N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Répondre aux interrogations [Akane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 832
Rang : A+

Message(#) Sujet: Répondre aux interrogations [Akane] Mar 15 Nov 2016 - 15:52

Les journées n'avaient de cesse de se rallonger. Était-ce parce qu'ils étaient en saison estivale, ou parce qu'il avait renoué avec le monde extérieur ? Évidemment que de se mêler à nouveau des conflits idéologiques et internationaux étaient aux antipodes de la vie simple qu'il menait au repaire dans les montagnes. Toutefois s'aérer l'esprit n'était pas synonyme de s'alléger le cœur. Entre empereurs et autres dirigeants va-t-en-guerre, c'était les engrenages pernicieux de mécanismes bien plus puissants qui roulaient sur le monde et ses modestes occupants. On mobilisait les foules, cultivaient les rancœurs et excluaient les mises en cause. Néanmoins l'amnésique se fourvoyait s'il pensait n'être qu'un spectateur impuissant. Sur ses épaules demeuraient le poids des bouleversements au pays des oiseaux, de la déclaration de guerre à son pays natal, ainsi que de la nébuleuse organisation qui avait pris son foyer pour cible.

À ce jour c'était de cette dernière préoccupation dont il était question, de ces personnes en tenue noire au masque blanc. Que l'on s'en prenne au Kamui était une chose, mais s'attaquer à des villes entières pour quelques infrastructures changeait entièrement la donne. Quelle genre de cible l'empire représentait pour cette organisation ? Quelle était leur réel but, leurs motivations, leur nombre ? Il y avait cette kunoichi qui aurait pu devenir une alliée, que Mikami avait fini par retrouver sur le champs de bataille. Et appeler une ville du shûkai champs de bataille commençait outrageusement à devenir une habitude. Pourtant ce groupuscule demeurait encore trop nimbé de mystère et de multiples zones d'ombres. Ne pas intervenir relevait certainement de plus de sagesse, du moins sur le plan personnel, cependant foudroyer nuit après nuit les plus haut sommet rocheux cachés derrière les nuages ne suffisait plus à canaliser son énergie, comme s'il était encore trop tôt pour lui pour mener une vie d'ermite.

Et puis... le Yorurai n'était pas du genre à rester assis, là où finissent par retomber les problèmes. Il se projetait en amont, anticipant les prochaines chutes de pierre. Ainsi il se retrouvait face au palais impérial à le toiser de bas en haut, puis de haut en bas, comme si ses sommets s'effaçaient au fur et à mesure qu'il ne cessait de les regarder, pour n'avoir d'yeux plus que pour ses fondations. La foule allait et venait d'entre les arcades, courait presque sur la grand place, parfois le bousculait sous le poids du rythme qu'ils avaient à tenir, faisant vivre la toute puissance de l'autorité divine sans se rendre compte qu'ils couraient à leur perte. Le sabreur pencha la tête sur le côté et cracha au sol avant de se mettre en route pour le grand hall.

Armé de toute sa patience et n'ayant consciencieusement rien prévu de plus pour le reste de la journée, il s'avança vers l'un des standards pour avancer sa demande pas-à-pas, ne dévoilant que ce qui était utile pour la personne en face de lui. Il en dirait plus au fur et à mesure qu'il monterait les étages. D'abord les premiers tris, l'envoyant dans la bonne aile du bâtiment puis au bon étage. Puis il se retrouvait dans une salle d'attente, car le personnel compétent était présent mais ne recevait que la demi-heure suivante. Seul, il dégaina deux senbon et crocheta la serrure qui le séparait du couloir menant aux derniers bureaux. Là-bas ce fut le hold-up. Il feint d'avoir trouvé une porte ouverte, résuma la situation en intercalant cette fois-ci les mots clefs "ennemis de l'empire" et "enquête".

Il obtint un rendez-vous pour l'heure suivante avec la secrétaire de l'empereur. Cette fois-ci, le sabreur se contenterait de la salle d'attente. Il jeta une main dans sa sacoche d'équipement pour en sortir un boîtier contenant un tissu immaculé et une pierre à polir. D'abord il ré-aiguisait son katana avant de se concentrer sur son entretien, cherchant précautionneusement dans les recoins les derniers grains de poussière, l'astiquant jusqu'à ce qu'il ne puisse s'en servir de miroir, que chacun des carrelages de ce palais n'ait à l'envier. Enfin on l'invita à entrer.

Assis depuis de longues minutes, Mikami préféra rester debout et se contenta de ranger ses mains derrière le dos. Les dernière secondes d'attente se profilaient devant lui. La jeune femme retrouvait son bureau, il l'observait l'organiser, regarder ses mèches se balancer, notait les potentiels tics appliqués avant de se mettre au travail ou à l'écoute. Il n'eut ainsi aucun mal à saisir le moment où il pouvait bénéficier de son attention et exposa la situation sans qu'on ait à le lui demander.


- Je me soucie de l'organisation nous ayant attaqués en plusieurs points l'année dernière. Elle reste un mystère entier, mais nous connaissons l'identité d'au moins un de ses membres. C'était une kunoichi confirmée de Sunagakure. Maintenant que les liens se sont resserrés et officialisés avec ce village caché, j'aimerais que nous leur fassions parvenir une demande d'informations. Je veux comprendre ce qui a poussé cette femme à sortir des rangs.

... après les avoir occupé aussi longtemps. Il savait pertinemment que la Ketsueki aurait pu faire volt-face à son village à tout moment. Ce qu'il chercherait d'abord à comprendre serait "pourquoi maintenant ?", "quel lien avec cette organisation ?".

- Je sais très bien que ces enquêtes relèvent habituellement des attributions de l'unité Sasayaki.

Seul l'empereur et le Tokugawa étaient supposés connaître l'identité des autres membres. Peut-être que la femme qu'il avait en face de lui en savait tout autant, mais dans le doute... autant le lui laisser. Le Yorurai pouvait aussi bien être un de ses membres comme un shinobi empli de bonne volonté et de l'esprit d'initiative. Est-ce qu'une de ces deux possibilités l'empêchait d'enclencher la démarche ? Si elle voulait des justifications, Mikami pourrait les lui fournir malgré lui. En revanche, les précisions se trouvaient sur le bout de sa langue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Secrétaire de l'Empereur
Messages : 28
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Répondre aux interrogations [Akane] Ven 18 Nov 2016 - 12:11

Alors que Kakeshuou avait entrepris ce long voyage à travers les pays de l'Empire, Akane était restée au palais afin de garder à jour les informations, garder un oeil sur le côté administratif et économique, gérant également des choses que l'Empereur lui avait laissé en main pour ne pas voir l'Empire s'effondrer alors que ce dernier était indisponible. Elle gérait également les demandes des Shinobis et les relations entre Pays si elles devenaient compliquées. Pour Akane, c'était encore une façon de montrer qu'elle était bien à sa place et prête à gérer d'aussi grandes responsabilités.

Les récents événements avaient fait que l'Empire avait perdu de sa force, l'attaque de cette organisation de barbare ayant occasionné une belle pagaille. Les rapports mentionnaient plusieurs personnes, des Nukenins si on en croyait les dires. Pour autant, même si elle essayait de suivre cet incident, elle laissait le soin aux chefs des divers escouades impériales de se charger de cette partie, sachant qu'elle-même ne connaissait pas autant d'informations qu'eux. Son état de civil ne lui permettait pas d'avoir autant de pouvoir d'un Shinobi, malgré sa place de secrétaire du Kamui.

Son emploi du temps était plutôt chargée, pourtant, dès l'après-midi, un nouveau rendez-vous émergea de nulle part. Un certain Yorurai Mikami qui était désireux de parler à Akane. Ce genre de choses arrivaient souvent ces temps-ci, c'était bien fâcheux pour la jeune femme qui trouvait ce genre de chose impertinente, mais avec le Samui qu'elle assistait, cette impétuosité était devenue bien commune et elle s'y était habituée. Ainsi, le rendez-vous ne fut qu'un de plus sur sa longue liste.

Dans une telle atmosphère, les intervenants n'y allaient pas par quatre chemins, mais il était certain qu'un bonjour n'aurait pas fait de mal pour commencer un entretien, même si Akane aurait bien trouvé une autre chose à reprocher au Shinobi s'il l'avait salué.

Les premiers mots du Shinobi furent intéressants, car il semblait déjà connaître l'identité d'un des sauvages qui ont attaqués l'Empire. Et l'individu semblait venir d'un de leurs alliés, Suna. Cela semblait impossible à comprendre, sachant que Suna et son dirigeant ou ex-dirigeant pour la peine, Yamuro Matsuno, avait eu selon ce qu'Akane avait entendu à plusieurs reprises, un lien plutôt proche du Kamui.

La jeune femme voulut alors dire à l'Onshi que seule le Sasayaki s'occupait de ce genre de soucis, il lui coupa l'herbe sous le pied. Akane eut un petit sourire en coin, reconnaissant là, les intrépides sous le commandement du Samui qui force est de croire que tous ses sujets semblaient pétiller pour leur pays.
« Eh bien dans ce cas, en quoi puis-je vous être utile ? Voulez-vous que je fasse part à notre allié d'une demande d'information au sujet de cette Kunoichi ? Je ne pense pas qu'ils refuseront... » dit-elle un brin sceptique.
Les informations étaient une denrée rare, même entre alliés.
« J'informerai cependant le Togukawa de cette formalité afin qu'il puisse apprécier votre aide et donner son aval. Je pense que vous comprendrez ma démarche. »
Entre autre chose, Akane avait eu l'occasion d'être présente lors de la nomination du Togukawa, et ainsi connaissait plusieurs informations sur cette unité également. Le Kamui avait eu le bon esprit d'ancrer la jeune femme dans ses secrets afin que celle-ci ne se fasse pas manipuler.
« Puis-je savoir, cependant, ce que vous désirez comme information sur cette personne et peut-être son nom pour commencer ? Des informations précises qui pourront guider notre allié sur les informations à partager ? Bien que je l'espère, leur rapport sera complet, mais sait-on jamais... Depuis que le Nanadaime Kazekage a été relevé de ses fonctions par le Régent, nous ne pouvons être que prudent. » renchérit-elle, prenant des notes sur son agenda déjà bien entamé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 832
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Répondre aux interrogations [Akane] Mar 29 Nov 2016 - 18:14

Le scepticisme affichée par la jeune femme eut l'effet d'alerter l'électron-libre. Alerter car il le ramenait aux complexités des relations internationales et diplomatiques, des infinies méfiances et des calculs abusivement larges que devaient opérer les détenteurs de l'autorité. À quel moment s'était-il dit que la communication serait plus aisée s'il utilisait l'empire en tant que médium ? Sûrement quand il s'était rappelé que son prochain départ se ferait pour l'Est et non pour le Sud. À moins que ce ne soit au moment où il avait pensé que Suna ne refuserait rien au sceau du Kamui... De toute manière, il n'était pas du genre à s'embarrasser de toutes ces données relatives à l'exercice du pouvoir. Le maximum. Voici ce que Mikami chercherait à apprendre. D'une certaine manière, le Kakumeigun dévoilerait les zones sensibles du dossier en choisissant de les occulter.

Après tout, le shûkaijin ne demandait que leur coopération. Il lui paraissait évident que s'il venait à obtenir une piste, il en informerait leurs collaborateurs dans le but d'avancer ensemble. Peut-être l'était-ce moins lorsque poignait la culpabilité d'avoir laissé s'échapper une personne devenue dangereuse pour ses propres alliés, que demeurait le poids de cette responsabilité là où erreurs et négligences auraient pu y prendre part. Après tout, aussi puissants, influents, et fermes pouvaient-ils être, les hommes et femmes de pouvoir restaient des êtres humains. Même Kakeshuou.


- J'informerai cependant le Togukawa de cette formalité afin qu'il puisse apprécier votre aide et donner son aval. Je pense que vous comprendrez ma démarche.
- Je pense que vous pouvez vous alléger de cette tâche sans craindre de retombées... Mais je n'y vois aucun problème tant que nous ne gaspillons pas notre temps.

À dire vrai, le sabreur y voyait une réelle perte de temps. Toutefois, il pouvait comprendre qu'une personne à ce poste ressente le besoin d'être au plus pointilleux. Grand bien lui en fasse, si ça la soulageait de la pression que lui inspirait l'ombre de l'empereur.

- Puis-je savoir, cependant, ce que vous désirez comme information sur cette personne et peut-être son nom pour commencer ? Des informations précises qui pourront guider notre allié sur les informations à partager ? Bien que je l'espère, leur rapport sera complet, mais sait-on jamais... Depuis que le Nanadaime Kazekage a été relevé de ses fonctions par le Régent, nous ne pouvons être que prudent.
- Il s'agit de l'ancienne cheffe du Kakumeigun, Yami Ketsueki.

Un sujet directement sensible, rendant, vis-à-vis du village caché dans le sable, l'échange d'information aussi irascible que pressant.

- Le plus efficace, pour un camp comme pour l'autre, serait d'accéder au dossier complet. Toutes les informations sont bonnes à prendre. Il va de soit que s'il en est ainsi, j'informerai Suna de la moindre de mes découvertes. J'espère que notre intérêt commun permettra à notre alliance de s'épanouir.

Encore immobile, droit, les mains dans le dos, Mikami accordait de l'importance à chacun de ses mots. Certes sa demande se voyait délicate, pourtant elle méritait de ne pas être traitée à la légère. La comtesse figurait parmi les criminelles de rang S dans le bingo book du Shûkai, le Yorurai espérait que la personne qui traiterait cette lettre saurait se rendre à l'évidence.

- Peu importe la responsabilité du Sable dans cette affaire, cette kunoichi a toujours était libre de ses choix. Ce n'est pas à eux que revient la faute de ses attaques commises sur le pays des neiges ; et toutes les affaires entreprises par leur village à l'époque, relèvent du passé et simplement du passé.

Peut-être cette tendnce s'inverserait-elle s'ils mettaient un filtre trop important au partage des informations et un frein à leur demande. Le silence du Kyomu n'avait rien d'apaisant. Ils faisaient leurs armes, s'organisaient, se projetaient plus loin dans le futur... Ce n'était qu'une question de temps.

- Mais si cette formulation s'avère trop brusque... peut-être vaudrait-il mieux que nous leur demandions quelles ont été les influences qui ont taillé la Ketsueki. Qui l'a formée, avec qui a-t-elle fait équipe, de qui a-t-elle était proche, à quels fins menaient-elles ses missions, qu'est-ce qui lui empêchait de les réussir, dans quelle direction a-t-elle mené le Kakumeigun, qu'elles ont été ses actions les plus remarquées au village, les conditions de sa désertion... tout peut être utile.

Un bon début, non ?

- Demandons-leur aussi s'ils ont des information à propos d'une Kazejin du nom de Shayou S. Ierou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Secrétaire de l'Empereur
Messages : 28
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Répondre aux interrogations [Akane] Mer 21 Déc 2016 - 14:06

Le jeune Shinobi se semblait guère s'être mis sans dessus dessous lorsqu'elle lui informa que le Togukawa devait en être avisé. Faisait-il donc parti du Sasayaki ou essayait-il de la manipuler... Si même au sein de ses propres forces le Kamui ne pouvait pas faire confiance à ses soldats...

Il semblait que les anciens membres du village de Suna donnait du fil à retordre à l'Empire.

« Ketsueki Yami... Bien, je ne pense pas que le Régent s'oppose à une telle demande. Après tout, il s'agit ici d'une déserteuse. Bien qu'il n'offrira que peu ou aucune informations quant à son poste ou ce qu'elle a pu faire lorsqu'elle était encore à son poste. Mais j'imagine que vous vous en doutiez. »
»
Mikami était un Shinobi fort intelligent. Il savait que les informations qu'il demandait étaient d'une grande valeur. Cela dit, Suna était l'allié de l'Empire, s'il ne respectait pas une telle demande d'information, leurs relations pâtiraient... Est-ce que le village du Vent pouvait réellement se passer d'une telle alliance ? Après tout, la Ketsueki ne faisait plus partie du village. Et en tant que responsable, toute l'engeance du Kakumeigun du être renouvelée lorsque l'ancienne cheffe quitta les rangs.

« Je ferais part de cette délicate remarque au Régent. Elle n'est effectivement plus sous les ordres du Sable, ainsi vos paroles pourront effectivement apaiser le Toshiro. »
»
Alors qu'il parlait, avec des connaissances que la jeune secrétaire ne connaissait pas, des soupçons quant à son grade se soulevèrent. Bien qu'elle ne pouvait le faire dans l'immédiat, Akane demanderait sans tarder au Kamui, si ce jeune homme faisait parti intégrante du Sasayaki. Sinon, il serait un très bon candidat.

« Vous me semblez plutôt informé. Avez-vous combattu cette personne lors des attaques ? »
»
Question innocente ? Non, jamais. Pas avec Akane. Cette dernière prenait des notes sur son calepin déjà bien entamé. Des ratures recouvraient certaines phrases, d'autres pages étaient arrachées, ce livre était la mine d'or de la secrétaire. Sans ce bouquin, elle serait perdue.

« Je pense que nous pouvons commencer avec cela. Considérez votre requête comme acceptée. Je vais rédiger une lettre au Régent. Cependant, je ne pense pas que de telles informations vont pouvoir voyager par la voie aérienne.

Une équipe sera dépêchée pour chercher ce dossier. À moins que vous vouliez y allez vous-mêmes avec d'autres Shinobis ? »

Akane ne s'y connaissait pas autant qu'elle l'aurait voulu, n'étant encore que très jeune dans cette fonction, mais des informations aussi cruciales sur une telle Kunoichi ne pouvaient être pris à la légère.

« Peut-être avez-vous une meilleure idée ? »
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Onshi
Messages : 832
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Répondre aux interrogations [Akane] Mar 24 Jan 2017 - 16:20

- Je ferais part de cette délicate remarque au Régent. Elle n'est effectivement plus sous les ordres du Sable, ainsi vos paroles pourront effectivement apaiser le Toshiro.

D'une part les "rumeurs" sur la situation du village caché dans le sable trouvaient un solide point d'appui, d'autres parts les paroles de la jeune femme laissaient entendre à l'amnésique que sa, ou leur demande, obtiendrait des réponses sans trop de lèse. Ce mis à parts les actions menées par la Ketsueki en tant que cheffe du Kakumeigun... Des occultations compréhensibles, mais pour autant fâcheuses vis-à-vis des relations entre l'empire et le village ? Même deux amis ne se disent pas tout ; néanmoins ils s'ouvrent assez avec le temps pour que chacun connaisse les parties les plus profondes de l'âme de son homologue, parfois mieux que lui-même. Tenter de forcer ces portes permettraient peut-être au Yorurai de se faire une meilleure idée de l'état de l'alliance Shûkai/Suna. De plus, il offrait au régent la possibilité de dédouaner les siens de manœuvres qu'ils ne seraient pas prêts à assumer face à l'empire ou face à d'autre, si tel était le mot d'ordre...

- Dans ce cas insistons un peu sur la période passée au Kakumeigun ainsi qu'à sa direction. Il nous est important de savoir ce qu'elle a fait de sa propre initiative voire si certaines ont pu être prises dans le dos du village. Cette période précédent sa désertion, ces questions sont tout aussi importantes que les conditions de son départ.

Il lui paraissait évident que ces derniers points cachaient le levier qui avait fait basculer la comtesse dans l'univers des nuke-nin, tout comme il était quasiment certain qu'il ne trouverait pas cette réponse dans celles que lui apporteraient ce nouveau régent ou quelconque autre personne dorénavant sous ses ordres. Mikami savait pertinemment qu'il ne pourrait obtenir que des parcelles, des éléments de réponses noyés dans les faits, camouflés en ces derniers par sa propre ignorance. C'était pour cette raison qu'il avait besoin d'en apprendre un maximum, la route à suivre après l'obtention de ces informations serait bien longue et sous le feu des enjeux que pouvaient revêtir certains secrets, il se doutait qu'il trouverait les pierres blanches les plus précieuses parmi la formation et les premiers faits d'arme de la kunoichi, malgré l'importance secondaire qui transparaîtrait en ce courrier.

- Vous me semblez plutôt informé. Avez-vous combattu cette personne lors des attaques ?

La question de la secrétaire de l'empereur le tira hors de ses pensées, tout comme elle l'interpella. Cette femme devait être bien perspicace pour avoir deviné ceci à sa présence ici, à sa requête et quelques unes de ses paroles. Ce à moins qu'elle ne soit tout aussi bien informée.

- Je suis sûr que vous connaissez déjà la réponse à cette question. Je l'ai aussi rencontrée lors des examens chûnin de Sunagakure. Je veux comprendre pourquoi je l'ai retrouvée lors d'une telle bataille.

Nul doute sur le fait qu'Akane savait qui avait combattu qui et dans quel contexte lors des assauts synchronisés de l'année passée. Ce qui intriguait maintenant le sabreur était de savoir si sa vis-à-vis noterait les autres informations qu'il venait de lui donner dans son carnet maculé par de maintes prises de notes... dont la majeure partie était certainement liée à l'exercice du pouvoir impérial... Un support précieux, alors pris au piège des convoitises.

- ... Cependant, je ne pense pas que de telles informations vont pouvoir voyager par la voie aérienne. Une équipe sera dépêchée pour chercher ce dossier. À moins que vous vouliez y allez vous-mêmes avec d'autres Shinobis ?

Ce n'était pas son genre d'envoyer d'autres personnes accomplir sa besogne. Mais si Mikami avait put se rendre à Suna dans les jours qui venait, il se serait passé du palais impérial pour obtenir les informations désirées. En revanche, le moyen de transport de ce courrier perdait de l'importance face à l'intérêt que suscitait le carnet de notes. Avait-il un coffre ou un tiroir scellé, approprié à sa dissimulation et sa protection entre les deux journées de travail ? Ou était-elle du genre à constamment le garder près d'elle pour toujours savoir où il se trouve, être en permanence dans la possibilité d'y griffonner quelques lignes qui ne pourraient se perdre dans les méandres d'une nuit de sommeil ? Sa main au feu qu'elle le gardait avec elle. Mais patience, chaque réponse vient à son heure.

- Je ne peux me permettre de me rendre à Suna. Peut-être le mieux serait de le faire transiter par les escouades communes de surveillance du désert ?

Une coopération qui n'en était qu'à sa mise en place, mais ouvrait de contacts réguliers entre les deux forces militaires. Y insérer une mission de remise de lettre semblait le moyen le plus efficace et le plus sûr de remettre la demande à ses destinataires. Ainsi, le sabreur ne voyait rien à ajouter à sa demande. Si la secrétaire n'avait plus besoin de lui ni d'autres questions à lui poser, le shinobi était prêt à tourner des talons et la laisser travailler.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Répondre aux interrogations [Akane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Ancien palais impérial-