N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Groupe #1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spécial
avatar
Informations
Messages : 2236
Rang : Par

Message(#) Sujet: Groupe #1 Jeu 27 Oct 2016 - 14:23



CONTEXTE

    La soudaineté de l’épreuve numéro deux en aurait surpris plus d’une : recevant une lettre le matin même, une semaine seulement après être revenu de l’île du démon, on vous convoque dans une salle de l’Académie à 14H précise. Vous savez juste que vous ne devez rien ramener d’autre que votre personne.

    Dans le hall de l’académie ce jour-là, des Chûnins à la pelle, que vous connaissez ou non, que vous avez croisé ou non sur l’île. Quoiqu’il en soit, vous ne pouvez accéder aux salles d’examen avant qu’on vous ne le dise… Et on ne vous l’autorise qu’à partir de 16H, soit deux heures après qu’on vous ait convoqué.

    Un par un, vous parcourez les couloirs jusque dans votre salle, dans laquelle vous rentrez. Un examinateur s’y trouve déjà…


RÈGLES HRP
    Ø Vous avez 36h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, vous aurez une seule et unique fois 12h supplémentaires. Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu du groupe.
    Ø Chaque personnage a droit à un seul délai de 24h s'il poste dans le bureau de SNH.
    Ø En cas de soucis, vous pouvez contacter @Aburame Mizuki.
    Ø Votre premier poste s’attèlera à décrire votre arrivée, votre attente et votre entrée dans la salle.



RÈGLES ET INFORMATION INRP
    Ø Vous n’êtes pas que 4 à passer l’examen : vous n’êtes que quatre parmi d’autres. J’estime le nombre de participants à cette deuxième épreuve à une vingtaine.
    Ø Vous avez attendu deux heures dans le hall sans aucune information, puis on vous a autorisé à vous rendre dans la salle d’examen indiquée dans le courrier reçu le matin même.


PARTICIPANTS ET ORDRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 573
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Ven 28 Oct 2016 - 20:11




Ce matin, dans les environs de huit heures et demie, le jeune homme reçut une nouvelle missive concernant la deuxième épreuve pour l’examen Jônin. Cela faisait une semaine maintenant qu’il était revenu de l’île du démon, après avoir survécu à soixante heures dans cet endroit maudit ou le danger était presque omniprésent. Le Hyûga s’attendait à quelque chose d’encore plus dangereux et difficile pour le second test de l’examen. Lisant attentivement chaque ligne de la lettre qu’il avait reçue, celle-ci était plutôt assez maigre en information. Ryokai fut assez étonné au début, il devait s’attendre à autre chose visiblement. Le chunin était convoqué à L’académie à quatorze heures précises, pas une minute de plus, certainement pour une évaluation écrite ou quelque chose dans le style même si ce n’était qu’une simple supposition de sa part. Il n’avait rien à préparer, il n’avait juste qu’à se rendre là-bas dans l’après-midi à l’heure précise écrite dans cette lettre. Rangeant cette dernière dans un coin précis sur bureau dans le salon pour ne pas l’oublier.


Le jeune homme avait encore quelque heure devant lui avant de partir pour son examen, sa jeune compagne n’étant pas à la maison, celui-ci fit prendre un peu l’air à son chien, marchant dans les environs du quartier à ses côtés. Une fois le temps qui lui imparti était écoulé, il devait se rendre directement là-bas en refermant tout derrière lui. Il n’avait aucune idée de la durée de celle-ci, il laissait alors un mot sur la table du salon pour éviter des inquiétudes inutiles. Le chemin fut simple, le connaissant sur le bout des doigts comme tout membre du village digne de ce nom. Tout comme la précédente épreuve, le nombre de chunin sur place était assez important, même si, ils étaient beaucoup moins nombreux que la précédente. Ce qui était tout à fait logique, contenu des événements récent. Certains visages lui étaient familiers alors que d’autre lui était totalement inconnu.


Prenant place dans le hall principal du bâtiment, celui-ci attendit son appel malgré qu’il fut légèrement en avance. Une fois l’heure précise arrivée, le moment fatidique arrivé, les organisateurs annonçaient aux participants que ceux-ci n’étaient pas encore autorisés à accéder aux salles d’examen. Chacun allait devoir attendre jusqu’à seize heures, d’un air légèrement surpris, le noble n’avait plus qu’à patienter jusque-là. Était-ce due à un imprévu où cela faisait-il partie de l’épreuve ? Soupirant légèrement, il croisait les bras, fermant doucement les yeux en prenant son mal en patience. Finalement, lorsqu’il fut enfin l’heure du test, le jeune homme ouvra les yeux en prenant la direction de la salle qui lui avait été désignée. Frappant à plusieurs reprises sur la porte en bois, celui-ci pénétra à l’intérieur en saluant son examinateur.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 833
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Ven 28 Oct 2016 - 21:54

Qui aurait cru qu’un jour viendrait où j’aurais de nouveau affaire à l’examen Jônin? Non pas que mon titre était remis en question – et ce n’était pas le genre de chose que l’on repassait à tous les quatre ans de toute façon – mais plutôt j’avais été demandé pour prendre la place d’examinateur. Je ne me rappelais pas avoir rencontré d’examinateur lors de mon propre examen, mais encore là autre temps, autres mœurs. Chaque Hokage avait été unique en son genre et avait eu une vision bien précise de son village, et nul doute que les examens pour qualifier leurs troupes reflétaient tout cela. En ce qui concernait le présent examen, tout semblait montrer que l’Hachidaime valorisait l’opinion et le jugement de ses hommes pour déterminer si les Chûnins évalués avaient la trempe pour faire le saut chez les Jônins. J’avais entendu parler de la première épreuve que Mizuki-sama leur avait concoctée, une épreuve sur le terrain qui n’allait pas sans me rappeler la mission urgente qu’on nous avait servis, dont seulement une vingtaine avait réussis. Maintenant que leur résistance physique avait été mise à l’épreuve, il était de voir comment il réagissait à un peu de pression.

Je ne savais pas encore quel Chûnin je serais amené à interviewer, mais depuis que j’avais été annoncé la nouvelle, je n’avais pas cessé de penser à des approches que je pouvais prendre pour cet entretien. Cela n’avait pas été explicitement mentionné, mais tous les Jônins qui avaient été présents dans la salle savaient que nous étions pour laisser aucune chance à ces Chûnins. Dans mon cas, cela demandait un peu plus de travail que pour d’autres. Vous me connaissez, je ne suis pas du genre froid et impitoyable… Bon d’accord, peut-être que ça dépend de la situation, mais sur commande envers quelqu’un que j’ignorais était loin d’être ma spécialité. En même temps, j’essayais de trouver les qualités que je cherchais chez mon candidat. Qu’est-ce qu’était un bon Jônin? Étais-je un bon Jônin? Non, on oublie la dernière question, nous ne sommes pas là pour cela. Avec ces questions en tête, les quelques jours que duraient la première épreuve passèrent et la semaine de repos qu’on leur avait accordés aussi jusqu’à ce qu’arrive finalement le jour tant attendu. Je savais que les entrevues commençaient seulement qu’en après-midi, mais je voulais avoir le temps d’étudier le dossier du Chûnin que j’aurais à évaluer.

Cela devait sûrement faire de moi un bon Jônin puisqu’en arrivant à l’Académie je vis plusieurs autres Jônins entrer dans le bâtiment. Je reconnus Yusei-san et Satochi-san et je pensais avoir senti l’odeur de Raki, mais lorsque j’arrivai dans la salle qu’on m’avait attribuée je remarquai qu’un autre Jônin était présent. Ce dernier me sourit et m’expliqua que nous avions été jumelés à la dernière minute. Hochant la tête, je le rejoins à la table et ouvris le dossier. Aussitôt, l’image d’un jeune homme aux traits fins encadrés de cheveux de jais s’offrit à moi, mais ce qui ressortait le plus du visage du jeune homme était ses yeux blanchâtres. Hyûga Ryokai, Chûnin et membre de l’équipe Tsubomi, l’équipe de l’Hachidaime elle-même. Nous allions évaluer l’élève de l’Hokage? Pas de pression, surtout. Je feuilletai les pages de son dossier alors que je regardais ses antécédents et ses faits d’honneur. Je vis que parmi ses plus hauts faits il avait aidé à gagner les Senritsu de notre côté et ne pus m’empêcher de jeter un regard rapide vers mon collègue. Je replongeai toutefois mon regard sur le dossier lorsque le sien se leva vers moi, faisant attention pour qu’il ne voie pas que je le regardais. Vint finalement le temps tant attendu et je pris place derrière la table en compagnie de mon collègue. Ce dernier devait arriver d’un moment à l’autre. Après quelques minutes d’attentes, j’entendis cogner à la porte et le jeune Hyûga entra dans la salle. Prenant aussitôt l’air faussement affable que nous avions convenu que j’allais prendre, j’indiquai le siège devant nous de la main, l’invitant à s’asseoir devant nous.


- Hyûga…. Ryokai, c’est bien cela, hm? Assieds-toi, je t’en pris. Je ne détachai pas un instant mon regard de lui alors qu’il traversait la salle et venait s’asseoir devant nous. Avant de commencer, je tenais à te féliciter pour être passé à travers la première épreuve. Sérieusement, on m’a raconté comment tu t'es… débrouillé et c’est presque un miracle que tu te retrouves devant nous. Enfin bref, maintenant que les civilités sont passées, es-tu prêt à commencer l’entretien? Très bien, commençons.

Je lui avais posé la question histoire de faire un semblant de politesse, mais ce n'était pas pour cela que nous étions là aussi n’attendai-je pas qu’il prenne la peine de répondre avant de continuer. Le but n'était pas d'écouter ses états d'âme et ses sentiments face à cette épreuve, mais bien de savoir s'il était prêt ou non à venir nous rejoindre parmi les Jônins. Ce n'était pas en lui faisant des fleurs que nous le préparions à faire le grand pas de toute façon alors autant de pas y aller dans la dentelle. Qui plus est, cela aurait peut-être l'effet de le déstabiliser momentanément, ce qui était exactement ce que je cherchais. Ayant été celui qui avait brisé la glace avec notre candidat, il serait à mon collègue examinateur d’enchaîner avec la première question. Voyons voir comment il réagissait lorsqu’il n’avait aucun contrôle sur le rythme de la discussion.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 660
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Dim 30 Oct 2016 - 2:23

C’était avec une certaine fierté que j’avais accepté de prendre part à l’examen Jônin. Non pas en tant que participant, ayant déjà reçu ma promotion. Contrairement au Chûnin que je devrai évaluer, j’étais monté Jônin de par mes faits d’armes et non par un examen. En y repensant, c’était aussi comment j’avais eu ma promotion de Chûnin à Kirigakure, il y avait de cela plusieurs années déjà. Non, j’allais devoir évaluer l’un de Chûnins qui reviendrait de l’île du démon et je devrai juger si oui ou non il avait l’étoffe d’un shinobi d’élite. L’Hachidaime nous laissait carte blanche et s’en fiait à notre jugement, ce qui en soit témoignais de sa confiance envers ses hommes. J’avais donc passé les derniers jours à me demander justement ce qui faisait un bon shinobi, ce qu’il fallait autant mentalement que physiquement. Puis, les derniers participants revinrent de l’île et la première épreuve fut ainsi officiellement terminée. Une autre semaine leur fut accordé pour recouvrer de leur séjour. Tous ne s’en était pas aussi bien tiré que la vingtaine qui avait accéder à la deuxième épreuve et nécessiterait plus qu’une semaine pour reprendre de leur blessure. J’avais donc une semaine à me creuser les méninges.

Je passai donc la semaine à me demander ce que je pourrais bien demander à mon examiné ainsi que le genre de question. Ce n’était pas le genre de choses que j’avais l’habitude de faire et je devais donc être prêt. J’étais passé par le Palais de l’Hokage à quelques reprises pour savoir si on nous avait attitré nos évaluations. Ce ne fut que l’avant-veille de la deuxième épreuve que je sus qui j’allais passer à l’interrogatoire. Je me présentai donc en personne au Palais pour recevoir le dossier qui m’attendait et ouvris aussitôt la chemise pour y lire un nom qui m’étais familier : Ryokai Hyûga. Il m’avait accompagné au village Senritsu lors de notre conquête de Nami no Kuni. Ce que j’avais vu ne m’avait pas très impressionné, mais je connaissais assez le clan Hyûga pour ne pas les sous-estimer. J’attendis toutefois d’être rendu chez moi avant de feuilleté le dossier plus en détail. L’Équipe Tsubomi, l’équipe de l’Hokage elle-même. Il ne devait pas être si pire après tout. Je passai donc les eux derniers jours à lire en détail le dossier du Hyûga pour finalement arrivée en fin de matinée à l’Académie, là où aurait lie l’entretien.

Sur place se trouvait déjà une dizaine de Jônin, certains que je connaissais de face, d’autres que je connaissais un peu plus. L’un d’entre eux se démarqua plus particulièrement puisqu’il se dirigeait vers moi. Saluant Takeo d’une poignée de main, nous discutâmes du Chûnin que chacun allait devoir examiné pour se rendre compte que nous avions été jumelé pour évaluer l’Hyûga. Le hasard faisait drôlement les choses, que je sois jumelé avec Takeo de tous les Jônins présent. Nous montâmes alors dans notre salle d’examen et discutâmes plutôt de ce que nous voulions faire tout en révisant le dossier. Ayant établis une stratégie qui tenait la route, nous attendîmes alors que l’horloge indiquait bientôt seize heures. On vint finalement cogner à la porte, brisant le silence qui s’était installé depuis les dernières minutes. La porte s’ouvrit puis le jeune Hyûga entra dans la pièce et nous salua tous les deux avant de refermer la porte derrière lui. Étant stoïque au naturel, il ne fut pas difficile pour moi de dévisager le Chûnin jusqu’à ce que celui se rende sur son siège. Takeo lança le bal avec les premières piques que nous avions convenu. Il lui demanda enfin s’il était prêt à commencer, sans lui laisser le temps de répondre. C’était mon signal.


- Tu n’as qu’une seule chose à faire, une seule toute petite chose,dis-je innocemment en rapprochant mon pouce de mon index. Rien de compliqué, simplement de nous convaincre tous les deux que tu as ce qu’il faut. Peux-tu au moins faire ça?

J’avais posé ma question avec un dédain évident, laissant croire que je doutais de ses capacités. J’avais toutefois lu son dossier et je ne pouvais pas lui enlever les missions qu’il avait à son actif. Il en faudrait toutefois plus pour m’impressionner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 573
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Lun 31 Oct 2016 - 16:11




À peine ayant pénétré dans la salle de cours de l’académie ou un examinateur l’attendait pour lui faire passer la seconde partie de l’examen. Le jeune homme fut assez surpris pendant quelque instant alors qu’il devait faire face n’ont pas à un seul examinateur, mais deux examinateurs. Était-ce une exception réservée à sa personne ou tous les autres chunin présent dans l’académie avaient la même épreuve que lui ? C’était peu probable, chaque épreuve était certainement différente en fonction du candidat pour le grade de Jonin. La situation était complétement différente à ce qu’il s’était préparé à devoir affronter. Arrivera-t-il à garder son calme face à cette situation ? Prenant une profonde inspiration, le noble du clan Hyûga s’inclina légèrement afin de saluer ses supérieurs comme il avait l’habitude de faire. Celui-ci fut rapidement invité à prendre place sur la chaise en face du bureau afin de pouvoir rapidement commencer ce petit examen organisé par les hautes sphères du village de Konoha.


Le jeune homme s’exécuta aussitôt, avançant rapidement en direction des deux examinateurs qui n’attendaient plus que lui. Écartant légèrement la chaise de son emplacement vers l’arrière avant de s’y asseoir dessus. Ryokai était à présent face au deux jonin, prêt autant qu’il pouvait l’être à passer son épreuve pour avoir une chance d’obtenir sa promotion. Il n’était pas le genre de personne à prendre la grosse tête aussi facilement, recevoir des félicitations de membre plus expérimenté que soi-même était toujours gratifiant, mais il était tout de même conscient que c’était loin d’être suffisant. D’où cette seconde épreuve. Il affichait un visage assez neutre, ne voulant pas qu’on utilise ses sentiments comme une arme contre lui. Cela ne change pas qu’il en ressent un sentiment de fierté, la satisfaction du travail accomplis. Une fois les formalités passées, le Hyûga était sur le point de prendre la parole, mais celui-ci n’en n’avait même pas eu l’occasion. Le premier examinateur ayant terminé sa phrase, le deuxième enchaina ensuite coupant toute possibilité de répondre.


De toute façon qu’il soit prêt ou non cela n’avait pas d’importance. C’était un examen après tout, l’heure n’était pas à l’hésitation. Ryokai avait eu l’occasion d’observer un peu les deux jonin. Celui ayant pris la parole en premier lui était totalement inconnue, mais ses marques sur son visage étaient propres au clan Inuzuka. Ce n’était pas le cas pour le deuxième, il avait déjà vu son visage quelque part. Oui, c’était avant l’opération de la conquête du pays des vagues. C’était un Chunin à l’époque alors que le noble n’était qu’un simple genin. Tout le monde avait pris du galon depuis le temps semble-t-il. Sa main se déposa sur son avant-bras gauche, l’endroit où cette mission lui avait laissé un petit souvenir sur son corps. Ryokai n’avait qu’une seule chose à faire ? Les convaincre qu’il était apte à endosser la charge et la responsabilité de la promotion qu’il souhaite obtenir.


- Je dois simplement vous convaincre que j’ai les capacités requises pour assumer la responsabilité de ce titre ? Dit-il sur un ton légèrement surpris, ayant quelque difficulté à y croire.


De simples paroles seraient suffisantes pour convaincre les deux hommes de son potentiel en tant que Shinobi de la feuille. Celui-ci en avait quelque doute.


- Je suis convaincu d’avoir les qualités requises pour ce poste. Depuis que j’ai rejoint les forces armées village en tant que genin, je m’efforce de venir en aide aux habitants, d’accomplir mes responsabilités que j’ai accepté de porter en acceptant cette vocation. J’ai également beaucoup de respect envers mes supérieurs et je n’hésite pas à suivre leurs ordres. Il y avait peut-être quelque exception, notamment avec Mizuki, mais c’était seulement dans le domaine personnel et non en tant que Shinobi, en tant que tel, le jeune homme respecte l’Hokage tout comme le reste du village. - Le rôle d’un Jonin est également de montrer l’exemple à la génération future, de s’impliquer d’avantage encore dans sa responsabilité en tant que Shinobi du village. Je suis prêt à prouver que j’en suis capable que ce soit à vous où à Hokage-sama !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 833
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Mer 2 Nov 2016 - 23:36

Senwashi avait dit cela comme s’il s’agissait de quelque de facile, qu’il nous en faudrait pas beaucoup pour nous convaincre, mais le ton lui-même que le Gekei avait employé était un piège et le seul fait de l’utiliser dans ces circonstances auraient dû mettre la puce à l’oreille au jeune Hyûga. Après une épreuve aussi intense que la première épreuve, pensait-il qu’il allait pouvoir s’en tirer facilement parce qu’il était habile de ses mot. J’avais parcouru son dossier et s’il y avait bien quelques faits qui méritaient d’être reconnus il n’y avait rien d’extraordinaire. C’est pourquoi j’arquai un sourcil d’étonnement et pris une moue méprisante lorsque ce dernier posa sa question. Pensait-il que cela allait être aussi facile que semblait l’être les paroles de Senwashi-san? Il ignorait tout de ce que nous attendions de lui et il pensait qu’il pourrait trouver les mots justes les mains dans les poches? Je fixai mon regard sur Ryokai-kun pendant plusieurs secondes sans rien dire, n’en revenant toujours pas de sa présomption. Avant même qu’il ne tente quoi que ce soit, je pris la peine de remettre les pendules à l’heure et lui faire comprendre la précarité de sa situation.

- C’est effectivement ce que nous t’avons demandé et je te prierais de ne plus poser des questions inutiles à l’avenir. Même mieux, ne pose plus de questions du tout, laisses-nous nous occuper des questions. À moins que tu veuilles t’occuper de cet entretien? Non? Tu es certain? C'est bien ce que je pensais... Parce que malgré ce que tu penses croire, tu n’as absolument aucune idée des critères sur lesquels nous nous basons pour t’évaluer et, de ce fait, aucune idée de ce qu’il faut pour être capable de nous convaincre. Cependant, ton manque de sérieux face à cette épreuve est dûment noté…, dis-je en mettant ma phrase en suspense le temps de gribouiller quelques mots sur un bloc-notes devant moi, … et nous pouvons continuer. Je t’écoutes, comment penses-tu être qualifié?

Gardant mon bloc-notes près de moi, je levai le regard vers l’Hyûga et pris l’air de quelqu’un qui attendait quelque chose. En l’occurrence, j’attendais qu’il me montre avec quelle facilité il allait réussir cette épreuve. Après tout, il n’avait qu’à simplement nous convaincre, non? Et puis avant de lui dire que ce qu’il avait fait était clairement insuffisant pour espérer atteindre le grade de Jônin, je pouvais bien lui laisser le bénéfice du doute et lui laisser raconter sa version de l’histoire. Après tout, il y avait bien un maximum de choses qu’un dossier ou un rapport de mission pouvait dire, du moment où je pouvais me fier à ce qu’il allait me dire. Je l’écoutai donc attentivement alors qu’il commençait d’emblée avec un absolu, étant convaincu qu’il avait ce qu’il fallait. Mes lèvres se pincèrent ne serait-ce qu’un peu, signe que je n’étais pas satisfait avec le début de sa réponse. S’il y avait quelqu’un qui devait décider s’il avait les qualités requises cela serait nous, comme je lui avais clairement fait remarqué il n’avait aucune idée des qualités requises pour être un Jônin alors c’était un peu fort de commencer avec cela. La suite n’y alla pas en s’améliorant, me racontant seulement ce qu’était un bon shinobi et comment il était prêt à nous montrer ce qu’il valait. Senwashi fut plus rapide que moi et lâcha un commentaire qui me fit sourire, puis me céda la parole.

-Très juste, Senwashi, très juste, dis-je à l’intention de mon collègue. Puis, je tournai abruptement la tête et dardai Ryokai du regard. C’est bien, c’était une très belle description de tâche que tu nous as donné. Vois-tu, ce que tu m’as dis-là n’est rien d’autre que le travail de n’importe quel shinobi travaillant pour Konoha. Rien là qui me montre que tu es capable de monter Jônin, je vois simplement que tu fais un très bon travail en tant que Chûnin. Tu es certain que tu ne veux pas y rester? Encore une fois sans lui laisser le moindre de temps pour répondre je poursuivis. Je vois également que tu sais – ou du moins tu penses savoir – ce qu’est le rôle d’un Jônin, mais tu n’as encore rien dit qui montre ce que tu fais dans ce sens. Alors?

De plus en plus, l’impatience commençait à se faire voir que ce soit à travers ma voix, ma gestuelle ou par l’expression que je devais avoir. Bien sûr ce n’était que pour lui mettre un peu de pression – rien de mieux qu’un regard soutenu et irrité pour vous foutre les boules – mais je voulais savoir comment il allait réagir devant mon impatience. L’Hyûga était connu pour être un jeune homme non pas stoïque, mais plutôt comme posé et réfléchi, ou du moins c’était ce que disait son dossier. Peut-être que finalement je ne voulais que le tester afin de voir jusqu’où je pourrais tirer l’élastique avant qu’il ne brise. Me reculant et m’adossant sur le dossier, je commençais à tapoter du crayon sur le bloc lui-même, comme s’il se démangeait à vouloir écrire quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 660
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Jeu 3 Nov 2016 - 2:01

Le jeune Hyûga ne savait définitivement pas lire la situation. N’avait-il pas saisi le sarcasme dans ma voix lorsque je lui expliquai la raison de l’entretien. Lorsque je disais qu’il ne s’agissait simplement de cela, je voulais dire qu’il avait de grandes bottes à remplir s’il voulait obtenir ce grade. Il nous demanda même si c’était absolument tout ce qu’il avait à faire avec une incrédulité qui me prouvait qu’il n’était peut-être pas aussi innocent que je le croyais. Je me contentai de rouler les yeux, croisant les bras sur mon torse. Takeo ne le laissa pas aller aussi facilement, le sermonnant sans la moindre merci pour finalement lui laisser la parole, lui demandant comment celui-ci pensait être qualifié pour être Jônin. J’avais gardé mon regard plongé sur lui tout ce temps, curieux de savoir ce qu’il avait bien à dire. J’avais entendu dire que les Hyûgas étaient hautain, mais je ne l’avais jamais vraiment vu de mes propres yeux. Du moins jusqu’à ce jour. Il débuta par affirmer sans hésitation qu’il avait ce qu’il fallait, décrivant ensuite le travail de tous bons shinobis. Il n’y avait rien dans ce qu’il nous énonçait qu’il le démarquait d’un autre. Lorsqu’il annonça fièrement qu’il était prêt à prouver qu’il en était capable, je ne put me retenir.

- Tes preuves, c’était sur l’île du démon que tu devais les faire. Et jusqu’à maintenant, je ne suis pas très impressionné.

Takeo enchaîna tout de suite après moi, lui révélant ce que je pensais moi-même de son petit discours. Il alla même jusqu’à lui demander s’il ne voulait pas rester Chûnin puisqu’il faisait un si bon travail. L’Inuzuka lui fit aussi remarqué qu’il avait bien décrit le travail d’un shinobi, mais qu’il n’avait rien mentionné qui concernait concrètement sa promotion. Je repensai au dossier que j’avais étudié les derniers jours et effectivement, il ne semblait pas poussé sa carrière de l’avant. J’avais même entendu dire qu’il c’était trouvé une petite copine, ce qui en soit n’était pas négatif, mais qui me faisait douté qu’en à son engagement. Le grade de Jônin impliquait non seulement plus de responsabilité, mais aussi plus de danger. Était-il vraiment prêt à assumer ce danger? J’étais curieux de le savoir. Pour le moment, j’avais d’autres questions à lui poser avant d’en venir à cela, si jamais on en venait à cela.

- Je me souviens encore du Genin que tu étais lorsque nous nous sommes rencontrés pour l’Opération Raz-de-marée. T’en souviens-tu? Je me souviens d’un Ryokai aux idéaux pacifiques. Dis-moi, vois-tu toujours les choses de la même façon, maintenant que tu as vu le monde pour ce qu’il est vraiment?

C’était beau de pouvoir rêver. En réalité, il en fallait des gens qui voyaient les choses de cette façon. Je ne croyais toutefois pas que c’était le genre de mentalité qui avait sa place au sein de notre élite. Il fallait une certaine détermination pour remplir certaines missions que nous étions appelés en remplir et certaines de ces choses ne pouvaient pas se faire si l’on croyait à une paix universelle. Je me demandai donc ce que l’Hyûga allait répondre, s’il allait s’enfoncer de plus belle ou s’il allait répondre à nos attentes.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 573
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Jeu 3 Nov 2016 - 21:15




Le jeune homme fut légèrement surpris devant cette scène, il ne devait pas s’attendre à une réaction de cette envergure venant de l’un de ses examinateurs. Ce n’était pas spécialement une question à laquelle celui-ci attendait une réponse bien particulière. Les mots étaient simplement sortis de sa bouche, une remarque personnelle que l’on fait généralement mentalement, sauf qu’il avait fait cette réflexion à haute voix sans que soit réellement volontaire de sa part. C’était une faute d’attention qui risque de représenter une difficulté pour la suite de son épreuve orale qui ne s’annonce pas aussi facile que prévue. Plutôt confus, le noble tentait de s’excuser, présentant ces dernières malgré qu’il fût assez difficile de placer une phrase.


- Non ce n’était pas une question, je… réfléchissais simplement à haute voix. Cela m’a échappé, j’en suis désolé. Non ce n’est pas la peine, je vous assure.


L’homme qui semblait être du clan Inuzuka venait d’écrire quelque chose sur son bloc-notes suite à sa dernière remarque, attirant son attention au passage. Ce qui n’était pas vraiment rassurant pour le chunin qui aspire à obtenir un rôle plus important au sein de son village. Il devra éviter de faire ce genre de réflexion à l’avenir, même si cela n’avait pas été son attention. Affichant toujours une attitude calme, évitant de prendre un compte les événements récents qui auraient pu l’intimider et le distraire encore davantage. Il devait encore faire ses preuves, malgré que le début ne semble pas très encourageant. Celui-ci donnait ensuite ce qui lui semblait être important pour le poste qu’il désire obtenir aujourd’hui, mais cela était loin d’être suffisant pour les convaincre qu’il était capable d’en assumer les responsabilités.


Encore une fois, celui-ci n’avait pas vraiment l’occasion de répondre, les deux jonin enchainaient leurs dialogues à la suite l’un de l’autre. C’était une situation assez stressante et gênante, déjà la pression que pouvait apporter un examinateur dans ce genre d’examen n’était pas facile, mais le jeune Hyûga en avait deux, rien que pour sa propre personne. Il en a de la chance n’est-ce pas ? À la moindre erreur, celui-ci risque de prendre double. C’était déjà en partie le cas, même si ce n’était que le début. Il pouvait sentir les regards impatients des examinateurs, attendant sa réponse à leur question. Une question qui était simple et complexe à la fois. La pression sur ses épaules devenait plus forte, mais il en fallait davantage pour lui faire perdre son calme. Même si c’était assez simple en utilisant la bonne méthode.


- Je n’ai fait que remplir les tâches que l’on m’a confié en tant que chunin rien de plus et c’est peut-être justement le problème à mes yeux. Un chunin à un champ d’action assez limité, il en a plus qu’un genin, mais parfois, nous sommes confrontés à des situations auxquelles nous ne pouvons rien faire sans recevoir les ordres de nos supérieurs. Je ne dis pas que je désire en être dispensé, car nous recevons tous nos ordres d’Hokage-sama, mais pouvoir agir plus librement dans certaines situations pourrait nous faire gagner du temps et sauver des vies.


C’était l’une des raisons de sa présence en ces lieux, mais était-ce suffisant ? Probablement pas. Une nouvelle question lui tomba dessus. À cette époque, il était encore un jeune genin plein de rêves et idéaux pacifique ayant à peine l’expérience du combat. Selon lui on pouvait mettre un terme au conflit en utilisant seulement la diplomatie. Beaucoup de choses avaient changé depuis, il avait toujours ce côté pacifique et diplomate propre à son clan, mais il était à présent conscient que tous les problèmes ne se résolvent pas à coup de parole, la violence est parfois nécessaire pour défendre les siens. Soupirant légèrement, tournant sa tête vers le Gekei de l’aigle.


- Oui je m’en souviens très bien. J’avais un peu l’innocence dans l’âme à cette époque, mais certaines choses ont changé depuis. J’en reste pas moins une personne ayant une préférence pour les choix pacifiques. Seulement je sais à présent que cela n’est pas toujours possible et lorsque mon village se retrouve menacé, je dois être prêt à prendre les armes pour le défendre en oubliant mes états d’âme au passage.


Une chose qui n’était pas toujours facile à faire, mais avant tout nécessaire pour pouvoir survire dans ce monde hostile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 833
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Sam 5 Nov 2016 - 16:19

Il fallait s’en attendre, le jeune Hyûga ne répondit pas immédiatement après que je lui ai reposé la question. C’était que c’était une sacré colle que je lui posais. Le paradoxe du shinobi – ou de n’importe qui voulant monter les échelons – c’était que l’on nous demandait de faire nos preuves alors que nous n’avions jamais l’opportunité de leur montrer. Même moi je n’étais pas certain de pouvoir offrir une réponse satisfaisante, mais c’était pour cette raison que j’étais du côté de celui qui posait les questions. De toute façon, je voulais simplement écouter ce que Ryokai avait à dire pour lui-même; ce n’était pas comme s’il y avait qu’une seule bonne réponse à cette question. Plutôt, je voulais savoir ce qu’il considérait comme des efforts digne d’un Jônin. Mon regard pesant sur ses épaules, il rassembla ses pensées quelques minutes avant de finalement tenter une réponse. Loin d’être ce à quoi je m’attendais, il y allait plutôt avec une réponse plus réflexive en amenant précisément l’obstacle devant lequel nous nous bûchions tous dans un angle bien à lui. Selon lui, il aurait plus la chance de montrer ce qu’il valait comme Jônin si on lui laissait plus de liberté d’agir tant que Chûnin. C’était un point intéressant, très intéressant même puisque véridique, mais le côté examinateur en moi vit tout de suite une faille dans son raisonnement.

- Si les Chûnins sont restreints dans leur liberté d’action ainsi c’est qu’il doit bien y avoir une raison, tu ne penses pas? Je veux dire, si nous laissions à tous les Chûnins plus de libertés en mission pour faire leur preuve, n’as-tu pas pensé quel chaos cela créerait à travers le pays? Tu n’as qu’à regarder cette épreuve : de tous les Chûnins de Konoha, seulement une vingtaine a peut-être le potentiel pour être Jônin. Qu’arriverait-il si nous donnions autant de liberté à tous les Chûnins, comme tu le proposes? Nous aurions des fanfarons qui essaieraient d’impressionner la galerie aux quatre coins de Hi. Alors non, n’essaies pas de mettre ton manque d’action sur quelqu’un d’autre, à savoir Konoha et son système hiérarchique. Je m’arrêtai et le foudroyai du regard afin de m’assurer que mon message soit passé avant de me détendre et de me reculer un peu dans mon siège, je ne remarquais que maintenant que pendant ma tirade que j’étais peu à peu avancer vers l’Hyûga. Cela dit, toute initiative est la bienvenue – lorsque cette dernière s’avère fructueuse.

Il pouvait se compter chanceux, je lui donnais un petit indice gratuitement, gracieuseté de ma bonne volonté. En effet, tout ce qu’il m’avait dit était loin d’être faux, mais cela ne voulait pas dire qu’ils étaient restreints à seulement obéir aux ordres. Ce qui différenciait un Jônin d’un Chûnin, c’était aussi en partie l’opportunisme; saisir la chance lorsqu’elle se présentait devant soi. Cette arme était toutefois à double-tranchant : d’un côté elle permettait de se faire un nom si on réussit, mais cela pouvait être un coup dur pour un dossier lorsqu’on échouait à en tirer profit. J’espérais pour lui qu’il avait su briller en dehors des consignes qui lui avaient été donné, c’était là la chance de se rattraper.

Moi qui avais beaucoup parlé depuis le début de cette entrevue, je me tus pendant quelques instants et mon collègue profita de ce moment de silence pour y aller avec une question de son crue. Me rappelant lorsque j’avais lu son dossier qu’ils avaient brièvement collaborer lors de l’Opération Raz-de-Marée, Senwashi-san lui demanda s’il avait changé de philosophie ou s’il était toujours d’avis que l’on pouvait tout régler avec les mots. Il était vrai que j’avais lu dans son dossier qu’il était du genre à utiliser la force seulement lorsque cela devenait réellement nécessaire et je me fis la pensée que toujours attendre à que cela devienne une nécessité n’était peut-être pas la meilleure façon de fonctionner dans notre métier. Et s’il se faisait prendre par surprise? Au final, je fus celui qui se fit prendre par surprise, me faisant surprendre par la réponse qu’il offrit au Gekei. S’il gardait toujours cette conviction qu’il y avait toujours une voie pacifique, il n’était plus innocent au point de ne pas prendre les armes lorsque cela devenait nécessaire. Il avait même émis un petit soupir avant de répondre, comme s’il réalisait la naïveté dont il faisait preuve à l’époque. Mais peut-être était-ce justement parce qu’il s’était bien débrouillé pour cette question, car j’avais soudainement l’envie de le remettre dans l’eau chaude.


- Oui, Nami no Kuni, parlons-en. Comment tes choix pacifiques ont-ils reçus là-bas? Les choses auraient-elles pues se dérouler différemment si tu avais agis différemment?

Encore là il n’y avait pas qu’une seule bonne réponse, mais il pouvait y avoir beaucoup de mauvaises réponses; c’était au Hyûga se choisir ses mots avec soin. Cette question allait mettre sa conviction à rude épreuve et j’étais curieux d’entendre comment il allait y répondre. Certes, la voie pacifique et diplomatique était toujours la plus sage et la moins sanglante, mais il devrait savoir depuis qu’il était shinobi – et surtout s’il aspirait à devenir Jônin – qu’un shinobi, la plupart du temps, devait se salir les mains afin de parvenir à ses fins. Seule une mince ligne séparait la diplomatie et le combat, même que parfois celle-ci se brouillait au point de ne plus être distinguable, et il était important s’il voulait devenir Jônin qu’il réalise où cette ligne se situait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 660
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Dim 6 Nov 2016 - 20:26

La pression de Takeo faisait son effet, le faisant pratiquement bégayé sous la première charge de question. J’avais moi-même trouvé l’Inuzuka sans relâche, alors je n’imagine pas le jeune Hyûga. Notre technique d’interrogatoire combiné semblait porté ses fruits aussi, ressentant probablement mon regard pesé sur lui. Je ne l’avais pas quitté des yeux depuis le tout début, les bras croisé en adossé confortablement dans ma chaise. Prenant quelques instants pour réfléchir, Ryokai répondit finalement à Takeo qu’il n’avait fait que ce qu’on attendait de lui et que c’était justement l’une des raisons principale de sa présence ici. Apparemment, il croyait ne pas avoir la liberté nécessaire pour agir sur certaines situations. Certes, mais pouvait-on lui faire confiance? Takeo sauta sur l’opportunité et lui renvoya son argument, comme s’il avait lu dans mes pensées. Nous ne pouvions effectivement pas nous permettre de laisser nos effectifs où bon leur semblait à la recherche d’accomplissement à ajouter à leur curriculum vitae. Et si nous avions besoin d’eux lors de leur quête pour la gloire?

Ce fut alors à mon tour de poser quelques questions, me renseignant maintenant sur ses idéaux. Je me souvenais du jeune Ryokai, je voulais maintenant savoir ce que le grand Ryokai pensait maintenant. Comme je le suspectais, celui-ci semblait reconnaître les défauts de ses idéaux passés. Il croyait toujours fermement à la diplomatie, mais il n’était pas naïf au point de croire que tout pouvait se régler par la parole et il était maintenant prêt à se salir les mains pour son village. Je devais admettre que j’étais satisfait de cette réponse, mais je n’en laissai rien paraître. Mon collègue eut sûrement la même pensée que moi puisqu’il remit aussitôt l’Hyûga sous les projecteurs. J’ajoutai mon propre grain de sel aux questions de l’Inuzuka.


- Mieux encore. Dis-moi, comment aurais-tu gérer la situation si TU avais été en charge?

J’étais bien curieux de voir ce qu’il avait à répondre. Car je me souvenais des événements, j’avais bel et bien essayé la diplomatie et les paroles, pour finalement nous faire attaquer. Peut-être n’étais-ce que le fruit du hasard, mais les choses s’étaient envenimées au moment où le jeune Hyûga avait pris la parole. Ça ce serait peut-être passé tout autrement s'il avait abordé le Doyen dès le début, je lui accorde, mais je n'en dis rien. Je décidai de lui rappeler ce qui c'était passé.

- Car si ma mémoire est bonne, c’était suite à ton intervention que les choses ont dégénérés. Tout un diplomate.

Je savais pertinemment qu’il n’y était pour rien et que c’était ce que le Doyen allait nous révéler qui avait forcé les deux Senritsu à nous attaquer. Il n’était toutefois pas obligé de le savoir, ça, et pouvais bien croire que je lui en voulais pour la durée de l’examen. Nous n’étions pas ici pour lui faire des cadeaux mais bien pour le tester.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 573
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Mar 8 Nov 2016 - 13:52




Ryokai ne critiquait pas spécialement le système hiérarchique qui gouverne en ce moment le village de la feuille, ainsi que celui des autres villages du monde shinobi. Chaque chose devait avoir sa place et accomplir son activité qui lui est propre. Le jeune homme avait seulement remarqué les défauts qui incombe le rang de chunin, c’était la raison pour laquelle celui-ci désirait grimper les échelons. Seulement, devait-il faire seulement ce reproche à son grade ? N’était-il pas en grande partie en faute là-dedans ? C’était possible, il en avait quelque doute depuis que l’examinateur aux marques rouge avait repris la parole suite à sa confession. Le noble avait que rarement joué la carte de l’initiative, au du moins lorsqu’il s’agit de sa vocation. Était-ce une erreur depuis le début, au dû moins en partie ? Une main ouverte, agitant ses doigts au niveau du menton, celui-ci était en pleine réflexion. Cela pouvait également être un piège afin de tester ses réactions, ses choix en fonction de son dernier discours.

Nami no Kuni fut pendant un moment une période assez difficile dans sa vie, un genre de fantôme du passé qui venait le hanter chaque fois qu’il en avait l’occasion. Il était pourtant conscient au fond de lui-même qu’il n’avait pas eu le choix. C’était sa vie contre là leurs, le choix était simple et logique, mais malgré tout cela lui avait laissé une trace qui avait mis un certain temps à disparaitre. C’était la première fois qu’il prenait la vie d’une personne faite de chair et de sang, le genre de moment qu’on n’oublie pas aussi facilement. Une sensation désagréable lui démangeait l’avant-bras, comme si reparler de cette histoire avait réveillé cette vieille blessure pourtant depuis longtemps refermée. Les choses auraient pu être différentes si celui-ci avait réagi de manière différente. Comment aurait-il réagi si celui-ci avait été en charge de la mission à l’époque.


- Je ne pense pas que sans mon intervention les choses auraient pu être différentes. Ou du moins, cela n’aurait pas empêché la réaction des deux frères qui n’avait agi que dans l’intérêt de leur propre sœur à ce moment-là.


Croisant les bras, le jeune homme n’avait pas vraiment apprécié cette dernière remarque, il était facile de critiquer ses décisions de l’époque alors que lui-même n’avait pas réussi à convaincre le doyen.


- Cela dit comme vous me le demandez. Je n’aurais peut-être pas ouvert la discussion aussi vite sur l’économie de pays et celui du clan comme vous l’avez fait, mais comme je viens de vous le raconter. Je doute que cela aurait changé grandement la situation à laquelle nous avons dû faire face ensuite.


Soupirant légèrement, le noble fit une petite pause dans son discours avant de reprendre fixant chacun des examinateurs de l’examen.


- J’aurais choisi également de neutraliser les civils plutôt que de les éliminer, même si je suis également responsable de la mort de certains d’entre eux, mais avions nous seulement ce choix ? Yusei-sama a bien tenté lui aussi la voie diplomatique, tout comme vous avec le doyen et les deux frères. Cependant, cela semblait être une peine perdue déjà à la base… Peut-être aurions-nous dû simplement suivre les ordres de Miko-dono et les éliminés directement, sauvant ainsi plus de vie de nos semblables.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 833
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Ven 11 Nov 2016 - 18:27

Je pensais que la balle serait dans le camp de Ryokai, maintenant qu’il avait une question qui demandait mûre réflexion, mais c’était sans compter sur la présence de Senwashi qui, enflammé par le sujet – il avait été après tout témoin des performances du jeune homme – y était allé de ses propres questions. Une chance pour l’Hyûga que cette fois-ci elles abondaient dans le même sens puisque nous étions tous les deux impatients de voir ce qu’il avait à dire sur ce qui aurait pu être différent. L’un des meilleurs moyens de s’améliorer était de s’analyser de façon réflexive afin de tester ses propres idées ainsi que de déceler les endroits sur lesquels travailler et même si cela donnait l’impression qu’on lui mettait la pression, secrètement j’essayais de lui faire apprendre de ses propres erreurs. S’il avait les capacités requises pour traverser cela, peut-être méritait-il ce titre de Jônin. Je l’écoutai donc m’expliquer que son intervention n’aurait sans doute pas changé le résultat de la situation et dus admettre que s’il n’avait pas nécessairement répondu de la façon dont je m’en attendais, il était tout de même parvenu à éviter un piège que j’aurais tôt fait de tirer profit.

Une fissure commença toutefois à se faire dans son armure de sang-froid lorsque, croisant les bras – geste inconscient et anodin, mais qui signifiait qu’il cherchait à créer une barrière entre lui et nous – il se plia à nos questions avec un peu plus d’effronterie qu’auparavant en mentionnant que s’il avait été à la place du Gekei il n’aurait pas enligner la discussion avec le Doyen dans la même direction que lui. Bien que cela soit maigre, cela ressemblait tout de même un peu plus à ce que je cherchais de lui et fus déçu qu’il n’ait pas plus à nous donner. Je ne fis aucun commentaire là-dessus puisque je n’étais pas là pour lui donner des commentaires sur ses réponses mais bien pour l’évaluer; la même chose ne pouvait cependant pas être dit de mon collègue ailé qui lui trouverait peut-être quelque à redire sur ce qui s’était déroulé là-bas pendant que le jeune Hŷuga prenait une pause. S’il ne parlait plus l’instant, quelque chose dans son expression me disait qu’il n’avait pas terminé aussi le laissai-je continuer pour voir ce qu’il avait à dire.

Sortit alors un soupir – d’exaspération, peut-être? – qui me montra une fois de plus que si ses mots ne trahissaient rien son corps parlait à sa place et laissait transparaître un début d’irritation. Commencions-nous à ébrécher sa carapace? Gardant cette note mentalement dans un coin de ma tête, j’écoutai ce qu’il avait à dire sur la deuxième partie de notre implication à Nami. Les informations étaient un peu plus réduites sur cet événement, mais je me rappelais qu’il était parti avec nous du campement provisoire que nous avions établis et était resté avec Yusei-san. Faute de temps autant de mon côté que du sien je ne pourrais lui en parler étant donné que je l’avais bien vu ce matin lorsque les Jônins examinateurs étaient arrivés, mais j’aurais aimé savoir ce qu’il avait à dire sur Ryokai en combat. Il nous dit alors, sous mon regard intrigué par ce le chemin qu’il prenait, ce qu’il pensait sur l’attaque dans la plaine de Nami. Je devais avouer que les Namijins avaient été particulièrement bornés à vouloir rester du côté de feu Kurama Toichi, mais toujours mettre cela sur leur entêtement ne l’aidait pas non plus. C’est lorsqu’il termina en disant qu’au final ils auraient peut-être mieux fait de simplement tous les éliminer au lieu d’essayer de raisonner avec eux que mes sourcils se froncèrent soudainement.


- Attends, tu ne viens pas de dire que tu étais une personne qui préférait les choix pacifiques? Que tu aies appris que ce n’est pas toujours la solution je peux le concevoir, mais que tu changes du tout au tout comme ça et pourquoi? Parce que c’est ce qu’on t’a dit de faire? Parce que cela aurait tué moins de soldats qui, je te le rappelle, mettent tous leur vie en jeu en connaissance de cause? Il y a une différence entre suivre les instructions de ses supérieurs et suivre aveuglément les instructions de ses supérieurs. Konoha n’est pas à la recherche de shinobis qui ne peuvent pas arriver à des résultats tout en suivant leur conviction. Essaies de dire le contraire à un Jônin dont le nindô est de toujours suivre son instinct.

Ce que j’essayais de dire, sans vraiment le dire, c’était qu’au final ce qui importait était le résultat. Bon d’accord il y avait forcément des exceptions puisque la fin ne justifiait pas toujours les moyens, mais la plupart du temps lorsque les résultats étaient là les méthodes étaient scrutées avec moins de minutie. Cela ne voulait pas pour autant dire que nous avons constamment carte blanche, mais de petites dérogations çà et là étaient tout à fait envisageables si la mission restait un succès. À l’inverse, si nous nous contentions de suivre les ordres qu’on nous donnait même lorsque ceux-ci contreviennent à nos convictions, c’était comme travailler à contrecœur : nous y mettons des efforts minimaux et nous obtenions des résultats minimaux, lorsqu’il y avait résultat. À vouloir suivre des ordres à contrecœur nous avions plus de chances de manquer à ceux-ci. Je baissai le regard quelques instants pour griffonner quelques morts sur mon bloc-notes, laissant par le fait même l’opportunité à mon collègue examinateur la chance de s’exprimer à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 660
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Dim 13 Nov 2016 - 19:07

Je ne savais pas à quoi m’attendre d’autre d’un Hyûga. Je sentais toujours cette pointe d’arrogance typique de leur clan. Ne prenant même pas la peine de répondre à ma question, qui était de savoir ce qu’il aurait concrètement fait, il ne se contenta que de critiquer ce qu’il n’aurait pas fait. Même là, il ne s’était pas vraiment forcé sur sa réponse, puisqu’il répondit simplement qu’il n’aurait pas fait ce que moi j’avais fait à l’époque, soit d’aborder l’économie du village dès le départ, sans la moindre forme de préambule. Ça ne me disait toutefois pas ce qu’il aurait fait. Lui aurait-il demandé la cause de l’état lamentable du village avant de parler d’argent? C’était une bonne idée en y repensant, mais l’Hyûga n’y avait apparemment pas pensé. Il aurait aussi bien put lui demander pour quelles raisons la Chef de Clan était-elle auprès du Daimyo. Moi, j’avais été bref en respect pour le Doyen et était allé droit au but. Oui, j’avais peut-être été direct avec le Doyen. Oui, j’avais employé la méthode forte en provoquant une petite escarmouche, mais elle était néanmoins parvenue à faire parler le Doyen, nous révélant ainsi l’un des éléments clé qui mena à la deuxième phase de la destitution du feu Daimyo de Nami.

Je pris à mon tour quelques notes sur mon calepin alors que je l’entendis soupirer. Je levai les yeux de mon calepin quelques instants, pour voir ce que je’étais en train de manquer. Il reprit la parole, nous parlant de la deuxième phase de l’Opération Raz-de-marée. Selon son dossier, il avait combattu des pirates aux côtés de Yusei-san, causant plusieurs morts d’un côté comme de l’autre. Allant toujours dans le même sens d’idée, il dit qu’il aurait choisi de les neutraliser plutôt que de les éliminer. Le Yôgan avait lui aussi tenté la voie diplomatique avec leurs assaillant, mais ils en étaient eux aussi venu au même résultat : les armes. Il alla même jusqu’à remettre en doute ses propres conviction, se demandant à haute voix s’il n’aurait pas mieux fait de suivre les ordres et de simplement éliminer tout le monde. Il devait vraiment perdre cette manie de raisonner à haute voix. Takeo intervint aussitôt, apparemment tout aussi surpris que moi, se posant des questions concernant ses propos et implicitement ses convictions. Lorsque je compris quel était son nindô, je compris pourquoi il mettait tant de ferveur sur ce point. Suivre qui nous étions au fond de soi était le motto de l’Inuzuka et je n’avais aucune misère à le croire.

Il y eut un petit silence, laissant les paroles de l’Inuzuka faire son effet sur l’Hyûga. J’avais pendant ce temps échangé un regard avec mon confrère et ami puis il hocha la tête, étant tout le deux d’accord qu’il était temps de passé à la pièce de résistance. Nous avions convenu préalablement d’un sujet que nous considérions délicat et avions concocter une petite question piège pour lui, voulant voir comment il allait répondre.


- Pour revenir à ton manque d’initiative, j’ai ma petite idée quant à la raison de celle-ci. Une dénommée Leika Hayashi. Je n’ai rien contre le fait que tu développes une relation amoureuse, là n’est pas la question. Je ne peux toutefois m’empêcher de me poser une question : si tu avais à choisir entre le grade de Jônin et ta petite copine, lequel choisirais-tu?

Il n’y avait pas de bonnes réponses en fait. Nous voulions voir comment il réagirait, à quelle point elle comptait pour lui et surtout ce que cette promotion représentait pour lui. Avait-il vraiment la détermination de devenir Jônin, ou le voulait-il simplement pour avoir accès à un plus grand potentiel? À quoi aspirait-il vraiment avec cette promotion, où l’amenèrait-elle?

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 573
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Mar 15 Nov 2016 - 17:05




Depuis combien de temps, cet entretien avait-il débuté ? Il fut assez difficile pour le jeune homme d’avoir une notion précise du temps qui s’était écoulé, depuis qu’il avait passé cette porte. Cela pouvait être cinq minutes comme dix minutes, voir encore bien d’avantage. En tout cas, il n’était plus aussi calme qu’au début de cette conversation. Avaient-ils touché un point sensible ? Nami n’était pas vraiment le genre de sujet de discussion qu’il aimait aborder, mais il n’avait pas tellement le choix non plus. Seulement pensait-il réellement tout ce qu’il disait ? La confusion était encore présente dans son esprit, malgré que ces évènements ne datent pas d’hier ! Était-il seulement capable de liquider une personne de sang-froid en suivant simplement un ordre donné par un supérieur ? Même actuellement il y a peu de chance que cela soit possible. Ses paroles manquaient clairement d’incohérence ! Lui qui préconise les options pacifiques d’habitude venait tout juste de suggérer tout le contraire.


Les réponses qu’il venait de donner aux examinateurs étaient en quelque sorte les questions qu’il s’était déjà posées à lui-même il y a plusieurs mois, des questions auxquelles il n’avait toujours aucune réponse précise. En modifiant ses choix de l’époque, cela aurait-il réellement changé quelque chose ? Le Jonin aux marques rouges avait également remarqué cette incohérence dans son discours. Oui, chaque shinobi met en danger sa propre vie à chaque mission, même lui en était conscient. Seulement ce n’était pas une raison pour éviter l’option afin de limiter les risques. L’important était d’avoir des résultats selon cet examinateur, la fin justifie-t-elle réellement les moyens ?


Ryokai n’avait encore donné à aucune réponse cette révélation lorsqu’une autre question frappa à sa porte, une question qui fut assez personnelle. Ses sourcils se froncèrent légèrement, fixant le Gekei avec une certaine attention. Une fois de plus sa relation avec une membre du clan Hayashi intervenait dans sa vie professionnelle. Cette question n’était certainement pas un hasard, avait-elle été demandée par Mizuki elle-même ? C’était probable oui, sa relation n’était pas non plus connue dans tout le village. Certes, Leika n’avait pas manqué de se faire remarquer par le passé, mais les choses s’étaient calmées depuis. Senwashi avait piqué son point le plus sensible semble-t-il. Devait-il vraiment faire ce choix ?


-


Était-elle réellement la cause de son manque d’initiative ? Mizuki avait également déjà fait cette remarque à son élève par le passé, lors d’un entraînement quelque jours après les événements du tournoi. Quelles étaient ses priorités ? Le jeune homme avait jusqu’ici refusé de faire ce choix, pourquoi devrait-il le faire d’ailleurs ? N’était-il pas possible d’avoir les deux ? Après tout, c’était deux aspects différents de sa vie. Soupirant légèrement tout en détournant son regard de l’examinateur qui lui avait posé cette question.


- En tant qu'homme, j’aurais choisi ma compagne sens hésité une seule seconde. Je pense que vous pouvez comprendre aussi ce choix, mais en tant que Shinobi, j’ai également un devoir et des responsabilités envers mon village auxquelles je ne peux m’y dérober ! J’ai participé à cet examen en connaissance de cause et je souhaite devenir Jonin plus que tout. Alors… *Je suis désolé, j’espère que tu me pardonneras.* Le noble Hyûga tourna une nouvelle fois son regard vers eux. - Je choisirais le grade de Jonin.


Une puissante douleur lui frappa à la poitrine lorsqu’il venait de faire ce choix.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 833
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Ven 18 Nov 2016 - 19:48

Si plus tôt il avait à chaque fois tenté quelque chose afin de s’expliquer – bien qu’il l’ait parfois fait de façon un peu maladroite, cette fois-ci j’eus droit à un silence de la part du Hyûga après mon discours. Je l’avais secoué un peu et j’avais peut-être presque espéré qu’il réagisse un peu à ce que je venais de dire, qu’il essaye de se justifier d’une certaine façon mais ce dernier resta dans un mutisme qui me révéla que j’avais peut-être touché une corde un peu trop sensible pour le Chûnin. Plus vraisemblable encore à voir son air accablé, tout ça lui avait déjà effleuré l’esprit et je ne faisais que le lui remettre en pleine face, ce qui en soit était une bonne chose. En effet, s’il avait déjà eu ces questionnements et qu’il n’avait toujours pas trouvé une réponse il lui fallait faire face à la musique tôt ou tard. Ce n’était pas en se voilant la face qu’il allait surmonter les difficultés et pour le jeune homme qui cherchait une voie pacifique dans tous les conflits, s’en était un de taille. D’un autre côté, je préférais presque qu’il ne réponde rien plutôt qu’il ne s’enfonce.

Nous étions tous restés assez silencieux durant les quelques secondes qui avaient suivies ma tirade et ce fut finalement le Gekei qui le rompit pour amener la pièce de résistance que nous voulions garder pour la toute fin. Effectivement, le dernier sujet que nous voulions aborder avec Ryokai était le sujet de sa situation amoureuse. Bien que les deux voulaient garder leur petite idylle cachée de la plupart du village, pensaient-ils vraiment pouvoir échapper au réseau d’information de Konoha? Évidemment que cela finirait par se savoir et nous profitâmes une fois de plus de cette occasion pour tester la conviction et la volonté du jeune Hyûga. Prétextant que son manque d’initiative pourrait être relié à cette relation – très jolie transition, Senwashi! – ce dernier lui demanda sans tourner autour du pot ce qu’il choisirait entre sa relation avec l’Hayashi ou son grade de Jônin. Houla, quelle colle! Cela sonnait beaucoup plus dur une fois qu’on le demandait comparé à lorsque nous avions planifié cette partie de l’entrevue. Dès que les mots sortirent de la bouche du Gekei, je vis aussitôt l’expression du Hyûga changer du tout au tout. Alors qu’il semblait éreinté un peu plus tôt, il prit maintenant une mine totalement déconfite. Si le sujet de plus tôt sembla avoir touché le jeune homme, ce dernier semblait l’avoir fait encore davantage.

Cette fois-ci quelques minutes s’écoulèrent sans qu’un autre mot ne soit dit. Je pouvais sentir l’atmosphère lourde de la salle comme si elle me pesait sur les épaules et une odeur électrique, semblable à celle que l’on peut sentir juste avant qu’un orage n’éclate, pouvait être senti autour de nous sans difficulté. Nul ne va sans dire que nous venions d’atteindre le point culminant de l’épreuve et qu’après cette question les jeux seraient tout aussi bien que faits. Cela allait donc de soi que j’attendais impatiemment la réponse du jeune homme. Je ne savais pas pourquoi, mais je m’attendais à une réponse dans le style qu’il ferait des compromis, mais qu’il tenait autant à servir le village que vivre avec sa compagne, mais il me surprit une fois de plus en choisissant, au final, son appartenance à Konoha plutôt que ses sentiments. Il avait vraiment l’air déchiré à faire ce choix – il dut même prendre une légère pause avant que les mots fatidiques ne sortent de sa bouche – mais je crois qu’il avait compris que pour atteindre le bonheur pour tous il fallait parfois sacrifier le sien. Évidemment ce n’était pas ce que nous lui demandions maintenant, même si je devais avouer que c’était bien ce que cela avait l’air, mais simplement savoir s’il était capable de faire le bon choix si un jour les choses venaient à se gâter. Je touchai le dessus de la table en bois sans qu’il ne me voie pour ne pas leur porter malheur, alors qu’il terminait sa réponse. Opinant très brièvement du chef, je grattai quelque mot sur mon calepin avant de me reporter sur l’Hyûga.


- Très bien. Je peux voir qu’au moins si jamais le moment viendrait à choisir, tu ferais le bon choix. Il ne faut pas oublier que Konoha est un village, certes, mais avant tout un village militaire.

Par-là, j’essayais de lui faire réaliser que tout ceci n’était qu’une situation hypothétique et que la première chose qu’il devait faire en sortant d’ici n’était pas d’aller mettre fin à leur relation. Après tout, il y avait plusieurs familles shinobis et plusieurs membres du village qui arrivaient à balancer à famille et devoir. Cela dit, la plupart d’entre eux étaient des shinobis accomplis et pas des Chûnins. Je n’avais rien contre le fait de fonder une famille – après tout aucun de nous ne serait là si les shinobis ne savaient pas mélanger la vie de famille et celle de ninja – mais j’étais d’avis qu’il y avait un moment pour chacun et quelque me disait que s’il avait une relation sérieuse avec la jeune femme, je n’étais pas certain s’il était encore prêt pour jumeler les devoirs de Jônins avec sa petite vie avec la jeune femme. Toutefois, ce n’était pas une question d’impression, mais bien d’observation et de ce que je pouvais voir le jeune homme semblait résolu avec la réponse qu’il avait donné, aussi douloureuse soit-elle.

- Bon, et bien, si mon collègue n’a rien d’autre à rajouter, je crois que c’est ce qui met fin à notre entrevue. Nous prendrons en considération tout ce qui s’est déroulé ici lorsque viendra le moment d’évaluer ta candidature. Bonne journée et surtout… bonne chance.

Je déposai mon crayon et mon calepin sur la table, je croisai les jambes et fixai le jeune homme en attendant qu’il quitte la salle. Plus une autre parole ne sortirait de ma bouche tant que l’Hyûga ne sortirait pas. Les dernières paroles que je lui avais lancé étaient les dernières que j’avais pour lui et avait pour but de lui laisser un sentiment d’appréhension pour ce qui allait suivre. Après quelques minutes, le jeune homme fut sorti et j’attendis même quelques secondes pour m’assurer qu’il était vraiment parti pour lâcher un immense soupir. C’était que ça drainait beaucoup d’énergie être aussi intransigeant sans cesse avec les autres, je ne savais pas comment certaines personnes faisaient. Tout cela pour dire que notre entrevue était bel et bien terminée et, jetant un regard satisfait vers Senwashi, je ressemblai mes notes et me levai afin d’aller les porter à l’Hokage. Je les mettais à son entière disposition et je m’étais également ma personne à sa disposition si elle avait des questions qui n’étaient pas dans mes notes. Il s’agissait d’un de ses élèves, sans doute avait-elle de grandes attentes de la part de ses élèves

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1433
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Dim 20 Nov 2016 - 11:02

Peu à peu, les candidats sortaient des différentes salles d’examens, plus ou moins rapidement. La grande majorité d’entre eux avait une mine déconfite, le regard un peu perdu, bien que certains gardaient leur sourire et leur volonté. Les rapports allaient bientôt arriver sur le bureau de l’Hokage : déjà, les salles à l’étage se vidaient des Jônins qui sortaient par la fenêtre.

Les premiers candidats furent retenus par d’autres shinobis qui ne les laissaient pas sortir : signe que quelque chose allait se passer de nouveau dans le hall. Une fois que l’ensemble des candidats se trouvaient réunis, Mizuki se présenta à l’étage, afin que tout le monde puisse la voir.

    - Aucun de vous n’a décidé d’écourter son entretien, et c’est une bonne chose que ça aurait été signe de disqualification directe. L’entretien n’était pas qu’une simple formalité, où vous deviez répondre à des questions pour prouver votre valeur : c’était un test psychologique. Comment réagissez-vous dans des situations d’échec apparent ? Comment vous comportez-vous face à plus gradé que vous, dans une situation où vous êtes presque soumis à quelqu’un qui vous méprise ? Saurez-vous garder votre calme, votre sérieux et vos convictions lors qu’ils sont mis à mal par la personne qui décidera pour vous ? Voilà l’objectif visé par la deuxième épreuve : la stabilité psychologique.

Mizuki sourit légèrement, passant son regard de droite à gauche, de candidats à candidats.

    - De ce que j’en ai entendu, certains se débrouillaient très bien… D’autres en revanche… Quelle drôle d’idée d’hurler sur la personne qui décidera de votre avenir… Enfin bref. Sachez que rien de ce qui a été annoncé ou dit durant cet entretien n’a été réel. Vous n’aurez pas à tuer vos amis, ni à mettre des bâtons dans les roues de qui que ce soit. Néanmoins : sachez que le risque que cela arrive lorsque vous atteindrez le grade de Jônin existe.

Les hommes bloquant la sortie se dispersèrent, laissant les Chûnins libres après plusieurs heures d’attente et d’examen.

Spoiler:
 

PS : Senwashi, tu peux évidemment reposter derrière Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 660
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe #1 Mar 22 Nov 2016 - 18:56

Je pus voir son expression changer lorsque je posai ma question, voyant que j’avais vraiment frapper un point sensible. Nos regards se croisèrent pendant quelques instants et je pu y voir à quel point ce choix le déchirait. J’y vis aussi de l’incompréhension, se demandant sûrement comment nos étions au courant pour leur relations qu’ils s’efforçaient à garder discrète. Elle ne pouvait toutefois pas l’être complètement et l’information allait tôt ou tard se retrouver dans son dossier. Je détachai finalement nos regards et portai mes yeux sur mon calepin, prenant quelques notes sur ce que j’avais cru voir dans le regard de l’Hyûga. Celui-ci gardait toujours le silence, probablement dans un immense dilemme moral. Je devais admettre que c’était un choix des plus déchirants : sa vie amoureuse ou son travail. Je ne tirais aucun plaisir à le tirailler de l’intérieur ainsi, mais je me devais de le faire pour voir ce dont il était fait.

Je relevai finalement les yeux sur lui pour finalement le voir soupirer alors qu’il détournait à son tour les yeux sur le côté. Tournant un peu autour du pot, il commença d’abord par répondre qu’en tant qu’homme, il choisirait sa compagne sans hésiter et que je devais comprendre ce choix. S’il espérait gagner des points de sympathie, il avait cogné à la mauvaise porte. N’ayant pas de compagne, je dédiais la majorité de mon temps à mon travail de shinobi, quoi que je consacrais beaucoup de temps à mon clan également. Il ajouta qu’il avait néanmoins un devoir en tant que shinobi et en vint finalement par affirmer qu’il souhaitait devenir Jônin plus que tous autres choses. Ramenant alors ses yeux vers nous, il répondit finalement qu’il choisirait son grade par-dessus sa vie amoureuse. Imitant alors Takeo, je pris également des notes sur sa réponse alors que celui-ci prenait la parole. Il avait très bien résumé ce que nous attendions de lui.


- Ne l'oublie surtout pas.

Nous ne lui demandions pas de cesser leur fréquentation, plusieurs shinobis avait des compagnes et même des enfants, cela ne les empêchait en rien d’être d’excellent shinobis. Cela prenait beaucoup de courage de s’ouvrir ainsi à quelqu’un. Le fait qu’elle suivait elle aussi la voix de shinobi avait peut-être à voir avec cela, mais ça n’avait pas important. N’ayant plus d’autres questions pour le jeune homme et n’ayant rien à ajouter pour ma part, Takeo mit fin à l’examen. Il lui expliqua ce qui allait être pris en compte lors de son évaluation et lui souhaita bonne chance, d’un ton presque désintéressé. Il déposa son calepin et son crayon nonchalamment sur la table puis pris une pose tout aussi nonchalante. Quant à moi, je le dévisageai du moment où Takeo avait déclaré l’entrevue terminé, n’attendant qu’au moment où l’Hyûga se leva pour prendre quelques fausses notes additionnelles. Lorsque la porte fut refermer derrière lui, je déposai finalement mon calepin alors que l’Inuzuka lâcha un long soupire. Il avait vraiment joué toute une performance, m’ayant épaté mais ayant probablement effrayé l’Hyûga. Quelques minutes après le départ du Chûnin, nous en fîmes de même et ramassèrent nos notes. Nous nous dirigeâmes ensemble vers le Bureau de l’Hokage. Une fois sortit du Bureau, j’offris à Takeo d’aller prendre un morceau au restaurant, ce qu’il accepta sur le champ.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Groupe #1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Examens :: Examens Chûnin et Jônin de Konoha :: Examen Jônin :: Epreuve 2-