N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Groupe 1 - L'ordre des choses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3536
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Sam 11 Fév 2017 - 20:10


    Non … Emmenez-les se faire soigner, et mettez cette garce au trou. S’il y a encore un ennemi dans les parages trouvez-le et éliminez le, nous nous reposerons après.


Donnant ses ordres aux Konohajins mais également aux propres hommes de Satotsu, l’Aburame resta au beau milieu de tout ce carnage alors que les vivants évacuaient leurs pairs et retournez s’affairer ailleurs, la laissant seule sur place, s’avancer vers l'encadrement des portes pour attester de l’ampleur des dégâts en un simple regard sur l’extérieur. Un échec. Serrant les poings avec hargne, elle fit crisser le métal de sa prothèse. Ses yeux perdus dans le vide, l’Aburame frappa de toutes ses forces le mur de la salle le plus proche, la charpente déjà fragilisée se brisant sous l’impact, rayant au passage le métal. Un échec oui.

Fermant les yeux, la colère commençait à l’envahir lentement mais sûrement, la laissant la submerger petit à petit maintenant que l’attaque était terminée et qu’elle n’avait plus besoin de garder les idées claires. Différentes images défilaient. Kohana au plus mal alors qu’elle avait refusé son appel à s’enfuir, Yohru subissant le contrecoup de l’ouverture des portes qu’elle lui avait demandé d’ouvrir, le Daimyô qui s’écroulait à cause de ses propres blessures, et les renforts devant terminer les deux derniers nécromants. S’appuyant avec son bras sur la charpente qu’elle avait enfoncé à cause de la rage qui bouillonnait en elle, l’Aburame essuya de sa main la traînée de sang qui avait coulé le long de sa joue droite, la texture lourde et chaude de son propre sang l’énervant d’autant plus. Elle avait été faible. Non. Stupide. Était-ce là vraiment sa toute puissance ? Incapable de protéger les siens et d’éliminer les menaces qui ne cessaient d’apparaître inlassablement et de prendre la vie de ceux qu’elle avait juré de protéger ?

Furieuse contre elle-même de tenir encore debout et de disposer encore d’une réserve de chakra relativement suffisante, l’Aburame s’en voulait d’avoir pensé avant tout à économiser son chakra, pensant pouvoir se débarrasser facilement des deux dernières attaques pour finalement avoir une mauvaise surprise. C’était à cause d’elle s’ils se retrouvaient dans un si sale état. Persuadée de devoir en finir par elle-même, elle avait préféré conservé ses forces au lieu de renforcer de manière plus conséquente sa protection. Elle aurait dû écouter la jeune femme chargée de sa sécurité et partir tous ensemble dès le début. Ils auraient pu s’échapper s'ils l'avaient voulu. Elle n’était plus une kunoichi, elle aurait dû se montrer raisonnable, réaliser qu’elle était dans une nouvelle position, qu’elle n’avait pas à mettre sa vie et celle de son homologue en danger à cause de son propre orgueil. Sans l’intervention de Kihran et des autres, auraient-ils réellement survécu ? Elle était stupide. Stupide et orgueilleuse. Non, elle n’était plus une kunoichi. Elle n’était qu’une vieille femme, incapable de réaliser ses exploits d’antan.

Sa maîtrise de ses nouvelles pupilles aurait pu les sauver, tous. En inversant les rôles avec Kohana, en la laissant en charge de la défense et en allant chercher, elle, les nécromanciens au corps à corps, elle aurait pu inverser la donne dès le début du combat sans les mettre en danger inutilement. Mais la triste réalité était la suivante : ces foutus Kinnegans se refusaient à elle, comme une malédiction de leur ancien propriétaire. À part quelques tours de passe-passe, elle n’arrivait pas encore à en faire grand-chose. Mais jusqu’à maintenant avait-elle réellement essayé ? S’était-elle efforcée de nouveau à développer ses capacités ? Voilà bien longtemps qu’elle se reposait sur ses anciens acquis. Avait-elle ce qu’il fallait pour redécouvrir, réapprendre ? Rouvrant les yeux, elle regarda la scène toujours présente devant elle, remplie d’une amertume qui ne la quittait pas, ses yeux brillant comme deux phares dans les ténèbres qui avaient tentés de s’abattre sur les Vagues.

* * * * *

Refermant la porte de la cellule derrière elle alors qu’elle avait demandé aux gardes de rester dehors, elle trouva la gamine, les poignets attachés dans le dos, assise sur une chaise, son chakra scellé au vu du sceau qu’elle arborait. L’ Aburame était rapidement descendue jusqu’aux cachots, ses yeux toujours illuminés de la même rage flamboyante.

    Espèce de petite connasse...


Effectuant un pas dans sa direction, puis un autre et ainsi de suite, elle choppa la nécromancienne à la gorge, la faisant décoller de sa chaise avant de la plaquer contre le mur de la prison.

    Qui vous a envoyé, qui sont ces putains de personne qui comptaient sur vous, PARLE ! PARLE TOUT DE SUITE OU TU REGRETTERAS CHAQUE SECONDE QUI PASSERA JUSQU’À TA MORT, ET CROIS MOI, TU LA SUPPLIERAS D’ARRIVER !


Folle, enragée, les yeux de l’Aburame brillèrent d’avantage, cette dernière intensifiant son regard et le chakra accumulé dans l’espoir de réitérer toutes ces tours de passe-passe auxquels elle s’était livrée en guise de jeu pour tenter de reconstituer les fragments du passé de la nécromancienne qui pourraient l’intéresser. Un halo de nano-insectes commença en même temps à émaner d’elle, rendant sa figure d’autant plus terrifiante alors que les filets noirâtres s’insinuaient par la bouche et le nez de la gamine, les insectes s’enfonçant encore plus au sein de son enveloppe, s’attaquant avec une lenteur extrême aux cellules de son organisme. Son agonie serait extrêmement longue. Et répétitive. Akemi n’allait pas mourir de cette façon. Oh non. Relâchant son emprise sur la servante afin qu’elle s’effondre comme une poupée de chiffon alors que sa lente torture commençait à peine, Miko avait hâte de voir jusqu’à quel point elle supporterait un tel supplice avant de craquer. Renouant avec son passé beaucoup plus sombre au sein de la Racine, Miko commença à arborer un sourire sinistre. Cela faisait un moment qu’elle n’était pas retombée dans de telles pratiques. Qu’elle souffre comme les siens souffraient par sa faute.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 498
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Dim 12 Fév 2017 - 18:04

    " WHAAAAAAAAAAA ? WHA ? WHA WHA ? D-Directeur ? C'est bien toi ?! Le vieux roux qui habite à l'Académie ?! Mais qu'est-ce que tu fais là ?! T'es pas censé être cloîtré dans ton bureau ? E-En plus, il y en a deux ? Deux directeurs ?! Zut, les effets secondaires des portes, je commence à voir les éléments en double.. "
Se laissant lourdement tomber au sol suite à une perte d'équilibre, l'enfant se trouvait allongé dans une position immobile. Il n'avait plus la force de se relever, il n'avait plus la force de crier, il se contenta de rester couché à même la terre. Ce n'était pas plus désagréable malgré la dureté du bois, il était à la même hauteur que sa coéquipière de la feuille qui se trouvait toujours au même endroit, depuis qu'elle était tombée d'épuisement. Il tourna la tête pour l'observer du coin de l'œil, elle avait subi toutes les attaques de la foudre et elle se trouvait un état à plaindre. Il pouvait s'estimer chanceux d'être toujours vivant après un tel combat, la moindre erreur d'inattention de sa part aurait pu le faire rejoindre cette armée de cadavres. Même s'il continuait de conserver un visage innocent toujours souriant de sa victoire, il avait bien conscience qu'il venait d'échapper à la mort. Il se demandait ce qu'il allait advenir d'Akemi qui s'était joué de son insouciance, sans doute allait-elle être punie pour ce crime, mais cela ne le concernait plus. Il la simplement vit se faire emmener par les gardes du palais vers une pièce inconnue.

Tandis que Yohru toujours à l'aise dans son immobilité, se fit transporter jusqu'à l'infirmerie en même temps que Kohana. Il ne s'était pas plaint durant le trajet, il semblait rêvasser avec l'esprit ailleurs. Cela faisait un moment qu'il n'avait plus utilisé l'ouverture des portes, les effets étaient douloureux pour son corps, quoique fort résistant pour un enfant de son âge. Cette faiblesse qu'il avait à l'heure actuelle était la conséquence après s'être trop défoulé, supposait-il. Peut-être qu'il n'aurait pas dû aller à de telles extrémités, quoiqu'il s'était bien amusé, mais il ressentait un certain goût amer lui revenir en bouche. Pourquoi avait-il commencé à ouvrir une porte ? Il ne se rappelait plus des raisons ou du moins, il refusait de l'avouer, mais sans doute parce que sa partenaire était tombée au sol sous ses yeux. Il refusait de voir les évènements ainsi, il l'avait fait pour se protéger lui et seulement lui, bien que..
    " Si c'est pour protéger autrui, tu ne m'en voudras sans doute moins d'avoir utilisé ces techniques, mh ? " Murmurait-il sans que personne ne puisse l'entendre.
Avec délicatesse et attention, les médecins le déposèrent doucement sur un lit d'infirmerie avec juste à côté la kunoichi de l'encre qui demeurait toujours inconsciente. Ils commencèrent par soigner cette dernière qui se trouvait gravement blessée avec semblerait-il, des atteintes à ses nerfs, avant de revenir voir le rouquin pour l'enrouler de quelques bandages à une vitesse phénoménale. Il était quelque peu déçu de ce manque d'attention alors qu'il avait tout de même réussi à donner le dernier coup de poing à la grande méchante Akemi. Les médecins devraient le soigner avec bien plus d'attention, mais comme il n'avait que principalement des brûlures, ils préféraient se concentrer sur la voisine. Tss. Lorsqu'ils eurent fini les soins des deux Hijins, ils retournèrent s'occuper des autres soldats blessés. Ils se trouvaient à présent paix, personne ne faisait attention à ces deux derniers qui se reposaient dans le coin de la pièce. Le jeune garçon profita de ce silence qui semblait les séparer des autres pour se mettre à parler, sans réellement attendre de réponse.
    " Dis Konaha, c'étaient bien des cadavres, hein ? Ces personnes étaient mortes, mais ils ont été ressuscités, ils bougeaient de nouveau, ils respiraient de nouveau.. Ils étaient de nouveau vivants. Tu penses que c'est possible de faire revenir les morts à la vie ? Juste, pour les revoirs une dernière fois, juste.. Pour leurs dire des choses que l'on n'aurait pas pu leurs dire avant. Dis.. Kohana.. " Tournant la tête vers sa coéquipière, il la vit inerte sur son lit.
Aucune réponse.


Elle dormait.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 17:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1497

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Dim 12 Fév 2017 - 22:05


La prisonnière esquissa un sourire avant de se faire projeter contre le mur. Si elle restait fermement silencieuse, voir la colère de la Daimyo de Hi était probablement le seul plaisir qu'il lui restait dans la vie, alors qu'elle se savait très probablement condamnée. Malgré les râles d'agonie qu'elle n'arrivait pas à empêcher, elle demeura muette.

- ...

Alors que le regard d'or fouillait dans son passé, le faible contrôle de la chose que possédait l'Aburame ne lui fit pas voir exactement ce qu'elle aurait voulu. Une enfance calme, une enfant aimée par sa mère et ayant trouvé l'amour dans les bras d'un homme qui était de cinq ans son aîné, répondant au prénom de Rihei. Libérée de la souffrance des insectes attaquant son corps avec virulence, Akemi haletait fortement.

- Vous n'êtes pas meilleure que nous. Même pire.

D'un geste dédaigneux, elle rassembla sa salive pour cracher au visage de la femme en face d'elle...

*****

Avec les soins et le repos, ailleurs dans le palais, Kohana reprenait doucement connaissance et un médecin se précipita pour elle afin de l'obliger à rester au lit.

- Tout va bien. Tout va bien. Calmez-vous, vous êtes parmi les vôtres. Vous... Vous avez utilisé plus de Chakra que vous n'auriez du le faire et ça vous a coûté la conscience. Hélas, vous avez été blessée dans cet état et... Il semblerait que vous ne soyez plus capable de voir, sentir, goûter ou ressentir le toucher. Et... Désolé de vous l'apprendre comme ça, mais je préfère être honnête avec vous. Je ne suis pas sûr que ce soit soignable. Ou plutôt... Je sais que je ne peux le faire, ni aucun médecin ici à Nami. Peut-être qu'avec l'équipement à Konoha...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 933
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Dim 12 Fév 2017 - 22:36




Doucement, Kohana émergea de son inconscience, quelques images floues tirées de ses derniers souvenirs lui rappelaient où elle était, le palais du Daimyô de Nami, le combat contre Akemi et aussi sa défaite... Même si la jeune femme se sentait reprendre conscience elle restait plongée dans le noir, une obscurité omniprésente et inquiétante. Naturellement, l'Hyô s'agita dans son lit, d'un geste du bras incontrôlé elle balaya les objets sur la table à côté de son lit.

» Je.. Je... - paniqua la jeune femme en se redressant.

Tous ses muscles étaient douloureux, mais ce n'était pas le plus préoccupant, elle était aveugle et de plus, elle avait entendu des objets tomber sans pour autant avoir senti les toucher. Soudainement, Kohana sentit une contrainte s'appliquer sur son corps, elle ne savait pas quoi mais quelque chose l'empêchait de se mouvoir.

Puis elle entendit une voix, un homme, qui lui apprit la gravité de son état. Kohana se figea, ses bras tombèrent le long de son corps et elle ferma les yeux.

» C'est... C'est définitif ? - murmura la jônin, qui tentait de retenir ses larmes.

Est-ce le prix de la défaite ? Kohana avait toujours eu pour règle de se tenir comme un shinobi exemplaire, pourtant elle ne put retenir quelques sanglots. C'était la fin, la fin de tout, elle qui s’imaginait devenir une kunoichi reconnue et crainte de ses ennemis, désormais tous ses rêves s'évanouissaient dans les ténèbres, les mêmes ténèbres qu'elle voyait en ouvrant les yeux.

» Laissez moi... - souffla Kohana en tournant la tête. - J'ai essayé de vous tuer... - dit-elle en pensant à sa technique suiton qui visiblement, n'avait eu aucun effet ni sur le palais, ni sur ses adversaires. - Non attendez ! - se reprit la jeune femme en tendant désespérément le bras pour attraper l'homme à son chevet. - Miko-sama ! Comment va-t-elle ?!

Oui... Miko... Qu'est-ce qu'elle devait-être déçue de la piètre prestation de sa Gardienne....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3536
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Dim 12 Fév 2017 - 22:50


Arrêtant le crachat en vol de sa main de metal, l’Aburame utilisa l’élan de son geste pour mettre une torgnole magistrale à la gamine qui souffla un peu de sang au passage. L’important restait qu’elle puisse encore parler. Et si ce n’était plus le cas, elle la garderait en vie jusqu’à ce qu’un médecin puisse prendre le relais. Si Akemi espérait quitter leur monde aussi facilement, elle n’était pas au bout de ses surprises.

    Voyons, voyons.


S’accroupissant à hauteur de la jeune femme, l’Aburame lui sourit chaleureusement avant de continuer.

    Pourquoi faire tant d’effort à ouvrir la bouche si ce n’est pas pour me répondre.


Au sein de son organisme, les insectes s’agitèrent particulièrement violemment, accentuant d’un coup la douleur avant de reprendre lentement leurs affaires macabres. Recueillant de sa main de fer une larme qui venait de couler sur la joue de la jeune fille, l’Aburame l’écrasa entre le pouce et l’index de sa prothèse, continuant d’afficher son sourire chaleureux.

    Pas mieux que vous ? Pire ? Sûrement … Car vois-tu, contrairement à vous, j’ai dans l’idée de te laisser espérer. Sans informations de ta part, je ne te garantirai que trois choses : tu mourras après des jours d’agonie, tes petits amis également … quand à Rihei … le pauvre garçon souffrira probablement le plus. Torturé jusqu’à perdre la raison et persuadé que tu l’auras trahi. Comment suis-je au courant ? Ton passé te trahit bien plus que tes mots Akemi. Cependant, si tu envisages de me faciliter la tâche, de me révéler tout ce que tu sais directement sans que je n’ai à passer des heures à retracer ta petite vie insignifiante, je pourrai me montrer miséricordieuse. Vos plans à toi et les tiens resteraient un échec … Car soyons honnêtes, ils sont condamnés à l’être depuis que nous avons foulé le sol de l’archipel, tout n’est qu’une affaire de jours, et que Nami souffre d’une différence de plus ou moins une centaine de morts de par vos pestes ne changera rien à la finalité … Mais … Vous finirez vos jours ensemble, en prison. Et qui sait même ce que l’avenir nous réserve. Vous pourriez un jour purger vos peines … ou même réussir à vous enfuir.


Petit sourire complice, l’Aburame jaugeait la jeune femme en plongeant son regard dans le sien, ses Dojutsu continuant de chercher la moindre faille dans sa psyché. Oui. Il était simple d’insuffler l’espoir en une personne. Et bien que cet espoir puisse enflammer tout un pays et ses habitants pour un prospérité sans égale, celui-ci pouvait également être notre pire ennemi, capable de nous faire renoncer à nos plus intimes convictions dans la recherche d’un échappatoire, d’une infime chance de pouvoir survivre aux côtés de l’être aimé.

    Que décides-tu Akemi ? Vas-tu m’aider, ou continues-tu de penser bêtement que tu réussiras à protéger tes idéaux en gardant le silence ?


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 498
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Lun 13 Fév 2017 - 0:17

Épuisé de son combat, le jeune garçon s'était assoupi quelques instants sur le lit de l'infirmerie afin de reprendre plus rapidement ses forces. Cependant, de grands bruits d'agitation ainsi que de multiples objets qui se cassaient au sol le réveillèrent de son sommeil. Il pouvait entendre les médecins qui s'agitaient autour du lit avoisinant, là où se trouvait allongée sa coéquipière. Cette dernière semblait s'être réveillée de son inconscience, il pouvait distinguer sa faible voix entre celles des infirmières qui tentaient de la rassurer. Du peu qu'il avait pu comprendre, Kohana se retrouvait handicapée à vie, sans pouvoir voir la lumière du jour, sans pouvoir ressentir la chaleur, sans pouvoir sentir le moindre parfum, il ne lui restait que l'ouïe encore finement aiguisée. Toujours couché sur le côté, le dos en direction de sa partenaire et le visage tourné vers le mur, Yohru demeura silencieux.

Ce n'était pas sa faute, il n'avait rien fait qui puisse causer les blessures de la jeune femme. Il n'avait rien fait pour lui venir en aide, il était simplement resté debout à l'observer tomber à terre. Lorsque les éclairs leur revinrent, il était également incapable de faire quoique ce soit pour contrer l'attaque, subissant lui-même les effets de la foudre. Si elle se trouvait dans une telle situation, c'était seulement à cause de la Daimyô du Feu, elle avait été incapable de les protéger convenablement, son mur était inefficace. Yohru n'avait causé aucun tort, il était même celui qui avait donné le dernier coup à Akemi, il était le héros et celui qui parvint à conclure cet affrontement en une victoire. Si Kohana se trouvait dans cet état, tout n'était que de sa propre faute pour avoir dépensé autant d'énergie jusqu'à s'épuiser elle-même. Elle avait voulu protéger tout le monde, il s'agissait là des conséquences de ses actes, de ses erreurs, de ses faiblesses.

L'écoutant parler de plus en plus fort, il pouvait sentir sa peine à travers sa voix. Le regard blasé dirigé vers le mur blanc de l'infirmerie, il pouvait voir l'ombre de la jeune femme entourée de multiples médecins. Il s'agissait bien de la première fois et sans doute l'une des seules fois qu'il la voyait dans un tel état. Elle paraissait être devenue une personne totalement différente de celle qui l'avait accompagné jusqu'au pays. Il s'était trompé à son sujet, seuls les faibles pleuraient à la vue des autres, elle était une personne faible. Le rouquin sentit une légère colère naître en lui, une colère qui le fit grincer des dents, mais à qui était-elle destinée ? Même dans un état aussi pitoyable, elle continuait à demander où se trouvait Miko. N'avait-elle pas compris qu'elle avait perdu parce qu'elle avait voulu protéger Miko ? Yohru se releva et se mit à bâiller sans aucune retenue, avant de tourner sa tête en direction de sa coéquipière. Elle ne pouvait pas le voir, mais elle pouvait l'entendre, lui et ses exploits qu'elle avait manqués durant son sommeil.
    " Hey ! Tu viens tout juste de te réveiller que tu fais déjà un bruit pas possible, m'enfin bon, je suppose qu'on n'y peut rien.. Tu ne devineras jamais ! S'exclama-t-il avec un large sourire. Juste après que tu aies décidé de dormir, j'ai donné un coup de poing énorme à Akemi ! Je ne mens pas, elle a valsé juste après ! Je peux te dire qu'elle n'a pas pu se relever immédiatement. Héhé, maintenant, tu me dois le respect à moi, le grand Pupille de Miko ! Dorénavant, tu m'appelleras Yohru-senpaï ! Kohana-Kohei ! Et au retour, je veux un voyage confortable ! Maintenant, Miko devrait sans doute être en train de se goinfrer de gâteaux à l'heure qu'il est.. Ça donne envie, des gâteaux.. "
Il jeta un regard autour de lui le temps d'un silence, avant de revenir sur Kohana, le regard innocent et insouciant d'un enfant qui ne semblait plus vraiment souffrir de ses blessures. Ses plaies et ses brûlures n'étaient que superficielles contrairement aux nerfs touchés de la jeune femme. Se tournant en direction des médecins, le jeune garçon leur demanda poliment de la nourriture afin de terminer sa guérison, disait-il. Derrière ce visage, il essayait de les éloigner quelques instants afin de murmurer quelques mots à sa coéquipière.
    " Seuls les faibles pleurent, ça veut dire que t'es une faible — enfin, je suis le plus fort donc il est toujours difficile de m'atteindre, Ha Ha ! ... Rien n'est encore perdu tant que tu es en vie, la véritable défaite, c'est la mort. Si tu veux tant perdre, tu peux mourir, comme une fai-bleeeuh. Les seules faiblesses sont celles que tu te fixes toi-même, murmurait-il tout bas d'une voix à peine perceptible. M'enfin, il te reste l'ouïe pour m'écouter parler, donc tout va bien ! Laisse-moi te raconter ma victoire en détail pour faire passer le temps ! Toute façon, on ne peut plus rien faire pour l'heure, si ce n'est que dormir et manger des gâteaux. Alors profitons ! "
Elle ne devait pas se méprendre, son sort n'affectait en rien le rouquin. Il ne voulait pas parler seul dans son coin, alors il préférait s'adresser à Kohana pour parler du beau temps. Elle avait l'air bien moins agressive, ce qui permettait au rouquin de rester détendu en sa compagnie. Rapidement, il se mit à siffloter un air gai identique à celui qu'il avait chanté lorsqu'il était venu à Nami.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 1497

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Lun 13 Fév 2017 - 0:55


Alors qu'elle se faisait violenter une fois de plus, le coeur de la Nécromancienne se brisa littéralement quand la Daimyo de Hi énonça le nom de Rihei. Inutile de pouvoir voir le temps en ralenti pour comprendre le moment exacte où toute la virulence et toute la hargne de la jeune femme aux cheveux bleus cessa d'être, laissant un semblant de coquille vide mortifiée qui se refusait presque à bouger.

- Vous... Vous mentez... Vous... Impossible. Impossible. Impossible. Nous avions tout organisé. Tout prévu. Tout...

Progressivement elle semblait s'éteindre dans un chagrin trop grand qu'elle puisse le contenir, mais le regard d'or commença une fois de plus à fouiller son passé à la recherche d'informations...

Flashback


D'un salut de la tête, elle salua le Yôgan alors qu'il quittait le palais du Daimyo à sa sortie. Faisant mine de retourner à ses tâches, Akemi profita de la nuit pour griffonner sur un bout de papier quelques informations afin de les enfoncer dans la bouche de sa souris tout juste ranimée pour que cette dernière les portes.

Mot a écrit:
Konoha a mordu l'hameçon. Ils veulent que le pays sache qu'ils viendront dans exactement une semaine. C'est le moment, Kamiko-san.

*****

Rihei
- Tu es sûre de toi ?
- Je... Oui. Oui. Absolument.
- Ce sera encore plus simple... Tu sais ce que tu as à faire. Pour nous... Pour eux. Pour tous.

Soulevant son masque et révélant un visage inconnu et banal, l'homme embrassa la jeune femme tandis qu'elle se lovait dans ses bras.

*****

Un léger sourire s'afficha sur les lèvres d'Akemi alors que le jeune garçon mangeait les deux gâteaux, tandis qu'elle, dans son dos, se souciait d'empoisonner les autres. Quand il alla porter les premières boissons, elle s'empressa de laisser filer une souris nécrotique de plus, équipée d'un mot suivant, avant de rejoindre les deux Daimyos.

Mot a écrit:
Aburame Miko est vraiment là. J'applique le plan comme prévu. Gardez la souris, s'il m'arrive quelque chose je la ferai disparaître. Utilisez-ça comme signal d'alarme pour attaquer. On n'aura peut-être pas l'occasion d'attendre la nuit donc...


Fin Flashback



De retour dans le présent avec ses pensées, l'Aburame pouvait voir qu'Akemi ne semblait pas plus animée qu'avant.

- Tuez-moi. Tuez-moi ! TUEZ-MOI ! Je préfère la mort de vos mains que des siennes. Je ne veux pas... Pitié...

Sur ces quelques mots, elle tenta de toute ses forces d'avaler sa propre langue...

*****

Le médecin hésita à donner quelques gestes de réassurance à la jeune femme mais se ravisa, se rappelant que de toutes façon elle ne les sentirait pas.

- Hi-Daimyo-dono va bien. De même pour Nami-Daimyo-dono. Ne vous inquiétez pas... Vous... Vous n'aviez pas le choix. Essayez de vous reposer. On vous organisera un rapatriement pour Konoha avec l'aide d'Aburame-dono. J'espère sincèrement pour vous que vos médecins seront capables de faire plus que nous. ..

En la saluant, il alla chercher de la nourriture au jeune garçon à sa demande... Et lors de son retour, il l'observa se tenir prêt de la jeune femme, s'approchant rapidement de lui.

- Tu devrais te reposer aussi, tu sais ? Ton amie est vivante, vous aurez tout le temps pour parler plus tard. Tiens, je n'ai réussi à trouver que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 933
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Lun 13 Fév 2017 - 13:56




Donc tout le monde s'en était sorti ? Kohana n'eut pas besoin de demander des nouvelles de Yohru car elle l'entendit parler, probablement qu'il devait être dans la même pièce qu'elle. Quand la jeune femme entendit le son de la voix du garçon, ses muscles se crispèrent, elle n'avait pas du tout besoin ni envie de supporter le pupille de Miko. Pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de l'écouter, et elle aurait préféré être sourde plutôt que d'entendre les propos du gamin.

Alors que Yohru s'approchait d'elle en se pavanant, Kohana tenta de garder son calme, elle bouillonnait déjà de rage à cause de son état mais les paroles du rouquin étaient insupportables et quand il s'approcha d'elle pour lui murmurer d'autres mots, Kohana explosa.

» Espèce de... - siffla l'Hyô...

Dans un mouvement brusque, elle balaya le vide du revers de la main, espérant faucher le visage de Yohru au passage, même si elle ne pouvait le sentir, elle aurait la satisfaction d'entre sa main claquer le garçon. En même temps, elle se redressa, ses yeux dorés grands ouverts pointés dans le vide en direction d'où devait se trouver Yohru.

» Imbécile ! - fulmina la Gardienne. - Tu crois vraiment que c'est le moment de venir faire du zèle ?! Hein ?! Quels mérites tu as ? Celui d'avoir patiemment attendu dans les jupons de Miko ou les miens pendant qu'on te protégeait ? Le mérite d'avoir pu au moins te rendre un minimum utile une fois dans ta vie ? Et encore ! Sans même avoir assisté à la scène, j'imagine que c'est Miko qui a orchestré ton attaque ! - Kohana hurlait, sa voix tremblante sous la colère et la rancœur. - Et tu oses ! Tu oses venir me dire que je suis faible ! Si je m'étais écoutée, je n'aurais jamais utilisé autant d'énergie pour protéger ta sale tignasse rousse, j'aurais évacuée Miko-sama en t'abandonnant au sort que tu mérites, celui du petit garçon stupide et insouciant que tu es ! Et tu viens me faire la leçon ?! A moi !? - s'égosillait la jeune femme. - Tu n'es rien ! Personne ! Un gamin puéril prit en pitié par le Daimyô !

Kohana bouillonnait de l'intérieur, son cœur battait si fort qu'elle pouvait l'entendre résonner dans son crâne.

» Reviens encore une seule fois me manquer de respect ! Et tu verras que même aveugle je peux faire disparaître ton ridicule cadavre avec un claquement de doigts ! La prochaine fois que tu viens me dire que je suis faible, je t'arracherai tes petits yeux pour retrouver la vue avec ! Maintenant dégage ! Toi et tes gâteaux ! Dégagez tous ! - hurlait Kohana en essayant d'attraper tout ce qu'elle pouvait pour le balancer dans la pièce.

Elle voulait être seule.

Si seulement on l'avait écoutée... Elle ne serait pas là, plongée dans le noir pour le restant de ses jours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 498
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Lun 13 Fév 2017 - 15:25

Se raclant une dernière fois la gorge pour se donner les airs d'un grand conteur, le jeune garçon s'apprêtait à raconter ses exploits à sa coéquipière. Il ressentait une profonde fierté dans ses paroles, à travers son timbre de voix, on pouvait deviner qu'il mimait chacune de ses actions. Il n'oublia pas d'exprimer les détails ainsi que la sensation qu'il avait eut durant ces instants, il était naturel pour spectateur de vouloir connaître les sentiments du héros durant sa victoire. Cependant, s'étant trop rapproché de la jeune femme, elle n'hésita pas une seconde à lui donner une gifle qui résonna à travers toute la pièce, faisant retourner tous les médecins et les infirmières aux alentours. Le rouquin était si surpris qu'il ne savait plus quoi répondre. Il avait la gentillesse de partager ses joies avec la pauvre kunoichi, mais celle-ci le remerciait d'une claque avant de hausser la voix.

Elle prononçait des paroles provocatrices miroir de celles qu'avait prononcées Yohru quelques instants plus tôt. Il avait réussi à l'énerver semblerait-il. La perte de sa vue, de son odorat et de son toucher ne l'avait point rendu moins agressive, mais bien au contraire, elle paraissait encore plus furieuse que son comportement habituellement calme. Ce n'était pas aujourd'hui qui allait pouvoir jouer le rôle du plus fort..

Intérieurement, quelque part au fond de lui, il le savait bien. Elle avait sans doute raison, au final, peut-être qu'il aurait mieux valu que ce soit l'enfant qui subisse ces cruelles conséquences. Cependant, il n'avait pas le moindre remords, il avait bien fait de se cacher derrière le mur d'insectes, il était vivant et en bonne forme, il n'avait rien fait de mauvais. Son état à l'heure actuelle en était une preuve, si elle voulait tant que cela rejeter sa colère, qu'elle aille crier sur le dos de l'Abûrame qui avait refusé de prendre la fuite. Bien que, Yohru aurait également refusé. Il serra les dents et donna un grand coup de tête, front contre front vers la jeune femme, ce n'était pas la forme affaiblie de la kunoichi qui allait lui faire peur. Aucune pitié pour les blessés.
    " Espèce de méchante ! T'es jalouse, voilà tout ! J'ai la pure gentillesse de te raconter les détails de ce que tu as loupé — bah oui, quand tu loupes un épisode d'un manga et qu'après tu te sens perdu, je t'aide à tout rattraper, voilà le remerciement ! Je partage avec toi toutes mes belles sensations de victoire ! Tss ! Et voilà que tu veux m'arracher les yeux ! Tu manques de bonnes manières quelques cours avec un professeur — tu verras à quel ces derniers peuvent être barbants. Mouai, mouai, tu m'as protégé, si tu le regrettes, c'est uniquement ta faute ! Disait-il emporté par la colère.
Soudain, il cessa toute parole avant de se rasseoir plus calmement. Il n'aurait sans doute pas dû répondre ainsi, il lui devait bien quelques remerciements, pourtant, il n'avait pas pu s'empêcher de dire ces mots. Elle l'avait provoqué, il l'avait provoqué, à présent que chacun ait relâché sa colère, ils étaient quittes malgré cette étrange sensation qui lui nouait l'estomac. Il s'était fait protéger, mais il s'agissait de la dernière fois qu'il allait se laisser protéger, se jurait-il intérieurement. Pourquoi avait-elle fait cela si c'était pour se morfondre à l'heure qu'il était ? Avait-il était pris en pitié par la Daimyô ? Cela faisait déjà un certain temps qu'il vivait sous son aile, il avait oublié les premières raisons qui l'avaient poussé jusqu'ici. Kohana n'était pas la seule sur les nerfs à présent, Yohru se fichait pas mal de se donner en spectacle devant les docteurs du palais, il serait même prêt à se battre si sa colère continuait à grandir. Néanmoins, son calme revenait.
    "Tsss ! Si ce n'est que la vue qui te manque, j'connais un médecin qui s'appelle Rin, p'têt qu'il saura te replanter deux yeux. — Si on ne trouve aucun donneur, je connais aussi des bonbons qui sont en forme de yeux, ça pourrait peut-être marcher.. Beeeeeuh, faut être optimiste et voir les bons côtés des choses, tu voudrais quelle couleur de yeux ? Ok, ça me concerne pas. "
Il se releva et prit les gâteaux qui lui étaient destinés avant de quitter la salle, aussi bien pour se trouver un coin plus tranquille que pour échapper à la fureur grandissante qui dégageait une aura noir autour de la jeune femme. Les médecins pouvaient tenter de l'arrêter, mais il avait envie de sortir, épuisé de respirer cet air mélangé à l'odeur du désinfectant. Mine de rien, la joue lui picotait un peu également, mais il n'allait pas non le dire devant elle. Il claqua avec violence la porte derrière lui comme pour répondre à ses désirs, il la laissait seule dans le noir se morfondre. Pleure. Il tira la langue en même temps qu'une grimace.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3536
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Mer 15 Fév 2017 - 20:07


Abattant sa main vivement sur la jugulaire de la jeune femme afin qu’elle arrête un moment son cirque, l’Aburame glissa sa main de métal dans sa bouche, vérifiant que ce qu’elle avait tenté de faire n’avait pas été mortel. Quitte à emporter ses secrets dans la tombe, elle aurait pu au moins utiliser une capsule de cyanure ou quelque chose du même acabit. Pour une nécromancienne, il fallait croire qu’elle accordait plus d’importance à la vie que ce qu’elle laissait penser. Laissant la gamine allongée comme une poupée de chiffon tout en ordonnant à ses insectes d’arrêter leur œuvre mais de rester tapis dans son organisme, l’Aburame se détourna d’elle. Elle aurait difficilement d’autres informations … Tapant à la porte de fer pour qu’on lui ouvre, un garde vérifia son identité par la fente et actionna la poignée, ouvrant la cellule.

    Bâillonnez-la et mettez la d’avantage sous fer pour éviter qu’elle se coupe la langue ou tente de se suicider. Elle détient encore des informations qui pourraient nous être utiles. Ne la laissez seule avec personne. Son compagnon risquerait apparemment de s’en prendre à elle.


Donnant ses consignes, l’Aburame commença à remonter les marches menant à la sortie. S’arrêtant à mi-chemin dans les escaliers, Miko se reposa quelques secondes en s’appuyant à moitié sur le mur. Fermant les yeux un moment, elle se sentait partir. Négligeant jusqu’à présent les séquelles que son corps avait connu et continuant à utiliser son chakra dans la cellule, elle subissait la retombée de sa montée d’adrénaline. Respirant profondément, elle posa finalement son pied sur la marche au-dessus, réprimant une grimace. Son corps continuait à subir des contraintes de ses anciennes frasques et surconsommations de drogues militaires. Sans compter les opérations chirurgicales et cette nouvelle manipulation chakratique bien trop différente de ce qu’elle avait connu jusqu’à maintenant. Nouvelle grimace, elle reprit finalement son ascension, réprimant la douleur qui l'envahissait à chaque pas.

* * * * *

Préférant laisser Kohana et Yohru se reposer, elle se laissa guider jusqu’à ses appartements. Elle les verrait bien assez tôt. Demandant un faucon à l’un des Konohajins et de quoi écrire, il ne lui restait plus qu’une chose à faire : prévenir son élève et lui demander son aide. Fort heureusement ce serait une affaire rapidement pliée étant donné qu’elle s’adonnait à cette pratique bien trop souvent et périodiquement à son goût.

Mizuki,

Le palais du Daimyô a été attaqué par plusieurs nécromanciens. Satotsu va bien même si affaibli, Kohana et Yohru restent en vie mais auront sans aucun doute besoin de soins. Ceux ayant provoqué cette peste semblent être les nécromanciens que nous avons affronté avant d’atteindre Kurama, ceux qui ont mis fin aux jours de Munemasa et qui avaient tant bridé les Senritsu. Une chose est sûre : ils nous attendaient… et en surnombre. Sans l’intervention de Kihran -pourtant affecté au laboratoire mobile pour trouver un remède-, et des autres Konohajins, nous n’aurions pas survécu à la deuxième vague.

Nous avons actuellement l’une de leur tête pensante au palais. En fouillant du mieux que je pouvais son passé j’ai pu tirer deux noms : Kamiko et Rihei (qui ne figuraient pas parmi les corps des attaquants). Pour peu que ces informations te servent. Si je t’écris ce courrier c’est que je crains pour la sécurité et la survie des différents Konohajins partis enquêter à travers l’archipel. Les nécromanciens, en plus de paraître nombreux, semblent avoir réussi à faire des préparatifs conséquents et ce sous notre nez. Ils ne sont pas à prendre à la légère.

Des renforts rapides (si possible aériens) seraient préférables. N’hésite pas à aiguiller tes recherches via notre base de données. Évacuer Satotsu et les blessés graves sur le territoire de Hi serait une bonne chose.

Miko


Pliant la lettre, elle y apposa la cire et la confia au volatile. Direction Konoha. Refermant la fenêtre, l’Aburame tremblotante à cause du soudain courant d’air commença à retirer son manteau puis ses autres affaires sur le chemin de la salle d’eau. Retirant son dernier haut avec difficulté, Miko regarda son corps couvert d’hématomes. À certains endroits, la peau portait des marques de brûlures, ailleurs, elle prenait une couleur violacée inquiétante. Actionnant le dispositif de la douche, elle se retrouva enfin dans son plus simple appareil. Regardant à nouveau son corps écorché et couvert de cicatrices dans la grande glace à sa disposition, la Daimyô eut un sourire amer alors qu’elle contemplait dans toute sa splendeur ses multiples échecs.

Prise d’une violente quinte de toux, elle s’appuya des deux mains sur le lavabo, finissant par cracher une gerbe de sang dans l’évier. Actionnant le robinet, elle regarda tourbillonner l’eau rougeâtre un instant avant d’arrêter le jet d’eau. Détachant sa prothèse, elle la posa sur le lavabo afin de la nettoyer plus tard. Une douche puis elle irait se reposer. Elle ne pouvait rien faire de plus dans un tel état de faiblesse. En espérant que les siens n’en pâtissent pas trop. Kihran… Rentrant dans l'habitacle maintenant enfumé, elle tâcha de faire le vide, l’eau chaude coulant sur sa peau la faisant grimacer occasionnellement. Serrant son poing malgré elle, l'Aburame baissa la tête, sa chevelure mouillée encadrant son visage crispé par la frustration. Pourvu qu’ils soient tous sains et saufs...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 498
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Ven 17 Fév 2017 - 13:34

    " Tsss.. C'est pas possible à quel point elle peut tirer une tête effrayante quand elle est de mauvaise humeur. Non, moi aussi, je suis de mauvaise humeur ! Moi aussi, je vais montrer une tête effrayante tiens, à qui osera venir me gêner ! Elle m'a renvoyé, RENVOYÉ alors que je lui racontais mes exploits. À qui vais-je parler maintenant ? Je n'ai plus aucun public, tss.. "
Le jeune garçon s'adossa contre la fenêtre et se mit à observer l'extérieur du palais. Les paysages étaient différents de ceux qu'il avait l'habitude de voir lorsqu'il était au Pays du Feu. Ce n'était point de la verdure qui entourait la demeure, mais de l'eau paisible et calme qui montait jusqu'à recouvrir les rochers, c'était le Pays des Vagues. Il poussa un long soupire tout en contemplant l'extérieur à travers la fenêtre qu'il avait légèrement ouvert. Puis, en repensant à tout ce qu'il s'était passé dans l'infirmerie avec sa coéquipière, il se mit à tirer une nouvelle grimace avant de postillonner dans le vide à l'encontre de la demoiselle. Elle était sans doute seule à l'heure actuelle, mais c'était bien fait pour elle, elle n'avait qu'à pas renvoyer tout le monde. Peut-être pleurait-elle à cause de la solitude ? Des idées improbables se formaient dans l'esprit du rouquin qui riait avec un sourire machiavélique les douleurs de la jeune femme.

Puis, un souffle de vent vint effleurer son visage. Il dévora le gâteau en une bouchée et enchaîna avec le suivant, avant de tous les manger avec fureur. Lorsqu'il eut fini, il se lécha le contour de la bouche avant de tapoter légèrement son ventre. Malheureusement, il n'allait pas avoir d'autres pâtisseries, les autres étaient sans doute empoisonnées de la main d'Akemi. Il la détestait pour avoir manipulé l'enfant, pour la fausse gentillesse qui lui avait permis de se jouer du rouquin, mais aussi pour avoir gâché de la nourriture inutilement avec ses sales pattes empoisonnées. Néanmoins, il devait toujours rester un peu de nourriture au frigo, songeait-il, il était peu probable que toute la cuisine ait été rasée. Quoique, les attaques de Kohana avaient causé tout de même quelques ravages, si les adversaires n'avaient pas absorbé la vague, tout le palais aurait été ruiné.

L'aspirant soupira une nouvelle fois, il finit par se résigner et décida d'aller pardonner sa partenaire, ou plutôt se faire pardonner. Après tout, elle l'avait tout de même protégé à plusieurs reprises, il lui devait bien quelques excuses. Reprenant le chemin en direction de la chambre de l'infirmerie, il s'arrêta brusquement. Pourquoi serait-ce à lui de faire le premier pas, elle avait elle-même des excuses à fournir pour lui avoir crié dessus. Puis, ce n'était pas dans son caractère que de se montrer aussi aimable. Seulement, il n'avait pas envie de garder un goût amer en bouche, il n'avait pas envie de lui être redevable. Même s'il ne pouvait pas rembourser sa dette, il pouvait au moins s'excuser, alors il le fera afin d'apaiser son esprit, afin de se satisfaire lui-même.

Marchant sur la pointe des pieds, il ouvrit doucement la porte pour éviter d'alerter la jeune femme, bien qu'elle avait tout de même l'ouïe finement aiguisée. Plus aucun médecin ni aucune infirmière ne semblait être là, cela faisait plusieurs minutes déjà que le rouquin avait quitté la salle. Kohana avait pu reprendre son calme, à moins que sa colère soit trop importante pour descendre après tant de temps passé seule dans la chambre. Cela importait peu, puisque Yohru revenait pour la remettre de bonnes humeur. Il se rapprochait tout doucement, lentement, avec délicatesse et discrétion, jusqu'à la seule silhouette présente dans la pièce, Kohana. Il avait lut une fois un livre d'images, où à la fin de l'histoire le jeune homme donnait un bisou à la jeune femme et celle-ci semblait fort heureuse. Le pupille n'avait encore jamais fait cela à qui que ce soit — ce n'était pas à Miko qu'il allait faire ça, alors c'était la bonne occasion pour essayer. D'un bond, il lui arriva dessus avec la bouche entourée des restes de miettes de gâteaux.
    " Kohana, un BISOOOOOOU pour notre amoooooouuur "
Avec également un peu de bave pour son manque d'expérience dans cette matière, mais il s'agissait clairement d'un acte de bonne volonté.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 933
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Dim 19 Fév 2017 - 15:43



Les médecins tentèrent en vain de calmer la kunoichi qui continuait de gesticuler en balançant tout ce qu'elle pouvait attraper. Elle tenta même de sortir de son lit pour se battre avec un infirmier qui essayait de la contraindre à se recoucher. Face à la colère grandissante de la blessée, le personnel médical se retira de la chambre, laissant alors la jeune femme seule.

Il fallut de longues minutes à Kohana pour retrouver son calme, dans son crâne raisonnaient encore les propos blessants de rouquin ce qui ne faisait qu'attiser la colère de l'Hyô. Tout aurait pu être si différent, elle en vint même à se demander si elle avait un jour eu sa place aux côtés de Miko. Kohana le savait, elle s'était révélée être d'une bien piètre utilité durant le combat contre les nécromants et probablement qu'elle devait sa survie à ses équipiers même si elle aurait préféré mourir plutôt que de terminer dans son état actuel.

Allongée dans son lit, la jônin réalisait la gravité de son cas. Ne rien pouvoir sentir au toucher était une sensation horrible, probablement pire que d'être aveugle. Les yeux grands ouverts et fixés vers le plafond d'un air livide, Kohana pouvait au moins profiter d'une ouïe extrêmement plus sensible, c'était bien plus simple de se concentrer sur un sens quand il ne restait que celui là.

Après un petit moment, la Gardienne entendit la porte s'ouvrir et une personne entrer en toute discrétion. Pendant quelques secondes Kohana entendit son cœur s'emballer, une nouvelle attaque ? Quelqu'un venait peut-être terminer le travail. La jeune femme se redressa avec un air craintif affiché sur le visage.

C'est alors que la voix juvénile de Yohru lui déchira les tympans, avec une grimace Kohana se pencha en arrière en mettant ses mains en avant dans le but de bloquer le garçon qui semblait s'approcher dangereusement.

» Mais qu'est-ce que !... - souffla la jeune femme qui faillit tomber de son lit. - Arrête ça espèce d'idiot ! - lança-t-elle en balayant du bras le vide devant elle.

Un bisou ? Était-il sérieux... Après tout, il restait un garçon d'une dizaine d'années, il ne devait pas comprendre les sentiments de la jeune femme qui était passée de kunoichi prometteuse à simple handicapée qui n'allait plus rien faire de sa vie à part vivre dans l'obscurité totale.

» Ne sois pas bête, de toute façon je ne pourrais pas le sentir même si j'étais d'accord... - dit la jeune femme.

Le ton agressif de Kohana trahissait toute l'animosité qu'elle ressentait pour le pupille. Elle n'était pas prête d'oublier et si par miracle elle parvenait à récupérer la vue, elle n'oublierait pas de lui administrer la correction qu'il mérite.

» Qu'est-ce que tu veux Yohru ? - demanda vivement l'Hyô.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 498
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Lun 20 Fév 2017 - 17:20

Rrôlant de justesse le bras de la jeune femme qui balaya le vide, le rouquin tomba légèrement sur le côté, avant de se redresser. Cette dernière semblait toujours de très mauvaise humeur, toujours aussi brutale dans ses faits et gestes, alors qu'elle était blessée et qu'elle méritait du repos dans son lit. Cependant, elle ne semblait pas entrain à se coucher sagement et pour l'une des rares fois, le pupille avait été très raisonnable en restant allongé dans ses couvertures. Bien qu'il était d'avantage forcé par fatigue et l'envie de ne plus rien faire, seulement il fallut le réveilelr. Grommelant quelques instants dans sa barbe, Yohru se mit à la fixer avec une certaine curiosité sa partenaire. Il était vrai qu'il avait oublié ce léger détail lorsqu'il donna son baiser, cette dernière ne pouvait rien ressentir. Bien qu'il avait du mal à comprendre ce qu'elle était supposée ressentir en recevant le baiser d'un autre, après tout personne, ne l'avait jamais embrassé pour qu'il puisse comprendre ce genre de chose.
    " Heeeeeee. Ça ne te fait pas plaisir ? J'avais vu ça une fois, dans un livre d'images. À la fin, le prince fait un bisou à la princesse, et la princesse avait l'air super contente. Bon, ne va pas croire que je viens pour m'excuser ou quoique ce soit d'autre hein, je n'ai rien à me reprocher ! Bien que bizarrement, tu n'as pas vraiment l'air contente, tu as l'air.. très.. en colère ? Mon expérience ne semble pas avoir réussi.
C'était sa première fois et cela semblait être un échec, son interlocutrice était toujours aussi énervée. Il ferait mieux de laisser tomber ses capacités à embrasser quelqu'un et plutôt songer à quelque chose d'autre. Cette dernière semblait même prête à arracher les deux yeux au rouquin. Il avait l'intime sentiment que si jamais elle récupérait la vue, il sera le premier à subir les conséquences. Connaissant sa grande vague dévastatrice, il préférait éviter de tenter le diable, après tout, il n'avait aucune envie de mourir de sa main. Il revenait justement pour faire la paix et pour sympathiser, elle pouvait se montrer plus coopérante. Cependant, il était hors de question qu'il l'avoue face à elle. Comment obtiendra-t-il son respect s'il se mettait à s'excuser le premier ?
    " Ce que je veux ? J'm'ennuie. Alors par ma grande gentillesse, je suis venu te tenir compagnie. Viens jouer avec moi ou écoute moi simplement parler. Je peux te réciter ma vie, si tu veux ? Seulement à partir de mon arrivée au village cependant. N'est-ce pas génial ? Tant de gentillesse en moi. Mh.. Dis dis, si tu ne ressens plus le toucher, ça veut dire que si je te frappe, tu n'auras pas mal ? Dis dis, si tu ne ressens pas le toucher, tu as chaud ou tu as froid ? Dis dis, si tu ne vois plus rien, c'est le noir qui t'entoure ? Dis dis, si tu ne sens plus rien, les gâteaux ne t'intéressent plus ? Je peux prendre ta part..? D'accord, d'accord. Essaie de voir le médecin que je t'ai conseillé, il est quelqu'un de très calme et si cela se trouve, il saura aussi apaiser ta colère. Haha. C'est important pour toi d'avoir tous tes sens ? C'est important pour toi d'être une kunoichi ? Toute façon, même si tu ne protèges pas Mamiko, elle saura se défendre toute seule. " Disait-il tout en tirant discrètement la langue.
Puis, un silence s'installa entre les deux personnages. Soudain, un souvenir du livre d'images resurgit dans la mémoire du rouquin. Il se souvint que le prince n'embrassait pas la joue de la princesse, mais bien.. Il s'agissait sans doute du remède magique songeait-il, il devait essayer, peut-être que quelque chose se produira. Il ignorait ce qu'il pouvait se passer, mais c'est seulement en essayant qu'il allait le savoir, n'était-ce pas là tout l'intérêt ? Souriant avec un grand sourire, il se tourna vers la jeune femme.
    " J'm'en souviens, le prince n'embrassait pas la joue de la princesse, mais sa bouche ! Oooh ! " Disait-il en rapprochant son visage.


Dernière édition par Yohru le Jeu 4 Mai 2017 - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 933
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Lun 20 Fév 2017 - 19:47




» Yohru... Tu m'énerves avec tes questions... - souffla la jônin, fatiguée. - Tu ne penses pas que j'ai assez souffert ? Je veux du calme, du repoooooOOOOH !

Kohana eut un sursaut en entendant le garçon sous entendre qu'il allait l'embrasser sur la bouche comme l'aurait fait un prince de contes de fées. L'Hyô recula jusqu'à se blottir contre le mur, les bras en avant comme un ultime rempart entre elle et le rouquin.

» Si tu me touches je te tue ! - siffla la Gardienne. - Non franchement recule sinon sa va mal finir... - menaça Kohana.

A sa façon, Yohru essayait de se montrer gentil, peut-être qu'il regrettait la scène de tout à l'heure et ses propos injurieux pour la kunoichi. Mais Kohana n'était pas d'humeur à se montrer chaleureuse et amicale, elle voulait vraiment être seule, le temps de réfléchir et de réaliser sa situation. Elle avait vraiment hâte de rentrer à Konoha et elle se demandait pourquoi Miko n'était pas encore venue la voir.

» S'il te plait Yohru, laisse moi un peu tranquille, si tu veux tu peux retourner à ton lit mais en silence, j'aimerais juste ... Respirer un peu d'accord ? - demanda Kohana qui essayait tant bien que mal de se remettre dans son lit.

La jeune femme s'allongea alors et se retourna, dos au pupille comme pour clore définitivement la discussion.

» Va te reposer Yohru. - dit la kunoichi, les yeux fermés.

Il ne lui restait plus qu'à dormir, en espérant être à Konoha à son réveil et que tout ça ne soit qu'un mauvais rêve. C'était étrange, elle ne se souvenait même s'être proposée pour cette mission, comme si elle n'avait pas eu d'autres choix que d'être ici. Mais bon, c'était sûrement une perte de mémoire dû à l'électrocution et à son coma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 498
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Groupe 1 - L'ordre des choses Mer 22 Fév 2017 - 10:27

Le jeune garçon demeura stupéfait face à la réaction incompréhensible de sa coéquipière. Elle ne voulait pas être consolée par un charmant baiser d'amour ? Elle n'avait pas de cœur pour menacer ainsi le pauvre rouquin qui lui proposait sa compassion par simple esprit de camaraderie ou par simple envie de compagnie. Bien que malgré tout, ce dernier trouvait la situation plutôt drôle, il ne put s'empêcher de pousser quelques rires moqueurs. C'était la première fois qu'il voyait la jeune femme réagir de la sorte, la froideur de Kohana faisait comme un effet de surprise et de ridicule. Il s'agissait aux yeux de Yohru d'un simple petit bisou comme dans ses livres d'images, nullement besoin de reculer autant jusqu'à se coller au mur. Juste pour voir la suite de la réaction de sa partenaire, il avait bien envie de continuer, mais cette dernière ne semblait vraiment pas d'humeur à s'amuser. Sa colère se ressentait toujours à travers sa voix, le pupille finit par se résigner à la laisser tranquille. Il se releva et retourna dans son propre lit juste à côté.
    " D'accord, d'accord. Tsss.. T'es vraiment pas très drôle. "
Une fois allongé sur ses couvertures, il se mit à fixer avec insistance le dos de la kunoichi comme s'il attendait une réaction de sa part, afin d’engager une discussion pour mettre à terme au silence perturbant de la pièce. Cependant, il n'eut aucune réponse, alors il se retourna vers le mur et commença à fixer celui-ci avec acharnement. Peut-être s’était-elle endormie ? Ou peut-être faisait-elle semblant de dormir afin d’ignorer le jeune garçon ? Si tel était le cas, alors ce dernier se sentait fortement vexé par sa froideur de glace. Devait-il aller vérifier pour connaître sa réponse ? Cela lui donnait une bonne excuse pour la réveiller, mais sera-t-elle de mauvaise humeur ? Il était très peu probable, qui n’aimerait pas voir une petite mèche rousse telle que celle de Yohru lors de son réveil ? Il s’agissait d’un acte de bonheur après tout, alors elle en sera très certainement heureuse et peut-être même de bonne humeur pour accompagner l’enfant s’amuser dans le palais. Seulement, il était impossible que ce genre de scénario devienne une réalité, elle était bien trop énervée par tous ces évènements qui s’enchaînent sans pitié contre elle pour retrouver le sourire si facilement.

Après plusieurs instants passés dans une position allongée à gesticuler dans tous les sens dans son lit, le jeune garçon finit par se décider à se relever. S’il n’était pas d’humeur à dormir, ce n’était pas en se forçant qu’il allait y parvenir. Puis l’ambiance lugubre de la pièce le mettait mal à l’aise, il aurait tant aimé engager une conversation pour mettre à terme à cette atmosphère déplaisante. Malheureusement, pas une âme gracieuse n’accepta de parler avec le rouquin. Il prit garde de ne pas réveiller la jeune femme qui demeurait toujours immobile dans son lit, peut-être était-elle morte ? Il s’agissait de sa faute, elle n’avait qu’à parler avec Yohru, mais elle dormait très certainement. Quittant la chambre sans bruit, lorsqu’il fut à l’extérieur, il sentit l’air frais l’enivrer d’une terrible douceur. Il s’était libéré de la pesanteur de la salle de l’infirmerie, il allait pouvoir se promener dans le palais afin de faire passer le temps. Peut-être qu’avec un peu de chances, il pourra rencontrer un garde qui accepterait de discuter avec lui. Il pourra alors raconter sa magnifique victoire à un public. Marchant tranquillement dans les couloirs, il observait les alentours, se demandant où pouvait bien être Miko. Peut-être pourrait-il la retrouver afin de s’amuser avec elle ? Où se trouvait le Daimyô des Vagues ? Peut-être pourrait-il le chercher afin de s’amuser avec lui également. Il semblait bien l’apprécier, alors il allait sans nul doute accepter par sa grande gentillesse. Cependant, l’épuisement de son corps se faisait peu à peu plus ressentir, Yohru décida alors de faire une légère pause contre la fenêtre tout en regardant les paysages. 
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Groupe 1 - L'ordre des choses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Nami no Kuni-