N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 L'après cérémonie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 122
Rang : S

Message(#) Sujet: L'après cérémonie Mar 6 Déc 2016 - 16:14


L’appartenance à un clan, voilà un sujet que j’avais de la peine à assimiler. Pourquoi s’unir et s’épauler juste parce qu’on provenait du même clan ? Ne pouvions-nous pas faire cela avec tout le monde au lieu de s’isoler et créer un groupe ? Car au final, les barrières et les différences menaient à la guerre. Ma simple présence était l’œuvre de Kirito, qui m’avait démontré sa supériorité et ainsi il avait gagné mon respect. Bien sûr, mes parents me forçaient à participer aux évènements du clan, pour eux, il s’agissait d’un honneur, alors que pour moi, ce n’était autre qu’une perte de temps.

Finalement, la cérémonie prit fin et tous les membres du clan étaient libres de partir ou de rester boire un verre et discuter. Pour ma part, je préférais partir et retourner à Mizu no Kuni. Aucune des personnes ici présentent m’intriguaient, mise à part, Ketsuen et Kakeshuou que je désirais affronter, mais je les avais perdu de vue. Ils s’étaient volatilisés. Je venais donc de perdre une occasion de rayer une personne de ma liste. Il me restait Kirito, mais je savais que je n’étais pas assez fort pour rivaliser avec lui pour le moment.

L'heure du départ avait sonné, je récupérais mes affaires dans le coin de la salle et me remplissait les poches de nourritures avant de quitter les lieux. Le regard des anciens, outrés par mon comportement, commençait à me taper sur le système et avant que je ne commette l’irréparable, je préférais partir. J’ouvris la porte avec une certaine énergie et malheureusement, je fis tomber une personne en lui cognant la porte dans le dos.

      Tu fous quoi au milieu du chemin !? Déclarais-je sans réfléchir et analyser la situation.

C’était une jeune Samui, Ana… Amaha… Amara… Enfin bref, je n'aurais pas du m’exprimer de la sorte, je lui avais peut-être fait mal d’ailleurs.

      Excuse-moi Ama’… Tu veux un coup de main ?

Je lui tendais la main, bien que cela ne soit pas propre à mon attitude, mais j’avais reçu une éduction spéciale par rapport aux femmes de la part de ma mère. Elle me disait constamment « Tu ne dois jamais toucher une fille, même avec une rose » et ce fut pour elle que je me comportais comme ça à présent. J’aimais ma mère et ma sœur, jamais je n’aimerais qu’un homme s’en prenne à elle, alors je respectais ces êtres inférieurs à l’homme.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 126
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Mar 6 Déc 2016 - 21:06

La fête était lancée dans la grande salle. Les verres avaient été remplis de saké chaud, d'umeshu et de whisky pour que tous puissent trinquer à la nouvelle génération de Samui qui se révélerait prometteuse. Les gens riaient de plus belle, parlaient de plus en plus fort. La jeune fille à ma table qui voulait se battre contre tout le monde était devenue absolument insupportable à entendre, au point ou je me levai et m'excusant poliment de devoir m'absenter. En fait, je n'avais aucune envie pressante, mis à par celle de quitter cette table le plus rapidement possible. Je n'en pouvais plus du bruit et de la chaleur créée par cette bande d'humains massés dans la même pièce. J'avais besoin de prendre l'air à l'extérieur pendant quelques minutes. Sortant de la salle, j'enlevai mes sandales de bois pour mettre des bottines ainsi qu'un manteau. En cet date d'automne, la neige avait déjà fait son apparition sur les contreforts montagneux du pays de la neige.

Le silence et le froid de l'extérieur me firent le plus grand bien, et je n'avais aucune envie de retourner à l'intérieur. Devais-je supporter mes compagnons d'infortune encore longtemps? Avais-je le droit de m'éclipser pour le reste de la soirée ou cela serait mal vu? Je m'étais tellement isolée des autres pendant ma venue sur cette île que je n'avais aucune conscience des coutumes de mon clan concernant ce genre de rencontres. De plus, je n'avais pu être préparée correctement à la cérémonie contrairement à ceux qui avaient toujours des parents. Y aurait-il des discours spéciaux pour nous, notre présence était-elle encore requise? Si oui, quel serait l'impact de mon absence? Je risquais de me mettre dans de beaux draps. Et puis j'avais passé assez de temps à l'extérieur, on commencerait à se poser des questions si je ne revenais pas très vite.

De retour à l'intérieur, j'enlevai doucement mon manteau et époussetai la neige qui s'était accumulée sur le tissu. Je ne souhaitais pas qu'elle fonde et qu'une odeur d'humidité finisse par imprégner mon vêtement. Une fois satisfaite, je mis mes sandales, prête à retourner dans la salle... mais tout à fait. Mon bas était mal placé dans ma chaussure, aussi je pris la décision de m'en occuper avant d'entrer, et non pas devant tout le monde. En équilibre sur une patte, j'arrangeai de manière disgracieuse ma chaussette.

BAM !

Je venais d'être projetée sur le sol avec une telle surprise que je n'avais pas pu éviter la chute, ni même me réceptionner convenablement. Résultat : je me trouvais affalée sur le sol.

Tu fous quoi au milieu du chemin !? déclara une voix derrière moi, sans doute le coupable de cette situation tout à fait gênante pour moi.

Je me retournai pour voir de qui il s'agissait : Sora, le jeune homme qui avait été intronisé tout comme moi. Celui-là même qui était arrivé en retard et qui avait eu une attitude belliqueuse tout le long de la soirée. En plus de jouer le rebelle, il agissait en brute. Que manque de classe, quelle attitude grossière !

Excuse-moi Ama’… Tu veux un coup de main ?

Soit, je pouvais excuser le geste. Je doute qu'il ai fait exprès de me rentrer dedans. Mais son attitude désagréable ne pouvait être excusée. S'il avait fait un peu plus attention et ne se comportait pas comme un lourdaud, tout ceci ne se serait pas produit. Par contre, mieux valait mettre tout ça de coté, rien ne servait de le confronter. Je lui tendit la main afin qu'il m'aide à me relever, comme il l'avait offert. Une fois debout, je pus épousseter mon kimono, et constater avec horreur que l'une des bordures de soie de mon vêtement s'était déchirée dans ma chute. Prenant le morceau dans ma main, examinant la longueur du tissu qu'il faudrait recoudre, je ne pu m'empêcher de jeter un regard désemparé au jeune homme qui se trouvait devant moi.

C'est à ce me moment que je réalisai qu'il avait toutes ses affaires avec lui, prêt à quitter la soirée... ou le pays?

La mission de notre chef ne t'intéresse pas? lui dis-je après avoir repris un peu de contenance. La chute et le bris de mon kimono m'avaient certes déstabilisée, mais ce n'était pas une raison pour perdre ma dignité. Je n'étais pas blessée et j'avais ce qu'il me fallait pour réparer mon vêtement dans ma chambre.

Ce n'était pas la fin du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Mar 6 Déc 2016 - 23:32


Une cérémonie qui se déroulait à merveille.

Non surpris d'avoir cette nouvelle Samui sous mon enseignement, je ne fis que m'avancer vers elle lors de l'annonce que venait de faire Kirito afin de bien mémoriser ses traits, mais aussi de me faire une première idée de sa nature. Elle était fière et cette fierté brûlait en elle d'un feu ardent, si puissant, qu'il en teintait même son attitude face aux autres Samui. Elle paraissait alors arrogante et hautaine, à l'image des individus de notre race. C'était là un trait de personnalité typique des notre et c'est ce qui faisait à la foi la réputation que l'on avait face au Suzurane, oui, mais à bien d'autres clans du grand territoire qu'était le Shukai. Seuls les clans les plus fort en personalité comprenait qu'il s'agissait plutôt d'ambition que de réelle arrogance. Cependant...bien peu en faisaient la différence.

Je me penchai donc vers l'avant en un salut militaire qui se voulait des plus droits que la "petite" eut jamais vu, fidel à ma nature militaire. Il n'y avait donc aucun doute, son sensei était bel et bien un soldat, un guerrier Samui dont la discipline semblait irréprochable...et pourtant. Elle apprendrait bien vite que son mentor était plutôt du genre à respecter les protocoles, certes, mais à n'agir qu'à sa propre tête lorsqu'il pensait avoir une idée qu'il jugeait meilleure aux ordres qu'on lui avait donné. Chose que l'Empereur m'avait déjà reproché à deux reprises déjà. Peut-être étais-je une tête brûlée...mais suivre mon flaire m'avait, jusqu'ici, permit de graver les premiers échelons de la hiérarchie impériale à une vitesse étonnante. J'étais rapidement devenu l'égal de Kirito Senpai...si tant est que je pouvais toujours lui donner le titre de Senpai. Il était chef du clan et plus vieux...mais c'est tout. Sama serait probablement plus approprié selon le protocole de toute manière. Il n'en restait pas moins qu'il possédait tout mon respect et qu'en lui, j'avais placé mes espoirs de voir le clan prospérer, de le voir s'animer plus qu'il ne l'avait été durant les deux dernières années.

Relevant ma tête, je me retournai vers le reste du clan afin de faire face à ceux qui applaudissaient la jeune Aki pour sa nouvelle intégration à la formation Fubuki. Cependant, de me voir devenir Sensei ne plaisait pas à tous au sein des manipulateurs de la glace. Non, certains avaient décider de retenir leurs applaudissements et de jeter un regard critique vers ma personne, tout comme vers le chef qui osait envoyer une jeune pousse sous la tutelle du seul Shinobi de leur sang qui ne savait pas maîtriser les pouvoirs du Hyôton. Je pouvais lire sur leur visage, la honte que je pouvais emmener au sang des Samui et ce, malgré que j'eus prouvé à de maintes occasions ma valeur et ma dévotion. À l'Empire certes, mais envers les miens aussi. Cependant, l'alliance avec les Suzurane, qui était mon idée, n'avait pas plus à tous et ne faisait que me ranger plus loin encore sur le banc des Parias. Au moins, ils n'étaient qu'une minorité. Probablement cette même minorité qui mettait en doute la suprématie du Kamui. Grand malheur leur soit rendu...ce n'était pas leurs grimaces ou leur snobisme qui allait m'empêcher de m'adresser à eux et aux autres. J'élevai donc la voix, haut de mon mètre quatre-vingt-dix, toujours aussi imposant qu'à mon habitude et ce, de ma simple stature plus que de mes mots ou gestes. Comme si une énergie se dégageait de moi, nourrit de la crainte, de la peur et de la haine de mes ennemis...mais aussi du respect et de la confiance de mes alliés.


Et je jure, devant les anciens et les jeunes pousses aujourd'hui présentent, d'enseigner à Samui Aki les traditions de nos ancêtres, les coutumes de nos parents, mais aussi à servir le clan en tant que Shinobi à part entière.


Puis, suite à une seconde vague d'applaudissement, je descendis de l'autel avant de m'enfoncer dans la foule afin de reprendre le siège et le verre que j'avais laissé sur une table un peu plus éloigné des autres. M'asseoir n'aura cependant été que de courte durée car, déjà oublié du reste de notre race après que Kirito eut reprit la parole, mes pas s'enfoncèrent dans la neige collante d'une nuit d'automne particulièrement humide...sans réellement porter attention à cet autre Samui qui, lui aussi, semblait vouloir quitter les lieux.

Passant tout juste à côté d'une autre nouvelle pousse, je fis un pas sur le côté en croisant son chemin, sachant que la largeur de ma lame pouvait être gênante, mais à peine m'avait-elle dépassée qu'un petit "boum" me fit faire volte-face. Un face à face venait de se produire entre celui qui me talonnait de près et celle que je venais de laisser passer et, sur la frustration du moment, le plus impétueux des deux ne tarda pas à faire part de son mécontentement. Cette scène me laissa d'ailleurs tout juste le temps de voir que ce dernier semblait, étrangement, prêt à partir loin de Gyamda...voir même du pays. Et la question que lui posa la jeune blonde ne faisait que confirmer mon hypothèse...il voulait bel et bien échapper à son devoir clanique. En apparence du moins.


Hm...j'espère que t'as pas vraiment l'intention de disparaître dans la nature alors que ton Chef a exigé tes services. Crois moi...ce serait dommage de voir qu'une de nos jeunes pousses n'est en fait qu'une mauvaise herbe de plus au pieds du géant qu'est le Shukai.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 122
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Jeu 8 Déc 2016 - 11:01


La jeune Samui s’empara de main et je l’aidais à se relever. Je remarquais en même temps qu’elle, que son habit avait été déchiré et le regard de la demoiselle me fit comprendre que cela était de ma faute. Je tournais le visage, contrarié par cette accusation (justifiée), même si elle n’avait rien à faire au milieu du passage.

      Pffff, ce n’est pas de ma faute si tu traines là où il ne faut. Annonçais-je en fuyant son regard.

      J’ai cru comprendre que tu venais de Kiri également, passe chez moi un de ces jours, ma mère est plutôt forte en couture.

Je disais cela à contre cœur, même si au fond de moi je savais que c’était à moi de régler ce problème. Je comptais repartir lorsque la Samui me demanda si la mission de Kirito ne m’intéressait pas. Franchement, j’avais perdu assez de temps et il pouvait m’envoyer l’ordre de mission par courrier, comme il l’avait fait pour m’inviter à cette stupide cérémonie. Une autre voix attira mon attention et en détournant mon regard, je pus apercevoir Samui Ketsuen. Ces paroles me passèrent par-dessus la tête, alors que j’esquissais un large sourire sur mon visage.

      Kirito peut très bien m’envoyer l’ordre de mission chez moi. Je perds mon temps ici, enfin, plus maintenant… Déclarais-je le regard brûlant et rivé sur Ketsuen.

Je laissais glisser mes affaires sur le sol sans donner d’explication à mes actes. Ils comprendront tantôt que je désire en découdre avec cet homme qui – d’après les rumeurs – était plutôt fort. J’ôtais également ma grosse veste pour finir dans ma tenue traditionnelle. Mon bras droit se glaça et mon bras droit s’enflamma, j’avais l’habitude d’entamer les combats de cette façon, mais allait-il comprendre que je souhaitais l’affronter ?

Il aurait été plus judicieux de se battre à l’extérieur, mais mon excitation était telle que je voulais en découdre le plus rapidement possible avec ce Shinobi de haute volée. La jeune Samui se trouvait entre nous deux, mais je négligeais complètement sa présence, mon regard et mon attention était figé sur le ninja du Shûkai.

      J’espère que tu es prêt à te battre, Ketsuen…

Je pointais la paume de ma main gauche sur ma cible avant d’envoyer dix piques de glace dans sa direction. Les hostilités étaient lancées, allait-il accepter l’affrontement ou fuir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Jeu 8 Déc 2016 - 13:24



À peine avais-je eus le temps de prononcer mes premières paroles que le Samui à la chevelure bicolore usa de son chakra afin de doter ses deux poings de facultés que l'on aurait pu qualifier de "contraire". D'un côté, le feu ardent et crépitant du Katon se mit à réchauffer l'atmosphère en une seconde à peine alors que de l'autre, venant rétablir un équilibre dans le chaos causé par le premier, le froid mordant du Hyôton vint me menacer du bout de ses doigts. Ainsi donc, le Genin voulait en découdre, au dépend de la jeune femme de notre race qui, malgré elle, se tenait au centre d'un conflit qu'un seul participant avait réellement envi de vivre.

Confronté à l'égoïsme profond de cet enfant qui, en fait, ne devait pas être bien plus jeune que moi-même, je ne pu donc que prendre le bras de la jeune femme en l'empoignant fermentant, sans même m'excuser ou la prévenir, afin de la placer devant moi alors que je tournais maintenant le dos à mon adversaire. À ce moment précis, alors que mon seul oeil encore valide observait les dix projectiles glacés par dessus mon épaule, l'énorme sabre que j'avais dans le dos se fractura de lui-même et chacun de ses morceaux, comme rattachés par une enveloppe de chakra, formèrent alors un bouclier en s'écartant les uns des autres, me protégeant des piques qui vinrent s'écraser contre son fer épais.

Les quelques Samui présent dans le hall d'entré réagissèrent aussitôt en accourant en notre direction, leurs bruit de pas m'étant parcontre difficilement audible puisque enterrés par le bruit des traits de givre qui se fracassaient contre l'acier de mon arme. Ce fut donc ma voix qui s'éleva afin de les dissuader de se rapprocher davantage en une tentative d'amoindrir la folie de ce Kirijin aux yeux du reste des nôtres.


Tout va bien, ce n'est qu'un entrainement...le jeune est seulement impatient. M'écriais-je tout simplement en m'adressant ensuite à celle que j'avais écarté de l'attaque précédemment.

Éloigne toi...et si tu le connais ou que sa santé te tient à coeur, occupe toi de son cas...car il va en avoir besoin.

Cette fois-ci, c'était d'un ton agressif que ma voix s'était fait entendre. L'expression de mon visage s'était durcit et mes muscles se raidissaient alors que, d'une seule poussée, je m'étais éloigné de l'entrée du palais où avait lieu le banquet en un bond prodigieux, typique chez les Shinobis.

Mes deux pieds martelèrent ensuite le sol pierreux de la cours extérieur à mon atterrissage, creusant la couche de neige en place jusqu'à ce qu'elle atteigne le niveau de mes chevilles. Mon oeil fixa le prétentieux qui avait osé me défier au sein même de notre clan, à la soirée que j'avais moi-même organisé. Était-ce ainsi que l'on traitait notre hôte dans l'illustre et noble clan des Samui? Jamais...

J'attendis donc simplement que le jeunôt se rapproche, acceptant son duel non pas par les mots...mais par mes simples gestes.


info combat:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 126
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Jeu 8 Déc 2016 - 20:29

Pffff, ce n’est pas de ma faute si tu traines là où il ne faut.

Pfff, crétin. Si tu faisais plus attention aussi ? Ouvrir une porte à la volée alors que le domaine des Samui est bondé des membres du clan venus pour la plus grande cérémonie de l'année, c'est fichtrement se foutre des autres.

J’ai cru comprendre que tu venais de Kiri également, passe chez moi un de ces jours, ma mère est plutôt forte en couture.

Merci mais non merci. J'ai eu la chance d'être bien élevée moi, je sais aussi faire de la couture comme une bonne fille à marier sait le faire. Et cuisiner aussi. Et tout plein de choses qu'on doit se taper parce que vous les hommes êtes des ignares de première classe. Si on n'était pas la pour passer derrière vous, vous torcher et vous faire à manger, comment feriez vous pour survivre ? Pfff, les hommes ils se croient fort, mais dès qu'ils quittent les jupes de leur mère qui a tout fait pour eux, c'est pour mieux se dégoter une femme qui fera tout pour eux.

Je décidai de ne pas répondre à cette remarque sur sa mère. Je n'avais clairement pas besoin de lui ! Ni de sa mère. Je pouvais me débrouiller toute seule, comme je le faisais depuis si longtemps. Lui non plus décida de ne pas répondre à ma question, esquissant un geste pour partir. Je ne comptais pas l'empêcher de quitter. Il pouvait sacrer son camp s'il le voulait, ce n'est pas moi qui allait le retenir. Ce petit cousin qui se croyait au dessus de tout pouvait bien faire ce qui lui chantait, ce n'était pas mon problème. Même si secrètement j'avais moi aussi envie de partir, je savais que je devais rester, puisque telle était la demande du chef de mon clan. Malgré le fait que je ne soit pas aussi proche d'eux que j'aurais pu l'être, ces gens restaient ma famille, celle qui m'avait prise en charge quelques années plus tôt.

Avant même que je ne fasse un mouvement sur le coté, une voix masculine se fit entendre derrière. Me retournant, je constatai que le géant à l'épée aussi grande que lui venait de nous accorder son attention. Il était si grand et si costaud, il pourrait presque me broyer de la seule force de ses mains. Plus encore, le fait qu'il nous accorde son attention de cette manière me paraissait risqué. Que nous voulait-il ?
«Une mauvaise herbe de plus»
Était-ce lui qu'on allait m'envoyer si je faisais défection au clan? En voilà une bonne raison de rester et d'obéir. Je n'avais pas envie de faire face à ce géant. Contrairement à Sora, qui vit l'occasion parfaite de montrer ses pouvoirs. Imbécile, il n'était pas mieux que l'autre fille qui allait devenir l'élève du sabreur : Une tête de linotte toujours prête à se battre. Au moins elle avait l'intelligence de prendre des adversaires à sa taille, pas de se mesurer à plus gros. N'y avait-il que des têtes brûlées dans ce clan? À croire que la glace était loin de refroidir les ardeurs.

Alors que je croyais qu'ils sortiraient se battre... Sora se mit à composer des mudras ! Je reconnus rapidement les signes des pics de glace, puisque j'avais les mêmes... Non mais c'était une blague ???? À l'intérieur, alors que je me trouve au milieu? Holàà, j'ai pas envie de me battre moi ! Ne me mêlez pas à vos conneries les enfants ! Sans attendre, je fis moi-même les mouvements de main afin de créer une protection de glace pour contrer son attaque. C'était sans me douter que l'autre géant derrière allait me prendre dans ses bras pour me protéger. Coincée contre Ketsuen, je ne fût pas en mesure de terminer ma technique et j'entendis le cling des pics de glace se fracasser contre du métal, sans doute sa grosse épée. Merci, du coup, sauf que j'aurais pu me protéger moi-même. Pas besoin d'un homme pour ça. Le géant me lâcha, non sans me dire de m'occuper de son cas. Ah ça non, j'allais pas commencer à faire la babysitter des Samui de Kiri, ni devoir le suivre comme un chien pour m'assurer qu'il ne se pète pas trop la gueule dans sa folie meurtrière ou, pire encore, qu'il blesse d'autres personnes!

Pendant que l'autre faisait un bond prodigieux pour aller à l'extérieur afin de continuer le combat, je fis trois pas en direction de Sora

Baka !

et VLAN, une belle gifle sur son visage à moitié brûlé. Mon visage restait froid, impassible et inexpressif alors que je bouillais de rage à l'intérieur. En plus de m'avoir foncée dedans, il m'avait fait tomber, avait indirectement déchiré mon Kimono, avait attiré l'attention de Montagne-San sur nous, avait failli me transpercer avec des pics, avait obligé quelqu'un à me défendre, et voilà que je me retrouvais décoiffée avec mon vêtement déchiré devant tous les membre du clan qui nous regardaient ! Quelle honte !
Pourtant, je ne le giflais pas de colère, je le giflais comme une mère se doit d'élever son enfant quand il fait une grosse connerie. Ça ne se fait pas ces choses là. La seule chose qu'une femme possède, c'est sa dignité... et il voudrait me l'enlever?? Qu'il attente à ma vie pendant qu'il se bat, okay je peux le prendre. Mais le reste, c'est non. Il faudra lui apprendre le respect à celui-là. Il y a des choses qui se ne font pas, et si sa mère n'avait pas pris le soin de l'éduquer correctement, c'est moi qui allais m'en charger.

C'est dehors la bagarre, allez ouste ! fis-je en pointant l'extérieur du doigt, lui donnant implicitement mon accord pour qu'il aille se faire démonter la tête. L'issue de combat ne m'importait peu. Le plus important, était de quitter cette pièce le plus rapidement possible afin de me changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 122
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Ven 9 Déc 2016 - 11:40


Ketsuen prenait même le temps de protéger Ayama, se foutait-il de ma gueule ? D’ailleurs, il para mes piques de glace avec une facilité déconcertante. Son immense épée avait pris la forme d’un bouclier dans son dos et ma glace se fragmenta lors de l’impact. Cette première offensive attira l’attention des autres dans la salle, mais mon adversaire les dissuada d’intervenir, faisant passer cet affrontement pour un simple entrainement. L’épéiste demanda également à la jeune Samui de partir et de s’occuper de moi après le combat, pensait-il réellement pouvoir me blesser ?

La demoiselle passa à mes côté avant de me traiter d’idiot et de m’en flanquer une. Elle n’avait pas peur de prendre une droite dans les dents. Heureusement que je ne touchais pas aux femmes, sinon je n’aurais pas hésité. J’aurai pu contrer sa gifle ou l’éviter, mais je devais avouer que je ne m’y attendais pas du tout.

      Baka toi ! Répondais-je à Ayama avant de partir à l’extérieur du bâtiment.

En effet, mon opposant se trouvait à l’extérieur et je n’avais pas besoin des dernières paroles de la jeune Samui pour le comprendre. Je fonçais vers la sortie avant de m’arrêter lorsque la neige mordit mes chevilles. Ketsuen se trouvait à quelques mètres de moi, je devais le toucher avec mon anneau de feu et j’avais déjà ma petite idée en tête. J’apportais ma main gauche vers ma bouche avant de cracher une immense boule de feu qui se dirigeait contre lui. J’enchaînais pour créer un anneau de feu, qui se cachera dans l’ombre de la boule enflammée.

Je ne savais pas si ma sphère allait faire mouche, mais si jamais il la contrait, je profiterai de le surprendre avec mon anneau. Contrairement au combat avec Kirito, je n’allais pas créer le fameux brouillard de Kiri avant que je n’aie la certitude que mon Jutsu ait bien touché mon adversaire et se soit lié à lui. La particularité de mon anneau était qu’en plus de faire des dégâts, il s’attachait au membre touché. En gros, si je visais son bras, il subira des dégâts et l’anneau prendra place sur le bras tel un brassard lumineux.

Cette offensive allait également me permettre d’analyser les capacités de mon adversaire et de voir quel était son style de combat. Au vu de son épée, je devais à tout prix éviter le corps à corps…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Ven 9 Déc 2016 - 13:24



Aussitôt eus-je atteins la grande surface plane de la cours extérieur, le genin en quête de gloire personnelle ne tarda pas à laisser en plan celle envers qui il devait des excuses sincère pour venir me rejoindre. Ce ne fut pas sans conséquences de la jeune femme qui, sans la moindre gêne, envoya une surprenante gifle au visage du garnement qui ne perdit pas une seconde pour répliquer verbalement. S'il était malpoli, il restait néanmoins correcte en un sens et je réalisai que le bambin semblait agir selon un code d'honneur qui lui était propre. Peut-être n'était-il pas tant chaotique après tout...car une touche de loyauté semblait teinter son coeur, quelque part entre son entêtement et son inconscience.

Toujours fut-il qu'une fois arrivé devant son adversaire, la recrue des forces mizujin n'hésita pas à reprendre son assaut en composant une série de mudras afin d'invoquer les forces du feu et de la destruction. Rapidement, une sphère enflammée prit forme et fut projettée dans ma direction. Sur son passage, la neige blanche fondait sous elle en laissant une longue traînée d'eau qui traçait un trait de lui...à moi. Le diamètre de cette boule brûlante était suffisant pour deviner, à l'oeil nu, qu'il ne s'agissait pas là d'une technique d'amateur. Elle entrait dans le registre des technique intermédiaire et pouvait causer des dégâts considérable à celui qui ne pourrait soit la bloquer, ou l'esquiver. C'est donc là que je compris que cette tête brûlé y allait pour une victoire...coûte que coûte. Ce qui fit naître un sourire au coin de mes lèvres. Un rictus si faible, qu'il se voulait presque imperceptible, mais qui pourtant en disait long...car il était impossible de ne pas s'amuser de voir en face de soi, un reflet de nos propres erreurs passés. Alors j'allais lui donner la même leçon que l'on m'avait donné à cette époque qui n'était pas trop lointaine. Cette nuit où le Kamui décida de prendre part à mon entrainement.

Voyant que la balle infernale n'était plus qu'à quelques mètres de distance de mon corps, je ne fis que concentrer une dose de chakra importante dans la plante de mes pieds ainsi que dans les muscles de mes cuisses et mes mollets afin de me propulser en l'air. Le Futon étant mon élément primaire, je ne pouvais risquer de l'utiliser contre son feu et ainsi l'alimenter au lieu de me garnir d'une protection efficace. Mieux valait, donc, d'éviter son attaque plutôt que de la bloquer.

Rapidement, le sol s'éloigna tant je prenais de l'altitude à une vitesse phénoménale et sous moi, la technique du jeune Samui explosa en une déflagration qui créa un grand cercle d'eau autour de ma position initiale. Cependant, suite à cette déflagration, mes dents se serrèrent et mon oeil s'écarquilla en voyant qu'un anneau orangé dévia de sa trajectoire initiale, sortant de l'ombre de la première technique, pour foncer vers ma nouvelle position. Sans perdre une seconde de plus je composai une nouvelle série de mudras et trois formes volatiles prirent naissance à même l'air et j'envoyai l'une d'elle sur le cerceau de feu et les deux autres sur celui qui l'avait créé. Rapidement, le jutsu katon de mon adversaire fut hors d'état de nuire alors que le premier rapace de ce petit escadron explosa en un nuage d'air comprimé puissant, envoyant le reste des flammes qui l'avait composé se dissiper dans l'air. Les deux autres, quant à eux, foncèrent rapidement vers le Samui rebel qui devrait trouver un moyen rapide de les contrer sans quoi il se verrait faire un véritable vol plané en ma direction...car c'était de dos qu'ils allaient frapper après l'avoir contourné.


Tu ne fais pas le poids...arrête de jouer avec le feu gamin...tu pourrais te faire mal




info technique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 122
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Jeu 15 Déc 2016 - 19:14


Mon adversaire décida d’esquiver ma boule de feu. J’avais prévu cette action et j’espérais pouvoir le surprendre avec mon anneau de feu. Cependant, je m’interrogeais quant au choix de l’éviter plutôt que de contrer mon attaque. N’avait-il pas les ressources nécessaires pour parer un Jutsu de ce niveau ? À moins qu’il ne soit pas un adepte des sorts. En tant qu’épéiste, peut-être qu’il ne se battait uniquement qu’avec son épée, qui sait. Quoi qu’il en soit, il était parvenu à éviter mon attaque, qui était un leurre.

Je m’attendais que ma deuxième technique fasse mouche, mais je n’avais pas compté sur les réflexes et la rapidité de mon ainé. Personnellement, je serai été incapable de réagir aussi vite, son expérience avait sans doute joué un rôle important dans cette situation. Néanmoins, Ketsuen ne se contenta pas d’apercevoir ma technique, il prit le temps de la contrer avec un Jutsu d’affinité… Futon ? Intéressant. Mon affinité primait sur celle de mon adversaire, j’avais un avantage et je devais en profiter.

Malheureusement, je croyais pouvoir continuer d’attaquer, mais je vis mon anneau exploser après avoir percuter un volatile d’air et deux autres étaient en train foncer droit sur moi. Il était temps de me défendre, je ne connaissais pas la puissance de cette technique, mais j’avais dans mon répertoire une protection qui devrait faire l’affaire. J’invoquais un mur de glace devant moi avant de placer mes bras en croix devant mon visage, prêt à encaisser le coup.

Les secondes passèrent et aucun impact n’eut lieu. Soudainement, je vis un volatile passer sur ma droite, son virage continua pour finir sa course dans mon dos et j’imaginais bien que le deuxième avait réalisé la même trajectoire, mais de l’autre côté. Je sentis une grande pression sur mon dos, qui me propulsa en avant contre mon propre mur de glace. Ce dernier se brisa et je finis ma course en m’étalant sur la neige fondue par ma précédente attaque.

Je me relevais m’essuyant le filet de sang sur ma lèvre inférieur. J’avais un mal de dos terrible, Ketsuen n’y était pas aller de main morte avec ses foutus pigeons d’air et en plus de cela, j’étais trempe. J’étais furieux et j’avais envie de le buter, je détestais être malmené ou plutôt, je n’avais pas l’habitude.

      Approche, ce n’est pas fini.

Lui annonçais-je, prêt à lui laisser l’initiative en espérant profiter de son offensive pour l’avoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Lun 19 Déc 2016 - 13:18


Les bras croisés après avoir regardé le jeune homme user d'un mur de glace pour essayer de contrer ma technique, mon visage resta de marbre en observant la scène. Décidément le jeune homme avait un certain potentiel, mais restait bien loin d'un niveau suffisant pour se permettre d'inviter n'importe qui à prendre les armes. Si l'on pouvait réellement appeler cela une invitation tant son attaque avait été sauvage et surprenante, n'hésitant pas une seconde à la lancer alors qu'une autre membre de son clan se trouvait dans le chemin de ses projectiles. Il lui faudrait donc quelqu'un pour calmer ses ardeurs, mais surtout lui démontrer qu'en s'en prenant à n'importe qui sans bonnes raison...eh bien n'importe quel genre d'homme pouvait devenir son adversaire.

Plaçant un pied devant l'autre, fermant les yeux l'espace d'une seconde à peine, je sentis une bourrasque de vent frigorifiante pousser mes cheveux et mes vêtement dans la direction qu'elle prenait, mais au lieu de continuer sa course, elle se mit plutôt à tourner autour de moi avant de se concentrer sous mes pieds. À cet instant précis, mes traits se durcirent et mes paupières s'équartèrent. Toute la neige se trouvant en dessous de moi fut projetée dans les airs tant ma poussée fut prodigieuse et je donnai l'impression de flotter à grande vitesse vers le pyromane. Un gros *boom* ce fit entendre lorsque mon genou trouva son ventre et pendant que son corps se pencha vers l'avant sous la force du coup. un filet de sa de bave tachait alors mon pantalon cargot et la chaine accrochée à l'extrémité de mon pommeau se décrocha et, tout en déroulant l'autre extrémité qui était reliée à mon bras gauche, je l'enroulai autour du torse du jeune homme en prenant bien soin que ses bras restent collés le long de son corps.

Une dose de chakra se déversa alors autant dans mon sabre que dans cette chaine et elle sembla se resserrer d'elle même lorsque, rapidement, je dégainai mon arme afin d'asséner un violent coup sur les mailles qui le tenait maintenant prisonnier. À trois ou quatre endroit différents, des piques de fer venant de la surface de ma lame s'enfoncèrent entre les maillons de l'instrument de fer afin de la garder bien bloquée autour du corps du jeune au visage brulé.

Je fis alors un bond vers l'arrière en prenant bien soin de pousser Sora du plat de ma semelle, histoire de l'envoyer dos contre le sol pendant qu'il était attaché. Je recroisai donc les bras tout en l'observant, toujours en silence. Je ne lui parlai pas, je ne fis rien d'autre que braquer mon regard sur lui en essayant de voir s'il allait terminer par sortir de cette prison qui le retenait à même le corps.




Info tech:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 122
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Lun 23 Jan 2017 - 21:33


Ketsuen ne tarda pas venir à mon encontre. Cependant, sa charge fut tellement rapide que je ne pus effectuer le moindre mudra. Je voulais créer une plaque de glace et le déséquilibrer pour le toucher, mais il était déjà sur moi. Son genou percuta mon ventre et je ne pus m’empêcher de cracher un peu de bave. Enfoiré ! Je me penchais instinctivement tout en contractant mes abdos, mais mon adversaire ne me laissa pas une seule seconde de répits.

Soudainement, une chaine sortie de nul part s’enroula autour de mon corps. Je tentais de me débattre pour me défaire de cette ferraille, mais impossible, il n’y avait rien à faire. L’épéiste recula tout en me poussant avec sa semelle, il se foutait littéralement de ma gueule. Je tombais sur le dos, incapable de bouger.

      Enfoiré ! Bats-toi comme un homme au lieu de m’enchainer !

Je hurlais de rage. Il m’avait eu tellement facilement que ça me rendait dingue. Un de mes bras s’enflamma alors que l’autre se glaça. Je relâchais tout ma puissante dans l’espoir de me défaire de ces liens. Décidément, il n’y avait rien à faire. Ketsuen était puissant, je devais l’avouer, mais je savais que je pouvais encore me battre et espérer le toucher. Je refusais d’abandonner. J’allais me battre jusqu’à que mon corps et mon esprit me disent stop.

      AHHH ! ! ! Bordel de merde !

J’essayais une autre solution. Au lieu de me débattre comme attardé, je tentais de glaçais la chaîne pour la rendre plus fragile. La force brute ne fonctionnait pas, alors autant essayer d’utiliser ma tête, chose que je faisais très rarement. Il allait bien me relâcher si je ne parvenais pas à me libérer tout seul, non ? Ce n’était pas drôle. À moins, que je l’use à la longue. Cette technique requérait du Chakra, non ? Il allait se fatiguer au bout d’un moment.

Je n’allais pas battre cet homme aujourd’hui, mais un jour viendra où je lui ferai payer ce qu’il me faisait vivre actuellement. Son nom restera inscrit dans ma liste, mais pas pour longtemps, c’était une promesse que je me faisais à moi-même. Il ne payait rien pour attendre et pendant qu’il allait se reposer sur ses lauriers, j’allais travailler comme un dingue pour devenir plus fort et puissant. J’allais lui mettre une raclée, j’en étais persuadé, j’avais confiance en moi et cette attitude allait sans aucune doute me mener très loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Mar 24 Jan 2017 - 0:06



Le gamin avait morflé. Celui qui avait essayé de se placer si dessus des règles de bienséances et du protocole au sein de son propre clan, les Samui qui plus est, venait d'apprendre à la dure que ces années passées en dehors des siens n'avaient fait que produire un maillon faible de la solide chaîne qu'était notre race. Il gisait là, au sol, incapable de se déprendre d'une technique qui aurait pu être facilement esquivée s'il avait eut le moindre talent au combat. Je l'avais surestimé et lui m'avait sous-estimé. Une combinaison qui ne pouvait que finir en une triste situations pour le jeune bicolore qui se tortillait maintenant dans tous les sens en hurlant se rage. Je plissai alors les yeux de mon unique oeil couleur cyan et j'observai la jeune pousse dans sa colère et sa détresse la plus naturelle. Il voulait se délivrer de ces chaines, mais ne le pourrait pas. Il voulait me tuer...mais n'y trouverait qu'un échec cuisant et au goût plus amer encore que ce qu'il éprouvait tout de suite.

Je lui tournai donc le dos afin de lui montrer qu'il ne représentait aucune menace pour un soldat de ma trempe, mais je laissai ma tête tournée de profil vers lui, mon oeil droit ne cessant de le fixer en un regard en coin. L'air sur mon visage restait sérieux et impassible, et ma voix resta, elle, neutre...mais tranchante comme des lames de rasoirs aux oreilles du vaincu. Il lui fallait connaître les raisons de sa faiblesse, mais aussi la réaction qui s'en suivrait et qui donnerait soit un réel sens à cette colère qui l'animait, soit une raison de se calmer et d'apprendre de ses erreurs. Il serait seul maître de son destin à ce moment là et de la voie qu'il choisirait.


Tu as perdu...Sora. Tu as perdu parce que tu es faible. Et tu es faible parce que tu as été coupé de tes racines depuis trop longtemps. Maintenant calme toi et écoute moi.

Si tu cherche la puissance, si tu veux te dépasser et avoir la moindre chance d'égaler, en un premier temps, et de surpasser ensuite des combattants de ma trempe et prouver ta réelle valeur à la race sous laquelle tu as vu le jour...tu devras venir ici, à Yuki...et vivre selon les règles, les traditions et les enseignements que peut te prodiguer le clan.
Dis-je d'abord en me rapprochant ensuite de lui, sans pour autant le libérer de ma technique. Ses yeux se promenaient toujours de droite à gauche, témoignant de son état de stresse causé par son désir de combattre.

Alors quitte Kiri, et revient chez les tiens. Nous ferrons de toi un combattant hors-paire. La brume n'a plus rien à offrir aux Samui et ce depuis bien longtemps. Yuki est notre terre promise...ici...ton pouvoir n'en sera que plus grand.

Une proposition donc, de regagner le reste de son clan afin de bénéficier de la tutelle d'expert en manipulation du Hyôton. Après tout, n'était-ce pas au pays de la neige que les enfants du froid avaient élus domicile à présent? Qu'étaient-ils, les Samui, là où la neige et la glace régnaient en Reines sur le paysage et la terre qu'elles recouvraient? Qu'étaient-ils, sinon des Rois...maître de leur propre fief qui, en toute honnêteté, leur était tout naturellement destiné? Le jeune Sora ne pouvait nier ces faits, et il le savait très bien. Rien ne le retenait réellement à Kiri, puisque les Samui n'avaient plus rien à y faire si ce n'est que...peut-être un jour...la reconquérir afin de reprendre ce qu'ils y avaient construits il y a des lustres déjà.

Kiri n'avait été qu'une maison de transition fabriquée de toute pièce par les hommes de glace en bout de ligne...ne faisant que leur offrir toit et prospérité vers le grand voyage de la vie qui devait les mener naturellement aux territoires du nord...ceux que la nature elle même avait construite pour eux.



Est-ce là ton souhait? Continuer de vivre en dehors de ton propre sang? Dans les ruines d'un pays éteint et ranimer par un autoproclamé "Mizukage" dont les capacités elles même ne sont liées qu'à la ranimation de ce que les autres ont déjà accomplis?

Ne te méprend pas...je sais que Michiki est puissant. Je sais qu'il est un redoutable combattant et il mérite probablement d'être là ou il est aujourd'hui. Mais qu'est-il...au final...face à la légendaire histoire des Samui? Rien. As-tu déjà entendu parler des Shinda? Non...car ils n'ont rien fait de marquant alors que nous...génération après génération...nous engendrons des shinobis de légendes.

Samui Mahan, Samui Kakeshuou, Samui Yuki...prochainement...Samui Ketsuen...et...qui sait...Samui Sora à sa suite?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 122
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Mer 1 Fév 2017 - 20:02


J’avais perdu lamentablement. Ça devenait presque une habitude ces derniers temps, il fallait que je me ressaisisse ! Je gisais à terre toujours immobilisé par cette foutue chaine que Ketsuen semblait maîtriser. J’ignorais comment il faisait cela, mais il y parvenait plutôt bien. Les premières paroles de mon aîné m’irritèrent au plus haut point. Pour qui se prenait-il ? Je n’étais pas faible, il était tout simplement plus fort que moi, je devais l’admettre, mais j’étais tout sauf faible ! Pourquoi il me parle de racine et de race ? Je ne voyais pas de quoi il parlait, mais il avait l’air sérieux.

Quitter Kiri ? Pourquoi, pour venir me les geler ici, dans ce pays ? Il avait vraiment craqué ce mec. Le froid lui avait gelé le cerveau ma parole. J’étais certes à la recherche de puissance, mais jamais je ne suivrais des types aussi allumés. Je le respectais pour la puissance dont il avait fait preuve, mais ça s’arrêtait là, j’allais m’entrainer et le surpasser, mais sa proposition ne me faisait pas du tout envie.

      Si tu ne l’avais pas compris, j’en ai rien à foutre de ce clan. Si je suis venu ici aujourd’hui, c’est parce que je respecte Kirito, rien de plus. Je savais également que de puissants ninjas allaient venir, mon but était simplement de vous affronter et connaître le gouffre qui nous sépare.

Je me détendais, je n’avais plus envie de me battre, juste envie de rentrer et aller m’entrainer pour tous les surpasser.

      J’ai pas envie de rejoindre votre secte, à mon avis, vous avez tous un problème et il faudrait vous faire soigner.

La seule famille, à qui j’étais lié, était mon père, ma mère et ma sœur, c’est tout. Les autres, je m’en foutais, il n’avait jamais rien fais pour moi et j’avais pas besoin d’eux. Je ne souhaitais pas d’autre lien que des trois qui vivaient avec moi, je voulais continuer ma route tout seul et devenir le prochain Rikudô seul, comme un grand. Je savais que je pouvais y parvenir et j’allais le montrer à tous ces mecs qui pètent plus haut que leur cul. Samui ou pas, s’il le fallait, j’irais retirer ce nom et j’en inventerai un, en voilà une belle idée. Je vais songer à un nouveau nom de famille sur le trajet du retour, un truc qui envoie du lourd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Mer 1 Fév 2017 - 21:46



Pathétique...

...c'était donc ainsi qu'il traitait les siens? C'est donc ainsi que cet insecte, qui n'avait de Samui que l'héritage de notre pouvoir, crachait sur tout ce que notre clan avait construit, fait, accomplis et apporter aux siens et ce depuis la construction de cette Kiri qu'il semblait tant aimer? Une cité qui n'avait pas hésité à se détourner de ses véritables maîtres lorsqu'elle approuva la domination d'un vulgaire Kaguya à sa tête...

Inconsciemment, sans même m'en rendre réellement compte, j'avais commencé à resserrer mon emprise sur la chaine en tirant la partie que j'avais dans les mains. Les maillons commencèrent à frotter sur la peau et les vêtements de Sora et à laisser des marques rouges sur son corps. Mon seul et unique oeil de saphir continuait de l'observer avec une hargne qui s'était peu à peu transformer en véritable haine. Mes dents se serrèrent aussi face à ces blasphèmes qu'il avait osé prononcer envers sa propre race. Là, une aura rougeâtre apparut sur la garde de mon énorme sabre d'où la chaine venait de partir. Cette même garde qui était représentée par un crâne de fer noir et d'où la lueur couleur écarlate s'échappait de ses deux orbites.

Un grand craquement se fit alors entendre, suivis d'un cliquetis semblable à celui de plusieurs pièces de metal qui tremblaient entre elles. Là, le jeune aux cheveux bicolore, put enfin remarquer que la totalité de la lame de cette arme venait de se fissurée, mais restait bien solide, comme si chacun de ses fragments s'emboitaient les uns dans les autre tel les pièces d'un puzzle. Puis, sortant de la bouche de ce crâne d'acier, une respiration creuse, caverneuse...et lourde commença a s'en dégager, suivit d'un râle démoniaque, comme si une créature depuis trop longtemps endormie venait de se réveiller. Kirig no sato no Akuma Kudaku...le démon brisé du village de la brume s'éveillait au rythme de la fureur de son maître...qui devenait de moins en moins capable de contenir se qu'il ressentait envers cet avortons maintenant qu'il avait dévoilé ses réelles intentions face à ce clan illustre dont il était pourtant...l'un des héritiers aussi. Un héritier indigne...


RHhaaaaaaaaa...h

Hmmmm...HAaaHAaaaHAaaa...m'aas tuuu ammeennéé queelqueee choose à mee meeettree soouus laa deeent?
Une voix aussi creuse que son souffle s'échappa du sabre, tel une entité venue d'outre-tombe.

Ignorant totalement l'autre individu, l'épée me parlait tout bonnement sans même s'inquiéter de ce qu'en dirait le principal concerné. Cependant, je renchéris rapidement en lui coupant la parole non pas par la voix, mais par une solide droite qui vint percuter la mâchoire du Samui qui gisait à mes pieds puis aussitôt, toujours de la même main, j'enfermai ses joues entre mes doigts puissant, resserrés tels les serres d'un faucon, ma paume tout juste en face de sa bouche, mais assez loin pour qu'il ne puisse m'arracher un morceau de peau avec ses dents. Mes menaces trouvèrent alors un chemin entre mes dents toujours serrées et les oreilles de celui qui devait être mon cadet que d'une ou deux années maximum. Des menaces sérieuses quant à son avenir dans le clan.



Comment oses-tu, petit avortons, cracher sur ta propre généalogie de la sorte. Tu n'es qu'un​ rebus...tu m'écoeure...

Dire que des mioches comme toi ont la chance d'hériter de notre kekkei genkei dès la naissance alors que l'on me demande d'emprunter une autre voix en oprimant ma propre puissance me rend malade. J'ai sacrifié mon identité de Samui pour rendre honneur à notre sang et respecter les engagements des notre via Kiri et au final, cette Kiri ne m'a rien donnée, ni à moi...ni aux nôtres...autre chose que l'abandon du peuple face à leurs véritables maîtres.

Tu choisis de t'asseoir sur des ruines et de te mettre sous la gouverne d'un usurpateur opportuniste? Tant pis pour toi...mais laisse moi te dire qu'à compter d'aujourd'hui tu as choisis ton camp et de renier tes racines. Que je ne vois plus ta sale gueule à Yuki...ni la tienne...ni celle de n'importe quel traitre en ton genre. Le Kamui t'approuve dans les forces de l'empire...parfait. Mais c'est là la seule chose qui m'empêche de te démonter la gueule. Sache une chose cependant...tu ne sera plus le bienvenu à Yuki...je te le garantie.

Puis, repoussant sa sale tête bâtarde d'une simple poussée, je rappelai ma chaine à ne faire qu'une avec le pommeau de mon arme. Les fragments qui la tenait en place se mirent alors à flotter dans les airs et à tourner sur eux même tels de petits shuriken et foncèrent sur leur emplacement d'origine pour compléter le sabre démoniaque. Là, le jeune adulte était en pleine position de ses moyens...mais avec une ecchymose naissante sur sa joue gauche. S'il voulait se venger, si sa haine devait le porter à me charger après un tel affront...grand mal lui fasse...mais il ne connaitrait jamais la chance de pouvoir voir miroiter le reflet de la puissance...si ce n'est qu'entre les mains de son bourreau.

Maintenant dégage...Kiriji...

...oh et...la seule chose qui te tiens en vie, c'est le serrement d'allégeance qui te lie aux forces du Shukai. Alors si tu devais un jour avoir à choisir entre Mizu et le Shukai...je te conseil de faire bien attention au camp vers lequel tu te rangera.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 122
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Mar 7 Fév 2017 - 20:21


C’était quoi ce bordel ? J’assistais à un spectacle hors du commun. Cette épée était vraiment étrange, elle était vivante ou quoi ? Je ravalais ma salive face à l’abomination qui prenait vie face à moi. Une force surprenante était exercé sur mon corps, je n’allais pas ressortir de là sans dégât visible. Puis soudainement, l’arme se mit à parler. Je souffrais, cette scène était réelle ou je divaguais à cause des liens qui se resserraient de plus en plus sur mes membres ?

Ketsuen me chargea à nouveau et m’envoya au tapis un coup de poing en pleine face. Il avait un sérieux problème ce mec ! J’encaissais le coup sans rien dire, je n’allais pas lui donner cette satisfaction. Le Samui s’empara de ma tête et commença à parler d’une manière flippante. Je crois que je l’avais énervé… Il me foutait les boules, j’étais sûr de mourir.

Mais non, mon heure n’était pas arrivée. L’épéiste m’épargnait par le simple fait que j’étais un Samui, alors que ce nom ne voulait rien dire pour moi. Il me repoussa à terre, il semblait en avoir terminé avec moi. Je n’étais pas con au point de continuer à me battre, car il n’hésiterait pas à me tuer et je n’étais pas de taille pour le moment.

Cependant, il se fourrait un doigt dans l’œil en croyant que ses menaces me tiendront loin de ce pays ou de quoi que ce soit. J’allais continuer à vivre comme bon me semblait et un jour, lorsque je serais devenu plus fort et plus puissant, je viendrais lui remettre les idées en place. Il était facile de faire son malin avec un être plus faible, mais la vengeance sera servie plutôt que prévu.

Je me relevé souffrant de partout. Je relevais ma manche et je pus distinguer des marques rouges. Ma mâchoire me faisait également extrêmement mal. Je l’avais cherché, mais là, mon adversaire était allé trop loin. Il n’y avait aucun respect dans ses coups et sa façon de battre, il me dégoutait. Qu’il ait ses croyance aucun souci, mais qu’il respecte les miennes et ma façon de pensée.

J’avais perdu assez de temps sur ces terres, je devais ramasser mes affaires et partir au plus vite aller m’entrainer. Il ne perdait rien pour attendre ! Mine de rien, il m’avait motivé à bloc. J’avais beau maîtriser la glace, j’étais une tête brûlé et il n’y avait rien de pire que de me chercher.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 126
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie Mar 7 Fév 2017 - 21:29

De ma chambre au deuxième étage, j'avais pu assister à une partie de ce spectacle. Plutôt la fin en fait, alors que l'effrayant Yukijin à la grosse épée utilisa celle-ci pour entourer Sora de chaine métallique afin d'entraver tous ses mouvements. Oublié maintenant l'accroc sur mon beau kimono d'hiver, mes yeux étaient rivés à la fenêtre, dans l'attente de la suite de ce combat. Le Kirijin saurait-il faire un Houdini de lui même pour s'extirper de sa fâcheuse position? Glaçant et enflammant alternativement ses bras - tiens, un manipulateur du Katon à Kiri? - je l'entendais hurler contre son adversaire qui avait utilisé une technique plutôt déloyale pour un combat, il fallait bien l'avouer. Ketsuen, pendant ce temps, gardait un calme olympien face à fougue du vaincu, alors qu'il se rapprochait pour lui parler... lui donner une leçon? C'était bien mérité après tout, Sora n'avait qu'à faire attention avant de vouloir s'en prendre à n'importe qui indépendamment de sa puissance. À vouloir jouer avec le feu, on s'y brûlait.

Par contre, rien ne m'avait préparée à la suite. Le sabre de Montagne-San commença à rougeoyer d'une lueur plutôt inquiétante là ou se trouvait un crâne. Et son porteur ne semblait pas du tout content. Que s'étaient-ils dit dans cet échange? Quelque chose qui avait fortement déplu au maître de la cérémonie puisqu'il prit son ennemi par la peau du cou avant de l'envoyer valser d'un coup de poing. Je mentirais en disant que c'est cet évènement qui me troubla au plus haut point. Que deux adultes immatures règlent leurs compte dehors, c'est une chose. Mais l'expression de peur et d'horreur sur le visage de Sora, ça je ne saurais jamais l'oublier. Qui était ce Ketsuen, et qu'est-ce qu'était cette arme?

Alors que ce combat terminais, je tirai les rideaux, prête à aller me coucher. La sabreur était déjà bien effrayant juste à le regarder, son épée étrange n'ajoutait rien de positif à l'opinion que j'avais de lui. J'en aurais pour quelques jours à faire des cauchemars je crois bien ...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: L'après cérémonie

Revenir en haut Aller en bas
 

L'après cérémonie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Reste du Monde :: Yuki no Kuni-