N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3506
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer Dim 12 Mar 2017 - 12:59

Assise sur sa terrasse, elle lisait tranquillement son livre face au parc devant elle qui n’était autre que son jardin (#Daimyô), son fauteuil en osier légèrement tourné pour constituer un demi-cercle face à la vue avec deux autres sièges, une petite table de jardin au centre. Tournant une page de son livre, elle exhala une dernière fois la fumée de sa cigarette, avant d’écraser le mégot terminé dans le cendrier de la table basse pour une fois très peu rempli. Plusieurs dossiers traînaient sur la dite table mais ils auraient l’occasion de les ouvrir tous ensemble quand la réunion commencerait. Ensemble ? Justement, Rukia la prévint de l’arrivée de ses invités. Le temps pour eux de se rafraîchir et ils seraient là à 16h30 précises. Quelle ponctualité. Pourtant ce n’était pas gagné à leurs débuts en tant que shinobis ...

Continuant la lecture de son livre d’apiculture (non ce n’était pas le même d’un rp à l’autre, ici elle en était au tome 4), elle ne releva pas les yeux alors que les deux invités arrivèrent. Levant le doigt comme pour les interrompre avant qu’ils ne commencent à parler, elle termina sa page, glissa son marque-page et les salua enfin, chaleureusement d’ailleurs.

    Ah ! Yusei, Kihran asseyez-vous. Mais avant que nous ne commencions, toutes mes félicitations Kihran pour ton(/ta) garçon(/fille). J’espère qu’il n’y a pas eu d’accident.


Pas la peine de lui parler de la peluche grenouille ou des trucs de bain qu’elle avait fait envoyer en guise de cadeau. Peu accoutumée à donner des cadeaux de naissance -ne s’y intéressant habituellement pas vraiment-, elle avait fait au mieux, sur les conseils de Natsuki avec qui elle entretenait une relation épistolaire soutenue. Rukia prenant les commandes de thé et café, elle repartit un instant, revenant plus tard dans la discussion pour donner les commandes.

    Vous devez sûrement vous douter de la raison de vos deux présences. Je parle bien évidemment de Nami no Kuni. De mémoire, vous saviez tous deux que nous comptions établir un avant-poste de Konoha sur l’archipel, une sorte de succursale de Konoha là-bas, le simple fait d’envoyer simplement des patrouilles n’ayant pas été extrêmement efficace contre l’attaque Sunajine ou le soulèvement des nécromants du pays. Comme vous le saviez, je m’étais rendue là-bas pendant les derniers événements pour m’entretenir avec le Daimyô pour obtenir son approbation. Et même s’il était d’accord sur le principe, l’attaque aura eu l’effet d’un coup de fouet pour vaincre ses quelques dernières réticences. Aussi, le Village Caché par la Mer sera bel et bien prochainement créé. Et si je vous ai convoqué ici c’est car après en avoir parlé avec Mizuki, nous avons décidé de compter sur vous deux pour faire prospérer ce projet. À ce titre, Yusei nous aimerions de faire de toi l’Umikage, quant à Kihran, ton projet de complexe scientifique et académique a été accepté et sera financé par l’Alliance de Hi, Nami et Ame no Kuni. Il se tiendra au sein de ce nouveau village afin que vous puissiez exploiter pleinement les multiples ressources de l’archipel tout en étant protégés. Comme convenu, nous comptons sur toi pour faire rayonner les travaux de recherches et les multiples formations sur l’ensemble de l’alliance depuis le prochain village, mais je ne t’apprends rien normalement, Mizuki m'ayant assuré qu'à part la confirmation du village, celle du complexe et le poste d'Umikage vous étiez au courant du reste … Auriez-vous des questions pour le moment ?


Oui, afin d'écourter cette réunion, Yusei tout comme Kihran de par leur position ou leur rôle lors de l’opération à Nami no Kuni étaient normalement déjà au fait de la possible création d’un nouveau village ninja à Nami (et prochainement à Ame), et des règles et modalités que cela engendrait (succursales sous l’autorité de l’Hokage). Yusei avait dû avoir eu vent du complexe scientifique sans pousser dans les détails ; projet que Kihran cherchait à développer depuis déjà un moment, s’étant déplacé à Nami auparavant dans ce but, son déplacement ayant été écourté par l’attaque des Sunajins où il était intervenu avec son équipe.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 733
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer Sam 18 Mar 2017 - 0:24

Le travail de Hokage n’était pas rempli de tout repos. Et bien que je m’attendais en effet à devoir passer mon temps à remplir de la paperasse comme un dératé, je pensais cependant également que la discussion que j’avais eu avec Natsuki s’avérait vrai quant à la capacité à déléguer le travail pour mieux s’organiser avec les membres du palais. Mais non. Entre les différents départs de Mizuki, Natsuki, Satochi et beaucoup des hauts gradés, il ne restait plus que moi pour gérer l’entièreté du village.

Moi et Kihran, en réalité. Mais j’ai également été mis au courant de « l’heureux évènement » qui lui fut béni, et me sentant assez mal déjà d’avoir mis lui, son épouse et leur enfant dans cette situation dangereuse, je leur avais interdit de toucher à la moindre paperasse. Si je regrettai mon choix ? Oui, terriblement, parce que j’aurais très vraisemblablement besoin de bras et têtes supplémentaires, mais à part appeler des clones pour optimiser mon temps de travail, c’était un peu la misère…

Mais mes réflexions furent interrompues par le tapotement retentissant à la fenêtre du bureau de l’Hokage. Me tournant, je vis alors un oiseau messager que je n’avais pas l’habitude de côtoyer. Sans doute était-ce l’un des plus importants de l’Hokage. Ouvrant le message qui l’accompagnait, je me gratifiai du droit de jurer en me disant que ce n’était pas pour arranger mon affaire. Sentant bien que je ne pourrais pas m’en sortir avec mon organisation actuelle, j’invoquai un clone et lui demanda d’aller à ma place à cette convocation. Le Daimyô devait avoir quelque chose d’important à me dire, certes, mais le gérant se devait de rester au village en effectif réduit. J’espère juste qu’elle ne prendra pas ça comme un affront…

===========

Après un certain temps de route, j’arrivai, accompagné de Kihran qui était également convoqué, à la demeure du Daimyo. La convocation disait juste que nous devions nous présenter devant Miko, mais sans aucun détail supplémentaire. C’était donc soit très bénéfique, soit très négatif cette convocation spontanée. 16h30, nous voilà présents devant la Daimyô qui semblait occupé à lire. Je comptai la saluer, mais d’un geste de la main elle nous demanda d’attendre. Me retenant de rouler les yeux, je me contentai d’attendre son autorisation pour continuer, la saluant d’une révérence avant de m’assoir.

La suite de la discussion pourtant ne me serait vraiment pas venue à l’esprit vu le ton sur lequel il avait commencé. Nous étions convoqués à propos du fameux projet de base avancée qui serait localisée à Nami pour se préparer à de potentielles nouvelles attaques futures. Il fallait donc préparer différents travaux pour construire le lieu, notamment un complexe scientifique pour mener des recherches diverses et variées. En soit, c’était intéressant en effet. Je n’avais que peu à faire en réalité avec ceci, mais ça n’était pas non plus normalement de mon ressort, donc je ne m’étais guère plongé dedans.

Cependant, je ne m’attendais pas à ce que Miko me fasse venir pour me nominer au poste de chef de la base, en tant que Umikage. Je restais sans voix, les yeux plus ouvert que d’habitude et sourcils levés. Lorsque notre tour de poser les questions fut donné, je toussai dans mon poing pour me sortir de mon état de surprise. De ce que j’ai pu écouter au niveau des informations, il y avait en effet beaucoup, BEAUCOUP de choses qui me turlupinaient. Mais plutôt que de me lancer dans des questions en rafales, concentrons-nous sur plusieurs points.


« - Hmm… J’aurais en effet quelques questions, Miko-dono. Tout d’abord, quelles seraient-les accréditations qui me seraient conférés en devenant Umikage ? Et au passage… Cela ne devrait-il pas être Namikage, étant donné que l’Hokage est pour le feu… »

Laissant un silence bizarrement long s’installer, je repris finalement.

« - Ensuite, quel serait mon niveau « d’autonomie » quant à la direction du Village. Est-ce que je devrais faire des rapports de manière régulière à notre Hokage ou vous, pour informer de la situation ? Je suis bien conscient que ce genre de questions devrait être pour Mizuki-Sama, mais étant donné son absence, je tiens à me renseigner aussi rapidement que possible. Quand est-ce que la construction devrait commencer également ? Sauf votre respect, le travail de gérant ne me laisse guère l’occasion de sortir. »

J’avais déjà du invoquer ce clone pour me présenter devant elle, alors surveiller la construction de cette base en même temps que je gérer le village était impossible. Enfin bon, une dernière question me taraudait également l’esprit. Une plus personnelle, nous dirons. Me sentant ainsi incapable de rester avec cette question non résolue, je pris une dernière fois la parole.

« - Pourquoi moi ? »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chef Hayashi - Directeur de l'Académie - Jônin
Messages : 789
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer Sam 18 Mar 2017 - 13:48




La convocation était arrivé directement chez lui et ce fut un peu à contre cœur qu’il quitta son nouveau-né ainsi que sa fiancée. Malheureusement, ou non, la vie continuait ainsi que le travail et ses devoirs. Il lui était impossible de prendre des vacances, surtout avec la situation actuelle, alors tout ce qu’il s’était permis était de prendre au moins deux trois après-midi ou pauses de midi plus longues.

La convocation était assez simple, il fallait aller voir Miko. Pourquoi ? Excellente question. Le rouquin avait bien deux trois idées en tête, mais il devait avouer redouter une mauvaise nouvelle des troupes parties à Ame no Kuni. Il chassa rapidement cette idée de sa tête rejoignit alors Yuseï au lieu de rendez-vous.

Heureusement, il semblait avoir raison de ne pas croire à une mauvaise nouvelle. Impossible que sa sensei soit aussi sereine si tel était le cas. Il l’observa attendant patiemment à ce qu’elle daigne enfin finir le chapitre de son bouquin avant de la saluer avec respect.

« Bonjour Miko-sama. Je vous remercie beaucoup, tout se passe bien. »


Une fois assis, Kihran demanda un thé avant de rediriger son attention sur sa daimyo. Celle-ci vint enfin au sujet du jour : Nami. Bien entendu, les deux hommes connaissaient les projets en cours concernant le pays et donc la création d’un village pour plus de sécurité. Une idée qu’il ne pouvait qu’approuver surtout après les différentes attaques vécues par le pays. Et ainsi, les dirigeants avaient décidés de confier le projet à Yusei et au rouquin. Yusei venait d’être nommé Umikage et Kihran avait l’autorisation de construire son complexe. Un sourire s’afficha alors sur ses lèvres avant qu’il ne s’incline respectueusement.

« Je ne vous décevrai pas. »

Il se redressa et posa son regard sur Yuseï. Ce dernier semblait extrêmement surpris et même dérouté par cette promotion. En effet, ce dernier allait avoir beaucoup de travail et de responsabilité sur ses épaules. Sans oublier la paperasse, la paperasse dont n’allait pas échapper l’Hayashi. Il allait en effet devoir développer le concept en plus loin maintenant qu’il allait devenir réel. Il allait devoir également sérieusement envisager un déménagement…. Un déménagement qui ne pouvait que lui faire un pincement au cœur, mais qui allait sans doute être nécessaire et qui aurait alors plusieurs conséquences…

« Pour ma part, je n'ai pas de question, pas encore. Je verrai sans doute les détails avec Yusei-sama le moment venu. »













Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3506
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer Sam 18 Mar 2017 - 15:38

La coupelle en porcelaine tenue fermement par la prothèse en métal, Miko se saisit de la tasse qui jusqu’à maintenant reposait dessus, regardant et écoutant les réactions des deux protagonistes. Kihran restait toujours aussi protocolaire, quant à Yusei -petit sourire-, il semblait toujours aussi … perdu. Buvant une petite gorgée, elle savoura le liquide brûlant avant de lui répondre.

    Oui Namikage excuse-moi, je me suis mélangée avec Umigakure. Pour ce qui est du titre en lui-même sinon, tu pourras voir avec Mizuki si celui-ci ne te plaît. Au niveau des accréditations et autres composantes tu pourras en voir un plus long descriptif dans l’un des dossiers sur la table. Les pages du début en toute logique.


Attendant que Yusei se munisse du dossier « Umi », elle continua, laissant à Kihran la possibilité de se saisir de celui nommé « Complexe » en dessous recensant le budget alloué, les objectifs attendus, les effectifs mis à disposition, les autorisations qu’il aurait etc.

    Vous pourrez les lire dans leur ensemble chez vous, ne vous en faites pas. Pour te résumer au mieux la chose Yusei, tu seras en charge de la gestion du Village caché par la Mer. Ta mission consistera à assurer sa prospérité et sa protection, mais également celles de Nami no Kuni. À ce titre bien qu’indépendants du pouvoir seigneurial en place, toi et les Konohajins dont tu auras la responsabilité devrez travailler main dans la main avec le gouvernement pour améliorer le pays en plus de vous soumettre à ses requêtes et demandes. Tant que celles-ci ne vont pas à l’encontre de Hi ou Ame bien sûr. Initialement un budget te sera alloué pour la construction du village -en espérant que le clan Hayashi soit enclin à réduire drastiquement les coûts de main d’œuvre.


Long regard en direction de Kihran.

    Ainsi qu’une partie des effectifs Konohajins. Il ne faudra pas hésiter à travailler avec Konoha et le futur village d’Ame, le but n’étant pas que vous viviez en autarcie. Des rémunérations seront par la suite débloquées et divisées entre les gouvernements de Hi et Nami, afin d’entretenir ce nouveau village caché, cependant l’argent ne devrait pas être un problème une fois l’économie de l’archipel relancée. Niveau autonomie, toi et les tiens serez toujours Konohajins, affectés à une succursale du village principal. Cependant, bien que tu auras toute autorité sur les Namijins, la voix de Mizuki continuera de prévaloir sur la tienne même si elle n’aura en toute logique pas besoin d’intervenir.


Petite pause boisson, en espérant qu’elle ne se répétait pas trop.

    En somme, considère toi encore Konohajin avec seulement Mizuki au-dessus de toi à égalité avec le futur Kage du village à Ame, en charge d’une équipe -de la taille d’un village ninja certes-, qui aura pour but de perpétuer les valeurs et les décrets de Konoha dans l’un des pays membre de l’Alliance. Pour ce qui est des rapports, nul besoin de rapports journaliers ou hebdomadaires. La gestion d’Umi sera tienne, cependant si un problème te paraît épineux et que tu ne te sens pas habilité à prendre des initiatives tu devras bien évidemment en faire part à Mizuki. Tout cela viendra avec la pratique. Cependant quelques bilans initiaux seraient en effet une bonne idée pour que nous ayons à l’œil le bon essor de ta succursale. Idem pour toi Kihran, afin de nous prouver que ces projets sont aussi prometteurs que ce qu’ils paraissaient.


Nouvelle et dernière gorgée -on ne pouvait vraiment pas mettre grand-chose dans ces tasses décidément-, l’Aburame termina son monologue.

    La construction devrait commencer sous peu, une réunion est prochainement planifiée à Konoha avec les maîtres d’œuvre et architectes urbains d’Hi et Nami. Si le rôle te dit, il te faudra donc y aller et commencer déjà à te faire la main. Avec Kihran évidemment. Son complexe représentera le cœur d’Umi sur lequel il faudra veiller ardemment. Cependant un conseil … Si tu venais bel et bien à accepter le rôle. Tâche de bien t’entourer. Si tu penses que ton rôle de gérant temporaire sans véritable gros dossier est envahissant, c’est que tu t’y prends en réalité très mal Yusei. Le maître mot d’une bonne gestion est de déléguer. Tout comme je délègue à Mizuki, et que nous déléguons à vous deux. Sans confiance et autonomisation* (empowerement en anglais) de ton équipe, la tâche te semblera impossible. Si bien que tu finiras par ne pas prendre d’initiatives… Ce qui serait regrettable puisque c’est sûrement pour ton zèle que Mizuki a appuyé ta candidature malgré ton manque d’expérience… ça ou par pitié.


Reposant la tasse, Rukia vint la remplir rapidement, proposant de resservir les invités au passage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 733
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer Mar 28 Mar 2017 - 14:21

Mes questions posées, je me remettais encore de cette nouvelle qui avait le don de me décontenancer. Moi, un chef de Base ? J'ai déjà eu l’occasion d’avoir des postes à responsabilités, que ce soit en tant que chef d’unité ou même de responsable des forces de protection du pays… Mais là, même s’il ne s’agissait pas de devenir Hokage, c’était obtenir un grade équivalent en termes de commandement d’hommes. Est-ce que j’aurais les capacités afin de répondre aux besoins que l’on me demanderait d’accomplir ? Est-ce que je pouvais assurer la sécurité des hommes et citoyens qui seraient mises entre mes mains ? Tant d’interrogations et si peu de temps pour réfléchir…

Les explications que m’avait donné la Daimyô sur ce sujet étaient suffisantes pour répondre à la plupart de mes questions sur mes futures fonctions, et je commençais déjà à réfléchir aux tâches et travaux que je devrais mettre en œuvre afin de faire grandir, de ce que j’ai pus comprendre, Umigakure no Sato. Il y avait cependant, comme je devais m’y attendre, une légère pique qui m’était adressée de la part de notre « chère et respectable » Daimyô. Et bien que je pensais réussir à camoufler la majorité de ma réaction quant à la prétendue « pitié » qu’aurait eu Mizuki à mon égard, je ne pouvais m’empêcher un certains commentaire.


« - Je suis parfaitement conscient de certaines « lacunes » que m’auraient attribué déjà Natsuki-san, et ai pris en note ses précieux conseils… Pour l’heure, la majorité de l’état-major est occupé avec les affaires d’Ame, et je ne souhaite pas déranger plus que ça Kihran-san. »

Je me tournai légèrement vers lui, l’observant un instant avant de soupirer, poings serrés.

« - J’ai déjà fait courir un risque à votre femme et enfant. Vous méritez du repos après ceci… Mais je saurais compter sur vous le moment venu. »

Je m’en voulais encore de cette décision d’avoir envoyé Yell au front alors qu’elle était enceinte, je n’étais tenu au courant que peu des détails de sa vie privée. Et je ne l’ai appris que sur le tas, quand elle avait répondu présent. Mais bon, si elle était aussi forte de caractère, je savais qu’elle pourrait tenir ses rôles une fois à Nami, comme Kihran. Son attachement à ce complexe scientifique serait un bon moteur pour nous aider à la construction. Soupirant de cette discussion que je trouvais déjà lourde, je retournai mon regard vers Miko, avant de me courber en avant, mains sur les genoux.

« - Je saurais ne pas vous décevoir, Miko-dono. Je protégerais le peuple de Nami avec autant d’ardeur que vous en avais démontré en tant que Nanadaime et Daimyô. »

Je me redressai ensuite pour me mettre debout, attendant plus d’instructions pour le reste de cette réunion. J’aurais aimé partir instantanément, disparaissant pour informer mon original de la réunion (me demandant comment lui réagirait avec l’afflux d’informations instantané), mais deux choses me retenaient. Tout d’abord, je souhaitais savoir si Miko souhaitait m’informer d’autre chose, et attendait la réaction de Kihran quant à nos déclarations respectives. Et aussi…

« - Si vous n'avez rien d'autre à nous demander, je prendrais congé, essayer de me libérer de mon travail pour commencer un brainstorming sur Umigakure. Cependant... J’aimerais aussi profiter de cette entrevue pour vous poser une question sur un sujet plus… Personnel. Si vous tenez à remettre ça à plus tard, je comprendrais, mais je voulais vous informer maintenant pour éviter une surprise plus tard. »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chef Hayashi - Directeur de l'Académie - Jônin
Messages : 789
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer Mer 29 Mar 2017 - 17:42



C’était un grand projet qui s’apprêtait à se mettre en place à travers les alliances du feu. Ils n’allaient pas manquer de travail ces prochaines semaines. Ils allaient devoir valider toute une partie administrative avant de commencer réellement les différentes chantiers. Le plus grosse charge n’irait pas sur les épaules du rouquin, mais sur ceux du Yôgan qui semblait encore retourné par cette promotion. Il ne pouvait pas lui en vouloir.

De son côté, Kihran redoutait la réaction du Conseil Hayashi concernant cette situation. Néanmoins, il ne doutait pas réussir à les convaincre des bienfaits que prodigueront ces changements. Il hocha simplement la tête lorsque Miko évoqua la question des travaux. Bien entendu, ce dernier comptait demandé le soutiens de son clan, une fois celui-ci convaincu. Restait plus qu’à leur en parler…

L’Hayashi remarqua également les remords du nouveau promu concernant l’affectation de Yell durant la mission à Nami. Il le détailla un instant avant de répondre.

« Ce n’est pas vous qui avez pris cette décision, mais Yell. Elle était déterminée à venir et ne voulait strictement rien écouter. De plus, tout s’est bien terminé, alors ne vous en faites pas pour cela. Aussi, Yell et moi-même restons des shinobis voulant soutenir notre nation, n’utilisez donc pas ces excuses pour nous mettre de côtés. »


Bien entendu, Kihran appréciait passer du temps à la maison avec sa femme et son enfant. Toutefois, il n’oubliait en aucun cas ses devoirs et ne souhaitaient pas qu’on pense le contraire. Il en valait de même pour Yell.

Enfin, les explications semblaient terminées. Le Directeur n’avait, pour le moment, aucune question particulière et décida donc de prendre congé et se releva de sa chaise.

« Si t’es est le cas, je vais vous laisser. Je vous remercie encore pour votre confiance, Miko-sama. Aussi, je vous invite à passer nous rendre visite lorsque vous en aurez le temps. Yuseï..sama, je vous recontacterai concernant le projet académique. D’ici-là, je reste également à votre disposition si besoin est. »

Sur ce, Kihran inclina le haut de son corps puis se dirigea vers la porte de sortie. Il restait encore beaucoup à faire.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3506
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer Mer 29 Mar 2017 - 19:24

    Je ne parlais pas que de Kihran. Tu as bien des personnes de confiance à qui tu pourrais déléguer certaines choses. Le Palais dispose aussi de nombre de gratte-papiers très doués à leur poste. Que les autres grandes pontes soient parties à Ame ne change rien. La puissance d’un shinobi n’en fait pas automatiquement un bon gestionnaire. Par exemple, j’apprécie énormément Natsuki, mais j’espère que pour son bien il se limitera à jamais à la gestion de son seul restaurant…


Souriant quelque peu à sa remarque, elle laissa le Yôgan continuer alors qu’elle l’avait interrompu. Laissant le duo parler de Yell et des risques qu’elle avait encouru, elle écouta en silence. Se resservant en thé à l’aide de la théière que leur avait laissé Rukia, l’Aburame s’adoucit à nouveau en prenant note de la réponse du rouquin. Sa future épouse et lui restaient des shinobis voulant soutenir leur nation… Un petit sentiment de fierté continuait de s’emparer d’elle alors que ses lèvres trempaient dans le liquide brûlant. Kihran était décidément l’incarnation même de toutes les valeurs pour lesquelles elle avait combattu jusqu’à présent.

    Rentre bien Kihran. En espérant que la prochaine fois que nous nous verrons sera moins courte. Ah, peux-tu prendre le dossier destiné à Yusei également ? Cela évitera à son clone de faire le voyage de retour.


Kihran acceptant, elle resta face au Yôgan, continuant de boire lentement son thé jusqu’à ce que Kihran disparaisse totalement.

    Dis-moi tout, qu’est-ce qui peut tracasser notre Shodaime Namikage.


Nouvelle gorgée de thé. Tant de mystère vraiment. Impassible, elle attendait la suite. Le ton du Yôgan laissait supposer que la question n’allait pas lui plaire. Mais bon, qui sait, il lui arrivait de temps à autre d’être surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 733
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer Lun 1 Mai 2017 - 16:23

J’étais toujours surpris d’entendre les remarques sur mes réponses qui s’apparentaient comme négatives pour certains, alors que je me contentai d’être dans le plus grand réalisme. Miko semblait penser que bien que Natsuki était un de ses amis de confiance, elle ne souhaiterait pas lui confier plus de responsabilité que la gestion de son propre restaurant. Une tirade bien insultante j’aurais cru, mais je ne connaissais pas vraiment la nature des relations entre les deux protagonistes. Peut-être qu’elle avait une raison de penser que Natsuki n’était pas fait pour la politique… Enfin, ce n’était pas de mon ressort de juger ou non.

Kihran, lui, était tout aussi calme par rapport à la situation dans laquelle j’avais mis sa femme. Il fallait vraiment que j’apprenne à être aussi détendu que lui quand il m’annonçait, sans la moindre gène, qu’il acceptait que sa femme mette en péril sa vie et celle de leur enfant en les exposant aux nécromants et empoisonnements, voir juste une fausse couche suite à des complications qui auraient pu se dérouler lors de la délivrance. Sans doute moi qui m’en fais beaucoup trop. Toujours était-il que Miko avait accepté de répondre à ma requête et avait envoyé Kihran rejoindre mon original à Konoha pour me transmettre les dossiers. Une fois seule, elle s’adressa à moi avec ce « nouveau titre », de quoi me mettre encore une fois mal à l’aise.


« - Tout d’abord, je vous remercie de cette audience privée. »

D’une simple révérence, je me servis de ce geste pour me reprendre et rassembler mes pensées pour ce que j’allais dire.

« - La raison pour laquelle je vous ai retenue est assez simple. Depuis quelques temps, le village de Konoha a reçu plusieurs visites qui concernaient notre connaissance commune : Kaguya Milly. Le premier fut un Shukaijin qui prétendait qu’elle a agi contre l’empire en tant que terroriste, et aurait donc choisit de trouver des informations auprès de personnes l’ayant rencontré antérieurement. A la suite de cela, une représentante d’une entreprise de mercenaire dont la Kaguya serait la créatrice, arriva au village pour me demander également des renseignements sur elle, comme quoi, elle aurait arrêté tout contact avec même ses propres hommes. »

La Daimyô n’était pas une simple d’esprit, elle avait sans doute deviné où je voulais en venir avec cette exposition. Cela lui laissait déjà un peu de temps pour décider si et comment elle allait me répondre.

« - Vous avez été capable de localiser Milly là où eux n’ont pu rien faire. Je devines donc que vous avez utilisé la même méthode qu’avec moi lors de mon expédition au pays du Bois. Alors, je ne vous demanderai que cette faveur… »

Je me demandai comment je devais réellement formuler ça, l’hésitation se lisant que trop facilement dans ma gestuelle. J’aurais bien pu demander sa localisation, mais au fond, une seule vraie question subsistait au final.

« - … Est-ce que Kaguya Milly est encore en vie ? »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3506
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer Ven 12 Mai 2017 - 17:35

    À vrai dire non. Tu étais infecté à l’époque de Ki. Pour traquer Milly il ne m’a fallu que son chakra. Et quoi de mieux que ses petites figurines qu’elle distribuait à tout va en faisant croire à de simples cadeaux …


Soupirs. Ils étaient bien tous stupides. Surtout Yusei. Quelle idée de porter des bijoux créés à partir d’un fémur aussi … Ils n’étaient plus à l’époque de la préhistoire tout de même, et il n’y avait pas plus glauque comme preuve d’affection que de porter une partie de la personne sur soi…

    Mais coupons court au suspens… Milly est morte. Toutes mes condoléances Yusei…


Laissant quelques instants au Yôgan pour le réaliser, elle reprit enfin.

    Mes insectes me signalent quand l’individu dont ils pouvaient retrouver le chakra meurt. Et petit à petit la présence chakratique de Milly s’est visiblement éteinte. Elle avait pris l’habitude de distribuer ses figurines à gauche à droite, figurines chargées en chakra dont la source s’amenuisait au fil du temps. Mais maintenant, plus rien. Ce qui ne peut signifier que deux choses : soit elle est devenue une experte en sensorialité à même de me surpasser … soit elle n’est plus des nôtres.


Inutile de lui dire quelle option elle pensait la plus probable, elle l’avait dit clairement juste avant.

    Habituellement à la mort d’un sujet, il m’est possible de traquer son cadavre. Mais ce n’était pas le cas pour elle, c’est tout ce que je pourrai te dire. Et j’en ignore les raisons… Souhaiterais-tu autre chose ?


Elle n’avait jamais vraiment apprécié la Kaguya, mais savait que le Yôgan si. Pas besoin de l’enfoncer d’avantage, qu’il fasse son deuil à sa façon, elle restait à sa disposition s’il avait une autre demande, une autre requête. Resservant en thé Yusei, elle attendit sa réaction, la mort d’une connaissance n’était jamais très facile à digérer. Milly avait pour habitude de vivre au milieu du danger et était tout sauf discrète ou réservée. Ce n’était de toute façon qu’une question de temps avant qu’elle ne se fasse tuer…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 733
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer Jeu 25 Mai 2017 - 20:39

Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en posant cette question. En demandant des informations à Miko, peut être que j’aurais pu savoir ses déplacements, si une activité étrange résonnait avec son chakra à cause du fameux « tatouage » dont m’a parlé Natsuki. Mais au fond, je pensais connaître la réponse de ma question, et tout ceci n’aurait servi à rien de savoir. J’étais cependant surpris de l’entendre dire qu’elle balisait surtout grâce aux statuettes de chakra que Milly m’avait donné, mon regard tombant rapidement au niveau de ma ceinture, là où était accroché cet anneau qu’elle m’avait donné.

Cependant, même si je m’attendais au fond à cette réponse, lorsque la Daimyô me confirma à haute voix, je n’avais pas réussi à encaisser la nouvelle. Un frisson parcourait ma peau alors que les mots de l’Aburame sonnaient comme un écho lointain, présent mais en même temps incompréhensible. J’aurais voulu poser de nouvelles questions, mais en même temps, ma gorge se faisait nouée et sèche. Soudainement, l’idée de boire un thé ne serait pas de refus, mais… Mais je n’étais qu’un clone après tout, ce n’était pas à moi de gérer ceci. Aussi, lorsque le son du thé coulant dans une tasse se fit entendre, je sorti de ma transe et fit geste de l’arrêter.


« - Je… je vous remercie de l’offre, mais… Mais comme je vais disparaître, il est inutile de s’inquiéter. Je pense qu’il est temps pour moi d’y aller… Et d’informer mon original de la situation. Merci encore de votre temps. »

Le tout sur un ton monotone, absent, je saluai la Daimyô d’une révérence avant de composer le Müdra pour me faire disparaître, me demandant comment lui allait le prendre…

===============

Concentré sur mon bureau, j’étudiais l’ensemble des dossiers qu’avait laissé Mizuki sur son bureau avant de partir en croisade à Ame. Si moi je me plaignais souvent de ma charge de travail, je me rendais compte qu’il allait me falloir éviter d’y faire allusion devant elle, à moins que je ne veuille une nouvelle rétrogradation immédiate… Ce n’était pas dans mes objectifs. Les documents s’accumulaient peu à peu, mais bon, je commençais à prendre la main. Qui savait, ça allait peut être me servir dans un futur proche.

Mais alors que je commençai une nouvelle phrase, cette étrange sensation que j’avais lorsqu’un clone se détruit et me transmet sa mémoire se fit sentir… Et avec, les sentiments de ce dernier. Lâchant mon stylo par le choc, j’étais entièrement paralysé, tétanisé, le souffle coupé. Impossible de dire combien de temps j’étais resté comme ça, mais j’arrivai enfin à reprendre le contrôle de mon corps, les épaules tombantes et la tête inexpressive. Sans le moindre bruit, je me levai afin d’observer par la fenêtre l’extérieur, sans repère, essayant de trouver quelque chose pour me distraire… Mais je ne voyais que le visage souriant de Milly partout où je regardai.


« - Idiote… Pourquoi… Je t’avais promis… »

Le poing serré en me rappelant ce souvenir, les tremblements de colère et tristesses m’envahir enfin. J’avais juré faire en sorte de lever son bannissement, qu’elle puisse parcourir les terres du feu en paix. Et qu’est-ce que j’ai fait au final ? Rien ! Rien qui ne puisse l’aider ! Les derniers mots que j’eu d’elle n’étaient que des doutes qu’elle avait envers moi, et pas la confiance que je pensais avoir construite ! Les dents serrés, me mordant la joue jusqu’au sang, j’essayai de rester stoïque, me contrôler… Mais la douleur que je ressentais était bien plus grande que celle-là. La main venant chercher l’anneau qu’elle m’a offert, le souvenir d’elle que je gardais avec moi, je retenais mes questions, lamentations et hurlement de rage de sortir… Ne laissant que le pathétique son de sanglots résonner dans la pièce.

« - Namikage… Tu parles… Même pas foutu de sauver une vie ! »

Je n’ai rien pu faire. Beaucoup me diraient que je n’étais pas là, donc ce n’était pas de ma faute… Et alors ?! J’aurais très bien pu essayer de la retrouver et de l’aider dès que j’ai appris ce qu’elle faisait. Pourquoi avait-elle tenté des actions aussi dangereuses et insensées ? S’attaquer aux autres nations été inutiles, je l’ai sans cesse répété. Aussi puissant que nous sommes, toute bataille générera forcément des pertes collatérales, si ce n’est notre propre suicide ! Pourquoi t’as fait ça Milly ?!

J’avais beau me poser toutes ces questions, aucune réponse ne me satisfaisait pour le moment. Le poing serré, je pris une grande inspiration et laissa la frustration s’évaporer. Kihran allait bientôt arriver, inutile de lui offrir un spectacle pitoyable. Essuyant mes larmes sèches, je me remis au travail, essayant de fuir la réalité un instant, d’oublier même l’existence de cette blonde qui m’était si chère… Mais l’empreinte de son anneau pressé dans mon poing ne cessait de me rappeler que je ne la reverrai jamais après tout.


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...

Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Palais du Daimyô-