AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 01. Le premier jour du reste de leur vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Informations
Messages : 1826
Rang : Par


Message(#) Sujet: 01. Le premier jour du reste de leur vie Sam 25 Mar 2017 - 12:58


Contexte du groupe
Raiun et Raigeki étaient tombées en quelques heures, de quoi à peine qualifier ça de combat. La première ville avait été totalement dépassée par l'arrivée des forces Shukaijines en masse, la dernière escarmouche de l'Empire ayant considérablement affaibli les défenses de la ville. Raigeki avait suivi dans son sillage. Parcourant les Plaines de Fer, l'Empereur qui menait l'assaut avait fait ralentir le pas.

Au loin, le tonnerre grondait, cliché peu surprenant de ce qui les attendait sur ces plaines. Les forces Kumojines se tenaient là, de l'autre côté, telles un rempart de taille. L'heure était au combat. Épaulé par le nouveau gouverneur de Yuki no Kuni, l'Empereur lança ses troupes à l'assaut. En face, le Raikage en fit de même, une silhouette féminine se dessinant à ses côtés: la chef du Kyomu qui ne souhaitait pas manquer une telle occasion. Le Kamui était enfin à sa portée. L'occasion d'en finir d'un côté comme de l'autre. Nul doute que l'issue de ce combat déterminerait la guerre qui embrasait le Pays de la Foudre.

Règles générales
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    Ø Résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide. N'hésitez pas à exporter le code de vos techniques via votre Fiche Technique dynamique.
    Ø Le premier tour est un tour d’introduction. L’utilisation de techniques n’est pas autorisée dès votre premier post.
    Ø Vous avez 36h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, vous aurez une seule et unique fois un joker de 12h supplémentaires (le Staff ne passera pas poster). Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu du groupe.
    Ø Chaque personnage a droit à un seul délai de 24h s'il poste dans le bureau de SNH (www).
    Ø N'hésitez pas à utiliser le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.
    Ø En cas de soucis, vous pouvez faire une demande d’arbitrage.

Indications particulières
    Ø Les groupes de l'Arc 1 : Confrontation détermineront l'issue de la guerre entre le Shukai et Kaminari : voir ici pour plus d'informations concernant le système.
    Ø N'oubliez pas que vous n'êtes pas seuls, il y a d'autres affrontements autour de vous (de soldats et de shinobis). Mais cela n'interférera en rien votre groupe, le cadre est posé juste pour l'ambiance - ils évitent toutes vos attaques et vous ne prenez pas les leurs. Vous pourrez considérer que les soldats autour de vous prennent l'avantage si vous gagnez votre combat.

Ordre des participants

Samui Kakeshuou
Samui Ketsuen

Kadoria Manzo
Aozora S. Oniri


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com

avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1834
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Dim 2 Avr 2017 - 23:54



L’étape de cette guerre était à peine entamée ; ses premiers fruits frais tombaient de l’arbre, foulés dans l’instant par des milliers de pieds frappant le sol dans une course folle que rien n’arrêtait. Déjà deux villes portuaires tombées, sans que la garnison sur place n’ait pu faire quoi que ce soit. Rien de bien étonnant pour l’Empereur. Il se doutait que l’adversaire grouperait bientôt toutes ses forces pour lui faire face, et l’attendrait de pied ferme, quitte à devoir sacrifier l’une ou l’autre place pour la reprendre plus tard. Peu importe ; ces courtes victoires ne faisaient que renforcer le momentum des forces impériales, qui partaient toujours plus fortes et convaincues de leur future victoire.

Arrivée dans les Plaines de Fer, l’armée du Shukaï marqua une halte au poing levé du Kamui, signe immédiatement repris par plusieurs commandants de l’Armée : Ketsuen Samui, Ikunoke Gekei, Kendaï, et d’autres. La troupe, telle un seul homme, mit fin à sa progression, observant les éclairs au loin. Ceux-ci frappaient les Plaines sauvagement, comme pour mettre au défi quiconque de pénétrer plus loin sur la Terre de la Foudre. Mais nul doute : sur les collines non loin, c’était bien les troupes des Nuages qui se massaient pour faire bon accueil à leurs envahisseurs. Chaque soldat observa ces distances dans un silence grave. Seul Kakeshuou Samui vint à sourire face à l’apparition de l’Ennemi. Ces fous viennent à notre rencontre ! Cela nous épargnera d’aller les déterrer dans leur village caché !

~ Répartition en trois divisions ! Ikunoke, tu te charges du Sud. Kendaï, tu prends le Nord. Ketsuen, avec moi. Corps d’armée « Shinigami » !! Le Mal est enfin face à nous !! Voici une occasion parfaite de démontrer nos forces et notre bon droit !! Ne retenez rien, ne faites preuve d’aucune pitié : ils n’en auront pas pour vous ! Pour le Bien du Yuukan, abattez-moi ces chiens !!

# UOOOOH !!



En un rien de temps, le corps d’armée s’élança sur le champ de bataille, ignorant la peur comme la foudre. En quelques minutes, le sang coulait sur les plaines (de la Bretagne armoricaine). Jutsus et armes de jet volaient dans tous les sens. Au cœur de ce carnage réciproque et sans pitié, un homme et son comparse progressaient, renvoyant coup sur coup, ne faisant preuve d’aucune retenue. Le Lion des Neiges déchirait comme un fauve, glaçait comme la Montagne et dévastait comme un Kirijin. Il ne prenait pas le temps de voir la performance de ses troupes. Il ne doutait pas qu’elles étaient efficaces ; tout comme il savait d’avance que certains étaient déjà tombés. Peu importe. L’un de ses neveux avançait pas à pas, dans son sillage. Ketsuen avait considérablement grandi ces dernières années, et malgré leur rancœur récente, le Kamui ne comptait pas laisser ce genre de sentiment obscur ternir son appréciation des évènements.

Son intuition lui commanda de regarder sur sa droite. Non loin, encore à l’écart du cœur des combats, les deux silhouettes sur lesquelles il posa les yeux étaient soit connues soit identifiables. Le chakra monumental du premier lui laissait croire qu’il s’agissait ni plus ni moins du Raïkage. Le regard qu’ils échangèrent en un instant lui apporta la confirmation ; c’était son pire ennemi, celui qu’il fallait terrasser afin de remporter cette bataille. Et juste à côté … une aura que l’homme reconnut entre mille ! Plus de doutes possibles ! En s’assoçiant au Kyomu, le Village Caché des Nuages prouvait sa complicité et sa duplicité dans nombre d’actes terroristes commis à travers le Yuukan tout entier, contre Ninjas et civils tous compris !

Non loin, l’Empereur avait lui aussi son soutien.

~ Ketsuen, nous partons en chasse ! Je te laisse t’occuper d’eux comme tu le sens ! Soldats !! Il est temps de faire couler le sang !!

Sur cet appel qui fit écho aux armes et au cri de guerre des Shinigamis, le duo s’avança d’un pas rapide vers sa nouvelle cible toute désignée !


Spoiler:
 



  • Samui Kakeshuou est prêt à mettre sa vie en jeu dans n'importe quelle situation, il suffit d'être poli.
  • Si un Rp n'a pas bougé depuis un mois, je ne le surveille plus - il faut me prévenir d'une nouvelle réponse.
  • Je suis ouvert et avide de tout nouveau projet, n'hésitez pas à venir me voir !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 661
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Lun 3 Avr 2017 - 15:39




"Ha!! Moi j'vous dit...qu'aussitôt que j'ai un de ces sales Kumojin devant moi, c'est le début de la fin j'vous dis! J'vais les enchainés comme une brochette de poulet, les uns après les autres...bim bim bim bim!! Ils auront rien vu venir qu'ils crèveront aussitôt...j'vous jure!"

"À ce qu'on dit...le Raikage pourrait utiliser les cadavres de nos frères d'armes pour les retourner contre nous...j'serais pas si sur si j'étais toi Motoko..."

"Ah! Non mais t'as vu qui on a en tête de l'armée? Le Kamui en personne! Et à ses côtés...son cousin borgne, Ketsuen, et l'homme-loup en charge des troupes d'Iwa! Ces Kumojins feront pas long feu j'te dis. Arrête de chier dans ton froc, on craint rien avec eux."

"Eeeh...si tu le dis..."

Voilà le genre de conversation que pouvaient avoir deux soldats en marche vers ce qui risquait d'être l'une des batailles les plus importante de notre ère. Si la plupart des combattants de l'armée Shukaijin étaient un véritable exemple de discipline extrême et de dévouement à leur Empire et Empereur, ces deux têtes de noeuds qui marchaient tout juste derrière moi, en première ligne, représentaient deux catégories de soldats qui ne faisaient généralement pas de vieux os lors des grandes guerres. L'un d'eux était trop imbécile pour comprendre la gravité des horreurs qui l'attendait alors que l'autre doutait de ses propres capacités...mais aussi de celles de ses propres congénères.

Si je n'étais pas déjà occupé à diriger les troupes qui marchaient derrière nous, probablement auraient-ils eux une mauvaise surprise de voir que "le cousin borgne" les entendaient parfaitement malgré le pas cadencé de la troupe militaire...mais au lieu de cela, je regardai mon seul oeil braqué vers l'avant...là où l'on pouvait voir s'élever des étendards au loin.
_________________________

De l'autre côté des plaines, les drapeaux Kumojin flottaient au gré des bourrasques battantes. La foudre fendait les nuages noir de l'horizon céleste d'une lumière jaune intense avant de disparaître en un grondement infernal. Les troupes de guerre de Kaminari étaient en position défensive, attendant l'arrivée ponctuelle de leur ennemi le plus redoutable qu'ils eurent jamais eut depuis le début de leur histoire. Depuis toujours, en commençant par l'époque de la première Kirigakure no sato, le Shukai et le pays de la foudre se vouaient une haine féroce et inextinguible. À plusieurs reprises, Kumo avait tentée d'anéantir le village caché dans la brume, puis ensuite l'Empire de Kakeshuou en usant de multiples attentats et manigances en tout genre et depuis peu, le grand territoire impérial et ses troupes semblaient être biens décidé à mettre fin à cette querelle qui durait depuis trop longtemps déjà.

Le pas des guerriers gris se faisait lourd et déterminé. Il y avait, dans leur marche, quelque chose de terrible, mais de beau à la fois. L'unisson des forces de l'Empereur était telle que chacun de leurs pas, sans exceptions, martelaient le sol herbeux des plaines de fer du même pied, au même instant. Des chansons à répondre étaient scandés par quelques plus valeureux qui tentaient de motiver les troupes à leurs façon, et ils trouvaient maintes et maintes réponses parmi les leurs. Une armée soudée...remplie d'hommes aussi vaillants que redoutables. Était-ce là l'ennemi décrit par le Raikage? Probablement pas...et les Kumojins auront tôt fait de comprendre que l'Ombre leur avait mentis sur toute la ligne concernant l'Empire Shukaijin. Sauf pour un point: Le Shukai ne prenait pas en pitié son ennemi. Celui qui tuait ses civils.

Celui qui détruisait leurs logis. Celui qui insultait la paix à laquelle il aspirait. Celui qui perpétuait les frappes contre ses murs, contre le joyau et coeur de son sein. Celui qui, depuis si longtemps...ne pouvait qu'être jaloux au final de voir tant de pays réunis sous une même bannière, vivant dans une harmonie...loin d'être parfaite...car rien ne l'est...mais une harmonie tout de même. Les gens avaient acceptés la mort des Daimyos et avaient vu la vision d'un monde juste et paisible au travers des rêves d'un seul homme...et aujourd'hui...ils le suivraient même dans la mort si tant est que ce rêve puisse apparaitre un bref instant, une simple lumière au centre d'un océan de ténèbre...car ils savaient que s'ils allumaient cette flamme...même s'ils échouaient...d'autres reprendraient le flambeau pour réussir là où ils échoueraient.

Puis, la voix de Kakeshuou Samui gronda...emportée par les rafales de l'air qui, depuis notre arrivée, me parlaient et m'accompagnait dans le cheminement de mes pensées. Bien que, loin dans mes racines, j'étais probablement parent avec cet homme...je n'étais pas, comme lui, fils de la neige. Ou plutôt, je ne l'étais pas avant aujourd'hui. C'était l'air qui m'avait porté durant les premières années de ma vie, et il continuait aujourd'hui de le faire pour une ultime fois. Je sentais son vent me fouetter le visage, puis passer entre chacun de mes cheveux, tel une dernière caresse avant que mon âme ne plonge à jamais dans la glace. J'ouvris alors mes paupières, et comme braqué sur la vague de shinobis rivaux qui nous faisaient face, je les défiai mentalement, resserrant mon emprise sur le pommeau de mon arme tout en accentuant le pas. Le fin du discours de Kakeshuou arrivé, nous savions que c'était là à notre tour de faire valoir notre valeur...et nous chargions...comme jamais.

Les cris de guerre retentirent sur le champs de bataille pendant que le pas cadencé des Shukaijins devenait un chaos tonitruant. Mon estomac et mon coeur se noua, tant l'excitation était à son comble, mais je n'oubliai pas la stratégie que j'avais enseigné à mes hommes durant notre entrainement en milieu sauvage à Yuki no kuni. Hommes qui me suivaient à la trace et qui savaient ce qu'ils avaient à faire aujourd'hui...et qui l'appliquèrent avec brio car, arrivée à quelques centimètres seulement des troupes ennemis, la première ligne stoppa nette sa course pour lancer une première salve de kunai et shuriken pendant que la deuxième sauta littéralement par dessus la premières, parchemin en main...puis ils attérirent violement au sol en activant le sceau qu'ils avaient préparé. Une barrière s'éleva alors sur plus de trente mètres de long, alors que le reste de mes Junsa usaient de projectiles afin d'atteindre l'ennemi de l'autre côté. Bravo, Junsa!

Pendant ce temps, ma route avait changée de cap, alors que je me promenais dans le sillage du grand chef de notre nation. Courant à vive allure, je me fiais à ses talents de senseurs afin de le laisser nous guider vers les cibles les plus importantes de cette guerre. S'il s'occupait de nous frayer une voie en travers de ce torrent d'ennemis, dansant entre les corps avec une assurance que je n'avais encore jamais vu sur un champs de bataille, je m'occupais de mon côté de nos arrières et de nos flancs grâce à l'imposant sabre que je maniais tel un véritable hachoir.

Le premier coup venu vers moi fut un coup de mace que je repoussai du plat de mon sabre tout en continuant mon avancé. Détachant ma main artificielle de mon pommeau, les jointures raides et fermés plaquées de fer s'enfoncèrent dans la gorge du Kumojins qui finit sur le sol, piétiné par les autres qui passaient là. De l'autre côté, je vis quelqu'un faire un mouvement de bras qui me semblait être un lancé de Kunai. Reculant la tête, je laissai passé le projectile devant mon visage jusqu'à ce qu'il aille se loger dans l'épaule d'un de ses alliés tout en lui envoyant trois Shuriken à mon tour. Blessé ou mort, je ne m'en occupai pas plus longtemps, sachant que j'avais un vieux lion enragé à suivre. D'ailleurs, trois carreaux d'arbalètes de guerre avaient tentés de le prendre par surprise, mais le plat de mon arme les arrêta net, nous laissant libre cours à notre cheminement jusqu'en dehors des rangs ennemis.

Aussitôt avions-nous quitté le smog de poussières et de particules de sang qui s'élevait autour du champs de bataille, je me retournai afin d'anéantir deux ou trois récalcitrant qui avaient tentés de nous suivre dans la mêlée. Évitant un premier coup de lance en fléchissant les genoux, je frappai devant moi en imitant la forme d'un croissant de lune, au niveau des genoux...et se furent quatre jambes qui se détachèrent du reste des corps des pauvres combattants qui avaient cru bon de s'en prendre à un géneral...sans renfort. Le dernier, lui, reçu simplement un coup de naginata dans le dos de la part de l'un de mes Junsa qui, d'un simple mouvement de tête, me faisait savoir que nous pouvions continuer. Chose qui ne se fit pas attendre.

Au loin, deux silhouettes étaient visible et à l'air qu'affichait l'illustre seigneur de nos rangs, je savais qu'ils étaient ceux que nous devions combattre. Son cri de guerre motiva les troupes à redoubler d'ardeur, malgré les quelques-uns qui avaient déjà versés leurs sangs lors du premier clash. De mon côté, je gardai mon sabre en main, prêt à l'utiliser à toutes occasions si les deux personnes qui nous attendaient daignais commencer les hostilités avant même que nous arrivions à eux. L'un d'eux...m'était inconnu...mais il m'était facile de deviner qu'il s'agissait là du Raikage. Le Kamui ne se serait pas bouger pour aucune autre personne.

L'autre...m'était familière...sans pour autant que je puisse la reconnaître.

Et plus nous nous approchions, plus j'avais un mauvais pré-sentiment...


L'autre là...je ne la sens pas. Dis-je simplement à l'homme dont je serais le bras droit aujourd'hui.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Nanadaime Raïkage
Messages : 2065
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Mar 4 Avr 2017 - 13:00

Le Nanadaime foulait le sol de son village, acclamé par la foule qui faisait résonner le nom de Kumo dans tout le village. Le regard du Kadoria était sérieux et chaque pas qu’il exécutait semblait millimétré. Déambulant dans la masse, il rejoint son générale et son corps d’armée pour donner ses différentes instructions. Mazo avait prit l’invasion du Shûkai en compte et un plan de déploiement rapide aux différents point clé de Kumo allait mis en oeuvre. La contre-attaque allait être rude, mais la défense de Kaminari devait se faire coûte que coûte. La défaite n’était pas permi en ce jour sombre.

Les informations d’Hiko semblaient indiquer que le Kamui allait être au premier rang de son armée et sa destination était toute destinée. C’est ici que le nécromant allait se rendre pour faire face à l’homme qui représente tout ce que ce monde à de mauvais. Il donna divers instructions à ses hommes en indiquant qu’il ne fallait pas faire preuve de pitié dans cet affrontement. Tant que l’adversaire voulait combattre, les Kumojins devait prodiguer la mort. Cependant, par respect pour ce qu’il avait convenu avec le jeune garçon, si un Shûkaijin dépose les armes, il faudra le capturer s’il cela est possible. La réalité est que dans une guerre de la sorte, la capture et la reddition n’existe pas. Seule la mort règne en maître sur cette scène macabre.

Jetant un coup d’oeil vers sa maison, il vit un homme vêtu de noir qu’il connaissait parfaitement. Monjara Shinji était là, attendant la moindre directive de son salvateur. Un simple signe de tête suffit pour que les deux se comprennent. Tout le monde était mobilisé dans cet affrontement totale. Même si cela risquait de griller la couverture du ressuscité, cela n’avait que peu d’importance. Dans un ultime appel, le Raïkage ouvrit la marche afin de déclencher le mouvements des troupes nuageuses. Il était temps de partir en guerre.

Les différents groupes se séparèrent et la destination de l’Ombre était les plaines du Fer. C’était un endroit incontournable pour effectuer une bataille d’une grande envergure et pour atteindre le village caché du pays de la Foudre. Le temps jouait contre eux, mais heureusement, Kumo n’était pas seul. Le plan de défense comprenait le déploiement des troupes du Kyomu venant prêter main forte aux Kumojins. Les instructions avaient été donné et Red ne devrait pas tarder à se montrer sur le champ de bataille.

La proximité des plaines donna un temps de répits pour que les troupes Kumojins puissent se placer convenablement en attendant la venu des troupes de chocs. L'excitation du combat tomba rapidement pour laisser place aux doutes et à la mort potentielle. Cela n’affectait pas l’agent du Daimyô qui, comme à son habitude, s’alluma une cigarette.

Les minutes s’écoulèrent et le Shûkai pointa le bout de son épée. L’armée était massive et inquiétante, mais c’était attendu de la part d’un homme comme le Samui. Utilisant brièvement ses capacités sensorielles, Manzo décela deux chakra qui se distinguaient largement de la masse. L’un d’une énorme puissance, sûrement plus fort que Manzo et l’autre plus faible. Il n’y avait aucun doute possible, l’Empereur était bel et bien là. Un rictus maladif s’afficha sur le visage du manipulateur de la gravité. Craquant légèrement ses doigts, il était temps de remotiver les troupes.

« N’ayez pas peur mes frères ! Regardez la peur et la mort dans les yeux ! Ne la quittez jamais du regard ! Affrontait là comme vous êtes prêt à affronter l’Empire qui se dresse devant nous. Nous ne reculerons devant rien Kumojins ! Nous allons punir avec violence ces shinobis qui foulent nos terres sans le moindre scrupule. Pour Kumo, nous allons nous abattre sur eux tel la foudre étincelante et ravageuse. Kumojins… A L’ATTAQUE ! »

Sous des cris de rage, les shinobis se lancèrent accompagnés de Manzo. Celui-ci contempla ce spectacle atroce qui le déchirait de part en part. Comment l’homme pouvait être ainsi ? Comment ce monde pouvait-il être aussi affligeant ? Les shinobis sont-ils juste de simple bête ? Ce monde n’était pas celui du Kadoria. Il le détestait depuis son premier souffle. C’est bien pour cela qu’il voulait le changer… C’est bien pour cela qu’il se battait aujourd’hui. Il combattait pour qu’un jour, plus personne n’est à combattre, quitte à prendre toute la souffrance que monde à a offrir. S’il avait trois voeux, ce serait d’un avoir qu’un. D’être plus cruel pour ce monde qui est le sien.

Les premiers hommes tombèrent sur le sol qui peu à peu, se teintait d’une rouge à faire pâlir un Ketsueki. L’homme fort de Kumo, lui, avançait lentement, sa cigarette toujours à la bouche. Il avait l’impression de posséder le Kinnegan et que tout autours de lui était ralenti. C’était une sensation très bizarre, mais la dure réalité le rattrape. Un homme tenta de lui asséner un coup fatal, mais il se fit saisir par la gorge. Le maître de la gravité le souleva avant d’écraser le foyer de sa cigarette dans le soldat qu’il lança avec violence. Le Nanadaime était étonné de la barbarie qu’il faisait preuve, mais il n’avait pas le choix. Dans cette guerre, il devait abandonner toute rationalité, logique, compassion et empathie. Seul la victoire importait pour avoir la chance de vivre et essayer de changer ce monde, qui n’est plus le sien.


Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chef du Kyomu
Messages : 1533
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Mar 4 Avr 2017 - 20:15

Ils sont là, quelques centaines à fouler de leurs pas l’immense Plaine de Fer, rangés et ordonnés en formation militaire, parfaitement symétrique, comme une seule et immense entité. Un bloc humain duquel se détache les étendards des forces de la Foudre et du Kyomu finalement réunis, finalement préparés pour ce qui serait certainement une ultime bataille. Red est évidemment présente. Elle n’aurait manqué cela pour rien au monde. Ses capacités sensorielles lui permettent de ressentir l’armée du Shukai se rapprocher. Tout autant de soldats déterminés à en finir avec eux, les ennemis de l’Empire. Cela l’amuse beaucoup. Mais plus que tout, ce qui attise réellement son attention n’est autre que la voix ayant proféré ces accusations. Le Kamui est là. Enfin. Il va participer à la bataille et tous deux vont se retrouver face à face. Elle peut sentir son chakra depuis sa position en hauteur. Elle aurait été capable de le reconnaître au milieu de milliers de soldats. La cheftaine ne laisse rien paraître, mais à ce moment, à l’aube du conflit qui va déchirer cette terre, elle bouillonne d’excitation.

 Tout son être lui commande de se jeter à corps perdu dans la bataille a venir et les battements de son coeur ne font que s’accentuer à chaque pas que fait l’armée ennemi dans sa direction. La Saibogu n’est pas comme ses semblables, pas comme ces Kumojin ou encore ses impériaux qui prétendent se battre pour une noble cause. Non, elle n’est pas faite de cette hypocrisie. Si elle se bat aujourd’hui, c’est pour gagner le pouvoir de changer le monde. Pourtant il y a aussi ce sentiment et cet étrange frisson qui lui parcours l’échine. La bête en elle l’appelle, plus sauvage, plus enragée que jamais.

La démone n’a d’autre choix que de prendre sur elle-même pour réprimer ses pulsions. Alors son regard, voilé par quelques mèches de cheveux écarlates, se perd dans l’horizon. Elle ne voit rien, elle ressent. Il approche, toujours d’un pas déterminé. Le Kamui. Son Kamui. Sa proie à elle. Ses lèvres s’étirent dans un sourire sombre révélant deux petites rangées de dents pointues qui viennent se planter dans sa chair. Le goût acre du sang glisse sur sa langue. Enfin ses narines expirent lentement un air trop longtemps retenu dans ses poumons. Le Raikage clame son discours envers ses troupes. Cela à pour effet de la sortir de sa stase. Elle lui adresse un regard entendu de professionnalisme à des années lumières de la vérité. A son tour elle se tourne vers ces hommes, décroisant les bras elle dégaine le Katana attaché à sa taille pour le brandir fièrement.



-Kyomujin. soldat de la Foudre !! S’exclame-t-elle d’une voix puissante qui n’a rien à envier à celle de ses homologues, qu’il soient Empereur ou Kage. L’heure de la bataille final a enfin sonné ! Sa lame balaye l’air pour pointer la masse humaine qui lentement se rapproche. L’Empire est enfin là, fort de toute son illégitimité et de sa couardise imbibé du sang des Seigneurs et des innocents sacrifiés pour accomplir ses sombres desseins. Le voici aujourd’hui qui marche sur cette terre, avilie par la soif de puissance et de conquête, déterminé à soumettre un nouveau peuple. Je veux l’entendre ! Kyomujin ! Vous qui m’avez rejoins car vous croyez en cette cause, celle d’un monde libre, d’un monde épargné par la tyrannie. Combattrez-vous pour nos frères et soeurs de la Foudre dans la quête de cet idéal?



Elle se tient là droite et fière. Plus qu’une oratrice, plus qu’une guerrière, elle se désigne avant tout comme cette lame de providence tenue à bout de bras vers cet ennemi commun.



-Kumojin ! Laisserez-vous cet infamie qu’est l’Empire envahir vos terres et souillez votre héritage? Laisserez-vous ces chiens corrompre l’histoire de votre patrie? Vous battrez-vous pour toutes ces familles qui ont placé leurs espoirs en vous? Elle marque une courte pause avant de reprendre. Si nous sommes tous unis aujourd’hui c’est aussi pour transmettre un message, non pas au Shukai mais au monde entier.



La cheftaine se tourne face à l’armée. Cette armée d’hommes braves à qui elle impose son regard d’émeraude empli de braises.

-Que les ennemis de la paix tremblent ! Que tous ceux qui osent nous défier voient le courroux de la justice s’abattre sur eux. Aujourd’hui est un grand jour. Un jour qui marquera l’histoire comme étant celui où Kaminari prouvera au monde que l’on ne peut s’en prendre à lui impunément. 

SOLDATS ! Reprend t-elle avec toujours plus de ferveur, forte de la symbolique de ses paroles. J’en appel à votre force ! Battez-vous pour vos convictions, pour vos familles, pour ceux en quoi vous croyez. Battez-vous pour que l’Empire tombe en même temps que le soleil sur cette plaine et que l’aube de la victoire nous tende les bras.

Le vent souffle et balaye l’immense étendue aplanie par les âges. C’est à ce moment qu’elle dresse fièrement sa lame vers le ciel.



-POUR LA PAIX ! POUR LA LIBERTÉ ! POUR KAMINARI !



A ces mots le Katana s’abat dans le vide droit sur l’armée impériale. Poussé par le discours les troupes de Kumo et du Kyomu déferlent dans la plaine. La terre tremble sur leur passage. Puis finalement les deux armées entre en collision comme deux météores. Les éléments se déchaînent. Des boules de feu fusent de toute part rasant le sol et tombant depuis les cieux. Les vents se transforment en rafales puis en plusieurs cyclones ravageant tous sur leur passage. Des lames d’airs tranchent les corps avant d’être stoppées par des murs de pierres dressé à même le sol. Les Kosobayui déploient leur ailes, s’envolent puis inondent le champs de bataille de projectiles. Ces projectiles eux même interceptés et déviés par les sceaux des Kadoria. Suzurane et adepte du Hachimon tonku laissent éclater leur fureur et enfonce les premières lignes Kumonjin en pulvérisant la résistance par leur seule force brut, cela juste avant que le groupe ne finisse démembré par un champ de mine Bakusho. Les Saibogu restent en retrait font rugir leurs machines de guerre et laissent pleuvoir des batteries de missiles à la précision parfois approximative.



La terre tremble, se fend en deux puis se soulève pour donner naissance à une montagne rapidement réduit à l’état de gravas par le flot incessant de justu. Il n’y plus de beau discours pour la paix, il n’y a plus d’idéal pour personne. Il ne reste plus que la fureur, la rage viscéral qui étreint ces shinobi a mesure qu’ils avancent en pataugeant dans les entrailles et les corps de leurs compatriotes mutilés, brulés, déchiquetés par des puissances défiants le commun des mortels. Après cette bataille, quel que soit son issue, il sera nécessaire de redessiner les cartes car la Plaine de Fer ne sera plus jamais la même. En attendant l’enfer ce déchaine. Red reste en retrait les bras croisés à sourire de ce spectacle qui a un arrière goût de fin du monde. Un Shukaijin au loin arrive à tendre le bras dans sa direction et projète un éclaire rapidement bloqué par une aura de foudre.



Si son discours est passablement parvenu à apaiser l’ardeur de la démone, le théâtre apocalyptique couplé à l’odeur du sang ravive ses instincts. Et pour ne rien changer la cible de ses sombres desseins n’est autre que le Kamui qui se bat tel un lion au milieu de la mêlée. Elle savoure la scène en s’imaginant les traitements qu’elle lui réserve. Alors une armure d’un noir de jais profond apparaît pour l’envelopper intégralement et il ne faut pas plus d’une seconde à la Chasseresse pour disparaître au milieu du chaos.



La guerre est là, splendide et toujours aussi irrationnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1834
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Jeu 6 Avr 2017 - 2:50




Ayant donné ses ordres, le Samui savait qu’il ne fallait pas perdre de temps. L’avantage de ce combat était de rencontrer pour la troisième fois un adversaire dont il connaissait peu à peu à deviner le répertoire. Cela ne pouvait-il pas être l’identique dans le cas inverse ? Ce serait croire que le Kamui était resté le même, sans jamais chercher à s’améliorer. La leader du Kyomu devait être abattue au plus tôt. Sa mise à mort au cœur de ce champ de bataille résonnerait comme une double victoire : la fin d’attentats perpétrés de façon immonde et sans raison contre des populations civiles ; et la fin d’une résistance vaine face au rouleau-compresseur impérial !

# Alors, Kakeshuou … comment comptes-tu t’y prendre pour celui-là ?


~ Seul. Comme je l’ai toujours fait. Reste en dehors de ça.

# N’oublie pas … tu m’as promis de me montrer les plus grands combats, Kakeshuou … ne me déçois pas …



Écrasant son poing destructeur en plein visage adverse, l’Empereur profita d’un mouvement d’épaule pour se dégager de ses lourds vêtements et de dévoiler son corps de glace. Son épaule meurtrie le lançait plus que jamais ! Que ce soit une manifestation du Hikaijuu ou une ancienne douleur qui lui revenait en mémoire, tout cela n’avait pas d’importance. En cette heure, cette épaule était un ingrédient précieux dont il avait furieusement besoin !

Y plongeant sa main droite, il en arracha un bout – certes non conséquent, mais quand même ! Laissant tomber le petit bloc de glace face à lui, il y condensa son chakra, afin de modeler cette créature expérimentale. En peu de temps, un homme se dressait à ses côtés. Un homme … semblable, sans l’être vraiment. Le regard vide, mais le sourire destructeur, une coiffure ressemblante et en même temps tellement plus sauvage … . Un corps nu ! mais une rage de vaincre et une aura de destruction qui rappelait la rage runique des Suzurane ! Tel Dieu créant un nouvel Adam, Kakeshuou Samui venait de révéler l’une des armes qu’il avait longuement développées dans les souterrains secrets de l’ancien Shozaichi … .

~ Jikken … tu appuyeras le jeune Samui pour vous occuper du Raïkage … .

« Kschhhhhhhhhhhhhhk … »



La seule réponse qui advint de la « chose » fut un épais nuage de buée s’extirpant de ses lèvres, comme si un volcan en éruption se trouvait au sein de ce corps. Ce n’était pas un être vivant. Il était certainement doué de raison et d’intelligence ! Mais ce n’était qu’une fabrication ; dont la valeur dépendrait avant tout de son impact sur le champ de bataille … .
De son côté, l’Authentique « Grand Méchant » comme s’amusaient à l’appeler les terroristes et graines de sauvages rassemblait son chakra et préparait la suite des opérations. Il tenait à avoir une lecture claire des environs, afin de mieux cerner les futurs évènements et pour mieux y répondre. Accentuant son aura, maîtrisant ses sens et en appelant à l’air glacial se trouvant autour de lui – comme en satellite autour d’un Soleil glacé, le Dernier des Kirijins prit une meilleure connaissance du terrain, de ses adversaires, des angles d’attaque possibles et de ses faiblesses. Il pouvait dès lors passer à l’offensive.

~ On y va ! Jikken !! Ketsuen !!


En un instant, l’homme s’avançait à pas rapides pendant que ses doigts s’agitaient frénétiquement. Un Oiseau de Glace s’extirpa de son propre corps pour s’élever dans les airs, et fondre entre les rangs ennemis ! Cherchant clairement à éviter la zone du Raïkage, l’objectif du Héron du Grand Nord était la snipeuse, à n’en point douter ! Le Maître du Shukaï escomptait bien ne pas lui laisser une minute de repos !

Dans le même temps, le dénommé « Jikken » suivait l’approche de son Créateur, et focalisait son regard et son attention sur le Mangeur de Foudre. Ses bras pointèrent droit devant, alors que ses doigts prenaient la forme enfantine de pistolets. Les agitant brusquement de bas en haut, il imita ainsi la gestuelle d’une paire d’armes à feu en pleine action. Accompagnant ses mimiques, de fines balles de glace furent projetées pour mitrailler le chef des troupes des Nuages. Pas question de lui laisser un temps de répis à lui non plus ! Et avec le soutien du Taira, les premiers échanges pouvaient bien s’avérer définitifs … .


Spoiler:
 



  • Samui Kakeshuou est prêt à mettre sa vie en jeu dans n'importe quelle situation, il suffit d'être poli.
  • Si un Rp n'a pas bougé depuis un mois, je ne le surveille plus - il faut me prévenir d'une nouvelle réponse.
  • Je suis ouvert et avide de tout nouveau projet, n'hésitez pas à venir me voir !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 661
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Jeu 6 Avr 2017 - 5:36



Guidé par l'élan de la charge des troupes, je continuai ma course avec le Kamui en direction des deux silhouettes qui semblaient n'attendre que notre arrivée avant de n'engager les véritables "démonstrations de forces". Si au loin, l'on pouvait entendre les tintements des armes se frotter les unes contre les autres, enchainé des cris de rages ou de souffrances des guerriers qui s'affrontaient maintenant dans une terrible mêlée...c'était plutôt le silence qui commençait à s'imposer au fur et à mesure que nous nous rapprochions de notre propre air de combat. Et si l'une des silhouette s'effaça de ma vue...l'une d'elle resta toujours devant moi. Le Raikage en personne...

Ne portant qu'un regard bref sur ce que préparait Samui Kakeshuou, qui semblait d'ailleurs prit dans de profondes réflexions malgré l'importance de la situation, je n'aperçus pas directement le procédé qu'il avait utilisé pour faire naître ce double étrange de lui-même via une partie congelée de sa propre enveloppe charnelle. Le cube de glace, qui avait maintenant la forme de ce qui aurait pu être un homoncule de l'Empereur, soufflait d'une respiration saccadée, irrégulière...suivit d'un épais nuage de condensation qui sortait de sa gorge grise-de-glace. Si les rumeurs voulaient, depuis un moment, que le Kamui était atteint de folie, celles-ci trouvaient maintenant un semblant de vérité en voyant que le dernier des kirijins avait mis au point une telle techniques. Cette...chose...défiait littéralement les lois de la vie ou plutôt...ramenait Kakeshuou Samui à un semblant de ce que devait être la première insufflation de vie humaine de l'univers...dans sa forme la plus vulgaire et sauvage. Un spectacle qui faisait surtout peur...même pour un soldat entrainé à la guerre...et la mort. Car, s'il y avait bien quelque chose de plus effrayant qu'un homme qui expérimentait sur la mort, comme le faisait le Kadoria...eh bien c'était celui qui expérimentait sur la vie...

Hochant donc la tête, me consacrant plutôt sur celui que je savais être un nécromant, je plongeai simplement mon regard dans le sien alors que la créature de l'autre Samui entamait le combat grâce à une technique à distance, pendant que son maître fonçait vers ce qui devait probablement être celle qui s'était déplacée plus tôt. Les sens aiguisé du manchot ne le trompait généralement pas, et il m'était facile de comprendre qu'il la suivrait à la trace. Décidant donc de faire de même, les muscles de mon corps se bombèrent et une petite charge de chakra vint se transposer dans tous les membres de mon corps, accentuant légèrement l'endurance et la force de ceux-ci...et je m'élançai vers l'avant en donnant trois coups consécutif devant moi et avec mon arme démesurément grande et large. À chaque coups, un morceau de fer de la taille d'un Shuriken Fuma se détacha du reste de la lame pour partir vers le Raikage jusqu'à trois d'entre eux...mais un quatrième coup fit se détacher trois longues aiguilles de fer cachées derrières les plus gros morceaux.

Étrangement, les plus gros morceaux de fer passèrent de chaque côté de l'ombre de la foudre...pour mieux revenir dans son dos. Celui-ci allait alors devoir faire un choix; recevoir les aiguilles, les morceaux plus imposant qui revenaient derrière lui...ou utiliser tout de suite une défense le protégeant sur plus d'un front et me dévoiler ce qu'il avait en réserve...

...une chose était certaine...mon oeil était braqué sur lui, continuant d'analyser ses moindres actions, alors que je continuais de m'approcher dangereusement de lui avec célérité. Intérieurement, mon esprit et mon corps brûlait d'une énergie débordante...et d'une adrénaline sans pareil. J'affrontais une Ombre...moi!





Info Tech:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Nanadaime Raïkage
Messages : 2065
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Jeu 6 Avr 2017 - 13:04

Le chaos régnait en maître incontestable sur ce champs de bataille. La plaine du Fer se peignait, peu à peu, en un rouge sang vif, mêlé à la terre et aux cadavres qui jonchaient le sol. Le spectacle était apocalyptique et Manzo ignorait tout ceci. Ce n’était pas le moment de ressentir toute la peine de ses hommes et de ce monde. Le temps n’était pas venu pour se morfondre. Aujourd’hui, il fallait être fort et sauvage. Le Nanadaime devait écarter toute humanité en lui pour se donner pleinement et férocement dans cet affrontement ultime et bestial. La compassion et l’empathie n’avait pas leur place dans cet endroit lugubre et cela, tout le monde le savait. Les Kumojins se battait ardemment contre les troupes de chocs, déferlant leur haine et leur colère alimentait par leur désir de protéger quelque chose de plus grand qu’eux. C’était une beauté sans nom de voir que l’homme pouvait passer outre son égo pour littéralement donner sa vie à quelque chose qu’il comprend, mais qui le dépasse. Magnifique, tout en étant monstrueux.

L’Ombre observait les troupes de l’axe Kumo-Kyomu vaincre un à un les impériaux. Cependant, un regard d’un autre côté, et l’inverse était en train de se passer. La guerre était encore dans un équilibre quasi parfait, mais ce dernier pouvait se rompre à n’importe quelle moment et c’était bien ce que désirait le nécromant. Cette rupture allait amener un camp ou l’autre à prendre l’avantage et il savait pertinemment que cette fissure ne pouvait se faire que par la défaite de l’Empereur en personne. Combattant quelques sbires, le Kadoria progressait sur le champ de bataille pour avoir de nouveau le Kamui en visu. Les deux hommes se croisèrent du regard pendant un instant avant que l’ultime combat débute.

Craquant ses doigts, le manipulateur de la gravité avança prudemment en direction du duo empirique en espérant une couverture de la part de la charmante et féroce Red. Le Samui dégagea un puissant chakra et peu à peu, en séparant une partie de son corps, un être de glace apparut sur les plaines. Un être très particulier dont la conception échappait à l’agent du Daimyô. La bête de glace suivit de près son créateur avant d’envoyer dans la direction du Raïkage, une pluie de balle glacée destructrice. Les hostilités avaient maintenant commencée.

Les projectiles glacés foncèrent sur l’homme fort de Kumo et nonchalamment, Manzo tendit son bras, paume ouverte. Il concentra son chakra afin d’absorber l’intégralité de la technique qu’on venait de lui envoyer. Refermant sa main, il vit un changement de position concernant le jeune homme se trouvant non loin de Kakeshuou. Très rapidement, il comprit que le Shûkaijin avait lancé une attaque et vis plusieurs projectiles de fers se dirigeaient vers lui. Il remarqua également l’épée dans la main du bretteur qui n’était pas là par hasard. Les morceaux de lames arrivèrent au niveau de Manzo qui analysa rapidement la trajectoires de ses derniers. Son instinct lui dicta de procéder à une esquive plus complexe afin de pallier les différents scénarios. Esquivant alors les petits débris en se mettant de profil, il vit, derrière lui, d’autres morceaux qui lui avait échappé. De justesse, il s'extirpa de cette situation dangereuse avant d’observer que l’opposant en question avait déjà entamé une course frénétique. Il était temps maintenant de contre attaquer.

Le nécromancien se concentra ardemment tout en tendant son bras paume ouverte. Il visa l’espèce de nudiste et lui renvoya la technique qu’il venait d’aspirer. Une fois cette dernière partie, le maître de la gravité était prêt à se montrer à la hauteur de ce titre. En effet, il activa un sceau placé sur son dos afin de créer une zone dans laquelle la gravité allait être fortement augmenté, immobilisant alors tout ce qui s’y trouve. La zone était prédéfini pour que l’Empereur, son clone ainsi que le sabreur se trouve dedans. L’activation se fit presque instantanément après la libération de la pluie de balle. Néanmoins, le Kadoria devait rester immobile et se concentrer pour que cette arcane fonctionnait correctement. Il comptait sur Red pour surgir de l’ombre et asséner un coup fatal.

Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chef du Kyomu
Messages : 1533
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Ven 7 Avr 2017 - 18:17

Les deux armées sont entrées en collision depuis quelques minutes déjà. Le fer et l’acier ne tardent pas à être relégué au second plan au profit des innombrables techniques, élémentaires et claniques rattachées aux combattants. La lutte est d’envergure cataclysmique. Les troupes jusqu’alors rangée en parfaite formation se transforment en cohorte insondable. Red se trouve au milieu, restant au demeurant imperturbable, enveloppée dans son armure, elle ne cours pas, elle marche adoptant une attitude diamétralement opposée à la sauvagerie sanglante qui imprègne peu à peu la Plaine de Fer. Elle se contente d’évaluer la situation. Si ses sens demeurent aux aguets, veillant à ce qu’aucune attaque fourbe ne fonde sur elle, son attention reste avant tout tournée vers l’Empereur. Si cela ne tenait qu’à sa personne, elle fondrait très certainement sur lui, la rage au coeur, puis userait de tous les moyens à sa disposition pour le réduire en pièce. Seulement voilà, elle est peut-être un monstre, mais pas une idiote. La démone sait qu’elle ne pourra l’avoir pour elle qu’à condition d’avoir préparé le terrain. Hors le contexte ne s’y prête pas, pas encore tout du moins. Ce petit blondin armé de son espadon. Elle l’a déjà rencontré. Toujours à se mettre en travers de sa route. S’il l’a déjà fait une fois, alors il peut recommencer. Tel est la raison pour laquelle la diablesse dévie son centre d’intérêt, ainsi que toute l’amertume et la sadisme allant de pair, vers le jeune épéiste.



Toujours aussi sereine, filant à travers cette marée humaine comme elle fend un cours d’eau paisible, sa main gantée se referme soudainement dans le vide, empoignant la gorge d’un soldat invisible qui s’apprête à l’assassiner. Il n’a malheureusement pas visé le bon maillon de la chaîne alimentaire et la diablesse, par le biais d’une simple impulsion raiton, comprime ses phalanges couverte de metal afin de lui briser la nuque. Ses doigts s’écartent afin de laisser retomber un corps sans vie qu’une boule de feu hasardeuse désintégra quelques secondes plus tard. Dans le même temps le ciel au-dessus du champ de bataille s’obscurci. Des légions d’âmes démoniaques et autres esprits désaxés s’élèvent pour retomber lourdement telle une immense vague pour dévorer toute forme de vie sur son passage. La marrée funeste est entretenue par un groupe de démonisme Mamoru resté en retrait. Immobilisé par leur propre rituel ils deviennent des proies facile pour le détachement de Samouraï qui leur fonce dessus. Ceux qui ne finissent pas décapité se réfugient vers le front arrière. Pour autant la lutte ne perds pas en intensité et la terre continue de trembler face au déferlement d’attaques que s’échangent les deux armées.



Par ailleurs l’une d’elle arrive à se glisser au milieu du déluge. La Nukenin reconnait le héron de son ennemi mortel. Qu’espère-il réellement avec une telle technique? Elle est déjà parvenue à la stopper une première fois et la seconde ne fait pas exception. Sans même daigner tourner le regard en direction du majestueux projectiles l’assassin en armure noire invoque un large bouclier d’acier au niveau de son avant bras pour, dans un mouvement ample, frapper la création de glace qui se brise en morceau. Sa propre protection ne survie pas au choc ce qui oblige la Kunoichi à s’en séparer tout en s’éloignant des fragments glacés par mesure de sécurité. Elle ne prête pas davantage d’intérêt à l’avatar extrait puis invoqué à partir du corps de l’empereur, son inconscient estimant avoir déjà rencontré des choses bien plus innommables. Dans le même temps le Raikage est aux prises avec l’épéiste. Elle les aurait presque oubliés. Seulement l’Ombre de la Foudre fait à son tour étalage de sa puissance en usant d’une redoutable technique basée sur la gravité afin de clouer chacun de leur adversaire au sol. La diablesse, toujours en retrait, se fend d’un sourire démoniaque derrière son masque. Ses traits non plus rien d’humain sous ses apparats de fers. Son corps à depuis longtemps perdu l’ascendant sur ses pulsions destructrices et qui n’ont désormais de cesse d’harceler son esprit, obscurcissant ses pensées et rongeant son humanité. Si l’issue de cette bataille n’avait pas pour but de déterminer ce dont serait fait le monde de demain elle n’aurait pas un seul instant hésité à charger, tuant et massacrant tous ceux qui se trouvent sur son chemin qu’ils soient alliés ou ennemis afin de se repaitre de leur chair tout en buvant leur sang.



Au lieu de cela elle se contente de tourner la tête, adressa un regard invisible et désabusé à l’Empereur avant que le chakra raiton n’inonde à nouveau ses muscles. L’instant d’après elle disparue, filant à une allure folle vers le jeune épéiste. Encouragée par sa célérité aussi soudaine que fulgurante la démone effectue un bond magistral qui l’élève au-dessus du champ de bataille. Sur l’instant sa posture n’est pas sans rappeler un félin en train de fondre sur sa proie. La vitesse, couplée à la forte pesanteur la font alors retomber sur le Samui à une allure folle. La chasseresse choisi cet instant pour invoquer son module de percussion qui se superpose à son bras droit. Ainsi profite t-elle de la vitesse et de la gravité pour amplifier son attaque et atterrir avec autant de violence qu’une météorite à l’endroit ou est encore censé se trouver sa proie ; le système de percutions de son gant s’actionne dans le but de lui éclater le crâne. Reste à savoir s’il atteindra sa cible, dans tous les cas un cratère se forme à l’atterrissage. La bête se retrouve là, à même le sol, pliée sous le joug des forces gravitationnelles imposées par l’Ombre de la foudre. Son armure d’ébène reflète le feu des combats autour d’elle. Des griffes et des cornes se détachent de sa carapace d’acier sans qu’il soit pour autant possible de dire s’il s’agit de simples ornement ou de véritables appendices. Seule sa posture, imposée sur quatre pattes similaire à celle d’un animal en chasse, tranche les doutes quant à sa nature profonde. Son coeur tambourine dans sa poitrine. Ses muscles sont tendus à l’extrême. Rarement par le passé n’a-t-elle ressenti une telle soif de meurtre.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 661
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Ven 7 Avr 2017 - 19:56



Au loin, une vague de spectre avait emporté maintes vies dans son sillage, rappelant dans le royaume des morts les âmes des pauvres fous qui osaient se mettre en travers du sinistre clan des Mamoru, et en réponse à cette offensives, les Samurai furent rapidement relâché pour rétablir l'équilibre en donnant l'espoir aux "vivants" de leur camp que l'honneur était toujours au rendez-vous. Cependant, je n'eus le temps que d'apercevoir cette scènes épiques que du coin de l'oeil, occupé à viser le chef de cette armée de Shinobis. Bien enfouis en moi, loin dans mon coeur, une raison bien particulière expliquait ce regard fixe et hostile que je lui lançait depuis que j'avais deviné à qui j'avais à faire. Dans les recoins de mon âme, mais aussi de mon coeur, une motivation aussi honorable que sincère me poussait aujourd'hui à lever le sabre de Kiri contre cet individus tout particulièrement. Les liens de la famille...et le souvenir d'une mère défunte...qui avait périt sous les attaques de la foudre. Aujourd'hui...ce n'était pas le "Shukaijin" ni le "soldat impérial" qui se battait. Non...c'était un enfant de kiri, qui accomplissait une vengeance personnelle dans le but de sceller un chapitre du passé.

À chacun des coups que j'avais porté vers l'avant, lorsque j'avais lancé mes projectiles qui revenaient maintenant à ma lame pour la reforger, une lueur rougeâtre avait commencée à pulser au niveau de la garde de ce sabre gris foncé. Le crâne de fer qui y était forgé sembla alors s'animer, laissant entendre d'abord une respiration creuse et rouillée, tel un fumeur passé les soixante ans. Enfin, la respiration saccadée devint un raclement sourd, alors que les dents de fer de la face squelettique s'entrechoquaient entre elles...faisant vibrer les fragments de la lame toute entière sur eux-même. Puis...enfin...la lueur rouge au fond de ses orbites devint plus claire, plus forte...et un rire démoniaque s'en échappa. Ceux qui pouvaient "voir" le chakra purent alors s'apercevoir qu'une aura noir, ressemblant à des flammes épaisses, se détachaient de l'instrument de guerre qui prenait soudainement vie. Akuma Kudaku no kirigakure, le démon brisé de la brume, s'éveillait dans l'excitation d'un combat prometteur. Une étrange lame...qui prouvait que les anciens épéistes de la brume sanglante existaient toujours...et perpétuaient leurs traditions funestes. Et avant que le Raikage n'immobilise totalement la zone...sa voix retentit telle une plainte venant d'outre-tombe sur le champs se bataille.


HAAAaAaAAAaaAAaaAAaaaaaaaa...

Noouuus yy sooommes eeenfiiin...Keetssssssss-uuen. Leee moomeeent...quee tuu attendaaais taant. Laiisseee tooiii alleeez. Laaiisseee tes seentimeeents...tee submergeeeer...de leeur noirceeur. Uuse...de ma...PUISSAAAAAAANCE

Et, comme pour tenter de lui couper le clapets, le Kadoria usa de sa technique liée à la gravité...tout de suite après avoir retourné toutes les balles de glaces du double sauvage de Kakeshuou vers son expéditeur. Seulement...une autre menace se dessina à l'horizon...sprintant vers moi à vive allure...et sautant en l'air en un bond prodigieux, dans l'espoir de venir me couper directement de ce combat. Une chose...qui me fit bien sourire...car cela voulait forcément dire qu'elle serait aussi prise dans cet effet de gravité augmenté.

Mes sens guerriers toujours à l'affut, mon intellect toujours vif et surtout...mes émotions toujours aussi intenses...je laissai une vague de chakra envahir tout mon être s'accumulant en une aura invisible...mais si froide autour de moi...et en un seul cri, puissant et sauvage, je délivrai toute la puissance de cette vague autour de moi, repoussant la lourdeur créé par l'énergie de l'Ombre et...gelant la surface de l'armure de celle qui tombait vers moi. Si elle n'avait pas eut ce casque, j'aurais probablement pu y lire la surprise dans ses yeux...mais ma réaction se devant d'être rapide...je n'y portai simplement pas attention. Des tourbillons d'air vinrent à se former autour de mes bras, soufflant toute la poussière et les particules de glaces qui étaient apparu autour de moi et, soulevant mon membre artificielle, je vins bloquer le coup de mon adversaire qui retombait sur ma position...immobile...prise dans la technique de son allié. Je sentis un choc lancinant dans mon épaule et une fissure apparut sur mon bras de fer et de bois...mais rien de très grave.

C'est aussi là que je reconnue l'assassin qu'elle était. Son armure...sa silhouette...oui. Elle était celle qui avait mise à mort Akeko Oge...et aussi celle sur qui j'avais fais passé la faute de la mort du Suzurane. Mais, je ne lui fis pas le plaisir de le lui faire savoir verbalement...non. Les actes parlaient beaucoup plus que les mots et c'était pour cette raison que ma main de fer attrapa son épaule alors que l'autre levait à elle seule l'immensité de mon arme légendaire. Un géant doté d'une lame conséquente n'avait pas de mal à faire preuve de force brute...le surnom de Colosse du Nord ne m'avait pas été attribué pour rien.

Ouvrant sa mâchoire​ de fer, Akuma Kudaku sembla alors aspirer de mon propre chakra pour s'alimenter d'une énergie monstrueuse, ses flammes noir et fantomatiques s'intensifiant de plus belle pour ceux qui pouvaient les voir. La totalité de son fer se fissura vers l'intérieur en de centaines de fragments pointus qui se retournèrent sur eux-même. Un bruit strident, semblable à celui d'une scie circulaire commença à se faire entendre et les morceau de fer circulaient de haut en bas, en rotation de la pointe à la garde telle une tronçonneuse. Mais...il y avait un autre facteur aussi...à peine perceptible à l'oeil nu...qui rendait cette offensive particulièrement dangereuse. Chacune des dents en rotation sur la lame étaient allongées et aiguisée par le futon...dans l'espoir de trancher l'armure avant même que le fer du sabre ne la touche...pour mieux le laisser transpercer la chaire de sa victime.

Elle regretterait d'avoir croiser mon chemin à nouveau...et de s'être interposée entre l'objet de ma vengeance et mon arme. J'attirai donc son corps vers mien en appuyant sur son épaule...pendant que mon arme grugeait son torse...



Info Tech:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1834
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Lun 10 Avr 2017 - 12:56




Le combat faisait rage, et chacun oubliait maintenant sa propre affiliation. Il n’y avait plus de Shukaï, ou de Kumo, ni même de Kyomu. Ce n’était qu’une mêlée géante, où bientôt les alliés – recouverts de sang et de sueur – ne se reconnaîtraient même plus, et se décideraient à attaquer tout azimut, sans chercher à savoir le Mal qu’ils faisaient. Tel était le combat entre fauves. Quand on sait qu’il y a un chasseur et un chassé, un carnivore et un gibier, on fait tout ce qui est en son pouvoir pour tomber dans la catégorie privilégiée … .

Le Dernier des Kirijins avait déjà du mal à lutter contre ce mal de tête qui le saisissait constamment. Il savait qu’il ne tiendrait pas encore longtemps, mais il tenait à garder la tête sur les épaules pendant les premiers échanges. Avec son compagnon d’armes, faire preuve de folie et de liberté serait de trop. Pour l’instant, il devait avant tout trouver le moyen de mettre en difficulté l’un des deux adversaires. Si Ketsuen venait à être vaincu, le Hikaïjuu pourrait alors libérer toute sa folie guerrière, sans se soucier des dommages à réaliser.

Alors qu’il s’était lancé dans sa course, couvert par les projectiles de son Sosie, il préssentit que s’éloigner davantage de sa création pourrait rendre les choses compliquées. Il était urgent de ne pas la laisser seule, et surtout sans défense. Le jeune Taira n’aurait sans doute pas tant d’énergie et de chakra à lui consacrer. C’est pourquoi, tout en maintenant son allure, l’homme effectua de sa seule main valide une série de mudras qui viendrait renforcer la peau de sa Création. Après tout, mieux valait être prudent.

Il ne restait qu’une courte distance à parcourir ! Peu importe ce pouvoir sur la gravité et autre mystère, l’Ancien était confiant dans ses capacités de combat au corps à corps ! Et il n’hésiterait pas à le prouver dans cet échange ! Mais il faut croire que le Raikage voulait éviter cela à tout prix. Mettant en place une pression imposante sur le terrain qui le concernait, le Kadoria imposait à tous l’immobilisation tout comme il rappelait sa puissance et sa détermination dans ce combat. Les balles qui l’avaient prises pour cible furent rapidement retournées à l’envoyeur ! Bel effet ! Heureusement que notre vieux Samui avait anticipé la fragilité de son Jumeau, et qu’il avait comblé cette lacune le plus rapidement possible. Le tout était de se sortir soi-même de cette situation, à présent !

Concentrant son chakra, et ne lésinant pas sur les moyens, le Kamui gonfla son aura, et laissa son corps être alimenté en chakra de façon plus soutenue, plus fluide. Bientôt, ses pieds étaient chargés d’un nouveau flux, pendant que ses muscles, oxygénés en chakra pur, relâchaient une pression qui le libérait de toute entrave ! Ainsi délivré, l’homme comptait bien en profiter pour frapper un grand coup. Les dix mètres qui le séparaient de sa cible principale furent réduits à rien en pas moins de deux secondes ! Profitant de ce boost en vitesse, l’homme arriva à hauteur du Raïkage. Son arme siffla hors du fourreau, et dansa dans les airs, ciblant plusieurs points bien précis dans un déluge de coups sans nom ! Si le Maître des Nuages ne pouvait pas anticiper les choses correctement, il aurait bien du mal à se défaire de cet assaut !

Mais ce n’était pas le seul point stratégique de cette attaque. En cherchant à déstabiliser le maître Kadoria, l’Empereur escomptait bien le pousser à focaliser son attention sur lui, et à relacher la pression sur le reste. Ainsi, la manœuvre libèrerait Jikken, et lui rendrait toute sa mobilité pour rejoindre le combat déjà en cours non loin. Une fois libéré, ce dernier se jetterait sur la leader du Kyomu, afin de profiter de l’interception du jeune Samui et d’y ajouter une frappe redoutable, mettant la jeune femme en difficulté !


Spoiler:
 



  • Samui Kakeshuou est prêt à mettre sa vie en jeu dans n'importe quelle situation, il suffit d'être poli.
  • Si un Rp n'a pas bougé depuis un mois, je ne le surveille plus - il faut me prévenir d'une nouvelle réponse.
  • Je suis ouvert et avide de tout nouveau projet, n'hésitez pas à venir me voir !

Spoiler:
 


Dernière édition par Samui Kakeshuou le Mer 12 Avr 2017 - 10:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nanadaime Raïkage
Messages : 2065
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Mar 11 Avr 2017 - 13:03

Les yeux du Kadoria étaient rivés sur ses opposants. Il ne désirait pas les quitter du regard. Toute sa colère se retrouvait concentrée dans ses pupilles noires comme le monde. Il était plus que jamais déterminé à mettre un terme à ce conflit pathétique et surtout, à arrêter les démences d’un homme imbus de lui-même. Kakeshuou. Beaucoup le considéraient comme l’ennemi n°1 du Yuukan de part ses actes et ses convictions, mais certains ne partageaient pas cette opinion. On pourrait commencer par ses troupes qui le suivent aveuglément, mais ce n’est pas intéressant. Non. Là où Manzo avait attentivement écouté un point de vue différent, c’était lorsqu’il était dans son laboratoire secret, accompagné du Monjara. Ce dernier lui avait entretenu quelques mots concernant la conversation qu’il avait tenu lors de son emprisonnement au Shûkai. Anauma avait vu quelque chose en L’Empereur. Un homme ravagé par de terribles maux qu’il portait avec fierté pour emmener le monde dans un avenir différent et meilleur. Ces méthodes étaient certes discutables, mais l’objectif était noble et juste. Le traître de la foudre avait beaucoup de respect et d’admiration pour le Samui qui n’avait pas peur de sombrer dans la noirceur pour changer le monde. Au final, le Kadoria trouvait beaucoup de similitude entre lui et l’homme qu’il devait affronter. Une grande peine le gagna. Si le contexte avait été différent, les deux hommes auraient sûrement pu s’allier pour faire de grandes choses. Malheureusement, cela est impossible. Trop de sangs et de larmes ont coulé de chaque côté. Arrêter maintenant rendrait vain tous les sacrifices. Ce duel à mort n’était pas là par envie ou par plaisir, mais seulement par nécessité et obligation envers la patrie que chacun défend.

Serrant ardemment son poing, le maître de la gravité immobilisa chaque être autour de lui. La bataille venait en un instant de se figer. Les soldats des deux bataillons se retrouvèrent cloués au sol, dans l’incapacité de se mouvoir. Les seuls personnes restant debout étaient notre quatre protagonistes. L’action se passa très rapidement. Red avait bondit de sa cachette afin d’utiliser la zone à son avantage pour asséner un coup décisif sur le bretteur. Malheureusement, ce dernier se libera de l’attraction pour garder comme il pouvait l’attaque de la saibogu. Des mouvements précis et rapides s’enchaînèrent dans un duel au sommet. Cependant, ce n’était pas le duo star. Recentrant ses yeux sur le clone de glace, celui ci avait encaissé l’attaque renvoyée grâce à une armure mit au préalable par l’Empereur. La création du Samui armait une course frénétique afin de rejoindre le duo déjà aux mains.

Cependant, ce n’était là qu’une partie de ce sordide spectacle. Kamui s’était à son tours libéré de l’immobilisation en utilisant une forte dose de chakra. Au vue des informations que Hiko et Red lui avait transmis, le Samui venait sûrement d’ouvrir une des portes célestes. Un point que le nécromant nota et qui pouvait être très important dans cette affrontement de longue haleine. L’agent du Daimyô arrêta sa technique pour retrouver sa mobilité et ainsi faire face à l’Empereur en personne. Ce dernier s’était rapproché très rapidement et le Raïkage activa instinctivement son armure de cadavre. Très vite, via un sceau placé dans son dos, de la chair très resistante se développa afin d’épouser les formes de l’homme fort de Kumo et ainsi, se défendre cette attaque mortelle. Le devant de l'armure fut complètement réduit en morceau et tomba aux pieds des deux hommes. La contre-attaque était imminente.

Le main du Nanadaime s’illumina d’électricité. Des cars venaient parcourir ses doigts et son bras, virevoltant dans tous les sens. Il était paraît à rendre la monnaie de sa pièce aux chaotique roi du Shûkai. Il tendit son bras pour gagner assez d'extension afin d’asséner un coup dévastateur. Cependant, de son autre main, il acta un sceau encore présent sur les débris de son armure mortuaire. Sa cible était le clone qui allait asséner une attaque surpuissante. Le Kadoria voulait simplement changer le destinataire de tout ceci. Ainsi, il attira très rapidement le clone en direction du sceau et donc, de l’endroit où les deux hommes se trouvaient. Le but était que la dite attaque du clone se loge dans le dos de l’Empereur en personne. Pour toujours capter l’attention de Kakeshuou, Manzo en rajouta.

« Adieu, Samui Kakeshuou »

Alors qu’il allait asséner le coup ultime, l’Ombre de la foudre disparut. En effet, il venait tout juste d’alléger son poids afin de se rendre à une vitesse folle dans une direction et en même temps disparaître. Cette direction ? C’était bien entendu celle du sabreur. Restant camouflé jusqu’à la dernière seconde, il arriva dans son dos afin de le frapper au niveau de la nuque dans le but de l'assommer avec la technique qu’il avait initié devant l’Empereur.


Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chef du Kyomu
Messages : 1533
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Ven 14 Avr 2017 - 0:21


La machinerie sauvage s'écrase avec fracas mais rencontre une résistance à la hauteur de ses pulsions meurtrières. Dans un bruit sourd, semblable à un coup de tonnerre, le poing heurte la défense du Samui. Les mécanisme crissent, se tordent, la taule ondule avant de se déformer pour absorber une partie de sa propre force. L'équipement est désormais hors service. L'épéiste s'est montré plus redoutable que prévu ? Non ? C'est mentir que de dire qu'elle ne s'entend pas à cela depuis le début.

Pour ainsi dire son adversaire a agit exactement comme elle le souhaite. La contre attaque n'en est pas moins impressionnante. Le borgne soulève une grossière épée au diamètre absurde comparable à une énorme plaque de métal. Seulement la voici qui se fragmente pour laisser paraître d’innombrables dents de scies le long du tranchant de la lame. Ce n'est pas la peur, ni l'appréhension, mais un sourire carnassier qui accueil l'assaut. Derrière son masque d'acier la démone brûle d'une ardeur rarement ressentie par le passé.

Dans le même temps le Kamui déchaîne la puissance de ses portes célestes. Son torse ce comprime pour relâcher une dose d'énergie suffisante pour faire claquer l'air. L'instant d'après il fonce sur l'Ombre de la Foudre. Le sabre fouette une chair cadavérique sans jamais atteindre sa cible. L'assaut à échoué.

Seulement quelques mètres plus loin l'immense espadon à finit de se désassembler. Les dents entame un mouvement circulaire. Le son émit par le sifflement de l'air ne vient pas contredire sa nature l'étale. Flanquée dans une posture menaçante, toutes griffes sorties le succube de fer se prépare à réagir. Consciente de son environnement elle perçoit l'approche du clone de glace. Ce dernier se fait brutalement happer par les pouvoirs gravitationnels du Raikage, laissant ainsi le champ libre à son alliée pour contre attaquer ce qu'elle compte bien évidemment faire. Car au-delà de toutes ses prévisions son opposant à la bonté d'esprit, ou l'inconcevable folie, d'oser la toucher.

Son sang ne fait qu'un tour et il ne lui en faut pas davantage pour déchaîner toute sa puissance. Les éclaires se propagent dans le but de remonter le long du bras du Samui et ce alors que son espadon ne s'est pas encore abattu sur elle. Au milieu des colonnes de fumées et de flammes une étoile naît. De sa lueur pâle elle irradie le champ de bataille. Par-delà les explosions et les éléments qui se déchaînent retenti le champ de millier d'oisons fendu par son rugissement bestiale. Des pans de terre entiers s'arrachent autour d'elle. Une partie de cette puissance phénoménal converge dans ses muscles afin de lui octroyer l'élan de vélocité nécessaire pour éviter au dernier instant l'immense épée circulaire. Son propriétaire quand à lui doit être en train de se faire consumé, son corps réduit à l'état de chair noircie et fumante par l'étoile naissante.

Suffisant ou non, le Raikage ne se pose pas la question et arrive pour asséner une attaque sournoise dans le dos de l'épéiste. La démone quant à elle, toujours entraînée par l'élan de son esquive, se défait de la prise de son assaillant pour le contourner d'un seul mouvement afin d'apposer sa propre main griffue sur son épaule. Le choc ne se fait pas attendre. Une nouvelle décharge électrique s'échappe depuis la chitine couvrant sa paume. Une flash lumineux, un coup de tonnerre, le Samui, s'il en est, se voit propulsé vers le bas pour s'éclater contre le sol avec une violence inouïe, créant au passage un petit cratère dans la terre. Le déluge d'éclaires prend fin à cet instant tandis que la démone, toujours aussi agile, effectue un petit bond vers l'arrière pour se placer là elle présume trouver le Raikage.

Elle reste secouée par la puissance démoniaque qui émane encore de l'épée du borgne. Cela ne fait qu’accroître sa virulence et ses instincts de prédatrices. Seulement, toujours à ses yeux, ce petit bambin n'est rien de plus qu'un menu fretin. Le vrai gibier l'attend un peu plus loin.

-Raikage... Le présence de son casque ne suffit pas à justifier que sa voix puisse être déformée à ce point. Ce râle guttural criant d'excitation, n'a rien d'humain. Accordez-moi un peu de temps.... Ses griffes effleurent sa carcasse de métal pour s’attarder sur un dispositif placé autour du poignet. Je vais nous servir le Kamui sur un plateau...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 661
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Sam 15 Avr 2017 - 6:59



Les fragments tournaient sur eux-même à une vitesse folle, déchirant l'air ambiante tout en l'entrainant autour de ses pointes en un effet de succion tant la rapidité de la rotation était grande. La poussière du champs de bataille s'accumulait en un véritable tourbillon opaque autour de l'arme maudite dans le rire perçait le bruit strident de son attaque tant il était puissant et décadent. La mâchoire de fer du crâne de fer s'animait alors d'un mouvement surnaturel...quasi-irréel alors que la lumière rougeoyante de ses orbites illuminait de plus belle. Qui donc avait eut la folie de créer pareils abominations? Fallait-il être véritablement déconnecté de sa propre humanité afin de laisser son âme se ternir dans la folie de l'immortalité, à jamais prisonnière (et par choix) des desseins personnels d'autres Shinobis...pour le simple plaisir de se voir être intemporel? Et pourtant...c'est ce qu'était Kiri no Akuma Kudaku...à jamais...son instinct meurtrier m'accompagnerait dans mon rêve d'un monde de paix...anéantissant la vie de tous ceux qui oseraient se mettre en travers de mes idéaux...et cette mercenaire n'en ferait pas exception. D'autant plus qu'elle s'imposait à moi tel un rempart, tentant de m'empêcher d'assouvir ce rêve...mais aussi une vengeance personnel envers celui qui avait, inconsciemment, décidé de porter le poid de la mort de ma propre mère. C'était là la seule signification que je donnais au titre de "Raikage"...

Néanmoins, cette Kunoichi savait se défendre...et j'en avais déjà été témoin. Je me doutais déjà que mon attaque, aussi dévastatrice fut-elle, n'aurait été suffisante pour lui faire perdre la vie et qu'elle regorgeait de ressource aussi fourbes les unes que les autres. Bien que cette fois-ci, nous nous affrontions en face à face, je la savais capable de maitriser la foudre...et malheureusement pour elle...je savais à quel point cet élément pouvait être traitre au corps à corps. J'avais vu Seito passé à deux doigts de se faire électrifier lors de notre première attaque sur les ports de Kiminari...et avec tous mes sens à l'affut durant cette offensive contre la cheffe du Kyomu, je redoutais déjà qu'elle n'use une technique semblable à celle du soldat que nous avions combattu ce jour. Aussi, je la savais rapide et calculatrice...j'avais vu son modus operandi lors de son attaque au Triumvirat. Elle était rapide...et sournoise...

Ce fut donc par pure précaution que je décidai de recouvrir mon corps d'une couche protectrice au même moment où mon sabre frappa le vide, déjoué par les réactions inhumaine de l'assassine, et que son corps se mit à briller de milles lueurs crépitantes. Mes cheveux s'hérissèrent sur ma tête alors que la foudre dansait sur ma peau grise et lustrée par une armure de glace qui s'y formait tout en même temps que les arcs électriques de mon opposante tentaient de me lécher la chaire. Néanmoins, au lieu de me carboniser la peau, ils firent craquer sa carapace sans totalement la détruire...mais il s'y fut de peu. Mon corps entier semblait recouvert d'un miroir fissuré donc un seul autre coup de poing suffirait à le détruire en morceau

...un coup de poing qui arriva après tout.

Devant moi, à mes pieds, je vis une ombre apparaitre et j'entendis le souffle d'une respiration puissante, significative d'un effort intense. Du coin de l'oeil, je pu apercevoir le corps du Raikage qui venait d'apparaitre en position offensive, le bras chargé de foudre lui aussi...original pour un Raikage...

Mon temps de réaction était limite et je ne pouvais compter sur mon armure déjà presque anéantie pour me couvrir, seul l'esquive m'était possible...et encore. La chose serait limite, si juste que je ke demandais bien si cela serait possible. Néanmoins, penser ne m'était là d'aucune utilité...il fallait agir et vite.

Chargeant mes membres inférieur de chakra, me servant de l'air nous entourant afin de propulser mon corps vers le haut, je fléchis légèrement les genoux tout en pivotant sur moi-même et je relachai la pression sous mes pieds, m'élancant dans les airs en un bond prodigieux tout en frappant vers la Kunoichi qui tentait de m'atteindre au même moment. Leurs attaques étaient bien synchronisée...et je devais esquiver l'une et parier l'autre si je voulais m'en sortir...je n'avais d'autre choix.

Ainsi, toujours dans ce même pivot du corps, j'allai abattre le tranchant de mon arme contre l'avant-bras de mon ennemie avant qu'elle ne me prenne l'épaule, tout en laissant ses fragments couler et s'accrocher sur celui-ci dans le but de l'obstruer et de disperser l'énergie qui s'y était accumulée au travers de chacun de ces fragments...plutôt que sur mon corps. Je me servis d'ailleurs de ce léger appuie pour prolonger mon saut et me diriger derrière l'homme qui m'avait attaquer en traitre, passant par dessus son épaule....mais sentant l'énergie électrique de son coup percer mes défenses de glace affaiblis et me lacérer à quelques centimètres sous l'aisselle...mes acrobaties ne me permettant pas d'y échapper pleinement.

Posant enfin les pieds sur terre, je tentai de m'éloigner du duo...sachant que rester près d'eux me serait presque impossible à gérer. Ils se défendaient bien...mieux que moi même à en voir comment ils avaient déjouer mes offensives jusqu'ici. Mais j'avais réussis à les attirer à moi. Un jeu dangereux...mais qui pourrait bien être payant si mon équipier pouvait en tirer avantage maintenant...


UN PEU D'AIDE SERAIT PAS DE REFUS.

L'hoonneeeuur n'aa jaamaaiis été le foort deees Kuumojiiins ooon diraaiit biiienn. Haaahaaahaaaa...leee saaang deees foouurbes fini toouujoouurs par coouleeer Keetsueeen.

Oooh...il coulera Kudaku...crois-moi...

Mais la réalité...c'est que malgré toute la confiance que je pouvais dégager et cet air sérieux sur mon visage, je commencais déjà à souffler plus fort que mes adversaires et des gouttes de sueurs perlaient sur mon front. Cet enchainement défensif m'avait coûté beaucoup. S'ils continuaient de m'attaquer de la sorte...je ne pourrais tenir bien longtemps.



Info Tech:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1834
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Dim 16 Avr 2017 - 3:23




D’aucun aurait été vexé par cette longue suite d’actions de part et d’autres. Pendant que nombre de combattants jonchaient le sol des Plaines de Fer, après avoir échangé leurs dernières forces, leurs dernières techniques et leurs derniers soupirs, quatre individus se débattaient, endiablés et déterminés à mener franc jeu face à l’adversaire. Des quatre guerriers, seul le Raïkage semblait garder la tête sur les épaules ! Le jeune Samui se la jouait psychadélique avec une Épée bavarde et épineuse de force comme de mots ; la Meneuse du Kyomu changeait derechef d’apparence comme cela semblait être la coutume à chacun de ses affrontements. Pendant ce temps, le Kamui – qui venait d’échouer à sa nouvelle tentative d’assaut – portait une main lourde de douleur à son crâne assomé. Lui menait déjà un autre combat … .

# Tu me l’as promis, Samui !! Laisse-moi faire à présent !


~ Ce combat n’est pas terminé ! Et je te compte pas te céder la place dans l’immédiat !!

Grâce à son intuition et son expérience du combat, il venait d’éviter l’approche du Jumeau qui avait été attiré par l’attaque. Se contentant d’un simple pas sur le côté, il avait vu son reflet dans le bras de glace modifié en lame accérée brandie par sa propre création. Le Raïkage était un petit malin ! Il savait comment exploiter les failles de son adversaire, pour le déstabiliser et le réduire au silence ! Une chance que l’Ancien soit pourvu à toutes les roublardises de combat, en raison de son expérience et de son grand âge !
Les deux maîtres d’armes s’acharnaient sur son neveu et élève. Devait-il voler à sa rescousse ? Toujours préoccupé par ce mal de crâne qui représentait maintenant une menace bien plus grande que l’éventuelle défaite dans ce combat, Kakeshuou Samui savait qu’il ne devait pas perdre de temps ! Il porta un œil rapide sur le champ de bataille.

~ Appel aux troupes ! Kendaï, tes effectifs spécialisés effectuent une percée sur l’Est ! Ikunoke, tu perces sur l’Ouest ! On maintient la ligne sans faillir et on applique la formation Otoshiana ! Si vous n’en trouvez plus la force, regardez-moi combattre et rappelez-vous pourquoi nous luttons !!

La clameur qui s’éleva au cœur même du champ de bataille démontrait que son appel aux armes avait été entendu avec succès. Dès lors, il pouvait concentrer toute son attention sur le combat qui le préoccupait le plus. Ses adversaires avaient fait le choix de se focaliser sur Ketsuen ; certainement la stratégie de manger le petit poisson en amuse-gueule avant de se charger du plus gros. Puisqu’ils souhaitaient jouer sur ce pied, l’Empereur comptait bien leur rappeler sa présence.

~ Jikken ! Avec moi !

« Kschhhhhhhhhhhhhhk !! »



Agitant ses doigts comme un possédé, l’Ancien prévoyait déjà de sombres desseins. Faisant appel à son élément naturel, il comptait dans un premier temps sceller les mouvements d’un adversaire pour le mettre plus en difficulté. Un poulpe imposant s’extirpa du sol pendant que ses tentacules monstrueux s’emparaient des membres d’Oniri, lui imposant ainsi une immobilisation totale ! Dans le même temps, le dénommé « Jikken » avançait en tiraillant la même cible de ses balles de glace, persuadé qu’il pourrait ainsi lui infliger des dommages conséquents ! Par cette immobilisation et l’attaque en soutien, la chef du Kyomu aurait certainement besoin de soutien … .

Et c’était bien sur une intervention du Raïkage que le Kamui comptait ! Ce dernier s'était rendu invisible, et avait frappé son neveu ; sans lui infliger de lourds dégâts forts heureusement. Mais en cela, il ne fallait pas être rassuré. Le fait qu'il disparaisse de nouveau indiquait qu'il n'en avait certainement pas fini avec le jeune homme. Il était déterminé à faire fort. Il fallait l'en empêcher à tout prix.
Sa Porte était toujours active. L'Empereur avait encore de l'huile pour faire tourner la machine. Le tout était donc de protéger suffisamment longtemps son allié, pour pouvoir déchainer les enfers. N'attendant pas que son "Jumeau" achève son assaut, l'homme reprenait sa course et se positionnait auprès du jeune Ketsuen. Il se doutait que concentra son attention sur ses sens, et développa l'un d'entre eux. Il tenait à retrouver celui qui représentait le danger le plus important à l'heure actuelle. Ce qui resterait chose facile en vérité ! Le tout serait de ne pas lui mettre la puce à l'oreille. Etait-il prudent de laisser le jeune Ketsuen sans défense ? Il s'était bien défendu jusqu'à présent. Mais il ne fallait plus penser aux survivants, mais à la victoire ! Si le jeune Samui était en danger, l'Ancien plongerait pour lui venir en aide ! ... ou il en profiterait pour frapper là où ca fait mal !

« Jikken » finissait sa salve et avançait pour porter le coup de grâce à la Saibogu. Ses balles tirées, le Jumeau allait directement s’en prendre au Chef du Kyomu, profitant de son immobilisation ! L’attaque ainsi orchestrée, elle parviendrait certainement à cueillir quelques fruits mûrs ! Sans parler de la surprise que le Dernier des Kirijins leur réservait ! …


Spoiler:
 



  • Samui Kakeshuou est prêt à mettre sa vie en jeu dans n'importe quelle situation, il suffit d'être poli.
  • Si un Rp n'a pas bougé depuis un mois, je ne le surveille plus - il faut me prévenir d'une nouvelle réponse.
  • Je suis ouvert et avide de tout nouveau projet, n'hésitez pas à venir me voir !

Spoiler:
 


Dernière édition par Samui Kakeshuou le Mer 19 Avr 2017 - 11:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chef du Kyomu
Messages : 1533
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Mar 18 Avr 2017 - 23:10

Ses griffes continuent de taper frénétiquement sur le micro clavier greffé au poignet d'Incursion. l'Empereur, encore en retrait, compose une série de mudra dans le but de matérialiser une créature de glace. Cette dernière se referme autour des membres de la démone en armure qui préfère se laisser saisir plutôt que d'esquiver afin d'avoir le temps de compléter cette fameuse ligne de code. Le sceau est à présent opérationnel et prêt à être utilisé. Un nouveau sourire carnassier se dessine derrière son masque, plein de satisfaction. Ce n'est à présent plus qu'une question de temps avant que le Kamui ne soit poussé dans ses derniers retranchement.

Et son clone ne peut rien changer à cela. Quand bien même ses projectiles fusent dans sa direction, elle fait suffisamment confiance à son allié invisible pour la protéger de l'attaque. La démone décide alors de concentrer une grande quantité de chakra raiton à travers son corps, bandant ses muscles à l’extrême, dans des spasmes aussi soudain que brutaux, afin de se dégager. L'invocation de cristal vole en éclats qui ne tardent pas à fondre sous le joug des éclairs. La bête retombe sur ses quatre pattes, exhibant une cambrure et des jambes aux articulations inhumaine. Elle n'est pas sans rappeler une araignée sauteuse prête à bondir sur sa proie. Un râle guttural suivi d'un sifflement profond s'échappe de son armure. Ils sonnent comme une menace à l'encontre de son formidable petit gibier. Elle a presque totalement occulté de son esprit la présence du second Samui, raison pour laquelle elle prend tout de même soin de murmurer à son allié ces quelques mots que lui seul peu entendre.

-Ne... restez pas là...

Le clone de glace n'est plus qu'à quelques mètres, ses deux bras transformés en lames sans nul doute destinées à la chasseuse. Son cerveau ignore totalement l'image miroir qui se dresse devant elle. Sa vision d'aveugle se caractérise par cette hyper activité sensorielle qui lui permet de voir bien au-delà de ce que peut voir le commun des mortels. Le plan est déjà établi dans son esprit. Il ne lui faut jamais plus d'une fraction de seconde pour prendre une décision ; pour prendre la bonne décision. Le chakra raiton irradiz une nouvelle fois ses muscles cette fois-ci pour augmenter sa célérité à une vitesse infiniment supérieure à celle de l'avatar de glace. Tout juste est-il arrivé que la diablesse s'élance à vive allure. La lame fend l'air. Au milieu du chaos et des éclairs nul n'a le temps de voir ce qui se passe réellement. Mais tous entendent un crissement métallique strident suivit de plusieurs craquements. Du sang est laissé au sol...

La chasseresse contourne le champ de bataille pour se retrouver à plusieurs mètres de distance dans le dos de son Némésis et ce en moins d'une seconde. Tout autour d'eux les éléments continues de se déchaîner. L'atmosphère est saturé en chakra. D'immenses colonnes de fumées voilent entièrement un ciel strié d'explosions. La terre n'a de cesse de trembler à chaque coup porté, à chaque série de mudra complétée. Ici il n'y a plus d'humanité, il n'y a que ce désir viscéral d'envoyer en enfer celui d'en face alors que, perdu dans l'idiotie, l'on se révèle incapable de réaliser déjà y être. C'est exactement là, dans cette plaine que l'enfer nait et sonne en l'honneur des combattants le glas funeste de la mort. La question étant alors toute entière. Là au sein de ce carnage, au milieu des viscère et des corps mutilés l'on cherche à savoir qui et le moins humains de tous.

Red, si elle est encore digne de porter ce nom, peu facilement prétendre au sommet de cette catégorie. Qui peut dire le contraire ? Le dernier assaut l'a farouchement atteint. Son casque est brisé et ses débris jonchent le sol. Son visage est à découvert, plus démoniaque, plus démentiel que jamais. Deux rangées de crocs affûtés comme de petites aiguilles sertissent une gueule bien trop large pour en sous-estimer le potentiel létal. Sa peau est de charbon, couverte par endroit d'écailles tout aussi sombres. Elles ne font que sublimer un regard qui est à l'image de deux orbites d'un blancs brumeux. Ils sont vide de toutes humanités. Ils sont pleins d'animosités.. Son sourire monstrueux sembles comme tordu dans un rictus. Le souffle des explosions fait voler sa somptueuse chevelure écarlate qui se pave de deux appendices cornus épousant la forme de son crâne. L'un semble avoir été tranché net dans la manœuvre d'évitement et un sang épais se met à couler depuis son front sur son visage. Son cœur continue de tambouriner dans sa poitrine comme une enclume battue par le fer et le feu. Si l'on peut qualifier de monstruosité ses apparats démoniaques, ces derniers ne sont que caresses comparés aux noirs desseins que nourrit son âme.

Ce qui va suivre en est un parfait exemple. Le pistolets présent dans sa main n'est pas là pour dire le contraire. Et comme toutes orgueilleuses détentrices d'armes à feu, elle aime donner des petits noms d'animaux à ses outils de destructions massives. Droite et fière, elle se redresse pour braquer Spinebreaker en direction de ses ennemis tous présent dans l'axe de tir. Le sang finit par glisser jusqu'à ses lèvres qu'elle prélève avec sa langue.

-Jackpot !

Sa voix n'est qu'un murmure alors qu'un instant plus tard elle presse sur la détente, déversant un barrage de balle qui se propage en cône devant elle. Rien n'y résiste, tout est balayé sur son passage, la terre, ses ennemis et son allié s'il n'a pas eu l'amabilité de suivre son conseil.



Dernière édition par Aozora S. Oniri le Mer 19 Avr 2017 - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nanadaime Raïkage
Messages : 2065
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Mer 19 Avr 2017 - 13:30

La volonté d’un homme qui ne peut échouer. Une chose merveilleuse qui pousse les hommes à se transcender pour une cause plus grande qu’eux. Peu de gens peuvent vraiment comprendre ceci et Manzo aurait tendance à mépriser ceux pour qui ceci n’est pas imaginable. Ces gens qui se traînent dans leur misérable et pathétique vie… Le Kadoria serait capable de les broyer une une fraction de secondes. Pourtant, ce qu’il est et ce qu’il représente ne peut pas aller dans cette direction. La lumière qu’il veut apporter dans ce monde plongé dans l’obscurité et l’obscurantisme est pour tous. Cependant, lorsqu’on voit l’attitude et le comportement de certaine personne, cette envie d’offrir s'atténue à petit feux. Finalement, le mieux serait peut-être de plonger encore plus dans les ténèbres pour apporter seulement mort et désolation afin d’éteindre cette fameuse humanité. La mort est parfois tellement plus douce que ce que la vie peut engendrer. Toutes ces guerres, ces conflits, ces bains de sangs… Tout ça pourquoi ? Pour des raisons dénouées de tout sens. Si le manipulateur de la gravité pouvait arrêter de combattre, il le ferait sans la moindre hésitation. Il arrêterait tous les affrontements de bas monde en un clin d’oeil. Néanmoins, il sait très bien que ce n’est pas aussi simple. Il sait pertinemment que pour que les combats s’arrêtent, il faut un seul et unique vainqueur et c’est bien pour cela qu’il compte tout gagner jusqu’à son dernier souffle.

La main tendu, il arma sa frappe sec et électrique en direction du cou du bretteur qui esquiva miraculeusement l’attaque synchronisé des deux alliés. Un enchaînement incroyable et complexe lui permit de s'extirper du piège tendu par les deux ennemis de l’Empire. D’un bon spectaculaire, le jeune homme sortit de l'étau afin d'atterrir derrière l’homme fort de Kumo. Néanmoins, il n’en ressorti pas indemne. L’aura foudroyante lui lacéra les côtes. Prix à payer pour sortir de trio infernale. Il tourna la tête pour voir ses hommes se battre à côté de lui et voir un Kumojin en difficulté. Rapidement, il envoya un de ses Kunais marqué du sceau de l'Hiraishin sur l'impérial qui allait asséner un coup mortel à son frère d'armes. D'un simple signe de la tête, les deux hommes reprirent leur combat respectif et le Kumojin prit le dit kunai pour continuer cette guerre. Le maître de la gravité, lui, reprit alors son camouflage afin de passer inaperçu et fut rejoint rapidement par Red. Cette dernière semblait changer physiquement et mentalement. Sa voix devenait peut à peu mystique et inquiétante. Son visage débutait une métamorphose insoupçonnée et ses paroles n’augurait rien de bon pour les opposants. Le Raïkage l’avait bien comprit, la Saibogu préparait quelque chose de massif et il n’avait pas prévu de rester dans le coin. Cependant, le Samui ne l’entendait pas de cette oreille. L’Empereur en personne débuta un assaut éclair et violent. Des tentacules gelées vinrent attraper rapidement la jeune femme tandis qu’une nouvelle pluie de glace se dirigea vers elle. Sans attendre, le nécromant se mit sur la trajectoire afin d’activer un autre de ses sceaux qui allait, de nouveau, aspirer cette pluie. Jetant un bref coup d’oeil derrière lui, il vit que la demoiselle aux cheveux rouges s’en sortait tout seul. Il prit alors un kunai dans sa main afin de lui apposer un sceau qui allait être dévastateur. La contre attaque était imminente.

Lorsqu’il vit la Saibogu sortir de l’étreinte, il arma son projectiles pour le lancer tout droit vers les deux Shûkaijins, mais au dessus de leur tête. Le but n'était pas de les blesser, mais bien de viser juste et d'attendre le bon moment. Lorsque Red se positionna, il évalua la bonne distance et activa le sceau présent sur le Kunai. D’un seul coup, alors que retentissait la pluie de balle de la cheffe du Kyomu, la zone autour du Kunai vola en éclats. La gravité avait drastiquement augmenté au point que la terre elle même céda sous cette dernière. La force était tellement impressionnante que les combattants à l’intérieur pouvait s’y mouvoir très difficilement et que tout ce fracas ne pouvait pas les laisser indemne. Le Kunai était à une distance assez éloignée pour impacter seulement les trois ennemis afin que la tireuse d’élite puisse rester libre de ses mouvements. Même si l'éclair de Kumo était dans la zone, il n'était pas affecté par sa propre manipulation de la gravité. A peine le sceau activé, le Nanadaime n’en avait clairement pas fini. La terre commençait juste à se briser et l’agent du Daimyô laissa son chakra parcourir l'intégralité de son corps afin d'augmenter temporairement sa force. Ses prochaines attaques allaient être dévastatrice... Enfin, sa prochaine attaque. Toujours camouflé, le nécromancien entama une course effréné vers le jeune homme qui avait habilement esquivé tous les stratagèmes. Il était dangereux et Manzo ne pouvait pas affronter l’Empereur si ce sabreur est encore en lice. La situation actuelle, le bruit entourant et la courte distance qui séparait les deux protagoniste était propice à une attaque rapide et efficace. Arrivant au niveau de Ketsuen, il enchaîna une frappe dévastatrice en direction de son plexus solaire, alors que son poing se chargea d'une foudre dévastatrice, prêt à mettre Ko le bretteur. La bataille était rude, mais cette attaque conjointe pouvait s’avérer être un tournant décisif.

Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1834
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Ven 28 Avr 2017 - 2:11





# Il est peut-être temps d’inverser les cartes, tu ne crois pas ?


~ …

Même au cœur de ce combat démesuré, un autre combat prenait place dans l’esprit de l’Empereur. Dans cet océan sombre et chargé de fureur, il restait silencieux et droit, faisant face aux âmes qui voguaient à ses côtés, pendant que ce visage immense le fixait en attendant sa réponse.
Le Hikaïjuu et lui s’étaient déjà rencontrés ici. Ils avaient déjà lutté l’un contre l’autre, afin de savoir qui remporterait la conscience et le contrôle de ce vieux corps. Car tout aussi vieux qu’il était, il restait robuste et avait les moyens de devenir une arme de destruction à lui seul. Seul point qui retenait les actions de cet homme était sa conscience. Et sa détermination à passer à l’acte. Malgré les invectives répétées de son hôte, le Kamui était resté grave et muet.

# Kakeshuou Samui ! Tu sais que tu ne remporteras pas ce combat sans moi ! Alors choisis vite ! Ton Esprit ou ton Âme !


~ … . Très bien, dans ce cas, je te cèderai mon Esprit. Mais apporte-moi la Victoire !


La bataille avait continué à faire rage de toute part. Un Kumojin venait de se dégager d’un affrontement avec son adversaire. La voie était libre pour accéder à l’Empereur du Shukaï ! Pris d’une charge, il s’était jeté en avant pour profiter de la cohue et de la mêlée pour transpercer le meneur des troupes impériales. Avec cette perte, l’armée d’invasion perdrait son momentum, et la vague serait brisée, rendue inefficace.

A portée de sa cible, son corps se retrouva soudainement pris dans une fine couche de glace, ralentissant considérablement sa progression. L’instant d’après, une série de petits dragons embrassait son bras, remontant dangereusement sur son épaule. Il n’était qu’à un ou deux mètres du Maître du Shukaï, mais son regard apeuré pouvait observer un visage bien différent. La peau était pâle, l’épiderme était blanc et scintillant ; à chaque instant, des cristaux de glace se mêlaient avec la peau, transformant celle-ci en une couche extrêmement solide et imperturbable.
Si le changement était notable déjà à la surface, il l’était d’autant plus à l’intérieur. Ayant cédé son Esprit plutôt que son Âme, Kakeshuou Samui avait cédé le contrôle de sa réflexion, de son expérience et de ses décisions au Hikaïjuu, dont l’influence s’étendait sans aucune limite ou restriction dans la zone gérant l’intégralité de ces fonctions. En un instant, l’ensemble du système nerveux se trouvait sous la coupe du Démon des Glaces. Y faisant prospérer toute la folie carnassière qui y demeurait.

La tête du malheureux assaillant finit dans les airs en un rien de temps. Mais dans le même laps de temps, le combat continuait de plus belle. S’étant détachée du combat principal afin de le prendre pour cible, la Saibogu avait chargée son arme. Elle libérait un déluge sur le Kamui, espérant sans doute le neutraliser pendant son état de transe. Dans le même temps, « Jikken » s’entreposait sur la trajectoire, et bloquait une partie des tirs multiples. L’attaque frappait l’ensemble de la zone ; il ne pourrait pas tout arrêter, mais il savait néanmoins qu’il réduirait les dommages partiellement. Assez pour qu’ils ne représentent rien aux yeux du vieux Samui. Ayant accompli sa mission avec succès, la Création disparut dans un « kchssssss » final … .

Ayant revêtu dans le même temps son armure de glace, l’homme devenu Bête continua à avancer en direction du sniper. Son armure encaissait durement les balles restantes, et ne tarda pas à tomber en miettes par endroit, le rendant vulnérable aux dernières balles qui se brisèrent sur son corps. Il ne ressentait certes plus la douleur, mais les dommages sur son corps n’étaient pas négligeables. Peu importe ! Ce n’était plus Kakeshuou Samui aux commandes ; et pour être honnête, celui qui tenait les rennes n’en avait pas grand-chose à faire. De toute évidence, il n’aurait qu’à éliminer la menace avant toute chose. Il ne pensait qu’à ça. Il ne saurait faire que ça ! Son flair était infaillible à cet instant ; et il comptait bien dévoiler toute sa puissance au moment où la Porte de la Blessure explosait et libérait une dose de chakra d’ordinaire létale pour toute personne normale. Mais qui peut dire être normal avec le Hikaïjuu ! …

# A MORT !!



Dans un cri de rage et un seul pas, l’homme se déplaça à une vitesse folle. Déterminé à marquer un nouveau retournement de situation dans cet affrontement, l’Homme de Glace se jetait sur la Maîtresse du Kyomu ; et faisait le choix de la feinte en réorientant sa charge au dernier moment !

Contrairement aux autres, il était capable de localiser le plus dangereux de ses adversaires pour l’heure. Et c’était bien lui qu’il comptait abattre ! Par par esprit stratégique, ou par calcul militaire ; mais parce qu’il n’y a rien de plus satisfaisant que d’écraser le plus puissant sous sa botte, même si cela signifie finir le repas avec des amuse-gueules ! Boosté par ses muscles perfusés au chakra, et par un odorat rendu infaillible, la « Chose » dont la peau de glace recouvrait de plus en plus le visage de son hôte fondit sur le dos du Raïkage. Ses paumes chargées en puissance, le Démon des Glaces plongea ses forcés gelées vers le Gardien des Nuages, sans se soucier du devenir du deuxième Samui. Visant le cœur, il n’était plus question de limiter les efforts – d’autant que tout cela s’entrait plus dans la logique de l’Hikaïjuu. Frappant lourdement le corps du Maître de Kumo, l’objectif n’était pas seulement de laisser la glace pénétrer le corps de l’individu, afin de lui emprisonner le cœur – comme le voulait habituellement cette technique. Cette fois-ci, il ne s’agissait ni plus ni moins de l’exécuter !

C’est pourquoi, sans attendre la réaction de ce dernier, et au cas où ce dernier devait revêtir une armure particulière pour se défendre, une nouvelle frappe suivit la première, laissant libre cours à la Glace de glacer pour l’éternité tout tissu se trouvant en contact, ainsi que les molécules concernées. Le tout créerait sous peu une réaction en chaîne, prenant la cible d’une paralysie totale, annihilant tout approvisionnement naturel du corps, et le menant à un stade extrême de glaciation, où le moindre contact entrainerait l’éfrittement et la destruction de la cible.
Un nuage de vapeur émergea des lèvres bleues du Kamui possédé, alors que son corps – soumis à une violence pression aussi bien du chakra accumulé que de la glaciation avancée de son corps entier – craquelait par endroits, laissant entrevoir de légères failles.

# CE NE SERA QUE LE PREMIER !!



C’était un véritable risque que venait de prendre le Samui pris de folie. Au-delà de la réussite de cette attaque, il venait de dévoiler pour la première fois sa vraie nature au combat ; et devant une foule plus importante que jamais. Si la bataille faisait rage en cette heure, qu’adviendrait-il s’il devait en ressortir victorieux ? Ses troupes accepteraient-elles de le suivre ? Resterait-il le même, en gardant le contrôle sur sa « Chose » ? ou serait-il vaincu définitivement par cette Bête qui manipulerait son corps à sa guise ?
Peu importe. A cet instant précis, tout ne résultait en définitive que d’une série de questions assez courtes et simples. Avait-il vaincu ? Et si tel était le cas, parviendrait-il encore à vaincre le deuxième ?


Spoiler:
 



  • Samui Kakeshuou est prêt à mettre sa vie en jeu dans n'importe quelle situation, il suffit d'être poli.
  • Si un Rp n'a pas bougé depuis un mois, je ne le surveille plus - il faut me prévenir d'une nouvelle réponse.
  • Je suis ouvert et avide de tout nouveau projet, n'hésitez pas à venir me voir !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 661
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Ven 28 Avr 2017 - 4:57



Mon corps passait par-dessus celui du Raikage qui venait d'essayer de mettre fin à mon existence en une frappe aussi traitre qu'incroyable. Sentant les crépitement de la foudre me lécher les côtes, une coulisse chaude et épaisse se mit ensuite à jaillir de la blessure que je venait se recevoir. Sans même regarder, je pouvais deviner que je n'avais pas réussis à esquiver totalement l'attaque. La surprise avait été trop grande lorsque je vis le chef des nuages apparaître au corps à corps et à une vitesse folle. Aussi, passer par dessus lui, alors que l'autre sortait une arme étrange d'un sceau m'avait semblé la seule option. Néanmoins...cela allait impliqué que je me retrouverais dos à lui et en position de faiblesse. Nul doute qu'il tenterait de me frapper par la suite...je n'avais donc qu'une seule option.

Roulant au sol, m'éloignant de quelques mètres de mon adversaire qui ne tarderait pas à m'attaquer de dos, j'essayai de composer quelques mudras en me retournant simplement vers mon adversaire redevenu invisible...mais le sol céda sous une pression incroyable. M'obligeant à cesser tous mouvements, je portai mes avant-bras et mes jambes devant moi, en me recrocvillant sur moi-même. Je sentis mon corps être pressé par une force surnaturel, mes os et mes muscles se presser si fort les uns contre les autres qu'il me devenait impossible de bouger, impossible de faire le moindre mudras...et je sentis ma vision se brouiller par la même occasion. Complètement perdu et fragile, je ne savais plus quoi faire. Une gerbe de sang en vint même à sortir de ma bouche, me signalant que des dégâts à l'interne avaient été causés par cette énorme pression. Me battre contre un ennemi invisible relevait de l'impossible pour moi. J'avais été entrainé en soldat et non en traitre...et malheureusement je me battais dans une guerre de traitres. Certains diraient qu'à la guerre, tous les coups étaient permis, mais je répondrais qu'il s'agissait d'un proverbe écrit pour les lâches.

Crachant donc simplement le sang qui s'était accumulé dans ma bouche, je regardai en direction du Kamui du coin de l'oeil. Celui-ci venait d'ouvrir les portes célestes, comme le faisait Yanosa. Une lueur mythique s'échappait de son corps et ses yeux semblaient ne plus être les siens. Puis, soudainement, il se protégea grâce à son clone, pour foncer vers la Nukenin. Ses mouvements étaient incroyablement rapides, mais je restais capable de les suivre un tant soit peu. Je fus donc surpris de voir qu'au dernier instant, dans son élan, son pied venait de le pousser dans ma direction, me faisant savoir par la même occasion que mon ennemi devait toujours se trouver dans les environs.

Rejoignant donc à nouveau mes membres sur moi-même, une armure de glace identique à la précédente se forma par dessus ma peau...pendant que mes mouvements prenaient en vitesse, m'aidant à me propulser plus loin. Malheureusement, je n'eus pas le temps de quitter entièrement ma position avant de sentir un choc sur mon autre flanc cette fois-ci. Une lueur électrique apparut dans le néant, à l'endroit où se trouvait maintenant le Raikage qui lançait une frappe en ma direction. D'abord, je réussis à ne pas la recevoir en plein corps, puis ensuite elle glissa sur mon armure en créant le bruit du verre cassé. Des morceaux de glaces éclatèrent sur le côté, mais le reste tint bon. Malheureusement...ma vision se brouilla à nouveau sous le coup de l'effort et le bruit assourdissant de l'arrivé du Kamui et des gravas qui volaient autour se nous m'empêchèrent de comprendre ou voir ce qu'il venait de se passer. Et pendant que je tentais de reprendre mon souffle, mes deux genoux me lâchèrent un instant, m'obligeant à mettre les mains au sol pour me réceptionner et m'aider à prendre de la distance un peu.

J'étais sonné, ma respiration ressemblait à celle d'une locomotive à vapeur. Mon flanc me faisait mal, mon sabre me paraissait extrêmement lourd et la sueur me coulait du front telle une véritable chute d'eau. J'étais épuisé...épuisé de ne pouvoir que tenter de "survivre" depuis leur première offensive. Un combat si rapide et intense...qu'il me prouvait que...je n'étais pas de niveau pour de tels affrontements.

Pas contre ce genre de monstres qu'ils étaient tous...


info combat:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Chef du Kyomu
Messages : 1533
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Ven 28 Avr 2017 - 14:50


La démone jubile devant ce carnage. Le déluge de balles à fait son petit effet et l'empereur n'en est que plus amoindris. Déjà quelques fissures éparses parsèment la coquille vide qui lui sert de corps. Elle ne peut cacher sa satisfaction devant un tel spectacle. Finalement la situation en revient au même point. A savoir que tout se passe comme prévu. Elle comprend désormais le secret du Kamui. En fin de compte il est loin d'être aussi invincible que ce que l'on prétend. Sa carapace de glace possède de nombreux points faible. Il lui suffit de continuer à les exploiter ainsi. Passant à nouveau sa langue sur ses lèvres la bête fait quelque pas en avant, raclant de ses griffes ce sol ravagé par les conflits. Soudainement une salve de feu inonde le ciel avant de s'abattre sur le champ de bataille dans un bruit sourd. La Nukenin reste imperturbable, son esprit est captivé par la présence de son plus grand ennemi. Elle sent des changement s’opérer en lui. La puissance exulte de tout son être. Les portes célestes ?

-Enfin... Vous décidez de passer aux choses sérieuses...

Éprouver un tel pouvoir émanant de sa proie ne fait qu’accroître sa propre frénésie. Elle le veut pour elle et elle seule. Son cher petit Kamui... Un pas après l'autre la succube accélère le rythme. Arme en main, elle commence à accumuler son chakra dans l'ensemble de son corps et arrache le boitier de commande jusqu'alors attaché à son poignet. D'innombrables inscription se propagent. Des lignes entière de zéros et de uns se succèdent sur son bras avant de finir par se stabiliser. La voici enfin prête. Son ardeur la pousse à émettre un son guttural à la l'orée entre le grognement et le sifflement. Le sang continue de suinter abondamment de ses plaies, mais elle n'en a cure. Son ennemi est là, plus menaçant que jamais. Il fonce droit devant. Elle se prépare à contre attaquer mais... non... L'empereur bifurque brutalement pour fondre en direction du Raikage. La démone reste interdite le temps d'une nanoseconde. Son faciès diabolique se déforme dans un rictus mauvais. Elle se crispe.

-Comment ose-t-il... ? S'exprime-t-elle dans un murmure.

L'ignorer ainsi pour s'en prendre au Raikage ? Non ! Il n'a pas le droit. Ils n'ont pas le droit de lui prendre sa proie. Il est sien. Il s'agit de son gibier à elle et a personne d'autre. Elle est prête à se défendre crocs et griffes pour le garder. Cet affront de plus la plonge dans un profond état de rage à la fois amer et contrôlé. Ses dents acérées perforent sa langue sous l'effet de la colère. Levant le bras elle braque le canon de son arme en direction du Némésis. La séquence de sceau à l'intérieur s'organise en un instant pour remplacer l'ancien chargeur par un nouveau. Deux coups de feu rugissent au milieu de cet enfer incandescent. Les balles fusent dans l'air et arrive sur leur cible au moment où cette dernière abat sa fureur sur l'ombre de la foudre. La démone n'a que faire des conséquences, elle effectue de ses doigts couvert de chitine un unique mudra. Dans la fraction de seconde qui suit les balles explosent en libérant deux puissante décharges électriques qui n'ont rien à envier aux précédentes attaques du même genre.

-KAMUI !! Rugit-elle pardessus le chaos et toutes les insanités de cette guerre insensée.

La diablesse se moque bien de savoir si elle a fait mouche avec son attaque et continue d’emboîter le pas d'une démarche déterminée qui n'est pas sans évoquer celle d'un animal prêt à bondir sur sa proie.

-COMBIEN !?

Ces paroles ne font plus échos à la raison, mais à une colère primitive. Elle n'est plus qu'une bête pleine de rage et de frustration.

-DITES-MOI ! COMBIEN DE SHUKAJIN DEVRAIS-JE TUER ? COMBIEN DE SEIGNEUR DEVRAIS-JE ASSASSINER ? COMBIEN DE NATION DEVRAIS-JE METTRE A FEU ET A SANG POUR VOUS FAIRE SORTIR DE VOTRE TROU ? POUR QUE VOUS DAIGNEZ ENFIN ME FAIRE FACE ?

Le rage définit désormais sa constance et la puissance le linceul qui l’enveloppe. Une énergie noir émane de chaque pore de sa peau qui, rapidement, prend la forme d'un tourbillon. Puis soudainement sans crier gare, à l'image d'une étincelle mettant le feu aux poudres, la tempête se déchaîne, anéantissant tout ce qui se trouve autour sous la forme d'un maelstrom d'éclairs d'une puissance phénoménal. Il ne fait que s'intensifier de seconde en seconde, irradie le champ de bataille, déloge monticules de roches et de terre à chaque pas que fait la créature hystérique. D'une simple pression sur ses griffes elle réduit son arme a feu en miette et commence à accumuler une quantité phénoménale de chakra raiton dans sa paume. Au milieu de cette colonne de foudre aux proportions dantesque la démone n'est plus qu'une silhouette, vision de cauchemar, aux yeux blancs iridescent.

-KAMUI ! APPROCHEZ... QUE L'ON EN FINISSE UNE BONNE FOIS POUR TOUTE !







Dernière édition par Aozora S. Oniri le Mer 24 Mai 2017 - 1:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nanadaime Raïkage
Messages : 2065
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Sam 29 Avr 2017 - 17:59


Pas à pas, le Kadoria avançait vers le bretteur. Chaque pas le rapprocher d'une victoire certaine. Sa volonté était aussi forte que la gravité qu'il imposait à ses ennemis. Il ne pouvait pas faillir. Pas maintenant et pas comme ça. L'échec n'était pas permis. Malgré toutes les tentatives de l'ennemi, malgré tous les coups qu'il se prendra, le Nanadaime se relèvera pour défendre jusqu'à sa mort une cause juste. Un village, un pays et des milliers de gens comptent sur le nécromant et il n'est pas prêt de les décevoir. La course effrénée de l'homme fort de Kumo se termina lorsqu'il se trouva près du corps déjà meurtri du sabreur. La zone était dangereuse avec tous ces rochers volant en éclats, mais le maître de la gravité n'était bien évidemment pas affecté par ses propres techniques. La main ferme est tendue, il déploya une énergie prodigieuse dans ces muscles afin de les bander pour asséner un coup ravageur. Cependant, ce coup ne se résumait pas à une simple frappe. Un arc électrique se manifesta pour se transformer rapidement un halo scintillant prêt à déchirer tout ce qu'il rencontrait. Les yeux braqués sur le Samui, Manzo observa son adversaire qui venait de cracher une grande quantité de sang à cause de la gravité qu'il avait imposée. C'était le moment opportun pour frapper l'homme.

Cependant, ce n'était pas aussi simple. Du coin de l'œil, l'agent du Daimyô vit le Kamui changeait du tout au tout. Une aura menaçante, l'habitat et ce dernier venait tout juste d'ouvrir les portes. Par la suite, après quelques feintes, ce dernier fonça vers le Raïkage qui était pourtant, toujours camouflé. Cette charge annonça à son homologue clanique la présence du manipulateur de la gravité, ce qui contrecarra l'assaut du dirigeant des nuages. Grâce à une vitesse prodigieuse et une utilisation défensive de ses capacités glaciales, le jeune shinobi de l'Empire s'extirpa de justesse de l'assaut sorti des ombres du nécromancien. Néanmoins, le jeune bretteur n'en sortit pas indemne. La main électrique de l'Ombre lacéra l'armure et la peau de l'impérial qui termina son extraction un peu plus loin du Kumojins.

C'est alors que déboula l'Empereur en personne. L'attaque était punitive et trop rapide pour réagir avec vitesse et efficacité. Une fois de plus, Manzo compta sur son armure faite de cadavres fortifiés afin de se défendre cet assaut mortel. Activant un de ses sceaux tatoués, le Kadoria revêtit l'armure qui se forma autour de lui afin d'encaisser le coup du Samui. Cependant, l'armure vola en éclats et le coup continua sa course pour frapper l'homme fort de Kumo en plein cœur. L'impact fut d'une violence terrible, arrachant alors une gerbe de sang au défenseur Kumojin. La bouche en sang, il regarda le Kamui dans les yeux, voyant ainsi qu'un deuxième coup était en préparation. Le temps était trop compliqué pour esquiver ou se revêtir de nouveau d'une armure. Le nombre de possibilités était réduit et il voyait que la Saibogu se concentrait seulement sur l'élimination de l'Empereur. N'ayant que peu d'alternatives, il choisit une option que les plus honorables des guerriers renieraient en quelques secondes. Cependant, l'honneur n'est qu'une piètre notion dans ce bas monde. Activant une ultime technique avant de tomber dans les abysses du chakra, le maître de la gravité utilisa un des sceaux encore présent sur la première armure qu'il avait fait lors de la charge de l'Empereur. Son plan était d'utiliser la gravité sur sa propre personne afin de s'extirper, d'une manière ou d’une autre, des fureurs du Kamui. Le Nanadaime avait mis beaucoup de chakra dans cette technique afin que l'attraction soit très rapide et que l'Empereur ne puisse pas asséner son deuxième coup sur l'Ombre de la foudre. Cependant, le poing serré et ferme du Samui frappa le flanc du maître de la gravité. La technique ne s'était pas mise en place assez rapidement, mais il n'y pouvait rien. Le trompe mort se fit alors attirer d'un seul coup vers son sceau et tenta d’atterrir comme il pouvait. Il termina genou à terre, avec son flanc qui commençait lentement à geler. Manzo se sentit très faible. Il lutta pour ne pas tomber dans l'inconscience. Il était à bout de souffle et à bout d'énergie. La vision du Kage se troubla très rapidement et il sentait que le combat était fini pour lui. Jetant un léger coup d’œil à Oniri qui se trouvait un peu plus loin, il vit cette dernière comme il ne l'avait jamais vu. Réunnisant ses dernière forces, le Kage prit une grande inspiration afin d'augmenter son volume sonore pour que ses hommes l'entendent.

« KUMO ! La victoire est proche ! DONNER TOUT CE QUE VOUS AVEZ ! »

Son crie de guerre se termina par une toux ensanglanté indiquant l'état critique du Nanadaime. Il regardait devant lui avec un air enragé, mais hélas son corps ne pouvait suivre son esprit vengeur. Sa vie et sa victoire étaient maintenant entre les mains de la cheffe du Kyomu qui avait su se préserver pendant l'affrontement.

Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 661
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Lun 1 Mai 2017 - 19:22


C'est comme par apparition que le Kamui vient s'interposer entre le Kadoria et moi-même, dans une ultime tentative de se débarrasser du chef du village que nous étions venu exterminer. Écarquillant les paupières, je vois bien que la faucheuse venait tout juste d'essayer de me happer et que par le plus grand des miracles, je tenais encore debout. Quoique...debout est un bien grand mot. Mes jambes tremblent, mes bras me répondent à peine...et une violente quinte de toux me force à cracher une deuxième gerbe de sang alors que, du coin de l'oeil, j'aperçois la deuxième de nos ennemis charger son arme afin de tirer deux projectiles vers celui qu'elle convoitait tant; Kakeshuou.

Si le Kadoria avait réussit à s'en sortir, son corps qui se transportait à grande vitesse maintenant vers ce qui semblait être le reste de son armure m'apparaissait, lui, plutôt mou. Son regard vide me prouvait aussi qu'il vient tout juste d'utiliser les dernières bribes de chakra qu'il lui restait pour se sauver de l'aire de combat. Ainsi, il espérait que sa partenaire puisse terminer le combat pour eux-deux. Une confiance bien aveugle...venant d'une "créature" qui tôt ou tard lui tournerait le dos pour mieux lui revenir dans le sien et porter un coup fatal que...et je m'en rend compte bien malgré moi...je ne pourrais jamais lui donner.

Si le Seigneur du Shukai venait de me sauver, il serait stupide de ma part de croire que l'on est tiré d'affaire. Deux détonations viennent de partir de l'arme de la démone, et à en voir la courbe que prenaient les munitions tirées, elles suivraient le chef du Shukai dans ses moindre mouvement. Hors, lui aussi soufflait d'épuisement et même si sa vitesse lui permettait de retarder la frappe des projectiles, ils l'atteindraient tôt ou tard ...au moins il avait la chance de ne pas être aussi blessé que je ne le suis et probablement avoir un dernier tour dans son sac qui surpasserait le mien. Il me fallait donc lui donner sa chance et le débarasser de ces balles traqueuses avant que la fatigue de l'emporte sur lui et le force à ralentir sa course. Soulevant donc mon arme, je regarde une dernière fois, en une fraction de seconde, le crâne de fer aux yeux rouges qui brillent de milles feux...et je m'élance vers l'avant, dépassant la position du Kamui...tout en déroulant la chaine que j'avais d'enroulée sur mon bras de bois. Ma course se veut frénétique et je me sais poussé par l'élan du dernier espoir...mais je n'en dis rien au chef de ma nation. Je peux percevoir, alors que je plonge dans la direction opposée à la sienne, une certaine surprise sur son visage, mais ce que le mien affiche en cet instant lui fait clairement savoir les intentions qui se cachent derrière.

En une situation aussi critique, lorsque le visage d'un homme ne cherche plus les regards, ni même les mouvements autour de lui, qu'il ne semble dirigé que pour une ultime fois vers son objectif et que ni une larme, ni un sourire ne se détache de sa face...il est simplement clair qu'il sait que son dernier choix reste d'accomplir son devoir jusqu'au bout. Coûte que coûte. Ce que tout bon soldats feraient sans hésiter.

J'aurais voulu crier, comme le faisait la criminelle, que je le faisais dans l'espoir de voir le règne de la paix s'installer sur le monde. De voir le rêve que chérissait tous Shukaijins se réaliser au moment où son drapeau flotterait sur l'ensemble des territoire connu. Faire savoir au monde entier qui je suis en hurlant mon nom et ma motivation la plus sincère...mais j'en avais pas le temps. Tout ce qui semblait se passer en quelques minutes ici, maintenant, ne durait en réalité que quelques secondes. Quelques secondes dans lesquels ne me laissait emporter par une adrénaline pure et dure...où mes réflexions semblaient...éphémères...vaines et sans réels buts.

Malgré la vitesse à laquelle je cours, je sens que mon corps est lourd...et encore plus mon arme qui, même si sa voix hurlait mon nom, restait muette à mon esprit. Bien que j'aie décidé de la ramener dans mon dos, je sens sa lourdeur m'attirer vers l'arrière...mais mon entêtement à accomplir ce que je pense être "le mieux" n'a probablement aucune équivalence en force dans le monde. Du moins...en ce moment.

Je me surprend alors, dans un temps et un espace qui semble être en dehors de la réalité actuelle, à converser avec l'entité qui criait mon nom. Pour la première fois de ma vie, je le vois...lui...apparaître devant moi tel le vestige d'un fantôme du passé. Sa peau est craquelée...ses yeux sont rougeoyant et autour de lui, et de nous, des milliers d'âmes nous passent à travers le corps, suivant une seule et même route menant dans le vide absolu. Tout est gris...les arbres n'ont plus de feuilles...et le seul son qui m'est possible d'entendre...est celui de sa voix. Une voix qui ne semble plus lointaine maintenant. Elle est claire, beaucoup plus humaine aussi. Tout comme lui...d'ailleurs. Plus Humain.


...Kudaku...? Dis-je simplement en m'adressant à la silhouette spectrale.

...Pas totalement Ketsuen. J'ai renvoyé Kudaku momentanément. Je suis Mamoru Kimyou...le créateur de ton sabre.

Hm? Mais...ce n'est pas un "Akuma" qui est enfermé dans mon sabre?

Oui...et non. Mais...ce ne sont que des détails. Nous n'avons pas beaucoup de temps. Je t'expliquerai rapidement.

Kiri no Akuma Kudaku, est une très ancienne entité que j'ai convoqué par erreur, en me pensant apte à le contrôler. Malheureusement, c'est lui qui a eut raison de moi et par ma faute, mon propre frère en a perdu la vie. Pour m'assurer que le clan entier ne sombre pas dans les noirs désirs de cet infâme démon...j'ai dû accepter de le laisser me posséder...afin de nous enfermer tous deux dans cette lame.


Hm...et...pourquoi maintenant?

Car tu t'apprête à te sacrifier Ketsuen...et que j'utilise mes dernières forces pour te donner ce coup de main. Kudaku hurle...essaie de t'empêcher de faire ce que tu t'apprête à faire et tentera de bloquer ton accès à son pouvoir, mais je l'en empêche. Mais il te faut faire vite Ketsuen.

c'est un peu ce que je fais là..."faire vite".

Oui...mais fait le bien. Offre à Kakeshuou la chance que je n'ai pas pu offrir à mon frère.

...


...vous aurez été chiant jusqu'à la toute fin vous deux. Toujours à me dire quoi faire ou comment le faire. Bon...dégage maintenant. Laisse moi crever en paix.

Bonne chance...

Y'en a pas...de chance

____________________

Plissant les yeux, gardant ma concentration sur mon ennemie, je lance alors ma chaine en sa direction tel un bolas. Je vois ses extrémités tourner à une vitesse folle et malgré les hurlements de rage de mon sabre, je l'empoigne à deux mains sans me soucier des projectiles que je m'apprête à encaisser. Mon sabre se fragmente alors malgré lui, et en un dernier coup, une série de morceaux de fer s'en échappent pour venir se loger dans les maillons des deux bouts de la chaine afin de faire un poid. Le coup était parfaitement calculé et lancé en direction des jambes de la démone qui, je l'espérais maintenant, n'allait plus pouvoir esquiver l'attaque que lui porterais l'Empereur. Une attaque je n'aurais pas le temps de voir...puisqu'au moment où mes bras terminaient leur élan et que mon sabre envoyait sa dernière technique...ma course fut arrêté nette par la force des balles ennemies.

Mon corps stoppa brusquement, puis fut renvoyé vers l'arrière. Une sensation de milles aiguilles me traversa le corps lorsque la décharge électrique explosa...puis tout devint noir.

...le seul son qui perdurait, restait celui d'un cri démoniaque, inhumain, se dégageant d'un sabre qui tomba sur le sol en continuant de saper les dernières gouttes de chakra que je pouvais avoir avant de s'éteindre à jamais...

Ou jusqu'à ce qu'il trouve un nouveau maitre...



info tech:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1834
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Mer 10 Mai 2017 - 3:06



Fracassant ses poings sur le dos de son adversaire, le peu de raison qu’il restait à l’Empereur désormais hors d’atteinte lui fit prendre conscience que son attaque portait ses fruits. La première attaque glaçait une armure et la réduisait en morceaux ; ce qui était prévisible. La deuxième ne ferait pas face à cette nouvelle défense ! Chargeant de rage son bras en chakra, le Kamui contrôlé par l’Hikaïjuu était prêt à frapper une nouvelle fois. Un coup fatal, décisif pour cette partie de l’affrontement !
Usant de ses talents de Kadoria, l’homme échappait subitement à son emprise, disparaissant dans le méandre des troupes, afin d’éviter une mort certaine. Vociférant un appel désespéré à la victoire, il se portait désormais hors de cet affrontement titanesque où seuls les Grands et les Morts avaient le droit de trôner.

Absorbé par l’action présente dans laquelle il s’était noyé, ce qui restait de conscience au vieux Samui ne fit qu’entrapercevoir le plongeon salvateur de son neveu vers son dos. Se jetant sur les balles traîtresses qiu visaient le dos de l’Empereur, Ketsuen voyait son corps labouré par la violence de la guerre et la déflagration d’une double explosion. Retournant vers l’arrière aussi rapidement qu’il en était apparu, son cadavre s’échoua lourdement sur le sol, dans un mouvement au ralenti que les pupilles éteintes du Kamui ne firent que suivre par pure réaction logique.

Tournant lentement son regard vers celle qui jouait la carte de la provocation, la seule réponse du Conquérant fut ce « Kschssssssssssss » si caractéristique d’un personnage sans contrôle aucun. Une forte buée sortait de sa bouche, indiquant le froid intense qui enveloppait son corps. Les deux protagonistes et adversaires de toujours se retrouvaient face à face : d’un côté le Dernier des Kirijins, maître incontesté du Shukaï qui lui avait déjà laissé la vie sauve par deux fois – à tort – et de l’autre une créature née dans le seul but de tuer la première. La Chef du Kyomu avait été atteinte par les chaines de l’Onshi Shukaïjin. Cela aurait certainement pour effet de ralentir ses mouvements ! Mais pour quelle raison étrange le Dieu Ninja n’en profitait-il pas dans l’instant ?!


# Et qui es-tu exactement ? …



La voix était caverneuse, bien plus sombre que dans la pire colère de l’Empereur des Nations Neutres. Mais ce n’était pas tant la voix que les propos qu’il portait qui avaient de quoi surprendre. Sa folie grandissante l’avait-il privé de ses souvenirs et de son intellect ?
Dans la continuité de ses paroles, son chakra explosa lorsque les canaux de chakra atteignirent la Sixième Porte, de la Contemplation. S’englobant d’une aura couleur des tréfonds de l’océan, le chakra était maintenant visible à l’œil nu. C’était une puissance bestiale, une force sans limite, qui ne pourrait connaître plus grande dévastation qu’en activant les Portes suivantes !


# Hahahaha c’est splendide !! Kakeshuou Samui, maintenant que je contrôle ton Esprit, je vais pouvoir m’en donner à cœur joie !! Après tant d’années !!!


~ …

# Ne sois pas peiné, Kakeshuou Samui !! Tu m’as livré ta Volonté et ton Corps, mais je t’apporterai ce dont tu rêves ! Une renommée qui se sera frayée un chemin dans la chair et le sang ! On parlera de toi pendant des décennies, et tu seras associé au Roi du Carnage, au Dieu de la Destruction !!


~… Nous verrons bien, Hikaïjuu …



Dans un élan de rage, une soudaine vague de froid se relâchait dans un rayon proche du corps impérial. La glace vint saisir et briser en morceaux le groupe de combattants le plus proche, sans faire de distinction entre alliés et ennemis. L’Empereur était fou ! Et désormais contrôlé par son hôte, le Démon des Glace,s il ne parviendrait pas à lutter et à faire de différenciation entre ceux qu’ils devaient protéger et ceux qu’il devait faire périr.

# Qui es-tu donc, insecte ! Tu me demandes combien de Shukaïjins, de Seigneurs, de pays tu devras détruire ?! Autant que tu le souhaiteras !! Car la seule chose qui affirme aujourd’hui l’existence d’un homme, c’est la destruction qu’il mène dans son sillage !! Et à ce jeu-là, et face à moi, tu seras l’éternel perdant !!



Dans un rire à glacer le sang de n’importe quel être vivant, la « Chose » déployait le potentiel que lui offrait son hôte sans se faire prier. En l’instant d’une demie-seconde, grâce au bénéfice des Portes Célestes, il était au contact de la Nuke-Nin et se préparait à lui asséner un premier coup. Disparaissant la micro-seconde d’après, il refaisait surface dans son dos pour porter son coup destructeur ! Peu importe où elle irait, peu importe ce qu’elle ferait ! Qu’elle pare, qu’elle courre, qu’elle se défende, ses jambes la poursuivraient, et ses poings s’abattraient sur elle avec une rage démoniaque que même son Henka Akuma ne saurait supporter ! Ce n’était pas une question de conviction ou d’assurance ; mais une question de nature. Car en demeurant et en errant pendant plusieurs siècles, cette entité que personne n’avait vraiment cernée ou analysée avait de la rancure et de la férocité à revendre. Tant et si bien qu’elle ne trouverait aucun fond.

Avant de repartir à l’assaut, une nouvelle vague de froid se dégagea violemment du corps du vieux Samui. De nouvelles victimes à proximité tombèrent en random, sans crier gare, alors que l’assassin ne portait aucun attachement aux dommages qu’il occasionnait autour de lui. Une nouvelle fois, le poing plongea en direction de la poitrine de la Saibogu. Un coup d’une telle puissance aurait certainement de quoi briser le plexus solaire, et de couper toute respiration. Une attaque dévastratrice. Le tout accompagné d’un éclat de rire du Septième Cercle des Enfers et sans la moindre retenue ou preuve de raison derrière.

# Tu auras beau fuir, tu auras beau lutter, tu finiras sous mes poings et couverte de sang ! Et après toi, je détruirais l’intégralité de ce champ de bataille ! Ce monde retiendra ce jour néfaste comme celui où tout a basculé ! Où tout a péri pour ne trouver que le néant dans la Terre de la Foudre ! Et pour bientôt à l’ensemble de cette Terre !! Tu n’as rien été, et tu ne seras –



La phrase s’interrompit au moment où un bruit cristallin rompit le discours du possédé. Là, dans sa course effrénée pour harceler Oniri de coups dévastateurs … sa jambe droite venait de s’envoler, et disparaissait en poussière blanche, comme réduite en poudre au soleil naissant.

# … DE QUOI ?!





# KAKESHUOU SAMUI !!


~ … Cesse de hurler comme ça !

# TU M’AS TROMPÉ, KAKESHUOU SAMUI !! POURQUOI TON CORPS S’EFFRITE-T-IL COMME DU CHARBON !!


~ Parce que notre fusion l’a transformé en glace, aussi solide que du diamant … et aussi friable que de l’argile ! Tu as oublié une chose fondamentale, Hikaïju !! Ton « nouveau » corps et tes techniques restent basées sur du chakra ! Chose que je n’ai presque plus ! Ta rage et cette surconsommation sont destinées à nous détruire mutuellement !!

# RUAAAH !!



Des nombreux esprits qui peuplaient cet espace entre le Temps et le Vide, le Froid et l’Inconnu, plusieurs vinrent transpercer le corps du Samui qui semblait chétif et dépourvu de défense. Face à une entité si destructrice, il n’avait aucune chance de se délivrer et ne pourrait bientôt que céder.

# JE VAIS TE CONTRÔLER DANS TA TOTALITÉ, SAMUI ! ET QUAND JE PARTIRAI DE CE CHAMP DE BATAILLE, JE DÉTRUIRAIS TON CLAN ET TOUT CE QUE TU AS CRÉÉ !!


~ JE NE CROIS PAS, NON !!



Portant sa seule main valide sur les esprits qui le transperçaient, se débattant comme un beau diable, le sexagénaire les arrachait un à un, retrouvant un court instant l’image d’un Lion des Neiges luttant pour sa survie. Un épais liquide sombre s’écoulait de ses nombreuses blessures ; certainement le liquide de la Haine et de l’Inconscience qui le pénétrait peu à peu.

~ TU AS CRU POUVOIR ME CONTRÔLER ; MAIS TU AVAIS TORT ! TANT QUE JE NE T’AURAIS PAS CÉDÉ LE CONTRÔLE DE MON CORPS, LE SIEGE DE MON ÂME, TU NE ME CONTRÔLERAS JAMAIS !!

# SAMUIIIIII !!!




Sur le champ de bataille, l’homme avait déjà perdu beaucoup. Sa jambe droite n’était plus, et son flanc gauche tombait progressivement en lambeaux et en poussière. Pourtant, il continuait cette folle course contre la Chef du Kyomu comme pour espérer lui porter un dernier coup.
Freinant soudainement dans le sol, son unique jambe dérapa et le scotcha au sol, lui imposant de se placer à genou. Dans un ultime recours, l’invididu – déjà à bout de forces et de chance – tentait vainement de créer un soutien de glace à partir de sa taille pour rester debout et ne pas plier l’échine face à l’Ennemi. Un ennemi qui obtenait aujourd’hui sa victoire, en parvenant à le terrasser. Un mauvais calcul, un surplus d’ambition ? Cela faisait longtemps que le vieux briscard ne prenait plus tout cela en compte. Il agissait, il combattait, il remportait la victoire.
Sauf cette fois.

Dans une légère pause, et un souffle haletant, le Monstre qui avait déjà défiguré les alentours par son combat démoniaque restait toujours face à son adversaire.Du chakra, ses veines en étaient chargées ! Elles en étaient même friandes ! Et chaque seconde qui passait montrait les dégâts de ce flux non contrôlé, se retournant contre son utilisateur. Le mélange de cette malédiction et des Portes Célestes devait donc être fatal … .
Une voix essoufflée, même éreintée, émergea péniblement d’un visage bouffé par la fatigue, les blessures et une décomposition de glace lente mais progressive.

# … Tu veux que je (hu hu) « daigne » te faire face ? … que je (hu hu) « sorte de mon trou » ? … (hu hu)


Le guerrier relevait son visage, dévoilant un côté droit fracturé comme une vitre brisé. Son œil n’était déjà plus opérationnel, et tout son corps semblait partir en morceaux. Son dernier bras authentique et valide s’affessa dans un bruit sourd au sol avant de disparaître en poussière au gré du vent de ces Plaines de Fer. La voix était sombre … mais elle n’était plus habitée par la Rage, ni consummée par la Haine.
C’était Kakeshuou Samui.

~ (hu hu) … Tu ne me feras jamais (hu hu) t’affronter sérieusement … tout comme (hu hu) tu ne gagneras (hu hu) jamais contre moi … . (hu hu) J’ai lutté toute ma vie … . J’ai défendu (hu hu) mon Clan, mon Village (hu hu) et les Miens … . J’ai sauvé (hu hu) un système au bord de l’implosion (hu hu) et de la guerre … . J’ai créé (hu hu) un système Ninja unique, capable de (hu hu) faire rivaliser des puissances (hu hu) minuscules avec les plus grands … . (hu hu) J’ai (hu hu) unifié un tiers du monde Ninja (hu hu) dans un idéal de paix (hu hu) et de prospérité … . Et toi, à part tes (hu hu) destructions qu’as-tu fait ? D’ailleurs, après (hu hu) toutes ces années d’affrontement, (hu hu) qui es-tu, toi dont j’ignore encore le nom ? (hu hu)

Un testament oral, une dernière leçon de moral ? Le Dernier des Kirijins n’est désormais plus qu’un tronc de glace, dont quelques mots s’échappent de ce qu’il reste de lèvres. Mais le regard est toujours là. Le corps se meurt lentement, mais l’âme et la détermation ne changent en rien ! Le Jônin de Kiri, le Capitaine de l’Ôdâ, l’Empereur du Shukaï reste droit et ne faiblit pas.

~ Même si (hu hu) je meurs … (hu hu) je resterais éternel (hu hu). Je deviendrais (hu hu) immortel ! (hu hu) dans l’Histoire … dans les mémoires … (hu hu) dans les souvenirs … (hu hu).

Un vent fort vint souffler sur le champ de bataille dont la tension retombait peu à peu après une longue et pénible lutte. Un dernier signe du Kamui: un sourire fier.



En l’An 17, l’Empereur du Shukaï Kakeshuou Samui tombe au combat dans les Plaines de Fer de Kaminari no Kuni.



Spoiler:
 



  • Samui Kakeshuou est prêt à mettre sa vie en jeu dans n'importe quelle situation, il suffit d'être poli.
  • Si un Rp n'a pas bougé depuis un mois, je ne le surveille plus - il faut me prévenir d'une nouvelle réponse.
  • Je suis ouvert et avide de tout nouveau projet, n'hésitez pas à venir me voir !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 1826
Rang : Par


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Mer 10 Mai 2017 - 12:45

Kadoria Manzo et Aozora S. Oniri sont déclarés vainqueurs. Kumo remporte donc 5 points.

Vous pouvez continuer à RP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com

avatar
Informations
Grade : Chef du Kyomu
Messages : 1533
Rang : S


Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Jeu 11 Mai 2017 - 14:59

Son visage se déformes dans un rictus assez similaire à un sourire, aussi carnassier soit-il. Elle jubile d'être parvenue à attirer son attention, consciente du fait qu'elle va enfin l'avoir pour elle.

Il est sa proie

Il n'est qu'à elle

Elle ne le partage avec personne

La foudre continue de se déchaîner tout autour de la démone qui, consumée par sa rage, tente de cumuler un surplus de puissance pour éradiquer son ennemi de toujours en un coup un seul. La raison lui fait désormais défaut, elle n'est plus qu'un monstre, prêt à traquer inlassablement sa cible au milieu de cet enfer. La Plaine de Fer n'a désormais plus rien avoir avec ce qu'elle était. Ravagé par les innombrables techniques aux proportions dantesques, elle laisse couler des marées de sang et de cadavres dans les innombrables brèches ouvertes dans la terre, comme cherchant à les engloutir. Le tumulte des combats est toujours audible, mais perds progressivement en intensité à mesure que les morts s'accumulent.

L'atmosphère, lui, est désormais saturé en chakra, si bien que l'espace se tort au-dessus de leur tête. Son flux inconstant transporte avec lui d'innombrables petites particules bleutés qui se mêlent aux déluges de cendres et de fumées. Les deux combattants se tiennent aux milieux de ce cauchemar. La succube est là, droite et fière, enorgueillie par le pouvoir, avilie par la haine viscérale qui ronge sa conscience. Le Kamui exulte dans une dernière provocation tout en laissant éclater la puissance des portes célestes. La démone s'extasie de ce constat. Elle le comprends un peu plus a chaque instant et l'ironie n'en est que plus satyrique. L'Empereur est possédé par un démon. Cette révélation sonne comme une mélodie, à la fois douce et amer. Elle ne peut espérer meilleur choix que lui bien que, en même temps, l'idée qu'il puisse encore un peu plus lui ressembler la dégoûte.

D'un ultime pas en avant elle résorba l'intégralité de son immense aura afin de condenser toute cette puissance dans une unique et ultime lance de foudre tenue entre ses griffes.

-Qui suis-je ?

Elle se fend d'un petit rire noire plein d'ironie. Le temps n'est plus à la parole. Il n'y a désormais qu'une seule chose en ce monde capable de lui apporter satisfaction. Ses pattes arrières s'enfoncent dans la terre. L'appuie, une nouvelle fois renforcé par son chakra raiton, la propulse à une vitesse folle. Le Kamui en fait de-même pour se déplacer rapidement dans son dos. La démone n'a pas besoin de se retourner. Elle se contente de parer l'attaque avec sa lance avant d'augmenter une nouvelle fois sa vitesse de façon significative dans le but de se repositionner. L'affrontement se poursuit à un rythme effréné. Il est indéniable que l'Empereur prend l'avantage. Le pouvoir des portes célestes lui confère cet avantage et même si la démone est en mesure de rivaliser avec sa vitesse, l'écart de force qui les sépares est comme un abîmes sans fond. Un simple faut pas peu suffire pour la réduire en bouillie. La démone le sait. Elle en est consciente. Pourtant elle ne fait preuve d'aucune hésitation. Elle ne pense plus, ne réfléchit plus. Elle se contente de ressentir, d'éprouver l'instant présent par la douleur et le sang qui suintent de ses nombreuses blessures.

Filant à une allure toujours plus folle, dans un tourbillon de glaces et d'éclairs, elle n'a de cesse de perdre du terrain sur un champ de bataille qui ne semble pas avoir de fin. Les coups s'échangent, rapide, précis et plein de rage. Il n'est plus Empereur, elle plus une Kunoichi. Ils sont deux monstres consumés par la frénésie. Le monde n'est plus qu'un immense terrain de jeu. Un terrain de jeu dans lequel la vie humaine n'a plus aucune valeur. Chaque coup porté en est un parfait exemple. Alliés comme ennemis se font faucher sans distinction sur leur passage. De nombreuses et multiples blessures ne tardent pas à parsemer le corps de la succube déchaînée. Son armure est réduite en lambeau. A aucun moment le Kamui n'est réellement parvenu à la toucher. La frôler, l'érafler suffit pour déchirer sa chair. L'air éclate à chaque coup porté. La démone la sent se propager à travers son corps au point d'en faire douloureusement vibrer son squelette. Or, contre toute attente, elle cesse soudainement d'attaquer, pour se contenter d'esquiver une succession d'assaut qui ne font que perdre intensité.

L'affrontement atteint son paroxysme avant de s'effondrer dans un ultime mouvement au moment où jambe de l'empereur finit par se briser. Il tente de lui asséner un dernier coup, mais la chasseresse bloque l'attaque. A l'impact elle sent chacun de ses os se briser. Elle ne bronche pas. Désormais immobile et solennel, elle se tient fièrement devant son adversaire, sans doute plus impériale que lui en cet instants. Ses griffes éclatées se referment sur le poing du Kamui. La réaction en chaîne se fait et c'est toute une moité de son corps qui s'effondre sur elle-même. Le sang pulse violemment dans ses tempes. Un surplus d'émotions est déchargé dans le cerveau de la chasseresse. Elle ne comprend pas ce qu'il se passe, ni ce qui lui arrive. Elle est là, gravement blessée, mais elle tient encore debout tandis que... lui est à terre... Elle inspire par les narines. Le sang pulse plus violemment que jamais dans ses tempes. Son cœur n'est qu'une enclume chauffée à blanc par les battements d'un marteau incandescent. Ils sont là... et elle se contente de savourer l'instant...

-Mon... nom.. ?

La question revient à nouveau. Elle expire l'air jusqu'alors bloqué dans ses poumons. Son soupir est semblable à celui d'une bête que l'on aurait trop longtemps retenu en cage. A cet instant précis la démone comprend qu'elle n'est pas capable de répondre à cette question et préfère se réfugier derrière un rire satyrique.

-Pauvre sot... Siffle-t-elle entre ses crocs acerbes.

Le fait de ne pouvoir donner de réponse lui importe peu en fin de compte. Seule incombe cette pulsion destructrice qui comprime nerveusement chacun de ses muscles. Il lui faut lutter contre elle-même pour ne pas réduire en miette ce qui reste de l'Empereur sur l'instant. Car si elle fait cela, elle gâcherait tout son plaisir ainsi que ces dernières années passer à ruminer ce moment.

-Cela n'a plus aucune importance...

Elle penche la tête sur le côté. Le mouvement n'est pas sans évoquer celui d'un animal intrigué si l'ont arrive à faire abstraction de tout le reste. Un nouveau rire, plus sombre, s’échappee depuis la commissure de ses crocs.

-Je dois dire que vous m'amusez... mon cher et précieux petit empereur... Le timbre de sa voix indique clairement qu'elle se délecte de chaque mot qu'elle prononce. Vous... pensiez vraiment marquez les mémoires.... ?

Lentement, avec un soin méthodique, elle pose un genou à terre afin d'enlacer le buste de glace. Elle se colle à lui, plaque sa joue contre la sienne et effleure cette carcasse vide qui lui sert à présent de corps...

-Moi je pensais que vous comprendriez...

Elle se penche là ou doit se trouver son oreille et lui susurre ces mots sur le ton de la confidence :

-Que l'histoire est écrite par les vainqueurs...

D'un geste aussi soudain que brutal elle enfonce son bras parcouru de raiton dans la poitrine de l'empereur arrachant au passage ce qui lui reste de cœur.

Puis ?

Plus rien. Le monde, le Yuukan, la guerre, le Kyomu, Kaze... Il n'est plus rien en cet instant si ce n'est cet intense et profond sentiment de félicité.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

01. Le premier jour du reste de leur vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Prologue :: Acte #7 : Extinction :: Arc 1 : Confrontation-