N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Apprendre les arts du savoir-vivre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 574
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Mar 21 Mar - 0:06

    Aburame Miko semblait à la fois être du côté de son ninja gardien, et à la fois non, car elle n’insista pas sur les points qui semblèrent pourtant importants aux yeux de l’opportun. Pour autant, elle défendit sa réputation. Le Yamanaka posa alors un genou à terre, fixant les pieds de la vieille femme.

    « J’accepterais le châtiment que vous jugerez approprié, Seigneur Aburame. Mais si je puis me permettre : il s’était présenté comme ninja gardien, votre protecteur, et non votre représentant. Si je l’avais su, mes propos à son égard auraient été toute autres, car loin de moi l’idée de vous faire un affront, Seigneur Aburame. »

    Les hauts gens n’apprécient guère être contredis. Aussi, lorsqu’on veut défendre son cas, il faut toujours commencer en allant dans le sens de son interlocuteur. L’indignation n’était pas la bonne recette face à eux, à moins que vous ne cherchiez à vous délester de votre tête. Ne jamais craindre de courber l’échine lorsqu’il s’agit de la garder, l’échine.

    « Il sera fait selon vos désirs, Seigneur Aburame. »

    Le Yamanaka demeurait un genou à terre. Un simple larbin n’accomplirait jamais grand-chose ? Le va-nu-pieds rêvait de la contredire. N’était-il pas larbin lui-même, sous le règne de Makka, avant de devenir Konohajin ? Et Mizuki n’avait-elle pas été la larbine de Miko ? Un élève ne se sacrifiera pas à la place de son maître pour des valeurs prônées par un village, mais simplement parce qu’il était l’élève, le larbin. La vie se construisait sur des liens de supérieur à inférieur, de maître à esclave, de père à fils. La société n’était qu’hiérarchie. L’un ordonne, les autres obéissent.

    Mais au moins, Yohru avait pu entendre sa tâche finale : un apprenti ninja propre et respectueux des autres. Voilà le rôle qu’il devait jouer s’il ne voulait plus revoir le Yamanaka un jour. Le pupille fut congédié et Miko s’exprima une nouvelle fois. L’un des Douze ? Qu’importe de savoir de qui il parlait, Shigo n’avait de toute façon rien à dire face à la décision de la Seigneur locale. Il se contenta donc de baisser la tête un peu plus bas, signifiant ainsi que Miko avait été entendue. Toujours à genou, il attendait. Soit qu’elle choisisse un châtiment pour défendre l’honneur de son gardien, soit qu’elle permette au Yamanaka de disposer. Lui avait dit ce qu’il avait à dire. Il ne lui restait qu’à attendre le résultat de cette mission. Ou il ne se produira rien, ou Mizuki ôtera cette petite note de son dossier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Mer 22 Mar - 14:29

Seul au milieu du couloir qui menait vers la salle où résidait le seigneur du feu et le professeur de savoir-vivre, le jeune garçon attendait patiemment derrière la porte. Sa colère n'avait point diminué, il sentait toujours cette rage qui rugissait en lui comme une bête affamée. Les mots ne lui manquaient pas, il pourrait sortir toutes les injures du monde qu'il n'avait que trop crié durant les premières nuits, mais la présence du devin suffisait à rabaisser tout le peu fierté qui puisse encore exister. Il lui cracherait à la figure, il lui ferait boire tout un bidon d'huile jusqu'à le faire vomir, il le poussait dans un marais boueux de terre collante jusqu'à l'engloutir, il le laisserait faner trois mois avant de revenir le chercher. Tant d'idées de vengeances se multipliaient dans la petite tête du rouquin. Si une telle occasion se présentait à lui, il ne manquera pas de rajouter la vieille femme et son compagnon pour les faire subir toute la rage qu'il n'avait que trop conservé au fond de lui.

Cependant, pour l'heure, ce n'était que de simples rêvasseries ainsi qu'une imagination débordante. Il ne parvint à prononcer un mot en sortant de cette salle, alors qu'il en avait tant à dire. À présent qu'il y repensait, l'aspirant avait bel et bien passé quelques jours en prison. Ce ne fut d'ailleurs pas une mauvaise expérience, on lui offrait dans sa cellule de la bonne nourriture tous les matins livré devant son lit. Seulement, les rations étaient moindres par rapport aux nutriments dont il avait besoin. Ce fut au bout de plusieurs jours qu'un homme sincère vint le délivrer par sa grande gratitude, sa présence en ces lieux était bien une erreur de jugement des deux gardes de l'entrée. Par ailleurs, celui qui l'avait mené jusque là-bas pour le pousser au fond du gouffre, ce n'était autre que l'homme masqué au cours de leur première rencontre en cette nuit dans la forêt. Ce fut le point de départ de tous ses malheurs, misérable destin pour l'avoir conduit à cet endroit même au même moment que ce personnage.

Poussant un soupir tout en tapant du son pied, il finit par s'asseoir au sol. Personne n'allait se plaindre étant donné que le professeur ne l'avait jamais repris pour s'être affalé par terre. Il fallait ployer à genoux devant les supérieurs, s'étaler sur les fesses ne pouvait pas être interdit. Il n'allait point se gêner et prendre toute la place du tapis de l'entrée. Puisqu'il fallait attendre et endurer cette faim interminable, autant se mettre à l'aise. Si la jeune femme ne lui avait pas ordonné de patienter, il se serait fait un plaisir d'aller chercher un peu de nourriture et se remplir la pense. Néanmoins, rien ne l'empêchait d'aller chercher quelques morceaux de viande, de pains, de poissons pour pique-niquer devant la porte. Cependant, il ne voulait à peine s'imaginer la scène au moment où l'on viendra le chercher pendant qu'il serait dans la cuisine. Mieux valait attendre tranquillement. Après quelques courts instants, il se mit à marmonner dans sa barbe. Personne n'était aux alentours, cela ne pouvait pas lui faire de mal que de cracher quelques insultes. Encore, il faudrait que les personnes à l'intérieur de la salle aient de très bonnes oreilles pour l'entendre parler.
    " "Je ne veux pas de pion docile, bla bla bla." Et l'autre me dit avec son rire sadique, "la soumission, c'est le savoir-vire ! Mouhahahaha, tombe dans le désespoir !" Faudrait savoir ! Qu'importe des deux, maintenant ce qui m'intéresse, c'est la bouffe, mais je peux pas faire les deux à la fois. Enfin.. Il y a une différence entre "l'apprenti ninja propre et respectueux des autres" et "l'élève, le petit garçon, l'esclave." comme le demande le psychopathe. Pff.. "
Brusquement, le jeune garçon se redressa d'un bond en écoutant ses propres paroles. Il n'en croyait pas ses oreilles, c'était bien lui qui venait de prononcer de pareilles choses ? L'apprentissage du devin se déteignait sur lui, il ne put s'empêcher de taper du pied sur le sol avec toute la force qui lui restait dans la jambe. Suffisamment pour égratigner légèrement le plancher. Il cracha et postillonna avec cette même colère pour avoir osé prononcer de telles bêtises, comme s'il venait de ruiner soi-même toute parcelle de sa fierté.
    " Jamais je ne deviendrai esclave ! Crève. " S'exclamait-il plein de fureur, avant de retrouver son silence.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai - 18:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jonin
Messages : 914
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Lun 27 Mar - 18:30



Kimimaro observa l'échange entre Miko et Shigo, un léger sourire traduisait la satisfaction qu'il ressentait à voir l'Aburame rappeler le konohajin à l'ordre. Le Gardien n'éprouvait aucun plaisir à écouter les remontrances, mais il trouvait aussi que Shigo s'était montré impertinent avec lui et visiblement même la Daimyô l'avait remarqué.

» Car il faut être sûr que l'interlocuteur soit un supérieur pour se montrer un tant soit peu respectueux ? - reprit le jônin. - Je n'ai que faire d'un quelconque châtiment à votre égard... Sachez simplement que je me pré-occupe simplement de la santé de votre élève, vos résultats si rapides m'impressionnent autant qu'ils m'inquiètent...

Le jônin se tut, son ouïe plus sensible héritée de sa nature animale lui permettait d'entendre des bribes de marmonnement de l'autre côté de la porte. Yohru bougonnait et même si Kimimaro ne pouvait pas comprendre pourquoi, cela devait sans doute avoir un rapport avec Shigo. Le rouquin semblait agité, il tapait du pied et disait ne pas vouloir être un esclave.

Kimimaro se mit alors en retrait, le regard sombre, en fixant la porte. Il n'avait plus rien à dire, il allait demander à Kohana de surveiller les cours de Yohru, et surtout de surveiller le Konohajin, le félin espérait se tromper mais il n'avait pas confiance en Shigo. Pourtant, Miko ne semblait pas autant intriguée que lui par les mystérieuses méthodes de Shigo, pour elle ne comptait que les résultats.

» Aburame-sama, je transmettrais votre souhait à Kohana, elle sera apte à juger avec impartialité.

Le félin posa alors son regard sur Shigo,

» Je pense que cet entretient touche à sa fin, merci pour votre temps Shigo. Je pense que votre élève vous attend. Un Ninja Gardien se présentera bientôt à vous pour observer vos cours. - dit le félin d'une voix neutre, s'inclinant légèrement pour saluer le ninja.

Puis il se tourna vers le bureau de Miko, posa la main sur une pile de dossiers qu'il fit glisser jusqu'à l'Aburame, les doléances du jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 574
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Mar 28 Mar - 21:07

    Il semblerait qu’ils veuillent un cours supplémentaire afin de pouvoir y assister et juger de la qualité de l’enseignement. Pourtant, Miko indiqua que le résultat primait sur la méthode… Mais qui était-il pour pointer du doigt une contradiction dans les propos de la Seigneur locale ? Certains sont morts pour bien moins qu’un quiproquo, quand bien même ils avaient raison. Dans les hautes sphères, la question n’est point à la vérité mais à la sauvegarde de l’image du dirigeant, car c’est cette image qui lui permet de gouverner.

    Le Yamanaka demeura silencieux donc : la meilleure réponse face à un supérieur lorsque le principe n’est pas de se vendre. Puis, lorsqu’on le lui permit, il quitta à son tour la pièce après s’être incliné bien bas face à l’Aburame.

    Là, il retrouva Yohru, chassé quelques instants plus tôt.

    « Il semblerait que l’on doive faire un cours de plus. Prenez la nuit pour cracher votre saoul autant que vous le voulez, je ne voudrais rien en entendre demain. Au revoir. »

    Ainsi le Yamanaka prit congé avant de revenir le lendemain, non sans avoir revu son programme pour trouver une leçon un peu plus douce que les autres. Après tout, ils allaient avoir droit à une petite inspection du travail. A son intention, d’ailleurs, le va-nu-pieds lui réserva la lettre de l’Aburame stipulant les limites de sa pédagogie, et par conséquent ses possibilités.

    « Bien, pupille du Seigneur, nous allons étudier l’art de la courbette aujourd’hui. Montrez-moi comment vous faites. »

    Evidemment, Shigo portait encore la fameuse poupée à sa taille, prête à agir en cas de nécessité. Il leur fallait juste satisfaire à la ninja gardienne pour enfin se débarrasser de tout ça. Mais Yohru était probablement le plus motivé de tous pour que ces cours prennent fin, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Ven 31 Mar - 18:51

Brusquement, la porte s'ouvrit derrière lui, laissant apparaître le visage du devin qui semblait avoir fini de parler avec le Seigneur du Feu. En l'espace d'un instant, une lueur d'espoir revint dans le regard du jeune garçon qui n'espérait plus que cet instant où il allait pouvoir quitter à jamais cet homme. Seulement, sa première phrase suffit à réduire à néant une nouvelle fois toute espérance. L'enfant se figea sur place sans pouvoir répondre le moindre mot, comme si une condamnation venait de tomber sur ses épaules, comme si cette lumière qu'il vit quelques instants auparavant n'était que des mensonges. Il ne voyait plus la fin de ce cauchemar, il se rendait compte à tel point il avait été sot de croire aux paroles du jeune homme. Ne lui avait-il pas promis que si cette discussion se terminait sans encombre, il lui dirait adieu ? Pourtant, ce dernier avait fait l'effort d'exécuter mot pour mot ses ordres, acte pour acte par peur de se tromper dans sa démarche. Tant précautions prises laissant de côté fierté et rage, pour finalement recommencer ce qu'il craignait le plus. Serrant les poings, il quitta le professeur, rejoignant de lui-même sa chambre.

Il pouvait se réjouir de retrouver son lit après ces nuits cauchemardesques passées enfermé dans cette salle. Celle-ci ne renfermait pas seulement la mauvaise odeur du pupille, mais aussi ses plus mauvais souvenirs, sa colère, ses cris. Il suffit de quelques instants pour qu'il ne s'endorme profondément dans ce sommeil amplement mérité, entre ces draps de douceurs et de tendresses qui lui avaient tant manqué. Ce qu'il aimerait retourner au village de la feuille, revoir Yell, Leika, Sakurako, Rin, ainsi que Shizu pour l'embêter après cette longue absence, Megumi également qui lui manquait cruellement. Ses cours de lettres n'étaient rien comparés au supplice du savoir-vivre..


Le lendemain, le jeune garçon se réveilla sans trop de difficulté. Ce jour-là, les cours d'écritures ainsi que les entraînements étaient annulés afin de le laisser se reposer jusqu'au soir. Durant toute la journée, il n'avait pas prononcé le moindre mot, ni même jeté le moindre regard à qui que ce soit. Il paraissait renfermé dans son monde, machinalement, il ne faisait que manger tout ce qui lui passait sous la main. Il voulait profiter de ces instants de liberté pour se remplir l'estomac comme pour rattraper tous ces repas manqués. Il mangeait, beaucoup et bien plus que d'habitude, sans se soucier des douleurs qui pouvaient parfois le piquer au ventre. Il continuait jusqu'à en tomber malade avec cette colère qui le démangeait de l'intérieur. Il n'arrivait pas à calmer son sang bouillant contre ce devin maudit qui allait revenir une nouvelle fois dans ce palais, contre ces apprentissages qui n'étaient finalement qu'une excuse pour le torturer, mais aussi contre lui-même.

Il ne pouvait s'empêcher de manger, cherchant désespérément à se passer les nerfs contre son propre corps. Il avait été bien naïf durant ces derniers jours, il avait été bien faible pour obéir sans se rebeller comme il se devait, et même à présent, il était toujours incapable de lui porter le moindre coup. À quoi lui servait cette force s'il était incapable de se défendre ? Pourquoi détenait-il un tel pouvoir s'il était un incapable ? Refusant de réfléchir d'avantage, il oublia tout et poursuivit son repas dans la joie et dans la bonne humeur. Lorsqu'il devint finalement incapable de manger le moindre morceau de plus, tombant à terre après avoir explosé son pauvre bidon. Digne d'un véritable petit goinfre.. Puis lentement, il reprit conscience après sa sieste dans un coin du jardin. Cependant, l'heure fatidique était arrivée. Le professeur était sans nul doute déjà dans le palais.
    " Zuuuuuuut ! Faut que je me caaaaaache ! Faut que je fuiiiis ! N'importe quooooi, une idéeeeeee ! S'exclamait-il tout en se relevant d'un bond, avant de retomber à terre. Huuuuugh ! J'ai trop mangé, j'arrive pas à marcher. Mon ventre est trop gros, il m'empêche d'a.. vancer.. Faut que je rampe, mais j'y arrive pas.. Ahouch-ch-ch, j'ai maaaal ! Quel crétin, j'ai l'impression de me condamner moi-même, comme si les cours de savoir-vivre ce n'était pas suffisants.. Grr. "
Puis rapidement, on le retrouva pour tenter de le traîner de force vers la salle d'études. Seulement, le jeune garçon refusait et s'accrochait désespérément au premier poteau de bois qu'il croisa sur son passage. Il se maintenait accroché à lui avec ses bras et ses jambes, plantant même ses dents dans le bois pour ne pas bouger de sa place. Malgré les rondeurs de ses doigts et de ses courbes, cela lui demandait bien des forces pour se maintenir, mais cela en demandait tout autant pour la personne qui cherchait à le décoller de là.
    " NoooOOOOoooOooooOoOOOOoN ! J'ne veux pas y alleeeeeer ! J'vais mourir ! Vous êtes trop cruels ! J'veux plus le revoir ! Il me l'avait pourtant promis ! AAAAH ! Lâchez-moiiiii ! Dites-lui qu'j'suis pas là, qu'j'suis malade, qu'j'ai la diarrhée, qu'j'ai trop mangé, qu'j'ai mal'au ventre, qu'mon estomac a explosé, qu'j'suis mort ! Enfin, je ne veux pas y aller ! Qu'il aille se crever lui-même les yeux si c'est ce qu'il veut, sinon allez-y à ma place ! Allez goûter à cet enseignement de torture ! J'sais pas moi, mais lâchez, lâchez, lâchez-moi ! AAAH ! "
Finalement, il s'y fit porter de force. Nonchalance, fatigue, colère, tous ces sentiments se traduisaient sur son visage le rendant indescriptible. Enfin, son apparition dans la pièce ne fut pas sans voix, sa morphologie avait littéralement changé de forme. Il avait le ventre cent fois plus grand que le devin lui-même, les joues potelés à tel point que ses yeux disparaissaient entre ses plis, les bras et les jambes si petits qu'il était incapable de se toucher le haut du crâne. Certains pouvaient même se demander si c'était bien lui, mais sa tignasse rousse était bien la preuve étant donné qu'il était le seul roux du palais. Puis, son professeur lui demanda la courbette.. En l'espace d'un instant, il frôla le sol à cause de son poids qui faisait l'effet d'une balance sur son corps..


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai - 18:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jonin
Messages : 914
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Dim 2 Avr - 15:09




Hyô Kohana

Une énième nuit passée dans la bibliothèque privée du Daimyô pour la jeune Hyô à étudier les arcanes de la nécromancie, et c'est une mission qui la poussa à quitter ce lieu de savoir pour la journée. Comme pour préparer n'importe quelle mission, Kohana se retira dans ses appartements à l'aube pour se préparer et s'habiller d'une tenue rouge polyvalente, adaptée au combat comme aux tâches plus calmes.

L'heure du cours de Yohru était arrivée, la Gardienne était chargée de surveiller les méthodes du Konohajin chargé de dispenser la leçon du jour. La kunoichi avait pu s'entretenir avec Kimimaro qui trouvait suspect le comportement de Yohru et le Gekei s'était montré particulièrement méfiant envers le professeur du pupille. Mais l'Hyô ne tenait pas compte de l'avis de son équipier, elle préférait voir ce Shigo à l'oeuvre avant de juger.

Kohana, Shigo et Yohru se retrouvaient donc dans une petite cours à l'intérieur du palais, la Gardienne resta en retrait, les bras croisés à observer la scène, ses yeux dorés observant attentivement les comportements du professeur et de son élève. Evidemment, la kunoichi avait eu vent de la scène capricieuse de Yohru que l'on avait du traîner de force pour qu'il assiste à cette leçon mais pour Kohana, ce n'était que le cinéma d'un enfant trop fainéant pour aller à l'école.... Bien qu'il eut employé des mots forts comme "torture", peut-être qu'il exagérait pour se donner du crédit.

Dès l'instant où Shigo invita Yohru à faire une courbette, le rouquin s'exécuta en se penchant brusquement en avant quitte à en perdre l'équilibre. Kohana esquissa un sourire, elle qui ne voyait Yohru que comme un petit sauvage, il était amusant de le voir obéir totalement pour une fois....

» S'il vous plaît Shigo-san, faites comme si je n'étais pas là. - lança Kohana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 574
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Dim 2 Avr - 22:08

    Le Yamanaka se retint de sourire en voyant la protubérance abdominale de Yohru. Il en connaissait la raison : le garçon avait peur de devoir repasser par quelques jours de famine. Comme quoi, il avait compris la leçon : la peur forgeait son comportement. Preuve en est : il ne prononça aucune plainte vis-à-vis du va-nu-pieds ou de ses leçons malgré leur inspectrice à qui il avait fourni la lettre d’Aburame Miko. Ainsi, elle pourrait constater les limites et les possibilités de sa pédagogie, tout comme Shigo ne manquerait pas de lui rappeler que Miko privilégiait les résultats aux méthodes selon ses propres dires. A condition seulement qu’elle fasse une remarque sur son enseignement. Pour le moment, elle indiqua juste d’agir comme si elle n’était pas là. Très bien.

    Yohru, cependant, arracha un soupir au Yamanaka. Ce dernier déposa une poupée sur la table, la caressa du bout des doigts, et puis seulement se retourna vers le garçon.

    « Redressez-vous. Appelez-vous ça une courbette ? Certes j’ai simplifié le vocabulaire pour vous, car il s’agit en vérité d’une révérence que je souhaite, mais la votre est celle la plus basique que l’on puisse faire. Celle d’un roturier qui n’y connaissait rien à la déférence, ou au respect, histoire que vous compreniez mes propos.
    Bon, voici comment vous devez procéder dans le milieu où vous évoluez actuellement. Observez bien, car je ne le ferais pas deux fois. »


    Bras droit en travers du corps, le gauche légèrement à l’écart. La jambe gauche en avant, talon au sol et pointe vers le haut, et la droite en arrière, avec le poids du corps dessus. Le thorax incliné en avant. Shigo garda la position l’espace de quelques secondes, puis se redressa.

    « Voici la révérence traditionnelle que l’on peut apercevoir dans le pays du Feu. Je pourrais vous enseigner celle de la Cendre, mais elle vous sera probablement inutile. Bien sûr, plus la personne en face de vous est importante, plus il vous faudra vous pencher bas.
    Appliquez à présent. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Jeu 6 Avr - 20:46

Souhaitant mille malheurs à toutes les personnes présentes dans la salle, le jeune garçon demeurait debout, immobile avec cet air de nonchalance présent sur son visage. Que devait-il dire sinon, que devait-il faire ? Il n'avait qu'une seule envie, terminer ce cour de savoir-vivre une fois pour toutes, puis retourner dans sa chambre pour passer une bonne nuit de sommeil et oublier tous les évènements qui s'étaient produits durant ces derniers jours. Il espérait ne plus jamais revoir cet affreux devin qui ne lui apportait que des malheurs et se réveiller le jour suivant, comme si cette aventure n'était qu'un cauchemar effroyable qui était désormais terminé. Néanmoins, il était difficile pour lui de voir la fin de cette malédiction, seul l'espoir le traversait avant de ne laisser que le désespoir. Seulement, il continuait à songer à cette fin, espérant de toute son âme qu'il puisse sortir vivant de cet apprentissage qui n'en n'était déjà plus un à ses yeux.

Voyant son professeur caresser la poupée de chiffon qu'il ne connaissait que trop bien, son visage pâlit en espace d'un instant. Une expression de dégoût mêlée à de la crainte lui donnait une grimace indescriptible. L'objet en chiffon ainsi que le pupille lui-même semblaient être devenus de vulgaires jouets dont l'homme masqué semblait prendre plaisir à déchiqueter de ses doigts. Yohru pouvait lire derrière son masque ce sourire sadique qu'il avait beau essayé de cacher, mais qui n'était que trop évident pour la personne qui s'était fait planté l'œil et le bras par celui qui se disait professeur. La simple vue de sa silhouette donnait envie de lui cracher dessus, de lui baver dessus, de lui postillonner dessus. Ce n'était pas la nausée qui manquait au rouquin pour lui vomir dessus tout ce qu'il avait pu dévorer durant la journée. Sa simple voix l'irritait au plus haut point, aujourd'hui plus qu'hier.

Sans doute était-ce le résultat d'une bonne nuit de sommeil ? Le jeune garçon était revigoré en énergie et son estomac était prêt à subir encore une petite semaine de famine. Il n'était que plus sur les nerfs avec cette envie de vengeance qui ne faisait que grandir en lui. Avoir effleuré l'espoir de quitter cet homme lui était monté à la tête. Si ce n'était que pour l'enfermer une nouvelle dans cette salle, pourquoi l'avoir fait sortir une fois ? Si c'était pour lui laisser la possibilité de respirer l'air frais, alors il avait bien aspiré tout air frais qui puisse exister dans ce palais. Il était en forme désormais, le regard pointu avec cet air de défier quiconque le croisait du regard. Néanmoins, une part de lui craignait les conséquences, alors il ne pouvait que regarder le vide à droite en même temps qu'il postillonnait discrètement au sol — très discrètement, car une étrangère semblait également présente aujourd'hui.

Après quelques instants seulement, il remarqua cette certaine présence parasite. Une certaine gardienne du nom de Kohana était également présente, même si elle n'était nullement dérangeante pour Yohru. Sans même qu'elle ne le dise, le jeune garçon l'aurait ignoré dans tous les cas, comme s'il allait prêter de l'attention à une pauvre inconnue qui n'avait rien à faire là. Il commençait à croire que ses cours d'éducation devenaient des spectacles pour chacun, entre les gardes qu'il avait croisé la vielle et aujourd'hui une autre qui venait en plein dans la salle assister à la torture. Ce monde était disjoncté, pourquoi prenaient-ils plaisir à assister à sa fin du monde ? — Exagération, il s'imaginait sans doute bien plus que ce qu'il se passait pour de vrai. Il ne connaissait pas grand chose de cette femme, mais le peu qu'il savait suffisait pour qu'il ne la classe dans la catégorie ennemie. Le simple fait qu'elle observe le jeune garçon souffrir suffisait à la rendre aussi coupable l'un comme l'autre de ses douleurs.

Cependant, il se fit rappeler à l'ordre par le professeur qui ne semblait pas bien satisfait de la courbette. Légèrement énervé, le rouquin ne pouvait empêcher son sourcil de tiquer face à ces critiques sans fin, bien qu'il continuait à fixer le sol. Ne s'imaginait-il pas tous les efforts dont il faisait preuve pour se tenir face à lui ? Il ne perdait rien pour attendre, il se vengera contre cette personne qui se prenait pour le roi du monde, même si pour l'heure, Yohru se prenait également pour le centre de l'attention dans toute sa douleur. Après un soupir, le pupille finit par se résigner en balançant une nouvelle fois son corps vers l'avant avec son bras gauche qui cherchait à atteindre son bidon et son bras droit qui allait chercher son dos. Certains détails de la démonstration lui échappèrent du regard, il s'agissait là du mieux qu'il pouvait faire. Enfin, si on lui présentait la séance comme un jeu de théâtre, peut-être arriverait-il mieux à comprendre en prenant du plaisir ? Pour l'heure ce n'était qu'une tâche ennuyante, un devoir insupportable que d'obéir à cet homme, mais malgré tout, il s'exécuta.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai - 18:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 574
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Ven 7 Avr - 10:36

    Evidemment, Yohru ne reproduisit pas parfaitement le geste que venait pourtant de lui montrer le Yamanaka. Pourquoi voulait-il à ce point l’irriter ? Pensait-il que la présence d’une gardienne le sauverait de ses méthodes habituelles ? Peut-être. Ou peut-être pas. Tout dépendait de la patience du va-nu-pieds. Ce dernier vint se placer sur la droite du garçon et, avec sa jambe, avança la gauche de Yohru sans ménagement et sans prévenir. S’il en perdait l’équilibre, tant pis pour lui, il n’aurait qu’à se redresser et recommencer. Puis, Shigo appuya sur sa tête pour la baisser davantage. N’avait-il pas dit que plus le statut de son interlocuteur était grand, plus bas il devait s’incliner ? Ne lui avait-il pas assez prouvé qu’il était son maître ?

    D’une démarche lasse, le Yamanaka retourna devant lui en le laissant dans cette position.

    « Mieux. Et n’oubliez pas, vous devez demeurer dans cette position au moins jusqu’à ce que votre interlocuteur commence à prendre la parole. Ou, pour plus de prudence et de respect, jusqu’à ce qu’il vous autorise à vous redresser. Bien des Seigneurs peuvent s’offusquer si vous vous relevez trop vite, le prenant alors pour une marque d’irrespect.
    Redressez-vous à présent, pupille du Seigneur, et allez saluer la gardienne comme il se doit.
    Et n’hésitez pas, au passage, de rappeler votre serment envers votre pays, village ou Seigneur, ou de vous enquérir de leur bien être en rappelant que vous êtes à leur disposition. Les nobles apprécient tout particulièrement l’impression d’être servi et d’avoir des gens dévoués autour d’eux. »


    Même s’il ne s’agit que d’une impression et non de la vérité, car cela les rappelait qu’ils étaient au-dessus, tout simplement. La vanité de l’homme, lorsqu’elle est flattée, rapporte toujours quelques points de sympathie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Jeu 13 Avr - 17:02

Yohru peinait à se maintenir dans une telle position. Il vacillait de gauche à droite sans parvenir à trouver son équilibre. Il s'agissait des conséquences pour avoir dévoré une quantité de nourriture qui n'était pas la sienne. Il avait passé sa journée entière à table à se remplir l'estomac, afin de se tenir prêt à mourir de faim pendant les trois jours à suivre. Seulement, il avait tellement mangé que son poids avait complètement varié. Il n'était pas habitué à ce nouveau corps avec une masse corporelle bien plus importante que celle auparavant. En recollant ses deux jambes l'une à l'autre, il perdait facilement son équilibre. Sans doute était-ce légèrement exagéré lui qui était un combattant habile au corps-à-corps, se tenir droit était l'une de ses spécialités. Néanmoins, il n'était pas dans un combat, il était dans un cours de savoir-vivre. Sa motivation ainsi que sa volonté se trouvaient au plus bas niveau de son humeur. Son visage dépressif laissait comprendre qu'il n'avait aucune envie d'obéir. C'était à contre-cœur qu'il bougeait ses bras l'un derrière son dos, l'autre devant son ventre. Cependant, son professeur ne semblait point satisfait de cette représentation.

Pourtant, le jeune garçon faisait de son mieux, malgré son envie de faire tout l'inverse de ce qui lui était ordonné. La simple idée de devoir obéir à un tel homme le répugnait, c'était sans doute la raison qui le démotivait à ce point. Néanmoins, lorsque ce dernier vint se positionner à sa droite, il eut un mauvais pressentiment. La présence de cette personne à ses côtés le mettait mal à l'aise, il sentit un frisson lui parcourir le long de son dos. Sans prévenir et sans aucune douceur, ce dernier vint avancer la jambe gauche du rouquin qui manqua de justesse de tomber par terre. Néanmoins, par réflexe, il vint s'agripper aux vêtements du professeur qui était la personne la plus proche de lui, ce qui lui permit tout juste d'éviter de trébucher sur ses pieds. Cependant, il sentit bien le regard de ce dernier se poser sur lui et une nouvelle frayeur vint le faire tressaillir, avant qu'il ne reprenne rapidement et de son mieux sa position debout.

Lorsque le professeur vint poser sa main sur la tête du pupille pour le baisser d'avantage, ce dernier ne put retenir un grognement mécontent. En cet instant même, seule l'envie de lui enfoncer son poing dans la figure alors qu'il se tenait si proche de lui faisait trembler ses deux mains qui se serraient en deux poings. Il perdait une part de fierté à se laisser faire ainsi, mais une part de colère naissait en lui pour combler ce vide. Intérieurement, il rêvait de le voir voler jusqu'à l'autre bout de la cours du palais, le visage gonflé avec une belle bosse sur le crâne. Néanmoins, il finit vite par oublier cette mauvaise idée qui ne lui rapporterait sans doute que des malheurs. La tête légèrement inclinée vers le bas, il vit la poupée de chiffon qui se balançait de droite à gauche aux côtés du jeune homme sans jamais tomber. Il commençait à l'imaginer avec un visage souriant comme si elle était en train de se moquer du rouquin si peu agile. Même une simple poupée s'amusait à rire de lui. Vexé et furieux, il jeta un regard noir à cet objet inanimé qui était l'origine de ses plus grandes souffrances.

Cependant, son attention revint sur le professeur de savoir-vivre qui lui donna les prochaines consignes à exécuter. Il se releva machinalement en direction de la jeune femme au coin de la salle, puis il reproduisit le même mouvement, cette fois-ci sans trop de difficultés. Tout en maintenant cette position, il n'adressa aucun regard à la gardienne qui ne valait point son intérêt. Elle avait elle-même demandé à faire comme si elle était inexistante, alors il la considérait comme du vide, comme le vent, comme le moustique qui tournait autour, qu'importe. Les seigneurs étaient toutes des personnes ennuyantes et orgueilleuses selon les dires du devin, c'était la description que Yohru avait retenu de ces gens. Il n'avait point envie de faire la cours à qui que ce soit, il était libre comme l'air et il n'avait à prêter de serment envers personne. Néanmoins, il n'avait pas le choix, si c'était ce que l'on attendait de lui, alors il allait le faire. S'il ne le faisait pas.. Inspirant, une grande bouffée d'air, il prit une voix de comédien malgré sa grimace qu'il tirait tête baissée.
    " Je prête serment à votre pays, mensonge, et j'suis à votre disposition. mensonge. Ô, je suis un jeune garçon totalement dévoué, mensonge, alors n'hésitez pas à demander ce que vous voulez ! Demande un truc et je te casse la figure ! Brrr ! "


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai - 18:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jonin
Messages : 914
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Jeu 13 Avr - 22:55


Hyô Kohana



La Gardienne observa attentivement l'échange entre les deux participants de ce cours, si Shigo semblait agir de manière naturelle et spontanée comme tout bon professeur, le rouquin montrait des signes de réticence qui n'échappèrent pas au regard doré de l'Hyô, les poings serrés et tremblants, son visage inexpressif, un regard noir vers son professeur, tous les signes que pouvaient montrer un élève mécontent d'être présent, soit... Rien de bien inquiétant, le fait que Yohru ne soit finalement qu'un sauvage n'étonnait pas l'Hyô qui était au courant de toutes les bêtises faites par le garçon depuis son arrivée au palais.

Alors que Shigo corrigeait la position de son élève pour qu'il puisse comprendre ce qu'était une révérence, Kohana profita de ce moment pour lire la lettre rédigée par Miko et adressée à Shigo, dans ce message l'Aburame précisait vouloir obtenir des résultats qu'importe les moyens utilisés. Finalement, Kimimaro s'était peut-être un peu trop rapproché du Pupille et jusqu'à maintenant, Kohana ne détecta aucune pratique dangereuse ou malveillante de la part du shinobi masqué.

Quand Yohru s'approcha d'elle pour lui faire sa révérence et appliquer les conseils de son maître, Kohana fut surprise de l'entendre s'exprimer si... Théâtralement, pourtant, il lui semblait que Kimimaro et Miko avait fait une remarque sur cette façon de parler si hypocrite et exagérée. L'Hyô laissa alors le Pupille penché en avant et elle leva son regard vers Shigo,

» Je vois... Par contre, il faudrait vraiment faire quelque chose pour sa manière de parler. Son ton transpire l'hypocrisie, c'est presque vexant... Tu peux te redresser, je n'ai rien à te demander, retourne auprès de ton professeur et continue d'apprendre, avec le sourire peut-être ? - termina la Gardienne.

L'Hyô rangea la lettre dans la poche intérieure de sa veste et elle s'adressa à nouveau à Shigo,

» Continuez je vous prie. - demanda la kunoichi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 574
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Ven 14 Avr - 10:32

    Yohru obéissait. Il n’y avait plus vraiment de problème de ce côté-ci, mais la problématique de l’entretien avec Aburame Miko persistait : ça n’était pas suffisamment naturel. Le pupille ressemblait davantage à un mauvais comédien ou un acteur qui surjoue qu’à ce qu’il devait être : un bon serviteur.

    Evidemment, la ninja gardienne ne manqua pas de le noter. Quant au professeur, celui-ci remarqua qu’elle avait lu la lettre. Elle connaissait donc la limite de son enseignement : ne pas laisser de séquelle physique…

    Le Yamanaka s’en alla vers la table tout en formant une succession de signes, liant l’âme de Yohru à la fameuse poupée de chiffon. Le va-nu-pieds posa la poupée sur la table avant de s’asseoir avec une lenteur mesurée, que Yohru comprenne ce qui allait se passer.

    « Yohru, venez ici je vous prie. »

    Assis de trois quart vers le garçon et d’un quart vers la table, la main du Yamanaka caressait doucement la joue de la poupée.

    « Vous allez reproduire la même scène : les mêmes propos et le même geste, mais il vous faudra me convaincre que vous pensez ce que vous dites. Rendez la chose à la fois respectueuse et naturelle.
    Et ne me demandez pas comment. Faites juste. Jusqu’à ce que j’estime que ce soit bon. »


    Evidemment, il vaudrait mieux pour lui que ça ne dure pas trop longtemps. Shigo n’avait sorti aucune arme certes, mais il n’était pas nécessaire de trancher pour faire mal. A chaque fois que les propos de Yohru ne lui conviendront pas, le Yamanaka fera une pichenette de plus en plus forte entre les deux jambes de la poupée… La légendaire éducation par la tape de la règle en bois sur les doigts, mais au niveau supérieur et adapté au genre de l’élève. Une pédagogie douce par rapport à ce que Yohru avait déjà subi, quoique la douleur n’était pas tout à fait la même. Etait-elle véritablement plus douce ? En apparence en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Ven 14 Avr - 18:48

Les yeux fixant le sol, le jeune garçon ne comprenait l'intérêt de toutes ces cérémonies inutiles pour s'adresser à une personne. La jeune femme avait bien compris que toutes ces paroles n'étaient que des mensonges, il était inutile de continuer cette mascarade. Il n'avait jamais été doté des talents d'un comédien, il avait toujours été nul pour mentir. La vérité, cette colère qui brûlait en lui, était lisible sur son visage, il pouvait essayer de la cacher derrière un sourire radieux, mais il en était incapable, ses sentiments étaient plus forts que lui. Cependant, le professeur de savoir-vivre ne semblait pas de cet avis et il demandait toujours l'impossible.

Lorsque ce dernier lui demanda de revenir, le rouquin n'eut autre choix que d'obéir aux ordres. Il ne répondit pas un mot concernant la remarque désagréable de la jeune femme, bien qu'au fond de sa bouche, il ne voulait que lui cracher des insultes à la figure. Il ne supportait pas ces personnes qui parlaient de lui comme si ce dernier était inexistant, tout comme la veille lors de l'entretien dans le bureau du Seigneur du Feu, alors qu'il était également présent dans la salle. Il pensait pouvoir ignorer la gardienne, mais finalement, c'était lui qui se faisait ignorer. Il venait de se faire prendre dans son propre jeu. Néanmoins, c'était un soulagement pour lui de n'avoir point besoin de jouer au fidèle serviteur et obéir à cette inconnue, cette dernière venait de refuser poliment ses services, ce qui le délivra de sa charge.

Puis, le jeune garçon prit place en face du professeur qui avait cette carrure toujours aussi menaçante avec à ses côtés la poupée de chiffon posée sur la table, comme une menace, comme un rappel. Il s'amusait à lui caresser la joue, cette sensation de se faire toucher par les mains répugnantes du diseur de mauvaises aventures se propageait jusque dans la chair du rouquin. Son visage qui demeurait encore calme et inexpressif prit une expression de dégoût. Cette main invisible lui touchait la joue, il ne voyait rien à côté de lui, mais la sensation insupportable de sa présence le hantait comme l'avant-veille. Il ne savait pas comment devait-il se débarrasser de cette malédiction, il ne pouvait que souffrir en silence et supporter ce toucher qui lui chatouillait le visage. Allait-il encore lui planter une lame à travers l'œil ? Allait-il encore s'amuser à le faire hurler ? Tandis que ses poings se serraient, ses muscles se contractaient et son regard cherchaient imprudemment la réponse dans le comportement du jeune homme assis en face de lui. Il ne montrait aucun signe hostile, mais Yohru ne devait pas baisser sa garde, il risquait de passer une nouvelle nuit enfermé dans cette même salle et ne plus jamais revoir la lueur du jour, s'il ne tenait pas bien sa langue dans sa poche. Cependant, les consignes furent, cette fois-ci, légèrement différentes de la dernière fois.
    " Hein..? Quoi ? Mais.. Je ne sais pas comment faire, moi.. Et.. Quand estimerez-vous que ça sera bon ? " S'exclamait avec un visage surpris.
Le devin était une personne difficile à satisfaire, il le savait mieux que quiconque. Le jeune garçon était incapable de mentir, encore moins lorsqu'il était forcé, comment devait-il réussir ? Bien qu'il ne tenait encore aucune arme entre les mains, il n'allait point tarder à se saisir de la première lame qui croiserait son chemin. La poupée qui demeurait toujours allongée sur la table semblait se jouir de voir le jeune garçon souffrir à nouveau. Ravalant péniblement sa salive, il avait conscience qu'il n'avait pas d'autre choix que d'essayer jusqu'à réussir. Il lui suffisait de mentir pour cacher son sentiment de colère, il lui suffisait de sourire pour cacher toute expression effrayante, il lui suffisait d'adopter une douce voix pour berner les imbéciles. Se courbant légèrement vers l'avant, il reprit la position qu'il venait d'apprendre, cachant son visage la tête baissée pour lui permettre de concentrer uniquement sur ses paroles.
    " Euh.. J'prête serment à votre pays et j'suis à votre disposition. Ô, je suis un jeune garçon totalement dévoué, alors n'hésitez pas à demander ce que vous voulez ! "
Soudain, il sentit une légère sensation désagréable le parcourir depuis l'intérieur du corps, partant de son entrejambe jusqu'à son estomac. En relevant les yeux, il put voir la main du devin posée à côté de la poupée de chiffon, il ne fallut pas un instant pour comprendre qu'il s'agissait de l'œuvre de ce dernier. Ce n'était pas une lame plantée dans le corps, ce n'était pas une douleur atroce comme il avait connu quelque jours auparavant, c'était une sensation tout aussi désagréable et atroce qui lui donnait des frissons de frayeur. Son visage se mit à pâlir doucement, intérieurement, il voyait le professeur avec ce sourire sadique qui lui donnait l'air de prendre plaisir devant ce spectacle. Le jeune garçon n'aurait jamais cru que ce dernier était attiré par ce genre d'activité, mais il était un sadique après tout.. La simple pensée de savoir que cette personne était à l'origine de ce malaise lui donnait que d'avantage de dégoût. La seconde fois où il sentit cette douleur plus forte que la précédente lui remonter jusque dans la gorge comme une vague désagréable et indescriptible, il ne put retenir un sursaut accompagné d'un cri.
    " HIIIIIIIIIIIIIII ! E-Espèce de.. Ça va pas de toucher ici ?! C'est interdiiiiiit ! "
Le jeune garçon avait déjà donné des coups de pied à cet endroit même chez les marchands pour leur voler du pain, mais c'était la première fois qu'il se recevait des coups. Bien qu'il ne s'agissait que d'une pichenette, cela demeurait toujours très désagréable, notamment lorsque la personne en face de lui affichait un tel visage ou plutôt, il l'imaginait avec un sourire qui s'étirait jusqu'à ses oreilles. Il tenta tant bien que mal de reproduire une nouvelle fois toute la cérémonie, mais l'expression sur son visage devenait illisible et sa voix ne reflétait que d'avantage un comédien raté. Comment voulait-il qu'il mente de façon naturelle, alors qu'il se sentait tout sauf à l'aise ?


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai - 18:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 574
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Ven 14 Avr - 21:07

    Parce qu’il faut se sentir à l’aise pour parvenir à être hypocrite naturellement ? Lorsque l’on fait face à un Seigneur, on est plus souvent mal à l’aise qu’à son aise. Mais surtout, dans quel cas vaut-il mieux être au top ? Lorsque tout va bien avec le Seigneur ou justement lorsqu’on risque quelque chose ? Un jour, Yohru remerciera le Yamanaka pour l’avoir formé ainsi. Il s’agit des prérequis nécessaires à une bonne longévité vitale.

    Que pensait-il d’ailleurs ? Qu’on ne pouvait blesser personne sans arme ? Le va-nu-pieds avait le choix entre les parties et les yeux. Mais Yohru avait déjà pu tester l’organe de la vue, alors il voulait frapper plus bas, lui faire comprendre qu’il pouvait être plus misérable encore. Qu’il n’était absolument rien.

    La ninja gardienne se racla la gorge. Sans doute n’adhérait-elle pas aux méthodes du Yamanaka ? Mais elle ne dit rien. Pourquoi ? Simplement parce qu’elle avait lu la lettre du Seigneur et donc que le professeur était tout à fait dans ses droits en agissant ainsi. D’ailleurs c’était pour ça qu’il y était allé doucement à coup de pichenettes pour débuter, afin de tester la réaction de Kohana.

    « Aucune séquelle. »

    Se contenta de répondre le Yamanaka à son raclement, se retenant de lui demander si elle souhaitait vérifier.

    « Le trouvez-vous convaincant ? »

    Non, il ne la provoquait aucunement. Il espérait simplement qu’elle réitère ses propos d’avant afin de montrer à Yohru qu’elle soutenait cette pédagogie, et donc que ce dernier se résigne encore plus, perdant ainsi la fierté qu’il avait encore. Son amour propre mit en pièce. Et dans le cas où Konoha mentait en disant que c’était bon, le Yamanaka dirait simplement le contraire tandis que le gamin criait à l’injustice.

    « Pardon, je ne vous ai pas bien entendu, c’est quoi ? »

    Interdit ? Ce n’était pas le texte qu’il devait prononcer pourtant. Cette fois, ça n’était pas une pichenette mais un appui prolongé sur ses précieux bijoux, jusqu’à ce qu’il retrouve son script…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Dim 16 Avr - 16:49

    " HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! Arrête çaaaaaaa ! " Hurlait-il en même temps que son pied tapait avec acharnement contre le sol.
Il venait d'appuyer sur une sonnette d'alarme. C'était la seule partie du corps qui était interdite, c'était la seule partie du corps qui ne devait pas être visée, c'était la seule partie du corps la plus sacrée. Il était autorisé d'arracher un bras, il était autorisé de crever un œil, il était autorisé de couper la tête, mais cette seule partie ne devait pas être touchée par la douleur. Bien qu'en réalité, cette règle était souvent enfreinte lors des affrontements qui opposaient un homme, il s'agissait parfois du seul point faible pour obliger l'ennemi à s'agenouiller, mais ce n'était pas une raison pour autoriser le professeur de savoir-vivre à prendre plaisir en torturant son pauvre élève. Ce dernier connaissait bien cette technique, il avait lui-même fait usage de cette ruse bon nombres de fois afin de s'échapper des commerçants furieux qui lui courraient après pour avoir volé leur marchandise. Il savait comment s'y prendre, il savait comment esquiver, mais la situation était quelque peu différente, il ne pouvait pas esquiver étant donné que la douleur venait de nul part. Le doigt qui le compressait était inexistant, il pouvait soutenir son entre-jambe de ses deux mains, mais seul le vide l'effleurait. Il ne pouvait rien faire pour arrêter cette sensation désagréable qui remontait jusqu'à son cerveau et qui le faisait trembler sur place sans qu'il ne puisse bouger un pas de plus, sans se tordre dans cette douleur indescriptible. C'était bien différent d'un œil crevé, c'était bien différent de la cruauté normale d'une personne..
    " GAAAAAAAAA ! Baaaaas les pattes, enlève ta main de là ! J'me fais tripoter — pour ne pas dire autrement, par un sale devin masqué ! AAAAAAAAAH ! J'm'excuse, j'm'excuse, j'm'excuse, j'm'excuse, j'm'excuse, j'm'excuse, j'm'excuse, j'm'excuse, j'm'excuse ! Oké ? J'm'excuseeeeee ! "
Pendant qu'il s'égorgeait à prononcer ces paroles, il continuait à souffrir. Ce n'était pas fort agréable, mais ce n'était pas plus douloureux que la séance de torture deux jours auparavant. Néanmoins, en s'écoutant parler lui-même, Yohru eut comme une vision d'horreur par la simple pensée de voir le jeune homme masqué attiré par ses beaux bijoux. Il pourrait bien appuyer n'importe où ailleurs, mais il semblait plus entrain à toucher là où cela faisait le plus mal. Sans doute parce qu'il s'agissait du grand point faible de l'homme et qu'il l'avait lui-même expérimenté, mais ce n'était pas une raison suffisante pour lui accorder ce droit. Le visage du jeune garçon continuait à pâlir à l'idée de savoir que l'origine de cette douleur provenait de la main de cet homme. Il pourrait bien donner un coup de pied, le résultat serait le même, mais il semblait s'amuser d'avantage à appuyer avec sa main.. Si le rouquin avait une tout autre personnalité, si le rouquin était un jeune homme charmeur qui attirait à lui d'autres hommes, quelle aurait pu être la réaction du devin ? Enfin, malheureusement, Yohru n'avait point de ces passions et pour l'heure, il ne faisait que souffrir. Si la gardienne prenait du plaisir devant ce spectacle, tant mieux pour elle, il s'agissait du dernier des ennuis qui menaçaient le jeune garçon. Il se fichait pas mal du regard d'autrui, pour le moment, il devait songer à sauver ses beaux bijoux de la main de ce devin maudit, au risque de les voir ruiner. Ce n'était pas les histoires romantiques qui n'étaient pas de son âge qui l'inquiétaient, mais il ne supportait plus la désagréable sensation.
    " Haaaaaaaaan ! J'ai retrouvé mon scripte ! Ouiiiiiii, j'ai retrouvé mon script, je diiiiiis ! AÏIIIIIIIE ! J'l'ai retrouvé, bon sang ! Euh.. J'suis dévoué, euh.. J'suis serviable.. Euh.. Passe commande.. "
Pendant qu'il gémissait au sol, il tentait tant bien que mal de retrouver les bonnes paroles, mais ce n'était pas une tâche aisée. Puis, la menace n'était jamais une bonne condition pour réussir une scène, les comédiens n'étaient bons que lorsqu'ils le faisaient par leur propre volonté. Le jeune garçon n'était presque jamais mal à l'aise, sauf en présence du professeur de savoir-vivre qui l'oppressait. Pourtant, il essayait malgré tout de retrouver le fameux scripte qui pourrait lui sauver un joyau. Sa mémoire n'avait jamais été très bonne, mais cette fois-ci, elle semblait bien plus entrain à coopérer. Peut-être qu'un jour ces séances de torture lui sauveront la vie, mais pour le moment, il était en train de perdre la sienne, toute sa fierté, toute sa virilité, il ne restait plus qu'une carcasse vide et toute pâle qui rendait son âme tout en rampant sur le sol. Il pouvait paraître misérable au point où il en était, il se fichait pas mal désormais qu'il se trouvait dans cet état. Le devin l'était tout autant pour s'en prendre ainsi au point faible d'un homme avec ses jeux sadiques.. Avec la petite larme à l'œil, il se jurait de se venger un jour ou l'autre..


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 574
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Lun 17 Avr - 0:18

    Encore et toujours le même schéma du chat et de la souris, du maître et de l’esclave. Ca commence par la surprise, une exclamation aigue et une protestation. Un sentiment d’injustice subit mêlé à un soupçon de souffrance. Mais la douleur persiste, s’emballe et remplit doucement tout l’espace. Nouvelle protestation ponctuée de doux cris à vous arracher un bébé du sommeil. Une pointe douloureuse rappelle la victime à la réalité et à sa triste mortalité. Les râles disparaissent, laissant place aux hurlements déterminés qui balayent à chaque fois un peu plus l’espoir qui lui reste. Le puzzle de son être s’émiette morceau après morceau. Sa fierté, son amour propre, et finalement son humanité. Tout s’envole avec ses cris qui s’amenuisent, sa force qui s’en va ainsi que le chiche espoir d’être secouru. Et enfin, finalement, les suppliques. L’incitation à la pitié, s’abaisser à demander l’aide de son ravisseur. S’excuser même. S’excuser alors que l’on trouvait ça injuste. Baisser la tête et lécher les pieds du maître pour qu’il daigne lui donner un instant de repos. Marcher sur sa propre histoire, cracher sur ce qu’il était et ce qu’il est. Devenir un animal, tout simplement. Une bête obéissante et qui comprend son rôle dans la hiérarchie.

    Et ce cycle se répétait sans cesse. Yohru rejouait la même scène depuis la toute première leçon. Jusqu’au jour où il saisira enfin. Où il abdiquera. Pourquoi lutter ? Une souris n’a jamais fait face au chat.

    Alors Yohru suivait les ordres. Le maître le laissait souffler le temps qu’il prononce les mots avant d’appliquer la sentence. Tant que le garçon ne rendra pas l’affaire naturelle, il continuera de souffrir. Et tandis qu’une main continuait de comprimer ses gonades, un doigt vint appuyer sur l’œil de la poupée, et ce de plus en plus fort. Tic tac Yohru. Tic tac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Lun 17 Avr - 19:54

Tic tac. Tic tac. L'heure continuait à tourner, les aiguilles continuaient à avancer, le jeune garçon continuait à souffrir, enfermé dans cette salle qui l'étouffait de son atmosphère pesante. Ce n'était plus un apprentissage, une nouvelle fois, l'objectif réel de ces heures passées en compagnie de ce soi-disant professeur devenait flou aux yeux de cet élève. Était-il la pour apprendre les bonnes manières ? Ou bien était-il là pour subir cette malédiction qui continuait à le hanter depuis cette nuit dans la forêt ? Qu'avait-il fait pour mériter un destin pareil qui continuait à s'acharner contre lui ? Les larmes lui montaient aux yeux sans pour autant couler sur ses joues, il avait envie de partir, de s'enfuir, de s'échapper de ces lieux. Quand allait-il arrêter de jouer avec son précieux bijou comme un jouet sans importance ? Le devin n'était sans doute pas un homme s'il accordait si peu d'importance à cet objet, un travesti sans nul doute, mais peu importe sa nature, il restait un clown masqué dans l'esprit du jeune garçon.

Inspirant profondément une nouvelle bouffée d'air, il se releva pour recommencer encore une fois cette scène stupide qui ne menait à rien. Pourtant, il n'avait pas le choix. Sa lassitude se lisait de plus en plus sur ce visage nonchalant qui demeurait impatient de voir la fin de l'heure arriver. Il faisait tard, il faisait nuit, les cours du soir devront tôt ou tard prendre fin. Même s'il se faisait enfermer une nouvelle fois, c'était toujours mieux que de voir ce visage agaçant et énervant face à lui, ces mains le tripoter là où elles ne devraient pas. La douleur sur l'œil n'avait aucun effet tant que ce n'était pas une lame qui passait au travers, mais ses massages à l'endroit sensible étaient bien plus désagréables. Il commençait à douter de ses passions et la pensée même le répugnait au plus profond de lui-même. Suite à plusieurs essais, l'envie de vomir ce qu'il avait mangé durant la journée se faisait de plus en plus ressentir..

Peut-être qu'un jour, ces heures perdues se révéleront utiles dans un futur proche ? Peut-être qu'un jour, cette souffrance passée dans cette salle prendra tout un sens ? Peut-être qu'un jour, mentir deviendra une nécessité pour le jeune garçon ? Cependant, pour le moment, Yohru se faisait torturer, il s'agissait sans doute d'une première fois qu'il se retrouvait dans une telle situation ou peut-être la deuxième ? La première fois, il l'avait déjà oublié, il n'avait pas besoin de ces souvenirs qui ne lui rappelaient que des malheurs. Lorsque ces cours de savoir-vivre prendront fin, lorsqu'il en sera délibéré, il fera également en sorte de tout oublier afin de ne plus y songer tout comme un mauvais rêve. Néanmoins, pour l'heure, il était obligé de recommencer une nouvelle fois cette scène de mensonges et d'hypocrisie. N'était-ce pas ce que voulait le diseur de mauvaises aventures ? Malheureusement, le jeune garçon ne pouvait rien lui refuser. S'il parvenait à mentir comme il le fallait, il se serait débarrassé de ces heures insupportables bien avant, mais il en était incapable. Un jour, il pourra se venter d'avoir survécu à ses cours, un jour, il comprendra l'intérêt de mentir, un jour, il saura.

Son visage traduisait désormais ses pensées, son comportement et sa voix reflétaient son âme. Pour l'heure, il ne faisait que recommencer machinalement sans chercher à réussir plus que le strict nécessaire. Sans doute était-ce là toute la difficulté, sa motivation ? La menace ne faisait que l'épuiser, il commençait à s'habituer peu à peu à subir cette terrible souffrance qui lui venait depuis son entre-jambes. Puis, au bout de l'énième fois, lui alors vint une idée. Mentir était difficile, alors autant donner son véritable avis en disant la vérité. Il devait juste proposer ses services sans avoir l'air hypocrite, il allait alors proposer ses services malgré lui et l'antonyme de l'hypocrisie était justement la sincérité et la franchise.
    " Oui bon.. C'bon, j'suis à ton service, t'me veux quoi ? Hein ? Franchement, le mieux c'est : ne me demande rien, mais comme je dois le faire.. Alors, qu'est-ce tu me veux ?Fit-il tout en tentant la carte de la franchise. S't'es pas content, montre un exemple ou donnes plus d'explications. "
Était-ce les résultats qu'attendait le professeur de savoir-vivre ? S'il continuait à demeurer insatisfait, alors le rouquin allait rester allonger contre le sol et ne plus se relever. La fatigue commençait à le lasser de plus en plus, autant jouer au mort, au point il était plongé dans le désespoir de ne jamais réussir. C'était le cas après tout, il faisait déjà de son mieux, il n'allait tout de même pas s'excuser à être nul en mensonges et encore moins s'il n'était point sincère lorsqu'il se disait dévoué envers son pays. Comment pourrait-il l'être sous la menace ?


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 574
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Mar 18 Avr - 19:01

    Yohru reproduisait la même scène avec de moins en moins d’entrain. Mais était-ce le but recherché ? L’entrain ? Pas le moins du monde. Alors la leçon se poursuivait. Le pupille criait plus faiblement et de manière plus espacé. L’épuisement physique ou l’habituation ? Qu’il ne se repose pas sur ses lauriers en tout cas : il est toujours possible de blesser quelqu’un. Il s’agit d’un sujet pour lequel l’imagination de l’homme ne connait aucune limite. Bien avant l’invention et la maîtrise du chakra, l’être humain cherchait déjà à asseoir sa domination sur son voisin de bien des manières. Ecartèlement, énucléation, castration, lapidation, dépècement, … Et l’apport du chakra dans ce domaine ne fit qu’augmenter la palette des possibilités. Plus besoin d’avoir une atteindre physique : on peut blesser l’esprit directement, ou jouer sur les nerfs pour accroître la sensibilité à la douleur. Voire soigner les blessures pour finalement réitérer inlassablement le même schéma.

    Là où il y a la vie, il y a la souffrance. L’un ne peut exister sans l’autre. Ils sont complémentaires car la souffrance apprend à apprécier la vie. Mais comme dans toutes choses, le surdosage devient un poison et peut pousser à se séparer de la vie.

    Et pour Yohru, où en était le dosage ? A priori, on pouvait encore l’augmenter vu sa répartie. Osait-il vraiment se rebeller ? Le Yamanaka le fixa sans dire un mot. Que disait son regard ? Tout en le regardant, il posa délicatement un kunai à côté de la poupée, laissant sa main sur le tranchant de l’arme. Yohru saisissait-il le message ? Shigo était-il suffisamment clair pour son esprit étriqué ?

    « Les chaussures de la ninja gardienne ne sont pas bien propres. Allez les lui cirer en donnant l’impression que ça vous fait plaisir de le faire. »

    Il voulait un ordre ? Alors le voici. Inutile de préciser ce qui se produirait s’il le décevait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jonin
Messages : 914
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Mar 18 Avr - 21:37


Hyô Kohana



Kohana continuait d'observer silencieusement, elle constata alors que Kimimaro avait raison. Yohru n'obéissait que sous la contrainte et la menace et ce n'était probablement pas le but de ces cours, si les méthodes d'apprentissages du Konohajin étaient efficaces sur le moment, elles ne risquaient pas de l'êtres à long terme. Quand Shigo demanda à Yohru de venir cirer les chaussures de la Gardienne, cette dernière se manifesta avec un raclement de gorge.

» Non merci Yohru... Shigo-san ? Puis-je vous parler en privé ? ... Yohru ? attend ici s'il te plaît. - demanda poliment la kunoichi.

Ne laissant guère le choix au ninja de répondre, l'Hyô s'éloigna un peu dans un couloir pour ne pas être entendue du pupille. Quand l'homme masqué approcha, elle prit immédiatement la parole. Elle s'exprima d'un ton clair et neutre.

» Shigo, je suis consciente que Miko-sama vous a donné carte blanche pour vos leçons... Cependant, et je ne dis pas seulement cela parce-que vos méthodes me déplaisent, il semblerait que vous ne fassiez qu'empirer la situation. Ce garçon déborde de haine et de rancœur, le torturer de la sorte ne va rien apporter de bon... Si il ne se comporte correctement que sous la menace, j'ai du mal à croire en l'efficacité de vos méthodes...

Elle marqua une courte pause avant de reprendre. Elle tira un parchemin de la sacoche accrochée à sa ceinture et elle commença à y écrire quelques mots.

» Je vais dire à Miko-sama que vous respectez ses règles, car c'est le cas. Vous avez le droit d'utiliser vos méthodes et ce n'est pas à moi de juger les résultats, mais vous connaissez mon avis. Libre à vous de continuer ou d'améliorer votre méthode d'enseignement, ce n'est pas vraiment mon problème. - dit-elle avec un rapide sourire.

Sur son message, elle écrivit simplement que Shigo respectait les règles fixées par la Daimyô et qu'il n'avait rien à se reprocher. La kunoichi fit un mudra et l'encre s'anima, les mots se mélangèrent pour former une tâche qui donna vie à une petite souris qui sauta du parchemin et elle se mit à courir sous les meubles.

» Je pense en avoir assez vu, continuez votre cours Shigo-san, mais Yohru est visiblement épuisé. Encore une fois, ce n'est pas mon problème alors faites comme il vous plaira.

Kohana s'inclina légèrement,

» Bonne chance et à bientôt, vous transmettrez mes salutations à votre élève. - ajouta-t-elle avec un nouveau sourire, plus prononcé cette fois.

La Gardienne se retourna et s'éloigna, sa mission était finie..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 574
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Mer 19 Avr - 20:13

    Finalement, Kohana avait enduré plus longtemps le spectacle que le Yamanaka ne s’y attendait. Il commençait d’ailleurs même à songer qu’elle ne dise rien du tout. Bon, qu’allait-elle donc lui indiquer ? La grande morale et les grands sermons ? Mais les propos de la ninja gardienne le surprirent beaucoup. Pas de réprimande ? Elle sut différencier ses émotions de son travail même en voyant un jeune garçon hurler devant elle ? Elle n’était pas du tout comme le gardien de l’autre jour, auprès de Miko. Celle-ci était bien plus professionnelle. Cependant, la petite critique dans son discours était attendu, voire prévisible.

    « Rien apporter de bon ? Il déborde de haine et de rancœur, oui. De désespoir aussi. Savez-vous qu’il est devenu bien plus obéissant lorsque je lui ai dit que je partirais plus tôt s’il satisfait à mes exigences ?
    Je vous laisserais la poupée. Il suffira de la montrer à Yohru lorsqu’il s’écarte du droit chemin pour qu’il y retourne aussitôt. Et si cela ne fonctionne pas : avertissez-le qu’il me faudra revenir s’il ne se discipline pas. Son comportement changera drastiquement.
    Cette menace fonctionnera tant qu’il me pensera plus fort que lui. Et mes méthodes servent à ce que jamais il ne puisse songer cela.
    Merci pour vos conseils, ninja gardienne. Transmettez mes respects au Seigneur Aburame quand vous la verrez. »


    Des conseils qu’il ne suivra aucunement. Kohana venait de donner un avis positif concernant son travail. Le Yamanaka n’avait donc plus qu’à attendre le résultat de ses enseignements pour que Miko soutienne son cas auprès de Mizuki. L’injustice concernant sa possibilité de former une équipe sera-t-elle enfin levé ? Natsuki disait que Konoha avait terriblement besoin de loups dans son genre. Alors pourquoi lui interdire d’en former à son tour ?

    Le va-nu-pieds retourna dans la salle de cours et évalua le niveau de fatigue de Yohru. Il pouvait encore tenir debout ? C’est qu’il fallait en ajouter une couche. Le Yamanaka se rapprocha lentement de la table.

    « Il semblerait que votre enseignement touche finalement à sa fin. Mais au moindre écart, ils feront de nouveau appel à moi. Aussi, j’ai un dernier cadeau pour vous, pour que vous n’oubliez jamais ces leçons… »

    Shigo prit le kunai et le planta sans prévenir dans le ventre de la poupée, la transperçant de part en part. Il regarda ensuite Yohru se tordre de douleur, se pencha au-dessus de lui et lui susurra :

    « Surtout n’oubliez jamais ce que vous ressentez en cet instant. Car si je dois revenir, ceci sera votre quotidien. »

    Le va-nu-pieds s’en alla alors sans demander son reste, laissant la poupée transpercée sur la table. Yohru souffrira jusqu’à ce qu’il ôte lui-même la lame, que son âme s’imprègne de cette douleur, que la souffrance le marque au plus profond de son être. Que le retour du professeur masqué devienne son pire cauchemar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 390
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Apprendre les arts du savoir-vivre Ven 21 Avr - 22:05

" AAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! "

Un dernier hurlement retentit à travers tout le palais, avant qu'un profond silence ne s'ensuive. Dans la salle d'études, le jeune garçon demeurait affalé au sol, les jambes repliées sur lui-même et les mains compressant avec force son ventre qui semblait le faire terriblement souffrir. Il ressentait cette lame remuer dans son corps, cette lame tenue par la main de cet homme. Sa respiration devenait peu à peu plus saccadée, ce n'était pas la douleur qui le mettait dans cet état bien qu'elle contribuait à une part, mais cette colère qui le rongeait comme un poison depuis l'intérieur. Il essayait malgré lui de la calmer, cette rage qui l'étouffait plus qu'une simple douleur qui l'avait menacé jusqu'à présent. Il n'avait aucune blessure, il ne pouvait pas cracher du sang, pourtant l'envie de vomir sur cette tête qui se penchait au-dessus de lui le faisait légèrement trembler. Ses yeux rougissaient doucement en même temps qu'il fixait le sol, ce même sol qu'il avait tant observé ces derniers jours. Pourquoi était-ce lui qui se trouvait dans cette situation ? Pourquoi ne parvenait-il pas à porter ne serait qu'un seul coup à ce devin maudit ? Pourquoi était-il plus faible que lui ?
    " Je n'oublierai jamais cette colère que je ressens en cet instant. Je me vengerai.. Je t'égorgerai.. "
Ces murmures qu'il prononçait à voix basse étaient une promesse qu'il se jurait à lui-même. Si cette douleur était un cadeau d'adieu, alors il allait l'accepter et graver en lui cette sensation qui le rendait de plus en plus fou. Il commençait à s'habituer à cette torture, aussi bien physique que mental, il savait désormais endurer ce que les personnes qualifiaient de souffrance. Une part de lui se rappela de ce souvenir enfoui, il avait versé trop de larmes pour pleurer encore tel un enfant, pourtant ses yeux rouges le picotaient comme si une poussière lui était tombée dans l'œil.

Lorsque le professeur de savoir-vivre quitta la salle, il se redressa sur ses jambes et se rapprocha de la table sur laquelle était déposé l'instrument maudit. Il eut un instant d'hésitation avant de retirer d'un coup sec cette lame qui lui transperçait l'estomac. Ce fut un soulagement, les cours de savoir-vivre, ces heures de tortures prenaient définitivement fin. Yohru n'avait pas pu entendre les paroles à travers la porte, mais il semblerait que ce cauchemar venait de se terminer. Il resta alors allongé contre le sol un long moment, fixant continuellement le plafond sans prononcer une parole.

Trente minutes s'écoulèrent, une domestique du palais entra dans la salle. Brusquement, devant le cadavre du jeune garçon étalé au sol, elle ne put s'empêcher de pousser un cri de surprise. Elle eut un instant de doute face à ce visage épuisé avec une telle expression de lassitude, mais le corps rampant à terre finit par remuer le pied comme un signe de vie. Soudain, le jeune garçon finit par prendre la parole en premier pour entamer une conversation avec la jeune femme, qu'il reconnaissait sans même avoir besoin de la regarder.
    " Haaaaaak ? Est-ce que le prof' est parti ? Bien parti ? Loin d'ici ? "
Il attendit une confirmation de sa part, avant de se relever d'un bond comme s'il venait de revivre. En même temps qu'il leva ses bras en l'air, il sauta les pieds tout en poussant un grand cri de joie, avant de ressembler toutes ses forces pour cracher au sol avec férocité. Il se mit alors à taper du pied, à rogner le tapis, à enfoncer ses doigts dans le mur, personne n'était présente pour le voir si ce n'était la domestique. Il était à la fois si heureux, mais aussi si en colère. Ce n'était pas la dernière rencontre qu'il allait avoir avec cet homme masqué, la prochaine fois, il se promettait de se venger, néanmoins..

Pour l'heure, il devait oublier toute cette histoire. Il ne voulait pas se faire souffrir inutilement, il valait mieux tout oublier et laisser dans un coin de sa mémoire. Il reprit de sa bonne humeur en prenant la direction de la cuisine. Il se faisait tard, l'heure était idéale pour prendre un goûter de minuit. Il avait digéré tous les aliments de ce midi, il était temps pour lui de manger à nouveau pour faire passer sa colère. Puis, lorsqu'il aura fini de se goinfrer, il pourra aller se coucher. N'était-ce pas la belle vie dans ce palais ? À présent que toute la souffrance était passée, il était l'heure pour lui de savourer son séjour dans cette demeure.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Apprendre les arts du savoir-vivre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Palais du Daimyô-