N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Au détour d'une rue [pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1498
Rang : A

Message(#) Sujet: Au détour d'une rue [pv] Ven 10 Mar 2017 - 17:56

Vous savez quoi ? Hormis que les villages cachés apportent sans le moindre doute les problèmes, les ennuis, et dans les cas extrêmes la mort, on ne peut pas nier qu’il y fait quand même bon vivre. C’est un peu comme une illusion. On est bien, on est détendu, on se fait des amis, on s’entraine et quand on s’y attend le moins on meurt … Si j’avais dû vivre dans un tel endroit, difficile de dire lequel j’aurais préférée. A l’origine je viens de Kiri hein. Enfin je n’en ai aucun souvenir, bien trop jeune à l’époque, mais de ce que j’ai pu en entendre parler ma mère a vraiment bien fait de m’en éloigner. Le bijuu machin truc, puis les Furyous, et maintenant le Shukaï qui s’incruste. Un nid à problème je vous dis. Suna ce n’est pas mieux. Je crois qu’entre tous les villages cachés, c’est celui qui a connu le plus de trahison et de désertions, de guerres civiles, sans oublier le dernier évènement qui m’a arrachée mes parents … Puis Konoha. Un endroit calme et reposant en apparence, mais qui est une véritable prison où chaque détenu – pardon, habitant – est plus paranoïaque qu’ailleurs. Il faudrait que j’aille voir à Kumo, comment eux se débrouillent.
Vous remarquerez que je n’aborde pas la question du Shukaï. C’est normal mais il est encore trop tôt pour en parler. Chaque chose en son temps cher lecteur, ne ditons pas que tout vient à point à qui sait attendre ? Vous en aurez pour votre patience. Promis. Ou pas, héhé.

Bref ! Si je vous raconte ma vie, ce n’est pas totalement pour rien. Bien que les pensées soient assez diffusent sous le soleil battant du village de la feuille, il ne fallait pas oublier la raison de ma présence ici. Des infos sur Kioshi en priorité, puis le cas Yusei. J’ai déjà pu avoir une discussion avec un konohajin étrange. Un albinos. C’est fou le nombre de type comme ça qu’il y a dans ce monde d’ailleurs !
Un profil attira soudainement mon regard dans une ruelle adjacente. Mmh, ai-je bien vu ? Je traversai l’espace séparant les deux axes piétons, pour arriver entre deux restaurants et une foule d’affamé. Mon dieu … Mais pourquoi tout le monde se sent obliger d’aller bouffer en même temps, alors qu’il suffirait d’étaler ça sur une plus large palette de temps.

« Outch … » Fis-je, soudainement bousculée.

J’en fis bousculer la personne à côté de moi, qui fit de même avec la sienne, et qui fit de même avec la sienne, etcétéra. Reprenant rapidement mon équilibre, l’expérience à de nombreux combats de ring, je cherchai des yeux un ou une responsable. Ce fut "un". Et à son visage je le reconnue immédiatement, bien que nous ne nous fûmes jamais rencontrer.
Yogan Yusei, en chair et en os, un sac de course autrefois sous le bras. Je ne lui laissai même pas le temps de disparaitre.

« Ah je vous cherchais, bonjour, nous avons beaucoup de choses à nous dire monsieur. » Je lui sortis ma carte de visite d’une poche intérieure de ma veste sitôt qu’il était de nouveau complètement sur pied. « Masami Emi, représentante du Sikari. Où pouvons-nous parler au calme, je vous pris ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 715
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Au détour d'une rue [pv] Sam 18 Mar 2017 - 0:22

Cela faisait maintenant un seul, un simple et unique jour que j’étais sorti de l’hôpital, mais me voilà que je me retrouvai déjà submergé par une quantité de travail qui allait avoir de raison de ma santé. Etant donné que j’avais déjà réussi à ne pas succomber à mes blessures ni d’une infection quelle qu’elle soit après m’être fait lapidé la peau en étant attaché à un amas de chair en putréfaction… Cela serait ridicule que je ne m’effondre par de la fatigue dans ce cas. Mais ça risquait bien d’arriver comme un destin tragique. Pourquoi ? Tout simplement à cause d’un simple Mémo laissé à l’arrache par notre « chère » Hokage, se résumant à « On se barre à Ame, je te laisse les clés, fais le taff, tchao tchao. »…

Bref, avant de devoir prendre mes fonctions (car heureusement, le vrai départ ne se fera que dans une bonne semaine), je décidai de profiter de mes derniers instants de liberté pour récupérer ce dont j’avais besoin pour occuper mes journées. Natsuki m’avait parlé de plusieurs ouvrages sur le Fuinjutsu que je devrais emprunter pour mon propre savoir personnel, chose sur laquelle je n’allais pas cracher. Même s’il considérait que l’art des sceaux était sans doute le plus simple à assimiler, il ne pouvait pas réellement laisser place à de l’improvisation et créativité contrairement au Taïjutsu et Ninjutsu, choses que j’ai pu bien développer. Quelques ouvrages académiques n’étaient donc pas de refus.

L’arrêt à la bibliothèque de Konoha terminé, pour faire ma réservation de lectures, je me sentai d’humeur à passer dans un restaurant pour prendre de quoi manger (oui, vous pouvez dire que j’avais moi-même la flemme de cuisiner). La route était tranquille jusque-là. Pas de pluie impromptue. Pas d’attaque surprise. Pas de personne dérangeant qui semait le trouble… Oui, ça puait. J’avais développé avec le temps une forte croyance en la Loi de Murphy, et je m’attendais au pire. Et bien évidemment, ça se confirma. Alors que je sortais du bâtiment, regardant le ciel pour essayer de deviner l’heure qu’il était à la position du ciel, je fus bousculé et tomba au sol, la douleur à ma poitrine se réveillant faiblement. Je me remis rapidement mais me rendit compte que, dans mon malheur, j’étais tombé sur mon sac. Statique et à l’expression monotone, je soulevai ma main pour voir le plat d’exception Akimichi… écrasé dans son paquet.

*Insert Untitled de Simple Plan right here*

Mais alors que je m’enfonçai dans mon chagrin, une voix me sortit de ma réflexion, se semblant être assez direct. Elle me cherchait ? Quoi ? Je me levai et la regardait brièvement pour essayer de la reconnaître. Cheveux Blonds, vêtements libres… Elle me rappelait quelqu’un. Mais je n’eus même pas le temps de demander des explications qu’elle assuma que j’allais la suivre, comme si de rien n’était.

« Oui, je vais bien, merci de demander. Oui, j’apprécie que vous me donniez des explications sur la raison de cette chute, je comprends que vous comptiez m’aider, pas grave. Oui, c’est agréable pour vous d’avoir un PUTAIN DE SEMBLANT DE POLITESSE. »

« - Je ne pense pas avoir le temps de vous aider. »

Soupirant toujours d’un ton sobre, je me dépoussiérai rapidement et constatait des dégâts qui avait été fait. Heureusement, même si le contenant était déformé, rien ne semblait fuiter. De quoi me soulager et me donner une raison supplémentaire de foutre le camp avant qu’il ne m’arrive un autre malheur. Pourtant, un détail me fit arrêter aussitôt sec. Comme dis précédemment, je ne la reconnaissais pas du tout cette femme, et elle ne possédait pas non plus de bandeau de la feuille visible, chose que la plupart des Shinobis font malgré leur jour de repos. Ce qui me laissait perplexe sur un détail, que j’énonçai à haute voix en me tournant vers elle.

« - Comment vous me connaissez ? Je ne vous ai jamais vu au village auparavant… »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1498
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Au détour d'une rue [pv] Sam 18 Mar 2017 - 15:22

J’aurais peut-être due m’excuser avant, non ? Quoi que, lui aussi m’a rentré dedans. Il est aussi fautif que moi. Ouais bon mettons ça de coté, avec son coup de gueule aussi car c’est comme avec tout le monde, sur le moment c’est énervant mais en fin de compte ça n’amène à rien. Pourtant en baissant les yeux je compris qu’il était en fait tombé sur son plat préparé … Mouais là par contre je peux comprendre un peu plus.
Dans un premier temps il répondit qu’il n’avait pas le temps, aussi je m’apprêtai à presque lui forcer la main mais ce fut inutile car le revoilà mais avec une pointe de curiosité. Bien, la cible ferrée, plus qu’à l’attirer hors des oreilles indiscrètes.

« Je vous connais à travers notre amie commune, Kaguya Milly. Et je pense que vous serez d’autant plus intrigué si je vous dis que la conversation que nous devons avoir la concerne plus que de raison. »

D’un regard insistant, lourd d’un message se voulant attractif, je m’éloignai dans une ruelle adjacente, entre deux étendages couvert de linge encore humide. Le temps que monsieur arrive, je sortis de ma mallette noire une sculpture en os et vérifia un instant qu’elle n’eut pas reçu de dommage au cours du voyage. J’aurais probablement dû l’emballer dans du papier bulle … Tant pis. Non ça va, visiblement rien de casser dessus. Mine de rien c’est quand même sacrément solide des os kaguya. La sculpture représentait une énième mangrove, haute d’une dizaine de centimètre à peine, et portant le nom de Yusei gravé dessous. Pourquoi ? Aucune idée, personnellement je trouve ça terriblement stupide et niais, mais la cheffe du clan n’est après tout pas réputée pour avoir toutes les cases allumées là-haut.

« Ceci vous appartient, ou du moins cela vous revient. » Dis-je au Konohajin une fois à portée, lui tendant l’objet. « Vous êtes difficile à contacter monsieur Yogan Yusei, c’est le moins que l’on puisse dire. Avant tout je tiens à vous présenter mes excuses si jamais votre repas est endommagé, le cas échéant nous pouvons convenir d’un dédommagement. » Il valait mieux repartir sur de bonnes bases avant d’entamer le gros de l’entrevue. « Je vous cherche pour deux sujets et aucun des deux est plus important que l’autre. Comme je vous le disais, le premier concerne Kaguya Milly. C’est une amie mais c’est aussi ma patronne. Hors elle a disparue depuis plusieurs semaines, sans laisser de trace nulle part. »

Le laissant se faire une petite réflexion mentale, éventuellement aussi remettre ses souvenirs en ordre, je croisai mes mains devant moi. De ce que j’avais pu comprendre, ils étaient plutôt proches sans pour autant dépasser de trop loin le stade de l’amitié.

« Le second sujet concerne un homme que vous avez eu l’occasion de voir de près il y a peu. Yamada Kioshi. Cela vous évoque-t-il quelque chose ? Accepteriez-vous de me décrire ce que vous savez de lui, ses raisons d’agir comme il l’a fait, et précisément ses actes ? »

Je ne parlais volontairement pas de la traque lancée contre le Yogan par le Yamada. Il était encore trop tôt pour aborder le sujet, et j’ignorais comment Yusei pourrait réagir face à une telle nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 715
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Au détour d'une rue [pv] Mer 5 Avr 2017 - 19:41

Dévisageant la blonde qui se trouvait devant moi, il était difficile de trouver une raison qui pourrait la lier elle et moi. Je ne me vantais pas d’avoir une mémoire des visages exceptionnelle, mais j’avais tout de même tendance à retenir ceux avec qui j’ai interagi de manière plus ou moins concrète. Et elle, j’étais certains de ne jamais lui avoir parlé auparavant… De ce fait, savoir qu’elle connaissait mon apparence était à la fois étrange… Et problématique. Un ninja se devait de conserver une sorte d’identité secrète. Je ne dis pas que nous devons rester la plupart du temps caché, sinon trop se déplaceraient avec un masque constant, mais laisser des traces étaient une erreur grossière. Il me faudrait travailler ça…

Cependant, de toutes les raisons qu’elle aurait pu dire en justifiant me connaître, le nom qu’elle employa fut celui qui me remplit à la fois de stupeur et d’inquiétudes. Encore une fois, Milly était mêlée à une affaire que je ne souhaitais pas réellement en faire partie si nécessaire. Je n’allais pas la blâmer, loin de là, mais le fait qu’elle insista sur le fait que la conversation devait que la fameuse Emi voulait avec moi la concernait plus elle que moi. Pesant le pour et le contre de cette proposition, je conclu que malgré mes blessures, je pouvais toujours me battre en cas de problèmes.

La femme était déjà partie alors que je l’observais un instant, soupirant une nouvelle fois avant d’avancer à mon tour. La tension sur mes épaules ne s’était qu’à peine allégée alors que je la suivais. J’anticipai les nombreuses questions qui sortiraient de sa bouche concernant la fameuse blonde qui semblait beaucoup trop occuper mes pensées, et s’attirer les mauvaises des autres. Notre marche finie, elle commença par m’interpeller en me donnant un objet que je reconnaissais que trop bien : une mangrove d’os. J’étudiais l’objet, mais comme si le fait que je reconnaissais le design ne suffisait pas, elle avait en plus signé de mon nom.


« - C’est le propre d’un Shinobi de rester caché dans l’ombre. Il faut croire que j’ai encore du travail si vous avez trouvez ma trace si aisément… »

Je ne prêtais pas réellement attention à sa personne, si ce n’était qu’en écoutant son discours, alors que mes yeux étaient restés concentrés sur la forme osseuse. Je me rappelai de la nuit où elle m’avait présenté l’objet une première fois, alors que j’avais parlé à cœur ouvert… Et fait cette promesse. Plus j’avançai, plus réussir à la tenir se révélait difficile, surtout quand la fameuse Emi semblait indiquer elle-même qu’elle n’avait aucune idée de sa situation, renforçant l’idée qu’elle aurait disparu. Aurait-ce un rapport avec la venue du Shukaijin d’avant l’opération de Nami ? Beaucoup trop de coïncidences qui s’enchaînaient de manière bien trop dangereuse…

Elle emboita ensuite sur un sujet qui m’amena des sentiments opposés que j’avais envers Milly, puisque cela concernait une personne que je tenais en rancœur : Kioshi. Ce type revenait encore dans ma vie alors que je ne tenais qu’à l’oublier. Le regard froncé, même si je me tenais de montrer un plus grand énervement que ce que je ressentais, je me contentai de regard vers l’horizon, de sorte à mesurer mes mots afin de parler de lui.


« - Rokudaime Kazekage et ancien chef de son clan, l’homme a accumulé les titres, pour raison d’avoir accumulé la force de les représenter, ce qui en ferait un combattant puissant… Qui, hélas, n’a des valeurs à peine plus honorables que celles de brigands de bas niveau. Depuis qu’il a déserté Suna, il n’a fait qu’accumuler les tares en agissant de manière insensée, guidé parce ses propres « sentiments et valeurs », ayant même menacé des personnes innocentes pour arriver à des fins personnelles… »

Le poing serré, je me retenais d’en dire plus qu’il ne fallait. Pas mal d’informations se devaient de rester confidentielles malgré tout, je ne savais pas réellement pour quelle raison elle souhaitait vraiment en apprendre plus en me posant la question à moi en particulier. A moins que… Maintenant que j’y pense, j’ai entendu des rumeurs qui étaient adressées à mon attention, comme quoi, des gens me cherchaient. Et en pensant à sa carte de visite. Soupirant du nez, je me tournai vers elle, posant la question simplement.

« - Pourquoi me poser ces questions à moi ? Après tout, n’est-il pas la personne qui vous a demandé de me traquer ? »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1498
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Au détour d'une rue [pv] Jeu 6 Avr 2017 - 18:52

Laissons cette info sur le côté en attendant. Toute mon attention fut focalisée sur les explications du ninja. Écartant son commentaire à propos de l’entrainement qu’il lui reste à acquérir pour être moins facilement "dénichable". Peut-être avait-il mal compris que tomber sur lui, dans tous les sens du terme, relevait bien plus du hasard que d’une véritable traque.
Son regard se fit plus sombre, plus colérique lorsqu’il aborda le sujet de Kioshi. Ce n’était clairement pas l’amour fou entre eux, un sentiment qui pourrait potentiellement le pousser à aggraver son avis sur l’énergumène, et donc à fausser ce dernier.

J’approuvai de plusieurs et ponctuels mouvements de tête son monologue sur l’ancien Kazekage, ne manquant pas là non plus de coucher chaque mot sur le papier. Rien de nouveau hélas, il ne faisait que détailler ce que je savais déjà. Un homme couvert de titre, puissant mais immoral. Un ressentit tout à fait logique lorsqu’on se trouve dans le camp qui a été obligé de se plier aux exigences d’un tel homme pour la protection du plus grand nombre. Une rancune partagée par beaucoup ici, mais qui n’a aucun poids dans l’établissement d’un dossier listant les charges contre le Sunajin.

« Pourquoi me poser ces questions à moi ? Après tout, n’est-il pas la personne qui vous a demandé de me traquer ? » Demanda-t-il alors.

Un petit sourire s’étira sur mes lèvres pendant que je terminais de noter ses dires. Un regard révéla dans sa direction, juste l’espace d’un instant, avant que je ne referme mon carnet, le range dans la poche arrière de mon jean et entame la réponse :

« Les nouvelles vont vite ici. Cela doit être la puissance d’un village … Pour tout vous dire, je songeais aborder cette nouvelle un peu plus tard, mais puisque le sujet est là. En effet Monsieur Yamada Kioshi nous a contactés, mon entreprise et moi-même, afin de fixer une prime sur votre tête. Et de préférence, que celle-ci soit détachée de votre cou. »

Je prononçais ces mots avec un calme plutôt étonnant comparé à la gravité du sujet, et plus encore face au concerné. Non pas que je craigne qu’il réagisse au quart de tour, mais à la vue de son état de ses blessures et bandages, il ne devait de toute manière pas être suffisamment en forme pour provoquer un affrontement.
Pourtant je suis chez lui, dans un certain sens, il était donc là encore nécessaire d’éclaircir la situation, comme avec Natsuki il y a à peine plus d’une heure.

« Si cela peut vous rassurer, je ne suis pas là pour accomplir cette traque. Non seulement parce que je ne suis pas suicidaire, mais en plus parce que le garde à l’entrée ne m’aurait jamais laissé entrer si cela aurait été le cas. Rassurez-vous, c’est uniquement grâce à l’image sur l’avis de recherche vous concernant, que j’ai pu vous reconnaitre. Comme dit tout à l’heure, vous êtes déjà très difficile à trouver. »

Un peu de flatterie n’a jamais fait de mal à personne. Et il était important de rester dans le même camp, pour tout un tas de raisons évidentes.

« Je vous pose la question à vous, car vous êtes très probablement la dernière personne dans ce village à lui avoir adressé la parole. De plus il m’a suffisamment facilité la tache en demandant votre mort contre de l’argent, cela fait de vous quelqu’un d’encore plus important. Si je rajoute par-dessous vos liens avec Mademoiselle Kaguya Milly, il était plus que nécessaire que je vous rencontre. Cependant quelques petites explications sont certainement nécessaires. Vous avez ma carte, vous savez donc que je fais partie du Sikarin et en l’absence de la patronne, je le dirige. Mais vous ne savez probablement pas qui nous sommes. »

Je marquai une pose, juste le temps de sortir un descriptif sur papier de ma mallette, et le lui tendre.

« Nous sommes une entreprise de chasseurs de prime, basée à la Mégalopole de Kawa no Kuni. Vous avez l’adresse exacte sur la carte, ainsi qu’un moyen de nous joindre, au cas où. La raison de mes questions concernant Monsieur Yamada, est qu’avant toute traque, nous faisons une enquête par nos propres moyens, afin dévaluer la dite traque. Le but étant de vérifier que la personne ciblée a effectivement commit les actes pour laquelle elle est poursuivit. J’ai déjà rencontrée plusieurs Konohajins, chacun apportant quelques réponses, mais aucunes de celles-ci n’est suffisante pour la sentence réclamée. »

Ressortant à nouveau mon bloc-notes, je lui présentai à distance, feuilletant les pages au vent, juste assez lentement pour qu’il voit la prise de indication mais suffisamment vite pour éviter une lecture. Chose faite je remis l’objet à sa place.

« En cas de doute, je vous annonce que Konoha à travers Monsieur Nara Natsuki, a mit une prime sur la tête de Monsieur Yamada Kioshi. De ce fait, avez-vous d’autres infos qui pourraient alourdir les charges retenues contre lui ? Des preuves ? Des discours de témoins oculaires ? Car actuellement, à part le ramener à Konoha pour un jugement en bon et dû forme, il ne mérite pas la mort réclamée … »

Clôturons déjà ce sujet-ci avant de revenir sur ce qui concernait Milly.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 715
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Au détour d'une rue [pv] Mer 12 Avr 2017 - 10:28

« - Il m’arrive que trop souvent à devoir prendre repos en dehors du village en période de mission. Et les gens se montrent que trop souvent plus bavards qu’ils ne devraient. »

Les auberges de passage regorgeaient que trop souvent de monde qui aimaient discuter de tout et n’importe quoi niveau sujets de conversation. Les dernières nouvelles des alentours, les informations internationales, les gens qui passent la nuit ici et là, la dernière « mignonette » du village… Et le sujet le plus récurrent, les moyens de gagner de l’argent. Je n’allais pas m’arrêter à chaque fois que quelqu’un parlait de faire une action illégale, car sinon, je ne pourrais plus avancer. Tant que ça ne concernait pas le village, ils n’avaient qu’à faire ce qui leur plaisait. Cependant, quand vint le moment de parler des primes du moment, quelle n’était pas ma surprise d’entendre mon nom apparaître…

Au début, cela ne me préoccupait que guère. En effet, les hommes qui semblait s’intéresser à moi pour une raison X ou Y ne semblaient pas être des combattants entraînés, suffisamment fort pour m’opposer une réelle menace. D’autant plus qu’ils ne connaissaient pas mon visage, sinon, les choses se seraient passées de manière plus fatigantes… En revanche, ce fameux « Sikari » était autre chose. Pas de simples brigands de petits chemins, mais une organisation de traque ? Les choses devenaient ardues… A croire que Kioshi n’avait pas parlé à la légère en disant qu’il me ferait payer. Soupirant, j’écoutais ainsi le discours de la jeune blonde, lorsqu’une information me fit hausser un sourcil.

« Milly en cheffe d’entreprise ? Première nouvelle… »

Non pas que j’avais envie de dénigrer les compétences de la Kaguya en terme de gestion d’une équipe, voire d’un clan… Mais j’avais vraiment, Vraiment, du mal à me l’imaginer en femme d’affaire. Le fait qu’elle ait disparu ne faisait cependant que confirmer mes doutes après la visite du Shokaijin il y a quelques semaines. De quoi ne pas m’arranger au niveau de mes pensées qui se faisaient de plus en plus floues sur elle. L’opinion qui n’est pas sûre d’elle-même n’a jamais été une bonne idée…
Mais revenons sur le Yamada. Apparemment, elle tenait à faire une enquête précise sur l’affaire en générale, et comme j’étais la dernière personne à avoir discuté avec lui, j’étais l’homme idéal pour répondre à ses questions. Et de ce que j’ai pu comprendre donc, elle ne connaissait pas toute l’histoire. Je soupirai une nouvelle fois, une main couvrant mon visage, en me rendant compte qu’encore une fois, j’allais devoir raconter ce récit qui était tout aussi difficile qu’honteux.


« - Ce que je peux vous dire, c’est que bien que les actes de Kioshi restent impardonnables et immatures… Ils ne sont pas pour autant infondés. »

Posant directement mon sac sur le sol, je décidai de m’adosser contre arbre, alors que je croisai les bras. Geste sur la défensive ? Sans doute, mais bon, je n’avais vraiment pas envie de parler de ça, et le travail m’attendait par la suite. Regardant un peu partout, que ce soit le décor, le ciel et l’auditrice, je cherchai de quoi me remémorer ces souvenirs.

« - Le clan Yôgan est normalement originaire de Ki no Kuni, le pays du Bois. Il s’agissait d’un groupement de personnes qui voulaient vivre en autarcie, le monde les rejetant en partie de par la nature destructrice de leurs capacités : la maîtrise de la lave. De ce fait, n’étant que très peu mêlés à la vie politique de leur pays, ils furent surpris de recevoir la visite des Sunajin qui, après la conclusion d’une alliance entre Kaze et Ki, ordonnaient au clan de les rejoindre. Maguro-sama, mon prédécesseur, avait refusé cette alliance, voulant préserver l’indépendance du clan. Hélas, quelques jours plus tard, il fut assassiné, et Suna revint à la charge, en donnant un ultimatum : soit le clan rejoignait les forces de Suna, soit ils étaient exilés des pays du Vent et du Bois. »

Les bases étaient posées. Pour l’heure, le seul lien qu’il y aurait eu avec Yamada Kioshi n’aurait été que la participation de Suna aux évènements, donc rien qui n’aurait pu l’aider, mais c’était nécessaire pour qu’elle comprenne la situation.

« - C’est à ce moment-ci que j’interviens donc. Etant sur place au moment des faits, j’ai proposé une troisième alternative au clan dont je faisais partie : prendre refuge à Konoha. Certains étaient pour, car ils préféraient choisir une voix plutôt que d’être forcés à une autre. D’autres ne voulaient pas être exilés de leur mère patrie, et acceptèrent la coopération avec Suna, alors que les derniers finirent par tenter leur chance ailleurs, en solitaire. Le jour de « l’exode », je fis en sorte d’aider le clan à atteindre les frontières du pays de la Pluie, allié au Feu, en repoussant les forces Sunajin qui nous poursuivaient. Cependant, pour ça, il me fallait passer par Kaze, étant donné que le territoire du pays des Oiseau était sous le joug de l’empire, donc inaccessible. Nous étions tous fatigués de cette poursuite, et tenter un passage en force aurait causé un bain de sang. C’est pourquoi il m’a fallu utiliser des mesures moins… Glorieuses. J’ai choisi donc de prendre en otage le chef d’escadron qui nous avait attaqués, menaçant sa vie pour nous laisser passer. Il s’agissait de Yamada Arashi, l’oncle de Kioshi. »

Arrivé là, elle devait avoir aligné les points et comprendre la raison qui aurait poussé Kioshi à en vouloir à ma tête. Mais avant qu’elle ne fasse un jugement de valeur, je me permettrai de continuer mon histoire.

« - J’aurais très bien pu le relâcher une fois hors de portée d’attaque, c’est un fait… Mais Konoha et Suna étaient en guerre. La moindre information que nous pouvions tirer d’Arashi nous aurait été utile pour éviter des victimes inutiles au sein de cette guerre. Hélas, c’était sans compter sur l’immaturité du Rokudaime… Quelques mois après la mise en cellule d’Arashi, Kioshi est venu au pays du Feu, et a menacé de détruire deux villes civiles pour la liberté de ce dernier. Ne voulant pas faire courir plus de risque au peuple que nous protégeons, Konoha a accepté ses demandes. Je fus celui qui lui rendit ainsi son oncle, étant donné qu’il tenait à discuter avec le « kidnappeur ». Suite à cela, il me demanda de répondre à « un duel afin de rétablir mon honneur », ou une futilité du genre… N’ayant pas de raison d’accepter, lorsque je refusai son invitation, il décida de lancer ainsi une guérilla contre mon clan, avant de s’en aller je ne sais où, sans doute Suna pour raccompagner son oncle… »

Je décidai de laisser de côté les détails concernant l’exécution de Yamada Tetsui, de part, parce que ça restait quelque chose de classé confidentiel, et d’autres part, parce que ça n’allait pas forcément aller dans mon sens que de révéler ce genre d’information. Le regard enfin redirigé vers elle, je lui adressais quelques mots, jugeant de sa réaction par rapport à cela.

« - Vous connaissez à présent la raison pour laquelle votre employeur veut ma tête. J’espère que la somme soit suffisamment d’importance pour accepter une requête venant de ce genre d’individu ? »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1498
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Au détour d'une rue [pv] Ven 14 Avr 2017 - 0:14

Cela semblait l’ennuyer au plus haut point, ou alors il ne s’agissait que d’une réaction due à la fatigue, mais à le voir soupirer je pensais bien plus pour la première hypothèse.
Lorsqu’il commença son récit, je m’empressai d’en consigner le plus possible dans mon carnet. Lui au moins avait l’immense mérite de commencer l’histoire depuis le début. Le tout début. La conquête du pays du bois par Suna, le dilemme présenté par le village du sable, le premier refus du clan Yogan puis la séparation. Une partie du clan aurait rejoins Konoha, une autre Suna, et les derniers errent toujours dans la nature. Jusque là, pas de problème et j’avais un peu de mal à voir le lien avec Kioshi. Mais je ne l’interrompis pas, ce serait particulièrement impoli et puis, sans doute que les explications vont venir ensuite.
Ce fut le cas. Yusei aurait accompagné les membres de son clan jusqu’à Konoha, mais en prenant l’oncle de Kioshi en otage. Très probablement pour s’assurer de ne pas avoir de problème en chemin.

« J’aurais très bien pu le relâcher une fois hors de portée d’attaque, c’est un fait… Mais Konoha et Suna étaient en guerre. La moindre information que nous pouvions tirer d’Arashi nous aurait été utile pour éviter des victimes inutiles au sein de cette guerre. » Poursuit-il.

J’approuvai d’un mouvement de tête sans quitter mon papier, sachant parfaitement que j’aurais réagis de la même façon dans cette situation. Et là Kioshi entra en scène. Non content de ce qui arriva à son tonton, il serait venu menacer de détruire deux villages civils contre la libération de son oncle. Ce qui recoupait parfaitement avec les dires Kimimaro. Le village a donc décidé de rendre le prisonnier, probablement parce qu’ils avaient déjà toutes les réponses dont ils avaient besoin aussi.
Mais c’est là que ça dérapa. Kioshi, blessé dans son égo, aurait provoqué Yusei en duel. Ce dernier ayant refusé, l’ex-Kazekage aurait décidé de se venger et voilà où on en est, avec une prime pour la tête du Konohajin.

« C’est … ridicule … » Commentai-je simplement, continuant d’écrire. « Et clairement pas digne d’un dirigeant. »

Une fois terminé, je rangeai mon carnet ainsi que le stylo, réfléchissant à tout ça. En effet j’avais maintenant toutes infos, et en prime ça tenait parfaitement la route. Par contre ça n’alourdissait pas ses charges. Il n’avait que proférer des menaces, et dans un certain sens il valait mieux, mais pour une demande réclamant sa mort, ce n’était pas suffisant. Bon, ce sera à voir en détail avec Natsuki, vu que c’est avec lui que je dois peaufiner les derniers détails.

« Merci beaucoup pour votre temps et votre patience. J’en ai à présent fini avec lui. A vrai dire, vous le savez je ne compte pas réaliser cette traque vous concernant. Mais grâce à lui j’ai pu vous trouver, pour un sujet tout autre. Mmh, voudriez-vous que nous allions quelque part où vous pourriez vous assoir ? A force de rester debout, avec de telles blessures cela doit être particulièrement douloureux. »

Je cherchai des yeux un endroit qui pourrait convenir, là-bas un petit muret en pierre, ce sera parfait. L’accompagnant du regard, j’allais m’installer en laissant une place à côté, telle une invitation sous-entendue.

« Mine de rien, c’est un chouette village que vous avez là. Je voyais ça beaucoup plus tourné vers le militarisme, la préparation à la guerre, ce genre de chose. Alors qu’en fait c’est assez proche d’une ville civile … » Le regard se perdant dans les foules d’habitant, de ninja en tout genre. « J’aurais probablement pu vivre dans un endroit comme ça, si seulement l’unique village que j’ai connue ne m’avait pas arraché mes parents … Bref. Je souhaitais vous trouver pour Kaguya Milly. Je vous l’ai dis, elle a disparue depuis plusieurs semaines. Nos moyens de communications ne donnent rien, et mes sources personnelles n’apportent aucune explication. Ce qui commence sérieusement à m’inquiéter, vous en conviendrez. Par conséquent, sachant que vous entretenez des liens assez étroits avec elle, peut-être que vous auriez une idée d’où elle a pu passer ? Ou un moyen de la retrouver ? »

La voix légèrement hésitante, je préférais fixer les nuages que zigzaguer dans les décors du village.

« Certes c’est à l’origine mon boulot, de retrouver les gens, c’est un peu pour ça que je suis payée. Mais dans le cas présent, non seulement personne ne semble s’en inquiéter mais j’ai également trop de travail pour faire mes propres investigations gratuitement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 715
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Au détour d'une rue [pv] Lun 1 Mai 2017 - 9:18

A chaque fois que je me mettais à relater les faits qui s’étaient passés ce jour-là, mon estime pour moi-même semblait vaciller de plus en plus, alors que je me demandais si tout ce que j’avais fait en valait vraiment la peine, si je n’avais pas d’autres solutions que j’aurais pu exploiter… Mais je ne cesse également de me rappeler que la guerre ne nous donnait pas le luxe de choisir une solution pacifique. Nous étions des soldats, et donc condamnés à répéter des actes à la fois bénéfiques mais méprisables. Et puis, j’avais sauvé mon clan après tout, je n’avais pas à me plaindre après tout. Restait à voir ce que mon interrogateur penserait de tout ceci.

Visiblement, la dénommée Emi semblait partager mon opinion sur le Rokudaime Kazekage, n’hésitant pas à qualifier ses actions de « ridicules ». J’aurais employé des termes plus soutenus comme « déplorables » ou « irrespectueuses », mais je n’en pensais pas moins. Un homme qui avait la protection d’un peuple entre ses mains se devait de comprendre le poids de la vie de civils, même s’ils appartenaient à une autre nation. Enfin, je doute cependant que ça puisse intéresser la blonde qui semblait être préoccupée par des choses plus terre à terre. Elle termina ainsi en me remerciant de ma coopération, et pensait pouvoir passer outre la suite… Mais elle avait encore des questions à me poser, dés dont je pourrais difficilement apporter mes réponses…

La suivant et prenant son offre pour m’assoir, je me posai ainsi et relâchai un souffle que je retenais, me tenant au niveau de mes bandages et me rassurant au fait que la douleur semblait plus bénigne qu’autre chose. Ces réflexions faites, Emi me rappela ainsi qu’elle voulait obtenir de moi une autre information, d’un plan beaucoup plus personnel (quoique professionnel pour elle). Elle me confirma ainsi ce que je savais déjà : Milly avait disparu de la civilisation sans contact avec d’autres personnes. Pourquoi ? Aucune idée. Mais autant qu’elle éviterait de tenir contact avec le moindre village, je dis pas, mais avec sa propre entreprise ? Cela n’amenait rien de bon.


« - Contrairement à ce que vous pourrez penser, je n’ai eu aucun contact direct avec Milly depuis bientôt deux ans. Mes missions m’ont obligé à devoir rester isolés de toutes formes de communication pendant un moment. Cependant, j’ai en effet réussi à la contacter par des moyens qu’hélas, je ne peux vous communiquer. »

La vérité que j’énonçai était bien à la fois convenante et dérangeante. Après tout, je ne pouvais pas dire si elle n’était pas, comme le Shukaijin qui était passé récemment, quelqu’un de dangereux qui la traquait. Mais bon… Son histoire était beaucoup trop logique pour paraître louche. Soupirant de ne pas trouver d’autres raisons de lui en dire plus, je concédais en lui jetant un regard distrait.

« - Je supposes que vous avez déjà essayé d’entrer en contact avec sa famille, le clan Kaguya, n’est-ce pas ? Personnellement, je ne sais pas si elle se trouve encore à Mizu no Kuni. Concernant son activité actuelle… J’ai entendu qu’elle était recherchée par les Shûkaijin, pour cause de conflits entre elle et l’Empire. Pour quelle raisons… Je n’en ai aucune idée. »

Ou plutôt que je n’avais pas envie de les reconnaître.

« - Tout ce que je peux vous dire autrement, c’est que la dernière fois que Konoha a essayé, et réussi, à la contacter, c’était pour enquêter sur un individu répondant au pseudonyme de « Black » qui aurait sévit à Kawa no Kuni. C’est sans doute votre meilleure piste pour le moment. »

Réfléchissant quelques instants, je n’avais en effet pas de meilleures pistes qui pourraient l’aider, et par conséquent, m’aider. La Kaguya n’a jamais été très douée pour passer par les voies conventionnelles, ou plutôt, les faisait de manière exagérée. J’avais beau réfléchir, mais mis à part pour la contacter par lettre, je ne savais… Je me rends compte que je suis complètement con. A y réfléchir, Miko avait forcément utilisé le même moyen pour la trouver que quand elle a voulu me surveiller quand j’étais parti à Ki pour entrer en contact avec le clan Yôgan. Cette idée en tête, je me rendis compte que je commençai déjà à manquer de temps. Me levant tranquillement, je me mis face à la jeune blonde pour lui adresser quelques mots.

« - J’ai cependant une idée de comment la trouver. Comme dit, je ne peux hélas vous en informer, mais j’ai une idée claire pour la retrouver et m’assurer de son état. J’essayerais donc de vous contacter le plus tôt possible, en espérant qu’aucune autre catastrophe n’arrive entre temps et m’empêcherait de vous joindre. »

Une pointe de sarcasme quand on connaissait ce que le futur nous réservait… Mais que voulez-vous, les RPs sont assez difficile à gérer avec une continuité temporelle, donc bon. Attrapant mon sac ainsi, je m’apprêtai à partir, mais non sans lui accorder une nouvelle fois mon attention.

« - Je pense que je vais devoir vous laisser. Aussi blessé que je sois, le devoir m’appelle. Si vous avez d’autres questions, je suis prêt à y répondre, autrement, je vous souhaite bonne chance pour vos recherches. »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1498
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Au détour d'une rue [pv] Dim 7 Mai 2017 - 17:35

Malheureusement sa réponse ne laissa pas de place au doute. Il n’avait aucun nouveau contact de Milly. Depuis deux ans ? Ah ouais, en fait il en a encore moins que moi. Mince, je n’aurais pas crue la dirigeante des Kaguya aussi associable ? Surprenant. Il précisa cependant avoir réussi à la contacter, sans pouvoir donner plus de précision. Pourquoi ? Craint-il que je fasse partie de ceux qui la traque ? Dans un certain sens oui, mais aucune pour lui nuire.
Cependant si j’insistais, cela le conforterait dans cette idée erronée. Gardons donc le silence pour le moment, le regard se perdant sur les innombrables visages des passants Konohajin.

Yusei demanda où j’avais déjà cherché et énonçai ensuite qu’elle était poursuivit par le Shukaï. Rien de bien surprenant, quand on attaque de front un empire sans prendre la peine de cacher son visage. Elle n’a jamais été très maline de toute façon, mais jusqu’à maintenant je n’ai jamais vu quiconque de plus solide qu’elle. Cependant, la savoir disparue était particulièrement troublant. Elle est trop téméraire pour fuir un combat, encore plus pour se cacher. Alors où est-elle ?
Mon attention fut rappelée quand il parlait d’un certain Black, sujet de la dernière conversation entre la Kaguya et Konoha. Black … Ce nom, j’ai déjà entendue ce nom quelque part … Un type tellement énigmatique qu’il échappe à tous les radars. Si lui arrive à totalement disparaitre, même des yeux des plus grands, est-ce qu’il aurait pu capturer Milly ? Ça n’aurait pas de sens, elle n’a aucune valeur, sauf s’il bosse pour le compte de l’Empire. Mmh, notons de nous renseigner sur ce personnage.

« J’ai cependant une idée de comment la trouver. » Ajouta le ninja en se levant. « Comme dit, je ne peux hélas vous en informer, mais j’ai une idée claire pour la retrouver et m’assurer de son état. J’essayerai donc de vous contacter le plus tôt possible, en espérant qu’aucune autre catastrophe n’arrive entre temps et m’empêcherait de vous joindre. »

Je me levai à mon tour, le regard planté dans le sien. Quel est ce moyen ? Un système permettant de retrouver quelqu’un où qu’il soit, même sans avoir la moindre information soi-même ? Et plus encore, nous permettant de connaitre son état de santé ? C’était beaucoup trop beau pour être vrai. Ce serait même prodigieux, une telle technique. Serait-ce pour cela qu’aucun Konohajin ne souhaite faire carrière en tant que chasseur de prime ? Avec un tel atout, ils n’en ont effectivement pas besoin. Mais alors qu’est-ce que ça peut être ?
Il ne dira rien de plus à ce sujet, tournant les talons, il fit une salutation et demanda s’il y avait encore des questions.

« Non aucune, merci beaucoup pour votre temps monsieur Yogan. Je continuerais mes recherches, et sur ce Black également, il représente une piste intéressante. Je vous recontacterais également si j’ai de mon côté des nouvelles. » Je m’inclinai respectueusement. « Portez-vous bien et prenez le temps de vous soigner. Je doute que votre village désire un estropié dans ses rangs immédiatement, plutôt qu’un soldat en pleine forme plus tard. »

D’un geste de la main je clôturai cette rencontre et entrepris de retourner aux portes du village.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 715
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Au détour d'une rue [pv] Ven 26 Mai 2017 - 18:23

Quelques jours plus tard…

Les évènements s’enchaînaient de manière virulente à Ame, de ce que j’ai pu comprendre. Le village était au pied de guerre à cause de plusieurs signes qui annonçaient une nouvelle attaque au pays de la Pluie. Pour ma part, je ne faisais pas parti des personnes qui seraient dépêchées sur place, pour une raison simple : mon séjour à Konoha allait bientôt se terminait, car dès que Mizuki reprendrait son rôle d’Hokage à plein temps, je devrais moi-même à Nami pour diriger la construction du fameux village d’Umi. Cependant, avant de partir pour cette nation, il y avait une toute dernière chose que je devais faire.

Les derniers jours de travail ont été… Difficiles, je dois l’avouer. Plus d’une fois j’ai pu sentir mes paumes humides et tremblantes rien qu’à la vue d’une bouteille d’alcool, une voix dans ma tête me hurlant de me laisser abandonner, encore une fois, dans l’ivresse pour oublier. Mais Natsuki avait raison, cela ne servait à rien de rester à s’enfermer dans ces illusions. C’était ce qui séparait ceux prisonniers du passé de ceux qui arrivaient à avancer. C’était donc avec certes beaucoup de douleur que j’écrivais cette lettre, mais également avec envie d’en finir, d’honorer une dernière fois une parole donnée la concernant. Je ne savais pas si elle arriverait à destination, mais cela valait le coup de tenter. Je la relisais une dernière fois pour être sûr de ne laisser aucune erreur.


Masami Emi,

Je vous contacte comme promis afin de vous transmettre les informations concernant votre ancien employeur, Kaguya Milly. J’ai réussi ainsi à apprendre qu’hélas, la jeune femme ne fait plus partie de notre monde. Toutes mes condoléances encore une fois. Je ne sais pas votre relation avec elle, mais j’espère cependant que la blessure causée par son absence ne sera pas aussi profonde que je puisse l’imaginer.

Je vous contacte également parce que j’aimerais en apprendre plus sur le Sikari quand vous en aurez le temps. Je ne vous demande pas de faire passer cette demande en priorité, loin de là, mais il est assuré que votre organisation ait retenue mon intérêt. Cela ne concernera pas l’affaire avec Kioshi cependant, nous verrons cette histoire avec cet homme un autre jour.

Une dernière chose avant de vous laisser : Kaguya Milly semblait avoir eu des escarmouches auprès de l’Empire des pays neutres. Si vous désiriez entreprendre de nouvelles recherches à son sujet, ou bien même si vous souhaitez savoir de qui vous méfier… Vous devriez porter attention au Shûkai.

Cordialement,

Yôgan Yusei.


Je n’avais plus grand-chose à dire dessus, me retenant de complimenter l’écrit des sentiments que j’éprouvai sur ces affaires, ils n’avaient pas lieux d’être. Soupirant une dernière fois, je laissai le courrier aux services postaux et rattachai mon sac dans mon dos. La route serait longue jusqu’à Nami, et beaucoup d’affaires m’attendaient… Bien plus que je ne l’aurais cru à ce moment.


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Au détour d'une rue [pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-