N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Apprendre les arts du savoir-vivre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 590
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Sam 4 Fév 2017 - 18:01

    L’homme masqué leva la tête en direction de la porte. Il ne venait toujours pas ? Avait-il perdu l’esprit à ce point ? Serait-il ignare au point de penser que fuir était encore la bonne solution ? Aburame Miko avait bien mal choisi son pupille. Mais pourquoi se plaindre ? Cela donnait du travail au Yamanaka et l’opportunité de s’approcher des hautes sphères du Feu. Bientôt, l’Ombre regrettera avoir dénigré ses méthodes.

    Alors que le va-nu-pieds s’attaquait à un énième doigt en commençant à perdre doucement patience, il entendit crier par la fenêtre brisée. Ce cri lui était familier. Celui d’un homme hurlant à la mort. Celui de Yohru. L’homme masqué recula sa chaise et se leva, abandonnant un moment sa poupée et son kunai. S’approchant de l’encadrement, il put voir le jeune garçon plus loin, auprès de deux gardes. Etait-il en train de demander de l’aide ? Piètre tentative : le Yamanaka n’était pas en infraction avec les consignes que le Seigneur lui avaient données. Aucune séquelle physique, comme les gardes pouvaient le voir.

    Yohru, s’il aperçut son tuteur plus haut, ne put malgré tout remarquer son large sourire dissimulé sous son masque. Finalement il n’était pas parti bien loin. A moins qu’il n’ait fait demi-tour ? Shigo fit mine de regarder sa main, comme pour intimer au jeune garçon qu’il était l’auteur de ses douleurs à ce niveau. Ou bien était-ce un avertissement ? En tout cas, il disparut de la fenêtre et, peu de temps après, c’était l’amputation de sa main gauche qu’il allait ressentir. Combien de temps pour qu'il revienne enfin dans cette pièce ? Pauvre poupée de chiffon qui se faisait martyriser alors qu’elle n’avait rien fait de mal… Là encore, Yohru était l’unique coupable. Mais peut-être que cette leçon lui inculquera le savoir-vivre et la soumission plus rapidement que le reste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 404
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Dim 5 Fév 2017 - 13:09

En tournant légèrement la tête vers le palais, le jeune garçon vit par la fenêtre la silhouette de son professeur de savoir-vivre. Ce dernier semblait prendre un grand plaisir à torturer le pauvre enfant, même sans voir derrière son masque, Yohru savait qu'il était l'incarnation du diable, l'incarnation des cauchemars, il pouvait s'imaginer son rire par une peur noire qui venait lui hanter l'esprit. L'imagination des enfants pouvait être débordante aux yeux des adultes, mais parfois ils devinaient la vérité sans personne pour les croire. L'homme regardait sa main comme la prédiction d'un malheur, tandis que le rouquin regardait la sienne avec les yeux emplis de douleur. Serrant les dents pour faire cesser les cris, il lui jeta une aura noire qui prenait la forme de sa haine. Il devait effectivement retourner là-bas pour faire cesser cette souffrance, malgré le dégoût qu'il pouvait éprouver à l'encontre de ce masque maudit — si jamais il devait mourir dans de tristes circonstances, il s'agissait de la pire chose qu'il aimerait voir avant de quitter ce monde. Néanmoins, il ne prévoyait pas de mourir alors une rencontre de plus ne pouvait pas aggraver sa situation au point où il se trouvait. Cependant, il n'était pas facile de se déplacer lorsque la fatigue pesait sur le corps et que toute son énergie se volatilisait en même temps que son espoir de liberté.

Soudain, un déchirement au bras gauche lui arracha les nerfs reliés à son cerveau. Yohru lâcha un nouveau cri perçant avant de toussoter face à l'herbe. Il venait de sentir une douleur reconnaissable parmi toutes les petites blessures qu'il avait pu subir au cours de sa courte vie, il avait senti son bras de chair et d'os se détacher de son corps. Baissant le regard avec une terreur lisible à travers ses pupilles bleutés, il observait avec la vision légèrement flouée par la peur son membre gauche toujours présent et en parfaite forme. Il n'avait aucun doute concernant l'origine de ces phénomènes, il le savait depuis le début lorsqu'il s'était fait réveiller par une piqûre invisible à la jambe. Seulement, il n'aurait jamais cru que cette malédiction qui datait depuis leur première rencontre puisse atteindre de pareilles limites. Par un premier regard, il pouvait supposer des blessures internes qui l'empêchait de le mouvoir de nouveau, mais les deux soldats confirmèrent qu'il n'avait pas la moindre séquelle.
    " Oy, mais tu n'as rien au bras. Aucun nerf n'a été touché.

    - Ce devin.. Tsss. " Chuchotait-il tout bas.
Il ne pouvait plus bouger son bras, ce n'était plus qu'un poids lourd qu'il traînait avec lui, tout en se relevant doucement. Il tremblotait des jambes à cause des picotements qui l'avaient fait tomber précédemment, même s'ils avaient disparurent, il ressentait toujours quelques douleurs. Tandis que son bras le faisait atrocement souffrir, il n'avait pas le moindre doute que l'on venait de l'amputer de ce membre, mais pourquoi était-il toujours là ? Le jeune garçon aurait sans doute été plus rassuré de le voir coupé en deux, comme si ce n'était pas un cauchemar, mais bien de la réalité. Alors qu'à l'heure actuelle, il ne savait rien de l'origine de cette chose qui demeurait un mystère sur son fonctionnement, tandis que les deux gardes le regardaient avec des yeux épouvantés. Ils devaient faire quelque chose pour le pupille, qu'importe sous quel angle de vue ils observaient la situation, ce dernier était menacé par l'inconnu — le seul à l'heure actuelle dans le palais. Ils ignoraient ce qu'il avait fait, mais ils ne pouvaient rester les bras croisés après cette souffrance du garçon. D'un point de vue extérieur, il s'agissait de la torture que de faire crier un pauvre être qui suppliait le pardon.
    " Yohru, qu'est-ce qui s'est passé ?! Oy, disait-il en se tournant vers son coéquipier. T'en pense quoi toi ? Ce n'est pas normal..

    - Non, ce n'est pas normal. J'aurais dit qu'il jouait de la comédie, mais.. On va l'emmener voir quelqu'un pour son état, et il va falloir vérifier ce "professeur" qui ne m'inspire pas confiance. Devrions-nous alerter Miko-sama ?

    " Tic Tac. Tic Tac. "

    - Ce devin.. Tsss. " Murmurait-il entre deux hurlements.
Alors qu'il ne tenait à peine debout, le doute lui traversa brusquement l'esprit. Tous d'abords des coupures au niveau des jambes, puis l'amputation de quelques doigts suivit d'un bras, ce qui ne laissait plus que le cœur ou le cerveau. Se pressant calmement la poitrine, le jeune garçon jeta un nouveau regard en direction de la fenêtre du palais. Si tel était le cas, tout comme son bras à présent inutilisable, allait-il mourir le crâne transpercé ou le cœur fendu ? Il aurait tout d'abord songé au contraire, pensant que l'homme masqué était incapable de passer à un tel acte, il était après tout le pupille de la Daimyô. Elle l'avait laissé entre les mains de ce soi-disant professeur, ce qui signifiait qu'elle lui faisait confiance, elle était sans doute de son côté. Alors, cela voulait-il dire qu'elle se fichait de son sort ? Le devin était capable de le tuer, quelques instants plus tôt, il l'avait dit de ses propres mots que sa mort n'était pas un problème. En toute connaissance de situation, Miko restait là-haut à observer la situation ? Après tout, ne l'avait-elle pas elle-même enfermé dix pas sous terre pour cette triste histoire du gâteau dévoré par le rouquin ? Même s'il n'avait pas le souvenir que sa punition ait duré si longtemps, il était parvenu à s'échapper grâce à quelques excuses. Peut-être qu'il fallait faire la même chose pour faire cesser le drame ?
    " Alertons Miko-sama.. Même si la dernière fois, elle nous a dit qu'elle gérait la situation, cette fois.. Il est en train de crier dans le vide, ce n'est pas normal..

    - Pas la peine, répondit-il sèchement, puis en se tournant une nouvelle fois vers la fenêtre du palais toujours brisée, il se mit à crier avec ses dernières forces. Ok, j'm'excuse ! Enlève cette malédiction et laisse moi reprendre mes forces — manger ! Et en échange, je suivrai ton cours — aussi ennuyant soit-il, de savoir-vivre ! C'est ce que tu cherches non ?! "
Derrière ses paroles, il n'avait pas oublié sa promesse de vengeance, mais jusque-là, il devait jouer l'enfant docile afin de parvenir à son objectif. Il s'agissait d'un pari que de rester si calme alors que sa vie était menacée.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 18:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 590
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Dim 5 Fév 2017 - 14:41

    L’homme masqué observa sa main gauche et la compara à l’autre. Il avait senti un léger picotement et elle semblait plus lente que sa consœur indemne. Les effets étaient donc bien diminués pour lui, mais ils n’étaient pas totalement supprimés encore. Le Yamanaka devait y faire attention. Son but était de dresser Yohru, pas d’y perdre des plumes à son tour. Mais il était déjà parvenu à lier une entité à une autre par son biais, ce qui était déjà une victoire. Il ne lui restait plus qu’à retirer la dernière jambe laissée dans la pièce regroupant les deux corps liés.

    Mais le jeune garçon le tira de ses réflexions. Doucement, prenant son temps pour lui montrer qu’il n’était qu’une petite chose insignifiante dont il n’avait cure, il revint à la fenêtre brisée pour entendre la proposition de Yohru. Il s’excusait certes, mais il négociait au lieu de supplier. Yohru n’avait donc pas encore saisi la leçon.

    « Ce que je recherche ? »

    Aucune voix n’était audible des deux gardes. Ces sons ne résonnèrent que dans la tête du jeune garçon. Encore une façon de lui montrer que Shigo avait une emprise totale sur sa personne. A la fois son corps et son esprit.

    « Je devrais vous donner quelque chose pour obtenir autre chose en échange ? Vous ne comprenez pas comment ça fonctionne. Selon vous, pourquoi vous ai-je demandé de m’appeler maître ? J’exige et vous obéissez. Si vous voulez quelque chose, vous devez vous mettre à genou et me présenter vos suppliques. Si vous me proposez un marché ou que vous exigez vous aussi, c’est que vous confondez nos rôles.
    Mais pour obtenir quoique ce soit de ma part, il vous faut d’abord me contenter. Soit m’obéir au doigt et à l’œil, sans protester ni chercher à en tirer parti. C’est ça, le savoir-vivre.
    Alors laissez-moi vous donner ma prochaine sommation : vous avez une minute pour être de retour dans cette pièce et présenter de véritables excuses. Sinon… Vous savez déjà ce qui se produira sinon. »


    L’homme masqué disparut de nouveau de l’encadrement pour s’installer devant la poupée, comptant les secondes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 404
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Mer 8 Fév 2017 - 17:23

Les deux gardes se regardèrent entre eux, ne saisissant point la situation. Tandis que Yohru, le seul à pouvoir entendre ces paroles infâmes, ne put s'empêcher de grimacer de nouveau. Il pouvait jeter à nouveau un regard aux deux soldats, mais il remarquait bien que ces derniers n'avaient pas été atteints par cette voix qui résonnait dans sa tête. Cette sensation était identique à l'autre fois où il était en stage d'une journée chez le poissonnier, une sensation qui ne prédisait que des malheurs. Encore, l'autre fois, il ne demandait ni plus ni moins qu'un simple poisson, même si au final, il était reparti avec tout un sac rempli, cette fois-ci, il demandait la soumission ? Jamais l'aspirant n'allait s'abaisser à faire cela en l'honneur du diseur de mauvaises aventures, cependant, avait-il réellement le choix ? Tout comme la fois où il s'était juré de ne jamais obéir à la Seigneur du Feu, il avait fini par répondre à ses ordres malgré lui, suite à quelques horribles cauchemars dont il ne voulait plus jamais en parler. Ainsi, le scénario se répétait et le voilà de nouveau confronté à un personnage plus puissant que lui, qui le forçait à lui obéir. Le jour où il deviendra grand et fort, il se jurait de se venger de ces adultes sans-cœur.
    " Tsss ! Mais c'est de la folie ! Impossible que je me ramène en moins d'une minute ! Il me faut moins de temps pour sortir que pour rentrer, car sauter par la fenêtre est bien plus simple que l'escalader. En plus, mes jambes me font mal et j'ai faim. Inutile de demander l'impossible. Et ce n'est pas un marché, mais le strict nécessaire, car je meurs de faim, voilà tout.. "
Sous les regards interrogateurs des deux soldats qui ne saisissaient point le sens de ses paroles, l'enfant répondait sans se soucier de leur présence. Il avait beau tenter d’expliquer la situation aux deux adultes qui semblaient vouloir être de son côté, horrifiés par ces cris en l’absence de toute origine visible de cette souffrances mais ces simples gardes qui n’avaient aucun chakra étaient incapables de deviner la situation. Néanmoins, ils ne pouvaient tolérer une telle violence, que la Daimyô l'ait enfermé sous terre une fois, soit une chose, mais que cet individu qui n'avait rien de l'allure d'un professeur de savoir-vivre le torture ainsi en était une autre. Il fallait avouer que son masque n'était que très peu rassurant, comment un shinobi de konoha pouvait avoir une telle allure ? Devaient-ils aller le questionner ? Oui, il s’agissait sans doute de la meilleure solution pour amener cette situation au clair, eux qui se trouvaient dans l’ombre et dans l’incompréhension la plus totale. Jamais ils n'avaient entendu de pareilles méthodes d'enseignement — encore moins d’un professeur venu de l’extérieur qui était tout à fait différent du précédent, beaucoup mieux habillé et plus respectueux de son élève, le mieux était d’aller exiger des réponses quant aux raisons également à l'origine des deux premières nuits bruyantes.

Cependant, l’enfant les ignorait et préférait crier une nouvelle fois. Il n’attendait pas grand chose de leur part, il pouvait faire cesser lui-même ce cauchemar et il détenait les moyens. N’était-ce pas ce que le devin lui avait-il dit lui-même ? Il lui suffisait de le supplier, si c’était tout ce qu’il voulait, Yohru pouvait bien lui offrir, derrière un visage de mourant, il calmait sa colère. Puis, prenant la posture affalée ainsi qu’une voix très proche de celle qu’il avait à l’heure actuelle alors qu’il souffrait de faim, il se mit à implorer, comme il le faisait à chaque fois qu’il se faisait prendre par Miko. Il s’agissait de la formule pour s’excuser, pour se faire pardonner et pour tenter d’éviter de faire perdurer une punition. Ce n’étaient que des paroles, il se vengerait dans plusieurs années, mais en attendant, il allait jouer le jeu.
    " Ô grand Maître masqué, j’ignore toujours ce que vous appelez savoir-vivre, car en toute franchise, votre définition est un peu différente de celle que me disait mon ancien professeur. Il disait quelque chose comme, mh, le savoir-vivre, c’est savoir se comporter euh.. Poliment, ou quelque chose de semblable. Enfin, sachez que je ne peeeeeeux accomplir votre somme-quoi ? sommation, car il m’est tout simplement impossible ! En plus, la douleur m’est insupportable.. Ah..ect Je demande l’autorisation de manger..ect "
Il se mordait les lèvres de devoir prononcer de telles bêtises, mais il était au bord du gouffre alors il valait mieux se comporter ainsi plutôt que de courir des risques. Cependant, il avait beau réfléchir, il avait du mal à trouver les phrases de son ancien professeur de bonnes manières — foooort gentil, jamais il n’aurait cru penser ainsi de lui, mais il fallait croire qu’il existait pire, il disait souvent que le savoir-vivre et la politesse étaient la base des relations, des amitiés et des amours. Yohru préférait tellement mieux cette définition que celle que lui citait son professeur de savoir-vivre remplaçant.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 18:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 590
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Mer 8 Fév 2017 - 19:20

    Yohru cherchait des excuses, encore et toujours. Mais surtout : il parlait beaucoup trop. Et après il voudrait se faire passer pour quelqu’un d’affamé et sans énergie ? Si sa bouche était encore autant capable, alors ses jambes devaient l’être tout autant. Mais soit.

    « Gardes ! Pouvez-vous raccompagner mon élève jusqu’ici je vous prie ? »

    Le Yamanaka s’était exprimé en demeurant installé à la table, sans apparaître à la fenêtre. Le jeune garçon aurait pu demander ça lui-même étant donné que la parole n’était pas un problème pour lui. Mais non, il fallait tout faire à sa place. Soit, cela prit un peu plus d’une minute, mais il arriva malgré tout à destination. Alors que l’homme masqué voulut refermer les portes de la pièce suite au retour de son élève, les gardes l’interpelèrent.

    « Est-ce normal qu’il hurle ainsi à la mort ? »
    « Ca fait partie de sa leçon, en effet. »
    « Mais… »
    « Mais quoi ? »
    « Je ne suis pas certain que Miko-sama approuve ce genre de procédé… »

    L’homme masqué soupira. Pourquoi se mêlaient-ils des histoires des autres ? Il baissa le ton de sa voix pour s’assurer que Yohru ne puisse l’entendre et leur répondit :

    « Rappelez-moi quel est votre rôle déjà ? Garde ou professeur ? Très bien. Avez-vous remarqué la moindre marque physique sur le pupille du Seigneur ? Non ? Dans ce cas elle approuve entièrement ce genre de procédé.
    Si vous ne me croyez pas, allez donc la déranger pour lui signaler que, fort de votre expérience dans l’enseignement, vous doutez de mes capacités à remplir ma mission.
    Dans le cas contraire, pouvez-vous aller chercher une pomme ? C’est pour le pupille. Paraîtrait qu’il ait faim. Merci. »


    Qu’ils aient ou non quelque chose à y redire, la porte se ferma devant eux et le va-nu-pieds put reporter son attention sur le jeune garçon.

    « Revenons à nos Gekei.
    Le savoir-vivre serait le fait de se comporter poliment ? Et bien, apprenez que la soumission est un synonyme. Il s’agit de la même chose. Nous usons de mots différents, mais nous parlons de la même notion.
    Cependant, ai-je bien entendu ? Vous demandez ? Pensez-vous avoir le droit de demander quoique ce soit ? »


    Le laissant méditer à ces propos, l’homme masqué retourna à la table où il s’installa comme précédemment. La poupée de chiffon découpée par endroit s’y trouvait encore. Doucement, Shigo reprit le kunai en main.

    « Récapitulons : vous avez brisé une fenêtre, vous vous êtes enfui, vous ne faites pas l’effort de revenir et, au lieu de faire preuve de regrets en quémandant pitié, vous demandez l’autorisation de manger ?
    Je crains, hélas, qu’une nouvelle leçon s’impose. »


    Expirant longuement, le Yamanaka espéra avoir trouvé le moyen pour ne pas ressentir la moindre douleur cette fois, et il planta sans ménagement l’arme dans l’œil droit de la poupée.

    « Je vais vous laisser une dernière chance de formuler correctement vos propos, réfléchissez-y bien… »

    L’homme masqué n’avait pas eu à serrer des dents, semblerait-il. Pas cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 404
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Jeu 9 Fév 2017 - 18:12

Comme un roi, le jeune garçon se fit porter jusqu'à la salle d'études qui dégageait toujours une forte odeur nauséabonde. Néanmoins, il pouvait se considérer chanceux de n'avoir point eut à marcher. Il ne ressentait plus la douleur aigüe qui lui perçait les jambes, mais ces derniers peinaient malgré tout à se déplacer. Il tremblait de ses membres à cause de la fatigue, de la faim, les derniers picotements avaient suffis à l'épuiser complètement. Ainsi, en moins de quelques minutes, il se trouvait de nouveau devant la porte derrière laquelle se trouvait le professeur de savoir-vire. Il n'allait pas se plaindre de s'être fait reconduire dans cette pièce où il avait déjà passé plusieurs nuits, c'était ce qu'il prévoyait de faire afin de lever la malédiction et pour terminer ce mauvais cauchemar. Après tout, obéir ne pouvait pas être une chose si compliquée.

En entrant dans la chambre, l'enfant ne put s'empêcher de tiquer des narines. L'air frais à l'extérieur était tellement plus agréable, il avait perdu l'habitude de respirer cet air pollué, mais il ne lui fallut pas bien longtemps pour d'adapter à cet environnement. La fenêtre brisée laissait toujours des courants de vents frais de la nuit passer comme pour emporter certaines mauvaises odeurs. Yohru se fit ensuite déposer au sol par les gardes qui, contre toute attente, montraient une légère pitié à son égard. Les suppliant de son regard brillant, le pupille observait la scène avec une grande attention. Il hochait de la tête à chacune de leurs paroles avec un grand entrain.
    " Ce n'est pas normal, moi non plus, je suis pas sûr que Mamiko approuve ce genre de procédé ! "
Cependant, le trio se mit à parler à voix basse, empêchant le rouquin d'entendre la suite de leur discussion. Lorsqu'il les vit quitter la pièce, il comprit que le diseur de mauvaises aventures les avait ensorcelé. Ce dernier était un devin capable de lancer de mauvais sorts, ce n'était peut-être pas si étonnants si ces deux hommes s'étaient faits prendre au piège. De simples soldats ne pouvaient rien faire, durant quelques instants, l'aspirant avait cru voir une lumière lui traverser les yeux comme une lueur d'espoir pour sortir de cet enfers, mais finalement, c'était futile de croire en ces personnes qui se fichaient de son sort.

Les gardes n'avaient effectivement pas le courage d'aller déranger la Daimyô, mais l'hésitation continuait de les hanter. Ce n'était pas l'absence de séquelles physiques qui marquait la différence, toute violence gratuite aussi bien sur le corps ou sur l'esprit du pupille ne pouvait être toléré. Il s'agissait de la limite de l'enseignement imposée par Miko elle-même, les soldats en avaient conscience puisqu'ils suivaient les mêmes consignes. La pâleur de l'enfant encore jamais vu jusqu'à présent les effrayait, s'il continuait ainsi, que risquait-il ? Seulement, s'il s'agissait bien de son enseignement et que le professeur contrôlait bien la situation, alors ils ne pouvaient rien ajouter. L'un partit chercher la pomme demandée par le jeune homme, avant de revenir plus tard pour lui rapporter le fruit.

Alors que dans la pièce, à présent seul avec ce masque peu rassurant, le jeune garçon détournait de temps à autre son regard sur le côté. Il ignorait à qui faisait-il référence lorsqu'il disait les Gekei, si ses souvenirs étaient bons, Megumi portait un nom semblable. Cette dernière lui manquait d'ailleurs énormément, tout comme Zushi qui avait beau l'énerver une fois de temps à autre, elle était une personne bien contrairement à celui qui se tenait en face. Yohru ne croyait pas ses oreilles, il lui interdisait de demander quoique ce soit, mais comment allait-il faire pour demander de la nourriture ? Même un rouquin tel que lui comprenait toute l'absurdité de la phrase. Cependant, il n'avait pas beaucoup d'option puisqu'il avait promis de suivre ses cours, alors il se comportera en tant que tel durant ces heures de bonnes manières.
    " Euh.. Ok, se contenta-t-il de répondre, néanmoins, il devait tout de même se défendre pour tenter d'éviter une troisième — non, une quatrième nuit ou pire encore. Fuir face au danger — oui toi, un danger, c'est quelque chose de naturel. La fenêtre s'est brisée car elle était sur mon chemin — quelle idée de la planter là, tiens ! Et quand on a faim, il est également naturel de demander à manger ? N'était-ce pas ce que t-.. vous disiez l'autre jour ? Lequel, je ne sais plus, le temps passe si lentement. Il s'agit de vos propres mots, vous me demandez de demander correctement avec la bonne formule ! Il se trouve que je m'en rappelle de la formule — l'homme au bord du désespoir se rappelle bien des choses, autrefois Ikaru-senseï me l'avait fait réciter 3500 fois. Je dois inclure "s'il te plaît" avant "je pourrais" pour avoir une bonne formulation. J'espérais ne jamais avoir à le dire à toi, m'enfin bon, je suis aux derniers recours..Et si je dois demander pitié, je préfère me couper la langue et puis quoi encore ! Je te crache dessus ! Je le ferai. " Disait-il d'un air relativement neutre.
Cependant, lorsque l'homme masqué prononça les mots d'une dernière leçon, le jeune garçon sursauta comme un réflexe. Lorsque les mots "leçon" sortaient de sa bouche, il s'agissait toujours de la prédiction d'un malheur. Brusquement, il sentit une douleur lui traverser l'œil droit, hurlant plus fort que la fois précédente, il se mit à rouler au sol tellement la douleur lui transperçait le crâne. Cherchant son oeil de la main, il sentit bien le touché du globe oculaire du bout de son doigt, mais il ne voyait plus rien depuis son côté droit. Les lueurs qui brillaient autrefois dans cette pupille bleu avaient disparut, il était devenu terne et il ne captait plus aucune lumière. Il sentit une cruelle envie de lui sauter dessus dans un élan de colère, n'était-il pas venu à sa demande ? À quoi bon continuer ce jeu de torture ? Il riait derrière son masque, Yohru en était certain, il le regardait avec une colère noire qu'il peinait à retenir silencieusement en lui.
    " "S'il vous plaît, pourrais-je manger quelque chose ?" à moins que t-.. vous ne vouliez que je ne demande pitié ? "S'il vous plaît, pourrais-je avoir votre pitié ?" Hey, mais c'est le rôle d'un professeur que d'enseigner les bonnes formulations, je suis nul aux devinettes, à moins de me donner plus d'indices ! "


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 18:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 590
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Ven 10 Fév 2017 - 17:06

    Finalement, vu les propos totalement enfantins et faisant preuve d’une grande mauvaise foi, Yohru avait bien mérité le châtiment de l’œil. Et s’il savait… Le jeune garçon avait de la chance : en temps normal, s’il avait eu carte blanche, Shigo lui aurait réellement retiré un œil dès le premier jour. Ca ou quelques doigts. Les ongles peut-être, s’il se sentait d’humeur généreuse. Mais Yohru ne voyait sans doute pas les choses ainsi, trop occupé à hurler tout son saoul en se tenant son œil toujours indemne.

    Le Yamanaka souriait. Lui ne ressentait rien. Etait-il enfin parvenu à faire de son esprit l’intermédiaire entre d’autres entités sans être affecté lui-même par les maléfices qu’il jetait. Il lui aura fallu déchiqueter une poupée de chiffon, plusieurs sensations douloureuses et une multitude d’heures à éplucher les documents du clan pour trouver cette astuce.

    Le garde à la pomme entra en trombe dans la pièce.

    « Quel était ce cri ? »
    « Vous le savez bien. »
    « Mais… Vous n’avez pas le droit ! »

    L’homme masqué, lassé d’être interrompu par des incompétents le fixa. Devait-il lui montrer le parchemin signé par Aburame Miko elle-même et stipulant les limites de ses possibilités pour que le garde constate qu’il était dans son bon droit ? Ce serait faire preuve de patience et de compréhension, ce qui donnerait une mauvaise image de lui au jeune garçon en plein dressage.

    « Bon. Soit vous allez de ce pas voir le Seigneur de ce pays pour lui faire part de vos doutes afin qu’elle vous remette comme il se doit à votre place, soit, si vous m’interrompez encore une fois, j’irais moi-même pour lui parler de vous. J’ignore votre nom mais je sais votre visage. Que choisissez-vous ? »

    Le garde hésita un moment, avant de juger que Yohru ne valait pas la peine qu’il mette son avenir en péril pour quelques doutes. Il s’en alla sans piper mot, laissant la pomme sur la table. Le Yamanaka la prit en main, observant Yohru. La perte d’un œil semblait l’avoir rendu plus sage. Il ne demandait pas, il n’exigeait pas quelque chose de moi, mais parlait en fonction de lui. Pourrait-il manger ? C’était mieux. Bien mieux. Le jeune garçon était enfin sur la bonne voie. Shigo croqua une fois dans la pomme avant de la lancer à son élève.

    « De l’amélioration, mais il vous faudra ne pas oublier que vous devez m’appeler maître pour obtenir davantage. Voyez comme je suis prêt à récompenser les bons efforts. Après tout, je vous l’avais déjà dit : votre sort ne dépend que de vous.
    Par contre, mangez par terre et sans faire le moindre bruit. Votre place n’est pas à table parmi les puissants. Vous êtes pupille, donc inférieur à Aburame Miko, comme la relation qui nous lie. La façon dont vous vous comportez là et celle que vous devrez adopter avec elle.
    Quand vous aurez fini, allez me chercher un verre d’eau et une bonne viande. Attention, n’en profitez pas pour prendre quelque chose pour vous ou vous le regretterez. Il serait dommage de briser tous vos efforts en si bonne voie… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 404
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Sam 11 Fév 2017 - 16:32

Lorsqu'il vit le garde arriver avec une pomme à la main, il eut un instant d'espoir qui se réduisit en déception en voyant le jeune homme croquer dedans. Il avait beau espérer, il avait lui-même du mal à imaginer ce dernier si généreux au point de partager le fruit. Cependant, il l'envoya aussitôt en direction du pupille, il n'eut pas besoin de comprendre qu'elle lui était destinée pour aller l'attraper tel un loup affamé. Derrière son masque au sang froid, il semblait ressentir un grain de compassion. Le rouquin la dévora en quelques bouchées seulement, jusqu'à avaler le trognon entier, avant de tourner à nouveau son regard sombre en direction du devin. Il ne ressentait plus son œil droit, il ne voyait plus que de l'œil gauche, mais une récompense avait suffit à lui faire oublier quelques instants la douleur. Même s'il aurait bien aimé que le professeur évite de croquer dans le fruit juste pour son bon plaisir, après tout, il avait une grande mâchoire qui lui avait retiré un morceau juteux du fruit.

Cependant, un sentiment étrange persistait, malgré les méthodes habituelles d'enseignement qui consistaient à récompenser les efforts, il avait l'impression d'être devenu d'avantage un chien plutôt que d'être devenu un enfant bien élevé. Tout d'abord il devait se mordre le pied, il dût ensuite passer des jours dans une même pièce qui à présent sentait très fortement son odeur corporel, puis il devait à présent manger au sol. Ce n'était pas si dérangeant que cela, après tout, à l'époque où Yohru vivait au centre-ville de la feuille en animal errant, il passait toutes ses nuits en compagnie des chats des poubelles, cherchant les restes, si ce n'était parfois pas le vol de pain. Cette période douloureuse était passée, mais il ne faisait toujours pas attention à la propreté ni aux manières, après ces quelques jours, son odorat remarquait encore moins bien les mauvaises odeurs. Néanmoins, il sentit un cruel doute l'envahir, si jamais il mangeait à même le sol à côté de Mamiko, il pouvait être certain de se faire tirer les oreilles. Elle lui avait maintes fois répété de manger avec les couverts, dans son assiette, s'il osait se mettre au sol pour manger son repas, il pouvait être certain de subir pire que de simples réprimandes.

Enfin, il devait suivre le cour de savoir-vivre du diseur de mauvaises aventures, alors il allait manger au sol pour s'éviter les malheurs. Le jour où il devra dîner en compagnie de la Daimyô, il aura deux choix : dénoncer le mauvais choix du professeur ou manger à table, mais il n'était pas encore-là, toujours coincé dans cette même chambre puante. À y repenser, cela faisait combien de jours qu'il loupait les cours d'écriture et de lecture, ainsi que les entraînements ? Quand reviendra le professeur habituel, si gentil et si adorable contrairement à ce masque maudit ? Leurs enseignements, au-delà de la simple méthode, étaient en totale opposition et l'enfant se sentait quelque peu perdu. Peut-être que s'il parvenait à terminer la soirée convenablement, il allait pouvoir se débarrasser du devin ? Il se releva donc avec un certain manque d'enthousiasme compréhensible.
    " Très bien. De la viande et de l'eau, je vais allé vous chercher tout cela.. Gnahganahgrrrraaaa ! "
Sans plus tarder, il descendit en bas du palais avec toujours un pas ralenti. Une simple pomme était bien insuffisante pour remplir son estomac, il se jurait une fois le cour fini, il allait se remplir le ventre jusqu'à l'exploser s'il le fallait. Jusque-là, il allait devoir servir le devin, remplissant tout d'abord un verre d'eau avant de chercher de la viande dans le frigo. Il vit quelques bavettes de veau, il en prit deux trois tranches étant donné que le professeur n'avait en rien annoncé la quantité exacte. Il prit le verre d'eau et la viande avant de remonter en direction de la pièce. Sur le chemin, il n'avait croisé aucun garde, justement la fois où il aurait aimé les voir afin de les supplier. Il remonta afin de rapporter la commande à l'homme masqué, posant le tout sur la table à côté de lui, avant de conclure.
    " Un verre d'eau et deux trois tranches de viande, étant donné que je ne sais pas combien t-.. vous en voulez. Mh ? "Mhaître" " Prononçait-il douloureusement à cause de sa conscience.
Saignante, aucune cuisson, l'aspirant ne savait pas cuisiner. Cependant, s'il ne voulait pas de son plat, ce dernier allait se faire un plaisir de le dévorer, après tout, il mourrait de faim au point que la cuisson ne le gênait point. Bien qu'il avait malgré tout une légère préférence pour les sardines, il n'allait pas refuser de la viande. Observant fixement le jeune homme, Yohru cherchait à tirer une réponse de sa part.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 590
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Mer 15 Fév 2017 - 9:27

    Les sanctions, les châtiments, la dure compréhension de la situation étaient une obligation pour braver la fierté du jeune garçon afin de la modéliser à souhait. Mais il ne faut pas uniquement lui inculquer le désespoir, sinon pourquoi ferait-il des efforts ? Simplement pour ces courts moments de répits et ces chiches récompenses, comme la pomme. Alors il comprendra que tout ne dépend véritablement que de lui, que le comportement attendu lui offrira une meilleure qualité de vie tandis que son naturel sera sanctionné d’une malédiction.

    Yohru avait-il été blessé depuis sa prise de conscience ? Pas pour le moment. N’était-ce pas une raison suffisante pour continuer ? Alors le Yamanaka le laissa filer, remplir la tête qu’il venait de lui donner, et se concentra simplement sur les bouts de chiffon en face de lui. La poupée déjà brouillonne était méconnaissable suite aux nombreux coups de kunai et aux bords découpés. Mais grâce à son sacrifie, l’homme masqué put exploiter une faille des plus intéressantes concernant leur pouvoir. Etait-ce vraiment une faille ? Une originalité plutôt. Une rouerie. Shigo était-il le seul à y être parvenu ? Peu probable. Mais ce procédé avait peut-être été interdit et les anciens du clan auraient tenté de tuer toutes les preuves de cette possibilité. A présent, le clan ne comportait que quelques dizaines de membres, et le respect des anciennes traditions n’en était que plus difficile. Peut-être Shigo devrait-il retourner déchiffrer quelques vieux parchemins laissés sans surveillance optimale ? Peut-être…

    Mais chaque chose en son temps. Présentement, la priorité revenait au dressage du pupille du Feu. D’ailleurs, ce dernier s’en revenait affublé d’un plateau repas. Le Yamanaka l’observa longuement, cherchant à lire ses pensées pour savoir s’il en avait profité pour se sustenter lui-même. Mais il n’en perçut nulle preuve. Et Yohru le nomma de la bonne façon cette fois.

    « De mieux en mieux il semblerait. En à peine trois jours c’est ça ? Et combien de temps mon prédécesseur avait-il gaspillé sur vous ? Non, ne répondez pas, nous ne réglerons pas ce record aux dés. Pas cette fois.
    Il semblerait donc que je n’aurais pas à vous découper l’autre main ou à vous percer l’œil restant. Pour le moment…
    A présent chantez-moi une chanson pendant que je profite de ce repas. Restez debout. Attention, pas de contine pour enfant. Un récit, une légende du Feu, une fable ou que sais-je. Pas trop fort non plus, que je puisse continuer à m’entendre penser. Vous en avez une ? Parfait. Commencez. »


    L’homme masqué releva légèrement le crâne, dévoilant son menton et ses lèvres, et il approcha l’une des tranches à l’aide de son kunai avant d’y mordre à pleine dents. Succulente. Le Yamanaka n’était pas très critique concernant la nourriture, se contentant de ce qu’il pouvait bien trouver lorsqu’il vivait sur l’île de la Cendre. La viande était un mets très rare et très recherché. On tuait pour bien moins qu’une cuisse de sanglier. Shigo vida la moitié du verre avant de s’attaquer à la deuxième tranche, prêtant une oreille au chant du jeune garçon. C’était un test pour savoir s’il était prêt : prêt à regarder autrui manger alors que son ventre criait famine, et prêt à, malgré tout, obéir en mettant son égo de côté.

    S’il venait à arriver qu’il chanta quelque chose de correct et à propos, sans en profiter pour insulter poétiquement et discrètement son maître, alors la suite du scénario se retranscrirait en ces termes :

    « Cher élève, mon estomac ne semble pas prêt pour tant de nourriture, et vous avez bien obéi. Installez-vous. Car ce n’est que lorsque l’on vous y autorise que vous avez le droit de vous asseoir, à plus forte raison lorsqu’il s’agit de s’attabler pour manger. Dans le doute, demandez toujours, comme vous l’avez fait pour la pomme auparavant, mais sans oublier le titre adéquat de votre interlocuteur. Jamais.
    Installez-vous à présent. Prenez ma place. Mangez proprement. Je ne dois pas vous entendre mâcher, ou le couvert se trompera entre la viande et votre main. Pas de miette non plus.
    Quand vous aurez terminé, vous débarrasserez tout ça puis vous reviendrez ici au plus vite, sans vous détourner de votre tâche ni détour.
    Mangez maintenant. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 404
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Mer 15 Fév 2017 - 12:10

Durant un court instant, un sourire se traça sur le visage du jeune garçon, lorsque le devin le complimenta de ses progrès. Bien que derrière ces mots, il se félicitait de ses propres talents en tant que professeur de savoir vivre, mais le rouquin ne pouvait s'empêcher de se sentir fier face à ces belles paroles. Cependant, il ne devait pas oublier ce que cette personne lui avait fait subir, la douleur présente dans son œil droit lui rappelait ses souffrances ainsi que la vengeance qu’il s’était promis d’accomplir, un jour. Il secoua brusquement de la tête afin de s’arracher cette idée absurde qui avait pu lui traverser l'esprit en même temps que ce sourire innocent qui ne méritait pas d’être montré à l’homme masqué. Il ne devait pas se réjouir des compliments d'un diseur de mauvaises aventures, c'était le synonyme du présage de la malchance. Il reprit aussitôt un regard noir qui l'observait fixement dévorer sa nourriture.

Le jeune homme qui savourait à pleines dents la bavette saignante voulait également écouter une chanson le temps de son repas. Il ne se faisait pas prier pour faire comme bon lui semblait, au-delà d’exiger de la nourriture, il demandait à ce que le pupille se mette à chanter. Il s'agissait de la première fois que quelqu'un lui faisait une telle demande, il le regarda avec deux yeux arrondis par la surprise. Se pointant du doigt, l’air de se demander si c’était bien lui qui devait chanter, il le fixait sans pouvoir le questionner tellement que les mots lui manquaient. Yohru voyait son professeur d'avantage comme un homme calme et serein, il ignorait que ce dernier aimait écouter des bruits parasites tout en mangeant. Néanmoins, si c'était bien ce qu'il désirait, l’enfant n'avait d’autre choix que d’exécuter sa demande. Cependant, le plus grand problème c’est qu’il refusait d’écouter des comptines, ce qui ne facilitait pas la chose.
    " Chanter une chanson, ok, si vous l'voulez, mais je connais pas grand chose si ce n'est que des comptines. Enfin, que voulez-vous que j'connaisse d’autre ? Peut-être quelques textes que l'on m'a enseignés, mais je ne connais rien par cœur. Vous n'aimez pas le générique de Doraemon ? C’est pourtant ce que je connais le mieux. Laissez-moi voir, je crois bien que oui, j'en connais un poème en l'honneur de la Daimyô, mh.. "
En réalité, on lui avait déjà enseigné une fois auparavant des poèmes ainsi que d’autres récits, mais une fois que le cours était passés, il l'oubliait durant les heures suivantes. Après trois jours passés dans une même salle à maudire le devin, il avait complètement lavé les restes de sa mémoire. Il lui restait toujours quelques idées d’histoires, mais toutes aussi ridicules et ennuyantes, bien qu’il avait bien envie de raconter une histoire d’horreur. Il se faisait tard, le cadre était idéal pour mettre en avant l’effet de terreur. Cependant, il n’était pas rassuré de raconter de telles choses en présence d’un véritable fantôme à ses côtés. Il risquait d’avantage de s’effrayer lui-même plutôt que d’effrayer qui que ce soit d’autre. Après une mûre réflexion, il se souvint d’un poème qui étrangement persistait dans ses souvenirs. Il ne connaissait pas parfaitement bien les paroles, mais le devin s’impatientait alors il préférait réfléchir en même temps qu’il la réciterait.
    " La Daimyô du Feu — Je ne sais même pas si c'est le bon titre, m'enfin, qu'importe.

    Ô grande Daimyô ! Euh non, ce n'est pas ça, c'est le prénom qu'il faut.. Ô grande Mamiko !
    Ta présence nous réchauffe jusqu’aux os.. Euh.. Nous glace jusqu'aux os plutôt ? Oui, ça serait plus logique.

    Mh, c'est quoi la suite déjà ? À terre, suppliante, morte ? Non, non, non, ce ne peut pas être ça. Ce n'est plus un poème en sa gloire sinon,
    murmurait-il à lui-même d’un air embêté. Ah mais oui ! Protéger ! Parce que..? Parce que protéger.

    Toi qui nous protèges, te mettant à genoux,
    Comment ne pas flancher devant cet acte si doux.. Non, j'ai dû me tromper quelque part, ce n'est pas normal.. Ah oui !

    Toi qui nous protèges en mettant ta vie en jeu,
    Comment ne pas flancher devant cet acte si généreux !

    Ta présence nous réchauffe.. Non, je viens de le dire quelque lignes plus haut.

    Ce ne peut donc pas être ça, mais c'est quoi la suite ? Aaaaaaaargh.. Tu guides le chemin ? Non, non, je ne sais même plus où j’en suis ! Je crois qu’il y a aussi un truc dans l'idée de l'exemple à la génération future quelque part. Tu montres le chemin à la future génération, que tout s'obtient avec des efforts et euh.. Obstination ? Réconciliation ? Humiliation ? Non, c’est pas très logique, quoique, les poèmes ne sont jamais logiques. Seules les personnes bizarres avec une imagination anormale peuvent écrire ce genre de choses,
    marmonnait-il tout bas en comptant sur ses doigts.

    Ô grande Mamiko !
    Ta personne et ta grandeur nous glacent jusqu'aux os — Non, je crois que ce n'est pas ça.

    C’est quoi la différence entre réchauffer et glacer ? Enfin, je trouve qu'elle fait plutôt peur jusqu'à nous glacer le sang, plutôt qu'elle nous le réchauffe. Non, même si je fais au hasard, il me manque des mots pour la suite, mais lesquels ? En plus, je ne sais même pas dans quel ordre est-ce dit.. Non, non, non. Aaaaaaaaaargh.. C’est compliqué ! Dites, mh, M-Maître ? Vous ne préférez pas plutôt que je vous chante le générique de Doraemon ? Je suis certain de le maîtriser ! Et ce n’est pas une comptine pour enfant, mais un générique aussi bien pour les grands que les petits,
    proposait-il tout en arquant un cil. Hu-hum, je vais vous la chanter et vous me direz si ça vous convient. Il y a juste le début que je ne maîtrise pas encore tout à fait, mais en même temps il n’est pas facile.. J’y vais — pas très fort si vous voulez :

    ”TATATATATATATATATADAAAAAAA ! TATATATATATADAAAAA

    Kona koto ii na, Dekitara ii na ~
    Ano yume, kona yume ipai aru kedo ~

    Mina miina miina, kanaette kureru,
    Fushigina pokke de, kanaette kureru.

    Sora wo jiiuni, tobita ii na ~
    An an ! Tottemo daisuki, doraemon. ♪ "
    "
Yohru aimait beaucoup écouter cette musique tout en mangeant, il pouvait supposer que devin allait également apprécier, après tout, il avait lui-même demandé à écouter une chanson. Le jeune garçon tâcha de ne pas trop hausser la voix, ce qui l’épuisait également lui-même. Cependant, alors qu’il chantait de sa belle voix, il entendait entre-temps le kunai de l’homme masqué toucher l’assiette, ce qui l’énervait que d’avantage en son fort intérieur. Alors qu’il devait chanter, son interlocuteur se faisait un plaisir de manger devant lui. Si seulement sa conscience ne le retenait pas, il lui sauterait bien à la gorge au vu de la courte distance qui les séparait. Il lui suffisait d’avancer de quelques pas pour l’assommer d’un grand coup de poing, mais quels étaient les risques qu’il encourrait de la sorte ? Il ne pouvait que l’observer d’un regard haineux malgré les paroles de la chanson relativement joyeuses.

Lorsque le devin finit de se rassasier de la bonne viande, il proposa à Yohru de s'installer. Il ne fallut que quelques secondes pour que ce dernier ne s'exécute et prenne place avec des yeux pétillants qui rêvaient de bonnes nourritures. Il n'allait pas faire prier pour débuter son repas si bien mérité, bien qu'il aurait aimé que ce dernier s'adresse à lui avec plus de respect, mais il ignora simplement ce détail qu'il renfermait dans sa bouche. Il dévora la viande en moins de deux bouchées, limitant le bruit du mieux qu'il pouvait. Ce n'était pas dans ses habitudes que de manger de la sorte, mais il lui suffisait de faire attention. Puis, il n'avait guère le choix avec le devin toujours à ses côtés. Terminant la dernière bouchée de viande restante, il devait à présent aller nettoyer l'assiette — le déposer dans l'évier. Cependant, il avait encore et toujours faim, ce n'était pas quelques morceaux de viande qui allaient suffire à calmer son estomac. Après ces trois jours, son ventre était complètement vide. Malheureusement, il ne pouvait pas aller chercher d'avantage, car l'homme masqué lui avait interdit de se détourner de son droit chemin.
    " Ok. J'vais débarrasser tout ça. "
Il se leva et prit l'assiette sans jeter un regard de plus en arrière, avant de sortir de la salle. Une fois à l'extérieur, il se mit à grincer des dents tellement que sa colère le torturait mentalement. Il se jurait pour la centième fois qu'il se vengerait aussi bien pour la douleur persistante que pour ce mauvais jeu. Cependant, pour l'heure, il devait conserver son calme et obéir, juste le temps d'échapper aux cruelles sentences. Il déposa l'assiette dans l'évier de la cuisine, avant de retourner voir le devin maudit. Il tentait du mieux qu'il pouvait afin de conserver un visage serein, mais son regard noir lui sortait des yeux pour qu'il puisse le garder derrière un masque tranquille.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 590
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Mer 15 Fév 2017 - 18:47

    La mélodie aurait pu être meilleure. Le choix, hélas, n’était pas des plus attendu. Mais pouvait-on véritablement attendre plus d’un jeune garçon ? Le Yamanaka n’en démordit pas. De toute façon, il n’appréciait guère le bruit lors de ses repas : ça n’était qu’une façon de plus pour rappeler à Yohru qui commandait. Surtout, il s’agissait d’un test : s’il était capable d’obéir sans chercher de faille dans les consignes, ou n’importe quel moyen de se soulager la conscience. Juste obtempérer sans rien demander. Certes choisir une chanson dont on ne connait pas les paroles n’était pas judicieux, et le chant qui suivit n’était pas très adéquat, mais qu’importe. Le résultat était là, et donc la récompense du jeune rouquin également.

    Cependant, car il y avait toujours un cependant, le Yamanaka n’apprécia guère le regard que lui lança Yohru à son retour. Il avait le droit de le haïr, certes. Shigo n’en avait d’ailleurs cure. Mais il ne devait pas le montrer. Or, en cet instant, ses yeux hurlaient justice. Vengeance surtout. Violence certainement.

    « Dommage, vous étiez si près du but. Mais permettez que je vous rappelle votre rôle. »

    Le Yamanaka joua avec le kunai entre ses doigts avant de le planter sans ménagement dans l’épaule de la poupée, pas si loin du cœur, mais juste assez pour faire ployer le genou à n’importe quel homme fait de chair et de sang.

    « Un élève, un petit garçon, un esclave. Vous êtes Pupille, et non Seigneur. Votre regard, vous le gardez pour vous. Vous n’êtes pas autorisé à soutenir le nôtre, de regard. Observez nos pieds, tout au plus, à moins que l’on ait la générosité de vous autoriser le contraire.
    Dorénavant, vous baisserez le regard face à toute personne ayant un titre plus élevé que le vôtre. Aussi, chaque fois que la Seigneur Aburame vous fera l’honneur de sa présence, vous devrez ou vous incliner bien bas ou ployer le genou, comme à présent.
    Vous n’êtes rien, Yohru. Rien qu’un grain de poussière dont je pourrais me débarrasser d’un simple mouvement de poignet. Alors comportez-vous comme tel : comme un moins que rien, soumis et obéissant, poli et servile.
    Vous ne répondez pas ? Peut-être avez-vous enfin compris. A moins que ce ne soit la douleur qui vous empêche de vous exprimer ? Tant mieux. Passons donc à la prochaine leçon, voulez-vous ? Nous parlons mais les heures défilent, et il est grand temps que je m’en aille. Cette fois, vous demeurerez maître de votre corps. Cependant, je vous somme de demeurer là, dans cette pièce. Vous ne mangerez ni ne boirez. Vous ne bougerez pas jusqu’à mon retour. J’espère avoir été suffisamment clair ?
    Bien. »


    L’homme masqué laissa les restes de la poupée là, sur la table, et récupéra uniquement son kunaï. Puis il quitta la pièce en posant une brève main sur l’épaule du jeune garçon, le libérant de tout maléfice. Fermant bien la porte derrière lui, Shigo s’en alla ensuite retrouver la dame qui l’avait accueillie le premier jour. Alors il lui demandera si des gardes pouvaient surveiller la dite pièce, ainsi que ses fenêtres. Lorsqu’il reviendra le lendemain, il voudra savoir si Yohru a obéi à tous ses ordres ou non. Allait-il être encore présent ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 404
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Jeu 16 Fév 2017 - 0:49

    " AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH "
Une douleur aiguë transperça la chair du jeune garçon jusqu'à atteindre l'os situé à l'intérieur de son épaule, lui arrachant un grand cri strident, sans doute moins fort contrairement à la fois où il se fit percer l'œil, mais sa voix portait suffisament loin pour résonner à travers l'étage. Il retomba une nouvelle fois lourdement au sol, se pressant la poitrine d'une main et se maintenant à terre de l'autre, il avait un regard terne qui fixait désormais le vide avec une triste expression colérique. Il avait la sensation qu'une lame finement aiguisée venait de lui porter un coup fatal tout proche de son cœur qui battait d'un rythme croissant. Il pouvait ressentir ces battements entre sa main, ainsi que son souffle qui s'épuisait peu à peu face à la douleur. Il s'agissait d'un mauvais tour de l'homme masqué, cela ne faisait nul doute puisqu'il était la seule personne capable de blesser quelqu'un sans même le toucher, grâce à la poupée de chiffon dont-il semblait prendre grand plaisir à torturer avec son kunai. Il suffisait que Yohru atteigne l'objet pour mettre fin à ses souffrances, seulement, il en était incapable. Il pouvait simplement serrer les dents le temps que cette douleur inexistante qui persistait en lui ne finisse par s'apaiser.

L'heure de sa vengeance n'avait toujours pas sonné, il devait continuer à jouer le rôle du gentil garçon. Ce n'était que des paroles bien qu'elles étaient affligeantes, les mots ne touchaient point le rouquin. Il concentrait toutes ses forces sur la douleur qui se situait tout proche de son organe vital, il écoutait les paroles du devin d'une oreille à demi-attentive. En relevant le regard en direction de cette silhouette hideuse, il pouvait remarquer l'absence de chaussures et il devait continuer d'observer ses pieds, moches et sans intérêts. Le maudissant profondément, jamais le pupille n'allait s'amuser à fixer les jambes de ses interlocuteurs peu importe quel rang occupaient-ils, mais seulement cette fois-ci, il était incapable de répondre, alors il se contenta de laisser le silence perdurer en guise de réponse. Il se jurait de se venger, ce n'était qu'une simple question de temps, se répétait-il tout en se mordant la lèvre.

L'homme masqué s'apprêtait-il à repartir ? Yohru ne releva point le visage pour l'observer, ni sa silhouette, ni son masque, il se contenta de demeurer immobile. Cependant, au toucher avec sa main, il sentit toute la douleur qui empoisonnait son corps s'effacer brusquement. Son œil qui était devenu aveugle revoyait de nouveau la lumière en même temps que le diseur de mauvaises aventures quittait la pièce, emportant avec lui tout la mauvaise atmosphère qui pouvait se dégager de sa personne. Lorsque l'enfant entendit la porte claquer, il eut la confirmation qu'il était bien parti. Soupirant une fois, comme si les nuits de cauchemars prenaient fin, il s'assit au sol sans la force pour se relever. Même s'il avait retrouvé sa mobilité, il était néanmoins interdit de sortie, comme si la sentence perdurait au fil des jours, malgré ce qu'il pouvait croire.

Il avait été forcé d'arrêter les cours dans tous les autres domaines, enfermé dans la malédiction du devin. Il ne comprenait plus l'intérêt de ces heures de bonnes manières si ce n'était que de permettre à cet homme de s'amuser en torturant le pauvre enfant qu'il était. Il priait pour le retour du véritable professeur de savoir-vivre, il l'attendait avec impatience afin de pouvoir reprendre son quotidien, qui finalement était plutôt paisible. Ces cours qu'il subissait régulièrement étaient en réalité nin agréables, contrairement aux véritables heures interminables qu'il vivait à l'heure actuelle. Allongé à terre, il entendit des bruits de pas monter, de multiples bruits de pas comme deux gardes qui s'approchaient de la pièce. Ils n'allaient rien faire pour lui venir en aide, mais l'aspirant décida malgré tout de se rapprocher de la porte pour leurs parler.
    " Hey ! Vous êtes pas sérieux ? J'fais quoi de mes cours ainsi que tout le bazar qui va avec ? Mes entraînements, mes exercices, cela fait plusieurs jours que je n'ai rien fais de tout ça. Ce n'est pas mon problème, mais le vôtre, vous, le sale masqué, Mamiko, car vous m'empêchez de le faire ! Ne venez pas vous plaindre par la suite, mh ! Concluait-il avant de s'asseoir au sol.
Ce n'étaient que des excuses, que des prétextes pour sortir et pour aller manger. La Daimyô lui avait programmé tous ces cours pour qu'il puisse s'améliorer dans ces divers domaines, mais il fallait croire qu'elle avait privilégié le savoir-vivre. Tout cela devenait peu important, une journée de plus ou deux moins, cela n'allait pas changer grand chose. Si son estomac se vidait, ses forces se puiseront dans ses graisses, dans ses muscles, jusqu'à devenir famélique. Néanmoins, il n'allait pas mourir, car il devait encore se venger. Épuisé et affamé, il s'endormit au sol tout simplement. De simples morceaux de viande n'allaient pas suffire à remplir l'estomac vide de ce petit ogre sur pattes, mais il allait faire avec le peu qu'il avait. Il rêvait de bonnes nourritures jusqu'à se faire exploser le ventre, il devait finir ce cauchemar, quitte à faire semblant d'être obéissant pour le jour suivant.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 590
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Jeu 16 Fév 2017 - 9:03

    Lorsque le Yamanaka revint, il prit la peine de retourner voir la dame du premier jour avant de rejoindre la salle qui lui était destinée pour ses leçons. Selon ses dires, il n’y avait pas eu de problème : Yohru était bien resté dans la pièce. Sachant à quoi s’attendre, l’homme masqué pénétra le lieu en toute sérénité. Malgré tout, il gardait à la main une nouvelle poupée de chiffon, entière et toute aussi brouillonne que la précédente. L’artistique ou le tissu utilisé ne jouait en rien dans le procédé. Il la tenait à la main, bien visible du jeune garçon qui était, en effet, bien présent. Pourtant, il avait les possibilités physiques de s’en aller, de contenter sa faim ou sa soif, voire son manque d’hygiène ? Mais il n’en avait rien fait.

    Encore une fois, le va-nu-pieds contourna Yohru d’un pas lent et calculé, dans le silence le plus total. Avait-il compris qu’il ne devait pas s’exprimer le premier ? Allait-il fixer ses pieds comme il l’avait ordonné ?

    « Et bien, serait-il possible que nous approchions de la fin de mon enseignement ? »

    Un énième test. Si Yohru levait la tête, souriant et heureux de cette nouvelle, il obtiendra un nouveau poignard lui traversant l’œil. Mais s’il faisait tout comme attendu, il en verrait le bout très prochainement.

    « Je pense qu’il est grand temps de faire mon rapport à la Seigneur Aburame. Mais vous allez devoir venir avec. Tout d’abord, allez vous laver et tâchez d’être présentable. Votre odeur corporelle ne sied pas à sa présence. Je vous attends ici. Je vous conseille évidemment que mon attente ne soit pas trop longue… »

    Le Yamanaka patientera, installé à la table face à l’ancienne poupée. Avant que le jeune garçon ne quitte la pièce, Shigo l’y avait liée encore une fois. Ainsi, s’il venait à prendre trop de temps, l’homme masqué pourra lui rappeler l’attente de son maître ainsi que la limite de sa patience par quelques pointes choisies au hasard sur le corps. Rien de bien douloureux, surtout des avertissements. Mais peut-être allait-il être suffisamment rapide pour ne pas en avoir du tout ?

    Lorsqu’il reviendra enfin, le Yamanaka lui soufflera quelques indications avant qu’ils n’aillent retrouver Aburame Miko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 404
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Ven 17 Fév 2017 - 10:37

Le bruit de porte qui s'ouvrait vint perturber le silence de la salle. Le jeune garçon n'eut pas besoin de relever les yeux pour deviner que son professeur de savoir-vivre venait lui rendre visite. Il venait voir le pupille tous les jours à la même heure du soir, c'était sans surprise qu'il le vit arriver alors que le ciel à l'extérieur commençait à s'assombrir. Il était la seule personne qui entrait sans frapper et qui marchait avec les pieds nus d'un pas lent, toujours de ce même rythme qui lui agaçait les nerfs. Les températures continuaient à baisser, la fenêtre brisée laissait passer des courants d'air qui rendaient la salle humide et froide. Yohru ne craignait pas l'hiver, il ne craignait que la chaleur trop importante de l'été, mais il n'aimait pas pour autant passer des nuits sans couverture alors que le vent soufflait fort dans la pièce. Lorsque l'homme se rapprocha de la silhouette affalée au sol, il n'eut aucune réponse. Le rouquin était épuisé et affamé, car il n'avait pas eut le moindre repas depuis le dernier morceau de viande qu'il avait dévoré la veille. Il se contenta de laisser le silence remplacer sa présence, tandis que son regard fixait quelques instants ses pieds avant de se détourner dans le vide.

Il avait remarqué que son visiteur revenait avec une nouvelle poupée de chiffon, qui allait sans doute remplacer la précédente qui se trouvait dépouillée sur la table. Le devin ne semblait point se lasser de cette activité, s'il était revenu avec son beau jouet, c'était qu'il prévoyait de s'en servir durant ces heures douloureuses qui allaient suivre. Cependant, la vue de cet objet maudit avait cessé d'inspirer la peur chez l'aspirant. Il ressentait toujours un sentiment amer à devoir subir ces supplices, il avait toujours cette crainte qui sommeillait dans son esprit, mais il était inutile de se torturer lui-même avec ses propres pensées. Il ne pouvait rien changer avec de simples espoirs, il n'était plus certain de pouvoir voir la fin de ces apprentissages. Le savoir-vivre était la dernière chose qu'il aimait, il voulait simplement conclure ces heures insupportables pour ensuite dormir seul dans cette pièce. Il continuait de maudire en son fort intérieur celle qui l'avait envoyé dans ce palais, qui lui avait promis le mépris, la torture ainsi que la solitude. Elle le savait déjà lorsqu'elle l'avait convoqué ce jour-là, nul doute.

Immobile allongé à terre, il écoutait son interlocuteur parler dans le vide, que pouvait-il répondre sinon ? Si cette histoire ne tenait qu'à ses décisions, il aurait déjà choisi de terminer cet enseignement depuis plusieurs jours déjà. Effectivement, s'il avait pu, il l'aurait renvoyé du palais et instauré sa loi, mais personne n'allait le laisser faire. Néanmoins, si l'homme tenait tant que cela à une réponse, il obtiendra seulement le son de sa voix sans aucun mot. Juste un son que le garçon prononçait pour se donner l'air d'écouter le fantôme qui gênait son repos. Yohru ne comprenait pas pourquoi devait-il l'accompagner jusqu'à la Daimyô, il n'avait qu'une seule envie à l'heure actuelle, celle de passer sa main à travers sa gorge pour lui rappeler son existence, cette existence qu'elle avait jetée dans les bras d'un diseur de mauvaises aventures. Lorsqu'il prononça son nom, en cet instant précis, une colère noire vint teindre ses deux pupilles bleutées, mais le regard dirigé au sol, son interlocuteur ne l'avait peut-être pas remarqué. Suite aux consignes, l'enfant s'exécuta et se releva avant de sortir dans le couloir. Il poussa un soupir derrière la porte, avant de prendre le chemin avec la même lenteur. Il hésitait à croire s'il s'agissait d'une bonne idée, étrangement la fin lui semblait douteuse, il ne comprenait pas pourquoi allait-il devoir rencontrer Miko.

Traînant le pas, il se rendit à la salle de bain, passant auparavant dans sa chambre pour aller se prendre de nouveaux vêtements. Il sentit par moment des petites douleurs toujours invisibles à l'œil, sans doute le devin s'impatientait dans la sale aux mille puanteurs. Se croquant les lèvres avec rage, il se pressa de se rendre sous la douche. Jetant ses affaires sur le côté, il commença à se rincer de la tête jusqu'aux pieds avant de se savonner avec le premier savon qui lui vint sous la main. Il voyait ses os ressortir comme si son corps se transformait en cadavre, il était encore loin de la mort, mais il ne pouvait pas nier qu'il avait maigri. Son estomac avait cessé de hurler famine, la fatigue lui pesait comme un poids lourd qui le traînait vers le bas. Puis, un sourire vint se tracer sur son visage.
    " Yosh.. Une fois que tout cela sera terminé, j'irais m'empiffrer jusqu'à me faire exploser le bidon. Mangeeeeeeeeeeeeeer. "
Il allait en finir, tout à fait, il pourrait ensuite manger jusqu'à ne plus avoir faim. Puis, il pourra songer à une vengeance pour le professeur masqué ainsi que tout ce monde maudit. Il sortit de l'eau et enfila ses vêtements, avant de retrouver le devin. Lorsqu'il fut de retour, ce dernier lui souffla quelques mots qui le laissèrent sceptique.
    " Lorsque nous irons voir Aburame Miko, [...]. "
Les yeux de Yohru s'écarquillèrent devant ces paroles. Le devin pouvait s'enfoncer profondément le doigt dans l'œil et jusqu'à l'os de son crâne s'il croyait que le pupille allait lui obéir si facilement. Seulement.. Il se contenta de hocher la tête et le suivi à travers le couloir, toujours avec un goût amer qui lui empoisonnait la bouche. Il ne pouvait pas s'empêcher de froncer les sourcils. Qu'allait-il faire une fois qu'il se retrouvera devant Miko ? Plusieurs choix s'offraient à lui, mais plusieurs issues différentes qui allaient déterminer beaucoup sur sa propre survie. Il avait la lèvre inférieur qui s'étalait sur la lèvre extérieur, pendant qu'il marchait, il était en pleine réflexion.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3526
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Jeu 23 Fév 2017 - 18:01

    Kimimaro, il va falloir que tu m’aides.


Soupirant lourdement, elle lui montra la feuille de papier vierge devant elle, qu’elle devait adresser à un seigneur local. Il demandait à la voir et lui présenter son fils pour que ce dernier rentre sous son service mais à part « oui ok, entrez », elle n’avait pas la moindre inspiration pour étoffer d’avantage son courrier.

    Qu’est-ce que je déteste ce genre de mondanités sans intérêt. Dis moi … Est-ce que Kohana s’en sentirait insultée si je lui demandais de faire ma scribe et de répondre aux courriers sans importance ? Avec son talent, elle pourrait sûrement réussir à imiter mon écriture … et elle semble ne pas s’embarrasser de trop de modalités et tournures de phrase. Un substitut idéal non ?


Assis sur le rebord de la fenêtre, le Gekei -toujours très collant pendant son affectation- l’écoutait calmement pour une fois.

    Je pensais à quelque chose d’ailleurs ... Que dirais-tu de jouer les diplomates à mi-temps à l’occasion ? Il faudrait bien entendu que tu arrêtes d’être distrait pour un rien, que tu gagnes en patience, en politesse, en savoir-vivre mais …


Un garde toqua à la porte de son bureau, il annonça que le professeur de cette même matière qu’elle avait commandité pour Yohru demandait à la voir afin de lui présenter les progrès de son pupille. Oui … Pourquoi pas. Acquiesçant mais lui demandant quelques minutes encore, elle laissa le garde ressortir, soulagée de ne pas avoir à terminer cette lettre tout de suite.

    Nous en reparlerons, rappelle-le-moi si j’oublie. À voir si la boule puante a changé après ces quelques leçons. Et qui sait, si vraiment ce Shigo a réussi à faire des miracles, je lui demanderai quelques cours du soir pour toi.


Le temps que le Gekei lui réponde, et les deux énergumènes rentrèrent.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 933
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Ven 24 Fév 2017 - 19:28



» Hmm ? - grogna le félin intrigué quand Miko lui demanda de l'aide.

Comme à son habitude, le félin était installé sur le rebord de la fenêtre du bureau de Miko, profitant du soleil et assurant par la même occasion la garde du Daimyô. Enfin, c'est ce que pouvait penser les autres ninjas mais Kimimaro était simplement là car il s'y sentait bien, puis la compagnie de l'Aburame lui plaisait beaucoup.

Le jônin eu un petit rire amusé quand Miko lui parla de Kohana,

» Oh non, je ne crois pas que sa lui plaira d'être réduite à ça haha.. En plus en ce moment elle est tout le temps enfermée dans sa chambre ou à la bibliothèque, elle lit des trucs sur j'sais pas quoi, enfin... C'est Kohana quoi...

Le sourire jovial du félin s'effaça quand l'Aburame lui demanda ce qu'il pensait à propos de devenir une sorte d'émissaire diplomate. Bien qu'il adorerait vadrouiller à travers le monde, il ne voulait pas non plus abandonner l'Aburame sans un moyen rapide de revenir si besoin.

» Je... Enfin je sais pas trop... - répondit Kimimaro avec une moue boudeuse. - Sa voudrait dire que je partirais loin et tout ? C'est pas trop pour ça que j'ai décidé de devenir Ninja Gardien tu sais... Mais on en reparlera d'accord, je vais y réfléchir.. Et à propos de Yohru, je crois qu'il a fait des légers progrès, enfin d'après Kohana il reste un petit imbécile mais qui n'en est pas un à ses yeux... - dit Kimimaro en riant à nouveau. - Et non, je sais très bien me comporter ! Même si c'est d'un ennui mortel...

En entendant Yohru et Shigo arriver derrière la porte, Kimimaro quitta le rebord de la fenêtre pour se mettre dans un coin de la pièce, observant alors la suite de cette réunion. Il avait hâte d'entendre le compte rendu des progrès de Yohru en qui il plaçait beaucoup d'espoir, même si il était un petit sauvage, c'était un sauvage en qui il arrivait à se reconnaître, plus jeune Kimimaro aussi était assez spécial, un Gekei élevé dans la nature. Il avait eu beaucoup de mal à s'adapter à la vie en société après avoir rejoint le village à la mort de ses parents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 404
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Ven 24 Fév 2017 - 21:42

Une fois invité à entrer, le rouquin suivit son professeur de savoir-vivre dans le bureau de la Daimyô. Il pouvait voir en face de lui l'Abûrame qui se trouvait sereinement assise derrière ses piles de papiers, puis à ses côtés auprès de la fenêtre, un visage familier qui lui rappelait à la fois des souvenirs agréables en même temps qu'une profonde déception. Yohru ne pouvait pas cacher son air épuisé derrière un visage rayonnant, simplement parce qu'il lui manquait la force pour jouer sa comédie habituelle et il n'avait aucune envie de sourire, ni en compagnie du devin, ni en compagnie de celle qui l'avait lâchement abandonné avec celui-ci. Le premier sentiment qui dominait en cet instant fut la haine qui s'était accumulée durant ces derniers jours. Personne ne mentira en affirmant que durant les deux premières nuits, il avait crié jusqu'à s'arracher les cordes vocales. Cependant, pas une seule âme charitable n'était venue le sauver, pas même le félin en qui il avait un minimum plus de confiance. Encore, cela n'était peut-être pas étonnant de la part de la Seigneur du Feu, elle-même était parfois cruelle dans ses punitions. Néanmoins, cette fois-ci fut particulièrement douloureuse au point d'attirer la petite larme au coin de l'œil qui refusait de couler. Les évènements qui suivirent n'avaient point calmé la colère du pupille, il demeurait toujours grincheux et entêté dans son comportement. L'envie de fracasser la tête à toutes ces personnes dans la salle le faisait bouillir de l'intérieur.

Pourtant, l'enseignement de savoir-vivre avait eu l'avantage de lui apprendre à quel point la vie pouvait être difficile. Ces jours atroces touchaient à leur fin, il ne devait pas faire de faux pas au risque de vivre à nouveau la douleur de se faire percer l'œil, et qui savait peut-être le cœur ? Le devin se trouvait toujours derrière lui avec un air menaçant que l'élève seul pouvait comprendre. Le lien inexistant qui le reliait à lui semblait toujours le menacer, alors que pourtant, ce n'était qu'un mauvais tour de son imagination qui avait trop vu de ces malédictions. Il s'était quelque peu habitué par cette semi-semaine qui avait effacé l'émotion de la peur qu'il pouvait ressentir au tout départ, même si celle-ci continuait de le faire tressaillir par moment. Il arrivait au bout, bientôt, il allait se réveiller de ce mauvais rêve, il ne devait plus songer à tout cela et simplement accomplir ce qu'il lui était demandé. D'un mouvement de la tête, il effaça toutes ces idées de vengeance, de terreur, de conquête, de destruction et autres idées, les ravalant dans son ventre en même temps que sa fierté, mordant un coup sec sa lèvre avant de s'avancer seul en direction de la grande dame.

Il avait réfléchi durant tout le temps du trajet jusqu'à cette salle. Il savait à présent ce qu'il faire, même si l'hésitation le faisait quelque peu trembler. Il s'avança d'un pas lent et calculé, le même que l'homme masqué chaque soir, jusqu'au-devant de Miko. Il gardait la tête baissée sans personne pour voir son visage, ignorant au passage loyalement le gardien qui se tenait à ses côtés, pas même un regard, pas même un signe, juste le vent identique à celui qu'il avait reçu durant ces derniers jours d'enfermement. Il maudissait tous ceux présents dans cette demeure, Kimimaro ne faisait pas exception. Toujours le regard dirigé vers le sol, sans personne pour deviner son envie à cracher à la figure, chose qu'il aurait faite volontiers, mais ces derniers jours de savoir-vivre lui avaient suffi, alors il allait se retenir. Puis, se répétant les dernières paroles du devin qu'il avait prononcé avant rejoindre la salle :
    " Lorsque nous irons voir Aburame Miko.. "
Il s'inclina bien bas, il ploya le genou et lança son monologue le sans oublier son regard qui ne devait pas se relever, fixant éperdument le tapis rouge ou vert..
    " Ô Aburame Miko-Samaaaa ! Je m'excuuuse plaaaatement pour la vitre cassée.. Non, que j'ai sciemment brisée. Ô.. Ça veut dire quoi sciemment ? Voici mes excuses, Maître. J'att..ends ensuite qu’elle finisse de parler pour me redresser.."
Finalement, ce n'était peut-être pas si difficile que de prononcer ces mots avec une voix mélodieuse qui portait jusqu'aux oreilles de son interlocutrice, bien qu'intérieurement les insultes se multipliaient à l'égard du "Maître" qui semblait prendre plaisir à regarder son élève. Ce n'était pas l'envie qui lui manquait pour lui baver dessus et lui dévorer une joue, mais il se forçait à recentrer ses idées sur la fin de toute cette histoire. Il pourra enfin aller manger jusqu'à s'exploser ce ventre affamé depuis si longtemps une fois cette entrevue terminée. Il priait seulement pour qu'aucun imprévu vienne faire perdurer ces instants qui lui paraissaient déjà suffisamment longs. La liberté était toute proche, ce n'était plus qu'une question de minutes, de secondes, le professeur avait prit soin de bien préparer son élève à ces instants de bonne conduite, il ne pouvait y avoir d'erreur, aucune erreur de son savoir. Yohru allait ensuite pouvoir dire adieu au diseur de mauvaises aventures, et cela, à tout jamais, plus jamais il ne reverrait son visage, ce dernier lui avait lui-même promis, adieu ! Bien qu'en réalité, à ce moment-là, le pupille était encore loin de se douter de la réalité qui l'attendait dans le futur, mais c'étaient encore des problèmes inexistants à l'heure actuelle. Nul ne savait qu'il allait rejoindre l'équipe d'Akimichi Rin par la suite..


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3526
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Dim 12 Mar 2017 - 10:53

Souriant légèrement à la remarque concernant le fait que Yohru était un petit imbécile aux yeux de tous, elle laissa le binôme rentré, le gamin rouquin qu’elle avait demandé à faire éduquer ouvrant la conversation d’une voix troubadouresque.

    Que tu as sciemment brisé ? … Pardon ?


Son regard se fit plus ferme, plus menaçant. Il ne manquait plus que cela, tiens. Qu’il fasse son petit casseur ici. Attendant qu’il s’explique et détaille ce qui s’en était suivi. Faisant craquer son annulaire, elle tourna la tête vers le Yamanaka.

    Yamanaka Shigo c’est cela ? Je pensais avoir engagé un professeur de savoir-vivre pas un professeur de théâtre ou de chant. Si je me souviens bien, votre lettre présageait des résultats pourtant bien plus concluants. Car actuellement, je vous avouerai que les envolées lyriques suintant la fausseté de mon pupille ne sont pas vraiment ce que j’attendais.


Elle était … déçue. Oui c’est ça. Oh pas une grande déception comme celle qu’elle allait affronté après Nami envers elle-même et ses Ninjas Gardiens pas si terribles que ça (bon ok, les pnj avaient été violents gnagnagna), mais tout de même. On la dérangeait pour lui montrer l’impertinence du gamin rouquin. Et Kyubi seul savait que son impertinence, elle avait pu en être témoin (par elle-même, ses insectes, ou le personnel du palais).

    Par ailleurs je trouve celle étrange pour un professeur de bienséance et un Konohajin tout court de garder son masque quand il parle à son Daimyô. Ou même de le garder dans l’enceinte du palais. Je trouve cela quelque peu surprenant que l’on vous ait laissé faire. Alors même que tout un village a affirmé vouloir ma mort.


Petit sourire en coin alors qu’elle parlait des menaces terrifiantes que représentaient les Sunajins. Qu’ils viennent animés par leur Kage qui avait déjà tenté de mettre fin à ses jours. Elle les attendait. Pour la petite note, pour Miko cette entrevue se passait avant la purification étant donné que Yohru avait été recueilli avant.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 590
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Dim 12 Mar 2017 - 11:29

    Enfin, nous y voilà. Le Yamanaka venait démontrer les résultats de ses cours à Aburame Miko. C’était la première fois qu’il se trouvait si près d’elle. Une simple femme à la tête d’une nation. Mais elle n’avait pas la même prestance que Makka. Cette dernière était une démone tandis que Miko ressemblait davantage à une politicienne aigrie.

    Le va-nu-pieds nota la présence d’un garde dans un coin. Un seul ? Soit, ils avaient probablement mené leur enquête auparavant. Shigo servait Konoha depuis dix ans et n’était, par conséquent, pas un danger. Normalement.

    Yohru obéit aux ordres certes, mais la scène semblait être tirée d’une comédie mal jouée. Devait-il absolument répéter les mots exacts du Yamanaka au lieu de les réarranger à sa sauce ? Et évidemment, Miko ne manqua pas de le noter. Quand bien même, elle aurait trouvé n’importe quel détail pour se plaindre. Ceux au sommet de la pyramide ne ratent jamais une occasion pour rappeler l’écart entre eux et leurs sous-fifres, histoire d’annoncer la couleur et d’avoir un argument en cas de négociation.

    Le va-nu-pieds déposa un genou à terre.

    « Mes salutations, Aburame Miko.
    Pardonnez ma tenue. Il s’agit d’une habitude professionnelle. Devant agir avec un masque pour Konoha, j’avais supposé qu’il devait en être de même pour vous. Mais je peux le retirer si c’est ce que vous désirez. Loin de moi l’idée de vous faire un affront.
    Pour ce qui est de m’avoir laissé faire, la faute ne revient pas à vos gardes. Votre ordre de mission et votre lettre me permirent de passer mon chemin sans trop de difficulté, après avoir vérifié leur authenticité. »


    Justifier le port continu de ce crâne par son appartenance à l’ANBU. Une idée plutôt bien trouvée. Certes, ce genre d’information devait rester secrète, mais Miko l’ayant recruté pour une mission devait probablement déjà être au fait de sa situation. A moins qu’elle ne s’enquiert pas un minimum des hommes qu’elle convie dans son palais ?

    L’homme masqué se redressa. Son regard fixait le menton de la Seigneur. Souvent, les dirigeants n’apprécient guère qu’on soutienne leur regard, et il vaut parfois mieux regarder juste en-dessous, en preuve de soumission. Que cette preuve soit hypocrite ou véridique.

    « En effet, Seigneur Aburame, je suis le professeur de savoir-vivre de votre pupille, et je puis vous assurer que les résultats présagés seront au rendez-vous.
    Commandez. Dites ce à quoi vous vous attendiez. Demandez à Yohru une chose qu’il a pourtant horreur de faire, et vous constaterez la bienséance de l’obéissance à un supérieur, sans plainte aucune.
    Demandez et vous verrez. Je suis certain que votre pupille se fera une joie de satisfaire le moindre de vos désirs. »


    Le Yamanaka termina sa proposition en s’inclinant légèrement. La preuve hypocrite de tout à l’heure. Sa main glissa délicatement sur la poupée de chiffon qui suspendait à sa taille. Un avertissement pour Yohru. Une menace surtout. Il savait ce qu’il devait faire pour ne plus avoir de cours du va-nu-pieds. Il savait ce qu’il devait faire pour ne plus le revoir et ne plus souffrir. Il savait que Shigo était prêt à le tuer s’il avait le malheur de le décevoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 933
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Lun 13 Mar 2017 - 23:35



Silencieux et d'un air suspicieux, le Gekei observa les divers échanges entre les protagonistes présents dans la pièce. Kimimaro ne put s'empêcher d'hausser un sourcil, interloqué par le comportement de Yohru et ses excuses théâtrales, qui ployait le genou et baissait le regard comme un animal intimidé. Ce n'était pas naturel, pas du tout même et avec tous les cours de bienséances du monde, rien n'aurait pu changer le petit sauvage à ce point là.

Quand Shigo termina de répondre à Miko, en lui proposant de demander n'importe quoi à Yohru pour avoir la preuve qu'il obéirait coûte que coûte, le félin n'eut pas de mal à remarquer le geste du Yamanaka qui semblait effleurer une sorte de poupée en tissu accrochée à sa ceinture. Comme un message adressé au garçon.

Avant que l'Aburame ne prenne la parole, Kimimaro s'avança, intervenant avant Miko tout en s'approchant de Yohru et Shigo, s'interposant entre le maître et son élève.

» Ce n'est pas un esclave que nous avons demandé... - répliqua sèchement le Gekei, visiblement irrité par la prestation du rouquin, en fixant le Yamanaka.

Kimimaro attrapa Yohru par le col et le tira vers le haut. Les pieds du garçon s'élevèrent à quelques centimètres du sol puis le félin le reposa. Il lui attrapa ensuite le visage et le força à le regarder dans les yeux. Pendant quelques secondes, le félin plongea son regard perçant dans celui de l'aspirant, sans trop de problèmes il put y lire la colère et la rancœur qui bouillonnaient en lui.

Le jônin détacha son regard du rouquin pour le planter dans le masque de Shigo, d'ailleurs pourquoi est-ce qu'il le portait toujours ?

» Je peux vous demander quelles sont vos méthodes ? - dit froidement le Gekei. - Et retirez ce masque, Miko-sama vous l'a peut-être suggéré trop poliment..

Mais il ne ferait pas cette erreur, voir Yohru dans un tel état de soumission était bien trop dérangeant pour le Gekei, ce n'était pas dans la nature du garçon et visiblement ce Shigo devait exercer une certaine pression sur lui pour le contraindre à ce point.


Dernière édition par Kimimaro le Sam 25 Mar 2017 - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 590
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Mar 14 Mar 2017 - 0:23

    Le toutou de la Seigneur vint interrompre l’audience du Yamanaka. Ne savait-il pas resté à sa place ? Il semblerait que beaucoup du personnel de Miko devraient suivre quelques cours de bienséance. Shigo devait-il jouer un personnage arrogant ou conciliant ? Baissant légèrement la tête, le Yamanaka retira son masque avant de soutenir le regard de l’opportun.

    « Veuillez m’excuser, je suis plus accoutumé aux ordres directs. Cependant, je pensais avoir quémandé une audience avec Seigneur Aburame, et non… Qui êtes-vous ? »

    Les présentations ne faisaient-ils plus partie des civilités ?

    « Non, en effet, vous n’avez pas demandé un esclave. Vous vouliez une personne qui sache se tenir, qui connaisse sa place, qui ne manque pas de respect, qui n’hurle pas sans raison, qui ne fasse pas de caprice, qui ait la décence d’indiquer son nom lorsqu’il rencontre quelqu’un, … »

    Tout le contraire d’un esclave, en effet. On remarquait tout de suite que les deux aspects étaient incompatibles. On avait demandé à Shigo de lui apprendre le savoir vivre. Dans un monde hiérarchisé, le supérieur ordonne et l’inférieur obéit. Voici les règles de base de la bienséance en société. Un parent demande, l’enfant sert. Les règles même de la vie. Oh, mais peut-être préféraient-ils les nommer serviteurs, gardes, majordomes, hommes de main, et j’en passe ? De beaux surnoms hypocrites. Des esclaves en réalité.

    « Pardonnez ma méprise : je constate que vous le traitez avec beaucoup d’égard. Mais, si je ne me trompe, bien que vous dites qu’il n’agit pas comme attendu, agit-il comme avant pour autant ? Les marques de son irrespect habituel sont-elles encore là ?
    Depuis combien de jours à peine ai-je débuté mes leçons ? Depuis combien de semaines ou de mois travaillait mon prédécesseur ? »


    Ils ne voulaient pas d’un esclave, mais au lieu de lui tendre la main il le soulevait sans prévenir et l’obligeait à le regarder comme on examine un cheval avant de l’acheter. Belle preuve d’humanisme en effet. Les puissants sont tous les mêmes au final : des hypocrites.

    « Quant à mes méthodes, Seigneur Aburame les connait pour avoir échangé avec moi à ce propos. Et je puis vous assurer, Seigneur, que vos clauses ont été respectées. Si vous voulez procéder à une vérification, à votre guise.
    Du reste, j’ai une proposition à vous soumettre, Seigneur Aburame. Si vous me le permettez ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 933
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Mer 15 Mar 2017 - 20:33



» Le fait est que je suis un Ninja Gardien, je me dois de veiller à la sécurité du Daimyô et à sa protection. Et par conséquent je veille aussi sur son pupille. - répondit le Gekei quand Shigo lui demanda qui il était. - Donc qui je suis n'a aucune importance... C'est dans ce même esprit que j'ai porté le masque d'ANBU, ce n'est pas la personne qui compte, mais son rôle. C'est donc pourquoi je me montre si... Curieux. Je dois aussi veiller sur le pupille.

Quand le Yamanaka annonça que Miko avait validé ses méthodes, Kimimaro ne put s'empêcher d'hausser les épaules. Il avait du mal à y croire, car les méthodes de Shigo devaient êtres très sévères pour obtenir des résultats aussi rapides. Mais si Shigo préférait éluder cette question, le félin n'avait pas terminé.

» C'est justement vos résultats si rapides qui font que je pose ces questions... Et non, effectivement il n'est pas le même et c'est vraiment surprenant pour un jeune garçon avec une personnalité si... Fantasque. Donc je ne peux me satisfaire d'une transformation si brusque sans en connaître les raisons. Si vous préférez ne pas répondre directement à ma question...

Le jônin se tourna vers Yohru,

» Et toi Yohru ? Tu as pensé quoi de ces cours ? - demanda aimablement le Gekei.

Le risque en demandant au rouquin, c'est qu'il n'ose pas répondre honnêtement devant le Yamanaka qui s'adressait déjà à Miko en lui demandant si il pouvait proposer quelque chose. Le félin espérait que Miko n'allait pas se satisfaire de la prestation de Yohru qui était plus qu'étrange, en plus d'être inquiétante.

Le Gekei releva le regard vers l'Aburame, attendant de voir ce qu'elle allait dire de tout ça. Et il espérait ne pas être le seul à s'inquiéter.


Dernière édition par Kimimaro le Sam 25 Mar 2017 - 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 404
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Jeu 16 Mar 2017 - 20:31

    " Que j'ai sciemment brisé ? Ça veut dire quoi, "sciemment" ? Il se trouve que, disait-il tout en bredouillant, cherchant du regard une réponse à travers son professeur de savoir-vivre. Il se trouve que, j'ai brisé une fenêtre pour prendre la fuite.. " Concluait-il avec une voix basse presque imperceptible avec un air gêné.
Il l'avait fait par instinct naturel sans songer aux conséquences, n'importe quel oiseau enfermé dans une cage chercherait la liberté pour sa simple survie et pour éviter de mourir en de vieux os affamés. La situation de Yohru n'était pas bien différente, il était une petite bête au pelage roux quelque peu brutale aux abords, et sans réfléchir, il se saisit de l'occasion qui s'offrait à lui. Aucun prisonnier n'allait se gêner pour prendre les clefs du garde endormi pour s'échapper de sa cellule, au cas contraire, c'était le synonyme de la mort. Le jeune garçon aurait pu retrouver sa liberté, si seulement il ne s'était pas fait prendre dans le piège soigneusement préparé par le jeune homme. La maudite poupée de chiffon le ramena au point de départ et la douleur avait suffi à lui faire abandonner n'importe quelle autre idée de folie.

Lorsque Miko se retourna vers le professeur de savoir-vivre qui était resté jusqu'à présent en retrait, un léger sourire vint se tracer sur les lèvres de l'enfant qui ne put s'empêcher de rire devant les paroles de la jeune femme. Cette dernière venait d'insulter les méthodes d'enseignement qui faisaient pourtant la fierté du diseur de mauvaises aventures. Même si elle avait élevé sa voix jusqu'à devenir quelque peu menaçante, elle avait le regard dirigé en direction de la silhouette de l'homme masqué. Cela faisait plaisir au rouquin que de l'entendre se faire sermonner, de le voir à genoux, de le voir s'excuser et mille autres formes qui le ramenait au même niveau que ce dernier face au Seigneur du Feu. Il faisait preuve d'un bel exemple, si seulement Yohru pouvait changer de place avec Miko en cet instant même afin de savourer pleinement cette joie. Malheureusement, ce ne fut pas le cas et une petite voix lui murmurait dans la tête le mauvais présage de ces paroles. Si la jeune femme n'était pas satisfaite de l'entraînement porté par le professeur de savoir-vivre, cela voulait-il dire qu'il allait subir une nouvelle semaine pénible et insupportable ? Le sourire s'effaça en une grimace de crainte, alors qu'il était si proche de cette liberté, si proche de dire adieu au devin.

Pourtant, il avait répété mot pour mot les paroles de ce dernier, agi de la même façon que recommandée avec une grande précaution par peur de ne commettre un faux pas. Une erreur de sa part allait forcément retomber sur son professeur, mais une erreur de son professeur retombait également sur l'élève. Ce n'était pas plaisant à avouer, mais durant cet entretien, son destin pour les jours à venir était lié à cet homme. Ce dernier lui rappela ses menaces au travers de la petite poupée qu’il caressait doucement du bout du doigt. Se mordant la lèvre de colère, le rouquin était certain que ce dernier riait d’un rire sadique et psychopathe derrière son masque. Pourtant, sa présence seule suffit à convaincre le pupille de laisser tomber toute idée de révolte. La liberté pouvait attendre, mais elle ne devait pas s'envoler, le jeune garçon était prêt à faire les efforts du monde pour terminer cet apprentissage par une réussite. Cependant, brusquement, il se fit saisir par le col et traîné vers le haut. Son regard croisa au même moment les deux pupilles rouges de Kimimaro.

Yohru détestait se faire soulever de la sorte, ce n’était plus la première fois que cela lui arrivait et il se débattait de toutes ses forces, avant que celui-ci ne le relâche au sol. Néanmoins, sa colère n’avait point disparu, il pouvait dire même qu’il le haïssait. Il aurait sans doute mieux fait de rester dans un coin de la salle, plutôt que de venir mettre son piment. Que voulait-il voir sur son visage ? Qu'il avait maigri durant ces derniers jours ? Qu'il était fatigué et lasse d'avoir à endurer tout cela ? Ou bien cette bête rugissante en lui qui ne désirait qu'assouvir sa colère ? Il s’adressa par la suite au devin, cherchant des explications de sa part. C'était sans surprise que ce dernier n'avoua aucun détail concernant ces séances de bien-vivre. Comme cela était énervant, agaçant, rageant. Chacun semblait décider du pupille sans même qu’il n’ait à prononcer son avis. Ses mains le démangeaient, son sang bouillonnait en lui, ses yeux s’écarquillaient telle une colère grandissante en lui. Que voulait-il voir sur son visage jusqu'à le perforer du regard ? Le pupille n'avait point oublié les premiers jours de ce nouvel apprentissage, il n'avait point oublié ce qu'il avait dit durant cette nuit même, il n'avait rien oublié et il était encore trop tôt pour oublier quoique ce soit. Puis, ce dernier s’adressa enfin au rouquin, lui demandant son avis. Hilarant. Il fallait essayer pour savoir, il fallait essayer au moins une fois pour se faire un avis de ce qu’était un véritable cours de savoir-vivre. Pendant tout ce temps qui sans doute avait duré pas plus de quelques jours, mais qui aux yeux du jeune garçon avait duré une éternité, chacun de ce palais demeura muet quant à son triste sort. Quel était l’intérêt de s’intéresser aux méthodes à présent que ces cours allaient prendre fin ?
    " Hein ?! " S’étonnait-il d’une voix grave, mais basse. T-Toi.. Tsss.. " Finissait-il en murmurant, sans prononcer un mot de plus ou même un regard.
Devait-il crier les détails de ces derniers jours ? Il s’agissait de la meilleure occasion pour lui que de prendre sa revanche. Cependant, combien de fois s’était-il plains de cet enseignement ? Combien de fois avait-on cru à de la comédie ? Sans doute trop de fois pour qu'il ne le recommence encore une nouvelle fois. Se maudissant lui-même et cette malchance que d'être tombé dans une pareille situation, il ne lui restait plus qu'à faire face. " Il savait ce qu’il devait faire pour ne plus avoir de cours du va-nu-pieds. Il savait ce qu’il devait faire pour ne plus le revoir et ne plus souffrir. Il savait que Shigo était prêt à le tuer s’il avait le malheur de le décevoir. " Cherchant du regard une réponse de la part du devin, allié ou ennemi qui partageait le même objectif, il attendait de voir, laissant le silence répondre au félin, tout comme ce dernier l'avait fait durant ces premiers jours d'apprentissage. Allait-il le forcer à être honnête ? Ces méthodes n’était-ce pas Miko elle-même qui les avait validées ? — Les apprentissages déteignaient sur la façon de penser de ce dernier. — Tout perdait son sens, Yohru ne comprenait plus rien.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 18:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 590
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Lun 20 Mar 2017 - 15:09

    « Un ninja gardien donc… »

    Plutôt un ninja parleur pour le moment.

    « Si votre rôle est de veiller sur lui, donne-t-il l’impression d’être menacé en ce moment même ? Ou bien mentionnez-vous ce qui s’est produit jusque-là ? Dans ce cas, et au risque de me répéter, vous n’avez qu’à procéder à quelques vérifications. J’attendrais alors, patiemment, que vos vérifications se soldent par vos excuses pour m’accuser d’avoir mal fait mon travail alors même que je n’ai aucun compte à vous rendre à vous. »

    Tandis qu’il interrogeait le jeune garçon, le Yamanaka demeurait droit et stoïque, le regard tourné vers l’Aburame. Ainsi, on ne pourrait l’accuser d’avoir influencé la réponse de Yohru.

    « Si la Seigneur Aburame souhaite connaître les détails de mes méthodes, elle les aura. Sachez en tout cas qu’elle convenait parfaitement à un homme ayant déjà fait de la prison. Car oui, c’est le cas du pupille que vous devez protéger, ninja gardien. Cependant, Seigneur, je me doute qu’il ne s’agit pas d’une information que vous souhaitez voir véhiculer, aussi l’ai-je gardé pour moi. »

    Il ne s’agissait en aucun cas d’une menace, mais plutôt d’une preuve de bonne foi envers la Seigneur locale. Si le va-nu-pieds portait encore son masque, il ne se retiendrait pas de sourire, mais dans le cas présent, son visage demeura de marbre lorsque Yohru répondit au protecteur.

    « Et bien, il semblerait que ce soit vous qui intimidiez le pupille, ninja gardien. Peut-être sont-ce vos méthodes qu’il faille critiquer, et non les miennes ?
    A présent, veuillez m’excuser, mais vous venez d’interrompre la discussion que j’avais entamée avec votre maîtresse…
    Seigneur Aburame ? L’or ne m’intéresse pas. Aussi, si vous estimez mon enseignement une réussite, je n’ai qu’une faveur à vous demander. Il s’agit de vanter mon travail en tant que professeur auprès de votre élève, Aburame Mizuki. Vous pouvez prendre le temps qu’il vous faudra pour constater de l’éducation de votre pupille avant de vous décider, bien évidemment. Je m’en remets donc à vous, Seigneur Aburame. »


    Ainsi, elle apprendra bien vite l’interdiction de l’Hokage à Shigo d’avoir une équipe. Mais si le Seigneur loue ses capacités pédagogiques, Mizuki continuera-t-elle d’appliquer cette exception, ou changera-t-elle enfin d’avis le concernant ?


Dernière édition par Yamanaka Shigo le Lun 20 Mar 2017 - 22:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3526
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Lun 20 Mar 2017 - 16:01

    Si j’en suis convaincue, je n’y manquerai pas.


Fit-elle sans trop s’avancer. Il n’en demandait pas plus à vrai dire, pas besoin donc de promettre quoique ce soit.

    Cependant j’aimerais clarifier quelques petites choses quant à mes attentes. Si je me souviens bien, les seules méthodes dont vous m’aviez parlé consistaient à combattre l’irrespect par l’irrespect. Dites-moi donc Shigo, en appliquant vos règles de vie, que devrait faire Kimimaro ici présent, Ninja Gardien et représentant du Daimyo, et donc votre supérieur hiérarchique, pour vous apprendre à le respecter ?


Craquant son annulaire, elle continua, d’un ton toujours aussi calme mais qui n’annonçait rien de bon.

    Yohru semble avoir changé, c’est un fait. Cependant entre ses proses lyriques et ses murmures haineux, je ne pense pas que le présenter aussi tôt pour attester de ses « progrès » ait été très pertinent. J’ai fait appel à vous non pas pour le dresser et en faire un pion docile, mais pour en faire un apprenti ninja propre et respectueux des autres. Un simple larbin n’accomplira jamais grand-chose et continuera à vivre au crochet de son maître. Konoha et Hi ont besoin de ninjas qui se reconnaissent dans les valeurs que nous prônons…


Et qui sont prêts à mourir les yeux fermés pour nous en s’imaginant œuvrer pour une force qui les dépasse de leur propre chef… Baissant les yeux sur les pieds du Yamanaka, l’Aburame se demanda un court instant si ce fameux Shigo était au fait des manières qu’il était supposé enseigner.

    Yohru tu peux attendre dehors.


Donnant congé au garçon, l’Aburame attendit qu’il sorte pour se tourner à nouveau en direction du professeur.

    L’un des Douze passera à l’occasion évaluer votre travail, afin de s’assurer que manières, politesse et respect sont dispensés correctement… Comme dit précédemment, la manière m’importe peu, l’important étant la finalité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Apprendre les arts du savoir-vivre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Palais du Daimyô-