N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 De sueur et de sang.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: De sueur et de sang. Ven 20 Jan 2017 - 13:17





Il était fin prêt, ce grand monument à la gloire des combattants de ce monde.


Construit à la sueur du front de centaines d'hommes dont la majorité était Yukinjins, ce grand amphithéâtre sans précédent respirait la fierté. La fierté d'un peuple rude, qui bravait chaque jour de leur existence, un climat inhospitalier, agressif et dangereux. La fierté d'un peuple qui ne connaissait pas le sens du mot "facilité". Une nation qui, bien que choyée par les illustres noms qui l'avait composée, n'avait rien changer de ce qu'ils étaient. Un peuple forgé dans la rigidité de la glace.

Cependant, ce cadeau d'architecture du Nord n'était cependant pas un présent pour ce peuple, non...mais bien un cadeau de cette race, au reste du monde. Ici, peu importe votre sang, peu importe votre nom. Les seules choses qui compteraient réellement; votre volonté de vivre, la consistance de vos tripes et la force qui vous anime!

Et je me tenais au centre de cette arène, l'oeil fermé, avide de pouvoir faire valoir mon talent sur ce sol en temps venu et, je l'espère, remporter le premier championnat des jeux internationaux Shinobi...un projet qui verrait le jour en des temps moins troubles. Un projet, qui non seulement servirait à faire reconnaitre le shinobi le plus potent de sa classe au monde entier, mais qui aurait des répercutions politique énormes aussi en laissant des gens de tous pays venir s'y affronter en une compétitions qui se voudrait amicale et équitable envers ses participants.

Mais pour l'heure il fallait tester cette arène de combat et aujourd'hui, la moitié d'une centaine d'homme...et plus même...fouleraient le sol de marbre froid du colisée afin de procéder à l'inauguration non officielle de l'amphithéâtre. Et si cinquante d'entre-eux étaient déjà à mes pieds, en dehors du grand cercle où je me tenais, je voyais quelques silhouettes se dessiner sur le chemin blanc qui séparait ma belle Dhartsedo et l'endroit où le sang et la sueur se mélangeraient aux efforts d'un entraînement rigoureux.

La première d'entre elle, celle qui était le plus avancée et qui mettait déjà un pied sur les gradins afin de venir me rejoindre, n'était nulle autre que celle du guerrier rouge se Kusa et entraîneur en chef de toute cette troupe. Yanosa venait d'arriver...apportant avec lui une bourrasque froide, mais transpercée par le soleil du midi. La journée était douce...parfaite pour de l'exercice en plein-air.



@Oterashi Yanosa
@Gekei Takoyaki
@Akita Haru

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 708
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Sam 21 Jan 2017 - 6:05

Un voyage rude. Passant par les énormes canyons du pays de la terre jusqu’à la mer séparant le grand continent jusqu’à la contrée des neiges, le trajet est long et exténuant. Il s’agit d’une extrémité à une autre sur la carte du monde Shinobi. Même pour un Shinobi aguerri, c’est tout un chemin à parcourir. Que pourrait donc pousser un homme à traverser une telle distance ? Excéder plusieurs frontières, alliées ou ennemis, mais le plus grand combat fut celui d’affronter la mer et sa nature imprévisible. Une infinité céruléenne d’un calme olympien à une cruelle tempête défoulant une rage sans précédente. Un seul navire face à un courroux divin ; de monstrueuses vagues contre une construction maritime en bois. Grâce à la ténacité et l’expertise de l’équipage, le bateau tint bon jusqu’à ce que l’orage passe son chemin. Plutôt coriace pour un amas de bois cloué ensemble.

Il n’y a jamais eu un plus grand sentiment de réconfort lorsqu’Haru souilla le sol de Yuki no Kuni de ses bottes. Pour l’heure, l’océan est derrière lui. Place désormais au froid mordant de l’hiver perpétuel du nord. Et encore, le plus grand défi ne s’est toujours pas dressé devant le rouquin. Son objectif n’est nul autre que rencontrer la fameuse race de barbares qui pullulent ce pays. De leur nom, le clan Suzurane. Des sauvages à l’état pur qui utilisent la mutilation pour activer des sceaux sur leur corps afin d’augmenter considérablement leurs prouesses corporelles. En soi, ce n’est pas tant différent de ce qu’utilise l’apatride et c’est exactement pour cette raison qu’il a décidé de se rendre auprès de ces guerriers sanguinaires : afin de devenir plus fort. Ce n’est pas l’optique qu’il préfère, mais l’Akita est désormais à court d’option. Voilà bien trop longtemps qu’il stagne au même niveau et son incompétence l’empêche de progresser. Le Heishi n’a pas le talent d’un ninja en lui, il doit donc quadrupler ses efforts afin d’arriver à un niveau plus ou moins acceptable. C’est l’heure d’employer les méthodes drastiques, le pousser dans ses derniers retranchements et de se livrer directement dans la gueule du loup. Et si cela n’est toujours pas suffisant ? Il n’abandonnera pas pour autant, mais cela confirmera les dires de la populace : ce n’est qu’une cause perdue.

En chemin, le Shûkaijin stoppa à une auberge le temps d’une nuit dans un petit village entre son point de départ et sa destination. Là, les habitués radotaient des rumeurs et des événements dans la région qui peuvent perturber leur train quotidien dans ces steppes glacées. Alors qu’il savourait un thé dans son coin, il entendit parler de l’inauguration d’un certain amphithéâtre. Une séance d’entraînement publique afin de souligner l’ouverture officieuse d’une arène. Certes, ces paroles attisèrent son intérêt. Aussitôt, il se renseigna sur l’événement en question. Quelle surprise d’apprendre que l’endroit en question n’est qu’à un petit détour de sa route initiale. Il n’y a aucun mal de dérayer de son objectif principal et de jeter un œil à cet apprentissage ouvert à tous. Haru n’a véritablement rien à perdre, ne serait-ce que quelques heures de trajet afin d’effectuer ce détour.

Jour J en vue. Parmi toute une troupe, le jeune homme arriva sur place. Le lieu n’est nul autre qu’une arène en pleine aire, au cœur d’un désert de glace. Néanmoins, l’enceinte reste tout de même une œuvre architecturale. L’entraînement se déroulera-t-elle à l’extérieur, au beau milieu d’un climat insupportable ? Haru enfonça la partie inférieure de son visage dans son foulard obscur ainsi que ses mains dans son manteau d’ébène. Soit. Il a vécu pire au cours de sa piètre existence. Toutefois, il se fait petit et discret pour une raison particulière : une cinquantaine de quidams se sont rassemblé ici pour participer à cet événement. Tous semblent être des combattants aguerris. Il est naturel qu’un novice tel que lui se sente dépaysé et s’écarte. Ses cheveux auburn et blanc fouettant dans la brise gelée du midi, son regard doré riva vers le centre du colisée, où un homme se tenait debout, prêt à débuter l’action. Notre protagoniste n’esquissa le moindre son et geste, se tenant silencieux et préférant observer pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Dim 22 Jan 2017 - 22:01

La semaine qui venait de s'écouler avait vu le guerrier rouge puiser dans ses réserves de patience d'une façon qu'il avait rarement eu à endurer ces dernières années. Même en voyageant à une vitesse de croisière optimale et sans relâcher ses efforts, le temps que lui avait pris sa grande tournée lui avait inspiré l'impuissance la plus totale, lui qui avait pris l'habitude de pouvoir se rendre d'un point A à un point B en une fraction de seconde et ce peu importe la distance. A l'époque de ses derniers séjours au Pays de la Neige, il ne disposait pas encore de cette faculté et n'avait pas remis les pieds là bas depuis. Un tord désormais réparé, qui lui autoriserait une mobilité sans faille sur le territoire historiquement conquis par les Samui et dont le fier peuple Suzurane habitait toujours les terres, de façon plus éparse que jamais d'ailleurs. Yanosa avait conclu sa tournée à Lhoka au sud, afin que sa prochaine et ultime destination lui soit le plus accessible possible: Dhartsedo. La ville portuaire, la plus importante de tout le pays en termes de population et d'économie, était aussi la cité la plus proche du Colisée flambant neuf dont Ketsuen avait commandité la construction.

Et c'était aussi là, sur l'immense aire de combat circulaire entourée de gradins encore vides, que s'étaient rassemblée la cinquantaine de combattants réclamés par l'ancien Seigneur de Guerre. Rien qu'en approchant des lieux par l'est, Yanosa n'avait eu aucun mal à sentir toutes les énergies massées là bas, dont certaines se détachaient clairement du lot. Il reconnut sans mal l'aura de Ketsuen, mais aucune autre n'éveilla chez lui le moindre souvenir, ce qui n'était pas plus mal. Après tout, ce n'était pas pour se battre à nouveau contre des guerriers qu'il connaissait déjà qu'il avait mis cette grande réunion sur pieds, mais bien pour découvrir de nouveaux potentiels et de nouvelles expériences. Après la semaine qu'il venait de passer, il le sentait, il aurait du mal à retenir ses coups même si il le voulait... Mais après tout du moment qu'il n'infligeait pas de blessure mortelle, tous les blessés aussi graves soient-ils auraient l'occasion de récupérer pour revenir ensuite plus fort que jamais. Et la proximité de l'une des plus grande académie de médecine du monde ne pouvait qu'être un atout, particulièrement dans ce contexte.

D'un pas sûr et crissant dans la neige, le guerrier rouge approcha de l'enceinte et sauta en haut des gradins qui surplombaient le cercle des hostilités. Toute la structure respirait le neuf et l'ambition de son instigateur, à savoir le Samui borgne, ce qui fit naître un sourire narquois sur le visage de Yanosa. Ketsuen voyait loin et grand sur beaucoup de sujets, et en cela ressemblait énormément à un Kakeshuou qui n'aurait pas attendu les années pour faire éclater ses ambitions. Admirable, précipité, malavisé, digne de louanges ? Cela il faudrait encore attendre pour le savoir, et ce n'était de toute façon aucunement ce qui intéressait le guerrier rouge aujourd'hui. Avant que l'attention de la petite foule ne se focalise sur lui, il entreprit de faire le tour de l'enceinte en lâchant derrière lui plusieurs kunai qui allèrent se ficher dans la glace, observant de loin les visages, encore très petits à cette distance.

Puis lorsqu'il eut fait le tour, il descendit les gradins en petites foulées, dépassa le large groupe rassemblé autours de l'arène proprement dite et s'extirpa de la masse d'un grand bond, qui le vit atterrir sobrement, seul, sur la surface de combat encore vierge. Il dévisagea un instant la cinquantaine d'hommes et de femmes et leur adressa ensuite ces mots.

« Bien... Vous savez tous pourquoi vous êtes là donc je ne ferai pas de grand discours. Peu importe ce que vous pensez croire sur vos capacités, ici, en ce qui me concerne... vous partez de zéro », dit-il en activant d'un mudra affiché les fuuinjutsu sur ses kunai.

Une barrière écarlate jaillit alors tout autours du Colisée en l'enveloppant complètement, coupant toute possibilité de fuite à ceux ou celles qui voudraient faire marche arrière.

« Des groupes de quatre viendront me combattre. Dès que l'un des quatre est mis hors combat ou se retire, temporairement ou définitivement, j'attends qu'un autre le remplace aussi sec pour prendre le relais. Observez. Apprenez. Donnez tout ce que vous pensez avoir, et plus... »

Ouvrant en grand ses bras tendus vers son « public », Yanosa attendit qu'un premier quatuor se désigne de lui-même, ce qui ne se fit pas attendre. Trois hommes, apparemment venus ensembles, et une femme aux longs cheveux blancs, se ruèrent sur la surface de combat, un air déterminé et assuré dans les yeux. Le guerrier rouge prit la mesure de ses adversaires... Il pouvait être surpris. Il pouvait être humilié, même, s'il mésestimait la force et surtout le nombre de ses adversaires. Mais la surprise ne vint pas aussi tôt que cela : le pied droit de l'instructeur se ficha dans le buste d'un homme qui le chargeait de front, utilisant la force de l'impact pour reculer de plus d'un mètre en évitant ainsi l'attaque de flanc menée par un deuxième larron. Un coude s'abattit sur ce dernier, celui du guerrier rouge bien sûr, et sa jambe le balaya sur le coup. Le premier homme, souffle coupé, reculait déjà vers le bord de l'arène pour s'en soustraire et laisser sa place, les yeux exorbités. Quant à son camarade touché, il ne bougeait guère plus que pour respirer faiblement, inconscient sur la roche taillée.

D'un coup de pied léger, désinvolte et puissant malgré tout, le corps de l'homme inconscient fut expédié vers les gradins, où il atterrit durement. Dans la foulée, Yanosa parait, esquivait et ripostait déjà aux attaques, plus propres et coordonnées , de la femme et de l'homme restants. Et deux places étaient à prendre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 708
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Lun 23 Jan 2017 - 0:58

Un brouhaha s’instaura, la foule élevant le ton. Des groupes commencent à se former dans le but de faire connaissance avec son prochain ou bien uniquement pour faire entendre sa plainte. Dépendamment de quand est-ce que l’un est arrivé sur les lieux, voilà déjà un moment que la cinquantaine d’hommes et femmes attendent en ce colisée peu familier. Beaucoup ont fait un long trajet afin d’atteindre cette destination, donc leur colère est compréhensible. Quant à notre protagoniste, fidèle à sa nature plus timide, il resta à l’écart. Certes, lui-même a fait un long voyage. Cet arrêt est cependant un détour imprévu dans son horaire, il ne possède donc pas le droit d’élever sa voix. Tant qu’à l’individu solitaire au centre de l’arène de combat, il resta de marbre face au rassemblement. Qui est donc cette personne ? Est-ce l’instigateur de cet événement ? Ce borgne sera-t-il celui qui dictera les règles et les ordres lors de cette réunion atypique ? Difficile à dire alors que l’intéressé en question n’esquisse le moindre geste et reste ancré sous un mutisme mystérieux. Peut-être attend-t-il que plus de gens se présentent, quoi qu’il y a déjà pas mal de candidats.

Au final, une silhouette sortit du lot afin de rejoindre le curieux personnage au cœur de l’enceinte. Un grand gaillard dans la trentaine ressortant facilement du lot par un trait en commun avec l’apatride : tous deux possèdent une crinière rousse – à la différence que celle d’Haru est partiellement blanchie et que l’autre se distingue facilement de la masse par sa longue chevelure écarlate. L’Heishi supposa que ce n’était qu’un impatient souhaitant se plaindre directement à la personne responsable de cet assemblement, mais cette théorie tomba à l’eau lorsqu’il s’adressa au large groupe n’attendant que le début des hostilités. D’ailleurs, son apparence lui est familière. Non, ce n’est pas quelqu’un qu’il connait personnellement, mais plutôt quelqu’un de connu. Son nom ? À bien y penser, il n’arrive pas à mettre le doigt sur son identité et l’idée reste vague.

Cette réflexion fut coupée courte aussitôt les premières tirades de l’animateur achevées. Il effectua un signe incantatoire et, illico, un bruissement audible se fit entendre dans son dos. Le Shûkaijin se retourna afin d’identifier la source de ce bruit. Ce qu’il vit lui coupa le souffle : un énorme rideau vermillon enveloppa le colisée entier, les gradins y compris. Est-ce un piège ? Son flux de pensée accéléra en synchronisation avec son rythme cardiaque. Voilà un phénomène qu’il n’a jamais vu de toute sa vie : une barrière issue de l’art des sceaux. En sortir ne sera pas une chose facile. Seul, ce sera impossible. La marche arrière n’est plus une option.

Le créateur de cette prison s’adressa de nouveau à la foule, dévoilant son intention et ses instructions. Ses paroles étonnèrent l’Akita qui déglutit. Lui seul face à quatre adversaires ? C’est une blague. Pourtant, il n’y avait dans sa gestuelle aucun signe de faiblesse. L’homme transpire la confiance. L’apatride resta figé sur place alors qu’un premier quatuor monta le sol de l’arène encore vierge. Les cinq combattants, prêt à en découdre, engagèrent le combat. Néanmoins, l’affrontement tire abruptement à sa fin pour deux d’entre eux. Rapidement, les deux premiers à se ruer sur le roux furent subjugué et hors d’état de nuire. Deux places se sont libérer. Ses dents crissèrent les unes contre les autres. Les mouvements du guerrier témoignent de sa force et son expérience. Il n’a aucune chance face à cet homme. À quoi bon monter sur le terrain de combat ? Même le reste de la foule resta à l’écart face à cette démonstration. Cependant, ce n’est pas en restant désœuvré qu’il deviendra plus fort. Même si sa tentative s’avère vaine et ridicule, il se doit de montrer de quoi il est capable. L’on ne gagne rien en ne faisant rien, comme dirait sa sœur.

D’un pas décidé, il s’avança vers l’arène. D’un mouvement, il enleva son foulard ainsi que son manteau, des vêtements pouvant le gêner dans ses déplacements. Il sauta sur la pierre taillée. Est-il réellement prêt ? Non, loin de là. L’incertitude règne son esprit qui crie la défaite en avance. C’est pour cette raison qu’il est inutile de tourner autour du pot. Sauter l’échauffement et y aller à pleine puissance dès le début. Haru se positionna, pieds ancrés sur le sol et poings fermes. Ouvrir la Porte demande au Shinobi une énorme concentration. Il est chanceux que son opposant soit occupé par deux adversaires.

Grinçant des dents, il malaxait le chakra à l’intérieur de son être afin d’ouvrir la Porte Initiale. Ce pallié franchi, son énergie explosa en une bourrasque de vent. Impossible qu’il soit passé inaperçu. Désormais, c’est carte sur table. Son temps est limité. Son corps ne tiendra pas longtemps. Au moment que le combattant solitaire se débarrassa des deux autres combattants, Haru se rua sur lui. Dans sa course, il enfoui ses mains dans son sac d’instruments et jeta des projectiles en direction du balafré, exactement cinq kunais. Toutefois, seulement quatre sont visibles. D’un lancer précis, le jeune homme a caché un kunai dans l’ombre d’un autre. Ce projectile en question a pour but de se loger dans la cuisse du vétéran. Grâce à sa vitesse augmentée, l’Akita arrivera à proximité de sa cible peu après la vague de kunais. Son plan est avant tout de frapper avec sa main droite le visage du scarifié. Utilisant la force cinétique de son mouvement, il balayera ensuite le sol de sa jambe gauche, cherchant à faire perdre l’équilibre à son opposant. En outre, si son offensive de plus tôt fonctionne, il gagnera un avantage dans cette manœuvre. Puis, il terminera son enchaînement par un bond et cherchera à frapper le trentenaire sous le menton avec sa jambe droite.

Il s’agit d’un assaut planifié par l’instinct, tout à fait improviste. Il est inutile de penser à un plan précis face à un tel individu puisque le rouquin n’a pas de tour de magie dans son sac. Voyons voir ce que donne cette attaque. L’on ajustera le tir en s’adaptant à la situation… Du moins, s’il reste encore debout dans les prochaines secondes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Lun 23 Jan 2017 - 5:08



Que manigançait-il, cet illustre guerrier cramoisie dont la sauvage réputation s'était étendue d'Est en Ouest dans les contrées Shukaijin? Ne le quittant pas un seul instant de mon oeil cyan, je me savais malgré tout un peu trop loin pour réellement observer ce qu'il faisait en parcourant la zone extérieur de l'arène, en suivant la circonférence d'un périmètre mental. Arquant donc le sourcil, je me retournai plutôt vers ceux qui étaient déjà arrivés, affichant toujours ce même air neutre et désintéressé qui ne faisait que compléter l'image de scélérat que me prodiguait ce cache-oeil en cuir, ces nombreuses chaines à mon cou et à mes pantalons et cette immense plaque de métal qui recouvrait la totalité de mon dos. Heureusement, l'emblême du shukai était gravée au centre de ce patch qui couvrait mon orbite droit...ainsi tous savaient que je jurais allégeance au Kamui, mais aussi que j'étais un gradé de l'empire.

Un à un, je les regardai, je les écoutai, je les étudiai. Au total, il y avait là environ une demi-centaine d'hommes et de femmes venus afin de participer à ce qui allait être un entraînement de masse. Ce que l'Oterashi ne savait pas, cependant, c'est que chacun de ces participants n'étaient pas venus suite à des invitations lancées ici et là au travers de la nation. Non, car il m'aurait été bien difficile de faire venir autant de gens en si peu de temps parmi mes propres connaissances. Cette troupe n'était nulle autre que mes Junsa, les constables de l'Inquisition Impériale. Une unité masquée et divisée généralement en cinq équipe de dix individus et sous la gouverne d'un Saibankan. Le mouvement étant encore embryonnaire, l'Inquisition restait très méconnue sur les territoires du Kamui et la raison pour laquelle j'avais décidé de mobiliser mes Junsa était bien simple; il me fallait les entrainer et surpasser les attentes qu'en avait Kakeshuou-Sama. Ils deviendraient, à compter de ce jour, une force tactique redoutable et plus que capable d'assurer leur devoir au sein de mon organisation...mais en tant que soldats impériaux aussi.

Distrait, donc, par cette analyse du comportement et des habitudes de chacun de mes petits soldats personnels, je n'avais toujours pas bougé du centre de l'arène lorsque, finalement, quelque chose daigna bien me sortir de mes pensées. Le seigneur de guerre s'était rapproché, avait bondit sur le plancher blanc et bleu de l'arène et s'adressait maintenant à tous le monde.

Un grand voile s'éleva ensuite, à l'orée du cercle qu'avait préparé le Kusajin. Les barrière écarlate grésillèrent en s'élevant, transformant l'amphithéâtre en une véritable cage de combat d'où la fuite n'était plus une option. Rapidement, je reçu quelques coups d'oeil confus et interrogateur de quelques têtes présentes, mais un simple signe de tête envers eux leur fit comprendre qu'il n'y avait rien à s'inquiéter. Comprenant donc qu'ils voulaient initier le combat, je m'éloignai du centre pour leur laisser la place. Avaient-ils reçus cette confirmation de ma part, que quelques-uns se tirent déjà prêts à entrer en jeu.

...pour que la moitié en ressorte presqu'aussitôt.

Faisant oeuvrer le brio de son talent martial, le vétéran ne manqua pas de replacer le trop plein d'assurance de cette équipe initiatrice en renvoyant les deux membres les moins prudent au tapis. Un sourire naquit alors sur mes lèvres alors que, d'une main, je pointai un autre Junsa pour ensuite renvoyer ma main vers l'avant, le désignant comme prochain adversaire à entrer en jeu et, alors que j'allais lui choisir un partenaire, mon ordre fut devancée par une autre personne. Un jeune homme qui, bientôt, allait attiré biens de l'attention sur son cas en exploitant une technique aussi impressionnante que redoutable. L'ouverture d'une porte céleste!

Restant en retrait, je regardai toute cette énergie vaciller autour du corps du nouveau challenger qui affrontait le Onshi avec ses propres arme. Pendant ce temps, Haruko chargeait contre son nouvel instructeur afin de prêter main forte aux deux combattants restant du premier groupe. Bloquant d'abord un coup de son adversaire, destiné à mettre K.O l'un de ses congénères, il tenta ensuite une attaque aux jambes du vétéran de Kusa, mais fut brièvement déconcentré par l'énorme bourrasque qui venait d'éclater juste à ses côtés, laissant à la personne ciblé une opportunité de le renvoyer au tapis assez rapidement, ce qui eut comme réaction de me faire désigner un autre combattant à rejoindre la mêlée.

Pendant ce temps, le nouveau venu, lui, se mit à bouger avec une célérité hors du commun grâce au pouvoir de ses capacités augmentés. Envoyant une salve de projectiles vers Yanosa, qui ne s'avouait être qu'une feinte pour enchaîner avec une série de coups au corps à corps, je fus agréablement surpris par les prouesses de cette recrue qui...mine de rien...ne laissait aucune place au hasard dans ce combat. Cela risquait d'être intéressant...assez pour que je retarde mon entrée en scène et que je profite du spectacle...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Lun 23 Jan 2017 - 11:33


C’était Id son coéquipier qui l’avait traîné jusqu’à Yuki no kuni, la bête avait coopéré volontiers, tout d’abord dans l’espoir d’en profiter pour retrouver Kemono, mais aussi par pure plaisir de retrouver la mer durant le temps d’un trajet. D’ailleurs, mieux valait passer sur cette anecdote qui avait couté des cheveux blancs à son cher camarade, le même, qui une fois arrivé à destination s’empressait de s’en débarrasser. Il signalait sa nécessité de se rendre à l’académie de médecine et vu que l’hybride elle, n’avait rien à y faire, il lui suggérait une autre destination, qui lui promettait plus à son goût, il promettait aussi qu’ils se retrouveraient très vite à l’académie…

Ce point-là, la bête ne l’avait pas tout de suite compris à sa juste valeur, ce n’était qu’une fois dans cette immense colisée, en retrait et admirant la première vague du spectacle, que son esprit faisait le lien. Décidément, Id semblait prendre plaisir à la voir perdre des bouts et la bête y tenait à ses tentacules mine de rien. Elle observait tranquille tout d’abord le premier groupe et son assaut, très vite deux premiers hors-jeu et si elle avait bien compris les règles, c’était à la chaîne que cette histoire allait se régler. Ils allaient tous y passer, alors autant en finir avec le suspense, un rouquin la prenait de cours en volant la première place, mais aucun autre ne semblait s’avancer pour l’assister, le tour de la poulpe était alors tout désigné. Elle haussait simplement ses épaules, avant de se concentrer un peu pour prévoir un minimum les mouvements –à la hauteur qu’elle le pourrait. L’idée étant de ne pas se faire écraser au premier assaut, voilà qui serait vraiment dommage.

Emboitant le pas du nouvel assaillant, la bête s’était rapproché de la zone de danger, ayant pris le temps d’observer sa stratégie, histoire que, tant qu’à faire, elle puisse essayer de lui offrir un renfort. Pour l’heure, elle connaissait sa faiblesse en étant obligé de rejoindre la proximité pour pouvoir porté ses coups, à défaut de toucher, peut-être pourrait-elle une diversion suffisante. L’exercice lui semblait plus une affaire d’alliance de talents, que de réel étalage individuel, le second cas ne leur donnait aucune chance. Maintenant elle se sentait prête à anticiper un vilain coup et qu’importe si elle ne l’était pas assez, l’expérience lui démontrerait que ça serait une technique à faire évoluer. La bête s’élançait poursuivant presque la trajectoire des kunai de son confrère, pour quant à elle, attaquer le flanc opposé de leur adversaire commun. Un rouquin bien plus coriace cette fois, toute proche, son poing visait le visage de l’homme pour attirer son attention sur elle. Cela se jouerait au premier qui aurait une ouverture ou les deux allaient voler en même temps…
Tout aussi probable.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Lun 23 Jan 2017 - 23:29

Peu à peu, Yanosa se laissait bercer par le tempo et les battements en lui et tout autours de lui. Les stimulations suscitées pour le moment par ses adversaires avaient beau rester au raz des pâquerettes, elles avaient pour elles de lui permettre de littéralement baigner dans son élément. Il naviguait entre les coups, les paraît ou les évitait tout à fait avant de lancer des ripostes qui, pour l'heure, restaient presque bon enfant. Le guerrier rouge s'efforçait d'ailleurs de ne pas se laisser aller à ses pulsions destructrices, qui tentaient de jaillir de lui tels des geysers à chaque coup donné, afin de ne pas infliger de coup mortel à ces aspirants guerriers rassemblés en ce jour. Les deux combattants qui s'étaient concentrés sur le combat dès le départ étaient encore en lice et ne déméritaient pas, malgré la retenue dont faisait preuve Yanosa. Ils étaient même très loin de se douter, vue l'intensité des passes de coups, que leur instructeur se retenait à la vérité de les perforer sur place.

Un autre combattant fit son entrée sur le « ring » plat et sans cordes, plus mûr que ses prédécesseurs. Tel un bon samaritain, il para avec son avant bras replié une large attaque circulaire de la jambe lancée par Yanosa à l'encontre de la jeune femme aux cheveux blancs. Le bonhomme, solide, avait le sens du travail d'équipe, ce qui était intéressant dans l'absolu mais laissait le guerrier rouge totalement de marbre. Notant dans son angle mort la poussée d'énergie qui parvint à ses sens, il n'en déporta pas pour autant son attention de son nouveau vis-à-vis. Sa seconde jambe quitta le sol elle aussi pour éviter un balayage, puis la première, encore en l'air, exécuta une rotation pour contourner la garde du bon samaritain en emportant avec elle tout le corps de l'ancien Seigneur. Le coup de pied à la face qui atteint alors le dénommé Haruko ne le propulsa pas hors de la zone de pugilat, mais le sonna sèchement sur place, son corps ramolli retombant au sol à à peine trois mètres de là.

Une esquive plus tard après avoir retrouvé le sol, Yanosa envoya deux attaques qui ne firent pas mouche vers la jeune femme qui tenait bon, mais parvint à lui asséner un revers du pied dans le dos qui la désarçonna en l'envoyant sur le côté. C'est alors que le guerrier rouge les vit. Des Kunai. Qui avait osé... Lui, ce jeune homme roux qui le chargeait ? Et qui était cette femme au teint bleuté et aux cheveux très, très particulier qui contournait la trajectoire des kunai pour venir l'attaquer ? L'énergie de ces deux là, Yanosal le sentit tout de suite, sortait subtilement du lot, mais ce qui sortait surtout du cadre, en l'occurrence, c'était l'usage d'armes de jet par cet imbécile qui tombait comme un cheveux sur la soupe. L'ancien Seigneur se déporta donc rapidement hors de portée des projectiles en mettant également de la distance avec la seconde femme à être montée sur l'arène afin de ne pas se laisser encercler.

Le dénommé Haru, à la mine aussi déterminée que ses collègues du jour, chargea néanmoins tout aussi ardemment vers Yanosa, poings et pieds prêts à se lancer dans un enchaînement. Les sourcils froncés, énervé, l'instructeur balaya la première offensive du jeune homme avec une parade appuyée et se glissa directement dans la brèche ainsi créée pour asséner un coup de paume dans le buste du rouquin qui le propulsa loin en arrière. Tout en s'inclinant vers l'arrière pour laisser passer l'attaque de la jeune femme aux cheveux tentaculaires et la bousculer négligemment en arrière, Yanosa fixa d'un regard durci le jeune homme, dont semblait émaner une quantité de chakra particulièrement importante.

« Vous êtes ici pour apprendre à vous battre, pas à jouer aux fléchettes...! » gueula-t-il à l'attention du jeune homme.

Dans la foulée, il chargea à pleine vitesse sur lui, se fléchissant au dernier moment pour opérer un changement de direction imprévisible, puis se glissa dans l'angle mort du dénommé Haru pour lui asséner un coup de poing dans le foi. La vitesse d'exécution était volontairement importante, trop importante pour des yeux encore profanes, et la douleur que provoqua l'attaque allait donner matière à réfléchir à sa victime. Quant à Yanosa, il allait avoir le temps de s'intéresser plus avant à ses deux, non... trois autres challengers. Dont deux jeune femmes, qui donnaient jusque là une bonne image de la gente féminine même si l'une d'entre elle n'avait pas encore pu prouver grand chose. L'homme suivant à être monté sur l'arène faisait pâle figure en comparaison, ne serait-ce qu'à cause de sa posture de combat. Pestant intérieurement, Yanosa porta son attention sur les deux femmes : la première était encore essoufflée et peinait à se remettre en condition pour la prochaine passe. Parfait, il allait donc pouvoir se concentrer légitimement sur la bleutée, se dit-il. Se dirigeant vers elle en petites foulées, le guerrier rouge se mit à enchaîner les balayages et les contre-appuis pour tester les réflexes de l'étrange demoiselle.

« Jolis cheveux...! »

La remarque était tout aussi bien lancée par transparence que pour décontenancer la jeune femme, qui s'avérait plus que capable de gérer les attaques de l'ancien Seigneur. Dans le dos de celui-ci, le dernier homme à être monté sur la scène de combat tentait sa chance avec une attaque sautée, les deux poings liés en l'air pour former un véritable marteau prêt à s'abattre sur la tête de Yanosa. Les spectateurs et acteurs commençaient-ils à se frustrer de leur impuissance collective ? Toujours était-il que ce genre d'éclat n'avancerait à rien, et pour qui que ce soit. Le pied gauche du guerrier rouge alla se ficher presque perpendiculairement au sol dans le buste découvert de l'attaquant aérien, puis le pied d'appui resté au sol pivota pour faire tourner tout le corps de l'instructeur et envoyer sa prise dans les airs un peu plus loin.

« Vous tous, lança-t-il à l'assistance restée encore autours de l'arène, faites bien attention à ce qui va se passer, c'est maintenant que ça va devenir instructif. »

Fixant la Gekei dans les yeux, Yanosa fit alors exploser son aura, du chakra rouge se déchargeant partout autours de lui de façon bien plus intense que lorsque le jeune Haru avait ouvert sa première Porte. Il y était. Il était arrivé au point de non retour, au delà duquel les blessures allaient réellement commencer à se faire dures, très dures.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 708
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Mer 25 Jan 2017 - 2:01

Évidemment, l’enchaînement n’eut guère effet. Habituellement, les Shinobis parent les armes de jet s’ils sont peu nombreux. Le guerrier solitaire se contenta tout simplement de sauter hors de la trajectoire des kunais. Dommage. Il n’avait pas trop espoir qu’un tel assaut fonctionne, après tout. Ce qu’il lui restait à accomplir était tout simplement son offensive en combat rapproché. Toutefois, et sans grande surprise, cela fut également inefficace. Dès son premier coup de poing, sa garde était ouverte. Il faut être rapide pour porter une attaque réussie en un si court laps de temps. Pourtant, l’homme possède exactement ce genre de vélocité. Coupant de court la combinaison de l’Akita, l’opposant de ce dernier porta un coup de paume sur son buste. Une attaque peu efficace, mais suffisamment puissante pour lui faire couper le souffle et le décoller du sol, son corps virevoltant quelques mètres plus loin sur la pierre taillée du colisée. Quelle robustesse. La force de cet homme dépasse nettement toutes ses attentes. Malgré que ce fût loin d’être un coup décisif, le rouquin à la frange décolorée eut de la difficulté à se redresser et à rattraper son souffle.

Toutefois, une fois ses sens rétablis, notre protagoniste n’eut droit à aucun moment de répit. L’usage des armes blanches sembla provoquer le courroux du balafré. D’un clin d’œil, son adversaire chargea dans sa direction avant de disparaître. L’adrénaline poussa à fond dans ses vaisseaux sanguins, son esprit cria alerte. Grâce à sa célérité décuplée par la Porte Initiale, il réussit à se remettre sur pied… Uniquement pour manger de nouveau la poussière du sol aussitôt après. Haru ne réalisa pas immédiatement ce qui s’était produit. Il ressentit tout d’abord une douleur pénétrante à l’abdomen. Avant que sa vision s’éblouisse, il distingua un bras enfoncé dans son ventre, dans un angle qui passa juste en-dessous de la cage thoracique.

    Qu–


Incapable de prononcer le moindre mot, ne serait-ce qu’un son soulignant sa peine, l’apatride tomba à genou, puis à terre. Le coup, d’une précision chirurgicale ainsi que d’une force prodigieuse, fit cracher au Heishi une énorme quantité de bile. Le timing n’est point favorable également : la Porte s’est désactivée, activant une forte transpiration chez son utilisateur. Le belliqueux à la longue crinière rousse laisse, suite à cet échange, un Haru baignant dans ses propres fluides corporels. Une scène plutôt désastreuse et, admettons-le, dégueulasse.

Mal en point, le Shûkaijin réussit tant bien que mal à lever la tête afin d’observer la suite du combat. Sa vision trouble, il ne perçut que trois silhouettes continuant le combat. L’une d’entre elles fut rapidement mis hors d’état de nuire, son assaut aérien n’eut l’effet souhaité et se retourna même contre lui. Le nouvel assaillant fut tout aussi rapidement débarrassé qu’il est apparu. Cet ennui écarté, la voix du scarifié atteignit les tympans. Deux choses sont effrayantes : la première est sa déclaration. Il affirme n’avoir été guère sérieux. Impensable. Le voilà qu’il inflige une sacrée gifle à plusieurs combattants à la fois, et ce, sans le moindre problème. La deuxième est cette explosion d’énergie familière. Du chakra incarnat vola dans toutes les directions. Une pression bien plus importante de ce qu’il ressent habituellement, mais qu’il identifia sans aucun doute. Cet homme est également un adepte des Portes Célestes.

Quelle porte vient-il d’ouvrir ? La quatrième ? La cinquième ? Ou bien un pallier au-dessus ? Ça, il n’est pas possible de le savoir. Les yeux écarquillés, bouche-bé, Haru ne pouvait lâcher du regard ce qui se déroule devant lui. L’aura rougeâtre de l’assaillant adverse fit frémir tout son être. L’écart de puissance est démesuré. Que peut donc espérer un novice tel que lui face à une bête de foire ? Cet affrontement est en vain…

Cette réflexion naquit un sentiment de frustration chez l’Akita qui serra le poing et frappa la pierre taillée de l’arène de ses jointures. Non, il n’a pas le droit de faire marche arrière. Il ne possède pas le droit de se laisser abattre. S’il est si impuissant, alors qu’il devienne plus fort afin de surmonter les obstacles sur son chemin. Avec difficulté, il réussit à enfin mettre un genou au sol et se relever. La douleur est toujours présente, mais elle s’estompe peu à peu. D’un coup sec, il ouvrit de nouveau la Porte Initiale, provoquant une nouvelle explosion de vent. A-t-il une stratégie en tête ? Du tout. Et puis, la règle de cette mêlée est le combat rapproché. Ni plus, ni moins. Donc, à part charger et montrer ce qu’il a dans le ventre, enchaîner des coups et des techniques de combat, il ne peut rien faire d’autre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Mer 25 Jan 2017 - 13:41



Le guerrier rouge figurait bien parmi les combattant les plus expérimentés qu'il m'était donné de voir à l'oeuvre jusqu'ici. Les efforts qu'il fournissait dans l'arène étaient moindres...et pourtant...tous avaient peine à lui tenir tête plus que quelques dizaines de secondes. Rapidement, il avait éliminé les premiers joueurs avec des coups qui se voulaient simples, mais efficaces. Aussi, il m'était assez facile d'observer une nette différence entre mon propre style et le sien. Yanosa ne faisait que des mouvements simples et directes, qui touchaient ses adversaires là où leur garde était baissée et au moment opportun. Il ne laissait rien au hasard ni à l'interprétation...tout était à la fois clair et précis dans sa manière d'approcher le combat.

De mon côté, j'avais surtout appris à maitriser divers éléments dans mon approche du combat. Bien que je ne donnais pas ma place en matière de taijutsu et que j'en avais même fait mon domaine d'expertise, je devais aussi composer avec mon sabre, qui devenait l'un de mes plus grands atouts. Je m'étais donc habitué à alimenter mon chakra d'une puissance autre que celle de mon propre corps et ce fut tout naturellement que je pris le chemin du "combattant élémentaire" en agrémentant mes techniques de l'énergie du Futon afin d'y ajouter des effets divers...voir même accélérer mes propres mouvements en usant de la vélocités du vent.

Cependant, il y avait une chose qui, à mon humble avis, donnait au seigneur se Kusa un net avantage dans le combat au corps à corps dans sa plus pure forme qu'il soit; l'ouverture des portes de chakra. J'avais pu observer cette capacité extrême lors de mon premier voyage dans les contrés verdoyante du pays dont il était le maitre, mais je me doutais bien que l'homme qui était devant nous aujourd'hui, était probablement capable de bien plus que ce que j'avais vu. Ce fut aussi avec grande surprise que je me rendis compte que ce nouveau combattant qui avait rejoint l'entraînement avait réellement ouvert la première des portes célestes. Sa sudation extrême et cet aura mythique qui l'entourait n'en était que la preuve.

Mais...même s'il semblait avoir un grand potentiel en lui, sa technique se voulait peu élaborée...et ne consistait qu'à charger son adversaire dans l'espoir de faire mouche. Une tactique qui ne marcheraient pas contre un adversaire aussi expérimenté que le guerrier rouge. D'ailleurs...cette volée de projectiles qu'il avait tenté d'utiliser pour distraire Yanosa n'avaient fait qu'offusquer le principal intéressé qui régla rapidement le compte de la recrue...pour ensuite s'en détourner et continuer sur un autre front jusqu'à ce qu'il ne se décide de faire appel à une énergie bien plus grande encore que précédemment face à une femme étrange...qui semblait bien piquer la curiosité du combattant solitaire. Là...les choses risquaient de prendre un rythme beaucoup plus intense. J'en avais des fourmis dans les bras et les jambes...je ne pouvais plus rester là à simplement observer ce qui s'y passait et rejoindre à mon tour sans avoir fait quelques passes pour m'échauffer. Je pris donc trois combattant de mon côté aussi avant de monter sur l'arène qui était bien assez grande pour accueillir un deuxième groupe.

Après un salut respectif, je les laissai charger vers moi...deux hommes et une femme faisant partis de mon propre régiment spécial. Ila avaient donc la chance de s'entrainer avec leur chef directement...sans même savoir que j'étais normalement celui qui leur donnait des ordres dans l'inquisition. Non...aujourd'hui...je n'étais qu'un Taichou pour eux.

La plus rapide du trio engagea donc le combat de front pendant que ses alliés tentaient de me contourner pour me prendre de revers. Un petit sourire en coin naissait alors sur mon visage, sachant que Kudaku protégeait mon dos tel une véritable carapace d'acier et que leur petite tactique en serait solidement affectée. Bloquant donc un premier coup de poing grâce à mon avant bras gauche, la surprise sur me visage de la jeune femme fut plus qu'apparente lorsqu'elle se rendit compte qu'elle venait là de frapper du bois épais et renforcé par quelques plaquettes de fer...et non de la chaire. Rapidement, je me servis de ce moment d'inattention pour passer mon membre artificielle par dessus, plonger le creux de mon bras dans le sien, et refermer mon emprise en la tirant vers le sol. Son dos vint alors heurter le marbre de l'arène pendant que mon poing s'enfonçait juste sous ses deux seins, lui coupant nette sa respiration et l'obligeant à déclarer forfait.

Au même moment, un premier coup de pied vola en ma direction mais fut rapidement intercepté par mon épaisse lame et, sans même attendre, je pivotai sur moi-même pendant que j'étais toujours accroupis en allongeant ma jambe, balayant celles de mon agresseur et l'envoyant au tapis. Aussitôt, je marchai sur son torse, puis sa tête et me donnai un élan pour bondir contre le dernier qui avait fait un pas de placement après avoir vu son partenaire chuter. Séparant rapidement la distance entre lui et moi, je devinai ses intensions en voyant qu'il ne bougeait pas de sa position et par sa manière de m'attendre de profil, le talon de sa jambe arrière légèrement relevé...comme près à prendre en hauteur et accueillir ma face d'un simple "bonjour" assez pesant et efficace. C'est donc pour cette raison qu'au lieu de bloquer ou de porter une attaque directe vers lui, je ne fis que rouler sur le sol en sa direction, sentant son pied passer par dessus mon dos pour ensuite plonger un solide coup de poing sur son flanc, barrer son cou contre mes côtes et la clef que formait mon autre bras autour de sa tête, puis le projetant vers l'arrière sur son compagnon qui essayait de se relever après que j'aie utilisé son corps comme tremplin.

Je me retournai alors pour faire face à deux autres challenger qui venaient en ma direction...la fête était commencée



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Ven 27 Jan 2017 - 12:38

La cible fatale de l’arène s’amusait d’eux sans aucun scrupule, il n’avait pas fallu bien longtemps à la Gekei pour comprendre son jeu d’esquive si parfait, elle avait comme une impression de frapper dans le vide, d’agir de façon inutile. Cela se confirmait quand il s’éloignait de tous les faibles éléments qui tentaient de le parasiter. Elle-même expulsée s’offrait une faible distance en arrière pour l’observer de loin, sans trop donné l’impression non plus d’avoir reculé hors de porter. La bête, même si elle n’avait aucune chance refusait de quitter le terrain de jeu, dans l’attitude de cet étrange personnage, un côté bestial et instinctif en ressortait. Inquiétant et attrayant à la fois, l’hybride jetait un regard vers le sermonné, un petit sourire en coin. Elle notait l’information, pas de projectiles, bien qu’elle n’en usait pas d’ordinaire néanmoins.

Les tours semblaient marchaient comme des vagues, car si tôt la bête s’était faite ris au nez dans par des mouvements plus moqueurs que les mots, le reste du groupe était venu se mêler. Un plus mal avisé que d’autre semblait même avoir perdu des dents, en même temps, se risquait à un front arien sans même avoir évolué son adversaire était une pure bêtise pour elle. L’évidence était qu’aucun ici ne seraient présent pour décrocher une victoire, mais plus pour évoluer le maximum de leur possibilité d’assaut, d’esquive ou de défense. Le monstre connaissait son manque de puissance, de nature prudente, elle avait toujours mieux travaillé ses esquives, en revanche, le côté de la défense était un néant total pour son cas. La Gekei préférait prévoir et anticiper pour frapper, dans le pire des cas, esquiver pour sauver les meubles, encaisser simplement lui était surfait, tout autant que protéger des alliés. Ce n’était pas son rôle au sein du groupe de son maître, il lui avait toujours parfaitement expliquer, elle devait être une première ligne confiante, il était le bouclier et un troisième élément, maintenant Id, formait le soutien. A chacun son job, son rôle, mais ici, aucun ne se connaissaient, tous semblaient désorganisés, ou trouver le bouclier ? Qui définir en soutien, qui pour mener l’assaut… ?

Trop brouillon à son goût et c’était de s’arranger quand l’homme étrange explosait littéralement le record des stupéfactions. Le regard de la bête se portait sur le second rouquin qui crachait sa bille, c’était ressemblant, était-ce familier pour lui ? Elle se rapprochait pour demander, car tandis que leur bourreau s’exprimait, il semblait passif, autant en profiter. A quelques mètres, la bête en observant le terrain se sentait pas mal épargnée pour le moment, cela aurait peut-être été mieux qu’être off course avant la suite…

~ Hey !? Tu sais ce qu’il vient de faire ?

Les portes célestes ? Van n’en avait jamais parlé, et c’était lui qui avait le contrôle de tout son savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Ven 27 Jan 2017 - 16:10

Comme emporté par l'ambiance qui s'était installé, guerrier de corps et d'esprit qu'il était, Ketsuen n'avait pas pu résister à l'envie d'accélérer le processus en allant proposer une autre zone « d'échauffement » à plusieurs dizaines de mètres des combattants déjà à l'oeuvre sur la surface de roche et de glace polie. Yanosa n'y porta pas une grande attention, même s'il approuvait au fond la démarche du Samui. Si c'était lui qui finissait par tomber sur un guerrier d'exception toutefois, il n'était pas garanti que l'ancien Seigneur ne s'immisce dans leurs passes pour s'imposer comme l'adversaire attitré d'un tel guerrier. Concentré sur ses partenaires de rixe, le guerrier roue observa le challenger suivant qui montait avec calme et sérénité sur la surface dédiée au pugilat. Celui-ci ne semblait pas pressé de foncer droit dans la mêlée, ce qui allait laisser à Yanosa tout loisir de montrer à ses « élèves » actuels comment il fallait faire. Comment il fallait faire quoi, d'ailleurs ? Tout simplement à mettre son adversaire face à un danger de mort à chaque coup.

La jeune femme aux cheveux blancs avait repris du poil de la bête, et tandis que l'autre femme allait brièvement s'entretenir avec l'utilisateur de Portes, Yanosa s'employa à lui montrer le niveau de puissance brute qu'il lui serait possible d'atteindre en s'astreignant à un entraînement rude et continu. Se baissant en fléchissant les genoux à toute vitesse pour éviter le revers du poing envoyé par la pugiliste, la seule issue de la première vague et qui avait tenu jusque là, Yanosa envoya sèchement son genou frapper sur le côté de la rotule à découvert de son adversaire, arrachant un cri de douleur de sa propriétaire, puis sous ses yeux, brandit son avant bras pour déchaîner sur elle un coup d'une puissance trop élevée pour réellement faire parti d'un entraînement classique. Ceci n'était pas un entraînement classique, tous le savaient déjà au vu de ce qui s'était déroulé depuis leur arrivée. Mais tous, la guerrière comme ses collègues encore observateurs, pensèrent sa vie terminée pendant un bref instant. Mais au lieu de porter son attaque à la tête, le guerrier rouge reporta son coup sur l'épaule de la jeune femme, brisant l'humérus à sa base en envoyant le corps entier de son propriétaire au tapis, grelottant sous l'effet du choc.

« Chaque coup peut être le dernier, pour vous comme pour votre adversaire, souvenez-vous-e- »

Il n'eut pas le temps de tout à fait terminer sa phrase qu'un poing maigrelet mais pour autant ferme et décidé le frappa maladroitement au visage, le forçant à placer un pied en arrière pour garder l'équilibre.

« ...Toi ? Tu as du cran... mais c'est à peu près tout. »

Yanosa ne laissa pas plus l'opportunité au dénommé Akita de profiter de son coup porté, qui avait fait naître une ligne de sang à la commissure des lèvres de l'ancien Seigneur. Ce dernier attrapa le bras le plus proche du jeune homme, le contournant rapidement en détaillant chacun de ses mouvements comme pour lui montrer l'étendue de son ignorance et lui bloqua toute possibilité de mouvement.

« Quand j'ai dit... « tout ce que vous pensez avoir, et plus », tu n'as peut-être pas bien compris le concept. Tiens, laisse-moi t'aider... »

Utilisant la force du Haru à son avantage en le laissant se dégager d'un seul coup, Yanosa profita de ce changement brusque d'équilibre pour charger dans sa paume les runes qu'il avait autrefois tant utilisé pour répandre ses enseignements, puis appliqua violemment ses doigts sur le buste du jeune homme pour le marquer en le propulsant en arrière du même coup. D'ici quelques instants, tout au plus, il connaîtra enfin les sensations du pouvoir... et de ses implications. Toujours aussi intéressé et intrigué par la femme aux cheveux tout droit issus d'une créature aquatique, Yanosa dut néanmoins parer rapidement et contre-attaquer au premier assaut du dernier arrivant, qui venait de se décider. Impatient, l'ancien Seigneur envoya son pied dans le buste de ce nouveau challenger en utilisant le coup pour se propulser loin en arrière, dans la direction de la femme poulpe, dans un large salto arrière. A l'atterrissage, il força son propre poids pour exécuter un coup de pied en piqué et forcer son adversaire à esquiver : balayant de son autre jambe au ras du sol, Yanosa observa l'esquive de la jeune bleue avec amusement, tant son geste semblait raide et académique à ses yeux.

Puis en se propulsant tout entier vers elle, le guerrier rouge la contourna en l'enveloppant, attrapant bras et articulations dans le mouvement pour la bloquer dans une position où elle n'avait plus de possibilités d'action.

« C'est bien beau d'esquiver, mais te laisser avoir par une prise peut être tout aussi définitif pour toi qu'un coup de sabre... ! Allez, montre-moi de quoi tu es capable, prouve-moi que tu n'as pas que tes cheveux de bestial ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 708
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Sam 28 Jan 2017 - 21:14

Touché. Un simple coup de poing atteignit sa cible, cette dernière préoccupée par les autres combats. Il n’y a aucune fierté dans une attaque surprise, mais c’est tout de même le tout premier contact que quelqu’un réussit à porter sur le combattant solitaire depuis le début de l’affrontement. Le résultat n’en est qu’une simple et maigre ficelle incarnate provenant de la commissure des lèvres de la bête de foire, mais cela reste le premier sang versé pour le camp de l’Akita. Bien que ferme et résolu, le coup ne restait qu’un assaut basique sans force exceptionnelle. Un individu ordinaire frappant à son visage aurait engendré le même aboutissement. Afin de préserver son équilibre suite à la collision, le guerrier solitaire n’eut besoin que de tendre sa jambe opposée. Ce ne sont pas seulement sa force et sa technique qui sont hors du commun, mais également sa vitesse ainsi que ses réflexes. Cet homme surpasse notre protagoniste – et probablement tout ce monde à l’intérieur de ce colisée – sur tous les aspects. Un quidam d’exception qui ridiculise chaque combattant qui se dresse sur son chemin. Rien qu’à y penser, le rouquin à la frange décolorée en a un frisson. Il faut du courage pour aller en amont, contre ses craintes et une possibilité de victoire qui est nulle.

Bien que toutes ces pensées traversent son esprit à la vitesse de l’éclair, il n’en reste pas moins qu’Haru a finalement obtenu un semblant de résultat. Ce déroulement de la situation eut pour conséquence d’améliorer pas seulement son moral, mais également celui de la meute entière. Si un incapable tel que lui est capable d’en faire si peu, qu’est-ce que les autres pourront bien réussir ? Une lumière au bout du tunnel, aussi moindre quelle est. Les hommes sont des animaux qui s’attachent à ces maigres espoirs et le Shûkaijin n’en reste pas un cas d’exception. Vite, pendant qu’il y a une connexion ! Un autre coup. Pied, coude, genou, n’importe quoi ! Malgré tout, même avec la vitesse de la Porte Initiale, rien ne fut suffisant pour égaler la vélocité de son adversaire qui use l’une des Portes les plus avancées. Utilisant encore la force cinétique de son précédent mouvement à son avantage, le belliqueux à la longue chevelure rousse le contourna uniquement pour ancrer la paume de sa main de nouveau dans son buste. La même poussée que plus tôt avec, cependant, une différence notable.

Propulsé à l’arrière encore une fois, le souffle court, le Soldat inspecta son torse dès qu’il cessa de glisser sur la pierre de l’arène. Des symboles sont apparus. Des sceaux ? Certes, cet individu est partisan du Fûinjutsu, il l’a prouvé plus tôt en élevant cette barrière rouge. Ne possédant aucune connaissance dans cet art, il lui est impossible de comprendre le schéma de ce graffiti ainsi que son utilité. Dans les prochaines secondes, ressentira-t-il une énorme douleur dans son corps entier ? Sera-t-il paralysé, incapable de mouvoir le petit doigt ? Le sceau s’activa et la séquelle s’avéra être tout autre.

Son être entier se contracta. Une foulée de sensations provenant du plus profond de son organisme monta. Son chakra implosa de manière importante, si importante que l’énergie même apparu à l’œil nu aux yeux de tous. Des lignées de chakra vermillon ruèrent dans tous les sens. Le choc passé, l’Heishin s’examina. Cette impression est familière. Impossible. Serait-ce l’ouverture d’une Porte Céleste ? Laquelle ? Il n’est pas en mesure de le savoir. Néanmoins, il ne s’agit clairement pas le Porte Initiale. Le guerrier adverse a réussi à lui outrepasser le premier pallié, chose dont il est incapable depuis des lustres. Il sent la force affluer dans son corps… Bien que craintif, il réussit à étirer un demi-sourire. Les dommages causés lorsque cette technique touchera à sa fin seront énormes. Tiendra-t-il plus d’une minute ?

    … Ça va faire mal !!


Autant pour lui que pour son opposant. Du moins, il l’espère. Celui-ci clouant l’une des candidates grâce à une prise, le jeune homme aux multiples brûlures s’assura d’être dans l’angle mort de son ennemi avant de se propulser tout entier vers lui. Un assaut sans honneur ? Certes. Cependant, on lui reprochait plus tôt d’attaquer sans réfléchir. Il n’a que quelques compétences en poche, alors le voilà qu’il utilise désormais « tout ce qu’il pense avoir, et plus ».

Dans sa course d’une vitesse dont il n’a jamais fait preuve jusqu’à maintenant, bien trop rapide pour des yeux vierges tels que les siens, l’Akita leva le genou et visa la tempe du roux. Avec sa célérité puis sa puissance décuplée, il ne devrait avoir aucun mal à le faire décoller du sol et lui infliger un sale mal de crâne. Si cette attaque fonctionne, il bondira de nouveau afin de se placer sous son adversaire et lui infliger un coup de pied dans le buste et le faire virevolter dans les airs avant de sauter à son niveau et le marteler au sol en usant de toutes ses forces. Il s’agira probablement de sa dernière tentative avant de souffrir le martyr. Il croise les doigts pour qu’il puisse porter un coup décisif.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Lun 30 Jan 2017 - 12:22

Comme ils étaient fougueux tous ces fiers combattants, pourtant la bête avait du mal à les admirer, un concept surement trop humain pour elle, quel intérêt de foncer droit sur un adversaire qui avait prouvé sa capacité à vous casser en quatre, simplement. Une logique imparfaite pour le monstre qui ne fonçait pas droit sur les murs, encore que, si Van le lui demandait, il était certain qu’elle se serait exécutait aveuglément, mais ce n’était pas le cas d’aujourd’hui. A attiser une bête sauvage, on récoltait son courroux, c’était ainsi que la Gekei voyons leur instructeur, un monstre de surenchère face à leurs pitoyables coups, pourquoi ils ne comprenaient pas cela. Elle n’avait nullement l’intention de le prendre de front et qu’en récupérer les répercutions. Par contre, les jeux qu’esquives et de feintes, lui étaient tout à fait plaisante, c’était de loin ce qu’elle préférait, mais ça aurait trop simple de se défiler du système avec une ruse.

Un autre camarade lui était littéralement balancer dessus et elle percevait cela comme une annonce, elle était la suivante, dans le mille, la fureur rousse venait lui rendre visite, l’obligeant tout d’abord à esquiver sa victime précédente. Mais aussi ses pieds à lui, il la faisait danser, comme un chat avec sa souris avant de planter ses griffes. Prévisible, mais pas contrable à sa plus grande frustration, encore que… La bête sentait ses bras et jambes hors course pour le moment, sauf que… Elle avait huit tentacules sagement rangées dans ses cheveux. Inutile de l’attaque, elle n’aurait pas la force, d’autres se feraient un plaisir de porter l’assaut face à la faille. Alors puisqu’il avait si gentiment offert sa tête à ses cheveux qui cachaient autre chose, et qui le lui demandait en prime, la Gekei tentait de lui offrir une satisfaction. Elle n’avait pas cherché à se débattre quand il l’avait saisi, à quoi bon, c’était perdu d’avance et elle n’aimait pas gaspiller son énergie.

~ Bien bien bien… J’ai compris. Il ne la laisserait pas flémardée…

La bête raidissait son corps pour faire forcer –ahah, ses membres sur les siens, c’était plus une histoire de le garder occupé quelques secondes, le temps qu’il fallait à ses appendices pour saisir et ventouser une proie. Dans sa fausse tentative de libération, elle penchait la tête en avant pour déclencher le mouvement des tentacules, puis en arrière pour venir buter sur son buste. Aucun effet, si ce n’était que la distance était la meilleure maintenant pour ses huit membres supplémentaires qui avaient pour projet d’enrouler le visage du mentor et s’y ventousaient avec ferveur. La Gekei ne craignait pas d’être secouée ou blessée, son intention était clairement de ne pas lâcher sa prise, les ventouses plus la contention des tentacules pour garder prise était sa meilleure alternative. En perdre une ou deux, elle s’en fichait… ça repoussait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Lun 30 Jan 2017 - 16:46


Les coups fusaient de toutes part dans l'arène. Deux experts en combats rapprochés se donnaient en spectacles devant une foule qui se voulait aussi participante. Tour à tour, les gens entraient dans l'arène pour en ressortir presque instantanément...que ce soit du côté du Kusajin ou du mien. Cependant, un rapide coup d'oeil vers ma gauche me permettait de me rendre compte que l'utilisateur des portes célestes venait de tomber sur deux petites perles qui ne donnaient pas leur mots sans les mâcher. Le jeune homme à la chevelure couleur rouille et cette étrange femme aux cheveux de tentacules semblaient lui résister un peu plus que les autres. Ils étaient, d'ailleurs, les deux seuls à ne pas faire partie des junsa de mon organisation...faisant donc d'eux des Shinobis du Shukai probablement envoyés par le Kamui afin de perfectionner l'art du Taijutsu.

Évitant de justesse un coup de pied tourné venant d'un nouveau combattant de ma troupe, replongeant dans l'univers de mon propre combat, j'ignorai tout simplement ceux qui s'occupaient de la jeune femme que j'avais expédié au plancher lors de mon premier assaut pour mieux me concentrer sur celui qui la remplaçait. D'une enchainement rapide et précis, après avoir bloquée sa jambe, j'utilisai mes jointures pour frapper les point de pression de sa cuisse tout en remontant vers son flanc où je terminai ma série offensive par une puissante paume qui avait comme but de le repousser plus que de le mettre k.o car, ceux que j'avais envoyé au plancher après que la première fut anéantie revenaient maintenant à la charge.

Fonçant vers eux, j'envoyai d'abord un coup directe vers la pomme d'adam de l'un d'eux du côté de ma main alors que, l'autre, arrivant sur mon profil gauche, dû éviter un coup de coude du même bras qui venait d'atteindre son comparse qui cherchait maintenant son air, ses deux mains liées à sa gorge. Rapidement, je plaçai ma jambe gauche entre les siennes afin de lui faire perdre l'équilibre et je le poussai au niveau du torse. Il ne fut pas bien long avant qu'il me s'affale sur le sol, encore une fois, grimaçant de colère après s'être fait renvoyer doublement en moins de deux minutes. Cependant, cette fois-ci, un violent coup de pied sur le bord de la joue l'envoya dans les vapes pendant qu'il tentait de se relever. Il avait baissé sa garde et avait perdu patience...tant pis pour lui.

Enfin, le dernier encore debout, celui que j'avais repoussé d'un coup de paume, revenait encore plus motivé. Deux coups de pieds qui manquèrent leur cible de prêt, me fit réaliser qu'il n'était pas là pour jouer. D'un bond arrière, j'esquivai en tapant sur la pointe de ses pieds avec le bout de mes doigts, comme pour le narguer. Bien qu'il semblait avoir un certain talent pour le combat rapproché, mon expertise dans le domaine avait fait de moi un adversaire redoutable dans le Taijutsu...au point même que certains des plus grand du Shukai pouvaient bien vite se retrouver contre un bon rival en la matière. Il était donc futile, pour de simples novices, de pouvoir espérer m'atteindre aussi facilement. Cependant, ils étaient là pour apprendre et tout au long de ces échangent, je n'hésitais pas à mettre l'accent sur mes mouvements, qui se voulaient un tant soit peu exagérés, mais tout de même assez rapide afin de leur laisser le temps de comprendre le cheminement de mes coups. Aussi, je ne cessais de répéter en un murmure seuls les principaux concernés pouvaient entendre, quand et où ils avaient commis une erreur dans leur mouvement afin qu'ils puissent retravailler la séquence mentalement après nos échanges.

Décidant donc d'en terminer avec celui-ci, je décidai que puisqu'il était plus coriace, je pouvais me permettre d'augmenter la difficulté d'un cran et de piger dans ma réelle expertise: le taijutsu élémentaire. Rapidement, le vent sembla se concentrer autour de moi en un tourbillon blanc, puisque mélangé à la fine poudre froide et blanche qui parsemait les terres de Yuki. Tout ce vent remonta le long de mes jambes, de mon torse, puis de mes bras pour ensuite créer une pellicule de vent comprimé entre mes points de frappes. Mes mouvements s'en voyaient accéléré, comme si chacun de mes coups étaient propulsés par une bourrasque et les plus fins observateurs pouvaient alors voir que, malgré qu'il y avait un jeu de quelques centimètres entre mes poings et l'autre...cela n'empêchait pas de l'atteindre.

Le vent se comprimait entre la surface de mes jointures et le corps de l'homme qui ne savait tout bonnement plus où donner de la tête ni comment bloquer de tels assauts. La neige rendait cette compression d'air visible en prenant la forme de petits tourbillons blanc qui se formaient là où mes coups devaient habituellement frapper mon opposant puis, à la dernière attaque, tous les petits tourbillons blanc relâchèrent leur pression et l'apprentit fut envoyé à quelques mètres plus loin, faisant deux ou trois tonneau sur le sol de l'arène avant d'être déclaré hors-combat.

Craquant mes jointures, je me retournai alors vers ce que je pensais être le début de la fin pour les séances de Yanosa et de ces deux inconnus. Bien que très peu informé sur l'ouverture de ces fameuses portes, il restait évident que les combattants utilisaient une dose de chakra phénoménale actuellement et que, si le guerrier rouge y était déjà conditionné, le moins expérimenté des deux ne pourrait probablement tenir le coup que quelques secondes...ou minutes au maximum. Un tel déploiement de chakra devait être extrêmement exigeant sur le corps humain...même pour un vétéran...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Lun 30 Jan 2017 - 23:44

Ses bras enserrant avec force et technicité les membres de la jeune femme, Yanosa la provoqua davantage en faisant varier la force qu'il appliquait sur elle, la relâchant presque par à-coups avant de reprendre aussitôt tout le contrôle sur son corps fin et élancé. Toutefois, la provocation ne sembla pas avoir prise sur elle. La dénommée Takoyaki, au contraire, jouait le jeu jusqu'au bout en gardant son calme en tentant de rompre l'étreinte, au départ sans grand succès. Mais, premier témoins du phénomène dans sa position, le guerrier rouge vit sous ses la chevelure tentaculaire de la jeune femme bleutée s'animer et s'étendre. De petites mèches en apparence inoffensives, il naquit de grands tentacules dotés de ventouses qui allèrent encercler sa tête et son cou pour l'asphyxier et le désarçonner. S'il avait pu parler, il aurait alors sans doute saluer la manoeuvre, mais celle-ci devait plus sa réussite à l'élément de surprise qu'à autre chose.

Changeant sa prise, Yanosa attrapa alors à pleines mains les tentacules enroulés autours de sa tête et tira d'un coup sec, créant de grands suçons sur son visage et son coup, avant d'expédier littéralement la jeune femme à plusieurs mètres de là en lâchant subitement son étrange chevelure aquatique. L'ancien Seigneur lâcha un rictus, un peu coupable de s'être fait avoir par une technique qu'il aurait du pouvoir largement anticiper. Il avait perdu un instant sa concentration et avait permis à cette adversaire de neutraliser sa prise sous peine d'étouffement. Une brèche due à la fatigue...? Certainement pas, pas encore ! Il revenait de loin, mais Yanosa ne s'était à la vérité jamais senti aussi bien dans son corps et dans sa tête depuis un moment. Une pensée qui fut alimentée à la vue de Akita, qui se déplaçait à une vitesse ahurissante sous l'effet de la Porte Céleste ouverte par lui-même. Le jeune homme, cela se voyait, n'avait pas l'habitude de pouvoir déployer autant de puissance, et sous-exploitait clairement le torrent de chakra qui l'envahissait. Mais peu importait, il était là. Son premier frisson d'excitation de la journée.

Ses yeux coutumiers du fait analysèrent rapidement la trajectoire du jeune guerrier, qui le contourna pour lui envoyer un vif coup dans la tempe. Juste à temps, Yanosa plaça son avant bras fermement en opposition pour bloquer le coup, teinté d'une force qu'il voyait rarement chez ses adversaires, mais Akita ne s'arrêta pas là. Contournant la garde du guerrier rouge pour se retrouver face à lui, il employa une autre technique avec laquelle l'ancien Seigneur était familier : sa jambe tendue de bas en haut à destination du buste témoignait de son intention de l'expédier dans les airs, ce contre quoi Yanosa ne pouvait, ou plutôt ne voulait rien faire à cet instant. Plaçant ses bras en croix devant lui pour amortir le choc, son corps fut catapulté en hauteur, où Akira le rejoignit bien assez tôt. Les coups, de part et d'autre, se mirent alors à pleuvoir, tandis que l'aura du guerrier rouge se faisait plus pressante et imposante. Mais plus que l'aura, c'était le niveau technique qui fit toute la différence dans le duel aérien surréaliste qui se déroula alors. Des fractions de seconde qui semblèrent durer des heures dans le cortex baigné de plaisir et de sensations exquises de Yanosa, mais qui périclitèrent malgré tout bien trop vite à son goût.

Un coup sec et puissant renvoya Akita « dans les cordes », le propulsant sur le sol lisse de l'arène en créant un sillon à l'intérieur. Le guerrier rouge atterrit à son tour un bref instant plus tard, le corps en sueur et haletant. Non, ça ne pouvait pas se terminer comme ça, ce n'était pas juste, se dit-il alors. Les autres participants... s'il les affrontait maintenant, il les tuerais certainement, ou les handicaperais à vie. Tous, sauf la femme poulpe et Ketsuen. Seuls ces deux là, ici et maintenant, avaient encore le potentiel de lui résister. Akita... pour lui, d'une façon ou d'une autre, c'était terminé pour le moment

« C'est fini...pour vous ! Pour aujourd'hui... Ketsuen ! Toi, la femme poulpe ! Vous venez là.. maintenant ! »

D'un revers de main, il écartait dès lors le reste des protagonistes des joutes à venir et se focalisait à présent sur le Samui et la Gekei, qu'il appelait à lui de l'autre main. Il avait besoin de faire retomber ses perceptions, de les sentir s'étioler face à la fatigue, et pour ce faire, il avait besoin de combattants valides et expérimentés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Mar 31 Jan 2017 - 15:49



Quelques échanges encore et s'en fut finit pour le jeune challenger qui avait tenté de tenir tête à la bête dans sa propre discipline. Hors de tout doute, le rouge s'était montré maître dans sa discipline et trônait toujours au milieu de l'amphithéâtre dans l'espoir de voir sa soif de combat s'étancher. Jusqu'ici, il avait bien été servis par les hors-d'oeuvre que représentaient les servants de l'Inquisition, mais son air satisfait ne cachait que trop mal son envie d'avoir plus, de se mettre la dent sur quelque chose de bien plus consistent...de passer au plat de résistance directement.

Ainsi, ce ne fut pas bien long avant que son regard couleur ciel, quoiqu'embraser par le feu de la dualité, ne vienne à me prendre pour cible, m'invitant déjà à échanger quelques coups avec lui dans l'espoir de lui donner "exactement" ce qu'il cherchait aujourd'hui. Un appel qui ne se fit pas attendre, puisque déjà, j'étais en marche vers lui. De mon dos, je décrochai l'immense lame de fer dont les bandages tombèrent au sol et le senseur put alors ressentir une sombre énergie en elle qui s'éveilla. Une énergie qui...elle aussi...semblait affamée. Cependant, contrairement à la seule de ses soeurs qu'elle connaissait déjà, elle ne se nourrissait de rien de ce qui était "physique".

Ainsi, après avoir absorbée une infime, toute petite quantité de chakra de ma propre personne, une lueure rougeâtre fit son apparition au creux de ses orbites, là où un crâne servait de garde à cette arme disproportionnée. Le son d'une respiration creuse, caverneuse même, et saccadée s'éleva de sa bouche qui restait pourtant immobile. Puis, un énorme râle démoniaque s'échappa de là, comme pour symboliser son éveil. Ceux qui étaient loin ne pouvaient comprendre ce qu'il s'y passait réellement, tout comme la femme-poulpe qui devait probablement se poser maintes questions sur cette anomalie...mais le guerrier rouge lui...comprenait. Il m'en avait déjà fait mention lors de notre première rencontre.


HHHHhhhhaaaaaa...
Hm hm hm...Ooon diiraaiit biieen que tuu a répaaaré ton morceau...Keetsuueeennn-saaan. Heee hee hee...dommaage quee tu ne soois paas comme mooii...caa n'aaurait paas été un prooblèème.


Non merci...je préfère encore perdre mon bras que d'être enfermé dans une arme à tout jamais.

Hmmm nee faaiis paas le maaliiin. Celaa pourraaiit bieen finiiir paar t'arriiveer...uuun joouur...

...

Alleeez...arrêête de réflééchiir...baaats-tooii...ooon s'ennuiiie là-deedaans.

Maintenant arrivé devant mon adversaire, je plaçai une jambe devant l'autre, adoptant une position d'abord défensive devant celui qui m'avait invité à cette joute, puis je plaçai un regard vers l'étrange créature qui avait déjà placées quelques attaques contre le vétéran. Aussitôt qu'elle me rendit le signal, je fonçai sur la gauche du Kusajin en abattant ma lame au sol, me servant de sa lame comme d'un appuie pour monter plus haut dans les airs et me propulser vers l'avant, offrant deux rapides coups de pieds à Yanosa. L'un visa d'abord l'estomac, puis le deuxième remonta vers la gorge, mais si la violence de ces coups se trouvaient surtout dans la vitesse du mouvement, la puissance restait moindre car en fait, ils ne servaient qu'à destabiliser le guerrier pendant que je pivotais sur moi-même dans les airs, tout comme un gymnaste le faisait lors d'un saut périlleux, pour laisser ma lourde lame prendre de la vitesse dans cette rotation et en abattre le plat là où le seigneur de guerre se tenait. Faisant ensuite une roulade arrière à l'atterrissage, je tentai de garder une certaine "distance" entre mon adversaire et moi-même, laissant Tajoyaki prendre la relève car je me doutais bien qu'il s'en était sortis...il n'était pas maitre de Kusa pour rien...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Mar 31 Jan 2017 - 16:52

Bien que les appendices prenaient leur cible, l’effet restait de courte durée, mais avec le moindre effort, ceci dit, la bête était libérée. Pas de la façon la plus conventionnelle qu’il soit, mais suffisamment pour la faire atterrir quelques mètres plus loin sans grande perte et fracas. Par chance, pas de vraies douleurs dans ses tentacules, aussi sensibles pouvaient être ces vilaines choses, aussi efficace l’était aussi son système nerveux de pieuvre. Elle allait s’en remettre, mais ce n’était pas pour autant qu’elle ne restait pas surprise face à cet étalage de violence si peu habituel. La Gekei qui commençait à s’ennuyer de sa condition au Shukai face à cet étouffant protocole, ravisait son jugement avec enthousiasme. Une grimace sur son visage quand il percutait l’autre rouquin qui l’avait chargé, sans aucun doute, il était hors course, voilà qui la confortait dans l’idée que l’attaque était la pire des décisions face à ce cas. Pourtant, la suite ne lui donnerait plus le choix. Le bourreau, invaincu, tel un gladiateur tout puissant dans son arène avait fait sa sélection. Il invitait la masse endommagée à quitter le terrain et la bête n’allait pas se faire prier quand elle entendait une description l’agrippant comme des centaines de chaines à l’endroit.

~ Takoyaki… Marmonait-elle en couvrant son mécontentement dans sa voix.

La bête était une créature fainéante, Van la tenait avec une carotte appelée récompense pour être capable d’exploiter le monstre. Ici, la carotte était loin, très loin d’être appétissante, c’était plutôt même, son propre sang et toutes ses dents qu’on risquait de lui offrir au menu. Avait-elle le choix ? Sans doute que non. Limitant la casse en se concentrant, elle perdait un instant sa focalisation envers le roux pour le dernier des protagonistes auquel jusque-là, elle n’avait pas vraiment porté d’attention. L’homme dégainait une arme aussi inquiétante que pouvait l’être la morphologie de l’hybride, qui en passant c’était dévoilé. Ses appendices flottaient dans l’air, aussi longues que son corps d’humaine au moins, huit qui s’agitaient pour garder l’équilibre de leur hôte, jamais gêné par leur poids. Elle n’avait plus l’effet de surprise de toute façon, alors, à quoi bon.

Une aura s’emparait du borgne qui semblait son partenaire pour le prochain tour, ils échangèrent un regard et dedans elle croyait comprendre que son sort se scellait maintenant. Il ne lui donnait pas plus de choix, tandis qu’il s’élançait gêner leur cible et capter son attention, la bête suivait au moment opportun dans sa meilleure charge, la plus rapide. A portée du roux, toutes ses tentacules qui s’étaient gonflées pour mieux la servir, s’élançaient sur lui pour le capturer, ou du moins essayer. Huit appendices captant son cou, ses bras, ses jambes, son torse dans son dos, et déjà, l’hybride avait fait naitre son bec de poulpe qui se rapprochait de l’épaule pour y arracher un bout de chair…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Mar 31 Jan 2017 - 20:10

Ketsuen, qui s'était échauffé en montrant quelques passes simples à d'autres éléments de la troupe rassemblée autours de l'arène, ne se fit pas prier pour répondre à l'appel de Yanosa après avoir conclu ses échanges avec son trio à lui. Il fallait dire que l'interjection du guerrier rouge ne laissait pas vraiment la place aux discussions et aux palabres, surtout vu son état visiblement altéré par les frissons du combat. La jeune femme aux tentacules crâniens proéminents ne se défila pas non plus, même si elle se permit de marmonner son nom à l'attention de Yanosa afin que ce dernier cesse de la nomme par des noms d'oiseau pas franchement élégants. Sans le montrer, l'ancien Seigneur nota dûment l'information dans un coin de sa tête et se prépara à accueillir dans sa zone d'acuité les deux combattants qu'il avait requis.

Ce fut d'abord Ketsuen qui passa à l'action, en dégainant l'imposante Kudaku. Cette épée à pouvoir, dotée d'une personnalité propre, pouvait s'avérer vicieuse et particulièrement tranchante en dépit de son gabarit. Moins pour la gêne que cela pourrait lui occasionner que pour honorer le thème du jour, Yanosa espéra que Ketsuen ne ferait pas l'erreur d'utiliser les capacités pour le moins singulières de l'épée, ce qui l'obligerait à se montrer plus violent encore qu'il ne l'aurait été de toute façon avec le Samui. Et après avoir momentanément plongé son œil gauche vers la lueur qui était apparue sur la lame imposante, Yanosa se campa encore davantage sur ses pieds pour se préparer à l'assaut imminent. Faisant darder Kudaku vers l'avant, Ketsuen s'en servit d'abord comme d'un point d'appui pour propulser deux coups rapides vers le buste de son adversaire. Par pure curiosité, Yanosa laissa le premier coup le toucher en bandant ses muscles pour dissiper le choc au maximum, confirmant ainsi la faiblesse de la première attaque. Presque avec négligence, il leva ensuite simplement la main droite sur le côté pour intercepter la seconde jambe, à destination de son cou, tout en commençant à se tourner pour pouvoir suivre la combinaison du Samui.

« Trop lent.. !!! » prit-il le temps de crier à son égard.

Car tandis que la lame imposante se décrochait du sol pour utiliser l'énergie cinétique emmagasinée par Ketsuen, le guerrier rouge contournait déjà la zone d'impact en prenant une vive impulsion du pied gauche, se propulsant littéralement « dans » Ketsuen pour lui faire perdre son équilibre et le faire décoller du sol. Et alors que son poing était à deux doigts d'aller frapper le foi d'un Ketsuen désarçonné et en perte de contrôle, Yanosa éprouva une sensation presque déjà familière dans le dos et sur le bras. Les tentacules de la dénommée Takoyaki étaient une fois de plus à l'oeuvre, empêchant l'ancien Seigneur d'enchaîner et menaçant cette fois de le comprimer tout entier sous leurs ventouses. Mais cela, il n'allait pas le laisser arriver : tractant à lui d'un coup sec tous les huit appendices qui s'étaient fixés à lui pour forcer le corps de leur propriétaire à décoller dans sa direction, il déchargea en même temps une vague de son chakra raiton, presque d'instinct, sur tout son flanc droit.

Plusieurs tentacules se retrouvèrent ainsi paralysés sur le coup, incapables de quoi que ce soit, et se détachèrent d'eux-même. Et ne s'arrêtant pas là, comme possédé par l'envie irrépressible de frapper et de détruire l'objet de la résistance, Yanosa tracta Takoyaki vers lui via les tentacules restants pour ensuite lui destiner un violent coup de poing dans la figure, qu'elle avait pourtant fort jolie. La prise de la femme poulpe neutralisée, l'ancien Seigneur s'en retourna rapidement vers le Samui, qui s'était rapidement remis sur pied grâce à l'intervention de sa partenaire. Le regard d'une froideur bouillonnante, Yanosa le fixa pendant une fraction de seconde qui parut une éternité... puis disparut presque aussitôt du champ de vision de Ketsuen pour réapparaître sur le côté où il tenait son épée, restreignant ainsi sa marge de manœuvre. Puis, autant pour le tester que pour frapper au plus près, il déploya sa jambe déjà armée pour l'envoyer cogner d'un coup sec sur le bras artificiel qui lui avait été greffé quelques jours auparavant. Son instinct lui soufflerait peut-être de ne pas essayer d'esquiver grâce à la consistance de son nouveau membre... mais était-il sage de laisser un bras somme tout aussi fragile sur la trajectoire d'une telle attaque ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Mer 1 Fév 2017 - 13:21


Rapide...et astucieux.

L'homme à la chevelure de feu ne se contenta pas de simplement éviter le coup qui lui était destiné, mais décida de le faire en entrant dans ma zone de contrôle pour finalement dépassé la garde de mon arme, plongeant dans le point faible d'un soldat maniant une arme à allonge comme la mienne. Son épaule cogna sèchement contre mes côtes pendant que je tentais de me rétablir et, dans le champs mort de mon oeil invalide, je ne pu voir arriver le poing du Kusajin qui aurait bien pu me mettre à mal pour les prochaines minutes.

Cependant, et comme j'y comptais bien, mon alliée de l'heure envoya ses tentacules attraper le bras de Yanosa afin de le garder en immobilisation. Elles se glissèrent ensuite vers ses jambes et son coup, mais la rapidité du vétéran prouva encore une fois sa supériorité dans ce combat. Attrapant les appendices adhésives de l'hybride, il déploya ensuite une charge de chakra qui sembla paralyser les multiples "bras" de Takoyaki pour ensuite lui envoyer un véritable boulet de cannon au visage. Des mouvements exécutés dans le temps de le dire...

Et...parlant de vitesse...celui-ci disparut tout simplement de notre champ de vision et c'est le souffle de sa respiration effréné, dont le rythme ressemblait presque à celui d'un train à vapeur, qui attira mon attention sur mon flanc droit, là où je tenais mon arme pour le moment. Le regard du guerrier rouge était révélateur de ses intentions et je voyais clairement que le prochain coup servirait à détruire mon "autre bras" afin de réduire mes capacités. Malgré tout, un petit sourire en coin naquit sur mon visage alors que, le vent qui soufflait sur la zone se concentra autour de mon corps en un véritable tourbillon d'air concentré. L'énergie se dirigea directement là où le coup de mon adversaire allait me viser, les bras, et avant de connaitre un contacte avec le bois dont il était composé, le poing de l'Oterashi rencontra une pression externe, comme une pellicule résistante constitué de courant d'air chaotique, repoussant tout ce qui devait généralement me toucher.

Aussitôt bloqué, la technique prit fin en une puissante bourrasque autour du point d'impact puis, comme si le temps revenait sur lui-même, les lamelles d'airs revinrent vers mes poings et mes pieds qui se gorgèrent de cet élément encore une fois pour en accéléré les mouvements d'une manière peu orthodoxe. Quelques millimètres sépara alors la surface de ma peau et celle de l'Oterashi et pourtant, mes coups semblait vouloir le toucher d'une manière ou d'une autre. Son génie du combat lui avait probablement déjà fait comprendre que ce qu'il le touchait réellement n'était nul autre que la compression de futon entre mes jointures et leur cible. Un coup...deux coup...cinq...huit...douze...

Même s'il évitait les premiers, je continuais cette série de kata puissante et rapide sans retenue, déferlant la rage des vents sur mon adversaire sachant qu'il semblait utiliser à priori le raiton, maintenant qu'il avait atteint la femme poulpe d'une technique de cette affinité élémentaire. S'il voulait se protéger, il devrait donc le faire en esquivant et en se montrant beaucoup plus rapide...

...mais je me doutais bien qu'il avait plus d'un tour dans son sac et je me tenais prêt à réagir en conséquence. De toute façon, si la créature se relevait bien de la dernière offensive, elle ne tarderait pas à tirer bénéfice de la situation pour prendre le maitre du jeu à revers.

Pendant ce temps, Kudaku, que j'avais replacé dans mon dos afin de livrer la marchandise au corps à corps, grommelait de mécontentement. Ce combat était loin de la satisfaire et comme bien souvent, son maître semblait lui préférer le taijutsu élémentaire que l'utilisation de sa lame. Une chose qu'elle commencait, tranquillement...a trouver bien énervante...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 192
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Jeu 2 Fév 2017 - 21:26


Une manœuvre bien veine, la femme poulpe savait bien à quoi elle s’exposait, justement, c’était peut-être ce qui lui permettait de plus ou moins se sauver de ce round-là. Elle se sentait décoller, comme aspirer vers sa cible visiblement trop tenace pour être retenu par ses simples tentacules, tout d’abord, une douleur la gagnait sur un flanc, un assaut raiton –son pire ennemi. Clairement, ses appendices n’allaient pas se remettre tout de suite de ce choc qui coupait court à leur utilisation. C’était bien plus leur manque que la douleur que cela avait engendré qui avait contrariée la Gekei, qui s’attendait sans illusion aucune, à ramasser ses premiers vrais coups du roux. Il semblait viser son visage avec dextérité et force, heureusement, la dextérité la bête l’avait, la force n’était pas suffisante, mais pourtant…


Le reste de ses tentacules libres se gonflaient alors qu’ils avaient position devant son visage pour la protéger, elle aussi avec des réflexes tenaces. Ils ne suffisaient à totalement arrêter ou amortir le choc de l’impact, mais leur action avait suffi à la garder sur pied, dans le même temps, les deux appendices qui avaient réussis à toujours être accroché se détachaient sous le geste d’un kunai de la kunoichi. Ses derniers, bien que séparés de leur hôte continuaient leur emprise peut-être plus compressant encore. Peut-être arriveraient-ils à le gêner assez pour le distraire d’un coup de son partenaire. Un détail qui ne semblait pas tant dérangé leur adversaire qui si tôt il la relâchait pour s’occuper du sabreur.

Un court instant de répit, car la bête savait bien que le relâchement la mettrait face à un assaut plus grand encore. Le seul moyen qu’elle avait de minimiser les dégâts, restait de jouer le jeu avec le sabreur pour que le roux jonglait de l’un à l’autre. Serait-ce suffisant pour l’épuiser. Voilà une illusion bien démesurée, mais au moins, ça l’aidait à avancer alors que son corps tout entier voulait la facilité de s’écrouler. Une solution qui ne ravirait pas le maître quand il l’apprendrait, la bête prenait cet élément d’estime très au sérieux, même avec moitié moins de ses atouts, elle ne renonçait pas à ses assauts –inutiles ou presque. Néanmoins, un temps mort s’écoulait pour que ses neurones se connectaient entre eux à nouveau, même amorti le coup avait été violent, la chaleur tiède du sang qui s’échappait de son nez lui en témoigner. Sa bouche était éprise d’un goût métalique, quand sa vue lui offrait le moment de revenir sur la scène ou bien de la quitter.

Le Samui avait su monopolisé leur adversaire avec une manœuvre que la bête aurait pu admirer s’il n’était pas temps de ne pas gâcher l’opportunité qui lui offrait. Moitié tentacules en moins, peut-être même plus, la bête n’avait pas fait le décompte et vu que son compte justement n’allait pas tarder à être réglé, elle s’élançait. Cette fois, chacun de ses membres étaient mis à contribution, en même temps où chacun à leur tour dans un combo de coups destiné au Mentor du combat. Coup de pied de pair avec un coup de tentacule vers la face, coup de poing à droite avec tentacule à gauche, elle était bien décidé à enchainer des coups véloces jusqu’à ce qu’on la stoppe. S’aidant de son poids et de l’élan de ses rotations, elle espérait y mettre un peu plus de force. Au moins, elle avait mis du cœur dans son dernier assaut se montrant moins réservée et passive qu’au début à son arrivée, c'était déjà en soi, une réussite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Lun 6 Fév 2017 - 9:10

Tout en se débarrassant instinctivement des restes de tentacules toujours vivaces qui tentaient de le gêner dans ses mouvements en se glissant sur lui en déchargeant des gerbes de chakra électrique, le guerrier rouge fit porter son attaque sur une surface presque douce, qui n'en resta pas moins assez puissante pour stopper nette sa frappe. La prothèse épargnée par une projection de vent localisée et très dense, le Samui profita de ce bref répit pour rengainer son arme dans son fourreau, laissant ainsi ses deux mains libres, et entreprit de mener sa contre-attaque. Tout autours de ses membres semblaient s'être formée cette même pellicule de vent, moins compacte mais tout aussi vivace, et qui commençaient à accompagner chacun de ses gestes. Réagissant promptement, le guerrier rouge esquiva un premier coup en fléchissant les genoux après avoir repris ses appuis correctement, puis dévia le coup suivant d'une tape sèche sur l'avant-bras de Ketsuen.

Ce dernier se déplaçait bien, mais trop lentement encore pour réellement menacer Yanosa, qui parvenait à outrepasser la couche de chakra Fuuton que son adversaire plaçait entre eux en anticipant les trajectoires de ses coups et ses appuis. Son regard, aussi vif et alerte que celui d'un grand rapace, voyait venir chaque attaque avec précision, avec prescience même, et son corps surentraîné et gorgé d'expérience réagissait au quart de tour en prenant toujours la posture adéquate pour parer et contrer les tentatives de Ketsuen. Celui-ci, avec une lame aussi imposante dans le dos, faisait toutefois preuve d'un talent certain, quoi qu'aussi doté de certaines lacunes qu'il compensait grâce à l'usage discret de son affinité. Les compétences du borgne étaient en tout cas loin d'être au même niveau que celles des guerriers qu'il avait amené avec lui, mais Yanosa était bien décidé à pousser tout le monde dans ses retranchements. Tout le monde.

Reculant subitement de plusieurs mètres d'un seul appui décisif afin d'éviter un coup de coude, l'ancien Seigneur chargea à nouveau une quantité d'énergie astronomique dans ses jambes afin de leur donner la puissance nécessaire, se propulsant presque immédiatement après à une vitesse folle presque devant Ketsuen. Il se retrouva, dans les faits, presque dans sa garde, au delà du périmètre de sécurité qu'un bon combattant laisse d'ordinaire entre lui et son adversaire.

« Encore trop lent... !! »

Plaquant violemment sa paume contre le buste du borgne, Yanosa le projeta sèchement en arrière et continua sur un enchaînement redoutable, dont le jeune homme réussit à éviter ou dévier la plupart des assauts malgré la dynamique inconfortable dans laquelle il se trouvait. Il était très bon pour réagir, se dit le guerrier rouge, mais un peu moins pour agir le premier. C'est pendant cet échange, toutefois, que la dénommée Takoyaki revint sur le devant de la scène suite à une charge rapide et précise vers le mentor du jour. Attaquant dans l'angle le plus approprié, ce que ne manqua pas de remarquer Yanosa, elle obligea ce dernier à se contorsionner davantage pour parer et esquiver les assauts conjoints de ses deux adversaires. Ketsuen parvint à reprendre tout son contrôle et la dynamique du combat sembla lentement mais sûrement changer de direction : les coups pleuvaient de toute part, chacun évitant soigneusement de se prendre le moindre coup pour ne pas mordre la poussière. Car s'il était une chose de certaine, en tout cas en ce qui concernaient le Samui et la Gekei, c'était que la moindre attaque directe encaissée pourrait mettre fin à ce merveilleux pugilat. Non pas qu'il fut merveilleux pour tous, toutefois...

La femme tentaculaire semblait en effet bien moins investie dans l'affrontement, en dépit de sa prestation très correcte, que ne l'était Ketsuen, mais la synchronicité de leurs attaques conjointes palliaient ce manque de motivation de sa part. Baigné dans un océan de sensations agréables et vivaces, le guerrier rouge en vint même à un moment donné à afficher un sourire au cœur du tumulte, en dépit du fait qu'il perdait du terrain. Mais de là à penser qu'il était pour autant en train de perdre pied, c'était mal connaître l'étendue de ses réserves techniques et énergétiques. Car profitant d'une esquive parfaitement exécutée qui laissa en même temps les deux attaques de ses adversaires frapper le vide, il propulsa rapidement son pied vers l'arrière, vers le haut, en prenant appui au sol avec ses mains, pour propulser le Samui en arrière. Prolongeant le mouvement avec un rapide salto avant qui le fit se retrouver de l'autre côté de Takoyaki, Yanosa l'attrapa par l'épaule en lui apposant un sceau d'immobilisation et l'envoya de l'autre côté de l'arène, la jetant pour ainsi presque comme une malpropre.

« Le temps que tu te débarrasses de ça... Laisse-moi montrer à Celui-là comment on accélère un peu... »

Se retournant immédiatement vers le Samui à une dizaine de mètres de là, l'ancien Seigneur lui décocha un regard qui traduisait à la fois la malice et l'avertissement.

« Allez, Ketsuen, tu dois bien pouvoir aller plus vite que ça ! Bouge-toi un peu ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Lun 6 Fév 2017 - 13:15



L'Oterashi était un guerrier d'élite...probablement le "pur combattant" le plus expérimenté du territoire contrôlé par le Kamui au grand complet. Ses prouesses dans les combats rapprochés n'avaient rien à envier aux autres et il se plaisait à nous le démontrer ici. Enchainant les coups, tout en bloquant ceux qui lui étaient destinés, il réussit à tenir tête à ma série en redoublant d'ardeur, dépassant cette fois-ci les limites de la femme poulpe pour monter à un pallier supérieur...le mien. Cependant, comme il l'avait fait pour elle et tous les autres, il vint se positionner au sommet de ce pallier, tout juste à la limite de ce qu'il fallait pour atteindre l'autre niveau. Il avait un contrôle parfait sur ses capacités...rien de surprenant pour un utilisateur des portes célestes après tout. Ce pouvoir représentant la perfection dans l'art de comprendre et utiliser son chakra pour outre-passer les limites du corps humain.

Même à deux, nous avions grand mal à faire mouche sur celui qui esquivait ou bloquait nos offensive avec un rictus aux lèvres. Puis, dans un élan qui se voulait prodigieux, il me bouscula d'un coup de pied au torse suivis d'un salto pour passer par-dessus Takoyaki, tout en appuyant sa main sur son épaule. Lorsqu'il atterrit derrière elle, je fus surpris de la voir être immobile, ne plus réagir à rien du tout, pendant que le guerrier rouge venait me faire face. Je réalisai alors qu'il venait probablement d'appliquer l'un de ses sceau d'immobilisation sur ma coéquipière improvisée de la journée et un bref coup d'oeil à la base de sa nuque me fit remarquer le symbole qu'il avait dû y appliquer lorsqu'il l'avait touché. Quelque chose dont il faudrait me méfier si je voulais continuer cet entrainement.

Me retrouvant donc à près de dix mètres du vétéran, après réception de son attaque, je me frottai le bas du torse...là où l'on pouvait toujours voir l'empreinte du pied de mon adversaire. Le coup avait été puissant, tant à l'impacte que dans l'énergie qu'il avait utilisé pour m'écarter de ma position initiale. Je profitai de ces maigres secondes de pause pour me repasser le fil de notre joute en mémoire. Il avait évité mes coups, puis, m'avait chargé à une vitesse surprenante pour briser ma garde. Ensuite, avait simplement danser avec la femme poulpe et moi-même en utilisant cette même rapidité...une rapidité que je n'avais pas encore. Ou du moins...pas à ce point. Il me faudrait donc anticiper ses prochaines attaques...si je voulais pouvoir arriver à un certain résultat. Contrer sa vitesse...avec ma précision et ma compréhension de ses mouvements.

Replongeant le regard de mon oeil saphir dans le creux de ceux de mon opposant, je fermai ma paupière une seconde à peine pour la réouvrir par la suite. Cette fois-ci, ma pupille s'était agrandie, était devenue grosse et ronde comme une balle pendant qu'un puissant flot de chakra coulait non seulement dans mes veines, mais semblait même s'étendre au delà de ma propre personne en ce qui semblait être un simple courant d'air. Puis, une deuxième charge moins importante cette fois-ci, mais tout de même respectable, gonfla les muscles de mes cuisses et de mes mollets pour me propulser vers l'avant à une vitesse amplifiée, d'où mon poing pensait trouver la joue du seigneur de guerre. Pendant ce temps, je pouvais ressentir chaque souffle de sa respiration, chaque mouvement de l'air qu'il effectuait en se repositionnant...bref chaque fois qu'il bougeait et déplaçait l'air ambiante...je le ressentait dans le moindre de ses déplacement et pouvais adapter ma réaction en conséquence. Si je ne pouvais l'égaler en rapidité pur...je pourrais néanmoins prévoir ses intentions...sur un court laps de temps malheureusement...mais c'était déjà ça.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Jeu 9 Fév 2017 - 13:59

La provocation, aussi simple fut-elle, avait eu l'effet escompté. Dans le seul œil valide du Samui se lisait à présent une détermination nouvelle, une envie irrépressible de répondre aux attentes de son mentor improvisé, qui attendait de lui bien plus de vélocité et de rapidité dans ses réactions. Ketsuen avait progressé : il lui avait dit, et Yanosa l'avait su instinctivement, mais l'ancien Seigneur commençait à croire que le jeune homme lui-même n'avait pas conscience de la marge de progression qu'il avait encore. Si il pouvait repousser ses limites actuelles, aller plus loin et réellement toucher du doigt les limites humaines comme le faisait déjà le guerrier rouge, alors il ferait un partenaire, un équipier et un adversaire ponctuel très intéressant à garder avec lui. Yanosa savait toutefois que si il ne laissait aucune chance au Samui et se donnait au maximum, celui-ci ne pourrait jamais le toucher et ainsi se prouver à lui-même qu'il était capable de mieux : le mentor du jour garda donc son niveau sensoriel au même niveau qu'à l'accoutumée sans forcer, attendant de voir quel niveau de vélocité pouvait finalement atteindre Ketsuen.

Le poing qui arriva sur lui, bien plus rapide et impactant que toutes les autres attaques auparavant lancées par le Samui, faillit le toucher durement au visage. Au lieux de cela toutefois, il glissa sur l'avant-bras du guerrier rouge en frottant contre sa pommette, appliquant une mince traînée rouge sur cette dernière. Le sourire de Yanosa n'eut alors d'égale que son irrépressible envie de riposter aussi durement que possible : un uppercut de son autre main partit droit en direction du menton de Ketsuen, qui réussit néanmoins à éviter l'attaque avec maestria, comme s'il l'avait anticipé avant même de lancer sa charge. Le plaisir de l'ancien Seigneur n'en fut que redoublé, de même que l'intensité de ses assauts : l'affrontement semblait totalement relancé, à un tout autre niveau cette fois, et à chaque mouvement le jeune borgne semblait gagner en assurance et en vélocité. Bien, se dit Yanosa, il était, presque trait pour trait, en train de traverser la même série de barrières autrefois brisées par Fuka. Dans un état qui n'était ni vraiment conscient mais loin de l'inconscience, Ketsuen élevait son niveau sous les yeux pétillants du guerrier rouge, qui s'en donnait à cœur joie. Après un choc particulièrement violent, les deux jouteurs se retrouvèrent à nouveau séparés par une dizaine de mètres de roche taillée.

« Ca... c'est mieux ! Tu le sens, Ketsuen ? Ce potentiel qui dort en toi, qui n'attend que de se réveiller... Les efforts... mais aussi la vision. Le flux... Laisse-moi te montrer... ce qu'on parvient à accomplir, lorsqu'on lève toutes les limites. »

Sur ces mots pleins de sous-entendus, Yanosa mit un genou à terre. Relevant son pantalon jusqu'en haut du mollet, il y révéla une bande épaisse fixée à son tibias et la détacha aussi sec en la gardant à la main. Réitérant au plus vite la même manipulation avec l'autre jambe, il envoya nonchalamment les deux bandes sur le côté... où elles creusèrent un large sillon de roche brisée dans leur élan. Pas besoin de davantage d'explications : la leçon sur la vitesse prenait une tournure totalement différente à présent, et allait davantage s'apparenter à une démonstration qu'autre chose. Il n'était plus pertinent de parler d'élan : la première impulsion prise par Yanosa décrocha un fragment de roche du sol là où se trouvait auparavant son pied. Et le ballet, dès lors, changea totalement de tempo...




Dernière édition par Oterashi Yanosa le Ven 10 Fév 2017 - 8:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Daimyô de Ame - Chef du clan Sabakyô
Messages : 914
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Jeu 9 Fév 2017 - 17:28



L'échange avait prise en intensité. Mon poing avait frôlé sa joue et la plupart de ses enchainements avaient trouvés le creux de ma main, le plus solide de mon coude ou même la surface de mon genou afin d'être entièrement bloqués par mes parades qui se cumulaient tout autant que ses assauts ou mes coups même. Le combat devenait, au fur et à mesure, de plus en plus difficile à suivre pour les néophytes qui nous regardaient. Takoyaki réussissait peut-être encore à bien percevoir nos mouvements, mais je me doutais que nous avions dépasser sa compréhension la plus claire. Nous nagions maintenant dans mes eaux, des eaux trop troubles pour les spectateurs, mais encore facile à endurer pour le vétéran qui, je pouvais le voir, commençait maintenant à y mettre du sien...pour vrai. Rien de très sérieux...non...mais juste assez pour l'obliger à créer un espace d'une dizaine de mètre entre nous deux et imposer un moment d'arrêt.

Là, je voyais déjà ce qui allait venir. Ça se sentait, ce genre de chose. Ce moment où quelque chose de gros se prépare tranquillement pour mieux te prendre par surprise et c'est exactement ce qui se passa. À peine avait-il terminer de parler du potentiel que je pouvais avoir encore en réserve qu'il balança en dehors de l'arène une courroie remplie de poids qui, à leur atterrissage, s'écrasèrent au sol en créant un cratère. L'onde de choc avait été ressentie par tout le monde et si quelques-uns parmi eux avaient été confiant de pouvoir se remettre à l'entrainement...peut-être que la scène à venir allait malheureusement les démotiver...ou au contraire leur en mettre plein la vu et les inspirer...qui sait.

Là, l'Oterashi chargea et à l'endroit où il disparut du champ de vision de la majorité, un morceau de marbre se décrocha de l'arène pour voler dans les airs. Pour ma part, bien que toujours sous l'effet de ma vitesse accentuée et d'une concentration à toute épreuve, je ne fis qu'une tache couleur rouge et peau filer à vive allure vers ma droite et, à peine eus-je le temps de bloquer son premier coup, qu'un deuxième venait littéralement de me balayer les jambes. Je me retrouvais donc à l'horizontale, le dos à près d'un mètre du sol et la seule chose que je vis arriver fut le dessous du pied du Kusajin qui s'enfonçait dans mon ventre pour me ramener au sol aussi violemment que je l'avais quitté. Le coup fut si puissant, que je sentis mon corps rebondir sur l'attaque et bien qu'étant apte à me servir de ce rebond pour me rétablir sur mes deux pieds, j'avais totalement perdu le nord.

C'est donc pour cette raison qu'aussitôt fus-je relever, je sentis un coup surpuissant au même endroit où il venait de m'atteindre avec son talon, me faisant littéralement plier en deux et, pendant que ma face descendait à en être parallèle au sol, son genou vint l'accueillir à grand coup de "bienvenu" bien sentis. Là, je sentis tout mon poid être balancé vers l'arrière...et le décors défila entre le plancher, les dunes de neiges au loin...et finalement le ciel gris de Yuki.

Je n'entendais plus rien.
Je ne ressentais plus rien.
Je ne voyais plus rien.
Seul ma respiration laissait deviner que j'étais toujours bel et bien vivant.

Je venais de manger la pire raclée de ma vie.

Mon bras fut l'expérience la plus douloureuse, mais au moins...j'avais eus le temps de voir et comprendre ce qu'il me l'avait écorché.

Là...rien...absolument rien...




info tech:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang. Ven 10 Fév 2017 - 9:31

L'effort et la compétence du Samui n'y purent pas grand chose. Si vous n'aviez jamais fait face à ce genre de vélocité, qui semblait dépasser le spectre humain, alors tout l'entraînement du monde ne valait rien, et c'était bien pour cela que l'ancien Seigneur se permit de faire cette démonstration, bien plus que pour couper court au pugilat général qui avait de toute façon suffisamment duré. Il devait lui montrer à lui, à ce guerrier plus que prometteur, l'apex qu'il était possible d'atteindre, car si lui, un ancien anarchiste qui avait roulé sa bosse sur d'innombrables champs de bataille, était parvenu à atteindre ce niveau, alors d'autres l'avaient certainement atteint aussi. Et plutôt que de maltraiter son corps comme le fit Yanosa, ceux-là auraient pu opter pour des options bien plus définitives. « Que cela serve de leçon », disait l'expression, et c'était précisément ici l'application dure et réelle de ce principe. Un premier coup frappa la garde du borgne, qui avait réagi juste à temps, mais incapable de suivre le balayage qui suivit le faucha sans préavis en le privant de ses appuis. Son corps entier heurta ensuite le sol son le coup de pied fouetté écrasant lancé par le guerrier rouge, et alors que le Samui sembla reprendre un semblant de contrôle sur ses mouvements en se redressant, Yanosa vint appuyer la leçon d'un coup de poing sorti de nulle part en plein abdomen.

Le coup de genou suivant était-il nécessaire ? Sans doute que non, et sans doute aussi que l'ancien Seigneur s'était là quelque peu laissé aller à ses pulsions sans prendre en compte le fait qu'il était en train de pratiquement passer à tabac l'un des « siens », si ce terme voulait encore dire quelques chose pour lui. Dans l'oeil de Ketsuen, il sentit venir la perte de conscience, et parvint in extremis à retenir son prochain coup en réalisant sa futilité. L'épéiste était déjà très résistant, de corps comme d'esprit, pour avoir réussi à tenir jusque là au travers des coups répétés et des passes d'arme au rythme effréné. Inutile d'aller plus loin en ce sens, donc. Transpirant abondamment, le souffle haletant sous l'effort, Yanosa tendit le bras pour recueillir le corps plongeant de l'épéiste et l'empêcher de tomber au sol. Il eut alors une vue imprenable sur Kudaku, toujours fichée dans son dos, et dont l'éclat semblait appeler son propriétaire à se remettre sur ses pieds pour continuer à combattre. Yanosa sentait la furie qui émanait de la lame, cette volonté de s'imposer et d'obtenir « ce » qu'elle voulait.

« Bonn.... fuuuuuh... On va... s'arrêter là, pour le moment. Ceux qui ont pu suivre ça des yeux... lança-t-il à l'assistance, vous viendrez me voir, tout à l'heure. Ne mentez pas... je le saurai... et je vous le ferai payer... Tous ceux qui ne sont pas encore passés... le feront tout à l'heure. Pas de tir au flanc.

Ketsuen..., hey, Ketsuen... ! Réveille toi bonhomme
, dit-il en lui tapotant la joue fermement. On va devoir parler un peu tous les deux. »

Sur quoi, il accompagna le Samui en dehors du cercle de marbre qui avait diablement souffert en lui passant un bras sur son épaule et se propulsa jusqu'aux gradins après s'être enquis de l'état de Takoyaki. Asseyant Ketsuen au mieux, il se plaça debout face à lui, pendant que le groupe de Heishi commençait à parler avec entrain, colère, et parfois admiration de ce à quoi il venait d'assister ou, pour certains, de ce à quoi il avait pris part.

« Tu as réussi, Ketsuen. Tu as atteint le dernier palier. Mais il te reste encore à le franchir, pour de bon. Souviens-toi de ces sensations, cherche-les, ressasse-les. Il faut qu'elles deviennent tes conditions de vie, que tu les fasses tiennes plutôt que de seulement te laisser bercer par elles. Tu comprends ? Il n'y a que comme ça... que tu pourras espérer prendre le dessus sur moi, ou sur un autre guerrier de la même envergure. Car c'est seulement avec la pleine maîtrise de cet état de corps et d'esprit.. que tu pourras canaliser suffisamment de puissance, dans la bonne direction.

Ca faisait longtemps...
dit-il finalement en se détournant du Samui, que je n'étais pas tombé sur un guerrier aussi prometteur. Si tu n'as pas des obligations qui peuvent te retenir ailleurs Ketsuen, je voudrais que tu m'accompagnes ensuite. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: De sueur et de sang.

Revenir en haut Aller en bas
 

De sueur et de sang.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Reste du Monde :: Yuki no Kuni-