N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Un colisée pour tous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Un colisée pour tous. Mer 23 Nov 2016 - 15:33



Bonjour Tora. J'aurais besoin de tes services encore une fois. Ce n'est pas lié à l'Empire...quoique peut-être en un sens...mais ça reste mon initiative. À Dhartsedo cette fois-ci. Ton frère aussi, on parle de construction majeure. Le plus tôt possible. Merci.


Après avoir éteint le système de radio-communication de la caserne, je me levai de mon siège afin d'entamer le pas vers mon propre bureau, sans trop me presser, profitant de l'occasion pour me promener un peu dans les différentes pièces de l'édifice. Croisant quelques officiers par la même occasion, je les saluai d'un simple signe de tête qui me fut rendu, suivis d'un clin d'oeil qui en disait long de la part de la seule femme du groupe. Aya Kitsune, une femme qui avait su se tailler une place dans un univers typiquement masculin qu'était celui des forces tactiques de Dhartsedo. En plus d'être un élément irremplaçable de cette escouade, elle devait probablement être l'une des plus belle femme de la ville...sans exagération. Cependant, je savais très bien qu'une femme telle qu'elle ne cherchait en rien une relation sérieuse et que, de toute manière, je n'étais pas le genre d'homme qu'il lui fallait. Ce ne fut donc que d'un simple signe de tête que je lui répondis à mon tour, continuant de m'éloigner dans une direction opposé à la leur, essuyant un "C'est quoi son problème lui" suivit d'un rire de la part de ses congénères qui devaient probablement me trouver fou de ne pas accepter les avances d'une telle femme. Ce à quoi je ne fis qu'hausser les épaules et soupirer pendant que mon pied droit escaladait la première marche de l'escalier qui devait me mener au deuxième étage.

Là, j'entrais dans l'aire des agents de terrains et du chef de la police locale. Tous étaient réunis dans la pièce principale de ce plancher, écoutant les consignes de ce dernier concernant une vague de vandalisme qui ciblait les parcs publiques. Probablement une bande de jeunes en manque d'attention, croyant que de briser les biens publiques contribuerait à un quelconque mouvement contestataire, brandissant ainsi l'étendard de leur rage d'opposition à l'autorité en place. Je ne leur donnais pas plus de dix jours avant d'être tous sous le marteau de la justice. Pauvre eux...les temps étaient si calme à Dhartsedo qu'ils auraient probablement tous les patrouilleurs municipaux à leurs trousses. Au moins, ils donnaient du travail à nos hommes et les gardaient en alerte. Comme quoi ces garnements pouvaient être utiles à leur façon.

J'envoyai donc la main en guise de bonjour à l'orateur qui me répondit par le même mouvement tout en continuant de parler à ses subordonnés dont la plupart tournèrent la tête, curieux de voir qui passait là. Ce qui ne me retarda pas de gravir une deuxième série de marches qui menait cette fois-ci jusqu'à l'étage de mon bureau que j'allais rejoindre en moins de deux. Je voyais déjà la paperasse sur le coin de celui-ci, prête à être remplie et envoyée aux différents commanditaires en vu de mon projet. Il nous fallait plus que de simples idées pour construire quelque chose de nos jours. Il fallait de l'argent, de la main d'oeuvre et un concept attirant, mais aussi des partenaires et du divertissement et c'était pour cette raison que j'allais faire appel à un restaurant local afin de savoir s'ils étaient intéressé à ouvrir une cantine à même le colisée. En plus d'une cantine, je voulais réserver une salle pour des tournois de Go et utiliser ce colisée comme terrain d'entrainement lorsqu'il serait en inactivité car, hormis celui disponible pour les Samui à Gyamda, aucune autre ville n'en possédait un de grande envergure.

J'ouvris donc la porte de mes quartiers personnels pour ensuite aller tirer la chaise sur laquelle je risquais de passer le reste de la journée, occupé à pousser un crayon et frapper les documents d'une étampe, imprimant le sceau impérial dans le coin droit de chacune de mes demandes. Un travail redondant? Peut-être...mais qui allait ouvrir la voie d'un nouveau chapitre sur Yuki no kuni et à Dhartsedo pour être plus précis.

Dhartsedo...capitale des relations internationales de l'empire.

Ça sonne bien...non?





Dernière édition par Samui Ketsuen le Ven 13 Jan 2017 - 17:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un colisée pour tous. Mar 6 Déc 2016 - 20:57



Deux jours plus tard

Sourire aux lèvres, je rabattis mes deux paumes sur mon bureau en bois tout en relevant mes fesses de la chaise qui les avaient accueillis depuis trop longtemps déjà. Retournant mon regard borgne vers la fenêtre qui me donnait une magnifique vu sur le port de la ville où j'avais élu domicile, je respirai un bon coup avant d'enfiler mon manteau qui était accroché sur le dossier de mon siège. Les premiers rendez-vous avec les contractant du projet de construction que je mettais en place allaient bientôt débuté. Tora et son frère n'allaient pas tarder à arriver avec les plans qu'ils avaient mis au point pour le colisée, mais aussi avec de plus ample information sur les délais de constructions ainsi que la main d'oeuvre employée pour se faire.

Je me dirigeai donc vers la table rectangulaire qui était installée au milieu de la pièce et où quatre chaises n'attendaient plus que quelqu'un ne s'y installe. De ma mains droite, je déposai mes propres documents au centre de celle-ci afin qu'ils soient accessibles à tous. Ces papiers comprenaient d'ailleurs la plupart des permis obligatoire à la construction et de la mise en place du chantier, que j'avais discuté avec le gouvernement impérial dans les deux jours passés. Ils n'attendaient, en retour, que de recevoir les plans et la signature des commanditaires afin d'approuver le projet. Chose qui ne saurait tarder car c'était deux voix bien distincte ainsi que le claquement de la semelle de deux personnes que j'entendais dans le couloir. Plus ils avançaient, plus j'avais la certitude qu'ils venaient et qu'ils étaient ceux que j'attendais. Trois "toc" résonnèrent dans la porte, qui s'ouvrit aussitôt que j'eus répondu "Entrez"




Ketsuen-San! Comment vas-tu? S'écria la première avant de m'entourer de ses bras et d'appuyer sa joue gauche contre mon torse alors que, pris par surprise, je ne savais trop quoi faire en retour

Heu...bien...bien. Et vous deux? Les affaires vont biens? Dis-je en me retournant vers le frère cadet de la jeune femme, d'abord attiré par l'odeur de tabac qui se dégageait de son éternelle cigarette. Décidément, il ressemblait énormément au Mizukage...ou peut-être était-ce mon imagination qui me jouait un tour



Oh Tora...laisse le un peu. Ça devient gênant.Dit-il en tirant sa frangine par l'épaule, qui ne pu que faire une moue boudeuse en guise de réponse...ce qui ne l'empêcha pas de me répondre et de l'ignorée.

Ça va...on se remet encore des engelures causées par tes plateformes hehehe. Non sérieusement, les affaires roules bien...travailler pour les services militaires de l'Empire nous a donné un vrai coup de pub. On a le vent dans les voiles. Merci encore de nous avoir proposé pour tes projets.

Serrant la main que me tendait le plus jeune des deux, mais le plus professionnel, je les invitai tous les deux à s'asseoir à ma table tout en portant un petit clin d'oeil vers Tora, histoire de lui faire comprendre que je ne l'avais pas oubliée et que j'étais, moi aussi, heureux de la voir. Si nous n'étions pas tant occupés et si je n'avais pas été un Shinobis aussi impliqués dans les affaires impériales, ces deux là auraient facilement pu devenir de très bons amis. Leur présence et l'attitude chaleureuse qu'ils avaient me faisant parfois même oublier que, en dehors du travail que nous faisions ensemble, j'étais un soldat de l'empire.

Secouant la tête, sortant de mes pensées afin de me concentrer sur les véritables raisons de notre rencontre, j'allai m'installer à la table également tout en jetant les documents approuvant les permis de construction sous le regard de Motaro Ogoshi. Les prenant d'une main, il repoussa ses lunettes de l'autre jusqu'au plus haut de son nez et commença à survoler les lignes des paragraphes les plus important. Pendant ce temps, je tendis un formulaire à la jeune entrepreneur afin qu'elle le remplisse afin que la secrétaire de l'empereur puisse indiquer au dossier, combien de Shukaijins du domaine de la construction seraient embauchés lors des travaux. Quels étaient les effectifs civils requis...en d'autres mots. Et elle ne perdit las plus de temps avant de sortir un stylo de la poche avant de son costume, déjà prête à cette éventualité.


Donc...je me suis déjà occupé des commandites. Motaro...je veux une place dans ce colisée réservé à la restauration. Un important cuisinier de viandes et fruits de mers local m'a demandé une salle. Il paierait donc un loyer qui nous permettrait de couvrir une partie des frais de constructions.

Je veux aussi que le colisée puisse servir de terrain d'entrainement pour les forces militaires Yukijins lorsqu'aucun événement majeur y sera organisé. Il nous faut donc une pièce où ranger le matériel nécessaire. Mannequins, caisses de munitions etc etc...encore une fois, les forces militaires paieront pour ces locaux et l'utilisation du terrain.

Pour le reste...j'ai mis quelques notes au dossier par écris...tu devrais t'y retrouver assez facilement.


Voilà...j'ai précisé le budget qu'il nous faudra ici, tout comme le nombre d'employés qui devront être sur place au début de la construction. Tu n'aura qu'à envoyer les documents à Tsuchi et je prendrai contacte avec eux pour le reste des détails. Motaro...tu leurs envoie les croquis en même temps?

Et un simple "Hm Hm" fut la réponse du binoclard qui, tenant sa cigarette entre ses lèvres, soufflait la fumée du coin de la bouche tout en lisant quelques dernières lignes avant d'enrouler le reste des documents et de les mettre dans sa petite valise, biens à l'abri des intempéries qui les guetteraient lors de leur retour.

Nous restâmes donc quelques minutes supplémentaires à la table à discuter du projet après que je leur aie servis un verre. Alors que l'un m'exprimait ses idées quant à ce qu'il imaginait de la répartition des différentes aires du colisées, l'autre me surveillait bien attentivement du coin de l'oeil, sourire en coin...très peu subtile sur les intentions qu'elle avait à mon égard. Si je la trouvais bien attirante cependant et que fut un temps, pas si lointain, où je ne restais pas froid face à ses charmes...aujourd'hui la chose était différente car lorsque je la regardais, je ne pouvais m'empêcher de me dire qu'elle aussi ressemblait un peu à une autre personne que je connaissais et envers qui j'avais commencé à m'attacher. Et si, au niveau physique, elles se ressemblaient...leurs caractères restaient néanmoins totalement différents. C'est d'ailleurs ce qui creusait un fossé entre ces deux jeunes femmes que j'avais en tête...et malheureusement pour Tora...je ne me trouvais pas de son côté du fossé. Ce fut donc une déception pour elle, probablement, lorsque la soirée tira à sa fin et qu'elle remarqua que je ne la suivrais pas, ni ne lui demanderait de rester ici cette nuit. Mais elle comprenait...car son sourire restait néanmoins sincère. Après tout, rien ne s'était développés entre elle et moi si ce n'était qu'une véritable camaraderie en dehors de cette attirance purement physique.

C'est donc documents en mains, qu'ils quittèrent mes cartiers, prêts à soumettre notre projet aux administrations impériales afin que nous puissions ensuite débuter la construction de ce qui allait, je l'espère, devenir un attrait international à Yuki no kuni.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un colisée pour tous. Ven 13 Jan 2017 - 18:57



Quelques mois plus tard

Le Nord-Est de Dhartsedo s'était rapidement transformé en un énorme chantier de construction après que les documents soutenant la partie financière et administrative du projets avaient été reçus au palais du Kamui. Deux semaines avaient suffit pour que nous recevions une lettre de son conseil dans laquelle on pouvait lire que les entreprises Ogoshi, menées par Tora et son frère, étaient autorisées à débuter les travaux de construction de ce colisée qui prendrait l'apparence d'un énorme amphithéâtre sculpté à même du marbre importé et la glace épaisse de l'éternelle banquise au sud du territoire. Des centaines d'hommes arrivèrent des quatre coins du Shukai par navire et rapidement, contribuèrent non seulement à l'élaboration de ce projet, mais aussi à l'économie touristique, hôtelière, à la restauration locale et même sur certains aspects militaires. Les choses se passaient bien à Dhartsedo depuis que j'avais décidé de m'y installer et d'y apporter du changement.

Revenant d'un long périple m'ayant d'abord mené jusqu'à Kumo, puis à Taki, j'avais néanmoins réservé mes premiers jours au pays du froid en compagnie de mon père que je n'avais pas vu depuis belle lurette. Laissant Yanosa à la caserne du service de police local (où pratiquement tout le troisième étage était consacré à mes propres appartements personnels) il avait pu y préparer son programme d'entrainement en toute tranquillité s'il l'avait souhaité, ayant accès à mon bureau ainsi qu'à une chambre pour lui seul. Avant de partir, je lui avais fais part de mon désir de renouer avec mon héritage familial et que pour se faire, il me fallait partir à la recherche de mon paternel qui saurait me guider dans cet apprentissage. Chose qui se déroula sans encombre, et qui m'avait permis de franchir cette dernière ligne qui me séparait du reste du clan. Maintenant, plus rien ne m'empêcherait d'atteindre mes buts et d'écrire un nouveau chapitre dans ce grand livre qu'était l'histoire des Samuil...mais avant...il me fallait terminer tous les projets que j'avais mis en place en tant que partisant de l'empire.

Faisant face aux rafales de bord de mer qui fouettaient le chemin de givre et de neige qui séparait la cité portuaire de l'amphithéâtre, je marchais les mains dans les poches et direction de l'endroit où j'espérais peut-être retrouver le seigneur de Kusa. Toujours accompagné de mon éternelle comparse d'infortune, la plaque d'acier parlante avait été recouverte d'un épais bandage grisâtre afin de ne pas me geler le dos dans ces températures peu accueillantes. Cette journée, en particulier, se voulait très froide. L'humidité était au maximum et les puissants courant d'airs venant du fleuve n'aidaient pas à la cause. Je me demandais bien, d'ailleurs, comment le Onshi réagissait face à ces intempéries. Leurs faisait-il face en les prenant comme un simple défis, ou se plaindrait-il de ce climat inhospitalier et peu propice à l'entraînement en plein air? Je le saurais s'il y était...

Enfin, après quelques dizaines de minutes de voyage, je voyais enfin de plus près ce qu'avait l'air le chantier. Une grande arène avait déjà été érigée au centre de tout cette pagaille. Sur son sol bleuté, des runes artistiques tribales y avaient été gravées afin de décorer la futur arène de combat. Deux escaliers rejoignaient aussi le haut de la surface où se dérouleraient les gladiatures et le bas, là où l'on était en train de monter d'énormes lampes où brûleraient les flammes permettant d'éclairer le site durant les combats nocturnes. Le style amphithéâtres permettrait donc aux spectateurs de ne pas être gênés par la hauteur de ces lumières puisque, dans le cercle extérieur, les estrades où ils se tiendraient débuteraient à la hauteur de la pointe de ces flammes. Il n'y avait pas à dire...l'architecte s'était dépassé sur ce coup-ci. Si les structures maritimes qu'il m'avait proposé à des fins militaires se voulaient être plus pratiques que belles, mon colisée, lui, mélangeait efficacité et merveille architecturale.

Descendant jusqu'au centre des travaux, sautant en bas du mur d'où commenceraient à s'ériger les estrades, j'observai attentivement ces prismes losanges où seraient enfermées les lumières de flammes bleus qui éclaireraient bientôt les nuits futurs de cet endroit. Ensuite, je me dirigeai vers les escaliers de marbre qu'iront graver les combattants afin de mettre le pied sur l'arène...tout comme je le faisais à présent et, comme si j'observais une foule imaginaire, je pivotai sur moi-même une fois rendu au centre de ce cercle. La vue y était magnifique...et déjà...j'entendais les acclamations de la foule. Le poil se dressa sur mes bras...et ce n'était pas la froideur du climat qui en était la cause...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Un colisée pour tous.

Revenir en haut Aller en bas
 

Un colisée pour tous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Reste du Monde :: Yuki no Kuni-