N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Cohésion familiale + Ema

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 906
Rang : A

Message(#) Sujet: Cohésion familiale + Ema Jeu 8 Déc 2016 - 0:15

La présence du Kazekage, à elle seule, était une prise de risque pour Konoha. Malgré tous les effectifs mis en place par le village, rien ne pouvait exclure un loupé et les conséquences catastrophiques de ce dernier… Rin envisageait cette possibilité. Restructurer, repenser, recomposer, prévoir. Si le besoin se faisait sentir, il pouvait arriver à l’hôpital en un instant et commencer d’office les premiers soins. Et combien même, cela ne l’empêchait de continuer à vivre, à sourire de son sourire las aux gens qu’il croisait dans la rue et qui le reconnaissaient parfois. Tout semblait tourner normalement, comme si de rien n’était – pourtant le voile obscur de recul devant ses yeux, la froideur de son analyse… Il n’arrivait pas à les reconstruire. Certainement qu’un bon repas, ou deux, ou trois, ou huit, permettraient de se vider l’esprit ne serait-ce qu’un peu, afin de cesser ce souci tellement paternel vis-à-vis du village.

Soupirant calmement, il entra dans l’Auberge. Il avait obtenu l’information, étant l’un des « initiés » à toute la procédure qui se mettait en place – calmement, il continuait de récupérer les informations nécessaires, de creuser, de chercher. Si l’on partait sur une perturbation de la physiologie humaine, qui de mieux qu’un médecin pour chercher à découvrir le pourquoi du comment ? Rapidement, il demanda où s’orienter et arriva dans la chambre qu’il convoitait. Matsuno Ema, la femme du Yamuro. Ce n’était pas une tentative de détresse que de venir parler avec elle, loin de là. La psychiatrie était un domaine obscur encore, dans lequel l’anosognosie était facilement maîtresse. Avoir une opinion extérieure sur quelqu’un connaissant son patient ne pouvait être que bénéfique dans ce cadre-là, et s’agirait-il de quelque chose de contagieux ou héréditaire… L’Akimichi le verrait bien rapidement. Il frappa à la porte et attendit qu’on lui ouvre, regardant la jeune femme droit dans les yeux.

« Bonjour, je suis médecin dans le village – normalement ma venue vous a été annoncée ? »

Il lui adressa un sourire calme et se voulant rassurant. Partir sur une base malsaine n’avait rien de bon dans ce cadre, surtout compte tenu des questions qu’il serait probablement amené à poser à la kunoichi du sable. Les perturbations thymiques ou humorales, les atteintes héréditaires, infectieuses même – toutes avaient le don de donner de discret signes annonciateurs qu’il était simple de ne pas voir sans les rechercher spécifiquement, et la quantité encore trop importante d’hypothèses pouvant être faite sur l’Ombre de Kaze ne permettait pas le loisir d’écarter les choses les plus simples comme complexes. Avec ne serait-ce qu’un peu de chance, elle aurait remarqué quelque chose de discret qu’elle aurait ignoré. Avec moins de chance, elle pourrait possiblement situer le début d’apparition des troubles qui semble tout de même relativement insidieux, ainsi que leur évolutivité qui contribuera au diagnostic.

« Permettez-vous que je rentre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1030
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Cohésion familiale + Ema Sam 10 Déc 2016 - 20:34

Confinée, gardée, entourée de miliers de Konohajins. Non, ce n'était pas une auberge, mais une prison. Et encore, elle y était confortablement installée. Ema n'osait même pas imaginer ce que Arashi, Tetsui et les autres Shinobis avaient du endurer.

Dès que la porte toquait, elle devait ouvrir, s'attendant souvent au pire. En général, elle s'imaginait une escouade de Shinobis devant sa porte, portant la tête décapitée de son mari à la porte alors qu'elle même tenait Satomu dans ses bras... C'était ridicule, mais Ema devenait paranoïaque, méfiante et totalement incontrôlable lorsqu'elle était seule avec ses pensées. C'était d'ailleurs pour ça qu'elle laissait Satomu dans son coin à s'amuser avec ce qu'il trouvait lorsque l'on toquait à la porte.

Aujourd'hui, un nouveau Konohjin qu'elle n'avait jamais rencontré vint s'annoncer comme médecin du village. Ema était de plus en plus confuse. Certes, on lui avait dit qu'un médecin viendrait la voir, mais elle s'imaginait simplement que cela soit une formule de politesse et qu'en aucun cas un vrai médecin viendrait la voir. Et pourtant. Konoha était rempli de surprises.

« Bonj... Oui. Oui oui, pardon. Je m'attendais pas à ce... Oui, entrez. » balbutiait Ema qui était prise de torpeur devant tant de confusion.

« À vrai dire, je ne m'attendais pas réellement à ce que l'on envoie effectivement un médecin. Vous vous occupés de Yamuro ? Il va bien ? »

Peut-être était-ce la raison de sa venue. Peut-être qu'il s'agissait de nouvelles, - de mauvaises- nouvelles de son mari ? Pourquoi viendrait-il sinon ? Son regard se fit inquiet et noir, se méprisant d'un coup d'avoir confié sa vie, celle de son enfant et la promesse de voir Kibō vivant à Konoha.

La Kunoichi attendait avec impatience les réponses, étant dans tous ses états. Être dans un univers aussi peu familier, au sein d'un territoire ennemi, prise en otage concrètement, était un sentiment qu'Ema détestait ressentir. Toujours aussi impuissante et irresponsable. Mais quelle idée stupide d'avoir emmené Satomu... Et qu'est-ce que Konoha attendait pour les tuer si tel était leur but. Étaient-ils sadiques? Ema ne comprenait pas. Auncue information ne lui parvenait. Oui, paranoïaque était bien le mot.

Laissant le médecin s'installer là où bon lui semblait, Ema se positionna entre lui et Satomu, juste au cas où...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 906
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Cohésion familiale + Ema Lun 12 Déc 2016 - 0:06

Basculant délicatement la tête sur le côté droit, Rin adressa un sourire qui se voulait inoffensif et rassurant à la jeune femme. Il n’était pas là en tant que soldat, moins encore en tant que tortionnaire – combien même il n’avait guère aucun mal à s’imaginer la situation délicate dans laquelle cette dernière se trouvait, ainsi que sa surprise et crainte on ne peut plus naturelles. Lorsqu’elle lui permit d’entrer, il obligea et s’installa calmement, suivant le peu de conversation qu’elle était à même de faire. Il aurait aimé lui proposer quelque chose pour son anxiété, mais compte tenu du contexte aucune indication spécifique à un traitement n’existait – d’autant plus que ce genre de médicaments avaient le don d’endormir la vigilance, et compte-tenu de la position de lionne défendant avec véhémence son enfant… Il se doutait qu’elle aurait refusé. Pour le meilleur, certainement.

« Oui, je m’occupe de votre mari. Hélas, je demeure également un ninja de la feuille et entre le secret médical et le secret militaire… Comprenez que les informations que je puisse vous donner sont extrêmement limitées. Il est vivant, et je n’ai rien d’inquiétant sur le plan physique à vous rapporter. »

Il soupira calmement, cherchant du regard le jeune enfant et lui adressa un sourire discret et quelque peu maladroit, mais tout ce qu’il y a de plus amical. Il ne voulait pas la frayeur. Il ne voulait pas les problèmes. Il ne voulait qu’avancer.

« Si j’ai demandé à venir vous voir également, c’est que je me pose la question d’une atteinte sur un plan purement psychiatrique. Il présente un délire extrêmement systématisé vis-à-vis de Daimyo-dono, plus que n’importe quelle pathologie que je connaisse ne puisse expliquer même… Alors pardonner moi d’être abrupt, mais j’aurais quelques questions le concernant à vous poser, dans le cadre du bilan que je dresse de lui. »

Sur ces quelques mots, il sorti son carnet et apposa sa main dessus, les sceaux commençant déjà à se former. Il espérait sincèrement que l’entrevue sera suffisamment riche pour obtenir quoi que ce soit qui puisse le faire avancer, même la plus maigre des ficelles à laquelle il serait prêt à s’attacher corps et âme. Plus que son orgueil, c’était sa curiosité qui était en douce extase devant ce cas, et il se refusait par amour propre de n’arriver à aucune conclusion. Et si cette dernière pouvait s’avérer utile… Il n’en serait que plus satisfait.

« J’en ai déjà parlé avec lui, mais j’aimerai votre opinion, aussi je ne tiens pas à vous influencer de ses réponses. Avez-vous remarqué d’autres modifications dans son comportement en dehors de… Enfin, vous me comprenez. Aussi, à quand diriez-vous que remonte ses idées environ ? Vous en a-t-il parlé peut-être ? »

Lui laissant le temps de réfléchir rapidement, il soupira délicatement à nouveau et cligna des yeux à deux reprises, fixant le sol.

« Je ne veux que comprendre, situer, orienter les idées. Vous pouvez me répondre sans crainte, je ne vous veux aucun mal. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1030
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Cohésion familiale + Ema Mer 14 Déc 2016 - 2:31

Au vu de ses mimiques, soit il était réellement gentil, soit il piégeait Ema. Mais elle était bien trop sur la défensive pour s'imaginer qu'il était simplement gentil. En tout, cela n'avait aucune logique pour la Matsuno qui considérait tout autour d'elle comme hostile. Elle était à vif en sachant son fils à la merci de son ennemi, acte qu'elle avait fait en tout connaissance de cause, mais quand même.

Tout de même, il semblait gentil. Satomu quant à lui, mâchouillait une biscotte dans son coin, ne faisant pas le moins du monde attention à ce qu'il se passait autour de lui.

« Je comprends votre position. Le simple fait de le savoir en vie me rassure. Merci beaucoup. »

Même s'il s'agissait d'ennemis, la Kunoichi ne pouvait qu'être courtoise. Elle ne pouvait pas attiser la haine, et ne l'aurait de toute manière pas fait, ce n'était pas son genre. Qui plus est, elle n'avait pas la force de paraître dure et méchante.

« Vous êtes donc un homme de sciences, qui voudraient comprendre les tréfonds de l'esprit de mon mari ? dit-elle sur le ton de l'humour. Je ne pense pas être la plus à même de vous aider, mais je pense que personne ne le soit plus que moi, » conclut-elle, confuse.

« En dehors de sa volonté de tuer votre Daimyo ? ... Eh bien, non je ne crois pas. Il ne parlait plus que de cela, n'ayant d'yeux que pour cette personne et sa mort. Désolée... »

Ema se sentait gêner, mais il avait posé la question après tout, non... ?

« Je ne veux pas créer de conflits... C'est juste que cela fait longtemps qu'il me parle de le faire. Cette obsession a amené beaucoup de disputes au sein de notre couple et de notre vie de famille. Il ne montrait plus de signes d'affection, ni d'appartenance à quoi que ce soit. Pourtant, son rêve demeurait. Il désire la paix plus que toute autre chose. Pour lui, éliminer Aburame Miko est la clé à ce rêve. »

« Et ... Il ne mangeait plus beaucoup, dormait très peu. C'est toujours le cas je suppose, »
soupira-t-elle, ne l'ayant pu vu depuis plus d'une semaine à présent.

« Non, il ne me parlait de rien. Quand j'essaye de l'approcher, il reste muet et part, ou bien m'in... me manque de respect. » se reprit-elle, honteuse et humiliée.

« Ses idées ... ? Cela fait bien une dizaine de mois, si ce n'est pas plus. »

Les questions posées intriguaient Ema. Ce n'était vraisemblablement pas Konoha qui était à l'origine de ce problème. Et les circonstances présentes montraient clairement à Ema qu'il ne s'agissait en rien d'un piège. Alors était-ce Jiseyama ?

« Je pense que l'examen Chuunin que nous avions organisé l'an passé doit être le point de départ du problème. »

« Dites-moi. Pourriez-vous me partager les propos de Kibō ? Je désire moi aussi comprendre ce qu'il lui arrive. J'ai beaucoup de peine à comprendre comment une telle chose est arrivée. »


Ema se tut, regardant sur le côté n'étant pas sûre de pouvoir poser une telle question. Mais elle se lança tout de même, n'ayant de toute manière rien à perdre.

« Si la purification fonctionne... Pourrez-vous me partager les résultats ? Je suis persuadée que les Yamanakas trouveront forcément une piste quant à ce qu'il a... Et que cela pourra me diriger également. »

Ema était vraiment sérieuse. Elle voulait savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 906
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Cohésion familiale + Ema Jeu 22 Déc 2016 - 23:15

Silencieux, Rin écoutait et notait les réponses de la jeune femme, se décompensant progressivement au fil de son discours, malgré l’ensemble des attaches purement pragmatiques qu’elle laissait couler le long de ses mots. Il n’osait pas imaginer la période difficile que la jeune femme avait vécu. Condamnée à un délire profond de son mari qui y adhérait corps et âme, entrainant dans sa chute tout ce qui, un jour, avait eu de la valeur pour lui. Insultée. Humiliée. Frappée peut-être ? Le médecin craignait ce genre de retentissement – pour le Kazekage, tout devait sembler superflu et distrayant, l’éloignant de l’idée maîtresse qui constituait sa personnalité toute entière en ce moment. Et il aurait aimé pouvoir offrir quelque chose, ne serait-ce qu’une compensation à la jeune mère, mais il savait que tout serait interprété, autant par elle que par le village. Sa main, tremblant maigrement devant la détresse qu’exprimait son interlocutrice, continuait de noter scrupuleusement tout ce qu’elle lui disait.

« Ecoutez… J’aimerai vous promettre que tout rentrera dans l’ordre. Que tout sera comme avant. Que nous réussirons. Mais je n’ai pas envie de vous faire de promesses dont je ne peux garantir l’exécution. Néanmoins… Vous devriez peut-être vous asseoir ? »

Il inspira calmement, invitant d’un geste de la main la jeune femme à prendre une position plus confortable – jouant même des mouvements de son corps pour qu’elle se situe toujours entre lui et son enfant, laissant la maternalité de son instinct dicter une partie de ses mouvements.

« Tout ce que je peux vous dire c’est que… »

Il inspira une fois de plus. C’était des informations importantes et potentiellement sensibles, mais si elle devait prendre part au rituel doucement imaginé par les têtes pensantes du pays… Il osait espérer qu’elle était ne serait qu’un peu informée de ce qui risquait d’arriver. Et d’autant plus, elle apprendrait certainement tout ceci ultérieurement, alors s’il pouvait conforter une femme exposée à une abomination pendant tout ce temps… Il avait du mal de s’en priver.

« L’homme que vous avez connu ces derniers temps… Ce n’était pas votre mari. Enfin, en grande partie – il y a des lésions chakratiques au niveau de son cerveau, certainement résultant d’une technique extrêmement puissante. J’en ai dressé un bilan complet pour savoir s’il s’agissait d’une répercussion d’une maladie du corps, ou s’il était seulement touché par une maladie de l’esprit, mais rien, et je dis bien rien, dans le monde médical ne peut justifier une telle étendue des lésions. Vos mots ne font que le confirmer. »

Une petite pause afin de laisser la totalité de l’information intégrer l’esprit de la jeune femme.

« Sa mémoire et son comportement sembles êtres les seules parties touchées, ce qui peut expliquer ses agissements. Quant à ses propos… Il présente un délire – celui de Dame Miko en tant que responsable de tout le mal dans le Yuukan – qui est relativement systématisé – il n’a aucune idée délirante autre, mais les atteintes de son comportement vis-à-vis de vous laisse penser que c’est un petit peu plus étendu que je ne le pensais initialement. Il n’a aucune composante hallucinatoire à ce dernier, et présente même une composante totalement interprétative – il se base sur des faits réels et leur donne une nouvelle notion qu’il est seul à pouvoir percevoir, mais la paranoïa où l’on retrouve ceci est dénuée de tout le reste. Je pense qu’on ne peut guère accorder trop d’importance à ses mots, ni à ses agissements derniers. Si, et je dis bien si, nous arrivons à obtenir quelque chose… Je ne suis même pas certain que les dommages sur son cerveau ne soient pas définitifs, ou à l’inverse si leur réversion n’efface pas littéralement de sa mémoire toute la période qui a suivi la mise en place de la chose. »

Ce n’était pas des choses simples à entendre, il le concevait totalement – et combien même il avait envie de laisser le temps qu’il fallait à la jeune femme pour que tout s’intègre et qu’elle puisse repenser sa vie avec ce nouvel angle de vu qu’il lui offrait si lâchement, il préférait en finir rapidement pour lui laisser tout le temps nécessaire ultérieurement.

« Dix mois vous dites… C’est long. Très long. Notamment pour ce qui est des tissus cérébraux. Et pourquoi faites-vous donc le lien avec l’examen Chûnin ? Je suis au courant de l’attaque sur votre village qu’il y a eu au décours de ce dernier, mais de là à joindre les deux… S’est-il déroulé quelque chose de particulier qui vous oriente vers cet évènement ? »

Il lui adressa un léger sourire de plus.

« Je ne suis pas policier, vous savez. Ni même dans les forces de l’ordre à proprement parler – je ne suis qu’un médecin. Les résultats de mon bilan médical – car il ne s’agit que de ça, trouver la cause des troubles de votre époux… Il faudra demander à Hokage-sama ou Daimyo-sama si elles acceptent que je vous le fasse parvenir. Et j’ai la sensation intime que vous ne serez pas la seule à chercher un éventuel responsable de ce qui est arrivé au Kazekage… »

Après tout, ce dernier ne lui avait-il pas avoué que c’était Rakuzan Satochi qui s’était mis en porte-à-faux de Dame Miko pour demander de rechercher une quelconque lésion et une éventuelle solution à celle-ci, admettant qu’il ne pouvait être ainsi d’un homme qu’il avait – présumément, jadis connu ? Certainement que cette affaire pourrait connaître une fin riche en rebondissement ou autre, mais cela excédait ses capacités et ses fonctions dans le village. Il n’était là que pour faire un bilan.

« Avez-vous des questions par ailleurs ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1030
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Cohésion familiale + Ema Mar 10 Jan 2017 - 16:38

La Kunoichi s'assit finalement. Lui non plus ne pouvait rien promettre à la jeune femme, ce qui était plus que normal. Ema était toujours sur les nerfs, par contre. Même si le médecin semblait réellement gentil et compatissant, la nervosité de la mère ne s'abaissa pas d'un cran. Mais ce Konohajin invitait inlassablement la femme à s'asseoir, et cela commençait à lui taper sur le système, ainsi elle s'assit.

Les paroles qui suivirent, furent tout d'abord bien floues. Mais ce qu'elle en comprenait la rassurait plutôt. Si elle comprenait bien, tous ces mois écoulés, toutes ces disputes, cet éloignement constant et cette fixation sur l'Aburame n'avait rien à voir avec Kibō. Toutes les paroles qui avaient été prononcé au cours de ces derniers mois ne venaient pas de son mari et Ema ne devait pas tenir compte de toute cette période.

Une once de... d'espoir ? En tout cas c'est ce qi semblait être, venait de parcourir la jeune mère. Maintenant il fallait simplement espérer que Kibō redevienne normal... Cet ascenseur émotionnel était vraiment éreintant. Elle n'arrivait plus à suivre. La folie la submergeait ou du moins, n'était pas loin.

« Oui, il a vécu un événement particulier ce jour-là, en lien avec son passé. J'imagine qu'il a déjà dû vous en parler. »

Ema sourit à l'annonce de la réponse. La Kunoichi pouvait accéder aux résultats de la purification. Elle pourrait creuser la maladie de son mari pour que plus jamais elle ne soit victime de cela.

« Bien, je suis contente, cela me fait deux bonnes nouvelles, ça change. Merci ... » dit-elle doucement, un léger sourire aux lèvres.

Ema se redressa légèrement, reprenant une pause digne. Bien qu'elle était au bord du gouffre, elle se devait de rester respectable.

« Des questions ? Hum... Non. Je dois avouer que la situation de mon mari, du moins sa maladie, me préoccupe, certes, mais j'ai confiance en vos... Shinobis. Enfin, je n'ai pas le choix, j'ai besoin de revoir mon mari sain et ... normal. Je n'ai pas la tête à me concentrer sur ce sujet, je suis désolée. Mais me connaissant, j'aurai sans doute des questions après... tout ça. »

Avec un peu de recul et un mari retrouvé, les questions pourraient fuser, très certainement.

« Peut-être pourrions-nous rester en contact après la purification. J'espère ne jamais avoir à retraverser une chose pareille, mais si cela doit se faire, je préfère être préparée. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 906
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Cohésion familiale + Ema Mar 10 Jan 2017 - 23:44

Rin s’empêche fortement de soupirer de soulagement à voir la jeune femme s’assoir enfin à ses demandes – quelque part, c’était une barrière de méfiance qui se fissurait doucement, voire se brisait même entre la jeune femme et lui. Il n’appréciait guère être dans sa situation, à porter des demi-nouvelles, des informations que partiellement vérifiée, des ensembles d’hypothèses et de complications possibles. Tel un chirurgien qui se devait d’annoncer les potentiels risque de sa chirurgie, jusqu’aux moindres et fatals, il était là, à annoncer à une femme que la fatigue et l’épuisement mental commençaient tout bonnement à ronger, qu’elle pourrait peut-être ne point revoir son époux… Qui rêverait d’être dans une telle situation ? Pourtant, et c’était le seul baume sur le cœur de l’Akimichi, cette dernière semblait ne serait-ce que partiellement soulagée par ses propos. Une rationalisation presque morbide de ce qui était arrivé dans son entourage ces derniers temps. Etait-il déjà en train de commencer un processus de deuil ? De son couple ? De son mari ? Il secoua doucement la tête, préférant perdre ces pensées plutôt que d’y accorder trop d’importance. Il n’était pas là pour délivrer une prise en charge psychiatrique, et il ne le savait que trop bien.

Calmement, il s’arrêta lorsqu’elle mentionna un événement en rapport avec le passé du Kazekage. Serait-ce un pas de plus vers la clef de ce mystère ?

« Un événement de son passé dites-vous ? J’aurais aimé qu’il m’en parle… Disons qu’il a abruptement pris la décision que toute discussion avec moi était stérile. J’imagine qu’il a dû se dire que je ne serais pas capable de « comprendre » les raisons le poussant à tant désirer la mort de Daimyo-dono. Aussi, si vous êtes en mesure de m’en dire plus je suis volontiers preneur. »

Un choc émotionnel puissant ? Même si c’était le cas, rien ne pourrait justifier les changements si profonds dans la personnalité sinon les lésions chakratiques – cela ne pouvait que servir à la recherche d’un potentiel élément causal spécifique et Rin savait qu’il dépassait déjà le cadre de la médecine en posant cette question, néanmoins sa curiosité scientifique prenait quelque peu le dessus. Cette information, plus que pour les soins, pouvait être potentiellement utile au village, et c’était un poids on ne peut moins important dans la balance. Il restait, envers et contre tout, Shinobi de la Feuille.

« Oui je… Je comprends tout à fait… Ne vous inquiétez pas d’accord ? Nous allons faire tout notre possible pour lui. Et oui, n’hésitez pas à me trouver avec vos questions quand elles auront eu le temps de venir. Je vous apporte beaucoup d’informations en peu de temps, il n’y a rien de plus normal que… Courage. »

Il hésita un instant devant la proposition de la jeune femme. Etait-ce vraiment sage ? Si quelque chose de la sorte devait se produire… Il osait espérer qu’elle serait capable de voir les quelques signes annonciateurs malgré l’installation progressive et chronique, mais il pouvait comprendre sa crainte également. Détachant sa main de son carnet de notes, Rin la passa sur son visage comme pour se vider l’esprit en évacuant toutes ses pensées vers d’autres parties de son corps, en vain.

« Je vous propose que nous nous revoyions, une fois tous ces événements achevés. Peut-être même avec votre mari ? Je pourrais vous donner quelques informations médicales complémentaires et j’essayerai de voir pour une éventuelle prise en charge, des séquelles seraient-elles amenées à être présentes… Nous verrons ce qu’il en est après, d’accord ? »

Il lui adressa un sourire rassurant et chaleureux. Sincèrement, il ne faisait que vouloir la fin du supplice de cette famille brisée par une interaction extérieure en dépit d’une quelconque demande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1030
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Cohésion familiale + Ema Jeu 12 Jan 2017 - 14:04

La Kunoichi écoutait attentivement le médecin qui continuait à poser des questions.

« Je pense comprendre pourquoi mon mari a soudainement arrêté de vous parler. Vous restez Konohajin. Vous divulguez de telles informations pourraient nuire à notre Nation. Et nous avons déjà assez de problèmes comme ça. »

Ema avait effectivement les réponses à cette question. Les parents de Kibō, enfin, ses faux parents, selon les paroles d'Ogami, avaient été très certainement à l'origine de cette maladie. Ceci se faisant, cela ne pouvait être jamais que Jiseyama derrière tout ce mystère. Ainsi Konoha n'avait rien à voir avec ce qu'il se passait avec Kibō... Cela semblait bien plus logique à présent... Tout ça.

« Du moins, je peux vous dire qu'il a rencontré des personnes importantes, provoquant très certainement un traumatisme émotionnel. »

Ema était tout d'un coup bien plus détendu. Si Konoha n'était pas derrière tout ça, les choses prenaient une nouvelle dimension, même si ils restaient des ennemis qui avaient tué Tetsui. Dans ce cas présent, ils désiraient vraiment sauver Kibō... Alors Satomu n'était pas non plus en danger. La jeune femme soupira, plus libre qu'auparavant.

Ainsi les paroles de ce médecin étaient réelles. Les forces de Konoha feraient en effet tout leur possible.

« Nous revoir après la purification ? Je ne veux pas vous manquer de respect, mais dans l'idée, je pense que je ne voudrais pas m'éterniser ici. Enfin, je ne veux pas dire qu'il n'y aura pas de possibilité de se revoir, mais comme vous le dire, nous verrons ce qu'il en est après. Je ne serai pas contre vous envoyez des nouvelles sur l'état de santé de mon mari si jamais la purification... fonctionne. »

La Kunoichi était encore stressée, malgré les informations que ce médecin lui avait apportées. Mais au moins, elle n'avait pas à se sentir menacé plus que nécessaire.

Ema restait assise, regardant son fils jouer par terre. Si la purification échouait, comment est-ce qu'elle apprendrait la mort de son père à Satomu. Elle-même, plus jeune, avait vécu ce traumatisme. Comment sa mère avait-elle pu le lui dire ? C'était une responsabilité énorme pour une mère. Encore jamais Ema n'avait pensé à ce que sa mère avait dû endurer à ce moment-là. Aujourd'hui, elle le comprenait enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 906
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Cohésion familiale + Ema Jeu 12 Jan 2017 - 20:43

Il adressa un sourire désolé à la jeune femme, comprenant bien les raisons qui pouvaient la garder de parler de telles choses. De toute façon, un choc émotionnel quel qu’il soit n’aurait guère pu être la cause de tant de perturbation, fussent-elles psychiatriques et non somatiques. Néanmoins, il nota sur son carnet cette information – si le temps nécessitait de traiter ce processus une fois de plus, ou l’introduire chez quelqu’un… Il était bon de savoir qu’un choc émotionnel avait fait partie de la recette potentiellement gagnante de son inventeur : était-ce peut-être une condition nécessaire à une fragilisation de la psyché qui permettait une pénétrance meilleure de la chose ?

Il soupira calmement quand elle lui annonça qu’elle préférait ne pas le revoir et ne pas s’éterniser à Konoha. C’était… On ne peut plus compréhensible. Dans quelques jours, la vie de son époux serait jouée à presque pile ou face compte tenu des risques de la purification, et qu’importe les résultats, ce n’était certainement pas des souvenirs qu’elle voulait garder et voir perdurer. L’atmosphère devait l’étouffer. La situation devait le faire également.

« Je… Je comprends. Ne vous inquiétez pas. Nous verrons bien dans quelques jours ce qu’il en est. Vous avez vécu assez de mal à cause de cette histoire, essayez de vous reposer et de ne plus y penser, même si les circonstances ne sont pas les meilleures je l’admets. »

S’arrêtant quelques instants, Rin contempla la jeune femme et regarda, pendant ces secondes, le regard tellement attentionné qu’elle adressait à son fils, enfin détendue par l’interrogatoire. C’était celui d’une mère. Une vraie. Une de ces louves sauvages prêtes à tout pour leur enfant. A tous les sacrifices. A tous les prix. A tous les crimes. Comment avait-elle fait jusque-là pour tolérer tant de folies de la part du Kazekage ? Etait-ce un amour plus fort encore ? Quelque chose de plus ? L’Akimichi secoua la tête, ne voulant guère creuser dans les domaines de la vie privée de la jeune femme.

« Bien, je pense que nous avons fini. Ne vous inquiétez pas et essayer d’être optimiste, honnêtement. Je vous dis au revoir… »

Rangeant son carnet, il se dirigea calmement vers la porte, n’attendant guère être raccompagné. Pourtant, au moment de l’ouvrir, il s’arrêta un instant bref et se tourna vers la jeune femme, lui adressant un grand sourire sincère mais toujours teinté de cette tristesse indéfinissable qui lui était propre.

« … Et si vous avez le moindre doute ou le moindre besoin regardant cette affaire, adresser vos courriers à Akimichi Rin à l’Hôpital de Konoha. »

Sur ce dernier clin d’œil, il s’éclipsa, repensant calmement à l’intégralité des événements et informations obtenues.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Cohésion familiale + Ema

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-