N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Un dernier Cadeau [ANBU]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Un dernier Cadeau [ANBU] Ven 5 Mai 2017 - 1:54


Cela faisait à présent deux semaines que les drames Rokubi/Kyubi s’étaient terminés.
Konoha avait subi de lourdes pertes, de très lourdes même. Et un pays tout entier s’était vu rayé de la carte sous la fureur du démon renard à neuf queue.
Le Rakuzan n’y était d’ailleurs pas totalement étranger, mais ce n’était pas tellement le propos du jour.
Satochi allait être nommé Shodaime Amekage, il allait avoir la lourde tâche de gouverner un village. Le village porté sur le militarisme de la triple-alliance Hi, Ame et Nami. Une lourde tâche l’attendait, une tâche portant également de nombreuses responsabilités.

Mais ces nouvelles responsabilités l'obligeaient à en abandonner d’autre. Il avait pris énormément de plaisir à diriger l’ANBU de Konoha. Cette période avait été une expérience enrichissante et réussie à ses yeux, malgré une fin des plus chaotique.
Il avait déjà en tête le nom de celui qui serait qualifié pour lui succéder. Et le jour était venu de l’annoncer.
Cependant, il restait une dernière chose à faire au présent Chef de l’ANBU.
Un dernier cadeau pour une poignée de shinobis qu’il appréciait ou dont il reconnaissait la force, les progrès.

Jour après jour, il était parvenu à retrouver une activité presque normale, sa convalescence touchait à sa fin et le brun avait d’ailleurs retrouver son bureau au sein du QG de l’ANBU. C’est depuis ce dernier qu’il rédigea leurs noms sur un morceau de papier avant de demander à Nodeshi de partir les convoquer sur-le-champ. Il lui confia également un autre morceau de papier sur lequel était écrit le nom d’un seul homme ayant déjà quitté la Section de l’Ombre. Mais un homme qu’il respectait et avec qui il partagerait volontiers cette journée placée sous le signe de la pédagogie.

Il leur donnait rendez-vous sur le terrain d’entraînement le plus éloigné du village, celui depuis lequel, le moins de dommage pourrait être causé.
Le Rakuzan s’y rendit donc sur-le-champ et attendit que les invités arrivent un à un, la partie de gauche de son visage toujours dissimulée derrière ses longs cheveux bruns.
Aujourd’hui, il allait offrir à chacun un ultime présent. Un présent qui leur permettrait peut-être se survivre un jour ou de parvenir à réussir une mission.


Feat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 456
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Ven 5 Mai 2017 - 23:04


Cela faisait presque une semaine que j'étais rentrée à Konoha et cela ne signifiait qu'une chose : l'heure du retour à Nami approchait à grand pas.
Je ne m'étais accordée qu'une simple journée de repos pour souffler et faire le point sur mes capacités tout en profitant pleinement de ma famille. Le reste du temps, je l'avais passé à aider le village ou à m'entraîner, inlassablement.

Seulement, s'entraîner seule n'était pas vraiment un exercice instructif si bien qu'il n'était pas rare que Kihran se joigne à moi : nous avions tous deux besoin de nous renforcer, les derniers événements révélant nos failles à combler.

Aujourd'hui, je le faisais seule dans le jardin face à la maison, donnant simplement des coups de pieds et de poings dans le vide de manière dynamique sans rester un instant immobile.
Concentrée, je ne vis pas Tezuka apparaître furtivement pour me tendre une lettre. Cet idiot me surprit avant que je n'arque un sourcil face à l'énergumène qu'il était tout en prenant mon dû, consciente que cette missive ne pouvait venir que de Satochi.

Le messager s'éclipsa tandis que je m'empressai de la décacheter, y découvrant une convocation sur les terrains d'entraînements.
Pliant la lettre pour la glisser dans ma poche, j'attrapai une serviette éponge pour essuyer mon visage transpirant avec tout en reprenant mon souffle, descendant par la même occasion une grande bouteille d'eau avant de me mettre en route, déjà en tenue dans ma brassière sportive et mon short, les cheveux attachés en une queue de cheval haute qui retombait sur mes omoplates.

La traversée de Konoha pour rejoindre ces terrains d'entraînements éloignés me pris un bon moment avant que je n'arrive sur place, pourtant, le Rakuzan était déjà là.
Un sourire s'étira sur mes lèvres en le voyant : je ne l'avais pas revu depuis un moment, seulement aperçu de loin.
Ma cadence s'accéléra quelque peu pour retrouver mon supérieur et ami jusqu'à me tenir face à lui.

« Ravie de vous revoir Satochi. »

Mon sourire s'étiola toutefois un peu en remarquant la mèche de ses cheveux qu'il faisait volontairement retomber devant son visage. Que cachait-il ? Ma curiosité instinctive me fit écarter doucement ses mèches pour y voir le pansement recouvrant son œil gauche. En avait-il perdu l'usage ? Je fronçai un instant les sourcils avant de poser mes mains sur ses épaules, le regard planté dans son unique œil visible.

« Vous ne devez pas vous sentir honteux de cette blessure. Elle prouve que vous vous êtes battus avec ardeur. »

J'esquissai un nouveau sourire cette fois ci bienveillant avant de me montrer plus soucieuse.

« Si vous avez besoin de parler vous savez que je suis là. Même si je suis certaine que vous n'êtes pas seul et au contraire bien entouré. »

Plus d'une personne avait dû déjà lui proposer son soutien mais je tenais tout de même à le lui rappeler me concernant, n'aimant pas le voir avec cette mine bien moins enjouée que d'ordinaire.
Les récents événements nous avaient tous marqués d'une façon ou d'une autre, et même si mes brûlures liées à l'acide de Rokubi avait fini par guérir, les images qui me resteraient de cet affrontement elles, ne disparaîtraient jamais.

Les choses étant dites, je me focalisai sur ma convocation et laissai retomber mes mains le long de mon corps, motivée  :

« Vous vouliez me voir pour que l'on s'entraîne ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 542
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Sam 6 Mai 2017 - 9:29

    Une lettre. Pourquoi devaient-ils toujours tous fonctionner par lettre ? Déjà qu’il y avait un messager à la clé, autant user de sa bouche que de ses mains ? Habituellement, le Yamanaka faisait lire le message à autrui et lisait dans son esprit les mots qui étaient inscrits avant de trafiquer la mémoire du civil. Mais cette fois le va-nu-pieds lut lui-même la missive, bien que cela lui prenait davantage de temps. Il y parvenait malgré tout. Doucement mais sûrement.

    Un rendez-vous de la part du chef de l’ANBU sur un terrain d’entraînement ? Pourtant ils avaient leur propre terrain au sein de l’ANBU, alors pourquoi user d’un lieu public ? Soit, l’affrontement devait être différent des autres. Peut-être serait-ce un spectacle du même acabit que les combats dans l’arène ? Ou bien… un piège ? Non, ils ne pouvaient deviner pour le rituel accompli. Ils pouvaient le critiquer d’avoir échoué, et encore : quand les ennemis sont vaincus mais que les civils se jettent tous dans le bain d’acide malgré vos avertissements et que vous êtes à court de chakra, il est compliqué de faire quoique ce soit de plus.

    D’ailleurs, le Rakuzan avait également sa part de faute dans les dernières missions. N’était-il pas sur les lieux de la libération de Kyubi ? Pis qu’un village, c’était un pays entier qui fut ravagé de son côté. Peut-être… Peut-être venait-il annoncer sa condamnation ou son exil ? Et c’était pour cela qu’ils ne se retrouvaient pas au QG, simplement parce qu’il n’avait plus le droit d’y mettre les pieds ?

    Peut-être.

    Shigo rejoint le point de rendez-vous, accoutré comme à son habitude : pas un seul bout de peau visible, hormis ses mains. Et encore, plutôt ses doigts, à cause de ses gants. Sur le chef : le masque de l’unité, d’un blanc pur sans aucun motif. De son unique œil, il regardait les deux protagonistes déjà présents qui discutaient et gardait une distance respectable pour leur laisser un peu d’intimité avant que son tour ne vienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Gauche de l'Hokage
Messages : 748
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Sam 6 Mai 2017 - 10:38

Doucement, je retire les bandages qui entourent mes mains, craignant que je ne retire des croûtes encore vivantes avec. Heureusement, ce ne fut pas le cas. Je contemple mes mains. La teinte de la peau est différente de ce qu'elle était auparavant. Je bouge les doigts et fait virevolter du chakra par mes tenketsus. Tout marche à merveille.

Rokubi, tes dernières blessures sont guéries. Les stigmates m'accompagneront toute ma vie cependant.


Je soupire en repensant aux victimes. Je vais nettement mieux depuis les funérailles. J'ai repris le boulot, les tours de garde. Aujourd'hui, j'ai reçu une missive du chef de l'ANBU. Sato. Il leur donnait rendez-vous dans un lieu public. Il ne précisait pas la raison, bien que la localisation était un terrain d'entrainement. C'était peut-être une démonstration de force, mais cela aurait été malvenue après l'attaque des bijuus. Plus probable était que cela avait pour but la formation de troupe. Un entrainement d'une jeune escouade ANBU par exemple. Ou peut-être un entrainement plus poussé pour des ANBUs plus experts.

A vrai dire, j'aime apprendre et enseigner. Je pense que je vais donner des cours de taijutsu à l'Académie. J'ai envoyé ma candidature à Khiran, le directeur. Mais c'est un autre sujet.

J'enfile ma tunique noire d'ANBU et mon masque qui évoque un corbeau. Je glisse mon Kusagirama dans ma ceinture. Et je me dirige vers l'endroit du rendez-vous. La vie reprend son cours normal dans les rues de Konoha. Le noir à presque disparut partout. Les gens s'affairent et fourmillent de partout. Certains jettent des coup d'oeil discret à mon passage. La présence ANBU attise systématiquement la curiosité. J'arrive à la zone d'entrainement et j'aperçois que trois personnes sont déjà là. Le chef de l'ANBU, non masqué. Dokuro, le salaud au genjutsu des plus gênant. Une très belle femme, que je devine Kunoïchi, aux cheveux bleus. Elle a un petit ventre rebondit mais hormis cela, très belle silhouette. Sa poitrine...

Focus, Bankichi. Focus.

Rakuzan-san. Dokuro.


Je m'incline devant eux en faisant un salut poli, puis je me tourne vers la kunoichi et je m'incline une nouvelle fois.

Et bonjour à vous, belle dame.


Je dois me concentrer pour ne pas en faire plus. Je suis évidemment fort intrigué et intéressé par cette présence féminine de haute qualité. Mais je me focalise sur la présence immédiate de mon supérieur hiérarchique. Satochi coeur de braise. Un shinobi dont les exploits et la maitrise du yoton deviennent presque légendaire. Il est également le chef de son clan. Cela lui donne un pouvoir politique très important à Konoha.

Que pouvons-nous faire pour vous, Rakuzan ?


Je me pose devant lui, les bras dans le dos et redressé comme un i. C'est qu'il faut quand même avoir un minimum de rigueur militaire même chez les ninjas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 798
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Dim 7 Mai 2017 - 22:12

Lentement, les séquelles laissés par cette terrible nuit commençaient à disparaître, même si elle resterait longtemps gravée dans ma mémoire. Les blessures que j’avais subies n’avaient pas mis beaucoup de temps à guérir, mais ce n’était que tout récemment que les visions cauchemardesques avaient cessés de me hanter. Quand ce n’était pas les Kawajins sacrifiés, leur corps rongés par l’acide dans lequel ils étaient tombés, qui venaient me blâmer pour leur mort, c’étaient le chef des cultistes qui me torturaient ou bien, le pire d’entre tous, je voyais mon élève mourir devant mes yeux. J’avais heureusement pus empêcher ce scénario d’arriver, mais mon subconscient trouvait un malin plaisir à me rappeler comment cela se serait déroulé. Curieusement, je trouvai un certain réconfort en me plongeant dans mes tâches relatives au clan. Moi qui d’ordinaire trouvais ces tâches horripilantes, je trouvais que ces dernières étaient reposantes et me détournaient les idées de ces événements.

J’étais justement plongé dans les papiers lorsqu’on vint à ma porte pour me faire part d’un visiteur. Intrigué, je descendis rejoindre celui que je reconnus comme Tezuka, le second de mon supérieur Engetsu. Je sus aussitôt que le chef de l’ANBU souhaitait me rencontrer. À ma grande surprise, j’appris qu’il voulait plutôt que j’aille le rejoindre au terrain d’entraînement. Une évaluation surprise? Un test d’aptitudes? J’ignorais ce que me voulait le Rakuzan, mais je remerciai Tezuka et partis me préparer pour… peu importe ce qui venait, je savais d’emblée que les vêtements que je portais présentement n’étaient pas appropriés. Je me changeai donc pour quelque chose de plus pratique et pris la direction dudit terrain d’entraînement. Les dossiers sur lesquels je travaillais pouvait bien attendre une autre journée de plus, spécialement lorsqu’il s’agissait d’une convocation de mon chef d’unité.

Le temps que je me rende jusqu’au lieu de rendez-vous, je vis que trois autres personnes se tenaient devant Satochi, sans aucun doute d’autres membres des Forces Spéciales qui avaient été convoqué par le Rakuzan. S’il voulait une rencontre avec ses troupes, pourquoi ne pas l’avoir faire dans le Quartier Général? Encore plus intrigué par la nature de cette rencontre, je rejoins mes compatriotes que je saluai respectivement d’un signe de tête. Peut-être avais-je déjà travaillé avec eux, mais le fait que personne ne portait son masque rendait la tâche de les reconnaître plus ardu. Il n’y avait que le Yamanaka que je reconnus de par son accoutrement distinctif. Chacun à sa manière portaient ses blessures de guerre, signe que personne n’avait été épargné par la furie du démon. Quand j’arrivai devant mon supérieur, je m’inclinai légèrement.


- Engetsu-sama, le saluai-je avec un mince sourire sur les lèvres – cela me faisait toujours étrange d’appeler mon ami ainsi.

J’allais ensuite prendre place à côté des autres qui avaient été convoqués par Satochi. Cela ne serait probablement pas très long avant que ce dernier nous explique la raison de notre venue sur ce terrain. Le plus logique serait de croire que nous étions venus nous entraîner, mais nous avions des capacités si diverses que je voyais mal comment il pourrait le faire. Peut-être pensait-il plutôt faire des combats amicaux afin de mieux nos préparer pour la prochaine catastrophe? Quoi qu’il en soit, le Rakuzan allait fort probablement bientôt nous expliquer la raison de notre venue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 1226
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Dim 7 Mai 2017 - 23:02



Voilà environ deux semaines que les évènements liés aux différents bijuus étaient finis. Du moins presque, car si Rokubi avait été arrêté, il avait réussi à filer dans la nature tout comme Nibi, et un pays entier avait été sacrifié pour contenir la rage du Démon Renard. De plus, les informations qu’avait obtenu le Yamanaka, même si maigres, avaient l’avantage d’éclairer la lanterne de la feuille sur la position possible de certains des autres monstres. Il allait falloir agir pendant l’année à venir afin de réunir la meilleure force d’actions possible.

Voici les réflexions auxquelles s’étaient attelés Keiji et son ami Kadoria en réfléchissant qu’elle serait leur suite à eux deux avec l’apparition de deux nouveaux villages dans cet empire du feu. Ame ou Nami, chacun avait sa spécialisation et d’ailleurs le chef de l’unité spéciale du blondin allait devenir le dirigeant de la cité au Pays de la Pluie.

L’unité spéciale allait donc être pourvue d’un nouveau chef, et c’était à Satochi de choisir celui qui lui succéderait. Et c’est alors qu’un homme toqua à la porte du Yamanaka, il s’agissait du second d’Engetsu-Sama, apportant une missive de ce dernier qui l’invitait à un entraînement avec d’autres membres de l’unité mais en public.

Cela pouvait sembler étrange, mais le Rakuzan devait avoir choisit cela pour avoir plus de place afin d’offrir à chacun un apprentissage digne de ce nom avant d’annoncer quel serait son successeur.

Keiji enfila donc sa tenue de chuunin normal, laissant sa tenue spéciale ainsi que son nouveau masque au placard. Kitsune agissait à la pleine lumière mais cela lui plaisait pas trop de se dévoiler comme cela.

Arrivant sur le lieu du rendez vous, il vu alors à l’horizon que plusieurs personnes étaient déjà arrivés sur place, mais il ne devait pas être le dernier. Saluant tout le monde d’un simple signe de tête, il attendit que le chef de l’unité annonce le programme pour les heures à venir. S’interrogeant surtout sur ce qu’il allait bien pouvoir travailler aujourd’hui, il savait bien que l’instructeur ne maîtrisait pas le genjutsu et qu’il n’en avait pas tellement besoin vu son pool technique. Mais d’un autre coté, il avait grandement besoin d’augmenter ses capacités offensives et défensives en ninjutsu avec sa maîtrise des arts du mokuton. À voir donc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 715
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Ven 12 Mai 2017 - 9:52

Le temps était une ressource précieuse dont je manquais cruellement en réserve. Mon séjour à Konoha se devait d’être le plus court possible afin de retourner à Nami et continuer à m’occuper d’Umigakure, tout en nous préparant à l’avenir face aux Bijuu qui se sont échappé. Cependant, c’était loin d’être pour autant un moment de repos pour moi. Beaucoup de choses m’attendaient et prenaient de mon temps, plus que je ne voulais y plonger. Le soin complet de mon bras, le réapprentissage de mes arcanes, la formation accélérée de l’art des sceaux, l’enterrement et la position des Yôgan dans tout ça… Et une visite que je me devais de faire avec notre Hokage. Autant dire que le repos était, « pour changer », un bien grand luxe que je profitais tant que je pouvais.

Cependant, il y avait parfois des réunions que je ne pouvais éviter, ou plutôt dans ce cas, que je ne voulais éviter. Pour le peu de temps qui me restait sur place, j’avais choisi de m’isoler dans mes quartiers personnels, dans le but de continuer mon apprentissage des ouvrages liés au Fuinjutsu. Mes objectifs concordaient avec le développement de ce savoir, et je ne comptais pas me laisser aller à laisser les autres faire mon travail. Mais alors que je me perdais dans les différents écrits, je fus surpris d’avoir une surprise impromptue à ma fenêtre : le bras droit de Satochi à l’ANBU. J’avais donné ma démission à cause de mon transfert à Nami, donc j’avais du mal à comprendre cette visite. Prenant son message avant de le laisser partir, je lisais ainsi ce que le Rakuzan me voulait avec curiosité. Lisant ainsi le papier, j’hésitai entre sourire et soupirer en me disant que j’allais sans doute suer, connaissant son caractère. Réfléchissant quelques secondes, je décidai qu’il était temps enfin de fermer ma page de l’ANBU, en rapportant la dernière pièce qui me rattachait à elle.

Quelques minutes plus tard, je me dirigeai ainsi en direction du lieu de rendez-vous, équipé de tout ce que j’avais besoin. Equipé de mon usuelle tenue de combat, avec un complément assez familier à tous les ANBUs, je voyais bientôt le terrain d’entraînement à distance, et accélérai ma course de plateforme en plateforme. D’un puissant bond, j’arrivai ainsi derrière le groupe, dans le dos de Satochi, et m’avançai tranquillement vers eux.


« - Je vois que tu n’as pas laissé beaucoup de monde de côté, Satochi. »

Une main se ramenant à mon visage, je retirai ainsi ce que je portai depuis mon départ de ma maison : mon masque. Il m’avait accompagné pendant plusieurs années afin d’effectuer mes missions pour les forces spéciales, mais j’allais devoir abandonner l’idée de Suzaku officiellement. Révélant ainsi mon identité (du moins, à ceux qui n’avaient pas réussi à faire l’association entre ma tenue usuelle et le porteur), je tendis ensuite le masque à Satochi pour le lui rendre, me disant qu’il lui serait plus utile à transmettre à un autre ANBU.

« - Du coup, qu’est-ce que tu es venu nous annoncer ? »


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Sam 20 Mai 2017 - 14:32


Le brun s’était montré patient, mais son attente ne fut pas aussi longue qu’il l’aurait pensé. Ses ANBU s’étaient montrés extrêmement ponctuels malgré l’urgence dans laquelle le Rakuzan avait fait passer le mot.
La première personne à arriver sur les lieux fut Yell. Souriante comme à son habitude, cette dernière s’approcha de Satochi et exprima sa joie de le revoir, répondant à son tour par un sourire le brun exprima son sentiment partagé.
Par la suite, la Gogyou fit du Yell tout craché et n’hésita pas un seul instant à déplacer la mèche de cheveux du brun dévoilant ainsi son pansement. Elle voulut le rassurer, mais hélas, la réalité qu’elle exposait était bien moins glorieuse contrairement à elle qui était parvenue à protéger Nami no Kuni de la rage de Rokubi, le démon à six queues.

Ce fut ensuite Shigo alias Dokuro qui arriva sur le lieux, fidèle à lui-même il resta à l’écart. Hyûga Bankichi lui succéda rapidement et vint se présenter au Rakuzan et faire du rentre-dedans à Yell. Intérieurement, le brun sourit, il était vraiment à la tête d’une unité composée de grand malade mentaux… Ceci était un fait.

- Bonjour Bankichi, un petit peu de patience le temps que les derniers se montrent.

Et ces derniers arrivèrent dans les instants qui suivirent, Takeo Inuzuka ouvrit la marche, et rejoint le petit groupe qui faisait face à Satochi.
Le brun lui accorda un signe de main amical accompagné d’un sourire sincère.
Keiji fut le suivant et dernier membre de l’ANBU convoqué à cette petite réunion improvisée, discret, le Yamanaka se plaça avec les autres et attendit que le Rakuzan se décide à entrer dans le vif du sujet.

Or, il restait encore une personne que le brun souhaitait attendre. Il n’était plus un membre de l’ANBU, mais, le Chef de l’ANBU avait souhaité le convier à la fête.
Ce dernier approchait, Satochi pouvait le sentir grâce à ses dons sensoriels, ce n’était plus qu’une question d’une minute.
Ce dernier se manifesta alors à travers un show digne des plus grands cabarets, atterrissant dans le dos du Jônin.

- Et la fête n’aurait jamais était aussi bonne sans ta présence… Yusei conclu-t-il lorsque le Yôgan retira son masque pour le rendre au Rakuzan.

C’était un fait, Yusei avait atteint une nouvelle dimension, ce masque ne lui était plus d’aucune utilité désormais et Suzaku n’était plus.
Conscient d’avoir assez fait poiroter ses hommes et ayant désormais tous les ingrédients requis pour commencer, le brun se leva et fit face à ses plus redoutables ANBU.

- Bonjour à tous commença-t-il. Et merci d’avoir pu vous libérer. Avant de commencer, vous pouvez tous retirer vos masques, nous sommes ici en shinobis de Konoha et non pas ici en tant qu’ANBU.

Ce point révélé, il était temps de rentrer dans le vif du sujet.

- Je tenais également à vous féliciter pour votre bravoure et votre dévotion lors des évènements qui se sont déroulés il y a déjà deux semaines de cela… Cependant, nous ne sommes pas hors de danger et nous devrons redoubler de vigilance à l’avenir. C’est pourquoi aujourd’hui, en guise de cadeau et de respect à votre égard, j’ai décidé de vous dédier ma dernière action en tant que Chef de l’ANBU du village de Konoha.

Une bombe ? Mais patience, ils auraient bientôt tous les éléments en main.

- À l’image de Yusei ici présent, qui est devenu le Shodaime Namikage du village caché d’Umi. Je deviendrai d’ici peu le premier Amekage d’Amashigakure. De ce fait, je ne serais plus votre supérieur direct d’ici peu et ma dernière action envers vous sera de vous apprendre l’une de mes techniques. Yusei, si ça t’intéresses, cela sera avec plaisir dit-il en détournant son regard vers le Yôgan. Mais j'imagine qu'après d'être déplacé, tu ne repartiras pas sans avoir suer un peu... n'est-ce pas ? ajouta-t-il accompagné d'un sourire.

Voilà donc la raison de leurs présences ici ! Une nouvelle technique à la clef !
Pour les avoir côtoyés pendant un certain temps. Satochi était même allé jusqu’à pré-sélectionner les techniques susceptibles de les renforcer.
Mais avant tout, il devait être certain que le progrès et l’amélioration leur tenaient particulièrement à cœur. C’est pourquoi, il resta vague et préféra attendre leurs retours, leurs questions.

- Des questions ? Des envies particulières ? demanda le brun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 456
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Sam 20 Mai 2017 - 21:34

Le Rakuzan n'avait définitivement pas l'air dans son assiette... Il ne rétorqua rien du tout à ma remarque comme si la honte qu'il semblait éprouvé vis à vis de cette blessure s'était renforcée après ma tentative de soutien. Que lui était-il arrivé ? Je ne pouvais pas m'empêcher de me faire du soucis mais après ma démarche maladroite, je préférai encore me taire puisque je lui avais de toute-façon dit l'essentiel : à savoir qu'il pouvait venir m'en parler si le besoin se faisait sentir.

Puis une nouvelle personne arriva et me rappela étrangement quelqu'un. Il n'y avait que cet énergumène pour s'habiller comme ça de toute façon : était-ce bien Shigo ? Je me souvenais du jours où je l'avais rencontré à l'hôpital alors que nous avions pour mission de déménager le matériel médical vers les sous sol aménagés. Il s'était montré plus que suspicieux sur les intentions de la Feuille me laissant penser qu'il n'était pas du genre très loyal et par conséquent une personne à surveiller. Pourtant, sa présence ici ne pouvait signifier qu'une chose : lui aussi faisait partie de l'ANBU... Dans quelle branche ? C'est là qu'était ma question...

Toutefois, je n'eus pas le temps de m'y attarder davantage car un nouvel homme arriva, avec un masque de corbeau. Pourquoi Satochi avait-il organisé cette rencontre entre ANBU en extérieur ? Qu'avait-il l'intention d'annoncer ? A vrai dire, vu son air renfermé, lui qui était plutôt souriant, je craignais le pire...

Le corbeau salua tout le monde, moi y compris bien qu'il prit soin de m'offrir une courbette pour moi seule tout en me qualifiant de « belle dame »... Hum... Merci... Je suppose ? Je le saluai par politesse malgré ses intentions peu nettes avant qu'un Inuzuka fasse son entrée. Takeo. Je le connaissais de nom simplement et de vue : la seule membre de ce clan que je côtoyais régulièrement étant Shizu. Elle était l'élève de Kihran et je l'avais déjà entraîné au taijutsu pour combler les lacunes de son sensei à ce sujet, à sa place.

Il y avait bien un autre homme qui arriva sur place mais je ne le connaissais pas non plus et il resta en retrait... contrairement à l'entrée spectaculaire de Yusei-sama...
Je ne m'attendais pas à le voir ici... J'étais surprise d'apprendre qu'il faisait partie de l'unité spéciale lui aussi, bien que cela semblait révolu vu la façon dont il rendit son masque au Rakuzan.
Je lui adressai un léger sourire ainsi qu'un hochement de tête solennel pour le saluer. C'était désormais le Yôgan mon supérieur direct même si Mizuki-sensei restait en tête de liste.

J'étais satisfaite de le voir ici car cela signifiait qu'il avait réussi à se dégager un peu de temps « pour lui ». Notre retour à Nami était imminent maintenant, Umi attendait le retour de son leader et beaucoup restait à faire sur place tant pour la fin de construction de village que suite à l'attaque de Rokubi. Mon regard se porta d'ailleurs instinctivement vers sa main, qui semblait aller mieux : peut-être avait-il eu le temps de se rendre à l'hôpital pour la soigner correctement.

Quoi qu'il en soit, nous devions désormais être tous présent puisque le Rakuzan reprit la parole. Il demanda à ceux qui le portait de retirer leurs masques, me confirmant bel et bien la présence de Shigo tandis que je ne connaissais pas celui au masque de corbeau même si ses pupilles blanches parlaient pour lui : un Hyuuga. Le seul que je connaissais, là encore, c'était mon coéquipier dans la team Tsubomi : Ryokai.

Le discours du brun s'amorça plutôt bien mais cela ne dura pas... Il nous félicitait pour nos agissements lors de l'attaque de Rokubi et souhaitait nous offrir un cadeau, un apprentissage avant qu'il ne laisse la main... J'écarquillai légèrement les yeux. Pourquoi ? …
Etait-ce en rapport avec son attitude morose, son pansement sur l'oeil ou encore ses actes lors de l'attaque des Démons ? Je pensai forcément à une rétrogradation avec ces éléments mais fus vite soulager d'entendre que c'était même tout le contraire : l'Amekage dont m'avait parlé Mizuki-sensei, c'était lui.
A l'image de ma place auprès de Yusei-sama à Nami comme m'en avait missionné ma sensei et Hokage, Ryokai trouverait la sienne auprès du Rakuzan.

Et puisque ce dernier interrogea l'assemblée sur des éventuelles questions, je pris la parole, une seule me venant à l'esprit :

« Que va-t-il advenir de l'ANBU ? »

Qui en reprendrait la tête ? Mais aussi comment cela allait s'organiser car j'imaginai aisément que tout comme le Rakuzan ou le Yôgan, je n'étais pas la seule à être affectée dans les autres pays sous l'égide de l'Autorité du Feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 542
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Dim 21 Mai 2017 - 11:30

    Le Yamanaka suivit les ordres et retira son masque, observant la foule amassée là sous l’impulsion du Rakuzan. Yell, qu’il avait rencontré lors des nouvelles installations à l’hôpital. Une Gogyou… Il faudrait qu’il retourne l’étudier prochainement. Peut-être avait-elle en elle l’essence de la force de Makka ? Bankichi, le Jonin rouillé avec qui il avait combattu et s’était entraîné au sein des infrastructures de l’ANBU. Un homme qui aimait bien la routine à sa façon de répéter inlassablement les mêmes schémas en combat. Inuzuka Takeo, un homme rencontré il y a quelques années, dans la forêt de Konoha, tandis qu’il faisait sa ronde avec ses chiens. Yamanaka Keiji, un membre de son clan qu’il avait affronté dans l’arène en plus d’avoir accompli une mission à ses côtés. Yôgan Yusei, un homme dont la tête était mise à prix, un chef de clan qui lui apprit l’une de ses techniques pour luxer deux membres.

    Et finalement, Rakuzan Satochi, l’instigateur de cette petite réunion au visage balafré. Peut-être allait-il se mettre à porter le masque plus souvent lui aussi ? Shigo ne comprit pas bien. Il était là pour leur apprendre une technique à chacun, par respect pour eux ? Le Rakuzan n’avait pas démontré une telle affection à son égard depuis le départ, mais soit. Le va-nu-pieds n’allait certainement pas cracher sur un gain de puissance. Mais c’était dommage de perdre son chef alors qu’il commençait enfin à l’atteindre.

    Ainsi donc, celui qui condamne tout un pays à mort, voire le reste du continent un an plus tard, obtient une belle promotion ? Amekage… Shigo devrait peut-être avouer être l’auteur du rituel ayant détruit toute une ville de Kaze ? Quoiqu’ils étaient en trêve, donc cela pourrait être mal perçu. Bien que, par son action, Kaze était affaibli et le Feu pourrait en tirer parti.

    Cependant, en dehors de l’apprentissage en cours ou à venir, Yell posa une question des plus intéressantes. C’était bien beau qu’ils obtiennent des promotions, mais qu’allait-il advenir des autres ? De l’unité spéciale ? D’eux ?

    « Félicitations pour votre, vos promotions. »

    Se contenta de dire le va-nu-pieds sans se mettre trop en avant. Yell avait déjà pris les devants, et le Yamanaka ne voulait pas gâcher ce respect nouvellement gagné en jouant le type avide qui interroge quant aux techniques ou à son propre avenir. Il attendait donc, simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Gauche de l'Hokage
Messages : 748
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Dim 21 Mai 2017 - 20:34

D'autres personnes se joignent à nous. Un inuzuka, un yamanaka ainsi que Yusei. Notre groupe devient assez conséquent. Je ne connais pas très bien toutes ces personnes, j'en ai déjà entendu parler pour la plupart. Des shinobis accomplis, avec des exploits sous leur ceinture. Je suis curieux quand aux raisons de notre présence ici.

Nous sommes félicités pour nos actions récentes. Je suppose que cela inclut naturellement Rokubi. Je ressens un frisson courir le long de mon épiderme à peine soigné. C'est la première fois qu'on me félicite de mes actions là-bas, et cela me touche. Oui, j'apprécie les compliments, ils sont bien trop rares pour les chasser. Et pourtant... j'aurais voulu faire tellement plus, tellement mieux.

Ame et Nami, n'est-ce pas ? N'oubliez pas d'envoyer quelques cartes postales. Je viendrais visiter à l'occasion je crois.


De grands changements sont en cours. L'élaboration de deux villages ne faciliterait pas nos affaires internes avant un petit temps. Beaucoup d'organisation à préparer, des axes de communications à établir. Et ceci nous bloque des ressources qui seraient pertinente pour chasser les bijuu ou traquer nos nukenins. Le monde est en danger, et nous nous attardons à de bien légères considérations je trouve. Mais j'en oublie la recommandation de mon chef je porte ma main à mon masque et je le retire, dévoilant mon visage et mon doujutsu aux yeux de tous.

Je me sens presque nu sans mon masque.


La Belle Kunoichi aux cheveux bleus demandent ce qu'il adviendra de l'ANBU. La question est pertinente et mérite clarification.

Dokuro retire également son masque félicite les deux futurs kage. Pour ma part, je ne considère pas cela comme des promotions. Gérer un village est exténuant et difficile. Je préfère m'occuper d'autres choses et employer d'autre talents que mes inexistants people skills. Par exemple, mes recherches actuelles sur le chakra, et particulièrement sur une approche générique pour en transmettre quelque soit le medium. Dans l'idée, je veux améliorer le Juken, et c'est mon projet principal. De ce fait, la proposition de Satochi ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd. Une technique à m'apprendre ? Cela... me sied. Et cela pourrait grandement m'aider dans mon projet de kinjutsu.

Pour ma part, j'ai ouïe dire que vous maitrisiez des techniques de taijutsu faisant des dégâts internes. Cela m'intéresse d'en étudier une pour l'assimiler au juken Hyûga, et voir si je ne peux pas améliorer mes techniques de clan avec ces recherches.


J'incline ma tête en signe de remerciement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 798
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Jeu 25 Mai 2017 - 3:49

Quelques autres membres vinrent s’ajouter au groupe étrange que nous formions – dont le dernier et non le moindre fut Yusei qui remit son masque des forces spéciales – et finalement le Rakuzan débuta, commençant par rendre notre rencontre publique et non d’ordre professionnel. Pour ceux qui l’avaient encore, cela voulait dire qu’il pouvait retirer leur masque. Je croisai ainsi le regard d’un Hyûga et d’un jeune homme blond. Vint ensuite un retour sur les événements terribles d’il y avait quelques semaines, puisque nous ne pouvions pas ne pas en parler. Chacun avait été témoins d’événements différents mais tout aussi terribles, le simple fait d’être revenu en vie en disait long. La réalité était toutefois que le Yuukan était loin d’être hors de danger et pour se faire notre chef d’unité voulait nous offrir quelque chose afin de mieux nous préparer. Attendez, venait-il réellement juste de dire dernière action en tant que chef de l’ANBU?

Comme s’il avait lu dans mes pensées – et il y avait fort à parier que c’était exactement l’effet qu’avait recherché Satochi – ce dernier expliqua alors qu’il avait été choisi pour devenir la première Ombre d’Ame. J’appris aussi officiellement que Yusei serait quant à lui Ombre des Vagues bien que son absence de Konoha et les rumeurs m’avaient déjà mis la puce à l’oreille, sans vouloir faire de mauvais jeux de mot. C’était pourquoi ce dernier ne pouvait plus s’occuper des forces spéciales de Konoha et avant de partir pour le village des Tempêtes nouvellement créé il souhaitait nous apprendre une technique de son propre arsenal. Affichant un air légèrement surpris, intérieurement je vis là un beau geste de la part non seulement de mon supérieur mais également de mon ami puisque cela signifiait que je ne le verrais plus de sitôt.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, ce dernier nous accorda tout de même une brève période de question, se doutant que ses révélations risquaient de créer des vagues. La première qui me vint en tête fut posée par la seule femme du groupe : qu’adviendrait-il de l’ANBU? Je me doutais fortement qu’un nouveau chef d’unité serait nommé, mais pouvions nous savoir de qui il s’agissait? Shigo-san se contenta de féliciter le Rakuzan de sa promotion et l’Hyûga demanda à apprendre une technique qu’il pourrait jumeler à son propre Jûken. Quant à moi, j’avais quelques mots à dire aux deux Jônins que j’avais longtemps considé comme mes égaux, mais qui avait fini tout deux par me dépasser.


- Félicitations à vous deux; j’espère que cela ne sera pas une occasion pour que nous ne puissions plus nous revoir. Penses-tu envoyer certains de nos membres dans les nouveaux villages?

Je n’avais aucune requête particulière à faire à Satochi, mais qui disait expansion disait répartition des forces. Je n’avais aucune difficulté à croire que des Konohajins qui seraient envoyés dans les deux villages il y en avait qui faisait partie de l’ANBU, mais allaient-ils garder leur place dans les forces spéciales une fois sur place? Umi et Amashi amenait une importante révision de comment notre unité allait être organisé et pas que je ne lui faisais pas confiance, mais je voulais savoir si les choses avaient été mises en place avant son départ. Par exemple, devions-nous recruter pour combler nos actifs qui quitteront Konoha? Je ne tenais pas nécéssairement qu’il entre dans les détails – après tout ce n’était pas ma place de savoir ce genre de choses – mais simplement savoir que la transition entre lui et son successeur était préparée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Mar 13 Juin 2017 - 12:44


Après les félicitations vint le moment de révéler à tous ces ANBU de renom la raison de leurs présences ici.
C'est ainsi que Yell, Takeo, Keiji, Bankichi et Shigo apprirent la mutation prochaine du Rakuzan dans le futur village d'Amashi au Pays de la Pluie. Yusei, qui avait également fait le déplacement, même si cette nouvelle devait sans doute moins le surprendre que les autres.
Satochi ne serait donc plus le Chef de l'ANBU d'ici peu et aujourd'hui serait l'ultime cadeau qu'il ferait à ses hommes.
Mais avant de se plonger dans cet entraînement intensif, le brun leur accordait des questions, car ils devaient automatiquement à avoir après une telle annonce.

La Riba demanda donc presque naturellement ce qu'il adviendrait de l'ANBU, les autres ne rebondirent pas tout de suite, sans doute étaient-ils plus ou moins d'accords avec cette question légitime.
Shiga ajouta quelques félicitations à l'attention de Yusei et Satochi puis retrouva son mutisme caractéristique.
Le Hyûga, avait quant à lui pas de réelles informations à obtenir et c'est donc ainsi qu'il préféra directement se plonger sur le questionnement de l'apprentissage du jour. Une technique pouvant se coupler au Jukken... Satochi en avait bien quelques-unes en effet, il y reviendrait par la suite.
Enfin Takeo demanda comment les effectifs allaient être réparti.
De leurs côtés Keiji et Yusei restèrent un peu en retrait. Satochi fit un rapide bilan, trouva les réponses en sa possession se s'empressa de les communiquer.

- Les effectifs seront divisés, ANBU ou simple shinobi, mais il y a des chances pour que la répartition soit basée à la fois sur le volontariat ainsi que sur l'ordre de mutation. Pour ce qui est de l'ANBU en elle-même... Je ne sais pas encore qui me succédera, je n'en ai pas encore discuté avec la Hokage.

Il détourna alors son regard vers Bankichi dont la question avait été à but technique plutôt qu'informative.
Il se lava du rocher sur lequel il était installé et y déposa la paume de sa main droite.

- J'ai effectivement quelques choses qui pourraient t'intéresser. dit-il en souriant. L'instant d'après, le rocher se fissura puis s'écroula, résultat de la technique Onkyôton que Satochi allait apprendre à Bankichi version Jukken.
En ce qui vous concerne vous, dit-il en regard Yell puis Takeo. Je pense que j'ai également quelques choses qui pourraient rentrer pile dans vos cordes.
Takeo, comme tu dois sans doute le savoir, la maîtrise du chakra et des affinités pouvant le caractériser est une aptitude fondamentale pour un shinobi. Tout comme moi, tu es capable de manipuler le Fûton et tes compétences au Taijutsu rendent cette combinaison efficace. Que dirais-tu si tu devenais rapidement capable d'induire tes griffes de Fûton ? Quel serait le résultat ? Es-tu curieux de le savoir ?

Théoriquement, l'Inuzuka aurait cette réponse, il était un Jônin après tout.

- Yell, afin de pleinement te montrer, je vais avoir besoin que tu me frappes. Coup de poing, coup de pied qu'importe. J'effectuerai naturellement une parade, mais j'ai impérativement besoin que tu actives tes capacités d'assimilation à l'eau.

Car une fois le coup porté, le chakra Onkyôton que Satochi aurait accumulé sera libéré dans la partie du corps de la Gogyou ayant frappé le bras du Rakuzan. Si elle ne transformait pas cette partie du corps en eau. Elle se retrouverait avec des os brisés.
Ce n'était bien évidemment pas le but recherché. Une fois la démonstration faite, il exposerait pourquoi cette technique pourrait convenir à la Gogyou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 798
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Mer 21 Juin 2017 - 18:16

Nous avions tous exprimés notre joie face à cette importante nouvelle de façon différente et certains plus pragmatiques que d’autres se questionnaient déjà sur comment les choses allaient se dérouler. Serait-ce Tezuka qui prendrait la place du Rakuzan ou ce dernier l’accompagnerait-il dans ses nouvelles entreprises? Ce n’était que l’une des questions qui me traversaient l’esprit, mais je me contentai d’en poser qu’une seule; je finirais bien par le savoir lorsque cela sera le moment. Hochant légèrement la question à ma question, Satochi nous répondit alors que si l’ANBU serait présente dans les trois villages, ce dernier semblait vouloir préconiser le volontariat avant tout. Les mutations n’étaient pas écartées, mais je le comprenais de vouloir forcer les gens le moins possible à faire ce grand changement. Vint ensuite la question que personne n’avait posée mais que tous se l’était demandée intérieurement et malheureusement pour nous notre chef – enfin futur ex-chef, mais ça commence à devenir compliqué – n’avait aucune réponse définitive pour le moment. Seul l’avenir nous le dira.

Maintenant que les questions entourant les Forces Spéciales avaient été réglées, Satochi se tourna alors vers l’Hyûga, le seul qui avait eu une requête spécifique quant à la technique qu’il voulait ajouter à son panel. Il cherchait quelque chose qui pouvait bien combiner avec son propre Juken et à voir l’expression du Rakuzan se dernier semblait avoir eu la même idée que lui puisqu’il avoua avoir plusieurs idées sur ce que Hyûga-san pourrait apprendre alors qu’il descendait du rocher sur lequel il était depuis un moment. Quelques secondes plus tard, ce dernier se fissurait de lui-même et je compris que c’était là son œuvre. Ensuite, il se retourna vers la jeune femme et moi et nous annonça qu’il pensait également avoir quelque chose qui pourrait nous intéresser. Fixant son regard dans le mien, ce dernier me demanda si la perspective d’infuser mes griffes de fûton m’avait déjà traverser l’esprit. Un sourire s’étira sur mes lèvres puisque cette idée m’était déjà passée par l’esprit.


- J’ai bien tenté le coup il y de cela plusieurs années, mais cela n’a pas été concluant. Cela dit, je suis prêt à retenter l’expérience.

Aussi expériementé que je puisse être et malgré toutes les heures d’entraînement que j’ai fait, je devais avouer que la manipulation du chakra n’était pas un de mes points forts. Je n’avais aucune difficulté à le faire circuler jusqu’à mon nez et à mes oreilles lorsque venait le moment, mais faire apparaître mon chakra avait toujours été quelque chose avec lequel j’avais du mal. Peut-être que si Satochi m’assistait avec quelques conseils je pourrais aboutir à quelque chose de potable.

Son regard se tournant vers la jeune femme – que j’appris s’appelait Yell – le Rakuzan me déconcerta lorsqu’il lui demanda de le frapper. C’était pour lui faire une démonstration de ce qu’il avait en tête pour elle, certes, mais c’était tout de même une drôle de façon d’entrer en jeu. Peut-être était-ce parce que, contrairement à nous, cette dernière allait apprendre une parade ou une esquive que Satochi voulait commencer par lui montrer ce qu’il avait en réserve. Me reculant de quelques pas pour ne pas être dans la ligne de tir, j’observai attentivement ce qui allait suivre. Pour le coup, on pouvait dire que Satochi avait piqué ma curiosité. Je voulais voir ce qui allait suivre avant de vouloir me mettre sur mon propre entraînement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Bras Gauche de l'Hokage
Messages : 748
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Jeu 22 Juin 2017 - 23:00

J'écoute attentivement ce que Satochi à a dire. Apparemment... l'ANBU dans sa forme actuelle serait dissolue. Une page qui se tourne. Cela fait du sens, surtout avec l'expansion de l'Autorité du Feu à plusieurs villages cachés. Je ne suis pas spécialement pour une telle expansion, mais soit, il faut avouer que les choses se passent bien et de manière presque optimale sur nos terres. Et les autres villages... n'ont pas répondu à l'appel de défendre Kawa de Rokubi, trop occupés à des guerres internes. Oui, peut-être est-ce mieux de les éclairer, de les diriger correctement sur la voix de la sauvegarde. Et Satochi, en tant que Kage, sera un digne représentant. Après tout, il nous a dirigé depuis des années.

Ensuite il se lève de son rocher et y dépose sa paume pour le fissurer. Il s'écroule par la suite. Simplement. Je suis assez abasourdi par la puissance de sa technique, et je peste de ne pas avoir activé le Byakugan quand il l'a produite devant moi. En soi, c'est ce genre de technique qui m'intéresse grandement. J'ai un sourire aux lèvres. C'est une technique hybride entre des dégâts purement interne à un corps et des dégâts purement externes. Un hybride de ce type peut me faire avancer dans mon Juken.

Et dans mon kinjutsu.

Vous aviez ma curiosité. Maintenant, vous avez mon attention.


L'ancien chef Anbu propose également une technique à base de futon à Takeo, un Inuzuka jonin plutôt connu. Il s'agirait d'améliorer le tranchant de ses griffes. Je peux comprendre pourquoi cela intéresse un Inuzuka. Leurs griffes font parties de leurs armes de prédilection. Ce Takeo m'est plutôt sympathique. Je l'ai peut-être cotoyé quand nous étions tous deux Anbus ? Accessoirement, aussi un rouquin. Oui, nous sommes légions, et notre peuple vaincra ! Enfin, il se prépare à montrer une technique se basant sur une parade à Riba Yell, la belle kunoichi aux cheveux bleus.

Cette fois-ci j'active mon Byakugan, pour ne rien manquer du spectacle chakratique. Si sa technique se base sur une parade... et bien, je peux potentiellement m'en inspirer pour mon juken aussi. Mais, distraitement, je réfléchis à la démonstration de Satochi avant tout. Son Onkyoton... est une affinité intéressante. La maitrise du son et des vibrations. C'est ce qui peut se rapprocher le plus du Juken. Et si... Et si je n'utilisais non pas une décharge de chakra, mais une suite d'impulsions brèves ? Cela se rapprocherait de l'onkyoton. Si j'utilise mes mains, je pourrais aussi en profiter pour moduler ma réponse à une éventuelle armure ou autre.

J'attends que le maitre ANBU ait terminé sa démonstration avec la belle Kunoichi avant de lui dire, en le regardant droit dans les yeux.

Expliquez moi la théorie derrière cette majestueuse attaque, sensei !


J'ouvre ma paume, et déjà j'essaie d'imiter ce que j'ai pu comprendre de cette technique. Des impulsions de chakra brèves et rapprochées les unes des autres... Un début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Iwa
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 715
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Lun 3 Juil 2017 - 11:59

Je n’avais pas grand-chose à dire pour l’occasion, après tout, j’étais comme les autres à attendre ce que Satochi avait à nous annoncer pour la journée. Je pouvais déjà deviner qu’un tel rassemblement avait quelque chose à voir avec l’ANBU, mais de là à deviner quoi, cela relevait du mystère… C’était un peu pour ça que je fus étonné d’apprendre la dissolution des forces spéciales ? Etonnant, l’Hokage aurait pu m’en parler je pense. Outre le fait que je fus surpris de constater la disparition des « forces d’élites » du village, qu’à cela ne tienne après tout. Ce n’était pas parce que l’ANBU disparaissait que les shinobis y faisant parti s’évaporaient également.

L’autre nouvelle de la journée était la nomination de Satochi en tant qu’Amekage pour la future base militaire d’Amashigakure. Celle-là, je m’y attendais en partie. Après tout, Mizuki avait bien annoncé son envie d’étendre les forces du pays du feu aux pays adjacents, et si elle avait bien créé Umikagure et qu’elle m’en avait donné la charge, il était facile de deviner quelque chose de similaire dans la région du pays de la pluie. La question était donc de seulement savoir qui serait à la tête du village, et en procédant par élimination, et le nouvel indice arrivé à la dernière minute de la dissolution des forces spéciales… Le nom de Satochi paraissait comme évident.


« - Je suppose qu’on va devoir se passer de pause thé beaucoup plus souvent après tout… »

Bien que sortie sous un trait de troisième degré, cela n’en restait pas moins vrai. Certes, nous pourrions toujours nous joindre ici et là pour discuter, mais le temps allait devenir une ressource quasiment exclusive à notre rôle de dirigeant. Et bien qu’une certaine bleutée voulait sans cesse me rappeler que je ne serais pas le seul à travailler sur place… Je n’en restai pas moins celui avec la masse de travail la plus importante. Il me faudrait très rapidement trouver un bras droit…

Cependant, là n’était pas le point central de cette réunion improvisée. En effet, Satochi enchaîna ainsi en nous préparant à ce qui risquait d’être une séance d’entraînement improvisée et intensive, vu le peu de temps qui nous restait à tous les deux pour rester dans le village. C’était comme ça que ça allait donc se passer ? Pourquoi pas. Il était vrai que les douloureux souvenirs de ces derniers jours étaient restés, et que je devais bien mettre en pratique mes nouveaux talents cachés…


« - Je supposes que qu’un peu d’exercice ne me fera guère mal. Après tout, je dois encore une fois préparer à défendre mon titre d’ici peu… »

La vie du chef des Yôgan était une couronne bien lourde à porter, que ce soit en termes de responsabilités, mais aussi en force simple. Malgré les tensions de ces années, les traditions devaient rester, et je comptai bien me battre avec ardeur pour les honorer. Et en parlant de ça.

« - Quant à moi, je veux bien accepter ton offre également. Je suis sûr que tu peux m’apprendre que je n’ai pas dans mon répertoire… Et la réciproque existe également. »

Un brin d’amusement se mélangeait au sérieux de ma proposition. Nous étions tous les deux des utilisateurs de la lave après tout, la seule différence étant l’exploitation de nos capacités sur cette dernière. Mon savoir du clan Yôgan et le siens des Rakuzan, des choses pouvaient diverger et ainsi se complémenter. Roulant des épaules pour la suite, je m’adressai au reste de l’assemblé.

« - Concernant à ceux qui souhaitent tester leur technique, je remarques que pour la plupart c’est lié au Taijutsu… Je suppose que je peux bien servir de sac de sable pour vous. Enfin, ça serait si vous arriviez à maîtriser l’arcane… Et à m’atteindre. »

De l’orgueil ? Peut-être. Je n’étais pas homme à me vanter, mais je me sentais capable d’affirmer être le meilleur au combat au corps à corps ici présent. S’ils voulaient un adversaire pouvant leur tenir tête, j’étais presque certain d’être apte à leur rendre ce service. Restait à voir ce que tous avaient à répondre à mes propos.


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...

... And this is my last stroke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 456
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Lun 3 Juil 2017 - 22:54

L'avenir de l'ANBU était pour le moment assez flou de ce que nous en disait le Rakuzan. Mon propre cas était encore différent de celui des autres présents ici, mon affiliation avec l'unité spéciale n'étant qu'exclusivement liée au partenariat de l'entité avec l'Académie afin de déceler les potentiels et les former très tôt aux missions de hautes importances.
J'imaginais que ce partenariat était pour l'heure maintenu sinon Kihran en aurait probablement été averti en tant que Directeur de l'Académie et il m'en aurait informé par la même occasion.

J'avais de toute façon de nouvelles responsabilités à assumer à Nami et le pays ne disposait pas encore de sa propre branche Académique si bien que ce rôle qui était le mien serait sans doute mis entre parenthèse durant quelques temps. Logistiquement parlant, ça serait compliqué de me rendre à Konoha dans des aller retours réguliers.

Si certains comme moi se questionnaient sur l'avenir de l'ANBU d'autres, à l'image du Hyûga, s'intéressaient davantage à l’appât du gain. Autrement dit à la technique que voulait nous enseigner Satochi comme un dernier héritage en tant que Chef de notre unité.
Visiblement, il avait pensé à ce qui pourrait correspondre à chacun d'entre nous dans son arsenal, m'observant avec l'Inuzuka pour nous apprendre ce qu'il nous avait réservé.
D'après ce qu'il m'en disait, il comptait m'enseigner une parade mais je restai un instant interdite en l'entendant me demander de le frapper.

« … Vous en êtes sûr ? »

Mais puisqu'il insistait, je changeai mon bras droit en forme suiton et le frappai de mon poing aqueux, observant son contre usant de son Onkyoton qui dispersa complètement mon bras élémentaire. La tête légèrement inclinée en observant mon bras manquant, je reportais mon attention sur le Rakuzan alors qu'un nouveau bras aqueux se formait depuis la base de mon épaule, finissant par retrouver sa forme originale.

« Hmm... Où voulez vous en venir ? La manipulation du son ou des ondes, ne fait pas partie de mes capacités. Quelle est votre idée d'adaptation pour que je puisse l'utiliser ? »

J'avais beau réfléchir je ne voyais pas vraiment... Peut-être via une vague déferlante pour remplacer la propagation du son ? J'avais hâte de savoir à quoi il avait pensé et n'étais visiblement pas la seule : le Hyûga semblait lui aussi enthousiaste.

De son côté, le Yôgan se portait volontaire pour un entraînement plus axé sur le taijutsu. J'avais déjà vu le manieur de lave à l’œuvre et je savais que son tempérament combatif très offensive pouvait m'en apprendre davantage.

« Un sac de sable ? Ce n'est pas très valorisant pour vous, Yusei-Sama... »

J'accentuai volontairement mon « sama » dans un soupçon de taquinerie, je devais bien l'avouer, sans pour autant lui manquer de respect. Il fallait qu'il s'habitue à l'entendre en assemblée maintenant qu'il était Namikage...

« Que diriez-vous d'être une cible plus mobile ? »

Demandai-je en me rapprochant de lui , audacieuse, avec une lueur de défi dans le regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Shodaime Amekage - Chef Rakuzan
Messages : 1222
Rang : XXX

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Ven 7 Juil 2017 - 13:10


La rencontre avec les ANBU continua tout d’abord par la démonstration que le Rakuzan souhaitait faire avec la Gogyou.
Au début hésitante, elle se résigna à obéir lorsque le Rakuzan se montra particulièrement insistant et le résultat fut exactement celui qu’attendait Satochi, mais Yell fut sceptique quant à l’adaptation qu’elle pourrait en faire et pour en faire une démonstration plus visuelle Satochi chargea dans un premier temps son bras de Raiton puis libéra le chakra par vague successive marquée par quelques secondes de pause entre chaque impulsion électrique.

Si Satochi était capable de produire ce résultat avec le Raiton, Yell était parfaitement en capacité de le faire avec de l’eau. Et c’était précisément là où il voulait en venir.

- Et bien, comme tu le vois, en accumulant de l’électricité dans mon bras, je peux décider du moment, et de la quantité de chakra que je souhaite libérer. Je suis persuadé que tu peux en faire de même avec le Suiton. Mais avant de te lancer dans l’exercice demande toi en premier lieu ce qu’il se passe lorsqu’un corps entre en contact avec un jet d’eau à très haute pression.

Ne faisant qu’un avec l’eau, Yell aurait sans doute la réponse et une fois cette information connue, elle pourrait commencer à visualiser l’aspect de sa prochaine technique.

Pendant ce temps, l’attention de Satochi se porta sur Takeo et Bankichi et c’est avec l’Inuzuka qu’il commença puisqu’il aurait à nouveau une démonstration rapide à faire.

- Je ne t’apprendrais rien Takeo en te disant que le Fûton est l’une des affinités rêvée pour des shinobi habiles au Taijutsu. Si tes griffes actuelles peuvent lacérer, tes futures griffes si tu le souhaites… Pourront trancher.

Pour illustrer une nouvelle fois ses propos, le brun sortit son sabre de son fourreau et concentra de son chakra Fûton dans la lame de ce dernier. Elle fut alors comme entourée par une surcouche chakratrique ayant un aspect aiguisé. Sato’ fendit alors l’air d’un coup de sabre qui trancha alors une rangée d’arbres enracinée plus loin.

- La quantité de chakra que tu mettras dans tes griffes détermina la puissance de leur tranchant…

Désormais, Takeo avait tout en main pour se lancer lui aussi dans son exercice perso. C’était donc le moment pour Satochi de se concentrer sur le Hyûga.

- Ce n’est pas vraiment une question d’impulsions successives, mais plutôt d’une grosse onde lâchée sans rétention lors de l’impact. Pour illustrer cela, imagine-toi que le point d’impact est l'épicentre qui sert à la libération de tout le chakra.
Ainsi, cette technique dépend majoritairement de l’endroit où elle fait effet, si c’est dans le bras, les os se briseront sans difficultés et les muscles seront broyés. Mais si je frappe au cœur…

Il ne finit pas sa phrase, la réponse s’imposant d’elle-même sans avoir à la décrire.

- Mais vous, les Hyûga, vous êtes en possession d’une arme capable de voir les points vitaux et les point sensibles de votre adversaire, une arme qui donne à cette technique son plein potentiel.
Le reste est parfaitement à ta portée, un simple coup Juken gorgé de chakra s’infiltrant dans le corps de ta cible à l’endroit précis déterminé par ton Byakugan afin de maximiser ses effets. Voilà, ce à quoi tu dois aspirer.

En fin de compte, ce n’était rien de difficile pour un Hyûga. Satochi avait besoin des ondes sonores pour entrer en résonance avec l’intérieur du corps de sa cible. Mais les Hyûga eux avaient déjà cette faculté, il suffisait donc à Bankichi de pouvoir générer assez de chakra et de parvenir à le libérer entièrement en un point précis pour arriver au même résultat que le Rakuzan.

Il ne restait donc plus que Yusei, son frère d’arme, cousin de sang qu’importe ce qu’ils étaient. Le Yôgan était avant tout un ami.
Un ami que le Rakuzan avait rencontré il y a fort longtemps lors d’une mission au Temple de Kyûbi lors de laquelle ils avaient fait d’importantes découvertes au sujet des Furyous. À cette époque, Yusei était encore un Kurokami, puis il était venu demander de l’aide au Rakuzan pour apprendre à maîtriser le sacro-saint Yôton pour enfin devenir un Chef de clan Yôgan respecté et respectable.
Satochi avait peut-être une fois encore l’occasion de rendre service à son ami qui aurait prochainement à défendre son titre honorifique de Chef de clan.

Les mots n’étaient pas nécessaires… Puisqu’ils partageaient le même sang, alors Satochi érigea une énorme serpent de lave qui s’élança à travers les bois entourant le terrain d'entraînement avant d’en choisir un et s’y entourer avec force.
Une technique téléguidée offrant une immobilisation conséquente, voilà ce qu’il offrait à Yusei. Le Yôgan était connu pour ses facultés au corps-à-corps, Satochi lui, excellait dans le Ninjutsu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 798
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: Un dernier Cadeau [ANBU] Jeu 20 Juil 2017 - 23:53

Mine de rien, les paroles de Satochi me faisaient de plus en plus réfléchir à cette possibilité. De plus, cette séance d’entraînement imprévue était l’occasion idéale de parfaire cet aspect que j’avais jusqu’à ce jour négligé avec la présence d’un expert en Ninjutsu tel que le Rakuzan. Je m’étais toujours fié à ma propre force et celle de mes ninkens, rarement laissais-je mon chakra se manifester. Je fus toutefois empêché d’aller plus loin dans mes pensées par une démonstration que me laissa muet devant l’efficacité d’une telle parade. Évidemment je ne serais jamais capable d’accomplir une telle chose, mais je ne pouvais m’empêcher d’être épaté par autant l’un que l’autre des deux shinobis. Je l’écoutai ensuite tandis qu’il expliquait ce qu’il voulait lui offrir comme dernier cadeau. Voici donc ce qu’il avait prévu pour elle; j’en étais presque jaloux.

Alors que je m’attendais à voir Satochi reprendre la parole, ce fut Yusei qui poursuivit afin de se proposer, ayant remarqué la tendance que l’entraînement prenait, pour servir de cobaye pour nos différentes techniques. Si j’entendais clairement le ton de défi dans sa voix, quelque chose me disait que notre ancien chef d’unité de l’avait pas appelé ici simplement pour subir notre entraînement. Yell-san prit alors la balle au bond et répliqua à ce dernier d’une façon qui me laissa comprendre qu’ils se connaissaient déjà avant d’aller jusqu’à lui relancer la proverbiale balle. L’échange ne put empêcher un léger sourire de flotter sur mes lèvres jusqu’à ce que la voix de Satochi me ramène finalement à la raison pour laquelle j’étais là. J’hochai brièvement la tête alors que nous parlions du potentiel du fûton et même des sommets que je pourrais atteindre si je le combinais avec mes griffes. Quand il sortit son sabre je compris que, comme tout à l’heure, une démonstration était sur le point de se faire.

Les yeux rivés sur le sabre du Rakuzan, je le vis concentrer son chakra dans la lame alors qu’elle commençait à reluire d’un éclat verdâtre. Après quelques secondes, l’éclat se transforma soudainement pour apparaître très distinctement autour de l’arme, l’entourant un peu comme une couche protectrice. Sauf que je savais que cette couche supplémentaire n’avait rien de protecteur, au contraire. Même avec la distance, je pouvais voir l’aspect acéré du fendant du sabre. C’est alors que, sans aucun préambule, ce dernier donna un coup dans le vide et quelques secondes plus tard c’était une rangée d’arbres bordurant le terrain d’entraînement qui se retrouvait tranchés en deux. La prochaine phrase de Satochi eut alors l’effet d’une clef qui déverrouillait des souvenirs qu’on aurait dit que j’avais oublié, même si de toute évidence ils étaient restés enfouis quelque part dans mon subconscient. On aurait dit que je voyais maintenant les choses d’une autre façon. Voyant certainement les rouages commencer à tourner dans mon regard, il se tourna vers l’Hyûga, mais j’étais déjà dans mon monde.

Laissant les autres derrière moi, je me dirigeai lentement dans la direction des arbres que le Rakuzan avait tranchés. Si j’étais pour m’entraîner quelque part, ces arbres étaient bien l’endroit donné. En même temps, je faisais tourner mes méninges et commençais tranquillement à faire circuler mon chakra à travers mon corps. On faisait bien des étirements avec notre corps avant les entraînements, pourquoi il n’en serait pas de même avec notre chakra? Quand bien même que l’idée pouvait paraître saugrenue pour certains, avec mon habileté avec cette discipline je voulais mettre toutes les chances de mon côté. Ce fut une fois rendu à l’endroit désiré que je me mis réellement au travail. J’étais complètement réchauffé et prêt à réussir. J’avais la motivation et les connaissances théoriques; il fallait simplement que je passe à la pratique. Malheureusement pour moi, c’était souvent à ce stade que les choses se corsaient.

Ne laissant pas cela me décourager pour autant, je commençai à infuser mon chakra dans mes griffes. La sensation était étrange – j’aurais pu jurer sentir un picotement au bout de mes doigts – mais je pouvais définitivement attester que le chakra se rendait jusque-là. Rien de bien étonnant me direz-vous, mais c’était avec des petites victoires qu’on gagnait la bataille. Ragaillardi, je commençai à transformer le chakra en chakra futon et cela ne prit pas beaucoup de temps avant que le picotement fasse place à autre chose. On aurait dit que je sentais quelque chose vibrer intensément juste à portée de mes doigts : mon chakra était maintenant infusé dans mes griffes. Jusqu’à présent, c’était le plus loin que je m’étais rendu. Maintenant que j’y pensais, peut-être était-ce pour cela que tout me semblait si facile pour l’instant. Ne laissant pas cela m’abattre, je continuai à mettre du chakra dans mes griffes, comme Satochi m’avait conseillé de faire, et dans le temps de le dire la vibration s’était transformée en douleur, un peu comme si je me faisais piquer sur le bout des doigts. Sentant que c’était le temps de relâcher le tout, je fis deux coups devant moi à l’image de la démonstration que j’avais eu, mais rien de se passa et la désagréable sensation persista. Je tentai une deuxième fois, mais devant le deuxième échec je décidai de libérer mon chakra plutôt de le garder contenu plus longtemps. Le Rakuzan maintenant seul, je l’apostrophai afin de lui demander d’autres conseils.


- Je n’ai aucune difficulté à infuser mes griffes de fûton sauf que je n’arrive pas à le projeter devant moi, avant même de vouloir le faire à distance.

Au lieu de lui demander comment faire, je lui exposais mon problème afin qu’il puisse trouver la meilleure façon d’y venir à bout. Après tout, dépendant de ce qu’il me donnait comme conseil cela pouvait radicalement changer ma façon de faire jusqu’à présent. Et si je ne m’y prenais pas de la bonne façon pour faire ce que j’avais l’intention de faire? Me retrouver dans une telle position, alors que cela faisait longtemps que je n’avais pas été sur les bancs d’école de cette façon, me rendait soudainement anxieux, ne voulant pas me rendre jusqu’à dire que cela me faisait peur. Mon ami allait certainement venir à mon aide et une fois qu’il m’aurait prodigué de précieux conseils je parviendrais à faire comme il l’avait montré plus tôt. À mesure que le temps passait, plus la perspective d’utiliser le vent à mon avantage pour frapper hors de ma portée m’avait l’air intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un dernier Cadeau [ANBU]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Terrains d'Entraînement-