N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 En tête à tête avec soit-même (Yano)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1747
Rang : S

Message(#) Sujet: En tête à tête avec soit-même (Yano) Mar 21 Mar 2017 - 13:09


Nihilem ne réagit pas vraiment en voyant le seigneur de guerre lui foncer dessus. Un sourire en coin, il se contenta simplement de lever l'index, tandis que dans la seconde suivante le décor changeait du tout au tour pour le mener dans un lieu qu'il n'avait encore jamais visité mais qu'il reconnu sans mal. Le palais impérial. Seulement rien ne passa comme le seigneur de guerre l'avait sans doute prévu. A leur arrivé, après cette téléportation soudaine à l'autre bout du continent, il put se rendre compte qu'il n'avait pas, semble-t-il, emmené la mauvaise personne avec lui. Cette dernière portait les mêmes vêtement que Nihilem, mais n'avait pas le même visage. Il eut brusque mouvement de recul et tomba à la renverse. Son regard balaya les environs, apeuré.

-Mais... Qu'est-ce que... Qu'est-ce que c'est que ça !! Où suis-je ?

L'homme se releva et essaya de vagabonder dans la salle, mais fut brutalement interrompu par le coup de point bien placé d'un garde en plein visage. Le pauvre s'écroula à terre, le nez en sang, le tout dans un râle de douleur accompagné de gémissements. A ce moment précis le guerrier rouge eut le privilège d'entendre la douce et mielleuse voix de Nihilem dans sa tête.

« Voilà une situation vraiment embarrassante. Je n'aimerai pas être à sa place.... » Il l'entendait très distinctement, pourtant aucune trace de l'assassin dans les parages. « Je dois avouer que votre petit tour de passe-passe nous a mené au-delà de mes prévisions bien que, tout compte fait, je ne sois pas contre une petite visite tu palais impériale. Vous ouvrez la marche ? »

On pouvait difficilement imaginer situation plus inconfortable que celle ou l'on se faisait parasiter par un Jinmenju. Le grand Shukaijin payait désormais le prix de son audace une chance pour lui que son hôte ne soit pas d'humeur massacrante.

« Dites-donc... Vos décorateurs intérieurs ont plutôt bon goût. Je ne serais pour revivre une vie de château et ose espérer que vous ne seriez pas contre le fait que que j'emprunte votre corps quelque temps. Ne vous inquiétez pas, j'en prendrais le plus grand soin. Vous m'avez l'air d'être quelqu'un de singulièrement réservé, vous amusez ne vous ferais pas de mal. Je pourrais vous faire découvrir des plaisirs dont vous n'imaginez même pas l'existence... »
« Il est vrai que Tsuchi n'est pas si mauvais durant cette époque de l'année. Nous pourrions y prendre quelque vacances. »
« J'en veux ! J'en veux !! »
« Sister !! Mais qu'est-ce que tu fais-là ? »
« Vous qu'est-ce que vous faites-là ?! Que je sache, je ne vous ai pas demandé d'intervenir »
« Là n'est pas le problème. C'est Sister ! Tu te rends compte ? Elle est dans le corps d'un homme, torse nu en plus. C'est vraiment indécent. »
« Otoutosan... J'ai deux-cent quarante-huit-ans de plus que toi... Je sais exactement comment c'est en dessous de la ceinture... J'aime même déjà... »
« Non ne termine pas ta phrase !! »

Le Seigneur de guerre Oterashi senti comme ses entrailles se retourner. Cela était davantage désagréable que douloureux. Il ne lui en fallut pas davantage pour comprendre que tout se beau monde utilisait son corps comme arène de combat. Après un court remue-méninge le calme reprit ses droits dans le fort intérieur du Shukaijin.

« Veuillez m'excuser pour ses désagréments. La famille... vous savez... » Un court instant de silence dans l'espoir d'entendre des propos réconfortants émaner de la bouche de son hôte. « Bon... Alors... Yano-san... Je pense qu'à ce stade nous pouvons nous autoriser une certaine familiarité... » Ce qui était magique dans cette histoire étant que Nihilem trouvait cette blague toujours aussi drôle même après l'avoir faite plusieurs centaines de fois. Si je dois résumer la situation, remercions Azuko de s'être montrée plus coopérative que vous, vous désirez rencontrer Red pour la combattre. Je pense ne pas trop m'avancer en disant qu'elle n'a globalement rien à faire de vos caprices de barbare pugiliste arriéré. Il va donc falloir vous montrer convainquant si vous voulez ne serait-ce qu'espérer l'approcher. Qu'auriez-vous à nous offrir en échange ? Je veux dire par-là quelque chose ayant davantage de valeur qu'Azuko-chan.

La balade dans les couloirs se poursuivait. Au fond il était curieux de savoir où est-ce qu'il l’emmenait. Dans tous les cas il ne pouvait nier que cette journée prenait vraiment une tournure intéressante. Autant le dire, il s'amusait comme un petit fou.

« Hey Aniki... Est-ce que je peux manger un bout de son foie ? »
« Non ! Laisse donc notre ami répondre. Par ailleurs cher Yano, je vous déconseille d'utiliser votre Hachimon Tonkou ou de vous mutiler d'une quelconque façon que ce soit dans l'espoir de nous faire du mal. Je vous le dis ce serait une très mauvaise idée ! Après je ne vous en empêcherais pas ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2005
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: En tête à tête avec soit-même (Yano) Mar 21 Mar 2017 - 14:16

Déambulant dans les grandioses couloirs du palais maintes fois rénové et reconstruit, Yanosa faillit afficher un rictus quand Nihilem « s'installa » plus ouvertement dans son corps. C'était donc ça, ce qu'on ressentait lorsqu'un autre corps que le siens vous habitait... La sensation était étrange, pas forcément douloureuse, mais aurait eu de quoi inquiéter voire faire paniquer nombre de gens. Yanosa, lui, avait été tailladé et éviscéré plus d'une fois, aussi la présence de corps étrangers dans son corps à lui ne pouvait pas l'impressionner autant que d'autres. Toutefois, c'était là un contretemps lourd à payer pour lui, pour vérifier l'hypothèse qu'il s'était formulée dans le bouge de Hai. Au milieu de ce trou, il avait clairement pu identifier une multitude d'odeurs et les rattacher chacune à leur propriétaire ou à leur source respective, mais plusieurs effluves différentes et bien distinctes émanaient de Nihilem. La cause pouvait être multiple, de l'abus de phéromones puissants au mélange chaotique qui régnait dans le bouge, mais la supposition qui avait eu la préférence du guerrier rouge s'était finalement vérifiée.

« Nous ne visiterons rien. Ou pas grand chose en tout cas. Je nous trouve juste un coin tranquille, Jinmenju. »

Être vu en train de palabrer tout seul pouvait en effet paraître assez suspect et le faire passer pour un illuminé, ce qu'il était au fond déjà aux yeux de certains, mais pas « ce » genre d'illuminé. Bifurquant plusieurs fois sur la gauche puis la droite, Yanosa finit par atteindre un large balcon agrémenté de fleurs et duquel s'étendait une vue assez spectaculaire sur la ville et ses différents quartiers. Alors qu'il allait s'y appuyer, Yanosa sentit et entendit le conflit naître en son sein. Plusieurs corps étaient, en réalité, entrés en lui lors du contact avec Nihilem. Une fratrie, vieille de plusieurs siècles, et qui devait certainement en connaître un rayon sur les origines et les antécédents de ce clan particulier, qui poussait le terme d'unité clanique jusqu'à ses extrêmes. Le guerrier rouge se tint un moment l'estomac, remué par tant de remue ménage, conscient aussi que Nihilem aurait déjà pu causer bien plus de tord que ces vagues désagréments s'il l'avait voulu. Mais, tacitement, le recruteur du Kyomu devait également savoir qu'un homme comme l'ancien Seigneur de Kusa n'hésiterait pas à employer des mesures extrêmes pour se débarrasser de lui, eusse-t-il besoin de se labourer les entrailles avec une lame.

« Ne soyez pas non plus trop familiers, vous tous, dit-il en s'appuyant finalement contre la balustrade. Vous ignorez où vous avez mis les pieds. »

La réunion devait avoir commencé ou, en tout cas, son heure avait sonné, mais Yanosa devait à présent prendre le temps de traiter avec les parasites qu'il avait accueilli en parti malgré lui. Peu importait, au fond, qu'une brochette de hauts dignitaires attendent après lui. Il devait livrer des informations et elles attendraient bien la conclusion de cette affaire-ci avant d'être passées à ses « alliés ». Nihilem poussa toutefois le bouchon de la négoce un peu trop loin au goût du guerrier rouge, preuve qu'il pouvait potentiellement sous-estimer le pétrin dans lequel il se trouvait lui-même, dans ce corps. Lui déconseiller de se mutiler ? Il n'avait, à priori et fort logiquement, aucune idée de ce qui était réellement à l'oeuvre dans le corps de Yanosa.

« Oh, tu me déconseilles de me mutiler ? Je suis « persuadé » que tu ne penses qu'à mon bien en disant ça, Nihilem. Mais comme tu as pu le constater par toi-même tu n'as pas choisi l'hôte le plus arrangeant de ce côté là. Ne peux-tu pas les voir... ? Les stigmates. Les empreintes des batailles que j'ai traversé. Les Jinmenju sont en général très bons physionomistes, alors dis moi. Pourrais-je normalement être toujours en vie, à cette heure ? »

L'ancien Seigneur laissa loisir à ses hôtes d'inspecter l'intérieur et l'extérieur de son corps en s'assurant que personne aux alentours ne pourrait le voir. Après quoi, il reprit.

« Je croyais que tu t'étais abstenu de tenter quoi que ce soit car tu étais intelligent, mais tu es au final peut-être plus joueur que vraiment malin. Je pourrais te tuer, toi, ta sœur et ton frère, ici-même. Ne pousse donc pas trop ta chance en tentant de négocier du menu fretin. De plus... je doute que tu connaisses aussi bien Red que ce que tu voudrais laisser croire. Si tu n'as pas conscience de son penchant prononcé pour la chasse et la tuerie, alors du haut de tes siècles tu fais un bien piètre psychologue. Ce que je te propose contre des informations me permettant de trouver Red... vos vies. Et votre « liberté », dans la foulée. Je vous ramènerai à votre mule, et vous renverrai dans votre bouge infect.

Nul doute qu'en d'autres circonstances... Oui, peut-être aurions-nous pu nous amuser. En d'autres temps, d'autres lieux. Mais ma nature me pousse à présent vers elle, j'anticipe avec délectation notre rencontre. Maintenant parle, avant que ma patience déjà bien entamée ne finisse par définitivement disparaître. Contrairement à ce que tu pourrais croire, j'ai du temps devant moi. J'ai, à vrai dire, déjà bien outrepassé le temps qui m'avait été alloué... 
»



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1747
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: En tête à tête avec soit-même (Yano) Mar 21 Mar 2017 - 19:46


Nihilem n'eut effectivement aucun mal à parcourir le corps de l'Oterashi, tant surface qu'en profondeur. Et les remarques de ce dernier l'amusèrent beaucoup. Cet homme était visiblement bête au point de se croire invincible, incapable qu'il fut de prendre la mesure de ses actes ni de réaliser la situation dans laquelle il se trouvait.

« Dans ce cas, allez-y... Plantez-vous... Arrachez-vous le cœur... Vous ne seriez pas le premier à essayer... »

Le seigneur de guerre sentit alors chacun de ses muscles se contracter, c'était comme si des tiges de métal avaient été enfoncé dans son corps et l'empêchait de bouger. Tout son corps sembla alors se durcir, comme s'il n'avait jamais était autre qu'un bloque de pierre. Nihilem commençait à prendre de la place, de plus en plus de place. A dire vrai qu'il ne lui aurait fallut pas grand chose pour le faire éclater de l'intérieur rien qu'en se matérialisant. Son hôte ne tarda pas à le réaliser à travers cette désagréable sensation de frottement qui comprimait ses entrailles. Et si ce n'était que cela. Il avait en cet instant à sa disposition mille et une façon de le tuer, de la manière la moins sanglante à la plus humiliante. Pour autant il n'en fit rien car cette mort lui ferait passez à côté d'occasions encore plus grande de s'amuser. Ce serait donc à grand regret qu'il s'exécuterait si ce cher guerrier venait à dépasser les bornes.

« Vous ne semblez pas comprendre la situation mon cher ami. Nous ne sommes pas dans votre corps. »[/color] A ce moment-là un épais liquide se mit à suinter du front de l'Oterashi. Retrouvant alors le contrôle de sa main il put se rendre compte qu'il saignait là où plusieurs cicatrices en forme de croix étaient apparues. Dès lors, il put également remarquer que des taches grisâtre se manifestaient sur sa peau. [b ]«  Vous êtes dans le notre Yano-san... » Annonça-t-il d'un ton suave. « Où peut-être devrais-je déjà commencer à vous appeler Nihilem. ..»

C'était un fait. Le guerrier rouge pouvait tout aussi bien se faire absorber d'un instant à l'autre. Or comme à chaque fois les menaces ne dépassèrent jamais cette ligne écarlate tant et si bien que les cicatrices se résorbèrent comme si de rien n'était tout comme les taches sur sa peau.

« Mais ce serait particulièrement inconvenant nous ne trouvez-pas ?  Nous allons procéder autrement. Voyez-vous, malgré votre tête de mule, vous êtes à votre tour parvenu à attiser mon intérêt. Il faut avouer que l'on ne croise pas des individus aussi étrange que vous à tous les coins de rues. Je vais donc parler de vous à notre Dame et essayer de la convaincre de vous rencontrer. Le moment venu ramenez Azu-chan si possible sans que vous n'ayez agavés son état. Cela penchera en votre faveur. Tout du moins je le crois»

L'énigmatique Jinmenju poursuivit les modalités de cet entretien. Notamment en ce qui concernait les moyens de se recontacter et lui donna rendez-vous à la mégalopole de Kawa d'ici un temps indéterminé afin d'ajuster la trame narrative au goût de chacun. La vérité étant qu'en l'état Nihilem lui-même ne connaissait l'endroit exact de la position de Red. Il ne pouvait la retrouver qu'en étant sur place.

« A présent je vous prierai de bien vouloir me ramener à destination, si possible en emportant le petit freluquet laissé derrière nous. Voyez-vous je tiens beaucoup au vêtement qu'il porte. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2005
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: En tête à tête avec soit-même (Yano) Jeu 30 Mar 2017 - 9:36

L'ancien Seigneur se trouva presque pensif, nostalgique, en énonçant lui-même ses derniers mots. Il n'aspirait pas à la mort, à son côté définitif et ô combien apaisant, mais il ne pouvait cesser de se demander quand il croiserait un individu qui saurait le surpasser en tout point et le terrasser pour de bon. Une curiosité, une interrogation, qui trouverait peut-être sa réponse en la personne de Red. Au delà des sensations exaltantes et du frisson unique que lui permettaient d'éprouver les affrontements contre des adversaires toujours plus puissants, c'était en effet cette finalité qu'il recherchait, à savoir trouver celui ou celle qui pourrait totalement le dominer. Une réflexion bien à propos, étant donnée sa situation actuelle, hôte d'une pelleté de Jinmenju qui s'étaient mêlés à lui. Leur principal représentant, Nihilem, ne sembla en revanche pas prendre du tout au sérieux l'avertissement du guerrier rouge, ce qui ne surprit ce dernier qu'à moitié. Cet énergumène centenaire, qui avait du parasiter un nombre incalculable de corps différents pour se payer cette forme d'immortalité, ne devait jamais être tombé sur quelqu'un comme lui auparavant. Quelqu'un qui pouvait sans se soucier de son existence ni même la remettre en question se transpercer le cœur pour le simple intérêt de la démonstration.

Cela n'empêcha pas Nihilem d'engager l'épreuve de force, convaincu qu'il pourrait avoir le dessus. Des spasmes commencèrent à étreindre certains muscles de Yanosa, qui ne s'attendait pas à ce que son invité passe à l'action. Serrant les dents face à la gêne extrême et au remue ménage qui agitait ses entrailles, l'ancien Seigneur serra le poing et joua la surenchère en bandant encore davantage ses muscles, repoussant petit à petit l'emprise que Nihilem tentait de conserver sur lui. Comme une vague de frissons intenses qu'il comprima, il maintint l'énergumène et sa fratrie en respect, essuyant rapidement le sang qui avait commencé à couler de son front. Les cicatrices de Nihilem, devina-t-il, qui étaient apparues sur lui comme un imprimé, une marque d'appartenance. Il croyait vraiment pouvoir remporter ce bras de fer, c'était une évidence à présent, et Yanosa dut se refréner de saisir une arme blanche pour éprouver la force de caractère, la vrai, de ce clown et de sa famille. Sans doute aurait-il en effet été un peu plus coopérant plus rapidement si le guerrier rouge avait opéré de cette manière, mais si il pouvait s'éviter de fragiliser son corps déjà bien éprouvé pour rien, il devait se pondérer.

« Inutile de broder Nihilem. Je ne veux pas la « rencontrer » je veux me battre contre elle. Et si elle n'a pas le cran d'accepter mon défi alors qu'elle soit bien sûre que tôt ou tard, je la trouverai quoi qu'il arrive. Et si elle tient tant que ça à récupérer Azuko en un seul morceau, elle saura quelle option est dans son intérêt. »

Rendez-vous fut donc donné à Kawa, plus précisément à la Mégalopole qui abritait de nombreux réseaux et organisations aussi diverses que criminels. Un rendez-vous, il le savait, que Yanosa allait devoir honorer en d'autres temps, car le sujet qui allait occuper la plus grande part de la réunion à venir, ici à Iwa, allait certainement le propulser dans un océan de feu. Les informations qu'il voulait finalement obtenues, auprès d'un Nihilem qui se faisait surtout réfractaire en apparence, le guerrier rouge revint sur ses pas jusqu'au groupe de gardes qui tenaient toujours en respect Azuko et le pauvre quidam qui servait de mule à Nihilem. Yanosa posa sa main sur l'épaule de ce dernier pour retourner immédiatement dans le bouge de Hai, où ses invités réintégrèrent leur corps d'origine, et confia un parchemin au chapelier fou. Retournant ensuite dans la foulée à Iwa, où Azuko lui accorda un regard plein de colère, d'impatience et de perplexité mêlées, il se dirigea finalement vers la salle de réunion.

Plusieurs dizaines de minutes plus tard, le guerrier rouge reparut aux yeux de la kunoichi, qui se rapprocha d'elle d'un pas vif et décidé.

« Petit changement de programme, Ozuka. Ou Azuko, je ne sais plus vraiment à force... Tu as une préférence ? En bref, nous allons mettre notre petite escapade à la poursuite de ta patronne en pause. Ce qui veut dire... en théorie... que je devrais te conduire dans nos cellules grand luxe pour t'y mettre en réserve. Mais... je sais pas... Peut-être que tu as envie de respirer encore un peu l'air frais de la liberté ? Aussi illusoire soit-elle... Dis moi. Si tu pouvais être à un endroit en particulier là, tout de suite... où serais-tu ? Qu'y ferais-tu ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

En tête à tête avec soit-même (Yano)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Roche :: Iwagakure no Satô :: Ancien palais impérial-