N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Mémoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 771
Rang : C

Message(#) Sujet: Mémoires Mer 15 Mar 2017 - 19:41

Voilà qu'il me prend l'envie -à moins que ça ne soit le besoin ?- de rédiger par écrit tout ce qui me vient à l'esprit qui aura trait à mon ambition suprême, celle à laquelle chacune de mes actions aspire sans pour autant s'en vanter, à savoir la gouvernance d'un territoire. Pourquoi noter maintenant ces idées ? Pour les ordonner, d'une part, et les ranger en éliminant le superflu, ce qui ne peut se faire qu'en examinant chacune de ces idées séparément, et en la confrontant aux autres afin de voir si elle est adéquate et s'il convient de la ranger avec ses consoeurs. Aussi ce journal ne contiendra-t-il que l'élite de mes pensées, si j'ose dire, celles qui auront passé l'épreuve de mon examen le plus critique et le plus impartial. D'autre part, c'est pas souci de prudence que je m'adonne à cette tâche, à laquelle j'aspire à trouver une forme de plaisir. Je sais comme la quête du pouvoir est périlleuse, et n'étant pas de nature à m'engager sur des chemins que je sais trop longs et trop étriqués pour être parcourus sainement et jusqu'à leur bout, je sais combien ma propre voie sera longue -ou risque de l'être, du moins. A moins de bénéficier de l'appui de mon maître -Van Hoheinheim, Seigneur de Guerre de Taki dans les temps où j'écris ces mots- dans un avenir proche, ce que j'espère et à quoi j'aspire, je devrai attendre longtemps avant de m'assurer de la direction d'un territoire. Aussi, afin de ne perdre ni le fil de mes pensées ni mes ambitions et ma motivation, l'idée de consigner quelques réflexions sur le pouvoir, son obtention et son utilisation pour parvenir à une société en paix et durable m'a paru bonne, voire la meilleure. Ainsi, peut être ces pages pourront-elles servir dans un futur lointain ?

Avant tout, il convient de signifier l'objectif des processus que je m'efforcerai de développer à travers ces pages. Il s'agit de ma propre ambition, qui n'a rien d'universel mais qui reste absolument particulière en le sens où j'aspire à y parvenir par mes moyens et de la façon que moi seule trouverai la meilleure. En aucun cas je ne veux être contrainte à quelque autorité supérieure qui prendrait un ascendant sur moi et ma volonté propre. Aussi, je devrai toujours rester maîtresse de ce projet, et pour ce faire le garderait explicitement caché. C'est à dire que je ne le proclamerai jamais en public, au risque d'une part de m'attirer les foudres de quelques personnages qui jalouseraient mes ambitions ou en craindraient l'ampleur, et d'autre part de faire venir vers moi les convoitises de certains personnalités qui souhaiteraient arriver aux mêmes fins que moi sans vouloir forcément se déranger elles-mêmes, mais plutôt en utilisant des sous-fifres dont je pourrai devenir une partie si jamais ils venaient à entendre parler de ces motivations. Ainsi, aussi longtemps que je le voudrai, ce journal restera-t-il secret, connu de moi seule. Et son thème restera également mystérieux pour tout le monde. Il s'agira de réfléchir, à travers ces pages encore vierges, sur la meilleure forme de gouvernement possible d'une cité, ou d'un plus vaste empire. C'est à dire que j'aspire à gouverner moi-même ce territoire, et que ce faisant je me questionne naturellement sur les moyens de parvenir au pouvoir et de le conserver. Aussi, ma réflexion est-elle principalement basée sur ce point-ci, et je tire le plus de leçons possibles des expériences que j'ai l'occasion de vivre de par mes missions et voyages sur les terres de l'Empire, qui me servira donc de modèle comparatif dans les thèses que je développerai par la suite.

Avant de parler de la manière d'administrer un territoire -point sur lequel mes idées sont encore floues et ont besoin d'être développées et mises en ordre-, il convient de parler de comment parvenir à la direction de ce territoire. Je distingue trois manière d'y arriver.

La première consiste à prendre le contrôle du gouvernement, du prince, par la force, c'est à dire en chassant le gouvernement précédent pour en établir un nouveau dont l'attaquant serait la clef de voûte. Cela peut se faire de deux manières différentes. Premièrement, l'on peut renverser un gouvernement depuis l'intérieur, c'est à dire que le peuple lui-même des sujets, ou une partie de celui-ci, se soulève contre ses dirigeants pour établir un pouvoir qui correspondrait à ses exigences. En effet, cette façon-là de procéder à cela de périlleux qu'elle nécessite l'approbation d'une partie suffisante de la société pour être menée à bien -selon les moyens de protections dont dispose le pouvoir- et que cette partie-là de la société doit être mue par des idéaux similaires et poussés à l'extrême pour véritablement unir les masses. Si le mouvement venait à être hésitant, son efficacité serait en effet diminuée, et ses convictions pourraient être ébranlées par les pouvoirs de l'opposition. Le danger réside non seulement dans ceci, mais également dans le fait qu'il devient très difficile de contrôler la masse des révoltés une fois leur mouvement lancé, dans la mesure où ils se fondent justement sur leurs convictions. Auquel cas, il faut rallier ces convictions à sa cause, quitte à être la source de la réflexion sur les revendications, voire à causer les mécontentements pour mieux les exploiter. Deuxièmement, l'on peut renverser un gouvernement depuis l'extérieur. Cela implique une guerre, et une subordination de celui qui souhaite prendre le pouvoir sur le territoire convoité à la puissance attaquant le territoire convoité. Prenons l'exemple du Shûkai: s'il venait jamais à attaquer une puissance aléatoire, comme Ki no Kuni, il ferait alors face aux forces Sunajins. Prenons que je veuille administrer le territoire de Ki ; il faudrait alors que je me subordonne à la puissance du Shûkai pour profiter de sa puissance armée, qui me permettrait elle-même de conquérir le territoire voulu. Cette méthode-là a de mauvais ce point-là, justement: elle est dépendante d'une volonté autre que celle de celui qui cherche à gouverner, et le demeure une fois la conquête effectuée. Sans compter qu'elle implique que celui qui aspire au gouvernement d'une terre conquise doit être préalablement placé dans les bonnes faveurs de l'autorité de la puissance à laquelle il est subordonné, de façon à être assuré d'être choisi pour gouverner ledit territoire.

La deuxième manière d'arriver à la direction d'un territoire est d'y arriver par les voies dites "classiques", ou légales, voire même légitimes. Cela consiste très simplement à suivre le parcours classique en vigueur sur les terres convoitées pour arriver au pouvoir le plus haut. Là encore, cette méthode est problématique, ou impossible à réaliser, dans certains cas particuliers, comme les territoires dirigées par une puissance absolue. Le Shûkai, par exemple, ne désigne pas son souverain suprême selon une Constitution applicable à tous. Cette place est réservée à une seule personne, Samui Kakeshuou, et le mystère demeure entier quant au moment de sa disparition. Je serais alors bien curieuse de voir ce qu'il adviendra d'une puissance aussi étrangement administrée que le Shûkai. Cette méthode-là est en fait particulièrement utile dans le cas de territoire administrés par une seule figure, un prince unique et désigné par le peuple ou par des électeurs particuliers. Auquel cas, on peut gravir les échelons jusqu'à ce point-là de pouvoir qui constitue le plus haut, le plus puissant. Mais cela implique un travail de longue haleine, de patience et d'habileté. Il s'agit de se conformer à chaque étape à la volonté de celui qui est un échelon au-dessus de nous, afin de s'attirer ses faveurs et de mettre toutes les chances de son côté d'arriver au niveau supérieur de pouvoir. A tout moment, il faut donc peser chaque décision de façon à déterminer laquelle est la plus à même de nous diriger vers l'objectif que nous visons. Mais c'est une voie qui attire également par sa sûreté: en effet, en s'y conformant sans exaction on est assuré du soutien du peuple en raison de la légitimité de notre position. Cela implique également une probité exemplaire, et un refus total de la corruption, car chaque élément dérivant du droit chemin de l'ascension vers les hauteurs du pouvoir est voué à resurgir à un moment ou à un autre, et à faire des dégâts irréparables. Dans le cas où l'on voudrait tout de même bénéficier des bienfaits de la corruption, il faut cependant préparer un argumentaire particulièrement résistant et applicable à toute situation, et permettant de justifier par des raisons dites légitimes nos exactions.

La troisième manière d'arriver à la direction d'un territoire que je distingue est de fonder soi-même son propre gouvernement, en conquérant un territoire. Je crois que cette simple explication parle d'elle-même. A la différence de la première méthode expliquée, il ne s'agit pas de coloniser le territoire de quelqu'un d'autre mais bien de coloniser des terres encore vierges de l'autorité de tout empire sur les cartes. En un mot, il s'agit de fonder son propre empire. Mais cette méthode sera certainement la plus impraticable de toutes, pour des raisons éminemment pratiques. Premièrement, on remarquera bien vite qu'il ne reste, sur nos cartes du Yuukan, aucun territoire qui corresponde aux exigences d'une telle ambition: toutes les terres sont déjà administrées par un gouvernement, et aucune n'est encore susceptible d'être aménagée sans conflictualité -à part peut être certaines eaux au large des côtes, mais leur aménagement requerrait des moyens trop importants pour être raisonnablement considéré comme une solution plausible. Deuxièmement, un autre inconvénient -moindre que le précédent- se présente à celui qui veut mener ce projet à bien: il ne peut coloniser une terre et fonder une cité prospère et fertile seul, et doit donc s'assurer du soutien d'un peuple d'une taille suffisante pour être viable dans le temps. Cela implique que ce peuple soit motivé par une même ambition: celle de fonder un état nouveau, dans lequel chacun trouverait sa place. D'où le colon suprême -celui qui obtiendrait la tête du gouvernement- doit trouver les arguments et les promesses qui convaincront chacun de se rallier à sa cause et de le suivre. L'avantage de cette méthode étant qu'elle permet un départ à zéro, ou presque, sur le plan de la culture et de la tradition. Ainsi, il est plus facile d'implanter dans la conscience du peuple des moeurs nouveaux, ou des législations inédites et diamétralement opposées à celles déjà connues.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Mémoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Passé & Lettres :: Lettres-