N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Un parfum d'automne [Ft. Takeo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 580
Rang : A

Message(#) Sujet: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Dim 12 Mar 2017 - 14:30


Finalement, Taro avait préféré resté s’entraîner encore un peu avec Fuyu, ainsi j’étais retournée seule à la maison, et même si mon entraînement était terminé, je ne pouvais m’empêcher de cogiter sur ce que nous avions appris. C’était décidé, demain on continuerait à s’exercer, il valait mieux ne pas laisser d’écart entre chaque tentative, le lien que j’avais noué avec Shira était encore fragile et il me restait à lier le même avec Yoi également. Alors que j’avais passé près d’une heure à rêvasser, j’entendis le jeune Inuzuka rentrer, un peu bredouille. Visiblement ils n’avaient pas réussi à faire de grands progrès, bah, ça viendrait !

La fin de la journée arriva très vite, et le lendemain matin tout aussi rapidement. Comme souvent, mes loups me réveillaient particulièrement tôt, je pris donc tout mon temps pour me préparer à partir dans la forêt en leur compagnie. Pourquoi ce lieu plutôt qu’un terrain d’entraînement ? Eh bien mes deux compagnons avaient pensé qu’ils réussiraient sans doute mieux à établir ce lien spécial avec moi en étant dans un environnement qui leur était plus naturel. Je leur faisais aveuglément confiance, alors il m’était normal de prendre leur avis en compte.

Quelques instants de détente, un petit déjeuner et une bonne douche, et nous étions partis. En automne, les bois étaient particulièrement magnifiques avec toutes ces feuilles aux nuances rougeâtres différentes. Les rayons du soleil qui filtraient à travers elles rendaient l’atmosphère apaisante, il ne faisait pas chaud, mais pas froid non plus, le temps idéal. Une fois bien enfoncés dans la forêt et un petit coin tranquille trouvé, notre trio se mit au travail. Dans un premier temps Shira et moi réitérons l’exercice d’hier pour y arriver plus rapidement, puis une fois que nous fûmes satisfaites du résultat, c’était au tour de Yoi. Puisque j’avais compris la méthode et qu’il avait tout suivit, ce fut bien plus rapide, au bout d’environ une heure, les deux liens étaient créés. Nous parvenions à partager notre odorat sur une courte distance, le but recherché, était de sentir des odeurs bien plus éloignées.

« Bon, il est temps de commencer la deuxième partie, vous vous en sortez bien pour le moment ! Éloignez-vous de moi progressivement, et va tenter de garder le lien sensoriel intacte malgré la distance, ok ? »


Les deux me répondirent en jappant et commencèrent à marcher droit devant eux, en restant côte-à-côte. Mieux valait se concentrer sur une seule odeur commune pour le moment. Au début, tout se passait bien, ils avaient parcouru environ quinze mètres, et je pouvais clairement sentir l’odeur du chêne devant eux, ça fonctionnait vraiment grâce au partage de notre chakra. Mais lorsque la distance qui nous séparait s’éleva à une trentaine de mètres, les effluves que je percevais s’amenuisaient, nous avions du mal à conserver la connexion malgré nos efforts.

« Yoi, Shira, vous pouvez revenir. On va réessayer en renforçant le lien du départ. » Leur dis-je avec le sourire, en leur caressant la tête une fois qu’ils se retrouvèrent à mes côtés.

Seulement c’était sans compter une présence que nous remarquions non loin, elle me semblait familière d’ailleurs.

Spoiler:
 



Shizu's Theme:
Fight for Freedom
Let the pack hunt you down, Invité.


Dernière édition par Inuzuka Shizu le Jeu 16 Mar 2017 - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 818
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Mer 15 Mar 2017 - 20:37

Comme ça, aussi rapidement qu’il était arrivé, l’été était parti et avait fait place à un automne toujours riche en odeurs. Alors que hier j’aurais juré que nous avions encore plusieurs beaux jours d’été devant nous, voilà que je me réveillais ce matin le nez plein de ces odeurs si caractéristiques à l’automne. Même si les feuilles n’avaient pas encore commencé à se décolorer, je sentais définitivement quelque chose dans l’air qui criait cette période transitoire entre la saison chaude et la saison froide. Alors que le printemps semblait en tirer tous les avantages, tous les inconvénients étaient relégués à l’automne : les journées de plus en plus froides, les crépuscules de plus en plus tôt, les précipitations précédant les tombées de neige et j’en passe. Heureusement pour moi, nous n’étions pas encore rendu là même si je ne pouvais pas repousser l’inévitable. Bien décidé à vouloir profiter de l’extérieur avant qu’il ne soit trop tard, je me levai plus tôt qu’à l’habitude. En quittant les lieux de bonne heure, j’espérais ainsi profiter un peu de la matinée avant de m’enfermer dans mon bureau, si ce n’était pas ma salle d’audience.

Lorsque je quittai le terrain de ma propriété, sans même avoir été accroché, je sus que j’avais pensé juste. S’il y avait d’autres personnes debout à cette heure, elles se sont assurées de ne pas se faire voir. Marchant d’un pas léger et insouciant, je savais tout de même très bien où j’allais quand bien même je profitai de l’aube teintée d’orangé. En effet, j’avais décidé qu’en cette journée j’irais profiter de la beauté de la forêt entourant le village avant qu’elle ne nous quitte. Il y avait également un quelque chose de pur dans le calme et la sérénité de la forêt que je ne retrouvais pas nulle part ailleurs, pas même dans les espaces boisés de Konoha. Je passais finalement les grandes portes des Remparts et me retrouvai enfin à l’extérieur du village. Aussitôt, je m’enfonçai dans les bois et ce ne fut pas très long que nous étions tous les trois en train de courir à en perdre haleine. Redoublant de vitesse, je laissai en même temps toutes les odeurs nous entourant me traverser me rappelant plusieurs souvenirs d’enfance. Le nombre de fois que je m’étais amusé avec Akamori dans des forêts identiques à celle-ci… Perdu dans mes souvenirs, je laissai mes pieds me guider tout en me fiant inconsciemment sur mes ninkens quant à la direction que nous prenions.

Plusieurs minutes s’étaient écoulés depuis notre sortie de Konoha et je m’arrêtai finalement sur un arbre aux branches massives sur une desquelles je m’assis, m’accotant le dos sur le tronc. Je prenais de grandes inspirations, essoufflé de cette course effrénée, en même temps de regarder Akamori d’un œil jaloux. D’aussi longtemps que je me rappelle, ce dernier avait toujours été plus rapide que moi et cela arrivait souvent – comment cela avait été le cas aujourd’hui – que ce dernier s’amuse à me faire croire que j’avais une chance. Évidemment, à chaque fois je me disais que cette fois serait la bonne et l’esprit de compétition fraternel s’occupait du reste. Le pire dans tout ça s’était de voir la lueur amusé dans son regard, preuve que même s’il n’était pas doué de parole il pouvait très bien me narguer. Seimori, de son côté, nous regardait d’un air faussement détaché puisque je savais que même s’il feignait de ne pas être intéressé par notre petite querelle ce dernier n’attendait que la première occasion pour se joindre à notre compétition. Cela allait devoir toutefois attendre à un peu plus tard puisque je devais encore reprendre mon souffle.

J’allais justement l’inviter lorsqu’une odeur particulière vint soudainement me titiller les narines. Ce n’était pas une odeur que j’avais l’habitude de sentir lorsque je sortais dans les forêts de Hi no Kuni, mais pourtant elle m’était familière. Quelques inspirations supplémentaires me firent comprendre qu’il s’agissait en fait de l’odeur de Shizu-chan. Pas étonnant que j’avais l’impression de connaître cette odeur puisque je l’avais vu pas plus tard qu’hier en compagnie de Taro-kun. Je ne voulais pas paraître comme celui qui la suivait partout, mais je devais avouer que j’étais curieux de la raison pour laquelle elle se trouvait en ces lieux. Venait-elle se ressourcer comme moi ou bien était-elle ici pour une mission? Décidant que ma promenade matinale pouvait bien se tourner vers là où la jeune Inuzuka se trouvait, je me relevai et lançai un regard vers mes ninkens signifiant qu’il était temps de partir. Sans rouspéter, ces derniers se levèrent et me suivirent tandis que je suivais l’odeur de la jeune femme jusqu’à elle. Lorsque j’apparus près d’elle, son regard se riva aussitôt sans surprise et compris que mon odeur m’avait précédé.


- Bon matin, Shizu. Comment vas-tu? Tu avais senti ma présence venir, pas vrai? commençai-je en souriant légèrement. Dis-moi, qu’est-ce qui t’amène par ici? Pas que je ne sois pas ravi, mais je ne pensais pas te revoir de sitôt.

Je m’entendais très bien avec la jeune femme et me trouver en sa compagnie était loin d’être une corvée, mais c’était tout de même une assez drôle de coïncidence que nous nous rencontrions tous les deux à cet endroit précis avec l’immensité de la forêt entourant Konoha le lendemain de notre dernière rencontre. Alors que j’attendais sa réponse, je la regardai et ne remarquai aucun matériel shinobi qu’elle aurait eu avec elle si elle avait été en mission. La voir assise ainsi en compagnie de ses loups me fit aussitôt penser à comment j’étais installé quelques instants plus tôt avec Aka et Sei. Peut-être que la réponse à ma question était plus simple que je ne le pensais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 580
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Jeu 16 Mar 2017 - 14:24


Je ne m’étais pas trompée sur le propriétaire de l’odeur que j’avais senti. Il y avait également celle caractéristique des deux énormes ninkens qui l’accompagnaient. Et une chose était certaine, c’était que si j’étais parvenu à le sentir, Takeo-san également. Apparemment nous avions eu la même idée de nous rendre dans la forêt, et son odorat l’avait poussé à venir à ma rencontre plutôt que de continuer sa promenade ou quel que soit ce qu’il faisait avant de me repérer.

Dire qu’il nous avait entraîné hier Taro et moi, et qu’à présent il surgissait alors que je m’affairai avec mes loups, à perfectionner notre nouvelle technique de détection. Ces temps-ci l’Inuzuka passait pas mal de temps dans son bureau dédié au chef de clan, une tâche difficile mais tout autant nécessaire. D’après les retours qui en ressortaient, le roux semblait bien s’en sortir et ceux qui jusqu’alors doutaient de lui, commençaient à changer d’avis sur sa personne.
Lorsque que j’entendis enfin ses pas tout proche, ma tête se tourna dans sa direction, un sourire s’étira sur mes lèvres en voyant le fameux trio.

« Bonjour Takeo-san, il y a des sens qui ne trompent pas ! On va bien, et vous trois ?
Demandai-je à mon tour. – Eh bien on s’est dit que ce serait bien de continuer à nous entraîner sur ce qu’on a fait hier. On essaie de garder le lien même en mettant de la distance entre nous. Pour le moment, il disparait au bout de trente mètres, c’est un bon début j’imagine ! Et toi, pourquoi cette escapade matinale ? »

Attendant sa réponse, j’observai nos quatre canidés se saluer du bout du museau. Ceux-là avaient l’air de bien s’entendre également, ils ne tardèrent pas à s’enfermer dans leur petit monde animal auquel même nous, Inuzuka, n’avions pas accès. D’un air bienveillant, je me les remémorai tous les deux lorsqu’ils étaient encore des louveteaux, ils ne tenaient jamais en place, et je n’étais pas en reste non plus !

« Je me demande bien ce qu’ils se racontent parfois ! »



Shizu's Theme:
Fight for Freedom
Let the pack hunt you down, Invité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 818
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Sam 25 Mar 2017 - 2:42

Ce qui avait débuté comme une promenade matinale se transforma rapidement en rencontre impromptue puisque peu de temps après m’être enfoncé dans la forêt entourant Konoha l’odeur familière de Shizu-chan m’était parvenu d’un peu plus loin dans la forêt. J’avais aussitôt pris sa direction et j’arrivai finalement devant la jeune femme, qui avait déjà le regard vers moi. C’était comme elle le disait, certains sens ne pouvaient pas se tromper. Bon, d’accord, je pouvais peut-être penser à une fois ou deux où on avait pu me berner, mais vous comprenez ce qu’elle voulait dire : il était très difficile de parvenir à imiter l’odeur d’une personne. Acquiesçant légèrement devant ses paroles, je la laissai continuer m’expliquer qu’elle était en réalité ici pour poursuivre son entraînement de la veille. J’haussai imperceptiblement les sourcils avant de reprendre une expression normale, impressionné par sa détermination. Certes, il fallait battre le fer pendant qu’il était chaud et je devais avouer qu’il était logique de vouloir continuer alors que les souvenirs sont frais sauf que je ne m’attendais pas à la voir debout de sitôt; cela ne pouvait que me rendre fier autant en tant que Jônin que chef de Meute.

Décidemment, elle n’avait pas fini de m’impressionner puisqu’elle me révéla ensuite pouvoir se rendre jusqu’à une trentaine de mètres avant que la connexion se rompe. Selon moi, c’était plus qu’un bon début si je pensais à ce que je pouvais faire à son âge – laissez-moi vous dire que ça ne battait pas des records. Enfin bref, je n’étais pas devant elle pour ressasser le passé et la jeune femme ne prit pas de temps pour le rappeler, me demandant la raison pour laquelle je me retrouvais ici à cette heure matinale. Ce n’était pas pour m’entraîner, ça c’était certain, mais j’éprouvais une certaine réticence à lui avouer la raison de ma présence ici. Que penserait-elle lorsque je lui dirai que je ne faisais que procrastiner quant à mes devoirs de chef de clan? Cela faisait-il de moi un mauvais chef de clan? Après quelques instants pendant lesquelles j’essayai de trouver une réponse valable pour la jeune Inuzuka, je finis par lui répondre.


- C’est un peu triste à dire, mais les matins sont pratiquement les seuls moments où je ne suis pas occupé.

J’effectuai un haussement d’épaule résigné avant de porter à mon tour mon regard sur nos ninkens. Après s’être salué de la façon unique aux canidés, ces derniers commencèrent à émettre des aboiements courts tout en bondissant les uns autour des autres. Je n’avais aucune idée de ce qui se disait, mais je savais que les bêtes étaient en train de faire la conversation au même titre que Shizu-chan et moi le faisions. Quelque chose me disait toutefois que nous étions loin d’avoir les mêmes sujets de conversations. Pendant quelques secondes, je me demandai de quoi pouvaient bien discuter des ninkens lorsque la voix de la jeune femme me sortis de mes pensées avec la même réflexion que moi. La coïncidence me fit sourire.

- Je paierais cher pour le savoir… Quoique non, je retire ce que je viens de dire, je ne suis pas sûr que je paierais pour savoir qu’ils parlent de leur dernier repas.

J’eus un petit rire devant le prospect tout en me disant tout de même cela pourrait être bien pratique de pouvoir comprendre ce qu’ils disent. Certes, je pouvais avoir une vague idée de ce qu’ils voulaient dire, mais cela n’égalait pas leur capacité de parfaitement comprendre lorsque nous leur parlions. Peut-être était-ce quelque chose à développer lors de mes temps perdus, lorsque j’aurais du temps à investir dans ce projet. Pour le moment, toutefois, c’était la jeune Inuzuka qui tentait de développer quelque chose et devant tant d’enthousiasme – et le prospect de ne pas avoir à retourner tout de suite à Konoha – je ne pus m’empêcher de vouloir lui filer un coup de main… à nouveau.

- Alors… ça te dirais un autre coup de main? J’ai encore du temps avant de rentrer au village alors si tu veux que je t’aide pour renforcer le lien avec tes ninkens, je suis là.

J’eu un petit pincement au cœur devant un tel mensonge, mais il était trop tard pour reculer et, franchement, je préférais passer ma matinée à l’extérieur avec un membre de la Meute qu’enfermé à l’intérieur pour des broutilles. Je vous jure, des fois, les choses que j’entends de la part de certains membres de la Meute…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 580
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Ven 31 Mar 2017 - 0:20


Takeo-san haussa les sourcils lorsque je lui expliquai m’être rendue dans la forêt pour m’entraîner avec mes ninkens. L’Inuzuka était surement étonné de me voir si matinal, mais cela n’avait en réalité rien d’anormal pour nous. Yoi et Shira étaient deux lève-tôt, et depuis toute petite, ils avaient pris l’habitude de me réveiller sur les coups de sept heures du matin. De quoi avoir tout le temps de se préparer avant de commencer la journée. Bien sûr lorsque j’étais épuisée pour une quelconque raison, les deux frères et sœurs savaient se retenir de me réveiller à coup de museaux.

Concernant le chef de clan, la raison pour laquelle il était debout si tôt n’avait rien à voir avec la mienne. Le rouquin devait se rendre compte de l’énorme responsabilité que représentait la prise de la tête d’un clan entier. Il fallait avoir la tête sur les épaules, être à l’écoute de chaque membre du clan, même quand ils venaient pour des broutilles, j’étais certaine que cela arrivait. C’était comme certains maîtres qui nous emmenaient leur animal à la clinique, pour parfois quelque chose de complètement insignifiant, c’était toujours comme ça !

« C’est vrai que ça ne doit pas être facile tous les jours ! Je vois beaucoup de membres venir te voir dans la journée, est-ce qu’ils ont vraiment tous un problème qui nécessite tes hautes fonctions ? » Demandai-je d’un ton qui laissait clairement entendre que je n’en étais pas convaincu.

Non, certains avaient juste besoin d’une oreille pour les écouter, et en bon chef que Takeo était, il devait le faire avec le sourire. La conversation se dirigea ensuite sur nos précieux compagnons, occupés à sauter dans tous les sens. Eux avaient la belle vie, pas de problèmes d’humain à gérer, des caresses et à manger gratuitement, les chanceux. Mais en échange, ils étaient les plus fidèles amis que l’on puisse avoir et ça n’avait pas de prix. D’ailleurs en parlant de prix, la remarque du roux me fit rire instantanément.

« J’avoue que je peux me passer de ce genre d’informations ! Quoi que, ils ont surement leurs propres ragots... » Ajoutai-je en souriant.

Nous restions là quelques secondes à les observer, quand l’Inuzuka reprit finalement la parole. Je tournai ma tête vers lui, étonnée par le fait qu’il veuille m’aider alors qu’il devait surement avoir à faire. Mais apparemment ce n’était pas le cas et Takeo avait encore du temps devant lui, dans ce cas, je ne voyais aucune raison de refuser son aide !

« C’est gentil de vouloir m’aider, je veux bien, j’avancerai surement plus vite grâce à toi ! Yoi, Shira, venez par-là, je crois que la récréation est terminée ! »

Rapidement, ils coururent dans la direction et vinrent chercher mes mains pour que je leur gratouille entre les oreilles, deux gros bébés.



Shizu's Theme:
Fight for Freedom
Let the pack hunt you down, Invité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 818
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Mer 5 Avr 2017 - 1:01

Je pris un air exagérément horrifié lorsque cette dernière souleva l’éventualité que je passais mes journées à écouter les doléances de tous et toutes. Grands Dieux, non! Cette dernière ne semblait elle-même peu convaincue d’une telle chose et elle avait bien raison puisque je ne pourrais pas souffrir de faire cela une journée entière. J’aimais mon clan comme ma famille – enfin, le clan EST ma famille, mais vous comprenez ce que je veux dire – mais à ne faire qu’écouter leur plaintes ou leur réclamation on finissait par se demander ce qu’on aimait chez ces gens. Je dramatisais, bien sûr, sauf qu’il y avait tout de même un peu de vérité derrière tout cela; vous aussi finiriez ainsi à ne voir que le côté désagréable des gens. Les odeurs qu’ils dégageaient finissaient elles-aussi par me donner un mal de tête. Pas qu’ils avaient des problèmes d’hygiène, mais avec ces situations les odeurs nauséabondes de la jalousie, de l’avarice ou de la colère étaient celles qui prédominaient. J’avais essayé tant bien que mal de me pratiquer à désactiver certaines odeurs lorsqu’elles se faisaient trop intense, mais jusqu’à date je n’avais peu eu beaucoup de succès. Donc avant de remettre le nez là-dedans, rien de mieux qu’un tour à l’extérieur où j’avais aujourd’hui rencontré Shizu-chan.

- Seigneur, non! Je ne vois que ceux dont seule l’autorité du chef de la Meute peut trancher, mais quand ce n’est pas ça c’est une réunion ou bien un dossier que je dois étudier avant de poser ma signature.

Depuis un moment déjà je dépeignais mon poste de chef de clan comme une corvée, mais au fond j’appréciais ce que je faisais. La motivation n’était pas toujours là certains matins, mais je me forçais tout de même et une fois que je m’y m’étais il était difficile de m’arrêter. Un peu comme en ce moment alors que mon esprit commençait déjà à se tourner vers les affaires du clan. Pour me distraire, je regardai mes ninkens s’amuser avec ceux de la jeune femme et cette dernière exprima sa curiosité quant à ce qu’ils pouvaient bien se dire entre eux. En ce qui me concernait, bien que l’idée m’étais déjà passé par la tête à un moment donné, je ne tenais pas plus à comprendre leur langage; la connexion que nous avions tous le trois dépassait celle de la langue de toute façon. Nous rîmes ensemble pendant quelques instants et nous échangeâmes un sourire entendu suite à sa remarque.

Je m’efforçai de garder un air naturel lorsque vint le moment de donner les faits alternatifs et je pensai avoir bien fait cela puisque cette dernière accepta mon offre tandis qu’elle rappelait ses propres chiens-ninjas vers elle. Sentant que l’action se déplaçait, les miens ne tardèrent pas à suivre et nous nous retrouvâmes rapidement rassemblés. Je restai en silence quelques secondes, le temps de trouver quelque chose pour aider la Chûnin à améliorer ses capacités sensorielles. Je lui avais proposé mon aide sans réellement avoir quelque chose en tête et maintenant que nous étions rendus là je faisais face à un mur. Cela ne faisait pas plus qu’une journée que je l’avais aidé à aiguiser ses sens, je ne savais pas quoi lui montrer d’autre. C’est alors que je me rendis compte que je n’avais pas nécessairement à lui montrer quoi que ce soit. Plus qu’une prolongation de la leçon, voyons plutôt cela comme le côté pratique de la leçon d’hier. C’était bien de pouvoir être capable de partager sa connexion, mais autant fallait-il savoir quoi en faire le moment venu.


- Tu n’aurais pas pu mieux dire, Shizu, commençai-je alors qu’un sourire sournois s’étirait lentement sur mes lèvres. Maintenant que la récréation est terminée, c’est le temps de passer aux travaux pratiques. Je vais aller me camoufler dans la forêt et lorsque tu auras compté deux minutes depuis que je serai parti tu devras utiliser ta connexion avec tes ninkens pour me retrouver. Ça marche? Bon j’y vais, bonne chance!

N’attendant même pas une réponse de la kunoichi, je pivotai sur moi-même et m’élançai à toute vitesse vers les fourrées. Sans vouloir mettre trop de distance entre eux et moi, je devais toutefois donner l’impression que je fuyais à toute allure dans la forêt. Après quelques secondes, toutefois, je m’arrêtai et me cachait derrière un tronc tout en m’accroupissant sur une branche. J’effectuai quelques mudras et laissai ma présence disparaître graduellement jusqu’à se confondre avec n’importe quelle autre animal dans les environs. Ainsi camouflé, la jeune Inuzuka n’aurait d’autre choix que d’utiliser le potentiel de ses ninkens afin de trouver ma trace et la différencier de celles des autres. Voyons voir ce dont elle serait capable.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 580
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Mar 11 Avr 2017 - 0:55


Bon contrairement à ce que j’avais pensé, Takeo-san était parvenu à ne prendre en compte que les demandes qui nécessitaient réellement sa voix. C’était une bonne chose car l’euphorie du changement aurait pu pousser les membres du clan à prendre un peu leur aise. Enfin bref ! La pause avait durée assez longtemps, nous n’étions à la base pas venu pour discuter même si avec l’Inuzuka, il y avait toujours un sujet de conversation à trouver, ce que j’appréciai beaucoup avec lui, d’ailleurs. Mes compagnons m’avaient rapidement rejoint lorsque je les avais appelés, et ceux du rouquin en firent de même.

Par contre, le sourire sournois apparaissant sur les lèvres de mon aîné ne me rassurait pas du tout, qu’est-ce qu’il avait en tête ? Je ne tardai pas à le savoir, puisque le roux m’expliqua directement que nous allions passer à la partie pratique de l’entraînement. C’était une très bonne idée mais je n’eus même pas le temps de répondre, qu’il était déjà parti en courant, s’enfonçant dans la forêt.

« Mais, attend... ! »

Trop tard, je voyais son dos disparaître à travers les feuillages, ses mèches demeurèrent visibles pendant encore quelques-unes de ses enjambées, avant qu’il ne soit plus du tout dans mon champ de vision. Takeo-san était une personne assez impulsive qui fonctionnait beaucoup à l’instinct, c’était une chose que j’avais découvert en discutant avec lui. Une fois une idée en tête, on pouvait bien courir pour la lui retirer ! C’était à nous de jouer maintenant, comme le jônin me l’avait demandé, j’attendis pendant deux minutes. Je continuai pendant ce temps à observer les loups discuter ensemble. Le temps passa assez rapidement, et ce fut enfin le moment de rechercher le rouquin.

Me mettant brusquement debout, j’intimai à mes loups de se concentrer, notre symbiose devait être parfaite pour réussir à le détecter de cette manière. Après quelques secondes, notre lien olfactif grâce au chakra fut établi, et nous nous mîmes à courir à travers les bois. Au bout d’un moment, nous nous séparions pour couvrir plus de distance, là était la phase la plus complexe. Trente mètres, c’était la limite à laquelle le lien se dissipait, il fallait qu’il tienne et si possible même, s’allonge ! Ma course s’était transformé en pas, je faisais en sorte de communiquer à mes ninkens les effluves qui me parvenaient. Je sentais également les leur en retour, l’odeur d’un terrier de lapins me parvint grâce à Yoi, celle d’un oiseau grâce à Shira, c’était vraiment impressionnant.

Soudain, de cette dernière me vint une odeur animale. À en juger par le fait qu’elle devenait plus présente, j’en déduisis qu’elle ne devait pas en être loin, une dizaine de mètres peut être. Au fur et à mesure, l’effluve se précisait, je sentais grâce à la louve, une caractéristique plus humaine qu’animale dissimulée. Une signature chimique qu’on ne pouvait pas confondre bien longtemps. Discrètement, je commençai à me rapprocher de sa position, son frère en faisant autant également. Arrivant à l’opposé, j’aperçu enfin le jeune homme perché sur une branche. Un sourire étira mes lèvres alors que j’étais hors de son champ de vision. Je fini par sauter sur ladite branche où il était accroupi, atterrissant brusquement près de lui.

« Trouvé ! Mais là c’était facile ! » M’exclamai-je tout sourire.

Alors, est-ce que le chef de clan allait corser les choses ? J’imaginais bien.



Shizu's Theme:
Fight for Freedom
Let the pack hunt you down, Invité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 818
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Dim 30 Avr 2017 - 19:06

Comptant les secondes, je me dis que Shizu-chan était sans doute sur le point de s’élancer à ma poursuite. Je venais tout juste de terminer mon camouflage et je sentais mon énergie vibrer à la même fréquence que la forêt autour de moi. C’était une vieille technique de chasse que mon père m’avait enseigné il y avait longtemps; la meilleure façon de leurrer sa proie était en lui faisant croire que la voie était libre. Ce n’était cependant pas pour cette raison que je l’utilisais aujourd’hui puisque je jouais aujourd’hui le rôle de la proie et non celui du chasseur puisque je devais attendre que la jeune Inuzuka me retrouve grâce au sens de ses ninkens. Je n’étais pas allé bien loin, parfois il suffisait de se cacher sous le nez de quelqu’un pour qu’il vous loupe complètement. Premier piège que je lui tendais : allait-elle se ruer à ma poursuite sans prendre le pouls des alentours? De ce que je connaissais de la jeune femme…

Je fus brusquement tiré de mes pensées lorsqu’une ombre se profiler au-dessus de moi, me faisant tressaillir malgré moi. À force d’attendre de la sorte, mon esprit s’était égaré et j’avais perdu ma concentration. Tout sourire, la kunoichi semblait fière de son coup, même si elle admettait que cela avait été facile. J’arquai un sourcil devant la remarque alors qu’intérieurement je ne pouvais m’empêcher d’être légèrement piqué par la remarque. Cela n’avait certainement ses intentions – sûrement était-elle simplement heureuse de ses progrès – alors je reléguai ces pensées à l’arrière de ma tête tandis que je me reconcentrais sur la petite épreuve que j’effectuais pour Shizu-chan. Si cette dernière trouvait que c’était facile, c’était parce que ce n’était que le début.


- C’est ce que tu dis pour l’instant, mais ne parles pas trop vite. Cette fois-ci, les choses vont se corser un peu plus, lui répondis-je alors que je lui retournais son sourire. Aka! Sei!

Ces derniers nous suivaient de près puisque mes deux ninkens apparurent quelques secondes après mon appel, les deux bêtes se postant sur des branches non loin. Cela ferait moins d’effet avec ce que j’avais en tête, mais nous ne pouvions pas tous ternir sur la même branche, aussi large soit-elle et mes frères l’avaient compris. Ce n’était pas tant une histoire de poids qu’une histoire d’espace. Maintenant qu’ils étaient là, c’était le temps de rendre les choses un peu plus complexe : d’un mudras, un nuage de fumée entoura mes ninkens d’où ressortirent deux Takeo. Si elle avait trouvé cela facile avec une cible, voyons voir comment elle allait s’en tirer avec trois. Mon sourire s’élargit alors que, sans crier gare, je bondis à côté d’elle avant de poursuivre ma course, rapidement suivi par mes Ninkeos.

Nous courûmes côtes à côtes pendant quelques instants, le temps que j’effectue une nouvelle série de mudras ayant pour but de masquer notre présence. Une fois cela fait, nous nous séparâmes et prîmes tous une direction différente. Je ne mis pas beaucoup de distance avant de finalement m’arrêter et cette fois-ci j’allais me cacher non pas sur une branche, mais dans les feuilles elles-mêmes de l’arbre. C’était certes beaucoup moins confortable – quoi que non, finalement, je venais de trouver une position confortable – mais cela me procurait un camouflage beaucoup complet rendant la tâche de me trouver plus difficile que si j’attendais bêtement sur une branche. Prenant mon mal en patience, j’attendis en garder l’oreille attentive au moindre son qui trahirait la présence de Shizu-chan en me promettant de ne pas me faire avoir comme la dernière fois.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 580
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Lun 8 Mai 2017 - 16:15


Pendant un petit instant j’avais cru voir l’Inuzuka légèrement vexé, est-ce qu’il était déçu que je l’ai retrouvé aussi vite ? Si j’avais réussi c’était parce qu’il ne s’était pas pris au sérieux et avait commencé doucement, la suite promettait d’être bien différente. D’ailleurs une seconde après il me rendit mon sourire et confirma mes pensées. L’entraînement allait réellement débuter maintenant, et cette fois-ci, ses compagnons Aka et Sei allaient participer.

« Montre-moi ça ! » Répliquai-je de bonne humeur.

Sans plus attendre, les deux canidés atterrirent chacun sur une branche solide et nous faisaient face. Sei était particulièrement imposant, je me souvenais de son poids hallucinant sur la balance, même pour un ninken. Mais je n’eus pas le temps de m’attarder plus longtemps sur la corpulence des frères de Takeo-san. Ce dernier composa un mudra, et les deux bêtes prirent son apparence, une technique que je ne connaissais que trop bien. Donc pour la prochaine étape j’allais devoir retrouver les trois, ça allait être bien plus difficile !

D’un bon, le chef de clan quitta sa branche, instantanément suivit par ses compères à poils. Encore une fois ils partaient à toute vitesse et nous restions, Yoi, Shira et moi, en retrait, les laissant prendre de la distance. Je voyais les trois têtes rousses courir l’une près de l’autre, avant qu’elles ne disparaissent de mon champ de vision à travers les feuillages. En concentrant du chakra dans mon nez, je n’étais plus capable de les sentir, c’était le moment pour créer le lien olfactif avec mes loups. Quelques secondes de concentration nous suffirent, à force de persévérance, cette étape était devenue une formalité.

« Aller, c’est partie ! On refait comme tout à l’heure ! »


Deux jappements motivés me répondirent et nous nous mîmes à la recherche du trio. Mon odorat était devenu d’un coup bien plus sensible, c’était donc un atout mais aussi un inconvénient. En effet, je pouvais sentir l’effluve des arbres, des fleurs, de certains petits animaux passant à proximité. Il me fallait en faire abstraction et c’était encore une chose que je ne parvenais pas à faire instinctivement. Ces odeurs parasites allaient rendre la tâche complexe. Mes compagnons s’étaient dispersés afin que nous puissions couvrir du terrain. Nous partagions ce que l’autre sentait, j’étais encore impressionnée par cette faculté nouvellement acquise. Je devais rester concentrée pour que le lien chakratique ne se rompt pas, je commençai à m’y faire également.

Au fur et à mesure de ma course dans la forêt du feu, nous parvenions à gommer les émanations qui ne nous intéressaient pas. Yoi et Shira se donnaient vraiment beaucoup de mal pour y parvenir et j’étais vraiment fière d’eux ! Soudain, parmi toute cette faune, des effluves sensiblement différentes se démarquaient. Mais c’était faible, trop faible pour que je puisse savoir si nous avions trouvé nos cibles.

D’un mudra, je concentrai davantage de chakra, le dirigeant vers mes ninkens, afin qu’ils comprennent que nous devions accentuer le partage. J’eus un retour très rapide, et la signature ne nous laissa aucun doute. Quelques minutes de courses plus tard j’arrivai dans une clairière, l’odeur provenait des arbres mais j’avais du mal à trouver la bonne zone. Dans une situation réelle, j’aurai été clairement désavantagée.

« Où est-ce qu’il est ? Et je n’arrive pas à voir si c’est le vrai non plus... »

Mes chiens-ninjas s’étaient arrêtés de courir également, ils semblaient rencontrer la même difficulté que moi. Il fallait rester calme pour être capable d’affiner notre odorat.



Shizu's Theme:
Fight for Freedom
Let the pack hunt you down, Invité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 818
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Jeu 25 Mai 2017 - 0:53

Caché où je l’étais, je gardais l’oreille et le nez attentifs au moindre signe trahissant l’approche de Shizu-chan. Depuis le temps que j’étais parti, cette dernière devrait sans doute être sur son départ. J’ignorais si elle allait garder la règle du deux minutes, mais il y avait fort à parier que oui. De ce que je connaissais de l’Inuzuka, cette dernière n’était pas du genre à truquer son entraînement simplement pour avoir la satisfaction de m’avoir trouvé rapidement. Au contraire, elle semblait plus être du genre de prendre le temps nécessaire pour établir une bonne connexion avec ses ninkens avant de s’élancer. C’était d’ailleurs l’objectif de ce petit jeu de cache-cache. Si elle me trouvait d’une autre façon qu’avec son nez – ou plutôt leur nez – tout cela ne servait à rien; j’aurais tout aussi bien pu continuer de courir afin que cette dernière ne me trouve pas.

J’étais plutôt satisfait du coin que j’avais choisi pour me dissimuler, accroupi derrière un bouquet de fleurs odorantes qui masquerait très bien le peu d’odeur qu’ils pourraient parvenir à déceler en plus de me dissimuler de leur vue. J’avais également devant moi une belle clairière qui aurait tôt fait de révéler Shizu-chan et ses chiens-ninjas si jamais ceux-ci se rendaient jusqu’ici. Mon champ d’action était peut-être réduit afin de ne pas compromettre ma cachette, mais je n’étais pas censé avoir grand-chose à faire de toute façon. Caché comme je l’étais, je n’avais qu’à attendre l’arrivée de la jeune femme et voir si elle serait capable de me trouver.

La position que j’avais initialement trouvée confortable se révélait, plusieurs minutes plus tard, beaucoup moins confortable qu’elle ne l’était et je commençais tranquillement sentir une de mes jambes s’engourdir. Je gigotais sur moi-même afin de me replacer lorsqu’un bruit vint à mes oreilles et quelques instants plus tard j’avais l’Inuzuka qui débarquait dans la clairière talonnée de Yoi et Shira. Je m’étais replacé à toute vitesse – au Diable le confort - et retenais maintenant mon souffle alors que j’entendais la kunoichi discuter avec ses ninkens. Heureusement ils ne m’avaient pas entendus, concentrant leur attention principalement sur leur odorat, j’avais donc encore une chance de m’en sortir. Réfléchissant au quart de tour, j’essayais de trouver une façon de les distraire alors que je n’avais aucun contact avec mes ninkens. Ces derniers s’étaient séparés pour rendre les choses plus difficiles, mais la chance semblait être avec eux puisqu’ils étaient aussitôt tombés sur moi. Les choses se déroulaient un peu trop facilement pour Shizu-chan, aussi devais-je trouver un moyen de rajouter un petit quelque chose.

C’est en sentant le vent souffler faiblement que je sus que je pouvais faire une pierre deux coups, rajouter un peu de difficulté tout en enlevant la jeune femme de sur ma trace. Très lentement, je concentrai un peu de chakra futon dans ma main et, trouvant une faille dans le feuillage que je pouvais utiliser, je lançai la petite balle de vent qui flotta jusqu’à un arbre sur lequel elle explosa, relâchant un coup de vent qui fit bruisser les branches d’un arbre à quelques mètres de moi. Le bruit allait sans doute attirer l’attention de l’Inuzuka, concentrant son attention ailleurs et peu importe comment elle interpréterait ce bruit, j’étais confiant qu’elle serait trop absorbé par ce nouvel élément pour même remarquer que j’étais à peine à quelques mètres de là. Cela dit, je devais de mon côté redoubler de prudence puisque cela pouvait très bien se retourner contre moi.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 580
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Lun 29 Mai 2017 - 22:08


Formels, mes loups avaient fini par quasiment me rejoindre, bien que restant à plus dizaines de mètres de moi. Takeo-san était dans les parages, c’était certain. Nous avions atteint un bon niveau de repérage, mais notre objectif était de rendre la détection la plus précise possible, savoir exactement où notre cible se trouvait. Ce n’était pas gagné. Le roux avait une facilité impressionnante à se fondre dans la nature, j’avais hâte de savoir faire la même chose !

Puisque nous savions dans quelle zone il était, rien ne nous servait de bouger davantage, le but n’était pas de le trouver avec nos yeux mais bel et bien par l’odeur. Cependant, il nous était encore compliqué de maintenir ce lien chakratique olfactif sur une longue durée, aussi je sentais progressivement ce dernier disparaître. Yoi et Shira avaient très bien travaillé jusqu’à maintenant, ils méritaient bien une petite pause, de quoi reprendre les recherches sur une bonne base ! Quelques instants passèrent durant lesquels je tentai tout de même de déceler quelque chose, mais il n’y avait pas à dire, seul l’odorat de mes ninkens parvenait à amplifier ma capacité.

D’ailleurs, de deux petits jappements, le frère et la sœur m’avertirent qu’ils étaient prêts à reprendre. Plus rapidement que toutes les autres fois, mon partage se partageai entre nous trois, créant un lien étroit. La soudaine augmentation de mon odorat me fit froncer le nez, ressentant trop d’effluves à la fois, puis j’en repris le contrôle.

« Aller on reprend, on va bien finir par y arriver ! »

Mais soudain, un bruit attira notre attention dans les bois. Mes compagnons humèrent l’air avant de se diriger au pas de course vers la source. Je choisi volontairement de ne pas les suivre afin de m’entraîner à sentir ce qu’ils sentaient, je restai donc concentrée et attendais. Ce qu’ils parvinrent à sentir me surpris, d’après eux, un très léger flux de chakra s’était échappé dans les airs, et il appartenait à un certain rouquin.

« Takeo-san, ce n’est pas du jeu ! » M’écriai-je dans la clairière, persuadée qu’il pouvait m’entendre.

Mes deux canidés notèrent également qu’en se rapprochant du bruit, ils s’étaient éloignés de l’odeur de l’Inuzuka, ce qui confirmait qu’il devait certainement m’avoir dans son champ de vision ! Un sourire apparut sur mes lèvres, encore un peu et nous aurions réussi. Bon, il faudrait nous débarrasser des effluves dégagés par la végétation, ce qui s’avérait extrêmement difficile, puisque nous n’étions entourés que de ça !

« Zone par zone et lentement, ok ? » Chuchotai-je.

Nous commencions donc par la partie à notre droite, où se trouvait un cerisier entouré d’épais buissons dans lesquels il ne valait mieux pas tomber. Ce fut une odeur fruité et puissante qui me chatouilla les narines, puis affinant notre odorat grâce au chakra, cette dernière finit en arrière-plan. Celle des arbustes suivit la même méthode, et finalement, il n’y avait rien du tout ! Au fur et à mesure, nous passions olfactivement parlant la clairière au peigne fin. Ah ! Jusqu’à tomber sur quelque chose d’intéressant. Un parfum un peu plus humain, bien que conservant une petite note bestiale. Voulant faire les choses bien, j’accentuai encore plus la concentration de mon chakra, jusqu’à ce que mon nez finisse par me picoter tellement celui de mes ninkens était précis. Cette fois, j’en étais sûre, il se cachait dans cet arbre sur notre gauche. Un sourire espiègle étira mes lèvres. Je concentrai une petite dose de chakra raïton dans ma main, formai une boule, et l’envoyai dans dans sa direction, de quoi lui donner un petit coup de courant digne d’une piqûre. Je ne pus m’empêcher de rire à ce que je venais de faire.

« Elle était confortable cette branche ? »



Shizu's Theme:
Fight for Freedom
Let the pack hunt you down, Invité.


Dernière édition par Inuzuka Shizu le Jeu 8 Juin 2017 - 12:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 818
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Jeu 1 Juin 2017 - 3:04

À peine le bruissement terminé que je pouvais déjà voir les ninkens de la jeune femme tressauter, leur ouïe étant à l’instar de leur odorat beaucoup plus développé que le nôtre. Depuis ma cachette, je ne pus m’empêcher de sourire puisque c’était exactement sur quoi je comptais. Alertés par le moindre son, les deux bêtes de Shizu-chan allaient par réflexe venir investiguer l’origine du bruit, même s’ils ne trouveraient rien aussi minutieusement cherchaient-ils; ils ne trouveraient que du vent. Je fus donc surpris lorsque l’Inuzuka s’adressa directement à moi. Avait-elle compris ce qui se cachait derrière ce leurre ou bien avait-elle réellement retrouvé ma trace? Il m’était impossible de le savoir sans révéler ma cachette aussi dus-je me contenter de patienter afin de voir où les recherches de la kunoichi la mèneraient.

Cela faisait plusieurs secondes qu’un silence s’était installé et les engourdissements commençaient tranquillement à revenir. Je savais toutefois qu’il était hors de question de remuer le moindre muscle alors que le trio se trouvait aussi proche de moi. Je devais donc prendre mon mal en patience et attendre que la jeune femme me trouve, si jamais elle y arrivait. Quelque chose me disait toutefois que cela ne saurait tarder. Cela faisait maintenant quelques temps que nous nous trouvions tous dans cette clairière, nul doute que depuis elle avait amplement eu le temps de localiser mon odeur. J’étais toutefois anormalement tendu moi-même par la situation. Sachant mon petit jeu bientôt terminé, le silence dans lequel elle m’avait plongé m’empêchait de déterminer avec précision le moment qu’elle allait me trouver. C’était comme savoir que quelque chose allait arriver sans avoir l’instant précis où cela allait se passer. Si on accumulait tout cela rendait mon attente tout à fait insoutenable. J’en étais presque à souhaiter que Shizu-chan me retrouve le plus rapidement possible.

On dit souvent qu’il fallait faire attention à ce que l’on souhaitait. Malheureusement pour moi, j’allais l’apprendre à mes dépends. Je l’ignorais encore, mais la jeune femme venait de retrouver mon odeur et guettait ma cachette depuis quelques instants. Ce que je sus, par contre, ce fut que soudainement j’étais traversé d’un petit courant électrique qui, s’il ne faisait pas réellement mal, avec la surprise en eut toutefois l’effet. À mon tour, je tressaillis et avec mes jambes engourdis, je perdis mon point d’appui sur la branche sur laquelle j’étais installée et j’entendis vaguement la jeune Inuzuka dire quelque chose alors que mon corps plongeait vers l’avant. Je concentrai mon chakra dans la plante de mes pieds et au dernier moment parvins à m’éviter une chute douloureuse. Le moins qu’on puisse dire c’était que je l’avais échappé belle.

Je me dépêchai de prendre une position un peu plus gracieuse pour Shizu et mon regard se posa alors sur la jeune femme avec une pointe de réprobation. Quand on y pensait, c’était un accident idiot qui aurait pu avoir de grave conséquence. Je savais très bien qu’elle n’avait pas voulu mal faire, mais une partie de moi ne pouvait s’empêcher de lui en vouloir légèrement. Certes, j’avais peut-être quelque chose de similaire, mais, autant la logique derrière le geste que les moyens utilisés étaient différents. Alors que j’avais voulu rendre les choses légèrement plus compliquées – ce qui était tout à son avantage si on s’y penchait vraiment – elle avait sûrement voulu me rendre la monnaie de ma pièce pour plus tôt. Le raiton était également une affinité beaucoup plus dangereuse si on ne la gardait pas sous un contrôle serré. Pour toutes ces raisons, je ne pouvais approuver ce qu’elle avait fait. Ce n’était toutefois pas la raison de notre présence ici et à l’exception du regard aucune autre mention de l’épisode avait été faite.


- Féliciations, Shizu, je savais que tu finirais par y arriver! J’ai eu besoin d’improviser légèrement en cours de route, mais vous vous en êtes très bien tirés. As-tu rencontrés Akamori et Seimori en chemin?

Cela avait pris quelques temps avant que les ninkens et leur maîtresse n’apparaisse dans la clairière que j’avais désignée comme point d’observation, mais pas assez pour qu’elle ait eu le temps de retrouver mes ninkens et pouvoir dire s’ils étaient les vrais Takeo ou non. Quand on savait que la jeune Inuzuka venait tout juste de commencer à travailler sur ses dons olfactifs, cela rendait la chose encore plus improbable. Peut-être avais-je trouvé la prochaine étape de son entraînement? En même temps que cette pensée me traversait l’esprit, je remarquai à quel point le Soleil avait grimpé dans le ciel. Cela faisait-il déjà autant de temps que nous étions ici? Il fallait avouer que perdu dans mon coin, j’avais complètement perdu la notion du temps. Combien de temps s’était-il écoulé depuis que nous avions commencé notre partie de cache-cache?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 580
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Jeu 8 Juin 2017 - 12:38


Au moment où ma petite boule d’électricité atteignait sa cible perchée, des bruissements de feuilles se firent entendre, prouvant que j’avais réussi mon effet. Je fus cependant surprise de le voir en si mauvaise posture juste à cause de ça. Je vis la tête rousse de Takeo basculer vers l’avant et mes sourcils se froncèrent. J’étais pourtant certaine de ne pas avoir mis de puissance du tout dans cette sphère. Difficilement, le chef du clan Inuzuka parvint à atterrir sur ses pieds, j’avouai être un peu déçue de voir que je l’avais déstabilisé à ce point. Le regard qu’il me lança me fit savoir que le rouquin n’avait pas trop apprécié, eh il était jônin quand même ! Ma bouche forma une petite moue.

« Me dit pas que je t’ai surprise à ce point ? » Marmonnai-je.

Mais finalement, et heureusement, le roux ne s’attarda pas là-dessus, et me félicita de l’avoir trouvé. Ma moue laissa place à un fier sourire et j’en fis de même avec mes loups qui m’avaient bien aidé. Contents également d’avoir réussi, leur queue touffue fouettait l’air à toute vitesse. Par contre, nous n’avions pas eu le temps de tomber sur les deux ninkens de Takeo. Apparemment ces derniers avaient eu le temps de beaucoup plus s’éloigner que lui. Rien d’étonnant vu leur vitesse !

« Non, je ne les ait pas croisés ! Ils doivent être bien plus loin. »

L’idée de me mettre à leur recherche me vint à l’esprit, puis je me rendais compte que l’heure avait filé à toute vitesse ! Et qu’une certaine personne avait des choses importantes à faire également. C’était bien dommage mais, à mon avis le rouquin ferait mieux d’aller retrouver son bureau s’il ne voulait pas passer pour un chef absent.

« Je les aurait bien cherchés mais, le temps est passé très vite, peut-être qu’on attend au quartier et qu’on devrait rentrer ? »

Une soudaine fatigue m’avait également prise, ce genre d’exercice demandait beaucoup de concentration ainsi qu’une importante quantité de chakra pour couvrir la distance. Nous en ressentions le contre coup maintenant que c’était terminé. Mais au moins, j’étais sûre que cette technique allait me servir un jour !



Shizu's Theme:
Fight for Freedom
Let the pack hunt you down, Invité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 818
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un parfum d'automne [Ft. Takeo] Mar 20 Juin 2017 - 17:03

Retrouvant une position un peu plus digne pour la jeune femme, je la félicitai alors que peu à peu mon rythme cardiaque reprenait un rythme régulier. Mine de rien cela m’avait donné une sacrée frousse de me voir plonger vers le vide de cette façon! Contrairement à certaines personnes – oui, je pense à toi, Senwashi – je n’avais pas développé la capacité de flotter ou de voler dans les airs. Cependant, malgré la méthode qu’elle avait utilisée qui n’était pas nécessairement celle à laquelle je m’étais attendu, Shizu-chan avait quand même réussi à deviner où je me cachais. En plus d’avoir utilisé une technique de camouflage et d’avoir utilisé l’environnement à mon avantage, cette dernière était parvenu à déceler ma trace. Elle pouvait bien sûr remercier ses ninkens sans quoi rien n’aurait été possible, mais cela prenait beaucoup de concentration pour finir par faire le tri dans toutes les odeurs qui nous assaillent à un pareil moment.

Je m’enquis également de mes ninkens, voir si ces derniers avaient fait de bons leurres, mais à grande déception l’Inuzuka n’avait senti aucune trace d’eux. Soit elle avait eu de la chance en me filant le premier ou bien ces derniers s’étaient élancés trop rapidement pour que la kunoichi puisse les identifier. Personnellement, je penchais plus pour la deuxième option puisque cela serait bien leur genre de s’emballer un peu trop et de filer comme des flèches. J’haussai les épaules en signe d’impuissance en direction de la jeune femme, qui proposa alors de retourner au village et tout d’un coup je me rappelai ce qui m’attendait au village. Le petit exercice que j’avais fait avec Shizu avait été suffisant pour me faire complètement oublier ce que je devais réellement faire au lieu de jouer à cache-cache. Levant les yeux vers le ciel, je pus me rendre compte que le temps avait effectivement filé et conséquemment il commençait à être un peu tard pour retarder ma journée plus longtemps. À contrecœur, je me résolus donc à hocher la tête aux paroles de la jeune femme.


- Bonne idée, quelque chose me dit que j’ai un peu poussé ma chance sur celle-là, commençai-je en riant légèrement. Laisses-moi les rappeler et on rentrera.

Me tournant vers l’étendue de forêt derrière moi, je portai mes doigts à mes lèvres et laissai sortir un sifflement puissant que mes deux compagnons à poil seraient sûrs de reconnaître. Je me retournai alors de nouveau vers Shizu-chan, satisfait, et attendis que mes ninkens arrivent. Comme de fait, quelques minutes s’étaient écoulées lorsque finalement la première copie de moi-même apparut d’entre les branches, suivies quelques instants plus tard par la deuxième qui reprirent rapidement leur forme originale après un simple mudras. Maintenant que toute la compagnie était de nouveau réunie, il était temps de rentrer à Konoha. Nous ne mîmes pas beaucoup de temps à revenir au village, même si je pus tout de même constater la fatigue qui avait gagné la jeune femme. Il fallait avouer que cela était très demandant les premières fois, mais plus cela devenait facile moins c’était taxant. Nous marchâmes ensemble jusqu’au Quartier Inuzuka avant de nous arrêter au moment où nos chemins se séparaient.

- Bon et bien bonne journée à toi, Shizu, prends le temps de te reposer; tu l’as mérité. Même choses pour vous deux.

Je m’étais adressé à Yoi et Shira, les deux ninkens de Shizu, qui avait fait de l’excellent travail afin d’aider leur maîtresse. Je leur ébouriffai légèrement la tête avant de dire un dernier au revoir à l’Inuzuka. Malgré la direction que je prenais, ce petit exercice matinal m’avait énergisé et, étrangement, j’entrai chez moi prêt à affronter cette journée qui s’annonçait éprouvante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un parfum d'automne [Ft. Takeo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-