AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Veuve et écorchée[Kei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Chef Kawaguchi
Messages : 799
Rang : A


Message(#) Sujet: Veuve et écorchée[Kei] Lun 1 Mai 2017 - 2:24

-Tu n'es qu'un imbécile Amano.

L'imbécile. Le crétin par excellence, celui qui n'était qu'un faible. Perdu, marchant dans les pas de son maître qui ne le considérait que comme un objet. La relation entre les deux hommes était étrange mais elle, elle n'avait vu en ce pacifique qu'une raclure de plus. Un être dont elle ne serait jamais fière, elle se jouerait à la place de lui. Elle jouerait avec les sentiments le brisant pour mieux le reconstruire. En faisant de sa femme son amante elle avait plantée l'ultime couteau dans le dos. Elle lui avait donné une première raison de mourir, Amano avait encaissé. Encaissé pour mieux se reconstruire et du jeune homme frêle et lent à la détente, un Adam nouveau s'était dessiné. Il était devenu un fière Kawaguchi, et comment lui reprocher de choisir un village ou il se sentait à sa place. Un village ou il avait intégré une prestigieuse unité à la place d'un clan ou il était chassé. Un clan dirigé par celle qu'il détestait. Un clan qu'il avait juré de protéger malgré tout, et c'est ce qu'il avait fait. Son sacrifice avait prouvé à tous qu'il était au delà de la dignité et de l'honneur.

Et Elle, Tali l'observait apaisé. Elle qui errait dans les ruines depuis le retour de Kira, elle qui n'était que l'ombre d'elle même. Elle qui n'avait jamais rien fait, qui se défilait à la première difficulté. Qui abandonnait si facilement face aux obstacles, qui lançait des projets sans jamais les terminer. Elle qui s'était permise de juger un époux aimant, un défenseur de Kaze. Elle qui n'avait vue que ses objectifs et la gloire, lui avait surmonté tout ça. Lui était devenu le bouclier d'un pays tout entier. Lui qui avait donné sans broncher sa vie héroïquement parce que c'était son devoir. Parce que même en s'enfonçant dans la violence il n'avait jamais perdu de vue son objectif. Idéaliste un peu naïf était un plus grand guerrier que ne le serait jamais la Kawaguchi.

-Pourquoi Amano? Pourquoi espèce d'abrutis.

La question sans réponse la rendait folle. Réfugiée dans les ruines après sa cuisante défaite contre Kira, elle se terrait comme un chien galeux. Elle était devenue ce qu'elle avait toujours chassé. Une faible, indigne d'être Kawaguchi. Devant tout le monde Kira l'avait humiliée, sans vergogne celui qu'elle avait considéré comme un modèle. Celui qu'elle avait aidée à régner était revenue pour la remettre à sa place. Elle n'était rien et celui qui avait dompté Ichibi lui avait bien fait comprendre. Morte elle avait faillit l'être, morte comme une moins que rien. L'histoire retiendrait le nom du borgne mort pour sa patrie et son clan. Elle? Elle personne n'irait la pleurer, Kei ne méritait pas d'avoir une maîtresse si pathétique.

Faible, inapte à régner et surtout maintenant face au mort elle affrontait les terribles vérités qu'elle avait enfouies. Elle refusait de mourir, en ne mettant jamais sa vie en danger elle ne risquait rien mais n'obtiendrait rien. Elle ne frapperait jamais fort, son regard autrefois foudroyant était devenue vide et lointain, sa carrure fière n'était plus que celle d'une ombre recroquevillée à côté du cadavre qu'elle avait fait rapatrié dans les ruines. Elle pleurait, à chaudes larmes, elle pleurait cet abrutis qu'elle n'avait jamais estimé. Elle pleurait sa défaite, elle pleurait son jugement hâtif. Elle n'était pas une enfant de chœur mais la disparition d'Amano était un signe de plus de sa vanité. C'était sa faute si Kei était maintenant une veuve. Sa faute parce qu'au lieu de tendre la main et de se forcer, de se forcer à descendre de son trône de pacotille, elle n'avait fait que rejeter l'ancien élève de celui qu'elle avait remplacée.

-Tu dois bien rire de tout là haut, c'était donc ton objectif? Me montrer que tu étais à ce point supérieur? Tu as gagné du con. A quel prix? Tu laisses une veuve, pas d'héritiers. Tu laisses un vide. Tu veux que je le dise? Tu étais un Kawaguchi Amano, tu es un Kawaguchi plus que je ne le suis. Et tu as bien plus prouvé ta valeur que je ne le ferai jamais. Tu es parti au front autant de fois qu'il le fallait, et je n'ai jamais su reconnaître ta place. Je n'ai jamais su réviser mon jugement. Et tu n'es plus, mort pour quoi? Pour des idéaux? Jusqu'au bout tu as assumé tes idées. Protéger Kaze, tu es bien un protecteur du désert. Et si les ancêtres ne t'acceptent pas alors c'est que ces vieux croûtons n'ont rien comprit aux valeurs Kawaguchi. C'est toi le soldat ultime Amano. C'est toi le modèle que je voulais créer pour notre clan.

La gorge sèche elle alluma une cigarette en passant une main dans sa chevelure sale. Elle tapa du pieds dans le sable, Tali avait échouée c'était incontestable. Elle avait échouée et lui avait réussit. Semblable au grain de sable, elle avait promis du vent et n'avait récoltée qu'une tornade. Un ouragan nommé Kira, l'avait-elle méritée? Ce retour de bâton? C'était injuste mais la vie n'était jamais équitable. Une preuve de plus avec la mort du Kawaguchi. Elle n'acceptait pas sa disparition, il renvoyait une image qu'elle ne supportait pas. Alors elle hurla, dans les ruines son échos retentit. Tout était à refaire, à reconstruire. Mais elle ne pouvait pas se représenter devant le clan avec une image aussi pitoyable. Condamnée à l'exil? A vivre dans la peur, en attendant sa mort. En attendant que ses propres hommes les Inquisiteurs viennent la chercher? Et Kei? Kei si elle revenait du front subirait le jugement de Kira.

Mais si elle n'avait pas réussit à se protéger elle même, Tali ne pourrait rien faire pour aider son élève. Indigne jusqu'au bout, de nouveau les larmes la submergèrent. Et toute cette haine, cette colère qu'elle avait dirigée contre Kira se retourna contre elle même. Car elle était l'unique fautive, la seule responsable de ce qui lui arrivait. Si elle avait été plus forte alors la balafrée, alors l'ancienne chef de clan, ne serait pas ici à se morfondre sur elle même. Elle inspirait la noirceur et une forme de racisme presque naturel, une fierté mal placé et un égo propre aux siens. Tous, elle les avait tous mené par le bout du nez. Une farce, une mauvaise comédie rattrapé par la réalité. Rattrapé par ce qu'elle fuyait. Jamais, jamais elle n'avait réellement eu à se battre pour sa vie. Même l'attaque surprise des Konohajins n'avait pas réellement mit sa vie en danger. Kira ne l'avait pas tuée, pour l'humiliée mais dès qu'il reviendrait cela ne tarderait pas. Resterait-elle ici à pleurer et à montrer ce qu'attendait son ancien coéquipier? Un visage triste, terrorisé et apeuré. Pour sur qu'il en tirerait profit montrant à tous ce qu'il en coûterait de le trahir.

Ou alors elle pouvait se battre, se battre pour récupérer ce qu'elle considérait comme sien. Sa place et bien plus, car si elle n'avait pas affronté Rokubi elle avait déniché des secrets. Piètre consolation en comparaison du prix qu'avait payé le clan. Ou alors elle pouvait s'inscrire dans l'Histoire. Il n'était jamais trop tard, la mort d'Amano serait une cicatrice béante mais elle pouvait s'éviter d'agoniser. Kei la répudierait si elle voyait sa maîtresse dans un si piteux état. Tous ne la craindraient plus, alors que si elle revenait. Alors que si elle revenait pour affronter Kira, même en perdant, alors ils sauraient. Ils sauraient tous ce qu'elle était réellement. Une Kawaguchi fière, venant en redemander après une cuisante défaite.

Elle était Tali, avec des ambitions démesurés. Avec une envie de prouver au monde entier, que c'était elle. Elle qui dirigerait, elle qui marquerait son temps et les siens. Ou alors elle pouvait mourir en essayant. A vaincre sans péril on triomphe sans gloire, et elle voulait la gloire. Mais jamais sans périls, elle avait refusée le danger. Elle avait abandonné dès qu'elle avait perdue. Elle s'était appropriée un post important sans combattre, parce qu'elle n'était qu'une charognarde attendant un moment d'absence pour prendre ce qu'elle désirait. Un bout de viande, un morceau de luxe qu'elle avait abandonné aux premières traces de pas d'un plus gros prédateur. Elle ne dominait la chaîne alimentaire qu'en absence des vrais rois.

Plus maintenant. Elle hésitait, la tête entre les mains à tirer sur sa cigarette tandis qu'elle croyait entendre murmurer Amano. Que disait-il? La blâmait-il? Se moquait-il? Il avait toutes les raisons du monde de se lever, de l'emporter dans la tombe. De la condamnée à une morte oubliée, à disparaître de la surface du globe parce qu'elle avait fauté. A plusieurs reprises. Parce qu'au fond la peur de perdre était plus forte que l'envie de gagner. La mort la terrorisait, elle qui la connaissait si bien. Elle ne voulait pas finir comme ses cadavres, manipulée par un futur shinobi anonyme. Non, la mort lui faisait peur et encore plus le sentiment de ne rien avoir fait alors qu'elle avait les moyens. Tali rongeait son frein, elle avait patientée et au moment qu'elle croyait idéal Il était revenu. Pour lui montrer, pour lui montrer en vérité le chemin à suivre. Celui tâché de sang, de son sang mais aussi celui de ses adversaires. Il n'y avait pas d'autres solutions, elle se disait guerrière en affrontant des ennemis indignes de son rang. Et quand bien même elle prenait du plaisir à triompher des faibles, parfois il fallait affronter plus fort. Et si la mort l'emportait alors tant pis. Mais au moment essayer.

Essayer parce que son ambition dévorante ne lui laisserait, hélas, pas le choix. Elle visait plus haut, et pour y parvenir pour y parvenir elle devait emprunté le même chemin que celui du borgne. Le danger, en permanence. Ne jamais se sentir en sécurité, ne jamais être prit de court. Pouvoir faire face aux imprévus. Parce que si elle avait réellement affronté Kira, si tout de suite au lieu de parlementer elle avait attaquée l'issue en aurait peut-être été différente. Mais si elle ne disposait pas du pouvoir de réparer ses erreurs, et elle ne le désirait pas. Peut-être, espérait-elle, possédait elle le pouvoir de façonner son destin. Sans fuir, plus jamais. S'endurcir pour ne plus fuir, ne plus abandonner en chemin ni faire marche arrière. Sinon elle reviendrait à sa situation actuelle, les ruines et rien d'autre. Une existence vide de sens, une existence médiocre. Tali ne l'était pas, elle avait doutée un instant. Mais finalement.

-Merci Amano.

Ces mots sincères achevèrent de la remettre sur le bon chemin. Elle se leva, maigre mais avec de nouveau un regard luisant. Sa première leçon était plus que jamais adaptée à la situation. Ne jamais montrer ses faiblesses devant autrui.

Kei ne la verrait jamais trembler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 403
Rang : B


Message(#) Sujet: Re: Veuve et écorchée[Kei] Lun 1 Mai 2017 - 23:48


Elle était revenue chez elle après les « petits désagréments » causé par des êtres dont elle aurait préféré se passer. Kei n'avait pas rejoint Shigo comme elle l'avait annoncé, elle s'était fait brièvement soigner mais avait faussé compagnie aux shinobis en court de route pour revenir dans son pays.
Le bras en écharpe, qu'elle devait aux soins de premier secours, la rousse souffrait silencieusement et impassiblement. Son visage était livide, comme si son action ne l'avait pas assez contenter. Quelle ville avait été touché déjà ? Ha oui Mamushi, à l'occasion elle y passerait.
Ses pas la conduisirent, lentement, vers un premier Oasis où elle décida de s'arrêter pour prendre soin d'elle. Qui la chercherait de toute manière ? Son mari ? Son chef de clan ? Tali peut-être, avec un peu de chance.
Soignant son bras, la Kunoichi repartit lorsqu'elle se sentit mieux, non sans une pointe douloureuse dans son cœur qu'elle n'expliquait pas.

A Suna, elle s'identifia à la voie illusionnée tout naturellement, puis se rendit dans leur maison. Ce qu'elle y trouva la fit grincer des dents. Qui étaient-ils tous ? Et pourquoi fouillaient-ils dans leurs affaires ?
Elle eu bientôt ses réponses, dont une qui la laissa tomber comme une feuille morte sur le sol, les mains devant elle, la mine basse.
IL était mort. Pourquoi, comment et, pourquoi l'avait-il abandonné ainsi ? Avait-il était faible ? Ou au contraire, avait-il fait front et avait-il était l'un des meilleurs ?
Un sourire amer déforma les traits gracieux de son visage alors qu'elle observait le plus vieux des trois protagonistes dans sa demeure. Kei leur donna l'autorisation de tout fouiller sans retenue et mentionna même sa volonté de ne plus jamais remettre les pieds ici. Qu'ils fassent ce qu'ils veulent après tout.
Venant serrer de sa main valide un pan de sa tunique, la rouquine passa se changer, non sans mal et douleur puis ressortit cachée de la tête aux pieds par la cape de l'Inquisition Kawaguchi. Un dernier regard envers ses frères et sœurs par alliance, la fille du désert tourna les talons et partit en direction des ruines. Elle pourra peut-être y trouver les réponses à ses questions et vider son sac.

Cette fois, la kunoichi marcha, traînant les pieds dans le sable, trébuchant, tombant. La dureté du Soleil en ce jour lui devenait insupportable et la souplesse du sable sous elle ne l'aidait pas à mieux se sentir. Tout se dérobait autour d'elle, toujours, inéluctablement. Elle finissait toujours par perdre ceux qu'elle aimait plus que tout.
Sa tante, son mari... qu'elle ne perde pas Tali ou elle ne répondait plus de rien, Kawaguchi ou non. Ses iris vertes se levèrent vers le Soleil éblouissant, trop chaud, trop brûlant, trop désagréable. Un sanglot sec lui coupa la respiration pendant deux longues secondes et elle s'écroula à genou, recroquevillée sur elle-même, la main serrant trop fortement sa cape au point de s'en planter ses ongles dans sa peau.

- Ama...no... pourquoi... mon amour... ?

Ils lui avaient dit ce qu'ils savaient, qu'il avait permis de sauver peut-être le monde d'une menace plus grande qu'elle ne saurait l'imaginer. Le plus âgé avait même assuré que s'il avait vaincu eux auraient perdu.
Mais même en sachant cela, même en connaissant tout les tenants et aboutissants, cela ne lui rendra pas son homme. Son sourire dans sa tête, sa douceur envers elle, ses mots toujours pour l'aider à avancer, sa force alors que tout autour de lui s'effondrait. Il s'était relevé après être tombé, il s'était encore relevé quant elle lui avait tourné le dos pour rester auprès de Tali, il avait été fort et fier lorsqu'il avait remarqué qu'elle ne portait plus leur enfant, sans jamais lui rejeter la faute. Amano avait été ce qu'elle avait toujours voulu d'un homme, sans avoir cette bestialité que parfois elle aimait pourtant.
Ses yeux s'embrumèrent et sa voix s'étrangla en longs sanglots. Dans ce désert aride elle avait froid. On lui avait retiré une partie d'elle et enfin elle venait d'en prendre conscience. Son mari avait donné sa vie pour eux, peut-être pour elle, pour son maître sans doute, celui qu'elle haïssait plus que tout mais par respect pour Amano ne dénigrait jamais en public.

- Comme je te... connais... tu as encore du... faire ton héro... pour avoir le beau rôle... as-tu seulement pensé... à nous ? A moi... ? Amano...

Un long frisson la saisit tandis qu'elle tentait vainement de se redresser. Le sable vola autour d'elle. Kei n'avait ni la force de se servir de son talent ni celui de faire bouger son corps. Son esprit était brisée et pourtant, ne serait-ce que pour elle, il fallait que son corps lui obéisse, une nouvelle fois, une dernière fois.

- Je ne.. flancherais pas... pas maintenant ! Tati... où que tu sois... Amano... si tu veille sur moi... regardez moi encore... juste un peu...

Redressant son corps, la main valide ramassant une poignée de sable, un sourire se posta sur ses lèvres.

- Je ne renoncerais jamais.

Elle avait eu peur dans son combat, peur de mourir, est-ce que lui avait eu peur de la mort ? Sans doute, c'était une question dont elle ne trouverait jamais la réponse. Relâchant sa poignée de silicium sous une brise qui l'emporta devant elle, Kei rassembla son courage et se releva, les jambes chancelantes. Elle tint bon et reprit sa route vers les ruines, là où ses ancêtres et aussi ceux d'Amano reposaient.
Pourquoi les Ruines ? Parce que c'était un peu chez elle et que même si le désert avait été témoins de sa volonté, elle voulait le montrer à ses parents. Peut-être trouverait-elle aussi dans ce lieu de recueillement quelques uns des siens à qui elle pourrait apporter du réconfort.

Lentement, ses pas la firent avancer alors que le vent effaçait dors et déjà son passage sur ce lit doré.

Enfin, elle les repéra, enfin, elle touchait au but.
Foulant un sol plus dur que celui du désert par endroit, la rousse avait un visage fier, pas celui d'une veuve, pas celui d'une femme, mais bien celui d'une Kawaguchi.
Prenant garde aux quelques pièges résiduels, elle s'enfonça dans les dédales jusqu'à la Grotte aux Lucioles. La lumière douce finit d'apaiser la jeune femme qui remarqua un peu plus loin une silhouette plus que familière.
Ses lèvres mimèrent son nom alors qu'elle s'avançait vers elle, lentement. Chacune d'elle avait apprit la mort d'Amano, chacune d'elle savait comment et pourquoi il était mort. Chacune d'elle avait fait face, à sa manière.

- Bonjour, maîtresse...

Murmura-t-elle d'une douceur que la blonde ne devait pas encore lui connaître. Profiter, chérir les moments de bonheur lorsqu'ils nous tendent les bras. Se remémorer que la vie est courte et précieuse.
De sa réflexion, Kei n'avait rien entendu, de sa faiblesse, elle n'avait rien vue. Quand elle était arrivée, Tali était déjà debout, droite et fière.

- Je... je suis heureuse de vous savoir vivante...

Qu'en savait-elle que sa chère maîtresse n'avait pas participer à la bataille sur le front ? Elle qui croyait si fortement en elle. Elle ne pouvait nier avoir eu peur pour elle, comme elle ne pouvait nier avoir eu peur de mourir.
Mais, maintenant qu'Amano n'était plus, Kira n'avait plus le moindre soutiens, et il redevenait une chose dont elle aimerait se débarrasser pour de bon. Autant donner le loisir à son défunt mari de revoir son maître adoré... et puis, se serait un moyen de se défouler. L'enfermer dans une illusion, le faire courber l'échine juste pour ses belles courbes à elle. Une perspective qui la faisait jubiler d'avance.

- Ma tendre maîtresse... reprenons donc ce qui vous revient de droit... votre place à notre tête. Mon mari mort, son maître n'obtiendra plus aucun soutiens des nôtres... et j'y veillerais personnellement.

Kei savait pourtant qu'elle devait à Kira ce qu'Amano était devenu. Mais, c'était plus fort qu'elle. Kira n'était rien, un parasite tout au plus, une chose dont on veut se défaire, un ennemi à abattre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Chef Kawaguchi
Messages : 799
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Veuve et écorchée[Kei] Mar 2 Mai 2017 - 21:03

-Comment peux-tu penser à mes intérêts Kei en cet instant?

Elle passa ses mains sur les joues de Kei. L’étreignant, l'attirant dans ses bras. Étouffant par la même occasion ses propres pleurs, mordant sa lèvre inférieure elle resta un instant dans cette position avant de briser le silence et la passion qui les réunissaient. Kei marquait un point, Amano était le principal supporter et défenseur de Kira, sans lui le blond n'était plus rien. Pas après avoir reprit d'une manière aussi brutale son trône, Tali était encore dans les esprits de chacun. Du moins elle l'espérait, elle observa le corps d'Amano et détourna instantanément le regard. Elle alluma une cigarette, embaumant le corps de l'odeur de la nicotine. Amano reposerait ici en attendant qu'on lui donne des funérailles adéquates. Des funérailles digne des plus grands héros du clan, et ce serait elle la balafrée qui présiderait la cérémonie. Posant une main sur le sable et en prenant une poignée dans sa main elle le manipula pour l'inclure dans un sceau. Le posant sur le cercueil du borgne, refermant le corps afin d'éviter qu'il ne pourrisse. Le sable le préserverait, comme dans la vie, le sable à jamais serait sa demeure.

-J'ai pleurée la mort de ton époux Kei.

La vérité faisait parfois plus de mal à entendre que nécessaire. Elle avouait sa faiblesse à son élève, son élève qui ne l'avait pas rejoint pour voir sa maîtresse se lamenter. Mais elle n'avait pas dit qu'elle le pleurait encore. C'était il y a quelques instants et pourtant déjà cela ne se reproduirait pas, parce que personne d'autre sous sa juridiction ne disparaîtrait sans qu'elle n'intervienne. Ses poings se fermèrent et son regard colérique se manifesta de nouveau, le clan avait besoin d'être guidé. Et Tali avait besoin de dirigée, dans ses veines à présent ne coulait pas le sang d'une dirigeante hors normes mais d'une ambitieuse Kawaguchi. Elle avait été le pantin des anciens, expérimentation ratée et aujourd'hui en observant la rousse derrière elle, Tali savait. Elle savait qu'elle avait réussit à trouver une génération qui la suivrait jusque dans la tombe si nécessaire. Avoir des êtres prêts à se sacrifier pour vous est probablement meilleur richesse que l'or d'un pays. Des gens de confiances, avec les reins solides. Kei se remettrait douloureusement de la disparition de son époux mais elle survivrait. Parce que Tali ne lui laisserait aucun choix.

-Nous allons reprendre le clan Kei. Je ne ruminerai pas une vengeance à côté de ton époux, ce serait lui faire affront. Il n'a jamais été intéressé dans les conflits claniques pour un morceau de pain et maintenant je comprend pourquoi. Pourquoi me contenter d'un clan quand je peux diriger un pays? Quand je peux contrôler ceux qui sont tout autant responsables de sa mort que Kira l'est.

Elle avait volontairement retiré son nom de la liste, il ne servait à rien de se mettre dans le même panier de ceux qu'elle châtierait. Pas besoin de faire pénitence et de se flageller, elle donnerait les coups de fouets sans jamais en recevoir. Les Kawaguchis dirigeaient le désert, et bientôt comme sous le règne de la sang-mêlée Kaze plierait sous la volonté d'un des leurs. Son regard carmin dévisagea celui de Kei, observant les blessures de son élève. Elles ne pouvaient pas réapparaître comme ça devant une assemblée qui n'attendrait qu'un combat de plus. L'une ressemblait à une blessée de guerre et l'autre à une sans-abris. Hors de question de revenir en loques, se traînant par l'épaule. Kira ne ferait pas deux fois l'erreur de laisser Tali en vie. Alors elles devraient se soutenir et tant pis si les règles du duel étaient brisés. Il n'y avait aucune limites ni règles à suivre pour atteindre ses rêves et objectifs.

-Mais d'abord il faut soigner son apparence n'est ce pas? Laissons Amano se reposer, allons nous préparer Kei.

Elle tira par la main, valide, son élève et l'entraîna à sa suite en direction d'une source d'eau. Manipuler le suiton avait des effets positifs, et le gain de temps en faisait partie. Elle se nettoya, l'eau ne la purifia pas. Personne ne pouvait lui retirer ses fautes, et ceux qui croyaient se purifier faisaient fausse route. On ne pouvait faire disparaître les erreurs, et péchés de chacun. Tout au plus les dissimuler et se donner bonne conscience. Mais elle n'avait jamais possédée une conscience altruiste, pas depuis sa rencontre avec le blondinet en tout cas. Lorsqu'elle émergea de l'eau elle rayonnait de nouveau, sa longue chevelure blonde descendant au niveau de ses hanches. Son regard rubis brillant de nouveau et son corps entier ruisselant. Elle craqua ses articulations et attendit que Kei finisse de se préparer.

-Habille moi, des plus beaux habits que tu trouveras.

Elle désigna sa malle de vêtements, la seule chose qu'elle avait emportée avec elle. Elle ne s'en était pas servie, préférant rester dans la crasse qu'elle associait à son échec. Mais dès lors qu'elle avait décidée de retourner auprès des siens alors il fallait de nouveau être Tali. Tali qui ne laissait rien passer, Tali qui se prenait pour une Reine qu'elle n'était pas. Kawaguchi Tali, manieuse des sables et dirigeante des rois du désert. Kawaguchi Tali de nouveau sous les feux de la rampe pour ne les quitter qu'en disparaissant pour de bon. Échouer ou réussir, l'entre deux n'était plus admissible.

-Nous partons tout de suite après. Direction le clan, j'enverrai des clones réunir les Inquisiteurs entre temps. Nous prendrons d'assaut le Temple, nous tuerons les opposants. Seulement ceux qui désirent se battre.

Elle dévoila son plus mauvais sourire, ensorcelée, possédée de nouveau par l'ambition sans jamais être injuste.

-Et je veux que tu finisses le travail aux ruines ensuite. Et rajoute un halle des héros. Amano sera le premier d'entre eux.

En avant, en avant et si elles rencontraient Kira elles le tueraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 403
Rang : B


Message(#) Sujet: Re: Veuve et écorchée[Kei] Mer 3 Mai 2017 - 22:20



L'accolade la laissa surprise mais elle ne la refusa pas. Comme Tali sembla en avoir besoin, de son côté Kei en redemandait. Sa main libre vint se glisser furtivement dans le dos de sa maîtresse qu'elle laissa mettre fin lorsqu'elle l'entendit à leur rapprochement physique.
Observant la blonde du coin de l'oeil, la cadette des deux femmes posa ses iris vertes sur le corps de son défunt mari alors qu'elle laissait Tali saisir le sable sur le sol, comme une promesse. Le sceau fait sur le cercueil d'Amano la laissa perplexe, mais elle n'avait à s'inquiéter à son sujet. Maintenant qu'il n'était plus, elle pouvait bien faire ce qu'elle voulait de son corps. Kei n'avait besoin que de le garder dans sa tête, quand bien même sa disparition était récente et qu'il lui laissait une plaie béante au cœur et à l'âme dont elle ne trouverait jamais un remède pour les refermer.

Les mots de la blonde lui donnèrent un peu de baume au cœur. Si elle avait pleuré pour lui c'était qu'elle l'estimait plus qu'elle ne lui avait montré de son vivant. Un sourire s'afficha, sincère, sur le visage de la joueuse aux cheveux de feu. Le regard qui s'en suivit termina de conforter la rousse quant à sa place à ses côtés. A elles deux, quitte à être seule face au clan entier, elles démontreront à tous la véritable voie des Kawaguchi. Serrant à son tour son poing, laissant au repos son bras blessé, Kei écouta studieusement les mots de sa maîtresse.

- Je crois qu'en cet instant... il nous sourirait sincèrement...

laissa-t-elle entendre à la suite des paroles concernant leur avenir. Les Kawaguchi dirigeront le pays, cela coulait de source pour la rouquine qui n'attendait finalement que cet élan pour faire jouer ses talents de séductrice et manipulatrice.
Rabattant le pan de sa cape d'Inquisitrice sur elle, une étincelle de malice brilla au fond de regard de jade avant qu'elle n'incline sa tête respectueusement.

- Allons redonner tout son éclat à notre clan. Dusses-je faire tomber Kira sous un Genjutsu des plus bas instincts pour le salir publiquement.


Elle s'en sentait la force, comme si au fond d'elle la fille du sable savait qu'il ne saurait pas résister à un tel charme, ne serait-ce que parce l'image qu'elle avait de lui était un mâle tout ce qu'il y a de plus primitif. En cela il ne méritait que son mépris le plus complet.

- Quant à mon époux...


Un fin sourire s'accrocha le temps d'une seconde, furtive.

- Il a tout le temps pour se reposer maintenant. Il a fait sa part des choses, je crois.


Se laissant entraîner à la suite de Tali, elle sentait un poids de ses épaules se lever à mesure qu'elles s'éloignaient de ce lieu de recueillement.
Devant l'attitude qu'arbora sa douce amante, Kei épousseta soigneusement ses habits, coiffa sa tignasse de feu et noua sur un côté sa cape en laissant apparaître seulement son bras qui n'était pas blessé. Elle n'avait pas honte d'avoir cassé ses os ce jour là, pas honte non plus d'avoir laissé faire son camarade Konohajin du moment. L'heure venue elle clamerait haut et fort ce qu'elle avait accomplit pour que tous craignent les Kawaguchi si tenté que des fous osent douter de leur puissance.
Prête, elle se tourna vers la blonde qui lui demanda en désignant une valise de lui trouver une tenue digne de la cheffe des manieurs de sable. Voilà un travail qui lui plaisait, sublimer les autres physiquement. Elle était coquette, elle aimait mettre son corps en valeur alors, mettre celui de la femme qui ravit ses désirs les plus ardents ne saurait être difficile.

Ouvrant avec délicatesse la valise, elle déplia tout le linge, petit à petit, associant les hauts, les bas, les ornements. Bientôt, elle fit son choix.

- Vous vous devrez d'être parfaite en toute circonstance.

Commença-t-elle en venant la débarrasser de ses vêtements trempés. Faisant naître une toute petite flamme entre ses doigts, elle passa ses mains proches du corps de sa maîtresse pour la sécher rapidement sans la brûler.

- Pour les Ruines, elles avancent bien, la plupart des couloirs sont dors et déjà dégagés et les pièges désamorcés. Les plus aguerrit on envoyé des rafales de clones pour tâter le terrain et éviter les morts et blessés inutiles. C'est en cours, faites-moi confiance. Et le Hall des Héros verra le jour comme vous venez de me le demander.


Tout en répondant, elle était venue passer le pantalon noir ainsi que la cuissarde et la botte ainsi que placer les ornements pour sublimer les hanches de la blonde.

- Je ne sais pas si beaucoup soutiendront le retour de Kira... J'ai eu de bons échos vous concernant lorsque je faisais mes rondes aux Ruines pour vérifier l'état d'avancement.

Elle lui passa le haut sans manche avec un splendide décolleté, caressa ses mains lorsqu'elle lui enfila les gants et termina en déposant sur ses épaules un long manteau. Blanc, Noir et Or. Telles étaient les couleurs qu'arborait maintenant la Cheffe des Kawaguchi.


Le jeu d'échec était en marche. A elles de démontrer leur volonté... à elle de démontrer que le désert ne répond qu'à celui qui est prêt à tout lui céder sans concession.

- Maîtresse, il me tarde de voir leurs visages suite à notre arrivée. Laissez-moi envoyer quelques uns de mes clones quérir les Inquisiteurs en poste à Suna.


Sur ces mots elle en fit apparaître 5 qu'elles fit disparaître sitôt après leur apparition. Suna et ses alentours. Elle en avait laissé quelques uns en poste pour surveiller la ville militaire. On est jamais trop prudent.

Tout en invitant Tali à se mettre en marche, elle resta un pas derrière elle, le regard droit. Amano, soit fier d'elles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Chef Kawaguchi
Messages : 799
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Veuve et écorchée[Kei] Mer 10 Mai 2017 - 2:19

-Si tu y tiens, réunis donc ceux dans le village. Je me charge des autres, d'ici ce soir mon blason flottera de nouveau dans le Temple. D'ici ce soir, le clan sera entre nos mains ou nous aurons rejoint ton époux. Et je ne veux pas apparaître devant lui ainsi, indigne et médiocre.

Elle emboîta le pas de Kei, ne lui adressant aucun regard alors qu'elles sortaient des ruines. Son premier réflexe fut de porter une main au niveau de ses yeux, la lumière l'aveuglait. Elle avait vécue comme une troglodyte pendant un moment, il était donc normal de fuir les rayons du soleil vengeurs. Fuir, le mot provoqua la réaction désirée. Elle cessa de se protéger du ciel et du désert et laissa sa vue se troubler un instant. Lorsqu'elle ouvrit de nouveau ses paupières son regard carmin avait de nouveau le droit d'observer dans toute sa splendeur l'infinité sableux qu'était Kaze. Elle laissa la chaleur irradier de nouveau son corps, son premier réflexe la poussa à manipuler le sable qui l'entourait. Comme pour être sur, sur que le désert l'acceptait encore.

Et le désert l'acceptait de nouveau, comme le clan accepterait son retour. Elle ne laisserait pas le choix ni à l'un ni à l'autre, sa main droite attrapa une cigarette qu'elle glissa entre ses lèvres. L'allumant, et crachant la nicotine, Tali tourna légèrement la tête en direction de son élève. Un léger sourire en coin, si le doute avait l'avait assaillit pendant de nombreux jours aujourd'hui elle était de nouveau prête. Sa main gauche se ferma et son poing tâta le sable en dessous de ses pieds. L'instant d'après, une plateforme se formait et tandis qu'elle se laissait tomber au sol, le sable la rattrapa. La technique englobait également Kei, qui se retrouva poussée par un bras sableux en direction de sa maîtresse. Assise sur un fauteuil tandis que la rousse se contenterait de la plateforme. Un petit détail, qu'avait prévu Tali afin de couper définitivement cour à cette période morose dans les ruines. Le but étant de provoquer une réaction de la part de la chanteuse. De détendre la veuve qui semblait déborder d'une énergie négative, la balafrée avait déjà vu les dégâts d'une rage non maîtrisé sur son défunt mari. Et il était hors de question qu'elle perde l'Inquisitrice en chef alors qu'elle en avait le plus besoin. Il fallait donc la distraire au maximum, évacuer la tension en trop qui ne ferait que la gêner.

-Ne laisse pas ta colère prendre le dessus sur ton sang-froid. Tu es mon élève, mon bras-droit et l’Inquisitrice en chef. Laisse le désert t'apaiser Kawaguchi Kei, je n'ai déjà que trop vu le destin de ceux dont les sentiments entachaient la vision. Nous devons être méthodiquement irréprochable, frappons comme des instruments mortels. Les armes n'ont pas d'émotions, elles tuent sans distinction ni raisons. Tu es mon glaive, le majestueux glaive qui éventrera mes adversaires. Tu es l'arme sur laquelle je bâtirais quelque chose de grandiose. Tu ne dois pas t'émousser alors que rien n'est prêt.

Elle déposa un baiser dans la chevelure de la rousse. Deux femmes, deux femmes rapprochés par des événements tragiques. Deux femmes avec une même motivation et un objectif commun, un but qui dépassait les limites du sang et d'un pays. Deux Kawaguchi, elles allaient toujours par deux. La maîtresse et l'élève, ensemble elles instaureraient une ère nouvelle pour les manieurs de sables. Et le sang coulerait, dès ce soir. La purge commencerait réellement, le goût du sang tout ceci manquait grandement à la nécromancienne. Comme si ses muscles étaient atrophiés en dehors de l'adrénaline que procurait chaque affrontement.

Et Tali se clona, et chacune de ses copies se dirigea vers une planque des Inquisiteurs. Et la grandeur d'antan se mit de nouveau en route, quelque chose de majestueux et de terrifiant. Et à mesure qu'elles se rapprochèrent du Temple. A mesure que le sable se défilait sous la plateforme, des ombres surgirent du désert. De plus en plus nombreuses, ils répondaient majoritairement présent à l'appel de leurs créatrice et de sa complice. Et ceux qui n'étaient pas présent en payeraient le prix fort. Ce soir elle terminait d'être une figure autoritaire, une cheffe de clan despotique mais qui n'agissait pas en accord avec son discours.

Ce soir le sang coulerait, et si elle devait rendre les Kawaguchis exsangue et réduit à une fraction alors. Alors sans aucune hésitation elle le ferait, même si elle devait condamné son clan au bord de l'extinction elle s'assurerait que chacun des survivants adhère à son idéologie. Une idéologie qui se propagerait bientôt dans tout Kaze, pour les clans inférieurs et les classes inférieurs. Même les civils, véritables moutons de la chaîne alimentaire des shinobis crieraient dans tout le pays qu'ils étaient fières d'être manger par des prédateurs Kawaguchis. La doctrine du Soldat Ultime prônerait sur tout le reste.

Il ne manquait qu'une seule précision. Et lorsqu'elle posa le pied sur les marches du Temple elle le remarqua de suite. Il ne manquait qu'une seule chose pour que le tableau qu'elle dessinait soit parfait. Elle avait construit une statue pour Kira, elle voulait lui construire une religion. Elle avait été sotte, c'était elle le Messie de son clan. Elle l'apôtre des siens, elle qui guiderait les siens vers une terre promise. Elle qui effectuerait des miracles. Elle ramenait déjà les morts à la vie, elle transformerait bien un océan en un désert aride si il le fallait.

Car désormais Tali serait indispensable au sien. Et alors seulement, seulement quand ils ne se passeraient plus d'elle. Seulement à cet instant, son règne commencerait pour de bon.

-L'Histoire nous attends Kei, ne la faisons pas attendre.

Et elle entama l'ascension, dans son dos ses fidèles acolytes. Une marée sombre, et elle ne poussa pas les portes du Temple. Non, elle dégonda l'entrée. Et son regard se fit vide, son corps se transforma en instrument de sa colère. Et ses yeux cherchèrent Kira. Elle l'attendait, elle voulait se battre qu'on lui donne enfin la légitimité qu'elle recherchait depuis tout ce temps. Qu'on donne au fauve un morceau de viande ou elle passerait ses crocs sur chaque être vivant entre ces murs. Et lorsqu'elle entendit la phrase fatidique, elle éclata de rire. Puis devant le sérieux et la peur des interlocuteurs, elle se renferma sur elle même. Une deuxième fois? Et il allait revenir de nouveau pour la tuer? Non, non le serpent se mordait la queue. Non elle ne pouvait l'accepter! Le ton qu'elle utilisa alors, semblait sortir de la voix d'un revenant. Son regard se perdit un instant dans le vide.

-Kei, envoie quelqu'un chercher Kira.

Elle avança en titubant légèrement, ivre d'un combat qu'elle n'avait pas menée. Le sable qui sortait de ses manches attrapa alors le trône et l'explosa. Le Temple était un endroit du passé. Le futur, c'était elle et sa vision. Elle ne continuerait pas de vivre dans un endroit qui ne lui appartenait pas.

-Si quelqu'un s'oppose à ma volonté. Qu'il prenne rendez-vous avec les Inquisiteurs, je n'ai guère le temps pour des revendications de second rangs. Si quelqu'un s'oppose à mon retour, qu'il parle. Mais je vous assure que lui et sa famille passerons un mauvais quart d'heure après mon intronisation. Car je vous le dis, je suis revenu pour guider mon peuple et mon clan en terre promise.

Le silence dominait encore l'assemblée.

-Les ruines seront bientôt prêtes à accueillir les premières familles. La cité des Kawaguchi, est sur le point de sortir de terre. C'est là que nous résiderons, pour les années et les siècles à venir. Si les séparatistes veulent s'exprimer c'est maintenant ou jamais.

Jamais donc au vu du silence de mort.

-Et si Kira revient, alors combat il y aura. Encore et toujours, jusqu'à ce que l'un d'entre nous deux meurt. A la différence prêt que cette fois je serai nettement moins polie que la dernière fois.

Son sourire malsain refit surface de nouveau.

-Kei, trouve moi les anciens Kawaguchis. Et tue les.

Et elle sortit du temple. En attendant que sa disciple la rejoigne. Elles avaient à parler de nouveau.

Par deux elles allaient, maîtresse et élèves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 403
Rang : B


Message(#) Sujet: Re: Veuve et écorchée[Kei] Lun 15 Mai 2017 - 23:09


La main que sa maîtresse de toujours avait porté à ses yeux lorsqu'elles avaient quitté leurs terres la fit sourire doucement. Décidément, cela faisait bien trop longtemps que Tali s'était recluse loin de Kira.
Puis, elle se laissa envahir par le Soleil et le sable avant de se laisser de nouveau tomber dans le vice de ses cigarettes. Kei ne cessa de l'observer, tout le long. Elle était, elle est et elle sera celle sur qui Tali pourra toujours compter à partir du moment où l'amour ou du moins l'attention qu'elle lui vouait était réelle.
Kei, Kawaguchi aux cheveux de feu. Tali, Kawaguchi aux yeux de feu. Elles étaient unies par un lien tout particulier, pour le meilleur et pour le pire.

Le sable obéissait et obéirait toujours à la blonde, après tout, elle était l'une de ses enfants, pourquoi une mère renierait-elle son enfant ?
La rouquine laissa le sable porter sa maîtresse alors qu'elle venait à ses côtés, s'asseyant sur la petite plate forme, venant poser une main sur le genou de Tali, avec douceur, tout en la regardant, elle et non pas le désert qui défilerait sous leurs pieds.
Elle buvait les mots comme elle boirait un poison si la blonde le lui demandait. Pour elle, maintenant plus que pour quiconque, car les sentiments qu'elle avait pour son mari s'étaient envolés avec lui, elle soulèverait le mont Kaze s'il le fallait.

- Maîtresse, je ne me briserais pas pour la perte d'un homme, pas plus que je ne me suis brisée plus d'une journée pour la perte de ma descendance. Je trouverais, au moment opportun, un géniteur digne de ce nom, un qui sublimera le sang qui est le nôtre et qui donnera force et puissance à l'enfant que je porterais. Mais pour le moment il n'est pas temps. Il est temps de montrer à tous qui vous êtes et qu'il est hors de question que cette chose qui fut le maître de mon défunt époux reste maître du clan qui est le nôtre.


Sa voix trancha, comme son regard brilla, d'une force qu'elle gardait enfouie en elle la plupart du temps. Il était plus utile de jouer la femme faible à protéger, celle dont on doit faire attention pour ne pas qu'elle se brise. Les hommes aimait à se savoir plus puissant, utile et beau devant les dames, elle l'avait apprit au fil de ses observations. Et aucun de ceux qu'elle avait croisé n'avait fait exception.
Elle laissa la blonde libre avec elle. Elle l'était, libre, après tout.
Kei laissa le sable les guider doucement mais sûrement vers le lieu de leur soulèvement, une fois encore. Une femme à la tête du clan, une femme à la tête de l'unité secrète, une femme à leur côté pour les aider, il ne manquait plus que cela. Une femme de confiance, une autre.


Sur les marches du temple d'Ichibi, la rousse releva son regard vert vers le sommet et laissa un fin sourire orner son visage.

- Il est temps maîtresse.

Fit-elle pour appuyer ses mots et avancer à sa suite alors que petit à petit leurs hommes gonflaient leurs rangs. Marches après marches il en arrivait toujours. Les Inquisiteurs avaient une fois de plus répondu présent, obéissant à leurs seules maîtresses.
Mais, ce qui aurait du avoir lieu laissa place à un vide, une salle vide, un trône vaquant. Une victoire sans douleur, un combat sans sang. Le regard vert brilla, mauvais, et les mots de Tali tintèrent si fort dans sa tête qu'elle ne fit que quelques gestes dans son dos et déjà ceux en qui Kei avait le plus confiance sortir du rang pour partir à la recherche de Kira.

Dans son sillage, la rousse la suivait, défiait quiconque de l'approcher ou de se dresser face à elle. Puis, rapidement, la voix de la Cheffe se fit entendre et elle expliqua de nouveau ce qu'elle comptait faire pour le clan, qu'elle tiendrait les promesses faites avant le retour de cette chose répugnante qui contenait Ichibi.

Cependant, le dernier ordre la fit frémir. Tuer leurs ancêtres n'étaient peut-être pas la meilleure chose à faire mais, elle l'avait annoncé ouvertement. Alors, il y aurait action. De nouveau, la rousse fit quelques gestes vers un groupe dans les Inquisiteurs qui s'éparpilla aussitôt. Avant de les tuer, il fallait les retrouver. Dans toute cette pagaille, qui sait où ces vieillards s'étaient rendus.

Après quoi, elle désigna quelques autres Inquisiteurs en poste ici puis sortit à la suite de Tali, venant juste à sa droite, saisissant sa main des deux siennes.

- Puis-je faire autre chose pour vous plaire ? Avez-vous encore besoin des services de l'Inquisition, ou des miens plus personnels ?


La manieuse de rêve laissa un sourire rêveur flotter sur ses lèvres. Elle devait détendre sa blonde qui était remontée à bloc et qui n'avait pas eu satisfaction.

- Trouver les anciens sera probablement plus long qu'il n'y parait, les vieux sont peut-être lent, mais ils ont de la jugeote. Néanmoins, nos meilleurs pisteurs sont sur le coup et nous avertirons dès qu'ils les auront localisés.

Elle serra ses doigts aux siens davantage.

- Tali, n'oubliez pas, je suis là pour vous soutenir, ma Maîtresse, Chef et Amante... Il n'y a rien ni personne qui puisse changer cela. J'ai aimé un homme, je ne me laisserais plus prendre à ce jeu dont je connaissais pourtant les risques.

Elle ne cessait de sourire, proche de celle qui avait tout d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Chef Kawaguchi
Messages : 799
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Veuve et écorchée[Kei] Mer 14 Juin 2017 - 0:43

-J'ai toujours besoin de tes services ma douce rousse.

Elle joignit ses mains pour attraper le visage de son acolyte. Et lui lancer un regard remplit de désir, oui cette femme était sans doute plus qu'une collègue de travail, et un soutien loyal. Kei ne cessait de la surprendre tant par son habilité à refouler les émotions au moment important, que par son incroyable capacité à ne pas lâcher sa maîtresse n'importe quand. Tali se leva, entraînant par la main son associée, et observant les alentours. Cette journée se finissait plutôt bien finalement, comme d'habitude l'opposition était inexistante, il ne fallait que venir cueillir ce leadership en s'assurant de taper dans les talons des éventuels opposants.

-Tu es à mes côtés depuis un moment désormais Kei, et il semble que cela fait juste un jour. Tu m'épates, mais tu m'inquiètes aussi. S'entacher d'un Kawaguchi plus d'une fois, ce n'est pas un drame. Mais ne tire pas un trait sur l'amour aussi vite, fait ton deuil tu verras ensuite que le temps fait son oeuvre. Il te faut une descendance ne l'oublie pas, qui dirigera le clan quand nous serons six pieds sous terre? J'espère bien que ce seront des Kawaguchis de ton cercle. Tu verras, le pouvoir te montrera la nécessité d'avoir quelqu'un à tes côtés.

Pour l'instant les deux femmes se complétaient, mais cela ne durerait pas tout une vie. Surtout dans le milieu dans lequel évoluait les deux Kawaguchis, la vie d'un shinobi pouvait se terminer de manière précoce à tout instant. Si en plus l'envie du pouvoir et le danger augmentent, alors la vie peut s'arrêter d'une manière aussi brutale qu'injuste. Laisser des traces de passage sur ce sol fangeux était alors crucial. Et pourtant Tali n'imaginait pas un seul instant posséder un bambin, une perte de temps et d'énergie. Un bon investissement était de placer un proche et sa descendance au pouvoir le moment crucial. Si Tali obtenait plus que son pouvoir sur le clan, elle laisserait la place sans broncher à son élève. Plus Kei possédait de pouvoir, plus elle pouvait soutenir d'une manière plus importante à sa maîtresse.

-Les vieillards périront, le sable peut être particulièrement vicieux, surtout envers ses maîtres n'est ce pas? Trouve les, et apporte moi une preuve de leur mort. Leurs cadavres rôtiront, et les bêtes feront festin. Je ne veux plus de trace de l'ancienne génération, une purge est nécessaire. N'es-tu pas d'accord Kei?

Un avis, et surtout une question piège pouvait débloquer beaucoup de situations. Et apporter des réponses, aux multiples question qui stationnaient dans l'esprit de la balafrée. Effectuant un léger bond elle se retrouva le front contre celui de son élève. Son regard carmin plongeant dans celui de la rousse, comme pour l'hypnotiser. Elle attira la femme à elle et déposa un léger baiser sur ses lèvres. Puis se retira, mesquine et mauvaise elle taquinait Kei.

-Finalement tout est bien qui finit bien?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Veuve et écorchée[Kei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni :: Ruines Kawaguchi-