N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Entrevue avec la Daimyo de Hi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1040
Rang : A

Message(#) Sujet: Entrevue avec la Daimyo de Hi Mar 20 Déc 2016 - 22:37

Ema avait conscience qu'un tel entretien était une opportunité qu'elle ne devait pas rater. Bien sûr, elle voulait en premier lieu remercier Aburame Miko d'avoir cédé à la plaidoirie de Rakuzan Satochi et d'ainsi avoir permis à Kibō de retrouver son identité propre, mais son véritable objectif était d'en apprendre plus sur ce ravisseur donc elle ne connaissait absolument rien. Même si la Kunoichi ne savait pas sur quel pied danser, ne sachant pas si Konoha était à l'origine de cette demande d'enlèvement, bien que cela soit peu probable au vue de toutes les interactions qu'Ema avait eues jusque-là, elle était déterminée à en apprendre plus sur cet invidu qui avait faillit la tuer.

Retraçant de ses doigts la brûlure sur sa joue, continuant le long de son cou jusqu'à l'épaule, la Kunoichi attendait la permission d'entrer rejoindre la Daimyo. Elle savait que de telles informations ne pourraient être données sans contre partie, mais elle devait tout de même tenter quelque chose. Au pire, l'Aburame trouverait déjà quoi demander en échange d'informations sur le ravisseur. Du moins, elle l'espérait. Konoha avait eu beau sauver Kibō, il n'en restait pas moins qu'ils n'étaient en rien amis et que les informations voulues coûteraient chers à la jeune Matsuno.

Mais cet intrus était bien trop puissant pour être pris à la légère. Il avait tout de même capturé un Kage sans le moindre effort, pénétrant dans une propriété protégée par des gardes d'Ogami. Un incident similaire pourrait se reproduire très simplement si personne n'y faisait attention. Et c'était bien dans la volonté d'Ema de mettre fin à de tels incidents. Plus personne ne toucherait à sa famille, du moins, pas cette crapule qui avait sans aucun doute vendu son mari à Konoha.

« Vous êtes attendus par notre Daimyo. »
dit une vieille bonne femme rondelette à souhait mais avec un air sévère et moralisateur.

Prenant de la force en inspirant, Ema se leva et rejoignit Aburmae Miko, qui avait autorisé un entretien avec la Matsuno très rapidement. Le lieu était plus qu'exotique pour un Seigneur, sachant qu'il s'agissait d'un salon de thé. Mais au moins Ema ne se sentirait pas lésée, ou peut-être légèrement moins ? Toujours est-il qu'Ema se baissa devant l'Aburame, mettant un point d'honneur à respecter les règles que ses parents lui avaient inculqué. Ennemis, certes, mais le respect restait de mise. D'ailleurs, étaient-ils toujours ennemis ? Ema ne savait pas réellement, étant encore bien trop subjective pour trancher sur ce sujet.

« Daimyo-dono. Je suis Ema Matsuno. »


Se relevant, Ema s'assis en face de l'Aburame.

« Je vous remercie pour votre lettre. »

Ema regarda Miko avec curiosité. Après tout, elle ne l'avait jamais vu auparavant.

« Cependant, je ne suis pas là pour parler de cela avec vous, bien que je vous sois infiniment reconnaissante d'avoir accéder à la requête de Rakuzan Satochi auprès de mon mari. »

Rassemblant les quelque forces qu'elle avait su retrouver depuis quelques jours, Ema se lança.

« J'ai besoin d'informations sur le ravisseur de Kibō. Je sais qu'il a été en contact avec vous. Je me doute que vous n'êtes pas à l'origine de son acte, mais je suis persuadée que vous avez des informations le concernant.

Je ne m'attends pas à les recevoir sans contre partie, j'en suis consciente. »


Au fond d'elle, Ema savait qu'elle n'avait rien à proposer à l'Aburame, autre que de l'argent. Mais elle devait essayer. De toute manière, même si Miko refusait, elle avait d'autres pistes en tête à suivre. Passer par le Daimyo ne lui faisait que gagner un peu de temps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3531
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Entrevue avec la Daimyo de Hi Dim 8 Jan 2017 - 16:17

Petit salut de la tête alors que la jeune femme s’inclinait, Miko l’invita à s’asseoir en face d’elle une fois que celle-ci s’était présentée, un peu maladroitement à ses yeux.

    Je sais qui vous êtes Ema, sans quoi je n’aurais pas accepté à votre demande de rencontre. Mais prenez place.


La laissant s’asseoir, l’Aburame l’écouta attentive, impassible quant à cette jeune femme qui eut tôt fait de la remercier avant de s’attaquer au cœur du problème. Black.

    Eh bien … quelle passion. Directe, pratique. Je vais toutefois oser calmer vos ardeurs le temps pour Hak ici présente de nous apporter de quoi nous désaltérer.


La domestique s’approchant, Miko lui commanda un café, laissant la Matsuno choisir.

    Malgré vos remerciements abruptes et succincts, je me doute que tout ceci est un réel soulagement pour vous. Sachez que vous inviter à assister à tout ceci était à mes yeux bien normal. Il n’y a rien de plus horrible que de ne pas être au chevet de ses proches dans les moments difficiles alors que l’on pourrait les aider. D’autant que Mizuki m’a conté que vos présences, à vous et à celle de votre fils, se sont révélé plus qu’utiles dans ce processus de ... purge, d’exorcisme. Appelez cela comme vous voudrez.


Hak revint avec un plateau, déposant le breuvage de chacune devant elle et un plateau composé de plusieurs pâtisseries. Miko n’aimait pas réellement les sucreries mais elle avait reçu une éducation appropriée. Le but n’était pas d’écraser la Sunajine lors de cet entretien, mais qu’elle se sente à l’aise afin qu’elles aient un échange véritable.

    Il se pourrait en effet que le mystère que représente Black me soit moins inconnu qu’à vous. Mais avant de décider s’il serait bon pour moi et pour les miens de vous parler des différents éléments que nous avons sur un si dangereux personnage, dites-moi, pourquoi tant de haine à son encontre, au final, sans son action, Kibo aurait toujours été atteint. Je suis de plus surprise qu’en vous révélant son nom, votre mari ne vous a pas mis en garde contre lui… Après tout, ce fameux Black a réussi à défaire un Kage. Que pourriez-vous bien faire seule contre lui ?


Portant la tasse à ses lèvres, Miko riva ses yeux perçants sur la brunette qui paraissait si menue et si fragile. En souhaitant courir après Black, y survivrait-elle ?

    Un dilemme capital. Je peux comprendre que vous cherchiez à venger votre famille. Cependant l’impulsivité ne vous mènera jamais bien loin.

Buvant une nouvelle gorgée, elle reposa sa tasse et se renfonça dans son fauteuil, laissant sa main droite traîner sur l’accoudoir tout en faisant craquer son auriculaire.

    Cependant, n’ayant aucune autorité sur vous, ce n’est pas à moi de vous interdire quoique ce soit. Vous parliez de contrepartie pour mes informations. Qu’auriez-vous à proposer pour que le jeu en vaille la chandelle ?


Black … Cet homme pouvait se révéler utile. Mais un électron libre était toujours un élément à prendre avec des pincettes. Sans allégeance, il pourrait sans aucun doute la trahir dès que l’opportunité se présenterait. Elle n’était pas stupide. Cependant, le dénoncer à tout va risquait de mettre dans une position délicate son peuple si les Sunajins échouaient à le capturer et que le mercenaire comprenait l’entourloupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1040
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Entrevue avec la Daimyo de Hi Dim 8 Jan 2017 - 18:11

Il était vrai qu'Ema ne voulait pas s'attarder et qu'elle avait peut-être manqué un peu de tact en se présentant. La Kunoichi n'avait pas pour habitude de se présenter à un Daymio, ennemi, qui plus est. Ancien ennemi ? Peu importe.

« Je ne veux pas vous faire perdre de votre temps. C'est très aimable de votre part de me permettre cet entretien, après tout ce que je vous avez déjà fait. »

La vieille femme nommée Hak reparti, une fois qu'Ema ait également commandé un thé.

« Pour être franche, c'est Mizuki qui a été plus qu'utile. C'est une Kunoichi admirable. Je déplore les circonstances de notre rencontre pourtant. »

Sans un mot, Hak revint, déposant devant chacune un plateau de mets ainsi que leurs boissons. À nouveau, Konoha traitait avec respect la Kunoichi, malgré les événements. Ema restait sans voix, ne voyant pas du tout comment ces dirigeants avaient pu faire exécuter Tetsui. Rien n'avait de logique.

Selon ce qu'elle venait d'entendre, Miko était plutôt encline à donner des informations au sujet de Black.

« Ce n'est pas Kibō qui m'a parlé de ce Black. À vrai dire, nous n'avons pas parlé de lui. Je ne hais pas cet homme. Il représente un danger pour nos Nations. Je ne pense pas que son but initial ait été de guérir Kibō. Il a joué des événements pour s'enrichir, pour faire taire cette guerre en sacrifiant le Kazekage.

Black est dangereux. Son anonymat est dangereux pour nos Nations. Il s'est facilement introduit sur nos terres, je ne pense pas que vous désiriez courir le risque si un jour il devait franchir les vôtres.

Pour ce qui est de défaire un Kage... Je ne pense pas qu'un tel homme puisse rivaliser contre mon mari. Satomu était avec nous lors de l'incident. Le point de pression fut tel que Kibō n'avait d'autres choix que de le suivre. De toute manière, dès lors qu'il a dû apprendre les intentions de Black de le vendre à Konoha, il aurait simplement suivi Black sans broncher. Après tout, sa seule volonté était de vous tuer, quitte à abandonner sa famille.

Je ne désire pas être seule contre lui. Ma seule volonté est de découvrir son identité afin de préparer nos troupes. En temps voulu, il sera démis. La vengeance n'est pas la raison pour laquelle je demande des informations à son sujet. »


La Kunoichi ne touchait pas son thé, préférant expliquer la raison de son obsession nouvelle pour Black. Puis, Miko parla de faveur en retour de ces informations. La Kunoichi ne savait pas trop quoi offrir aux Konohajins ou à l'Aburame.

« Je suis prête à payer la rançon que vous avez du payer à ce Black en échange de Kibō dans son intégralité. Nous pourrions également joindre nos forces pour... appréhender Black ? Nous aurions tous à gagner par cette alliance commune et cela pourrait renforcer les liens fragiles entre nos Nations. »

Ne sachant quelles informations Konoha avait sur cet individu, Ema préférait s'imaginer qu'ils connaissaient plus ou moins l'identité de ce mercenaire. La Kunoichi n'avait pas d'autres offres à faire. Prenant finalement une gorgée de son thé parfumé, Ema restait songeuse, n'étant pas certaine qu'un projet commun puisse être suffisant pour la Daimyo.

« Est-ce que cela vous conviendrait ? »

Si non, Ema devrait alors utiliser d'autres options qui ne lui plaisaient guère, comme révéler l'existence du gêne de Tetsui aux Konohajins, faisant alors un don extraordinaire à cette Nation. Pour autant, ce gêne valait plus qu'une simple identité... Sa décision n'était pas encore prise, n'ayant aucune envie de voir Tetsui se faire déchiqueter entre des scalpels. Et en y pensant... Tetsui n'aurait pas voulu, le moins du monde, offrir son gêne à cette Nation qui avait fait capturer son père et qui l'avait tué... Est-ce que l'Aburame allait accepter sans qu'Ema n'ait pas à faire ce choix difficile ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3531
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Entrevue avec la Daimyo de Hi Dim 8 Jan 2017 - 21:12

    Une offre généreuse … Mais pour ne rien vous cacher, votre mari a déjà fait cette promesse, sans attendre quoique ce soit en échange. Il a réalisé par lui-même que ce n’était pas aux citoyens de Hi no Kuni de supporter les frais qu’avaient coûté sa délivrance. Et sur ce point je suis d’accord.


Posant ses deux coudes sur les accoudoirs, elle joignit ses mains devant elle, jaugeant la jeune femme et ce qu’elle venait de dire. Bien que sa proposition était ridicule, ce qu’elle avait énoncé avant faisait beaucoup plus sens. Et était particulièrement intéressant. Black avait réussi à capturer Kibo en menaçant son fils ? Pas si puissant que cela alors … Cependant, c’était bel et bien uniquement grâce à ses talents en fuinjutsu que le Matsuno était resté prisonnier. Et ce alors même que Kibo était un expert en fuinjutsu. Qu’Ema veuille l’admettre ou non, Black avait mis en échec son mari. Mais si elle n’y allait pas toute seule et parlait de préparer ses troupes … le mercenaire aurait peu de chances de survie.

    Comprenez-moi bien, loin de moi l’idée de louer les motivations de Black bien évidemment, cependant traquer un mercenaire qui au final n’a fait que résoudre un problème entre nos deux nations et ainsi risquer la vie des miens inutilement ne m’intéresse que peu. D’autant plus quand mon peuple est constamment exposé à diverses menaces. Jiseyama, le Shukai, Kumo, Kiri, vous-même, et même les nukenins ou ceux qui se décrètent comme tels alors qu’ils vouent toujours fidélité à leur ancienne nation tel que Yamada Kioshi. Pour le moment, me concentrer sur Black n’en vaut pas la peine. Renforcer les liens fragiles entre nos nations ? Comment ? En traquant communément l’homme qui a menacé votre famille et a livré votre mari à Konoha permettant malgré lui de résoudre toute celle mêlasse ? M’est avis que pour repartir sur des bases saines, il serait plus intéressant de réparer les erreurs de votre mari que vous et les vôtres avaient aveuglément suivi. Cela faisait des années maintenant que nos pays prospéraient mutuellement grâce à un commerce et un échange culturel mutuel. Saviez-vous à l’époque que l’Examen Chunin qui a fini par si mal tourner n’avait que vocation à renforcer les seuls liens entre nos deux villages pour poser les bases d’une alliance militaire en plus d’économique ? Regardez-nous à présent. Les citoyens de nos deux nations se regardent en chiens de faïence, se jaugeant l’un l’autre avec méfiance.


Faisant craquer son annulaire alors qu’Ema ne touchait pas à son thé, la Daimyo continua.

    À commencer par nous bien sûr. Vous deviez sûrement approuver une partie des propos de votre mari pour l’avoir suivi si longuement. Notamment des propos me concernant. Et cela vous confortera peut-être dans vos idéaux de me voir refuser de vous livrer ces informations qui ne pourraient faire que menacer les miens dans l’immédiat. Cependant souvenez-vous que ce n’est pas moi qui ai déclenché une guerre inutile, menacé des civils ou conquis de force des pays qui se refusaient à mon autorité.


Craquement du majeur toujours à l’aide de son pouce, avant d’afficher un petit sourire amusé.

    Oubliez la dernière phrase. J’ai en effet conquis Nami no Kuni, pays à l’époque plongé dans la terreur et le totalitarisme de son Daimyo… Cependant dites-moi Ema, pensez-vous le destin de Ki no Kuni juste ? Par l’effort conjoint des grandes nations alentours, Ki no Kuni a réussi à retrouver une certaine stabilité. Ainsi, Kibo avait-il raison à vos yeux de forcer l’annexion de ce pays et de priver leur Daimyô de toute liberté ?


Décroisant les mains, elle riva son regard dans celui de la jeune femme tout en finissant son café d’une gorgée calme.

    C’est de ces erreurs dont je parle Ema. Quand les relations entre Kaze et Hi seront de nouveau stables et signes de prospérité, quand les routes commerciales seront de nouveau ouvertes, quand Ki no Kuni ne sera plus sous le joug forcé de Suna, alors je vous donnerai mes informations sans sourciller, et même en vous garantissant mon aide. Vous penserez sûrement que tout cela est cher payé pour la seule traque d’un criminel. Cependant cela ne représente qu’une partie de ce qui a été perdue lorsque Suna a arpenté cette voie. Kibo était peut-être influencé, mais pas vous ni votre village.


Ainsi le tout était dit. Se soucier de Ki no Kuni pouvait bien évidemment paraître hypocrite. Mais l’hypocrisie ne venait pas d’elle au final. Les Sunajins auraient à crever cet abcès. Avec l’assainissement de Kibo et donc de Suna, il sera gonflé de continuer à imposer son dictat sur le Pays du Bois. Que Kaze annexe ce pays n’était pas le centre du problème. Le problème ici était que la Daimyô de l’époque n’avait pas eu son mot à dire. Et ces malheureux événements avaient eu leur lot de conséquence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1040
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Entrevue avec la Daimyo de Hi Lun 9 Jan 2017 - 19:41

Evidemment, Kibō avait donné sans contrepartie la seule marchandise à échanger contre des informations contre son ravisseur. Ema était consternée devant tant de stupidité, mais n'en montrait rien. Bien sûr que l'Aburame était d'accord, ils n'avaient rien du débourser au final et au vu des paroles qui suivirent, Miko n'avait en aucune manière envie de collaborer avec Suna, même contre le gêne de Tetsui...

« La résolution de ce conflit n'a rien à voir avec Black. Si Satochi n'avait pas pris la défense de mon mari, vous l'auriez fait exécuter. Le seul qui a résolu ce problème n'a été que Rakuzan Satochi.

Votre Nation, tout comme la nôtre, est sous l'influence de nombreuses menaces. Se rallier afin d'endiguer une de ses menaces ne peut être que profitable pour chacune de nos Nations. »


Reprenant une gorgée de ce thé, Ema reprit, considérant humblement la personne à qui elle parlait. Même si les propos qu'elle exprimait étaient très rigides, elle ne perdait pas de vue le grade et l'importance de Miko.

« Je ne désire pas remettre en question vos paroles. Je les comprends, je les entends. Pourtant, vos paroles ne reflètent que peu la vérité. Ce n'est pas mon mari que j'ai suivi. J'ai suivi mon Kazekage. Je suis une Kunoichi avant tout autre chose. Aller à l'encontre des ordres m'aurait valu un aller certain à l'Ergatsule, si ce n'est pire. Vous n'êtes pas sans savoir que je prône la paix et abhorre les conflits. Rentrer dans une guerre contre votre Pays a été un déchirement total. D'une part, par les liens que j'ai pu forger avec certains de vos Shinobis, mais plus particulièrement, par le lien qu'avait forgé Tetsui avec Yell. Nous étions plus qu'une Nation alliée, nous étions amis. »

Reposant la tasse de thé, la Kunoichi continua, maîtresse de ses émotions. Prononcer le nom de Tetsui devant une Aburame...

« Je ne désire pas replonger dans le passé. Nos deux Nations ont commis des erreurs que nous ne pourrons pas corriger. Je ne saurai juger du destin de Ki no Kuni ou de celui de Nami no Kuni. Pourtant, je ne cautionne pas les actes de mon Kazekage. J'ai suivi les ordres de mes supérieurs, j'ai obéi, tel le soldat qui a juré fidélité et loyauté à sa patrie. Je ne pense pas qu'un seul soldat ici-bas n'ait eu le privilège de n'avoir que des missions qu'il approuvait.

Lorsqu'un chef est influencé, toutes ces troupes sont influencées. Yamada Kioshi en est la preuve. Son abandon pour retrouver cette femme, alors qu'il se faisait bêtement manipuler... »


Finissant son thé, la jeune femme soupira ensuite, fatiguée de toutes ces histoires stupides.

« Mais je comprends vos réticences.
Au moins cette stupide guerre est terminée. Laissons-nous le temps de nous reconstruire. Suna ne sera pas prêt à signer un traité d'alliance de si tôt, de toute manière. »


S'adossant à la chaise, Ema regardait la tasse vide de thé.

Il était évident que les événements autour de Konoha et Suna n'allaient pas jouer en faveur de la Kunoichi qui abandonnait peu à peu l'idée de découvrir l'identité de Black. Ema en avait plus que ras-le-bol de voir les portes se fermer devant elle. Tant pis, elle trouverait un autre moyen de trouver Black.

Lassée d'utiliser son temps pour rien, impatiente de rentrer à Suna avec sa famille, Ema tenta de mettre fin à l'entretien, n'ayant de toute manière plus envie de se battre pour des informations qu'elle n'obtiendrait pas.

« Bien, je pense que vous n'avez plus rien à me dire au sujet de Black, ainsi je pense que j'ai suffisamment pris de votre temps. Je vais donc me retirer, si vous n'avez rien d'autre à ajouter ? »

Ema croisa finalement le regard de l'Aburame. Cette femme était certainement aussi dure que l'Hokage. C'était comme ça qu'Ema devait être. Plus forte, menaçante et sans nécessite de se rabaisser à chaque nouvelle demande.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3531
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Entrevue avec la Daimyo de Hi Ven 13 Jan 2017 - 11:52

Elle avait obéi telle un soldat. Cette déclaration trop souvent arrangeante était sur toutes les lèvres dès que le chef d’une quelconque faction se retrouvait in fine en tort, acculé de toutes part à cause de ses erreurs. Haussant un sourcil alors que la jeune femme lui disait qu’elle n’était pas sans savoir qu’elle-même prônait la paix, Miko la regarda avec attention. Non, bien sûr que non elle ne le savait pas. Comment l’aurait-elle su. Mais pour quelqu’un qui cherchait apparemment tant la paix, ses prévisions n’étaient pas des plus optimistes.

    Il faudra toutefois que nous replongions dans le passé un jour ou l’autre, afin de crever les abcès et d’avancer. Quant au fait que Suna ne sera pas prêt à signer un traité d’alliance, il faudra m’en expliquer les raisons alors que c’est Suna même qui a déclaré les hostilités et qui veut maintenant calmer le jeu.


Se levant, l’Aburame lui tendit la main pour la serrer.

    Mais nous verrons tout cela avec vos représentants directs, que Kibo récupère ou non sa place. D’ici là, si vous acceptez mon conseil, ne partez pas à la chasse aux chimères. Concentrez-vous sur ce qui importe. Votre famille et votre village. Suna a connu des jours meilleurs, et nul doute qu’après cette longue période de flottement, Kibo aura besoin de votre soutien.


Serrant la main de la jeune femme, l’Aburame la regarda partir, se rasseyant à la table du salon, Hak venant lui remplir sa tasse. Intéressante fille. Elle avait la niaque c’était indéniable, et cette façon d’attaquer Kioshi lui avait fortement plu. Mais quelque chose clochait chez elle, elle semblait en proie à un dilemme dont elle n’arrivait pas à se défaire. Sûrement à propos de la situation actuelle et de Konoha étant donné qu'il s'agissait des derniers événements qu’elle avait connu. Pouvait-elle lui en vouloir ? Cela dépendait. Après tout, Miko ne connaissait pas son passif avec le village des feuilles.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Entrevue avec la Daimyo de Hi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-