N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Un peu d'affection pour guérir les animaux malades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Un peu d'affection pour guérir les animaux malades Sam 5 Nov 2016 - 19:57

Il existait toute sorte d'animaux qui peuplent ce monde, de natures et d'espèces diverses et variées. Certains volaient dans les airs, d'autres rampaient sur la terre, et encore d'autres qui nageaient dans la mer. Le Pays du Feu avait l'avantage d'avoir toutes les sortes de reliefs, donc tous les milieux de vie possibles, ce qui permettait à un grand nombre d'animaux de venir s'installer sur le territoire qui offrait aussi bien de la verdure que des sources d'eau. On pouvait rencontrer des espèces que l'on ne pourrait jamais retrouver ailleurs, notamment beaucoup d'insectes et de petites bêtes dangereuses qui rôdaient dans les environs sombres. C'était sans nul doute la grande particularité du Pays ; les insectes, sans doute dû aux deux dirigeantes, dame cafard et Mademoiselle Rose écarlate. Beaucoup de ces insectes étaient d'ailleurs des espèces protégées par la loi, comme quoi ils étaient en disparition. Ce qui laissait aux villageois principalement que les chiens et les chats pour leur tenir compagnie, alors pourtant, ils pourraient aussi bien adopter d'autres de ces animaux. Si certains étaient dangereux comme les loups, rien ne les empêchait d'adopter les girafes, mais ils les trouvaient sans doute trop encombrant. Ainsi, beaucoup de Konohajins aimaient adopter les petits animaux tout mignons, dont beaucoup d'entre eux étaient dotés d'une incroyable intelligence. On retrouvait aussi des clans avec les chiens ou encore d'autres, ce qui était l'une des belles couleurs du village cachée de la feuille.

Ce matin-là, le Directeur avait envoyé son aspirant "préféré", Yohru, chez le vétérinaire. Cependant, ce n'était pas pour soigner Maoh, l'étrange petite bête qui le suivait partout, mais pour que le jeune rouquin fasse un stage d'apprentissage pour en apprendre d'avantage sur la nature et notamment les animaux. Il n'existait pas de zoo, si ce n'était qu'à l'état naturel, il ne restait donc que le vétérinaire ainsi que les associations d'animaux perdus. Le jeune garçon était encore un peu jeune pour faire un véritable stage où il pourrait toucher aux scalpels et aux seringues, notamment avec ce caractère explosif, il risquait de commettre bien des dégâts. Il n'allait donc que s'occuper des animaux et apprendre à être doux avec eux et à partager son affection, c'était sans doute ce qu'espérait le Directeur derrière cet ordre de mission. Ce dernier n'avait rien contre les animaux, il les trouvait même plutôt amusants à courir dans tous sens derrière une balle. Certains étaient beaucoup plus stupides que d'autres, et c'était sans doute leur tête d'ahuri qui faisait rire l'enfant. Il espérait pouvoir s'amuser avec ces différentes bêtes des refuges chez le vétérinaire, même si ça allait être légèrement plus différent de ce qu'il attendait.

Il sautillait d'un bout à l'autre du village avec son ombrelle à la main pour le cacher du soleil matinal, jusqu'à parvenir chez le vétérinaire. Il ne savait pas lire, mais les grosses pancartes avec des chiens et des croix rouges l'ont guidées jusqu'à un gros bâtiment situé pas tout proche du centre-ville. Il en déduisit que c'était là que se trouvait sa destination. Il entra comme n'importe quel autre visiteur et se présenta à l'accueil avec un charmant sourire aux lèvres.
    " Yohooooo ! J'suis Yohru, je viens pour m'amuser avec les animaux ! " S'exclamait-il tout joyeux.
S'il n'avait fait aucune erreur d'établissement, le personnel devait être au courant de la venue de Yohru. Ils auraient dû être informés par le directeur de l'académie lui-même, quelques jours auparavant.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 949
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un peu d'affection pour guérir les animaux malades Sam 5 Nov 2016 - 23:27

Le souffle court et le visage rouge, je portais dans mes bras l'énorme chien qui occupait notre maison depuis quelque temps déjà. Je marchais aussi rapidement que je le pouvais en direction de la clinique vétérinaire ou travailler ma mère. Riku avait avalé un savon et je n'étais vraiment pas rassurée par son état suite à cela. Mais du genre vraiment pas. Ma mère m'avait formé suffisamment longtemps au premier soin vétérinaire pour que j'arrive à déterminer que cela pouvait être fatal pour notre chien. C'est donc complètement paniqué, les larmes aux yeux que je pénétrais dans la clinique en pleurant chaudement :

"Maman ! Maman !!! Aide-moi s'il te plaît !"

Je bousculais au passage un jeune garçon sans même m'en rendre compte, me précipitant vers l'un des chariots de transports posaient dans un coin alors que l'une des assistantes vétérinaires allaient prévenir ma mère de mon arrivée et que l'un de ses confrères se précipitait à ma rencontre.

Quelques secondes plus tard, le chien était emporté en urgence en salle d'opération sous les ordres de ma mère qui avait débarqué entre-temps. Nous ne nous étions pas vues depuis un an déjà et nos retrouvailles se déroulaient en catastrophe à cause de cet incident domestique. Le sors était décidément bien cruel avec moi, mais que pouvais y faire vraiment ? Complètement chamboulée par cette mésaventure, une des assistantes me guida jusqu'à un siège dans la salle d'attente juste à côté de là ou le jeune homme que j'avais bousculé par mégarde et surtout, sans m'en rendre compte se trouvait. Des larmes de peur roulaient encore sur mes joues et j'avais beaucoup de mal à contenir mon état. L'assistante revient avec dans les mains deux chocolats chauds, l'un qu'elle me tendit en me caressant doucement l'épaule pour me réconforter et l'autre, qu'elle tendit au jeune garçon, lui faisant alors un signe du regard en me désignant sans que je m'en aperçoive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un peu d'affection pour guérir les animaux malades Jeu 10 Nov 2016 - 15:42

La dame de l'accueil resta perplexe suite à l'arrivée inattendue du jeune garçon. Ce dernier semblait très enthousiasme à vouloir passer du temps avec les animaux malades de la clinique, cependant, avait-il conscience que les patients avaient besoin de calme et de repos plutôt que de jouer comme il le disait ? Pour une première impression, c'était plutôt mal vu de voir un enfant arriver si excité, en faisant tant de bruits dans un établissement dédié au soin. Néanmoins, il était encore un peu jeune, cet esprit plein de fureur était commun à cet âge, il fallait simplement lui expliquer de faire moins de bruit. Même si intérieurement, l'infirmière avait toujours quelques craintes qui lui faisaient croire que la journée à la clinique n'allait pas être simple avec un tel enfant dans les parages. Yohru qui ne devinait rien de ses pensées lui affichait un large sourire qui témoignait d'une certaine innocence. Ce dernier ne savait pas grand chose du lieu, mais de ce qu'il avait cru comprendre, beaucoup d'animaux de toutes espèces résidaient dans l'établissement. Jusqu'à présent, ayant pris l'habitude de vagabonder dans les ruelles du village notamment proche des poubelles et des déchets des habitants, le jeune garçon avait déjà fait la rencontre de plusieurs chats errants et avait même sympathisé avec eux. Cette journée était l'occasion pour lui de se faire de nouveaux amis et toutes espèces !
    " Yohru, dis-moi, c'est bien l'Académie des shinobis qui t'envoie ici ? Laisse moi quelques instants pour que je puisse retrouver les papiers qui te concernent. Ne bouge pas, attend-moi là ! " Expliquait la dame de l'accueil avec un sourire.
Il n'était qu'un enfant, comme tout adulte qui parlait aux jeunes pousses, elle s'adressait à lui d'un ton bien calme, en espérant que ce dernier comprenne. Elle se retourna vers le bureau pour fouiller les documents qui ont été déposés ici concernant la venue de l'aspirant, tandis que ce dernier continuait de l'observer par-dessus le rebord. Puis soudain, des cris de secours se firent entendre à travers l'entrée de la clinique. En se retournant vers la source du bruit, on pouvait apercevoir une jeune fille qui tenait un gros chien entre ses bras hurler à l'aide. Elle semblait pressée, sans même faire attention, elle bouscula le jeune rouquin qui se retourna vers elle lui tirant une grimace.
    " Bouah, fais attention ! " Marmonnait-il tout bas.
Il ne comprenait pas pourquoi elle était si pressée et tellement en panique. Une sorte de curiosité naquit dans l'esprit du jeune enfant qui continuait de la suivre du regard. Un groupe d'inconnus vinrent s'occuper de l'énorme boule à poils qu'elle portait dans ses bras, et l'emmenèrent dans une sorte de chambre secrète. En attendant, la dame de l'accueil avait retrouvé les documents qui concernaient la venue du jeune aspirant pour une journée. Celui-ci était déposé au-dessus de la pile des certificats, elle le relut en grandes lignes et se retourna vers Yohru qui l'attendait encore. L'attention de ce dernier semblait dissipée, il regardait ailleurs. Elle le rappela à l'ordre en l'interpelant.
    " Yohru ? Voilà, j'ai retrouvé tes feuilles. Une jeune patiente a besoin d'aide, je vais aller rédiger quelques documents concernant sa venue. En attendant, toi, vas à la salle d'attente, quelqu'un viendra te chercher et tu lui présentera ces papiers. Compris ? " Lui demandait-elle avec toujours ce même air adouci.
Le jeune garçon hocha de la tête et accouru dans la salle d'attente. Les murs de la pièce étaient magnifiquement décorés avec plusieurs auto-collants d'animaux pour entrer dans le thème de la clinique. Yohru n'attendit pas bien longtemps, une jeune fille apparue. Cependant, ce n'était celle qui allait être son professeur pour la journée, mais la demoiselle qu'il avait rencontré plus tôt. Où était l'énorme boule à poils qu'elle tenait dans ses bras ? Le jeune garçon la regardait avec une certaine curiosité. Elle semblait.. mal. Ce dernier ne comprenait pas vraiment pourquoi, quoique, il devinait plus ou moins. Alors, la même femme qui travaillait à l'accueil réapparue avec deux tasses qui contenaient un étrange liquide foncé. L'odeur suffit à Yohru pour lui laisser deviner qu'il s'agissait de là un chocolat chaud. Il sourit en voyant que l'une des deux tasses lui était destinée. Puis, par la même occasion la jeune infirmière lui fit un signe discret qui désignait sa voisine en larmes. Cependant, le jeune garçon avait beaucoup de mal à comprendre sur les bords. C'était elle son accompagnatrice pour la journée ? Pourtant, quelque chose lui disait le contraire. Que devait-il faire..? La consoler ? Sa première tâche était de rassurer une patiente qui attendait son animal. Il restait perplexe, ne comprenant pas trop la situation à laquelle il faisait face. Il lui tapota l'épaule pour attirer son attention.
    " Euh.. Tu m'as cogné tout à l'heure.. ?
Peut-être pas la bonne chose à dire dans l'état dans laquelle elle se trouvait, mais c'était la seule idée qui lui traversa l'esprit actuellement pour engager la conversation. En réalité, il aurait aimé se mettre à rire pour l'appeler pleurnicharde comme tous les enfants qui se mettaient à pleurer sans réelle raison. Néanmoins, une force inconnue le dissuada de parler ainsi. Il enchaîna vite.
    Hey ! Tu pleures ? Demandait-il en rapprochant son visage du sien comme pour la contempler. C'est quand on est triste que l'on pleure, et apparemment les larmes ça a la goût salé de l'eau de mer ! "


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 949
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un peu d'affection pour guérir les animaux malades Ven 11 Nov 2016 - 21:43

C'est à peine si je fis attention à la voix du jeune garçon lorsqu'il m'adressa la parole. Cependant, mon regard dénuée de tout sentiment fini par se tourner vers lui. Je le dévisageais de mes yeux émeraude rougit par les larmes que j'avais versés quelques secondes auparavant. Certaines des larmes maculées encore mes joues. D'un geste de la main, je les essuyais avant de regarder le gobelet de chocolat que je tenais entre mes mains :

"Désolée …" murmurais-je à l'intention du jeune homme.

Je détournais alors complètement le regard et mon corps de ce dernier. Je n'aimais pas trop que l'on me touche, enfant ou adulte. Mais ce n'était visiblement pas ce que le jeune garçon avait décidé de faire car bientôt, j'entendis une nouvelle fois sa voix fluette m'adresser la parole. Des paroles qui sonnèrent étranges à mon intention. Que pouvais-je répondre à une question aussi futile que celle qu'il me posait ? Ce n'était qu'un enfant et je ne connaissais aucun enfant qui n'avait jamais pleuré au point de ne pas savoir que les larmes étaient salées. Mon regard se porta discrètement vers lui, analysant sa physionomie. A vue d'œil il devait avoir onze ou douze ans. Bref l'âge nécessaire pour ne plus poser ce genre de question. Mon regard remonta jusqu'à son visage et le dévisagea longuement, sans rien dire, juste en l'observant. Puis soudain, je lui demandais :

"Quel âge as-tu ?"

Avant de porter à mes lèves la tasse de chocolat que je sirotais doucement tout en essayant de me calmer sur la situation dans laquelle je me trouvais. Malgré tout, je ne pouvais m'empêcher de me sentir stressé et oppressé. J'attendais que ma mère vienne m'informer des résultats concernant mon chien et j'espérais de tout cœur que ce dernier allait bien se sortir de toute cette mésaventure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un peu d'affection pour guérir les animaux malades Dim 13 Nov 2016 - 12:16

Le jeune garçon était intrigué par la belle inconnue assise à côté de lui. Cette dernière avait un comportement quelque peu étrange, mais naturel si l'on connaissait ses raisons. Leur premier contact fut brutal, mais à présent, elle paraissait d'avantage triste et mal en point. Sa tristesse était visible par les larmes qui coulaient le long de son visage. Yohru n'avait pas pour principe de se mêler des affaires qui ne le concernaient pas, mais cette fois-ci, il était bien curieux de connaître l'origine de sa peine. D'apparence, elle avait de long cheveux blancs qui tiraient vers la couleur argentée, même assise, il pouvait reconnaître une différence de taille. Elle devait sans doute faire une tête de plus, ce qui faisait d'elle une "adulte", une de ces personnes que l'aspirant considérait comme des diables pour certains. Cependant, elle reflétait une image différente de celle dont le jeune garçon avait l'habitude de voir. Il s'agissait sans doute de ce qui suscitait tant l'intérêt du rouquin qui continuait de l'observer avec des yeux écarquillés.

Elle paraissait perdue dans son monde invisible, elle n'entendait plus que sa propre voix et ne semblait plus prêter attention à son entourage. Certaines personnes se tiendraient à l'écart pour laisser la pauvre jeune femme méditer seule, afin qu'elle retrouve doucement son calme, d'autres viendraient la consoler en lui chuchotant des mots doux avec quelques petites tapes et caresses dans le dos. Cependant, Yohru ne maîtrisait pas vraiment la délicatesse des gestes et des mots, alors sans réfléchir il tenta une approche plus franche. Cette dernière répondit par des murmures quelques excuses qui parvinrent sans nul doute jusqu'à son destinataire, qui resta sous l'effet de la surprise suite à ces paroles. Il tendit son oreille, comme pour lui demander confirmation.
    " Eh ? Tu disais ? Je n'ai pas entenduuuu ? Peux-tu répéteeeer ? " Lui disait-il d'une voix plus forte que la sienne pour l'inciter à crier.
Ce n'était pas tous les jours qu'il avait l'occasion d'entendre quelqu'un s'excuser à lui, plutôt que quelqu'un qui réclame sans cesse des excuses. Pourquoi ne pas profiter ? Il ressentait un certain plaisir, comme s'il se faisait enfin respecter comme cela aurait dû être depuis le départ ! Même si la situation n'était pas la meilleure pour des plaisanteries de mauvais goût, mais il ne savait pas lire aussi bien les calligrammes que l'atmosphère. Un étrange énergumène cet enfant.. Contrairement aux autres jeunes pousses de son âge, il ne pleurait que très peu pour ne pas dire jamais. Seulement à sa naissance, il dû sans doute crier et pleurer autant que les autres nourrisson, mais personne n'était là pour lui raconter les détails ni même les grandes lignes. Son passé est un vestige qui continuait de s'assombrir peu à peu dans le néant pour tomber dans l'oublie. Il lui arrivait de ressentir comme n'importe qui, la douleur et la tristesse, mais contrairement à d'autres, il avait appris à cacher ce qu'il ne devait pas montrer. Les larmes étaient une preuve de faiblesse comme le diraient certains, mais aussi une forme visuelle de la douleur qu'il nous arrivait de montrer à nos proches. N'était-ce pas cruel ? Certaines choses n'étaient pas bon à dévoiler.

Il continuait d'observer la jeune femme avec une grande curiosité en rapprochant un peu plus son visage enfantin à chaque fois. Est-ce que les perles qui coulaient sur ses joues avaient le même goût salé que l'on racontait ? Une simple envie goûter et de vérifier ce dicton. Puis soudainement, après un silence, elle reprit la conversation par une simple question qui fit reculer le jeune garçon. Ce dernier se mit alors à réfléchir sur sa réponse. S'il répondait dix-sept comme l'autre fois à l'interrogatoire de la prison ? Sauf que dans ses souvenirs, la réponse passait mal comme quoi il n'avait pas l'apparence d'un adulte de dix sept ans. Alors il devait se réorienter vers un nombre plus petit. Il n'avait pas grande idée de son âge, à chaque fois c'était comme jouer aux devinettes. Il ne savait pas quel était le jour de sa naissance, depuis qu'il sortit de ce "trou noir" près de trois ans ce sont écoulées. Il serait sans doute justifié de dire qu'il avait trois ans comme c'était le nombre d'années qu'il avait passé dans ce monde ? Mais son corps était bien plus vieux.. Finalement, afin de n'éveiller aucun soupçon mieux valait dire un un nombre trop grand que trop petit. Allez, au pif !
    " J'ai 15 ans ! Euh.. Peut-être trop grand ? Enfaite non, j'ai 13 ans ! Quoique, je n'aime pas ce chiffre.. Bon 12 ans ! Oui, j'ai 12 ans ! " finissait-il par conclure.
L'académie des ninjas lui avait attribué sur son dossier dix ans, sans doute comme il s'agissait d'un nombre rond. Puis sa date d'anniversaire indiquait sans doute le jour où il avait rejoins le village, finalement, il ne fallait pas se compliquer avec l'impossible. La voyant déguster le bon chocolat chaud, l'enfant se rappela qu'il tenait également une tasse entre les mains. Il était temps pour lui de l'entamer. Il s'apprêtait à tout boire d'une gorgée comme il en avait l'habitude, mais en trempant ses lèvres dans le breuvage, il se brûla à l'instant qui suivit. Il poussa un léger cris avant de ressortir ses lèvres rougis. Finalement, il prenait garde et se mit à souffler jusqu'à ce que la boisson refroidisse suffisamment pour qu'il puisse boire à petite gorgées. Aussitôt, ses deux pupilles bleues s'illuminèrent.
    " Woooooh ! C'est trop bon ! Bien meilleur que celui que l'on sert à l'Académie ! S'exclamait-il avec un sourire.
Puis il se tourna vers sa voisine qui semblait toujours un peu triste. Le sucre n'était pas supposé faire partir tous les mauvais sentiments, aussi bien tristesse que colère ?
    Dis, à ton avis, si on mettait du sel quel goût ça aura ? Je pense aux algues toutes bizarres qui sont à la fois sucrées et salées, c'est booon malgré ce que croiraient certains ! Hum.. Tu pleures parce que le gros matou de tout à l'heure t'as quitté ? C'était ton ami ? Tu peux trouver d'autres de gros matoux qui voudront être ton ami ! Enfin, à moins que tu ne sois vraiment pas à leurs goût, mais ils sont pas difficiles ! Tu sais, par là où y'a pleins de restaurants, derrière les poubelles il y a pleins de gros matoux à poils, j'suis sûr qu'ils voudront être ton ami ! "
D'ailleurs certains d'entre eux étaient devenu l'ami de Yohru.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 949
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un peu d'affection pour guérir les animaux malades Jeu 17 Nov 2016 - 22:40

Mon regard se fit surpris lors de la réponse de l'enfant concernant son âge. Je commençais de plus en plus à me demander s'il n'avait pas un souci mental ? Où peut être était-il juste superactif ? Tout de son état semblait le démontrer. Ce changement brutal de comportement, cette façon agaçante de poser des questions sans queue n'y tète, puis finalement, cette dernière question encore plus loufoque que les précédentes.

Ce n'était qu'un enfant, je ne pouvais pas me permettre de me montrer agressive avec lui-même si ce comportement m'agacer fortement. Aussi, je lui répondis :

"Tu n'as qu'a essayé, tu verras bien si c'est bon ou non …"

Je lui souriais pour l'encourager même si je me doutais bien qu'au fond, le mélange serait absolument immonde. Mon regard se tourna une nouvelle fois vers l'entrée de la salle d'opération et ma mélancolie fit un retour assez soudain sur le devant de la scène alors que je poussais un long et profond soupir. Une nouvelle question fusa alors et j'y répondis doucement :

"C'est mon chien … Il ne va pas très bien, j'espère qu'il va s'en sortir …"

J'espérais vraiment… Qu'elle idée aussi d'avoir avalé un savon entier. Je baissais la tête et je me remettais immédiatement à sangloter, perdue et détruite par cette situation. Ryokai était absent de la maison en ce moment et je me voyais mal lui annoncer que son chien était mort pendant son absence. Cela serait terrible et pénible pour nous deux, je n'étais pas sûre que notre couple y survive, car je me sentais horriblement fautive pour cette situation même si ce n'était pas moi qui avais mis la savonnette dans la gueule du chien.

Je soupirais longuement pour essayer de me calmer. J'avais besoin de m'occuper l'esprit. Mon visage se redressa et je regardais une nouvelle fois le petit garçon :

"Tu es ici pour un stage, c'est ça ? Tu veux que je te fasse visiter les lieux ? Ma mère est l'une des vétérinaires et j'ai souvent travaillé ici, je connais bien …"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un peu d'affection pour guérir les animaux malades Dim 20 Nov 2016 - 16:57

Son doux sourire encourageait fortement le jeune aspirant à tenter l'expérience et à découvrir la réponse par soi-même. Néanmoins, il entendait comme une petite voix qui lui disait que ce n'était pas une bonne idée d'essayer les choses trop étranges au risque que son estomac ne le supporte mal, mais sa curiosité persistait à connaître le goût qui se cacherait entre ces deux saveurs. Il commençait à s'imaginer quelque chose d'extrêmement acide, puis en réfléchissant un peu, s'il ne mettait pas trop de sel peut-être que le goût ne serait pas si mauvais. Son regard songeur se posa sur sa tasse où nageait à l'intérieur le chocolat chaud, tout en observant d'un air pensif. N'importe quelle personne devinait un résultat affreux, mais l'étrangeté de Yohru lui faisait croire à quelque chose de bien bon.

Puis soudain, lorsque la jeune femme lui répondit sur les causes de sa tristesse, le rouquin détourna ses yeux de sa boisson pour observer de nouveau son interlocutrice. C'était effectivement la grosse boule de poils qu'il avait rencontré plus tôt, l'énorme bête qu'elle portait dans ses bras. Elle parlait de lui comme si un accident grave lui était arrivé, peut-être s'était-il cogné quelque part ? Elle restait assez vaste sur la réponse. Le jeune aspirant s'imaginait le pauvre animal couvert de sang, ce qui expliquait la précipitation de la demoiselle et toute l'agitation qu'elle avait semée à son entrée dans la clinique. Cependant, il n'avait pas souvenir d'avoir vu un liquide rouge couler, alors peut-être qu'il s'agissait d'autre chose ? La jeune inconnue se remit à verser des larmes, elle semblait véritablement triste pour son chien. Il s'était peut-être fracassé les os ? En réalité, le garçon avait du mal à comprendre pourquoi tant de peine pour si peu. Il était un animal non ? Néanmoins, il se rappela que l'infirmière lui avait plus ou moins demandé de consoler la patiente. Il hésitait, perturbé, ne sachant pas quoi répondre exactement.
    " Mh.. Il lui est arrivé quoi ? Tu l'aimes beaucoup ce chien, c'est ton ami ? C'est quoi son nom ? Tu sais, c'est un chien, alors pas besoin de s'en faire ! Je me suis déjà fait mal à plusieurs reprises et plusieurs de mes os ont déjà été brisés une fois auparavant à cause de mes chutes. Il m'arrive aussi de me couper et je saigne, parfois même mon nez se met à couler tout seul le liquide rouge, pourtant je vais bien ! C'est bizarre enfaite, maintenant que j'y repense ! Mon os se casse, mais après quelques temps il se répare, plus ou moins tout seul ! Même quand je me coupe, au bout de quelques temps ça disparaît ! C'est génial ça ! Si c'est un chien, alors ça devrait faire pareil ! Quelques jours de repos et hop ! De nouveau une boule de poils sur patte ! Affirmait-il avec un large sourire. Je me demande bien d'ailleurs quel est ce pouvoir où notre corps se répare tout seul.. "
Il continuait à regarder la paume de sa main d'un air songeur. Si un jour il arrivait que quelqu'un lui coupe le bras, avait-il ses chances de le voir repousser ? Une idée qui assombrit quelque cours instants son visage. Un bras ne pourra jamais repousser comme les branches d'une étoile de mer. Tout comme la tête, une fois découpée elle ne pourra plus jamais se recoller au corps, car c'était ainsi que son maître était mort, la tête séparée du corps. Aussitôt, il releva son visage vers la belle inconnue avec une expression de joie, sans doute car il était loin des craintes qui tourmentaient intérieurement la jeune femme. Il ne ressentait rien de sa tristesse, il la voyait juste. Puis quelques temps après, cette dernière reprit son calme lui proposant une petite visite.
    " En stage ? Comment tu le sais ? Euh.. Oui, on peut dire ça comme ça ! C'est le directeur de l'Académie qui m'envoie ici pour m'occuper des patients, des animaux, il disait que j'en verrais pleins ! Visiter ? Oh oui ! Donc tu connais bien les lieux ? C'est aussi pourquoi tu es entrée en criant "maman" ? Bah, si elle s'occupe de ton gros matou, y'a pas à s'en faire ! " Concluait-il toujours le sourire aux lèvres. Dis, je compte aller demander à l'infirmière de l'accueil si elle voudrait pas me passer du sel pour mon chocolat ! Tu as bien raison, il faut essayer pour savoir si c'est bon !"
Sur ces derniers mots, il se releva de sa chaise et se dirigea vers l'accueil pour demander du sel à la même personne qui lui avait donné la boisson chaude. Il tendit sa tasse avec un regard innocent pour demander gentiment :
    " Puis-je avoir du sel dans mon chocolat ? Pas trop, juste un peu pour goûter ! "
Une question qui surpris plus d'une personne aux environs. La dame de l'accueil le regardait avec des yeux ronds, ne sachant plus vraiment quoi dire.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 949
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un peu d'affection pour guérir les animaux malades Jeu 24 Nov 2016 - 1:00

Comme pour oublier ma douleur et surtout penser à autre chose, je lui fis un clin d'œil :

"J'ai travaillé pendant un moment ici avant ! Ma mère est l'une des vétérinaires à qui appartient la clinique donc je la connais plutôt bien ! J'y ai passé une partie de mon enfance et adolescence !"

Nouveau clin d'œil appuyé et je me redressais alors qu'il restait dans son idée assez loufoque en tête : ajouter du sel dans son chocolat chaud. Voilà qui était gâché de la nourriture, mais je n'avais pas le courage de lui dire. J'attendis qu'il revienne avec sa curieuse mixture et avant même qu'il ne me propose à moi aussi d'essayer, je l'entraînais vers une arrière-salle après avoir fait un petit signe à la secrétaire.

Il me fallait de quoi m'occuper et le corps, et l'esprit, et je savais parfaitement de quoi la clinique vétérinaire avait besoin alors qu'il était en pleine intervention sur Riku :

"On va aller nettoyer les cages des chats, puis nous ferons les enclos des chiens ! Pour cela, on va prendre des sauts pour y mettre la litière salle, puis nous mettrons la propre d'accord !"

Je lui désignais l'endroit ou des gros sauts étaient disposés et j'en prenais moi-même un ainsi qu'une pelle, puis, j'entraînais le jeune homme vers un espace externe à la clinique ou se trouvais une grande baie vitrée à l'intérieur de laquelle, une sorte d'enclos très vaste pour les animaux malades ou en convalescence. Il y avait un espace commun, mais aussi des box individuels pour les chats ayant besoin de repos ou ayant des maladies contagieuses :

"Entre derrière moi et prend bien soin de refermer la porte. Il ne faut pas qu'ils sortent surtout."

La chatterie disposait en effet d'un sas pour éviter que les animaux ne sortent. J'attendis que le petit garçon ait fermé la porte avant de poursuivre. Les chats s'avancèrent immédiatement vers nous pour chercher des caresses. Je m'appliquais à dire bonjour à chacun d'eux :

"Donc c'est assez facile ! On va commencer par faire les litières ! Tu prends la pelle et tu enlèves les crottes et le sable mouillé pour le mettre dans le seau ! Si ça te semble vraiment trop salle, tu mets tout dans le seau et nous mettrons de la litière propre d'accord ? Tu vas t'occuper de l'espace commun et moi je vais aller voir les animaux dans les box individuels !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un peu d'affection pour guérir les animaux malades Dim 27 Nov 2016 - 15:11

La jeune femme de l’accueil resta quelques instants perplexe, suite l'étrange demande de l’aspirant. Après un petit moment de réflexion, voyant le visage souriant du jeune garçon, elle finit par en déduire que ce dernier avait confondu l’appellation du sucre et du sel. Il paraissait jeune et naïf sur les bords, il ne serait pas étrange qu’il inverse les noms de ces deux poudres à la couleur blanche. Les jeunes pousses de son âge aimaient beaucoup la douceur du sucre dans leur chocolat, alors ce n’était finalement pas si étonnant qu'il vienne en demander à nouveau.
    " Yohru, mettre trop de "sel" dans ton chocolat n’est pas une bonne chose à faire. On ne met pas de "sel" mais du "sucre" ! " S’amusait-elle à dire.

    - Non, moi je veux du sel ! Affirmait-il une nouvelle fois.
Sous les insistances du jeune garçon, la femme de l’accueil finit par céder à sa requête en lui versant un sachet de sucre qu’elle lui faisait croire à du sel. Il n’était pas rare d’avoir une imagination débordante à cet âge-là, il valait mieux qu’elle le laisse croire en ses drôles d’idées plutôt que de se quereller pendant un moment. Aussitôt qu’il fut servi, il remercia la dame avant de retourner voir la demoiselle qu’il avait rencontré quelques instants plus tôt. Elle était encore là, ses larmes semblaient avoir visiblement séché. Yohru lui sourit gentiment tout en lui proposant de goûter sa toute nouvelle boisson, mais pour une raison étrange, elle le tira vers une autre salle sans même répondre. Il demanda une nouvelle fois pour être certain de sa réponse.
    " Tu es sûre de ne pas vouloir goûter ? Ça a l’air drôlement bon pourtant ! "
Elle n’était peut-être pas une grande fane des mélanges des saveurs sucrées salées. L'aspirant finit par boire à lui seul son chocolat dont la douceur du sucre n'avait été que renforcée avec ce deuxième petit sachet. Ne connaissant rien de la vérité, il continuait de croire que le sel pouvait sous certaines conditions augmenter le goût de son compère le sucre. Il affichait un visage tout joyeux suite à cette nouvelle découverte et terminait en douceur sa boisson, avant de déposer le verre sur le premier comptoir qu'il croisait sur le chemin. À présent, il se dirigeait vers les cages où résidaient les chats malades à l'intérieur, la jeune fille lui proposait de s'occuper de leur litière.
    " Oké ! " Fit-il avec une pointe d'enthousiasme.
Il allait pouvoir rencontrer pleins de chats et il allait même pouvoir examiner leurs coussinets, songeait-il. Un petit souvenir refit surface dans son esprit, le jour où il avait rencontré un certain ami dans le centre-ville. Il sourit du coin de la lèvre avec quelques petites idées derrière la tête.. Il prit les éléments que l'on lui désignait et continuait sa course avec la demoiselle. Rapidement, les voilà arrivé devant les enclos des divers animaux souffrants.
    " Fermer la porte pour ne pas qu'ils s'enfuient, se répétait-il afin ne pas oublier. Messieurs les Chiens et les Chats ! Wouhooo ! Comprenez que nous ne devez pas vous enfuir ! " Annonçait-il sur son passage, afin de prévenir ces cher résidents de la clinique.
Il referma avec grand soin la porte, avant de se retourner vers la jeune femme qui se trouvait déjà parmi les dizaines de chats qui l'entouraient, cherchant chacun des petites caresses d'affection. Le rouquin ne put s'empêcher d'accourir vers elle pour attraper le premier chat noir qu'il rencontra dans ce troupeau, le soulevant des deux mains avant de le faire tournoyer avec lui. Puis finalement, il lui lécha le bout du museau et lui mordilla les oreilles comme pour tenter d'en saisir le goût. Naturellement, le chat prit peur et donna quelques coups de griffes, et s'éjecta de son emprise de force pour retourner se cacher plus loin, loin du grand garçon aux cheveux roux. Ce dernier devint plus grincheux et fut déçu du comportement de son coéquipier, il lui tira la langue. Il suivit par la suite les consignes données par la demoiselle pour laver les litières.
    " Waaaah ! Je vois ! C'est comme jouer au bac à sable ! Ça je sais faire ! Suffit de remplir le seau de sable humide et sec pour que ça tienne! "
Aussitôt, il se mit en action et en commença à remplir son seau très rapidement. Parfois, il frôlait le sable avec ses mains sans vraiment s'en rendre compte, il ne faisait pas beaucoup attention à la propreté. Seule l'odeur qui régnait sur les environs était répugnante, néanmoins, ayant déjà vécu dans les ruelles du centre-ville, il pouvait dire qu'il avait appris à s'habituer aux parfums nauséabondes. Il continua un long moment, faisant des allers-retours pour déverser le seau ailleurs et à l'occasion il faisait un petit château de la littière.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 949
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un peu d'affection pour guérir les animaux malades Sam 3 Déc 2016 - 23:30

Le moins que l'on pouvait dire c'est que le jeune Yohru mettait de l'enthousiasme dans ce qu'il faisait, y compris dans les tâches ingrates tel que le nettoyer les litières. Pourtant, je ne pus m'empêcher de me redresser furieuse lorsque je le vis attraper l'un des chats malades et le soulever pour le faire tourner comme une toupie. Me redressant vigoureusement, j'attrapais le morveux et lui criais dessus :

"Non mais ça ne va pas !"

J'étais en colère qu'il agisse de la sorte, vraiment en colère et je le poussais violemment dans un coin de la cage :

"Ce sont des animaux ! Pas des jouets ! Tu aimerais toi que l'on te fasse tournoyer dans tous les sens à te donner envie de vomir sans te demander ton avis ?"

Mon visage affichait clairement la colère et je laissais le jeune garçon s'occuper des litières non s'en m'empêcher de lui lancer des regards perçant depuis le box individuel où je finissais de vider une litière et de là re remplir :

"C'est bon, tu as fini ?"

Mon ton était plus calme, mais on pouvait malgré tout sentir un peu de reproches dans ma voix. Je posais alors mes mains sur mes hanches avant de demander :

"Tu as compris pourquoi je t'ai grondé tout à l'heure ?"

Une petite leçon de morale ne ferait sans doute pas de mal à ce jeune garçon. Je poussais alors un long et profond soupir avant de l'observer une nouvelle fois :

"Qu'importe l'âge que tu as ! Je pense que tu es suffisamment grand à présent pour faire la différence entre un animal et un jouet ! Et regarde moi quand je te parle s'il te plaît !"

Je le fusillais du regard une nouvelle fois avant de me détendre :

"Bon, essaye de te rattraper maintenant ! On va les nourrir ! Tu pourras les caresser si tu es gentil d'accord !? Et je te montrerais comment voir de quoi les animaux souffrent, comment les porter pour ne pas les blesser ! Et aussi, les jeux que tu peux faire avec eux !"

Mon regard se posa une nouvelle fois sur celui du petit garçon, attendant son accord. J'espérais vraiment qu'il serait sage cette fois-ci et je ressortais en sa compagnie de la cage avant d'aller dans le bâtiment proche pour y récupérer une dizaine d'écuelles propres que je remettais au jeune garçon avec une canne dont l'extrémité était couverte de plume. Je me chargeais de transporter un gros sac de croquette avant de retourner dans l'enclos des chats ou je montrais les portions à distribuer pour chaque chat au jeune homme. Je le laissais d'ailleurs s'occuper des box individuels cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un peu d'affection pour guérir les animaux malades Mer 7 Déc 2016 - 15:54

La colère était bien apparente sur le visage de la jeune femme, son regard qui paraissait encore doux quelques instants auparavant venait de s'assombrir d'une fureur noirâtre. Soudain d'un grand geste quelque peu brutal, elle repoussa le jeune garçon plus loin dans un coin de la salle. Pour une raison encore inconnue à l'aspirant, elle se mit à hausser la voix afin de montrer son mécontentent à l'égard du comportement de ce dernier. L'attention de tous les résidents de la pièce se tournèrent vers la jeune femme pleine de colère, chacun semblait étonné et curieux, quelques petits chats pointèrent le bout de leur museau pour voir le spectacle. Le rouquin était également surpris de la voir si furieuse, il hésitait à croire s'il s'agissait bien de la même personne qu'il avait rencontré assise dans la salle d'attente en pleures. Le changement de comportement fut si inattendu qu'il ne savait plus quoi dire, il sentit ses poils se raidir un instant le long de son corps face à la surprise. Il resta hésitant pendant un court moment, ne sachant pas s'il devait répondre à la question dont il ignorait la réponse, puis son caractère têtu et entêté refit surfasse.
    " Hein ? J'en sais rien moi ! Bien sûr que ce sont des animaux ! Comme des jouets sont des jouets ! Moi j'faisais ça gentiment ! Tss ! J'peux rien s'ils prennent peur si facilement ! " Répondit-il d'un air grognon.
Il ne comprenait pas vraiment pourquoi la jeune femme semblait si en colère et il ne voulait pas non plus chercher à comprendre. Cela ne l'intéressait guère, tout ce qu'il savait pour le moment, c'était qu'elle venait de le sermonner pour une raison quelconque. L'enfant détestait se faire disputer par un adulte, il détestait également se faire crier dessus ou se sentir oppressé lorsque quelqu'un augmentait la voix, il voulait être le seul à pouvoir parler fort. Son comportement immature prit les rennes de ses nerfs, il se releva sur la pointe des pieds et il se mit à froncer les sourcils pour montrer son propre mécontentement. Lorsque quelqu'un le réprimandait pour une bêtise, il répondait avec entêtement. Ce n'était pas la colère de quelqu'un qui allait l'effrayer, peut-être sur les bords sans doute, mais il avait déjà connu pire, ce qui lui permettait de maintenir la tête haute même lorsqu'un adulte se dressait face à lui.

Le silence s'écoula, il attendit qu'elle relâche son emprise pour pouvoir retourner vers ses litières. Il n'était plus intéressé par les chats qui s'amassaient peu à peu autour de lui, sa bonne humeur était retombée et il n'avait plus aucune motivation pour leur tenir compagnie. Il les laissait vaquer à leur occupation, certains grimpaient sur sa tête, d'autre sur ses épaules et ses jambes, comme attirés par son odeur. Il ne leur prêtait aucune attention, il boudait dans son coin comme un enfant de six ans. Il ne prononça pas un mot, il tirait une grimace dépressive durant tout le long. Puis de temps à autre, il ressentait un léger frisson le parcourir le long du dos, comme si quelqu'un le fixai avec un regard foudroyant. Et lorsqu'il se retourna en direction de la provenance de ces petits picotements, il vit la demoiselle de dos à ranger les box individuels des animaux. L'observant de loin, il ne put s'empêcher de lui tirer la langue avant qu'elle ne se retourne à nouveau. Il avait sans doute légèrement peur de se faire remarquer, juste légèrement, alors il continuait lorsqu'elle avait le dos tourné, même si à plusieurs reprises il frôla de se faire remarquer.
    " Yup, fini, disait-il d'une voix monotone. Qu'est-ce que j'en sais moi de pourquoi t'as piqué une crise si soudainement ! Tff. Parfois les adultes ont des comportements étranges, voilà tout ! "
Le jeune garçon n'avait pas vraiment envie de chercher à comprendre pourquoi les personnes se comportaient parfois de façon étrange, il se fichait pas mal de tous ces détails sans importance à ses yeux. Néanmoins, malgré tout il fut obligé d'écouter la petite leçon longue et barbante de la jeune femme. Il détourna le regard pour tenter de faire passer le temps, mais ses deux pupilles vertes d'émeraudes paraissaient le fusiller d'un simple coup d'œil, alors il se mit à la fixer avec ses propres yeux blasés. Lorsqu'elle eut finis, il répondit d'un air nonchalant, insensible à toutes ces belles paroles qu'elle venait de prononcer.
    " Ok ok.. "
Tout son enthousiasme dont il faisait encore preuve quelques instants plus tôt venait de disparaître, même si lorsqu'elle prononça l'idée de jouer avec les animaux lui étira un sourire qu'il tentait de cacher avec difficulté. Il la suivit en traînant des pieds, puis accélérait le pas attiré par la curiosité et une légère envie de nourrir les animaux. Néanmoins, il ne restait pas convaincu pour autant de son petit discours, car de son point de vu il ne s'était pas comporté de mauvaise manière. Il continuera de chercher à s'amuser, comme il l'avait toujours fait. Le gagnant sera celui qui rira le plus, lui avait-on dit une fois, alors il ne se laissa pas décourager plus longtemps et rattrapa bien vite la jeune femme. Il prit tout ce que lui tendait la demoiselle et en sa compagnie, le duo retourna vers la pièce où vivaient les petits chats. Il observa avec plus ou moins d'attention les consignes données, puis s'empressa vers les box individuels afin de servir les animaux. En toute discrétion, il versa légèrement plus de croquettes que ce la jeune femme lui avait montré plus tôt. Il était lui-même un petit goinfre, une si petite quantité devait être insuffisante pour ces pauvres animaux, alors il prit l'initiative d'en donner légèrement beaucoup très légèrement plus. Il servit également certains de ces boules de poils qui se rapprochaient de lui.
    " Oui, Oui, voilà voilà ! Disait-il, sans son sourire apparent.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 949
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Un peu d'affection pour guérir les animaux malades Mer 14 Déc 2016 - 0:14

Je levais les yeux au ciel devant sa réponse. Décidément, ce petit garçon était encore plus immature que je le pensais et capricieux en plus. Ce n'était pas vraiment facile pour moi de me montrer à la fois indulgente, tout en restant sévère sur ma position. J'apprenais aujourd'hui que le rôle d'enseignant, ou de maman pouvait être compliqué alors, lorsque le jeune homme revint vers moi, visiblement de mauvaise foi et sans beaucoup d'entrain. Je l'entraînais avec moi dans un box individuelle et je m'accroupissais pour être un peu plus à sa hauteur, mais aussi, proche du matou, couché dans un panier d'osier, les pattes arrières dans un plâtre :

"Alors regarde ! Ça c'est bichette ! Elle a été percutée par un vélo et ses pattes et son bassin, on était touché, elle ne peut pas bouger, n'y se lever pour l'instant !"

Je m'installais à même le sol et j'invitais le jeune homme à faire de même avant de lui expliquer :

"En jouant trop brutalement avec elle, tu peux lui faire encore plus mal qu'actuellement ! C'est pour ça qu'il faut y aller avec délicatesse ! Tu peux la caresser sous le menton, elle adore ça, mais tu peux aussi jouer avec regarde !"

Je lui tendais un bout de bois au bout duquel se trouver une multitude de plume de différentes sortes et de différentes couleurs :

"Le but, c'est de l'amuser en le mettant pas trop loin d'elle pour qu'elle essaye de l'attraper, mais sans essayer de se relever."

Je regardais alors le petit roux, pour voir s'il avait bien compris mes explications. En soit ce n'était pas quelques choses de très compliquer, mais j'espérais qu'il ferait les choses bien. Je lui tendis le bâton avant de me lever. Essuyant mes fesses, je lui disais alors :

"Je vais aller voir s'il y a des nouvelles de mon chien, je te laisse t'occuper de bichette d'accord ?"

Puis, je m'en allais, le laissant seul avec les chats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un peu d'affection pour guérir les animaux malades Mer 28 Déc 2016 - 13:39

Yohru écoutait les paroles de son interlocutrice tout en observant le chat avec sa patte blessée qu'elle lui désignait du doigt. Il ne prononçait pas un mot, ni même souffle, il se contentait de l'observer silencieusement sans une once de tendresse qui puisse apparaître sur son visage terne. Il se sentait toujours vexé, il n'avait aucune envie de la pardonner. Il ne voulait même plus l'entendre parler d'avantage, mais il était bien obliger au risque de voir la jeune femme devenir furieuse et folle de rage. Il se donnait l'image d'un enfant attentif qui écoutait sagement et avec une grande attention, sans pour autant cacher sa lassitude. Il détournait de temps à autre son regard comme s'il ne se sentait pas intéressé par la chose.
    " Oui, je vois ça. Mais ce n'est que pour l'instant, car elle finira bien par guérir et sera de nouveau remise sur pattes, comme d'un coup de baguette de magie " Terminait-il par marmonner tout bas dans sa barbe.
Le jeune garçon s'était blessé à plusieurs reprises au cours de sa vie. Les plaies et les os cassés se réparaient tout seul et il finissait par être de nouveau sur pieds au bout de quelques jours. Il ne ressentait pas le besoin de faire un drame pour de choses si peu insignifiantes. Notamment, le chat qu'il avait pris dans ses bras n'avait aucun plâtre ni même des bandages, il avait sans doute tout juste un vilain rhume. Puis, si ce dernier se sentait en si mauvaise forme, il ne serait pas sortit dehors et l'enfant ne l'aurait pas l'attraper. Il n'avait rien fait de mal, il n'avait blessé personne, seul lui s'était trouvé blessé aussi bien dans son pauvre petit cœur que sur son poignet à cause d'une méchante griffure de la part de l'animal qui se débattait pour s'enfuir. Suivant la proposition de la jeune femme, le rouquin se plaça à ses côtés sur le sol en face du félin allongé paisiblement au sol.

Il observait la petite bête qui semblait avoir une belle vie. Yohru ressentait une profonde jalousie, il aurait aimé vivre des quotidiens aussi tranquilles, si seulement il pouvait échanger son corps avec celui du chat. Il essayait bien assez souvent d'imiter leur mode de vie dans les ruelles du centre-ville, mais sous prétexte qu'un enfant ne pouvait pas vivre en animal errant, il se faisait rattraper par la cruelle réalité emmené chez le bureau du directeur. Il continuait de tirer une triste mine à bouder dans sa petite tête, sans montrer un quelconque entrain, ni même une quelconque motivation. Il n'écoutait que d'une oreille à demi-sourde les paroles de son interlocutrice, perdu dans ses pensées, il observait le mammifère d'un regard bien plus attentif. Ce dernier semblait apprécier énormément la petite plume que lui tendait la jeune femme, ses deux pupilles brillaient comme des joyeux. Le jeune garçon avait toute son attention rivée sur l'animal, attiré par une grande curiosité qui peu à peu lui faisait oublier sa peine. Il se retourna vers la demoiselle avec de nouveau son grand sourire et sa bonne humeur.
    " À moi ! Je veux essayer ! " S'exclamait-il.
Il prit le bâton et commençait déjà à approcher celui-ci de la tête de l'animal, pendant que la jeune femme quittait la pièce. Il n'avait pas vraiment écouté ses dernières paroles, mais il avait cru comprendre que le chat était à lui, qu'il allait devoir bien s'occuper d'elle jusqu'à son retour. Alors il approcha la plume, puis chaque fois qu'il voyait la petite patte se rapprocher de l'objet il la retirait comme pour la taquiner. Une fois de temps à autre, celle-ci l'atteignait, puis d'autres fois, il la retirait avant qu'elle ne puisse le toucher. Le jeune garçon pouvait continuer des heures avec ce jeu, il s'amusait à taquiner le félin puis à l'attirer de gauche à droite avec sa petite plume qu'il secouait tout le temps à côté de son oreille. À chaque miaulement, il poussait un léger rire pour accompagner ce dernier.


Peu de temps après, la jeune femme revint avec son ami dans les bras, saluant une dernière fois le jeune garçon avant de quitter la clinique. Elle avait fini ce dont pourquoi elle était venue, il était à présent l'heure pour elle de partir. Tandis que Yohru fut repris en charge par une infirmière qui venait de s'être libérée après l'opération avec l'animal. Ce dernier poursuivit son stage chez le vétérinaire jusque vers la fin de l'après-midi. Tout s'était déroulé sans encombre, à présent qu'il savait se comporter correctement avec les patients, il ne s'était plus fait reprendre par un médecin pour une attitude incorrecte. Les mots de la jeune demoiselle qui s'était révélée sous le nom de Leika, continuaient de résonner dans sa petite tête avec une certaine amertume, mais qui lui avait évité d'autres ennuies durant la journée.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un peu d'affection pour guérir les animaux malades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-