu’elle était et serait une fidèle à son camp et au bandeau qu’elle portait à la taille. C’était sans doute dangereux de s’ouvrir de la sorte à une potentielle ennemie, du moins quelqu’un qu’elle pourrait bien rencontrer plus tard sur un champ de bataille et pas nécessairement dans le même camp. Elle n’était en rien au courant de quoi que ce soit au sujet de Konoha, sa situation, mais elle savait que l’on prêtait à ce village une grande force ninjaesque. A l’évocation du clan Inuzuka, elle regarda le loup sous la table un bref instant, il fallait dire qu’il était impressionnant. Elle se dit qu’elle préférait noter ce genre de détails si jamais elle devait en recroiser une un jour. Elle leva un sourcil sur le coup de passer la nuit ici. Elle ne dit rien, mais se racla légèrement la gorge en remettant bien son col un peu sur son visage. Même si à dix-sept ans, elle n’était pas totalement innocente, elle trouvait la proportion un peu étonnante ou pas très subtile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 858
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Mar 18 Oct 2016 - 5:58



Entre Hi no Kuni et Shimo no Kuni - Ellipse

La traversée de Hi no Kuni jusque la frontière avec Yu fut pour le moins paisible. Rien de particulier ne m'avait spécialement marqué, ni même alerté. Je connaissais bien les forêts du pays du feu et je n'étais pas surprise d'entendre tout autour de nous les bruits familiers que pouvaient émettre toutes sortes de créatures, du simple criquet au plus dangereux prédateur de ces bois. Tout était en ordre ici bas, et que nous fûmes accompagnés d'envolées d'oiseau virevoltants d'arbre en arbre, exécutant des chorégraphies aériennes dignes des plus grands artistes; ajoutait au bucolique que le cadre des plus vertes forêts du Yuukan pouvaient offrir. La saison, l'été, était d'autant plus propice à toutes sortes d'agitation, aussi bien animale qu'humaine d'ailleurs.

A dos de cheval, il ne nous fallut vraiment que peu de temps pour rejoindre Yu et ses marécages. J'aurais préféré ne pas passer par là, mais c'était, et de loin, le chemin le plus court vers la destination suivante, et finale : Shimo. Le cadre, et même l'atmosphère que dégageait ce pays changeait de kilomètre en kilomètre pour finalement autour de nous que des marécages. Ô le spectacle restait ici aussi impressionnant, néanmoins je devais bien avouer que les forêts de mon pays natal me manquaient un peu, ou tout au moins une quelconque autre forêt. Car ici il n'y avait pas d'arbres aussi majestueux, mais que des similis, des espèces ne pouvant sans doute se développer que dans ces eaux croupies. Ici, à l'instar du pays du feu, la vie animale semblait éteinte.

Il y avait bien quelques libellules, quelques moustiques aussi sans compter les corbeaux, mais rien de comparable. Puis l'odeur... Enfin, rien de nauséabond, nous n'étions pas non plus dans l'un de ces marécages fantomatiques comme l'on peut en trouver dans les romans. Aucune main ne s'apprêtait à jaillir de la vase pour nous saisir et nous entrainer dans ses abîmes, ceci-dit; ce n'était pas l'endroit que je choisirai pour mes vacances, si jamais j'en avais d'autres, un jour. Mais, étonnement, au milieu de cet écho-système tout à fait particulier, une chose dénotait. Comme une bonne Kunoichi que j'étais, formée au pistage et douée de capacités exceptionnelles liées à un clan tout aussi remarquable; je ne pus m'empêcher qu'un oiseau nous accompagnait dans route vers Shimo.

Ce n'était qu'un oiseau typique de Hi no Kuni, certes bien loin de chez lui, mais qu'un oiseau. Ainsi, je n'y prêtai pas attention plus que rigueur, un volatile cherchant un nouvel habitat, cherchant de la nourriture et s'étant simplement éprit d'amour pour Raki, les possibilités étaient infinies. Plusieurs jours passèrent, la traversée de Yu ne fut pas aussi plaisante que de Hi; nous n'avions rencontré aucune menace, mais... disons que les terrains boueux, marécageux et la qualité calamiteuse des routes de ce pays ne seyaient guère à nos destriers qui dans ce bourbier s'épuisaient plus vite que la normale. Dans ces situations assez déplaisantes, je remarquais que je me laissais facilement emporter à maudire -silencieusement- celui qui avait ordonné cette mission. Enfin... Il en fallait plus pour me faire abandonner, beaucoup plus.

Au cours de ces fréquentes pauses pour permettre à nos montures de tenir le choc jusqu'à Shimo, je remarquai une nouvelle la présence d'un invité surprenant, un autre des ces petits oiseaux qui vivaient d'ordinaire à plusieurs centaines de kilomètres d'ici. Je n'étais pas une experte de la faune de Yu no Kuni, mais il me semblait d'après mes observations, que ce pays n'avait absolument rien pour leur plaire, à côté de Hi no Kuni. Peut-être avait il ressenti une forme de sympathie envers moi; je savais que les bêtes en général étaient douées pour ressentir des choses dont elles étaient les uniques douées. Avoir un nouveau compagnon de route, pourquoi pas. A peu de choses prés que c'était facilement le dixième oiseau, voire plus. Tous volant dans la même direction que nous, suivant une trajectoire à prés identique, se posant sur les rares arbres à lianes qui dépassaient de la surface du marécage.

Pour le moment, je mettais ça sur le dos de la coïncidence. Oui, parce qu'en cinq ans et quelques de vie dans la nature à travers le Yuukan, à pister, traquer et éliminer des opposants; jamais je n'avais vu un animal se comporter de la sorte. Au contraire, avec le secret que j'abritai ils avaient même plutôt tendance à me fuir, m'éviter ou, parfois, m'attaquer. Alors qu'un simple piaf tout juste originaire de ce pays veuille se lier d'amitié avec... "moi". Oui, je pouvais parler de coïncidence. Puis, la confirmation de mes soupçons serait lorsque nous franchirions la frontière de Shimo, le pays de la terre gelée où rien, ou presque, ne pousse; où la vie est terriblement difficile pour ceux qui y persiste; l'un des pays les plus hostiles du Yuukan, l'un des pays les moins boisés après Kaze... Pour dire qu'un oiseau, quel qu'il soit; m'approchant, même à distance; ne serait plus une coïncidence.

Ainsi nous continuâmes notre route jusqu'à Shimo, nous rencontrâmes de nouveaux marécages, mais cette fois-ci immonde, digne des meilleurs romans d'horreur se déroulant dans un marais. L'odeur y était infecte, si bien que nous dûmes nous couvrir le nez et la bouche, il n'y avait ici pas une qui vive; et il y avait fort à parier que ces marécages cachent quelques mystères dépassant de loin notre compréhension. Le pays du Givre dans toute sa splendeur, et comme dans mes souvenirs. Ce fut grâce, d'ailleurs, à ces derniers que je savais que cela ne durerait pas tout le long du trajet. En effet, après deux malheureux jours nous arrivâmes sur lande verdoyante. Un peu comme un oasis au milieu d'un désert. C'était à peu prés l'endroit le moins hostile de ce pays, et encore; chaque rafale de vent parvenait à nous glacer les os. Si bien que je dus me couvrir...

Ce fut aussi en arrivant précisément à cet endroit que je compris, grâce à Luka, que notre chemin ne s'arrêtait pas à Shimo... Non, bien sûr que non. Nous devions aller à Kaminari, évidemment. Mais ce ne fut pas la seule ombre au tableau. En effet, je m'étais rendue compte qu'un autre oiseau se trouvait, comme par hasard, dans le coin. A savoir que nous étions à une encablure des champs -soit dit en passant en mauvais état-, sans un arbre, ni perchoir à des lieux à la ronde. Étonnant, non ? Ainsi, voulant jouer la carte de la sécurité; car je soupçonnais une tierce personne de vouloir contrecarrer cette mission et porter préjudice à Konoha, et à ces honnêtes gens que j'escortais; j'ordonnais implicitement à Raki d'accompagner le petit groupe, et demandai aux autres de poursuivre un instant sans moi, prétextant d'un arrêt bio.

En fait, je ne voulais pas qu'on me voit abattre un oiseau qui visiblement n'avait rien demandé, et qui d'ailleurs n'avait peut-être rien fait, ne servait peut-être personne mais qui allait être juste la victime de ma paranoïa. Ainsi je sortis un Shuriken de ma sacoche et l'envoyait vers la cible d'un geste expert. L'étoile fendit l'air dans un bruissement typique et le volatile, poussant un crie de douleur, s'écrasa au sol. J'observai qu'il ne se ré-envole pas ou ne déclenche aucun piège, et repris mon chemin, avec la ferme intention de dégommer le moindre pigeon, mouette, cormoran ou albatros qui s'approcherait. Maintenant, mes sens seraient en éveil jusqu'à ce que le colis soit livré...

Jusqu'à Kaminari, mes pas seraient jonchés de cadavres et de plumes...


Auberge - Présent

    "Mille, ça m'parait honnête. Marché conclu du coup."

Répondis-je avec entrain. Effectivement, je ne m'attendais pas à autant, les six cent de son acolyte me seraient aussi bien allés.

Tout était au mieux dans l'auberge bien famée où nous avait conduit l'énigmatique Snow et son suivant, Batz. Je me rendais compte, finalement, que les gens des autres villages cachés, ou tout au moins de Kumo, n'étaient peut-être pas aussi mauvais que je pouvais le croire. Enfin, ils leur restaient en beaucoup de choses à me prouver avant que je ne leur accorde ne serait-ce qu'une once de confiance.

Habituée à feindre, mentir, dissimuler; il ne m'était pas difficile de faire paraître aux yeux des autres pour vraie ma fausse insouciance. J'avais joué à des jeux d'espions que peu avait dû expérimenter, et je n'étais dupe d'aucune supercherie, enfin, la plupart du temps. Je voulais apprendre à les connaître un peu plus, tous autant qu'ils sont. Ainsi lorsqu'Akane me posa une question qui, je l'estimais, était assez indiscrète; je m'efforçais de lui répondre, et honnêtement.
    "Oué, j'ai d'la famille. Mais c'est vraiment très compliqué avec eux, enfin, avec mon père surtout. Ma pauvre mère n'y est pour rien. Disons que j'ai un passif assez... alambiqué. Et des tonnes de cousins sur au moins... dix degrés."

Les discussions allaient bon train dans la petite auberge, alors que la nuit continuait de déposer sa longue robe noir sur le Yuukan. Bientôt, au dehors on ne verrait plus à dix mètres, et tant mieux. Je n'avais pas envie d'y voir clair, pas sous une pleine lune. Le repas allait être servit, les effluves parfumées de la viande grillée atteignaient allégrement mes narines qui eurent pour effet de déclencher un gargouillis pas trop sonore compte tenu de l'ambiance mais suffisamment pour faire dresser les oreilles de Raki. Entre deux palabres de Gondo, Akane apporta une réponse, comme son supérieur, à ma question. Et je répondis d'abord à la jeune kunoichi avant d'enchaîner sur Snow.
    "Je ne connais pas votre village, mais les gens ont l'air corrects là-bas. C'est une bonne chose d'aimer son village et davantage son pays. Moi même... Je ne sais lequel des deux, de mon village ou mon pays; j'aime le plus. Ceci-dit, je suis à peu prés sûre que mon pays ne me trahirait pas..."
    "Oui, j'avais cru comprendre votre situation, du coup. Il n'y a visiblement rien de simple avec vous."

Rigolais-je.

Finalement, le repas de ce soir ne resta une qu'une simple odeur planant dans l'air, car patron aidé d'un serveur, apporta un à un les plats commandés, ainsi que; et surtout en fait, les boissons. La première chose que je fis, évidemment, fut d'avaler un verre de Saké qui fit effet instantanément. Ô je n'étais pas saoule, loin de là; mais c'était le seul remède que j'avais pour taire le mal qui me rongeait, c'était en quelques sortes un médicaments.

Après ce trait d'alcool, je repris.
    "Oui, je pense que je vais dormir ici. Mais ne vous inquiétez pas, je payerai ma chambre; je vous en ai déjà bien assez demandé."

Affirmais-je en croquant dans un morceau de viande. Voilà une réponse qui ferait se détourner de moi, de nous; les regards. J'avais en partie compris par son ton le Kumojin, mais à cette heure-ci, avec un mois dans les pattes et un verre de saqué avalé trop vite... Rien n'était toujours très clair.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Mar 18 Oct 2016 - 14:58

Spoiler:
 


Couleur dialogue Snow
Couleur dialogue Batz
Couleur dialogue Luka
Couleur dialogue Gondo


Sans les armes que nous portions, nous aurions pu paraître une simple bande d'amis qui faisait une halte avant de reprendre son voyage. La bonne humeur régnait autour, les défenses de Reiichi s'apaisait sans disparaître, Laya avec ses manières faisait parfois rire, Gondo et Batz parlait métal, Akane était calme et observatrice et moi, j'appréciais l’appétit énorme de la konohajin. C'était presque normal sur le moment, que nous soyons tous ici tandis que la soirée venait. Pour un peu, j'en aurais oublié le passé, et peut-être aussi l'avenir. J'étais dans la durée du présent, un présent qui n'est pas linéaire, qui ne se mesure pas. Je me trouvais même plaisir à relâcher une certaine pression, comme si j'avais soudainement le droit de ne pas avoir à montrer uniquement ce que je voulais, mais seulement qui j'étais. Cela ne durait pas longtemps, mais je le sentis un bref instant, ce... Relâchement. Lorsqu'elle trouvait honnête la somme de 1000 ryos, je souriais simplement, mais intérieurement je ne pouvais m'empêcher de crier "bah encore heureux".

Les questions d'Akane paraissaient mettre mal à l'aise Reiichi, le sujet familial chez les Shinobis n'est-ce pas... C'était une coutume de m'entourer de personnes au passé trouble, à l'enfance souvent malheureuse, quand ils en avaient une en-tout-cas... Sachant ce que je savais des Inuzuka, il s'agissait encore de consanguins très à cheval sur les mélanges... C'était cependant des gens proches de la nature qui avait l'instinct animal et l'habitude de côtoyer, plutôt d'être considérés en fait, comme des bêtes ou presque. Je voyais pourtant une humaine face à moi. Elle avait ce petit quelque chose que Batz avait aussi en lui, une sorte de chien fou qui sommeille, j'aurais dit, mais de Batz il ne s'agissait que de ses instincts primaires qu'il ne parvenait pas à dompter, était-ce la même chose chez elle ? Je ne savais pas, et tandis que je la regardais toujours en sondant sans vergogne le fond de ses yeux l'air de rien, je ne parvenais pas à trouver la réponse.

Comprendre notre situation disait-elle ? Peut-être une partie, mais certainement pas la totalité, à moins qu'elle fût magicienne. Je crois que nous-même, nous ne la comprenions pas forcément en réalité. Batz avait d'ailleurs été interloqué par cette phrase. Il tournait ensuite le visage vers Laya, et son regard devint une mine basse et honteuse dès l'instant. Le poids de la culpabilité pesait si fort sur lui qu'il ne parvenait jamais à le cacher. Je devais lui paraître monstrueux alors, de ne pas avoir l'air d'être touché par la situation. Ce n'était pourtant pas mon rôle de m’apitoyer et je ne pensais que cela apporterait quoi que ce soit de mieux à notre situation. Je gardais ces choses-là lors des moments de solitude pour ma part. N'étais-je pas sensé n'avoir jamais de haine ni d'en faire ressentir. Un exercice difficile que m'avait ordonné l'homme au masque, mais je m'y tenais, car il savait d'autres choses et m'en avait promis encore d'autre...

Reiichi pensait les gens de Kumo aimable, c'est ce qu'elle nous disait, je restais de marbre en entendant cela. Je n'estimais pas que la généralité, si elle n'était pas sans intérêt et si elle était bien existante, pouvait donner de faciles conclusions. Elle avait l'air patriote, comme tous les shinobis, conditionnés qu'ils étaient à l'amour de leur patrie et de leur village, parfois, non... Souvent aux dépens d'eux-mêmes alors même qu'ils ne s'en rendaient souvent pas compte. Ils sacralisaient leur nation comme un dieu à qui ils devaient le respect alors même qu'une nation, qu'une patrie, n'est jamais qu'une idée sans visage. Ma patrie était les hommes, ce n'était également qu'une idée sans visage, alors n'était-il pas bien bas de me croire au-dessus de leurs aspirations ? Je ne crois pas, un ordre de grandeur, ma frontière à moi était inexistante et éternelle, aucune guerre, aucune politique, aucun concept ne pouvaient fracasser cette idée ou la démolir. Au-delà des cultures et des préjugés, je jugeais les hommes pour ce qu'ils étaient, pas ce qu'ils croyaient être. C'était le genre de chose que je gardais normalement pour moi, car je ne pensais pas que qui que ce soit pouvait comprendre, sauf ceux qui n'avaient pas de patrie bien sûr. Je n'ai pourtant pu retenir un commentaire, sans agressivité, qui n'invitait pas forcément à une réponse, mais cela n'était pas de mon ressort.

-Les villages et les pays sont des hommes, dirigés par des hommes, et tous les hommes peuvent trahir.

Luka qui se sentait plus concernée que Batz par cette affirmation vint y mettre son grain de sel, elle avait en effet de quoi en dire étant donné son ancien métier et ce qu'elle avait vu dans les champs de bataille et les camps de réfugiés. Batz y réagit tout de suite, son verbe était plus acerbe, mais il avait de quoi lui aussi au vu de ce qu'il avait vécu étayer et être convaincu de ce qu'il disait.
-Je te rappelle qu'elle nous a aidés, c'est facile de mettre le doigt sur les défauts des hommes pour démolir les idéaux hein.
-Les idéaux sont toujours pacifistes, mais les hommes sont toujours violents.
-Tu ne peux pas reprocher à des hommes élevés pour tuer de tuer. Celui qui ne se bat pas ne changera rien.

Je te tournais un le regard un bref instant sur Batz, cette petite phrase anodine en apparence en disait en réalité beaucoup plus. Sous-entendait-il que j'avais rangé les armes pour cesser de poursuivre un idéal que nous avions conclu il y a longtemps ? Je pensais au contraire m'y consacrer entièrement, mais je n'avais pas les mêmes méthodes. Gondo continuait d'avaler sa viande en sachant bien, comme Luka d'ailleurs, qu'il ne servait à rien de relancer le débat entre lui et moi. Laya qui avait une empathie incroyable pour quelqu'un incapable de parler ou même d'avoir une réflexion construite, sentait un problème et regardait un peu tout autour d'elle en ouvrant la bouche d'étonnement "hooooo" laissait-elle passer comme une petite onomatopée. Je me retournais vers Reiichi après ce bref échange de regard avec Batz pour reprendre d'un timbre doux.
-Je n'ai hélas pas de patrie, je ne suis qu'un sabre loué pour Kumo. Mon pays n'est pas si différent que le vôtre, je crois. Autre couleur, autre culture, mêmes motivations, il n'y a que la forme qui change, mais le fond est toujours le même. Les gens de ce pays pensent de la même façon que vous pensez en se croient aussi juste que vous l'estimez. Je préfère m'attacher au cœur des hommes, plutôt qu'à leurs idéaux patriotiques. Cela me parait plus concret.

Venait le moment de la note et la réponse de Reiichi, elle acceptait de dormir ici, mais désirait payer sa propre chambre. Je lui proposais donc, sans arrière-pensée, de plutôt ne prendre que deux chambres, les femmes d'un côté et mes hommes de l'autre, ainsi, je partagerais ses frais et je limiterais les miens. Lorsque cela fut fait et conclu et quelle que soit la conclusion, je retournais mon attention sur Luka.
-Je vais emmener Laya un peu dehors.
-J'arrive... Batz tu veux venir ?
-Je ne préfère pas.
-Mmh bon...

Je laissais la somme convenue sur la table, tant la prime que le repas et les chambres et demandait à Gondo de prendre la suite pour celle-ci. Luka prenait Laya et me suivait à la sortie pour lui faire prendre l'air. La soirée tombait, le soleil avec elle. Les derniers rayons allaient disparaître et cela donnait de belles couleurs à l'espace. Je me tenais debout, non loin de l'auberge et de Laya pour l'observer. Luka était à côté de moi, elle voyait bien, elle qui me connaissait, que j'aurais voulu... Mon faciès de glace ne trompait effectivement pas tout le monde. Le privilège de l'intimité n'est-il pas. Laya avait trouvée une occupation. Sauter dans une flaque d'eau boueuse, elle s'amusait, comme un enfant, pourquoi ? Nous l'avions tous fait, mais aujourd'hui que je cherche à comprendre, je n'y arrive pas. Sauter dans de la boue, c'est ridicule quand on y pense. Alors pourquoi on y trouvait de l'amusement. Luka allait l'arrêter "elle va se salir roooh" grondait-elle. Mais je passais le bras devant elle pour la stopper et orner mon visage d'un sourire.
-Laisse, elle rit. Cela me plait.

Elle rit oui. L'innocence à l'état pure, sans parole, sans pensée. Laya était peut-être la seule de toute cette famille, de tout ce groupe, qui avait le droit de dire s'il avait pu, qu'elle n'avait absolument rien à se reprocher. Et quand je la voyais sautiller dans la boue en remontant un peu sa robe, si simple et si joyeuse. Je retrouvais quelque peu le sens de tout ceci, le pourquoi de ce qui me faisait avancer. L'innocence, l'avenir, l'existence... Les trois inviolables. Luka voyant que je me sentais quelque peu soulager de je ne sais quoi, préférait ainsi obéir et laisser Laya se salir. Je fis quelque pas un plus proche d'elle, de Laya, à fin de mieux profiter. Elle était tellement joyeuse qu'elle ne me remarquait même pas, mais ce n'était pas grave...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 637
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Mar 18 Oct 2016 - 17:31


Akane n’était certainement pas aussi riche que cela pour pays si facilement mille ryos pour une mission si simple, alors elle se retint de dire quoi que ce soit. Vu la réponse de Reiichi, c’était évident qu’elle était contente d’avoir autant d’argent d’un seul coup comme cela, Snow avait sans doute bien trop payé par rapport aux services rendus. Elle ne jouait de son côté à aucun jeu de dupe, elle avait dit la vérité depuis le début et ne cherchait rien d’autre que de la discussion. Elle était plutôt honnête malgré qu’elle fasse partie des renseignements de kumo. Elle nota que Reiichi lui répondit au sujet de sa famille, cette femme était assez ouverte pour cela en tout cas. Elle ne put s’empêcher de regarder presque avec envie lorsque Reiichi parla de sa famille, même si ce n’était pas  la famille idéale, s’en était déjà une et c’était beaucoup pour la jeune fille. Elle se contenta de sourire légèrement en hochant la tête un petit peu ailleurs un bref instant.

La shinobi glissa ses mains autour de son thé qui venait d’arriver. Elle regarda alors en dehors, la nuit était tombée, et c’était toujours aussi rapide dans les montagnes, les journées étaient courtes. Elle n’avait pas trop envie de manger quelque chose ici, ni dormir dans cette auberge en même temps, mais visiblement, elle n’avait pas trop le choix. Elle regarda alors Snow en se demandant ce qu’il avait bien pu avoir en tête. Elle sourit doucement en entendant le gargouillis de Reiichi, visiblement, elle n’avait pas dû faire bonne ripaille durant le mois de voyage. Elle rosit légèrement des yeux en ayant un sourire amusée en coin.  

«  La plus part le sont, comme tout le monde partout j’imagine. Le fait que l’on est à se battre ne résulte que du symbole qui se trouve sur nos bandeaux, mais c’est notre devoir en tant que shinobi.  Je pense qu’une majorité à sa façon tente de faire du mieux qu’ils peuvent pour Kumo, mais c’est peut-être une vision trop idéaliste. J’ai de quoi avoir une grosse dette envers mon village, mon pays pour m’avoir sauvé, alors c’est bien normal et pire, ça serait fort mal venu dans le cas contraire.   »  

Akane écouta alors ce que disait Reiichi sur elle-même croyant véritablement qu’elle était sincère. Elle fut tout de même surprise malgré qu’elle ne le montre pas, sur la réflexion que son pays donc le Daimyo ne la trahirait pas. Cela voulait-il dire que dans le village de konoha, l’ambiance était davantage à la trahison ? Ce serait rudement triste, elle ne saurait pas tellement comment pourrait-elle elle-même réagir si c’était le cas de Kumo. C’était tellement impensable pour sa part. Cette Reiichi devait vivre des moments difficiles, alors elle lui offrit un sourire de complaisance. Elle observa du coin de l’œil Reiichi boire si vivement le sake. Elle fut impressionnée, elle qui ne buvait pas du tout, elle estimait être trop jeune et elle n’avait pas le gout pour ce genre de choses. La Reiichi accepta de dormir ici, alors elle plissa les yeux en regardant dans la direction de Snow afin de capter sa réaction quelle qu’elle fut. Elle fut étonnée de voir le regard honteux de Snow sur son regard, ce n’était pas quelque chose de commun, mais si elle cachait ses sentiments derrière un visage sans sentiment, Snow faisait de même à chaque instant. Les personnes et peut-être des combattants comme eux se sentaient vulnérables d’une certaine façon au niveau de leurs sentiments, alors qu’ils faisaient tout pour protéger leurs intégrités physiques. Elle ne dit rien évidemment et faisait mine de n’avoir pas vu cet aveu de faiblesse de la part du samouraï. Elle avait toujours envers quiconque ce respect et cette discrétion que Snow connaissait déjà.   

« Une patrie pour moi est davantage une idée, une façon de vivre, et quand la guerre entre Kumo et le Shukai aura lieu, ce sera une guerre pour la survie de de nos idéaux. Doit-on être libre ou servir un empereur. Ce sera à nous de procéder au choix à l'aide de nos poings.    »

Répondit alors tout de même la genin à son chef d'équipe au sujet de sa vision pessimiste d'une patrie et d'un village caché. Il était évident qu'à l'écouter, elle avait déjà choisi son camp. Elle n'était pas du tout d'accord quand au idéaux étaient pacifiste, et elle ne se gênait pas pour le dire.

« Je ne suis pas d'accord, un idéal peut s'avérer être violent, radical et dangereux.   »

Akane se contenta de soupirer légèrement alors que Batz en guerrier remonta le fait que seul la violence changeait quelque chose. Elle ne dit rien ouvertement, car elle savait que c'était inutile, elle ne le ferait pas changer d'avis. Comment des guerriers comme eux pourraient voir autrement ? Elle espérait bien tout de même que tout ne se règle dans le sang malgré qu'elle a ait été entraînée comme une shinobi, une arme pour tuer.

Akane haussa les épaules comme si cela n'avait guère d'importance pour elle de dormir dans l'une ou l'autre chambre ou tout autre chose au final. Elle regarda Reiichi afin de sentir ma réponse qu'elle dirait. Ensuite, elle laissa alors Snow chercher à vouloir aller dehors avec sa femme, cela était assez normal à ses yeux au final, c'était un petit peu ce qu'il avait cherché à faire en réunissant après tant d'années sa famille sans doute. Elle trouva cela étrange que Luka suive, elle avait pensé que Snow aurait préféré un peu d'intimité, mais il fallait dire que Laya était un petit peu spéciale. Elle sourit alors dans la direction de Reiichi en balançant un peu ses jambes, mais que pouvait-elle bien dire à cette ninja de Konoha.

«  Sinon... Hmmm... Ça va ?    »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 858
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Jeu 20 Oct 2016 - 4:30

Pfiou. Ils partaient loin ces Kumojin. La discussion de l'auberge, ou comment extrapoler vers un débat semi-philosophique concernant l'homme, ses méfaits et ses avantages. Tout le temps qu'ils exposent leurs hypothèses, j'écoutais sans dire un mot. Même s'ils étaient tous complètement hors sujet, leur façon de penser m'intéressait fortement. Ainsi je pus cerner, à peu de choses prés, la personnalité de chacun. Ô c'était un grand mot, cerner; alors disons que je me faisais une idée un peu plus nette de qui était qui. Snow était l'homme réaliste un peu pessimiste. Vue l'état de celle qui comptait vraisemblablement beaucoup pour lui, il avait ses raisons de l'être, pessimiste. Nous avions aussi Batz, chacun de ses mots étaient plus terre à terre les uns que les autres, un personnage plus réaliste encore que son ami, ceci-dit, je voyais de ce premier coup d'œil qu'il n'avait pas une réflexion aussi poussée que crin d'argent. Ensuite, Laya, Luka et Gondo... La première était sans aucun doute la plus difficile à comprendre, à analyser. Je ne pouvais dire entre quel état de la folie ou de la maladie elle oscillait. Luka était aussi... entière que ses comparses, comme Gondo. Ils formaient ces cinq là un groupe très homogène, tous probablement marqués par un passé commun, ou quelque chose du genre. Ô, j'avais bien compris qu'ils n'étaient pas de la même famille, il n'y avait qu'à les observer pour s'en rendre compte. Aucun d'entre eux n'avait un trait que l'on pouvait retrouver chez un autre... Enfin, je ne les avais pas vu nus non plus. Haha.

Non, celle qui ressortait du lot, qui faisait peut-être même tâche dans cette fresque composée de personnages singuliers et authentiques, était Akane. Je comprenais bien son sentiment vis à vis de son village, de son pays. On est toujours redevable envers ceux qui nous permettent de vivre, ou survivre. Mais ce qui la caractérisait vraiment, c'était sa naïveté. Non! Tout le monde n'est pas correct partout, dans tous les villages, ou ailleurs. Certes il y avait certainement beaucoup de patriotes, beaucoup d'Amoureux de leur village, qu'il soit shinobi ou banal. Mais si j'avais appris une chose durant ces cinq années passées dans le Yuukan à chasser les comploteurs, les traitres et les dissidents les plus dangereux; c'était bien qu'il y avait autant de personnes méprisables que de personnes normales. Voilà, juger les personnes sur la couverture : fait. Et dans tout ça il y avait moi, qui cachait tout aussi bien son jeu que les autres, à moins qu'eux ne cachaient rien... Et dans ce cas j'étais la seule personne non-correcte ici. Rien que de penser à tout ça pendant qu'ils parlaient me donna un peu le tournis, à moins que ce soit le saké... Finalement, le seul ici sur lequel personne ne se posait de question, c'était bien Raki. Une force tranquille de la nature, surtout lorsque repue. Et c'était pour ça que je préférais être avec les animaux, dans la nature, au moins, sur eux, on ne se pose pas de question; soit ils veulent vous bouffer, soit ils ont peur, soit ils sont curieux... Sauf quand ils n'agissent pas normalement comme tous ces pauvres oiseaux que j'ai du éliminer pour arriver jusqu'ici...

Et je fus tirée de mes pensées par le départ de Snow, enfin, départ... Son tour dehors avec Luka et Laya, pour prendre l'air surement. Me laissant seule en tête tête avec Akane, ainsi que Batz et Gondo accessoirement, mais eux étaient occupés à discuter entre eux. Je posai la main sur la tête du loup lorsque la Kunoichi perça le silence à demi gênant qui s'était installé spécialement entre nous. Je l'observais un instant, me demandant si c'était bien à moi qu'elle s'adressait. Son air était plutôt guilleret. Je rigolai légèrement, une légèreté sans doute provoquée par la boisson d'ailleurs. Si ça allait ? Quelles questions étranges après une si longue discussion sur un sujet qui était arrivé là sans raison apparente.
    "Oui oui, ça va. Merci."

Je laissai échapper un court soupir et repris.
    "Quand je parlais de mon pays, je ne parlais pas de "ça", je sais bien que les hommes et plus particulièrement les shinobi sont... spéciaux. Non, je parlais surtout du pays en lui même, ses forêts, ses reliefs, sa nature, ses animaux. Ça, je suis sûre que ça ne me trahira jamais, tu vois. C'est étrange, hein ? Mais comme vous l'avez deviné, je suis une Inuzuka; et sans doute plus que tous mes congénères, j'en suis très proche."

Souris-je. Je détournai le regard vers les deux autres encore accoudés qui semblaient m'avoir écoutés, bande de vicieux ceux-là, à épier les conversations des dames. Je me levai alors en faisait signe à Raki de rester à sa place et me dirigeai vers la porte.
    "Aucune inquiétude. Je vais juste prendre l'air avant de prendre un repos... bien mérité."


Je m'étirai les bras, on entendit plusieurs os craquer, et je fis quelques pas maladroits un peu imbibés d'alcool. La pièce tournait légèrement autour de moi, mais ça allait; j'avais encore plus ou moins pleine possession de mes moyens. Je poussai la porte, et sortis. L'air était plus frais le soir ici qu'à Hi no Kuni, je croisai les bras en m'approchant de Snow alors que Luka s'occupait, un peu plus loin, de Laya.
    "Qui est Laya, pour vous ? J'ai vu votre regard, et celui de votre ami. Laya et vous avez sensiblement la même odeur, une odeur commune du moins."

Dis-je en tapotant le bout de mon nez. Ca aussi c'était étrange, sous l'effet de l'alcool j'avais l'impression que mes sens étaient plus affûtés que la normale... Très étrange même. En fait, ce fut sans doute la première que je n'avais pas bu à m'en écrouler lamentablement -en dehors d'une mission, sous entendu- enfin, je n'avais pas la tête à réfléchir à tout ça. J'observai le ciel dégagé dans lequel brillait les étoiles ainsi qu'une lune à laquelle il manquait un huitième.
    "Nous avons une belle lune, ce soir..."


Ajoutais-je rapidement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Sam 22 Oct 2016 - 21:31

Spoiler:
 


Couleur dialogue Snow
Couleur dialogue Batz
Couleur dialogue Luka
Couleur dialogue Gondo


Snow

Je regardais Laya s'amuser seule avec une flaque d'eau et Luka qui tentait s'approcher pour la surveiller sans être arrosée. Une question me venait pendant ce temps, la mine basse, je me demandais... si la passion était morte. Le vide intérieur donnait le vertige, que chercher quand on ne sent plus d'élan. La poésie des sens s'était perdue il y a longtemps pour moi, elle avait sombré dans les creux de ma folie. Pouvais-je réellement parler d'amour ou,.. ou... N'était-ce qu'une redevance à une femme que je cherchais alors qu'elle n'existait peut-être déjà plus. Qu'elle n'avait peut-être même jamais existé. La passion était morte, aucun élan ne me portait, aucune inspiration ou aspiration. Suffisait-il de se laisser porter pour être, pour prétendre plutôt, être dans le droit chemin. Toujours le meilleur, jamais de faiblesse, la poursuite d'un monde parfait. L'amour sacrifié sur l'autel du bien commun. Qu'est-ce qui me portait en réalité. Les années passaient et je l'ignorais finalement. Mon esprit était toujours plus désordonné... Parce que je comprenais de moins en moins le monde alors que vieillissant, j'en savais de plus en plus. Quelle réponse apportait la vérité, si seulement j'avais la preuve qu'elle pouvait exister. Même la quête de reconnaissance me paraissait dérisoire maintenant. Batz fuyait le monde, attendrit par une petite fille qui lui ôtait l'idée du malheur qu'il devait porter sur les épaules. Cette petite famille de damné qui attirait les masochistes pour satisfaire leurs aspirations malsaines.

Dans l'auberge, Batz laissait Gondo de côté qui préférait, vu son âge, se coucher tôt. Il se tournait vers Akane qui venait d'être abandonnée par Reiichi. Se tenant debout à côté d'elle, il lui portait un regard bas, un regard où on lisait facilement une étrange gratitude. Peut-être aussi un peu de honte, Akane n'avait en effet rien à voir avec cette famille, et pourtant, elle n'avait pas hésité à nous suivre dans ce périple sans recevoir même un merci. Batz se demandait justement en la regardant le pourquoi de cette aide. Seulement par gratitude envers Snow ? N'était-ce pas bien curieux au final de prendre autant de risque pour un homme qu'elle connaissait à peine. Cette soirée était paisible, presque trop, et pour la première depuis bien longtemps, il s'adressait à quelqu'un en cherchant à y mettre des formes. La bête était-elle apprivoisée ? Pas encore, mais cela s'en approchait.

-Merci d'être venue jusqu'ici avec nous. T'es une bonne fille. Il s'asseyait ensuite à côté d'elle. J'sais pas où on va comme ça, mais c'est plus sympa quand t'es là...

Il lui dit ceci sans la regarder, et si ses yeux avaient traversé les siens, sans doute les aurait-il fuis. Il buvait une gorgée en suivant, pour soulager de quelque chose. Son esprit était parsemé de mauvaises pensées malgré lui, des pensées sombres nourris par des souvenirs parfois incertains et jamais saints. Lorsqu'il reprenait, c'était plus une fuite en avant qu'autre chose qui ressentait, il le savait lui-même et pourtant les mots sortaient sans qu'il ne sache comment ni pourquoi.

-Tu devrais aller te coucher. Snow voudra sûrement qu'on parte tôt demain. Moi je vais rester picoler un peu.

Dehors Reiichi me rejoignait avec sa créature tandis que la nuit tombait. Une belle lune en effet nous éclairait et Laya, sans me demander mon avis emportait Laya à l'intérieur en estimant qu'elle avait assez pris l'air. Je la regardais, sans bouger le visage, uniquement les yeux. Laya ne me remarquait même pas, elle ne remarquait rien en fait et Luka après une brève phrase de politesse la traînait finalement à l'intérieur. Je restais fixe, peinant à cacher un peu de tristesse. Je sentais comme une fatigue sur les épaules, mais j'avais en même temps l'air de faire simplement avec. Pas pour me donner un genre, mais parce qu'il y avait rien d'autre à faire.
Les questions de Reiichi me paraissaient légitimes, du moins j'estimais que je lui devais des réponses vues les circonstances. Je lui offrais une réponse aimable, sans la regarder, je préférais regarder cette lune qui me semblait à moi aussi très belle. Je l'avais souvent regardé, pour mes propres raisons. Cette fois ne faisait pas de différences.

-Laya est ma femme. Ce qu'il en reste. et Batz notre ami... Ce qu'il en reste...C'est en quelque sorte notre faute à Batz et moi si elle est dans cet état. Nous cherchons un moyen de la soigner chacun de notre façon.

Je rebaissais le regard sur elle. Je n'étais pas certain qu'elle comprenne, et je lui laissais entrevoir un sourire simple, qui disait ou voulait faire dire du moins "ce n'est pas grave va, c'est la vie". Après ce sourire, je reprenais sur un timbre tout aussi doux.

-La vie n'a pas été très joyeuse, mais je suppose que c'est la même chose pour tout le monde ou presque aujourd'hui. Parfois, j'ai le sentiment que le monde est maudit. Que nous avons tous une part d'ombre à paradoxalement éteindre ou apprivoiser. Excusez-moi pour tout à l'heure, j'ai été un peu rude. Vous ne méritiez pas que je sois si... Impertinent. Mais je n'aime pas voir les jeunes gens considérer leur pays comme sacré. Ce n'est que de la terre pour moi. Mon royaume le plus précieux se situe plutôt dans les idées. Je sais que ça ne me regarde pas. Mais méfiez-vous des grands ponte, les rois d'aujourd'hui ne sont pas en haut pour nous porter avec eux. Ils le sont parce qu'ils nous marchent dessus.




Dernière édition par Snow le Mer 26 Oct 2016 - 23:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 637
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Mer 26 Oct 2016 - 12:05

Akane pouvait remarquer le regard circulaire et silencieux de leur invité sur chaque personne. Cherchait elle à deviner qui avait pris le rôle de qui ? Il était certain que la dose d'extrême dans cette fine équipe était particulièrement présente. Elle s'était toujours pris pour quelqu'un de très classique voir banale comme il y en avait des centaines dans chaque village, mais peut-être se dénigrait elle un petit peu. Il était difficile d'avoir un jugement pour soi-même. Le jugement de Reiichi avait vu juste, on pouvait dire qu'elle était naïve, ce genre de voile de pureté, qui s'étonnait du peu d'horreur qu'elle avait pu constater dans les quelques missions qu'elle avait pu faire. Elle partait su principe qu'une majorité était de noble esprit, cherchant à faire du bien autour d'eux, qu'elle devait lutter contre les quelques éléments déviants. Chaque personne cachait toujours quelque chose dans la vie, mais elle s'estimait assez honnête dans la vie à part pour sa propre identité.

La jeune fille observait le geste d'affection entre elle et son loup à lui flatter l'encolure. C'était un animal de bonne taille, et elle savait que certains pour se battre utilisait des accessoires ou des animaux, mais elle n'avait pas imaginé pareil taille. Elle regardait toujours la Konohajin alors qu'elle posa sa question davantage sur la gêne qu'un réellement questionnement. Elle comprit bien le rire spécial de Reiichi attisé légèrement par l'alcool et elle en était bien consciente. Reiichi y répondait alors qu'Akane en était un peu gênée presque de l'avoir posée. Elle n'avait guère d'autres occupations qu'apprendre à mieux tuer pour son village. Elle n'avait pas d'amis ou presque, elle n'avait guère de passion dans la vie et sa vie entière était tournée vers sa survie. Chaque jour gagné était pour elle un petit miracle en soit. Elle en était étonnée de réussir à se réveiller une nouvelle fois le matin.

« Il vous sert à vous battre, mais il est plus important qu'une simple arme n'est-ce pas ?    »

Demanda alors la jeune kunoïshi à propos du loup géant sous la table qui digérait sa viande. Elle était curieuse, et elle était certaine que la Konohajin ressentait quelque chose pour cet animal. Ils devaient avoir une relation fusionnelle ou du moins importante à telle point que ce loup ne veuille protéger son compagnon, cette humaine. Elle écouta ensuite Reiichi parler de sa propre vision du monde qu'ils parcouraient pourtant tous au même moment, mais elle en avait une vision plus bestiale sans doute. Elle sourit légèrement amusée, mais loin d'être moqueur.

«  j'imagine bien qu'à force de côtoyer des animaux, vous devez trouver le monde des hommes bien ingrats, mais c'est sans doute une vision à cause de ce que nous vivons. Toutes les missions que l'on fait tournent toujours autour du fait de personnes peu louables, voir cruelles. Notre vision est donc faussée par le masque de toutes les perversions que l'humain peut désirer. Si on fait tout ça, en tout cas moi, c'est pour tous ceux qui veulent vivre simplement, noblement et ne veulent rien de mal à personne. Peut-être bien que je les jalouse un peu, mais c'est mon devoir d'être une arme pour mon village. Il n'aurait pas pu en être autrement.   »

C'était une vision cruelle de la vie de la part d'une adolescente, qui rêvait sans doute de vivre quelque chose d'autres, mais elle expliquait clairement qu'elle n'aurait pas pu être autre chose qu'une kunoïshi à chercher à tuer son prochain. Certains comme Snow, qui était bien sombre dans sa vision, dirait qu'elle était bien consciente de la vie d'un ninja, mais elle était intéressée par la réaction de la Konohajin.

« qu'un animal ne vous trahira jamais, je ne sais pas trop si l'on peut s'y fier vraiment. Certes, le mouton broute et tente de survivre au loup qui dévore les autres pour survivre. Les faibles meurent permettant à chaque race de devenir l'élite, qui permettra une meilleure survie. Quelque part, les humains nous défions les lois de la nature, le cycle réel des choses vu que nous sauvons les faibles. Si vous vous retrouvez à cours de vivre, est ce que votre loup préféra se laisser mourir pu vous attaquera pour survivre comme son instinct le lui dicte ? J'imagine que vous avez déjà une vision très tranché sur la question ? Et vous me direz que vous comme lui sachez chasser ou trouver de quoi manger partout, mais vous aurez compris mon questionnement. Je ne trouve pas ce genre de réflexions comme étrange, j'imagine que les façons de vivre des animaux sont immuables, inchangées depuis des temps immémoriaux. Cela a quelque chose de rassurant, c'est simple et sans surprise par rapport au monde de traîtrise dans lequel nous les ninjas vivons.    »

Répliqua alors Akane de sa propre façon de voir les choses bien loin des habituels réflexions d'une jeune fille de son âge. Il était assez certains qu'elle avait dû grandir très rapidement il y avait quelques années. Elle laissa alors Reiichi faire mine de se diriger vers la sortie de l'auberge. Elle lui sourit doucement par politesse.

« Vous êtes libre vous savez, faites comme vous voulez. »

Après tout, Akane n'imaginait pas la Konohajin partir sans son dû après un mois de voyage. Elle remarqua que la Reiichi était affectée par l’alcool ingéré à mesure que la Konohajin marchait clopin clopan. Elle ne dit rien, mais vu qu’elle ne buvait pas une seule goutte d’alcool, son jugement sur ce genre de choses étaient bien arrêté. Elle salua Gondo qui semblait chercher à aller se coucher. Il était bien trop tôt pour aller dormir de son côté, du moins vu que tout le monde était encore debout ou presque, elle n’avait pas envie d’aller dormir. Ce serait alors montrer une faiblesse, une jeunesse qu’elle prenait sur le coup pour une accusation grave. Elle sourit légèrement à Batz qui semblait se rapprocher d’elle et lui lançait un regard des plus particuliers. Elle le regarda en essayant de comprendre où il voulait en venir, ce n’était plus un regard hostile, bien au contraire. Elle voyait facilement qu’il avait une certaine honte, et elle ne comprenait en rien pourquoi. Il était difficile de communiquer avec cet homme tant il restait enfermer sur lui-même dans ce genre de situation.
 
« C’est normal voyons, c’est quelque chose d’important pour vous deux, alors je pouvais bien venir ici avec vous. Je trouve cela normal entre ami non ?    »    
 
Demanda alors l’adolescente en essayant de placer le mot ami, cela ne semblait pas grand-chose, mais c’était ainsi qu’elle voyait les choses, même si elle ne considérait ne pas avoir d’ami en dehors de ces deux-là. A force de les côtoyer, on s’attachait à ces petites bêtes-là. Elle avait bien précisé qu’elle s’adressait aux deux grands gaillards et pas seulement à Snow. Elle n’était pas rentrée dans le jeu de ce dernier, qui aimait à tout contrôler. Elle vivait bien plus simplement et facilement sans se prendre vraiment la tête. Elle n’estimait pas vraiment avoir pris des risques à les suivre, et vu comment les deux réagissaient en présence de cette Laya, elle se disait qu’elle avait bien fait de venir au cas où. Elle ne pensait pas que les deux samouraïs pourraient avoir un jugement fiable. Elle sentait que Batz prenait sur lui pour parler d’une autre façon qu’une bête avec une grosse épée. Elle glissa sa main sur celles de Batz en souriant davantage lorsque Batz lui dit qu’il préférait lorsqu’elle était présente. Elle remarquait bien que Batz n’osait même pas la regarder alors qu’elle lui fit un compliment ou du moins confiait ses sentiments très personnels, alors elle avait besoin de provoquer se contact physique comme pour faire passer son message. Elle jugea que Batz n’était sans doute pas prêt à entendre des mots à ce sujet, et ce simple contact était sans doute bien assez suffisant. Elle trouvait amusant la réaction de Batz, mais c’était bien trop adorable pour qu’elle réagisse d’une façon moqueuse.     


« Tu n’es pas obligée de … « picoler » hein.   »
 
Confia alors Akane, qui n’était pas encore prête à aller se coucher. Elle croisa ses bras sur la table en posant son visage dessus avec de petits yeux. Elle trouvait cela vraiment nul si elle allait dormir comme ça. Cela faisait bien trop gamine à son gout, malgré ses dix-sept ans. Elle n’imaginait pas un départ si tôt que cela avec un groupe de civiles, mais elle serait prête de toutes les façons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 858
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Sam 29 Oct 2016 - 1:29


Akane


Je comprenais qu'il fut difficile pour la plupart des personnes de concevoir la relation que des gens, comme moi ou d'autres, puissent avoir un lien si particulier avec la nature, qu'elle soit faune ou flore. J'avais grandi au milieu de la forêt avec des animaux, entre coupée par moment de retour à la vie "civilisée", je ne m'étais jamais vraiment attachée aux personnes, pour de nombreuses raisons trop longues à expliquer. Ceic-dit je pouvais très facilement faire comprendre le lien qui m'unissait à ce ninken, Raki. Enfin, en partie. Akane n'était pas très loin d'avoir compris cette relation d'ailleurs, à quelques détails prés évidemment; des petites erreurs dont je ne pouvais pas lui tenir rigueur... Je ne savais quel rapport elle pouvait avoir avec la "nature"...
    "Je ne m'en sers pas, non. Il combat à mes côtés. C'est différent. Et du coup oui il est bien plus important que quiconque à mes yeux."

Oué, elle y était presque; mais ces choses, ces petits détails comme je les appelais, au final, elles ne pouvaient pas les connaître. En revanche sa vision des choses était très pragmatique, pour son âge. Même si je n'étais pas tout à fait d'accord avec tout. Mais bon, je supposai que la vision que l'on se faisait du monde dépendant avant tout de sa propre expérience, de qu'on avait pu traverser. Qu'elle se considère comme une arme, étant kunoichi, ne m'étonnait pas; mais qu'il ne puisse en être autrement me laissait penser qu'autre chose se cachait là dessous. Pour moi, on ne pouvait pas, si jeune, se dire que sa vie était tracée et ne suivrait qu'un seul chemin. Je pensais donc à une dette, quelque chose de lourd qu'on lui aurait fait ou qu'elle aurait fait.
    "Pour ce qui est de Raki et moi, pour que ce soit bien clair; si jamais il n'y avait rien à manger pour parler simplement, je n'hésiterai pas à me couper une jambe ou un bras pour qu'il survive, et jamais je ne lui ferai de mal, et réciproquement. C'est une certitude. C'est ce qui formidable avec les animaux. On sait exactement ce qu'ils sont, ils n'ont pas d'arrières pensées, ne sont pas hypocrites. Un tigre essayera de te dévorer, une biche prendra la fuite. C'est simple, comme tu l'as dit. Alors qu'un homme peut aussi bien te vouloir du bien que du mal. Te mentir pour connaître la vérité. Te faire croire une chose pour obtenir de toi une autre chose."

Ajoutais-je avec un peu moins de légèreté qu'auparavant. C'était exactement ma pensée vis à vis des autres personnes, et sans doute qui faisait de moi une mauvaise senseï ou chef d'équipe. J'avais plus ou moins tout appris par moi même, je m'étais faite... Je n'avais jamais vu quelqu'un inculquer quelque chose à un élève, ça, je ne l'avais pas appris et chaque fois que je m'y étais essayée et à chaque ce fut un échec. L'une des rares qui me résistaient encore, entre autre. Enfin, Akane avait visiblement trouvé en ce Snow son maitre, j'étais étrangement content de voir que tous n'étaient pas des handicapés de la transmission, comme moi.


Snow


Autant Akane pouvait avoir un débit assez impressionnant compte tenu de sa petite bouche, qu'au moins j'arrivais, dans l'état où je me trouvais instamment; à la comprendre. Mais lui, Snow avait quelque chose de plus... tortueux. Dans sa façon de parler, de se tenir et même de regarder les choses. Il n'y avait chez que peu de simplicité, il était mon opposé en quelques sortes. Je l'écoutais m'expliquer, ou me répondre plutôt. Sans entrer dans les détails. J'avais donc vu juste. Je le soupçonnais, peut-être, d'être à l'origine du mal de sa femme qui n'avait plus rien d'une vraie femme d'ailleurs. Pas dans l'apparence nécessairement, mais mentalement. C'était plus une enfant, en fait. Du fait de l'alcool sans doute, je ne parvenais pas à tout comprendre, à lire entre les lignes, s'il y avait.

Je le laissai donc continuer. Il s'excusa pour une raison qui m'échappait, de la façon dont il s'était exprimé quand j'avais exprimé mon point de vue. Pas bien utile dans le fond, je n'avais contre la discussion aucune objection, ni contre les idées divergentes des miennes. Puis, finalement au fil de ses mots, je comprenais que nos pensées n'étaient si éloignées. En fait, soit il m'avait mal comprise soit je ne m'étais pas bien exprimée, car comme lui je voyais la nation de pays et de liberté sans doute, de la même manière. Les pays n'étaient que des territoires pour moi, je n'attachais que peu d'important au gouvernement, aux leaders. Seule la terre m'intéressait réellement. Certes, je servais un village; mais plus par dépit que par obligation. Et aussi peut-être par attachement, tout de même, aux miens; les Inuzuka.
    "Je vois. Dis-je alors que la porte de l'auberge se refermait sur Luka et Laya. Pour moi aussi, ce n'est que de la terre. Une terre que j'aime, certes. Mais j'y ai toujours vécu librement. Faire partie d'un village, d'un ensemble... Ce n'est qu'une façon de s'intégrer et accessoirement d'avoir un peu d'argent. Souris-je."

Il était vrai que j'avais un intérêt certain pour l'argent, même si je ne m'en servais pas vraiment pour autre chose que manger et boire. Je me satisfaisais de peu, il n'y avait qu'à voir ma tenue, ma coiffure. Je n'aimais pas ce qui brillait, je n'aimais les apparats inutiles. Etinceler en société n'avait que peu d'importance à mes yeux. Je ne m'intéressais qu'aux vraies choses, qu'à l'authentique. Enfin, je n'étais pas non plus complètement sauvage, j'aimais le confort d'un lit même si dormir sur le sol ne me posait aucun problème...

Mais, malgré tout, Hi no Kuni ne représentait pas vraiment qu'un lopin de terre pour moi, en effet, c'était mon territoire. Entier et complet.
    "Mais, c'est une terre que je veux défendre; pour qu'elle reste ce qu'elle est."
    "Je suis vraiment désolée pour vous, que votre ait été si... dur pour vous. Je n'ai pas à me plaindre en comparaison. J'ai mes petits soucis, aussi. Mais n'ai jamais eu à assumer quoi que ce soit... enfin... je crois. Et comme je n'ai connu qu'une vie, enfin... Qu'un style de vie... En fait, j'ai toujours eu ce que je voulais... Dans l'ensemble. Sauf une enfance, peut-être. Mais, c'est anecdotique et aujourd'hui je suis... Libre. Quant aux "pontes"... aux seigneurs... Ce sont sans doute les derniers à penser qu'ils me dominent.. Finalement, ce sont surtout mes intérêts que je sers..."

J'avais l'intime conviction que je racontais beaucoup de conneries et que par moment, je ne comprenais pas, moi même, ce que je pouvais raconter. Ceci-dit, il y avait une chose sur laquelle je ne pouvais pas me tromper; c'était sans doute ma fatigue et mon étourdissement grandissant qui ne demandait qu'à trouver un peu repos...


Fin


Plus tard dans la nuit, alors que tout le monde était sensé dormir; en tout cas mo je dormais profondément, comme d'habitude; un cri résonna. Raki grognait et je me réveillais les yeux encore emprunt de la brume du sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Sam 29 Oct 2016 - 18:54

Spoiler:
 


Couleur dialogue Snow
Couleur dialogue Batz
Couleur dialogue Luka
Couleur dialogue Gondo

Batz à table qui se laissait attendrir par une adolescente, il y avait de quoi rire si la situation ne s'y prêtait si peu. Il tournait le regard vers le vide quand elle lui parlait, cela faisait si longtemps qu'il se trouvait seul qu'il avait aujourd'hui quelques difficultés à se réadapter à la vie communautaire. Retrouver Laya avait réveillé de vieux souvenirs en lui, de vieilles blessures, notamment celle de l’échec, car plusieurs années à parcourir les villages à la recherche d'un médecin capable de la soigner sans jamais parvenir à le trouver l'avait profondément touché dans l’orgueil. D'ailleurs, lui-même se savait coupable à bien des égards et pas seulement sur l'état de santé de la jeune femme. Akane lui parlait d'amitié, et quand sa main vint au contact de la sienne, il ne bougeait pas. Il sentit un frisson lui parcourir l'échine, frisson qu'il contrôlait suffisamment pour ne rien en laisser paraître. Un tel contact, il n'en avait pas eut depuis des années. C'était une chose pour eux-deux lui avait-elle dit. Eux-deux...

La vie et ses messages échappent parfois aux hommes. Déchirée entre eux-deux qu'elle était, Laya avait finit, par pas tant par le hasard que cela, par en perdre la raison. Batz se remémorait soudain une vieille époque, faites de secret et d'amitié profonde ou la culpabilité se mêlait aisément à l'envie de bien faire. La fidélité qu'il éprouvait pour Snow avait été mise à rude épreuve à cause des élans qu'il avait pour une femme qui ne lui appartenait pas, et qui, aujourd'hui, il fallait le dire, n'appartiendrait plus à personne. Aucun homme ne pouvait la toucher, et sans Luka pour s'en occuper, il serait difficile d'imaginer ce qu'il serait advenu de cette femme. À la vérité profonde et cachée, il en voulait à Snow, mais il s'en voulait de lui en vouloir car il s'en voulait à lui-même... La nuance des émotions et des sentiments étaient probablement aussi infinie que l'était l'univers lui-même, et ces hommes, que Akane apprenait à découvrir chaque jours un peu étaient les extrêmes tableaux de ces nuances émotionnelles. Le visage marqué de Batz, était soudain fuyant de celui d'Akane, la main sur la sienne, il ignorait comment y réagir... Akane ajoutait alors, qu'il n'était pas obligé de picoler. L'alcool était un refuge assez rare pour Batz, mais la journée avait été riche en décompensation... Il savait qu'elle avait malgré tout raison et qu'elle ne comptait pas partir se coucher de si tôt. Alors, sans qu'il ne puisse dire lui-même comment il en arrivait à ses aveux, il se lâchait, à la voix basse et grave qui se retenait à peine pour cacher l'abjection qu'il ressentait.

-Snow avait été gravement blessé par le frère aîné de Laya. Alors qu'il était torturé dans un château, et que nous cherchions à l'en libérer, nous avons cédés à la tentation... Snow ne le sait pas. Enfin je ne pense pas. Après qu'on l'aura libéré nous sommes allés à Kiri, pour l'y soigner, c'est là que l'attaque du monstre Zo a eut lieu. Il a ouvert là-bas des sortes de passages vers l'enfer... Il en sortait des démons de partout. Snow et Laya sont tombés dans l'un de ces passages pendant que je protégeais le trou contre les démons. C'est là que j'ai perdu mon bras. Snow en est ressortit tel que tu le vois, avec ce bras mort, et Laya tel que tu la vois... Il m'a dit que ce qu'ils avaient vécus dans ce trou était indéfinissable. Il s'en veut d'en être ressortit guérit et pas elle. C'est très étrange le destin... Tu sais, il y a une longue histoire, dont nous ne sommes pas les seuls tenants. D'autres personnes en font partis, et nous ne comprenons pas tout, mais je sais que quand nous apprendrons toute la vérité, ce sera sans doute encore plus grave que ce que nous imaginons...

Akane pouvait-elle comprendre ce qu'il disait ? Les mots paraissaient avoir du mal à sortir de sa bouche, comme si ce qu'ils avaient vus là-bas n'avait pas de juron pour la qualifier. Les squelettes animés qui dévoraient les enfants, la main immense qui sortait du ciel pour s'abattre sur la ville. Les démons et les âmes qui s'attaquaient à tout ce qu'il y avait de vivant. Il n'arrivait décidément pas à le dire, même pour un homme si dur que lui, cela avait semblé impossible, comme si quelque chose dans le monde avait vécu une rupture, sans retour possible... Il revoyait Snow, tirer Laya du trou où ils étaient tombés, et la folie dans leurs regards.

-Snow a été l'élève d'un homme incroyable. Il te faudra garder ça pour toi éternellement. Cet homme c'était Samidare Teichirô. Et si un jour tu croises avec nous un homme masqué, dis-toi bien que cela n'annonce rien de bon augure. Lui, Snow et le Yondaime Mizukage avaient quelque chose en commun. Un jour nous comprendrons, mais pour l'heure, nous ne pouvons qu'avancer sans vraiment savoir où nous allons... Ce monde est maudit si tu veux mon avis. Vraiment maudit...

Batz s'en voulait déjà d'avoir laissé échapper ces quelques informations, mais il avait besoin de lâcher un peu la bride, d'autant qu'il suivait le conseil d'Akane, il ne prenait pas de second verre... Luka et Laya rentrait dans l'auberge à ce moment, la nuit était tombée, et Batz ne tournait aucun vers elles. Laya avait l'air joyeuse, les yeux dans le vague, ailleurs, comme toujours, mais heureuse. Luka, qui la tenait par la main interpellait immédiatement Akane en rentrant.

-On va dormir dans la même chambre, nous les filles, sauf la Konohajin qui veut sa propre chambre. Les garçons vont dormir dans celle d'à côté, pas question de se mélanger ! Surtout avec des bourrus comme Batz ou Gondo, ils seraient capable de nous sauter dessus cette nuit !

Batz arquait un sourcil dubitatif en retournant la tête vers Luka. Un petit sourire ornait soudainement son visage, Luka l'amusait, elle en faisait encore un peu trop, alors il allait jouer le jeu de la provocation.
-Tu as déjà atteint la date de péremption tu risques rien.
-Toi Batz t'es plus moche qu'un bœuf !
-Y'a des bœufs très beaux.

Les deux jeunes femmes s'en allaient à leur chambre, Batz se levait de table, et se saisissant de son épée contre le mur, il retournait en suivant son verbe vers Akane.
-On devrait monter, veille à prendre un tour de garde, à ne dormir que sur une oreille tout au moins. Il y a une konohajin dehors, et je n'ai pas confiance. Finissait-il en s'en retournant vers les chambres à l'étage.

Pendant ce temps, j'étais dehors avec Reiichi, qui me paraissait un peu trop enivrée. Je me tenais droit, et la vue de cette jeune femme, m'amusait, elle avait l'air de lutter pour parler correctement, mais tout ce qu'elle disait n'était sans le moindre sens, bien au contraire. C'était seulement qu'elle paraissait avoir du mal à le formuler. Je ne bougeais pas, tandis qu'elle parlait, je retournais seulement mon visage sur elle, pour quitter de vue la lune qui nous éclairait. Par ailleurs, je perdais de ma hauteur, comme si je fus plus à l'aise de la voir quelque peu fébrile. J'aurai pu profiter de la situation je pense, mais je décidais de n'en rien faire. Nous avions commencés cette rencontre sous le vœu de l'honnêteté et je n'allais pas changer cette direction. J'étais toujours de glace, montrant uniquement le visage que je voulais montrer, serein, aimable, contrôlé, ainsi j'estimais qu'à son contact, je me retrouvais quelque peu quoi qu'avec un peu de difficultés.

-Le premier socle social c'est la famille. Si le monde était perdu, ce serait la famille avant tout. C'est ainsi. Un village,... ce n'est qu'une congrégation. Ma famille passe avant le village, comme vous, cela me permet de subvenir à mes besoins avant tout et à ceux de ma famille. Je ne vois dans un village que de l'opportunité et je ne pense pas devenir un jour le héros de quoi que ce soit. Bientôt, comme tous les miens je serais envoyé au front, sans le choix de m'y soustraire. Les villages nous sacrifient sans se soucier de nos considérations. La seule véritable liberté est celle que nous pouvons conserver dans le creux de notre main. La force brute d'un poing libère bien plus d'homme que tous les discours idéalistes. Je n'accorde d'importance qu'à ceux de mon cercle intime, eux-seuls, peuvent se targuer d'avoir le droit à un sacrifice de ma part qui soit non pas imposé mais consentit. Avez-vous qui que ce soit dans votre village vous ? Qui vous considère de cette façon ? Non pas par devoir, mais uniquement par amour ? Vous servez vos intérêts dites-vous, mais où sont-ils ?

Ainsi finissais-je en m'en retournant vers l'auberge. Je n'attendais pas tellement de réponse, l'habitude d'être éloignés même de ceux que j'aimais, pour ne pas perdre de vue l'essentielle de ce qui faisait les atouts de notre survie. Ma responsabilité était celle-ci, devoir protéger mes intimes du monde qui se trouvait si sombre que je me faisais un devoir d'y apparaître comme une torche au fond d'un couloir. Cette jeune femme me paraissait trop seule pour comprendre ce que je disais, accompagnée uniquement d'un animal, que pouvait-elle comprendre de mon point de vue ? Ma vie ne se résumait pas si facilement et la complexité de mon histoire ne résumait pas de toute façon si facilement. Je ne me croyais même pas capable d'ailleurs de la résumer ni même de savoir vers quoi je me dirigeais réellement. Était-ce triste ? Je ne crois pas, c'était seulement la vie, notre vie à tous sûrement.

La nuit commençait ainsi, Gondo ronflait, Batz dormait par terre avec son épée contre lui, et j'ignorais de ce qu'il en était pour les femmes de la chambre d'à côté. Je préférais pour ma part veiller, comme Batz, sur un oeil, par manque de confiance, pas seulement en la Konohajin que nous connaissions à peine, mais par compte-tenu de la situation tout bêtement. Loin de chez nous, nous avions à la barbe de Konoha fait venir des personnes loin de Hi no Kuni et je n'ignorais pas qu'il put advenir quelques méfaits en guise de punition de cela. C'est pourquoi, comme Batz, je n'avais même pas retiré mon équipement. Preuve que j'avais d'ailleurs bien fait, un cri retentissait dans la chambre des filles. Je reconnaissais immédiatement celui de Luka. Gondo bondissait de son lit jusqu'à en tomber, alors que Batz et moi sortions en trombe de notre chambre. Dans le couloir, nous découvrions trois individu dans la pénombre, nous ne pouvions distinguer leur visage. Les autres chambres restaient fermés à clefs, certainement que les gens craignaient d'en sortir et c'était tant mieux.Je découvrais, vu la silhouette, tirée par l'un des hommes, qui ne se rendaient pas compte qu'elle devenait hystérique et tentait de le mordre pour se défaire de son emprise. Luka dans la chambre dont on voyait la porte ouverte, avait criée en surprenant justement ces individus en train d'emporter Laya. Était-ce le hasard qui les avait conduit à la prendre elle ? Je n'en savais rien, mais je voyais déjà Batz derrière brandir son épée et la pointer vers les ombres en face de nous dans le couloir. Je tenais pour ma part simplement le sabre en main, à chercher à comprendre ce qu'il était en train de se passer.

-Présentez-vous, disais-je sèchement. Et dites ce que vous voulez.
-Vous avez intérêt à la lâcher si vous ne voulez pas que !!!


L'un des hommes prenait la parole, pour ma part, je savais que Akane qui ne devait pas être loin ne tarderait pas à intervenir, alors je temporisais et tentais ainsi de calmer Batz que je savais prêt à bondir sur eux sans faire démonstration de la moindre diplomatie.

-C'est pas la bonne ! Disait l'un des hommes à un autre.
-Putain quel con ! Disait encore un autre.

Je faisais alors un salut d'escrime en guise de dernier avertissement avant de reprendre.
-Le seul conseil que je puisse vous donner et de laisser tomber quoi que vous cherchiez.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 637
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Dim 30 Oct 2016 - 15:26

Akane n’avait rien contre la nature, mais il était évident qu’elle ne se ferait pas comme meilleur ami un loup géant certainement capable de lui arracher la tête d’ailleurs. Elle trouvait cela intriguant et intéressant, car elle n’avait pas l’impression que cette ninja de Konoha ne traite ce loup comme une arme, mais bien plus comme un compagnon. Elle trouvait d’ailleurs cette Reiichi assez sympathique, et elle espérait bien qu’à leur prochaine rencontre avec Konoha, elle ne soit pas une ennemie. Elle ne pensait pas par ce qu’elle était sans doute bien plus forte qu’elle-même, elle parlait surtout de la personne. Elle n’était après tout qu’une genin comme il y en avait beaucoup dans tous les villages, et avec le peu d’expérience qu’elle avait, elle était consciente de ressentir une grande force chez cette femme même si légèrement éméchée. Elle avait le même genre de regards sûrs de soi que pouvait dégager Snow, une sorte d’aura des puissants. Elle était clairement une citadine, et elle appréciait le confort des cités, mais elle n’était pas une extrémiste de la pierre à râler à la moindre senteur de nature. Elle avait vécue toute sa prime jeunesse sur les routes, dans des endroits précaires, et c’était bien la maison de sa famille adoptive qui lui avait appris un certain confort, qu’elle ne pouvait s’empêcher de transformer en spartiate.

« Oui je comprends, lui au moins contrairement aux humains que vous pouvez côtoyer ne vous trahira pas. »

Répondit alors avec un léger sourire en reprenant les propres mots de la Konohajin. Elle se comptait alors elle-même dans ceux que Reiichi pouvait croiser, alors cela voulait bien dire comment elle pouvait la percevoir, comme une traitresse potentielle à qui il ne fallait pas avoir une entière confiance. Elle n’en n’était pas vraiment très blessée plus que cela, mais elle espérait bien que Reiichi se trompait. Cela s’avérait bien trop triste si jamais elle avait raison. Dans une vision peut-être trop idyllique, la jeune fille croyait en un monde pure où seul quelques éléments pouvaient s’avérer être déviant. Elle avait une vision également tranché des choses comme Reiichi, mais dans un tout autre domaine, même avec ce qu’elle avait vécu dans le passé. Elle essayait de s’accrocher à de nobles valeurs. Elle n’était pas du genre à rester oisive, à laisser les autres agir, elle n’aurait pu n’être qu’une civile qui se laissait submerger par le monde, que cela accélère la fin de sa vie ou non, elle ne regrettait pas son choix de devenir une arme pour le village caché de Kumo. Reiichi n’était en tout cas pas très loin, même si Akane n’était pas du genre à parler au premier venu de ce genre de détail de sa vie encore douloureux dû à sa relative proximité.

« C’est impressionnant à entendre, mais j’espère ne pas à l’avoir à le vivre pour tout dire. Méfiez-vous tout de même à ce que votre compagnon ne soit pas retourné contre vous par une manière ou un autre. Enfin, qui suis-je pour dire cela ? Vous avez combattu bien plus que moi, et j’imagine que d’autres ont déjà essayés ce genre de tactique, et si vous êtes encore en vie tous les deux, cela veut dire qu’ils ont échoués.

Tous les humains sont hypocrites d’une certaine façon, mais pas forcément à mal d’ailleurs. Cela peut être pour éviter de faire souffrir les autres. J’imagine que comme humain, on réfléchit trop, surtout quand il est aussi tard.
»


Dit alors avec un sourire Akane en voyant Reiichi pas très en forme non plus, mais pour une autre raison. Elle avait remarqué que Reiichi était venue seule pour accomplir la mission de l’escorte. Cela l’avait surprise elle qui n’avait même pas le droit de sortir du village sans être accompagné. Bon, elle n’avait que dix-sept ans, alors évidemment, cela pouvait s’expliquer avec son manque d’expérience. Reiichi était-elle incapable d’avoir des compagnons ? Elle aimait trop les animaux et se détestait-elle aussi à ce point ? Elle ne savait pas tellement, et ce n’était que de la curiosité personnelle après tout. Elle croisa ses bras sur la table en posant son visage par-dessus avec un léger sourire. Elle observait cette femme s’éloignée pour rejoindre Snow à l’extérieur. Ce qu’elle venait de dire n’attendait pas forcément une réponse, alors c’était inutile. Elles avaient échangés tout en douceur leur manière de voir les choses, et rencontre des personnes d’autres pays étaient intéressants. Les samouraïs et Akane étaient peut-être très différents de l’un des autres, mais elle avait l’impression d’avoir beaucoup appris en leurs compagnies à l’un et à l’autre. Sans en avoir le titre, ils étaient un peu comme un sensei et elle une élève de par leurs rangs respectifs qu’ils manient ou non le chakra.

Akane tourna alors légèrement son visage dans la direction de Batz, le seul avec elle encore à table au final. Elle sentait son regard dans sa direction, alors elle le soutint également. Elle ne dit rien en le regardant simplement, alors elle tenta un sourire simple comme pour détendre l’atmosphère. Elle savait d’expérience que ce n’était pas une bonne idée que d’aller le chercher, Batz viendrait quand il le souhaitera ou non. Il était un petit peu comme un chat caractériel, peut-être que c’était pour cela qu’elle l’aimait bien ? Oui, elle aimait bien les chats. Sans doute que la retour après tant d’années de la famille de Snow, qui était peut-être un peu celle de Batz également, devait ramener ce dernier dans le passé. Cela allait-il changer la relation entre elle et Snow et Batz ? Elle ne savait pas tellement, elle ne connaissait pas toute l’histoire ou plutôt rien du tout au final. Qu’elle ait posé sa main sur celle de Batz ne changea rien du tout, il ne sembla pas réagir d’aucune façon. Elle ne put ressentir qu’un simple frisson dû au toucher de sa main fine, douce et chaude. Elle pencha la tête légèrement sur le côté en le regardant. Elle était amusée de voir Batz fuir son regard, et elle retira doucement sa main de la sienne. Elle sourit légèrement plus simplement en se redressant un petit peu. Elle écouta avec soin ce que Batz avait à dire, et elle avait l’impression que même s’il devait en souffrir, cela lui faisait du bien.

Akane était assez étonnée d’entendre parler d’un monstre à Kiri, des onis, toute cette violence. Etait-ce ainsi que le village de Kiri avait disparu ? Elle savait que sa récente reconstruction était en cours, mais elle n’était pas tellement au courant de tout. Elle regarda dans la direction de Laya, et elle se dit que cela devait être le pourquoi de son absence de logique, un voyage vers les enfers des onis ? Comment pourrait-on en garder toute sa clairvoyance. Elle hocha la tête doucement vers Batz, son bras, il était un formidable combattant malgré cette perte. Cela devait être difficile en effet pour Snow d’en avoir plus ou moins bien échappé des enfers, et pas celle qu’il devait aimer. Elle regarda la table avec une grande passion comme pour en compter les lattes.

« Et alors ? Il faut être plus fort que le destin. Vous avez vécu des malheurs, alors il faut s’en servir pour devenir plus fort, pour évoluer de la manière la plus approprié qu’il vous tient à cœur. »

Répondit simplement l’adolescente en relevant son regard doucement vers Batz. Elle avait beau n’être qu’une adolescente, elle était une personne qui réfléchissait bien plus davantage que les adolescentes qui étaient surtout inquiètes de leurs poids et de plaire aux garçons. Elle était bien au-dessus de cela, espérait-elle en tout cas. Elle leva un sourcil en entendant que Snow avait été élève à son tour de quelqu’un de bien. Elle se releva lentement de la table en regardant dehors en guettant Snow. Elle avait l’impression comme il était fort que Snow avait toujours été ainsi.

« Je croiais que c’était un homme formidable ? Alors pourquoi ça ne serait pas bon ? Le monde n’est pas maudit, seuls quelques personnes le sont. »

Akane se tourna alors dans la direction des deux filles qui rentraient dans l’auberge. Elle hocha la tête doucement en regardant Reiichi dehors.

« Oui je pense que c’est mieux ainsi, la femme de Konoha sera mieux à dormir seule. J’arrive dans pas longtemps. »

Répondit alors l’adolescente, et puis elle sourit doucement ne prenant pas du tout au sérieux ce que disait Luka à Batz, étant donné que Gondo n’était déjà plus là. Elle n’avait rien à dormir avec des hommes, elle ne voyait même pas le problème d’ailleurs. Elle n’était pas tellement ouverte à ce genre de question intime. Elle se retenir de rire en entendant l’échange entre les deux, alors elle gardait simplement un sourire aux lèvres. Elle se sentit obliger de glisser une main sur l’épaule de Batz, comme si elle avait besoin de le rassurer, il n’était pas moche malgré tout cela. Il avait une âme magnifique, c’était ce qui comptait. Batz lui conseilla de prendre un tour de garde dans la chambre. Elle était un petit peu étonnée tout de même, elle était assez détendu et ne pensait pas avoir de problème. Elle se contenta alors de hocher la tête doucement en se levant et baillant. Elle regarda Reiichi et haussa les épaules. Elle ne pensait pas qu’elle serait femme à attaquer dans le dos, mais la prudence du guerrier en noir était sans doute une bonne idée.

Akane monta alors dans la chambre et elle installa son futon contre la porte. Elle était bien trop fatiguée pour veiller cette nuit, mais elle serait le rempart pour les autres filles. Elle était d’ailleurs la seule combattante, alors elle jouerait son rôle de rempart, de protectrice pour ces personnes qu’elle connaissait à peine. Elle décrocha simplement son wakisashi pour le laisser le long de son lit, et elle allait dormir dans sa tenue. Ce n’était pas forcément très agréable, mais ce n’était pas une armure, simplement des vêtements. Elle était en tailleurs sur le futon en observant Luka lutté avec Laya, mais elle ne savait pas trop comment faire pour l’aider, alors elle la laissa faire. Elle resta un petit peu éveillée, mais bien vite elle en vint à dormir le long de la porte sur le futon. Elle fut réveillée en sursaut par un cri, celui de Luka. Elle prit immédiatement son sabre en main en se relevant les yeux dans le pâté sans aucun cornichon à l’horizon. C’était davantage par reflexe qu’autre chose, mais elle chercha un ennemi ou une source de danger. Il manquait Laya dans la chambre, et elle se demandait où elle était passée. Elle avait été trop fatiguée et elle ne s’était rendue compte de rien. Elle fit un signe de la main vers Luka, alors qu’elle se glissa derrière la porte en regardant ce qui se passait. Il ne fallait pas qu’elle n’intervienne, cela serait peut-être un peu trop dangereux. Elle découvrit alors plusieurs personnes dans le couloir, et si elle devinait bien ce qu’elle voyait, Laya tentait de s’échapper. Batz faisait face aux malfrats, et Snow ne devait pas être très loin, alors s’était à elle de refermer le piège. Elle ne savait pas tellement qui ils étaient, et c’était sans importance, mais ils n’avaient pas bien choisis leurs cibles. Elle plissa les yeux en entendant dire que ce n’était pas la bonne. Elle regarda alors Luka un bref instant et se demanda si jamais ce n’était pas d’elle que l’on parlait. Elle s’imagina déjà que c’était des nukenins de l’ordre du lotus noir. Elle sera alors les dents en formant un premier mudra. Elle ne pouvait pas imaginer que la cible pouvait être la femme de konoha et son loup. Elle entendit Snow qui tentait de négocier, sans doute pour éviter Laya d’être blessé. Elle ne fit rien pour le moment, mais elle était prête à attaquer ses chiens avec la plus grande des violences si jamais c’était bien des nukes, mais impossible de voir avec le voile de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 858
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Ven 4 Nov 2016 - 0:27


Le samouraï me laissa en plant dehors avec son long discours à cogiter. Quels étaient mes intérêts ? Personnellement, à vrai dire, je n'avais aucun autres buts que ceux de Konoha. Même ma présence ici répondait aux objectifs du village, mener à bien une mission, la réussir et étendre l'influence de la feuille, même sur les shinobi d'autres puissances. Donc au final, je n'avais pas d'intérêts personnels... Comme tous les shinobi du feu, le village représentait pour moi "tout", plus ou moins. C'étaient plutôt les personnes qui en faisaient parties qui m'importaient réellement, notamment les membres de mon clan. Et réciproquement, je supposais que tous les shinobi du village importaient au Village. Je pouvais clamer haut et fort ma liberté d'action, de pensée; il n'en était pas moins que tout s'inscrivait dans l'optique DU village, invariablement.

Je n'avais donc pas besoin de réfléchir à tout ça, ni même de philosopher avec une personne qui s'avérait finalement ne servir que ses intérêts, quand bien même il se disait Kumojin. Ce n'était qu'un vulgaire mercenaire avec des manières néanmoins plus raffinées que la plupart de ceux-là. Ainsi donc s'achevait notre soirée. J'avais gagné ma chambre et m'étais affalée sur le lit de tout mon long sans passer par la case déshabillage. Raki s'était couché sur le sol à quelques centimètres du lit. Une agréable et longue nuit s'annonçait, et le lendemain je repartirai pour Hi no Kuni, et Konoha, assez contente d'avoir rencontré ces personnes et plutôt fière d'avoir mené cette mission à son terme. Il ne me fallut pas beaucoup de temps pour trouver le sommeil. Un sommeil qui fut vierge de toutes pensées, ou tout au moins de tout songes.

Une nuit qui fut de bien courte durée lorsque je fus extirpée de ma torpeur un cri, et d'autres bruits. Le son résonnant dans mes oreilles, je me redressai brusquement alors que Raki avait déjà traversé, littéralement, la porte. Les yeux encore emprunts de la brume du sommeil, j'attrapai maladroitement un kunai et surgis dans le couloir du bout duquel provenaient les cris. Je pouvais sentir les odeurs différant du reste du groupe; deux étrangers à premier... Odorat. Je fis un signe et la seconde suivante me retrouvai à portée des deux hommes. Le premier écopa d'un violent coup de poing qui l'expédia dans le fond de la chambre, et l'autre se retrouva plaqué au mur, mon kunaï posé sous sa gorge, prêt à trancher. Les canines étrangement ressorties et le regard bestial, j'approchai mon visage du sien et le reniflai, simplement.

Le temps que je reconnaisse son odeur, une explosion -vraisemblablement- fit vaciller l'ensemble de l'édifice. Une secousse suffisante pour déstabiliser chacun d'entre nous et laisser l'occasion aux deux assaillants de s'échapper. Le temps de réagir, une épaisse fumée s'était engouffrée à l'étage. Mes esprits repris, je constatai que Batz, aussi bien que Luka s'étaient déjà occupés de Laya, sans que je sache où ils étaient passés. Mon regard se posa un instant sur le kunai que je tenais, quelque chose en dégoulinais, du sang visiblement. J'en avais donc eu un ? Sans m'intéresser au samouraï et à la Kumojin, je m'engouffrai à mon tour par le trou béant qui faisait maintenant office de fenêtre. L'extérieur n'était éclairé que par les flammes qui ravageaient les charpentes et boiseries de l'auberge. J'espérais seulement que quelqu'un eut pensé au personnel...

A peine fus-je dehors, les yeux rougis par les fumées qu'une nuée de shuriken filait droit vers moi... Peut-être aurais-je dû laisser Snow leur parler, après tout...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Ven 4 Nov 2016 - 16:32

PNJ:
 

Couleur dialogue Snow
Couleur dialogue Batz
Couleur dialogue Luka
Couleur dialogue Gondo



Batz était comme un animal que l'on retiendrait par une corde, il n'attendait que le meilleur moment pour bondir sur l'individu qui tenait dans la pénombre Laya, qui criait et se débattait comme une furie avec la manie de mordre à`pleines dents le bras son agresseur. Snow tentait pour le moment de temporiser, il ne connaissait par ses adversaires, ni les raisons de leur venus, il ne voulait pas commettre d'erreur pensait-il, surtout avec Laya prise en otage. Il savait qu'Akane serait surement réveillée et prête à agir aussi, attendant le meilleur moment, comme Batz. Ce tapage réveillait quelques personnes, mais en voyant ce qu'il se passait, elles préféraient pour le moment rester cloîtrés dans leur chambre. L'on pouvait d'ailleurs entendre plus en bas l'aubergiste que demandait à ses résidents de bien rester cachés dans leur chambre tandis qu'il montait, imprudemment vers l'étage. Il n'allait pas tarder, le pauvre à rester au bout de son couloir, accroupis sans oser s'approcher pour demander ou comprendre ce qu'il se passait, même s'il avait une petite idée.

Batz, perdait de plus en plus son sang-froid, en voyant Laya sans ses bandages pour cacher son visage et sa beauté. Il se rappelait l'année fatidique, et ses instincts prenaient pas à pas le dessus sur lui. Chaque flash qui lui sautait au visage lui faisait resserrer un peu plus les dents tout en grognant bassement, "lâchez-là, lâchez-là", injonction basse que son destinataire ne pouvait entendre pourtant. Un regard aussi carnassier que sa bouche d'ailleurs devenaient les ornements de son faciès. Si bien que Snow commençait à craindre qu'il devienne bientôt incontrôlable. Lui qui gardait son calme et sa sérénité pour ne pas se laisser submerger par l'émotion et en perdre toutes bonnes réflexions. Gondo et Luka restaient cachés dans leurs chambres respectives, attendant que l'orage passe, car ils savaient qu'ils ne pouvaient rien faire d'autre pour le moment. Snow allait employer un genjutsu, considérant que ce fut la meilleure solution, mais il aura agi trop tard. Batz et Snow furent tout deux surpris de l'intervention de Reiichi, dont ils reconnaissaient la silhouette dans le noir. Ce fut rapide et précis, mais terriblement imprudent selon le jugement de Snow. L'homme qui avait tenté de happer Laya se retrouvait dans l'une des chambres, le gorge ensanglantée, il s'étouffait dans son propre sang. Luka courrait immédiatement vers Laya, poussée par l'instinct de protection. Elle la tirait dans la chambre pour qu'elle y soit en sécurité. Mais ce n'était pas tout. Au fond du couloir, il y eut une explosion, qui enveloppait le tout d'une fumée incendiaire et les flammes laissaient place à un trou béant dans le mur de l'auberge par lequel Reiichi s'envolait pour poursuivre le deuxième individu qui lui avait manqué.

Quand l'homme agonisait dans la chambre, et que l'autre s'était enfui par un trou poursuivis par Reiichi, Luka pouvait l'entendre essayer de marmonner quelque chose dans les bulles de sang qu'il faisait. "Rebelles" disait-il, mais elle ne comprenait pas très bien pourquoi. Laya avait l'air tout à fait heureuse, sans prendre conscience de la gravité de la situation, maintenant qu'elle était entre les mains de Luka. C'était à ne rien comprendre... Snow et Batz n'attendirent pas longtemps pour sauter par le même trou dans le mur que celui par lequel l'individu et Reiichi étaient passés. Snow était le plus prudent, il sortait calmement du trou dans le mur de l'auberge, épée en main, et prenant soin d'activer à la fois sa détection et son anticipation. Batz lui, ne bondissait pas de la même façon que Snow, avec calme et sérénité, non, cela ressemblait plus à un chien qui se jetait hors d'un mur avec la rage au ventre, il bavait presque de fureur et l'on pouvait sentir l'appel du sang rien qu'en sentant son aura, ou son odeur aussi d'ailleurs...

Pendant ce temps, alors qu'ils étaient en train de rejoindre Reiichi dehors, l'aubergiste lui, qui avait vu qu'il n'y avait plus de menace à l'intérieur de l'auberge, perdait son sang-froid surtout pour le feu qui se propageait.
-Au feu ! Au feu ! Criait-il.

Gondo sortait immédiatement pour l'aider à l'éteindre à coups de sot d'eau, accompagnés, d'autres résident qui s'étaient immédiatement organisés pour arrêter l'incendie. Luka, pendant ce temps, s'occupait de Laya dans la chambre, pour l'empêcher de faire une bêtise.
-Mais enfin qu'est-ce qui s'est passé ici ?! Hurlait l'aubergiste pendant que tous étaient à la tâche.
Luka qui tenait Laya par la main, émerveillée innocemment par les flammes qui l'hypnotisaient, annonçait alors la nouvelle.
-Des Shinobis... Ils nous ont pris pour des rebelles, je ne comprends pas... Ils ont des bandeaux konohajins, mais je ne suis pas sûr j'ai pas bien vu.
-C'est mauvais ! Très mauvais ! Répondait Gondo en jetant l'eau sur les flammes. Comment tu sais ça toi !
-Le type mort dans la chambre, c'est ce qu'il marmonnait avant de mourir...

Dehors, Snow avec sa détection ressentait la présence de quatre personne, à la lueur de la lune, il remarquait sur l'une de ces personnes le bandeau de Konoha. Immédiatement en suivant, il lançait un genjutsu sur Reiichi, pour s'assurer qu'elle reste de leur côté. Il ne saisissait pas tout à fait tout ce qu'il se passait, il n'avait d'ailleurs pas entendu ce que se disaient Luka, Gondo et l'aubergiste. Pour le moment, il estimait plutôt un quiproquos sans avoir imaginé un seul instant qu'ils purent être confondu avec des rebelles de Shimo no Kuni. Batz était déjà prêt à se lancer dans un épouvantable carnage, mais Snow entamait la conversation avec l'un d'eux.
-Pourquoi vous vous en prenez à nous ?
-Les rebelles n'ont pas la droit à la parole ! Vous n'êtes que des traîtres à votre pays !

Arme à la main, et quasiment assurés d'avoir Reiichi à leur côté, les deux hommes à la lueur de la lune se préparaient maintenant à un sérieux affrontement. Snow connaissait l'emplacement de chacune des personnes présentes. Batz était un peu en retrait, il attendait patiemment, comme un chien aux poils hérissés, que le moindre mouvement de l'ennemi lui donne l'occasion de frapper. Le silence se faisait plus pesant qu'il ne le devrait. Les Shinobi prétendument de Konoha, instinctivement, opérait lentement mais sûrement un encerclement de Reiichi, Snow et Batz, sous leur regard. Chacun se préparait à sa façon, en s'observant... Snow fit un salut de l'épée, comme s'il considérait que le duel était inévitable et alors que la tension fut à son comble, l'un d'eux fit une série de mudras qui projetait sur Batz des branches d'arbres qui tenteraient de l'immobiliser, c'était le coup d'envoie. Batz cependant ne laissait pas surprendre, d'un tour sur lui-même, avec sa gigantesque épée, il pourfendait les énormes branches de bois dans le bruit à la fois sourd et lourds du métal de son épée qu'il accompagnait d'un cris qui tenait plus du rugissement bestial que de l'humain. Les branches de bois volaient en tout sens et Batz saisissait l'occasion pour faire un énorme bon sur son adversaire, l'épée en l'air comme l'épée de Damoclès prête à s'abattre. Snow était pour le moment à l'observation, et attendait que ses adversaires se désignent plus précisément en l'attaquant, c'est quand le premier donnait le ton sur Batz, qu'un autre s'attaquait à lui aussi, il fit une charge sur lui, kunai en main, qui était stoppé par l'épée de Snow qui se trouvait maintenant au corps à corps, chacun forçant sur son arme. Le combat commençait... Cela ne se présentait pas si mal, mais l'un de leurs ennemis coupait l'élan en projetant de sa bouche une énorme vague de lave assez imposante pour tous nous prendre sous elle...


Dernière édition par Snow le Jeu 1 Déc 2016 - 2:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 637
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Sam 5 Nov 2016 - 13:54

Akane fut étonnée de voir le loup explosé la porte pour sortir de la chambre de Raki en trombe. Il était une évidence que c’était bien un animal, et il devait chercher à protéger Reiichi. D’ailleurs cette dernière sortait de la chambre encore habillée comme la veille avec un kunai comme seule arme, mais en même temps, est-ce qu’un ninja avait réellement besoin d’armes pour tuer ? Sans doute pas. Reiichi était extrêmement rapide et direct, elle chargea un des ennemis qu’elle pensait être des nukenins. Un coup de poing pour l’un, et un kunai sous la gorge pour l’autre. Elle nota dans sa tête de ne jamais énerver cette femme, car en combat singulier face à elle, la jeune fille n’aurait sans doute aucune chance. C’était la première fois qu’elle rencontrait quelqu’un de son clan, mais elle paraissait tout aussi bestial ou peut-être même davantage que Batz. C’était assez impressionnant.

La kumojin de son côté restait calme à observer pour le moment accroupit juste devant la porte de la chambre des filles. Elle attendait le meilleur moment pour agir, car la première chose à faire était de délivrer Laya qui semblait devenir encore plus folle que d’habitude ainsi retenu en otage. C’était sa façon de réagir vu la tourmente dans laquelle son esprit était. Elle fut tout de même surprise de sentir une explosion qui fit trembler l’auberge. Elle chercha à savoir d’où cela pouvait provenir, et qu’est-ce que cela pouvait dire. Ces nukenins cherchait à tuer tout le monde et effacés leurs traces ? Cela ne pouvait être que cela, c’étaient de véritables monstres. L’avantage finalement, c’était la fumée épaisse qui se répandait dans le couloir, elle pourrait ainsi être plus discrète. Visiblement, le temps à la diplomatie était déjà fini, et les armes devaient parler.

Les clients de l’auberge quoi que pas trop nombreux commençaient à s’inquiéter de la situation, mais il ne fallait absolument pas qu’ils nous gênent dans l’opération de sauvetage. Elle posa alors deux doigts sur son œil en faisant un mudra d’une main de l’autre. Il fallait qu’elle puisse localiser facilement même dans cette fumée les ennemis, mais surtout Laya. Elle sembla comme détacher son œil de son visage, mais heureusement rien de trop morbide. Ce fut une sorte d’œil éthérée de vent qui rasait les murs, puis le plafond afin d’aller distinguer ce qui se passait plus loin. Elle avait une vision directe de la situation, et déjà elle formait à deux mains avec un œil fermé la prochaine technique. Il fallait simplement la faire au bon moment sans se gêner entre nous. Elle entendit la voix du responsable de l’auberge demandé à tout le monde de rester dans sa chambre. Elle était plutôt rassurée d’entendre cela, elle ne pensait pas que des civiles oseraient tenter leurs chances contre des ninjas taillés pour tuer. Elle fut assez rassurée que Luka reste dans la chambre comme elle lui avait demandé, mais de toute façon, elle bloquait la sortie pour le moment. Elle n’aimait pas ce qu’elle voyait, Luka força le passage pour aller récupérer Laya à la barbe du pauvre ninja qui venait de se faire égorger par erreur.

« C’est pas vrai ! »

Immédiatement, Akane fit sa technique, et elle se transforma en une sorte de brume volante passant au travers de chaque personne ou obstacle. Heureusement que la fumée était là, ainsi personne ne pourrait sans doute l’identifier comme une Gogyou. Elle n’était pas de celle qui aimait la célébrité. Elle se dirigea alors rapidement vers Laya et Luka afin de les protéger contre les ennemis. Elle sortit son wakizashi et finit par planter la lame sans aucune hésitation dans le cœur de l’ennemi afin de l’achever. Elle n’avait pas peur, et vu la situation, impossible de faire des prisonniers. Elle gardait sa technique de vision dans le couloir pour le moment afin de ne pas être surprise, tandis qu’elle attendait le regard fixe vers la porte de la chambre. Cette fois-ci, sa main de libre était en arrière afin de signifier de ne pas bouger pour le moment. Elle renifla un peu et bien vite elle vit que les flammes attaquaient l’auberge. Elle devait faire sortir le plus de monde possible et surtout les deux femmes sous sa protection.

« Laya et Luka sécurisé ! Tout le monde doit sortir rapidement de l’auberge et trouver une cache ! L’auberge est en feu ! »

Cria alors la genin de Kumo, qui n’allait pas abandonner la moindre personne ici, qui n’avait rien demandé au final. Elle était de celle cependant à avoir un cœur, et cela ne gênerait pas la mission que de sauver les civiles piégés par leurs fautes. Elle était bien consciente que ce soit des nukenins ou autre chose qui attaquaient ce lieu, c’était pour l’un d’entre eux. Les deux samouraïs sortirent rapidement par le trou, la suite de l’action visiblement allait se dérouler dehors juste devant l’auberge. Ils allaient devoir trouver un moyen pour extraire les non-combattants hors du champ d’opération. Oui, elle n’était pas du Satoru pour rien. Elle brisa sa technique de vision, car il ne fallait plus rester ici. Elle ouvrit en grand la fenêtre de la chambre où Laya et Luka s’étaient réfugiées. Elle enchaina à nouveau des mudra pour recommencer à voler avec les deux femmes cette fois-ci.

« Aller c’est partie ! On sort de là et après vous allez vous cacher loin de nous ! »

Akane commença à courir alors et se transforma en une sorte de mirage de vents emportant jusqu’au sol délicatement les deux femmes. Elle pointa immédiatement une direction qui lui paraissait sûre sur le coup. Elle n’avait pas pris le temps de regarder avec attention l’ennemi qu’elle avait achevé, c’était sans importance d’ailleurs. Elle ouvrit en gros les yeux en entendant Luka dire que c’étaient des ninjas de Konoha. Immédiatement, elle pensa alors à Reiichi du même village. Elle ne devait pas être au courant de cette opération, car elle les avait chargé et même égorgé l’un d’entre eux. Cependant, elle devait tout de même faire très attention à cette personne. Elle s’occupait pour le moment de faire sortir tout le monde en criant de nouveau.

« Allez tout le monde dégage d’ici ! Kumo va s’occuper de la situation, mais vous ne devez pas rester ! »

La jeune genin savait bien comme le théâtre d’opération de ninjas pouvait rapidement dégénérer. Visiblement, l’un de ceux de Konoha venait de lancer une attaque contre Reiichi. Sans doute que piégé cette dernière dans un genjutsu était une erreur, mais ce qui était fait l’était. Snow cherchait toujours à calmer la situation en parlant, mais visiblement, le conflit avait tout de même commencé.

« Je ne sais pas à quoi vous jouez, mais nous sommes des forces régulières de Kumo et vous n’êtes pas les bienvenus ici. »

Commenta alors Akane sur le côté traitre à son pays. C’était une accusation ridicule, mais sans doute que ce n’était pas pour elle finalement. Un ninja commença alors des mudras et frappa de ses deux mains le sol. La terre se fissura provoquant des morceaux de rocher en l’air, d’autre s’affaissèrent transformant rapidement le terrain en un terrain chaotique et si Akane et ses coéquipiers ne faisaient pas attention, ils pourraient bien se retrouver ensevelis ou s’éparer. Les ninjas de Konoha avaient un objectif simple, et faire perdre du temps à ceux de Kumo pouvait être une bonne idée. Un spécialiste du taijutsu chargea alors Reiichi afin de la mettre au sol ou au moins pouvoir la maitriser. En voyant les deux samouraïs, il était facile de deviner qu’il ne risquait pas de marcher sur les murs. Ceux de Konoha étaient assez expérimentés pour identifier du premier coup d’œil des samouraïs. Une vague de lave se déchaina en passant par ce qu’il ressemblait davantage à un labyrinthe maintenant, mais extrêmement dangereux. Sans plus attendre, Akane monta le long d’un pique le plus haut possible, bien décider à neutraliser ou tenter du moins celui qui provoquait tous ces manipulations de terre et de lave. Elle enchaina alors une suite de mudras en accumulant une formidable énergie dans son bras. C’était une technique qu’elle n’avait jamais encore tenté sur un champ de bataille, et c’était sa plus puissante. Son bras s’était transformé en vent alors qu’il crépitait presque de l’énergie. Elle posa alors sa main de libre tout à fait humaine sur le coup et pointa le ninja responsable de la lave et ce à une distance très importante. Elle serra les dents en sentant qu’elle ne pourrait contenir plus longtemps une puissance pareille, et qu’elle devait procéder au tir. Son bras tremblait légèrement alors qu’elle ferma un œil afin de bien viser, puis un laser de chakra de vent pur parti à une vitesse folle dans la direction prochaine du ninja de Konoha. Le laser quasiment mortel transperça alors un morceau de rocher en poursuivant sa route irrémédiablement jusqu’à sa cible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 858
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Sam 12 Nov 2016 - 18:10

Reiichi croisa ses bras devant son visage, se préparant à essuyer la nuée de shuriken. Elle ne sut pourquoi, mais son temps de réaction face à ce genre d'attaque d'ordinaire si dérisoire pour elle, fut comme doublé, ou tout au moins perturbé. Comme si quelque chose était venu interférer avec son esprit, avec sa conscience. Plus qu'une seconde avant que les étoiles de métal ne la lacèrent, elle attendit, mais rien à part ce son qui résonna à son oreille. Le gémissement de Raki, et le bruit épouvantable de son corps s'écrasant sur le sol. Son regard fut immédiatement happé par la détresse de son plus fidèle ami. Elle aurait voulu, immédiatement, lui venir en aide; le sortir de cette situation, le protéger. Mais quelque chose l'en empêcha, une force invisible faite de rage, de violence et de haine.

A plusieurs mètres devant, elle vit sortir de la pénombre du bois la silhouette d'un homme; du ninja qui venait de l'attaquer. Ses yeux fendus d'une pupille méconnaissable, les canines déployées et les muscles bandés; elle prit la direction de l'ennemi. En s'approchant, toujours davantage, elle parvenait à voir les lèvres du ninja se mouvoir silencieusement. Un sifflement strident perçait ses tympans, elle n'entendait et ne répondait désormais plus de rien, tout autour d'elle s'était évanoui. Allié comme ennemi. Elle n'avait plus qu'une chose en tête, venger le mal infligé à son congénère, sa seule famille. Le shinobi toujours face à elle brandissait un kunai, et continuai de parler, pour rien. Puis, soudainement il la chargea, résolu à la stopper.

Avant qu'il ne l'atteigne, l'Inuzuka joignit les mains et la terre se mit à trembler de toutes parts, se fissura par endroit, et deux gigantesques murs de pierre se dressèrent entre les deux camps, au milieu de la lave et des autres jutsu déchainés dans ce début d'affrontement. Une protection qu'elle prodigua aux Kumojin, quasi instinctivement mais pourrait aussi s'avérer être un atout pour leurs opposants. La seconde suivante, le ninja se jetait sur Reiichi, son premier coup; un direct dans la mâchoire n'ébranla pas ou peu la Kunoichi. Cette attaque sans conséquence ne le découragea pas, il continuait d'enchainer habilement ses prises taijutsu, auxquelles la Konohajin répondait aussi efficacement à l'aide d'esquives, de parades.

Après une poigné de secondes d'un échange vigoureux, le spécialiste du taïjutsu fit un bond en arrière pour reprendre son souffle, il regardait aux alentours; leur combat les avait mené jusque dans le bois d'où il était sorti; à plusieurs dizaines de mètres on pouvait encore entendre la bataille que menaient les Kumojin, l'incendie de l'auberge et les éclats de voix. Les flammes s'élevant de la bâtisse donnaient au ciel une couleur orangée, presque agréable à l'œil si on ne tenait pas compte de son origine. Enfin, tout ceci échappait clairement à la combattante de la feuille qui restait focalisée sur son adversaire. Les deux guerriers étaient debout, faisant face à l'autre. Le shinobi dont l'avait protégé Raki tentait encore, vainement, de parler.

Ses mots la laissaient de marbre, son regard animal suintait la rage et la haine et plus le temps s'écoulait plus son état semblait se dégrader. Une rage qui se muait peu à peu en une soiffe de sang au semblant irréversible. C'était là le point de culminance, de non retour. La bête qui sommeillait en elle se réveillait, et la notion de ce qui l'entourait s'effaçait, le bien et le mal se mêlait pour ne former qu'un tout qu'il fallait, à tout prix, massacrer. Le déchirement de la peau, le craquement des os composaient une macabre mélodie révélatrice d'une mort prochaine. La douleur qu'elle ressentit fut de très courte durée, pour ne laisser place qu'au néant et à la violence.

L'assaillant devenait la proie, reculait à la vision qui lui apparaissait dans la pénombre des bois et prenait la fuite. Sautant d'arbre en arbre, espérant échapper à son inexorable destin. Il était trop tard. La bête s'était élancée à travers les arbres, broyant chacun d'entre eux de ses griffes acérées, ou plus simplement en leur rentrant dedans. Le vacarme avait fait fuir tous les autres habitants de ces lieux, chacun sachant ce qui parcourait, déchirait l'obscurité. L'odeur, les bruits de l'homme étaient autant d'indices permettant sa poursuite. Dans la précipitation et la crainte de ce qui se profilait, il ne prêtait plus attention à rien d'autre que sa survie, aussi mince était elle.

Sa fuite ne dura pas longtemps, le ninja comprenait qu'il n'avait aucun moyen de la distancer. Alors, comme un bon shinobi, il s'opposa. Il fit face à la créature bipède aux allures de loup, qui projetait sur lui son ombre sans fin, sous une lune presque pleine. Quelques mûdras, il laissa se déverser sur elle un jet de flammes qu'on aurait pu voir depuis Konoha. Le brasier finit, il ne restait plus rien; que des arbres calcinés et une terre brûlée. Il l'avait eu. L'avait il eu ? Il entendit un grognement dans son dos, et la dernière chose qu'il vit furent les crocs tranchants d'une gueule béante se refermer sur son visage. La dernière chose que l'on entendit de lui fut un cri d'effroi et de douleur qui résonna au milieu de la sombre forêt. Un cri à réveiller les cadavres, audible de loin, certainement.

Un nouveau hurlement, cette fois à glacer les os même du plus redoutable des loups s'échappa du feuillage clairsemé du bois. Le pelage, la peau, la gueule et les griffes maculées de sang et de morceaux de chair la bête se redressa au dessus du cadavre et fixa au travers de la broussaille. Écouta un instant les autres bruits et se précipita. Filant cette fois sans causer le moindre dégât, elle réapparue hors du bois et se jeta sur le premier venu, le plus proche. Tentant par tout les moyens de le mettre en pièce, ce qui ne rata pas. Ce ninjas occupé à combattre les Kumojin, ne l'avait pas vu sortir du noir. Ses griffes se plantèrent dans son dos, au niveau de ses côte, à quelques centimètres de sa colonne vertébrale et le déchirèrent de l'intérieur, vers l'extérieur; répandant au sol son contenu.

L'homme s'effondra, il lui fallait maintenant une nouvelle victime pour étancher sa soiffe de sang. Un instant, elle fixait un homme, celui qui affrontait sa précédente victime. Cheveux noirs, arme démesurée. Il serait le prochain. Une impulsion, la poussière se souleva, le sol craqua sous la pression; la créature n'était plus qu'à quelques mètres de lui.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Jeu 17 Nov 2016 - 15:14

PNJ:
 

Couleur dialogue Snow
Couleur dialogue Batz
Couleur dialogue Luka
Couleur dialogue Gondo


Il était bien difficile de s'y retrouver dans ce méli-mélo d'attaques et de tirades. Un festival chatoyant de techniques où les meilleurs stratèges auraient pu se perdre. Batz était aux prises avec un adversaire et Snow en était au même point quand la vague de lave allait emporter tout ce beau monde, y comprit la Konohajin Reiichi, tous, emprisonnés dans une sorte de labyrinthe de terre. Personne n'avait vraiment eut le temps de comprendre ce qu'il se passait, et c'était non pas à coup de réflexions poussées et mangaquesque que s'opéraient les actions, mais à coups de gestes instinctifs et irréfléchis. La Konohajins sauvait tout le monde, il fallait le dire, avec ses deux murs de pierres qui portaient la lave sur les côtés de la petite troupe. Ni Snow, ni Batz, ne comprenait vraiment ce qu'il se passait. Akane avait aussi agit, mais pas le temps, encore une fois, de comprendre réellement ce qu'il se passait.

Pas le temps de penser, celui qui avait projeté la lave était maintenant face à une technique de Akane, qui était rapidement rejoindre par Batz qui s'était débarrassé de son adversaire alors que Snow en fit autant du sien. Un petit carnage débutait ainsi, tandis que Reiichi partait à la poursuite de ce qui semblait être le dernier adversaire vivant. Cet homme s'était en effet enfuis dans les bois après avoir blessé le loup de la Konohajin. Snow et Batz n'avaient cependant pas vraiment le temps de s'occuper de cela. Quand les choses se calmaient non loin de l'auberge dont le feu perdait en puissance grâce aux efforts de ses occupants, les deux guerriers et Akane retrouvaient Laya, tenue par Luka et Gondo. Ils étaient tous sortit dans la panique pour rejoindre la troupe. Le pauvre homme qui se retrouvait alors face à Batz et Akane n'avait pas la moindre chance de survie et Snow restait pour le moment immobile, sabre en main, à observer silencieusement tout autour de lui pour tenter de mettre de l'ordre dans son esprit et dans les événements.

-Restez en retrait ! Criait-il comme rarement à Luka et Gondo.

Tout le monde était saint et sauf, et c'était le principal. Batz et s'était aussi finalement calmé, car la présence d'Akane à côté de lui l'apaisait curieusement, mais il ne rangeait pas l'épée pour autant. Sous cette demi lune, à l'éclairage en perdissions de par les flammes de l'auberge maintenant presque éteintes, chacun reprenait petit à petit son calme et son souffle. Plusieurs étaient morts au sol, cela ne semblait pas attristés nos différents comparses, hormis Laya, qui dans sa folie bucolique paraissait s'amuser de la situation. Batz cependant restait très méfiant, il tournait le verbe vers Snow pour lui faire entendre son inquiétude.

-La Konohajin. Faut la poursuivre tu crois ?
-Non, ça ne servirait à rien. Ce sont des gens de son village qui nous ont attaqués, elle est autant dans la panade que nous. La seule chose qu'on peut faire c'est de ne pas laisser de témoin.

Il ne faisait aucun doute que quoi qu'il arrivait, l'aubergiste refuserait maintenant d'héberger tout ce beau monde, il fallait aussi penser à se débarrasser de tout ces cadavres qui étaient d'autant de preuves d'un massacre que tout le monde aurait voulu éviter. Il y avait aussi le loup de la Konohajin qui était blessé et que Batz s'empressait de prendre dans ses bras. Le loup était sans doute réticent, mais trop mal au point pour se rebiffé. De plus, malgré sa taille imposante, Batz restait capable de le soulever fort heureusement pour le conduire au moins un peu à l'écart.

-Il faudrait soigner cette bête. Sa maîtresse nous a aidé, on lui doit bien ça.

Snow ne répondit pas, et cela suffisait à faire entendre qu'il ne protestait simplement pas. Luka et Gondo à côté de cela ne se permettaient pas de parler, cela n'aurait été que pour combler le vide, et ils ne comprenaient pas plus que Bat, Snow et Akane ce qu'il se passait de toute façon. Batz déposait le loup près d'eux, et Luka qui laissait Laya sous la surveillance de Gondo, allait s'enquérir de sa santé, soin certes sommaire, mais suffisant pour le maintenir en vie. Elle était hésitante et effrayée, mais elle en avait vu d'autre et quoi que prudente, paraissait bien s'en sortir malgré tout.
C'était alors qu'on entendit quelques grognements et un cris dans la forêt qui fit reprendre à Batz son épée en main. Le grand guerrier noir s'adressait alors à Akane en prenant le pas un peu devant elle comme pour lui servir de bouclier humain.
-Reste sur tes gardes !

Snow restait plus calme et plus analytique, le visage fixé à la forêt en se demandant ce que cette curieuse soirée pour bien encore leur préparer. Laya, retenu par Gondo, avait l'air amusée et désireuse de se rendre vers la forêt, mais heureusement la poigne de Gondo savait la retenir et Luka qui était encore occupée à soigner Raki, tremblotait tant son imagination lui faisait entrevoir le pire. C'est alors que chacun pouvait apprécier la nouvelle tenue de la Konhajin. Cet air bestial et poilu qui faisait maintenant sa teneur qui se jetait sur un adversaire qui avait échappé à tout le monde et le déchiquetait sous leurs yeux. Cela laissait entendre à chacun, malgré cette apparence, qu'il s'agissait sans doute de Reiichi. Une Inuzuka après tout... C'était encore un carnage incompréhensible au quel ni Batz ni Snow n'avaient souhaités se mêler cette fois. Ce prétendu Konohajin qui se faisait littérairement dévoré par ce qu'on pouvait clairement appelé un loup-garou allait sans doute s'en prendre à un membre de cette troupe, alors aucune pitié ne pouvait prendre au cœur nos protagonistes. Cependant quand ce loup relevait le regard vers eux, il ne semblait avoir plus de présence d'esprit qu'un Batz en état de rage. Snow remarquait immédiatement à l'oeil et à sa façon de se conduire que cette bête allait certainement s'en prendre à eux sans distinction d'allié ou d'ennemi. Snow ne savait hélas pas comment réagir, il lui déplaisait d'avoir à tuer cette créature, Batz en était au même point. Alors, arme en main bien sûr, le samouraï blanc tentait une approche. Son but était de détourner l'attention de la bête pour donner le temps à Akane de former une prison de vent sur elle, le temps qu'elle se calme. Batz, pendant ce temps, restait méfiant, mais il éprouvait une étrange sympathie en même temps pour cette bête, allez savoir, entre sauvages peut-êtres se comprennent-ils...

-Regarde-moi, regarde-moi, du calme...


Dernière édition par Snow le Jeu 1 Déc 2016 - 3:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 637
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre] Lun 21 Nov 2016 - 12:14

Il était difficile de bouger avec les mouvements de la terre qui avait eu lieu, mais tout en haut de son perchoir et loin de la coulée de lave, Akane put voir alors le compagnon de la Konohajin se faire toucher par une nuée de shurikens. À tous les coups, le loup géant venait de se sacrifier pour se prendre les coups à la place de sa maîtresse. Elle était gênée et triste de voir cela, mais elle devait rester concentrée dur le combat, elle ne pouvait se laisser distraire par des sentiments quel qu'ils soient. Elle vit Reiichi chargée le ninja ennemi, mais quelque chose n'allait pas. Reiichi réussit tout de même malgré sa rage à dresser un mur de pierre pour protéger les samouraïs de la lave. Akane n'avait pas à le faire de cette façon-là, du moins essayer de protéger ses compagnons. C'était dans ce genre de cas qu'elle se rendait compte à quel point ses techniques d'attaques n'étaient tournées que pour elle et non pour ses alliés. Le combat faisait rage et Reiichi se fit assaillir, mais on pouvait sentir l'assurance et la puissance de la ninja presque trop expérimenté pour être humaine. Elle esquivait les attaques aux corps à corps, chose que l'adolescente serait bien incapable du moins de cette façon. Cela devenait presque comme une œuvre d'art de voir le combat qui la distrayait un bref instant, mais pour sa défense, ce n'était pas tous les jours que l'on pouvait voir une personne de cette prestance et assurance se battre. C'était d'un style totalement différent de Snow, et là cela ne pouvait que plus la toucher car c'était une ninja comme elle.

Reiichi et son opposant c'étaient retrouvés en bordure de forêt à échanger coups et parades. L'auberge était en flammes maintenant, mais visiblement cela se calmait petit à petit et sans personne qui magnait l'eau dans la région. Les pauvres civiles devaient être tous sortit à priori, du moins elle l'espérait. Elle ne voulait pas que des personnes innocentes se fassent tuer par leur faute. Elle se fit rappeler à la réalité du combat lorsqu'elle entendit des bruits étranges d'os, de chaires déchirées. Élément tourna rapidement son regard dans la direction du bruit et elle découvrit Reiichi en pleine transformation. Était-ce une technique ? Si c'était le cas, elle avait la curieuse impression que ce n'était guère volontaire, comme si sa propre technique s'imposait à la Konohajin de force. Son adversaire en recula doucement, mais c'était plus de la peur qu'un réel placement très utile. Elle ne pouvait le blâmer, faire face à une adversaire de la sorte ne pourrait guère faciliter à garder son calme. Cette femme si gentille précédemment était devenue une monstruosité plus du tout humaine. Est-ce que c'était cela la puissance de son clan ? Après tout, elle pouvait nager son corps en vent entièrement, il serait difficile de lui en tenir rigueur. L'adversaire et Reiichi commencèrent à se poursuivre dans la forêt, c'était une bonne chose, plus elle irait loin mieux ce serait. Un jet de flammes terribles embrasa la forêt, et Akane eut presque envie d'aller voir ce qui se passait par instinct pour aider Reiichi, mais elle entendit un hurlement d'un homme, alors c'était sans doute rassurant d'une certaine manière. Elle se pinça les lèvres en regardant la scène apocalyptique suisse déroulait sous ses yeux. De la lave, un feu de forêt, une bête moitié humaine moitié loup, l'auberge en feu, c'étaient beaucoup en si peu de temps.
 
L'adolescente aurait pu être heureuse d'avoir réussi une technique très élevé pour son niveau, d'avoir touché si durement un adversaire à longue portée, mais cela paraissait dérisoire par rapport à ce qu'il se passait sur ce champ de bataille. Elle n'avait clairement pas la puissance pour suivre un échange pareil d'attaques. Elle n'avait jamais vu un tel déchaînement d'attaques si massives et rudes, mais elle n'était pas du genre à paniquer. Elle gardait sa tête froide en toutes circonstances ou presque, mais point de haine cette nuit-là ne venait la faire perdre pied de son côté. Snow ordonna dans un cri à sa petite famille de se mettre dans un coin loin du combat, il était certains qu'ils n'allaient pas rester en plein milieu du champ de bataille, et il ne pouvait pas le savoir, mais elle avait tout fait pour les aider à se regrouper et s'organiser un minimum.

Akane entendit l’échange entre Snow et Batz, pas laisser de témoin ? A quoi faisait-il mention exactement ? Il n’allait pas demander d’éliminer les civiles tout de même ? Car là, elle ne serait pas du tout d’accord, et il devait s’en douter. Ils n’étaient pas dans une mission officielle et seulement là pour récupérer sa petite famille. Les ninjas ennemis d’où qu’ils viennent allaient être recherchés d’une façon ou d’une autre, et puis ils n’avaient rien fait de mal. Batz prit soin de déposer le loup géant au bon soin de Luka, c’était une bonne chose, car il ne pourrait sans doute plus combattre avant un moment. Puis un hurlement d'un loup, dont elle connaissait nécessairement la provenance. Batz se dressa avec sa lame devant Akane comme pour la protéger. Elle resta comme si de rien n’était à fixer la forêt, elle n’était pas du tout une combattante de corps à corps, alors elle n’avait pas de pose de combat pour réagir. Très rapidement elle vit revenir Reiichi ou ce qu'il en restait tout du moins, elle sauta par derrière sur sa proie et lui déchira le dos avec une force sans commune mesure. Le seul souci était que Reiichi débarrassée de deux ennemis semblait chercher à s'en prendre à Batz sans aucune hésitation. Akane ne la connaissait pas plus que cela, mais ce n'était guère très logique de la part de la Konohajin. Elle ne pouvait sans doute plus se retenir, et il était facile de savoir pourquoi, l'attaque sur le loup et le voir à terre.
 
Akane savait bien qu’il serait inutile de tenter quoi que ce soit de violent contre Reiichi en loup-garou. Elle avait bien pensé à la cage de vent qui permettait de ne pas blesser la cible, mais elle avait bien vu au mont infinité que quelqu’un de suffisamment fort pouvait briser la technique sans problème, et elle ne doutait pas qu’un loup garou le puisse. Non, elle avait une toute autre idée, elle tourna son regard dans la direction Luka avec espoir que le loup avec reprit conscience, qu’il paraissait plus en forme, car elle allait avoir besoin de lui maintenant que les ennemis étaient pour ainsi dire tous mort ou neutraliser. En un saut, elle se retrouva alors au près du loup, qui avait repris conscience partiellement. Elle commença à le porter sur l’épaule en mettant son corps sur son propre dos pour le soutenir malgré les réticences de Luka. Ce n’était pas une bonne idée du tout de le bouger tant qu’il n’était pas totalement stabilisé, mais il ne saignait plus, et reiichi représentait trop un danger pour ne pas prendre le risque. Elle se plaça alors rapidement derrière Batz qui tenait pour le moment en respect la louve-garou.
 
 « Il est en bonne santé, regarde, il va bien. Le combat est terminé, les ninjas sont morts, tu as gagné. Il faut que tu t’occupes de ton loup pour le soigner. Il faut que tu en prennes soin, tu comprends ? On a besoin de toi en forme humaine !   »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Clair de lune et bois brumeux [Partie 3][Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni-