N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Repartez dans l'ombre. VOUS NE PASSEREZ PAS ! [Pv Natsuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Emissaire de Maskine
Messages : 1728
Rang : S

Message(#) Sujet: Repartez dans l'ombre. VOUS NE PASSEREZ PAS ! [Pv Natsuki] Jeu 9 Mar 2017 - 22:28

    Réveil matin quinze heure, je me réveille comme une fleur, marguerite dans le macadame a besoin d'un doliprane, réveil matin quinze heure je me réveille comme une fleur, ça va Spouki (mon doudou) bien dormit ? Pas de réponse, tant pis ! Putain Spouki c'est pas croyable c'est toi qui a fini les céréales ? Comment vais-je faire sans mes Captain Yukulélé ? La vie a-t-elle un sens sans ces céréales ? La vie a-t-elle un sens déjà ? Je ne sais pas, je ne sais plus ? Suis-je un homme ? Une entité ? Un être ? L'allégorie de la vie ? Démonstration fugace de mère nature ? Ou bien ne serais-je en réalité qu'un songe, qu'une virgule dans le silence éternel de ces espaces infinis (Merci Blaise Pascal, fréro on t'oublies pas t'inquiètes sisi).

    Enfin tout ça pour dire que tel un boxeur montant sur le ring, je me prépare moi aussi à mon petit effort personnel, à savoir me rendre jusqu'au supermarché. Sauf que dans mon cas on ne parle plus de Mohamed Ali (Un boxeur peu connu perdu dans l'histoire d'un pays se trouvant au nord de Tsuchi) mais de Mohammed Aldi (créateur d'une marque de supermarché!). Alors bien entendu je vol comme un papillon et pique comme une abeille en criant un gros « Maya », cri de guerre résultant d'un mix entre Manger et Hayaaaah ! Mais que ne ferais-je pas pour cette petite douceur du petit déjeuner, mes captain Yukulélé. Car après tout un interprète aux tonalités parfois hasardeuses chantait quelque chose comme : Il est où le bonheur, il est où ? Et bien dans mon bol tout les matins, c'est facile pardi !

    Après de longues minutes, me voilà devant l'enseigne du paradis, qui a ouvert un camping (camping paradis) non loin de là, ça n'a plus grand chose à voir avec notre histoire mais je tenais à le noter. Je pénètre dans l'antre de la bête, les portes s'ouvrent pour laisser passer le consommateur que je suis, elles savent que je pèse dans le game c'est pour cela qu'elles s'ouvrent d'elles-mêmes. A moins que ce soit parce qu'elles sont automatiques, ça peut potentiellement jouer dans l'équation. Me voilà, faisant irruption quelques secondes plus tard dans le rayon que l'on nommera pour le style « estanterías de felicidad », parce que oui tout est plus beau en espagnol, y'a ce petit côté touffu, ce côté Pedro, rodriguo, ce côté Sanchez Paella corazon tequilla salsa un dos tres Manu Chao.

    Me voilà enfin devant le Saint Graal, ma boite de céréales captain Yukulélé, en plus il n'en reste plus qu'une. Une boite pour les gouverner tous, une boite pour les trouver, une boite pour les amener tous et dans le lait les lier. Je tends la main afin de saisir le fruit défendu, l'ambroisie, le nectar divin mais voilà qu'un individu odieux, abjecte, un gueux, un félon, un sous-bassement de déjection, un faquin, un butor décide de poser la main sur ce paquet en même temps que moi.

    Je tourne les yeux vers l'individu, le fixant du regard, il va certainement me rendre ce regard dans un instant, et nous le saurons tout deux à cet instant précis, que cette situation ne se démêlera qu'en croisant nos idéaux, nos âmes et peut-être même le fer. Le monde brûlera avant que l'un de nous ne cède du terrain sur son adversaire, mais au bout du compte, avec le cœur, la foi et le fer. A la fin il ne peut en rester qu'un ! (Highlander).

      « Bonjour cher Monsieur, je suis un gentil garçon qui ne peut vivre sans son paquet de céréales captain Yukulélé, pouvez vous me le laisser s'il vous plaît ? »


    Je venais de faire pression afin d'ébrécher l'armure recouvrant son coeur froid et vide en utilisant ma technique secrète les yeux du chat potté couplé avec mon aptitude Yamanaka, je venais de glisser le mot « don et charité » dans son esprit afin de l'influencer en lui donnant cet ordre (like inception), aucun doute que cela fonctionnerait ici. Mais dans le doute je n'avais toujours pas ôté ma main du paquet !

    And here we are, we're the princes of the universe. Here we belong, fighting for survival, we've come to be the rulers of your world. I am immortal, i have inside me blood of kings. I have no rival, no man can be my equal, Take me to the future of your world ! (Bonus)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1594
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Repartez dans l'ombre. VOUS NE PASSEREZ PAS ! [Pv Natsuki] Ven 10 Mar 2017 - 11:58

Attention ! Il s'agit aujourd'hui d'un épisode fan-made de la série, destiné à contenter un public qui attend depuis trop longtemps la suite des aventures de Natsuki Nara. De par sa nature, certains comportements, certaines réactions, certains contenus pourront ne pas coller avec l’œuvre originale, voire la prendre complètement à rebrousse poil. Merci donc de débrancher votre cerveau avant d'assister à la suite, et de ne jamais considérer dans un débat avec des puristes les faits qui suivront comme étant partie intégrante de la saga – qui est à l'histoire principale ce que Dragon Ball GT est à Dragon Ball Z.

Lorsque je me lève le matin, il est déjà deux heures de l'après midi, et j'ai mal dormi. Quelques minutes dans la salles de bain, je suis déjà harcelé par messages, et c'est mal parti. J'avale en vitesse un bon de pain, des céréales et un jus de raisin. Mille lettres à envoyer pour demain, je devrais boucler cela en un tour de main, mais j'ai pas envie. J'ai plusieurs milliards de rendez-vous, un banquier à qui je dois rendre des sous, quelque part en ville. Je ne vais le faire attendre des heures, je ne voudrai pas qu'il soit déçu, cela ne serait pas gentil. Si je ne me mets pas au boulot à l'avance, je ne m'y mettrai jamais de la vie, cela c'est garanti ! En plus je bosse dans un bureau, pas de chance, j'ai la flemme et c'est une maladie. Une maladie. Une maladie...

Natsuki resta interdit à l'entrée de sa cuisine/séjour, devant le groupe musical en pleine représentation qui se tenait dedans. Puis la caméra s'éloigna à reculons, jusqu'à sortir de la bâtisse pour la représenter dans son ensemble. Il y eu alors des cris, la maison se contorsionna, bondit même, jusqu'à ce que finalement, les indésirables soient éjectés par la porte d'entrée et s'échappent dans un nuage de poussière, sur fond d'un Nara tatoué en colère sur le palier.

Il soupira.

Ce n'était pas bon pour sa tension de se fâcher ainsi dès le matin. Refermant sa porte en douceur, comme si son soupir avait emporté sa vive émotion, il remonta son couloir jusqu'à la cuisine, constatant les dégâts. Les sauvages avaient comme s'ils étaient chez eux, se servant même à manger dans les placards. Des bols et du lait trainaient sur la table, de la même manière que...

Le temps se figea.

Les yeux écarquillés, Natsuki contempla le cadavre de sa boite de céréales. Elle était neuve. Était. Il ne restait plus rien. Les mêmes trois jeux au dos de la boite qu'il refaisait chaque matin étaient déjà rempli, l'emballage plastique à l'intérieur était entièrement vidé, il n'en restait que quelques miettes dans le fond. Même le jouet avait disparu.

Natsuki détourna le regard.

C'était beaucoup plus que son petit cœur en mousse ne pouvait le supporter. Alors il prit la fuite. Une fuite en avant. Car il savait qu'il n'y avait plus d'autres paquets dans ses réserves. Il n'en avait plus commandé, puisque Mizuki lui avait dit qu'il aura bientôt une cargaison hebdomadaire. Et voilà où cela l'avait mené : à des placards vides, dévalisés, à l'image de comment il se sentait maintenant.

Il couru dans les rues du Village.

Il couru le cœur peiné, mais les muscles en ébullition. Les maisons défilaient à grande vitesse sur le côté, tout comme les passants, car cela ne se faisait pas de courir sur les toits. La route filait sous ses pas, et une nouvelle bande son s'enclencha.

I need a hero.

I'm holding out a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong, and he's gotta be fast. And he's gotta be fresh from the fight. I need a hero. I'm holding out a hero 'til the morning's light. He's gotta be sur. And it's gotta be soon. And he's gotta be larger than life. Larger than life.

Puis la musique diminua progressivement.

Parce que Natsuki courait vite, contrairement à l'orchestre. Il acheva sa course devant le magasin le plus proche, dérapant et usant inutilement de ses semelles pour s'arrêter pile devant l'entrée. Il redressa sa coiffure, même pas essoufflé, et entra. Il connaissait le chemin jusqu'au rayon '' petit déjeuner ''. Ses pieds connaissaient le chemin jusqu'au rayon '' petit déjeuner ''. Son esprit même connaissait le chemin jusqu'au rayon '' petit déjeuner ''. Alors il s'y rendit. Et au milieu de toutes les céréales fades attendait la dernière boite de Captain Ukulélé.

Natsuki tendit le bras.

Et il remarqua alors deux choses. La première était qu'une autre main se tenait sur la boite, une main qui ne faisait assurément pas partie des nombreuses siennes. La seconde était que son genou butait contre quelque chose. Un quelque chose qui s'avéra être une tête d'enfant en bas-âge. Leurs regards se croisèrent, avec tout un tas d'émotions allant avec, la plupart belliqueuse d'ailleurs. Il y eu des éclairs, des étincelles, des flammes, des volcans même, avant qu'un coup déloyal ne percutent le plus grand des deux, initiés par le plus petit des deux.

La scène se figea alors.

Natsuki se retrouva seul avec sa conscience, plus sa main toujours fermement cramponnée sur le paquet. Il était partagé entre accéder aux rêves d'un enfant, ou satisfaire ses besoins égoïstes mais primaires et essentiels. Deux petites créatures apparurent de part et d'autre de ses épaules pour l'aider à faire le point.


« Allons Natsuki, est-ce là l'idéal de justice que tu défends ? »
lui demanda Sentaï Ranger, un petit homme en combinaison bleu moulante avec un casque complet. « C'est encore un enfant, avec des rêves plein la tête, et des espoirs plein le cœur. Toi tu es un adulte responsable. Tu peux bien le lui céder, non ? Regarde ses yeux implorants. »

Il avait de gros yeux, Natsuki le lui concédait.


« Balivernes ! »
répondit d'un ton catégorique l'autre créature, toute en écailles irrégulières et cornue façon cerf centenaire. « C'est ton droit ce paquet, ton mérite même. Tu te tues à la tâche pour que ton Village vive paisible. Tu travailles 40 heures par jour au bureau du Hokage, et ce sans même compter les doubles. Tu enseignes à l'Académie, tu gères une équipe, tu assures la pérennité du Septième Ciel. Et tu n'as même pas de remerciement, tu n'as aucun autre plaisir dans la vie. Ta compagne t'a abandonné sans laisser le moindre mot, sans laisser la moindre nouvelle – ou presque, y'a deux ans, olala – te laissant seul et abandonné dans cette grande maison vide. Alors non, tu mérites cette récompense, tu mérites de remplir ton bol du seul bonheur qui inonde ta vie, qui te fait te lever le matin heureux et coucher avec le plaisir qu'il faudra se lever le matin suivant. »

Présenté ainsi, le choix était vite fait.

Alors le temps reprit son cours. Oui, du don et de la charité, Natsuki en faisait tout le temps, tous les jours. Il avait au moins droit à cette petite récompense gustative, surtout après tout ce qu'il avait traversé. Il n'attendait pas plus de la vie. Il n'en demandait pas beaucoup plus non plus. Alors il baissa à nouveau les yeux vers le jeune garçon, un regard plein de compassion et de tendresse.


« Non. »


Et son autre main se déplia avec la rapidité sauvage du ressort en acier. Elle plongea dans la boite de céréales, et en arracha le paquet en plastique intact avant que son corps ne prenne la fuite en direction des caisses. Sans aucune honte, il laissa derrière lui un petit garçon avec une boite de céréales vides entre les mains. Il allait éprouver la même chose que lui ce matin qui était l'après midi, probablement. La même chose... Ce vide, cette sensation d'avoir été spolier, trahit par le destin...

Bah, cela lui fera les pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Emissaire de Maskine
Messages : 1728
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Repartez dans l'ombre. VOUS NE PASSEREZ PAS ! [Pv Natsuki] Lun 13 Mar 2017 - 0:22

    Non, voilà la réponse que j'avais obtenu pour avoir fait preuve de politesse. C'était absolument intolérable, inimaginable, incroyable, inconcevable, euh hmm... gonflable ? Enfin bref c'était able. Et voilà que cet homme arrachait le sachet plastique à l'intérieur du paquet. Attendez whut ? IL VIENT VRAIMENT DE ME VOLER MON PAQUET DE CEREALES ? Il ne savait visiblement pas à qui il avait à faire, je suis Yamanaka Asahoshi, je suis l'étoile du matin, je suis le futur sauveur du monde... JE SUIS... JE SUIIIIIIS... En train de me faire distancer.


    Me voilà donc en train de filer au train de l'individu qui me semble être connu dans le village de Konoha même si je parviens pas à mettre le doigt dessus. Le voilà qui arrive vers les caisses, je ne peux pas laisser cela arriver car si il est celui qui paye ce paquet cela signifie qu'il est automatiquement à lui. La caissière s'exclame alors :

      « Bonjour Natsuki-san que nous achetez-vous aujourd'hui ? »


    Natsuki... Natsuki... Natsuki.. Non définitivement je n'arrive pas à mettre un nom sur son visage, enfin si j'y arrive puisque je connais son nom et son visage, mais je n'arrive pas à voir à qui cela peut correspondre en terme d'entité dans le sens large du terme vous comprenez. Ceci étant dit je ne peux donc pas le laisser avoir ce paquet, Tout d'abord un clone et ensuite... SHINTENSHIN no jutsu. Et bim me voilà dans le corps de ce fameux Natsuki. Première étape AYAAAAAAAAAAAAAAH. Le paquet vole vers mon moi original qui récupère bien entendu le projectile d'une manière tout à fait correcte. Il me reste donc une dernière étape, de toute manière garder son corps plus longtemps ne va pas être chose aisée. Je m'exclame donc en direction de la caissière toujours dans le corps de ce Natsuki :

      « Finalement je ne souhaite pas prendre ces céréales, je vais les donner à ce jeune homme là bas qui me les a demandé tout à l'heure, si j'essaie de les acheter à l'avenir refusez s'il vous plaît. Au passage, je vous trouve très jolie est-ce que vous voulez dîner avec moi ce soir ? »


    Hop maintenant je relâche son corps, il va donc devoir gérer sa relation avec la vendeuse avant de penser à me reprendre mon dû, c'est un plan machiavélique j'en conviens et normalement je ne joue pas avec les sentiments des gens, malheureusement on parle d'une boite de captain Ukulélé et personne, je dis bien personne ne se mettra en obstacle entre moi et mes céréales !

    Phase suivante du plan Récupérer les Ukulélé Now ou si on conserve simplement les initiales le plan RUN : Et bien la suite du plan c'est de courir étrangement. Mon clone servira de moyen de faire gagner du temps. Pour ma part je me précipite dans les rayons, mais je sais que je ne pourrais le distancer très longtemps ses jambes sont plus grandes que les miennes. Il n'y a donc qu'une chose à faire, me séparer du paquet un temps et miser pour le fait qu'il ne comprenne pas la supercherie. Ainsi au détour d'un rayon (à l'angle, caché de ta vision maléfique), j'utilisais la technique de la plongée souterraine afin de cacher le paquet en plastique avec les céréales sous terre tandis que je possédais encore la boite en carton dans la main. Il ne connaissait pas mes capacités donc j'imaginais que sa première idée ne serait pas de fouiller à l'intérieur du sol. Je l'espère en tout cas ! Comme vous vous en doutez, je me remettais donc à courir tout en restant dans le côté caisses du magasin.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1594
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Repartez dans l'ombre. VOUS NE PASSEREZ PAS ! [Pv Natsuki] Mar 14 Mar 2017 - 21:52

C'était presque trop facile, mais en fait, ç'aurait été curieux, et franchement la honte, que ce ne soit pas facile pour lui de prendre un paquet de céréales à un enfant. Il était quand même un ninja haut de gamme, craint et redouté par ses ennemis, admiré et adulé par ses alliés, aimé et exploité par son Hokage. Bref, ce n'était pas n'importe qui, surtout qu'il ne faisait pas toujours n'importe quoi.

Il arriva donc à la caisse, se téléportant presque juste devant un petit vieux en bretelles qui a tous les coup allait mettre une demi-heure pour payer sa baguette de pain parce qu'il était sourd et qu'il n'avait pas encore comprit que l'on utilisait l'eryo maintenant, le Hi Mark n'ayant plus cours depuis la naissance de l'Union Yuukannienne.

Il sentit un courant froid lui remonter tout le long de la colonne vertébrale, mais l'ignora, car ce n'était rien de plus que le regard méprisant du petit vieux en bretelles qui tentait de le foudroyer à travers sa cataracte bilatérale. Du moins, c'était ce que Natsuki pensait. Car quand son bras s'agita soudainement pour jeter au loin son paquet de précieuses céréales, et ce sans son autorisation, il commença à se demander s'il n'y avait pas anguille sous roche. Surtout quand son corps poursuivit sur sa lancée et entama des phrases qui ne devraient pas sortir de sa bouche.


**************

Quelque part, dans le corps de Natsuki

Un petit homme se tenait dans une petite salle, devant une console de commandes sur un large siège en cuir pivotant. Le petit homme d'une dizaine d'années occupé à pianoter sur le traitement de texte. Trop absorbé dans sa tâche, il n'entendit peut-être pas la succession de chocs qui retentit dans les escaliers derrière lui. Puis la porte vola en éclat, laissant sur pas un Natsuki visiblement en colère, et armé d'un long manche trainant derrière lui.

« Tu as oublié un détail important, petit gars. »
annonça Natsuki en faisant pivoter le fauteuil pour forcer l'intrus à lui faire face.

Le détail important, c'était ce qui se trouvait au bout du long manche du Nara tatoué. A savoir, un très large rectangle en acier bien trempé. L'impromptu intrus eu d'ailleurs très bien l'occasion d'admirer le délicat ouvrage des 37,5 kilogrammes de froide tendresse qui constituaient cette masse lorsque Natsuki la brandit au-dessus sa tête. Et juste avant l'abattre, le kanji imprimé sur la surface d'impact s'illumina de flammes ardentes. L'astérisque précisait juste en-dessous pour les non japonais '' Kaï ''.


**************

De retour dans la réalité


« … acheter à l'avenir refusez s'il vous plaît. Au passage, je vouAAARGH !!! »


Natsuki gronda alors qu'une décharge brûlante cette fois-ci prit le chemin inverse en partant de ses cervicales. Il se retint au rebord de la caisse, haletant, alors que son esprit retrouvait le plein contrôle de son corps.


« Espèce de sale petit... »


Un petit Sentaï Ranger bondit devant la bouche de Natsuki en guise de censure, alors que ce dernier grondait dans sa barbe. Il se redressa de toute sa hauteur dans un grognement, et posa devant la caissière une liasse de ryos imposante.


« Pour le dérangement... »


Il se retourna sans un mot de plus, et s'avança jusqu'à l'entrée des rayons. Il balaya du regard les environs, sans trouver celui qu'il cherchait.


« Si tu veux jouer à cela... »


Natsuki composa une succession de mudra, qui donnèrent naissance à cinq clones. Qui composèrent à leur tour une succession de mudra, qui donnèrent naissance à cinq clones à leur tour. Qui composèrent à leur tour une succession de mudra, qui donnèrent naissance à cinq clones à leur tour. Ce fut alors toute une armée qui se tint en ligne devant les différents rayons.


« Vous cinq, devant toutes les sorties. Personne ne sort tant que je n'ai pas mon paquet de céréales. Les autres, retrouvez-moi ce gosse. »



L'armée s'élança alors à l'assaut du magasin en masse, à la recherche du Yamanaka. Le magasin était petit, Natsuki était nombreux, le gamin n'avait aucune chance. Il ne devrait pas avoir de mal à le retrouver, ni à se rendre compte que la boite de céréales était vide.


« Où est le paquet ? 
» hurlera-t-il en le secouant. « Où est-il ? Dit le moi ! Où est le paquet ? Tu n'as pas pu le laisser à quelqu'un je le sais ! Il est trop précieux ! Où est-il ?  »

Avec la violence infantile en moins. L'on avait beau être dans un O.A.V H.S, il y avait quand même des codes à respecter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Emissaire de Maskine
Messages : 1728
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Repartez dans l'ombre. VOUS NE PASSEREZ PAS ! [Pv Natsuki] Mar 21 Mar 2017 - 14:42

    La début du plan RUN avait parfaitement fonctionné, je pense que vous pouvez me nommer agent Y, quoique non c'est nulle comme lettre je propose l'agent J pour jeune ou bien l'agent spécial K (qui est une marque de céréales vachement moins bonne soit dit en passant). Bon aller on reste sur J appeler moi agent J. Pendant que je réfléchissais longuement sur la manière dont je devais m'appeler, je ressentais de par ma capacité de senseur de nouvelles entités chargées de chakra se créer. Des clones, mais il y en avait beaucoup trop, d'abord cinq puis vingt-cinq et enfin cent-vingt-cinq.

    C'est incroyable la quantité de clone que ce personnage pouvait faire. Je n'étais pas un génie en maths mais si créer cinq clones consommait une quantité de chakra de rang B, dans ce cas là les cinq clones effectuant la même technique à leur tour afin de créer vingt-cinq clones revenait à utiliser le chakra de six rang B, et on devait encore ajouter à ce nombre six vingt-cinq pour obtenir la quantité de chakra utilisé par Natsuki, ce qui donnait quelque chose comme trente et une techniques de rang B qui venaient d'être utilisées par cet homme.

    Lorsque je vis le premier Natsuki venir vers moi afin de m'attraper, je ne pus m'empêcher d'équiper mon fameux casque à détection de chakra afin de vérifier quelle quantité il possédait (bon en fait ce casque n'était qu'un simple jouet et ne servait concrètement à pas grand chose c'était ma capacité de senseur qui faisait tout), et le résultat était pour le moins surprenant. IL EST AU DELA DES 9000... IT'S OVER NINE THOUSAND ! Hassen Ijou da (pour les puristes) !


    Quelques instants plus tard, me voilà dans les pattes de l'odieux personnage nommé Natsuki, ou dans les pattes d'un de ses clones ce qui concluait au final au même point. Chose étrange, c'est que le Natsuki qui m'interrogeait à cet instant présent portait un masque de chauve-souris plutôt étrange. Je pense humblement qu'il s'était trompé d'univers. Malgré tout je me devais de lui répondre, ce que je fis en le fixant droit dans les yeux :

      « IL A... Disparu ! »


    Au même moment j'enclenchais mon Genjutsu ultime, ce genjutsu se nommait le shinranshin no jutsu et il permettait de faire changer d'allégeance une entité vivante, comme... ce clone par exemple. Maintenant il ne me restait plus qu'à profiter de l'effet de surprise. Hop, le clone de ce gredin de Natsuki venait de me lâché, j'en profitais pour activer ma technique de dissimulation souterraine pour aller récupérer le paquet que j'avais abandonné plutôt. MALHEUREUSEMENT, il n'était plus là. Et je venais de comprendre qui l'avait récupérer rien qu'en repérant les sources de chakra.


MAIS QUE S'EST IL DONC PASSE JAMY ?

Et bien mon cher Fred pour tout vous expliquer, il semble que dans le précédent post un détail à totalement été occulté par Natsuki, en effet le gentil Asahoshi a utilisé un clone pour utiliser sa technique et renvoyer le paquet vers lui, le même clone avait pour but de faire diversion par la suite. Mais Natsuki sachant pertinemment qu'il s'agissait d'un clone n'en a eu cure. Par conséquent celui-ci s'est simplement emparé du paquet et est sorti du magasin par la voie souterraine avec son butin. Ce qui nous place un troisième protagoniste dans l'affaire. La question que tout le monde se pose donc maintenant est la suivante : Partir sans payer dans un magasin avec seulement le contenu et pas l'emballage est il un vol ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1594
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Repartez dans l'ombre. VOUS NE PASSEREZ PAS ! [Pv Natsuki] Jeu 23 Mar 2017 - 22:11

« Comment cela, disparut ? » vociféra l'un des CRS doubles de Natsuki pendant que continuait de le secouer un autre.

Puis cet autre cessa de le secouer. Il le lâcha, tout simplement, et sans un mot se rebella contre l'autorité établit. Son poing au poing, il s'attaqua à tous ses collègues, et perpétra un véritable carnage avant que même que le reste de l'équipe soit en mesure de réagir. Et à quand bien même elle mena la répression, le rebelle causa plus de quatre-vingt quinze nouvelles victimes avant d'être finalement exécuté dans un '' pouf '' sonore et nuageux. Car il était bien connu que, à l'image des J-RPG les plus célèbres, le mal corrompt et rend plus fort ( c'est ce qui explique pourquoi un personnage est toujours plus puissant en tant que boss avant de rejoindre votre équipe, ou que même en ayant été laissé niveau deux pendant tout le jeu, lorsqu'il retourne sa veste, il casse tous ses anciens équipiers les mains dans les poches. ).

Le général de brigade Nara se retrouva désemparé. Comment une telle boucherie avait-elle pu avoir lieu ? Il y avait de la fumée partout, tant de fumée, au point qu'elle en imprègne les vêtements de son odeurs. Il fallait à tout prix éviter que des enfants voient cela. Il ordonna d'ouvrir les fenêtres. Lui aussi avait besoin d'air frais. Il avait été floué par un gosse, du jamais vu encore. Car ce dernier avait disparu dans la mêlée, emportant avec lui la seule raison de vivre de Natsuki. Aucune piste n'avait pu être trouvée, et à quand bien même, c'était désormais trop tard. Le Yamanaka avait probablement déjà dévoré l'intégralité du paquet de céréales, peut-être même sans lait, transit de peur sous un pont, par crainte que son larcin lui soit découvert et réquisitionné.

Une affaire que l'Histoire retiendra comme ayant brisé Natsuki. Pendant plus d'une semaine, il resta seul dans sa chambre à broyer du noir, tout en sachant que nulle part ailleurs en ville il ne trouvera d'autre paquet pour faire battre son cœur. Il fallut trois semaines de plus pour qu'enfin, les céréales Captain Ukulélé qu'il avait commandé au Pays du Vent arrivent, et ne lui rendent sa volonté de se battre. Sa volonté, mais aussi ses forces : et c'était tout ce qu'il lui manquait.

Car il n'avait pas oublié. Il n'avait pas oublié en n'oubliant pas qui était son père, et en travaillant au corps la rancune née de la vilénance sans limite du Yamanaka à l'origine de tous ses malheurs. Chaque nuit, alors qu'il retrouvait son lit dans sa chambre si froide, il entretenait cette amertume en léchant un citron vert laissé sur sa table de nuit. Non, il n'avait pas oublié. Et il n'oubliera pas tant que cet affront ne sera pas lavé. Konoha vivait dans la peur à cause d'individus comme ce monstre, hors de question de le laisser ainsi dans la nature. Alors il s'habilla convenablement pour la première fois en un mois. Il enfila ses chaussures, prit ses armes, et dans la poussière de son couloir, il ouvrit la porte de sa maison.

Ce qu'il trouva derrière le laissa sans voix.

Le monde avait changé en son absence. Konoha n'était plus qu'un Village en ruines, des populations affamées se cachant dans les débris de ce qui furent jadis leurs quartier, entourés par ceux qui furent jadis leurs proches. Un journal vola sous la brise du vent, que Natsuki attrapa d'un geste vif du bras. Il datait d'il y a deux semaines. Une guerre civile avait éclaté, les shinobi s'étaient retrouvés incapable de faire face à la rébellion. Tout avait commencé au Mohammed Aldi, quand une scène de crime avait contraint le magasin à fermer le temps de l'enquête. Les populations affamées, rendu folles par le jeun et l'incapacité de faire ses courses, avaient commencé à se combattre pour une bouchée de pain. Des factions s'étaient établit, et moins de deux semaines plus tard, le Village avait sombré dans le chaos le plus totale.

Tout cela était de sa faute. De sa faute à lui. A lui, mais aussi à lui. A lui, parce qu'il avait abandonné son Village quand Il avait le plus besoin de lui. Et de sa faute à lui, pour lui avoir porté ce coup vicieux et incapacitant dans le moment de sa vie où il était le plus vulnérable. Il fallait que tout ceci cesse, il était temps qu'il reprenne les choses en mains, et ramène la paix et la prospérité à Konoha. Une seule chose se dressait entre la paix et lui.

Yamanaka...


Deux mois plus tard.


« C'est fini, abandonne ! »
rugit Natsuki.

Mais l'orage couvrait probablement sa voix. C'était la tempête dehors. Il pleuvait averse, et le vent fouettait le visage. Les éclairs déchiraient l'obscurité et la foudre hurlait à chaque impact. Pourtant, Natsuki restait imperturbable au milieu de ce pont, son katana en main. Un pont large et solide, le seul que les flots du fleuve déchainé sous lui n'avaient pas brisé. Le paysage tout autour de lui brûlait d'un incendie comme l'on en avait jamais vu. Les flammes montaient haut dans le ciel, poussées par le vent qui les renforçaient. Et devant ces flammes se dressait la silhouette du Yamanaka, guère plus qu'une ombre devant tant de lumière.


« C'est aujourd'hui que tout se finira ! »


Dans le fond, un volcan entra en éruption, crachant sa lave incandescente dans un rugissement terrible. Le décors était planté, l'ambiance était posée. Car aujourd'hui, qu'elle qu'en soit le dénouement, effectivement, cette guerre connaîtra une fin.

Après cette nuit, une page de l'Histoire se tournera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Repartez dans l'ombre. VOUS NE PASSEREZ PAS ! [Pv Natsuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-