N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Transportons des caisses [Pv Akio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 93
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Transportons des caisses [Pv Akio] Jeu 25 Mai 2017 - 21:54


Ça, c’était bas ! Je n’allais pas utiliser mes techniques claniques contre un imbécile de civil quand même ! Je fis volte-face et pointa Rinkyu du doigt, la mine faussement contrariée.

« C’était un civil tu sais qu’on n’a pas le droit de les attaquer sérieusement ! Toi par contre, je ne me retiendrai pas ! »

Sur cette petite taquinerie, nous nous rendions donc au fameux terrain d’entraînement où j’avais l’habitude de me rendre, à seulement quelques minutes de chez moi. Autant que j’y avais donc mes petites habitudes depuis mon arrivée à Kiri. Enfin bref, aussitôt au centre du terrain vague, le Kaguya se mit en position. Ses yeux mi-clos montraient à quel point il était concentré sur l’affrontement qui allait suivre.

Ma feinte avait bien servi, il s’était préparé à bloquer mon poing grâce à son avant-bras, mais avait du coup relâcher son attention sur le reste de mon action. Ma jambe faucha donc la sienne, le faisant basculé sur le côté, dans sa chute, mon coude partit en direction de sa tempe. Seulement le brun choisit de se baisser totalement pour l’éviter et roula au sol, se retrouvant sur le côté. Mon coup de pied le frôla sans réellement l’atteindre. Je n’étais pas spécialement étonné, même si je ne négligeai pas mon entraînement au corps-à-corps, ce dernier faisait entièrement partie des compétences de Rinkyu, mais justement ça me permettait de voir jusqu’où je pouvais rivaliser.

Mon regard croisa celui du manipulateur d’os et un sourire de défi étira mes lèvres. Soudainement il tourna sur lui-même, se baissant légèrement pour tenter de me faucher les jambes comme je l’avais fait il y a un instant. Seulement j’avais bien eu le temps de voir l’attaque venir pour le coup, d’un saut j’esquivai sa première attaque. Mais je n’avais pas prévu la seconde. Son pied frappa violemment mon abdomen, m’envoyant valser. Je profitai d’être un peu en flottement pour faire quelques signes. Alors que mon dos allait s’écraser au sol, une dizaine de plumes chakratiques particulièrement tranchantes foncèrent rapidement sur lui.

D’une roulade, je me remettais sur mes pieds, grimaçant sous la douleur de son attaque. Composant d’autres signes, j’invoquai une grande lance de plumes aussi solide qu’une normale grâce au chakra qui la traversait, mesurant deux mètres. Je m’approchai de lui en la faisant tournoyer, donnant des coups aléatoires, je visai plusieurs endroits différents, son buste et ses jambes, à trois reprises.


Dernière édition par Kosobayui Akio le Mar 27 Juin 2017 - 14:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 156
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Transportons des caisses [Pv Akio] Sam 3 Juin 2017 - 20:20

Le combat avait commencé et bien évidemment, les coups allaient dans tous les sens. Entre les coups-de-pied et les coups-de-poing, on avait de quoi avoir une ambiance mouvementée, assez en tout cas pour se réjouir le peu de temps qu’il nous restait ensemble. Après cette journée de travail acharnée et riche en rebondissements, il fallait un peu dépenser physiquement, pour pouvoir rentrer à la maison avec un esprit léger. Combattants, c’était en échangeant des coups violents de façon répétitive que nous allions arriver à nos fins. Akio était tenace, solide et hargneux, malgré le fait qu’il ne fut pas d’un clan spécialisé dans le Taïjutsu. Son niveau à lui était particulièrement bon et il était agréable d’échanger des coups avec une personne aussi robuste. Je n’avais pas besoin de retenir mes coups, ce qui me changeait des cas fréquents.

Un sourire s’étira sur mes lèvres, quand le succès de ma deuxième attaque ne fit plus l’ombre d’aucun doute. Le Kosobayui voltigeait encore assez loin, quand il exécuta des mudras dans les airs. Ces utilisateurs du Ninjutsu ne manquaient pas d’avoir de quoi me vexer. Une fois qu’on les lâchait une seconde, ils en tiraient profit pour attaquer encore et encore. L’avantage tout au moins était bien que je voyais l’attaque venir à moi, même si sa vitesse était loin d’être médiocre. Dans un déplacement rapide sur la droite, j’évitai tout ça, avant de foncer droit sur mon assaillant.

Comme s’il avait prévu un contact futur, il matérialisa une lance assez solide qu’il envoya sur moi à plusieurs reprises, pour tenter de me frapper. Malgré ma volonté, l’os que j’avais généré de mon bras pour parer l’offensive adverse, se brisa sous la puissance du chakra du garçon aux cheveux orangés. Son coup vif me prit en plein bras, me communiquant une douleur assez importante, et elle ne fut que la première d’une longue série. Les attaques se poursuivirent et certaines arrivèrent à m’atteindre en dépit des autres. Mais à son dernier coup qui visait mes jambes, je fis un léger bond pour me stabiliser sur la lance ennemie, avant de prendre appui sur cette dernière pour immobiliser les bras adverses.

Deux coups-de-poing successifs se précipitèrent vers son nez, après quoi, si cela avait marché, j’allais profiter du léger étourdissement pour lui asséner un coup-de-pied directement sur ta tempe droite. Déstabiliser pour mieux attaquer, un enchaînement que j’avais bien sûr appris avec de l’entraînement, beaucoup d’entraînement. Maintenant, j’allais tout simplement les mettre en application, du mieux que j’aurais pu.

Cela fait, je fis un bond arrière, lançant de ce fait quelques Shurikens dans la direction du jeune Shinobi. Une fois à bonne distance, j’atterris au loin. Le bilan de mon état était mauvais. J’avais des douleurs au bras droit, quelques douleurs aux jambes également, ce qui promettait de me ralentir dans mes prochains mouvements. Tsh… Il savait où frapper le saligaud. Malheureusement, la plupart de mes techniques étaient des attaques létales. Mais bon, j’allais au moins arrondir les extrémités des os, pour privilégier avant tout la douleur et non la blessure. De ce fait, je me mis en garde, avant de courir à nouveau dans sa direction. Des plaquettes d’os jaillirent de mon corps, pour me protéger maintenant des futures attaques qu’il allait me lancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 93
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Transportons des caisses [Pv Akio] Mar 27 Juin 2017 - 18:34


Tout ça me rappelait mes longues journées d’entraînement avec mon défunt père. Elles avaient débuté lorsqu’il avait su que des sales gosses de mon âge s’en prenaient à moi à cause de mes origines. Puisque je parvenais tout de même à me défendre tout seul, je n’en avais jamais parlé, mais par pur hasard, l’information était arrivée à ses oreilles. Le mystère des bleus que je dissimulais comme je le pouvais avait été révélé, et mon père s’était mis à me donner des cours de taïjutsu. Autant dire que contre une bande de gamins sans cervelles, ils m’avaient bien servi.

C’était l’une des raisons pour laquelle j’aimais me battre, en mémoire de mon père qui avait su montrer qu’un Kosobayui pouvait tout autant être redoutable au corps-à-corps qu’un autre. Malheureusement suite à sa mort, je ne pus continuer sur cette voie et adoptais le style de ma mère, qui me plaisait tout autant, attention ! J’aurai simplement aimé pouvoir combiner les deux à la perfection.

Cependant, bien que n’étant pas mon domaine, j’avais conservé un niveau plutôt pas mal. Le combat acharné mais demeurant amical que je poursuivais avec Rinkyu en témoignait. À en juger par le sourire qui fendait ses lèvres, nous pensions la même chose. Le voyant venir après avoir esquiver ma rafale de plumes, je ne tardai pas à matérialiser ma fameuse lance. Juste au moment où il fut assez proche de moi pour que je puisse l’atteindre de mon arme, j’abattais cette dernière sur l’un de ses bras. Le brun eut le bon réflexe de créer une protection d’os, mais l’impact fut si violent qu’elle se brisa en petits morceaux, atteignant son membre.

Ne comptant pas m’arrêter là, mes assauts continuaient, j’arrivais à le toucher à plusieurs reprises mais le Kaguya commençait à lire dans mes mouvements et parvenait à esquiver de plus en plus d’attaques. On ne pouvait pas ignorer son expérience, moi-même aurait certainement eu du mal à parer un enchaînement d’offensive de ce style. Mais je l’avais tout de même mis à mal. Dans un dernier essai, je visai alors ses jambes, mais contre toute attente, il sauta sur ma lance, son poids sur celle-ci m’empêchant évidemment de la relever, j’étais coincé.

Au moment où je relâchai donc mon emprise sur mon arme, je senti une vive douleur dans mon nez, suivit d’une autre tout aussi déstabilisante. Le nez était l’endroit où frapper si on voulait empêcher une riposte rapide, rien d’étonnant à ce qu’il le sache. Grimaçant et poussant un gémissement de douleur, je plaquai mes mains sur mon nez sanguinolent, faisant inconsciemment quelques pas en arrière, légèrement penché en avant. Aucune retenue chez ce mec ! J’eu à peine le temps de parer son coup de pied de mon avant-bras, il n’atteignit pas ma tempe mais j’aurai juré qu’il m’avait touché plus derrière l’oreille, je vous aie dit que je voyais flou à présent ?

Posant un genou à terre, je ne vis pas d’autres attaques venir dans ma direction, au lieu de ça, Rinkyu fit un bond en arrière, non sans m’envoyer des kunaïs, le salaud. J’esquivai maladroitement en roulant sur le côté, l’une des lames en métal frôla mon mollet droit un picotement se fit sentir. Mon assaillant avait profité de la diversion pour mettre une bonne distance entre nous, ma lance gisant dans l’herbe entre nous. J’entendis le bruit caractéristique des os sortant du corps du Kaguya, et l’aperçut courir vers moi, toujours sonné. D’un mudra, j’appelai les plumes de ma lance à se diriger vers lui. Seulement je n’avais pas concentré mon chakra comme la dernière fois, le chakra les parcourant était plus faible et par conséquent, elle ne ferait que des entailles sans grandes importances, histoire de gêner sa course. Pendant que je m’affalai de tout mon long dans l’herbe fraîche, tient, le soleil s’était fait la malle d’ailleurs, le ciel avait une couleur rosée, signe qu’il ferait bientôt nuit.

Mon nez avait cessé de saigner mais l’une de mes manches étaient maculée d’un flux rouge. Son dernier coup troublait toujours ma vision, le ciel vacillait un peu, j’avais l’impression d’avoir sniffer quelque chose, non pas que j’ai déjà tenter l’expérience hein.

« J’vois flou purée... Comme si j’avais fini une bouteille de saké... Bon t’as gagné, mais t’es dans un bel état, rien que pour ça j’suis fier ! »

Je riais légèrement avant de retourner mon attention sur le dôme bleuté au-dessus de ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 156
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Transportons des caisses [Pv Akio] Jeu 6 Juil 2017 - 15:16

La souffrance était une science, et la douleur corporelle un art. Et quand elles étaient ressenties sur l’intégralité de mon corps, je me sentais plus apte à poursuivre le combat. Bien évidemment, il était étrange de savourer de tels moments. Mais pour ma part c’était un rite, une phase obligatoire qui conduisait à une certaine satisfaction. Lors de mon offensive, j’ai été surpris de l’atteindre quelques fois, connaissant sa solidité, et sa hargne en ce qui concernait les combats. Peut-être commençait-il à fatiguer. Pour ma part, c’était le chakra qui commençait à faire défaut. Chacun ses soucis disait-on…

Mais malgré cela, mon corps pouvait toujours aussi bien se mouvoir pour attaquer, et le sien utiliser des Jutsus, mêmes mineurs. Le Kunai qui lui était destiné, avait loupé de justesse le point de collision prévu. Mais en dépit de cela, je sentais mon compagnon fatigué et presque à bout. Me précipitant toutefois dans sa direction, générant les os autour de mon corps, je me réjouissais bien de la victoire qui m’était à portée de main.

Seulement, alors même que ma confiance avait atteint son paroxysme et que ma méfiance s’était rabaissée au plus bas niveau, plusieurs plumes tranchantes fondirent sur moi, dans l’optique de me perforer le corps à plusieurs endroits. Le temps de m’en rendre réellement compte, l’attaque n’était déjà plus très loin de m’atteindre.

-Merde…

Mes os immaculés jaillirent de mes muscles, pour se refermer sur ma tête, mes membres ainsi que mon torse. Malheureusement, avant même que tout ne se referme totalement, trois plumes pénétrèrent ma chair au niveau de la cuisse droite, me faisant de ce fait perdre mon équilibre, et tomber en roulant brusquement jusqu’à ce que je sois à mon tour allongé auprès de mon compagnon de combat. Grimaçant l’expression d’une douleur importante, je haletai grandement, le visage remplit de sueur. Le silence fut alors brisé par mon compagnon du jour, avouant à ce moment-là sa défaite. Il avait certainement bien fait, parce que la seconde où j’aurais récupéré un peu de forces, je me serais relevé pour lui asséner quelques coups de poing.

-Ces plumes sont réellement gênantes… je m’en rappellerai longtemps.

Après avoir su reprendre mes esprits, un sourire se dessina sur mes lèvres, alors même que depuis le sol, j’observai le ciel panoramique, dont les couleurs variaient entre le bleu nuit et l’orangé du crépuscule. Un spectacle qui détendait bien, après avoir fait tant souffrir mes muscles. Après les caisses, puis le petit combat, et enfin cette séance d’entraînement, je pouvais bien dire que la journée avait été très animée. Bien qu’elle semblât assez ennuyante et répétitive dans les premiers instants, la suite des évènements avait réellement été inattendue.

-Cela faisait bien longtemps que je ne m’étais plus amusé comme cela. Quand on a autant de responsabilités sur les épaules, autant de choses à faire, il n’est malheureusement pas aisé de trouver du temps pour se détendre. Mais aujourd’hui, maintenant, je suis totalement détendu… Même si j’ai la jambe en feu.

Nos blessures étaient légères, mais suffisamment importantes pour me clouer au sol quelques secondes. Toutefois, le temps de rentrer approchait à grand pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Transportons des caisses [Pv Akio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Centre Ville-