N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 01. Le premier jour du reste de leur vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Chef du Kyomu
Messages : 1541
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Jeu 11 Mai 2017 - 17:13


Il y a ce grand vide qui inonde son âme.

Devant elle le corps de l'empereur finit de se briser. Une puissante décharge de chakra glacée s'en dégage et secoue la plaine. Les combats cessent alors et des centaines de pairs d'yeux se tournent vers la scène qui est en train de se dérouler en contrebas, là, dans cette cavité façonnée à même la terre par les combats.

Elle tient ce cœur de glace dans la paume de sa main. Elle peut le sentir battre entre ses griffes quand un cri résonne soudainement au-dessus d'elle.

-NOOOOOOOOONN !!

Engourdie par le froid et l'extase la démone ne réagit pas suffisamment rapidement et le soldat impériale parvient à lui enfoncer son katana dans le thorax. Il fait ensuite pression sur la garde enfin de commencer à lentement lui découper les entrailles. Un épais flot de sang jaillit de la bouche de la créature. Son unique réflexe est de tendre sa main libre pour empoigner la gorge de son agresseur. Elle lui brise la nuque d'une simple pression sur les phalanges avant de jeter son corps ballottant dans le gouffre.

Elle titube, mais parvient à garder son équilibre, le katana toujours enfoncé dans la chair. La voici qui tente de prendre une inspiration. Malheureusement ses poumons se gorgent de sang et il n'en ressort qu'un râle étouffé.

Malgré tout la situation l'indiffère, elle qui n'est plus réellement là. Ses sens sont brouillés, elle n'entend plus rien si ce n'est les battements du cœur de glace qui murmurent au creux de son âme.

« C'est tout ? Est-ce la fin que tu te donnes ? »

Cette voix lui est étrangement familière, comme si elle l'avait déjà entendu par le passé, comme s'il était question de cet antique démon enfermé dans une montagne.

« Non. Tu n'es pas faite ainsi... Alors qu'en est-il dans ce cas ? »

La glace se propage lentement le long de son avant-bras. Toutes les cellules de son corps commencent à mourir.

« Que comptes-tu faire à présent ? Après tout un chasseur n'est rien sans sa proie »

Son corps tremble. Elle sent cette étreinte glacée l'envelopper. Il n'est pas question du froid des bras insipides de la mort, mais de ce froid brutal et éternel que l'on retrouve entre les glaciers qui bordent les côtes du Grand Nord.

« Et si l'on recommençait ? Sur une toute nouvelle base... Une toute nouvelle idée... ? »

Elle expire une dernière fois. Le peu d'air qui reste dans ses poumons finit par geler. Or cela n'est pas suffisant. Son métabolisme d'Akuma continu d'aspirer en continue les énergies maudites qui imprègnent le cœur.

« Tu l'as toujours su au fond de toi... Que tu es ainsi faite ! Faite pour dépasser la condition de simple mortelle, faite pour t'élever au-dessus du monde et des hommes. »

Son métabolisme commence à se figer en même temps que lui parvient cette vision de renouveau. Elle s'éprend à rêver de ce monde. De cette chasse sans fin, d'immenses armées unifiées sous sa bannière.

« Nul ne peut t'arrêter. Ton pouvoir ne cessera jamais de croître... Tu le sais... Nous le savons... »

Une grande quantité d'énergies présente sous la forme de chakra à l'état vaporeux émane de chaque pores de sa peau. Elles se mettent à tournoyer autour d'elle, lui conférant une aura étrange et mystique.

« La question est à présent de savoir quel rôle peut aux mieux te convenir... »

Les orbitent vides iridescents qui lui servent d'yeux s'imprègnent de flammes bleutés aux reflets de nacres. Pour les senseurs présents la démone irradie à présent de puissance.

Tous le pensent, mais aucun n'ose réaliser que la guerre touche à sa fin. Mais il n'y a aucune joie dans le visage des vainqueurs et aucune peine dans celui des perdants. Il n'est plus question d'honneur, de gloire ou encore de guerre idéologique. Il n'y a plus que les morts.... ainsi que ceux qui restent.

L'air est humide. Le ciel est gris. Tout le monde a froid. Un premier flocon s'écrase sur ce qui reste du champ de bataille. D'autres ne tardent pas à suivre. Il neige au pays de la foudre...

« Kage ? »

Cette voix... Elle lui est si familière...

« Non... Et pourquoi pas Seigneur ? »

Où l'a-t-elle déjà entendu ?

« Toujours pas... Cela ne sera jamais suffisant pour satisfaire ta soif de domination... »

Elle comprend à présent. Elle sait qui elle est....

« Je pense avoir trouver ce qu'il nous faut... »

Elle sait ce qu'il lui reste à faire car...

« Que dirais-tu de devenir Impératrice ?

Cette voix...

« Pour un nouveau monde... »

N'est autre que la sienne...

« Dans le creux de ta main. »

Son cœur a depuis longtemps cessé de battre. Malgré tout sa détermination reste inchangée.

« Alors... ? Qu'en dis-tu ?

Un mince sourire prend forme sur ses lèvres écorchées. Devant-elle se dessine un avenir fait de conquêtes et de victoires. Non pas pour la gloire. Non pas pour la paix. Mais pour elle et elle seule.

Pourtant...

Pourtant, la voici qui balaye tous ces rêves et ces folles idées de grandeurs par un simple murmure.

-Non...

Ses griffes se resserrent et brisent ce qui reste du cœur. Ses fonctions vitales se remettent aussitôt en marche. Elle se régénère. Ses cellules mortes, tuées par le froid, sont remplacées par de nouvelles. La douleur revient elle aussi et c'est sans broncher qu'elle extirpe le lame logée dans sa poitrine.

A cette instant la puissante entité démoniaque prend conscience de ceux qui l'entourent et des nombreux regards tournés vers elles. Une voile blanc recouvre désormais l'entièreté de la Plaine de Fer.

D'un pas vers l'avant elle s'approche des restes de l'empereur et fouille parmi les décombres pour en ressortir son Katana qu'elle brandit fièrement au-dessus de sa tête, la lame au clair, visible aux yeux de tous.

-IMPÉRIAUX !!

Son cri s'élève par-delà le champ de bataille tel le rugissement d'une lionne triomphante.

-JE SUIS SAIBOGU RED !! ET JE REVENDIQUE CETTE VICTOIRE !



Spoiler:
 


Dernière édition par Aozora S. Oniri le Jeu 25 Mai 2017 - 0:31, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Impérialiste
Messages : 2072
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Jeu 11 Mai 2017 - 23:44


C’était une première pour le Nanadaime. Subir sa propre gravité. C’était presque grotesque pour lui, mais il n’avait pas d’autre échappatoire. Sa survie en dépendait et dans ce cas, l’instinct prime sur tout. Les émotions et la raison sont balayées d’un revers de la main afin de préserver la vie. Malgré son extirpation délicate, le Kadoria ne s’en était pas sorti indemne. Son armure faite de cadavre s’était brisée en milliers de morceaux de glace et son corps avant encaissé le choc. Sa respiration était lourde, mais ce n’était pas le plus inquiétant. Son flanc gauche se cristallisait peu à peu. Il sentait les cellules de son corps se décomposaient au fur et à mesure que le temps s’écoulait. La projection vers les débris de sa précédente armure était fulgurante et l'atterrissage fut compliqué. Il se receptionna tant bien que mal en usant son bras encore valide. Le constat était douloureux, mais l’agent du Daimyô devait se retirer de ce combat. Il atteignait les limites physiques que le monde imposait. Il devait remettre la suite à la Saibogu qui était plus que concentré dans cette fin de combat dantesque.

Le corps meurtri de l’homme fort de Kumo arriva en plein milieu des différentes troupes. Le champ de bataille était en constante évolution et cela déplaisait fortement au Raïkage qui quittait un danger pour en retrouver un autre. Un guerrier impériale n’hésita pas une seconde avant de brandir son arme contre le leader des nuages afin de l’empaler. Heureusement pour lui, l’arrivée soudaine de leur chef n’avait pas échappé aux Kumojins. Ces derniers se mirent rapidement en position autours de l’Ombre afin de le protéger et de parer les assauts lui étant destiné. Tout le monde s’organisait pour couvrir un homme qui n’était plus un poids pour sa nation. Cependant, il avait pour projet de ne l’être que très temporairement. Un jeune homme traversa avec aplomb l’arrière garde des armées nuageuses afin de se trouver au chevet du maître de la gravité. Sans attendre une seule seconde, le shinobi appliqua les premiers soins. Son but était de réparer comme il pouvait les dégâts infligés par la glace démoniaque de l’Empereur. Peu à peu, Manzo regagnait en vigueur et il ne perdit pas une seconde avant de se relever pour observer de loin, le combat qui se profilait. Le poing serré, le nécromant embrassait sa colère qui montait intérieurement. Il ne pouvait plus rien faire et cela le détruisait. Le jeune médecin avait prévu de s’atteler rapidement à rendre du chakra au Kage par la suite, mais les blessures froides et profondes allaient lui prendre du temps. Le nécromancien ne prêtait pas attention à tout cela, car ses yeux étaient rivé sur le Samui qui venait de faire l’impensable.

La cheffe du Kyomu avait su capitaliser sur l’attention focalisé sur Manzo. Même si sa colère était justifié, elle était jusque-là maîtrisée. Des balles faibles en apparence foncèrent sur le corps abîmé du vieil homme. L’impact allait être violent et le bretteur l’avait bien comprit. D’un pas rapide et décidé, il s’interposa afin de prendre la totalité de l’assaut et ainsi préserver pendant encore un temps, la survie de l’Empereur. Le prix de tout ceci ? Simplement sa propre vie. Suite à cela, le corps jeune et pourtant robuste du sabreur tomba lourdement au sol. Le combat était maintenant résumer à deux protagonistes. Deux personnes qui se connaissent très bien. Deux démons prêts à annihiler l’autre.

Le duel prit une tournure titanesque en l’espace de quelques secondes. Kakeshuou semblait ne plus être l’homme que Manzo avait combattu jusqu’à maintenant et encore moins l’homme que décrivait Shinji. Le sens échappait à cette fin de combat et l’on pouvait distinguer que l’Empereur avait pleinement plonger dans les abysses noirs et profonds de la folie. Il semblait comme persécutée par quelque chose qui transcende le temps et l’espace. La Saibogu en avait parlé au Kadoria lors de leur précédente rencontre. Cette assimilation de glace offrait un grand pouvoir, mais on peut aisément deviner qu’il y a un prix pour cela. Ce prix était probablement la conséquence direct de l’entité qu’était devenu le Kamui. Son chakra se dégagea avec force et puissance de son être, apparent alors comme un aura d’un bleu apaisant. La suite l’était beaucoup moins. Le monstre entama alors son assaut diabolique, se déplaçant à une vitesse que même le Nanadaime avait du mal à suivre. Red semblait tenir le choc en enchaînant les parades et les esquives, mais cela ne pouvait pas durer. La terre tremblait sous les chocs des deux démons s'affrontant et finalement, l’improbable se produisit. La jambe du autoproclamé dernier Kirijin se transforma un bloc de glace qui explosa en morceaux. Une pléthore de lueures scintillantes se dégagèrent de ce fracas, donnant un relief d’un beauté presque sans nom à ce spectacle de pure barbarie. Malgré son handicap, le Kamui se releva, tentant de tous les stratagèmes pour lutter. C’était presque… triste. Voir un homme du calibre de Kakeshuou s'effondrait ainsi sur un champ de bataille et de pourtant continuer jusqu’au bout. Même si la vie ne sera plus accessible à l’Empereur, il continuera à survivre dans les souvenirs du Kadoria. Un combattant d’une incroyable rareté. L’Ombre ne pouvait rester ici sans rien faire. Il poussa légèrement le médecin en le remerciant avant de marcher en direction du corps du Samui qui devenait peu à peu, que poussière de glace. Sa démarche était chancelante, mais il ne pouvait pas rater. Il voulait voir la flamme de la vie s’éteindre dans les yeux de l’impériale. La scène était digne des plus grands tableaux de ce monde. La Saibogu, en position dominante, marmonnant des paroles dictées par ses émotions. Le Samui, dos au sol, sans le moindre échappatoire, luttant intérieurement pour ne pas mourir et pour ne pas céder. Le regard du nécromant croisa brièvement celui du Samui avant que son coeur soit arraché par la guerrière écarlate. Ouvrant grand les yeux, il observa la vie ôter d’un seul coup du reste d’un Empereur maintenant déchu. Il vit cette flamme qui vacillait depuis de longues minutes, s’éteindre, à tout jamais. Samui Kakeshuou devint alors poussière qui fut rapidement balayé par le vent glaciale qui s’était installé sur les plaines du fer. La neige tombait lentement sur le sol chaud et ensanglanté. Cela faisait des années que des flocons n’étaient pas venu heurter le sol rocailleux des montagnes de Kaminari. A sa façon, le monde rendait un ultime hommage à l’homme qui l’a presque dominé.

Continuant sa marche funèbre, le Raïkage voulait s’approcher de Red, mais quelqu’un s’était déjà attelé à la tâche. Un impérial transperça le buste de la Saibogu dans une gerbe de sang à en faire pâlir un Ketsueki. Manzo tenta d’augmenter sa course, mais il trébucha à cause de se flanc toujours immobilisé. Se rattrapant avec son bras valide, il vit la même folie glaciale s’emparer de son allié. Tout se passa rapidement, mais le pauvre Shûkaijin qui avait tenté de venger son maître allait maintenant le rejoindre. La maîtresse de la technologie se releva lentement avant de s’adresse aux impériaux en clamant son nom et l’appropriation de cette victoire.

L’orgueil.

La gloire.

Pourquoi chercher toutes ces choses ? L’Homme a cru dans sa vanité que l’humanité serait éternelle. Le péché le plus horrible de tous. Est-ce ce qui te représente, Saibogu Red ? Est-ce tout ce que tu es finalement ? Dans un soupir alarmant, le manipulateur de la gravité ferma les yeux comme il détestait le faire. Il devait s’occuper de bien d’autre chose plus importante. Le jeune médecin brava d’ailleurs le silence monacal du champ de bataille en courant vers l’homme fort de Kumo pour continuer ses soins. Adressant un sourire au shinobi, l’agent du Daimyô se releva une nouvelle fois en s’adressant à ses hommes.

« L’Empereur est mort ! KUMOJINS ! Tuez ceux qui résistent et capturez les autres. Il est temps de reprendre nos terres ! »

Lentement, le manipulateur de la gravité se dirigea vers le corps inerte de Ketsuen et scella ce dernier ainsi que son sabre dans un parchemin. Même dans des moments sombres comme celui-ci, le Kadoria gardait toujours une part de pragmatisme et il se projetait déjà dans le futur, là où d'autre profitait de l'instant présent. Le jeune médecin soupira avant d'attendre une nouvelle fois que l'Ombre de la foudre soit stable pour reprendre les soins avec une dizaine d'hommes autours de lui pour assurer sa protection.

La vue de leur chef en poussière avait ôté toute volonté de combattre et quelques Shûkaijins avaient déjà fuit les plaines pour répondre la nouvelle ou tout simplement pour ne pas mourir. Les troupes alliées, elles, répondirent avec un cri faisant trembler le sol. La suite était toute écrite et l’encre ne sera pas noire, mais bien rouge.

Spoiler:
 



Anciennement

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 693
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: 01. Le premier jour du reste de leur vie Mar 13 Juin 2017 - 20:32


Que de malheurs, que de cruauté et d'injustices qui vivent en ce monde. Comment les dieux peuvent-ils toujours se regarder dans le miroir alors que, depuis le début de tout, ils guident leurs enfants vers le chemin de la mort, par le biais de la maladie, de la souffrance...

...de la guerre?

N'y a-t'il rien de plus horrifiant que la vision du monde entier qui tourne autour de soit. Ne plus faire la distinction entre ciel et terre alors que nos yeux se tournent vers l'obscurité éternelle, et que de nos entrailles jaillit le sang qui nous faisait vivre jusqu'ici? Que d'avoir une dernière pensée pour ce que l'on aime, ou ce que l'on aurait aimé faire, différemment peut-être, avant d'en arriver à la fin de son dernier souffle de vie?

Puis, dans le temps de le dire, en une seule fraction de seconde, la tête percute un sol teinté écarlate. Elle rebondit tranquillement suite à l'impacte de tout son poid contre la terre et les paupières se ferment à jamais. La vie quitte le corps. L'esprit s'évapore...tel est la mort.

___________________


-Ketsuen
...J'ai froid...

-Akuma Kudaku
PaAarcEe queEe tuuUu eeEs moooOort...

-Ketsuen
Alors pourquoi je t'entends encore...

-Akuma Kudaku
HaAaHAaAHAaaa...paAarceE quEe cEe n'Eest paAaas...TeEerminéÉé...HAAaAHaAAaHAaaaaaaaAaaah...


Qui aurait cru...

Qui aurait cru...

______________________

L'expression populaire dit que la vie ne tient qu'à un fil. Une citation dont l'auteur reste aujourd'hui inconnu, mais dont tous et chacun ont probablement déjà lu ou entendu. Imaginons alors que ce fil, d'une manière ou d'une autre...se fait couper. Évidemment, l'on pense tout de suite à la mort. Une marionnette qui perd ses fils devient inerte, sans vie...inutile. Sauf si...
...celui qui prend possession de la marionnette en rattache de nouveaux. Alors là, non seulement il redonne la vie, mais il devient l'absolu propriétaire de cette nouvelle vie...de cette marionnette. De cet...homme. Et c'est malheureusement ce que je suis devenu.

Un simple mort-vivant. Un homme sans droit. Un corps et une âme sans liberté ni conviction. Sans ambition...sans esprit...

...une marionnette...
...un cadavre à la solde de mon ennemi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

01. Le premier jour du reste de leur vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Actes :: Acte #7 : Extinction :: Arc 1 : Confrontation-