N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 ¤ Les chaînes de l'esprit ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1995
Rang : SSS

Message(#) Sujet: ¤ Les chaînes de l'esprit ~ Jeu 11 Mai 2017 - 11:06

L'ivresse. Elle coulait dans ses veines, inondait ses muscles, rejaillissait par tous les pores de sa peau. Jamais il ne s'était senti dans cet état. Ou plutôt, si, il s'était senti à l'exact opposé de cet état, le jour où il avait cru mourir pour de bon la toute première fois, mais l'opposition entre ces deux faces d'une même pièce entraient en cette nuit en échos, profondément, dans ses entrailles même. Jamais il n'avait imaginé que ce poids était si lourd à porter. Celui de la filiation. Les liens du sang qui, telles des chaînes, avaient continué d'entraver son esprit sans vraiment le laisser paraître. Toutes ces années... Cette décennie révolue, et davantage, passée avec cette chose coincée dans un coin de sa tête. C'était inconcevable, mais c'était pourtant vrai. Il avait toujours nourri le désir inconscient et volatile de se débarrasser de ses origines, de toutes ses origines, une bonne fois pour toutes, mais ne s'était jamais laissé allé à ce qu'il pensait être une faiblesse, une bassesse. Pour finalement réaliser, cette nuit là, en fonçant à toute allure sans une pensée rationnelle une seule, qu'il avait toujours s'agit en réalité d'un accomplissement ultime, presque sacré.

Aucun homme n'était éternel. Seul l'Homme l'était, d'une façon ou d'une autre, comme la résurgence perpétuelle d'une molécule qui s'expanse avant de s'écrouler sur elle-même, puis de recommencer le même cycle infernal de croissance et d'auto-destruction. Y avait-il un échappatoire à tout ça ? Une porte dérobée, un chemin quelconque, qui pourrait briser ce cycle ? Depuis plusieurs mois, cette hypothèse semblait bien futile à formuler pour le guerrier rouge, qui s'était fait à la raison de son existence. Se battre, encore et toujours, contre les plus forts, les plus valeureux, les plus retords, et par dessus tout, contre lui-même. Mais... et si le paricide, qu'il venait de commettre, était le début de la solution ? L'esprit de l'ancien Seigneur était bien trop embrumé pour pouvoir y réfléchir correctement, mais le déclic était fait, là, profondément dans son cortex. Ôtsuki... son frère... Ses parents, désormais morts tous les deux. Une équation familiale, intime, qui le prenait aux tripes et pouvait contenir en son sein la résultante finale de l'Homme. Car quand la base menaçait de vous faire vous écrouler... il vous revenait, à vous, en haut de la pyramide, de couper tout lien pour avancer, toujours plus haut, sans jamais vous arrêter, vers une infinité de possibilités.

Le corps de Yanosa tremblotait d'émotions sous la pluie battante. Ses jambes déchaînées l'avaient d'abord mené vers les montagnes au nord, laissant un sillage de tempête derrière lui. Plusieurs fois repéré, jamais rattrapé, le guerrier rouge filait comme le vent sans même se rendre compte de ses gestes ni de sa destination : gravissant les hauteurs, les flancs de montagne et les pics, il finit par atteindre l'un des plus hauts sommet de la région, essoufflé comme un diable mais pas prêt à revenir à la raison pour autant. Son pays d'origine. Ses racines. Quelle signification leur donner, lui qui était très peu porté sur les symboles, il n'en savait rien, mais tout lui soufflait qu'elles joueraient un rôle. Dans un cri tonitruant, rauque et prolongé, du haut de son ultime perchoir, il sauta vers l'immensité en contrebas, vers le nord. Son cri enragé, possédé, se prolongea pendant toute la durée de la descente vertigineuse, ponctuée quelques fois par un appui salutaire contre une excroissance rocheuse. Son corps avala ainsi le dénivelé en ligne droite, filant comme une comète vers le sol, et alors que l'impact se précisait au loin dans l'immensité sombre de la nuit sur le déclin, la pluie toujours battante, le premier né Oterashi fit exploser son aura électrique autours de lui, faisant darder les éclairs dans toutes les directions pour s'accrocher aux parois sur le côté, puis aux arbres, et enfin au sol.

L'impact fut rude, pour le sol comme pour le corps de l'ancien Seigneur, et créa un cratère morcelé et irrégulier. Plusieurs minutes passèrent, le corps ravagé par les batailles restant là, sous la pluie. Les yeux toujours ouverts, Yanosa sembla un instant presque mort. Il s'était enfoncé le sternum et son souffle restait coupé. Il esquissa un geste pour se relever, dégageant ses voies, qui crachèrent une gerbe de sang sur le sol détrempé. Rien dont il n'était pas déjà coutumier. Il se releva non sans peine, titubant quelques instants entre les bois éparses où il avait atterri. Puis, il le vit au loin. Il s'y était déjà rendu, il y avait de cela très longtemps maintenant, lors de ses classes à Kumo, pour s'occuper d'une mission de patrouille anodine. Le Temple d'Hachibi. Sa gueule monstrueuse et insatiable sembla un instant l'appeler, l'hypnotiser, avant que finalement en se secouant la tête Yanosa ne reprenne un semblant de vraie conscience. Regardant attentivement autours de lui en se tenant le poitrail d'une main, il laissa ses sens reprendre le contrôle, ressentant à nouveau explicitement les énergies autours de lui et aux abord du Temple. Son regard, toutefois, resta captivé par la gueule béante de la bête immortalisée dans la pierre. Il devait y entrer...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

¤ Les chaînes de l'esprit ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Temple d'Hachibi-